Navigation – Plan du site
Articles

Analyse spatiale diachronique de l'occupation du vignoble algérien depuis 60 ans : cas de la wilaya de Mostaganem

Diachronic spatial analysis of the occupation of the Algerian vineyard over the past 60 years: case of the Wilaya of Mostaganem
Nabila Caïd, Mustapha Chachoua et Faouzi Berrichi
p. 53-74

Résumés

La culture de la vigne a été développée en Algérie par la colonisation française. À l'indépendance, en 1962, le vignoble algérien, à destination vinicole, couvrait plus de 350 000 ha dont l'essentiel de la production était écoulé en France. Sur le territoire de la future wilaya de Mostaganem (2269 km2), 49030 ha étaient alors couverts de vignes, en particulier sur le plateau de Mostaganem.
La perte du marché français à la fin des années 1960 a provoqué une réduction très forte du vignoble. Ce déclin n'a fait que s'aggraver jusqu'aux mesures adoptées en 2000 pour soutenir l'agriculture.
Afin d'analyser l'évolution des superficies plantées en vigne, une étude diachronique a été menée à partir de cartes topographique (1958 et 1983) et d'images satellitaires Google Earth Pro (2017).
Les résultats mettent en évidence un effondrement des superficies entre 1958 et 1983. Le vignoble s'est encore rétracté entre 1983 et 2017, date à laquelle il ne couvre que 6190 ha. Mais l'examen des parcelles présentes en 1983 qui ont disparu en 2017, confirme que le déclin du vignoble a été maximal à la fin des années 2000.
L'évolution du vignoble s'est également traduite par une profonde mutation spatiale. Les communes du plateau de Mostaganem et plus encore des plaines des Bordjias ont subi des pertes relatives considérables. Au contraire, les vignes ont mieux résisté dans les communes littorales du nord et les superficies ont même augmenté entre 1983 et 2017 dans certains secteurs des monts du Dahra.
Malgré le regain récent, l'avenir du vignoble reste incertain dans un pays où la religion interdit la consommation de vin et juge sévèrement sa production.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1L'histoire viticole algérienne a connu deux grandes époques. La première remonte à l'antiquité, phénicienne puis romaine. La deuxième, plus longue et plus marquante, est celle de la colonisation française. L'oïdium, en 1863, puis, vers la fin des années 1880, le phylloxéra ont dévasté les vignobles européens et notamment français (P. GALET, 2000). L'Algérie, alors considérée comme une "terre promise", faisait dire en l'année 1875 au général CHANZY, gouverneur général de l'Algérie, qu'"avec le phylloxéra en France, si l'Algérie a la volonté et la prudence de l'éviter, c'est l'Algérie qui bientôt appelant à son aide un certain nombre de vignerons, remplira les cuves de France" (E. SCOTTI ,1987).

2Durant la période coloniale (1830-1962), la viticulture était pratiquée sur une grande partie du territoire algérien et elle dominait dans l'Ouest (Mostaganem, Oran, Aïn Témouchent, Tlemcen). Les plaines de la Mitidja et de Bône, très fertiles, se prêtaient à toutes les cultures. Elles constituaient déjà les centres agricoles majeurs de l'Algérie (L. VERRIÈRE et R. OLIVIER, 1957).

3La vigne était en Algérie la culture rémunératrice par excellence : au bout de cinq ans seulement, elle permettait de rembourser, par une seule récolte, les investissements consentis pour l'acquisition du foncier et la plantation et (H. ISNARD, 1949). L'Algérie était alors le quatrième producteur de vin dans le monde et le premier exportateur d'Afrique, le marché français absorbant l'essentiel de sa production (M. TOUMI, 2006).

4À l'indépendance, en 1962, l'Algérie a hérité d'un vignoble colonial à vocation vinicole, vaste de plus de 350 000 ha (le maximum avait été atteint en 1936 avec près de 400 000 ha), qui produisait chaque année entre 16 et 18 millions d'hectolitres (P. BIREBENT, 2013). Dans le contexte de relations algéro-françaises difficiles, la France s'est très vite fermée à la production vinicole algérienne. Ses importations de vin sont tombées de 8 355 641 hl en 1966 à 3 510 334 hl en 1967, alors que les accords conclus en 1964 prévoyaient 7 250 000 hl (H. ISNARD, 1969). Elles ont ensuite continué à décliner, jusqu'à leur suspension complète par le gouvernement français au début des années 1970, sur fond de crise au sujet des hydrocarbures.

5Dans les années 1970, le vieillissement des vignes, la mévente du vin et des conditions météorologiques défavorables, en particulier dans les années 1990, se sont traduites par un arrachage massif des vignes et la chute de la production (M. TAYEB, 1990). Beaucoup de parcelles viticoles ont été reconverties au profit de cultures maraîchères, fourragères, céréalières ou arboricoles. Les problèmes socio-économiques induits par les difficultés du vignoble ont conduit de nombreux viticulteurs à abandonner toute activité agricole, ce qui a provoqué un fort exode rural vers les villes et une émigration massive vers les pays européens, en particulier la France (H. TOULAIT, 1988). Ce mouvement a été amplifié par les tensions religieuses au début des années 1990, qui ont condamné bien des parcelles productrices de raisins de cuve.

6À partir de l'année 2000, l'État a lancé plusieurs programmes pour améliorer l'agriculture et en augmenter les productions (MADR, 2012). Cette politique a profité à la viticulture, qui a accru ses superficies. Mais la culture de la vigne a continué de souffrir du manque de main d'œuvre, particulièrement à la période des vendanges, et surtout de la mévente du vin, produit dont les exportations annuelles ne dépassent pas quelques milliers d'hectolitres. D'une superficie de 56000 ha en 1998, le vignoble algérien est remonté à 75000 ha en 2017. Mais il ne se place plus qu'au 22ème rang au niveau mondial (OVI, 2018).

7Notre objectif est de montrer comment cette évolution générale des surfaces en vigne s'est traduite dans la wilaya de Mostaganem.

II - Présentation de la zone d'étude

8La zone d'étude s'étend sur une superficie de 2269 km2, de 0°8' Ouest à 0°46' Est et de 36°29' à 35°37' Nord. Située dans le Nord-Ouest de l'Algérie, elle est bordée, au nord et au nord-ouest par la mer Méditerranée, avec une façade maritime de l'ordre de 120 km, à l'est par la wilaya de Chleff, au sud par les wilayas de Mascara et de Rélizane, et à l'ouest par celle d'Oran (Fig. 1). La wilaya de Mostaganem comptait 504 000 habitants en 1987 et 737 000 en 2008 (densité moyenne : 325 h/km2).

Figure 1 - Localisation de la zone d'étude.

Figure 1 - Localisation de la zone d'étude.

9Nommée "Murustaga"par les Phéniciens, puis reconstruite par les Romains sous le nom de "Cartennae", la ville de Mostaganem a connu diverses occupations et une succession de civilisations, byzantine, arabe, turque, espagnole, et française.

10Ces différentes conquêtes ont introduit des cultures maraîchères et arboricoles sous forme de jardins, puis des cultures industrielles (coton, tabac, lin). La région de Mostaganem comptait 75000 parcelles consacrées au jardinage avant la colonisation française (PDAU, 1998, in W. MEGHERBI, 2015).

1 ) Considérations générales sur le milieu physique

11La région de Mostaganem associe plusieurs unités de relief (Fig. 2) :
- Au centre et au sud, la façade littorale est constituée de plages sableuses, en arrière desquelles se trouvent des formations dunaires, mobiles ou consolidées.
- Au nord de la vallée du Chéliff, les monts du Dahra sont constitués de marnes, de flyschs et de grès. Ils forment une chaîne accidentée, drainée par un réseau hydrographique très dense. Les sommets atteignent de 300 à plus de 550 m d'altitude. Sur des pentes assez fortes, les sols sont souvent peu évolués.
- Entre la mer et les monts du Dahra, des vallées et des plaines littorales forment un ensemble qui s'élargit vers le nord. Le soubassement est presque exclusivement marneux au centre et au sud. Des flyschs apparaissent également dans la partie nord.
- Au sud de la vallée du Chéliff, le plateau de Mostaganem, dont le soubassement est formé de grès pliocènes à ciment calcaire (M. ZAOUI, 2015), présente une surface ondulée, inclinée vers le sud-ouest et le golfe d'Arzew. Les formations du Tertiaire sont couvertes de lumachelles pléistocènes et de matériaux sableux (produits d'altération et remaniements éoliens). Les altitudes sont généralement comprises entre 50 et 300 m, mais elles dépassent localement 450 m. Au nord, le plateau surplombe la mer et le bas Chéliff par un escarpement haut de 150 à 200 m. Les sols sont de type décalcifié rubéfié, souvent lessivés, passant souvent à des sols dunaires. Ils peuvent présenter en profondeur des encroûtements calcaires (J. BOULAINE, 1955). Dans les bas-fonds se sont accumulés des matériaux riches en matière organique.
- À l'est de ce plateau, des collines aux sommets arrondis, culminant entre et 150 et 300 m d'altitude, peuvent être rattachées aux monts du Dahra selon le critère topographique.
- Enfin, à l'extrême sud-est, au pied du plateau, s'étendent les plaines des Bordjias, qui englobent les marais de la Macta. C'est ici le domaine de sols salins développés sur des alluvions.

Figure 2 - Distribution des unités de relief dans la région de Mostaganem.

Figure 2 - Distribution des unités de relief dans la région de Mostaganem.

Les chiffres indiquent les communes :
1 : Ouled Boughalem. 2 : Achaâcha. 3 : Khadra. 4 : Nekmaria. 5 : Sidi Lakhdar. 6 : Tazgait. 7 : Hadjadj. 8 : Abdelmalek Ramdane. 9 : Sidi Ali. 10 : Ouled Maalah. 11 : Sidi Belattar. 12 : Mostaganem. 13 : Aïn Boudinar. 14 : Kheireddine. 15 : Aïn Tedlès. 16 : Sour. 17 : Oued El Kheir. 18 : Sayada. 19 : Mazagran. 20 : Hassi Mamèche. 21 : Mesra. 22 : Mansourah. 23 : Souaflia. 24 : Safsaf. 25 : Stidia. 26 : Aïn Nouissy. 27 : Aïn Sidi Cherif. 28 : Touahria. 29 : Fornaka. 30 : El Hassiane. 31 : Sirat. 32 : Bouguirat.

12Sur le plan climatique, Mostaganem appartient à l'étage méditerranéen semi-aride. La période chaude et sèche couvre au moins cinq mois de l'année (Fig. 3).

Figure 3 - Diagramme ombrothermique de la station de Mostaganem sur la période 1976-2007.

Figure 3 - Diagramme ombrothermique de la station de Mostaganem sur la période 1976-2007.

D'après M. ZAOUI, 2015 (source des données : Office National de Météorologie).

13Sur la période 1977-2012, Mostaganem a reçu des précipitations annuelles moyennes de 376 mm, mais avec de fortes fluctuations interannuelles et une tendance générale à la hausse (Fig. 4). Sur les décennies 1980-1989, 1990-1999 et 2000-2009, les valeurs annuelles moyennes ont atteint respectivement 327 mm, 345 mm et 427 mm. La station de Mostaganem semble assez représentative des précipitations moyennes sur la wilaya : avec 340 mm/an sur la période 1976-2005, elle occupe le 6ème rang sur 13 stations, par ordre décroissant, la valeur maximale étant celle de Sidi Lakhdar avec 448 mm/an (M. ZAOUI, 2015).

Figure 4 - Précipitations annuelles à Mostaganem de 1977 à 2012.

Figure 4 - Précipitations annuelles à Mostaganem de 1977 à 2012.

D'après M. SENOUCI et A. TRACHE, 2014 (source des données :Office National de Météorologie).

14Pour la même station, la température annuelle moyenne est de 17,5°C sur la période 1977-2012 (Fig. 5). Les valeurs décadaires s'établissent à 17,2°C (1980-1989), 17,6°C (1990-1999) et 17,9°C (2000-2009). Cette augmentation se retrouve pour les moyennes décadaires des températures maximales journalières, qui passent de 22,9°C à 23,1°C et à 23,6°C respectivement.

Figure 5 - Températures moyennes annuelles à Mostaganem de 1977 à 2012.

Figure 5 - Températures moyennes annuelles à Mostaganem de 1977 à 2012.

D'après M. SENOUCI et A. TRACHE, 2014 (source des données : Office National de Météorologie).

2 ) Le climat et la vigne dans la région de Mostaganem

15Des conditions propices à la vigne (sols adaptés dans beaucoup de secteurs, gelées peu nombreuses ‒ moins de 10 jours/an ‒ et peu intenses, précipitations suffisantes) ont favorisé la plantation en masse de la vigne au temps de la colonisation française.

16Un minimum de 250 à 350 mm de pluie est nécessaire durant la période végétative et la phase de maturation des raisins (sur 200 jours environ). Cette condition est le plus souvent satisfaite, ce qui limite les stress hydriques, dont la répétition peut menacer la pérennité des plants (P. GALET, 2000). Sur la période 1977-2012, seules deux années ont reçu des pluies inférieures à 250 mm (1989 : 241 mm ; 1994 : 216 mm).

17L'accroissement des températures a entraîné une avancée de la date des vendanges de presque un mois au cours des cinquante dernières années (M. SENOUCI et A. TRACHE, 2014). Le décalage de la date de floraison, qui s'est produit parallèlement, augmente les risques de gel. Tout aussi problématique est l'allongement des périodes de canicule. Ainsi, en août 2007, une canicule de six jours consécutifs, avec des températures atteignant jusqu'à 42°C, a causé l'assèchement des grappes de raisins (M. SENOUCI et A. TRACHE, 2014).

18Deux indices bioclimatiques spécifiques de la viticulture, l'indice héliothermique de HUGLIN (IH) et l'indice de fraîcheur des nuits (IF), permettent de caractériser les conditions de culture en relation avec les températures. Ils ont été calculés pour la station de Mostaganem à partir des données de six années (2001, 2003, 2005, 2009, 2012, 2017) trouvées sur le site de Meteomanz.com.

19IH (M. HUGLIN, 1978) est déterminé sur les mois où les températures journalières sont supérieures à 10°C (du 1er avril au 30 septembre dans l'hémisphère Nord) :

20Pour les six années considérées, les indices IH sont compris entre 2655 (en 2001) et 2953 (en 2017). Cinq valeurs dépassent 2790 et deux, 2900. La station de Mostaganem se place dans la partie supérieure de la classe "chaude" de M. HUGLIN (entre 2400 et 3000, avant-dernière de six classes allant jusqu'à "très chaude"). Le climat de Mostaganem est donc favorable à une forte teneur en sucre des raisins.

21L'indice de fraîcheur (IF) correspond à la moyenne des températures "nocturnes" (considérées à travers les températures minimales journalières) du mois qui précède la vendange (W.M. KLIEWER et R.E. TORRES, 1972 ; J. TONIETTO et A. CARBONNEAU, 2004). Dans la région de Mostaganem, les vendanges sont entamées dès le début du mois d'août et se poursuivent jusqu'en septembre. Les viticulteurs se dépêchent de récolter les grappes parvenues à maturité, afin d'éviter leur dessèchement sous l'effet des fortes températures estivales.

22L'indice IF informe sur les conditions de maturation des baies, donc sur leur coloration (W.M. KLIEWER et R.E. TORRES, 1972 ; C. HOLTZ et al., 2012) et sur la formation des composés aromatiques (E. VAUDOUR, 2003).

23En juillet et en août, les six années considérées appartiennent à la classe "nuits chaudes" (> 18°C ‒ classe la plus élevée), avec des valeurs allant de 18,7°C (en août 2005) à 22,1°C (en août 2003), dont neuf dépassent 20,0°C.

24En septembre, mois qui concerne la toute fin des vendanges, trois années (2001, 2003 et 2012) sont dans la classe des "nuits chaudes" (avec une valeur maximale de 18,9°C en 2001) et les trois autres dans la partie supérieure (valeurs au-dessus de 17°C) de la classe des "nuits tempérées" (de 16 à 18°C).

25Les conditions climatiques limitent le développement des maladies cryptogamiques, parmi lesquelles le mildiou (Plasmopara viticola) et l'oïdium (Uncinula necator) sont les plus fréquentes. Les campagnes d'information et de vulgarisation menées par la Direction des Services Agricoles (DSA) de la wilaya de Mostaganem aident les viticulteurs à s'en prémunir.

III - Connaissances disponibles sur l'évolution du vignoble dans la région de Mostaganem

26Pendant la période coloniale, la région de Mostaganem était l'une des régions les plus réputées du vignoble algérien pour la production de "l'or rouge". Il en va bien différemment aujourd'hui. La production de raisins de cuve, comme celle de raisin de table, sont devenues très faibles. Cette évolution a été décrite dans un rapport (PDAU, 1998, in W. MEGHERBI, 2015) auquel nous empruntons une partie des informations présentées dans ce chapitre.

27Avant l'indépendance, le paysage agraire se partageait entre un secteur colonial et un secteur autochtone. Celui-ci était constitué de nombreuses petites exploitations destinées à l'autoconsommation. Mais les exploitations coloniales, d'extension généralement modeste (moins de 20 ha dans l'Algérois), toutes consacrées à la vigne, étaient largement dominantes en superficie dans certains secteurs, en particulier sur le plateau de Mostaganem.

28Après l'indépendance et la réforme du statut juridique des terres, donc avec la perte inéluctable du débouché français, le vignoble était appelé à décliner. Après la décision d'arracher les vignes prise par le pouvoir politique au début des années 1970, l'évolution a été partout spectaculaire (voir Fig. 6). Sur une large partie du plateau de Mostaganem, la part du vignoble dans la surface agricole utile (SAU) est passée de 75 % en 1959 à 69,8 % en 1972 et 5,2 % en 1991.

29Le vignoble a été en partie remplacé par des cultures céréalières. Cette mutation a souvent provoqué l'appauvrissement des sols et le déclenchement de l'érosion hydrique (en particulier sur les terrains marneux des monts du Dahra) et de l'érosion éolienne (sur les dunes du littoral et sur le plateau de Mostaganem).

30Le recul a atteint son niveau le plus fort à la fin des années 1990 : 7841 ha recensés en 1997-1998 (Tab. I).

Tableau I - Superficies du vignoble dans la wilaya de Mostaganem lors de différentes années viticoles.

Tableau I - Superficies du vignoble dans la wilaya de Mostaganem lors de différentes années viticoles.

Source : Direction des Services Agricoles (DSA) de la wilaya de Mostaganem. Voir infra dans le texte, la critique de ces données.

31À partir des années 2000, diverses actions, dont le lancement du Plan National de Développement Agricole (PNDA) et celui du Fond National de Développement et de Régulation Agricole (FNDRA), ont permis une certaine réhabilitation, mais dans des proportions qui sont restées limitées. Après avoir sensiblement augmentées (13267 ha en 2006), les superficies ont recommencé à décroître (11162 ha en 2014). La plus forte concentration de vignes est actuellement réalisée dans la partie nord de la wilaya, sur trois communes littorales contigües : Sidi Lakhdar (n° 5), Hadjadj (n° 7) et Khadra (n° 3). En 2016, par exemple, année qui semble se placer dans la moyenne actuelle (production totale de 390784 quintaux, contre 374154 en 2015 et 399228 en 2017), les productions, bien modestes au regard du passé, ont atteint 242 380 quintaux pour les raisins de cuve et 148 404 quintaux pour les raisins de table, le tout étant destiné au seul marché national. Les communes les plus productives ont été :

  • Sidi Lakhdar (138 182 q, dont 108 810 de raisins de cuve), Hadjadj (26085 q, dont 22995 de raisins de cuve) et Khadra (19230 q, dont 6900 de raisins de cuve), dans les plaines et vallées du nord ;

  • Abdelmalek Ramdane (21005 q, dont 18100 de raisins de cuve), Souaflia (12522 q, dont 2912 de raisins de cuve) et Safsaf (10460 q, dont 2410 de raisins de cuve), dans les monts du Dahra.

32Pour les raisins de cuve, les principaux cépages sont le cinsault et le carignan, auxquels s'ajoutent, de façon variable selon les communes, le grenache noir, le grenache blanc, l'alicante et le cabernet. Les raisins de table sont variés : muscat d'Alexandrie, dattier de Beyrouth, adari, cardinal, valensi, grand noir. Dans la plupart des nouvelles plantations, les porte-greffes proviennent d'Algérie.

33Les raisins de cuve sont traités aujourd'hui par huit caves. Trois appartiennent à la Société de Transformation des Produits Viticoles (SOTRAVIT), qui a pris la suite de l'Office National de commercialisation des Vins (ONCV), trois autres à la Société des Grands Crus de l'Ouest (GCO) et les deux dernières à la société privée Les Vins de l'Oranie (VDO).

34Ces caves sont les héritières de coopératives qui existaient au temps de la présence française, mais elles ont bien sûr été rénovées depuis. Elles produisent des vins rouges de consommation courante (VCC), ainsi que du vinaigre. Cinq sont situées dans les plaines et vallées du nord (deux à Khadra, les autres à Achaâcha, Hadjadj et Sidi Lakhdar), une sur le plateau de Mostaganem (Kheireddine), une dans les monts du Dahra (Sidi Ali) et la dernière dans les plaines des Bordjias (Fornaka).

35Les vignes ne sont pas montées sur fil de fer et subissent une taille en gobelet. Le désherbage reste mécanique et les vendanges sont effectuées à la main. En cela rien n'a changé par rapport à la période coloniale. Mais, ici comme dans beaucoup de vignobles du monde, les produits phytosanitaires ont beaucoup évolué.

IV - Matériels et méthodes

36Le terrain d'étude est couvert par deux séries de cartes topographiques au 1/25000 : la première (19 cartes), datée de 1958, a été levée par l'Institut Géographique National (IGN) ; la seconde (24 cartes), datée de 1983, est l'œuvre de l'Institut National de Cartographie et de Télédétection (INCT). Ces documents, qui permettent de faire un saut dans le temps de 25 ans, encadrent la période au cours de laquelle le vignoble a subi l'essentiel de son recul.

37Pour l'étude de la situation actuelle, nous avons utilisé les images Google Earth Pro (exportables orthorectifiées) des 6 juin et 6 juillet 2016 et des 12, 15 et 21 juin 2017. Le choix d'images prises en juin et juillet permet une bonne reconnaissance des parcelles de vigne, ces mois correspondant à la période de développement des organes végétatifs de la vigne.

38Après scannage à 400 dpi, les cartes topographiques ont fait l'objet d'un recalage à l'aide du logiciel ArcGIS. La numérisation des parcelles de vigne a constitué une étape très longue, en particulier pour les nombreuses parcelles de 1958. La vectorisation des surfaces de vigne (Fig. 6) a ensuite permis de dresser les cartes du vignoble en 1958 et 1983.

Figure 6 - Vectorisation des surfaces de vigne sur fond topographique scanné.

Figure 6 - Vectorisation des surfaces de vigne sur fond topographique scanné.

Fonds topographiques IGN 1958 (à gauche) et INCT 1983 (à droite).

39Sur les images Google Earth Pro, les étendues de vigne se distinguent assez aisément du reste de la végétation par leur texture moyennement grossière et leur structure ordonnée et homogène. Elles ont fait l'objet d'une interprétation visuelle avant d'être vectorisées pour élaborer une carte du vignoble en 2017 (Fig. 7). Des vérifications effectuées sur le terrain, dans les secteurs où l'interprétation visuelle n'avait pas été jugée convaincante (5 à 8 parcelles par commune), ont ensuite permis d'aboutir au document définitif.

Figure 7 - Identification visuelle (points repères) et vectorisation (traits rouges) de parcelles de vigne sur l'image Google Earth du 15 juin 2017.

Figure 7 - Identification visuelle (points repères) et vectorisation (traits rouges) de parcelles de vigne sur l'image Google Earth du 15 juin 2017.

V - Résultats

1 ) Cartes du vignoble en 1958, 1983 et 2017

40Afin de pouvoir réaliser le traitement des données commune par commune, nous avons subdivisé le terrain d'étude suivant des limites administratives. Quatre ensembles ont été distingués, qui correspondent approximativement aux principales unités de relief : plaines et vallées du nord, monts du Dahra, plateau de Mostaganem et plaines des Bordjias (voir Fig. 2). La façade littorale est associée aux grandes unités les plus proches et les collines à l'est du plateau de Mostaganem sont intégrées dans les monts du Dahra. Certaines communes sont à cheval sur deux et parfois trois unités morphologiques. Dans ce cas, leur rattachement a tenu compte des superficies concernées, mais aussi de la localisation des vignes.

41Les superficies occupées par le vignoble en 1958, 1986 et 2017 sont présentées dans le tableau II.

Tableau II - Superficies en vigne dans la wilaya de Mostaganem en 1958, 1983 et 2017.

Tableau II - Superficies en vigne dans la wilaya de Mostaganem en 1958, 1983 et 2017.

Les superficies des communes sont tirées de Wikipédia. La somme de ces valeurs arrondies fait 2271 km2 (contre 2269 km2 annoncés pour l'ensemble de la wilaya).

42La superficie totale des parcelles de vigne en 1958 est évaluée à 43030 ha. L'essentiel du vignoble s'étend au sud du Chéliff (Fig. 8). Il est fortement représenté sur le plateau de Mostaganem, en particulier dans les communes de Aïn Tedlès (n° 15), Sour (n° 16), Mansourah (n° 22), Oued El Kheir (n° 17) et Stidia (n° 25). Les vignes sont moins présentes dans les autres unités, en particulier dans les monts du Dahra stricto sensu (au nord du Chéliff).

Figure 8 - Carte du vignoble de la région correspondant à la wilaya de Mostaganem en 1958.

Figure 8 - Carte du vignoble de la région correspondant à la wilaya de Mostaganem en 1958.

43Par ses pentes faibles et par les matériaux riches en matière organique qui ont rempli les fond de dépression, où les conditions d'humidité sont favorables (M. ZAOUI, 2015), le plateau de Mostaganem stricto sensu a constitué le cœur du vignoble de la région à l'époque coloniale. Mais les communes littorales, en tout cas celles de Mazagran (n° 19) et de Stidia (n° 25), étaient elles-aussi couvertes de grandes parcelles de vigne, d'une superficie moyenne de l'ordre de 5 ha, qui surplombaient le cordon littoral.

44La superficie du vignoble déterminée à partir de la carte topographique de 1983 (Fig. 9) est de 11028 ha seulement, ce qui représente une diminution de 74 % par rapport à 1958. La régression atteint 85 % dans les plaines des Bordjias et 81 % sur le plateau de Mostaganem. Toutes les communes de cette unité sont touchées, notamment celle d'Aïn Tedlès (n° 15), là où le vignoble était le plus étendu en 1958 (5106 ha), qui perd 88 % de ses vignes. Dans les plaines et vallées du nord, en revanche, la vigne recule peu (-15 %), en partie grâce à l'augmentation enregistrée dans la commune de Hadjadj (n° 7). À l'échelle de la wilaya, deux autres communes ont connu une extension de la vigne, celles de Ouled Maalah (de 0 à 11 ha) et de Sidi Belattar (de 239 à 254 ha), toutes deux dans les monts du Dahra (n° 10 et 11), mais cela relève évidemment de l'anecdote. En 1983, seules trois communes ont un vignoble dépassant 1000 ha (maximum de 1508 ha dans celle de Hadjaj, n° 7, commune littorale du nord), alors qu'il y en avait dix-neuf en 1958.

Figure 9 - Carte du vignoble de la wilaya de Mostaganem en 1983.

Figure 9 - Carte du vignoble de la wilaya de Mostaganem en 1983.

45La superficie du vignoble régresse encore entre 1983 et 2017 (Fig. 10), tombant à 6190 ha. Le plateau de Mostaganem (Photo 1) subit de nouveau une diminution très forte (­75 %, pour s'établir à 1392 ha) et les vignes disparaissent presque totalement des plaines des Bordjias, où il n'en reste que 65 ha. Sur le plateau de Mostaganem, la commune de Aïn Tedlès (n° 15) n'a plus que 77 ha de vigne, bien loin des 5106 ha de 1958.

Figure 10 - Carte du vignoble de la wilaya de Mostaganem en 2017.

Figure 10 - Carte du vignoble de la wilaya de Mostaganem en 2017.

Photo 1 - Vignes et autres cultures sur le plateau de Mostaganem, dans le secteur Kheireddine-Bouguirat, au pied d'un relief des monts du Dahra au sud du Chéliff. [cliché : Nabila CAÏD, mai 2019]

Photo 1 - Vignes et autres cultures sur le plateau de Mostaganem, dans le secteur Kheireddine-Bouguirat, au pied d'un relief des monts du Dahra au sud du Chéliff. [cliché : Nabila CAÏD, mai 2019]

46En revanche, le vignoble résiste relativement bien dans les plaines et vallées du nord (avec 2534 ha) et augmente même nettement dans les monts du Dahra (2199 ha). Seules deux communes ont plus de 800 ha couverts de vigne : Safsaf (n° 24, dans les monts du Dahra, 835 ha) et Sidi Lakhdar (n° 5, dans les plaines et vallées du nord, 1165 ha). Par rapport à 1983, le vignoble s'est accru dans huit communes, les augmentations les plus notables étant celles de Souaflia (n° 23 ‒ 623 ha en 2017, contre 2178 en 1983 et 90 seulement en 1983) et Safsaf (n° 24 ‒ 835 ha en 2017, contre 239 en 1958 et 254 en 1983). Ces deux communes s'étendent sur les collines associées aux monts du Dahra.

47Sur l'ensemble de la wilaya, la diminution du vignoble s'est accompagnée d'une transformation du parcellaire viticole. Les vignes de la fin de l'époque coloniale étaient plantées sur de vastes parcelles en monoculture. Les parcelles sont maintenant de petite taille et de forme irrégulière (Fig. 11). Situées le plus souvent aux alentours des fermes, elles apparaissent en association avec des cultures maraîchères et des arbres fruitiers.

Figure 11 - Évolution du parcellaire viticole près d'Abdemalek Ramdane (commune n° 8), dans les monts du Dahra.

Figure 11 - Évolution du parcellaire viticole près d'Abdemalek Ramdane (commune n° 8), dans les monts du Dahra.

Source de l'image satellitaire : Google Earth Pro de juin 2017.
Les parcelles de vigne sont représentées en vert foncé pour 1958,en vert clair pour 1983 et en blanc pour 2017.

2 ) Cartes des mutations

48Les évolutions mises en évidence sur les périodes 1958-1983, 1983-2017 et 1958-2017 sont synthétisées sur les figures 12 à 14.

49Entre 1958 et 1983 (Fig. 12), la culture de la vigne a été abandonnée sur 37172 ha. Les parcelles viticoles observées en 1958 et toujours existantes en 1983, couvrent 5858 ha. Il a été ajouté 5170 ha de nouvelles parcelles, localisées surtout dans les communes proches de la mer au nord de l'oued Chéliff.

Figure 12 - Mutations du vignoble de la wilaya de Mostaganem entre 1958 et 1983.

Figure 12 - Mutations du vignoble de la wilaya de Mostaganem entre 1958 et 1983.

50De 1983 à 2017 (Fig. 13), 9835 ha de surfaces viticoles ont encore changé de destination. Les parcelles maintenues représentent 1193 ha et celles nouvellement créées, 4997 ha. Ces dernières sont donc, globalement, les plus étendues. Elles se trouvent essentiellement dans les mêmes communes que sur la période 1958-1983, ainsi que dans les collines du centre-est de la wilaya.

Figure 13 - Mutations du vignoble de la wilaya de Mostaganem entre 1983 et 2017.

Figure 13 - Mutations du vignoble de la wilaya de Mostaganem entre 1983 et 2017.

51Entre 1958 et 2017 (Fig. 14), les superficies perdues par la vigne représentent 40960 ha. Les parcelles préservées couvrent 4120 ha. Quant à celles créées, elles n'atteignent qu'un total de 2070 ha. On remarque qu'une partie des parcelles créées entre 1958 et 1983 ont été abandonnées en 2017 (1050 ha).

Figure 14 - Mutations du vignoble de la wilaya de Mostaganem entre 1958 et 2017.

Figure 14 - Mutations du vignoble de la wilaya de Mostaganem entre 1958 et 2017.

52L'ensemble des résultats présentés ci-dessus peut être compilé dans un unique document diachronique (Fig. 15). Sept classes temporelles sont distinguées, selon que les parcelles de vigne ont été observées une, deux ou trois années. Les données quantitatives sont portées dans le tableau III.

Figure 15 - Carte diachronique des superficies en vigne pour les années 1958, 1983 et 2017.

Figure 15 - Carte diachronique des superficies en vigne pour les années 1958, 1983 et 2017.

Tableau III - Superficies de vignoble (S) correspondant aux classes temporelles de l'analyse diachronique 1958-1983-2017.

Tableau III - Superficies de vignoble (S) correspondant aux classes temporelles de l'analyse diachronique 1958-1983-2017.

53Sur les 6190 ha de parcelles viticoles obtenus pour 2017, 2070 ha proviennent du vignoble qui existait en 1958, 1194 ha des plantations effectuées entre 1958 et 1983, et 2926 ha des plantations postérieures à 1983. Le vignoble de 2017 se répartit en quatre classes :
- 1958-1983-2017 : 584 ha de parcelles viticoles de l'époque coloniale ont persisté jusqu'en 2017. Elles sont situées principalement dans les monts du Dahra (communes de Abdelmalek Ramdane, n° 8, et de Souaflia, n° 23) et surtout dans les plaines et vallées du nord (communes de Khadra, n° 3, de Sidi Lakhdar, n° 5, et de Hadjiadj, n° 7), sur des pentes faibles (0 à 12 %). Elles sont très peu présentes sur le plateau de Mostaganem (communes de Mansourah, n° 22, et de Stidia, n° 25) et dans les plaines des Bordjias (commune de Fornaka, n° 29).
- 1958-2017 : cette classe couvre 1486 hectares. Elle correspond à des parcelles où la vigne a été abandonnée entre 1958 et 1983, avant d'être replantée. Elle est fortement présente dans les commune littorales du nord : Sidi Lakhdar (n° 5), Hadjadj (n° 7) et Abdelmalek Ramdane (n° 8). On la trouve également bien présente sur la frange littorale au sud-ouest de la wilaya (communes de Stidia, n° 25, et de Fornaka, n° 29), mais aussi sur le plateau de Mostaganem (commune de Mansourah, n° 22, notamment).
- 1983-2017 : les parcelles de cette classe, plantées après 1958, occupent une superficie totale de 610 ha. Elles sont surtout présentes dans les communes d'Abdelmalek Ramdane (n° 8) et de Safsaf (n° 24), dans les monts du Dahra, et dans celles de Khadra (n° 3), de Sidi Lakhdar (n° 5) et de Hadjadj (n° 7 ‒ Photo 2), dans les plaines et vallées du nord. Sur le plateau de Mostaganem, elles sont concentrées dans les communes de Sayada (n° 18) et de Mansourah (n° 22), mais elles sont ci très rares.
- 2017 : cette classe est née du Plan National du Développement Agricole (PNDA) lancé en 2000. L'extension des terres viticoles a été particulièrement forte au nord de la vallée du Chéliff, dans trois communes littorales (Khadra, n° 3 ; Sidi Lakhdar, n° 5 ; Hadjadj, n° 7) et dans l'une des monts du Dahra (Sidi Ali, n° 9). Au sud du Chéliff, les parcelles récentes sont nombreuses dans les communes de Souaflia (n° 23) et de Safsaf (n° 24), dans les collines associées au Dahra, et dans celle d'Oued El Kheir (n° 17), tout au nord-est du plateau de Mostaganem. En ajoutant les 3510 ha de cette classe aux 1486 ha de la classe 1958-2017, le vignoble présente, en 2017, 5076 ha de nouvelles parcelles par rapport à 1983.

Photo 2 - Parcelle de vigne dans la région de Hadjadj. [Cliché : Nabila CAÏD, juin 2017]

Photo 2 - Parcelle de vigne dans la région de Hadjadj. [Cliché : Nabila CAÏD, juin 2017]

54La réduction du vignoble amorcée au début des années 1970 s'étant poursuivie jusqu'à la reprise insufflée par les mesures décidées en 2000, c'est avant la fin des années 1990 que la plupart des 9834 ha de vignes présents en 1983 et absents en 2017 ont disparu. Le vignoble était alors réduit à très peu de chose.

VI - Discussion

55Les cartes du vignoble réalisées par nos soins pour 1958 et 1983 s'appuient sur le travail des cartographes de l'IGN et de l'INCT qui ont dressé les cartes topographiques au 1/25000 de la région. La différence entre la superficie que nous avons obtenue pour 1983 (11028 ha) et celle enregistrée par la DSA pour 1985 (19489 ha) pose donc un problème délicat, auquel il est difficile d'apporter une réponse incontestable.

56En ce qui concerne la carte de 2017, l'observation extrêmement minutieuse que nous avons faite des images Google Earth Pro, nous conduit à considérer comme très fiable notre évaluation de la superficie du vignoble. D'après les données de la DSA, la superficie à cette date aurait été de l'ordre de 11000 ha (11161 ha en 2014 d'après les recensements ; environ 10990 ha en 2016 et 11040 en 2017, en partant des productions et des rendements qui nous ont été communiqués).

57Pour les sept principales communes viticoles de la wilaya (Sidi Lakhdar, Abdelmalek Ramdane, Sidi Ali, Kahdra, Hadjadj, Souaflia, Safsaf), les rendements moyens calculés à partir des données fournies par la DSA pour l'année 2017, sont de 35,6 q/ha pour l'ensemble des raisins (39,7 q pour les raisins de table ; 34,1 q/ha pour ceux de cuve). Avec la production totale (399228 q) et la superficie que nous avons déterminée (6190 ha), le rendement moyen des vignes sur la wilaya serait de 64,5 q/ha, valeur qui paraît réaliste.

58Les agents de la DSA considèrent d'ailleurs avec circonspection les données de superficie dont ils disposent. En effet, la plupart des arrachages ne sont pas signalés et la mise à jour des statistiques est donc difficile. Cela vaut bien sûr pour la période actuelle, mais certainement aussi pour les années 1980. Les données officielles suivent les évolutions, mais elles ne permettent pas de dresser un tableau fiable de la situation à une date donnée.

VII - Conclusion

59Les cartes que nous avons établies pour les années 1958, 1983 et 2017, fournissent des informations sur l'évolution du vignoble de la région de Mostaganem que les documents officiels disponibles ne permettent pas d'approcher aussi précisément.

60En 1958, avant l'indépendance de l'Algérie (1962), dans ce secteur au climat propice à la culture de la vigne, celle-ci couvrait 43030 ha du territoire qui allait devenir la wilaya de Mostaganem. Cette culture était le fait de domaines coloniaux. La concentration des vignes était particulièrement forte dans les communes du plateau de Mostaganem, devant celles des plaines des Bordjias (sur lesquelles déborde le plateau). Par son relief peu accidenté et ses sols, le plateau de Mostaganem était très favorable à la vigne, qui faisait ici l'objet d'une quasi-monoculture. Les productions vinicoles fournissaient les populations d'origine européenne implantées en Algérie, mais elles étaient surtout écoulées sur le marché français.

61Avec l'indépendance, le marché algérien s'est immédiatement effondré, puis le débouché français s'est fermé. En 1983, il ne restait plus que 11028 ha cultivés en vigne. La rétractation du vignoble a dépassé 72 % dans toutes les unités de relief. Parallèlement, la confiscation des terres des colons, la mise en place de l'autogestion, puis différentes réformes agraires ont considérablement bouleversé l'exploitation de la surface agricole. Les céréales, les cultures maraîchères et l'arboriculture fruitière se sont imposées sur les anciennes terres viticoles. Même les vignes plantées après 1958 ont été pour la plupart abandonnées avant 1983. Le processus ne s'est pas arrêté à cette date. À la fin des années 1990, le vignoble de la wilaya de Mostaganem ne devait guère dépasser 1100 ha (parcelles présentes à la fois en 1983 et 2017).

62Suite au lancement du Plan National de Développement Agricole en 2000, les superficies en vigne ont augmenté, passant à 6190 ha en 2017. Mais la répartition du vignoble entre les différentes unités de relief est totalement différente de ce qu'elle était en 1958. Les vignes ont pratiquement disparu dans les plaines des Bordjias (65 ha) et elles ont beaucoup régressé sur le plateau de Mostaganem (1392 ha). L'étendue du vignoble est maximale dans les plaines et vallées du nord (2534 ha), mais ce n'est que dans les monts du Dahra (ou plus exactement sur sa bordure occidentale et dans les collines du centre-est de la wilaya) qu'elle a augmenté (pour atteindre 2191 ha) entre 1983 et 2017.

63Cette relance bien relative ne peut pas faire illusion. Même si la production de raisins de table tient une place relativement importante, l'absence d'un réel marché intérieur pour le vin dans un pays musulman, la difficulté à lui trouver des débouchés extérieurs et le manque de main d'œuvre motivée par une activité qui contrevient au Coran, maintient le vignoble dans une situation précaire.

64En relançant la culture de la vigne, les pouvoirs publics espéraient bien sûr des résultats économiques et sociaux moins décevants. Malgré les efforts de la DSA, beaucoup de vignerons se découragent et le vignoble a recommencé à diminuer au cours des toutes dernières années selon les relevés de la DSA (-2105 ha entre 2006 et 2014).

65Pour tenter de sortir le vignoble de son marasme, il serait possible de développer la production de raisins de table destinés à l'exportation et de lancer celle de raisins secs, pour lesquels le marché national est presque intégralement alimenté par des importations. Mais cela nécessiterait des investissements assez lourds et donc l'engagement de l'État.

Remerciements : Nous sommes reconnaissants aux collègues qui nous ont aidés à finaliser ce travail, en particulier à Faouzi BERRICHI, mais aussi à Ahmed BOUALGA pour la lecture attentive qu'il a faite du manuscrit. Nos remerciements s'adressent également à Claude MARTIN, Alain MARRE et Emmanuelle VAUDOUR pour l'attention qu'ils ont portée à ce travail et les conseils qu'ils nous ont prodigués. Nos sincères remerciements à toutes les personnes qui nous ont soutenus et aidés sur le terrain.

Haut de page

Bibliographie

BIREBENT P. (2013) - Les régions viticoles d'Algérie. Édit. Le cercle Algérianiste, en ligne.

BOULAINE J. (1955) - Notice explicative de la carte de reconnaissance des sols d'Algérie. Feuille de Mostaganem. N° 21. Édit. Gouvernement Général de l'Algérie, Alger (Algérie), 17 p. + carte.

GALET P. (2000) - Précis de viticulture. Édit Broché, 7ème édition, Paris, 602 p.

HOLTZ C., LE CLANCHE X., DULAC Q., PRADELLE P. et BOULARD A. (2012) - Indicateurs et seuils climatiques des premiers Millésimes du XXIème siècle dans le contexte du changement climatique à destination de la filière vitivinicole de l'Hérault. Projet d'élèves ingénieurs n° 7, Montpellier SupAgro, 92 p.

HUGLIN P. (1978) - Nouveau mode d'évaluation des possibilités héliothermiques d'un milieu viticole. Compte Rendu de l'Académie d'Agriculture de France, vol. 64, n° 13, p. 1117-1126.

ISNARD H. (1949) - Vigne et colonisation en Algérie. Annales de Géographie, vol. 311, p. 212-219.

ISNARD H. (1969) - L'Algérie ou la décolonisation difficile. Méditerranée, vol. 10, n° 3, p. 325-340.

KLIEWER W.M. et TORRES R.E. (1972) - Effect of controlled day and night temperatures on grape coloration. American Journal of Enology and Viticulture, vol. 23, p. 71-76.

MADR (2012) - Le renouveau agricole et rural en marche : revue et perspectives. Édit. Ministère de l'Agriculture et du Développement Rural, Alger (Algérie), 58 p. + annexes, en ligne.

MEGHERBI W. (2015) - L'ensablement, un risque négligé en zone tellienne littorale. Cas de la région Mostaganem. Mémoire de Magister, Université d'Oran 2 (Algérie), 154 p.

OVI (2018) - World vitiviniculture situation. OVNI statistical report on world vitiviniculture. Édit. International Organisation of Vine and Wine, Paris, 25 p.

PDAU (1998) - Plan d'aménagement et d'urbanisme, Mostaganem. Rapport final URBAM (Urbanisme de Mostaganem).

SCOTTI E. (1987) - Petite histoire du vignoble en Algérie 1830-1962. Édit. Le Cercle Algérianiste, en ligne.

SENOUCI M. et TRACHE A. (2014) - Étude de vulnérabilité aux changements climatiques de la wilaya de Mostaganem. Édit. Direction de l'Environnement de Mostaganem (Algérie), 124 p.

TAYEB B.M. (1990) - Le secteur viticole et vinicole en Algérie : marché interne et commerce international. New Médit, vol. 1, n° 1, p. 33-36, en ligne : en ligne.

TONIETTO J. et CARBONNEAU A. (2004) - A multicriteria climatic classification system for grape-growing regions worldwide. Agricultural and Forest Meteorology, vol. 124, n° 1-2, p. 81-97.

TOULAIT H. (1988) - L'agriculture algérienne : les causes de l'échec. Édit. Office des Publications Universitaires, Alger (Algérie), 550 p.

TOUMI M. (2006) - Évaluation de l'état nutritionnel du vignoble de table. Thèse de doctorat d'État, Institut National Agronomique El Harrach, Alger (Algérie), 158 p.

VAUDOUR E. (2003) - Les terroirs viticoles. Définitions, caractérisation, protection. Éditions Dunod, Paris, 293 p.

VERRIÈRE L. et OLIVIER R. (1957) - L'économie algérienne. Sa structure, son évolution de 1950 à 1955. Études et Conjoncture, vol. 12, n° 2, p. 204-280.

ZAOUI M. (2015) - Système d'information géographique et méthodologie multicritère pour le choix de sites de retenues collinaires : application pour la wilaya de Mostaganem, Algérie. Thèse de doctorat, Université Abdelhamid Ibn Badis, Mostaganem (Algérie), 156 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Localisation de la zone d'étude.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/7675/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Figure 2 - Distribution des unités de relief dans la région de Mostaganem.
Légende Les chiffres indiquent les communes :1 : Ouled Boughalem. 2 : Achaâcha. 3 : Khadra. 4 : Nekmaria. 5 : Sidi Lakhdar. 6 : Tazgait. 7 : Hadjadj. 8 : Abdelmalek Ramdane. 9 : Sidi Ali. 10 : Ouled Maalah. 11 : Sidi Belattar. 12 : Mostaganem. 13 : Aïn Boudinar. 14 : Kheireddine. 15 : Aïn Tedlès. 16 : Sour. 17 : Oued El Kheir. 18 : Sayada. 19 : Mazagran. 20 : Hassi Mamèche. 21 : Mesra. 22 : Mansourah. 23 : Souaflia. 24 : Safsaf. 25 : Stidia. 26 : Aïn Nouissy. 27 : Aïn Sidi Cherif. 28 : Touahria. 29 : Fornaka. 30 : El Hassiane. 31 : Sirat. 32 : Bouguirat.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/7675/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Figure 3 - Diagramme ombrothermique de la station de Mostaganem sur la période 1976-2007.
Légende D'après M. ZAOUI, 2015 (source des données : Office National de Météorologie).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/7675/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 4 - Précipitations annuelles à Mostaganem de 1977 à 2012.
Légende D'après M. SENOUCI et A. TRACHE, 2014 (source des données :Office National de Météorologie).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/7675/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 5 - Températures moyennes annuelles à Mostaganem de 1977 à 2012.
Légende D'après M. SENOUCI et A. TRACHE, 2014 (source des données : Office National de Météorologie).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/7675/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/7675/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau I - Superficies du vignoble dans la wilaya de Mostaganem lors de différentes années viticoles.
Légende Source : Direction des Services Agricoles (DSA) de la wilaya de Mostaganem. Voir infra dans le texte, la critique de ces données.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/7675/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 6 - Vectorisation des surfaces de vigne sur fond topographique scanné.
Légende Fonds topographiques IGN 1958 (à gauche) et INCT 1983 (à droite).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/7675/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Figure 7 - Identification visuelle (points repères) et vectorisation (traits rouges) de parcelles de vigne sur l'image Google Earth du 15 juin 2017.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/7675/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Tableau II - Superficies en vigne dans la wilaya de Mostaganem en 1958, 1983 et 2017.
Légende Les superficies des communes sont tirées de Wikipédia. La somme de ces valeurs arrondies fait 2271 km2 (contre 2269 km2 annoncés pour l'ensemble de la wilaya).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/7675/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Figure 8 - Carte du vignoble de la région correspondant à la wilaya de Mostaganem en 1958.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/7675/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Titre Figure 9 - Carte du vignoble de la wilaya de Mostaganem en 1983.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/7675/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Figure 10 - Carte du vignoble de la wilaya de Mostaganem en 2017.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/7675/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Photo 1 - Vignes et autres cultures sur le plateau de Mostaganem, dans le secteur Kheireddine-Bouguirat, au pied d'un relief des monts du Dahra au sud du Chéliff. [cliché : Nabila CAÏD, mai 2019]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/7675/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 924k
Titre Figure 11 - Évolution du parcellaire viticole près d'Abdemalek Ramdane (commune n° 8), dans les monts du Dahra.
Légende Source de l'image satellitaire : Google Earth Pro de juin 2017.Les parcelles de vigne sont représentées en vert foncé pour 1958,en vert clair pour 1983 et en blanc pour 2017.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/7675/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Figure 12 - Mutations du vignoble de la wilaya de Mostaganem entre 1958 et 1983.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/7675/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Figure 13 - Mutations du vignoble de la wilaya de Mostaganem entre 1983 et 2017.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/7675/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Figure 14 - Mutations du vignoble de la wilaya de Mostaganem entre 1958 et 2017.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/7675/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Figure 15 - Carte diachronique des superficies en vigne pour les années 1958, 1983 et 2017.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/7675/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Tableau III - Superficies de vignoble (S) correspondant aux classes temporelles de l'analyse diachronique 1958-1983-2017.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/7675/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Photo 2 - Parcelle de vigne dans la région de Hadjadj. [Cliché : Nabila CAÏD, juin 2017]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/7675/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 619k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nabila Caïd, Mustapha Chachoua et Faouzi Berrichi, « Analyse spatiale diachronique de l'occupation du vignoble algérien depuis 60 ans : cas de la wilaya de Mostaganem », Physio-Géo, Volume 13 | -1, 53-74.

Référence électronique

Nabila Caïd, Mustapha Chachoua et Faouzi Berrichi, « Analyse spatiale diachronique de l'occupation du vignoble algérien depuis 60 ans : cas de la wilaya de Mostaganem », Physio-Géo [En ligne], Volume 13 | 2019, mis en ligne le 09 mai 2019, consulté le 19 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/7675 ; DOI : 10.4000/physio-geo.7675

Haut de page

Auteurs

Nabila Caïd

Université d'Oran 2 Mohamed Ben Ahmed, Département de Géographie et Aménagement du Territoire, Faculté des Sciences de la Terre et de l'Univers, BP 1015, EL M'NAOUER, 31000 ORAN, ALGÉRIE.
Courriel : caid_nabila@hotmail.fr

Mustapha Chachoua

Université d'Oran 2 Mohamed Ben Ahmed, Département de Géographie et Aménagement du Territoire, Faculté des Sciences de la Terre et de l'Univers, BP 1015, EL M'NAOUER, 31000 ORAN, ALGÉRIE.
Courriel : chachoua_mustapha1@yahoo.fr

Faouzi Berrichi

Centre des Techniques Spatiales BP 13, 31200 ARZEW, ALGÉRIE.
Courriel : f.algeria@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals