Navigation – Plan du site

Le fonds d'archives de l'ingénieur des Ponts-et-Chaussées de Compiègne : de la constitution d'une banque de données pour l'annonce de crue à son exploitation en géohistoire

Compiègne Road, Canal and Port Engineer's archival holdings: from the creation of a database for flood warnings to their exploitation in historical geography
Jean-Yves Bonnard
p. 43-56

Résumés

Le fonds d'archives de l'ingénieur des Ponts-et-Chaussées de Compiègne comporte des liasses de documents contenant des hauteurs d'eau relevées quotidiennement depuis 1855 sur plusieurs stations hydrométriques installées sur la rivière Oise et ses affluents. Cette banque de données, élaborée dans le but de mieux comprendre le régime des cours d'eau, a permis la mise en œuvre d'un service d'annonce des crues toujours opérationnel et totalement modernisé. Si ce fonds, riche de 150 ans d'observations et d'interprétations, est une source utile à la compréhension des dynamiques spatiales du risque inondation par l'Oise sur une longue durée, il n'en demeure pas moins hétérogène et sujet à caution en raison de l'évolution des principes de constitution, des techniques de mesure, des événements historiques et des pratiques d'observation. C'est pourquoi cet article retrace l'histoire de la constitution de ce fonds d'archives et expose certaines de ses limites que devront prendre en compte les chercheurs.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1 Depuis 1972, les hauteurs d'eau des rivières françaises fournies par plus de 3000 stations de mesures sont stockées dans la Banque Hydro, un service de l'État accessible sur Internet (lien 1). Ce site permet de consulter les données de 14 stations installées sur la rivière Oise (6 dans l'Aisne, 5 dans l'Oise et 3 dans le Val d'Oise) dont la plus longue série de hauteurs d'eau disponible provient de Condren avec 37 années consécutives (1981-2018). Banque nationale des données hydrométriques, la Banque Hydro est notamment utilisée pour la connaissance des débits des rivières, la prévision des crues, les calculs de débits statistiques et le contrôle des débits règlementaires (L. LESTEL, 2016). Ses données sont aussi exploitées pour étudier l'impact hydrologique des changements climatiques.

2Dans le cadre de nos recherches sur les processus de formation des crues de l'Oise, nous avons pu travailler avec la Banque Hydro, notamment pour établir et étudier des hydrogrammes pour celles survenues en 1993, 1995, 2001 et 2003. Cependant l'absence de données pour les années antérieures rend impossible l'analyse des crues marquantes de la période contemporaine, en l'occurrence 1856, 1910, 1920, 1926 et 1966. Aussi, pour entreprendre une reconstruction géohistorique de ces crues, nous sommes-nous tourné vers le fonds d'archives de l'ingénieur des Ponts-et-Chaussées de Compiègne, et plus particulièrement les liasses relatives à l'annonce des crues, conservées dans les réserves du Service de la Navigation de la Seine à Compiègne, partagées aujourd'hui entre Voies Navigables de France (VNF) et Service de Prévision des Crues (SCP Oise-Aisne) (J.Y. BONNARD, 2010). Ce fonds, qui peut être complété avantageusement par celui détenu par les Archives Départementales de l'Oise, recense les hauteurs d'eau mesurées quotidiennement sur l'Oise et l'Aisne aux stations installées près des barrages éclusés à partir de 1855. Ce qui implique qu'antérieurement à cette date, il n'existe sur l'Oise aucun relevé de hauteur d'eau, hormis ceux réalisés ponctuellement à partir de 1825 sur les échelles des écluses et les marques ou repères de crue tracées çà et là sur des murs en souvenir d'une crue remarquable (1784 par exemple).

3Afin d'étudier un ensemble de données hydrologiques, il convient d'en connaître l'origine, le contexte de création du fonds, les attendus des commanditaires, le type de mesures et les modes de calcul ainsi que leur évolution dans le temps afin d'élaborer un appareil critique de ces sources de première main indispensable avant leur exploitation. Le fonds d'archives de l'ingénieur des Ponts-et-Chaussées de Compiègne est à ce titre significatif puisqu'il permet de comprendre les questionnements méthodologiques sur une rivière considérée alors comme la troisième voie d'eau navigable de France par le tonnage transporté.

4Aussi proposons-nous, dans un premier temps, d'évoquer le projet de constitution de cette base de données hydrologiques qui a permis d'élaborer une science du régime des cours d'eau, et plus particulièrement de la Seine et de ses affluents, intéressant aujourd'hui la géohistoire. Puis, dans un second temps, nous évoquerons les limites à l'utilisation de cette base de données.

II - L'établissement d'une banque de données pour comprendre les crues

5Promoteur du terme "hydrologie" et auteur de plusieurs études sur la Seine et ses affluents publiées entre 1846 et 1856 dans les Annales des Ponts-et-Chaussées et l"Annuaire de la Société Météorologique de France, l'ingénieur de la navigation Eugène BELGRAND se singularisa par sa préoccupation constante d'établir des lois régissant les cours d'eau (L. LALANNE, 1881). Ainsi put-il déplorer : "Je ne veux pas dire que le régime des fleuves ne soit pas soumis à des lois météorologiques qu'on découvrira peut-être un jour ; mais il est certain qu'aujourd'hui nous ne savons absolument rien de ces lois, surtout pour les rivières dont les débordements sont produits, comme ceux de la Seine, par des arrangements de crues très ordinaires des affluents" (I. BACKOUCHE, 2000).

6Appelé en 1854 par le préfet HAUSSMANN à rechercher des sources capables d'alimenter Paris, il projeta l'organisation d'un service d'annonce des crues pour le bassin de la Seine utile, avant tout, aux usagers des voies navigables, confrontés aux montées des eaux particulièrement préjudiciables à l'activité économique et notamment à la circulation fluviale. L'annonce de crue devait ainsi permettre à l'administration de la navigation, aux mariniers et aux usiniers de prendre leurs dispositions pour préserver leur outil de travail. Par extension, l'établissement de ce service d'État devint au fil des ans un objectif de sécurité publique en s'adressant aux riverains.

1 ) La création du Service Hydrométrique du Bassin de la Seine

7Convaincu de l'intérêt de ce projet, le Ministre des Travaux Publics Pierre MAGNE fonda, par arrêté en date du 3 février 1854, le Service Hydrométrique du Bassin de la Seine qu'il confia naturellement à Eugène BELGRAND, d'une part parce qu'il en était l'initiateur et, d'autre part, parce qu'il détenait alors la fonction d'ingénieur en chef de la navigation de la Seine entre Paris et Rouen, fonction lui donnant l'autorité et la responsabilité nécessaire à cette création (J.C. DEUTSCH et I. GAUTHERON, 2013).

8L'article premier du règlement portant création et organisation d'un service hydrométrique pour le bassin de la Seine précise que ses attributions essentielles "consisteront à recueillir et à faire connaître à l'avance tous les documents relatifs aux crues qui peuvent intéresser les ingénieurs, l'agriculture, le commerce et l'industrie" (C. LEFÉBURE de FOURCY et al., 1885). Notons que la sécurité publique ne figure pas dans les préoccupations du ministère. Il s'agit bien alors, selon l'article 2, de "déterminer les lois d'écoulement des crues selon les observations udométriques et hydrométriques faites en divers points du bassin" et à l'appui des "documents de tout genre sur le régime du fleuve que l'ingénieur en chef pourra recueillir". Aussi, pour élaborer ce corpus de données, des stations furent choisies et équipés d'appareils de mesures, notamment des udomètres, anémomètres et hydromètres.

9Durant vingt-quatre années, de 1854 à 1878, date de sa mort, Eugène BELGRAND dirigea ce service qu'il mit sur pied, organisa, étendit et rendit pérenne. Son siège fut fixé à Paris et placé sous la responsabilité du Service de la Navigation de la Seine, seul organe capable d'une surveillance quotidienne des cours d'eau navigables par le biais de son personnel notamment les conducteurs ou piqueurs des ponts et chaussées placés sous l'autorité des ingénieurs locaux. Jouant de prudence, Eugène BELGRAND mit en place une structure administrative légère, souple et peu coûteuse, à caractère essentiellement scientifique.

10Malgré son ambition avouée, Eugène BELGRAND ne se fixa que deux objectifs principaux retranscrits dans le règlement portant création et organisation du service. Il préconisa, dans un premier temps d'établir une banque de données pour déterminer les lois d'écoulement des crues et, dans un second temps, d'élargir progressivement le champ d'investigation aux affluents de la Seine afin d'obtenir une vision globale du bassin versant.

11Conformément à ses préconisations, le règlement indiquait dans son article 3 que "les études et opérations du bureau hydrométrique pourront s'étendre sur les départements suivants : Nièvre, Côte d'Or, Loiret, Yonne, Aube, Haute-Marne, Seine-et-Marne, Marne, Meuse, Seine-et-Oise, Seine, Oise, Aisne, Ardennes, Eure-et-Loir, Orne, Eure et Seine-Inférieure".

12Pendant près d'un quart de siècle, le Service Hydrométrique du Bassin de la Seine collationna des valeurs, étudia le régime des cours d'eau et mit au point, de manière empirique, des règles pour l'annonce des crues. Ainsi, dès 1855, le directeur du Service Hydrométrique put annoncer les crues de la Seine à Paris, en calculant, deux ou trois jours à l'avance, la cote maximum probable qu'elles devaient atteindre. Le recueil quotidien des données permit d'établir des règles qui, bientôt, purent être étendues aux affluents de la Seine. Malgré la précocité de résultats concluants, Eugène BELGRAND refusa l'instauration de règlements administratifs qui ne soient étayés par une longue pratique. Son successeur dans la fonction, Léon LALANNE, inspecteur général et directeur de l'École des Ponts et Chaussées (1878-1881), s'appliqua la même règle et initia l'évolution du Service Hydrométrique vers l'annonce des crues.

13Le fonds d'archives de l'ingénieur des Ponts et Chaussées de Compiègne comporte ainsi des relevés de hauteurs d'eau commençant en 1855, lesquels ont pu permettre la réalisation d'hydrogrammes et de règles de prévision de cote maximale de crue de l'Oise à Compiègne à partir de 1872.

2 ) L'institutionnalisation de l'annonce des crues sur l'Oise

14Si les informations collectées par le Service Hydrométrique du Bassin de la Seine devaient servir à annoncer les crues à Paris, l'Oise (Fig. 1), dont la confluence se trouve à l'aval de la capitale, en bénéficia également en vue d'améliorer l'annonce des crues sur la Marne. En effet, Eugène BELGRAND justifia l'importance de l'étude des régimes de l'Aisne et de l'Aire (affluents de l'Oise) car "ces petits cours d'eau sont assez rapprochés des affluents de la Marne pour que les résultats constatés soient applicables aux crues de cette rivière". Ses observations du régime de plusieurs cours d'eau lui permirent ainsi d'établir des règles dont celle-ci : "L'Aire, à Vraincourt ne fait pas partie du bassin de la Marne, mais de celui de l'Oise ; elle peut cependant servir à annoncer les crues de la Seine parce qu'elle a le même régime que la Chée, la Bruxenelle, etc., affluents de la Marne sur lesquels on ne peut pas faire d'observations parce que leurs eaux se confondent avec celle de la Saulx, de l'Ornain, etc, en débordant sur les plaines qui les séparent" (E. BELGRAND, 1857).

Figure 1 - Le bassin versant de l'Oise.

Figure 1 - Le bassin versant de l'Oise.

15En 1872, fort des techniques d'observation élaborées sur la Seine, l'ingénieur Georges LEMOINE put étendre la prévision de crues sur l'Aisne, la Marne et l'Oise. La cote maximum probable des eaux put ainsi être annoncée en moyenne :

  • quatre jours à l'avance pour l'Oise à Compiègne,

  • trois jours à l'avance pour l'Aisne à Pontavert,

  • trois jours à l'avance pour la Marne au pertuis de Damery (près d'Epernay),

  • deux jours à l'avance pour la Seine à Montereau.

16Fort d'une expérience d'un quart de siècle d'observations, le Service Hydrométrique du Bassin de la Seine avait acquis suffisamment de maturité pour mettre en application l'annonce des crues. Aussi, Léon LALANNE, successeur de BELGRAND, proposa, peu avant de prendre sa retraite, que la direction du Service soit confiée au président de la Commission d'Annonce des Crues créée le 24 juillet 1875 par décision ministérielle. Outre l'institutionnalisation de l'annonce des crues, cette disposition devait permettre de faciliter l'homogénéisation des services hydrométriques et d'annonce des crues à l'échelle nationale (G. LEMOINE, 1886).

17Nommé directeur du Service, l'inspecteur général Charles LEFÉBURE de FOURCY, eut la responsabilité de cette réforme. Ce dernier fit rédiger une synthèse des observations réalisées depuis la création du Service, qui fut éditée en 1884 sous le titre Manuel hydrologique du bassin de la Seine. Outre la réalisation de ce bilan scientifique, LEFÉBURE de FOURCY mit en application la circulaire ministérielle du 7 août 1879 imposant à tous les ingénieurs en chef chargés des services de la navigation ou d'annonce des crues, l'obligation de préparer des règlements sur le modèle de ceux rédigés dans le bassin de la Garonne par son ingénieur en chef, Ferdinand GROS de PERRODIL, en 1878. Garant d'un savoir-faire, LEFÉBURE de FOURCY s'ingénia à normaliser son Service tout en préservant son identité propre. La configuration du bassin de la Seine ainsi que le poids démographique et économique de la capitale le conduisirent à conserver à Paris le vaste Service Hydrométrique Central établi par BELGRAND trente ans plus tôt.

18Aussi ce Service eut-il en charge l'Aisne en aval du département des Ardennes et l'Oise en aval du confluent de l'Aisne. Plus en amont, l'annonce des crues des affluents de la Seine fut confiée à l'ingénieur de la navigation à Rethel pour l'Aisne dans l'étendue du département des Ardennes, au contrôleur du canal de la Sambre à l'Oise à Origny-Sainte-Benoîte pour l'Oise dans la traversée de l'arrondissement de Saint-Quentin, au conducteur de la navigation à Fargniers dans l'Oise dans la traversée de l'arrondissement de Laon, à l'ingénieur de la navigation à Compiègne pour l'Oise dans la traversée de l'arrondissement de Compiègne jusqu'au confluent de l'Aisne. La création de ces services locaux et secondaires répondait à l'impossibilité du Service Hydrométrique Central (SHC) d'avertir les populations de crues jugées rapides : "l'intermédiaire de ce service, même avec l'emploi du télégraphe, correspond à une demi-journée de retard et d'ailleurs les dispositions nouvelles prises pour la diffusion des avertissements surchargent trop sa tâche pour qu'on puisse étendre encore sa responsabilité et ses attributions", put écrire Georges LEMOINE (1886). Ce découpage territorial relativement fin s'explique par la répartition des responsabilités des ingénieurs en résidence dans les départements d'amont.

19L'organisation des annonces des crues fit l'objet de nombreuses réunions entre les différents acteurs du Service sur le bassin de la Seine avant d'être approuvée le 20 août 1885 par décision ministérielle. Des règlements furent ainsi établis, fixant les obligations des observateurs chargés de relever la hauteur de cours d'eau et/ou les hauteurs de pluie tombée pour chaque station concernée par l'annonce des crues. Approuvés par décision du ministre des Travaux Publics, les règlements comprenaient trois articles définissant l'heure d'observation quotidienne et le mode de transmission des bulletins et des avis de crue (Tab. I), ainsi que les seuils de multiplication des observations (voir infra, Tab. II). Certains règlements comportaient un article spécifique sur l'avis de crue.

Tableau I - Règlement standard pour les stations d'observation sur l'Oise en 1885 (d'après C. LEFÉBURE de FOURCY et al., 1885).

Tableau I - Règlement standard pour les stations d'observation sur l'Oise en 1885 (d'après C. LEFÉBURE de FOURCY et al., 1885).

20Si les "prévisions numériques pour l'annonce des crues" relevaient, selon une instruction générale, des ingénieurs de la navigation concernés, leur diffusion fut confiée par règlements départementaux aux préfets, sous-préfets et maires. D'abord attribuée aux agents de la navigation, la responsabilité de la diffusion des avertissements fut transférée aux autorités administratives en raison de l'absence sur certaines rivières de personnel de ce service d'État. Le Service Hydrométrique convint ainsi, avec chaque département concerné, d'un règlement de transmission des avertissements "ayant pour objet d'annoncer les crues [...] aux localités du département [...] qui sont exposées aux inondations de cette rivière" (C. LEFÉBURE de FOURCY et al., 1885). Cette organisation de l'alerte dressée par l'ingénieur en chef de la navigation nécessitait d'être avalisée par l'ingénieur en chef du Service Hydrométrique Central, d'être validé par arrêté préfectoral avant d'être approuvé par décision du Ministère de l'Intérieur et par décision du Ministère des Travaux Publics.

21Mis en application à la fin de l'année 1884, ces règlements rendaient opérationnels l'annonce des crues qui engageait ainsi la responsabilité du Service Hydrométrique et de l'État. Ainsi, dans l'Oise, les avertissements préparés par l'ingénieur ordinaire de Compiègne étaient transmis par dépêche aux éclusiers et au sous-préfet, lequel transmettait l'information aux maires via le télégraphe, la gendarmerie, l'exprès spécial, le garde-champêtre ou le télégramme. Ce système fut complété par la prescription d'un affichage des avertissements dans différents points des communes et par l'établissement, par voie réglementaire, de signaux visibles par les populations concernées en l'occurrence d'un pavillon bleu arboré aux maisons éclusières.

22Les actuels Services de Prévision des Crues et les règlements administratifs régissant l'annonce des crues sont les héritiers de la réforme impulsée par Charles LEFÉBURE de FOURCY. Recueillies dans un objectif économique puis de sécurité publique, les données émanant des Services d'Annonce des Crue permettent d'élaborer une réflexion hydrologique plus globale notamment sur les mécanismes de formation et la propagation des crues.

3 ) Les apports en géohistoire

23L'institution du Service Hydrométrique du Bassin de la Seine imposa une observation quotidienne des niveaux de l'Oise et de l'Aisne, son affluent, à différentes stations. Si ces relevés existent depuis 1855, ils ont connu une valeur opérationnelle en 1884 avec l'instauration de l'annonce des crues. Il s'agissait alors d'avertir les communes riveraines de l'arrivée d'un aléa et d'anticiper le fonctionnement des barrages-éclusés sur l'Oise et l'Aisne, voire l'arrêt de la navigation fluviale.

24Cette base de données consultable sur des registres au Service de Prévision des Crues a permis d'établir le régime des cours d'eau puis d'élaborer des lois de propagation des crues entre les stations concernées soit par la mise au point de formule de calculs, soit par la création de réglettes de BACHET. Certaines stations comme Venette près de Compiègne, située en aval de la confluence de l'Oise et l'Aisne, dispose ainsi d'une série de données longue de près de 165 ans (interrompue lors des deux guerres mondiales) qui a permis de réaliser un inventaire des pics de crues classés par ordre chronologique et par intensité avec, par extrapolation, un rattachement aux niveaux NGF IGN 69. Si des comptes-rendus sur les crues et les observations hydrologiques ont alimenté les Annales des Ponts-et-Chaussées, ce fonds d'archives a pu être utilisé lors de l'élaboration des documents graphiques tels le Plan des Surfaces Submersibles arrêté sur l'Oise inférieure en 1972, les Plans d'Exposition au Risques d'Inondations instruits dans les années 1985-1990 sur l'Oise moyenne puis les Plans de Prévention des Risques d'Inondations dont certains sont en cours d'élaboration. Il a pu être mobilisé dans l'élaboration des modèles mathématiques employés lors des études hydrauliques menées pour le Canal Seine Nord Europe notamment pour établir son impact sur les inondations lors de crues types.

25Peu exploité, ce fonds d'archives doit pouvoir permettre d'affiner la connaissance de la propagation des crues et, notamment, la question déterminante de la concomitance des pics à la confluence de l'Oise et de l'Aisne et à celle de l'Oise et de la Seine. Son étude doit aussi pouvoir mettre en évidence, par comparaison, l'impact des aménagements structurants sur les crues qu'ils soient anciens, telles les voies routières ou ferroviaires, ou récents tels les ouvrages de régulation des crues réalisés à Longueil-Sainte-Marie (Oise), à Proisy (Aisne) et bientôt à Montigny-sous-Marle (Aisne). De même, la restitution cartographique des niveaux d'eau croisée avec les cartes d'occupation du sol anciennes et actuelles serait un apport de connaissances conséquent pour la compréhension des flux et l'élaboration notamment des documents d'urbanisme.

26Néanmoins cette base de données présente des limites qu'il convient de connaître pour appréhender son exploitation.

III - Les limites de la base de données

27Malgré les précautions prises par ces ingénieurs précurseurs, les mesures de hauteurs d'eaux réalisées de 1854 aux années 1960 sont sujettes à caution en raison d'une méthode scientifique hésitante, élaborée sur le terrain au fil des ans à partir des échelles apposées près des ouvrages d'art. Dans de nombreux cas, la date et la méthode de leur installation ne sont pas connues. Or les travaux d'amélioration de la navigation et les deux guerres mondiales ont été la cause de la destruction partielle ou totale de ponts et de barrages-éclusés sur l'Oise et l'Aisne, impliquant une interruption du Service d'Annonce des Crues et des dysfonctionnements locaux. Pour autant, durant ces cent premières années d'existence, des améliorations ont été apportées dans la précision des relevés hydrométriques jusqu'à la mise en place d'automates dans les années 1980 permettant un enregistrement continu des variations.

1 ) Des critères d'observations fluctuants

28Afin de parfaire l'annonce des crues, les règlements établis pour chaque station en 1884 mirent en place des seuils de réaction consistant en une surveillance accrue de la montée des eaux et en une diffusion des observations par l'affichage d'un bulletin, voire, en cas de montée rapide, l'envoi d'un télégramme aux autorités (Tab. II). Ces données supplémentaires collectées méthodiquement permettent d'affiner la connaissance des crues et d'établir des correspondances avec les événements météorologiques.

Tableau II - Procédure d'observation et de transmission des observations en 1884 (d'après SPC, archives de l'ingénieur en chef, carton n° 264).

Tableau II - Procédure d'observation et de transmission des observations en 1884 (d'après SPC, archives de l'ingénieur en chef, carton n° 264).

SHC : Service Hydrométrique Central (Paris). 3obs. : trois observations journalières (7h00, 12h00 et 17h00). Origny-en-T. : Origny-en-Thiérache. Origny-Ste-B. : Origny-Sainte-Benoite. - : pas de procédure prévue. -- : pas de cote indiquée.

29Au fil du temps, des adaptations réglementaires furent réalisées et des modifications de cotes furent décidées en fonction des réalités du terrain. Ainsi, le 11 décembre 1958, l'ingénieur d'arrondissement de Compiègne J.P. KRYN demanda, dans un rapport à son supérieur, l'abaissement à 2m50 de la cote d'alerte de Sempigny, comme le demandèrent au sous-préfet des maires du Noyonnais et des organismes professionnels. Onze communes purent ainsi bénéficier de cette nouvelle cote d'alerte. Cette mesure, soumise à l'approbation du ministre des travaux publics, avait été justifiée par des motifs économiques : "L'orientation actuelle de l'économie agricole a conduit de nombreux agriculteurs de la vallée de l'Oise en amont de Sempigny, à utiliser de plus en plus des pâtures susceptibles d'être inondées par de faibles crues de l'Oise. Ces dernières années, nous avons pu constater que la submersion de ces pâtures commence dès que la cote de la rivière atteint 2m50 à l'échelle de Sempigny (alors que la cote d'alerte – au-dessous de laquelle on ne diffuse pas de prévision – est de 3m30). À ce moment les bêtes doivent être retirées du pâturage" (SPC Oise-Aisne, carton n° 270). Outre l'apport à l'annonce des crues, cette décision permit de multiplier les observations à l'échelle de mesure. Pour autant, cette fluctuation des critères complique l'analyse des séries.

2 ) Une discontinuité des points d'observation

30Entre 1910 et 1913, le Service Hydrométrique et d'Annonce des Crues de Compiègne étudiait les cotes d'eau à partir des échelles hydrométriques des barrages éclusés de Condren, Pontavert, Chauny, Sempigny, Venette aval et Creil. Il en dressait des graphiques des cotes d'eau pour chaque année. Au lendemain de la Grande Guerre, le Service Hydrométrique et d'Annonce des Crues de Compiègne multiplia les points d'observation qui, de six en 1914, passèrent à 12 en 1919.

31La construction de nouveaux ponts et de nouveaux barrages éclusés permirent d'augmenter le nombre de données. Les nouvelles échelles hydrométriques furent ainsi situées à Étreux, Hirson, Origny en Thiérache, Origny Sainte-Benoîte, Montcornet, Condren, Chauny (dérivation et barrage), Sempigny, Pontavert, Soissons, Venette et Creil. Si, à partir de 1923, l'échelle de Soissons ne donnait plus de données (elle fut supprimée des grilles en 1937), de nouvelles statistiques parvinrent de Pontoise à partir de 1923, d'Abbécourt à partir de 1929, de Celles à partir de 1930, du Carendeau (sur l'Aisne) à partir de 1932.

32Ces aménagements liés aux reconstructions d'ouvrages d'art ou à la volonté d'améliorer l'annonce des crues ont pu conduire à des interruptions, voire à des arrêts complets d'observations sur certaine échelles.

33La figure 2 présente le réseau de mesure en 2019.

Figure 2 - Les stations de mesure sur l'Oise et l'Aisne en 2019 (d'après le SPC).

Figure 2 - Les stations de mesure sur l'Oise et l'Aisne en 2019 (d'après le SPC).

Stations sur l'Oise : 1. Creil ; 2. Venette ; 3. Plessis-Brion ; 4. Sempigny ; 5. Condren ; 6. Origny-Sainte-Benoîte ; 7. Flavigny ; 8. Hirson.
Stations sur l'Aisne : 9. Soissons ; 10. Berry-au-Bac ; 11. Asfeld ; 12. Biermes ; 13. Givry-sur-Aisne ; 14. Rilly-sur-Aisne ; 15. Vouziers ; 16. Mouron ; 17. Chevières ; 18. Varennes-en-Argonne ; 19. Amblaincourt.

3 ) Des niveaux de référence imprécis

34Au lendemain de la Première Guerre mondiale, les hauteurs d'eau furent données non seulement par rapport au zéro de l'échelle de la station considérée mais aussi par rapport au nivellement du territoire national. Cette mesure permettait d'effectuer des comparaisons entre les échelles, avec les terrains avoisinants et surtout entre les périodes. En effet, en plus d'un siècle d'existence, le Service Hydrométrique en charge du bassin de l'Oise connut une multitude de transformations, ne serait-ce que sur les seules échelles situées sur des ouvrages (ponts, barrages, écluses) qui furent détruits par faits de guerre, transformés pour amélioration ou reconstruits pour la navigation. La référence à l'altitude permettait ainsi de gommer ces ruptures. Pour autant, trois nivellements ont pu servir de référence, en l'occurrence le nivellement BOURDALOUË (établi entre 1857 et 1864), le nivellement LALLEMAND (établi entre 1884 et 1922) et le Nivellement Général de la France 69 (établi entre 1962 et 1969) (Tab. III). Dans de nombreux cas, les correspondances ne furent pas réalisées ce qui rend complexe l'analyse des données. D'autre part, outre les erreurs de calcul manifestes, de nombreuses confusions existent entre les repères selon les observateurs.

Tableau III - Altitude du zéro de l'échelle (d'après SCP, archives de l'ingénieur en chef, carton n° 278).

Tableau III - Altitude du zéro de l'échelle (d'après SCP, archives de l'ingénieur en chef, carton n° 278).

35Cette difficulté d'appréciation des hauteurs d'eau fut déplorée dans un rapport sur les crues historique de l'Aisne et de l'Oise réalisé par le CETE Normandie-Centre pour le Service de la Navigation de la Seine (SNS) en 2003 : "L'idée première a été de collationner la hauteur atteinte par les crues indiquée à différentes échelles du cours de la rivière et d'en déduire l'altitude atteinte par la crue en connaissant la cote du zéro des échelles. Ce ne fut pas chose facile car très vite nous nous sommes aperçus que le zéro variait au cours du temps sans que soit précisé à quelle date s'était effectuée la modification. L'autre difficulté provenait de l'imprécision du système (Bourdalouë, orthométrique ou IGN69) dans lequel avait été nivelée l'échelle" (CETE, 2003). Après avoir étudié le zéro des échelles installées sur l'Oise et l'Aisne puis élaboré des tableaux de synthèse, la rédactrice conclut son rapport ainsi : "Cette étude démontre la difficulté d'apprécier de nos jours le niveau atteint par les crues et particulièrement par les crues historiques. Nous commettrions une grossière erreur en prenant la hauteur indiquée pour une crue et en l'appliquant au niveau actuel de l'échelle correspondante [...]".

36La plupart des documents relatifs aux crues négligent totalement cette diversité des échelles et des cotes d'eau recensées pour une même station, ce qui, dans le cas de l'établissement d'une cartographie des risques à partir de hauteurs d'eau, peut conduire à des interprétations erronées.

4 ) Des observations trop approximatives

37L'une des pièces maîtresses de l'annonce des crues réside dans une bonne lecture de la hauteur d'eau. Une Instruction Spéciale pour les observations fut ainsi approuvée par décision ministérielle et inscrite sur les feuilles mensuelles d'observations. Malgré tout, les mesures demeurèrent imprécises. Aussi, le 2 janvier 1958, une note émise par le Service Hydrométrique Central fut adressée à chaque observateur du service, recommandant notamment une observation des échelles en hiver à 8 heures du matin (la lecture à 7 heures est "souvent difficile") et fixant la méthode de lecture en cas de vagues (faire une moyenne entre les sommets et les creux des ondulations moyennes). Le règlement standard de 1959 ne prendra cependant pas en compte ce conseil aux observateurs (Tab. IV).

Tableau IV - Règlement standard pour les station d'observation sur l'Oise en 1959 (d'après SCP, archives de l'ingénieur en chef, carton n° 278).

Tableau IV - Règlement standard pour les station d'observation sur l'Oise en 1959 (d'après SCP, archives de l'ingénieur en chef, carton n° 278).

38Pour affiner ces mesures, le 1er septembre 1958, J.P. KRYN, ingénieur d'arrondissement de Compiègne, demanda à installer sur tous les ponts sur l'Oise entre Abbécourt et Venette des échelles "pour permettre de suivre de près les crues de l'Oise". La note précise que "les lectures seront faites à la demande pour avoir des lignes d'eau caractéristiques" (SPC Oise-Aines, carton n° 270).

39D'un point de vue technique, chaque échelle devait répondre à un cahier des charges précis, en l'occurrence avoir 5 m de hauteur, être lisible depuis les ponts ou leurs rampes d'accès. La détermination du zéro des échelles fut réalisée par extrapolation entre les zéros d'Abbécourt, Sempigny et Plessis-Brion (sauf pour Clairoix qui aurait le même zéro que Plessis-Brion). Cette normalisation conduisit à des coûts conséquents d'installation et d'entretien des échelles (en plus d'autres appareils de mesure) aux répercussions non négligeables pour le Service Hydrométrique (761 francs en 1952, 1266 francs en 1955 mais 25003 francs en 1954 !).

40Cette volonté d'amélioration de la précision des données sous-entend que, dans de nombreux cas, la lecture de la hauteur d'eau à l'échelle était faite de manière approximative voire douteuse. Au delà de la normalisation des outils et des méthodes de lecture, l'enjeu de ces investissements résidait dans la nécessité d'élaborer une prévision fiable. Si ces échelles ajoutées en 1959 existent encore, elles sont rarement utilisées même en période de crise.

IV - Conclusion

41En créant une banque de données hydrologiques, le Service Hydrométrique du Bassin de la Seine a atteint son objectif premier : étudier le régime des cours d'eau et appréhender les conditions de navigation en période de crue. Les observations faites sur plusieurs stations établies sur les principaux cours d'eau et leur interprétation ont permis d'instaurer en 1884 le Service d'Annonce des Crues, qui a pu établir des modèles considérés comme "robustes" dont s'est emparé l'actuel Service de Prévision des Crues pour construire ses modèles hydrauliques. Le développement du Service Hydrométrique du Bassin de la Seine s'inscrit dans une réflexion nationale dans laquelle ont pris part d'autres territoires, notamment le bassin de la Garonne où les premiers règlements relatifs à l'annonce des crues ont été élaborés et ont servi de modèles pour les autres bassins.

42Outre l'enjeu de la prévision, indispensable notamment pour la protection civile dans le cadre de la directive européenne dite directive "inondation" (M. LANG et D. CŒUR, 2014), cette collection de données d'un siècle et demi participe à la compréhension du contexte de formation des crues, permet d'en appréhender les mécanismes et de comprendre les modalités de propagation des ondes de crue, en particulier les effets cumulés des pics aux confluences (l'Aisne et l'Oise ou l'Oise et la Seine, par exemple). Ces hauteurs d'eau archivées sont aussi des outils utiles à l'élaboration des documents d'urbanisme et aux règlements administratifs opposables au tiers et participent ainsi à la protection des populations et à la mise en place d'actions de prévention. Pour autant, l'utilisation d'une hauteur d'eau, même extraite des archives de l'ingénieur des Ponts-et-Chaussées, doit systématiquement être vérifiée et critiquée pour lever tout doute sur sa validité (D. CŒUR et M. LANG, 2000). Cette précaution se doit d'être généralisée pour tout utilisation d'une référence à une échelle de hauteurs d'eau, quelque soit le lieu et la période considéré, comme nous l'avons exposé.

43Cependant le fonds d'archives de l'ingénieur des Ponts-et-Chaussées de Compiègne représente une mémoire de l'aléa qui est insuffisamment mise en valeur et exploitée notamment pour établir une typologie des crues voire réaliser des aménagements hydrauliques comme le Canal Seine-Nord Europe actuellement en projet. De fait, si la prévision des crues de l'Oise apparaît relativement fiable, les processus préparatoires sont souvent ignorés faute de base de données analytique. Si des repères de crues et des hauteurs d'eau liées à des événements spectaculaires comme les crues des 1784, 1910 ou 1993-1995 sont utilisés dans les documents de présentation des PPRI, ils ne sont employés que pour rappeler une crise, sans contextualisation, sans explication ni mise en perspective. Ce siècle et demi d'archives des cours d'eau appelle pourtant à être étudié en profondeur pour mieux appréhender les conséquences des bouleversements climatiques actuels et à venir.

Haut de page

Bibliographie

BACKOUCHE I. (2000) - La trace du fleuve, La Seine et Paris (1750-1850). Édit. École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, 430 p.

BELGRAND E. (1857) - Service Hydrométrique du Bassin de la Seine. Mémoire : 1) sur les observations faites du 1er mai 1854 au 30 mai 1855 ; 2) sur la qualité des eaux de sources du bassin. Annales des Ponts et Chaussées, vol. XIII, mémoire n° 168, p. 257-307.

BONNARD JY. (2010) - La crue de l'Oise sur ses cours moyen et inférieur en 1910. Annales Historiques Compiégnoises, vol. 117-118, p. 20-34.

CETE (2003) - Étude des crues historiques de l'Aisne et de l'Oise. Rapport du CETE Normandie-Centre, 27 p.

CŒUR D. et LANG M. et (2000) - L'information historique des inondations : l'histoire ne donne-t-elle que des leçons ? La Houille Blanche, n° 2, p. 79-84.

DEUTSCH J.C. et GAUTHERON I. (2013) - Eaux pour la ville, eaux des villes : Eugène Belgrand, XXIe-XXIe siècles. Édit. Presses des Ponts, Paris, 436 p.

LALANNE E. (1881) - Notice sur la vie et les travaux de M.E. Belgrand. Annales des Ponts et Chaussées, vol. II, mémoire n° 64, p. 337-387.

LANG M. et CŒUR D., sous la direction de (2014) - Les inondations remarquables en France : inventaire 2011 pour la directive inondation. Édit. Quae, 640 p.

LEFÉBURE de FOURCY C., LEMOINE G. et HEUDE H. (1885) - Règlements et instructions concernant l'annonce de crues et l'étude du régime des rivières. Édit. Ministère des Travaux Publics, Paris, 621 p.

LEMOINE G. (1886) - Note historique sur le Service hydrométrique du bassin de la Seine. Annales des Ponts et Chaussées - mémoires et document, vol. XI, p. 251-261.

LESTEL L., STEINMANN R., CHEMLAL K., CARRÉ C. et MEYBECK M. (2016) - Étude spatiale et temporelle des réseaux de mesure. Les cas des stations hydrométriques depuis le XIXe siècle et des stations de mesure de la qualité de l'AESN depuis 1971. Rapport dans le cadre du programme PIREN-Seine, phase VII, 16 p.

Archives du Service de Prévision des Crues Oise - Aisne :
Carton n°164, arch. de l'ingénieur d'arrondissement.
Carton n°270, note de l'ingénieur d'arrondissement KRYN en date du 1er septembre 1958.
Carton n°270, rapport de l'ingénieur d'arrondissement KRYN en date du 15 décembre 1958.
Carton n°278, arch. de l'ingénieur d'arrondissement.

Archives Départementales de l'Oise :
7Sp1248. Service hydrométrique du bassin de la Seine et du bassin de l'Aisne. Renseignements demandés par l'ingénieur en chef Lemoine, concernant l'écoulement de l'Aisne (1886-1889).
7Sp1760. Arrondissement de Compiègne. Annonce des crues : notes ; correspondance, plans et profils (1893-1947).
7Sp1366. Service hydrométrique d'annonce des crues : inondations, renseignements divers, gratifications du personnel (1875-1905).
7Sp710. Écluse de Creil. Registre des observations du niveau de l'eau (1877-1889).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Le bassin versant de l'Oise.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/8876/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Tableau I - Règlement standard pour les stations d'observation sur l'Oise en 1885 (d'après C. LEFÉBURE de FOURCY et al., 1885).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/8876/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Tableau II - Procédure d'observation et de transmission des observations en 1884 (d'après SPC, archives de l'ingénieur en chef, carton n° 264).
Légende SHC : Service Hydrométrique Central (Paris). 3obs. : trois observations journalières (7h00, 12h00 et 17h00). Origny-en-T. : Origny-en-Thiérache. Origny-Ste-B. : Origny-Sainte-Benoite. - : pas de procédure prévue. -- : pas de cote indiquée.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/8876/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 2 - Les stations de mesure sur l'Oise et l'Aisne en 2019 (d'après le SPC).
Légende Stations sur l'Oise : 1. Creil ; 2. Venette ; 3. Plessis-Brion ; 4. Sempigny ; 5. Condren ; 6. Origny-Sainte-Benoîte ; 7. Flavigny ; 8. Hirson.Stations sur l'Aisne : 9. Soissons ; 10. Berry-au-Bac ; 11. Asfeld ; 12. Biermes ; 13. Givry-sur-Aisne ; 14. Rilly-sur-Aisne ; 15. Vouziers ; 16. Mouron ; 17. Chevières ; 18. Varennes-en-Argonne ; 19. Amblaincourt.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/8876/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Tableau III - Altitude du zéro de l'échelle (d'après SCP, archives de l'ingénieur en chef, carton n° 278).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/8876/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Tableau IV - Règlement standard pour les station d'observation sur l'Oise en 1959 (d'après SCP, archives de l'ingénieur en chef, carton n° 278).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/8876/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Yves Bonnard, « Le fonds d'archives de l'ingénieur des Ponts-et-Chaussées de Compiègne : de la constitution d'une banque de données pour l'annonce de crue à son exploitation en géohistoire », Physio-Géo, Volume 14 | -1, 43-56.

Référence électronique

Jean-Yves Bonnard, « Le fonds d'archives de l'ingénieur des Ponts-et-Chaussées de Compiègne : de la constitution d'une banque de données pour l'annonce de crue à son exploitation en géohistoire », Physio-Géo [En ligne], Volume 14 | 2019, mis en ligne le 04 décembre 2019, consulté le 23 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/8876 ; DOI : 10.4000/physio-geo.8876

Haut de page

Auteur

Jean-Yves Bonnard

Centre d'Histoire des Sociétés, des Sciences et des Conflits, Université Picardie - Jules Verne, 1 chemin du Thil, 80025 AMIENS cedex 1.
Courriel : jean-yves.bonnard@ac-amiens.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals