Navigation – Plan du site

L'approche géohistorique pour la cartographie des risques naturels : application au risque de submersion marine à Ouvéa (Nouvelle-Calédonie)

The geohistorical approach to natural risk mapping : application to the risk of marine flooding in Ouvea island (New Caledonia)
Matthieu Le Duff, Pascal Dumas et Michel Allenbach
p. 277-306

Résumés

Au travers d'une démarche géohistorique, une base de données sur le risque cyclonique en Nouvelle-Calédonie, recensant et caractérisant 220 événements a été réalisée à partir des événements identifiés du XIXème siècle à aujourd'hui (K. GODET, 2016 ; P. DUMAS et al., 2019). Dans le cadre de cet article, nous focalisons notre propos sur un événement en particulier, extrait de cette base de données : le cyclone de février 1951 à Ouvéa. Ce choix s'explique par le fait que sur notre période d'étude il s'agit du cyclone ayant entraîné la submersion marine la plus importante que nous avons été en mesure de documenter pour cette île. Notre objectif est de discuter de l'intérêt de l'approche géohistorique pour la production d'outils de prévention adaptés au contexte local et dirigés à la fois vers les populations et les institutions. Nous articulerons notre article autour de la construction d'un instrument de prévention spécifique : la carte reconstituant l'emprise de la submersion marine occasionnée par ce cyclone. L'élaboration de cette carte, s'est appuyée sur la compilation d'une documentation écrite multi-sources (ecclésiastique et presses écrites), et d'une documentation orale (témoignages et récits de vie). Ces sources diverses ont permis d'isoler des informations quantitatives et qualitatives à des échelles spatiales distinctes. Cet exercice de reconstitution permettra de venir interroger la nature des documents utiles à sa réalisation. Cela permettra d'ouvrir la réflexion sur les dimensions connexes à la production d'un outil cartographique, en intégrant une réflexion plus générale sur la culture du risque et sur les modes de représentation et les savoirs associés des populations d'Ouvéa.

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Dans la région Pacifique Sud-Ouest, l'activité cyclonique a de tout temps constitué une menace pour les populations. Celles-ci ont développé un ensemble de connaissances, de savoirs et de pratiques pour y répondre (J.F. DUPON, 1989 ; G. DAVID, 2004 ; M. LE DUFF, 2018). Pour les populations kanak de Nouvelle-Calédonie, l'espace littoral tient une place particulière, car il constitue un lieu de passage des esprits, c'est le domaine privilégié des morts dans de nombreuses traditions orales (J. GUIART, 1953 ; M.J. DUBOIS, 1975 ; L. MANGEMATIN, 1980). Le rapport à cet environnement est donc ambivalent, puisqu'il est à la fois source de vie par les ressources offertes par les platiers et récifs, et un espace mystique enveloppé de mystères. Cette représentation du monde et des pratiques socio-spatiales qu'elle implique a progressivement régressé, ou tout au moins ne constitue plus l'unique cadre de référence du rapport à cet environnement. On a pu assister à une forte littoralisation de la société, du fait, d'abord, de l'implantation de la religion chrétienne et de la constitution des tribus, comme au Vanuatu ou aux îles Loyauté, puis, dans un second temps, de l'exploitation économique de ces espaces par les économies de comptoir, les cultures d'exportation et aujourd'hui le tourisme balnéaire (J.C. GAY, 2017).

2Aujourd'hui, les préoccupations environnementales sont dominées par le réchauffement climatique, lequel pourrait induire des modifications de la dynamique même des cyclones. Si les études publiées récemment sur l'évolution de l'aléa soulignent que la fréquence de ces systèmes dépressionnaires devrait diminuer à l'échelle mondiale (C. ZHANG et Y. WANG, 2017 ; J. BACMEISTER et al., 2018), il faut garder à l'esprit qu'il pourrait y avoir de fortes disparités régionales. Or, à ce jour, les différents bassins de cyclogenèses n'ont pas tous fait l'objet d'une égale attention dans la réalisation des études sur ce sujet (C. ZHANG et Y. WANG, 2017). La question du renforcement de l'intensité de l'aléa, c'est-à-dire de la vitesse des vents et de la fréquence des événements, reste pour l'heure encore soumise à discussion, du fait des paramètres pris en considération dans les modèles utilisés et des disparités régionales qui pourraient survenir. Néanmoins, considérant la vitesse des vents, la tendance générale serait à leur renforcement (K. REEF et al., 2015). Au delà de ces paramètres de fréquence et d'intensité caractérisant l'évolution de l'aléa, d'autres variables tendraient également à évoluer, des paramètres dynamiques qui posent des questions importantes quant à l'aggravation des impacts potentiellement produits sur les sociétés. Ainsi C. ZHANG et Y. WANG (2017) et J. KOSSIN (2018) mettent-ils en avant que les cyclones tropicaux pourraient voir leur vitesse de translation se réduire, impliquant de fait une exposition plus longue des milieux naturels et des sociétés à leur influence et donc potentiellement plus de dégâts lors de leur passage. En effet, les conditions seraient dès lors plus propices aux submersions marines et aux impacts sur des sociétés côtières fortement littoralisées (P. DUMAS, 2004, 2013). De même, la question plus globale de l'élévation du niveau marin pose en soi la question de l'aggravation des contraintes physiques et dynamiques sur les littoraux (G. LE COZANNET, 2016 ; X. CHEN et al., 2017 ; A. CAZENAVE et H. PALANISAMY, 2018). Les scénarios ressortant des projections les plus récentes pour le Pacifique Sud sont, de ce point de vue, particulièrement préoccupants (S. VITOUSEK et al., 2017 ; M. VOUSDOUKAS et al., 2018).

3Les systèmes cycloniques, outre qu'ils sont des facteurs déclenchants de submersions marines importantes, lesquelles peuvent être très destructrices pour les sociétés littorales, ont aussi une influence considérable sur les dynamiques sédimentaires côtières (V. DUVAT, 2018 ; M. GARCIN et al., 2016). Le cyclone comme agent morphogène des systèmes côtiers est un facteur crucial. Il peut, selon les conditions locales et dynamiques de l'événement, soit avoir un rôle positif sur les stocks sédimentaires, comme lors du cyclone Bébé de 1972 sur l'atoll de Funafuti (J. MARAGOS et al., 1973) ou lors du cyclone Tomas en 2010 aux îles Fidji (S. ÉTIENNE et J. TERRY, 2012), soit être, au contraire, un puissant facteur érosif de la côte, comme ce fut le cas en Polynésie lors du passage du cyclone Oli en 2010 (S. ÉTIENNE, 2012). Un impact érosif semblable a été observé dans d'autres contextes environnementaux, comme sur les côtes bretonnes lors des épisodes de fortes tempêtes de ces dernières années (S. SUANEZ et J.M. CAROLET, 2010 ; E. BLAISE et al. 2015).

4Dans cet article, nous chercherons à caractériser l'évolution de la vulnérabilité du nord de l'île d'Ouvéa en Nouvelle-Calédonie au risque cyclonique et à ses phénomènes associés en termes d'érosion côtière et de submersions marines. Pour cela, notre démarche s'appuie sur une approche géohistorique couvrant la période de 1950 à aujourd'hui, mais plus particulièrement focalisée sur l'étude de l'événement marquant pour l'île que fut le cyclone de février 1951. Ce cyclone, quoique ne présentant pas de caractéristiques extrêmes à l'image d'épisodes plus récents comme le cyclone PAM (896 hPa, 270 km/h, cat.5 Saffir-Simpson) en 2015 qui ravagea le Vanuatu, fut tout de même responsable de la formation d'importantes submersions marines sur l'ensemble des côtes de la Nouvelle-Calédonie. À Ouvéa, cette submersion prit des proportions colossales et constitue l'événement historique de référence pour ce type de phénomène. Si l'on ne déplora aucun décès lors de cet événement, les impacts de la submersion marqueront durablement les esprits et les paysages côtiers de l'île.

5N. JACOB-ROUSSEAU (2009) définit l'approche géohistorique "comme une tentative de restituer à la fois la dynamique et la structuration des milieux ou des territoires sur le temps long". C'est l'implication de l'événement dans la construction du territoire à travers le temps qui importe. C'est pourquoi parler de trajectoire du risque ou plus spécifiquement de trajectoire de vulnérabilité, à la suite de certains auteurs comme A. MAGNAN et al. (2012), nous semble pertinent. On considère alors la géohistoire comme étant une approche diachronique d'un phénomène identifié, ici le cyclone de février 1951. La géohistoire permet de reconstituer la construction et l'évolution des facteurs de vulnérabilité au sein d'un territoire exposé, par exemple au risque cyclonique et à ses phénomènes associés, comme les submersions marines et les modifications géomorphologiques. Mais au delà de l'événement en lui-même, qu'il convient d'étudier et de comprendre, c'est bien son écho à travers le temps que l'on se propose d'appréhender. Un écho analysé comme une réalité spatiale, matérielle, c'est-à-dire physique, mais également sociale et mémorielle, c'est-à-dire humaine. Deux dimensions interconnectées et indissociables pour comprendre le risque et envisager des stratégies de prévention ajustées à leur contexte d'application.

6Ici, nous prenons appui sur la production d'une carte de reconstitution de l'emprise de la submersion associée à l'événement. Le rôle de la carte est alors de proposer une iconographie de la mémoire des habitants et d'associer cette représentation graphique à un ensemble d'autres outils permettant la mise en perspective de cette connaissance vernaculaire. Il s'agit d'une mise en dialogue des mémoires et des faits tels qu'ils peuvent être reconstitués à partir d'un jeu de données.

7La prévention est ainsi envisagée comme un processus global et plus uniquement sous le prisme de l'objet fini, comme cela est trop souvent le cas dans les stratégies classiques de prévention des risques (P. LAGADEC, 2009). C'est l'apprentissage en commun, par le recours à une approche méthodologique basée sur la géohistoire, qui permet la construction d'une stratégie de prévention territorialisée. Celle-ci prend appui tant sur les mémoires habitantes que sur les pratiques spatiales, les usages et les représentations, mais aussi sur la reconstitution des événements et de leurs impacts géomorphologiques et sociétaux. C'est cette dimension transversale de la démarche géohistorique qui permet de produire une stratégie de prévention originale et intégrée.

8Notre objectif dans cet article est d'apporter, au travers d'une étude de cas sur les répercussions socio-spatiales du cyclone de 1951 à Ouvéa, des éléments d'appréciation de l'approche géohistorique pour l'élaboration d'outils de prévention adaptés au contexte local et dirigés à la fois vers les populations et les institutions. Nous serons ainsi amenés à nous interroger sur le processus de production de connaissances comme stratégie de prévention dans le contexte culturel kanak.

II - Localisation et justification du site d'étude

9Ouvéa se situe au nord du tropique du Capricorne entre 20°20' et 20°80' de latitude Sud et 166°10' et 166°80' de longitude Est (Fig. 1-a). Il s'agit d'un atoll caractérisé par sa morphologie : on parle d'un atoll "basculé". Un gradient est-ouest est clairement identifiable sur les plans topographique et bathymétrique (Fig. 1-b). La marge orientale de l'île présente les altitudes les plus fortes, jusqu'à 43 m d'élévation au nord de la tribu d'Ohnyât (dans le vocable vernaculaire, le terme de tribu recouvre aussi la notion de territoire).

Figure 1 - Localisation du terrain d'étude : le pays coutumier Owhen dans le nord d'Ouvéa.

Figure 1 - Localisation du terrain d'étude : le pays coutumier Owhen dans le nord d'Ouvéa.

Réalisation : Matthieu LE DUFF, 2018.

10Ces reliefs correspondent à l'ancienne couronne récifale aujourd'hui exondée. L'altitude se réduit progressivement vers l'ouest , 60 % de la surface émergée de l'île se trouve ainsi en dessous de 10 m d'altitude. Un chapelet d'îlots à fleur d'eau, connu sous le nom des Pléiades (du nord et du sud), marque la transition vers la passe d'Anemata (Fig. 1-b), à l'extrême ouest de l'île (R. PASKOFF, 2003). Une autre particularité de l'atoll d'Ouvéa tient en sa taille, particulièrement vaste, l'île comptant plus de 132 km2 de terres émergées et un lagon de 850 km2. À titre de comparaison, l'atoll de Rangiroa, ne cumule que 79 km2 de terres émergées découpées en 240 motus dont l'altitude maximum atteint 12 m seulement. Le contexte morphologique d'Ouvéa est donc un cas particulier au regard des autres atolls de la région.

11Cette morphologie singulière doit s'appréhender dans le contexte géologique et tectonique régional. Ce dernier est caractérisé par un mouvement de convergence des plaques australienne et pacifique, se traduisant par une subduction au niveau de la fosse des Hébrides. Cette subduction entraîne une déformation de la plaque australienne en amont de la fosse des Hébrides, il s'agit d'un "bombement" lithosphérique de pré-subduction (Fig. 2). Sur le plan géologique, l'espace côtier étudié dans le nord de l'île correspond à des dépôts sableux récents liés au maximum transgressif holocène. Il marque d'anciens niveaux de rivages successifs en lien avec l'abaissement progressif du niveau marin et les mouvements verticaux mentionnés.

Figure 2 - Contexte structural de la Nouvelle-Calédonie et des îles Loyauté.

Figure 2 - Contexte structural de la Nouvelle-Calédonie et des îles Loyauté.

Réalisation : Matthieu LE DUFF, 2018.

12Cette organisation topographique de l'île constitue l'un des paramètres conduisant à un degré d'exposition assez important des 3374 habitants (D. BROUSTET et al., 2015) de l'île au risque de submersion marine et, plus globalement, aux risques associés à l'élévation du niveau marin dans le contexte du réchauffement climatique (J. AUCAN et al., 2017 ; P. DUMAS et al., 2018). Dans une précédente étude portant sur le risque tsunami (M. LE DUFF, 2013), l'emprise des zones à risque a été définie par le croisement de deux principaux paramètres, à savoir une distance au trait de côte inférieure à 500 m et une altitude inférieure à 10 m. Dans cet espace d'exposition au risque, de vulnérabilité matérielle au sens de N. MESCHINET de RICHEMOND et M. REGHEZZA (2010), on ne dénombrait pas moins de 44 % de la population d'Ouvéa. C'est l'une des caractéristiques de ce terrain d'étude : la forte concentration des personnes, des biens et des activités sur la frange lagonaire de l'île. Cette situation est partiellement héritée de l'histoire : une histoire coutumière, mais aussi une histoire des migrations polynésiennes survenues depuis plusieurs siècles, la dernière datant de la fin du XVIIIème siècle (J. GUIART, 1996 ; J. IZOULET, 2005) ; enfin, une histoire coloniale et missionnaire, qui a largement contribué à façonner l'organisation socio-spatiale existante aujourd'hui à Ouvéa et dans l'ensemble de l'archipel loyaltien (G. DAVID et P. PILLON, 1995). Le XIXème siècle est fortement marqué par les luttes confessionnelles opposant les catholiques et les protestants. Cette compétition s'est traduite, dans divers lieux de la Nouvelle-Calédonie, par des conflits meurtriers, y compris à Ouvéa (K.R. HOWE, 1974). C'est dans ce contexte qu'a été pris l'arrêté du gouverneur GUILLAIN de 1865. Cet arrêté fixe l'obligation d'implanter les temples et les églises sur le domaine public. Un arrêté dont les conséquences sur l'organisation spatiale et donc les implications paysagères sont encore visibles aujourd'hui.

13L'étude porte sur l'unité socio-territoriale constituée par le district nord de l'île et qui correspond à un ancien pays coutumier, l'Owhen. Ce district présente aujourd'hui une très forte hétérogénéité sur le plan social : on y trouve six tribus, pour deux religions différentes, et deux langues vernaculaires distinctes y sont parlées, le iaai et le fagauvea. Deux de ces tribus ont fait l'objet d'un suivi géomorphologique à proprement parler ; il s'agit des tribus de Saint Joseph (Heo) et de Takedji, toutes deux positionnées sur la frange littorale ouest, coté lagon. En langue iaai, cet espace lagonaire est appelé Gööny. Par opposition, la façade est de l'île, océanique, est désignée par le vocable Cöu. Une structuration duale qui se retrouve dans différentes formes de perceptions et pratiques vernaculaires de l'espace côtier (J.B. HERRENSCHMIDT et M. LÉOPOLD, 2006 ; V. BOUDJEMA, 2016 ; C. SABINOT et al., 2018).

14D'une manière générale, à Ouvéa, l'organisation de l'espace par les activités anthropiques amène à une forte concentration d'enjeux sur la bande côtière faisant face au lagon et entraîne ainsi un haut degré d'exposition de l'île aux forçages météo-marins et aux conséquences à venir du réchauffement climatique (M. GARCIN et al., 2016). Plus spécifiquement, sur la zone d'étude, les enjeux anthropiques sont : des infrastructures primaires comme le dispensaire, des écoles, la route littorale ; des infrastructures religieuses comme l'église, le presbytère ; des infrastructures tribales comme les chefferies, les maisons communes ; des infrastructures économiques avec les magasins d'alimentation ; et des infrastructures sociales avec les habitations.

15Sur le plan géomorphologique, notre intérêt s'est porté sur une formation sédimentaire particulière. Il s'agit de flèches à crochets en vis-à-vis situées au niveau de la passe de Hnyimëk (voir Fig. 1-a), à près de 6 km au nord de la tribu de Saint-Joseph (Heo). Cette configuration géomorphologique constitue un paysage singulier et un espace approprié par les populations. Ces dernières y pratiquent la pêche et la chasse, c'est aussi un lieu récréatif, utilisé de longue date par les populations. Aujourd'hui, cet espace est également devenu le support à une activité économique de mise en valeur touristique. Le site est véritablement remarquable sur le plan environnemental et intégré aux pratiques quotidiennes des populations. De ce fait, de nombreuses personnes s'appuient sur les évolutions paysagères qu'ils y observent pour mettre en lumière les discours qu'ils entendent sur le réchauffement climatique. Ce site revient en effet très régulièrement dans les discours et sert de support à une mise en lumière des inquiétudes collectives des populations du nord d'Ouvéa.

III - Méthode

1 ) Une démarche interdisciplinaire

16La méthode utilisée est plurielle et s'inscrit dans le cadre plus général d'une approche géohistorique. Elle s'appuie sur trois composantes principales.

a. La construction et l'exploitation d'un corpus documentaire historique

17Le corpus documentaire décrit au travers de précédentes publications (M. LE DUFF, 2018 ; P. DUMAS et al., 2018, 2019) est basé sur une documentation principalement non météorologique (Tab. I), croisant un dépouillement de la presse écrite néo-calédonienne et australienne, des archives missionnaires (correspondances), des rapports administratifs et militaires et d'une bibliographie scientifique et de littérature grise portant sur divers aspects (dynamique côtière, caractéristique cyclonique, étude ethnographique...).

Tableau I - Les documents composant le corpus archivistique.

Tableau I - Les documents composant le corpus archivistique.

b. Des enquêtes par entretiens semi-directifs

18Le fonds documentaire a été enrichi par des enquêtes de terrain auprès des populations. Elles ont été réalisées à différentes périodes, là encore selon diverses approches. En 2012, dans le cadre d'une action de prévention au risque tsunami pilotée par l'État sur l'île d'Ouvéa, une enquête de terrain a permis de rassembler une quinzaine de témoignages sur les submersions historiques ayant affecté l'île et en particulier de documenter le déroulement de l'événement de 1951 (M. LE DUFF, 2012). Ce premier travail a été complété par une série d'entretiens réalisés en 2016, dans le cadre d'un stage de fin d'étude mené par Valentine BOUDJEMA au sein du programme de construction d'un observatoire participatif de l'érosion (V. BOUDJEMA, 2016 ; M. ALLENBACH et al. 2016). Le recours à ce protocole d'enquête était destiné à compléter notre compréhension des usages et représentations que les populations entretiennent avec leur espace littoral et la problématique des risques les affectant, notamment en termes d'érosion et de submersion marine. Ce stage, en immersion sur le terrain pendant une durée de 3 mois, donna lieu au rassemblement de 80 témoignages évoquant les différents aspects de nos questionnements. À Ouvéa, le travail réalisé s'inscrit au sein d'un ensemble culturel singulier. Nous sommes en terre coutumière kanak, peuple de tradition orale où la légitimité à s'exprimer et à transmettre des savoirs renvoie à un cadre culturel régit par "la coutume". Les valeurs centrales de la coutume, classiquement mises en avant lors des discours cérémoniels, sont : le respect, l'humilité et l'obéissance. La société kanak est une société patriarcale (SCNC, 2014 ; H. NICOLAS, 2017) où les "vieux" sont très respectés et en particulier les hommes âgés. Aussi la compilation des témoignages s'est-elle faite en suivant les chemins de légitimité indiqués par les populations, c'est-à-dire en suivant les sentiers de la parole et en premier lieu en rencontrant ces "anciens", détenteurs de savoirs. Dans un second temps et sur des questions spécifiques, les autres groupes sociétaux, comme les femmes et les jeunes, ont également été rencontrés. On précisera que le régime juridique associé aux terres coutumières kanak implique des distinctions notables dans la manière de gérer la régulation de l'usage du sol. Les outils classiques de l'urbanisme ou des leviers de la prévention des risques comme les Plans de Prévention des Risques (PPR) y sont inopérants et aucun dispositif alternatif n'existe à ce jour pour pallier ce manque. Néanmoins certaines compétences, comme la gestion du Domaine Public Maritime (DPM), reviennent aux institutions locales, ici la Province des Iles (PIL), qui doit donc composer et négocier sa légitimité à agir sur le littoral avec les autorités coutumières.

c. L'exploitation d'une documentation iconographique

19Elle est venue compléter et mettre en image ces divers supports de mémoires et alimenter notre compréhension des représentations locales vis-à-vis des pressions s'exerçant sur le littoral. Un ensemble de photographies anciennes fut extrait de la documentation archivistique et complété avec la mise à disposition de photographies privées par les habitants : des photographies in situ, ne portant pas nécessairement sur la submersion de 1951, mais permettant de disposer d'un regard sur les évolutions paysagères à diverses époques réparties tout au long du XXème siècle. Cette dimension est évoquée plus en détail dans une autre publication (C. SABINOT et al., 2018). Ce corpus iconographique a été complété par un jeu de photographies aériennes couvrant la période 1943-2012 (Tab. II), ainsi que par deux cartes anciennes (1949, 1956).

Tableau II - Les photographies aériennes utilisées.

Tableau II - Les photographies aériennes utilisées.

20Le traitement des photographies aériennes a permis une analyse diachronique de la position du trait de côte. La ligne de référence retenue comme définition du trait de côte est la limite côté mer de la végétation pérenne. Ce choix s'explique par le fait que, sur notre terrain d'étude, cette limite se confond à la fois aux indicateurs géomorphologiques (sommet du talus d'érosion et pied de dune) ainsi qu'aux indicateurs botaniques (limite de pelouse dunaire et limite de la végétation pérenne). Par ailleurs, elle constitue la ligne la plus aisément identifiable sur l'ensemble du jeu de données disponibles. Il s'agit d'une approche classique en géomorphologie du littoral permettant de saisir les tendances érosives séculaires sur un site d'étude et qui permet ici d'appréhender les implications du cyclone de février 1951 sur le plan de la dynamique sédimentaire. Les marges d'erreur associées à l'exercice restent cependant assez importantes : de l'ordre de +/- 14 m en moyenne dans notre étude. Cela s'explique du fait de la qualité des photographies aériennes anciennes et de la difficulté à identifier des points de calage fixes et pérennes dans des environnements faiblement anthropisés. Cette marge d'erreur est somme toute assez classique dans ce type d'analyse (I. FAYE, 2010).

21L'analyse diachronique a été focalisée sur certaines formations sédimentologiques remarquables, comme les flèches sableuses de Hnyimëk. Afin d'harmoniser les données et d'en assurer une lecture précise, un certain nombre de traitements préalables ont été nécessaires : ajustement radiométrique (amélioration des contrastes et de la luminosité) et géoréférencement ont ainsi constitué les étapes préliminaires à l'intégration des données à un Système d'Information Géographique (SIG). L'ensemble des documents a été géoréférencé dans le système de coordonnées RGNC 91-93 / Lambert NC. Le canevas de référence utilisé pour cela a été la carte topographique au 1/10000 éditée par la Direction des Infrastructures, de la Topographie et des Transports Terrestres du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie (DITTT) en 2012. L'intégralité des traitements, y compris la digitalisation du trait de côte, ont été faits avec le logiciel QGIS 2.6.1-Brighton. Ces traitements ont permis d'évaluer l'évolution de la position du trait de côte sur ce site et donc de caractériser la dynamique érosive et la réponse du milieu au forçage de 1951.

22Avant de présenter les résultats de cette analyse diachronique, il est nécessaire de rappeler quelques considérations d'ordres dynamique et contextuel sur l'aléa cyclonique, afin de bien comprendre le déroulement et les conséquences de l'événement de 1951.

2 ) Les facteurs de vulnérabilité environnementaux

23Les cyclones sont des perturbations atmosphériques mobiles organisées autour d'un centre de basse pression (P. GEORGE et F. VERGER, 2000). Ils constituent un danger particulièrement important pour les populations implantées sur les côtes. Celles-ci sont en effet exposées, outre à la violence des vents et des pluies, au risque de submersion marine entrainée par l'onde de tempête. Cette onde de tempête est corrélée à quatre facteurs principaux, qui sont l'état de la marée, "l'effet de baromètre inverse", la configuration des vents et celle des vagues.

24La baisse de pression entraîne une hausse quasiment mécanique du niveau de la mer par un effet d'aspiration. Dans des conditions stables, cela se traduirait par une élévation d'un cm du niveau marin pour la perte d'un hPa par rapport à la valeur référence de 1013 hPa. À cela s'ajoute l'effet de poussée des masses d'eau par le vent d'afflux, lesquelles vont s'accumuler sur le rivage. Sur les côtes drainées par des rivières et des fleuves, cet effet joue le rôle d'un barrage naturel. Il entrave l'écoulement des eaux fluviales gonflées par les fortes précipitations associées au passage du cyclone et contribue à la formation de larges submersions. Cet effet a été constaté sur les différentes côtes de la Nouvelle-Calédonie lors de l'événement de février 1951 :
"[...] la cause de ces importantes et exceptionnelles inondations proviendrait d'un raz-de-marée qui sur les deux côtes, refoula les eaux des rivières en crue" (Bulletin du Commerce du 7 mars 1951) ; "Le 26 février 1951, au pont de la Tontouta, le niveau de la rivière s'est élevé de plus de 8 mètres en 3 ou 4 heures" (J. GIOVANELLI, 1952).

25Si cela est concomitant avec une marée haute de vives eaux, l'effet peut être catastrophique. Les mécanismes du phénomène sont grossièrement schématisés en quadrants sur la figure 3.

Figure 3 - La marée de tempête dans l'hémisphère Sud (d'après R. MAYENCON, 1982).

Figure 3 - La marée de tempête dans l'hémisphère Sud (d'après R. MAYENCON, 1982).

26Dans le "demi-cercle dangereux" se crée un courant de surface, dit "courant de dérive", qui atteint son maximum dans le quart inférieur du cyclone et y provoque une élévation du niveau marin. L'effet de la marée de tempête sera à son paroxysme dans ce quart du cyclone. Dans l'hémisphère Sud, le "demi-cercle dangereux" et le "courant de dérive" se positionnent à l'est de la trajectoire nord-sud suivie par le cyclone (Fig. 3).

27La prévision de la trajectoire permet donc d'identifier le niveau de dangerosité du phénomène et l'intensité du risque de submersion (A.B. KENNEDY et al., 2012). De la même manière, dans le cadre de la reconstitution d'un événement, ce principe dynamique propre aux cyclones permet de bien saisir l'influence de ce facteur vis-à-vis des secteurs ayant subi une submersion majeure et fournit des informations pour la reconstitution de la trajectoire suivie au moment de l'impact.

28On notera ainsi qu'une trajectoire favorable, une faible vitesse de déplacement et la concommitance avec un cycle de marée montante sont autant de facteurs pouvant optimiser les effets de submersion et le potentiel destructeur d'un cyclone, même si les autres paramètres (notamment la pression et la vitesse maximale des vents) restent d'une intensité relativement modérée. Or les éléments de connaissance disponibles sur ces aspects lors du cyclone de février 1951 indiquent clairement des variables favorisant une situation paroxysmique.

29Les caractéristiques du cyclone de février 1951, sont celles d'un cyclone se déplaçant très lentement (Tab. III) et se renforçant au fur et à mesure de son approche vers les côtes de Nouvelle-Calédonie. Les plus basses pressions sont enregistrées les 25 et 26 février, dates auxquelles le cyclone impacte le territoire. Soulignons le rôle joué par le paramètre "surcote atmosphérique", qui se renforça au moment de l'approche des côtes avec le creusement de la dépression jusqu'à 955 hPa.

Tableau III - Caractéristiques dynamiques du cyclone du 25-26 février 1951 (source : Météo France).

Tableau III - Caractéristiques dynamiques du cyclone du 25-26 février 1951 (source : Météo France).

30Il convient également d'intégrer dans l'analyse les paramètres hydrodynamiques, c'est à dire liés à l'action des vagues. Ces paramètres jouent un rôle important dans le contexte des îles coralliennes telles que les atolls. Ils s'ajoutent aux facteurs présentés précédemment et, dans un contexte côtier récifal, peuvent avoir une influence déterminante sur la submersion. La configuration des vagues peut entraîner une augmentation du niveau moyen des eaux en lien avec les vagues déferlantes, qui peut être aggravée par les conditions bathymétriques, topographiques ou géomorphologiques locales. La configuration des vagues peut alors avoir des conséquences dépassant la zone de déferlement côtière et contribuer à la submersion au niveau du lagon, voire même à terre comme dans le cas étudié. Des effets de surverse, ou de débordement, peuvent ainsi être liés à l'action dynamique des vagues (É. CHAUMILLON et al., 2016). C'est précisément ce que l'on observe le long de la façade nord d'Ouvéa (voir infra, Fig. 8 et 9).

31Les conditions de marées régnant à Ouvéa à l'approche du cyclone de février 1951 sont éclairantes. Le cercle rouge sur la figure 4 indique l'heure à laquelle survient la submersion dans le nord de l'île d'après la presse de l'époque et qui correspond approximativement au passage du cyclone. On constate que la submersion est quasiment concomitante avec le pic de la marée. Cela signifie que l'approche du cyclone a accompagné le cycle de marée montante, venant renforcer la poussée de l'onde de tempête vers les terres et contribuant à provoquer une submersion particulièrement intense dans le nord de l'île. Néanmoins, considérant que le régime des marées à Ouvéa relève d'un régime micro-tidal (inférieur à 2 m), les conditions de marée, si elles exercent une certaine influence, ne constituent pas le facteur le plus déterminant pour expliquer la formation de la submersion marine. Les conditions de vagues jouent à cet égard un rôle essentiel. Nous ne disposons pas de données instrumentales pour les caractériser. Mais l'interprétation des photographies aériennes permettra de confirmer et de préciser la part de ce paramètre dans l'ampleur de la submersion en février 1951 (voir infra, chapitre III).

Figure 4 - Marégramme du 26 février 1951 à Hwadrilla (source : SHOM).

Figure 4 - Marégramme du 26 février 1951 à Hwadrilla (source : SHOM).

Réalisation : Matthieu LE DUFF, 2018.

32Les paramètres dynamiques du cyclone sont par ailleurs corroborés par le rapport du capitaine Pierre DARTIGUES, commandant l'aviso Francis Garnier, qui se trouvait à Nouméa pendant le passage du cyclone :
"[...] Le cyclone qui a passé sur la Nouvelle-Calédonie semble être d'un type assez différent de ceux qui sont généralement décrits dans les Instructions Nautiques. Il n'a en premier lieu présenté à peu près aucun des indices accompagnant habituellement les tempêtes tournantes ; pas de cirrus échevelés, pas de voile, couchers de soleil peu caractéristiques, persistance de la marée barométrique, baisse relativement lente de la pression. Les vents n'ont pas atteint non plus la violence qu'on pouvait craindre d'après la profondeur de la dépression (717 mm au minimum [955 hPa]), leur vitesse n'a guère dépassé 60 nœuds [111 km/h]. Enfin, le minimum de la courbe barométrique est arrondi au lieu de présenter le "V" caractéristique. Ces anomalies peuvent vraisemblablement être attribuées à l'étendue exceptionnelle de la dépression qui correspondait à un espacement relativement grand des isobares et aussi à sa faible vitesse de déplacement, qui s'est maintenue aux environs de 8 nœuds [14 km/h]. [...]" (P. DARTIGUES, 1951).

33Un autre témoignage, issu de la mission catholique de Mouli (Ouvéa), confirme l'exceptionnelle durée de ce cyclone et donc la faible vitesse de déplacement évoquée par le capitaine Pierre DARTIGUES :
"Monseigneur, nous venons d'être bien éprouvés ici par un cyclone qui a commencé dimanche soir et qui a duré toute la nuit et toute la journée de lundi. Les indigènes disent qu'ils n'ont jamais vu de cyclones durer si longtemps. Non seulement il a duré longtemps mais il a soufflé fort, au moins pendant 24 heures.[...] Le Chef que j'ai vu hier m'a dit que 700 cocotiers environ ont été arrachés par la mer. Les plantations à l'intérieur de l'île sont presque entièrement détruites, brûlées par le cyclone. Les cases des gens n'ont pas été trop endommagées, mais plusieurs familles ont dû abandonner leurs cases que la mer menaçait d'envahir [...]" (lettre datée du 28 février 1951, par le Père Louis RÉGENT, en poste à Mouli).

34Aucun des témoignages collectés auprès des populations ne lie la submersion au passage d'un cyclone. C'est pour cela que, pendant un temps, sa nature est restée floue ; elle fut parfois référencée comme tsunami. Cette hypothèse était étayée par l'importante activité sismique enregistrée dans la région en décembre 1950 et par les tremblements de terre ressentis partout en Nouvelle-Calédonie, en particulier le 3 décembre (Bulletin du Commerce du 6 décembre 1950). Relayant ces informations, la presse australienne fit mention d'une forte activité sismique aux Nouvelles-Hébrides et aux îles Salomon (Newcastle Morning Herald and Miners' Advocate, 6 décembre 1950 ; The Sydney Morning Herald, 6 décembre 1950). Dans leur catalogue des séismes et tsunamis ayant affecté la Nouvelle-Calédonie, R. LOUAT et C. BALDASSARI (1989) rattachent cette submersion de 1951 à un tsunami. A. SAHAL et al. (2010) évoquent le doute persistant sur cet épisode, en ces termes :
"
Newspaper archives make a direct link between the flooding on Ouvea and the 26-27 February 1951 typhoon which affected New Caledonia [...] On the other hand, most testimonies indicate these events occurred during a fair weathered day".

35Plus récemment, J. ROGER et al. (2019) rappellent aussi l'hypothèse d'un possible lien entre l'activité sismique importante de décembre 1950 et la submersion connue sur les côtes Néo-Calédonienne.

La documentation consultée confirme plusieurs points évoqués par la presse de l'époque et atteste que la submersion de février 1951 a été liée au passage du cyclone. Mais celui-ci, au caractère relativement modéré, a peu marqué la mémoire des habitants, en particulier celle des enfants de l'époque, qui constituent la quasi-totalité des témoins directs encore vivants. En revanche, leurs souvenirs se sont rattachés à la dimension exceptionnelle de la submersion marine.

IV - Résultats

1 ) La trajectoire du cyclone et ses implications à l'échelle de la Nouvelle-Calédonie

36En 1951 il n'y a que trois postes d'observations météorologiques en Nouvelle-Calédonie, aussi le positionnement du cyclone reste relativement peu précis, de même que sa trajectoire. J. GIOVANELLI (1952) soulignait ainsi :
"Malheureusement le très petit nombre de postes météorologiques dans nos régions équatoriales et tropicales (il n'y en a aucun dans la vaste mer de Corail) rend très difficile le tracé de cartes météorologiques représentatives. Au demeurant lorsqu'on possède des éléments suffisant pour tracer une zone dépressionnaire, l'incertitude demeure en ce qui concerne son activité et la position exacte de son centre".

37Le premier poste météorologique auxiliaire installé sur l'île d'Ouvéa, à Fayaoué, l'a été en octobre 1956. Ce n'est qu'en 1962 que la première station météorologique automatique sera créée à Ouvéa (Météo France, 2015). On ne dispose donc d'aucune donnée météorologique sur Ouvéa pour reconstituer cet événement de 1951.

38Le cyclone de février 1951 a suivi une trajectoire globalement nord-sud. À ce sujet, la reconstitution de la trajectoire proposée par Météo France à partir des données des postes d'observation existant à l'époque (Fig. 5), doit être considérée comme une estimation. Il faut lui appliquer une translation vers l'ouest pour que la trajectoire corresponde parfaitement au croisement des informations collectées sur le plan historique en matière d'endommagement et de submersion et à ce que l'on connaît de la dynamique des cyclones et de leurs conséquences sur les marées de tempête. J. GIOVANELLI (1952) l'avait du reste positionnée légèrement plus à l'ouest, sa reconstitution situant l'œil du cyclone à plus de 150 km des côtes d'Ouvéa et se superposant parfaitement avec les portions de côte situées sous l'emprise du courant de dérive du quart inférieur du système dépressionnaire comme on peut le reconstituer à partir de la lecture croisée du corpus documentaire.

Figure 5 - Trajectoire du cyclone de février 1951 et submersion marine en Nouvelle-Calédonie.

Figure 5 - Trajectoire du cyclone de février 1951 et submersion marine en Nouvelle-Calédonie.

2 ) "Le nord de l'île est-il appelé à être envahi par la mer ?" (titre de l'article du journal La France Australe du 13 mars 1951)

39La compilation des différents témoignages extraits des archives et des enquêtes de terrain a également permis d'isoler un certain nombre d'indicateurs spatiaux, plus ou moins précis, nous permettant de proposer une reconstitution de l'emprise de la submersion pour le nord d'Ouvéa. Nous reproduisons ci-dessous deux extraits de ces témoignages, afin de donner un aperçu des informations qu'ils apportent :
"[...] Lundi 26 février entre 7h et 8h du matin, la mer a subitement envahi toute la partie qui forme le district de Saint-Joseph ; les tribus de Teouta, Ouénéki [Weneki] et Saint-Victor [Takedji] ; en quelques instants se sont retrouvées submergées. [...] Cela s'est fait rapidement. Tout d'abord on a songé à un raz-de-marée. [...] tout à fait au nord d'Ouvéa il y a un lagon dans le lagon. Il s'agit du petit lagon de Gnimac [Hnyimëk] qui alimente le marais de l'intérieur des terres ; ce lagon était protégé par une bande de terre d'une trentaine de mètres de large plantée de bois de fer. Entre la pointe de cette bande de terre et le premier îlot, il y avait une petite passe d'une dizaine de mètres de large. Sous l'assaut des vagues, cette digue protectrice naturelle a disparu, et au lieu d'une ouverture d'une dizaine de mètres, il y en a une actuellement de plus de 200 m de large… c'est là que la mer s'est engouffrée à l'intérieur des terres, côté ouest. [...] Pour donner une idée de la quantité d'eau qui a submergé cette région, voici quelques précisions : à la cabine téléphonique de Saint-Joseph accolée au dispensaire : 1,45 m ; au dispensaire : 1,30 m ; à la maternité : 0,80 m. L'eau est montée jusqu'à l'église (côté du chœur) : 0,30 m. Dans les dépressions de terrain, l'eau est montée de plus de 3 mètres [...]" (extrait d'un article du journal La France Australe du 13 mars 1951).
"Au début des années 50, deux vagues sont arrivées par "Hnyimëk" et ont inondées tout le secteur en direction de Weneki. Un vieux de la tribu est allé accrocher un tricot à un cocotier afin de signaler la hauteur maximale atteinte par les eaux. Suite à la décrue le tricot se trouvait à une hauteur plus importante que celle d'un homme, [...] Le cocotier était situé dans le secteur de Hnyôôk" (synthèse du témoignage d'un groupe d'homme âgé, tribu de Téouta ‒ M. LE DUFF, 2012).

40Les éléments ainsi collectés (toponymes, descriptions qualitatives, hauteurs d'eau chiffrées) ont été reportés sur le fond de carte au 1/10000 produit par la DITTT. De même, l'interprétation des photographies aériennes, notamment des campagnes de 1954, a permis de préciser à la fois l'emprise de la submersion et son déroulement. Ainsi, par exemple, la figure 6 localise-t-elle un certain nombre d'indicateurs spatiaux complémentaires liés à la surverse qui s'est opérée sur la façade nord de l'île au niveau d'anciennes passes aujourd'hui exondées. À l'occasion de l'épisode de février 1951, ces passes semblent avoir été réactivées, comme on peut le déduire de l'état de la végétation, de l'érosion des berges et des dépôts sableux. Grâce à ces indicateurs, il est possible de définir avec une grande finesse le passage des eaux dans ce secteur. Plus spécifiquement, on note que la passe la plus longue (zone a sur la figure 7) opposait aux eaux marines une distance de près de 300 m entre l'océan au nord et la lagune au sud et que le runup (niveau du déferlement d'une vague à terre) a atteint jusqu'à 7 à 8 m d'altitude à l'ouest de Kanâ (zone b sur la figure 7). Ces caractères topographiques laissent imaginer la violence des conditions de mer et des vagues lors de l'épisode.

Figure 6 - Identification des indicateurs de l'emprise de la submersion sur la côte nord de l'île d'Ouvéa par l'interprétation des photographies aériennes de 1943 (NARA) et 1954 (DITTT).

Figure 6 - Identification des indicateurs de l'emprise de la submersion sur la côte nord de l'île d'Ouvéa par l'interprétation des photographies aériennes de 1943 (NARA) et 1954 (DITTT).

Figure 7 - Reconstitution de l'emprise de la submersion sur la côte nord de l'île d'Ouvéa par l'interprétation des photographies aériennes de 1943 (NARA) et 1954 (DITTT).

Figure 7 - Reconstitution de l'emprise de la submersion sur la côte nord de l'île d'Ouvéa par l'interprétation des photographies aériennes de 1943 (NARA) et 1954 (DITTT).

Zone a : la distance entre l'océan et la lagune est de 300 m. Zone b : le runup maximum atteint 7 à 8 m d'altitude.

41Des éléments relatifs à la dynamique des vagues se retrouvent aussi dans différents témoignages collectés auprès des populations de l'île :
"Deux vagues sont arrivées de Téouta, elles sont entrées par "Hnyimëk" [...] Les vagues semblaient être plus hautes que les arbres avant de se briser" (extrait du témoignage d'un homme de 68 ans, membre de la tribu de Téouta, M. LE DUFF, 2012).
"Les vagues sont arrivées par "Hnyimëk", elles sont montées depuis Téouta par le lieu-dit "Badjooki". Les vagues se sont brisées au niveau de "Badjooki", elles faisaient environ 5 m de hauteur avant et 2 m après qu'elles se soient brisées [...]" (extrait du témoignage d'un homme de 78 ans, membre de la tribu de Heo ‒ M. LE DUFF, 2012).

42En prenant appui sur les descriptions relatant le déroulement de l'événement ainsi que sur les conditions topographiques régnant dans le nord de l'île, il a ensuite été possible d'homogénéiser la reconstitution de l'emprise de la submersion (Fig. 8). Si le résultat obtenu ne peut pas être considéré comme parfait, il reste néanmoins tout à fait acceptable et conforme à l'ensemble des témoignages rassemblés.

Figure 8 - Reconstitution de l'emprise de la submersion du cyclone de février 1951.

Figure 8 - Reconstitution de l'emprise de la submersion du cyclone de février 1951.

43Ce qui ressort également de la documentation est l'attention portée au site de Hnyimëk. Comme nous l'avons déjà indiqué, il s'agit d'un site particulier où s'articulent de nombreux usages sociaux et culturels à Ouvéa. La rupture de la formation sédimentaire y obstruant partiellement le chenal est désignée par la presse de l'époque et différents témoignages locaux comme le point focal de la submersion. Il s'agit là d'une modification spectaculaire des paysages. Elle a donc retenu l'attention des populations et des médias, mais l'ampleur de la submersion doit d'abord aux effets de surverse spécifiés plus haut, la rupture du cordon sédimentaire en ayant été la conséquence.

44L'attention apportée à ce site dans les médias de l'époque entre en résonnance avec les discours développés aujourd'hui localement sur le changement climatique. De ce fait, il est particulièrement intéressant, tant au plan géomorphologique qu'au plan social ou qu'à celui des représentations qui s'y rattachent.

45L'analyse diachronique des évolutions géomorphologiques renvoie in fine à une interprétation des évolutions paysagères sur un site qui focalise l'attention des populations et où s'articulent un ensemble d'usages et de pratiques. Cette démarche enrichit l'approche géohistorique, car elle permet tout à la fois de saisir les évolutions paysagères et de comprendre le fonctionnement dynamique du site. De ce fait, on peut disposer d'une grille de lecture à partager avec les populations dans la perspective d'établir des outils de prévention et de discussion. Finalement, par cette analyse diachronique de la position du trait de côte, il s'agit de construire l'un des supports de la confrontation des connaissances dont on dispose, tant mémorielles, que factuelles. À partir de là, l'objectif est de faire émerger une vision partagée sur laquelle bâtir une stratégie de prévention.

3 ) Les impacts géomorphologiques de l'événement

46L'exploitation des photographies aériennes permet d'établir une analyse fine de l'impact du cyclone sur la formation sédimentaire présente à Hnyimëk. Nous proposons ci-dessous une illustration (Fig. 9) synthétisant notre analyse de ces supports au travers de l'approche méthodologique présentée supra et reposant sur la photo-interprétation comparative des évolutions morphologiques (position du trait de côte) sur la période 1943-2012.

Figure 9 - Analyse diachronique de la position du trait de côte dans le secteur de Hnyimëk.

Figure 9 - Analyse diachronique de la position du trait de côte dans le secteur de Hnyimëk.

47Le premier constat que l'on peut établir est que la flèche sableuse de Hnyimëk a été entièrement détruite à une date entre 1943 et 1954, ce qui correspond aux descriptions proposées dans les témoignages.

48En condition "normale", c'est-à-dire en présence d'un alizé de secteur sud-est, les conditions hydrodynamiques de la zone côtière au sein du lagon se caractérisent avant tout par leur faible énergie (C. CHEVILLON, 1992 ; M. KULBICKI et al., 1994). La dynamique sédimentaire est donc faible ; les processus sont lents et mobilisent peu de sédiments. Toutefois la dynamique du transit peut varier en fonction des conditions météo-marines. La finesse du sable carbonaté fait qu'il peut rapidement être mobilisé et déplacé en cas de conditions plus dynamiques. De plus, les courants de marée au niveau de la passe de Hnyimëk sont puissants et jouent un rôle déterminant dans l'édification des flèches. Leur développement s'est d'ailleurs organisé autour de crochets successifs. Cela implique que les limites des cellules hydrosédimentaires en jeu sont évolutives et peuvent être perturbées par les agents dynamiques. M.J. BRAY et al. (1995) parlent alors de limites mobiles, qu'ils opposent aux limites fixes, telles que les promontoires rocheux, les caps ou les infrastructures anthropiques. À Hnyimëk, on peut identifier un renversement de la direction de la dérive littorale suite au passage du cyclone de 1951, la formation d'une flèche en vis-à-vis impliquant la présence de deux courants de dérive littorale convergents (P. STÉPHAN et al., 2009). Le chenal marque la limite entre les deux cellules.

49L'interprétation de l'image satellitaire Google Earth du 11 juin 2016 indique que la limite entre les deux cellules se situe aujourd'hui juste au sud du chenal. On peut en effet distinguer, par transparence, la formation d'une flèche sous-marine (ride) quasi perpendiculaire au trait de côte. Elle se prolonge vers l'intérieur du lagon (ellipse rouge sur la Fig. 9 ‒ image de 2016) et marquerait donc la limite mobile de la convergence des deux cellules hydrosédimentaires. La formation sédimentaire au sein du chenal correspondrait donc davantage à un jeu de crochets alimentés principalement par l'érosion de la partie nord-ouest du secteur (zone a sur la représentation au bas de la figure 9), dont nous verrons qu'elle a été variable au cours de la période d'étude.

50Entre 1954 et 1976, la valeur annuelle moyenne du recul est de 1,70 m (recul de 37,4 m en 22 ans). Elle tend ensuite à diminuer à mesure que l'on se rapproche de la limite de développement des flèches et crochets. Elle s'établit à 0,95 m entre 1982 et 2002 (recul de 19 m en 20 ans).

51Ensuite, sur la période 2002-2012, le recul se limite à un endroit très restreint de la zone : 0,79 m/an à l'extrémité ouest du site (extrémité ouest de la zone a sur la figure 9), soit un recul de l'ordre de 8 m en 10 ans. Compte tenu de notre marge d'erreur pour cet exercice (+/- 14 m), le site de Hnyimëk apparaît partout en relative stabilité au cours de cette dernière période.

52Au total, le recul sur le site de Hnyimëk a atteint jusqu'à 65 m environ sur l'ensemble de la période d'étude (zone a sur la figure 9). Mais le ralentissement de ce processus a été général, parallèlement au développement des flèches. C'est ce que l'on peut également identifier à partir de l'analyse des évolutions surfaciques (Tab. IV).

Tableau IV - Bilan des gains et pertes de terres émergées en hectares au cours des différentes périodes d'étude sur le site de Hnyimëk.

Tableau IV - Bilan des gains et pertes de terres émergées en hectares au cours des différentes périodes d'étude sur le site de Hnyimëk.

53Notre analyse suggère que l'on est face à un processus de résilience du site. Mais il a fallu plus d'un demi-siècle pour parvenir à retrouver un bilan de "gains et pertes de terres émergées" positif (période 2002-2012 ‒ Tab. IV). À l'échelle du site de Hnyimëk et de l'ensemble de la période d'étude, le bilan de gains et pertes de terres émergées reste encore négatif (Tab. IV).

54Ce constat est en cohérence avec les autres indicateurs géomorphologiques observables sur le site, certains témoignant de la stabilité retrouvée du secteur (végétalisation du pied de dune et induration de la partie superficielle du cordon sableux) alors que d'autres rappellent la phase de recul antérieure (végétation déchaussée, arbres déracinés et encoche d'érosion apparente très marquée).

55Les observations réalisées montrent que le site de Hnyimëk est d'une vulnérabilité importante. En effet, la dynamique hydrosédimentaire étant faible, le moindre impact d'envergure nécessite une longue période pour que le site retrouve un certain équilibre et cela au prix d'une reconfiguration des conditions morphologiques et dynamiques.

4 ) Une vulnérabilité renforcée par les impacts anthropiques

56Dans le contexte du réchauffement climatique et d'une pression croissante sur les stocks sédimentaires en lien avec l'élévation du niveau marin, cette faible résilience géomorphologique doit être appréhendée avec attention. Il doit être également rappelé avec force la prudence nécessaire dont les autorités locales et les populations doivent faire preuve dans leurs interactions avec l'espace littoral. Cette prudence n'est pas toujours respectée, à en juger par les prélèvements sauvages de matériaux qui continuent de se faire ponctuellement sur le linéaire côtier. Ils concernent aussi bien les matériaux biodétritiques apportés à la faveur des perturbations atmosphériques, le bélaï selon l'appellation vernaculaire consacrée, dont l'usage quasi général par la population locale correspond à des pratiques séculaires largement ancrées sur le plan culturel (V. BOUDJEMA, 2016), que le sable utilisé pour les travaux de construction individuels (Photos 1). Ces constructions sont pourtant de qualité très relative, la salinité du matériel sableux provoquant une désagrégation rapide du béton.

Photos 1 - Types de prélèvements de matériaux effectués par les populations. [cliché : Matthieu LE DUFF, 2016]

Photos 1 - Types de prélèvements de matériaux effectués par les populations. [cliché : Matthieu LE DUFF, 2016]

57La pratique de l'auto-construction exerce une pression d'autant plus forte sur des stocks sédimentaires précieux et fragiles (soit directement sur les hauts de plage, soit juste à l'arrière dans le cordon sableux comme sur la Photo 1-b) que la faible résistance des structures bâties nécessite des travaux de confortement réguliers, eux-mêmes consommateurs de matériaux. La pauvreté d'une grande partie de la population (52 % des habitants des îles Loyauté vivent sous le seuil de pauvreté, soit environ 12000 personnes ‒ L. HADJ, 2012) explique le recours très large à cette pratique néfaste sur le plan environnemental et peu satisfaisante sur le plan sociétal.

5 ) L'endommagement comme facteur de mémoire

58L'approche géohistorique a également reposé sur la compilation de témoignages recueillis auprès des populations locales. Leur synthèse permet d'identifier plusieurs paramètres relatifs à l'endommagement. En premier lieu, il ressort que la mémoire de l'événement de 1951 s'est construite sur une dimension culturelle. Sans prétendre à l'exhaustivité, il s'agit donc de qualifier cette mémoire autochtone du risque et d'ouvrir une discussion sur la culture locale du risque et sur sa transmission.

59En premier lieu, la submersion de 1951 n'a pas occasionné de perte de vie humaine, ce qu'il est important de souligner. Dans leur rapport, R. LOUAT et C. BALDASSARI (1989) évoquent le possible décès de deux personnes en se basant sur des témoignages locaux. A. SAHAL et al. (2010) apportent à ce sujet les précisions suivantes :
"The two deaths mentioned by Louat and Baldassari (Louat and Baldassari,1989) were invalidated by the local communities and by the Public Records Office as no death was mourned during this event. In reality, two people were missing after the flood and considered dead. They were isolated on an island during the event; however they arrived alive on Ouvea several days later. This could explain the two deaths recorded by Louat and Baldassari".

60Nos recherches ont confirmé ce commentaire. Aucun des témoignages que nous avons collectés sur place ne mentionne de décès lors de l'événement de février 1951. De plus, une référence archivistique apporte de précieuses explications sur cette disparition momentanée de plusieurs personnes :
"[...] On est inquiet sur le sort de 4 hommes de la tribu qui sont allés, quelques jours avant le cyclone, faire du coprah dans un ilot perdu en mer, en face de Fayawé.[...] (Lettre du Père Régent, datée de Mouli, le 28 février 1951).
"[...] Les 4 hommes sur le sort desquels on a été très inquiet ici durant le cyclone sont rentrés sains et saufs, grâce à Dieu, à Mouli, mais ils ont été en grand danger : à un moment, m'a dit l'un d'eux, il n'y avait plus qu'un tout petit espace, au milieu de l'îlot, qui n'était pas battu par la mer [...]" (lettre du Père Régent, datée de Mouli, le 3 juin 1951).

61Il ressort également de la documentation et des témoignages collectés sur place, une attention toute particulière aux dommages portés aux activités agricoles. Il faut rappeler que l'on est en 1951 et que la principale activité génératrice de revenu sur l'île est l'exploitation du coprah. Il n'y a alors quasiment aucune infrastructure économique à Ouvéa, les quelques magasins existants sont tenus par des européens et l'essentiel des produits consommés par les populations sont produits sur place. Les routes ne sont pas goudronnées et les populations se déplacent principalement à pied ou à cheval. Elles vivent essentiellement du travail de la terre et de la pêche et doivent s'expatrier sur Nouméa ou la Grande-Terre pour trouver un emploi salarié (J. GUIART, 1948). Les surfaces consacrées aux activités agricoles d'autosubsistance sont ainsi beaucoup plus étendues qu'aujourd'hui et nombre d'entre elles ont été affectées par la submersion, notamment dans le secteur des tribus de Teouta et de Weneki, comme en attestent les témoignages ci-dessous :
"[...] Rien à dire de particulier sur le cyclone qui a passé sur Ouvéa, si ce n'est que l'on répète chaque fois : cultures vivrières fort compromises sinon anéanties ; récolte de coprah qui va se réduire à zéro pour l'année en cours. Tout le monde sait qu'Ouvéa tient le record pour la production de coprah et que c'est la seule ressource des habitants [...]" (article du journal le Bulletin du Commerce du 14 mars 1951).
"[...] Après avoir rejoint l'habitation voisine, la décision a été prise d'évacuer en direction de Gossanah et de s'y réfugier le temps qui serait nécessaire. Il n'y eu pas de destruction massive d'habitation, mais d'importants dégâts aux cultures et beaucoup de perte de bétails (morts noyés dans leur enclos) [...]" (synthèse du témoignage d'une femme de 67 ans, membre de la tribu de Weneki ‒ M. LE DUFF, 2012) ;

62L'impact occasionné par la submersion s'inscrit également dans la durée. La salinisation des sols implique une exploitation plus difficile d'une portion du territoire pendant de longs mois pour toute une partie de la population. Cela conduit à une modification des pratiques agricoles. Une part de la population est contrainte à des déplacements quotidiens plus longs pour rejoindre des parcelles cultivables plus éloignées des lieux de vie et bien sûr cela pose le problème de la disette pour une partie des populations privées de récoltes et de semences :
"Après quand ça a séché ça pue partout. Ca fait comme petit tsunami, heureusement qu'il n'y avait pas de morts. Les champs de l'igname pourrie. Pour reprendre c'est compliqué parce que c'est salé. J'avais envie de pain, mais y'avait pas de pain. Là c'est la vague qui est montée du Nord, {ngalu}. Obligés d'attendre des mois pour replanter" (femme de 74 ans, membre de la tribu de Heo ‒ V. BOUDJEMA, 2016).

63L'interprétation des campagnes de photographies aériennes de 1943 et 1954 permet d'identifier l'ouverture de nombreuses parcelles dans la partie nord et est du territoire, dans des secteurs n'ayant pas été touchés par la submersion.

64Cette dimension agricole des impacts est d'autant plus importante qu'une partie des champs d'ignames vont être détruits. Or l'igname est le tubercule au centre de la culture kanak et autour duquel se construisent les échanges cérémoniels. Dans l'imaginaire kanak, l'igname est la représentation de l'homme et en quelque sorte le support de la parole, laquelle est essentielle à la vie du groupe. Plusieurs mythes aux îles Loyauté racontent ainsi l'arrivée des premières ignames accostant sur les rivages des îles dans un temps mythique. C'est l'histoire de Walelimemë à Lifou (W. IHAGE, 1992) ou encore "le cycle de Ma" à Maré (M.J. DUBOIS, 1975). A.G. HAUDRICOURT (1964) parle de "civilisation de l'igname" pour évoquer l'ensemble culturel kanak. La relation que le peuple kanak entretient avec la terre et avec la culture de ce tubercule relève d'une dimension fondamentale sur le plan culturel, mais également identitaire. La submersion, en venant détruire une partie importante des récoltes, est donc un impact véritablement majeur sur le plan symbolique, car c'est la capacité même des groupes familiaux à assurer leurs fonctions et les relations sociales et coutumières qui est affectée. L'impact agricole doit donc être envisagé à la fois comme un impact aux moyens de subsistance familiaux et comme un impact à la capacité d'existence sociale et culturelle du groupe. La mémoire se fixant sur cette dimension est donc d'autant plus forte et vigoureuse que le cadre social continue à reposer sur ce socle. Autrement dit, tant que le référentiel auquel l'histoire se raccroche dispose d'une valeur partagée sur le plan social, plus il y a de chances que cette mémoire s'inscrive dans la durée.

65Cela nous amène à évoquer une autre dimension de cette transmission de la mémoire. On se base une nouvelle fois sur les témoignages des populations évoquant un aspect particulier des modalités de la transmission et relevant de l'anthroponymie, c'est-à-dire de l'étude du nom des personnes. En effet, on sait que les noms et prénoms kanak ont un sens spécifique qui renvoie à une dimension identitaire forte : "Le NOM donné en langue Kanak, lie la personne à son clan et à la terre. Il traduit l'histoire de son clan dans le cycle inter générationnel, dans l'espace et le temps" (SCNC, 2014).

66Le nom d'un individu, mais également son prénom, représentent une véritable carte d'identité qui affiche l'appartenance sociale et clanique, la filiation, et de là le rôle (c'est-à-dire la fonction) au sein de la coutume. Il s'agit d'un élément de son identité au sens fort, qui sera transmis de génération en génération. À titre d'exemple, V. BOUDJEMA (2016) a collecté l'histoire d'une femme née quelque temps après le passage du cyclone et qui fut baptisée "Watcélolo", dont la signification donnée par nos interlocuteurs est "l'igname pourrie". Le choix du prénom est ici directement en lien avec le contexte dans lequel la naissance est survenue. On retrouve cela régulièrement et pour tous les types de phénomènes ; on pense par exemple à "Lanicas" (tornade), à Maré, né à la suite d'une tornade dans les années 1990, à "Waköiö" (grosse vague), à Ouvéa, né à la suite d'une submersion marine en 1920 ou encore à "Cliff", toujours à Ouvéa, né à la suite du cyclone éponyme en 1982. Cela implique que le contexte environnemental participe à construire une des dimensions de l'identité de la personne et, au delà de l'individu lui-même, vient alimenter l'histoire du groupe auquel il appartient. On retrouve en filigrane une certaine logique de la culture kanak, qui appréhende l'interaction entre la nature et l'individu par un prisme de lecture tout autre que ce que le bagage culturel occidental offre (A. LAMMEL et al., 2011). Dans cette perspective, nature et culture ne s'opposent pas, mais s'interconnectent dans un faisceau de relations interdépendantes ; c'est ce que J.M. TJIBAOU et J. GUIART (1976) expliquent au sujet de la parole fondatrice du clan kanak :
"[...] tout ce qui de près ou de loin se situe dans son environnement spatial est plus ou moins imprégné de son influence et, en conséquence, se trouve dans une situation de participation à l'être engendré par cette parole. Ce qui va déterminer une situation d'interdépendance entre les êtres présents au moment de la génération du clan. Ainsi le requin (animal), le rocher (minéral), le kaori (végétal), le tonnerre (phénomène atmosphérique), qui sont les éléments de la nature qui ont servi de médiation entre la parole mythique et l'apparition de l'ancêtre du clan, vont être considérés comme des éléments sacrés du cosmos. [...] Chacun de ses éléments [...] fait partie intégrante du clan et il a droit à la considération qui commande une série de rapports. En effet le tonnerre, le requin, l'arbre ou la pierre n'apparaissent plus avec leur réalité objective. Ils sont placés sur le même plan que les autres éléments constituants de la personnalité du groupe [...].

67Considérant ces différents éléments, on comprend que la question du risque ne s'appréhende pas sous le même prisme dans la culture kanak. D'ailleurs, il n'existe pas de terme équivalent pour désigner ce concept dans les langues vernaculaires parlées aux îles Loyauté. Ce même constat a été fait par M. CALANDRA (2015) sur l'île de Tongoa au Vanuatu, archipel appartenant également à l'aire mélanésienne. Le risque n'est pas un objet extérieur nécessitant d'y apporter une réponse particulière, mais une dimension pérenne de la réalité qui a été ingérée, qui s'est diffusée dans l'ensemble des strates composant la culture kanak. En ce sens, le risque fait partie de l'individu, de son identité, de sa relation à son environnement et aux autres membres de la société. Certains clans ont ainsi le pouvoir de commander aux éléments, de contrôler les séismes ou de provoquer des cyclones, tornades ou tsunamis. Le Père P. LAMBERT (1900) relate ainsi la crainte qu'éprouvaient les populations des îles Belep, au nord de la Nouvelle-Calédonie, à la suite de la mort "du fils d'un faiseur de tempête" en 1859.

68Comme précisé précédemment, le choix du prénom porte une dimension symbolique forte. Il s'agit donc d'un point signifiant sur le plan culturel et qui vient contribuer à comprendre à la fois la manière dont la transmission s'est opérée au fil du temps et pourquoi la mémoire de l'événement, malgré l'absence de décès, est encore si vivace plus de 60 ans après. Bien sûr, les témoins directs sont encore nombreux, bien que la plupart n'aient été alors que des enfants, mais la transmission s'est opérée auprès des autres générations et cette submersion de 1951 fait sens et référence pour les populations d'Ouvéa.

69L'examen des témoignages collectés à Ouvéa a permis de mettre en avant une dimension spécifique du rapport des habitants au concept de risque. Si le risque ne s'appréhende pas comme un objet unifié et objectivé à la manière dont on le fait plus classiquement en occident, il est néanmoins une partie de la vie des populations locales. Celles-ci l'ont davantage intégré comme une composante du réel participant à leur relation à l'environnement aussi bien qu'à leur relation aux autres. Dès lors, disposant d'une clé de compréhension sur laquelle s'appuyer pour développer des outils de prévention, on comprend aisément que ceux-ci ne peuvent qu'être co-construits avec les détenteurs légitimes des savoirs.

V - Conclusion

70En croisant des données archivistiques à une approche de terrain, et en particulier en donnant la parole aux populations, il a été possible de reconstruire un pan de la mémoire de l'événement et d'en identifier certains ressorts, tout en alimentant notre compréhension des facteurs de vulnérabilité sur le terrain d'étude. La production d'une carte de synthèse comme support iconographique de la mémoire, présente le double intérêt d'être manipulable autant par les populations que par les pouvoirs publics. En ce sens, il s'agit d'un outil partagé, transversal, sur lequel il est possible de s'appuyer pour nourrir les discussions et décisions relatives à l'aménagement des terres coutumières. On comprend que la carte est le produit d'un long travail de compilation des données et de consultation des populations. L'objet élaboré est une synthèse mettant en lumière les savoirs vernaculaires et les savoirs développés au cours de l'étude.

71Notre objectif, au delà de la reconstitution de l'événement en lui-même, était de saisir le rapport que la population entretient avec la question du risque et les modalités de transmission de cette mémoire. En mettant en exergue la dimension transversale de ce rapport avec le concept de risque, il nous a été permis d'ouvrir la réflexion sur l'orientation à prendre pour créer et ajuster à notre contexte une politique de prévention des risques côtiers. Cette orientation doit se faire dans le sens d'une plus grande intégration et collaboration entre les structures coutumières, les populations et les acteurs institutionnels de la place. De ce fait, l'élaboration d'outils simples, dont la production nécessite l'implication des populations, constitue une première étape. L'intérêt de la démarche est de mettre en confrontation les approches et points de vue, moins pour déterminer le vrai du faux, que pour faire prendre conscience à chacun que les évolutions paysagères et modes de représentation que les populations entretiennent avec leur environnement sont directement liées aux pratiques et usages qui s'y articulent. Il s'agit de parvenir à mettre en perspective sa propre mémoire, ses propres pratiques, pour dégager des lignes paysagères et mémorielles une compréhension générale des processus en cours.

72Dans le contexte du réchauffement climatique et du renforcement des pressions dynamiques et anthropiques sur les espaces côtiers, il apparaît primordial d'impliquer les populations locales à la construction d'une stratégie de prévention. Cela est d'autant plus important dans un environnement juridique interdisant la mobilisation des leviers réglementaires contraignants, comme ceux existant en France métropolitaine. La démarche géohistorique, par la pluralité des angles de vue qu'elle offre, par la place qu'elle laisse aux histoires orales et à la reconnaissance des savoirs vernaculaires, devient un outil de compréhension et de dialogue entre les acteurs locaux, institutionnels et scientifiques. En ce sens, le recours à la géohistoire dans le cadre d'une politique de prévention, permet d'ouvrir de nouveaux champs d'action.

Haut de page

Bibliographie

ALLENBACH M., LE DUFF M., DUMAS P. et COHEN O. (2016) - Gestion intégrée, risques côtiers et aménagements sur les littoraux coutumiers océaniens français. Les apports croisés de la gestion participative et des méthodes classiques. Actes des XIVèmes Journées Nationales de Génie Côtier - Génie Civil (Toulon), Édit. Paralia, Nantes, p. 127-136, en ligne.

AUCAN J., MERRIFIELD M.A. et POUVREAU N. (2017) - Historical Sea Level in the South Pacific from Rescued Archives, Geodetic Measurements, and Satellite Altimetry. Pure and Applied Geophysics, vol. 174, n° 10, p. 3813-3823.

BACMEISTER J., REED K., HANNAY C, LAWRENCE P., BATES S., TRESDALE J.E., ROSENBLOOM N. et LEVY M. (2018) - Projected changes in tropical cyclone activity under future warming scenarios using a high-resolution climate model. Climatic Change, vol. 146, n° 3-4, p. 547-560.

BLAISE E., SUANEZ S. et STÉPHAN P., FICHAUT B., DAVID L., CUQ V., AUTRET R., J. HOURON, ROUAN M., FLOC'H F., ARDHUIN F., CANCOUËT R., DAVIDSON R., COSTA S. et DELACOURT C. (2015) - Bilan des tempêtes de l'hiver 2013-2014 sur la dynamique de recul du trait de côte en Bretagne. Géomorphologie : relief, processus, environnement, vol. 21, n° 3, p. 267-292.

BOUDJEMA V. (2016) - Le littoral pour les îliens du pays Iaai, une terre-mère de mémoire et d'enjeux présents. Ouvéa, îles Loyauté, Nouvelle-Calédonie. Mémoire de fin d'études, ISTOM, Angers, 177 p.

BRAY M.J., CARTER D.J. et HOOKE J.J. (1995) - Littoral cell definition and budgets for central southern England. Journal of Coastal Research, vol. 11, n° 2, p. 381-400.

CALANDRA M. (2015) - Ne pleurez pas, Dieu va descendre ! Regard anthropologique sur le cyclone Pam à Tongoa (Vanuatu). Conférence Publique, Université de la Nouvelle-Calédonie, Nouméa, en ligne.

CAZENAVE A. et PALANISAMY H. (2018) - Sea level rise and future earth. In : Global change and future earth: the geoscience perspective, T. BEER, J. LI et K. ALVERSON édit., Édit. Cambridge University Press, Cambridge (Grande-Bretagne), chapitre III-11, p. 144-158.

CHAUMILLON É., BERTIN X., FORTUNATO A., BAJO M., SCHNEIDER J.L., DEZILEAU N., WALSH J.P., MICHELOT A., CHAUVEAU É, CRÉACH A., HÉNAFF A., SAUZEAU T., WAELES B., GERVAIS B., JAN G., BAUMANN J., BREILH J.F. et PEDREROS R. (2016) - Storm-induced marine flooding: Lessons from a multidisciplinary approach. Earth-Science Reviews, vol. 165, p. 151-184.

CHEN X., ZHANG X., CHURCH A., WATSON C.S., KING M.A., MONSELESAN D., LEGRESY B. et HARIG C. (2017) - The increasing rate of global mean sea-level rise during 1993-2014. Nature Climate Change, vol. 7, n° 7, p. 492-495.

CHEVILLON C. (1992) - Biosédimentologie du Grand Lagon nord de la Nouvelle-Calédonie. Édit. ORSTOM, collection "Études et thèses", Paris, 224 p.

DARTIGUES P. (1951) - Passage d'un cyclone sur la Nouvelle-Calédonie. Bulletin d'Information du Comité Central d'Océanographie et d'Études de Côtes (COEC), IIIème année, n° 1, 2ème partie, notes techniques, p. 187-190.

DAVID G., sous la direction de (2004) - Espaces tropicaux et risques, du local au global. Actes des Xèmes Journées de Géographie Tropicale, Édit. Presses Universitaires d'Orléans / IRD, collection du CEDETE, Orléans, 445 p.

DAVID G. et PILLON P. (1995) - Le Pacifique insulaire, périphérisations et recompositions spatiales. Communication au colloque "Vivre dans une île, géopolitique des insularités en Europe et dans le monde" (Minorque, Baléares, Espagne), 14 p., en ligne.

DUBOIS M.J. (1975) - Mythes et traditions de Maré, Nouvelle-Calédonie, les Eletok. Édit. Société des Océanistes, Musée de l'Homme, vol. 35, VIII + 346 p.

DUMAS P. (2004) - Caractérisation des littoraux insulaires : approche géographique par télédétection et SIG pour une gestion intégrée. Application en Nouvelle-Calédonie. Thèse de l'Université d'Orléans, 402 p.

DUMAS P. (2013) - Anthropization of New Caledonia's southwestern coastland: a satellite remote-sensing analysis of coastland environment changes. In : Biodiversity and societies in the pacific islands, S. LARRUE édit., Édit. Presses de l'Université de Provence / Australian National University Press, collection "Confluent des sciences", Aix-en-Provence, p 113-129.

DUMAS P., LENDRE S., LE DUFF M. et ALLENBACH M. (2018) - Cartographie du risque de submersion lié à l'élévation du niveau de la mer sur l'atoll d'Ouvéa (Nouvelle-Calédonie) : vers un outil de gestion de la zone côtière. Actes des XVèmes Journées Nationales Génie Côtier - Génie Civil (La Rochelle), Édit. Paralia, Nantes, p. 793-804.

DUMAS P., LE DUFF M., GODET K. et ALLENBACH M. (2019) - Analyse géohistorique du risque cyclonique en Nouvelle-Calédonie (XIXème - XXIème). In : Géohistoire de l'environnement et des paysages, P. VALETTE et J.M. CAROZZA édit., Édit. CNRS éditions, Paris, p. 321-331.

DUPON J.F. (1989) - Risque cyclonique et agriculture dans les territoires français du Pacifique. In : Le risque en agriculture, M. ELDIN et P. MILLEVILLE, Édit. ORSTOM, Paris, p. 101-114.

DUVAT V. (2018) - Étudier les impacts des cyclones pour mieux appréhender les trajectoires de vulnérabilité et d'adaptation des îles tropicales au changement climatique. In : Journée thématique" cyclones et changement climatique" (Paris), 31 p., power-point en ligne.

ÉTIENNE S. (2012) - Marine inundation hazards in French Polynesia: geomorphic impacts of Tropical Cyclone Oli in February 2010. Geological Society, London, Special Publications, vol. 361, n° 1, p. 21-39.

ÉTIENNE S. et TERRY J. (2012) - Coral boulders, gravel tongues and sand sheets: features of coastal accretion and sediment nourishment by Cyclone Tomas (March 2010) on Taveuni Island, Fiji. Geomorphology, vol. 175-176, p. 54-65.

FAYE I. (2010) - Dynamique du trait de côte sur les littoraux sableux de la Mauritanie à la Guinée-Bissau (Afrique de l'ouest) : Approches régionale et locale par photo-interprétation, traitement d'images et analyse de cartes anciennes. Thèse de l'Université de Bretagne Occidentale (UBO), Brest, 323 p.

GARCIN M., VENDÉ-LECLERC M., MAURIZOT P, LE COZANNET G., ROBINEAU B. et NICOLAE-NERMA A. (2016) - Lagoon islets as indicators of recent environmental changes in the South Pacific – The New Caledonian example. Continental Shelf Research, vol. 122, p. 120-140.

GAY J.C. (2017) - L'outre-mer en marge, les marges de l'outre-mer. Bulletin de l'Association de Géographes Français, vol. 94, n° 3, p. 436-452.

GEORGE P. et VERGER F. (2000) - Dictionnaire de la géographie. Édit. Presses Universitaires de France, Paris, sixième édition (1ère édition : 1970), 500 p.

GIOVANELLI J. (1952) - Les cyclones tropicaux en Nouvelle-Calédonie au cours d'un siècle (1852-1951). Édit. Service Météorologique, Nouméa, 29 p. + 3 cartes.

GODET K. (2016) - Caractérisation du risque cyclonique en Nouvelle-Calédonie : analyse géohistorique de l'endommagement et des phénomènes tropicaux du 19ème au 20ème siècle. Mémoire de Master 2 (DYNARISK), Université Paris VII (Diderot), 120 p.

GUIART J. (1948) - Rapport préliminaire sur la sociologie d'Ouvéa, îles Loyalty : rapport de fin de stage. Édit. ORSTOM / Institut Français d'Océanie, Paris, en ligne (38 p.).

GUIART J. (1953) - Mythes et Chants Polynésiens d'Ouvéa (Iles Loyalty). The Journal of the Polynesian Society, vol. 62, n° 2, p. 93-113.

GUIART J. (1996) - Structure de la chefferie en Mélanésie du Sud. Édit. Institut d'Ethnologie, Musée de l'Homme, 1ère édition, Paris, 617 p.

HAUDRICOURT A.G. (1964) - Nature et culture dans la civilisation de l'igname : l'origine des clones et des clans. L'Homme, vol. 4, n° 1, p. 93-104.

HERRENSCHMIDT J.B. et LÉOPOLD M. (2006) - Étude des systèmes de gestion coutumiers du district de Mouli (Ouvéa, Nouvelle-Calédonie). Édit. CRISP-DDAT-IRD, programme de l'IRD/Unité de recherche 128 : "Gestion intégrée des pêcheries récifo-lagonaires", rapport de la mission du 17 au 28 janvier 2006, 20 p.

HOWE K.R. (1974) - The Loyalty Islands. A history of culture contacts 1840-1900. Édit. Australian National University Press, Canberra, 249 p.

IHAGE W. (1992) - La tradition orale à Lifou. Édit. Agence de Développement de la Culture Kanak (ADCK), Nouméa, 127 p.

HADJ L. (2012) - 53000 personnes sous le seuil de pauvreté. ISEE Synthèse, n° 23, 4 p., en ligne.

BROUSTET D. et RIVOILAN P. (2015) - Recensement de la Nouvelle-Calédonie. Une démographie toujours dynamique. INSEE Première, n° 1572, 4 p., en ligne.

IZOULET J. (2005) - Ouvéa : histoire d'une mission catholique dans le Pacifique sud au XIXe siècle. Édit. L'Harmattan, Paris, 356 p.

JACOB-ROUSSEAU N. (2009) - Géohistoire/géo-histoire : quelles méthodes pour quel récit ? Géocarrefour, vol. 2009, n° 4, p. 211-216.

KENNEDY A.B., WESTERINK J.J., SMITH J.M., HOPE M.E., HARTMAN M., TAFLANIDIS A.A., TANAKA S., WESTERINK H., CHEUNG K.F., SMITH T., HAMANN M., MINAMIDE M., OTA A. et DAWSON C. (2012) - Tropical cyclone inundation potential on the Hawaiian Islands of Oahu and Kauai. Ocean Modelling, vol. 52, p. 54-68.

KOSSIN J. (2018) - A global slowdown of tropical-cyclone translation speed. Nature, vol. 558, n° 7708, p. 104-107.

KULBICKI M., DUPON S., DUPOUY C., BARGIBANT G., HAMEL P., MENOU J.L., MOU THAM G. et TIRARD P. (1994) - Caractéristiques physiques du lagon d'Ouvéa. In : Évaluation des ressources en poisson du lagon d'Ouvéa : 2ème partie, l'environnement physique, la biosédimentologie, les caratéristiques physiques, KULBICKI M. édit., Édit. ORSTOM, Nouméa, p. 47-149.

LAGADEC P. (2009) - La question des plans. Entre points d'appui et pièges stratégiques. Édit. École Polytechnique / CNRS, cahier n° 2009-40, Palaiseau, 72 p.

LAMBERT P. (1900) - Mœurs et superstitions des néo-calédoniens. Édit. Société d'Études Historiques de la Nouvelle-Calédonie, Nouméa, 399 p.

LAMMEL A., DUGAS É., et GUILLEN É. (2011) - Traditional way of thinking and prediction of climate change in New Caledonia (France). Indian Journal of Traditional Knowledge, vol. 10, n° 1, p. 13-20.

LE COZANNET G. (2016) - Les conséquences de l'élévation du niveau marin pour le recul du trait de côte. Thèse de l'Université Paris I (Panthéon-Sorbonne), 243 p.

LE DUFF M. (2012) - Compte rendu de la campagne de prévention au risque tsunami à Ouvéa : état des lieux et préconisations, Rapport administratif (Subdivision Administrative des îles Loyauté), Lifou, 29 p.

LE DUFF M. (2013) - Rapport de synthèse : prévention du risque tsunami aux îles Loyauté, Rapport administratif (Subdivision Administrative des îles Loyauté), Lifou, 26 p.

LE DUFF M. (2018) - Les risques naturels côtiers en Nouvelle-Calédonie : contribution pour une gestion intégrée. De la caractérisation du risque à la participation citoyenne, quelques perspectives pour la prévention des risques aux îles Loyauté. Thèse de l'Université de la Nouvelle-Calédonie, Nouméa, 548 p.

LOUAT R. et BALDASSARI C. (1989) - Chronologie des séismes et des tsunamis ressentis dans la région Vanuatu Nouvelle-Calédonie (1729-1989). Édit. ORSTOM, collection "Rapports scientifiques et techniques, Sciences de la terre, Géophysique", n° 1, Nouméa, 48 p.

MAGNAN A.K., DUVAT V. et GARNIER E. (2012) - Reconstituer les "trajectoires de vulnérabilité" pour penser différemment l'adaptation au changement climatique. Natures Sciences Sociétés, vol. 20, n° 1, p. 82-91.

MANGEMATIN L. (1980) - Littérature orale : 60 contes mélanésiens de Nouvelle-Calédonie. Édit. Société́ d'Études Historiques de la Nouvelle Calédonie, Nouméa, 259 p.

MARAGOS J., BAINES G. et BEVERIDGE P. (1973) - Tropical cyclone Bebe creates a new land formation on Funafuti Atoll. Science, vol. 181, n° 4105, p. 1161-1164.

MAYENCON R. (1982) - Météorologie pratique. Éditions Maritimes et d'Outre-Mer, Paris, 308 p.

MESCHINET de RICHEMOND N. et REGHEZZA M. (2010) - La gestion du risque en France: contre ou avec le territoire ? Annales de Géographie, vol. 2010/3, n° 673, p. 248-267.

Méto France (2015) - Les débuts du service météo en Nouvelle Calédonie. En ligne.

NICOLAS H. (2017) - Patriarcat kanak, patriarcat colonial. Mouvements, vol. 2017/3, n° 91, p. 114-121.

PASKOFF R. (2003) - Les littoraux. Impact des aménagements sur leur évolution. Édit. Armand Colin, collection U, série Géographie, Paris, 260 p.

REEF K., BACMEISTER J., ROSENBLOOM N., WEHNER M.F., BATES S.C., LAURITZEN P.H., TRUESDALE J.E. et HANNAY C. (2015) - Impact of the dynamical core on the direct simulation of tropical cyclones in a highresolution global model. Geophysical Research Letters, vol. 42, n° 9, p. 3603-3608.

ROGER J., PELLETIER B. et AUCAN J. (2019) - Update of the tsunami catalogue of New Caledonia using a decision table based on seismic data and maregraphic records. Natural Hazards and Earth System Sciences, Discussions, 22 p.

SABINOT C., BOUDJEMA V., LE DUFF M. et DUMAS P. (2018) - Mémoires des sens et histoires des paysages sur l'île d'Iaai/Ouvéa en Nouvelle-Calédonie. VertigO, vol. 18, n° 3, en ligne.

SAHAL A., PELLETIER B., CHATELIER J., LAVIGNE F. et SCHINDELE F. (2010) - A catalog of tsunamis in New Caledonia from 28 March 1875 to 30 September 2009. Comptes Rendus Géoscience, vol. 342, n° 6, p. 434-447.

SCNC (2014) - Charte du peuple Kanak. Socle commun des valeurs principes fondamentaux de la civilisation Kanak. Sénat Coutumier de la Nouvelle-Calédonie, 52 p.

STÉPHAN P., FICHAUT B. et SUANEZ S. (2009) - Suivi topo-morphologique du sillon de Talbert (commune de Pleubian-période 2008-2009). Rapport d'expertise scientifique (UBO/CNRS), 10 p.

SUANEZ S. et CARIOLET J.M. (2010) - L'action des tempêtes sur l'érosion des dunes: les enseignements de la tempête du 10 mars 2008. Norois, vol. 215, p. 77-99.

TJIBAOU J.M. et GUIART J. (1976) - Recherche d'identité mélanésienne et société traditionnelle. Journal de la Société des Océanistes, n° 53, tome 32, p. 281-292.

VITOUSEK S., BARNARD P.L., FLETCHER C.H., FRAZER N., ERIKSON L. STORLAZZI C.D. (2017) - Doubling of coastal flooding frequency within decades due to sea-level rise. Scientific Reports, vol. 7, article n° 1399, 9 p..

VOUSDOUKAS M., MENTASCHI L., VOUKOUVALAS E., VERLAAN M., JEVREJEVA S., JACKSON L.P. et FEYEN L. (2018) - Global probabilistic projections of extreme sea levels show intensification of coastal flood hazard. Nature Communications, vol. 9, article n° 2360, en ligne.

ZHANG C. et WANG Y. (2017) - Projected future changes of tropical cyclone activity over the western North and South Pacific in a 20-km-mesh regional climate model. Journal of Climate, vol. 30, n° 15, p. 5923-5941.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Localisation du terrain d'étude : le pays coutumier Owhen dans le nord d'Ouvéa.
Légende Réalisation : Matthieu LE DUFF, 2018.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/9431/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Figure 2 - Contexte structural de la Nouvelle-Calédonie et des îles Loyauté.
Légende Réalisation : Matthieu LE DUFF, 2018.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/9431/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau I - Les documents composant le corpus archivistique.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/9431/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Tableau II - Les photographies aériennes utilisées.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/9431/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 3 - La marée de tempête dans l'hémisphère Sud (d'après R. MAYENCON, 1982).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/9431/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Tableau III - Caractéristiques dynamiques du cyclone du 25-26 février 1951 (source : Météo France).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/9431/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 4 - Marégramme du 26 février 1951 à Hwadrilla (source : SHOM).
Légende Réalisation : Matthieu LE DUFF, 2018.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/9431/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 5 - Trajectoire du cyclone de février 1951 et submersion marine en Nouvelle-Calédonie.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/9431/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Figure 6 - Identification des indicateurs de l'emprise de la submersion sur la côte nord de l'île d'Ouvéa par l'interprétation des photographies aériennes de 1943 (NARA) et 1954 (DITTT).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/9431/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Figure 7 - Reconstitution de l'emprise de la submersion sur la côte nord de l'île d'Ouvéa par l'interprétation des photographies aériennes de 1943 (NARA) et 1954 (DITTT).
Légende Zone a : la distance entre l'océan et la lagune est de 300 m. Zone b : le runup maximum atteint 7 à 8 m d'altitude.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/9431/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 8 - Reconstitution de l'emprise de la submersion du cyclone de février 1951.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/9431/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Figure 9 - Analyse diachronique de la position du trait de côte dans le secteur de Hnyimëk.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/9431/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Tableau IV - Bilan des gains et pertes de terres émergées en hectares au cours des différentes périodes d'étude sur le site de Hnyimëk.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/9431/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Photos 1 - Types de prélèvements de matériaux effectués par les populations. [cliché : Matthieu LE DUFF, 2016]
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/9431/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matthieu Le Duff, Pascal Dumas et Michel Allenbach, « L'approche géohistorique pour la cartographie des risques naturels : application au risque de submersion marine à Ouvéa (Nouvelle-Calédonie) », Physio-Géo, Volume 14 | -1, 277-306.

Référence électronique

Matthieu Le Duff, Pascal Dumas et Michel Allenbach, « L'approche géohistorique pour la cartographie des risques naturels : application au risque de submersion marine à Ouvéa (Nouvelle-Calédonie) », Physio-Géo [En ligne], Volume 14 | 2019, mis en ligne le 04 décembre 2019, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/9431 ; DOI : 10.4000/physio-geo.9431

Haut de page

Auteurs

Matthieu Le Duff

Université de la Nouvelle-Calédonie, ISEA - Institut des Sciences Exactes et Appliquées (EA 7484), Avenue James Cook, BP-R4, 98851 NOUMÉA cedex.
Courriel : matthieu.leduff@yahoo.fr

Pascal Dumas

Université de la Nouvelle-Calédonie, ISEA - Institut des Sciences Exactes et Appliquées (EA 7484), Avenue James Cook, BP-R4, 98851 NOUMÉA cedex.
Courriel : pascal.dumas@univ-nc.nc

Michel Allenbach

Université de la Nouvelle-Calédonie, ISEA - Institut des Sciences Exactes et Appliquées (EA 7484), Avenue James Cook, BP-R4, 98851 NOUMÉA cedex.
Courriel : michel.allenbach@univ-nc.nc

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals