Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Weathered: cultures of climates, Mike HULME, 2017

Éditions SAGE, Londres, 178 p.
Alexis Metzger
p. 1-3
Référence(s) :

Weathered: Cultures of climates, Éditions SAGE, Londres, 178 p.

Texte intégral

1Géographe au King's College de Londres, spécialiste des liens entre les cultures et les climats, Mike HULME propose un nouvel ouvrage très didactique sur le rapport entre temps qu'il fait (weather), cultures et climat. Composé de douze courts chapitres, de plusieurs encarts et de quelques figures, ce livre est une très riche ouverture à tous ceux qui s'intéressent aux rapports société - environnement sous l'angle de la météo et du climat. Si les références citées au cours du livre sont assez peu nombreuses, une riche bibliographie, principalement anglophone, attend le lecteur plus curieux à la fin. Un index très détaillé permet également au lecteur de retrouver facilement un concept ou un lieu mentionné.

2Le climat est un concept, une idée, définie par des moyennes, bien différent du temps qu'il fait expérimentable par les sociétés, hic et nunc. C'est ce que rappelle Mike HULME au premier chapitre. Mais là où le livre accroche le lecteur, c'est lorsque HULME propose une nouvelle définition plus sociale et culturelle du climat (p. 4) : il est un médium entre l'expérience humaine du temps qu'il fait et les façons de vivre, culturelles, des hommes. En ce sens, le climat est le temps qu'il fait à quoi les hommes s'attendent. Ils se sont habitués à une pluralité et diversité de types de temps, au film du temps comme dirait Max SORRE, en un lieu, et peuvent donc avoir une idée du temps qu'il fera à un moment dans l'année. Le climat, c'est ce à quoi on s'attend ; le temps qu'il fait, ce qu'on a (what we get) ! Comme dirait Serge ORMAUX, nous avons tous, selon nos lieux de vie, un "cycle probabiliste des ambiances climatiques" (2005, p. 94). Mais Mike HULME va plus loin, car selon lui le climat "stabilise les relations culturelles entre les gens et leur (their) temps qu'il fait" (p. 5).

3Cette idée forte est le fil conducteur du livre. Il la nuance au chapitre 3 en disant que chaque individu, par sa mémoire, a une certaine expérience des temps qu'il fait et a donc une certaine idée de ce qui est habituel ou extraordinaire. Il revient aussi sur l'idée de climat global qui, si elle est devenue "hégémonique" (p. 35), concevable scientifiquement, ne l'est pas d'un point de vue de l'expérience humaine, car ces stabilisations entre culture et temps qu'il fait sont multiples. Au chapitre 8, HULME insiste sur les façons de représenter le climat, depuis les isothermes de HUMBOLDT jusqu'aux modèles, en passant rapidement par la peinture et la photographie. Ces représentations sont aussi une forme de stabilisation matérielle entre une culture (scientifique, sociétale, autochtone…) et le temps qu'il fait. Il s'interroge alors sur les couleurs choisies dans les projections cartographiques, dans la lignée des travaux de Birgit SCHNEIDER (2014). Rien n'est "transparent" : la mise en image de données scientifiques implique des choix que les sociologues de l'art auraient à critiquer.

4Mike HULME nous emmène alors vers plusieurs horizons de recherche. Il montre comment certaines villes, régions, pays ont produit (ou sont identifiés à) des représentations (mentales et matérielles) nationales de climat. Les exemples de Bergen ou du "climat anglais" sont instructifs. Il montre comment l'appréciation de ces climats locaux a créé dans l'histoire certains stéréotypes, avec tantôt un climat "idéal", tantôt un climat "problématique" (p. 24). Mais il insiste aussi sur des retournements de représentations, prenant l'exemple du climat des Caraïbes, passé d'hostile à désirable pour les Européens. C'est particulièrement au chapitre 5 que Mike HULME s'interroge sur ce qui peut être jugé comme un idéal climatique, en matière de températures par exemple ou de jugement sur ce qu'est un bon ou un mauvais temps. Au chapitre 10, il prend aussi quelques exemples de ce qui a été ou est un climat "désirable". Or, comme toute idée du climat dépend selon HULME d'une relation culturelle très forte entre les sociétés et le temps qu'il fait, dans leur chez eux, comment imaginer un climat désirable ? Il ne peut être unique et surtout est loin d'être stable dans le temps. Qui pourrait alors décider ce que serait un climat "optimum" (p. 125) ? Ces questions éthiques, de gouvernance et de justice sont abordées dans ce même chapitre jusqu'à avancer l'idée à débattre de "restauration climatique". Elle pourrait en effet susciter de riches discussions (notamment sur les choix de seuils et d'idéaux) en écho au concept de "restauration écologique" qui connaît un certain engouement. Quel climax du climat ?

5Ces réflexions sur un climat idéal ont été également avancées dans un livre récent de Denis LAMARRE (2016) et dans un numéro récent de la revue Communications consacré au temps qu'il fait. Et, peut-être, HULME aurait pu insister sur l'importance des saisons dans ces imageries d'idéaux climatiques. Car comme le rappelle Martine TABEAUD (2017), les imaginaires sociaux de certains lieux se rapportent souvent à des saisons, comme l'été méditerranéen, qui lui aussi a connu des transformations de représentations dans l'histoire.

6Mike HULME bat également en brèche cette vieille antienne qu'est le déterminisme climatique, mais en proposant le terme plus adéquat selon nous aujourd'hui de "réductionnisme climatique" (p. 69), dans le contexte du changement climatique contemporain. C'est à dire répondre à des questions complexes par une explication simple ou le climat est au cœur du rapport société - temps (présent et futur). En prenant quelques exemples, p. 76-77, il montre à quel point le climat peut être une excuse pour tout en filant la métaphore du couteau suisse. C'est dans cette perspective qu'il propose d'interpréter le changement climatique comme une "méta-catégorie de changements" (p. 152), une manifestation de différents changements que l'Anthropocène met dans une même boîte.

7Pour HULME, cette nouvelle ère rend cependant discutable la définition de son climat, car elle repose conceptuellement sur une instabilité des rapports homme-nature (on est d'accord ou pas). Certes, le climat est riche de variabilités et de fluctuations, ce dont HULME a bien connaissance en parlant à quelques reprises du petit âge glaciaire et de l'optimum médiéval. Ce qui n'empêchait nullement aux sociétés de stabiliser ces rapports culturels au temps qu'il fait via une idée de climat. Mais aujourd'hui, "le climat est devenu à la fois tout et rien" (p. 152). C'est un "concept zombie". N'est-ce pas cependant la force de ce livre que de reconceptualiser le climat sans le rendre fourre-tout ? C'est comme si la thèse de HULME était happée par un autre concept trop gourmand.

8Au final, il nous manque un ou des mots en français. Comme l'ont souligné plusieurs auteurs, le mot "temps" (entendons, temps qu'il fait), est problématique, car souvent confondu au temps qui passe… Autant parler de faciès, d'ambiances atmosphériques (J.P. VIGNEAU, 1991) ? Mais comment traduire alors ce "weathering" humain ou ces cultures "weathered" dont parle HULME ? Qui permettent à l'idée de climat d'exister pour les hommes ? On ne peut guère parler de cultures "météorologiques", car ce n'est pas une expérience scientifique mais bien plutôt "un ensemble de mémoires, de pratiques sociales, d'identités partagées, d'artefacts et d'états émotionnels" (p. 60) qui stabilisent notre rapport socio-culturel au temps qu'il fait et nous permettent de concevoir des climats. Des cultures atmosphériques ? Météosensibles comme le propose Martin DE LA SOUDIÈRE ?

Haut de page

Bibliographie

LAMARRE D. (2016) - Les métamorphoses du climat. Éditions Universitaires de Dijon, 90 p.

ORMAUX S. (2005) - Le paysage, entre l'idéel et le matériel. In : La polyphonie du paysage, Y. DROZ et V. MIEVILLE-OTT édit., Édit. Presses Polytechniques et Universitaires Romandes, Lausanne (Suisse), p. 71-100.

SCHNEIDER B. et NOCKE T., sous la direction de (2014) - Image politics of climate change: visualizations, imaginations, documentations. Édit. Transcript Verlag (en collaboration avec Columbia Press), Bielefeld (Allemagne), 400 p.

TABEAUD M. (2017) - À la recherche du climat idéal. Communications, vol. 101, n° 2, p. 21­32.

VIGNEAU J.P. (1991) - Les mots du temps. Réflexions sur le vocabulaire des géoclimatologues. Norois, vol. 38, n° 152, p. 351-361.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexis Metzger, « Weathered: cultures of climates, Mike HULME, 2017 », Physio-Géo, Volume 12 | -1, 1-3.

Référence électronique

Alexis Metzger, « Weathered: cultures of climates, Mike HULME, 2017 », Physio-Géo [En ligne], Volume 12 | 2018, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/5770

Haut de page

Auteur

Alexis Metzger

École Normale Supérieure, CERES (Centre de Formation sur l'Environnement et la Société)
Courriel : alexis.metzger@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals