Navigation – Plan du site

Introduction au numéro spécial de Physio-Géo Géohistoire des risques "naturels"

Introduction to the special issue Geohistory of "natural" hazards
Alexis Metzger et Magali Reghezza-Zitt
p. 1-13

Résumés

La géohistoire des risques "naturels" est une approche singulière, qui se distingue de la géographie historique ou de l'histoire des catastrophes. S'appuyant sur le tournant territorial, elle met l'accent sur la complexité scalaire des processus dommageables, la nécessaire contextualisation spatiale et temporelle des événements catastrophiques et des réponses construites par les sociétés. Elle demande d'historiciser les cadres d'analyse et les référentiels d'action utilisés dans les différents champs scientifiques et opérationnels. L'approche géohistorique permet de renouveler l'étude de certains objets comme les mémoires du risque ou les trajectoires de vulnérabilité. Elle pose enfin des questions méthodologiques fortes, qui restent encore en débat.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Au cours des siècles, avalanches, inondations, submersions marines, sécheresses, séismes, éruptions volcaniques, tempêtes et cyclones ont provoqué de nombreuses catastrophes, qui ont été documentées depuis longtemps par des travaux d'historiens et de géographes (J. DELUMEAU et Y. LEQUIN, 1987 ; R. FAVIER et A.M. GRANET-ABISSET, 2000 ; G. BANKOFF, 2004 ; N. MESCHINET de RICHEMOND, 2011 ; F. GIACONA, 2014 ; etc.). Au delà de la connaissance d'événements anciens qui ont eu des effets souvent dramatiques pour les sociétés, l'intérêt pour les désastres passés répond à la volonté de conserver leur mémoire à des fins préventives (D. CŒUR et al., 2006). Ces travaux servent par conséquent des objectifs à la fois heuristiques et opérationnels, en positionnant leurs auteurs à l'interface entre sciences et sociétés.

2Faisant suite à un séminaire organisé le 30 janvier 2018 à l'École Normale Supérieure par le Centre de Formation sur l'Environnement et la Société (CERES), ce numéro spécial de la revue Physio-Géo rappelle la nécessité de prendre compte le passé dans l'analyse et la gestion des risques contemporains. Mais il décale aussi la perspective. Il propose en effet de s'intéresser non pas à l'histoire et à la mémoire des catastrophes, mais à la géohistoire des risques que l'on dit "naturels".

3Nous entendons la géohistoire comme "l'étude des rapports dialectiques entre l'évolution des milieux naturels et l'évolution des sociétés humaines [...] permettant de confronter les échelles spatiales et temporelles" (M. FRANCHOMME et al., 2014, non paginé). La géohistoire se distingue ainsi de la géographie historique (C. GRATALOUP, 2005 et 2015) qui construit un récit des dynamiques spatiales sur le temps long et a pour terme le temps actuel, souvent à petite échelle. La géohistoire applique de son côté des méthodes géographiques au passé, dans une perspective multiscalaire, parfois transcalaire, en questionnant l'historicité des notions et des cadres d'analyse (G. DJAMENT-TRAN, 2005 ; G. CHOUQUER, 2007 ; N. MESCHINET de RICHEMOND, 2012, 2016).

1 ) De l'histoire des catastrophes à la géohistoire des risques "naturels"

4Pour N. JACOB-ROUSSEAU (2009, non paginé), le terme "géohistoire" reste ambigu et les frontières entre géographie historique et géohistoire "poreuses", puisque "nombre de géographes-historiens adoptent des questionnements géohistoriques, notamment au contact de l'écologie ou de la biogéographie, car la connaissance des états antérieurs d'un système permet d'en définir les trajectoires évolutives et de mettre en évidence des effets d'héritages". Il note en outre que de nombreux travaux ont pour objet l'exploitation des données anciennes, non pas à des fins de mise en récit des faits, mais pour "une valorisation géoréférencée d'informations datées" (ibidem).

5La géohistoire des risques et des catastrophes s'inscrit dans la lignée plus large des travaux réalisés en géohistoire de l'environnement et des paysages. Ces derniers ont pu être par exemple présentés dans un colloque organisé à Toulouse par le laboratoire GEODE en octobre 2016 (P. VALETTE et J.M. CAROZZA, 2019). La géohistoire des risques dits "naturels" éclaire en effet le comportement des anthroposystèmes face aux menaces produites par les interactions entre les êtres humains et leur environnement. Elle propose une lecture dynamique des relations complexes entre sociétés et milieux, à différentes échelles spatiales et temporelles. Elle intègre plus largement les temporalités environnementales et l'histoire des catastrophes, dans une démarche globale d'analyse des risques et de compréhension des trajectoires de vulnérabilité (J.M. ANTOINE, 2010). Elle met ainsi en lumière les réponses et les stratégies d'adaptation des sociétés et des territoires, différenciées dans l'espace et le temps (C.F. MATHIS et al., 2016).

6La géohistoire des risques "naturels" se distingue, par conséquent, des approches historiques. Les historiens ont beaucoup étudié l'histoire des catastrophes. La géohistoire replace l'histoire des catastrophes dans une compréhension plus large des risques, qu'elle entend comme des productions sociales et politiques qui reflètent les rapports que les sociétés entretiennent avec leur espace de vie et leur environnement biophysique (P. REYT, 2002 ; F. KRAUSE, 2012 ; D. MARKS, 2015 ; A. STURMA et al., 2017).

2 ) Risques et géohistoire : le tournant territorial

7Loin de se réduire à une étude géoréférencée de données historiques, qu'elle autorise cependant, la géohistoire des risques "naturels" propose d'aborder la spatialité des menaces et de leurs conséquences à travers leur inscription territoriale. Elle permet de saisir les territorialités multiformes qui se construisent dans le temps, à partir des relations qui se tissent entre les habitants, leur espace de vie et leur(s) environnement(s). Le territoire est à la fois objet d'étude et outil d'analyse. La géohistoire aborde ainsi de front la question des territoires, qu'elle envisage comme des systèmes complexes, où les composantes sociales et biophysiques sont sans cesse en interactions.

8L'approche géohistorique met en lumière la construction des territoires de risque et leurs évolutions dans le temps, en s'appuyant sur l'analyse des organisations et des dynamiques spatiales, et en la croisant avec celle des dynamiques biophysiques. Elle montre que chaque système territorial est exposé à des menaces dont les dynamiques évoluent sans cesse au fil du temps, au gré d'aménagements ou de paramètres socio-culturels. En ce sens, elle propose une approche, tant sociale que physique, à partir d'une lecture systémique de l'espace et de ses modes d'appropriation.

9Cette lecture systémique souligne l'importance des discontinuités spatiales et temporelles. En tant que perturbations de l'anthroposystème, les catastrophes peuvent être considérées comme des discontinuités majeures, ruptures spatiales et temporelles, qui infléchissent la trajectoire territoriale, parfois jusqu'à la bifurcation du système. De plus, les risques, lorsqu'ils sont identifiés, constituent des menaces auxquelles les sociétés répondent, en proposant des ajustements ponctuels (temps court) et des adaptations (temps long), qui sont autant de perturbations. Celles-ci peuvent représenter des discontinuités fortes dans la trajectoire territoriale, ou prendre la forme de gradients progressifs, qui vont rendre le système territorial plus ou moins vulnérable (J.P. MARCHAND, 2005, p. 78). La mise en exergue de discontinuités pose la question des seuils : existe-t-il des seuils temporels et/ou spatiaux à partir desquels une société devient "exposée à un risque" et, a fortiori, vulnérable ? Pourquoi ces seuils sont-ils atteints à telle ou telle époque ? Dans tel contexte politique, social, économique ? Répondre à ces questions est d'autant plus difficile que la définition du risque elle-même fluctue dans l'espace et le temps, puisque chaque société fixe par ses représentations, par la loi, par ses aménagements, les niveaux de danger qu'elle tolère (C. MIDDLETON et al., 2018).

10L'approche systémique offre enfin la possibilité d'appréhender la complexité scalaire des processus cindynogènes. Elle permet de dégager les interactions entre les échelles de temps et d'espace, qui interviennent dans la fabrique des aléas, des vulnérabilités et des catastrophes. Ce questionnement conduit à aborder des temps cycliques et à souligner les dimensions non linéaires de construction des territoires de risque. Concernant les échelles spatiales, la géohistoire des risques permet d'envisager les processus dans leurs dimensions multiscalaires et transcalaires (G. DJAMENT-TRAN, 2015). Spatialiser les catastrophes ou les aléas qui leur ont donné naissance permet de mieux considérer l'emprise de tel ou tel événement passé, mais peut aussi montrer à quel point les échelles de l'aléa ne correspondent pas aux échelles des vulnérabilités. Elle force aussi à mettre en débat les échelles de gestion : quelle est la cohérence de ces échelles ? Selon quelles rationalités, ancrées dans des époques différentes, sont-elles choisies et légitimées ? Ce questionnement nécessite par exemple de déconstruire l'échelle contemporaine du bassin versant, présentée comme optimale pour gérer le risque inondation (N. DUPONT, 2012, p. 92-93 ; S. GHIOTTI, 2007, p. 63).

11Le croisement des échelles spatiales et temporelles permet, plus largement, d'identifier des territoires du risque qui fluctuent dans le temps et l'espace, selon les événements et la mémoire qu'ils nourrissent, les aménagements anthropiques et les dynamiques environnementales.

3 ) Géohistoire et trajectoires de vulnérabilités

12Tout en reconnaissant leur pertinence, la géohistoire des risques "naturels" cherche à dépasser la reconstruction de chronologies d'aléas à partir de l'occurrence des catastrophes. Ce type de recherche permet en effet de constituer des bases de données historiques extrêmement utiles aux gestionnaires, mais reste insuffisante pour comprendre la fabrique des risques. L'approche historique centrée sur les aléas se limite à une étude des processus biophysiques, qui, si elle est indispensable, ne rend compte que d'une seule composante du danger. Considérer des temps moyens et longs permet en revanche de saisir ce qu'une étude, même diachronique, d'aléa ne peut mettre en évidence : la nature des éléments exposés et les vulnérabilités.

13De la même façon, loin de se réduire à une histoire des catastrophes, qui se focaliserait sur le récit événementiel et sur les conséquences de la rencontre entre l'aléa et la société, la géohistoire aspire à comprendre comment les territoires et leurs habitants vont peu à peu devenir plus ou moins vulnérables au risque. En réfléchissant en termes de processus et de dynamiques, elle démontre que la vulnérabilité n'est pas une propriété figée, mais qu'elle est une construction datée et située, "foncièrement évolutive... et donc potentiellement réversible" (V. DUVAT et A. MAGNAN, 2014, p. 274). Elle questionne également la résilience des populations et des territoires, en regardant les trajectoires de relèvement, les processus d'apprentissage et les transformations adaptatives (T.L. CAMPANELLA et J.L. VALE, 2005 ; D. BAUD, 2018).

14L'approche géohistorique permet dès lors d'interroger les formes d'injustices environnementales qui se mettent en place sur le temps long, en rattachant les vulnérabilités à des facteurs structurels qui se construisent dans le temps, de manière non linéaire (cf. par exemple D. MUSTAFA, 2005). Elle ouvre aussi des réflexions sur les temporalités des jeux d'acteurs. Elle demande de contextualiser les choix d'aménagement, les politiques de prévention, les réactions des sociétés, en mettant en lumière les héritages dans la gestion contemporaine des risques et dans les représentations (N. MESCHINET de RICHEMOND, 2016).

4 ) Géohistoire et mémoires des catastrophes, une approche renouvelée

15La géohistoire des risques permet d'appréhender des mémoires dans leurs contours spatialisés. La mémoire des catastrophes a fait l'objet de multiples travaux de recherche (C. PFISTER, 2014). Elle est considérée comme un facteur essentiel de la réduction de la vulnérabilité des territoires et de leurs habitants (R. D'ERCOLE et O. DOLLFUS, 1996). Mieux connaître les occurrences d'aléas passés permet de mieux en envisager de nouvelles. La reconstitution des événements du passé alimente les séries statistiques et les modèles de prévision. En France, l'étude des aléas passés est par exemple une obligation légale pour la cartographie des inondations dans les plans de prévention des risques d'inondation (PPRi). Les zones d'avalanche sont également répertoriées dans le géoportail de l'Institut Géographique National, après une récolte fournie de témoignages écrits et oraux. La mémoire des catastrophes jouerait, plus largement, un rôle essentiel dans les processus d'apprentissage qui permettent aux sociétés de s'adapter aux menaces et d'être plus résilientes. De nombreux travaux montrent que les aménagements tiennent peu compte des événements passés (C.E. COLTEN et A.R. SUMPER, 2009). Plusieurs chercheurs rappellent aussi que les processus de relèvement post-crise tendent à effacer les traces physiques des événements traumatiques (A. LE BLANC, 2006), même si ces derniers restent très présents dans les mémoires individuelles (S.B. ULLBERG, 2017).

16Nombre d'auteurs ont montré qu'histoire et mémoire ne sont pas synonymes et que la mémoire est toujours une reconstruction de l'histoire au présent (F. HARTOG, 2015). Pour R. FAVIER et A.M. GRANET-ABISSET (2000, p. 49), elle est "un matériau brut que l'historien doit questionner et analyser pour en faire un objet de savoir". L'entrée par les mémoires permet de mieux comprendre les représentations socio-spatiales des risques, tout en travaillant à l'échelle des espaces appropriés par les hommes, qu'ils soient vécus, perçus, habités ou aménagés (E. CHIFFRE et al., 2014). Ce faisant, elle mobilise les réflexions sur les territoires et les territorialités. Comme le dit H.P. JEUDY (2010, p. 106), "la configuration du territoire est métamorphique et se plie aussi à des rythmes de mémoire". C'est la mémoire qui peut amener les hommes à transformer leur espace de vie et à recomposer leur territoire de risque. D'où l'importance de l'espace vécu du témoin : il dépend de sa profession, de ses charges publiques, de son lieu d'habitation, de la localisation de ses propriétés, de ses trajets, des lieux où résident les proches qu'il a l'habitude de fréquenter... (P. SCHOENEICH et M.C. BUSSET-HENCHOZ, 1998).

17Cette approche par l'espace vécu est sans doute encore insuffisamment développée en géohistoire des risques, alors qu'elle émerge dans les études contemporaines (cf., par exemple, Y. MOREAU, 2017). Plus généralement, l'échelle individuelle serait plus pertinente à interroger dans l'appréhension des risques sur le temps long. De nos jours se développe la psychologie comportementale pour comprendre pourquoi certaines personnes s'exposent à des risques. Serait-il par exemple porteur scientifiquement de reprendre en géohistoire des risques la théorie de la dissonance cognitive ? Elle montre que l'adaptation des cognitions est possible grâce à trois processus : minimiser le risque, minimiser la dissonance par un sentiment de contrôle ou fatalisme, justifier un comportement a posteriori (B. JULIE et al., 2013).

5 ) La géohistoire des risques "naturels" à l'épreuve de ses méthodes

18L'ensemble des articles qui composent ce numéro spécial répondent à un objectif commun : questionner la démarche géohistorique, tout en mettant en lumière des cas d'étude souvent peu connus. En soulignant que les risques sont des composantes à part entière des systèmes territoriaux, les articles démontrent l'intérêt heuristique et opérationnel de l'approche géohistorique. Car ce numéro ne vise pas, ou pas simplement, à alimenter une discussion sur la fécondité de cette approche. Il a aussi pour ambition de fournir des clés opérationnelles. Si l'intérêt du recul historique pour alimenter les dispositifs de réduction des risques de catastrophes semblent acquis, l'importance d'une approche territorialisée des risques, qui ne se limite pas à une simple localisation des événements, des enjeux ou des dommages, mais qui rende compte des spatialités et de la complexité scalaire des processus cindynogènes, demeure largement sous-estimée. Se tourner vers le passé et les temps longs pour réduire les risques de catastrophes, consisterait alors non seulement à adopter plus de recul historique dans l'étude des risques, mais surtout à les inscrire dans l'espace et donc à activer les ressources critiques qu'offre la géohistoire (par exemple : M. CAREY, 2010 ; B. MARTIN et al., 2015 ; S. DIA, 2019).

19Les auteurs des articles soulignent également les limites de l'approche géohistorique, qui imposent une certaine prudence dans l'interprétation des données et dans les préconisations qui peuvent être tirées des résultats. Beaucoup mettent en lumière le risque de l'anachronisme et la nécessité d'historiciser les notions et les résultats. Comme l'a montré, par exemple, T. LABBÉ dans son livre sur les catastrophes naturelles au Moyen-Âge (2017), les notions contemporaines de "résilience" ou de "vulnérabilité" peuvent être mobilisées historiquement, mais doivent être impérativement replacées dans des identités et schèmes culturels complexes, qui doivent être préalablement décryptés. G. DJAMENT-TRAN a rappelé, de son côté, que l'application de la notion de résilience à des événements passés devait être manipulée avec précaution (G. DJAMENT-TRAN et M. REGHEZZA-ZITT, 2012).

20À l'inverse, l'approche géohistorique permet de comprendre ce qui fait risque pour une société. Aujourd'hui, la définition du risque est peu aisée à cerner et "même les définitions plus spécialisées doivent préciser les contours de cette notion" (V. NOVEMBER, 2005, p. 103.). Dès lors, comment définir ce qui faisait "risque" dans le passé, alors même que le terme n'existait pas forcément ? Pourrait-on proposer une géohistoire de la "culture du risque", terme très discuté aujourd'hui (S. DURAND, 2014) ? Ou, comme le suggèrent M. ANCKIÈRE et J. LANGUMIER (2009), plutôt que de parler de "culture du risque", ne faudrait-il pas plutôt parler d'une culture de l'arrangement, résultat de conflits successifs pour chaque aménagement visant à lutter contre ou à vivre avec tel ou tel risque (N. MESCHINET de RICHEMONT et M. REGHEZZA-ZITT, 2010) ?

21La deuxième limite réside dans la nécessaire critique des sources historiques, en particulier des archives. Si ce travail est depuis longtemps effectué par les historiens du climat et des catastrophes (par exemple : F. WALTER, 2008 et L. LITZENBURGER, 2011), l'approche géohistorique des risques appelle une utilisation tout aussi prudente des données du passé. La première question porte sur la nature des sources. Celles-ci dessinent une certaine représentation de la production du risque à telle échelle spatio-temporelle, qui ne peut (et ne veut) par essence être exhaustive. Tout peut être document, qu'il s'agisse de traces matérielles, de marques symboliques, de sons, d'images, d'écrits. Dans le même temps, les sources peuvent être lacunaires, incomplètes, contradictoires. Plus largement, dans la mesure où le risque est à la fois une production sociale et une construction cognitive et discursive subjective, certaines sources en disent parfois autant, sinon plus, sur leur auteur que sur le risque lui-même. Les producteurs d'archives ont un rapport au risque qui varie en fonction de leur statut social, leur capital culturel et économique, leur expérience, leurs croyances, et des motivations qui les poussent à décrire, témoigner, consigner, conserver et transmettre la mémoire des événements.

22La prise en compte du contexte de production est, pour cette raison, essentielle à l'interprétation. Il est donc important de réinscrire les données historiques dans "les systèmes de pensée, les référentiels culturels auxquels se rattachent tel ou tel propos, actes, volonté d'agir" (N. MESCHINET de RICHEMOND, 2016, non paginé). Chaque acteur, aujourd'hui comme hier, vit avec des référentiels construits par les pratiques de gestion ou d'adaptation au risque, produits de cultures, de rapports économiques ou d'impératifs politiques. Interroger des mécanismes d'interprétation, voire de rationalisation, du risque à différentes époques et dans différentes sociétés est donc indispensable. Par exemple, lors de la catastrophe de 1953 en Zélande, la Bible permet d'exprimer l'indicible selon plusieurs habitants de ces communautés très rurales et protestantes qui ont été affectées : leurs souvenirs sont classés selon la structure d'une histoire biblique (S. LEYDESDORFF, 2000, p. 187). La contextualisation permet de comprendre que le document ne peut être pris "au pied de la lettre" : le risque peut être majoré ou minoré Des dommages peuvent être ignorés, de façon consciente ou volontaire. Des aléas peuvent être tus ou simplement écartés, car n'étant pas considérés comme des risques. Certaines données chiffrées ne peuvent correspondre a priori à aucune réalité parce qu'elles renvoient in fine à une lecture symbolique ou ésotérique de la catastrophe (N. MESCHINET de RICHEMOND, 2012).

23Il faut aussi rappeler que parfois, les données sont produites par des individus qui ont été victimes de la catastrophe et qui ont pu subir un traumatisme important, ce qui pose la question de l'interprétation des témoignages (J. LANGUMIER, 2008). La question de la dialectique entre oubli et mémoire est centrale (S. MCKINNON, 2019). Les oublis, voire les silences volontaires, sont légion lorsque l'on s'intéresse aux risques (R. FAVIER et A.M. GRANET-ABISSET, 2005, p. 26). Le silence ne donne pas lieu à des archives. Le silence est en revanche souvent significatif. Encore faut-il pouvoir le repérer et l'interpréter.

24La recontextualisation permet enfin de saisir les jeux d'acteurs et les enjeux politiques. Les discours et les cultures gestionnaires de risque ont évolué dans le temps (P. ALLARD et S. PAILHES, 1999). Plus largement, derrière la description de l'exposition à un danger, d'un événement catastrophique et/ou de la reconstruction consécutive à un désastre, se cachent des enjeux politiques qui ont un impact sur la façon de raconter, de nommer, de mesurer. Le travail sur les sources incite par exemple à déconstruire le rôle de l'État dans la gestion des risques, puisque dans bien des cas "les acteurs locaux ne peuvent être réduits à de simples courroies de transmission ou de simples témoins passifs des actions de l'État" (R. MORERA et al., 2018, p. 242).

25L'approche géohistorique adopte finalement une approche critique, qui la rapproche des ambitions de l'écologie politique. C'est aujourd'hui un cadre très fructueux dans les études géographiques des risques contemporains, puisque "le champ reste alors ouvert pour considérer le risque comme une construction moins sociale que politique" (G. TOBIAS, 2017). Dans son travail sur la mise en risque environnemental de San José au Costa Rica, C. VALETTE (2018) montre que l'urbanisation massive, autorisée par l'État, crée le risque inondation et traduit alors une certaine défaite morale et politique d'un État ayant accepté que le milieu physique de la Quebrada Seca soit dénaturé ; "la rivière devient un objet politique". L'écologie politique des risques reste cependant encore peu abordée dans la littérature francophone, encore moins avec une perspective géohistorique.

6 ) Présentation des articles de ce numéro

26Dans ce numéro spécial, plusieurs textes questionnent les sources utilisées en géohistoire, souvent afin d'établir une chronologie des événements, voire des bases de données.

27A. DANTO s'intéresse aux submersions marines de Frise orientale. Il décrit et analyse les sources existantes dans cette région de la Mer des Wadden, qui a subi de nombreuses inondations. Il met en lumière l'importance des sources "complémentaires", c'est-à-dire des sources qui ne sont pas considérées comme "classiques", soit parce qu'elles sont peu étudiées, soit parce qu'elles sont utilisées pour d'autres sujets que les risques. Il souligne en particulier l'importance des archives orales et de la méthode ethnographique, en étudiant l'exemple des savoirs écologiques locaux et l'ethnolinguistique.

28Plusieurs textes portent spécifiquement sur les archives écrites. Tout en rappelant son intérêt pour la connaissance des inondations et leur prévention, J.Y. BONNARD interroge la constitution du fonds d'archives de l'ingénieur des Ponts-et-Chaussées de Compiègne, qui comporte 150 ans (depuis 1855) de relevés quotidiens de hauteurs d'eau mesurées sur plusieurs stations hydrométriques de l'Oise et ses affluents. Il montre les limites de ce type de données et les précautions nécessaires à leur utilisation.

29Parmi les recherches en géohistoire des risques, les inondations semblent donc être une figure de proue. Or il reste des territoires qui n'ont encore guère été couverts par cette approche, en témoigne l'article d'A. DUQUESNE et J.M. CAROZZA. Prenant le parti d'étudier un fleuve dont la pente est modeste, ils arrivent à établir une chronologie des crues de la Charente fondée sur une sérieuse critique des sources. À ce premier résultat s'ajoutent des réflexions sur la répartition saisonnière des crues, montrant une tendance à l'augmentation des événements hivernaux. La dernière partie de l'article est riche d'enseignements, puisqu'elle permet de mettre en balance les causes climatiques et/ou anthropiques dans cette géohistoire des crues, un enjeu toujours criant de nos jours dans l'étude des risques naturels.

30C'est un cours d'eau très différent qu'étudie L. THOUMAS. Le Roubion, dans la Drôme, est en effet marqué par des crues rapides qui peuvent faire des dégâts importants. L'auteur propose une chronologie des inondations à l'aide des sources archivistiques depuis le XVIème siècle. 445 événements sont dénombrés, que l'auteur s'attache à classer via différents pas de temps (répartition saisonnière, périodes décennales ou cinquantennales). Afin de proposer des pistes d'explication des fluctuations dans la fréquence ou la puissance des crues au cours de l'histoire, l'auteur montre, à la fin de son article, que les modifications de l'environnement comptent.

31P. PIGEON et J. REBOTIER proposent, quant à eux, une lecture critique des bases de données historiques utilisées pour les séismes. Ici, il ne s'agit pas de constituer une chronologie, mais de s'appuyer sur celles réalisées à partir des archives sur la ville et la province d'Esmeraldas, qui remontent jusqu'au XVIIème siècle. Ils questionnent la production et la diffusion des informations, en démontrant que ces bases de données sont utiles pour la compréhension des processus physiques, mais qu'elles doivent être contextualisées et territorialisées, d'où l'importance des approches géohistoriques. Ils éclairent ainsi, d'une façon originale, le couple risque-territoire, tout en proposant une contribution en matière de construction des savoirs sur les dangers qui menacent les sociétés humaines.

32Sur les littoraux, les dangers viennent notamment des tempêtes, mais aussi des "crues de sable" comme le montrent Y. LAGEAT et al. Ils ont recours à des sources connues, comme les registres de paroisse, ou peu étudiées, comme les correspondances entre les secrétaires d'État à la Marine et les intendants de la Marine de Brest. Les auteurs retracent ainsi les aléas météo-marins en Bretagne au XVIIIème siècle. 60 événements tempétueux au moins égaux à 10 sur l'échelle de Beaufort sont recensés pour ce siècle, aux victimes et dégâts parfois nombreux. Mais les habitants sont aussi confrontés à l'envahissement des sables sur leurs terres, un risque encore peu étudié par la géohistoire.

33Dans une perspective différente et complémentaire, d'autres articles portent sur des problèmes de méthode et proposent une analyse géohistorique des risques à l'aune de termes très utilisés de nos jours, comme "patrimoine" ou "résilience".

34F. GIACONA et al. proposent une réflexion méthodologique sur la modélisation en géohistoire, dont ils illustrent la pertinence heuristique, pédagogique et opérationnelle. Ils montrent que la seule distribution des événements dans le temps est insuffisante pour penser le système risque dans sa globalité et sa complexité. Si la chronologie est une base utile, il est nécessaire de mettre en correspondance les dimensions temporelles et spatiales des événements recensés. L'approche systémique et géo-chronologique permet ainsi de contextualiser les événements, en les replaçant dans les environnements sociaux et biophysiques.

35Cette contextualisation des risques est importante pour A. METZGER et al. Ils explorent la question de la patrimonialisation du risque à partir de l'analyse géohistorique, en illustrant leur démonstration par deux études de cas : volcans italiens et inondations dans la commune de Couthures-sur-Garonne. Ils relient la patrimonialisation aux enjeux de mémoire, de culture du risque et de territorialisation, en articulant les réflexions théoriques et opérationnelles.

36On retrouve cette attention aux concepts à employer pour aborder les risques selon une approche géohistorique dans l'article de F. BENITEZ. Elle donne à voir en effet, à partir du cas du relèvement de Saint-Pierre après la catastrophe de 1902, comment la démarche géohistorique, en particulier la combinaison des échelles spatiales et temporelles, permet de porter un regard critique sur la notion de résilience urbaine et sur son usage actuel. En s'appuyant sur les archives et un travail d'enquête ethnographique, elle déconstruit le processus de relèvement post-catastrophe et montre que, selon le pas de temps considéré, la résilience s'apparente davantage à une bifurcation du système territorial ou à une reproduction spatiale, qu'à de la résilience.

37C'est enfin un souci de spatialisation et territorialisation des risques ou catastrophes qui anime les trois autres articles de ce numéro spécial.

38Choisissant d'étudier les naufrages, L. TAVENNE établit qu'ils sont une clé de lecture de la société littorale du golfe du Lion. Dans ce texte, ce n'est pas l'aléa naturel qui est au centre de l'analyse, mais bien plutôt ses conséquences humaines. L'auteure propose ainsi une spatialisation du territoire d'un naufrage, qui englobe aussi bien le lieu du drame que son "appropriation" par les sociétés littorales. Dans la dernière partie, il s'agit alors de voir comment le naufrage participe à la structuration d'un territoire via les ventes des produits de l'épave.

39Afin de multiplier les sources d'information pour étudier la géohistoire des cyclones en Nouvelle Calédonie depuis 1950, M. LE DUFF et al. ont eu recours à la fois aux sources documentaires, à des entretiens et à des archives iconographiques. Ces différentes informations leur permettent de cartographier précisément le cyclone de février 1951, puis de discuter des trajectoires de vulnérabilité du territoire. L'article se termine par une analyse de la notion de risque dans la culture kanak, montrant bien que la géohistoire des risques ne peut se passer d'une approche culturelle voire ethnologique.

40Mettre la focale sur un événement précis est aussi l'objectif de l'article d'E. REYNARD et al. S'intéressant à la débâcle du glacier du Giétro en Suisse, ils combinent un très grand nombre de sources historiques et géomorphologiques pour cartographier la trajectoire de la lame d'eau ayant parcouru le val de Bagnes en juin 1818. À cette échelle d'analyse s'ajoute l'étude d'une commune touchée par le désastre, ce qui montre que la géohistoire des risques peut être pratiquée à l'échelle des rues. Cet article montre tout l'intérêt de croiser les approches des sciences naturelles et humaines pour mieux spatialiser une catastrophe.

Haut de page

Bibliographie

ALLARD P. et PAILHES S. (1999) - L'évolution de la notion de risque naturel : le cas de la Camargue aux XVIIe et XIXe siècles. In : L'eau en représentations. Gestion des milieux aquatiques et représentations sociales, C. ASPE et P. PONT, Édit. Cemagref éditions, Antony, p. 43-52.

ANCKIÈRE M. et LANGUMIER J. (2009) - La remise en eau de la plaine de Piolenc-Mornas face à la constitution d'une culture locale de l'arrangement. VertigO, vol. 9, n° 1, en ligne (consulté le 30 avril 2019).

ANTOINE J.M. (2010) - Géohistoire des catastrophes et des risques torrentiels. Une histoire de l'environnement pyrénéen. Mémoire d'HDR, Université de Toulouse II le Mirail, 330 p.

BANKOFF G. (2004) - Time is of the essence: disasters, vulnerability and history. International Journal of Mass Emergencies and Disasters, vol. 22, n° 3, p. 23-42.

BAUD D. (2018) - Une société montagnarde à l'épreuve des inondations : entre vulnérabilité et stratégies d'adaptation. VertigO, vol. 18, n° 2, en ligne (consulté le 1er mai 2019).

CAMPANELLA T.J. et VALE L.J. (2005) - The Resilient City: How Modern Cities Recover from Disaster, Édit. Oxford University Press, Oxford (Grande-Bretagne), 390 p.

CAREY M. (2010) - In the shadow of melting glaciers. Climate change and Andean Society. Édit. Oxford University Press, Oxford (Grande-Bretagne), 273 p.

CHIFFRE E., MATHIS D. et MATHIS A. (2014) - Les inondations à Nancy. Anciennes et nouvelles problématiques. Développement durable et territoires, vol. 5, n° 3, en ligne (consulté le 1er mars 2018).

CHOUQUER G. (2007) - Quels scénarios pour l'histoire du paysage ? Orientations de recherche pour l'archéogéographie. Édit. CEAUCP, Coimbra-Porto (Portugal), 406 p.

CŒUR D., DE VANSSAY B., HUET P., MESCHINET de RICHEMOND N. et PÉTRELLE J. (2006) - Histoire, mémoire et prévention des catastrophes naturelles. Édit. Association Française pour la Prévention des Catastrophes Naturelles, Paris, 256 p.

COLTEN C.E. et SUMPTER A.R. (2009) - Social memory and resilience in New Orleans. Natural Hazards, vol. 48, n° 3, p. 355-364.

DELUMEAU J. et LEQUIN Y., sous la direction de (1987) - Les malheurs du temps. Histoire des fléaux et des calamités en France. Édit. Larousse, Paris, 520 p.

D'ERCOLE R. et DOLLFUS O. (1996) - Mémoire des catastrophes et prévention des risques. Natures Sciences Sociétés, vol. 4, n° 4, p. 381-391.

DIA S. (2019) - Héritages historiques et processus de construction de la vulnérabilité à la variabilité climatique dans un espace littoral : les Niayes (Sénégal). In : Géohistoire de l'environnement et des paysages, P. VALETTE et J.M. CAROZZA édit., Édit. CNRS éditions, Paris, p. 333-341.

DJAMENT-TRAN G. (2005) - La reproduction de la centralité romaine de la "Ville Éternelle" à la capitale de l'Italie. Essai de géohistoire urbaine. Thèse de l'Université Paris-Diderot - Paris VII, 700 p.

DJAMENT-TRAN G. (2015) - La résilience, une question d'échelles. In : Résiliences : territoires et sociétés face aux risques, à l'incertitude et aux catastrophes, M. REGHEZZA-ZITT et S. RUFAT édit., Édit. ISTE editions, Londres (Grande-Bretagne), p. 61-80.

DJAMENT-TRAN G. et REGHEZZA-ZITT M., sous la direction de (2012) - Résiliences urbaines : les villes face aux catastrophes. Édit. Le Manuscrit, Paris, 360 p.

DUPONT N., sous la direction de (2012) - Quand les cours d'eau débordent. Les inondations dans le bassin de la Vilaine du XVIIIe siècle à nos jours. Édit. Presses Universitaires de Rennes, 267 p.

DURAND S. (2014) - "Vivre avec la possibilité d'une inondation ?" Ethnographie de l'habité en milieu exposé... et prisé. Thèse de l'Université Aix-Marseille, 410 p. + annexes (LVII p.).

DUVAT V. et MAGNAN A. (2014) - Des catastrophes "naturelles" ? Édit. Le Pommier - Belin, Paris, 312 p.

FAVIER R. et GRANET-ABISSET A.M., sous la direction de (2000) - Histoire et mémoire des risques naturels. Édit. CNRS - MSH-Alpes, Grenoble, 282 p.

FAVIER R. et GRANET-ABISSET A.M. (2005) - Histoire du climat et des risques naturels en France. In : Les risques climatiques, D. LAMARRE édit., Édit. Belin, Paris, p. 9-34.

FRANCHOMME M., SERVAIN-COURANT S. et SAJALOLI B., sous la direction de (2014) - Géohistoire des risques et des patrimoines naturels fluviaux. Numéro spécial de la revue Développement durable et territoires, vol. 5, n° 3, en ligne.

GHIOTTI S. (2007) - Les territoires de l'eau. Gestion et développement en France. Édit. CNRS éditions, Paris, 246 p.

GIACONA F. (2014) - Géohistoire du risque d'avalanche dans le Massif vosgien : Réalité spatio-temporelle, cultures et représentations d'un risque méconnu. Thèse de l'Université de Haute-Alsace, Mulhouse, 671 p.

GRATALOUP C. (2005) - Géographie historique et analyse spatiale : de l'ignorance à la fertilisation croisée. In : Où en est la géographie historique ? Entre économie et culture, P. BOULANGER P. et J.R. TROCHET édit., Édit. L'Harmattan, Paris, p. 33-42.

GRATALOUP C. (2015) - Introduction à la géohistoire. Édit. Armand Colin, Paris, 221 p.

HARTOG F. (2015) - Régimes d'historicité. Présentisme et expérience du temps. Édit. Le Seuil, Paris, 272 p.

JACOB-ROUSSEAU N. (2009) - Géohistoire/Géo-histoire : quelles méthodes pour quel récit ? Géocarrefour, vol. 84, n° 4, en ligne (consulté en mai 2015).

JEUDY H.P. (2010) - Le désir de catastrophe. Édit. Circé, Belval, 190 p.

JULIE B., HUBERT G. et NEDJAR-GUIR A. (2013) - La construction de la perception du risque inondation dans le cadre des politiques publiques de prévention des risques naturels. In : Au fil de l'eau. Ressources, risques et gestion du Néolithique à nos jours, C. BALLUT et P. FOURNIER édit., Édit. Maison des Sciences de l'Homme, Clermont-Ferrand, p. 155-166.

KRAUSE F. (2012) - Managing floods, managing people: a political ecology of watercourse regulation on the Kemijoki. Nordia Geographical Publications, vol. 41, n° 5, p. 57-68.

LABBÉ T. (2017) - Les catastrophes naturelles au Moyen-Âge. Paris, Édit. CNRS éditions, Paris, 349 p.

LANGUMIER J. (2008) - Survivre à l'inondation : pour une ethnologie de la catastrophe. Édit. ENS Éditions, Paris, 354 p.

LE BLANC A. (2006) - Les politiques de conservation du patrimoine urbain comme outils de gestion du risque sismique. Trois exemples en Italie : Noto, Assise, Gémone. Thèse de l'Université Aix-Marseille 1, 468 p.

LEYDESDORFF S. (2000) - Quand les eaux montent : souvenirs de survie après les inondations de 1953. In : Histoire et mémoire des risques naturels, R. FAVIER et A.M. GRANET-ABISSET édit., Édit. CNRS - MSH-Alpes, Grenoble, p. 177-189.

LITZENBURGER L. (2011) - La vulnérabilité humaine : Metz et son climat à la fin du Moyen-Âge. Thèse de l'Université Nancy 2, 742 p.

MARCHAND J.P. (2005) - Systèmes territoriaux et risques climatiques. In : Les risques climatiques, D. LAMARRE édit., Édit. Belin, Paris, p. 65-78.

MARKS D. (2015) - The urban political ecology of the 2011 floods in Bangkok: the creation of uneven vulnerabilities. Pacific Affairs, vol. 88, n° 3, p. 623-651.

MARTIN B., HOLLEVILLE N., FURST B., GIACONA F., GLASER R., HIMMELSBACH I. et SCHÖNBEIN I. (2015) - La géohistoire des inondations au service de l'évaluation critique du zonage du Plan de Prévention des Risques d'Inondation : l'exemple de Thann (Haut-Rhin, France). Belgeo, en ligne (consulté le 15 septembre 2015).

MATHIS C.F., FRIOUX S., DAGENAIS M. et WALTER F. (2016) - Vulnérabilités environnementales : perspectives historiques. VertigO, vol. 16, n° 3, en ligne (consulté le 1er février 2017).

MCKINNON S. (2019) - Remembering and forgetting 1974: the 2011 Brisbane floods and memories of an earlier disaster. Geographical Research, vol. 57, n° 2, p. 204-214.

MESCHINET de RICHEMOND N. (2011) - Histoire et vulnérabilité : d'une perception empirique et globale à une approche théorique et sectorielle. In : Hors du lit : aléas, risques et mémoires, J. HEUDE, F. GUIZARD et C. BECK édit., Revue du Nord, hors-série Archéologie n° 16, p. 19-26.

MESCHINET de RICHEMOND N. (2012) - Risques, crises et territoires. Réflexions géographiques et historiques sur les cyndiniques. Mémoire d'HDR, Université Paul Valéry - Montpellier III, 212 p.

MESCHINET de RICHEMOND N. (2016) - Modernité, anachronisme et ambivalence des risques et catastrophes naturelles à travers l'approche géohistorique. VertigO, vol. 16, n° 3, en ligne (consulté le 1er février 2017).

MESCHINET de RICHEMOND N. et REGHEZZA-ZITT M. (2010) - La gestion du risque en France : contre ou avec le territoire ? Annales de Géographie, vol. 673, n° 3, p. 248-267.

MIDDLETON C., ELMHIRST R. et CHANTAVANICH S., sous la direction de (2018) - Living with Floods in Mobile Southeast Asia. A Political Ecology of Vulnerability, Migration and Environmental Change. Édit. Routledge, Londres (Grande-Bretagne), 202 p.

MOREAU Y. (2017) - Vivre avec les catastrophes. Édit. Presses Universitaires de France, Paris, 390 p.

MORERA R., COUMEL L. et VRIGNON A. (2018) - Conclusion. In : Pouvoirs et environnement. Entre confiance et défiance, XVe-XXIe siècle, L. COUMEL, R. MORERA et A. VRIGNON, Édit. Presses Universitaires de Rennes, 249 p.

MUSTAFA D. (2005) - The production of an urban hazardscape in Pakistan : modernity, vulnerability and the range of choice. Annals of the Association of American Geographers, vol. 95, p. 566-586.

NOVEMBER V. (2005) - Géographie humaine et territorialité des risques climatiques. In : Les risques climatiques, D. LAMARRE édit., Édit. Belin, Paris, p. 101-113.

PFISTER C. (2014) - "The monster swallows you": disaster memory and risk culture in Western Europe, 1500-2000. In : Learning and calamities, H. EGNER, M. SCHORCH et M. VOSS édit., Édit. Routledge, Londres, p. 97-113. Voir aussi (2011) : lien.

REYT P. (2002) - Nous et les autres : l'égalité face au risque. Cahiers de Géographie du Québec, vol. 46, n° 127, p. 7-24.

SCHOENEICH P. et BUSSET-HENCHOZ M.C (1998) - Les Ormonans et les Leysenouds face aux risques naturels. Représentation des risques naturels et stratégies d'occupation du territoire dans la Vallée des Ormonts (Préalpes vaudoises). Rapport final du PNR 31 "Changements climatiques et catastrophes naturelles", Édit. v/d/f, Zürich (Suisse), 230 p.

STURMA A., ANTOINE J.M., BECERRA S. et PELTIER A. (2017) - La crue de juin 2013 dans les Pyrénées garonnaises : de la crise hydrologique au territoire en crise. Sud-Ouest Européen, vol. 44, p. 117-135.

TOBIAS G. (2013) - Comment pense Mary Douglas ? Risque, culture et pouvoir. Ethnologie Française, vol. 43, n° 1, p. 137-145.

ULLBERG S.B. (2017) - Forgetting flooding?: post-disaster lLivelihood and embedded remembrance in suburban Santa Fe, Argentina. Nature and Culture, vol. 12, n° 1, p. 27-45.

VALETTE C. (2018) - Itinéraire de gestion des risques environnementaux dans la Grande Aire métropolitaine de San José. In : Pouvoirs et environnement. Entre confiance et défiance, XVe-XXIe siècle, L. COUMEL, R. MORERA et A. VRIGNON édit, Édit. Presses universitaires de Rennes, p. 61-74.

VALETTE P. et CAROZZA J.M., sous la direction de (2019) - Géohistoire de l'environnement et des paysages. Édit. CNRS éditions, Paris, 441 p.

WALTER F. (2008) - Catastrophes. Une histoire culturelle. Édit. Le Seuil, Paris, 380 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexis Metzger et Magali Reghezza-Zitt, « Introduction au numéro spécial de Physio-Géo Géohistoire des risques "naturels" », Physio-Géo, Volume 14 | -1, 1-13.

Référence électronique

Alexis Metzger et Magali Reghezza-Zitt, « Introduction au numéro spécial de Physio-Géo Géohistoire des risques "naturels" », Physio-Géo [En ligne], Volume 14 | 2019, mis en ligne le 04 décembre 2019, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/8730 ; DOI : 10.4000/physio-geo.8730

Haut de page

Auteurs

Alexis Metzger

ENS – CERES (Centre de Formation sur l'Environnement et la Société), 24 rue Lhomond, 75005 PARIS et Université de Lausanne, IGD, Moulines bâtiment Géopolis, 1015 LAUSANNE, SUISSE.
Courriel : alexis.metzger@unil.ch

Articles du même auteur

Magali Reghezza-Zitt

ENS - CERES (Centre de Formation sur l'Environnement et la Société), 24 rue Lhomond, 75005 PARIS et Laboratoire de Géographie Physique de Meudon (LGP), UMR 8591.
Courriel : magali.reghezza@ens.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals