Navigation – Plan du site

La catastrophe de la Montagne Pelée le 8 mai 1902 en Martinique : Saint-Pierre, une ville résiliente ou un exemple archétypal de bifurcation

The Mount Pelée disaster on 8 May 1902 in Martinique: is Saint-Pierre a resilient city or an archetypal example of bifurcation?
Fanny Benitez
p. 227-252

Résumés

Cet article a pour objet d'analyser les effets d'une catastrophe majeure sur la trajectoire territoriale d'une ville, en combinant différentes échelles spatiales et temporelles. Les retours d'expérience montrent que, face à un événement catastrophique, les villes adoptent des trajectoires de relèvement très différentes, qui sont désormais décrites grâce à la notion de résilience. Dans une perspective géohistorique, la notion de résilience ne peut pas, à elle seule, expliquer les trajectoires territoriales de long terme. En s'appuyant sur l'exemple de la ville de Saint-Pierre en Martinique, dévastée par les éruptions de la Montagne Pelée en 1902, nous avons pu démontrer que la trajectoire de la ville ne correspondait pas à une trajectoire de résilience, contrairement à ce qu'affirment les acteurs. Pour cela, nous avons combiné un travail d'archive et une enquête auprès des populations en 2016. L'approche géohistorique permet de dépasser le discours des acteurs du territoire, qui présente Saint-Pierre comme une ville résiliente. En fonction du pas de temps et de l'échelle spatiale considérée, la trajectoire territoriale de Saint-Pierre peut prendre la forme d'une reproduction spatiale avec une survivance du nom et du site, d'un relèvement avec dégradation par rapport à la situation antérieure ou d'une bifurcation. L'analyse géohistorique de la trajectoire de la cité pierrotine permet finalement de démontrer qu'il n'existe pas de résilience en soi pour les territoires urbains.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1L'objectif de cet article est d'alimenter les réflexions sur la résilience des villes après un événement catastrophique, en étudiant le processus qui conduit au redémarrage, à la reconstruction et au relèvement du système territorial. Il se situe donc d'emblée à l'interface des travaux sur la résilience urbaine, qui mettent l'accent sur la continuité des trajectoires et insistent sur le perpétuel renouvellement des espaces urbains, et des travaux sur la résilience territoriale, qui examinent comment les systèmes socio-spatiaux réagissent face aux perturbations endogènes et exogènes qui les affectent.

2Plusieurs chercheurs ont décrit la diffusion de la notion de résilience et l'appropriation du terme par les acteurs de la prévention et de la gestion des risques. La résilience est devenue un objectif opérationnel, décliné dans les cadres d'actions internationaux, et se transforme même, pour certains auteurs, en injonction (S. REVET, 2011 ; B. QUENAULT, 2015 ; S. RUFAT, 2012, 2015). La promotion de la résilience dans le champ de la réduction des catastrophes naturelles, s'est définitivement affirmée au moment de la troisième conférence mondiale pour la réduction des risques et des catastrophes, qui a eu lieu à Sendaï en mars 2015. Le cadre d'action qui y a été défini s'est notamment traduit par des campagnes ciblées sur les villes, avec par exemple : "Pour des villes résilientes : ma ville se prépare" (UNISDR, 2015).

3Différents retours d'expérience (T.J. CAMPANELLA, 2006 ; J. HERNANDEZ, 2008, 2009, 2010 ; G. DJAMENT-TRAN et M. REGHEZZA-ZITT, 2012) montrent pourtant que, face à un événement catastrophique, les territoires urbains qualifiés de résilients par les acteurs locaux ou les autorités, adoptent en réalité des trajectoires de relèvement très différentes.

4Parler de résilience urbaine pour qualifier la trajectoire d'une ville peut d'ailleurs sembler réducteur lorsque l'on considère l'ensemble des perturbations qui s'y produisent en permanence. Comprendre la résilience d'une ville, au delà des référentiels internationaux et des discours politiques, suppose de considérer les trajectoires de relèvement post-catastrophe, en prenant en compte la diversité des échelles temporelles et spatiales, ce qui renvoie à une démarche géohistorique (C. GRATALOUP, 1996 ; C. ASCHAN-LEYGONIE ; G. DJAMENT-TRAN, 2005 ; B. MARTIN et al., 2015 ; S. DOURNEL, 2016). Cette démarche permet de critiquer les usages contemporains de la résilience et, ainsi, de décentrer la focale que l'on peut avoir dans le champ des catastrophes naturelles. Adopter une approche géohistorique (G. BANKOFF, 2004) permet de répondre à plusieurs questions. D'une part, quels sont les effets d'un événement catastrophique majeur sur la trajectoire territoriale d'une ville, et à quelles échelles spatiales et temporelles est-il pertinent de les appréhender ? D'autre part, l'événement catastrophique, et avec lui le cadre interprétatif de la résilience, peuvent-il à eux seuls expliquer la trajectoire urbaine sur le long terme, ou, pour le dire autrement, dans quelle mesure la notion de résilience peut-elle être appliquée aux villes dans une perspective géohistorique ?

5Pour répondre à ces questions, on s'intéressera à la trajectoire territoriale de la ville de Saint-Pierre en Martinique, depuis les éruptions de la Montagne Pelée en 1902 jusqu'à nos jours. L'éruption du 8 mai 1902 a, en effet, détruit la totalité de la cité pierrotine et fait plus de 28000 morts, entraînant une importante désorganisation et de nombreuses recompositions, non seulement à l'échelle du territoire urbain, mais aussi à celle de l'ensemble de la Martinique. Celle du 30 août 1902 a frappé les communes de Morne-Rouge, d'Ajoupa-Bouillon, de Morne-Capot et de Basse-Pointe, faisant plus de 1300 victimes (L. GALLOIS, 1902 ; R.V. FISHER et al., 1980 ; J.C. TANGUY, 1994 ; M. MAS, 2012). Notre objectif est, en définitive, de mettre à l'épreuve le discours des acteurs qui fait de Saint-Pierre une ville résiliente, en analysant la trajectoire de la ville après la catastrophe de 1902.

6Dès 1917, la municipalité de Saint-Pierre a fait inaugurer, en face de l'embarcadère de la place Bertin, une œuvre de la sculptrice Madeleine de JOUVRAY, s'intitulant "Saint-Pierre renaît de ses cendres" (Photo. 1). Si le terme de résilience n'est pas utilisé à l'époque, l'œuvre se veut le symbole de la renaissance de la ville après la catastrophe du 8 mai. Le présentoir explicatif devant la statue la décrit comme étant celle d'une femme "submergée par la force de sa volonté sortant de la roche brute et volcanique. Elle veut symboliser la ville de Saint-Pierre, démunie au lendemain de la catastrophe, et pourtant farouchement déterminée à se relever de ses cendres". Ce discours sur la résilience de Saint-Pierre existe toujours aujourd'hui : la ville semble s'être relevée de la nuée ardente qui l'a anéantie il y a plus d'un siècle. Pourtant certains auteurs citent explicitement Saint-Pierre comme un des rares cas de villes n'ayant pas été résilientes après une catastrophe majeure (L.V. VALE et T.J. CAMPANELLA, 2005). Il existe par conséquent un hiatus dans l'interprétation de la trajectoire urbaine, qui demande d'interroger la pertinence de la notion de résilience dans le cas pierrotin.

Photo 1 - Photographie de la statue de Madeleine de JOUVRAY "Saint-Pierre renaît de ses cendres". [cliché : F. BENITEZ, 2016]

Photo 1 - Photographie de la statue de Madeleine de JOUVRAY "Saint-Pierre renaît de ses cendres". [cliché : F. BENITEZ, 2016]

7Le choix d'étudier la trajectoire de relèvement post-catastrophe de Saint-Pierre, afin de comprendre s'il est possible ou non de parler de résilience, s'explique par plusieurs raisons. Tout d'abord, l'anéantissement de la cité pierrotine par l'éruption du 8 mai 1902 est l'archétype d'une catastrophe : un choc brutal détruisant la totalité d'un territoire urbain. Il n'y a eu que deux survivants à Saint-Pierre sur les quelque 28000 personnes présentes ce matin-là. La destruction a été totale. Aucun bâtiment n'a résisté à la force de l'événement destructeur, à l'exception du pont Roche, le plus vieux pont de l'île, qui date de 1766.

8De plus, il existe un riche matériel d'archives sur lequel il est possible de s'appuyer pour retracer la trajectoire de relèvement post-catastrophe de la ville. Un important travail d'archives a ainsi été réalisé au sein de différents musées de l'île (Musée Régional d'Histoire et d'Ethnologie de Fort-de-France, Musée des Volcans à Morne Rouge, etc.) ainsi qu'aux Archives Départementales et à la Bibliothèque Nationale de France à Paris, partant de l'arrivée sur l'île de Pierre BELAIN d'ESNAMBUC en 1635 et la création du fort Saint-Pierre, et se poursuivant jusqu'à aujourd'hui. Nous avons pu y consulter les différents journaux de la presse locale et internationale de l'époque. Aux archives en Martinique, il a été possible de lire les rapports sur la Montagne Pelée qu'Alfred LACROIX avait rédigés suite à ses observations de terrain après l'éruption du 8 mai 1902 (A. LACROIX, 1904). Nous avons aussi pu travailler à partir de correspondances ou de journaux intimes de contemporains présents à Saint-Pierre, qui relatent l'avant-catastrophe. Les archives permettent également de trouver les récits de personnes ayant fui la ville ou assisté à l'éruption en dehors de Saint-Pierre. De nombreuses cartes postales témoignent enfin de la vie dans la cité pierrotine avant et après l'éruption, permettant ainsi de qualifier les nombreux dégâts provoqués par un tel événement.

9En parallèle, une enquête de terrain a été réalisée durant plusieurs séjours en Martinique. Nous avons ainsi pu observer le territoire actuel et les vestiges témoignant de la catastrophe, prendre des photographies des monuments et des ruines, pour les comparer avec les monuments anciens retrouvés sur les cartes postales et autres archives d'époque. Ces recherches ont été complétées par des entretiens auprès de descendants des contemporains de la catastrophe qui avaient pu fuir la ville avant l'éruption, et de personnes qui habitent actuellement à Saint-Pierre, afin de reconstituer les mémoires de l'événement. Certains récits transmettent par exemple le vécu de grands-parents présents en Martinique au moment des éruptions de 1902 (celle du 8 mai, mais aussi celle du 30 août).

10Enfin, des observations participantes et non participantes ont été pratiquées au cours de différentes visites guidées de la ville, d'ateliers dans des musées ou dans les offices de tourisme (Saint-Pierre, Fort-de-France, etc.), dans des manifestations culturelles et/ou sportives organisées aux alentours de la Montagne Pelée. L'objectif était de comparer, pour la catastrophe du 8 mai et le relèvement de la ville, la mise en récit par les habitants avec celle des autorités ou des acteurs du tourisme, pour les confronter ensuite aux données récoltées dans les archives. Il a ici été nécessaire de dépasser des conflits mémoriels encore très présents malgré l'ancienneté de l'événement. Pour autant, de nombreux témoignages de Martiniquais d'aujourd'hui confirment l'importance pour les Pierrotins du souvenir de cette catastrophe et la prégnance de l'idée que la cité a été résiliente.

11Travailler sur des temps aussi longs pose problème, car il est impossible d'interroger directement les survivants (dans ce cas, les déplacés). Mobiliser des échelles de temps longs pour une catastrophe aussi destructrice soulève des questions méthodologiques évidentes. Les récits contemporains, qui transmettent les témoignages passés, demandent d'être croisés avec les rapports scientifiques de l'époque (rapports d'A. LACROIX par exemple, 1904), les témoignages présents dans les correspondances, les documents officiels d'information préventive de l'époque ou encore les articles de presse. Et, même ainsi, il faut tenir compte du caractère sélectif de la mémoire (R. FAVIER et A.M. GRANET-ABISSET, 2000 ; C. FOLKE, 2006 ; G. PETERS-GUARIN et al. 2012 ; N. BHATTACHARYA-MIS et J. LAMOND, 2014 ; F. HARTOG, 2014), a fortiori chez des individus traumatisés, qui transparaît dans les récits de l'époque. Pour autant, seule la prise en compte du temps long permet de questionner la pertinence de la notion de résilience et de faire la part entre les discours construits a posteriori sur le relèvement de la ville et la complexité d'une trajectoire territoriale non linéaire.

12Dans une première partie, l'article reviendra sur la notion de résilience appliquée à des territoires urbains. Une analyse de la trajectoire de relèvement post-catastrophe de la ville de Saint-Pierre sur un temps long sera ensuite proposée. Dans une dernière partie, nous nous questionnerons sur les résultats obtenus, en adoptant une lecture géohistorique qui permet de croiser les différentes échelles spatiales et temporelles. Cette analyse permettra une critique du paradigme actuel de la résilience des systèmes urbains.

II - La résilience des villes : des approches parfois contradictoires

13Il existe de nombreux travaux académiques sur la résilience, sur lesquels nous ne reviendrons pas car ils ont déjà fait l'objet de nombreuses revues de littérature (B. WISNER et al., 2012 ; M. REGHEZZA-ZITT et S. RUFAT, 2015 ; J. WEICHSELGARTNER et I. KELMAN, 2015). On réduira le champ de notre analyse à la question de la résilience des villes, envisagée comme le processus de relèvement d'un système territorial suite à une perturbation. Cette question a été largement étudiée dans le champ de la réduction des catastrophes naturelles (G. DJAMENT-TRAN et M. REGHEZZA-ZITT, 2012 ; D. SERRE et al., 2013 ; R. LAGANIER, 2015 ; S. MEEROW et al., 2016). L'ouvrage collectif pionnier dirigé par L.V. VALE et T.J. CAMPANELLA (2005), The Resilient City, How modern cities recover from disaster, a permis de démontrer l'intérêt d'appliquer cette notion aux villes pour considérer des processus longs de relèvement post-catastrophe. Les différentes contributions montrent que la résilience n'est pas uniquement une question de reconstruction du bâti existant ou de retour d'une communauté habitante, mais que le processus de relèvement est complexe, multi-dimensionnel et multi-scalaire. Ce constat est conforté par de nombreuses monographies qui analysent la trajectoire de villes frappées par des catastrophes naturelles : La Nouvelle-Orléans après le cyclone Katrina en 2005 (T.J. CAMPANELLA, 2006 ; J. HERNANDEZ, 2008, 2009, 2010, 2012), l'est londonien après les inondations de 2007 (S. BEUCHER, 2012), les inondations des villes de Phnom Penh au Cambodge ou Bangkok en Thaïlande (C. PIERDET, 2012), ou encore l'exemple des villes italiennes de Gémone, Vérone et Noto suite à des catastrophes sismiques (A. LE BLANC, 2006), etc. Ces cas d'étude ont permis de démontrer que la résilience d'une ville ne se résume pas à la reconstruction et que le relèvement de certaines composantes du système urbain ne suffit pas pour parler de résilience.

14Dans le champ des catastrophes naturelles, la ville est généralement considérée comme un système socio-écologique particulier exposé à des perturbations (les aléas dits "naturels"), ce qui justifie l'emploi du terme de résilience (A. DAUPHINÉ et D. PROVITOLO, 2007). De nombreux travaux modélisent la ville comme un système socio-technique, en intégrant parfois des composantes organisationnelles (D. SERRE, 2005 ; B. BARROCA, 2006 ; S. LHOMME et al., 2010 ; S. LHOMME, 2012 ; etc.). L'analyse des trajectoires de relèvement s'effectue ici sur des temps très courts et uniquement en réaction à un choc. Les études mettent l'accent sur la discontinuité. D'autres travaux adoptent aussi une approche systémique, mais en pensant la ville comme un territoire, c'est-à-dire un système socio-spatial (P. PIGEON, 2012). Cette approche permet de poser la notion de résilience territoriale (P. METZGER et R. d'ERCOLE, 2011 ; D. PROVITOLO et M. REGHEZZA-ZITT, 2015), qui excède la seule prise en compte des espaces urbains ou urbanisés.

15Parallèlement, de nombreux travaux sur les villes ont porté sur l'observation des trajectoires urbaines sur les temps moyens et longs (G. DJAMENT-TRAN, 2005 ; A. LAPORTE, 2011 ; F.H. HU, 2018). À la différence des recherches qui sont menées dans le champ de la prévention des catastrophes naturelles, il n'est pas question ici d'analyser des événements destructeurs qui ponctuent l'histoire d'une ville ni d'observer ce qui se passe avant et après, mais de considérer la trajectoire urbaine dans son contexte géohistorique, en repérant les ruptures ou encore les temps forts qui ponctuent cette dernière. Considérant les villes comme des systèmes spatiaux complexes instables, ces travaux montrent que les perturbations endogènes et exogènes sont absorbées par le système urbain au cours de processus longs, non linéaires, qui font intervenir les logiques de réappropriation, d'assimilation, de réutilisation. De nombreux travaux, notamment dans le champ de l'archéologie, démontrent l'existence d'une pérennité très forte des sites étudiés avec la présence de trajectoires à éclipses pour les villes considérées (Archeaomedes, 1998 ; G. DJAMENT-TRAN et M. REGHEZZA-ZITT, 2012). Dans ce champ, les géographes n'emploient pas le terme de résilience ; ils préfèrent utiliser la notion de "pérennité urbaine", afin de décrire les trajectoires non linéaires des villes observées (C. VALLAT, 2009 ; S. MEKDJIAN, 2009 ; A. LAPORTE et G. DJAMENT-TRAN, 2010). Ils refusent d'appliquer le terme de résilience à des trajectoires territoriales de moyens et de longs termes, car ils critiquent l'idée défendue par d'autres auteurs, que la résilience correspondrait à un retour à l'état antérieur, identique à ce qu'il était avant la catastrophe. Or, une ville étant perpétuellement en mutation, il n'est pas possible de définir de temps zéro. Géraldine DJAMENT-TRAN développe de son côté la notion de "reproduction spatiale" à propos de Rome, en montrant qu'il y a une survivance du nom et du site, mais pas de l'organisation spatiale et territoriale, et que la résilience symbolique est mise au service d'une reproduction sociale par-delà les bifurcations géopolitiques (G. DJAMENT-TRAN, 2005, 2010 et 2011). On citera aussi les travaux d'Alain MUSSET, qui défend également le concept de "pérennité urbaine", mais en donne une définition différente. Il prend l'exemple des villes d'Amérique latine durant la période coloniale de l'Amérique espagnole, qu'il qualifie de "villes nomades" car, après avoir été détruites par une catastrophe, elles ont été reconstruites sur un autre site, à proximité. Il y a ainsi déplacement du site, mais persistance du nom (A. MUSSET, 2002).

16Dans cet article, la ville sera appréhendée comme un système territorial complexe, qui intègre les composantes matérielles, organisationnelles et fonctionnelles, les dimensions symboliques, l'aspect politique. L'approche systémique du territoire permet de ne pas se limiter à l'observation de sa matérialité ou encore du bâti, mais d'intégrer les pratiques, les représentations, les imaginaires, les discours, les identités ou les mémoires individuelles et collectives. Nous prenons le parti de considérer le relèvement après un choc comme dans le champ des catastrophes naturelles, en prolongeant l'observation sur des pas de temps très longs et en considérant la ville comme un système territorial multidimensionnel et multi-scalaire. Le cas d'étude de la ville de Saint-Pierre après la catastrophe de 1902 offre en effet la possibilité d'étudier, à différentes échelles de temps et d'espace, une trajectoire de relèvement.

III - Saint-Pierre, une trajectoire territoriale post-crise atypique

17À la veille du 8 mai 1902, Saint-Pierre connaît un développement démographique et économique important. Selon les archives, en 1895, la ville compte plus de 25000 habitants et 2985 maisons construites en dur (Photo 2). Elle s'étend le long de la côte caraïbe sur une largeur de 3 km, pour une superficie totale de 75 ha.

Photo 2 - Vue générale du quartier du Fort et d'une partie du centre de Saint-Pierre avant 1902.

Photo 2 - Vue générale du quartier du Fort et d'une partie du centre de Saint-Pierre avant 1902.

Source : CRM (2002) ‒ collection du Musée Régional d'Histoire et d'Ethnologie de Fort-de-France (MRHE).

18Sept ans plus tard, en janvier 1902, la population de Saint-Pierre s'élève à 26011 habitants. La région autour de Saint-Pierre, avec les communes du Prêcheur et de Morne-Rouge, compte 34574 habitants (Annuaire de la Martinique, aux Archives Départementales). La ville est alors le centre principal de l'île. La centralité pierrotine s'appuie sur les activités portuaires et commerciales, dues essentiellement au commerce du rhum qui vaut à la cité le surnom de "capitale mondiale du rhum". La quasi-totalité des échanges commerciaux de la Martinique passe par le port de Saint-Pierre, y compris le négoce stratégique des comestibles. La ville accueille pour cette raison la bourgeoisie économique de l'île, qui se double d'une bourgeoisie intellectuelle importante, l'essentiel des activités culturelles et associatives de Martinique étant situées à Saint-Pierre (théâtre, soirées dansantes, carnaval, etc.). Ses habitants ont souhaité reproduire, dans l'urbanisme et l'architecture, les standards des grandes capitales européennes. À la veille de l'éruption, les rues étaient pavées, les maisons et bâtiments publics étaient construits en dur, et il existait même un réseau d'éclairage urbain ou encore un tramway hippomobile (Archives du Musée Régional d'Histoire et d'Ethnographie de Fort-de-France) (Photos 3).

Photos 3 - Photographies de Saint-Pierre avant 1902.

Photos 3 - Photographies de Saint-Pierre avant 1902.

1 : Saint-Pierre vu du mouillage et son sémaphore (collection MRHE, n° d'inventaire : 0002263). 2 : Un exemple de maison pierrotine. 3 : le pont de Saint-Pierre (partie nord). 4 : la citerne du consulat des États-Unis. 5 : le sémaphore de Saint-Pierre (collection Loïs HAYOT). 6 : rue Victor Hugo. Source des documents 2 à 6 : CRM (2002).

1 ) La "Grande Dame" se réveille...

19L'histoire de l'éruption du 8 mai 1902 est bien connue (A. LACROIX, 1904 ; S. CHRÉTIEN et R. BROUSSE, 1989 ; etc.), même s'il a fallu attendre les années 1980 pour que des fouilles soient menées sur le site et viennent alimenter le travail de reconstitution de l'événement. Le 8 mai 1902, après plusieurs semaines de recrudescence de l'activité sismique et volcanique, la Montagne Pelée entre en éruption. Une nuée ardente (Photo 4) dévale sur Saint-Pierre à 8h02 heure locale et détruit, en 200 secondes, la ville et ses alentours (Photos 5).

Photo 4 - Cinquième cliché, d'une série de six, de la nuée ardente du 16 décembre 1902

Photo 4 - Cinquième cliché, d'une série de six, de la nuée ardente du 16 décembre 1902

Source : A. LACROIX (1904) ‒ collection MRHE.

Photos 5 - Vues de Saint-Pierre après l'éruption du 8 mai 1902.

Photos 5 - Vues de Saint-Pierre après l'éruption du 8 mai 1902.

1 : Saint-Pierre détruite par la nuée ardente (source : CRM, 2002). 2 : Saint-Pierre, le quartier du Fort après l'éruption (source : CRM, 2002). 3 : les quais de Saint-Pierre pris des quais par A. LACROIX en juin 1902 (source : A. LACROIX, 1904, pl. XIX fig. 1, Muséum d'Histoire Naturelle, Paris). 4 : Saint-Pierre après la nuée ardente (source : A. LACROIX, 1904, pl. XIX fig. 1, Muséum d'Histoire Naturelle, Paris). 5 : Saint-Pierre, la cité de la mort après le 8 mai 1902 (source : CRM, 2002). 6 : les ruines du quartier du Mouillage après LA catastrophe (source : carte postale, collection Benoit JEANNETTE, Martinique).

20L'éruption fait plus de 28000 morts (A. LACROIX, 1904 ; R.V. FISHER et G. HEIKEN, 1982 ; D. WESTERCAMP, 1987 ; S. CHRÉTIEN et R. BROUSSE, 1988 ; G. BOUDON et al., 1989 ; J. L. BOURDIER et al., 1989 ; J.C. TANGUY, 1994). Parmi ces victimes, une partie n'habitait pas à Saint-Pierre, mais s'y était réfugiée. En revanche, des Pierrotins avaient fui la ville dans les semaines qui avaient précédé l'événement. En effet, les manifestations éruptives et telluriques avaient commencé dès 1900 et s'étaient intensifiées jusqu'au 23 avril 1902, date de la première éruption phréatique (A. LACROIX, 1904 ; S. CHRÉTIEN et R. BROUSSE, 1989), suscitant un débat important chez les autorités locales sur l'opportunité d'une évacuation. Le second tour des élections législatives devait avoir lieu le 11 mai. Voulant à tout prix maintenir l'élection, les autorités diffusent, la semaine qui précède l'éruption, les conclusions d'un rapport de la commission scientifique chargée d'étudier le volcan, qui "affirme que la sécurité de Saint-Pierre reste entière" (Photo 6). En 1902, les scientifiques n'étaient pas en mesure d'affirmer qu'un phénomène tel qu'a été la nuée ardente, pouvait survenir en Martinique. Ce phénomène n'était pas connu des chercheurs pour ce volcan. Cette méconnaissance a contribué à augmenter la vulnérabilité des Pierrotins.

Photo 6 - Affiche de la Commission scientifique chargée d'étudier le volcan en 1902. [cliché : F. BENITEZ, 2016 ‒le document reproduit appartient à un particulier]

Photo 6 - Affiche de la Commission scientifique chargée d'étudier le volcan en 1902. [cliché : F. BENITEZ, 2016 ‒le document reproduit appartient à un particulier]

21On dispose d'un témoignage circonstancié de l'éruption grâce au capitaine FREEMAN, commandant du Roddam, rare navire qui a pu quitter Saint-Pierre avant l'éruption, qui décrit ce qu'il a pu observer depuis son bateau :
"Tout à coup retentit une violente détonation qui ébranla la terre et la mer. Ce fut une formidable explosion de la montagne, qui parut s'entrouvrir du sommet à la base pour donner passage à une flamme éclatante qui s'éleva dans l'air, et à une poussée formidable de nuages noirs. Ceux-ci se précipitèrent, en dévalant le long des pentes de la montagne, descendant comme une trombe, franchissant les obstacles, puis, au moment d'atteindre les parties basses, ils formèrent un éventail et s'élancèrent sur la malheureuse ville qu'ils plongèrent dans les ténèbres, ils bondirent sur les navires en rade. À part cet éclair du premier moment, il n'y eut pas de feu : ce fut simplement un nuage chargé de cendres et de ponces portées à une très haute température qui, en une minute et demie, franchit la distance qui sépare le volcan de la ville, détruisant et brûlant tout sur son passage. [...] Devant mes yeux tout le long de la côte, ce n'était que flammes, l'enfer de Dante cent fois exagéré. Le feu faisait rage, surtout à l'extrémité nord de la ville, du côté du volcan ; à l'extrémité sud, je pouvais distinguer des formes humaines et percevoir des cris déchirants ; beaucoup se dirigeaient vers la mer, mais la trombe eut vite fait de les rattraper et aucun être vivant n'échappa à la mort ce matin-là" (A. LACROIX, 1904, p. 243-244).

22Ce témoignage rend compte de la soudaineté et de la violence de la nuée ardente qui s'est abattue sur la ville de Saint-Pierre. L'expression "nuée ardente" a d'ailleurs été employée pour la première fois par Alfred LACROIX, minéralogiste, pétrographe et géologue français, pour décrire les écoulements observés sur la Montagne Pelée en 1902 (A. LACROIX, 1904).

2 ) Les conséquences de l'éruption du 8 mai

23La crise éruptive de l'année 1902 a constitué un choc sans précédent, entraînant la désorganisation totale du territoire pierrotin et de ses environs immédiats, mais aussi de l'île. Au total, sept nuées ardentes se sont succédé avec deux éruptions majeures : celle du 8 mai et celle du 30 août (A. LACROIX, 1904 ; E. REVERT, 1931 ; J.L. BOURDIER et al., 1989 ; M. MAS, 2012).

24Les destructions ont marqué l'esprit des contemporains à tel point que, quelques jours après, le Ministère des Colonies ouvrait une souscription nationale où furent récoltés plus de 10 millions de francs-or. Il annonçait aussi la création d'un comité officiel d'assistance et de secours aux victimes. La catastrophe de Saint-Pierre a fait la une des journaux de l'époque, français et étrangers. Plusieurs pays comme les États-Unis, le Royaume-Uni, la Russie, les Pays-Bas, l'Allemagne, l'Italie, etc. ont participé à l'aide humanitaire avec l'envoi de vivres, médicaments et autres souscriptions financières (archives du Musée Régional d'Histoire et d'Ethnologie de Fort-de-France). Les nombreuses photographies, prises quelques jours après la nuée ardente du 8 mai, ont été transformées en cartes postales, afin de témoigner et de faire connaître au reste du monde "la catastrophe" de Saint-Pierre.

25Les destructions ont été cataclysmiques. Le Capitaine FREEMAN aurait d'ailleurs déclaré "Nous venons des portes de l'Enfer, vous pouvez télégraphier au Monde entier qu'il n'y a plus âme vivante à Saint-Pierre". Tous les habitants qui se trouvaient dans l'enceinte de la ville, soit un quart de la population totale de la Martinique, ont péri, à l'exception de deux personnes : Louis-Auguste CYPARIS qui se trouvait dans un cachot de la prison de Saint-Pierre au moment de l'éruption, et Léon COMPÈRE qui, lui, était dans la cave de son commerce. D'autres communes du nord de la Martinique ont aussi été ravagées : Le Prêcheur, Grand'Rivière, Basse-Pointe et Macouba ont été ensevelies sous des lahars. C'est finalement plus de 200 km2 de terre, soit 18 % de la superficie de l'île, qui ont été détruits, avec des conséquences économiques lourdes : plus de 800 hectares de cannes détruits, 15000 pieds de café à Ajoupa-Bouillon, 750 ha de cacaoyers à Basse-Pointe (L. URSULET, 1997 ; CRM, 2002 ; Annuaire de la Martinique, aux Archives Départementales).

26Les dommages causés par les deux nuées ardentes successives ont été locaux, mais aussi régionaux. La plupart des usines et distilleries ont été détruites et/ou fermées, entraînant la suppression de milliers d'emplois (L. URSULET, 1997 ; CRM, 2002). Le port de commerce a disparu, entraînant le transfert des activités économiques et commerciales vers Fort-de-France. Les emplois se sont alors concentrés dans la région foyalaise. Le tribunal de la ville, l'évêché, les lycées, pensionnats, collèges, etc., ont été détruits, ce qui provoqua une désorganisation administrative, sociale et culturelle à l'échelle de l'île toute entière (CRM, 2002). Ces activités ont, elles aussi, été déplacées vers Fort-de-France.

27Ce glissement de centralité à l'échelle de la Martinique s'est enfin traduit par un déplacement de populations. 21000 personnes avaient évacué la ville et ses environs avant l'éruption pour se réfugier à Fort-de-France (L. URSULET, 1997 ; Archives Départementales). De nouveaux quartiers ont dû être construits dans l'urgence pour recevoir ces familles : Fond-Lahayé et Démarche à Schoelcher ; Concorde et Desmarinières à Rivière-Pilote ; Tivoli, Ermitage, Terres-Sainville, Balata, Redoute, Colson et Alma à Fort-de-France. Les nouveaux quartiers étaient composés de cases en bois standardisées (Archives Départementales ; CRM, 2002). Certains Martiniquais ont également décidé d'émigrer vers la Guyane et la Guadeloupe. Le 31 décembre 1903, la Guyane comptait 47 familles comprenant 235 personnes martiniquaises, et la Guadeloupe une centaine de personnes.

3 ) La disparition administrative de Saint-Pierre et sa renaissance

28En 1910, la commune de Saint-Pierre compte environ 500 habitants. En application de la loi du 15 février 1910, le gouverneur de la Martinique annonce la suppression de la cité pierrotine de la liste des communes de France et confie la gestion de son territoire au Carbet, la commune voisine (Archives du Musée de Morne-Rouge ; Maison de la Bourse, Saint-Pierre). La centralité administrative et économique de l'île est, de facto, transférée à Fort-de-France. La loi du 15 février 1910 autorise également la commune receveuse à vendre le patrimoine de la commune supprimée et à garder le bénéfice qui se dégage de la liquidation. Durant cette période de tutelle, une grande partie du patrimoine archéologique de la commune a été vendu (Archives de la Mairie de Saint-Pierre). La trajectoire territoriale de Saint-Pierre subit ici une nouvelle rupture : la ville n'existe plus en tant qu'entité administrative propre et les différentes phases de relèvement ne correspondent plus à ce qui a déjà pu être observé.

29Quelques anciens Pierrotins décident cependant de se mobiliser pour faire revivre leur ville : dès 1912, une demande de crédit est déposée auprès du Conseil Général de Martinique pour créer une école élémentaire à Saint-Pierre, de nouvelles familles étant venues s'y installer (pour la plupart d'origine étrangère). Face aux différentes manifestations des habitants de l'ancienne commune, et grâce à l'activité de la société des "Amis de la ville de Saint-Pierre", le gouverneur de l'île décide en 1923 d'y rétablir la vie municipale, en faisant voter la loi du 20 mars 1923. Saint-Pierre redevient une commune de Martinique (L. URSULET, 1997 ; Archives de la Mairie de Saint-Pierre). La cité est alors progressivement réédifiée, et une importante mobilisation a lieu, afin de reconstruire toute une partie du territoire urbain tel qu'il existait avant l'éruption. À partir des années 1930, de nouveaux investisseurs viennent s'installer à Saint-Pierre, intéressés par les potentialités du volcan (sources chaudes, terres fertiles pour les maraîchers, etc.). La ville se repeuple peu à peu. Dans les années 1940, les fontaines de la ville sont réhabilitées et de nouveau alimentées en eau, ce qui a été considéré à l'époque comme un signe de renouveau et de modernité (CRM, 2002).

30À partir des années 1940, Saint-Pierre et "sa catastrophe" tombent peu à peu dans l'oubli. La ville se reconstruit au milieu des ruines de l'ancienne capitale, qui ne sont pas détruites, mais pas non plus mises en valeur, ni rattachées à la mémoire de la catastrophe comme pour d'autres cités (A. LE BLANC, 2006). Il faut attendre le début des années 1980, pour que l'État français alloue un budget de recherche, via le Ministère de la Culture, à des fouilles archéologiques pour documenter la catastrophe. Des efforts sont aussi consentis par la région pour préserver et transmettre le souvenir de l'événement. Les ruines sont aménagées et des pan-neaux explicatifs sont installés aux abords des vestiges afin que des visites puissent être organisées, permettant un essor relatif du tourisme historique post-catastrophe au sein de la ville. En 1990, Saint-Pierre est labellisée "Ville d'Art et d'Histoire" par le Ministère de la Culture et de la Communication, permettant le développement de nouveaux projets au sein de la commune, notamment le développement du tourisme culturel.

4 ) Que reste-t-il de la catastrophe aujourd'hui ?

31Saint-Pierre est, depuis 1995, l'une des sous-préfectures de la Martinique et le chef-lieu de l'arrondissement du même nom. Elle est de nouveau le principal pôle administratif et commercial du nord de l'île, mais sans comparaison possible avec son dynamisme du début du XXème siècle.

32En 2014, lors du dernier recensement, la ville ne comptait plus que 4229 habitants (INSEE, 2014) et elle perd régulièrement des habitants depuis 1961 (Fig. 1). Pour favoriser le retour des ménages et dynamiser à nouveau la commune, la ville a postulé en 2014 à l'Appel à Manifestation d'Intérêts (AMI), relatif à la revitalisation des centres bourgs. La mise en œuvre de ce projet démontre bien les difficultés pour Saint-Pierre d'être à nouveau attractive par rapport à la centralité foyalaise. Une des priorités de la commune reste l'accueil de nouveaux ménages, afin de relancer l'activité économique et culturelle, et la lutte contre toutes les formes de précarité.

Figure 1 - Évolution de la population de Saint-Pierre entre 1765 et 2017 (source des données : INSEE).

Figure 1 - Évolution de la population de Saint-Pierre entre 1765 et 2017 (source des données : INSEE).

33À l'échelle de l'île, les "nouveaux quartiers" construits au lendemain de l'éruption, existent encore et sont densément peuplés. À titre d'exemple, ceux qui ont été édifiés aux alentours de Fort-de-France forment sa banlieue actuelle. De nombreuses infrastructures y ont été implantées : l'hôpital psychiatrique de l'île a été installé en 1953 à Colson (il y restera jusqu'à son transfert au Lamentin en 2012) (Archives de l'hôpital Colson, Martinique), l'hôpital Victor Fouche (initialement la maternité) a été construit dans le quartier de Redoute en 1959, avant d'être intégré au Centre Hospitalier Universitaire de Martinique (CHUM) au Lamentin dans les années 2000, les jardins de Balata (ouverts au début des années 1980-81) sont aujourd'hui en Martinique un haut lieu touristique, etc.

34L'ensemble de ces initiatives participe indirectement au relèvement post-catastrophe, en permettant de réintégrer les mémoires de l'événement à travers les traces matérielles (ruines, monuments, etc.) et immatérielles (cérémonies, récits, etc.). Ainsi, à la question "de quelles catastrophes naturelles passées vous souvenez-vous ?", la totalité des témoignages recueillis en Martinique, soit plus d'une cinquantaine, parlent de l'éruption de la Montagne Pelée de 1902, alors même que personne ne l'a vécue directement. L'événement reste encore aujourd'hui un fait marquant de l'histoire de la ville et de l'île, comme le raconte un responsable de la mairie des Trois-Îlets :
"C'est de l'histoire, enfin NOTRE histoire. C'est pas une histoire de blabla, c'est NOTRE histoire" (entretien du 2 juin 2016, Martinique).

35Cent seize ans après, l'éruption de la Montagne Pelée est encore fortement ancrée dans la mémoire collective martiniquaise, comme en témoigne Sylvie, l'une des responsables du Musée d'Histoire et d'Ethnographie de Fort-de-France, ancienne guide conférencière à Saint-Pierre :
"Quand on parle d'éruption de 1902 en Martinique, on parle de LA catastrophe, c'est à dire que c'est quelque chose qui a vraiment marqué les esprits. On ne parle jamais de l'éruption : quand on dit LA catastrophe, on sait qu'il s'agit de l'éruption de 1902" (entretien du 11 mai 2016, Martinique).

36De fait, les Martiniquais interrogés parlent effectivement de "LA catastrophe" pour faire référence à l'éruption du 8 mai 1902 (R. d'ERCOLE et J.P. RANÇON, 1994). D'autres aléas naturels ont frappé le territoire au cours du XXème siècle (cyclones, coulées de boues, petits séismes, etc.), mais ils n'ont jamais provoqué de dommages équivalents. Les habitants évoquent ces événements, mais ne parlent jamais de dommages majeurs (morts ou destructions matérielles). Ainsi, alors que le cyclone Édith en 1963 a fait dix victimes, et qu'en 1967 le cyclone Beulah a tué 14 personnes (soit l'équivalent d'Irma pour Saint-Martin en 2017), personne ne les mentionne dans les entretiens. Il semble que l'événement de 1902 a été tel qu'il obère les autres événements majeurs d'origine naturelle subis par l'île (L. THOMI, 2010).

37Pour autant, le rapport à l'événement reste ambigu. Les Martiniquais évoquent le devoir de mémoire comme Éliane, interrogée en 2016, qui déclare :
"Ah, le 8 mai c'est une date qu'il faut commémorer hein ! [...] C'est très important [...] On ne peut pas oublier l'éruption de la montagne Pelée, c'est pas possible. Ça fait partie de notre... Ça fait partie de notre vie !" (entretien du 24 mai 2016, Martinique).

38C'est ainsi que, pour la plupart des gens, la date du 8 mai est avant tout celle de la commémoration de l'éruption de la Montagne Pelée (l'armistice de la Seconde Guerre mondiale en 1945 n'est mentionnée que si on pose la question explicitement). Mais lorsque ont lieu des commémorations du 8 mai à Saint-Pierre, peu de Martiniquais font le choix de se déplacer pour y assister. De même, de nombreuses ruines sont laissées à l'abandon.

IV - Saint-Pierre, résilience, reproduction spatiale ou bifurcation ? L'importance des échelles spatiales et temporelles

39La trajectoire territoriale de Saint-Pierre est indissociable de celle du relèvement post-catastrophe de 1902. Elle interroge cependant la pertinence de la notion de résilience utilisée par les acteurs du territoire. Selon la définition retenue dans la littérature scientifique, la rési-lience peut être soit un résultat, soit un processus, soit une qualité intrinsèque à un système (M. REGHEZZA-ZITT et S. RUFAT, 2015). On entendra ici la résilience, en première approche du moins, comme le processus qui fait qu'un système absorbe et dépasse un choc ou une perturbation consécutive à l'occurrence d'un aléa (L.K. COMFORT et al., 2010 ; M. REGHEZZA-ZITT et al., 2012 ; S.L. CUTTER et al., 2014). Autrement dit, peut être considéré comme résilient tout système qui a été capable de faire face à une situation d'endommagement, de crise, de déstabilisation, de désorganisation.

40En dépit de l'éruption du 8 mai 1902, la ville de Saint-Pierre existe toujours, après une éclipse significative. On a donc bien affaire, a priori, à un cas de résilience urbaine archétypal, où un territoire se relève après un choc.

41Pourtant, si l'on regarde la trajectoire de Saint-Pierre juste après la nuée ardente, il y a effondrement : la ville est totalement rasée, la quasi-totalité de la population restée à Saint-Pierre est décédée. Des pillards reviennent sur le site afin de récupérer, dans les ruines des habitations, de l'or ou tout autre objet de valeur. La commune disparaît même légalement en 1910. Contrairement aux modèles traditionnels de relèvement post-crise (R.W. KATES et al., 2006), les phases de restauration et de reconstruction ne se mettent pas en place immédiatement après la phase d'urgence.

42Pour montrer la diversité des états de résilience sur un temps plus long, nous avons construit un arbre de conséquences (Fig. 2), inspiré des arbres des causes et diagrammes de K. ISHIKAWA (1982), employés dans l'analyse des accidents en cindyniques, et des chaînes d'impacts de V. DUVAT (2015). Cette approche montre que "LA catastrophe" a créé une série de perturbations territoriales plus ou moins importantes, qui doivent se lire à plusieurs échelles spatiales et temporelles.

Figure 2 -Arbre des conséquences de l'éruption de la Montagne Pelée en 1902 en Martinique (réalisation : F. BENITEZ).

Figure 2 -Arbre des conséquences de l'éruption de la Montagne Pelée en 1902 en Martinique (réalisation : F. BENITEZ).

43La nuée ardente du 8 mai a provoqué une désorganisation systémique du territoire communal, mais aussi du territoire insulaire, du fait de la disparition de certaines composantes du système urbain. Par exemple, la destruction de la rade de Saint-Pierre a eu pour conséquence la disparition complète du port de la ville, entraînant avec elle l'effondrement des échanges commerciaux internationaux. En outre, les activités administratives et commerciales pierrotines ont été transférées à Fort-de-France : il y a bien eu redémarrage des fonctions des enjeux affectés, mais au prix d'une délocalisation de ces dernières, ce qui signe à la fois la disparition du système territorial pierrotin et la recomposition du système territorial insulaire.

44Plus d'un siècle plus tard, la ville porte toujours le même nom et occupe le même site. Elle compte actuellement un peu plus de 4000 habitants, soit seulement 1 % de la population de l'île, très loin des chiffres du début du XXème siècle (INSEE, 2017). Certains bâtiments détruits ont été reconstruits à l'identique, comme la chambre de commerce (Photos 7), en mémoire de l'ancienne "prestigieuse" ville de Saint-Pierre. D'autres, en revanche, ont été remplacés par des constructions nouvelles : l'église du Mouillage, édifiée sur l'ancien emplacement de la cathédrale de la ville ; la mairie, construite en 1924 en remplacement de l'ancien bâtiment détruit par la nuée ardente. Certaines constructions occupent des terrains laissés à l'abandon depuis LA catastrophe de 1902, notamment des bâtiments d'habitation qui n'existaient pas avant l'éruption. De nouveaux quartiers à vocation résidentielle ont aussi été édifiés au fil du temps autour du centre historique : ils accueillent de nouveaux équipements (supérette, station-service, etc.). Enfin, certains bâtiments ont été laissés en l'état faute de moyens financiers pour entreprendre des travaux de reconstruction. Des ruines sont ainsi disséminées un peu partout dans la ville : le théâtre, dont il ne reste plus que l'escalier monumental et le dallage du péristyle, se situe en plein centre-ville sur la rue Victor Hugo (Photos 8), axe principal d'arrivée dans la commune ; la prison, avec le cachot de CYPARIS resté intact juste à côté (Photos 9) ; l'église du Fort ; la "maison coloniale de santé" (anciennement hôpital psychiatrique) ; les ruines du Figuier, ensemble de vestiges se trouvant en bord de mer ; la rue Monte-au-Ciel, dans le quartier du Fort qui a été restaurée en 1991, et le pont Roche, qui enjambe la rivière Roxelane, et qui, lui, n'est pas en ruines. Il date de 1766 : c'est le plus vieux pont de l'île et le seul édifice qui ait résisté dans son intégralité à l'éruption de 1902. Ces ruines cohabitent dans les nouveaux quartiers de la ville avec des bâtiments plus récents, édifiés dans les interstices laissés par l'éruption (Photos 10).

Photos 7 - Photographies de la Chambre de commerce de Saint-Pierre en 1902 (source : CRM, 2002 ‒ collection MRHE) et aujourd'hui (cliché : Fanny BENITEZ, 2016).

Photos 7 - Photographies de la Chambre de commerce de Saint-Pierre en 1902 (source : CRM, 2002 ‒ collection MRHE) et aujourd'hui (cliché : Fanny BENITEZ, 2016).

Photos 8 - Photographies des ruines du théâtre de Saint-Pierre. [clichés : Fanny BENITEZ, 2016]

Photos 8 - Photographies des ruines du théâtre de Saint-Pierre. [clichés : Fanny BENITEZ, 2016]

Photos 9 - Photographies du cachot de CYPARIS. [clichés : Fanny BENITEZ, 2016]

Photos 9 - Photographies du cachot de CYPARIS. [clichés : Fanny BENITEZ, 2016]

Photos 10 - Photographies des rues de Saint-Pierre mélangeant bâtiments modernes et ruines de l'éruption. [clichés : Fanny BENITEZ, 2016]

Photos 10 - Photographies des rues de Saint-Pierre mélangeant bâtiments modernes et ruines de l'éruption. [clichés : Fanny BENITEZ, 2016]

45En définitive, la résilience du bâti pose déjà question. Mais, au delà de la reconstruction matérielle, le relèvement d'une ville passe aussi par le rétablissement de ses fonctions. Saint-Pierre assure aujourd'hui des fonctions de sous-préfecture, mais sa centralité n'a plus rien à voir avec celle de 1902. La fonction portuaire a été rétablie, mais le port a une faible activité et n'est plus le point d'entrée commercial de l'île. Les activités commerciales ne se sont d'ailleurs jamais véritablement relevées, en dehors du maintien de quelques distilleries.

46La reconstruction de Saint-Pierre témoigne donc d'une trajectoire territoriale à éclipse, avec une modification importante de la structure du système urbain et de la place de ce système à l'intérieur de l'île. Ces transformations structurelles interrogent la pertinence de l'utilisation de la notion de résilience.

47Dans la littérature, l'état de résilience peut prendre plusieurs formes, selon la réaction du système à la perturbation (DID, 2011) : rebond avec amélioration de la situation antérieure ; retour à l'identique ; relèvement mais avec dégradation par rapport à l'état précédent. L'effondrement correspond quant à lui à un état de non-résilience. Mais, quelles que soient les formes que l'on définisse, elles ne s'appliquent pas au cas de Saint-Pierre. En effet, il n'y a pas eu de "rebond avec amélioration de la situation antérieure" : la situation à Saint-Pierre n'a jamais connu d'amélioration par rapport à 1902. La ville ne s'est jamais relevée économiquement ni politiquement, perdant ainsi son statut de capitale économique et culturelle de l'île. Il n'y a pas eu non plus de "retour à l'identique", sauf de façon ponctuelle pour quelques composantes du système territorial (nom de la commune conservé, quelques bâtiments reconstruits à l'identique, site récupéré).

48On doit alors examiner l'hypothèse d'un "relèvement avec dégradation par rapport à l'état précédent". Cette trajectoire pourrait correspondre à ce que l'on observe en analysant la résilience territoriale de la ville sur les moyen et long termes. Mais, pour qu'il y ait relèvement, une certaine continuité dans les activités et l'histoire du territoire est sous-entendue. Or, dans sa trajectoire, Saint-Pierre a cessé d'exister en tant que ville à un moment donné et sa population initiale a disparu dans l'éruption.

49Si l'on regarde les composantes du système territorial, en combinant les échelles spatiales et temporelles, leurs trajectoires de relèvement sont très variables. Concernant la matérialité du territoire, on note que seuls quelques bâtiments ont été reconstruits, généralement à l'identique pour rappeler l'essor antérieur de la ville. Le reste du tissu urbain est constitué soit de ruines, soit de bâtiments nouveaux. En outre, la population a été presque entièrement renouvelée. Par ailleurs, même une reconstruction matérielle à l'identique ne signifie pas le rétablissement des fonctions. Ni le rayonnement culturel et intellectuel, ni le dynamisme économique et démographique ne se sont jamais relevés de LA catastrophe. Il y a donc effondrement d'une partie des composantes du système, tandis que ce dernier connaît des recompositions majeures.

50Si l'on analyse l'organisation spatiale à l'échelle insulaire, il apparaît que la ville est redevenue une commune importante du nord de l'île, mais elle a perdu son statut de capitale culturelle et sociale à l'échelle de la Martinique, avec une inversion de la centralité, la région pierrotine devenant une périphérie de l'île. On a une nouvelle fois une recomposition du système très importante.

51L'analyse géohistorique de la trajectoire de relèvement post-catastrophe de Saint-Pierre, après l'éruption de la Montagne Pelée en 1902, démontre qu'il n'est pas possible de parler de résilience de la ville. En effet, la trajectoire de Saint-Pierre correspond en réalité à l'archétype d'une bifurcation territoriale, telle que la définit G. DJAMENT-TRAN (2005, p. 577) : "changement brutal de trajectoire, de nature, d'un système ; transition territoriale consistant en un changement radical d'organisation de l'espace". La ville s'est bien matériellement reconstruite à l'emplacement de l'ancienne Saint-Pierre, mais ce n'est plus la même ville : ce ne sont plus les mêmes personnes, les mêmes familles, les mêmes sociabilités ou encore les mêmes fonctions. Le système a structurellement changé de nature. La recomposition territoriale s'observe aussi bien à l'échelle de la ville et de sa région, qu'à l'échelle de l'île.

52On est davantage dans une forme reproduction spatiale telle que la définit Géraldine DJAMENT-TRAN dans ses recherches doctorales (G. DJAMENT-TRAN, 2005, 2011). Si le site et le nom de la ville ont perduré, les composantes matérielle, fonctionnelle, organisationnelle du système territorial ont profondément évolué. L'espace urbain a été modifié, y compris dans ses dimensions immatérielles et symboliques. La survivance du nom, désormais associé au renouveau de la mémoire de LA catastrophe, compose une identité originale, qui réintègre un passé qui avait disparu avec l'éruption. La transformation sociale est également radicale, puisque le peuplement de la ville a changé, avec des habitants venus d'autres territoires, et notamment d'autres îles de la Caraïbe.

V - Conclusion

53Le cas de relèvement post-catastrophe de Saint-Pierre, après l'éruption du 8 mai 1902 de la montagne Pelée, démontre qu'il est nécessaire de réinscrire la résilience des villes dans le temps long, pour questionner la pertinence de la notion appliquée aux systèmes urbains. Ce cas d'étude permet de conclure que ce que les acteurs locaux qualifient de résilience constitue en réalité une bifurcation systémique, à plusieurs échelles. L'exemple de Saint-Pierre montre la dissonance entre la résilience comme outil scientifique descriptif et la résilience comme discours (G. DJAMENT-TRAN et M. REGHEZZA-ZITT, 2012).

54L'approche géohistorique permet de restituer la complexité des trajectoires territoriales, grâce à l'articulation des échelles spatiales et temporelles. La prise en compte du temps long montre le caractère non linéaire du processus de relèvement post-catastrophe d'une ville. Elle permet de dépasser les débats du type "y a-t-il eu résilience (ou non) d'une ville après une catastrophe ?", au profit d'analyses fines et multi-scalaires de l'évolution des systèmes, qui contextualisent et historicisent les processus. Cette démarche géohistorique permet effectivement de combler l'ellipse temporelle du discours actuel des acteurs du territoire sur la résilience de la ville, qui fait passer directement de la catastrophe à aujourd'hui, en reconstruisant la trajectoire territoriale dans sa complexité et en incluant le relèvement dans cette dernière.

55L'exemple de la ville de Saint-Pierre pose également la question de savoir quels sont les éléments, ou plutôt les événements, qui jouent un rôle déterminant dans la trajectoire territoriale sur le temps long. Réfléchir en termes de résilience à un événement donné, même si celui-ci est majeur, occulte les autres perturbations qui peuvent affecter le territoire dans le temps long, et masque des effets de contexte (économique, politique, social). Dans le cas de Saint-Pierre, la catastrophe a fait disparaître de la mémoire des habitants les autres événements naturels dommageables, de sorte qu'il est difficile d'établir le rôle qu'ils ont pu jouer.

Remerciements : Cet article est tiré de mon travail de thèse (F. BENITEZ, 2018) réalisé au sein du laboratoire GRED et de l'École Doctorale 60 de l'université Montpellier III. Je tiens à remercier l'ensemble des personnes qui ont soutenu ce travail. Enfin, je tiens à adresser mes plus sincères remerciements à l'ensemble des personnes que j'ai rencontrées en Martinique et qui ont accepté de s'exprimer et de répondre à mes questions. Merci également aux différentes institutions publiques et autres musées qui ont accepté de me recevoir et de m'ouvrir leurs archives tout particulièrement le Musée Régional d'Histoire et d'Ethnographie de Martinique à Fort-de-France et Mme Hélène PARFAIT-VERHEYT pour son aide.

Haut de page

Bibliographie

Archeaomedes, ouvrage collectif (1998) - Des oppida aux métropoles. Édit. Anthropos, collection "Villes", Paris, 280 p.

ASCHAN-LEYGONIE C. (1998) - La résilience d'un système spatial : l'exemple du Comtat. Une étude comparative de deux périodes de crises au XIXe et au XXe siècles. Thèse de l'Université Paris I, 405 p

BANKOFF G. (2004) - Time is of the essence: disasters, vulnerability and history. International Journal of Mass Emergencies and Disasters, vol. 22, n° 3, p. 23-42.

BARROCA B. - (2006) - Risque et vulnérabilités territoriales : les inondations en milieu urbain. Thèse de l'Université de Marne-la-Vallée, Génie urbain-aménagement de l'espace, urbanisme.

BENITEZ F. (2018) - Faire face ou vivre avec les catastrophes ? Capacités d'adaptation et capabilités dans les trajectoires de résilience individuelles et territoriales au sein de l'espace Caraïbe. Thèse de l'Université Montpellier III, 472 p.

BHATTACHARYA-MIS N. et LAMOND J. (2014) - Socio-economic complexities of flood memory in building resilience: an overview of research. Procedia Economics and Finance, numéro spécial, vol. 18 : "4th international conference on building resilience, incorporating the 3rd annual conference of the ANDROID disaster resilience" (Salford, Royaume Uni), D. AMARATUNGA et R. HAIGH édit., p. 111-119.

BEUCHER S. (2012) - Renouvellement urbain et développement durable de l'Est londonien : vers la mise en place de territoires résilients au risque d'inondation ? In : Résiliences urbaines, les villes face aux catastrophes, G. DJAMENT-TRAN et M. REGHEZZA-ZITT édit., Édit. Le Manuscrit, Paris, p. 275-304.

BOUDON G., BOURDIER J.L., GOURGAUD A. et LAJOIE J. (1989) - The May 1902 eruptions of Mount Pelée: high velocity directed blasts or column collapse nuées ardentes? Journal of Volcanology and Geothermal Research, vol. 43, n° 1-4, p. 359-364.

BOURDIER J.L., BOUDON G. et GOURGAUD A. (1989) - Stratigraphy of the 1902 and 1929 nuée ardente deposits, Mt Pelée, Martinique. Journal of Volcanology and Geothermal Research, vol. 38, n° 1-2 : "Mount Pelée", G. BOUDON et A. GOURGAUD édit., p. 113-130.

CAMPANELLA T. J. (2006) - Urban resilience and the recovery of New Orleans. Journal of the American Planning Association, vol. 72, n° 2, p. 141-146.

CHRÉTIEN S. et BROUSSE R. (1988) - La montagne Pelée se réveille : comment se prépare une éruption cataclysmique. Édit. Boubée, Paris, 243 p.

COMFORT L.K., BOIN A. et DEMCHAK C.C. (2010) - Designing Resilience. Preparing for Extreme Events, University of Pittsburgh Press, Pittsburgh (USA), 272 p.

CRM (2002) - Des hommes et un volcan, 1902, l'année des ruptures. Édit. Conseil Régional de Martinique, catalogue de l'exposition de la Maison des Volcans, Morne-Rouge, 72 p.

CUTTER S.L., ASH K.D. et EMRICH C.T. (2014) - The geographies of community disaster resilience. Global Environmental Change, vol. 29, p. 65-77

DAUPHINÉ A. et PROVITOLO D. (2007) - La résilience : un concept pour la gestion des risques. Annales de Géographie, vol. 2007/2, n° 654, p. 115-125.

DID (2011) - Defining Disaster Resilience: a DFID approach paper. Édit. Department for International Development, Londres (Grande-Bretagne), 18 p.

DJAMENT-TRAN G. (2005) - La reproduction de la centralité romaine de la "Ville Éternelle" à la capitale de l'Italie. Essai de géohistoire urbaine. Thèse de l'Université Paris-Diderot - Paris VII, 700 p.

DJAMENT-TRAN G. (2011) - Rome éternelle : les métamorphoses de la capitale. Édit. Belin, Paris, 224 p.

DJAMENT-TRAN G. et REGHEZZA-ZITT M., sous la direction de (2012) - Résiliences urbaines, les villes face aux catastrophes. Édit. Le Manuscrit, Paris, 359 p.

DOURNEL S. (2016) - La vulnérabilité d'un territoire, un héritage complexe à révéler : démonstration à travers l'étude géohistorique du risque d'inondation en Val d'Orléans (France). VertigO, en ligne.

DUVAT V. (2015) - Changement climatique et risques côtiers dans les îles tropicales. Annales de Géographie, vol. 2015/5, n° 705, p. 541-566.

ERCOLE R. d' et RANÇON J.P. (1994) - La future éruption de la montagne Pelée : risque et représentations. Mappemonde, n° 4/94 : "Les risques naturels", p. 31-36.

FAVIER R. et GRANET-ABISSET A.M., sous la direction de (2000) - Histoire et mémoire des risques naturels. Édit. Maison des Sciences de l'Homme-Alpes, collection "HESOP", Grenoble, 281 p.

FISHER R.V. et HEIKEN G. (1982) - Mt Pelée, Martinique: May 8 and 20, 1902, pyroclastic flows and surges. Journal of Volcanology and Geothermal Research, vol. 13, n° 3-4, p. 339-371.

FISHER R.V., SMITH A.L. et ROOBOL M.J. (1980) - Destruction of St. Pierre, Martinique, by ash-cloud surges, May 8 and 20, 1902. Geology, vol. 8, n° 10, p. 472-476.

FOLKE C. (2006) - Resilience: the emergence of a perspective for social–ecological systems analyses. Global Environmental Change. vol. 16, n° 3, p. 253-267.

GALLOIS L. (1902) - L'éruption volcanique de la Martinique. Annales de Géographie, vol. 11, n° 58, p. 289-294.

GRATALOUP C. (1996) - Lieux d'histoire : essai de géohistoire systématique. Édit. Gip Reclus, Montpellier, 200 p.

HARTOG F. (2014) - Régimes d'historicité. Présentisme et expériences. Édit. Le Seuil, Paris, 272 p.

HERNANDEZ J. (2008) - Le tourisme macabre à La Nouvelle-Orléans après Katrina : rési-lience et mémorialisation des espaces affectés par des catastrophes majeures. Norois, vol. 208 (2008/3), p. 61-73.

HERNANDEZ J. (2009) - The Long Way Home: une catastrophe qui se prolonge à La Nouvelle-Orléans, trois ans après le passage de l'ouragan Katrina. Espace Géographique, vol. 38, n° 2, p. 124-138.

HERNANDEZ J. (2010) - ReNew Orleans? Résilience urbaine, mobilisation civique et création d'un "capital de reconstruction" à la Nouvelle Orléans après Katrina. Thèse de l'Université Paris X (Nanterre), 510 p.

HERNANDEZ J. (2012) - Résiliences contradictoires et résilience toxique dans la Nouvelle-Orléans post Katrina. In : Résiliences urbaines, les villes face aux catastrophes, G. DJAMENT-TRAN et M. REGHEZZA-ZITT édit., Édit. Le Manuscrit, Paris, p. 204- 235.

HU F.H. (2018) - Évaluation de la forme urbaine face au risque d'inondation. Le cas de Taïpei entre 1895 et 2010. Thèse de l'Université Paris Est, 258 p.

ISHIKAWA K. (1982) - Guide to quality control. Édit. Asian Productivity Organization, Tokyo (Japon), 248 p.

KATES R.W., COLTEN C.E., LASKA S. et LEATHERMAN S.P. (2006) - Reconstruction of New Orleans after Hurricane Katrina: a research perspective. Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, vol. 103, n°40, p. 14653-14660.

LACROIX A. (1904) - La montagne Pelée et ses éruptions. Édit. Masson, Paris, 662 p.

LAGANIER R. (2015) - La résilience organisationnelle : se préparer et faire face à la crise. In : Résiliences : sociétés et territoires face à l'incertitude, aux risques et aux catastrophes, M. REGHEZZA-ZITT et S. RUFAT édit., Édit. ISTE, Londres (Grande-Bretagne), p. 141-158.

LAPORTE A. (2011) - De Bonn à Berlin : territoires, mémoires et échelles du politique. Thèse de l'Université Paris Diderot (Paris VII), 394 p.

LAPORTE A. et DJAMENT-TRAN G. (2010) - Comment Berlin devint capitale de l'Allemagne réunifiée. L'Espace géographique, vol. 39, n° 2, p. 146-158.

LE BLANC A. (2006) - Les politiques de conservation du patrimoine urbain comme outils de gestion du risque sismique. Trois exemples en Italie : Noto, Assise, Gémone. Thèse de l'Université de Provence (Aix-Marseille I), 468 p.

LHOMME S. (2012) - Les réseaux techniques comme vecteur de propagation des risques en milieu urbain-Une contribution théorique et pratique à l'analyse de la résilience urbaine. Thèse de l'Université Paris Diderot (Paris VII), 365 p. (325 p. + annexes).

LHOMME S., SERRE D., DIAB Y. et LAGANIER R. (2010) - Les réseaux techniques face aux inondations ou comment définir des indicateurs de performance de ces réseaux pour évaluer la résilience urbaine. Bulletin de l'Association de Géographes Français, vol. 87, n° 4, p. 487-502.

MARTIN B., HOLLEVILLE N., FURST B., GIACONA F., GLASER R., HIMMELSBACH I. et SCHÖNBEIN J. (2015) - La géohistoire des inondations au service de l'évaluation critique du zonage du Plan de Prévention des Risques d'Inondation : l'exemple de Thann (Haut-Rhin, France). Belgeo, n° 1, 18 p., en ligne.

MAS M. (2012) - Analyse comparative des représentations du risque volcanique en milieu insulaire : Guadeloupe, Martinique et Réunion. Thèse de l'Université Paul Valéry (Montpellier 3), 456 p. + annexes.

MEEROW S., NEWELL J.P. et STULTS M. (2016) - Defining urban resilience: a review. Landscape and Urban Planning, vol. 147, p. 38-49.

MEKDJIAN S. (2009) - De l'enclave au kaléidoscope urbain. Los Angeles au prisme de l'immi-gration arménienne. Thèse de l'Université de Nanterre (Paris X), 357 p.

MUSSET A. (2002) - Villes nomades du Nouveau Monde. Édit. EHESS, Paris, 397 p.

METZGER P. et ERCOLE R. d' (2011) - Les risques en milieu urbain : éléments de réflexion. EchoGéo, vol. 18, 16 p., en ligne.

PETERS-GUARIN G., MCCALL M.K. et VAN WESTEN C. (2012) - Coping strategies and risk manageability: using participatory geographical information systems to represent local knowledge. Disasters, vol. 36, n° 1, p. 1-27.

PIERDET C. (2012) - La résilience comparée de Phnom Penh (Cambodge) et Bangkok (Thaïlande) face aux crises hydrauliques. Climatologie, numéro spécial : "Climats et changement climatique dans les villes", p. 83-107.

PIGEON P. (2012) - Paradoxes de l'urbanisation. Pourquoi les catastrophes n'empêchent-elles pas l'urbanisation ? Édit. L'Harmattan, Paris, 280 p.

PROVITOLO D. et REGHEZZA-ZITT M. (2015) - Résilience et vulnérabilité : de l'opposition au continuum. In : Résiliences : sociétés et territoires face à l'incertitude, aux risques et aux catastrophes, M. REGHEZZA-ZITT M. et S. RUFAT édit., Édit. ISTE, Londres (Grande-Bretagne), p. 43‑60.

QUENAULT B. (2015) - De Hyõgo à Sendai, la résilience comme impératif d'adaptation aux risques de catastrophe : nouvelle valeur universelle ou gouvernement par la catastrophe ? Développement Durable et Territoires, vol. 6, n° 3, 17 p., en ligne.

REGHEZZA-ZITT M. et RUFAT S., sous la direction de (2015) - Résiliences : sociétés et territoires face à l'incertitude, aux risques et aux catastrophes. Édit. ISTE, Londres (Grande-Bretagne), 226 p.

REGHEZZA-ZITT M., RUFAT S., DJAMENT-TRAN G., LEBLANC A. et LHOMME S. (2012) - What resilience is not: uses and abuses. Cybergeo, en ligne.

REVERT E. (1931) - La Montagne Pelée et ses dernières éruptions. Annales de Géographie, vol. 40, n° 225, p. 275-291.

REVET S. (2011) - Injonctions contradictoires. La gestion internationale des catastrophes naturelles : entre vulnérabilité et résilience. Actes du séminaire "Résilience urbaine", en ligne.

RUFAT S. (2012) - Existe-t-il une "mauvaise- résilience ? In : Résiliences urbaines, les villes face aux catastrophes, G. DJAMENT-TRAN et M. REGHEZZA-ZITT édit., Édit. Le Manuscrit, Paris, 158-203.

RUFAT S. (2015) - Critique de la résilience pure. In : Résiliences : sociétés et territoires face à l'incertitude, aux risques et aux catastrophes, M. REGHEZZA-ZITT et S. RUFAT édit., Édit. ISTE, p. 187-210.

SERRE D. (2005) - Évaluation de la performance des digues de protection contre les inon-dations ‒ Modélisation de critères de décision dans un Système d'Information Géographique. Thèse de l'Université de Marne-la-Vallée, 240 p.

SERRE D., BARROCA B. et LAGANIER R., sous la direction de (2013) - Resilience and urban risk management. Édit. CRC Press, Londres (Grande-Bretagne), 192 p.

TANGUY J. C. (1994) - The 1902-1905 eruptions of montagne Pelée, Martinique: anatomy and retrospection. Journal of Volcanology and Geothermal Research, vol. 60, n° 2, p. 87-107.

THOMI L. (2010) - Rôle des paramètres sociopolitiques et des connaissances dans la gestion des risques hydrologiques. Thèse de doctorat, Université de Lausanne, 536 p. (504 p. + annexes).

UNISDR (2015) - Sendai Framework for Disaster Risk Reduction 2015-2030. United Nation Office for Disaster Risk Reduction, 18 March, United Nations publication, A/CONF.224/CRP.1., avec traduction française : en ligne.

URSULET L. (1997) - Le désastre de 1902 à la Martinique : l'éruption de la Montagne Pelée et ses conséquences. Édit. L'Harmattan, Paris, 468 p.

VALE L.V. et CAMPANELLA T.J., sous la direction de (2005) - The resilient city, how modern cities recover from disaster. Édit. Oxford University Press, Oxford (Grande-Bretagne), 392 p.

VALLAT C., sous la direction de (2009) - Pérennité urbaine, ou la ville par-delà ses métamorphoses. Édit. L'Harmattan, Paris, 330 p.

WEICHSELGARTNER J. et KELMAN I. (2015) - Geographies of resilience: challenges and opportunities of a descriptive concept. Progress in Human Geography, vol. 39, n° 3, p. 249-267.

WESTERCAMP D. (1987) - L'éruption de la montagne Pelée. La Recherche, vol. 18, p. 914-923.

WISNER B., GAILLARD J.C. et KELMAN I., sous la direction de (2012) - Handbook of hazards and disaster risk reduction. Édit. Routledge, Abingdon (Grande-Bretagne), 876 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 - Photographie de la statue de Madeleine de JOUVRAY "Saint-Pierre renaît de ses cendres". [cliché : F. BENITEZ, 2016]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/9338/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Photo 2 - Vue générale du quartier du Fort et d'une partie du centre de Saint-Pierre avant 1902.
Légende Source : CRM (2002) ‒ collection du Musée Régional d'Histoire et d'Ethnologie de Fort-de-France (MRHE).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/9338/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Photos 3 - Photographies de Saint-Pierre avant 1902.
Légende 1 : Saint-Pierre vu du mouillage et son sémaphore (collection MRHE, n° d'inventaire : 0002263). 2 : Un exemple de maison pierrotine. 3 : le pont de Saint-Pierre (partie nord). 4 : la citerne du consulat des États-Unis. 5 : le sémaphore de Saint-Pierre (collection Loïs HAYOT). 6 : rue Victor Hugo. Source des documents 2 à 6 : CRM (2002).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/9338/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Photo 4 - Cinquième cliché, d'une série de six, de la nuée ardente du 16 décembre 1902
Légende Source : A. LACROIX (1904) ‒ collection MRHE.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/9338/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Photos 5 - Vues de Saint-Pierre après l'éruption du 8 mai 1902.
Légende 1 : Saint-Pierre détruite par la nuée ardente (source : CRM, 2002). 2 : Saint-Pierre, le quartier du Fort après l'éruption (source : CRM, 2002). 3 : les quais de Saint-Pierre pris des quais par A. LACROIX en juin 1902 (source : A. LACROIX, 1904, pl. XIX fig. 1, Muséum d'Histoire Naturelle, Paris). 4 : Saint-Pierre après la nuée ardente (source : A. LACROIX, 1904, pl. XIX fig. 1, Muséum d'Histoire Naturelle, Paris). 5 : Saint-Pierre, la cité de la mort après le 8 mai 1902 (source : CRM, 2002). 6 : les ruines du quartier du Mouillage après LA catastrophe (source : carte postale, collection Benoit JEANNETTE, Martinique).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/9338/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Photo 6 - Affiche de la Commission scientifique chargée d'étudier le volcan en 1902. [cliché : F. BENITEZ, 2016 ‒le document reproduit appartient à un particulier]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/9338/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 1 - Évolution de la population de Saint-Pierre entre 1765 et 2017 (source des données : INSEE).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/9338/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 2 -Arbre des conséquences de l'éruption de la Montagne Pelée en 1902 en Martinique (réalisation : F. BENITEZ).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/9338/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Photos 7 - Photographies de la Chambre de commerce de Saint-Pierre en 1902 (source : CRM, 2002 ‒ collection MRHE) et aujourd'hui (cliché : Fanny BENITEZ, 2016).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/9338/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Photos 8 - Photographies des ruines du théâtre de Saint-Pierre. [clichés : Fanny BENITEZ, 2016]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/9338/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Photos 9 - Photographies du cachot de CYPARIS. [clichés : Fanny BENITEZ, 2016]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/9338/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Photos 10 - Photographies des rues de Saint-Pierre mélangeant bâtiments modernes et ruines de l'éruption. [clichés : Fanny BENITEZ, 2016]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/9338/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fanny Benitez, « La catastrophe de la Montagne Pelée le 8 mai 1902 en Martinique : Saint-Pierre, une ville résiliente ou un exemple archétypal de bifurcation », Physio-Géo, Volume 14 | -1, 227-252.

Référence électronique

Fanny Benitez, « La catastrophe de la Montagne Pelée le 8 mai 1902 en Martinique : Saint-Pierre, une ville résiliente ou un exemple archétypal de bifurcation », Physio-Géo [En ligne], Volume 14 | 2019, mis en ligne le 04 décembre 2019, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/9338 ; DOI : 10.4000/physio-geo.9338

Haut de page

Auteur

Fanny Benitez

33 rue de Tolbiac, 75013 PARIS.
Courriel : fanny.tez@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals