Navigation – Plan du site
Articles

Cartographie des changements de la couverture végétale dans les aires protégées du Ferlo (Nord Sénégal) : cas de la réserve de biosphère

Mapping of changes in plant coverage in Ferlo protected areas (North Senegal): case of the "Biosphere Reserve"
Diara Sylla, Taibou Ba et Aliou Guisse
p. 115-132

Résumés

L'étude présente les cartographies de l'occupation du sol de la réserve de biosphère du Ferlo (créée en 2012) réalisées, par interprétation visuelle, à partir d'images satellitaires (Arcgis et Corona) prises en 1965 et 2017. Douze modes (ou classes) d'occupation du sol ont été distingués : ripicole relique, savane boisée, savane arborée, savane arbustive à arborée, savane arbustive, steppe arbustive à arborée, steppe arborée, steppe arbustive, sol et roche à nu, culture pluviale et jachère, habitat, mare. Les formations végétales spontanées couvraient 96 % de la superficie totale en 1965 et encore plus de 94 % en 2017. Toutefois cette stabilité relevée pour l'ensemble de la végétation spontanée s'est accompagnée d'une forte évolution des différents types de couvert. Sur les presque 1 914 000 ha occupés par la végétation spontanée en 1965, 38,2 % sont restés rattachés à la même classe d'occupation du sol entre les deux dates, 42,1 % ont subi une évolution négative (surtout au nord et à l'extrême sud) et 19,7 % une évolution positive (surtout au sud-ouest). Les savanes arbustives à arborées restent dominantes (environ 687 000 ha en 1965 et 603 000 ha en 2017), mais les steppes arbustives ont beaucoup progressé (environ 240 000 ha en 1965 et 497 000 ha en 2017). Nous retrouvons ici la dégradation du couvert végétal commune à l'ensemble du Sahel. Plus qu'aux conditions naturelles (la sécheresse qui est apparue au début des années 1970), cette évolution semble due à la présence maintenant continue au Ferlo de populations jadis transhumantes.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Dans le contexte de dégradation générale des ressources naturelles (MEA, 2005), les aires protégées constituent une réponse à la conservation de la biodiversité (N. DUDLEY et al, 2010).

2Cette étude vise à identifier et quantifier les évolutions de l'occupation du sol qui se sont produites entre deux dates séparées de plus de cinq décennies sur le territoire qui est devenu la réserve de biosphère du Ferlo en 2012. La situation la plus récente, définie pour 2017, constitue en outre un état des lieux au tout début de l'existence de la réserve.

3Au moment de sa création, plusieurs études ont été réalisées. Elles portent sur la qualité pastorale des ressources herbagères (D. NGOM et al., 2012-a), le zonage et la spatialisation des fonctions de la réserve (D. NGOM et al., 2012-b) et la caractérisation du peuplement ligneux (D. NGOM et al., 2013).

4La plupart des études sur la dynamique des écosystèmes du Ferlo sont anciennes et concernent la composition floristique du milieu dans les années 1980 (H. POUPON, 1980 ; H. BARRAL, 1982 ; F. CHAMBRIS, 1988 ; M. GROUZIS, 1988 ; L.E. AKPO, 1990 ; R. HIERNAUX et al, 1990). Néanmoins des travaux récents utilisant l'approche spatiale dans une démarche diachronique, ont été menés sur différentes périodes : 1990-2002 dans des aires non protégées du bassin versant du Ferlo (M.A. SARR, 2009), 1973-2010 sur un terrain débordant largement du territoire de la réserve de biosphère (A. FALL, 2014) et 1965-2015 sur l'ensemble du bassin du Ferlo (T. BA, 2017). Le présent article s'attache spécifiquement au territoire de la réserve de biosphère du Ferlo, laquelle couvre la majeure partie du bassin supérieur du Ferlo et de petits secteurs contigus.

II - Présentation de la zone d'étude

5La réserve de biosphère du Ferlo (Fig. 1) est située entre la vallée du fleuve Sénégal, au nord, et le bassin arachidier, au sud. D'une superficie de 2 057 862 ha, elle englobe plusieurs anciennes aires protégées :

  • Les réserves de faune du Ferlo Nord (490 444 ha) et du Ferlo Sud (677 142 ha), créées en 1972, qui avaient pour objectif de protéger la faune résiduelle.

  • Les réserves de l'extrême ouest (153 000 ha) : réserves sylvopastorales de Younouféré, Mbem Mbem et Sabsabré, réserve naturelle communautaire de Mbounguiel et unités pastorales de Loumbol Samba Abdoul, Malandou et Windé Diohi. Elles ont été créées en 1956 pour assurer le développement de l'élevage extensif.

  • Au centre-ouest de la réserve de biosphère, la forêt de Vélingara Ferlo (50800 ha) a été classée en 1954, pour assurer la préservation des sols et des formations végétales.

Figure 1 - Situation de la réserve de biosphère du Ferlo.

Figure 1 - Situation de la réserve de biosphère du Ferlo.

L : Linguère. M : Matam.

6Toutes les aires protégées de la réserve de biosphère du Ferlo, à l'exception de la forêt classée, relèvent du domaine privé de l'État et sont placées sous la tutelle de la Direction des Parcs Nationaux (DPN), même si l'implication de la population dans les stratégies de gestion est encouragée afin de faciliter l'application des mesures prises en 1950 pour interdire la chasse et protéger la végétation (DEF, 2012). La forêt classée de Vélingara Ferlo est gérée par la Direction des Eaux et Forêts.

7La zone d'étude a été choisie pour sa diversité en termes de climat, de sols et d'occupation humaine (J.C. DIOUF, 2011 ; O. NDIAYE, 2013 ; etc.) autant que pour son statut juridique (D. NGOM, 2013).

8Les précipitations diminuent en allant vers le nord, déterminant un climat de type sahélo-soudanien au sud et sahélien au nord (J.B. NDONG, 1996). Sur la période 1960-2018, sur un axe grossièrement ouest-est traversant le terrain d'étude, les précipitations annuelles moyennes s'élèvent à 411 mm à Linguère et 383 mm à Matam (voir Fig. 1 pour la localisation). La figure 2 fait ressortir la sécheresse qui s'est installée au début des années 1970 (cf. par exemple : M.A. SARR, 2009 ; A. BODIAN et al., 2011). Les conditions se sont améliorées à la fin des années 1990, mais sans que l'on puisse parler d'une situation équivalente à celle antérieure à 1970, certaines années récentes ayant été très déficitaires en pluie.

Figure 2 - Précipitations annuelles et moyenne mobile sur 5 ans à Linguère et Matam sur la période 1960-2018.

Figure 2 - Précipitations annuelles et moyenne mobile sur 5 ans à Linguère et Matam sur la période 1960-2018.

Les données ont été fournies par l'Agence Nationale de l'Aviation Civile et de la Météorologie (ANACIM).

9Le relief montre une topographie peu différenciée, les altitudes ne dépassant que rarement 50 m. Le substrat est constitué de roches cénozoïques de caractère marin (J. ROGER et al., 2009) recouvertes de sables éoliens, à l'ouest, ou d'une croûte latéritique, à l'est. Les altitudes maximales sont atteintes au sommet des dunes les plus développées. De légères dépressions parsèment les anciens axes hydrographiques. Le plus souvent à sec, elles sont partiellement en eau pendant une partie de l'année.

10Les trois mêmes domaines se distinguent sur le plan pédologique (R. MAIGNIEN, 1965) :

  • Le Ferlo sableux est partagé entre des sols brun-rouge très filtrants (au centre et au nord) et des sols ferrugineux, tropicaux (au sud) ou tropicaux lessivés (au centre).

  • Le Ferlo latéritique présente des sols gravillonnaires (de couleur noire, riches en matière organique) et des lithosols.

  • Aux vallées fossiles et aux mares temporaires sont associés des sols hydromorphes, souvent humiques.

11La végétation est caractérisée par un tapis herbacé continu, qui atteint son optimum en fin de saison des pluies, et une strate ligneuse constituée d'arbres, d'arbustes et de buissons. La répartition de la végétation suit le gradient pluviométrique et le gradient pédologique de la zone. Ainsi les steppes sont-elles localisées au nord du Ferlo et les savanes au sud. Ces deux types de formation peuvent s'étendre sur les dunes, tandis que les ripicoles reliques se trouvent au niveau des dépressions.

12La fonction et le zonage de la réserve de biosphère ne sont pas repris dans cet article ; ils ont déjà fait l'objet d'une publication scientifique (D. NGOM et al., 2012-b).

III - Approche méthodologique

1 ) Données satellitaires et outils utilisés

13L'analyse diachronique s'appuie sur la comparaison d'une image satellitaire Earth World de novembre 2017 avec une photographie aérienne Corona de décembre 1965.

14L'image Earth World, issue de la base de données d'Arcgis, peut atteindre une résolution de 5 m et couvre toute la réserve de biosphère du Ferlo. La photographie Corona a une résolution au sol de 25 pieds (soit 7,62 m environ). L'utilisation d'images prises en novembre-décembre permet de minimiser les différences entre les signatures spectrales influencées par la période de l'année.

15La photographie Corona est constituée de plusieurs bandes orientées nord-sud. Chacune de ces bandes a été géoréférencée (projection UTM zone 28N avec ellipsoïde de référence WGS 84).

16Pour le traitement des images, nous avons utilisé les logiciels ERDAS Imagine, pour les corrections géométriques, et Arcgis, pour la transformation des données vecteurs en données raster.

2 ) Méthodes de traitement et d'analyse des images

17Après redressement des images, nous avons procédé à l'interprétation et la numérisation des différents thèmes d'occupation du sol (réseau hydrographique, lieux remarquables...). La numérisation a été faite à l'écran, les objets intéressants ont été digitalisés avec la souris, en utilisant le zoom pour accroître la précision de la délimitation des objets.

18Compte-tenu de la diversité des thèmes à cartographier, de l'objectif final de l'étude et de l'échelle de sortie (1/50000), nous avons choisi la technique de la photo-interprétation visuelle des images en couleur naturelle, en nous aidant, le cas échéant, d'autres sources d'information. Notre approche, efficace, mais fastidieuse à mettre en œuvre, diffère de celle de M.A. SARR, A. FALL ou T. BA, qui ont exploité les informations des différents canaux de satellites.

19L'interprétation visuelle des images permet l'analyse la plus sûre des différentes structures paysagères qui la composent (M.C. GIRARD, 1973, 1986), ce qui n'occulte cependant pas des difficultés pour la délimitation précise de chacun des modes d'occupation du sol (D.J. MAJOR et al., 1990). La distinction des formations végétales s'appuie sur la classification de Yagambi (A. d'AUBREVILLE, 1957), telle que précisée dans des publications récentes (Tab. I).

Tableau I - Base de détermination des différentes classes de formations végétales (CSE, 1996 ; S. GUEYE, 2010).

Tableau I - Base de détermination des différentes classes de formations végétales (CSE, 1996 ; S. GUEYE, 2010).

20À partir d'images satellitaires ou aériennes, c'est évidemment la seule densité du couvert végétal qui peut servir de critère de différenciation.

21Afin de valider l'approche, des vérifications de terrain par rapport à la représentation des formations végétales obtenue à partir de l'image satellitaire de 2017, ont été réalisées en mai 2018 sur une centaine de points répartis sur l'ensemble de la réserve du Ferlo.

22Pour détecter la dynamique du paysage, les vecteurs issus de l'interprétation des deux images ont été superposés pour donner une couche résultante appelée matrice des changements. Cette couche a permis d'identifier les types d'évolution et de calculer les superficies concernées.

23Ainsi avons-nous distingué :

  • les conversions, qui correspondent au passage d'une catégorie à une autre, comme par exemple des mares qui ont été transformées en cultures ;

  • les modifications, qui concernent les changements intervenus à l'intérieur d'une même catégorie d'occupation du sol, comme par exemple la dégradation d'une savane arbustive en steppe arbustive ;

  • les zones sans changement, qui désignent les classes n'ayant été affectées ni par des modifications ni par des conversions entre les deux dates de l'étude.

24Pour faciliter l'analyse, nous avons utilisé les formations végétales spontanées et les mares comme indicateurs environnementaux (A. DIOUF, 2008 ; MEPN, 2010) pour caractériser l'évolution de l'occupation du sol de la réserve de biosphère du Ferlo :

  • les formations témoignant d'un bon équilibre écologique regroupent les mares, les ripicoles reliques, les savanes boisées et les savanes arborées ;

  • celles traduisant un déséquilibre regroupent les savanes arbustives, les steppes arbustives à arborées et les steppes arbustives.

IV - Résultats

1 ) Types d'occupation du sol dans la réserve de biosphère du Ferlo 

25L'exploitation des images satellitaires a permis d'identifier 12 unités d'occupation du sol réparties en 5 catégories (Tab. II).

Tableau II - Classes et catégories d'occupation du sol.

Tableau II - Classes et catégories d'occupation du sol.

2 ) Occupation du sol en 1965 et en 2017

26En 1965 comme en 2017, l'occupation du sol est dominée par la végétation spontanée (Tab. III). Son taux n'a que très légèrement diminué entre les deux dates, passant de 95,97 % à 94,13 %. Mais sa structuration interne s'est fortement modifiée (voir Fig. 4 et 5).

27

Tableau III - Occupation du sol sur le terrain d'étude en 1965 et en 2017.

Tableau III - Occupation du sol sur le terrain d'étude en 1965 et en 2017.

28En valeur absolue, les variations les plus fortes concernent les cultures pluviales et jachères (+30725 ha), les steppes arbustives (+80095 ha) et les savanes arbustives (+256833 ha) pour les augmentations, les savanes arbustives à arborées (-84784 ha) et les savanes boisées (­299859 ha) pour les diminutions (Fig. 3).

Figure 3 - Évolution de l'occupation du sol sur le terrain d'étude de 1965 à 2017.

Figure 3 - Évolution de l'occupation du sol sur le terrain d'étude de 1965 à 2017.

29Pour les évolutions relatives, les taux les plus remarquables se rapportent aux savanes arbustives (+107 %), à l'habitat (+112 %), aux steppes arbustives (+144 %) et aux savanes boisées (-83,5 %). Ces dernières, qui occupaient 14,7 % du terrain d'étude en 1965, n'en représentent plus que 2,9 % en 2017.

30Même si la superficie occupée par l'habitat reste très faible, son doublement au cours de la période d'étude est le signe d'une forte augmentation de la pression anthropique. L'accroissement des surfaces consacrées aux cultures et jachères (agriculture de subsistance), qui passent de 65000 à 95000 ha (hausse de 47,5 %), témoigne dans le même sens.

31Il faut aussi souligner les changements dans la répartition spatiale des classes d'occupation du sol. Alors que chaque classe était très fragmentée en 1965 (Fig. 4), la carte du couvert végétal en 2017 apparaît beaucoup moins complexe (Fig. 5) :

  • Les savanes arbustives à arborées (33,4 % du terrain d'étude en 1965 ; 29,4 % en 2017) sont maintenant concentrées dans le quart sud-est de la réserve du Ferlo.

  • Les savanes arborées (14,7 % en 1965 ; 15,3 % en 2017) sont surtout localisées au sud-ouest et, très modestement, à l'extrême nord.

  • Les savanes arbustives (11,7 % en 1965 ; 24,4 % en 2017) occupent une large partie de la partie nord et l'extrême sud.

  • Les steppes arbustives (2,7 % en 1965 ; 6,6 % en 2017) s'étendent autour de l'ensemble formé par les ripicoles reliques, les cultures pluviales et les zones nues (voir infra), mais également le long des routes et des pistes.

  • Les steppes arbustives à arborées (11,5 % en 1965 ; 11,9 % en 2017) ont subi quelques modifications de localisation, mais restent représentées sur l'ensemble du territoire de la réserve.

  • Les ripicoles reliques (en diminution), les cultures pluviales et jachères (en augmentation) et les zones nues restent localisées à proximité des points d'eau (lesquels sont situés le long des mêmes lignes en 1965 et 2017).

Figure 4 - Carte de l'occupation du sol sur le terrain d'étude en 1965.

Figure 4 - Carte de l'occupation du sol sur le terrain d'étude en 1965.

Figure 5 - Carte de l'occupation du sol sur le terrain d'étude en 2017.

Figure 5 - Carte de l'occupation du sol sur le terrain d'étude en 2017.

32Si l'on considère les marqueurs écologiques (voir supra), les éléments traduisant un déséquilibre sont largement dominants. Sur les 2 057 862 ha du terrain d'étude, les milieux présentant un bon équilibre ne représentaient que 741 482 ha en 1965 (soit 36 % de la superficie totale). La situation s'est ensuite encore dégradée : 441 238 ha à l'équilibre en 2017 (soit 21,4 % seulement de la réserve du Ferlo).

4 ) Quantification des évolutions

33Le tableau IV dresse le bilan des évolutions entre 1965 et 2017. Au cours de ces 52 ans, les surfaces n'ayant pas subi de transformation représentent 789 474 ha (38,4 % du terrain d'étude). Parmi les autres, celles qui ont changé de classe au sein de la même catégorie (simple modification au sein de la végétation spontanée) couvrent 1 182 832 (57,5 % de la superficie totale) et celles qui sont passées d'une catégorie à une autre 85556 ha (4,2 % de la réserve du Ferlo).

Tableau IV - Bilan des évolutions sur le terrain d'étude entre 1965 et 2017.

Tableau IV - Bilan des évolutions sur le terrain d'étude entre 1965 et 2017.

F : ripicole relique. SB : savane boisée. SA : savane arborée. SaA : savane arbustive à arborée. Sa : savane arbustive. sA : steppe arborée. saA : steppe arbustive à arborée. sa : steppe arbustive. CpJ : culture pluviale et jachère. SRN : sol et roche à nu. H : habitat. M : mare.
Sont surlignées en vert les cases correspondant à des modifications et en jaune celles correspondant à des conversions.

34Pour la végétation naturelle, les conversions, de même que les modifications, se sont produites à la périphérie de la réserve, alors que les zones sans changement se trouvent en son cœur (Fig. 6). Mais ce sont bien sûr les modifications qui expliquent l'essentiel de la dégradation du couvert végétal. Celle-ci est mise en évidence par la carte des évolutions qualitatives (Fig. 7).

Figure 6 - Évolutions de l'occupation du sol entre 1965 à 2017.

Figure 6 - Évolutions de l'occupation du sol entre 1965 à 2017.

Figure 7 - Modifications qualitatives de la végétation spontanée entre 1965 à 2017.

Figure 7 - Modifications qualitatives de la végétation spontanée entre 1965 à 2017.

35Toutes les classes de végétation spontanée ont subi des pertes égales ou supérieures aux superficies inchangées. À cet égard, les pertes ne sont relativement faibles que pour les steppes arborées et arbustives. En revanche, elles sont particulièrement fortes pour les savanes boisées et arborées.

36Certaines modifications ont été massives :

  • les savanes boisées ont perdu 306 305 ha au profit des savanes arbustives ;

  • les savanes arborées, 160 576 ha au profit des savanes arbustives à arborées ;

  • les savanes arbustives à arborées, 173 153 ha au profit des savanes arborées et 127 423 ha à celui des savanes arbustives ;

  • les savanes arbustives, 68400 ha au profit des savanes arbustives à arborées.

37Les conversions sont beaucoup moins spectaculaires. Elles concernent essentiellement des gains opérés par les cultures pluviales et jachères au détriment de la végétation spontanée (jusqu'à 9764 ha, pour les savanes arbustives). Mais ces gains ont été en partie compensés par quelques pertes (jusqu'à 4413 ha, au profit des savanes arbustives à arborées).

38On notera enfin la grande variabilité des mares. Entre 1965 et 2017, 331 ha sont restés inchangés, alors que 1048 ha ont été perdus, au bénéfice surtout des savanes arbustives (276 ha), des steppes arborées (165 ha), des steppes arbustives à arborées (386 ha) et des cultures pluviales et jachères (110 ha), et que 717 ha ont été gagnés, au détriment surtout des savanes boisées, des savanes arborées, des steppes arbustives à arborées et des cultures pluviales et jachères (165 ha pour chaque classe).

V - Discussion

39Le couvert végétal naturel est soumis à une quadruple contrainte : climatique, pédologique, hydrologique et anthropique.

40Sur la carte de l'occupation du sol en 1965, on constate que les savanes étaient dominantes au sud (Ferlo humide) et à l'est (Ferlo latéritique), alors que les steppes l'emportaient au nord (Ferlo sec) et à l'ouest (Ferlo sableux). Les axes drainants, quant à eux, concentraient les ripicoles reliques et les zones de culture.

41À l'époque, guère plus de 200 000 ha étaient gérés par les services de l'État, dans la partie ouest du terrain d'étude, depuis le milieu des années 1950. Les populations, concentrées autour des mares, en hiver, avaient pour activité principale un élevage transhumant, essentiellement bovin, qui était complété, près des habitations, par une agriculture de subsistance. Les premiers forages sont apparus au début des années 1950, mais leur impact sur l'occupation et la gestion de l'espace pastoral était encore limité.

42En saison sèche, les agro-pasteurs rejoignaient la vallée du fleuve Sénégal, pour cultiver et pour nourrir le bétail. À la saison des pluies, les mares du Ferlo se remplissant, certains agro-pasteurs y séjournaient avec leur troupeau le temps qu'elles se tarissent. Ils exploitaient ainsi certaines mares et les pâturages alentour, laissant les autres mares à la disposition de la faune sauvage, qui était très développée (A.R. POULET, 1972).

43Dans le contexte climatique et humain de l'époque, les facteurs de l'évolution de la couverture végétale n'avaient pas de traduction forte, si bien que l'occupation du sol en 1965 offrait l'aspect d'une marqueterie.

44La situation a beaucoup évolué à partir de 1950 : de nombreux forages ont été créés de 1950 à 1970 (on en compte aujourd'hui 36), près de 67 % de la superficie du terrain d'étude s'est retrouvée sous le contrôle des services de l'État à partir de 1972, le Ferlo a été déclaré zone sylvo-pastorale à la fin des années 1980...

45Confrontés aux aménagements hydro-agricoles réalisés dans la vallée du fleuve Sénégal au début des années 1950, symbolisés par la mise en eau du barrage de Keur Momar Sarr, et rebutés par les politiques de sédentarisation, beaucoup d'agro-pasteurs, qui n'ont pas pu s'adapter, se sont convertis en pasteurs et restent maintenant toute l'année au Ferlo.

46La population a connu une croissance très forte. En 1976, 9849 personnes peuplaient l'ensemble de la région de Matam (ANSD, 2006). En 2015, la seule réserve du Ferlo comptait près de 60000 habitants (UNESCO, 2011). Selon les données de l'Agence Nationale des Statistiques et de la Démographie, la densité de population est comprise actuellement entre 3 et 10 habitants par km2.

47En même temps que la population s'est sédentarisée, le cheptel est devenu plus nombreux et plus diversifié, ovins, caprins, asins, camelins et équins prenant une place non négligeable en complément des bovins.

48La pression sur le milieu s'est donc considérablement accrue, et notamment celle sur les ligneux, très utilisés en saison sèche (M. DENDONCKER et al., 2015).

49À cela se sont ajoutés les effets de la sécheresse qui a sévi dès le début des années 1970 (M.A. SARR, 2009 ; A. BODIAN et al., 2011).

50En dépit de l'étendue des aires protégées, très importante depuis 1972, la végétation a évolué négativement en termes d'équilibre écologique. Cette conclusion rejoint globalement les observations de M.A. SARR (2009) et de T. BA et al. (2017).

51Dans la partie moyenne du bassin versant du Ferlo (22115 km2) et sur une période très courte (1990-2002), M.A. SARR a relevé des évolutions limitées : 85,8 % du terrain d'étude est resté inchangé, 10,2 % a subi des modifications et 4,04 % des conversions. En ce qui concerne la végétation spontanée, il a noté une légère augmentation de la superficie des savanes arbustives à arborées et une légère diminution de celle des "peudo-steppes arbustives" (les deux seules formations qu'il a distinguées).

52Les résultats obtenus par T. BA (2017), pour l'ensemble du bassin versant du Ferlo (43700 km2) et sur la période 1965-2015, sont plus détaillés. Pour la végétation spontanée, qui évolue peu globalement (-7,4 % ‒ 35017 km2 en 2015), il enregistre, d'une part, une diminution des forêts galeries (­64 %), des savanes boisées (-56 %), des savanes arborées (­97 %) et des savanes arbustives à arborées (­18 %) et, d'autre part, une augmentation des steppes arborées (+111 %), des steppes arbustives à arborées (+296 %) et des steppes arbustives (+89 %).

53Par rapport à ces résultats, ceux obtenus pour la réserve de biosphère (voir Tab. III) indiquent une évolution assez semblable, marquée par la réduction des ripicoles reliques (­24 %) et des savanes boisées (-83,5 %) et par l'augmentation des savanes arbustives (+107 %), des steppes arborées (+144 %) et des steppes arbustives (+144 %). Mais ils en diffèrent par la stabilité des savanes arborées, qui ne reculent pas (+4,2 %), et des steppes arbustives à arborées, dont l'augmentation est très faible (+3,3 %).

54Il n'en reste pas moins que le couvert ligneux est en recul. Ce constat est largement partagé au Sahel. À partir d'une approche par photo-interprétation d'images satellitaires, il a été établi par H. DIALLO et al. (2011) au Mali, par M.M. INOUSSA (2011) et A. OUABA (2013) au Niger, qui pointent la responsabilité des actions anthropiques et l'irrégularité interannuelle des précipitations. P.A OUABA et al. (2014), au Burkina Faso, et J.C. DIOUF (2011), au Ferlo, sont arrivés à la même conclusion à travers la perception paysanne de la dynamique du couvert forestier. Les études phytosociologiques vont dans le même sens, au Burkina Faso et au Sénégal (A.M. LYKKE et al., 2004 ; C.O. MBOW et al., 2008 ; T.K. SOP et al., 2011).

55Toutefois les évolutions au sein de la végétation spontanée ne sont pas homogènes. Sur le territoire de la réserve de biosphère du Ferlo, entre 1965 et 2017, 731 058 ha sont restés inchangés, 805 251 ha ont été transformés dans le sens d'un déséquilibre accentué et 377 583 ha l'ont été dans celui d'un équilibre amélioré. On ne peut donc pas dénier aux aires protégées qu'elles peuvent jouer un rôle efficace.

56Au niveau spatial, le nord apparaît plus dégradé que le sud. Ce phénomène pourrait être en relation avec les conditions climatiques. Dans le nord, moins arrosé, la végétation pourrait avoir plus difficilement supporté la sécheresse qui s'est manifestée dans la région dès le début des années 1970 et a provoqué le déplacement des isohyètes vers le sud (M.A. SARR, 2009 ; O. NDIAYE, 2013). L'évolution apparaît également plus défavorable dans la partie sud-est que dans la partie sud-ouest (voir Fig. 4 et 5), peut-être en relation avec les sols dans un contexte de sécheresse.

57Mais la contrainte climatique ne doit pas masquer les conséquences des activités humaines, dont l'importance a souvent été soulignée (A. WEZEL, 2004). Au Ferlo, J.C. DIOUF (2011) a noté l'existence d'un gradient anthropique en étudiant la dynamique des espèces ligneuses. Le nord est jusqu'à présent plus habité que le sud. En effet, profitant des forages, les agro-pasteurs chassés de la vallée du Sénégal par les aménagement hydro-agricoles des années 1950, se sont installés sur leurs terres dans le nord du Ferlo. Leur implantation dans le sud s'effectue de manière très progressive.

58Les actions conjuguées du facteur climatique et de la pression humaine ont eu pour conséquences l'extension des steppes au détriment des savanes et la réorganisation spatiale du couvert végétal. Les zones les plus dégradées sont concentrées dans la partie nord de la zone d'étude, alors que celles ayant évolué positivement se trouvent surtout au sud.

59Lorsque qu'elle est poussée, la dégradation du couvert végétal s'est accompagnée de la disparition de certaines espèces et de la colonisation par des espèces pionnières (Calotropis procera, Ziziphus mauritiana, Balanites aegyptiaca…) (cf. par exemple : J.C. DIOUF, 2011 ; A. BAKHOUM, 2013 ; K.N. SENE, 2014 ; M. DENDONCKER et al., 2015 ; D. FECHEROLLE, 2016).

VI - Conclusion

60Le terrain d'étude est essentiellement couvert de formations végétales spontanées. Celles-ci s'étendaient sur 96,0 % du territoire de la future réserve de biosphère en 1965 et encore sur 94,1 % en 2017. Les dépressions alignées sur les anciens axes hydrographiques et dans lesquelles se forment des mares temporaires à la saison des pluies, concentrent autour d'elles les ripicoles reliques, mais aussi les zones de culture en raison de sols plus riches en éléments nutritifs.

61Cette stabilité des formations végétales spontanées s'est néanmoins accompagnée de mutations sensibles. Il s'agit pour partie de conversions (passages d'une catégorie à une autre), mais elles ne concernent que 4,2 % de la superficie totale de la réserve de biosphère. À ce sujet, il faut noter l'accroissement de l'habitat (+112 %) et des zones de culture (+47 %), ce qui traduit une accentuation de la pression démographique, même si les superficies restent faibles (environ 938 et 95430 ha respectivement en 2017).

62L'essentiel des mutations correspond à des modifications (passages d'une classe à une autre au sein des formations végétales spontanées). Elles ont touché 57,5 % de la superficie du terrain d'étude.

63Entre 1965 et 2017, pour les surfaces couvertes par des formations végétales spontanées, 731 058 ha sont restés inchangés, 805 251 ha ont été transformés dans le sens d'un déséquilibre accentué et 377 583 ha l'ont été dans celui d'un équilibre amélioré. Les ripicoles reliques ont diminué de 24,0 % et les savanes boisées de 83,5 %. Parmi les augmentations, les plus fortes ont été celles des savanes arbustives (+107,0 %), des steppes arborées (+144,3 %) et des steppes arbustives (+143,6 %). Les savanes arbustives à arborées restent la formation la plus étendue (602 641 ha en 2017, contre 687 425 ha en 1965), mais les steppes arbustives occupent maintenant la deuxième place (496 786 ha en 2017, contre 239 913 ha en 1965). Les steppes arborées, malgré leur fort accroissement relatif, ne couvrent que 17652 ha.

64Les évolutions positives sont essentiellement localisées au sud de la réserve et tout particulièrement au sud-ouest. Les évolutions négatives touchent tout le territoire, mais surtout le nord et l'extrême sud.

65Ces évolutions se sont traduites par une simplification de la répartition spatiale des différentes formations végétales, les savanes arbustives progressant au nord, les savanes arbustives à arborées remplaçant les savanes arborées à l'ouest et celles-ci prenant de l'extension au sud-ouest.

66Les améliorations observées au sud pourraient être la conséquence des mesures de préservation mises en œuvre dans les aires protégées qui ont précédé la création de la réserve de biosphère du Ferlo. La dégradation qui s'est produite au nord, est certainement en lien avec une pluviosité plus défavorable, surtout dans un contexte de sécheresse prolongée. Mais elle doit aussi à l'occupation maintenant permanente de ce secteur par des éleveurs chassés de la vallée du Sénégal par les politiques de développement de l'agriculture qui y ont été menées. Leur implantation définitive sur ce qui étaient des terres de pâture saisonnières, a été rendue possible par la création de forages. Or leur présence s'accompagne d'une utilisation excessive des formations végétales, soumises au broutage par les troupeaux, à des prélèvements massifs de bois et à des feux de brousse.

67L'étude de la population et de ses activités, encore embryonnaire, devra être développée dans l'avenir, afin d'apporter toutes les clés de compréhension de l'évolution du couvert végétal.

Remerciements : Nous remercions l'Observatoire Homme Milieux de Tessékéré (OHM) et la World Federation of Scientists (WFS) pour leur soutien financier. Nous sommes en outre reconnaissants au Directeur de publication de Physio-Géo de l'attention vigilante qu'il a portée à notre texte.

Haut de page

Bibliographie

AKPO L.E. (1990) - Dynamique des écosystèmes écologiques sahéliens : structure spécifique, productivité et qualité des herbages, le forage de Widou Thiengoly. Mémoire de DEA, Université Cheikh-Anta-Diop (UCAD), Dakar (Sénégal). 65 p.

ANSD (2006) - Région de Matam. Situation socio-économique. Rapport de l'Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie, Service Régional de Matam, Sénégal, 67 p.

AUBREVILLE A. d' (1957) - Accord à Yangambi sur la nomenclature des types africains de végétation. Bois et Forêts des Tropiques, vol. 51, p. 23-27.

BA T. (2017) - Dynamique spatio-temporelle des écosystèmes dans le bassin versant du Ferlo (Nord du Sénégal). Thèse de doctorat, Université Cheikh-Anta-Diop (UCAD), Dakar (Sénégal), VIII + 91 p. + annexes, en ligne.

BAKHOUM A. (2013) - Dynamique des ressources fourragères : indicateurs de résilience des parcours communautaires de Tessékéré au Ferlo (Nord-Sénégal). Thèse de doctorat, Université Cheikh-Anta-Diop (UCAD), Dakar (Sénégal), 118 p.

BARRAL H. (1982) - Le Ferlo des forages : gestion ancienne et actuelle de l'espace. Édit. ORSTOM, Dakar (Sénégal), 85 p.

BODIAN A., DACOSTA H. et DEZETTER A. (2011) - Caractérisation spatio-temporelle du régime pluviométrique du haut bassin du fleuve Sénégal dans un contexte de variabilité climatique. Physio-Géo, vol. 5, p. 107-124.

CHAMBRIS F. (1988) - Dynamique des pâturages sahéliens: Influence des pluies, du substrat et de l'exploitation animale. Exemple du Ferlo septentrional, Sénégal, 6 années d'observation à Labgar. Mémoire de Spécialisation, École Normale Supérieure Agronomique de Montpellier, 75 p.

CSE (1996) - Utilisation de l'imagerie satellitaire à haute résolution. Édit. Centre de Suivi Écologique, rapport technique, Dakar-Fann, 69 p.

DEF (2012) - Stratégie nationale des aires protégées du Sénégal. Rapport de la Direction des Eaux et Forêts, Dakar (Sénégal), 42 p.

DENDONCKER M, NGOM D. et VINCKE C. (2015) - Tree dynamics (1955-2012) and their uses in Senegal's Ferlo's région: insight from a historical vegetation database, local knowledge and field inventories. Bois et Forêts des Tropiques, vol. 326, n° 4, p. 25-41.

DIALLO H., BAMBA I., SADAIOU Y., BARIMA S., VISSER M., BALLO A., MAMA A., VRANKEN I., MAIGA M. et BOGAERT J. (2011) - Effets combinés du climat et des pressions anthropiques sur la dynamique évolutive de la végétation d'une zone protégée du Mali (Reserve de Fina, Boucle du Baoulé). Sécheresse, vol. 22, n° 2, p. 97-107.

DIOUF A. (2008) - Interaction société, nature et climat au Sahel : la rupture socio-économique et écologique au Centre-Est agrosylvopastoral sénégalais au XXe siècle. Thèse de doctorat, Université de Laval, Québec Canada), 352 p.

DIOUF J.C. (2011) - Dynamique du peuplement ligneux au Ferlo (Nord-Sénégal). Conséquences et perspectives pour une gestion durable. Thèse de doctorat, Université Cheikh-Anta-Diop (UCAD), Dakar (Sénégal), 264 p.

DUDLEY N, STOLTON S., BELOKUROV A., KRUEGER L., LOPOUKHINE N., MACKINNON K., SANDWITH T. et SEKHRAN N., sous la direction de (2010) - Natural solutions. Protected areas: helping people cope with climate change. Édit. IUCN-WCPA, TNC, UNDP, WCS, The World Bank et WWF, Doveton Press, Bristol (Grande-Bretagne), 126 p.

FALL A. (2014) - Le Ferlo sénégalais : approche géographique de la vulnérabilité des anthroposystèmes sahéliens. Thèse de l'Université Paris 13 (Sorbonne Paris Cité), 375 p.

FAYE N.D. (2017) - Les arbres autour des mares de Widou Thiengouly : écologie du paysage et caractérisation de la biodiversité. Mémoire de Master, Université Cheikh-Anta-Diop (UCAD), Dakar (Sénégal), 67 p.

FECHEROLLE D. (2016) - Caractérisation de la régénération naturelle ligneuse dans le Ferlo (Sénégal). Mémoire de fin d'études de bio-ingénieur, Université catholique de Louvain (Belgique), 158 p.

GIRARD M.C. (1973) - Interprétation des photographies ballon, comparaison avec les petites régions agricoles. Bulletin de la Société Française de Photogrammétrie et de Télédétection, vol. 52 (octobre), p. 23-36.

GIRARD M.C. (1986) - Interprétation pédologique des photos prises par Spacelab. ITC Journal, vol. 1, p. 14-18.

GROUZIS M. (1988) - Structure, productivité et dynamique des systèmes écologiques sahéliens : la mare d'Oursi au Burkina Faso. Édit. ORSTOM, collection "Études et thèses", Paris, 336 p.

GUEYE S. (2010) - Étude sur les ressources forestières et les plantations forestières du Sénégal. Période 1992-1999. Rapport du programme de partenariat CE-FAO (1998-2002), ligne budgétaire forêt tropicale B7-6201/97-15/VIII/FOR PROJET GCP/INT/679/EC, 61 p., en ligne.

HIERNAUX P.H.Y., DIARRA L. et LEEUW P.N. (1990) - Dynamique de la végétation ligneuse sahélienne après sécheresse. Un bilan du suivi des sites pastoraux au Gourma en 1989. Édit. CIPEA-ILCA, document de travail n° 00/01, Mali, 30 p.

INOUSSA M.M. (2011) - Dynamique des forêts claires dans le parc National du W du Niger. Thèse de doctorat, Université Abdou Moumouni, Niamey (Niger), 93 p

LYKKE A.M., KRISTENSEN K. et GANABA S. (2004) - Valuation of local use and dynamics of 56 woody species in the Sahel. Biodiversity and Conservation, vol. 13, n° 10. p. 1961-1990.

MAIGNIEN R. (1965) - Carte pédologique du Sénégal à l'échelle de 1/1 000 000. Édit. Service National de Cartographie, Paris.

MAJOR D.J., BARET F. et GUYOT J. (1990) - A ratio vegetation index adjusted for soil brightness. International Journal of Remote Sensing, vol.11, n° 5, p. 727-740.

MBOW C., ERTZ O., DIOUF A., RASMUSSEN K. et REENBERG A. (2008) - The history of environmental change and adaptation in eastern Saloum-Senegal--Driving forces and perceptions. Global and Planetary Change, vol. 64, n° 3-4, p. 210-221.

MEA (2005) - Ecosystem and human well-being: synthesis. Rapport Milleninium Ecosystem Assessment, Édit. Island Press, Washington (USA), 137 p.

MEPN (2010) - Évaluation et tendances des écosystèmes forestiers du Sénégal. Ministère de l'environnement et de la protection de la nature, rapport final. 244 p.

NDIAYE O. (2013) - Caractérisation des sols, de la flore et de la végétation au Ferlo. Thèse de doctorat, Université Cheikh-Anta-Diop (UCAD), Dakar (Sénégal), 180 p.

NDONG J.B. (1996) - L'évolution du climat du Sénégal et les conséquences de la sécheresse récente sur l'environnement. Thèse de l'Université Jean Moulin - Lyon 3, 501 p.

NGOM D. (2013) - Caractérisation de la végétation de la réserve de biosphère du Ferlo et quantification des services éco systémiques. Thèse de doctorat d'État, Université Cheikh-Anta-Diop (UCAD), Dakar (Sénégal), 167 p.

NGOM D, BAKHOUM A., DIATTA S. et AKPO L.E. (2012-a) - Qualité pastorale des ressources herbagères de la réserve de biosphère du Ferlo (Nord-Sénégal). International Journal of Biological and Chemical Sciences, vol. 6, n° 1, p. 186-201.

NGOM D., FAYE O., DIABY N. et AKPO L.E. (2012-b) - Le zonage ou la spatialisation des fonctions de la réserve de biosphère du Ferlo (Nord -Sénégal). International Journal of Biological and Chemical Sciences, vol. 6, n° 6, p. 5042-5055.

NGOM D., FALL T., SARR O.; DIATTA S. et AKPO L.E. (2013) - Caractéristiques écologiques du peuplement ligneux de la réserve de biosphère du Ferlo (Nord-Sénégal). Journal of Applied Biosciences, vol. 65, p. 5008-5023.

OUABA A. (2013) - Changements climatiques, dynamique de la végétation et perception paysanne dans le Sahel burkinabè. Thése de doctorat, Université Ougadougou. 305 p

OUABA P.A., DA DAPOLA É.C. et PARE S. (2014) - Perception locale de la dynamique du peuplement ligneux des vingt dernières années au Sahel burkinabé. VertigO, vol. 14, n° 3, 13 p., en ligne.

POULET A.R. (1972) - Influence de la sécheresse sur le peuplement mammalien : Recherches écologiques sur une savane sahélienne du Ferlo septentrional, Sénégal : les mammifères. La Terre et la Vie, vo1. 26, p. 325-472.

POUPON H. (1980) - Structure et dynamique de la strate ligneuse d'une steppe sahélienne au Nord du Sénégal. Thèse de doctorat d'État, Université Paris-Sud, 317 p.

ROGER J., DUVAIL C., BARUSSEAU J.P., NOËL B.J., NEHLIG P. et SERRANO O. (2009) - Carte géologique du Sénégal à 1/500 000, feuilles nord-ouest, nord-est et sud-ouest. Édit. Ministère des Mines, de l'Industrie et des PME, Direction des Mines et de la Géologie, Dakar (Sénégal), 3 coupures.

SARR M.A. (2009) - Évolution récente du climat et de la végétation au Sénégal (cas du Ferlo). Thèse de l'Université Jean Moulin - Lyon3, 410 p.

SENE M.K.N. (2014) - Caractérisation de la végétation ligneuse au Ferlo et son usage par les populations locales. Thèse de doctorat, Université Cheikh-Anta-Diop (UCAD), Dakar (Sénégal), 106 p.

SOP T.K., OLDELAND J., SCHMIEDEL U., OUEDRAOGO I. et THIOMBANO A. (2011) - Population structure of three woody species in four ethnic domains of the Sub-Sahel of Burkina Faso. Land Degradation and Development, vol. 22, n° 6, p. 519-529.

UNESCO (2011) - Formulaire de proposition de la Réserve de Biosphère du Ferlo (Sénégal). Rapport à l'UNESCO, 78 p.

WEZEL A. (2004) - Local knowledge of vegetation changes in Sahelian Africa-implications for local resource management. In : 16th Danish Sahel workshop: Current politics in West Africa. The use of local knowledge in applied research. Participation in project planning and capacity building, A.M. LYKKE, M.K. DUE, M. KRISTEIN et I. NIELSEN édit., Édit. SEREIN, occasional paper n° 17, p. 37-51.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Situation de la réserve de biosphère du Ferlo.
Légende L : Linguère. M : Matam.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/8178/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 2 - Précipitations annuelles et moyenne mobile sur 5 ans à Linguère et Matam sur la période 1960-2018.
Légende Les données ont été fournies par l'Agence Nationale de l'Aviation Civile et de la Météorologie (ANACIM).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/8178/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Tableau I - Base de détermination des différentes classes de formations végétales (CSE, 1996 ; S. GUEYE, 2010).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/8178/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau II - Classes et catégories d'occupation du sol.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/8178/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Tableau III - Occupation du sol sur le terrain d'étude en 1965 et en 2017.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/8178/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 3 - Évolution de l'occupation du sol sur le terrain d'étude de 1965 à 2017.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/8178/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 4 - Carte de l'occupation du sol sur le terrain d'étude en 1965.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/8178/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 5 - Carte de l'occupation du sol sur le terrain d'étude en 2017.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/8178/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Tableau IV - Bilan des évolutions sur le terrain d'étude entre 1965 et 2017.
Légende F : ripicole relique. SB : savane boisée. SA : savane arborée. SaA : savane arbustive à arborée. Sa : savane arbustive. sA : steppe arborée. saA : steppe arbustive à arborée. sa : steppe arbustive. CpJ : culture pluviale et jachère. SRN : sol et roche à nu. H : habitat. M : mare.Sont surlignées en vert les cases correspondant à des modifications et en jaune celles correspondant à des conversions.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/8178/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 6 - Évolutions de l'occupation du sol entre 1965 à 2017.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/8178/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 7 - Modifications qualitatives de la végétation spontanée entre 1965 à 2017.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/8178/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Diara Sylla, Taibou Ba et Aliou Guisse, « Cartographie des changements de la couverture végétale dans les aires protégées du Ferlo (Nord Sénégal) : cas de la réserve de biosphère », Physio-Géo, Volume 13 | -1, 115-132.

Référence électronique

Diara Sylla, Taibou Ba et Aliou Guisse, « Cartographie des changements de la couverture végétale dans les aires protégées du Ferlo (Nord Sénégal) : cas de la réserve de biosphère », Physio-Géo [En ligne], Volume 13 | 2019, mis en ligne le 06 octobre 2019, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/8178 ; DOI : 10.4000/physio-geo.8178

Haut de page

Auteurs

Diara Sylla

Département de Biologie Végétale, Faculté des Sciences et Techniques, Université Cheikh-Anta-Diop, avenue Cheikh Anta DIOP, BP 5005, DAKAR, FANN, SÉNÉGAL // Centre de Suivi Écologique pour la gestion des ressources naturelles, Fann Résidence, Rue Léon Gontran Damas, BP 15532, DAKAR, FANN, SÉNÉGAL // UMI 3189 Environnement Santé Sociétés, Faculté de Médecine, de Pharmacie et d'Odontologie, Université Cheikh-Anta-Diop, avenue Cheikh Anta DIOP, BP 5005, DAKAR, FANN, SÉNÉGAL.
Courriel : diarasylla2@gmail.com

Taibou Ba

Centre de Suivi Écologique pour la gestion des ressources naturelles, Fann Résidence, Rue Léon Gontran Damas, BP 15532, DAKAR, FANN, SÉNÉGAL.
Courriel : taibou@cse.sn

Aliou Guisse

Département de Biologie Végétale, Faculté des Sciences et Techniques, Université Cheikh-Anta-Diop, avenue Cheikh Anta DIOP, BP 5005, DAKAR, FANN, SÉNÉGAL // Observatoire Hommes-Milieux international (OHMi), TESSEKE, FERLO, SENEGAL ‒ Faculté de Médecine, de Pharmacie et d'Odontologie, Université Cheikh-Anta-Diop, avenue Cheikh Anta DIOP, BP 5005, DAKAR, FANN, SÉNÉGAL // UMI 3189 Environnement Santé Sociétés, Faculté de Médecine, de Pharmacie et d'Odontologie, Université Cheikh-Anta-Diop, avenue Cheikh Anta DIOP, BP 5005, DAKAR, FANN, SÉNÉGAL.
Courriel : aliou.guisse@ucad.edu.sn

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals