Navigation – Plan du site
Articles

Évolution des températures au Burkina Faso entre 1956 et 2015 : cas de Ouagadougou et de Ouahigouya

Temperature evolution in Burkina Faso from 1956 to 2015: cases of Ouagadougou and Ouahigouya
Dasmané Bambara, Halidou Compaoré et Ablassé Bilgo
p. 23-41

Résumés

L'étude porte sur l'évolution des valeurs annuelles des températures (moyennes, minimales, maximales), de variables bioclimatiques et de fréquences de conditions journalières de température sur la période 1956-2015.
À Ouagadougou, entre 1956-1985 et 1986-2015, les valeurs moyennes passent de 28,2°C à 28,8°C pour TM, de 17,4°C à 17,9°C pour TN et de 38,2°C à 38,8°C pour TX. Les variables bioclimatiques SH (BIO9 ‒ mois humides) et SC (BIO10 ‒ mois chauds) augmentent également : moyenne de 26,6°C puis de 27,5°C pour la première et de 31,5°C puis de 32,3°C pour la seconde. En revanche, la valeur moyenne de SF (BIO11 ‒ mois frais) diminue légèrement, passant de 26,1°C à 26,0°C. Entre les deux périodes considérées, l'évolution des températures se traduit par une diminution des fréquences moyennes des TN10p (nuits fraîches : 101 jours sur la période 1956-1985, puis 86 jours) et des TX10p (journées fraîches : 76 jours, puis 67 jours) et par une augmentation de celles des TN90p (nuits chaudes : 61 jours, puis 95 jours) et des TX90p (journées chaudes : 68 jours, puis 77 jours).
À Ouahigouya, l'accroissement des températures est également très prononcé. Entre 1956-1985 et 1986-2015, la valeur moyenne des TM passe de 28,6°C à 29,4°C. Mais les TX restent stables (moyennes de 39,6 et 39,7°C respectivement). Ce sont donc les TN qui font la différence (moyennes de 16,7°C et 18,5°C). Les variables bioclimatiques augmentent toutes les trois (moyennes de 27,6 °C puis 28,3°C pour SH, de 32,0 puis 33,0°C pour SC et de 25,6 et 26,1°C pour SF). Les valeurs moyennes des TN10p, TN90p, TX10p et TX90p, qui étaient respectivement de 123, 90, 63 et 109 jours en 1956-1985, passent à 69, 115, 59 et 114 jours. Comme à Ouagadougou, les fraîcheurs sont moins fréquentes et les chaleurs plus nombreuses, mais le fait le plus marquant est ici la hausse des températures minimales.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Les changements climatiques se traduisent sur les écosystèmes par une dégradation physique et une diminution de la biodiversité (IPCC, 2007 ; É. BRICHE et al., 2010), ce qui peut mettre en péril les moyens d'existence de communautés humaines (FEM-FIDA, 2002). Cette situation a suscité l'intensification des analyses spatio-temporelles des variations climatiques en Afrique de l'Ouest (B.T.A. GOULA et al., 2006 ; K.E. KOUAKOU et al., 2007) et notamment au Burkina Faso (B. IBRAHIM et al., 2013 ; T. LODOUN et al., 2013 ; D. BAMBARA et al., 2016 ; B. OUESLATI et al., 2017), en vue de caractériser ces changements et partant de proposer des adaptations appropriées. Dans ce contexte, la température est l'un des paramètres climatiques les plus souvent étudiés, que ce soit pour l'analyse des tendances (B. FONTAINE et al., 2013 ; S. ROME et al., 2015 ; J. RINGARD et al., 2016 ; V. MORON et al., 2016 ; B. OUESLATI et al., 2017) et/ou celle des ruptures (E.A. ASSEMIAN et al., 2013 ; S. ROME et al., 2015).

2Parmi ces travaux, J. RINGARD et al. (2016) ont analysé les tendances saisonnières de la température au Sahel sur la période 1950-2012, à partir des données de l'organisation "Berkeley Earth" (R. ROHDE et al. 2013). Ils ont constaté que depuis le milieu du XXème siècle, le réchauffement nocturne était plus fort que le réchauffement diurne. Autre exemple, pour l'Afrique tropicale, V. MORON et al. (2016) ont trouvé, en exploitant les bases de données du "Global Surface Summary of the Day" (GSOD version 7 ‒ N. LOTT et al., 2008) et du "Global Historical Climate Network" (GHCN ‒ M.J. MENNE et al., 2012) sur la période 1961-2014, que les moyennes annuelles des températures de journée et de nuit augmentent selon des tendances linéaires égales respectivement à +0,20 et +0,28°C par décennie.

3Au Burkina Faso, B. OUESLATI et al. (2017) se sont intéressés aux extrêmes de température à partir de données extraites du "Global Historical Climate Network Daily" (GHCND) sur la période 1959-2008 (base de données GSOD). Sur l'ensemble du pays, les températures maximales et minimales manifestent une tendance au réchauffement depuis 1959. Il apparaît en outre que pour les mois de mai à octobre, l'augmentation de la température minimale saisonnière a été supérieure à celle de la température maximale (+1,7°C, contre +1,2°C). F. DE LONGUEVILLE et al. (2015) ont caractérisé la température globale du pays sur la période 1981-2010 à partir des données météorologiques de neufs stations synoptiques, dont celles de Ouagadougou et Ouahigouya. Leurs résultats indiquent que l'augmentation des fréquences des températures chaudes, au delà d'un certain seuil, est générale dans le pays. À l'inverse, les indices concernant les conditions les plus fraîches, montrent une diminution des fréquences, notamment pendant les nuits.

4Le présent travail reprend l'étude des stations de Ouagadougou et de Ouahigouya. Mais il se différencie de la plupart des autres travaux, et notamment de ceux portant sur le Burkina Faso (B. OUESLATI et al., 2017 ; F. DE LONGUEVILLE et al., 2015), par une période d'observation plus longue et/ou par l'utilisation de données sources. Les investigations sont fondées sur l'analyse des valeurs annuelles de paramètres de température et sur la comparaison entre les normales de deux périodes de trente ans (1956-1985 et 1986-2015), donc chacune d'une durée permettant de bien caractériser les conditions climatiques (OMM, 1990 ; C. BAUDRAN et al., 2008).

II - Le secteur d'étude

5Ouagadougou est située dans le Nord du Burkina Faso (province du Kadiogo) et Ouahigouya au centre du pays (province du Yatenga) (Fig. 1). Ces deux stations sont localisées dans des zones en pleine mutation du fait de la pression anthropique (démographique et agricole) et de la sévérité des aléas climatiques (É. BENOIT, 2008).

6Le relief de la province du Yatenga est constitué d'une pénéplaine (pentes de 1 à 2 %) à 200 m d'altitude, dominée localement par des collines dont les sommets dépassent rarement 400 m. La province du Kadiogo associe deux grands ensembles topographiques : une plaine d'une altitude moyenne de 300 m (67 % de la superficie provinciale) et des bas-fonds à l'altitude moyenne de 200 m (33 % de la superficie de la province), les pentes étant partout comprises entre 1,5 et 2,7 % (BUNASOL, 1987).

7Ouagadougou appartient au secteur phytogéographique nord-soudanien, tandis que Ouahigouya est dans le secteur phytogéographique sub-sahélien (J. FONTÈS et S. GUINKO, 1995). Au Burkina Faso, ces deux secteurs couvrent respectivement 92250 km2 et 51240 km2, soit 33,64 et 18,69 % de la superficie du pays (Fig. 1).

Figure 1 - Localisation de la zone d'étude.

Figure 1 - Localisation de la zone d'étude.

8Sur la période 2006-2015, les précipitations annuelles minimales et maximales ont varié de 571 mm (en 55 jours) à 924 mm (en 78 jours) à Ouagadougou et de 358 mm (en 48 jours) à 983 mm (en 63 jours) à Ouahigouya. Sur la même période, les valeurs moyennes annuelles des températures minimales et maximales journalières ont atteint respectivement 18,4°C et 39,2°C à Ouagadougou et 19,1°C et 40,2°C à Ouahigouya.

9La province du Kadiogo est couverte par une savane arbustive et arborée (densité moyenne en ligneux de 539 m3/km2), tandis que la végétation de la province du Yatenga se partage entre savane et steppe (densité moyenne en bois de 97 m3/km2) (J. FONTÈS et S. GUINKO, 1995).

III - Données et méthodes

10Nous avons utilisé les données des stations synoptiques de Ouagadougou-aérodrome (12°22'N et 01°31'O ; altitude = 304 m) et de Ouahigouya (13°35'N et 02°25'O ; altitude = 329 m) sur la période 1956-2015. Ces données, actuellement recueillies par les Directions Régionales de la Météorologie du Yatenga et du Kadiogo, sont centralisées à la Direction Générale de la Météorologie Nationale (DGMN) du Burkina Faso.

11Nous avons disposé des valeurs journalières des températures maximales (TX) et minimales (TN). Les mesures sont effectuées à 6 heures GMT pour les minima et à 18 heures GMT pour les maxima, à l'aide de thermomètres à alcool (pour les minima) et à mercure (pour les maxima). Pour ces deux paramètres, les deux stations ne présentent aucune lacune sur la période considérée. Une recherche de valeurs négatives et de valeurs minimales plus élevées que les maximales, effectuée à l'aide du logiciel XLSTAT-Pro 7.5.2 incorporé à EXCEL (ADDINSOFT, 2004), a permis de s'assurer de l'absence de données journalières aberrantes.

12En ce qui concerne les températures moyennes (TM), plutôt que de considérer (TX+TN)/2, nous avons retenu les valeurs déterminées par les services météorologiques à partir de mesures horaires (thermomètre à mercure). Compte tenu des contraintes imposées aux observateurs par un tel suivi, les résultats ne sont sans doute pas parfaits à l'échelle journalière. Ce sont d'ailleurs des valeurs mensuelles qui nous ont été communiquées. Quatre données manquantes (mai et août 1985 à Ouagadougou ; novembre 1984 et mai 1985 à Ouahigouya) ont été reconstituées, mais elles représentent très peu par rapport à la période d'étude. Les écarts entre les valeurs moyennes annuelles considérées et les valeurs (TX+TN)/2 varient de ­0,27°C en 1969 à +1,37°C en 2002, avec une moyenne de +0,41°C.

13Dix paramètres appartenant à trois catégories de variables ont été utilisés pour l'analyse de la température :

  • Trois types de températures moyennes : les moyennes annuelles des températures minimales journalières (TN), les moyennes annuelles des températures maximales journalières (TX) et les températures moyennes annuelles (TM).

  • Trois variables bioclimatiques saisonnières de WorldClim (M.S. O'DONNELL et D.A. IGNIZIO, 2012) appliquées en tenant compte du régime climatique du Burkina Faso (PANA Burkina, 2007) : BIO9, BIO10 et BIO11. Afin de faciliter la compréhension du texte, ces variables ont été rebaptisées SH (température moyenne annuelle du trimestre le plus humide : de juillet à septembre), SC (température moyenne annuelle du trimestre le plus chaud : de mars à mai) et SF (température moyenne annuelle des mois correspondant à la saison la plus fraîche : janvier, février et décembre).

  • Quatre indices de température : la fréquence des nuits fraîches, la fréquence des nuits chaudes, la fréquence des journées fraîches, la fréquence des journées chaudes. Ces quatre indices s'inspirent des modèles de A.M.G. KLEIN TANK et G.P. KONNEN (2003), de M. LY et al. (2013) et de V. MORON et al. (2016). Ils sont basés sur les 10ème et 90ème percentiles. Ces percentiles définissent, respectivement, les nuits (à l'aide des températures minimales journalières TN) et les journées (à l'aide des températures maximales journalières TX) "fraîches" et "chaudes" (M. LY et al., 2013). Ainsi, pour la série de Ouagadougou, la borne supérieure est de 19,5°C pour une nuit fraîche, alors qu'elle est de 19,6°C pour la série de Ouahigouya. Pour une nuit chaude, les bornes inférieures sont de 24,2°C à Ouagadougou et de 24,6°C et à Ouahigouya. Une journée fraîche se caractérise par une température maximale inférieure ou égale à 32,5°C à Ouagadougou et à 33,1°C à Ouahigouya, alors que pour une journée chaude la température maximale est supérieure ou égale à 37,3 et 38,3°C respectivement.

14Les données élaborées ont été traitées sous EXCEL, parfois à l'aide du logiciel XLSTAT-Pro 7.5.2 (ADDINSOFT, 2004).

15Pour juger de la représentativité des variations des paramètres entre les périodes 1956-1985 et 1986-2015, des analyses de variance (ANOVA) à un facteur ont été effectuées, en utilisant le test des moindres carrés de FISHER (LSD). Le seuil de significativité a été défini à p < 0,05.

IV - Évolution des températures moyennes annuelles et des moyennes sur trente ans

16À Ouagadougou (Fig. 2), les valeurs annuelles des TM, TX et TN manifestent une tendance à la hausse entre 1956 et 2015. Les droites de régression entre les températures et les années ont une pente forte (a = 0,016 à 0,020). Le coefficient de détermination est élevé dans le cas de TM (0,52). Il est en revanche beaucoup plus faible pour TX (0,165) et pour TN (0,135), en raison de fluctuations interannuelles très accusées en valeurs absolues (TX) ou en valeurs relatives (TX et TN).

Figure 2 - Températures moyennes annuelles (TM) et moyennes annuelles des températures maximales (TX) et minimales journalières (TN) sur la période 1956-2015 à Ouagadougou.

Figure 2 - Températures moyennes annuelles (TM) et moyennes annuelles des températures maximales (TX) et minimales journalières (TN) sur la période 1956-2015 à Ouagadougou.

17Les moyennes mobiles (non centrées) sur 5 ans montrent qu'à Ouadagoudou, les valeurs moyennes annuelles des TM, TX et TN n'augmentent pas jusqu'au début des années 1980. La hausse des températures ne s'amorce qu'en 1984 (TM) ou 1985 (TX, TN). Ces évolutions correspondent à une rupture thermique majeure détectée ailleurs en Afrique de l'Ouest (S. ROME et al., 2015 ; J. RINGARD et al., 2016).

18Sur la période 1986-2015, la pente de la droite de régression entre les températures et les années est de 0,038 pour TM (R2 = 0,58), 0,031 pour TX (R2 = 014) et 0,053 pour TN (R2 = 0,29).

19La même tendance à la hausse des températures se retrouve à Ouahigouya (Fig. 3) pour les TM (a = 0,027 ; R2 = 0,66) et plus encore pour les TN (a = 0,053 ; R2 = 0,55). Mais elle ne se manifeste pas pour les TX. Pour les TM et les TX, les moyennes mobiles sur 5 ans mettent en évidence des fluctuations, certaines très marquées, mais aucune rupture nette que l'on puisse attribuer au changement climatique global. En revanche, on retrouve la rupture du milieu des années 1980 pour les TN, leur augmentation débutant en 1985.

Figure 3 - Températures moyennes annuelles (TM) et moyennes annuelles des températures maximales (TX) et minimales journalières (TN) sur la période 1956-2015 à Ouahigouya.

Figure 3 - Températures moyennes annuelles (TM) et moyennes annuelles des températures maximales (TX) et minimales journalières (TN) sur la période 1956-2015 à Ouahigouya.

20Sur les périodes 1956-1985 et 1986-2015, les valeurs annuelles moyennes des températures ont été plus élevées à Ouahigouya qu'à Ouagadougou, à l'exception des TN pour 1956-1985 (Tab. I).

Tableau I - Températures moyennes (TM) et moyennes des températures maximales (TX) et minimales (TN) sur les périodes 1956-1985 et 1986-2015 à Ouagadougou et à Ouahigouya.

Tableau I - Températures moyennes (TM) et moyennes des températures maximales (TX) et minimales (TN) sur les périodes 1956-1985 et 1986-2015 à Ouagadougou et à Ouahigouya.

Les valeurs en italique indiquent que les valeurs pour les deux périodes considérées ne sont pas significativement différentes au seuil de p < 0,05 selon le test de FISHER. Les intervalles de confiance indiqués correspondent à l'écart-type calculé sur les valeurs moyennes annuelles.

21Entre les deux périodes, les températures moyennes (TM) et les valeurs moyennes des températures journalières minimales (TN) et maximales (TX) ont augmenté significativement (p < 0,05). Les hausses de TM et de TN ont été plus élevées à Ouahigouya (+2,9 % et +10,8 %, respectivement) qu'à Ouagadougou (+2,1 % et +2,4 %). À Ouahigouya, les valeurs de TM et TN, qui étaient de 28,6°C et 16,7°C respectivement sur la période 1956-1985, ont atteint 29,4°C et 18,5°C pour 1986-2015. À Ouagadougou, pour les mêmes périodes, elles sont passées de 28,2°C à 28,8°C pour TM et de 17,4°C à 17,9°C pour TN. En revanche, la hausse de TX a été plus forte à Ouagadougou (+1,6 %) qu'à Ouahigouya, où une augmentation non significative (p > 0,05) de 0,3 % a été relevée. La valeur moyenne de ce paramètre est passée de 38,2°C pour 1956-1985 à 38,8°C pour 1986-2015 à Ouagadougou, et de 39,6°C à 39,7°C entre les mêmes périodes à Ouahigouya. Ainsi les taux de variation diffèrent-ils selon la variable et le site considérés.

22Au vu des écarts-types, les différences entre les deux périodes ne prouvent pas, à elles seules, qu'il s'est produit un réel changement sur le plan thermique. Mais l'évolution des valeurs annuelles constitue un autre élément de preuve. Le doute n'est donc pas permis d'une augmentation des températures, Ouagadougou se différenciant par des ruptures assez nettes vers le milieu des années 1980, alors que les augmentations, sauf pour TN, sont mieux réparties sur l'ensemble de la période d'étude à Ouahigouya.

V - Évolution des températures moyennes annuelles saisonnières

23Les indices bioclimatiques (Fig. 4 et 5) manifestent une tendance significative (p < 0,05) à la hausse, à l'exception toutefois de SF à Ouagadougou.

Figure 4 - Moyennes annuelles des températures saisonnières journalières sur la période 1956 à 2015 à Ouagadougou.

Figure 4 - Moyennes annuelles des températures saisonnières journalières sur la période 1956 à 2015 à Ouagadougou.

SH : saison humide (juillet, août, septembre). SC : saison chaude (mars, avril, mai). SF : mois de saison fraîche (janvier, février, décembre).

Figure 5 - Moyennes annuelles des températures saisonnières journalières sur la période 1956 à 2015 à Ouahigouya.

Figure 5 - Moyennes annuelles des températures saisonnières journalières sur la période 1956 à 2015 à Ouahigouya.

SH : saison humide (juillet, août, septembre). SC : saison chaude (mars, avril, mai). SF : mois de saison fraîche (janvier, février, décembre).

24Les tendances à la hausse les plus nettes concernent la saison chaude SC (a = 0,028 à Ouagadougou et 0,033 à Ouahigouya, avec R2 = 0,43 et 0,56) et la saison humide SH (a = 0,028 et 0,024, avec R2 = 0,36 et 0,59). Pour la saison fraîche SF, la pente de la droite de régression est de 0,021 à Ouahigouya (R2 = 0,19) et de 0,003 seulement à Ouagadougou (R2 = 0,006).

25Les moyennes mobiles sur 5 ans montrent des fluctuations, mais pas de rupture majeure marquant le début d'une augmentation forte et continue des températures, sauf peut-être pour SF au milieu des années 1990.

26Les valeurs moyennes sur les périodes 1956-1985 et 1986-2015 enregistrent des hausses, comprises entre 1,9 à 3,2 %, pour SH et SC aux deux stations et pour SF à Ouahigouya (Tab. II). Les températures de saison humide SH sont passées de 26,6°C en 1956-1985 à 27,5°C en 1986-2015 à Ouagadougou et de 27,6°C à 28,3°C à Ouahigouya. Celles de saison chaude SC se sont élevées de 31,5°C à 32,3°C et de 32,0°C à 33,0°C respectivement. À Ouahigouya, la valeur de SF est passée de 25,6°C à 26,1°C. En revanche, à Ouagadougou, SF a subi une baisse (non significative ; p > 0,05), la valeur passant de 26,1 à 26,0°C.

Tableau II - Moyennes des températures saisonnières (SH, SC, SF) sur les périodes 1956-1985 et 1986-2015 à Ouagadougou et à Ouahigouya.

Tableau II - Moyennes des températures saisonnières (SH, SC, SF) sur les périodes 1956-1985 et 1986-2015 à Ouagadougou et à Ouahigouya.

SH : saison humide Les valeurs en italique indiquent que les valeurs pour les deux périodes considérées ne sont pas significativement différentes au seuil de p < 0,05 selon le test de FISHER. Les intervalles de confiance correspondent à l'écart-type.

27Excepté pour SF sur la période 1956-1985, les moyennes des températures saisonnières ont été plus élevées à Ouahigouya qu'à Ouagadougou au cours des deux périodes de 30 ans considérées.

VI - Évolution des indices de température

28En dépit de la forte variabilité interannuelle des valeurs, la fréquence des nuits fraîches (TN10p) et celle des nuits chaudes (TN90p) montrent des tendances significatives à la baisse en fonction du temps à Ouagadougou comme à Ouahigouya. Aux deux stations, la tendance à la baisse de la fréquence des nuits chaudes est plus forte et plus significative (a = -1,37 et -1,27 ; R2 = 0,55 et 0,75) que celle de la fréquence des nuits fraîches (a = -0,49 et -0,96 ; R2 = 0,32 et 0,50).

29Les régressions pour les journées fraîches (TX10p) et les journées chaudes (TX90p) indiquent aussi des tendances à la baisse, mais qui sont généralement moins marquées (a = -0,05 à -0,39) et qui ne sont pas significatives (p > 0,05 ; R2 = 0,002 à 0,16 ‒ Fig. 6). À Ouahigouya, les droites de régression, les moyennes 1956-1985 et 1986-2015 et les moyennes globales de TX10p et de TX90p sont même pratiquement superposées, ce qui témoigne d'une certaine stationnarité de ces variables sur la période d'étude.

Figure 6 - Fréquences annuelles des nuits fraîches (TN10p), des nuits chaudes (TN90p), des journées fraîches (TX10p)et des journées chaudes (TX90p) de 1956 à 2015 à Ouagadougou et Ouahigouya.

Figure 6 - Fréquences annuelles des nuits fraîches (TN10p), des nuits chaudes (TN90p), des journées fraîches (TX10p)et des journées chaudes (TX90p) de 1956 à 2015 à Ouagadougou et Ouahigouya.

30À la même station, il est à noter que toutes les fréquences ont été relativement faibles au début de la chronique, pendant une ou plusieurs années.

31À Ouagadougou, les fréquences des nuits fraîches (TN10p), des nuits chaudes (TN90p), des journées fraîches (TX10p) et des journées chaudes (TX90p) ont diminué de 3 à 14,2 % entre les périodes 1956-1985 et 1986-2015 (Tab. III). La diminution des fréquences a été plus forte pour les températures de nuit. TN10p est passée de 101 à 87 jours et TN90p de 288 à 248 jours (baisses significatives : p < 0,05). Les fréquences des températures de journée ont connu des baisses relativement faibles. TX10p est passée de 97 à 88 jours (baisse significative : p < 0,05) et TX90p de 272 à 264 jours (baisse non significative : p > 0,05).

Tableau III - Nombre de jours annuels moyens correspondant aux indices de températures sur les périodes 1956-1985 et 1986-2015 à Ouagadougou et à Ouahigouya.

Tableau III - Nombre de jours annuels moyens correspondant aux indices de températures sur les périodes 1956-1985 et 1986-2015 à Ouagadougou et à Ouahigouya.

TN10p : nuits fraîches. TN90p : nuits chaudes. TX10p : journées fraîches. TX90p : journées chaudes.
Les valeurs en italique indiquent que les valeurs pour les deux périodes considérées ne sont pas significativement différentes au seuil de p < 0,05 selon le test de FISHER. Les intervalles de confiance correspondent à l'écart-type.

32À Ouahigouya, les fréquences des températures de nuit ont également baissé entre les deux périodes (Tab. III), et même plus fortement qu'à Ouagadougou pour les nuits fraîches (34,1 %, contre 14,2 %). TN10p est passée de 107 à 70 jours (diminution significative : p < 0,05) et TN90 de 286 à 243 jours (diminution significative).

33Sur la période 1956-1985, TX10p, TX90p ont été plus élevées à Ouagadougou qu'à Ouahigouya, alors que TN10p et TN90p ont été sensiblement identiques dans les deux stations.

34Sur la période 1986-2015, TN10p a été plus élevée à Ouagadougou qu'à Ouahigouya, alors que TN90p, TX10p, TX90p ont eu sensiblement les mêmes valeurs dans les deux stations.

VII - Discussion et conclusion

35Par rapport à 1956-1985, les données de la période 1986-2015 mettent en évidence une augmentation des températures, qui atteint 0,60°C pour TM, 0,59°C pour TX et 0,42°C pour TN à Ouagadougou, tandis qu'elle est de 0,82°C pour TM, 0,11°C pour TX et 1,81°C pour TN à Ouahigouya.

36Rapportées à une décennie, les augmentations sont donc de 0,20°C pour TM, 0,20°C pour TX et 0,14°C pour TN à Ouagadougou et de 0,27°C pour TM, 0,04°C pour TX et 0,60°C pour TN à Ouahigouya.

37Les pentes des droites de régression entre les températures et les années d'observation donnent des résultats peu différents, les augmentations par décennie à Ouagadougou et Ouahigouya atteignant respectivement : 0,20 et 0,27°C pour TM, 0,18 et 0,07°C pour TX, 0,17 et 0,53°C pour TN.

38Pour la période 1980-2080, l'IPCC (2007) prévoit des hausses des températures moyennes annuelles (TM) d'environ 0,3°C par décennie en Afrique de l'Ouest. Sur la période 1961-2014, V. MORON et al. (2016) ont obtenu des valeurs assez voisines pour l'ensemble des stations qu'ils ont étudiées, les régressions entre les températures et les années indiquant des augmentations moyennes par décennie de 0,2°C pour TX et de 0,3°C pour TN. Nos résultats sont globalement assez proches de ces valeurs. Mais certains peuvent s'en éloigner, en particulier dans le cas de TX et de TN à Ouahigouya : hausses respectives de 0,04 et 0,60°C par décennie selon la comparaison entre 1956-1985 et 1986-2015. L'augmentation de TN à cette station est en accord avec les observations de B. OUESLATI et al. (2017) au Burkina Faso (période 1959-2008) et de L. ZHOU et al. (2007) sur l'ensemble du Sahel (période 1950-2004).

39Entre les périodes 1986-2015 et 1956-1985, les températures moyennes saisonnières ont augmenté de 0,86°C à Ouagadougou et de 0,75°C à Ouahigouya pour la saison humide (SH), de 0,87°C et 1,04°C respectivement pour la saison chaude (SC) et de 0,49°C pour la saison fraîche (SF) à Ouahigouya. La valeur de saison fraîche a baissé de 0,06°C à Ouagadougou.

40Les variations moyennes par décennie des températures saisonnières à Ouagadougou et Ouahigouya sont donc respectivement de +0,29 et +0,25°C pour SH, de +0,29 et +0,35°C pour SC et de ­0,02 et +0,17°C pour SF. Les droites de régression indiquent des hausses de 0,28 et 0,24°C/décennie pour SH, de 0,28 et 0,33°C/décennie pour SC et de 0,03 et 0,21°C/décennie pour SF.

41Dans le centre du Sahel, J. RINGARD et al. (2016) ont trouvé, pour la période allant de juillet à septembre, un réchauffement proche de 0,3°C/décennie entre 1950 et 2012, donc voisin de nos résultats pour SH. En ce qui concerne SC, les valeurs que nous avons obtenues sont en accord avec les observations de V. MORON et al. (2016) qui évaluent à +0,3°C/décennie l'évolution des valeurs pour la période mars-juin (saison la plus chaude) dans les bandes sahélienne et soudanienne. Au Burkina Faso, B. OUESLATI et al. (2017) estiment que l'augmentation de la température de saison des pluies entre 1959 et 2008 (de 0,15 à 0,30°C par décennie), serait liée à la baisse des précipitations au cours de cette période.

42Entre les deux périodes de 30 ans que nous avons considérées, la fréquence des nuits de fraîcheur (TN10p) a diminué aux deux stations (-14,0 % à Ouagadougou et -34,1 % à Ouahigouya). Celle des journées de fraîcheur (TX10p) a diminué à Ouagadougou (-9,4 %), mais augmenté légèrement à Ouahigouya (+1,05 %).

43La baisse de fréquence des conditions de fraîcheur a été signalée par d'autres auteurs (M. LY et al. 2013 ; V. MORON et al. 2016). Ces travaux soulignent que l'augmentation globale des températures se répercute aussi sur les fréquences des conditions de chaleur. À cet égard, nos résultats sont différents. La fréquence des nuits chaudes (TN90) a baissé de 14,0 % à Ouagadougou et de 14,9 % à Ouahigouya, celle des journées chaudes (TX90p) a diminué de 3 % à Ouagadougou et celle des journées fraîches (TX10p) a augmenté de 2 % à Ouahigouya.

44Les régressions entre les nombres de jours et les années confirment la nette diminution du nombre de nuits fraîches : pentes de -1,37 à Ouagadougou (R2 = 0,75) et -1,27 à Ouahigouya (R2 = 0,55). Elles confirment également la baisse du nombre de nuits chaudes : pentes de ­0,49 à Ouagadougou (R2 = 0,32) et -0,96 à Ouahigouya (R2 = 0,50). Les journées fraîches et les journées chaudes tendent, elles-aussi, à diminuer, même si les évolutions sont moins affirmées : pentes de ­0,39 à Ouagadougou (R2 = 0,16) et -0,09 à Ouahigouya (R2 = 0,006) pour TX10p et de -0,18 (R2 = 0,03) et -0,05 (R2 = 0,002) respectivement pour TX90p.

45La diminution des nuits et des journées chaudes est assez surprenante. En effet, à l'échelle de l'Afrique de l'Ouest (A.M. KOUASSI et al., 2012 ; V. MORON et al., 2016 ; J. RINGARD et al., 2016) ou du Burkina Faso (F. DE LONGUEVILLE et al., 2016 ; B. OUESLATI et al., 2017), les études ont montré que les extrêmes chauds sont à la hausse. Les différences entre les durées des périodes d'observation, qui peuvent jouer lorsque les chroniques sont courtes (B. LIEBMANN et al., 2010), ne sont pas en cause. Nos résultats témoignent plutôt de disparités spatiales (A. ALI, 2010).

46Plusieurs facteurs pourraient être à la base du réchauffement des valeurs moyennes des TM, TX et TN relevé à Ouagadougou et Ouahigouya :

  • La baisse des précipitations, dont le rôle a été évoqué par F. DE LONGUEVILLE et al. (2016) pour le Burkina Faso.

  • L'élévation des taux de gaz à effet serre (GES) dans l'atmosphère, en lien surtout avec l'intensification des activités anthropiques (IPCC, 2007).

  • L'abondance des poussières atmosphériques, qui absorbent les radiations d'onde courte (L. TENGEN et al., 1996). En Afrique de l'Ouest sahélienne et notamment au Burkina Faso, les soulèvements de poussières, particulièrement nombreux en saison fraîche, sont de plus en plus fréquents du fait de la diminution des précipitations, (L.A.A. AGUIAR, 2009).

  • La déforestation, invoquée par B. OUESLATI et al. (2017), responsable de la diminution des précipitations de mousson (Y. XUE, 1997 ; X. ZHENG et E.A.B. ELTAHIR, 1998) et d'une augmentation de la teneur de l'atmosphère en GES (B. SULTAN et al., 2001).

47La combinaison de ces facteurs fait que les valeurs moyennes des TM, TX et TN sont plus élevées sur la période 1986-2015 que sur la période précédente, où les conditions étaient moins défavorables (B. SULTAN et al., 2001 ; L.A.A. AGUIAR, 2009 ; FAO, 2010).

48On notera en outre que l'accroissement des températures moyennes (TM) n'a pas été particulièrement fort en saison fraîche, même à Ouahigouya, où les TN ont pourtant considérablement augmenté.

49L'évolution entre les températures annuelles moyennes des périodes 1956-1985 et 1986-2015 est relativement modeste à Ouagadougou par rapport à Ouahigouya : +0,59°C (+2,1 %) contre +0,84°C (+2,9 %). La différence est encore plus sensible si l'on considère les valeurs (TX+TN)/2 : +0,51°C à Ouagadougou (+1,8 %) ; +0,96°C à Ouahigouya (+3,4 %). Nous serions tentés de chercher des explications du côté de la pluviosité et de la durée de la saison humide (I. DIALLO et al., 2012), de l'effet modérateur de la végétation sur la température de l'atmosphère (C. FAURIE et al., 2011), voire de l'influence du relief (L.A.A. AGUIAR, 2009), mais il reste assez surprenant que l'augmentation des températures moyennes annuelles à Ouahigouya résulte très majoritairement de l'accroissement des TN.

50Quoi qu'il en soit, les résultats obtenus montrent que le réchauffement climatique observé à l'échelle planétaire n'a pas épargné les sites de Ouagadougou et de Ouahigouya au Burkina Faso. Ce réchauffement n'a pas été identique sur les deux sites, ni homogène sur l'ensemble de la période considérée. Aux deux stations, on retrouve bien sûr l'augmentation des TM, TX et TN reconnue par tous les travaux réalisés sur l'Afrique de l'Ouest. Pour autant, il ne s'est pas produit l'augmentation des fréquences des conditions chaudes ni la diminution de celles des conditions fraîches, rapportées dans toutes les études antérieures, y compris au Burkina Faso (F. DE LONGUEVILLE et al., 2015). La rupture thermique observée au début des années 1980 à Ouagadougou, n'est pas non plus une surprise, mais elle ne s'est pas manifestée à Ouahigouya. Bien des questions restent donc en suspens.

51Compte tenu de l'étendue du pays et de ses contrastes climatiques, le nombre de stations utilisées dans cette étude est insuffisant pour tirer des conclusions définitives. La prise en compte d'un plus grand nombre de stations permettrait d'actualiser la caractérisation des températures de chaque zone-agro climatique et partant celles du pays entier.

Remerciements : Les auteurs expriment leur gratitude à M. Kangbéni DIMOBÉ doctorant à l'Université Ouaga I Pr Joseph Ki-Zerbo (UFR/SVT) pour son appui technique. Merci également au Dr Mathieu OUÉDRAOGO de l'ICRISAT-Bamako (Mali) pour sa relecture du manuscrit. Nous sommes redevables à Claude MARTIN, Directeur de publication de Physio-Géo, pour l'intérêt qu'il a accordé à notre travail et l'aide qu'il nous a apportée dans la phase de finalisation du texte, sans oublier les référés anonymes, pour leurs concours scientifiques.

Haut de page

Bibliographie

ADDINSOFT (2004) - XLSTAT-Pro 7.5.2. User's manual. Édit. Addinsoft, 230 p.

AGUIAR L.A.A. (2009) - Impact de la variabilité climatique récente sur les écosystèmes des Niayes du Sénégal entre 1950 et 2004. Thèse de Doctorat, Université du Québec, Montréal (Canada), 208 p.

ALI A. (2010) - Variabilité et changements du climat au Sahel : ce que l'observation nous apprend sur la situation actuelle. Grain de Sel, vol. 49, p. 13-14.

AMRAOUI L., SARR M.A. et SOTO D. (2011) - Analyse rétrospective de l'évolution climatique récente en Afrique du Nord-Ouest. Physio-Géo, vol. 5, p. 125-142, en ligne.

ASSEMIAN E.A., KOUAME F.K., DJAGOUA É.V., AFFIAN K., JOURDA J.P.R., ADJA M., LASM T. et BIEMI J. (2013) - Étude de l'impact des variabilités climatiques sur les ressources hydriques d'un milieu tropical humide : cas du département de Bongouanou (Est de la Côte d'ivoire). Revue des Sciences de l'Eau, vol. 26, n° 3, p. 247-261.

BAMBARA D., THIOMBIANO A. et HIEN V. (2016) - Changements climatiques en zones nord-soudanienne et sub-sahelienne du Burkina Faso : comparaison entre savoirs paysans et connaissances scientifiques. Revue d'Ecologie (Terre et Vie), Vol. 71, n° 1, p. 35-58.

BAUDRAN C., BLANCHARD P. et LOYER S. (2008) - Caractérisation et évolution du climat quelles conséquences pour la végétation forestière ? Région Pays de la Loire. Édit. ONF - CRPF - Région Pays de la Loire, 44 p, en ligne.

BENOIT É. (2008) - Les changements climatiques : vulnérabilité, impacts et adaptation dans le monde de la médecine traditionnelle au Burkina Faso. VertigO, vol. 8, n° 1, en ligne.

BRICHE É., MADELIN M., BELTRANDO G. et KERGOMARD C. (2010) - Analyse comparative des températures extrêmes de 1950 à 2100 issues des modèle ARPEGE-CLIMAT et LMD : intérêt pour l'activité viticole champenoise. Climatologie, vol. 7, p. 9-19.

BUNASOL (1987) - Répertoire des études pédologiques. Édit. Bureau National des Sols du Burkina Faso, document technique, Ouagadougou (Burkina Faso), 88 p.

DE LONGUEVILLE F., HOUNTONDJI Y.C., KINDO I., GEMENNE F. et OZER P. (2016) - Long-term analysis of rainfall and temperature data in Burkina Faso (1950-2013). International Journal of Climatology, vol. 36, n° 13, p. 4393-4405.

DIALLO I., SYLLA M.B., GIORGI F., GAYE A.T. et CAMARA M. (2012) - Multimodel GCM-RCM ensemble-based projections of temperature and precipitation over West Africa for the early 21st century. International Journal of Geophysics, 19 p., en ligne.

FAO (2010) - Évaluation des ressources forestières mondiales. Burkina Faso. Rapport national. Édit. FAO, rapport FRA2010/032, Rome, Italie, 70 p.

FAURIE C., FERRA C., MEDORI P., DEVAUX J. et HEMPTINNE J.L. (2011) - Écologie - Approche scientifique et pratique, 6e édition. Édit. Lavoisier, collection "Tec & Doc", 6ème édition, Paris, 507 p.

FEM-FIDA (2002) - S'attaquer à la dégradation et à la désertification des terres. Édit. FEM-FIDA, Rome, 9 p, en ligne.

FONTAINE B., JANICOT S. et MONERIE P.A. (2013) - Recent changes in air temperature, heat waves occurrences, and atmospheric circulation in Northern Africa. Journal of Geophysical Research: Atmospheres, vol. 118, n° 15, p. 8536-8552.

FONTÈS J. et GUINKO S. (1995) - Carte de la végétation et de l'occupation du sol du Burkina Faso. Note explicative. Projet Campus (88 313 101), Ministère de la Coopération Française, 67 p.

GOULA B.T.A., SAVANÉ I., KONAN B., FADIKA V. et KOUADIO G.B. (2006) - Impact de la variabilité climatique sur les ressources hydriques des bassins de N'Zo et N'Zi en Côte d'Ivoire (Afrique tropicale humide). VertigO, vol. 7, n° 1, p. 1-12, en ligne.

IBRAHIM B., KARAMBIRI H., POLCHER J., YACOUBA H. et RIBSTEIN P. (2013) - Changes in rainfall regime over Burkina Faso under the climate change conditions simulated by 5 regional climate models. Climate Dynamics, vol. 42, p. 1363-1381.

IPCC (2007) - The physical science basis. In : Contribution of Working Group I to the Fourth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, S. SOLOMON, D. QIN, M. MANNING, Z. CHEN, M. MARQUIS, K. AVERYT, M. TIGNOR et H. MILLER édit, Contribution of Working Group I to the Fourth Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, Édit. Cambridge University Press, Cambridge (GB), 996 p.

KLEIN TANK A.M.G., KONNEN G.P. (2003) - Trends in indices of daily temperature and precipitation extremes in Europe, 1946-99. Journal of Climate, vol. 16, n° 22, p. 3665-3680.

KOUAKOU K.E., GOULA B.T.A. et SAVANÉ I. (2007) - Impacts de la variabilité climatique sur les ressources en eau de surface en zone tropicale humide : cas du bassin versant transfrontalier de la Comoé (Côte d'Ivoire - Burkina Faso). European Journal of Scientific Research, vol. 16, p. 31-43.

KOUASSI A.M., KOUAMÉ K.F., AHOUSSI K.E., OULARÉ S. et BIEMI J. (2012) - Impacts conjugués des changements climatiques et des pressions anthropiques sur les modifications de la couverture végétale dans le bassin versant du N'zi-bandama (Côte d'Ivoire). Revist, vol. 20, n° 1, p. 124-146.

LIEBMANN B., DOLE R.M., JONES C., BLADÉ I. et ALLURED D. (2010) - Influence of choice of time period on global surface temperature trends estimates. Bulletin of the American Meteorological Society, vol. 91, n° 11, p. 1485-1491.

LODOUN T., GIANNINI A., TRAORÉ P.S., SOMÉ L., SANON M., VAKSMANN M. et MILLOGO-RASOLODIMBY J. (2013) - Changes in seasonal descriptors of precipitation in Burkina Faso associated with late 20th century drought and recovery in West Africa. Environmental Development, vol. 5, p. 96-108.

LOTT N., VOSE R., DEL GRECO S.A., ROSS T., WORLEY S. et COMEAUX J. (2008) - The integrated surface database: partnerships and progress. Actes du 88th AMS Annual Meeting (New-Orléans), CD-Rom, Édit. American Meteorological Society, Boston (USA), 3 p., en ligne.

LY M., TRAORÉ S.B., ALHASSANE A. et SARR B. (2013) - Evolution of some observed climate extremes in the West African Sahel. Weather and Climate Extremes, vol. 1, p. 19-25, en ligne.

MENNE M.J., DURRE I., VOSE R.S., GLEASON B.E. et HOUSTON T.G. (2012) - An overview of the global historical climatology network daily database. Journal of Atmospheric and Oceanic Technology, vol. 29, n° 7, p. 897-910.

MORON V., OUESLATI B., POHL B., ROME S. et JANICOT S. (2016) - Trends of mean temperatures and warm extremes in northern tropical Africa (1961-2014). Journal of Geophysical Research: Atmospheres, vol. 121, n° 10, p. 5298-5319.

O'DONNELL M.S. et IGNIZIO D.A. (2012) - Bioclimatic predictors for supporting ecological applications in the conterminous United States. Édit. U.S. Geological Survey, Data Series 691, Reston (USA), 10 p, en ligne.

OMM (1990) - Guide des pratiques climatologiques. Édit. Organisation Météorologique Mondiale, Genève (Suisse),100 p.

OUESLATI B., CAMBERLIN P., ZOUNGRANA J., ROUCOU P. et DIALLO S. (2017) - Variability and trends of wet season temperature in the Sudano-Sahelian zone and relationships with precipitation. Climate Dynamics, vol. 46, p. 1-24.

PANA Burkina (2007) - Programme d'Action National d'adaptation à la variabilité et aux changements climatiques (PANA du Burkina Faso). Édit. Ministère de l'Environnement et du Cadre de Vie, Ouagadougou (Burkina Faso), 76 p.

RINGARD J., DIEPPOIS B., ROME S., DIEDHIOU A., PELLARIN T., KONARÉ A., DIAWARA A., KONATÉ D., DJE B.K., KATIELLOU G.L., SEIDOU SANDA I., HASSANE B., VISCHEL T., GARUMA G.F., MENGISTU G., CAMARA M., DIONGUE A., GAYE A.T. et DESCROIX L. (2016) - The intensification of thermal extremes in west Africa. Global and Planetary Change, vol. 139, p. 66-77.

ROHDE R., MULLER R., JACOBSEN R., PERLMUTTER S. et MOSHER S. (2013) - Berkeley earth temperature averaging process. Geoinformatics & Geostatistics: An overview, vol. 1, n° 2, 13 p., en ligne.

ROME S., CANIAUX G., RINGARD J., DIEPPOIS B. et DIEDHIOU A. (2015) - Identification de tendances récentes et ruptures d'homogénéité des températures : exemple en Afrique de l'Ouest et sur le Golfe de Guinée. In : Modélisations et variabilités, Actes du 28ème Colloque International de l'AIC (Liège, Belgique), M. ERPICUM édit., Édit. Association Internationale de Climatologie, Liège (Belgique), p. 591-596.

SULTAN B., SERVAT É., MALEY J., MAHÉ G. (2001) - Interrelations entre les forêts tropicales et la variabilité climatique : une synthèse des études récentes. Sécheresse, vol. 12, n° 4, p. 221-229.

TENGEN L., LACIS A.A. et FUNG L. (1996) - The influence of mineral aerosols from disturbed soils on the global radiation budget. Nature, vol. 380, p. 419-422.

XUE Y. (1997) - Biosphere feedback on regional climate in tropical North Africa. Quarterly Journal of the Royal Meteorological Society, vol. 123, n° 542, p. 1483-1515.

ZHENG X. et ELTAHIR E.A.B. (1998) - The role of vegetation in the dynamics of West African monsoons. Journal of Climate, vol. 11, n° 8, p. 2078-2096.

ZHOU L., DICKINSON R.E., TIAN Y., VOSE R.S. et DAI Y. (2007) - Impact of vegetation removal and soil aridation on diurnal temperature range in a semiarid region: application to the Sahel. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, vol. 104, n° 46, p. 17937-17942.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Localisation de la zone d'étude.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/5688/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Figure 2 - Températures moyennes annuelles (TM) et moyennes annuelles des températures maximales (TX) et minimales journalières (TN) sur la période 1956-2015 à Ouagadougou.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/5688/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Figure 3 - Températures moyennes annuelles (TM) et moyennes annuelles des températures maximales (TX) et minimales journalières (TN) sur la période 1956-2015 à Ouahigouya.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/5688/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Tableau I - Températures moyennes (TM) et moyennes des températures maximales (TX) et minimales (TN) sur les périodes 1956-1985 et 1986-2015 à Ouagadougou et à Ouahigouya.
Légende Les valeurs en italique indiquent que les valeurs pour les deux périodes considérées ne sont pas significativement différentes au seuil de p < 0,05 selon le test de FISHER. Les intervalles de confiance indiqués correspondent à l'écart-type calculé sur les valeurs moyennes annuelles.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/5688/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 4 - Moyennes annuelles des températures saisonnières journalières sur la période 1956 à 2015 à Ouagadougou.
Légende SH : saison humide (juillet, août, septembre). SC : saison chaude (mars, avril, mai). SF : mois de saison fraîche (janvier, février, décembre).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/5688/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Titre Figure 5 - Moyennes annuelles des températures saisonnières journalières sur la période 1956 à 2015 à Ouahigouya.
Légende SH : saison humide (juillet, août, septembre). SC : saison chaude (mars, avril, mai). SF : mois de saison fraîche (janvier, février, décembre).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/5688/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Tableau II - Moyennes des températures saisonnières (SH, SC, SF) sur les périodes 1956-1985 et 1986-2015 à Ouagadougou et à Ouahigouya.
Légende SH : saison humide Les valeurs en italique indiquent que les valeurs pour les deux périodes considérées ne sont pas significativement différentes au seuil de p < 0,05 selon le test de FISHER. Les intervalles de confiance correspondent à l'écart-type.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/5688/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 6 - Fréquences annuelles des nuits fraîches (TN10p), des nuits chaudes (TN90p), des journées fraîches (TX10p)et des journées chaudes (TX90p) de 1956 à 2015 à Ouagadougou et Ouahigouya.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/5688/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 992k
Titre Tableau III - Nombre de jours annuels moyens correspondant aux indices de températures sur les périodes 1956-1985 et 1986-2015 à Ouagadougou et à Ouahigouya.
Légende TN10p : nuits fraîches. TN90p : nuits chaudes. TX10p : journées fraîches. TX90p : journées chaudes.Les valeurs en italique indiquent que les valeurs pour les deux périodes considérées ne sont pas significativement différentes au seuil de p < 0,05 selon le test de FISHER. Les intervalles de confiance correspondent à l'écart-type.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/5688/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dasmané Bambara, Halidou Compaoré et Ablassé Bilgo, « Évolution des températures au Burkina Faso entre 1956 et 2015 : cas de Ouagadougou et de Ouahigouya », Physio-Géo, Volume 12 | -1, 23-41.

Référence électronique

Dasmané Bambara, Halidou Compaoré et Ablassé Bilgo, « Évolution des températures au Burkina Faso entre 1956 et 2015 : cas de Ouagadougou et de Ouahigouya », Physio-Géo [En ligne], Volume 12 | 2018, mis en ligne le 27 février 2018, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/5688 ; DOI : 10.4000/physio-geo.5688

Haut de page

Auteurs

Dasmané Bambara

Institut de l'Environnement et de Recherches Agricoles (INERA), 01 BP 476, OUAGADOUGOU 01, BURKINA FASO.
Courriel : bambaradasmane@yahoo.fr

Halidou Compaoré

Institut de l'Environnement et de Recherches Agricoles (INERA), 01 BP 476, OUAGADOUGOU 01, BURKINA FASO.
Courriel : halidou21@yahoo.fr

Ablassé Bilgo

Institut de l'Environnement et de Recherches Agricoles (INERA), 01 BP 476, OUAGADOUGOU 01, BURKINA FASO.
Courriel : ablassebilgo@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals