Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Volcans, séismes et tsunamis en Méditerranée, Jean-Claude BOUSQUET, 2018

Éditions Biotope (www.biotope-editions.com), Mèze, 360 p.
Pierre Guérémy
p. 5-8
Référence(s) :

Volcans, séismes et tsunamis, Éditions Biotope, Mèze, 360 p.

Texte intégral

1J'ai lu ce bel ouvrage avec les yeux d'un ancien enseignant et chercheur universitaire, que j'ai été, de même que son auteur, pendant plus de 30 ans, et il y a plus de vingt ans déjà.

2En tant qu'ancien enseignant, je ne saurais trop le recommander à d'actuels étudiants ou étudiantes. D'abord, en raison de la solidité des observations, remarquablement illustrées de photographies, dont beaucoup sont de l'auteur, afin d'apprendre à les cadrer et à les commenter succinctement. À ces clichés, s'ajoutent des croquis, parfois empruntés à d'autres auteurs, mais, alors, redessinés avec les mêmes signes conventionnels de l'un à l'autre, et le même soin à les commenter sobrement. Encore une leçon à tirer pour de futurs enseignants et/ou chercheurs.

3Une autre leçon à en extraire, pour des jeunes, porte sur l'art de présenter un exposé lumineux des méthodes complexes de caractérisation des phénomènes visibles et des mécanismes à déterminer, ainsi que de leur prévention.

4Un dernier point d'où tirer profit, pour eux, consiste dans la clarté des explications données, même là où, à juste titre, plusieurs d'entre elles sont à envisager, voire en débat, comme dans le cas des tsunamis.

5Pour des chercheurs expérimentés, qui ont déjà pris connaissance de nombreuses publications portant sur la tectonique des plaques, sur les volcans, sur les tremblements de terre ou sur les tsunamis, le principal intérêt de cet ouvrage, outre le rappel de quelques donnés fondamentales, consiste en leur application au domaine méditerranéen, dans toute sa complexité. Car d'autres endroits, plus simples, ont souvent été pris pour exemple, au cas par cas, qu'il s'agisse du rift sud-africain ou médio-atlantique, de la Cordillère des Andes ou de l'Himalaya. En Méditerranée, l'enchevêtrement de la tectonique des failles (normales, inverses ou décrochantes, et de directions diverses) avec celle des plaques, représentée par une subduction entre l'Europe et l'Afrique, complique singulièrement l'exposé, que l'auteur a cependant parfaitement maîtrisé et clairement mené, tant au niveau des faits observés que des explications qui en sont délivrées. On appréciera l'usage d'un vocabulaire sans défaillance, tel que celui, exclusif, du terme de "tsunami", à l'exclusion de l'expression "raz de marée", qui évoque une montée et un retrait de la mer de toute autre origine, au demeurant de faible portée dans cette mer quasiment sans marée.

6Ces mêmes chercheurs, souvent trop attachés à leurs propres travaux, se devront d'apprécier l'ouverture d'esprit de l'auteur, qui maîtrise plusieurs domaines de ceux que se réservent habituellement de purs "spécialistes", et qui va jusqu'à la prise en considération fréquente de textes anciens et de nombreuses gravures du temps où la photographie n'existait pas.

7Par rapport à des publications antérieures, l'auteur n'attribue pas le séisme et le tsunami dévastateurs de 1908 sur les deux rives du Détroit de Messine, au jeu d'un décrochement, qu'il est censé abriter, mais à celui d'une faille normale, proche de Taormine, puisque les décrochements sont incapables de produire un tel effet. Au vu de l'ouvrage récent de Michel DETAY (2017) sur les volcans, tout géomorphologue aurait sans doute apprécié la prise en compte de la classification géomorphologique des édifices volcaniques, figurant dès le début de ce livre (Chapitre1 : "Géomorphologie volcanique", page 5). Mais, à la différence d'une autre publication récente (Pascal BERNARD, 2017), notre auteur se garde bien d'affirmer que "les fureurs de l'océan" font "vibrer la terre"..., "la succession régulière de la houle"… "s'écrasant sur les récifs bordiers ou déferlant sur la plage", alors que la houle n'existe qu'en offshore, sous forte profondeur d'eau, et sans heurter le fond de la mer, dans un régime de vagues à mouvement oscillatoire.

8Géomorphologue, j'ai croisé la route d'un géologue, Jean-Claude BOUSQUET, au pied de plusieurs escarpements de faille ou de ligne de faille, en Calabre septentrionale (Monte Pollino) et centrale (fossé de Cosenza). Mon travail consistait, alors, à décrire et à expliquer ces anciennes formes de terrain de surface (des "paysages"). Il s'agissait aussi de reconstituer leur évolution, qui peut comporter un jeu de l'érosion différentielle, par exemple lorsque des dolomies broyées au contact de la faille, du côté du bloc relativement abaissé, affleurent contre une roche calcaire cohérente appartenant au bloc soulevé (escarpement dit de ligne de faille ‒ J.C. BOUSQUET, figure page 167), ce qui rend possible l'exhumation d'un miroir de faille, parfois avec stries. S'y ajoutait, pour mon propos, au pied de ces escarpements, l'étude des cônes ou des talus d'éboulis. Ces autres formes de terrain sont constituées de dépôts d'éboulis gélifractés, d'âge quaternaire, dont des brèches, à l'image de la fameuse "brèche mortadelle" des Abruzzes. Plus bas, des colluvions, constituées principalement de sable et de limons, ont été mises en place par le ruissellement. Leur base (le plancher), au profil irrégulier, lui est également redevable, alors que leur sommet (le toit) est constitué d'un ancien glacis d'accumulation colluviale, de profil rectiligne, se raccordant progressivement à un ancien versant régularisé ("versant de RICHTER"). Ces rapports entre failles, formes de terrain (de surface ou fossiles) et formations superficielles sont évoqués, mais sans doute à préciser, dans le bel ouvrage de J.C. BOUSQUET (figures pages 167, 169, 171 et 173, avec plusieurs blocs-diagrammes à l'appui). Ces anciennes formes de terrain de surface et les formations superficielles d'âge quaternaire qui leur sont associées, sont d'âge postérieur au jeu de la faille ayant engendré cet escarpement. Mais, dans certains cas, la faille a rejoué pendant le Quaternaire, provoquant leur déformation. Cela nous a amenés à nous rejoindre, Jean-Claude BOUSQUET et moi, sur la prise en considération du Quaternaire et donc de la néotectonique.

9Tout géomorphologue saura gré à J.C. BOUSQUET de la prise en compte de l'érosion différentielle à propos de ce qu'il est convenu de désigner sous l'appellation d'escarpement de ligne de faille (page 167), appellation souvent ignorée, mais qui convient pourtant, sur le terrain, à de nombreux plans de faille, parfois avec miroir, stries ou cannelures, ainsi exhumés.

10En revanche, tout géomorphologue regrettera que n'aient pas été plus rigoureusement et plus systématiquement distingués sur les croquis :

  • les formations superficielles, telles que les dépôts d'éboulis et les colluvions (pages 169, 171 et 173) ;

  • les processus géomorphogéniques en jeu, celui de gravité pour les premiers et de ruissellement pour les secondes (page 171, en légende) ;

  • les formes de terrain qui en résultent : un cône ou un talus d'éboulis, un glacis d'accumulation colluviale, passant parfois, progressivement vers le haut, sans angle net de rupture de pente, à un ancien versant régularisé (lissé), qualifié de "versant de RICHTER" (page 173) ; ce glacis colluvial n'est pas constitué d'alluvions (page 171, en légende), à l'inverse d'une terrasse alluviale, dont la mise en place, d'origine plus lointaine, est imputable à des cours d'eau ayant souvent véhiculé des matériaux grossiers et pris le temps de les émousser.

11Le géomorphologue que je suis, aurait en outre aimé que soient évoquées d'anciennes formes de terrain fossiles, telles que la "discordance de ravinement", de profil irrégulier, sur laquelle repose les colluvions, après un épisode d'érosion par le ruissellement, traduisant une dégradation de la couverture végétale provoquée par un changement de climat vers l'aride et/ou le froid.

12Bien après ma rencontre avec J.C. BOUSQUET dans les montagnes de la Calabre septentrionale et centrale, alors que je travaillais sur des littoraux de la Calabre du Sud en collaboration avec Bernard DUMAS, René LHÉNAFF et Janine RAFFY, j'ai été amené à prendre en considération des glissements de terrain, dont celui de Santa Trada, au sud de Scilla, évoqué par Jean-Claude BOUSQUET dans son dernier ouvrage, et qui fut à l'origine d'un tsunami meurtrier en 1783. Dans un glissement de terrain, le plan de glissement n'est pas sans analogie avec un plan de faille, y compris des stries, parfois, ainsi qu'un éventuel crochon ; et des brèches de pente peuvent faire partie de la masse glissée.

13En outre, de l'étude du séisme de Messine et Reggio de Calabre en1908, j'ai obtenu confirmation que, par rapport au soulèvement généralisé de la Calabre, l'amplitude des épisodes locaux de soulèvement cosismique est plutôt faible et que leur extension est limitée. Il ne faut donc pas attribuer un rôle excessif à ces épisodes de soulèvement cosismique, que ce soit pendant de longues régressions au cours du Pléistocène (lors du MIS 3, notamment) ou durant une seule transgression, supposée par certains auteurs (K. LAMBECK et al., 2005, figure 6) durant l'Holocène. Une nouvelle échelle stratigraphique portant sur l'Holocène met d'ailleurs l'accent sur des épisodes de refroidissement du climat, dont celui de 4,2 ka, datés par les spéléothèmes, et d'autres par référence à la courbe NGRIP. Des oscillations du niveau de la mer se sont inscrites sur des littoraux de Calabre en réponse à de telles variations du climat, à l'échelle du millénaire, avec un taux de soulèvement relativement constant d'un transect à un autre, de l'ordre de 1,3 à 1,4 m/ka, mis à part quelques rejeux de faille locaux. Toutefois de tels épisodes de soulèvement cosismique sont parfois intervenus localement pendant l'exercice du processus d'abrasion marine, en phase initiale de transgression, en provoquant le dédoublement d'une plate-forme d'abrasion marine, les deux formes étant exceptionnellement recouvertes par le même "paquet" de sédiments transgressifs ("transgressive sediments package").

14Depuis le temps où je retrouvais Jean-Claude BOUSQUET sur des terrains de Calabre, mon point de vue de chercheur, préoccupé de mettre en évidence les variations du niveau de la mer, est passé d'une géomorphologie traditionnelle, exclusivement de surface ("a geomorphological survey"), à une prise en considération de plusieurs anciennes formes de terrain fossiles. En font partie les anciennes plates-formes d'abrasion marine fossiles ainsi que les anciennes falaises fossiles qui leur sont associées dans le même "espace d'accueil" d'une "séquence de dépôt", tel qu'il a été excavé en début de transgression, puis partiellement recouvert de sédiments marins pendant toute la durée de celle-ci. En relèvent aussi les anciennes vallées fossiles et les anciens vallons latéraux fossiles, qui ont été creusés durant une régression, puis colmatés, en tout ou en partie, pendant une transgression suivante. Sans oublier les "discordances de ravinement" (qualifiées d'"unconformity") qui ont affecté des dépôts de terrasse marine dès le début d'une régression, avant la mise en place de colluvions sus-jacentes. Au point que chaque unité géomorpho-stratigraphique marine distincte, à mettre en rapport avec une oscillation glacio-eustatique correspondante, peut être entièrement délimitée, à son toit comme à son plancher, par d'anciennes formes de terrain fossiles d'origine continentale ou marine. Il devient donc nécessaire de procéder, à l'image des fouilles archéologiques, en coupe plutôt qu'en profil seulement, dès lors que les objets recherchés ont disparu de la surface du sol, ce qui peut être le cas des anciennes formes de terrain subaériennes, à cause des érosions, dont l'érosion différentielle, ayant affecté des sédiments marins détritiques meubles ou bien en raison de l'aménagement de terrasses de culture. Dans cet autre esprit, la géomorphologie rejoint alors la stratigraphie, plutôt que la tectonique.

15Quelles que soient ces raisons personnelles de mon attachement à cet ouvrage, je ne peux qu'en recommander la lecture non seulement à des étudiants et à des chercheurs, mais aussi à toute personne ouverte aux questions, qui se posent de notre temps, et se poseront dans le futur, en raison des dangers, que nous impose notre milieu naturel, dans un domaine, où il n'est pas possible de les empêcher de se produire, mais seulement d'essayer de s'en protéger.

Haut de page

Bibliographie

BERNARD P. (2017) - Pourquoi la terre tremble : séismes et tsunamis, comment les expliquer et pourra-t-on les prédire ? Édit. Belin, Paris, 463 p.

DETAY M. (2017) - Traité de volcanologie physique. Édit. Lavoisier, collection "Tec & Doc", Cachan, 480 p.

LAMBECK K., ANTONIOLI F., PURCELL A. et SILENZI S. (2004) - Sea-level change along the italian coast for the past 10.000 yr. Quaternary Science Reviews, vol. 23, p. 1567-1598.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Guérémy, « Volcans, séismes et tsunamis en Méditerranée, Jean-Claude BOUSQUET, 2018 », Physio-Géo, Volume 12 | -1, 5-8.

Référence électronique

Pierre Guérémy, « Volcans, séismes et tsunamis en Méditerranée, Jean-Claude BOUSQUET, 2018 », Physio-Géo [En ligne], Volume 12 | 2018, mis en ligne le 19 juillet 2018, consulté le 18 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/6159

Haut de page

Auteur

Pierre Guérémy

École Professeur honoraire (Université De Reims Champagne-Ardenne), 12 boulevard des Clèches, 51420 CERNAY-LES-REIMS.
Courriel : pierre.gueremy@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals