Navigation – Plan du site

Histoire des crues du Roubion (Drôme, France) depuis 1501 AD, une approche hydrologique des fluctuations climatiques sur cinq siècles

History of Roubion (Drôme, France) floods since 1501 AD. A hydrological approach of climatic fluctuations over five centuries
Philippe Thoumas
p. 87-111

Résumés

Une recherche archivistique portant sur les informations hydrologiques a été menée sur le bassin versant du Roubion, affluent méditerranéen de la rive gauche du Rhône. À partir des données collectées, puis de leur interprétation, nous montrons qu'une activité hydrologique plus importante, tant en termes de fréquence que d'intensité, s'est produite durant la période dite du Petit Âge Glaciaire et s'est poursuivie au delà, jusqu'au milieu du XXème siècle. À partir du début des années 1960, nous sommes entrés dans une période de calme hydrologique, inédite depuis 500 ans. Autre enseignement, les crues estivales, qui étaient très répandues, ont tendance à disparaître. Ces conclusions vont dans le sens de travaux menés par d'autres chercheurs sur plusieurs cours d'eau méditerranéens, dont une étude sédimentologique portant sur la partie aval du bassin. Malgré de profondes évolutions de son bassin versant, l'origine climatique semble expliquer les fluctuations hydrologiques constatées.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Cette étude sur l'histoire des crues et inondations survenues dans le bassin versant du Roubion, cours d'eau des Préalpes drômoises, est issue d'un travail de recherche qui a débuté au début des années 1990. Peu de temps auparavant, le 11 octobre 1988, les terribles inondations du Roubion et de son principal affluent, le Jabron, avaient provoqué le décès d'une personne et de très nombreux dégâts matériels à Montélimar. La mémoire des crues de ce torrent au régime méditerranéen semblait avoir disparu et l'urbanisation avait gagné les rives d'un cours d'eau qui n'avait plus fait parler de lui depuis près de 30 ans. De la même manière, lorsque se produisit la catastrophe de l'Ouvèze du 22 septembre 1992 à Vaison-la-Romaine, quelques historiens locaux rappelèrent qu'une crue comparable s'était produite dans cette commune au début du XVIIème siècle.

2Si l'intérêt pour l'histoire du climat en tant que tel est plus ancien (E. LE ROY LADURIE, 1967), il y a 25 ans les recherches en histoire hydroclimatique étaient encore peu développées (G. PICHARD, 1995). Sur un aussi petit cours d'eau, où pouvait-on trouver les informations sur les crues anciennes et jusqu'où l'état des sources nous permettrait-il de remonter dans le temps ? À la fin du XIXème siècle, à l'instar d'autres auteurs, M. VILLARD (1889) réalisait pour le Dauphiné, avec un prisme particulier sur le département de la Drôme, une compilation sous forme chronologique de faits météorologiques. Bien que cet auteur ne citât pas dans son travail toutes les sources utilisées, ce qu'il appelait des "renvois de preuve", il précisait néanmoins que les archives locales, les mémoires de plusieurs érudits avaient été les principales sources dépouillées. Outre le fait que ces recherches ne permettaient pas d'obtenir un aperçu des fluctuations climatiques, elles demeuraient partielles et non exhaustives. Pourtant cette étude sur l'histoire des faits météorologiques, qu'il dénommait "Météorologie Régionale", avait déjà une vocation historique et climatique.

3L'enquête, terme employé par E. LE ROY LADURIE (1967) pour évoquer ses investigations dans les archives, le renvoyant d'une source à une autre, lui permit de remonter toujours plus loin dans le temps. Les recherches que nous avons menées jusqu'en 1501 AD nous confirmeront bien des faits cités, mais non sourcés, par M. VILLARD. Ces dépouillements laborieux des documents originaux, les témoignages pour les faits les plus récents, permettront d'obtenir des données multiples et variées, tant sur les hivers rigoureux, les sécheresses, les épisodes de neige ou de grêle, de constituer des séries temporelles sur les dates de vendanges, la pluviométrie et bien entendu sur les crues et les inondations. Sur cette dernière thématique, ce travail a tendu vers la plus grande exhaustivité possible en matière d'archives sur une aire géographique limitée, celle d'un bassin versant. Les informations brutes, souvent limitées à de simples descriptions, demeurent source d'interprétation. C'est pour résoudre en partie cette part de subjectivité que ces informations ont fait l'objet d'une synthèse et d'une analyse dans un cadre méthodologique déjà éprouvé par de précédentes études (G. PICHARD et É. ROUCAUTE, 2014). Elles ont ensuite été classées par degré de gravité. Cette hiérarchisation des 445 crues significatives répertoriées et le traitement de la base de données constituée conduisent à une possible comparaison des résultats avec ceux concernant d'autres cours d'eau méditerranéens pour les 500 dernières années. Pour asseoir la validité des conclusions tirées, les fluctuations hydrologiques identifiées ont été comparées aux résultats obtenus par le biais de l'analyse des dépôts sédimentaires dans la plaine de la Valdaine (B. NOTEBAERT et al., 2014).

4E. LE ROY LADURIE a défini l'histoire climatique "comme une recherche autonome par son objet". Elle ne peut néanmoins s'abstraire d'une variable incontournable, l'impact de l'homme sur son environnement. Or cet environnement, espace naturel dans lequel se situe notre recherche, a fortement évolué depuis 500 ans. Les paysages se sont transformés, les pressions anthropiques sur le bassin versant du Roubion se déplaçant de l'amont vers l'aval. Comment ces modifications ont-elles influé, aggravant ou diminuant parfois les risques naturels au cours du temps, et comment devons-nous les intégrer pour une analyse critique des résultats obtenus ?

5Les débats actuels sur les effets du réchauffement climatique en cours portent notamment sur la question d'une plus grande fréquence et/ou intensité des événements météorologiques. À l'échelle des cinq siècles étudiés, nonobstant les modifications environnementales évoquées précédemment, jusqu'à quel point les informations recueillies en matière hydroclimatique nous permettent-elles d'éclairer l'évolution du climat sur le secteur étudié ?

II - Site d'étude et hydrologie

1 ) Le Roubion et son bassin versant

6Le Roubion est un modeste affluent préalpin du Rhône inférieur, en rive gauche, situé entre la Drôme et le Lez (Fig. 1). Son bassin versant couvre 628 km2, dont 425 km2 pour le Roubion et 203 km2 pour le Jabron. Le réseau hydrographique traverse 32 communes. Le Roubion reçoit son dernier et principal tributaire, le Jabron, tout près de son exutoire, à Montélimar.

Figure 1 - Localisation et présentation du bassin versant du Roubion.

Figure 1 - Localisation et présentation du bassin versant du Roubion.

Les documents ont été récupérés le 4 octobre 2019 sur le site lien 1. Les données sont sous licence ouverte etalab V 2.0. Le fond de carte est issu du site lien 2 (licence CC BY-SA 2.0). Les limites du bassin versant et quelques noms de lieux ont été ajoutés.

7Le Roubion prend sa source sur la commune de Chaudebonne, à 696 m d'altitude, au pied de la montagne de Miélandre (1430 m d'altitude). Après 66,6 km, il se jette aujourd'hui non plus dans le Rhône, son collecteur naturel, mais dans le canal de dérivation du fleuve, à 72 mètres d'altitude. Le point culminant du bassin versant est la montagne d'Angèle, à 1606 m d'altitude. Le Roubion a une pente moyenne dépassant neuf mètres par kilomètre, mais qui diminue vers l'aval, de manière assez régulière et sans brusques ruptures. Son bassin versant est marqué par un passage rapide entre une zone montagneuse boisée et très peu peuplée, à l'amont (Photo 1), et une vaste zone de plaine céréalière (la Valdaine) soumise à une pression d'urbanisation croissante, à l'aval (Photo 2). La forêt et les milieux semi-naturels représentent 51 % du bassin versant, 46 % sont le fait de territoires agricoles et les 3 % restants sont des terres artificialisées.

Photo 1 - Une vue du bassin amont du Roubion en aval de Bourdeaux. [cliché : Philippe THOUMAS]

Photo 1 - Une vue du bassin amont du Roubion en aval de Bourdeaux. [cliché : Philippe THOUMAS]

Prise depuis le sommet du Grand Pommerolle, sur la commune de Saoû, la vue regarde vers le sud.

Photo 2 - La plaine de la Valdaine. [cliché : Philippe THOUMAS, 2019]

Photo 2 - La plaine de la Valdaine. [cliché : Philippe THOUMAS, 2019]

La vue regarde vers le N-NO Au premier plan, le village de la Bégude-de-Mazenc.

2 ) Un régime torrentiel typiquement méditerranéen

8Le débit moyen du Roubion immédiatement en amont de son arrivée dans le canal du Rhône, a été estimé à 4,85 m3/s (C. MESCLON, 1991). Mais les écoulements manifestent d'importantes variations saisonnières et des pointes de crue de plus de 250 fois son débit moyen. Les précipitations annuelles moyennes varient de 850 à 950 mm sur le bassin versant. La rivière est très peu sujette aux crues nivales, à la différence de la rivière Drôme. Des précipitations intenses, de l'ordre de 100 à 200 mm en 24 heures, peuvent s'accumuler sur le bassin versant et provoquer de fortes crues, surtout en automne, en lien avec des perturbations méditerranéennes touchant les Cévennes ou la Provence. Pourtant ce sont les crues éclair qui sont à l'origine des épisodes les plus violents, lors de phénomènes plus limités dans l'espace et le temps. Les événements des 30 septembre 1960 et 11 octobre 1988 en sont des illustrations récentes. Les précipitations ont alors dépassé les 200 voire 300 mm en l'espace de 6 à 12 heures sur une partie du bassin versant, avec des intensités parfois supérieures à 100 mm/h.

9Les premières mesures de hauteurs d'eau, conduites par le service des Ponts et Chaussées, datent des années 1840. Toutefois la première échelle limnimétrique n'a été installée à Montélimar qu'au début des années 1850 et n'a pas fait pas l'objet de relevés réguliers. Deux autres échelles ont été mises en place dans la plaine de la Valdaine au milieu des années 1880, mais ont été rapidement abandonnées. Les données qui nous sont parvenues sont rares. Les premières stations de mesure pour la détermination des débits datent des années 1910, mais il a fallu attendre le milieu des années 1960 pour que deux stations de mesure en continu soient créées sur les parties amont du Roubion et du Jabron (L. VIVAS, 1965 ; F. HIRSCH et M. VINCENT, 1964). Les données qu'elles ont permis de recueillir jusqu'à nos jours sont néanmoins incomplètes, les stations étant régulièrement emportées lors des crues les plus fortes. Couvrant une période relativement brève, mais surtout étant lacunaires, ces données ne permettent pas de bien évaluer les épisodes majeurs et ne facilitent pas le calcul des périodes de retour. D'autres stations de mesure furent installées plus récemment (après 1970, puis 2000) sur la partie aval du bassin, mais la qualité des relevés fut affectée par des changements incessants de gestionnaires et elles ont été rapidement abandonnées. Finalement, si les repères des plus grandes crues depuis la fin du XIXème siècle nous sont connus, c'est grâce aux riverains qui en conservèrent la mémoire. Ces derniers inscrivirent sur la digue du Roubion dans la traversée de Montélimar, 600 mètres en amont de la confluence avec le Jabron, le niveau atteint par ses eaux. Le Roubion est donc un cours d'eau où la nécessité de rechercher les informations sur les crues dans les archives s'avère d'un intérêt particulier.

III - Méthode

1 ) L'étude des sources

10Pour la réalisation d'une histoire hydroclimatique, la source principale provient des archives communales. Pour la seule période d'Ancien Régime existe une quantité colossale de documents, les séries BB (administration communale), CC (finances, impôts et comptabilité) et DD (biens communaux, eaux et forêts, travaux publics, voirie) étant les plus riches en informations. L'inventaire dit "Lacroix" pour le département de la Drôme permet de les répertorier. Mis à part cet inventaire sommaire, ces archives communales ne sont pas numérisées. Il n'est donc pas possible d'effectuer des requêtes informatiques par mot clé. Leur déchiffrement passe par la consultation systématique des documents, soit auprès des communes, soit auprès des archives départementales de la Drôme où certaines d'entre elles ont été versées. La quasi-totalité des fonds d'archives anciennes de l'ensemble des communes du bassin versant a été consultée. Le volume représenté par l'ensemble de ces seules archives représente plus de 100 000 pages. Ce rapide inventaire de la somme de documents consultables permet de montrer la tâche qui se présente à tout historien du climat. Un travail de bénédictin, mais aussi la certitude qu'une grande quantité d'informations encore inédites sommeille dans les archives communales de maints bassins versants. Toujours pour la période d'Ancien Régime, nous avons porté nos recherches dans les fonds de l'Intendance, où sont rapportés les dégrèvements accordés aux communautés pour cause d'intempéries, et tirés quelques données des registres paroissiaux, ceux des notaires et des livres de raison. La recherche dans ces types de documents est encore plus longue et difficile.

11À ces sources communales les plus anciennes se sont ajoutées les archives municipales plus modernes, ainsi que des archives d'origines multiples et variées : fonds d'administrations et d'établissements publics, fonds des Ponts et Chaussées, fonds spécialisés (hydrologie, météorologie, climatologie), travaux d'historiens, publications scientifiques, presse écrite où seuls quelques titres ont été numérisés (requêtes automatiques possibles par mots clés), documents photographiques, vidéos, sites internet ou témoignages oraux.

2 ) L'analyse des sources disponibles

12Nous observons que les archives consulaires de la ville de Montélimar, et dans une moindre mesure celles de Dieulefit, sont pour le XVIème siècle les principales sources disponibles, auxquelles s'ajoutent quelques notes de notaires ou d'érudits. Les informations en provenance des autres communes du bassin versant sont très parcellaires. La première période de notre étude est donc affectée par une perte d'informations potentielle non négligeable (P. BLANCHEMANCHE, 2009). Les crues affectant la partie amont du bassin versant sont moins connues. Par ailleurs, les délibérations de la ville de Montélimar, même lorsqu'elles sont disponibles, ne sont pas exhaustives de toutes les crues, même des plus fortes, comme en attestent les récits contemporains tirés de livres de raison ou des fonds de notaires. À partir du début du XVIIème siècle et jusqu'à la fin du XVIIIème siècle, les informations deviennent plus variées, comprenant la majeure partie des autres communes du bassin versant et les fonds de l'Intendance (N. KRAUTBERGER, 2012). Au début du XIXème siècle, les archives des départements, plus particulièrement celles des travaux des Ponts et Chaussées, deviennent les plus riches. Mais depuis les années 1830 et jusqu'à nos jours, c'est la presse locale qui a pris le relais. Par chance, nous disposons de nombreux périodiques anciens dans le département de la Drôme. À ces informations des médias se sont ajoutés, dès la fin du XIXème siècle, les premières photographies ainsi que quelques relevés hydrométriques. Aux XXème-XXIème siècles, les informations sont complétées par le recueil de témoignages oraux ou plus récemment via internet, et enfin par nos observations personnelles (Fig. 2). Contre-intuitivement, la quantité des sources est plus limitée depuis le début du XXème siècle, paradoxe déjà relevé par G. PICHARD et al. (2014). En revanche, elles sont plus détaillées et permettent parfois de mettre en évidence l'existence de plusieurs crues en quelques jours, degré de précision très rarement atteint du XVIème au milieu du XIXème siècle.

Figure 2 - Grands types de sources utilisées en fonction des dates.

Figure 2 - Grands types de sources utilisées en fonction des dates.

13Les crues des cours d'eau et leurs débordements étaient de véritable traumatismes pour les riverains. Nous pouvons voir dans la longue liste des dépenses communales, au travers soit des comptes ou des délibérations consulaires, la charge importante que représentait l'entretien des protections contre les rivières. Il s'agissait, en effet, d'une lutte incessante et les titres des dépenses en attestent, avec par exemple la mention "réparations contre le Roubion". Il est intéressant de constater la richesse des fonds sur ce thème, même au tout début de notre période d'étude. Pour la seule année 1543, certes très active du point de vue hydrologique, nous avons recueilli pas moins de 32 références différentes qui décrivent les inondations, l'état de la rivière, les dommages causés aux infrastructures (planches emportées, chemins et murailles endommagés, pont à réparer, etc.) et récapitulent les travaux engagés par les habitants pour la remise en état. Vingt références ont été identifiées pour l'année 1550, pourtant relativement calme avec une seule crue significative. À l'échelle des cinq siècles étudiés, nous avons donc obtenu des milliers de références. La période d'Ancien Régime est la plus riche en la matière. C'est cette grande abondance et diversité des sources sur plusieurs dizaines de communes, ainsi que leur constance sur plusieurs siècles, qui compensent en partie l'absence de sources spécialisées (G. PICHARD et al., 2014). Comme nous l'avons indiqué précédemment, la documentation instrumentale, à savoir les relevés d'échelles en continu sur une longue durée, n'apparaît que très tardivement sur le bassin versant du Roubion, dans la seconde moitié du XXème siècle. La première élévation connue et mesurée du Roubion en un point fixe date de la crue exceptionnelle du 28 septembre 1798. La description très détaillée des crues par le service des Ponts et Chaussées, alliée à la connaissance des profils en travers de la rivière dans la traversée de la ville de Montélimar et dans celle de Bourdeaux (dans la partie amont du bassin), ont cependant permis d'évaluer les crues les plus anciennes. Les niveaux atteints sur les points fixes tels que les ponts ont également été d'une utilité certaine pour comparer différentes crues.

14Finalement, l'étude des sources archivistiques nous permet de former, depuis le début du XVIème siècle, un corpus de données important, avec 445 événements significatifs inventoriés. Avant cette date, les données étaient trop rares et ne permettaient aucune analyse approfondie. Nous remarquons que lors de périodes historiques affectées par les guerres ou les épidémies, nous obtenons souvent moins d'informations, en raison de la disparition de documents ou d'une probable hiérarchisation bien compréhensible des enjeux (R. NAULET, 2002). Dans le futur, seule l'application de tests statistiques permettra de montrer la bonne homogénéité de la série constituée.

3 ) Compilation des sources et classification des crues

a. Compilation et analyse des données.

15Lorsqu'une date de crue est répertoriée, nous retranscrivons en premier lieu la source puis le jour, le mois et l'année de survenance. À ces éléments de base, s'ajoutent le ou les communes concernées par l'événement, ainsi que la description de la crue, sa durée si elle est précisée, la nature des dégâts constatés s'ils sont rapportés. L'hydrométrie est indiquée lorsque la donnée existe. Tous les autres événements météorologiques recensés dans la Drôme durant cette période sont notés, notamment les crues des cours d'eau limitrophes au bassin versant du Roubion, à savoir le Lez (bassin de 455 km2) ou la Drôme (bassin de 1640 km2), auxquels s'ajoute l'Escoutay (Ardèche). En complément, une recherche systématique est effectuée sur la base HISTRHONE, qui inventorie pour la Provence les événements hydroclimatiques sur le Rhône (lien 3). Cette base de données extrêmement riche permet très souvent de connaître la situation du Rhône et d'autres affluents provençaux au moment d'une crue du Roubion. Enfin, nous avons constitué une base de données pluviométriques permettant de remonter jusqu'au milieu du XVIIIème siècle. Depuis cette date, à partir des postes d'observation météorologiques les plus proches du bassin versant du Roubion, les cumuls de précipitations sur les périodes qui précédent la crue sont précisés. L'intensité des précipitations est un paramètre important pour déterminer le type de la crue. Le croisement de l'ensemble de ces informations permet de mieux appréhender les circonstances à l'origine de la crue du Roubion, ainsi que l'extension géographique des phénomènes météorologiques en cause.

b. La classification des crues et sa méthodologie

16Par souci d'uniformisation et de comparabilité avec d'autres études historiques existantes, notamment les recherches menées sur l'histoire hydroclimatique du Rhône (G. PICHARD et É. ROUCAUTE, 2014), nous avons choisi une classification en quatre niveaux de gravité, de C1 à C4. La hiérarchisation des événements hydrologiques en différents niveaux est aisée pour les périodes récentes, lorsque les niveaux d'eau sont connus. Lorsque ces informations ne sont pas disponibles, comme c'est le plus souvent le cas, nous devons avoir recours à d'autres critères, au caractère plus subjectif. En l'absence de débit ou de niveau précis, les paramètres qui autorisent à discriminer les événements hydrologiques, sont d'abord liés à la description de la rivière elle-même. Elle est décrite comme occupant l'ensemble de son lit, comme étant infranchissable, grosse ou débordée. On évoque aussi une grande ou extraordinaire inondation. Les échelles de crue n'existant pas, les élévations atteintes par le cours d'eau au niveau des ponts ou dans certaines parties des villes ou villages sont parfois signalées. D'autre part, nous nous appuyons sur la nature des dégâts occasionnés par la crue (P. BLANCHEMANCHE, 2009) : planches ou passerelles emportées, chemins dégradés, terres inondées, ouvrages détruits, par exemple. Par ailleurs, nous avons dû distinguer les informations selon qu'elles concernaient le bassin amont ou aval. Une crue importante sur le bassin amont du Roubion ne signifie pas que le cours d'eau marquera une crue importante à Montélimar. Même sur des bassins versants peu étendus comme celui du Roubion, des crues violentes se produisent très localement sur des superficies limitées. Le nombre d'informations et leur répartition sur le bassin versant influent directement sur la cotation de l'événement. Dans le travail de classification, tous ces éléments disponibles sont pris compte : conditions météorologiques locales, hydrométrie du Roubion, crues du Rhône ou d'autres cours d'eau, niveau et intensité des précipitations, localisation et nature des dommages.

17Les crues cotées C1 apparaissent comme des crues de faible ampleur sur le Roubion lui-même. La rivière apparaît grosse, infranchissable. Des planches peuvent être emportées, de petites réparations, comme la pose de paniers de pierres, peuvent être entreprises très localement. En revanche, des affluents peuvent connaître des crues significatives qui ne sont pas retrouvées dans les mêmes proportions plus en aval. Ce n'est qu'avec l'ajout de nouveaux témoignages sur d'autres affluents du bassin versant, qui montreront une étendue plus vaste et une plus grande intensité du phénomène, que la crue sera susceptible de passer en C2, C3 ou C4. Enfin, quelquefois, il peut aussi s'agir d'un classement par défaut ou a minima, lorsque les informations sont insuffisantes pour la caractériser plus précisément.

18Les crues cotées C2 sont des crues moyennes à assez fortes, avec débordements limités sur le Roubion aval, sans gros dégâts. Néanmoins elles sont susceptibles d'être très fortes sur les secteurs amont ou sur certains affluents. Des débordements se produisent, des passerelles peuvent être emportées, des gués ou des chemins sont rompus. Suite à ces crues, de petites réparations sont nécessaires sur des gabions, ainsi que la pose de paniers remplis de pierres pour protéger les rives. Il y a des chemins dégradés, des berges affouillées, des canaux détruits. Des graviers et des pierres charriés par la rivière ont envahi les places des villages. Il est fait mention d'inondations avec des terres emportées. Les prud'hommes sont déjà sollicités pour effectuer des rapports et estimer les dommages occasionnés par la rivière. Là aussi, il peut s'agir d'une cotation a minima, faute de précisions et d'autres mentions pour le Roubion aval.

19Les crues C3 sont de fortes crues, avec des dégâts notables aux protections contre les inondations (digues, murailles) et des débordements fréquents. Il peut être fait mention d'une grande inondation, des ravages que la rivière a causé aux terres et parfois à des bâtiments. Des ponceaux peuvent être emportés. Ces crues peuvent prendre un caractère exceptionnel sur certaines parties du bassin versant (en amont ou en aval), provoquant l'inondation du centre de certains villages.

20Les crues C4 sont des crues très fortes à extrêmes. Les inondations sont généralisées, il est fait mention de grandes pluies et débordements. À Montélimar, il se produit une grande inondation et les remparts de la ville sont endommagés. Le centre de Montélimar peut être inondé, le pont endommagé ou détruit. Les dégâts matériels sont considérables (digues, chemins ou routes emportées), des pertes en vies humaines peuvent être déplorées.

c. Constitution d'une base de données simplifiée

21Toutes les crues répertoriées et classées sont ensuite incluses dans un tableur EXCEL en considérant le mois, l'année et le degré de gravité. Pour seulement 11 crues sur les 445 dénombrées, les mois où elles se sont produites ne sont pas connus.

22Seules les crues de type 2 à 4 ont été retenues dans l'analyse de notre étude. La première catégorie (C1) est la seule qui n'a pas pu être prise en compte tout au long des cinq siècles. Nous avons, en effet, constaté pour elle une trop grande disparité dans le retour des informations au cours des siècles. Le niveau C1 exige un degré de précision beaucoup trop fin pour être atteint avant le XIXème siècle.

IV - Résultats et discussion

1 ) Analyse de la base de données

23Par siècle, le nombre des crues significatives est de 66 (XVIème siècle) à 114 (XVIIème siècle), avec une moyenne de 86 environ (Tab. I). En première analyse, les événements liés à la fonte des neiges sont extrêmement rares, seulement trois crues importantes de ce type ayant été référencées en 500 ans (février 1663, 31 janvier 1716 et mi-janvier 1789).

Tableau I - Répartition par siècle des crues C2 à C4 du Roubion de 1501 à 2018 AD.

Tableau I - Répartition par siècle des crues C2 à C4 du Roubion de 1501 à 2018 AD.

24Le nombre de crues C2 se situe autour de la cinquantaine par siècle, sauf pour le XVIIème siècle, qui en compte 72. Le XVIème siècle, pour sa part, montre un déficit relatif de ces crues, avec seulement 35 événements recensés. Si le rapport entre le nombre de crues de type 2 et celui de type 4 est supérieur ou égal à 4 pour tous les autres siècles, il n'est que de 3,5 au XVIème siècle. Une hypothèse forte, qui rejoint la conclusion sur l'analyse des sources, consiste à incriminer le manque de sources au début de notre période d'étude et donc le moindre retour d'informations hydrologiques. Pour les événements plus marqués, C3 et C4, davantage repris dans les documents du fait de leurs impacts, ce constat n'est plus vrai.

25Par siècle, les crues de type 3 sont au nombre de 18 (au XVIIIème siècle) à 26 (au XVIIème siècle) (Tab. I). Avec 21 occurrences, le XVIème siècle ne se distingue pas des autres.

26Comme pour les épisodes C2 et C3, le XVIIème siècle enregistre le plus grand nombre de crues C4 (16), le plus petit nombre revenant au XXème siècle (9), juste après le XVIème siècle (10).

27De ce bilan comparé du nombre de crues par siècle et par catégorie, émerge un XVIIème siècle à l'activité hydrologique particulièrement forte. Pourtant les sources utilisées pour le XVIIème siècle sont de même nature que celles utilisées pour le siècle précédent ou le siècle suivant. Elles sont néanmoins plus abondantes et diversifiées que pour le XVIème siècle, mais ce n'est pas le cas avec le XVIIIème siècle, au cours duquel les sources se sont enrichies. Le XIXème siècle a bénéficié d'une grande abondance et variété de sources, tandis que le XXème siècle d'une plus grande précision et d'une meilleure chronologie des événements. La nature, l'abondance et la variété des sources ne paraissent pas être la cause de l'important écart entre le nombre de crues observé au XVIIème par rapport aux autres siècles.

28Autre fait marquant, le nombre élevé d'années (38) pendant lesquelles se sont produits au moins trois événements C2 à C4 (Fig. 3). Elles sont au nombre de 7 pour le XVIème siècle, de 11 pour le XVIIème, de 4 pour le XVIIIème, de 6 pour le XIXème et de 10 pour le XXème. Seulement 10 années totalisent au moins 5 de ces événements, dont 6 années entre 1543 et 1636, et les 4 autres années entre 1907 et 1960, les années 1951 et 1960 enregistrant 6 épisodes.

Figure 3 - Nombre annuel de crues C2 à C4 du Roubion de 1501 à 2018 AD.

Figure 3 - Nombre annuel de crues C2 à C4 du Roubion de 1501 à 2018 AD.

29 Sept années ont connu deux crues majeures C4, à savoir 1616 (septembre et octobre), 1702 (octobre et novembre), 1747 (septembre), 1840 (septembre et octobre), 1886 (octobre et novembre), 1892 (juillet et octobre) et 1960 (septembre et novembre). Ces répétitions concentrées sur les XIXème et XXème siècles tiennent au fait que nous manquons de détails sur certains épisodes plus anciens, en particulier les inondations rapprochées des automnes 1618, 1660 ou 1712. Le groupement de cinq crues C4 entre 1840 et 1845 constitue aussi un fait remarquable. À l'inverse, le plus grand laps de temps entre deux épisodes C4 s'est produit entre 1750 et 1782 (32 ans), devant les périodes 1845-1874 (29 ans), 1960-1988 (28 ans), 1813-1840 (27 ans), 1632-1658 (26 ans) et 1548-1570 (22 ans).

30Si les crues du Rhône sont lentes et progressives, celles d'une rivière torrentielle du type du Roubion se produisent rapidement et la décroissance s'opère dans les heures qui suivent. Après la crue, les eaux du Roubion se retrouvent systématiquement à un niveau inférieur à celui de la crue de référence de type C2. Il est donc possible d'identifier plusieurs crues en quelques jours seulement. La succession des crues au cours d'une année à crues répétitives s'avère bien évidemment très variable sur les 38 années. La saturation des sols favorise la répétition des événements. Nous remarquons ainsi que trois événements peuvent survenir durant le même mois, comme cela est arrivé en octobre 1542, en septembre 1747 (en 10 jours), en novembre 1791 (en 6 jours), en octobre 1907 (en 19 jours), en novembre 1951 (en 10 jours) et en novembre 1960 (en 18 jours). La surreprésentation du XXème siècle est sans doute liée au biais archivistique qui permet de connaître avec une grande précision la chronologie des crues. Un exemple de cette difficulté pour le début de notre série provient d'informations du type de celles données dans les délibérations consulaires de la ville de Montélimar à la suite de la crue de septembre 1604, où il est indiqué : "causant les grandes pluyes et ynondations deau quont régné durant huit jours continuellement". À l'aide d'autres indications, nous connaissons la nature des dégâts provoqués, mais nous ignorons si durant cette séquence de huit jours le niveau atteint par les eaux du Roubion a pu générer plusieurs pics de crue successifs. Les années présentant au moins deux crues durant le même mois, viennent à l'appui de cette analyse. Pour les XVIème et XVIIème siècles, seules 6 des 18 années ayant connu au moins deux crues annuelles, entrent dans cette catégorie. Ce taux atteint 80 % (16 années sur 20) sur la période XVIIIème-XXème siècles. Les mois concernés par au moins deux épisodes de crue sont avril (uniquement pour l'année 1621), septembre (5 années : 1651, 1691, 1747, 1840, 1993), octobre (7 années : 1542, 1618, 1712, 1840, 1845, 1892, 1907), novembre (10 années : 1745, 1791, 1830, 1926, 1933, 1935, 1951, 1960, 1982, 2002) et décembre (deux années : 1620 et 1935).

2 ) Répartition des crues dans l'année et au cours des siècles étudiés

31Toutes catégories confondues, l'automne concentre plus de 50 % des crues dont le mois de survenance est connu (soit 230 sur un total de 434). Septembre, octobre et novembre (69, 75 et 86 crues respectivement) représentent chacun 16 % à 20 % de l'ensemble des événements. Dans la continuité de l'automne, décembre cumule plus de 30 crues ; pour les autres mois, le nombre varie de 15 à 28 (Fig. 4).

Figure 4 - Répartition mensuelle des crues C2 à C4 du Roubion de1501 à 2018 AD.

Figure 4 - Répartition mensuelle des crues C2 à C4 du Roubion de1501 à 2018 AD.

Mois indét. : épisodes pour lesquels le mois est indéterminé.

32À l'échelle mensuelle, le nombre de crues a été maximal en septembre au XVIIème siècle, en octobre au XIXème siècle et en novembre aux XVIème, XVIIIème et XXème siècles (Fig. 5). La valeur du pic mensuel est de 11 seulement au XVIème siècle, alors qu'elle dépasse 20 pour les autres siècles et atteint jusqu'à 25 au XVIIème siècle.

Figure 5 - Répartition mensuelle des crues C2 à C4 du Roubion pour chaque siècle de 1501 à 2018 AD.

Figure 5 - Répartition mensuelle des crues C2 à C4 du Roubion pour chaque siècle de 1501 à 2018 AD.

33En termes de répartition saisonnière (saisons météorologiques ‒ Tab. II), les XVIème et XVIIème siècles se distinguent par une surreprésentation des crues hivernales et une sous-représentation des crues automnales. C'est l'inverse au XIXème siècle, marqué de plus par une faible fréquence des crues printanières. Le XXème siècle se distingue par le petit nombre des crues estivales, lesquelles ont été plus fréquentes que les crues hivernales et printanières aux XVIIIème et XIXème siècles,. Le début du XXIème siècle n'a connu pour l'instant que des crues hivernales et, surtout, automnales.

Tableau II - Répartition saisonnière par siècle (en %) des crues C2 à C4 du Roubion de 1501 à 2018 AD.

Tableau II - Répartition saisonnière par siècle (en %) des crues C2 à C4 du Roubion de 1501 à 2018 AD.

Hiver : décembre-février. Printemps : mars-mai. Eté : juin-août. Automne : septembre-novembre.

34Alors que les crues C2 et C3 sont souvent très nombreuses en fin d'automne, les crues majeures C4 le sont davantage en septembre, mois qui totalise à lui seul près du tiers des événements de ce type (Fig. 6). Plus des trois quarts des phénomènes majeurs se sont produits en automne. Les mois de mars et avril n'en ont jamais connu.

Figure 6 - Répartition mensuelle des crues du Roubion de type C4 recensées de 1501 à 2018 AD.

Figure 6 - Répartition mensuelle des crues du Roubion de type C4 recensées de 1501 à 2018 AD.

35Une seule crue C4 a été référencée entre juin et septembre depuis celle du 22 juillet 1914 (Fig. 7) ; cette situation fait figure d'exception sur la période d'étude. Trois événements majeurs ont été référencés durant ces quatre mois au XVIème siècle (1543, 1580 et 1597), neuf au XVIIème siècle (1604, 1616, 1627, 1629, 1632, 1660, 1663, 1673, 1691), six au XVIIIème siècle (1722, 1747 à deux reprises, 1782, 1788 et 1798), deux au XIXème siècle (1813, 1840, 1841, 1842, 1845, 1874, 1892). En revanche, il n'en a été observé que deux au XXème siècle (1914 et 1960) et encore aucun au XXIème siècle (jusqu'à 2019 inclus).

3 ) Des fluctuations longues, une analyse par fréquence-gravité

36Sur la base de la moyenne mobile centrée sur 31 ans du nombre annuel de crues (Fig. 7), nous constatons deux longues périodes de forte fréquence des crues, la première de 1607 à 1763 (156 ans), la seconde de 1837 à 1964 (127 ans). À l'opposé, trois périodes de moindre fréquence (1560-1606, 1765-1837 et 1961-2018) sont identifiées.

Figure 7 - Moyenne mobile centrée sur 31 ans du nombre annuel de crues C2 à C4 du Roubion de1501 à 2018 AD.

Figure 7 - Moyenne mobile centrée sur 31 ans du nombre annuel de crues C2 à C4 du Roubion de1501 à 2018 AD.

37Nous avons ensuite procédé à une pondération de la série, afin de prendre en compte le degré de violence de chaque crue. Des indices de gravité ont été fixés arbitrairement : C2=2, C3=3, C4=4. En multipliant le nombre d'événements d'un type de crue pour une période donnée par l'indice de gravité correspondant, on obtient l'indice de fréquence-gravité cumulé pour la période considérée.

38Avec un découpage par périodes cinquantennales, les fluctuations s'atténuent par rapport à la moyenne mobile sur 31 ans. On distingue cependant une très forte activité hydrologique sur la période 1601-1750, ainsi qu'une forte activité sur la période 1851-1950 (Fig. 8).

39L'analyse par périodes décennales (Fig. 9) donne une vision plus précise des évolutions. Deux décennies, 1611-1620 et 1951-1960, apparaissent exceptionnelles en termes de fréquence-gravité, avec des indices cumulés de 46. Elles sont suivies par cinq décennies à l'activité hydrologique très forte, présentant des indices cumulés supérieurs ou égaux à 35 : 1741-1750, 1931-1940, 1651-1660, 1631-1640 et 1841-1850. La décennie 1501-1510 est apparemment la plus calme sur le plan hydrologique, mais elle est très affectée par la faiblesse des sources disponibles. Par ordre d'activité croissante, on trouve ensuite les décennies 1961-1970, 1571-1580, 1941-1950, 1971-1980, 1821-1830 et 1981-1990, les deux dernières présentant un indice cumulé de 10 seulement. Quatre décennies ont été hydrologiquement peu actives au XXème siècle, dont trois consécutives après 1960. Mais la décennie 1951-1960 masque, par son indice élevé, le calme hydrologique de la période cinquantennale de la fin du XXème siècle. La décennie en cours, 2011-2020, pourrait accuser un indice très faible si la succession des sécheresses devait se poursuivre.

Figure 8 - Cumul par période de 50 ans des indices de fréquence-gravité des crues du Roubion depuis 1501 AD.

Figure 8 - Cumul par période de 50 ans des indices de fréquence-gravité des crues du Roubion depuis 1501 AD.

Figure 9 - Cumul par période de 10 ans des indices de fréquence-gravité des crues C2 à C4 du Roubion depuis 1501 AD.

Figure 9 - Cumul par période de 10 ans des indices de fréquence-gravité des crues C2 à C4 du Roubion depuis 1501 AD.

40La moyenne mobile centrée sur 11 ans des indices de fréquence-gravité des crues C2 à C4 du Roubion (Fig. 10) permet d'affiner l'analyse. Malgré les limites déjà évoquées pour les sources archivistiques concernant le XVIème siècle, les conditions hydrologiques apparaissent actives de 1522 à 1558. L'inondation qui survient le 16 septembre 1543, qui emporte le pont et inonde la ville de Montélimar, a été considérée par ses contemporains comme la plus grande de mémoire d'homme. De 1559 à 1613, surtout jusqu'en 1581, les crues recensées sont de nouveau beaucoup moins fréquentes et globalement moins violentes. Cela ne signifie nullement l'absence de douloureux épisodes, comme les grandes inondations du 4 septembre 1580, de fin novembre 1595, du 11 septembre 1604 et de fin novembre 1609. Une crise hydrologique brutale est centrée autour de 1620 ; elle marque le début d'une longue succession de graves événements. Les crues historiques de 1616 (26 septembre et début octobre) suivies de près par celle du 23 novembre 1618 et surtout celles du 6 septembre 1627, de fin septembre 1629 et de septembre 1632, qui elles aussi ont marqué les esprits, ne laissent aucun répit, d'autant plus que les crues C3 sont nombreuses. Comme celle de 1629, les crues du 27 juin 1673 et du 14 septembre 1691 font plusieurs victimes et causent d'immenses dégâts matériels. Les inondations d'octobre et de novembre 1702 abattent encore une partie des murailles de la ville de Montélimar. Les périodes d'accalmie sont quasi inexistantes jusqu'en 1730. La décennie qui suit est un intermède avant une nouvelle poussée, centrée autour de 1746 et qui se poursuivra jusqu'en 1763. Les inondations des 21 et 29 septembre 1747 sont de nouveau mémorables. Le calme relatif qui s'est étalé ensuite sur près de 75 ans, jusqu'à 1836, n'a été interrompu qu'une douzaine d'années, entre 1786 et 1798. La crue du "7 Vendémiaire an 7" (28 septembre 1798) fut si terrible que la mémoire de cette inondation, baptisée "L'Endouriblé", fut conservée à Bourdeaux un siècle durant (G. BARNIER, 1997). Si le nombre de crues n'est pas très important dans les années suivantes, les inondations du 8 novembre 1801 et du 6 septembre 1813 emportent les digues, coupent la grande route de Lyon à Marseille et envahissent la ville de Montélimar. C'est surtout de 1814 à 1836 que basse fréquence et faible intensité des crues vont de concert. S'ouvre ensuite un nouveau cycle de grande activité hydrologique, quasi ininterrompue jusqu'en 1964. De 1840 à 1845, les crues records s'enchaînent. Jamais pour les riverains les cours d'eau n'ont semblé avoir atteint de telles hauteurs. Il faut citer les inondations provoquées par les trombes orageuses des 18 septembre 1840, 26 septembre 1841 et 22 septembre 1845. Ces deux dernières crues sont considérées comme des références pour les élévations du Jabron et du Roubion. M. PARDÉ (1925) estime le débit de la crue du Roubion du 22 septembre 1845 à 1300 m3/s. À son embouchure avec le Rhône, la rivière faisait deux kilomètres de large. Pendant 120 ans, les pics d'activité se sont enchaînés, culminant autour de 1890, 1930 et 1956. Trois inondations méritent d'être citées par leur ampleur, celles du 17 juillet 1892 (Photos 3 et 4), du 22 juillet 1914 et du 30 septembre 1960 (Photo 5), qui semèrent encore le deuil. La première est sans aucun doute la plus forte inondation entre celles des années 1840 et nos jours. L'abondance des précipitations sur l'ensemble du bassin versant du Roubion n'a pas eu d'équivalent au XXème siècle. L'inondation du 30 septembre 1960, la plus importante du XXème siècle avec celle de 1914, est la première grande crue postérieure à l'aménagement du Roubion dans sa partie aval. Le dernier cycle commencé au milieu des années 1960 marque d'une certaine manière une rupture. La baisse drastique du nombre de crues et la modestie fréquente des événements en font une période unique dans l'histoire pluri-centenaire du Roubion. Trois grandes crues se sont malgré tout produites, dont celle du 11 octobre 1988, au caractère singulier par sa rapidité, qui endeuilla une nouvelle fois la ville de Montélimar.

Figure 10 - Moyenne mobile centrée sur 11 ans des indices de fréquence-gravité des crues C2 à C4 du Roubion de 1501 à 2018 AD.

Figure 10 - Moyenne mobile centrée sur 11 ans des indices de fréquence-gravité des crues C2 à C4 du Roubion de 1501 à 2018 AD.

Photo 3 - Le Roubion en crue, contenu par une digue, dans la traversée de Montélimar le 17 juillet 1892. [ collection personnelle de Patrick MORAND]

Photo 3 - Le Roubion en crue, contenu par une digue, dans la traversée de Montélimar le 17 juillet 1892. [ collection personnelle de Patrick MORAND]

Photo 4 - La confluence du Jabron et du Roubion lors de la crue du 17 juillet 1892. [ collection personnelle de Patrick MORAND]

Photo 4 - La confluence du Jabron et du Roubion lors de la crue du 17 juillet 1892. [ collection personnelle de Patrick MORAND]

Photo 5 - Bourdeaux, après l'inondation du 30 septembre 1960. [carte postale Édition De Luxe "Photo-Presse", Montélimar ‒  collection personnelle de Philippe THOUMAS]

Photo 5 - Bourdeaux, après l'inondation du 30 septembre 1960. [carte postale Édition De Luxe "Photo-Presse", Montélimar ‒  collection personnelle de Philippe THOUMAS]

41Ces fluctuations étudiées sur une longue période montrent, d'une part, que le Petit Âge glaciaire n'a pas connu des conditions hydrologiques constantes et, d'autre part, que sa fin, fixée autour de 1860, n'a pas entraîné de modification sensible du rythme et de l'intensité des événements pendant un siècle.

4 ) Des fluctuations hydroclimatiques comparées à celles d'autres bassins versants méditerranéens

42De nombreuses études sur l'histoire des crues des cours d'eau méditerranéens ont été réalisées depuis une vingtaine d'années. Il ressort de l'ensemble des sources une péjoration de l'activité hydrologique durant le Petit Âge Glaciaire. Sur la Durance, l'analyse en termes de fréquence-gravité fait apparaître :

  • un pic des crues en seconde moitié du XVIème siècle, lié à une très forte nivosité ;

  • une péjoration de l'activité hydrologie au XVIIème siècle, qui culmine entre 1690 et 1710 ;

  • un XVIIIème siècle très perturbé, avec une apogée dans les années 1760 ;

  • un "creux hydrologique" de 1820 à 1839, suivi d'une nette recrudescence jusqu'en 1890.

43Globalement, l'hydrologie durancienne a donc été plus active du milieu du XVIème siècle jusqu'à la fin du XIXème par rapport aux périodes précédente et suivante (O. SIVAN et al., 2009 ; G. PICHARD et al., 2014). C. MIRAMONT et al. (1997) ont mis en avant l'influence climatique comme facteur explicatif premier des variations hydrologiques observées sur la moyenne Durance. Sur le Gardon, les pics se situent en 1740-1750, 1765-86, 1820-1846, 1860-1880 et 1890-1900 (S. DELIZEAU et al., 2014). Sur le Vidourle, les recherches menées à partir des archives textuelles et sédimentaires font ressortir quatre phases de haute fréquence, à savoir 1600-1630, 1675-1775 (maximum), 1850-1865 et 1905-1940, tandis que les périodes de rémission les plus marquées sont 1575-1600, puis 1775-1790 et 1810-30 (J.F BERGER et al., 2010). En Catalogne, se distinguent trois périodes hydroclimatiques dégradées : 1580-1620 (malgré la concomitance d'épisodes de sécheresse marquée entre 1580 et 1600), 1760-1800 et 1830-1870 (M.C. LLASAT et al., 2005). L'analyse des sédiments déposés dans le lac d'Allos confirme la plus grande fréquence et la forte intensité des événements hydrologiques durant le Petit Âge Glaciaire, mais la chronologie des événements diffère sensiblement de celle enregistrée dans les Cévennes et se rapproche davantage des périodes retrouvées dans le Nord-Est de l'Espagne. Les périodes de crise hydrologique se situent ici au début du XVIIème siècle, entre 1750 et 1900 et à la fin du XXème siècle, les périodes autour de l'année 1700 et au début du XXème siècle étant, à l'opposé, des périodes de faible fréquence de crue (B. WILHELM et al., 2012)

44Les recherches menées sur le Rhône en remontant jusqu'au Moyen-Âge (G. PICHARD et al., 2017) mettent d'abord en évidence une forte variabilité dans la distribution saisonnière des crues au fil des siècles. Elles témoignent ensuite de l'aggravation des crues dès le XIVème siècle et surtout dans la seconde moitié du XVème siècle, puis d'un XVIème siècle relativement calme, à l'exception notable des dégradations des années 1540 et 1580. La première partie du XVIIème siècle est assez pondérée, avant une phase critique multiséculaire, de la fin du XVIIème siècle au début du XVIIIème siècle. Jusqu'au milieu du XIXème siècle, trois grandes poussées se produisent, en 1771-1780, 1801-1810 et 1841-1850. La période suivante est surtout affectée par les premiers impacts des actions anthropiques. À la différence de ce qui se passe sur les affluents, la fréquence des crues extrêmes C4 augmente, corollaire probable d'une concentration des écoulements et d'une augmentation des pics de crue, en raison des aménagements réalisés pour les canaliser (G. PICHARD et al., 2014).

45Dans la Drôme, les études menées par J.P. BRAVARD (2000) sur le Haut-Diois mettent en évidence deux périodes de forte torrentialité, 1800-1820 et 1840-1870, marquées par de fréquents épisodes orageux estivaux. Par ailleurs, les débits mesurés au XXème siècle sur la Drôme et l'Eygues montrent une diminution très significative de la fréquence et de l'intensité des crues. Là aussi, il est constaté la quasi-disparition des crues d'été au cours de ce siècle (F. LIÉBAULT, 2003). L'histoire sédimentaire de la plaine de la Valdaine (bassin de Montélimar) a été étudiée par B. NOTEBAERT et al. (2014). Une période majeure de sédimentation est relevée entre 1200 et 1900, faisant coïncider forte occupation humaine et dégradation climatique du Petit Âge Glaciaire. L'analyse des isotopes stables des carbonates pédologiques réalisée par S. BONTÉ (2006) montre que la moyenne vallée du Rhône, la Valdaine et le bassin versant du Roubion, en particulier, se situent en limite des influences du climat méditerranéen, limite qui se déplace au gré des périodes historiques, ce qui est cause de modifications des conditions climatiques. L'étude indique en outre que, sur la Valdaine, le paroxysme des épisodes torrentiels s'étend du XVIIème au XIXème siècle.

46Il est intéressant de constater que chaque bassin versant a ses spécificités et ses influences climatiques. Il peut exister des nuances non négligeables dans les chronologies, même entre cours d'eau relativement proches, comme le Vidourle et le Gardon. Les pics d'activité ou les phases d'accalmie sont rarement concomitants. Il demeure souvent des décalages, voire de franches divergences sur de courts laps de temps, mais la tendance générale est la même : une période de crise hydrologique durant le Petit Âge Glaciaire, mais affectée de fluctuations importantes (J.M. ANTOINE, 2009). Cette activité hydrologique s'est atténuée la plupart du temps au XXème siècle. Finalement, les fluctuations relevées sur le bassin du Roubion s'intègrent dans ce schéma global d'évolution, avec ses influences climatiques spécifiques. Les résultats des recherches archivistiques effectuées sur le bassin versant du Roubion sont confirmés pour la période du Petit Âge Glaciaire par les recherches pédologiques et pour la période la plus récente par la chronique des débits d'autres cours d'eau drômois.

5 ) Des modifications environnementales sur le bassin versant du Roubion au cours des siècles

47Les fortes densités de population rurale dès la Renaissance et l'exploitation des milieux qui en a découlée, s'est traduite par une dégradation accélérée de la végétation du bassin amont du Roubion. Sur la base des procès verbaux sur la Révision des Feux de 1700, R. BLANCHARD (1915) rappelle les conséquences des défrichements et essarts menés au début du XVIIème siècle et leur impute l'origine des débordements de la période 1670-1698. Cette pression sur les milieux se poursuivra jusqu'à la fin du XIXème siècle (F. TAILLEFUMIER, 2000). La conséquence de cette détérioration du couvert végétal et de la crise hydrologique du Petit Âge Glaciaire fut l'accélération de l'érosion des versants. Des apports solides massifs métamorphosent les lits des cours d'eau, notamment en les exhaussant, ce qui a favorisé les débordements (J.P. BRAVARD, 1989, 2018).

48Dans le haut Roubion et le haut Jabron, les superficies boisées ont augmenté d'au moins un tiers entre 1836 et 1944, pour l'essentiel de manière spontanée. Les reboisements massifs ont surtout concerné le massif du Diois (R. BLANCHARD, 1915, 1944). En effet, une seule commune en tête de bassin a fait l'objet de plantations dans le cadre de la Restauration des Terrains en Montagne. Quelques corrections hydrauliques torrentielles (seuils, barrages) ont également été effectuées, mais là rien de comparable avec ce qui s'est passé dans le bassin versant de la Drôme (F. LIÉBAULT, 2003). La progression forestière s'est accentuée avec la déprise rurale des années 1950. La croissance des superficies forestières en tête de bassin a conduit à une diminution des apports sédimentaires, à une incision et à un rétrécissement des lits (F. LIÉBAULT et al, 2000). A contrario, les zones boisées situées au centre de la plaine de la Valdaine, qui représentaient de véritables forêts dont la superficie globale dépassait les 1000 hectares dans la seconde moitié du XVIIIème siècle, étaient déjà notablement réduites au milieu du XIXème siècle et ne subsistaient plus qu'à l'état de lambeaux dans les années 1950.

49La partie du bassin versant la plus affectée par les pressions anthropiques est sans conteste la partie aval, du fait des enjeux liés à l'urbanisation et à l'agriculture. Cette dernière a été à l'origine d'une forte pression foncière visant à accroître les parcelles agricoles. De grands remembrements dans la plaine de la Valdaine ont conduit, à partir des années 1950, à la quasi-disparition des haies et à la destruction des ramières qui protégeaient les berges. Ces remembrements se sont accompagnés ou ont été suivis par le drainage systématique des parcelles agricoles. Les derniers secteurs boisés de la plaine ont été rognés petit à petit, jusqu'à pratiquement disparaître. Les prairies ont fait place à des champs de céréales (tournesol, maïs, blé) dans le cadre d'un système agro-industriel. Leurs sols subissent des labours profonds et restent nus après récolte. Les ramières ont aussi fortement reculé, du fait de l'urbanisation : aménagement de zones pavillonnaires, de zones d'activités ou récréatives (campings, équipements sportifs) (C. MESCLON, 1991) et, plus récemment, création d'une voie verte.

50Dès le milieu des années 1960, l'extraction massive de granulats est devenue l'une des causes majeures de modification des lits des cours d'eau. Sur le Roubion aval, l'exploitation de gravières a conduit à l'extraction d'un volume considérable de matériaux (12000 m3 par an). Ces prélèvements, très supérieurs aux capacités de renouvellement naturel, ont provoqué une incision de plusieurs mètres du lit de la rivière en certains endroits, déstabilisant les berges et les ouvrages (C. MESCLON, 1991).

51Lors des plus grandes crues, le cœur des principales villes du bassin versant, à Bourdeaux, Dieulefit ou Montélimar, était jadis systématiquement inondé. Dans la plaine aval (Valdaine), les zones inondables sont très vastes. Encore récemment, 1718 ha ont été inondés en 1960. La lutte contre les inondations du Roubion et de ses affluents est ancienne. Sur toute la période d'étude, les documents d'archives mentionnent des réparations (sur les ponts notamment) ou des créations de petits aménagements (gabions, épis, enrochements) pour se protéger des cours d'eau. Ces ouvrages, localisés et de petite dimension, n'étaient pas destinés à lutter contre les plus grandes crues. La ville de Montélimar était protégée par ses remparts et les chemins qui les longeaient étaient régulièrement endommagés par le Roubion. Les portes de la ville devaient être fermées pour éviter l'envahissement des eaux. En 1807, avec l'édification du pont de pierre à trois arches à la confluence du Roubion et du Jabron, les digues furent surélevées de cinquante centimètres au-dessus des plus fortes eaux connues. La crue de 1813 emporta une partie de ces digues et pénétra dans la ville où la hauteur d'eau atteignit 1,5 m par endroits). Les digues furent à nouveau surélevées de deux pieds (0,65 m). En 1847, après les crues des années 1840, 1841 et 1845, qui ont détruit chacune une partie des endiguements et envahi la ville, d'autres aménagements furent réalisés. Le principal pont de Montélimar fut agrandi, passant de 3 à 5 arches, et les digues furent une nouvelle fois rehaussées pour protéger la ville. Les dommages se limitèrent ensuite aux campagnes riveraines et au secteur plus en aval. Jusqu'en 1951, à chaque grande crue, les digues se rompirent à l'ouest de la ville, les eaux envahissant les terres et les fermes environnantes. À partir du milieu des années 1950, suite aux grands travaux de construction du canal de dérivation du Rhône, la partie aval du Roubion fut considérablement transformée. Les constructions se multiplièrent à Montélimar à l'abri de digues renforcées et surélevées. La majeure partie des terrains situés immédiatement en amont de la confluence du Roubion et du Jabron furent bientôt urbanisés.

52Mais tous les problèmes n'étaient pas réglés. Le 30 septembre 1960, les deux cours d'eau provoquèrent de graves dégâts matériels sur tout leur linéaire, y compris dans les quartiers nouvellement créés à Montélimar, ce qui suscita de nouveaux travaux. En 1968, d'immenses projets d'aménagement furent imaginés, dont un pour des barrages en amont du bassin versant. Ces projets pharaoniques, comme d'autres, ne furent pas menés à bien. Dans les années 1960, 1970 et même plus récemment, dans les années 1990, des endiguements furent cependant réalisés dans la traversée des villages et, en zone de plaine, des sections entières du Roubion furent recalibrées. Ces réalisations, qui facilitent l'évacuation des eaux et réduisent les champs d'expansion des crues, n'ont pas l'ampleur de ceux réalisés tout en aval. Le Roubion conserve donc un caractère naturel marqué sur la quasi-totalité de son linéaire. Sur le Jabron, des travaux de rectification du lit, par recalibrage et recoupement de méandres, réalisés au début des années 1960, ont conduit à une diminution de la longueur du lit sur certains secteurs et, de ce fait, à une augmentation de la pente moyenne (N. LANDON, 1996). Comme celle de 1960, la crue du 11 octobre 1988 affecta principalement les quartiers nouvellement urbanisés de Montélimar. Comme à chaque crue dévastatrice, la réponse fut le renforcement des endiguements et leur extension, tant à l'aval qu'à l'amont de la confluence avec le Jabron, dans le but de contenir une crue centennale (DDT 26, 2016). Outre l'imperméabilisation des sols qui accroît localement les ruissellements, l'urbanisation dans les zones protégées par les digues dans la traversée de Montélimar augmente les risques dans un contexte de méconnaissance de l'aléa lié à la rupture des ouvrages de protection (DDT 26, 2016).

53Si la revégétalisation en tête de bassin favorise l'atténuation des pics de crue et donc du risque inondation, l'évolution des pratiques agricoles et le développement de l'urbanisation vont clairement dans le sens opposé (J. HALL et al., 2014). Ce bilan très synthétique des interventions humaines et de leurs impacts potentiels divergents met en évidence la complexité des interactions qui peuvent se nouer dans un même bassin versant. Le travail archivistique fait néanmoins ressortir, au sein du Petit Âge Glaciaire, une succession de périodes de crise ou de répit à des échelles de temps (décennies) où les environnements demeuraient inchangés. L'activité hydrologique est en outre restée forte jusqu'au début des années 1960. La persistance après le milieu du XXème siècle de grandes crues (1960, 1988, 1993 et, dans une moindre mesure, 2003), ainsi que la reprise de courte durée de l'activité hydrologique entre 1993 et 2003, attestent que les évolutions du bassin versant liées aux interventions humaines ne peuvent expliquer la moindre fréquence et intensité des crues depuis le milieu des années 1960.

V - Conclusion

54Les recherches menées dans les archives textuelles sur le bassin versant du Roubion ont permis une collecte importante d'informations sur les crues historiques. À partir de la série hydroclimatique constituée, nous montrons que la période du Petit Âge Glaciaire a connu de fréquentes et intenses crues du Roubion et ce dès le début du XVIème siècle. Le XVIIème siècle apparaît comme le siècle à l'activité hydrologique la plus forte. Cette période s'est prolongée jusqu'au milieu du XXème siècle. Depuis l'accélération du réchauffement climatique enregistrée à partir de la fin des années 1980, nous ne notons pas de recrudescence des crues. Au cours de la période dite du Petit Âge Glaciaire, les crues estivales, consécutives à des épisodes orageux, ont été fréquentes et importantes. Le moindre nombre de grandes crues (C4) depuis le début du XXème siècle pourrait être lié à la quasi disparition des grandes crues d'été et de début d'automne (de juin à septembre). Les variations de l'activité hydrologique du Roubion enregistrées au cours des cinq siècles étudiés reflètent les fluctuations du facteur climatique, et ne s'expliquent probablement que de façon marginale par les modifications environnementales d'origine anthropique.

55Pour les évolutions relativement anciennes, nos résultats rejoignent ceux obtenus sur d'autres cours d'eau méditerranéens et ceux d'une étude des sédiments de la plaine de la Valdaine. Pour les périodes les plus récentes, ils sont en accord avec les observations effectuées sur d'autres cours d'eau du département de la Drôme. Des travaux complémentaires devront être menés, tant du point de l'analyse statistique que du croisement avec d'autres éléments collectés, à savoir les bans de vendanges, les données sur les sécheresses et les pluies notamment.

56Du fait de données hydrométriques lacunaires sur son bassin versant, le régime du Roubion est mal connu du point de vue des crues extrêmes. Mais les résultats des recherches menées dans les archives montrent que nous vivons depuis une cinquantaine d'années une période inédite de calme hydrologique. Si la fréquence et l'intensité des crues ont diminué, qu'en est-il du risque ? La crue du 11 octobre 1988 a rappelé que le bassin versant est très vulnérable à une crue violente. Les épisodes du 1er octobre 1993 et du 2 décembre 2003 l'ont encore montré plus récemment. Malgré cela les leçons du passé ne sont pas prégnantes. La Stratégie Locale de Gestion des Risques Inondations (SLGRI) "Roubion-Jabron" (DDT 26, 2016), au delà de l'identification des vulnérabilités, a mis en lumière la connaissance imparfaite de l'aléa sur ces bassins versants, soulignant la nécessité d'une réappropriation de la culture et de la mémoire du risque.

Remerciements : L'auteur remercie tout particulièrement Claude MESCLON pour la communication de ses archives personnelles, ainsi que les archivistes des communes du bassin versant du Roubion et du Jabron : Hélène GROUSSON (Montélimar agglomération), Daniel ORAND (Montélimar agglomération) et Magali CHAZAUD (CCDB). Les remerciements s'adressent également au directeur de publication et aux relecteurs du texte pour leurs propositions de correction. Leurs remarques pertinentes et très constructives ont permis d'enrichir significativement cet article.

Haut de page

Bibliographie

ANTOINE J.M. (2009) - L'histoire du climat par ses extrêmes. Sources géohistoriques et inondations dans les Pyrénées depuis le Petit Âge Glaciaire. Archéologie du Midi Médiéval, vol. 27, p. 143-155.

BARNIER G. (1997) - Les Chroniques Bourdeloises. Édit. Les Amis du Pays de Bourdeaux, Bourdeaux, tome 1, 74 p.

BERGER J. F., BLANCHEMANCHE P., REYNÈS C. et SABATIER P. (2010) - Dynamiques fluviales en basse vallée du Vidourle au cours des six derniers siècles. Quaternaire, vol. 21, n° 1, en ligne (consulté de 13 juin 2014).

BLANCHARD R. (1915) - Le Haut Dauphiné à la fin du XVIe siècle, d'après les procès-verbaux de la Révision des Feux de 1700. Revue de Géographie Alpine, vol. 3, n° 4, p. 337-419.

BLANCHARD R. (1944) - Déboisement et reboisement dans les Préalpes françaises du Sud. Revue de géographie alpine, vol. 32, n° 3, p. 335-388.

BLANCHEMANCHE P. (2009) - Crues historiques et vendanges en Languedoc méditerranéen oriental : la source, le signal et l'interprétation. Archéologie du Midi Médiéval, vol. 27, p. 225-235.

BONTÉ S. (2006) - Caractérisation des climats et des environnements Rhodaniens postglaciaires par l'analyse des isotopes stables (δ18O et δ13C) des carbonates pédologiques. Thèse de l'Université d'Avignon et des Pays de Vaucluse, 324 p.

BRAVARD J.P. (1989) - La métamorphose des rivières des Alpes françaises à la fin du Moyen Âge et à l'époque moderne. Bulletin de la Société Géographique de Liège, vol. 25, p. 145-157.

BRAVARD J.P. (2000) - Le comportement hydromorphologique des cours d'eau au Petit Âge Glaciaire dans les Alpes françaises et sur leur piedmont. Actes des 25èmes Journées Scientifiques du GFHN (Meudon), p. 105-110.

BRAVARD J.P. (2018) - Crises sédimentaires du globe. Volume 1 : Grands cours d'eau, de l'abondance à la rareté. Édit. ISTE éditions, collection "Géoscience", 248 p.

DDT 26 (2016) - Territoire à risque important d'inondation, Montélimar. Stratégie Locale de Gestion des Risques Inondation SLGRI "Roubion-Jabron". Édit. Direction Départementale des Territoires de la Drôme, Ministère de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer, 24 p., en ligne.

DELIZEAU L., TERRIER B., BERGER J.F., BLANCHEMANCHE P., LATAPIE A., FREYDIER R., PAQUIER A., LANG M. et DELGADO J.L. (2014) - Reconstitution des crues extrêmes du Gardon à partir d'une analyse paléohydrologique. La Houille Blanche, n° 4, p. 44-52.

HALL J., ARHEIMER B., BORGA M., BRAZDIL R., CLAPS P., KISS A., KJELDSEN T.R., KRIAUCIUNIENE J., KUNDZEWICZ Z.W., LANG M. … (2014) - Understanding flood regime changes in Europe: a state of the art assessment. Hydrology and Earth System Sciences, vol. 18, n° 7, p. 2735-2772.

HIRSCH F. et VINCENT M. (1964) - Étude hydrologique du Jabron. Bassin du Roubion. Édit. Université de Strasbourg. 79 p.

KRAUTBERGER N. (2012) - Des dommages et des hommes : les économies du malheur dans les Alpes (XVIIIe-XIXe siècles). Thèse de l'Université de Grenoble, 810 p.

LANDON N. (1996) - L'évolution du profil en long des affluents du Rhône moyen : du constat aux principes de gestion. Revue de Géographie de Lyon, vol. 71, n° 4 : "La rivière, un corridor naturel à gérer", p. 363-376.

LE ROY LADURIE E. (1967) - Histoire du climat depuis l'an mil. Édit. Flammarion, Paris, 2 tomes, 287 et 254 p.

LIÉBAULT F. (2003) - Les rivières torrentielles des montagnes drômoises : évolution contemporaine et fonctionnement géomorphologique actuel (massifs du Diois et des Baronnies). Thèse de l'Université Louis Lumière (Lyon 2), 357 p.

LIÉBAULT F., PIÉGAY H. et TAILLEFUMIER F. (2000) - Réponses géomorphologiques du Haut-Roubion (Drôme) à la reconquête végétale contemporaine de son bassin versant. Forêt Méditerranéenne, vol. XXI, n° 2, p. 177-181.

LLASAT M.C., BARRIENDOS M., BARRERA A. et RIGO T. (2005) - Floods in Catalonia (NE Spain) since the 14th century. Climatological and meteorological aspects from historical documentary sources and old instrumental records. Journal of Hydrology, vol. 313, n° 1-2, p. 32-47.

MESCLON C. (1991) - Enjeux économiques et environnementaux d'un arrière-pays rhodanien : les pays du Roubion-Jabron. Thèse de l'Université de Grenoble I, 3 tomes, 582 p.

MIRAMONT C. et GUILBERT X. (1997) - Variations historiques de la fréquence des crues et évolution de la morphogenèse fluviale en moyenne Durance (France Sud-Est). Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 3, n° 4, p. 325-337.

NAULET R. (2002) - Utilisation de l'information des crues historiques pour une meilleure predetermination du risque d'inondation. Application au bassin versant de l'Ardèche à vallon Pont-d'Arc et St-Martin d'Ardèche. Thèse de l'Université Joseph Fourier (Grenoble) et de l'INRS-ETE (Québec), 322 p.

NOTEBAERT B., BERGER J.F. et BROCHIER J.L. (2014) - Characterization and quantification of Holocene colluvial and alluvial sediments in the Valdaine Region (southern France). The Holocene, vol. 24, n° 10, p. 1320-1335.

PARDÉ M. (1925) - Le calcul des débits du Rhône et de ses affluents. Thèse de l'Université de Grenoble, Imprimerie Allier et fils, 168 p.

PICHARD G. (1995) - Les crues sur le bas-Rhône de 1500 à nos jours. Pour une histoire hydroclimatique. Méditerranée, n° 3-4, p. 105-116.

PICHARD G. (1999) - Espaces et nature en Provence. L'environnement rural 1540-1789. Thèse de l'Université de Provence (Aix-Marseille I), 5 volumes, 1713 p. + annexes.

PICHARD G. et ROUCAUTE É. (2014) - Sept siècles d'histoire hydroclimatique du Rhône d'Orange à la mer (1300-2000) : climat, crues, inondations. Numéro hors série de la revue Méditerranée, Presses Universitaires de Provence, Aix-en-Provence, 192 p.

PICHARD G., ARNAUD-FASSETTA G., MORON V., ROUCAUTE É. (2017) - Hydroclimatology of the Lower Rhône Valley: historical flood reconstruction (AD 1300-2000) based on documentary and instrumental sources. Hydrological Sciences Journal, vol. 62, n° 11, p. 1772-1795.

SIVAN O., MIRAMONT C., PICHARD G. et PROSPER LAGET V. (2009). Les conditions climatiques de la torrentialité au cours du Petit Âge Glaciaire en Provence. Archéologie du Midi Médiéval, vol. 26, p 157-167.

TAILLEFUMIER F. (2000) - Dynamique du couvert végétal de deux bassins versants affluents du Haut-Roubion, la Bine et le Soubrion (Préalpes sèches drômoises). Forêt Méditerranéenne, vol. XXI, n° 2, p. 170-176.

VILLARD M. (1889) - Météorologie Régionale. Série chronologique de tous les faits recueillis par Marius Villard. Édit. Imprimerie Jules Céas et fils, Valence, 136 p.

VIVAS L. (1965) - Étude hydrologique du bassin du Roubion. Thèse de 3ème cycle, Université de Strasbourg, 169 p.

WILHELM B., ARNAUD F., SABATIER P., CROUZET C., BRISSET E., CHAUMILLON É., DISNAR J.R., GUITER F., MALET E., REYSS J.L., TACHIKAWA K., BARD E., DELANNOY J.J. (2012) - 1400 years of extreme precipitation patterns over the Mediterranean French Alps and possible forcing mechanisms. Quaternary Research, vol. 78, n° 1, p. 1-12.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Localisation et présentation du bassin versant du Roubion.
Légende Les documents ont été récupérés le 4 octobre 2019 sur le site lien 1. Les données sont sous licence ouverte etalab V 2.0. Le fond de carte est issu du site lien 2 (licence CC BY-SA 2.0). Les limites du bassin versant et quelques noms de lieux ont été ajoutés.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/8984/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Photo 1 - Une vue du bassin amont du Roubion en aval de Bourdeaux. [cliché : Philippe THOUMAS]
Légende Prise depuis le sommet du Grand Pommerolle, sur la commune de Saoû, la vue regarde vers le sud.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/8984/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Photo 2 - La plaine de la Valdaine. [cliché : Philippe THOUMAS, 2019]
Légende La vue regarde vers le N-NO Au premier plan, le village de la Bégude-de-Mazenc.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/8984/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Figure 2 - Grands types de sources utilisées en fonction des dates.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/8984/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Tableau I - Répartition par siècle des crues C2 à C4 du Roubion de 1501 à 2018 AD.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/8984/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 3 - Nombre annuel de crues C2 à C4 du Roubion de 1501 à 2018 AD.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/8984/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 4 - Répartition mensuelle des crues C2 à C4 du Roubion de1501 à 2018 AD.
Légende Mois indét. : épisodes pour lesquels le mois est indéterminé.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/8984/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Figure 5 - Répartition mensuelle des crues C2 à C4 du Roubion pour chaque siècle de 1501 à 2018 AD.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/8984/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Tableau II - Répartition saisonnière par siècle (en %) des crues C2 à C4 du Roubion de 1501 à 2018 AD.
Légende Hiver : décembre-février. Printemps : mars-mai. Eté : juin-août. Automne : septembre-novembre.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/8984/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 6 - Répartition mensuelle des crues du Roubion de type C4 recensées de 1501 à 2018 AD.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/8984/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 7 - Moyenne mobile centrée sur 31 ans du nombre annuel de crues C2 à C4 du Roubion de1501 à 2018 AD.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/8984/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 8 - Cumul par période de 50 ans des indices de fréquence-gravité des crues du Roubion depuis 1501 AD.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/8984/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 9 - Cumul par période de 10 ans des indices de fréquence-gravité des crues C2 à C4 du Roubion depuis 1501 AD.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/8984/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 10 - Moyenne mobile centrée sur 11 ans des indices de fréquence-gravité des crues C2 à C4 du Roubion de 1501 à 2018 AD.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/8984/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Photo 3 - Le Roubion en crue, contenu par une digue, dans la traversée de Montélimar le 17 juillet 1892. [ collection personnelle de Patrick MORAND]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/8984/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Photo 4 - La confluence du Jabron et du Roubion lors de la crue du 17 juillet 1892. [ collection personnelle de Patrick MORAND]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/8984/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Photo 5 - Bourdeaux, après l'inondation du 30 septembre 1960. [carte postale Édition De Luxe "Photo-Presse", Montélimar ‒  collection personnelle de Philippe THOUMAS]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/8984/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Thoumas, « Histoire des crues du Roubion (Drôme, France) depuis 1501 AD, une approche hydrologique des fluctuations climatiques sur cinq siècles », Physio-Géo, Volume 14 | -1, 87-111.

Référence électronique

Philippe Thoumas, « Histoire des crues du Roubion (Drôme, France) depuis 1501 AD, une approche hydrologique des fluctuations climatiques sur cinq siècles », Physio-Géo [En ligne], Volume 14 | 2019, mis en ligne le 04 décembre 2019, consulté le 23 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/8984 ; DOI : 10.4000/physio-geo.8984

Haut de page

Auteur

Philippe Thoumas

4 allée le Janeiro, 26200 MONTÉLIMAR.
Courriel : philippe.thoumas@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals