Navigation – Plan du site
Hommages

René Battistini (1928-2017)

Yannick Lageat, Michel Petit et Jean-Aimé Rakotoarisoa
p. 9-11

Texte intégral

1À son nom est spontanément associée l'île de Madagascar à laquelle cet éminent naturaliste a consacré une œuvre considérable élaborée en seize années seulement, mais ses publications s'étendent sur six décennies, et le dernier article qu'il aura publié, sur le mimétisme chez les lépidoptères (Lépidoptères, 2016), témoigne assez de son insatiable curiosité.

2Ses études supérieures à l'Institut de Géographie, qui ne lui interdirent pas de jouer dans les pianos-bars du Quartier Latin, l'orientèrent vers la géomorphologie côtière de ce Léon où il vient de terminer ses jours : il y reconnut une forme énigmatique, la "plate-forme à écueils", dont il étendit l'examen à l'ensemble du littoral septentrional de la Bretagne, avec son condisciple Serge MARTIN.

3Il se proposait de préparer l'agrégation après son service militaire, quand André GUILCHER, alors professeur à Nancy, obtint que fût créé à l'Institut de Recherche Scientifique de Madagascar (future branche de l'ORSTOM) un poste de chercheur. Son futur gendre sut saisir cette opportunité en juin 1955. Pendant six années, de 1956 à 1961, il découvrit, et ce fut, écrit-il, un "coup de foudre", l'Extrême-Sud de l'île, auquel il décida de consacrer ses thèses de doctorat d'État. Il se plaisait à narrer sa première mission de quatre mois et demi qui le conduisit à suivre, pas à pas, par le bord de mer, les 600 km qui séparent Fort-Dauphin (Tolagnaro) de Tuléar (Toliary).

4S'il se passionna pour les deux singularités morphologiques de l'intérieur que sont le complexe volcanique de l'Androy et le plateau calcaire du pays Mahafaly, il plaça au cœur de ses préoccupations le littoral. Ce dernier est caractérisé par un énorme bourrelet dunaire, qui, atteignant jusqu'à 30 km de largeur et pouvant dépasser 300 m de hauteur, a désorganisé le réseau hydrographique. Les sables, inégalement grésifiés, appartiennent à deux générations de dépôts mis en place à la faveur de l'exondation du large plateau continental. Avant le Flandrien, ont été identifiés deux épisodes transgressifs dont les témoins ne dépassent pas + 4m : le Tatsimien, antérieur à la "Grande dune", et le Karimbolien, correspondant à l'Éémien, suivi par la construction de la "Petite dune" qui s'accole à la précédente. Il fut ainsi le premier à proposer une chronologie des pluviaux et interpluviaux durant l'Aepyornien, identifiable par les débris d'œufs de ratites, postérieurement à un Néogène azoïque.

5En 1960, René BATTISTINI était tout désigné pour fonder le département de géographie de l'université nouvellement établie à Tananarive, et il s'entoura d'une équipe enthousiaste avec laquelle il lança Madagascar, Revue de Géographie, élabora l'Atlas de Madagascar et créa une unité de recherche associée au CNRS.

6En 1964, il soutint sa thèse principale, L'Extrême-Sud de Madagascar, étude géomorphologique, dont l'ampleur dépasse la thématique affichée, et sa thèse complémentaire, Géographie humaine de la plaine côtière mahafaly, hommage à un groupe d'agriculteurs pratiquant, sous une pluviométrie annuelle partout inférieure à 400 mm, une agriculture non irriguée, par contraste avec les pêcheurs exclusifs que sont leurs voisins Vezo.

7Désormais, avec son épouse Rozenn, il put parfaire sa connaissance de la "Grande Île" (où il découvrit aussi les deux importants sites archéologiques d'Irodo et de Talaky) et élargit ses investigations aux pays voisins du continent africain : refonte en 1967, avec André GUILCHER, de Madagascar, géographie régionale (CDU, 137 p.) ; publication, la même année, de l'Afrique australe et Madagascar (PUF, collection Magellan, 231 p.), complétée, l'année suivante, par une Géographie de l'Afrique orientale : Kenya, Uganda et Tanzanie (CDU, 168 p.). Il s'y montre plus soucieux de fixer les cadres de l'action des hommes qu'attentif aux systèmes politiques. On soupçonne qu'il jugeait inconvenantes les postures militantes si communes en géographie sociale.

8Ces voyages furent aussi l'occasion de confronter la chronologie élaborée sur le littoral malgache aux informations livrées par les côtes des régions riveraines de l'Océan Indien : il avait très tôt eu la conviction que le niveau marin n'avait pu s'élever que de quelques mètres au-dessus de sa position actuelle durant les périodes interglaciaires et qu'il convenait de trouver une autre explication que le glacio-eustatisme pour les hauts niveaux étagés qui subsistent incontestablement dans de nombreuses régions du globe. Avec clairvoyance, il avait entrevu tout l'intérêt que recèlent "les régions à soulèvement épirogénique important et continu […], puisqu'elles sont les seules où les principales des oscillations marines quaternaires positives qu'elles aient ou non atteint ou dépassé le niveau actuel, ont pu s'inscrire et se conserver". De fait, la surrection tectonique a énormément étalé en altitude les effets des oscillations glacio-eustatiques.

9De retour en France en 1972, il occupa un poste à l'université d'Orléans jusqu'à sa retraite en 1991. Il ne s'y montra pas oublieux des contrées dont les circonstances l'avaient éloigné : en témoignent la publication des actes d'un colloque international, en collaboration avec G. RICHARD-VINDARD, Biogeography and Ecology in Madagascar (W. Junk, La Haye, 1972, 764 p.), une réédition de son ouvrage de la collection Magellan (1979, 275 p.), la réalisation avec son ami Pierre VÉRIN d'un manuel de Géographie des Comores (ACCT-Nathan, 1984, 143 p.) et une actualisation de sa Géographie de Madagascar, avec Jean-Michel HŒRNER (SEDES, 1986, 187 p.).

10À la faveur de voyages privés et de quelques missions scientifiques, il découvrit de nouveaux horizons, trouvant confirmation de la validité de "l'absence de hauts stationnements marins quaternaires", sauf quand les témoins éémiens sont déformés comme à la Guadeloupe (travaux menés avec Félix HINSCHBERGER et Michel PETIT) ou portés à plus de 25 m le long de la grande faille Pacifique du Costa Rica (recherches en collaboration avec Jean-Pierre BERGOEING).

11Ses recherches s'orientèrent surtout dans deux directions majeures :

        • l'Extrême-Sud malgache n'étant pas le mieux pourvu, il sut approfondir sa connaissance des récifs coralliens, visitant notamment des atolls épars et participant à la mise au point collective "Éléments de terminologie récifale indo-pacifique" (Téthys, 1975, 111 p.) ;

        • il fut ensuite un des promoteurs français de la planétologie comparée, et les observations qu'il a menées sur Mars lui ont inspiré le concept d'"hydrolithosphère" : l'examen attentif des clichés Mariner et Viking, à l'institut astrogéologique de Flagstaff (Arizona) et au sein de l'ATP "Planétologie" du CNRS, lui permit de rapporter l'origine d'"éjecta fluidisés lobés", présents autour des cratères, à l'impact de météorites sur des terrains gorgés d'eau.

12Musicien passionné, entomologiste averti, aquarelliste distingué, golfeur assidu, René BATTISTINI ne s'est pourtant pas laissé distraire de son œuvre qui compte plus de 250 titres. Il l'a menée avec une grande discrétion, quoiqu'il fût membre correspondant de l'Académie des Sciences d'Outre-Mer, et avec le constant refus de tout idée reçue et de tout esprit de chapelle. La liberté qu'il avait éprouvée dans l'isolement du Sud malgache, jamais plus il ne l'abdiqua…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yannick Lageat, Michel Petit et Jean-Aimé Rakotoarisoa, « René Battistini (1928-2017) », Physio-Géo, Volume 11 | -1, 9-11.

Référence électronique

Yannick Lageat, Michel Petit et Jean-Aimé Rakotoarisoa, « René Battistini (1928-2017) », Physio-Géo [En ligne], Volume 11 | 2017, mis en ligne le 08 décembre 2017, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/5601

Haut de page

Auteurs

Yannick Lageat

Professeur honoraire des universités
Courriel : yannick.lageat@univ-brest.fr

Articles du même auteur

Michel Petit

Professeur honoraire des universités
Courriel : bernadette.petit08@gmail.com

Jean-Aimé Rakotoarisoa

Professeur émérite des universités
Courriel : jrakoto@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals