Navigation – Plan du site

Croiser les sources environnementales, historiques et sociologiques pour reconstituer les catastrophes naturelles. Le cas de la débâcle du Giétro du 16 juin 1818

Crossing environmental, historical and sociological sources to reconstruct natural catastrophes. The case of the Giétro debacle of 16 june 1818
Emmanuel Reynard, Mélanie Clivaz, Pierre Corboz, Yann Decorzant, Bertrand Delarzes, Jean-Charles Fellay, Mélanie Hugon-Duc, Christophe Lambiel, Arnaud Meilland et Christine Payot
p. 307-326

Résumés

Le 16 juin 1818, la débâcle d'un lac de barrage glaciaire au Giétro provoquait une vague dévastant la vallée de Bagnes, dans le canton du Valais (Suisse), faisant 34 morts et de très nombreux dégâts matériels aux infrastructures (ponts, voies de communication), aux habitations et aux constructions agricoles et hydrauliques, ainsi qu'aux cultures et prairies. La cartographie de l'extension géographique de l'inondation a été réalisée en croisant différentes sources environnementales, historiques et sociologiques : 1/une liste des dégâts aux terrains et bâtiments privés a été établie sur la base des archives répertoriant les dommages déclarés par les sinistrés ; 2/ cette base de données a été combinée avec une base de données généalogiques régionales afin de reconstituer les pertes à l'échelle de certains individus ; 3/ elle a également été croisée avec une base de données toponymiques afin de localiser les dégâts ; 4/ un relevé systématique des traces géomorphologiques de la vague (rebords d'érosion, épandages de blocs) a été établi sur le terrain et au moyen d'un modèle numérique de terrain (MNT) ; 5/ finalement, des entretiens ont été réalisés dans un village particulièrement sinistré, afin d'appréhender la mémoire orale de l'événement. Cet article discute l'intérêt d'un tel croisement pluridisciplinaire en présentant les caractéristiques des différentes sources, les apports à la reconstruction de l'extension géographique de l'inondation et des dégâts à deux échelles différentes, ainsi que les difficultés (lacunes, incertitudes) relatives à ces sources. Ce travail permet de discuter les enjeux liés à la reconstitution de catastrophes naturelles anciennes au moyen de différentes sources, environnementales, historiques et sociologiques.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

I - Introduction

1Parce qu'elle concerne à la fois des phénomènes naturels (crues, avalanches, sécheresses, etc.) et leurs impacts sur les sociétés, la question des risques naturels est éminemment interdisciplinaire. Reconstituer les catastrophes anciennes requiert ainsi de s'intéresser autant aux traces dans le paysage (formes du relief, dépôts sédimentaires) qu'à la mémoire des sociétés, qu'elle soit archéologique, écrite ou orale. L'histoire des catastrophes naturelles peut dès lors être appréhendée avec profit par des approches géohistoriques, un champ de recherche aux frontières floues entre histoire et géographie (V. CAPDEPUY et G. DJAMENT-TRAN, 2012), qui consiste à croiser les sources du terrain avec celles de type historique dans le but de reconstituer sur le temps long la dynamique des milieux et des territoires (F. BRAUDEL, 1958 ; N. JACOB-ROUSSEAU, 2009). C. GRATALOUP (2005, 2015) distingue la géohistoire, qui s'efforce d'étudier les dynamiques territoriales, les permanences, les changements sur le temps long, et la géographie historique, qui applique les méthodes de la géographie à des périodes anciennes. Cette distinction n'est toutefois pas toujours évidente et on peut considérer qu'une approche géohistorique consiste avant tout à penser la dimension spatiale des sociétés en tenant compte de sa dimension temporelle et réciproquement (V. CAPDEPUY et G. DJAMENT-TRAN, 2012). Elle vise notamment à spatialiser des informations historiques, par exemple en les représentant sous forme de cartes, donnant lieu à "une valorisation géoréférencée d'informations datées" (N. JACOB-ROUSSEAU, 2009). C'est ce sens large d'une fertilisation croisée entre histoire et géographie que nous adoptons dans cet article.

2Dans le domaine des risques naturels, notamment le risque d'inondation, les approches géohistoriques sont utilisées depuis longtemps afin de reconstituer l'histoire environnementale des phénomènes naturels, ainsi que l'histoire des aménagements et leurs impacts sur les processus naturels et l'histoire des sociétés face aux risques (voir par exemple J.P. BRAVARD, 1981, 1987, 2004 ; D. CŒUR, 2008 ; J.M. ANTOINE, 2009, 2010 ; E. REYNARD et al., 2009, 2015 ; P. VALETTE et J.M. CAROZZA, 2013 ; L. WITH, 2014 ; F. GIACONA, 2014). Plus spécifiquement, les sources historiques (plans, cadastres, photos anciennes, statistiques historiques, coupures de presse, rapports d'ingénieurs, etc.) peuvent être utilisées autant pour reconstituer l'évolution spatio-temporelle de la fréquence et de l'intensité des aléas (C. COMBE, 2007) que l'évolution de la vulnérabilité des populations (M. FRANCHOMME et al., 2014). Il faut relever que les sources historiques institutionnelles (archives régionales ou municipales) conservent souvent peu de traces des événements naturels, notamment ceux de faible intensité ; il est alors judicieux de les croiser avec des sources moins conventionnelles telles que les sources iconographiques ou les témoignages oraux (F. GIACONA, 2014 ; F. GIACONA et al., 2017).

3Par ailleurs, on peut considérer que les résultats produits par la recherche géohistorique, notamment les cartes d'extension ancienne de l'aléa, constituent des outils d'aide à la décision en matière de gestion du risque et d'aménagement du territoire (B. MARTIN et al., 2015). Les sources historiques permettent notamment de calibrer les cartes de dangers obtenues au moyen de modélisations ; c'est le cas en Suisse, où la réalisation des cartes de dangers s'appuie autant sur l'élaboration d'un registre des événements, sur la cartographie des traces d'événements anciens sur le terrain (cartes dites "des phénomènes") que sur la modélisation quantitative des aléas (OFDT-OFEG-OFEFP, 2005). Le croisement des savoirs historiques et géographiques participe plus largement à une meilleure compréhension des risques du passé afin de permettre une meilleure gestion des risques actuels, en entretenant une certaine mémoire du risque (B. MARTIN et al., 2017).

4Cependant l'utilisation des sources historiques dans la géographie des risques se heurte à certains écueils méthodologiques relevés par J.M. ANTOINE et al. (2009). Les géographes formés au cours des dernières décennies, dans une période où la géographie universitaire a eu tendance à s'éloigner de la formation classique en géographie-histoire, n'ont plus forcément les repères méthodologiques leur permettant d'opérer une critique adéquate des sources utilisées. Les outils numériques (sources diverses numérisées et stockées dans les bases de données en ligne, systèmes d'information géographique) ont, en revanche, très certainement généré un nouvel intérêt des géographes pour ces sources historiques en les rendant plus facilement accessibles, avec le risque toutefois que les chercheurs se contentent de ces sources accessibles en ligne (les archives de journaux, certains grands fonds d'archives numérisés), laissant les sources non numérisées dans l'oubli, notamment les sources manuscrites anciennes (J.M. ANTOINE et al., 2009). Quant aux historiens, ils ne sont souvent pas formés en cartographie, une méthode pourtant essentielle si l'on veut spatialiser les phénomènes, et un mode de représentation des résultats de recherche présentant un fort potentiel en termes de communication (V. WINIWARTER et al., 2013). La géohistoire des risques nécessite ainsi des profils hybrides ou le recours à des équipes multidisciplinaires travaillant sur le même objet de recherche (J.M. ANTOINE et al., 2009).

5C'est ce qui a été fait pour reconstituer l'extension spatiale de l'inondation ayant suivi la débâcle du lac de barrage glaciaire du Giétro, survenue le 16 juin 1818 dans la vallée de Bagnes (Valais, Suisse). À la suite d'une première synthèse (J.M. GARD, 1988), la catastrophe a fait l'objet d'une commémoration en 2018, à la fois scientifique, sous la forme d'un colloque et de publications, et sociale, à travers une série de manifestations organisées par les services culturels locaux et régionaux, autour de la thématique du risque. Le colloque a été construit sous la forme d'une rencontre multidisciplinaire croisant les savoirs en histoire, en sciences sociales (anthropologie) et en sciences naturelles (climatologie, glaciologie, géomorphologie, hydrologie).

6La débâcle et ses impacts ont fait l'objet de plusieurs travaux de recherche (J.M. GARD, 1988 ; C. PAYOT et al., 2018) qui ont permis notamment de reconstituer avec précision les actions entreprises, sous la direction de l'ingénieur Ignace VENETZ, afin de vidanger préventivement le lac, ainsi que les dégâts occasionnés dans la vallée. Une première carte de l'extension spatiale de l'inondation a été réalisée par P. CORBOZ (2015) qui s'est basé sur l'observation de traces géomorphologiques sur le terrain et sur diverses mentions historiques (ponts enlevés, bâtiments détruits, etc.) dans des documents d'archives.

7À l'issue du colloque, un croisement pluridisciplinaire de sources a été entrepris en vue de préciser la cartographie de l'extension de la vague et de l'inondation proposée initialement (P. CORBOZ, 2015) et d'examiner les conséquences sociales de l'inondation. C'est cette approche pluridisciplinaire qui est décrite dans cet article. Après un bref rappel des causes, du déroulement et des impacts de la débâcle, les sources mobilisées par les différentes disciplines sont décrites, en mettant l'accent sur leur forme, sur l'apport à la problématique (la cartographie de l'extension spatiale de l'inondation) et sur leurs limites. Dans un troisième temps, nous mettons en évidence l'intérêt de l'exploitation des sources historiques pour cartographier l'extension spatiale de l'inondation, à l'échelle de la vallée et à l'échelle d'une localité, ainsi que l'apport des méthodes de représentation cartographique des dégâts dans l'étude des dommages générés par la débâcle. Notons que l'analyse n'a porté pour le moment que sur la partie de la vallée située à l'amont de Martigny ; la raison est que la ville est située sur un cône et que la vague, n'étant plus canalisée, a eu un comportement particulier, se différenciant en plusieurs chenaux. Des investigations sont en cours, incluant des analyses sédimentologiques ; elles ne sont pas prises en compte dans cet article.

II - La débâcle du Giétro et ses impacts

8Située dans les Alpes valaisannes, la Dranse est l'une des grandes rivières affluentes du Rhône, comprise entre 4314 m (Grand Combin) et 459 m (embouchure dans le Rhône). Elle draine trois vallées à l'amont de Sembrancher (les vallées de Bagnes, d'Entremont et de Ferret) et conflue avec le Rhône à l'aval de Martigny (Fig. 1). Le taux d'englacement de la vallée de Bagnes est élevé (22,1 % en 2017 ‒ Office Fédéral de l'Environnement : lien 1, consulté le 25 avril 2019), bien que les glaciers se soient fortement réduits depuis la fin du Petit Âge Glaciaire. Entre 1850 et 2009, la surface des principaux glaciers du fond du Val de Bagnes (bassin de Mauvoisin) est passée de 56,3 km2 à 41,6 km2 (-26 %), alors que le volume est passé de 5,6 km3 à 2,3 km3 (-59 %) (C. LAMBIEL et P. TALON, 2019). L'économie actuelle de la vallée repose sur trois piliers : le tourisme (station de Verbier, tourisme de randonnée dans le haut Val de Bagnes), la production hydroélectrique (barrage de Mauvoisin d'une capacité de 211,5 millions de m3) et l'agriculture (élevage). Au tournant entre les XVIIIème et XIXème siècles, l'économie était essentiellement agricole, avec toutefois les prémisses du tourisme qui prendra son envol au milieu du XIXème siècle, grâce à la conquête des sommets alpins (B. DESLARZES et S. DESLARZES-MAY, 2000).

Figure 1 - Localisation géographique de la Vallée de Bagnes, extension géographique de l'inondation entre Mauvoisin et Bovernier et surfaces endommagées (en toises).

Figure 1 - Localisation géographique de la Vallée de Bagnes, extension géographique de l'inondation entre Mauvoisin et Bovernier et surfaces endommagées (en toises).

Cet extrait de MNT est reproduit avec l'autorisation de Swisstopo (BA19076).

9Durant les années 1810, dans le contexte du Petit Âge Glaciaire, le glacier du Giétro progresse fortement, une tendance exacerbée par le refroidissement climatique provoqué par les émanations de cendres suite à l'éruption du volcan indonésien Tambora en 1815, à l'origine de la fameuse "année sans été" de 1816 (M. GABBUD, 1916 ; S. BRÖNNIMANN et D. KRÄMER, 2016 ; G. D'ARCY WOOD, 2016). Le glacier atteint alors les parois surplombant la rive droite de la Dranse de Bagnes, provoquant le détachement de blocs de glace venant s'accumuler dans le lit de la rivière. Au printemps 1818, le cône de glace ainsi formé barre l'écoulement des eaux de la Dranse, donnant naissance à un lac qui atteindra un volume de 35 millions de m3. Malgré des travaux entrepris sous la direction de l'ingénieur cantonal Ignace Venetz afin de vidanger le lac (J.M. GARD, 1988 ; C. PAYOT et al., 2018), le 16 juin 1818 à 16h30, la digue de glace se rompt et ce sont 20 millions de m3 d'eau, mêlée à de nombreux troncs d'arbre et de gros volumes de sédiments, qui dévalent la vallée, atteignant la ville de Martigny, dans la plaine du Rhône, une heure et demie plus tard.

10Malgré le système d'alarme mis en place, la vague emporte 34 personnes, principalement à Martigny, et au moins 80 animaux domestiques (C. PAYOT et al., 2018). Tous les ponts sont détruits, ainsi qu'un grand nombre de bâtiments et chemins. De nombreuses parcelles (prairies, champs, vergers) sont emportées, détruites ou recouvertes de sédiments, provoquant un impact économique particulièrement important dans une vallée dont l'économie est essentiellement basée sur l'agriculture. La catastrophe ayant eu lieu dans un canton qui a rejoint la Confédération suisse trois ans plus tôt et où le tourisme commence à se développer, elle suscite un élan de solidarité important et un comité de bienfaisance est mis sur pied afin de répartir les dons entre les sinistrés.

11La débâcle du Giétro a eu des répercussions multiples dans plusieurs domaines, allant de l'histoire de la glaciologie à la gestion des risques naturels, en passant par l'émigration vers l'Amérique du Sud et les relations entre le canton du Valais et la Confédération. Dans la vallée de Bagnes, elle a durablement marqué les esprits et constitue encore maintenant un événement bien connu des habitants.

III - Les sources

1 ) Les sources historiques

12Les archives de la débâcle sont abondantes : plus de 500 documents ont été repérés au cours des deux recherches les plus récentes (P. CORBOZ, 2015 ; C. PAYOT et al., 2018). Elles sont conservées dans cinq institutions différentes (P. CORBOZ, 2015, p. 6 et annexes 1 et 5 ; C. PAYOT et al., 2018) :

  1. Les Archives de l'État du Valais (AEV) contiennent la grande majorité de la documentation, puisque c'est le Canton qui a pris en main la gestion du danger, puis, après la catastrophe, celle des secours. On trouve en particulier dans le fonds du Département des travaux publics (DTP) environ 450 documents relatifs aux travaux qui ont précédé et suivi la débâcle et aux dommages subis. On y trouve également des comptes-rendus du passage de la vague, soit dans le fonds du DTP, soit dans les fonds privés.

  2. À l'instar des autres archives communales, les Archives de la Commune de Martigny (AACM) conservent moins d'une dizaine de documents à propos de la débâcle. Ils mentionnent des dégâts aux cultures et aux vignes entre Martigny-Bourg et Martigny-Ville ainsi que dans la plaine située en aval de la ville. Quelques documents relatent les dégâts qu'ont subis les infrastructures. Deux plans datant de 1723 ont été retrouvés ; ils donnent des indications sur le cours de la Dranse avant le passage de la vague.

  3. Les Archives de la Congrégation du Grand-St-Bernard (AGSB) contiennent les documents faisant état des dommages aux cultures et aux constructions et ceux des dons versés aux sinistrés. Les premiers sont particulièrement précieux pour cartographier les dégâts (voir ci-dessous).

  4. Les Archives de la commune de Bagnes (AC Bagnes) conservent une trentaine de documents produits avant la catastrophe dans le cadre de la gestion du danger. Par conséquent, aucun n'est propice à la reconstitution de l'extension de l'inondation.

  5. Le Centre régional d'études des populations alpines (CREPA) recèle notamment quelques documents d'individus.

13On le constate, toute cette documentation n'est pas utile pour reconstituer l'extension de l'inondation. Seuls les documents qui mentionnent explicitement la débâcle et ses dégâts ont été mobilisés. Il s'agit, d'une part, de comptes-rendus d'experts dépêchés sur place, de témoignages de personnes ayant assisté à la catastrophe et, d'autre part, des déclarations de sinistrés. En raison de leur abondance, ces archives ont été exploitées en deux temps. Dans un premier temps, une analyse ciblée des comptes-rendus et des témoignages a été réalisée, en repérant toutes les informations susceptibles de permettre de cartographier l'extension de la crue. Ces informations proviennent essentiellement des documents issus du fonds du Département des travaux publics (DTP) et occasionnellement des Archives communales de Martigny. Il s'agit surtout d'indications de destruction (ponts, chemins, infrastructures hydrauliques, bâtiments, etc.), qui ont été reportées dans un tableau Excel (P. CORBOZ, 2015, p. 11-12 et annexe 5) comportant des informations documentaires (identifiant, lieu de dépôt, cote, lieu concerné, date, type de document), le type de dommages réparti en quatre catégories (dommages humains, aux infrastructures, géomorphologiques, autres), ainsi qu'une brève description du document. Au total, ce sont 151 documents qui ont été utilisés. Nous avons également pris en compte des témoignages sur les hauteurs d'eau et l'extension de la vague faits par des observateurs ayant assisté à la débâcle ou ayant constaté les dégâts les jours suivants. Les hauteurs d'eau indiquées en pieds ont été converties en mètres (1 pied = 30 cm).

14Dans un deuxième temps, une analyse détaillée des déclarations des sinistrés a été réalisée. En effet, suite à la débâcle, un vaste élan de générosité se manifeste à l'égard de la population locale. De nombreux dons affluent de Suisse et d'une partie de l'Europe pour soulager financièrement les victimes. Afin de répartir au mieux cet argent, le Conseil d'État du canton du Valais, qui gère les secours, décide de créer un Comité de bienfaisance qui aura la responsabilité de cette répartition (C. PAYOT et al., 2018). Le prévôt du Grand-Saint-Bernard, qui est l'autorité supérieure de l'hospice du même nom, est nommé président de ce comité. De leur côté, les sinistrés déclarent leurs pertes immobilières. Étant donné le rôle central du prévôt, ces déclarations ont été conservées dans les archives de l'hospice du Grand-Saint-Bernard. Elles se matérialisent sous la forme d'une vingtaine de cahiers et de nombreux feuillets épars. Cette documentation, rédigée en français, représente environ 450 folios (Archives du Grand-Saint-Bernard, AGSB, 5008 à 5013). Elle concerne l'ensemble des quatorze localités (Lourtier, Champsec, Versegères, Montagnier, Le Châble. Villette, Vollèges, Sembrancher, Bovernier, Martigny-Combe, Martigny-Bourg, Martigny-Ville, La Bâtiaz et Charrat) touchées par la catastrophe, qui sont réparties sur le territoire de cinq communes (Bagnes, Vollèges, Sembrancher, Bovernier et Martigny).

15Le contenu de ces documents se présente, le plus souvent, sous la forme de tableaux. Les données sont réparties dans une quinzaine de colonnes avec en-têtes. Ces listes peuvent différer légèrement d'un document à l'autre. Par ailleurs, elles n'ont pas toutes été remplies avec la même rigueur. Les tableaux répertorient trois catégories de données. La première concerne les informations relatives aux individus sinistrés. Elles se résument à leur nom, leur prénom et le village dans lequel ils résident. Occasionnellement, elles sont complétées par des précisions biographiques très sommaires du type "fils de", "veuve de" ou "vieillard de 87 ans". La deuxième renseigne à propos des biens endommagés, qui sont généralement de type foncier, plus rarement mobilier. On connaît la nature du bien (champ, pré, écurie, grenier, etc.), ainsi que sa contenance, exprimée en toises. Souvent, une information sur le type de dégât indique si le bien a été enlevé ou couvert (par les sédiments). Enfin, un lieu-dit indique la localisation géographique du bien. La troisième catégorie comprend l'estimation des pertes et la fortune de l'individu. La valeur du bien-fonds est évaluée en écus petits et en batz. Pour apprécier les responsabilités familiales qui incombent aux personnes lésées, le tableau indique le nombre d'enfants en bas âge et le nombre d'enfants adultes à charge. Enfin, dans le cadre de ces indemnisations, les victimes sont réparties en quatre classes, la première étant celle des plus pauvres et la quatrième celle des plus riches.

16Pour faciliter leur exploitation, ces données ont été retranscrites dans des tableurs Excel. Le travail a consisté à ventiler chaque type d'information dans une colonne, à uniformiser les données et à calculer, pour chaque individu, les pertes en toises et en argent. Au total, environ 1100 personnes lésées ont déclaré un peu plus de 5500 biens détruits.

2 ) La toponymie et la généalogie

17La liste de dommages déclarés par les victimes a été croisée avec des informations toponymiques et généalogiques disponibles au Centre régional d'études des populations alpines (CREPA) de Sembrancher. Les données toponymiques se présentent sous la forme de deux publications répertoriant l'ensemble des toponymes de Bagnes (BAGNES, 2000) et de Sembrancher (J.C. FELLAY, 2012) et leur emplacement sur des photographies et des orthophotos. L'information généalogique est constituée par le Registre historique de la population valaisanne (RHPV), développé par le CREPA lui-même depuis plusieurs décennies, qui recense plus de 300 000 individus de la région de Martigny du XVIIème au XXème siècles.

3 ) Les sources orales

18La mémoire de la débâcle a été cultivée dans la population de la vallée durant deux siècles. Les sources orales contemporaines sont en partie une restitution de récits rédigés au XIXème siècle qui s'appuient sur l'observation des dégâts mais également sur les témoignages oraux recueillis alors. Le récit du doyen BRIDEL, abondamment cité, est établi à partir de renseignements oraux croisés, l'auteur "ayant, pour éviter de tomber dans l'exagération, diminué plutôt qu'augmenté les renseignements qui nous ont été fournis par les personnes notables" (M. HUGON-DUC, 2018, p. 30). Néanmoins la mémoire construite a posteriori sur la base de ces publications se mêle à la transmission d'une parole située dans le territoire où a eu lieu la débâcle – évocation d'une maison emportée par la vague à un endroit précis de la vallée rapportée par le père d'un arrière-grand père, maison qui échappe aux flots –, des faits que les témoins qui les rapportent inscrivent dans une mémoire familiale. Ils constituent une source, diffuse, non-attestée par des documents écrits, qui révèle un potentiel à exploiter en vue de relativiser certaines données engendrées par les modèles ou les archives officielles.

4) Les traces géomorphologiques

19La rupture du barrage de glace a provoqué une vidange brutale du lac, relâchant 20 millions de m3 d'eau dans la vallée en quelques dizaines de minutes. Un tel volume d'eau déversé de manière aussi brutale a immanquablement impacté la morphologie de la vallée, érodant les berges par endroits, déposant des sédiments ailleurs. Si, de manière générale, le débit d'un cours d'eau, la hauteur d'eau et la vitesse du courant sont fortement dépendants de la morphologie du lit, dans le cas qui nous occupe, c'est surtout le mécanisme de rupture de la barre de glace et la morphologie de la vallée qui ont conditionné le débit de la vague (C. LAMBIEL et al., 2019). Cette dernière a vu sa vitesse augmenter dans les passages étroits comme les gorges, ainsi que dans les sections où la pente augmente, provoquant une forte érosion. À l'inverse, les sections larges et peu déclives ont provoqué son ralentissement et le dépôt d'une partie des matériaux transportés. Les épandages de blocs sont ainsi un marqueur important du passage de la crue dans certains secteurs et constituent des témoins précieux de l'extension de l'inondation (Photo 1). On en trouve dans plusieurs tronçons plats ainsi que sur des surfaces légèrement bombées. Au vu de leur position topographique sur l'ensemble de la largeur de la vallée, de leur agencement chaotique et de leur pétrographie souvent différente de la lithologie environnante, on peut généralement les assimiler à la débâcle. Ce sont ces traces de dépôt et d'érosion qui ont été recherchées sur le terrain (P. CORBOZ, 2015 ; C. LAMBIEL et al., 2019).

Photo 1 - Le hameau de Plampro avec les nombreux blocs déposés lors de la débâcle. [cliché : Ueli RAZ, reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur]

Photo 1 - Le hameau de Plampro avec les nombreux blocs déposés lors de la débâcle. [cliché : Ueli RAZ, reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur]

Pour la localisation de Plampro, voir la figure 1.

20Ces observations ont été complétées par l'analyse du modèle numérique de terrain (MNT) de Swisstopo (SwissAlti3D, résolution 50 cm), qui a permis d'observer des formes de dépôt fluviatile difficilement observables à l'œil nu, en particulier dans les secteurs boisés. La consultation d'images aériennes et de prises de vue terrestres d'archive a par ailleurs permis d'observer le paysage tel qu'il était dans les années 1930 à 1950 (dates des premières images), soit avant la construction des ouvrages hydroélectriques et l'expansion des villages.

21Plusieurs problèmes se posent dans l'interprétation des indices géomorphologiques. En 200 ans, certaines traces ont été effacées par des phénomènes naturels (crues postérieures à 1818, apports gravitaires ou torrentiels latéraux) ou anthropiques (épierrage, aplanissements, travaux de génie civil). Deuxièmement, tous les dépôts ne sont pas forcément liés à la débâcle puisqu'ils peuvent également avoir été déposés par des crues postérieures à 1818. Cependant, quand ces dépôts présentent un aspect ancien (recouvrement par la forêt, lichens sur les blocs, etc.) et qu'ils se trouvent plusieurs mètres au-dessus du cours de la Dranse (les crues post-1818 ont été très nettement plus petites), on peut généralement les attribuer à la débâcle de 1818, même si on ne peut pas toujours exclure qu'ils aient pour origine des débâcles plus anciennes, comme celle de 1595. Finalement, ce sont probablement les terrasses et rebords d'érosion qui comportent le plus d'incertitude, puisqu'ils ont pu être modelés par l'activité des cours d'eau tout au long de l'Holocène. Preuve en est que de telles formes sont visibles dans les vallées adjacentes qui n'ont pas été impactées par la débâcle de 1818.

IV - L'extension de l'inondation et la cartographie des dégâts

1 ) À l'échelle de la vallée

22En croisant les informations géomorphologiques et historiques, l'inondation et les dommages causés aux parcelles ont pu être reconstitués sur l'ensemble de la vallée. La cartographie de l'inondation a été réalisée au 1/25000 et a suivi la procédure suivante (P. CORBOZ, 2015 ; C. LAMBIEL et al., 2019) :

  1. Les dommages répertoriés dans les documents d'archives, en particulier les bâtiments détruits, ont été systématiquement cartographiés, permettant la délimitation latérale minimale de l'extension de l'inondation. De la même manière, la cartographie des lieux non touchés par la vague a permis de contraindre les hauteurs d'eau. Les récits de la catastrophe ont également amené des observations complémentaires sur les zones touchées et sur les hauteurs d'eau possibles.

  2. Les traces d'érosion latérale ont été relevées systématiquement à partir de photographies aériennes, de cartes anciennes et actuelles, du modèle numérique de terrain, ainsi que de visites sur le terrain.

  3. Un travail similaire a été fait concernant les dépôts de blocs (Photos 1 et 2), qui ont été systématiquement cartographiés en deux catégories : les dépôts liés à la débâcle avec une forte probabilité (blocs situés sur des terrains à très faible pente, à distance raisonnable du lit de la Dranse) et avec une probabilité plus faible (blocs situés au droit de certains couloirs d'éboulis, entre deux rebords d'érosion ou dans des zones où la pente et le terrain sont plus abrupts et potentiellement moins aptes à ce que la vague ait perdu en vitesse et en puissance et donc déposé des matériaux). L'analyse géomorphologique du fond de la vallée, tant par le biais du MNT (Fig. 2) que par des visites de terrain, a également permis de mettre en évidence des amas bombés de matériaux déposés par la vague dans les zones planes.

  4. Le croisement de ces données historiques et géomorphologiques a permis de cartographier localement l'extension latérale de l'inondation. Ces différents secteurs ont ensuite été reliés entre eux en suivant la topographie de la vallée.

  5. Des profils en travers ont été réalisés sur le MNT à plusieurs endroits (Fig. 2) afin de relier (ou non) certains rebords d'érosion ou terrasses avec la débâcle. Ces profils ont également été utilisés pour estimer les hauteurs d'eau atteintes, en mesurant les différences d'altitude entre le lit actuel de la Dranse et le point le plus haut attribué aux dépôts de la débâcle (Photo 3). À noter que les valeurs obtenues renseignent sur des hauteurs maximales au droit de la rivière et que, comme pour toute reconstitution paléohydrologique, nous ne connaissons pas les cotes exactes du terrain avant la crue.

  6. Une comparaison de la morphologie (terrasses, rebords d'érosion) du val de Bagnes a été faite avec deux vallées adjacentes (Dranse d'Entremont, Borgne dans le val des Dix) afin de déceler d'éventuelles différences entre les traces d'érosion fluviatile et celles dues à la débâcle de 1818.

Photo 2 - Vue de Bonatchiesse en direction de l'amont de la vallée. [cliché : Filmic, reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur]

Photo 2 - Vue de Bonatchiesse en direction de l'amont de la vallée. [cliché : Filmic, reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur]

Voir la localisation sur les figures 1 et 2. Au premier plan, entre la route et la rivière, sont visibles les amas de blocs déposés par la vague dans un secteur élargi au débouché de la gorge du Tseppi ; à l'arrière plan, la digue du barrage de Mauvoisin.

Figure 2 - Modèle numérique de terrain de Swisstopo (SwissAlti3D) avec estompage du relief, montrant le secteur de Bonatchiesse.

Figure 2 - Modèle numérique de terrain de Swisstopo (SwissAlti3D) avec estompage du relief, montrant le secteur de Bonatchiesse.

Cet extrait de MNT est reproduit avec l'autorisation de Swisstopo (BA19076).
La localisation est donnée sur la figure 1. Les polygones rouges représentent les constructions actuelles. Le cône alluvial et les chenaux formés lors de la débâcle entre la gorge du Tseppi et Bonatchiesse sont particulièrement visibles, tout comme les rebords d'érosion au sud-est du Brecholey (flèches) et les deux niveaux de terrasses à l'ouest de ce dernier (T). L'encart montre le profil topographique en travers de la vallée au niveau du cône alluvial (camping). Il met en évidence l'épaisseur des dépôts à cet endroit, estimée à 6 mètres.

Photo 3 - Panorama du secteur Bonatchiesse - Le Brecholey montrant l'étendue de l'inondation. [cliché : Christophe LAMBIEL]

Photo 3 - Panorama du secteur Bonatchiesse - Le Brecholey montrant l'étendue de l'inondation. [cliché : Christophe LAMBIEL]

Voir la localisation sur les figures 1 et 2.

23La base de données de la déclaration des sinistres a ensuite été utilisée afin de spatialiser les dégâts. Trois types de données ont été mobilisés : les lieux-dits, les surfaces concernées, le type d'utilisation du sol. Les déclarations étant classées dans les archives originales selon les propriétaires, il a d'abord fallu reclasser les données selon les lieux-dits. Les données ont ensuite été regroupées par villages et représentées sous la forme de diagrammes en secteurs proportionnels permettant de visualiser rapidement les surfaces et le type de cultures impactées (voir Fig. 1). Dans un cas (Le Châble), le type de bien de la moitié des déclarations n'a pas pu être déterminé. Par ailleurs, un certain nombre de terrains n'ont pas pu être localisés ; ils sont représentés sous la forme d'un diagramme en secteur extérieur à la carte (voir Fig. 1). Cinq villages ont été particulièrement touchés : d'amont vers l'aval, Lourtier, Champsec, Le Châble, Villette et Sembrancher. Il s'agit autant de lieux où la vallée est étroite et où l'érosion a dominé (Lourtier, Le Châble, Villette) que de zones d'épandage de sédiments (Champsec et Sembrancher). Le type de cultures impactées est variable selon les sites. À l'amont de la vallée, dans la zone d'habitat temporaire (à l'amont de Lourtier), ce sont presque essentiellement des prés qui sont touchés, ce qui s'explique par l'altitude. Plus bas, les pertes dépendent de l'utilisation du sol : à Champsec ou Versegères, ce sont principalement des champs qui ont été endommagés, alors qu'à Sembrancher, la vague a surtout provoqué des dégâts aux prés, comme dans le haut de la vallée. La microtoponymie, en plus de déterminer l'emplacement exact des biens touchés, a ainsi permis de dresser une carte estimative de la géographie agricole de la vallée en 1818 (voir Fig. 1). Elle montre par exemple l'importance des cultures dans la partie médiane de la vallée (Champsec, Versegères), alors qu'à Sembrancher, pourtant situé à plus basse altitude, mais globalement orienté au nord, ce sont les prairies qui dominent. Il ne s'agit toutefois que d'une image partielle de cette géographie agricole, limitée au fond de vallée et aux secteurs les plus proches de la rivière, les terres agricoles situées au delà de l'impact de la vague n'étant bien sûr pas représentées ici.

24Enfin, en croisant ces données avec celles du RHPV, il a été possible d'estimer l'impact de la débâcle sur le parcours de vie des familles victimes (Y. DECORZANT et al., 2019). Ainsi avons-nous pu déterminer quelles personnes impliquées avaient émigré dans un autre pays ou déménagé dans un autre village et une autre commune dans la période suivant la catastrophe. Pour ces personnes, nous pouvons penser que la catastrophe a provoqué un choc financier et/ou psychologique tel qu'il ne leur était plus possible de rester et que le départ était leur réponse à cette nouvelle situation. C'est ainsi qu'une vingtaine de Bagnards, pas nécessairement victimes de la débâcle, ont profité de l'offre du Consul du Portugal pour quitter leur vallée d'origine et refaire leur vie au Brésil. Le RHPV a permis de remarquer que tous les migrants, à l'exception de trois personnes, étaient liés entre eux par des liens de parenté, entre le 2ème et le 7ème degré. Mais la très grande majorité des victimes ont continué leur vie dans la vallée malgré leurs pertes, parfois considérables. Si l'on analyse les naissances, mariages et décès, entre 1816 et 1821, dans les villages traversés par la Dranse entre Lourtier et Sembrancher, on remarque que l'année 1818 se distingue uniquement par le nombre des décès (48 en 1818 et seulement 18 en 1819 et 13 en 1820, mais 40 en 1821), et que les naissances sont 20 % plus nombreuses en 1819 et 1820 que lors de l'année de la catastrophe. La débâcle peut expliquer certains de ces chiffres, mais est-ce le seul facteur ? La souffrance morale et le désœuvrement physique des victimes n'apparaissent que très rarement dans les sources à notre disposition et sans les archives qui ont relaté la débâcle et ses dégâts, on pourrait supposer que la vie a suivi son cours, dans une parfaite normalité (Y. DECORZANT et al., 2019).

2 ) À l'échelle d'une localité : l'exemple de Sembrancher

25Sembrancher est le village qui a subi le plus de pertes en termes de superficie (voir Fig. 1), la vallée étant relativement large à cet endroit, ce qui a permis à l'inondation de recouvrir des surfaces étendues. Sur la base de diverses sources historiques (documents d'archives, témoignages oraux de l'époque indiquant que les berges de la Dranse ont été déstabilisées, laissant apparaître les fondations des maisons), une première carte de l'extension de la débâcle avait été établie, montrant que le village avait été épargné (voir : P. CORBOZ, 2015, p. 65 ; C. PAYOT et al., 2018, p. 254-255). Comme le village domine actuellement la Dranse de 6 à 8 mètres et que la Dranse d'Entremont se raccorde à la Dranse de Bagnes juste à l'amont du village de Sembrancher, créant un petit cône de déjection à la confluence, on pouvait supposer que le village avait pu être épargné de justesse.

26Le croisement du registre des dégâts et des informations toponymiques (J.C. FELLAY, 2012) a toutefois permis de remettre en question cette interprétation et de préciser les contours de l'inondation (Fig. 3). Les dégâts, consignés originellement en fonction des propriétaires, ont tout d'abord été regroupés selon les lieux-dits et pour chacun d'eux, le nombre de biens, la surface concernée, la nature des biens et la nature des dégâts ont été relevés (Tab. I). Ces lieux-dits ont ensuite été reportés sur la carte topographique. Ils ont permis de démontrer clairement que le village a bien été atteint par l'inondation. Le registre des dommages déclarés indique par ailleurs que de nombreux fonds ont été "enlevés" ou "couverts d'une grande masse de sable, de graviers, de pierres ou de cailloux", ce qui témoigne de dégâts relativement importants. Par contre, les bâtiments ne semblent pas avoir été emportés, indiquant qu'il s'agissait certainement d'une trajectoire secondaire du flux, à plus faible énergie que le courant principal qui s'écoulait dans le lit actuel de la Dranse. Il est possible qu'entre les deux flux, des secteurs n'aient pas été touchés par l'inondation. Une autre hypothèse est que la faible hauteur d'eau n'a pas réussi à endommager les murs en pierres.

Figure 3 - Cartographie de l'extension spatiale de l'inondation sur la base de sources historiques partielles (témoignages d'époque, documents administratifs) et de sources historiques complémentaires (registre des dégâts annoncés par les sinistrés).

Figure 3 - Cartographie de l'extension spatiale de l'inondation sur la base de sources historiques partielles (témoignages d'époque, documents administratifs) et de sources historiques complémentaires (registre des dégâts annoncés par les sinistrés).

Les numéros des toponymes renvoient au tableau I.
L'extrait de carte topographique est reproduit avec l'autorisation de Swisstopo (BA19076).

Tableau I - Surfaces endommagées à Sembrancher, selon les lieux-dits.

Tableau I - Surfaces endommagées à Sembrancher, selon les lieux-dits.

Les numéros de la première colonne renvoient à ceux de la carte de la figure 4. Les lieux-dits ne comportant pas de numéros sont soit des propriétés d'habitants de Sembrancher situées en dehors des limites de la commune (par exemple Bagnes, Bovernier, Martigny), soit des dommages dont l'emplacement n'a pas été indiqué.
* : chacun des lieux-dits comporte plusieurs biens. Les colonnes "Nature des biens" et "Nature des dégâts" sont une synthèse qualitative de l'ensemble des biens concernés.

3 ) L'exploitation de la mémoire orale

27Les entretiens conduits par Kamy MAY (M. HUGON-DUC, 2018) avec trois descendants de victimes de la débâcle montrent, sur ce point spécifique du récit familial, une rupture de transmission. Le fait qu'un ancêtre ait été emporté par la vague est ignoré systématiquement par la mémoire familiale. La transmission orale semble plutôt s'être fixée sur les éléments matériels, les bâtiments emportés ou préservés. Marguerite PERRAUDIN, habitante de Lourtier, se souvient du récit de son arrière-grand-père qui lui a raconté comment son père avait vu passer la débâcle : "ils ont vu partir leur maison sur l'eau" (M. HUGON-DUC, 2018, p. 54). En cinq générations, le lien oral est maintenu. Plus bas dans la vallée, le village de Champsec, le plus durement touché, conserve sans doute la mémoire collective la plus large, mais encore diffuse. Quelques habitants sont en mesure d'évoquer une histoire des bâtiments préservés ou partiellement touchés par la vague. Protégé par un élément rocheux sur lequel a été construite la nouvelle chapelle en 1820, la précédente ayant été emportée, un groupe de maisons aurait échappé de la destruction (Photo 4). Pourtant, sur le mur de la chapelle, une pierre indique le niveau atteint par l'eau en 1818, largement au-dessus de ces bâtiments préservés. Il est vrai, cette pierre a été déplacée en 1961 lors d'une restauration. Elle se trouvait auparavant au bas de l'escalier d'accès à la chapelle, mais toujours au-dessus des bâtiments préservés. L'information orale entre ici en opposition avec une inscription gravée dans la pierre.

Photo 4 - Photographie du village de Champsec ( Éditions Perrochet ‒ Archives de la construction moderne  EPFL).

Photo 4 - Photographie du village de Champsec ( Éditions Perrochet ‒ Archives de la construction moderne  EPFL).

Le cercle rouge indique la localisation de la chapelle reconstruite sur une butte et le cercle vert celle d'un bâtiment dont la tradition rapporte que la partie construite sur un rocher aurait été préservée et aurait permis d'accueillir des victimes de l'inondation.

V - Conclusion et perspectives

28Cette étude a permis de mettre en évidence l'intérêt du croisement de méthodes des sciences humaines et sociales (histoire, anthropologie, toponymie) et des sciences de la nature (géomorphologie) pour la reconstitution cartographique des aléas et des dommages relatifs à une catastrophe naturelle. Le travail a été réalisé à deux échelles différentes : sur l'ensemble de la vallée, afin d'obtenir une vue synthétique de la situation (voir Fig. 1), et à l'échelle d'une localité, Sembrancher (voir Fig. 3).

29Les données géomorphologiques, repérées sur le terrain et sur le modèle numérique de terrain, constituent un complément aux données d'archives historiques. Les épandages de blocs et plus généralement les zones de dépôts sédimentaires identifiées permettent dans certains cas de confirmer les sources historiques. Toutefois, l'analyse géomorphologique seule (repérage des traces dans le terrain) présente des incertitudes importantes dans la mesure où il est parfois difficile d'attribuer des formes (dépôts ou formes d'érosion) à la vague de 1818. Elles peuvent être dues à des événements plus anciens ou plus récents. Ainsi, là où les indices sont moins certains (terrasses alluviales par exemple), ce sont les sources historiques qui peuvent permettre l'attribution d'une trace géomorphologique particulière à la débâcle.

30À l'échelle de la vallée, le repérage systématique des dégâts et leur spatialisation qualitative au moyen de la toponymie ont permis de préciser les contours de l'inondation. Quant à l'analyse géomorphologique de détail, au moyen d'un modèle numérique de terrain à haute résolution, elle a permis de repérer des formes de terrain que l'on peut attribuer à la vague et qui sont difficilement repérables à l'œil nu, notamment dans les environnements construits ou en forêt. L'étude de détail du cas de Sembrancher montre tout l'intérêt de la toponymie pour la cartographie de l'inondation : l'exploitation de la base de données des dégâts et le croisement des données avec les connaissances toponymiques ont permis de démontrer que la vague a bien atteint le centre de village, contrairement à ce que laissaient envisager les témoignages de l'époque, repérés dans les archives, et l'analyse géomorphologique.

31Malgré leur richesse, les différentes sources historiques montrent toutefois des limites. Les tableaux des dommages conservés dans les archives de l'hospice du Grand-Saint-Bernard répertorient essentiellement les dégâts subis par les particuliers ; ils ne recensent que ponctuellement les dommages causés aux biens appartenant aux communes, comme les routes, les chemins et les ponts. En outre, la précision et la nature des informations varient d'une localité à l'autre. Pour la région de Martigny, notamment, les données géographiques se limitent au lieu de résidence des individus. On ne connaît ni la nature des biens détruits, ni leur situation géographique exacte. Il n'a donc pas été possible de proposer une cartographie des dégâts, bien que ce soit là que les pertes humaines ont été les plus élevées. Enfin, rien ne permet d'assurer que ces listes sont complètes. Il s'agit donc de sources certes essentielles à la reconstitution de l'inondation mais toutefois lacunaires. On rejoint ici un constat fait ailleurs (par exemple F. GIACONA, 2014, p. 33) : les sources ne fournissent qu'un échantillon des événements qui ont eu lieu ou qui ont été observés. Il s'agit dès lors de ne pas surinterpréter les informations fournies. Dans notre cas, une cartographie des dégâts a pu être établie et elle a pu corroborer ou préciser certaines informations géomorphologiques. Il est toutefois difficile d'aller plus loin, par exemple en vue d'établir une carte des risques ou une "photographie" de l'utilisation du sol au moment de la débâcle.

32Quant aux repères géomorphologiques, 200 ans plus tard, il est souvent peu aisé de retrouver ces traces dans le paysage. Les habitants sont fréquemment intervenus pour remettre en état les terrains endommagés, en aplanissant les zones d'épandage de sédiments et en enlevant les blocs là où cela était possible. La végétation a également pu recoloniser les sections érodées ainsi que les zones d'épandage de blocs et de nouveaux dépôts amenés par des mouvements gravitaires, des laves torrentielles ou des crues postérieures à 1818 ont pu recouvrir, partiellement ou totalement, les traces de la vague. Une autre difficulté vient du fait que la morphologie de la vallée s'est dessinée tout au long de l'Holocène, à partir du moment où les glaciers se sont retirés dans les vallons latéraux. La Dranse a connu tantôt des phases de dépôt de sédiments, avec remplissage alluvial de la vallée, tantôt des phases d'érosion, avec incision du lit dans les dépôts alluviaux. Cette histoire se traduit sur le terrain par la succession de terrasses étagées. Ces systèmes de terrasses s'observent dans beaucoup de vallées alpines, et pas uniquement dans la vallée de Bagnes. Il devient dès lors très difficile d'attribuer tel niveau de terrasse à la débâcle du Giétro. Cependant le croisement de ces observations géomorphologiques avec les données d'archive a permis dans certains cas de lever les doutes.

33En dépit de ces limites, ces archives peuvent être exploitées de multiples manières, aussi bien par les historiens que par les géographes. Par exemple, dans certains villages, les informations précisent si le terrain est définitivement perdu ou si seule la récolte de l'année a été touchée. Dans la région de Sembrancher, on sait dans quel état sont les terrains (voir Tab. I) : "couvert de pierres et graviers", "fond enlevé" ou encore "couvert de sable susceptible d'être réparé". Ces informations peuvent s'avérer particulièrement pertinentes pour évaluer la puissance de la vague dans certaines zones. On peut également envisager de reconstituer partiellement le paysage tel qu'il se présentait au moment de la catastrophe. Dans le cas de Sembrancher, ces informations précises ont permis d'améliorer substantiellement la cartographie de l'extension spatiale de l'inondation (voir Fig. 3).

34Les travaux en cours visent, sur la base des informations géomorphologiques comprises dans les tableaux des dégâts, à préciser encore mieux le comportement hydro-morphologique de la vague à l'échelle des villages. Le but est de comparer les dégâts en fonction des différents villages et de les mettre en relation avec les composantes géomorphologiques. Ces analyses croisées visent aussi à exploiter systématiquement les sources orales, dans le village de Champsec, le plus durement touché de la vallée. Les informations pourront ensuite être appliquées sur le cadastre actuel du village afin d'établir une carte mémorielle qui pourra être mise en regard des indices géomorphologiques, des modèles hydrauliques de reconstruction de la vague et des sources historiques et toponymiques. Finalement, des investigations géomorphologiques et sédimentologiques sont croisées avec des sources archéologiques sur le cône de la Dranse à Martigny, afin d'une part de préciser le déplacement de la vague (divers bras) et d'autre part de retrouver d'éventuelles traces d'épisodes plus anciens, tels que ceux de la débâcle de 1595, encore bien présente dans les mémoires des habitants de la vallée en 1818.

Remerciements : Nous remercions les éditeurs de ce volume, Magali REGHEZZA, Alexis METZGER et Claude MARTIN, pour le suivi du processus d'édition et pour leur relecture attentive du manuscrit, ainsi que les deux relecteurs anonymes pour leurs judicieux commentaires, qui ont permis d'améliorer substantivement la qualité de l'article. Nous remercions également Swisstopo pour son autorisation de reproduire l'extrait de carte topographique servant de fond à la figure 3.

Haut de page

Bibliographie

ANTOINE J.M. (2009) - L'histoire du climat par ses extrêmes. Sources géohistoriques et inondations dans les Pyrénées depuis le Petit Âge Glaciaire. Archéologie du Midi médiéval, vol. 27, p. 143-155.

ANTOINE J.M. (2010) - Géohistoire des catastrophes et des risques torrentiels. Une histoire de l'environnement pyrénéen. Thèse d'habilitation à diriger des recherches, Université de Toulouse Le Mirail, 334 p., en ligne.

ANTOINE J.-M., DESAILLY B. et PELTIER A. (2009). Sources historiques et problématiques de recherche en géographie des risques naturels. Géocarrefour, vol. 84, n° 4, p. 229-239.

BAGNES (2000) - Les noms de lieux de la commune de Bagnes : toponymie illustrée. Édit. Commune de Bagnes, 295 p.

BRAUDEL F. (1958) - Histoire et sciences sociales : la longue durée. Annales, vol. 13, n° 4, p. 725-753.

BRAVARD J.P. (1981) - La Chautagne. Dynamique de l'environnement d'un pays savoyard. Édit. Institut des Études Rhodaniennes, Lyon, 182 p.

BRAVARD J.P. (1987) - Le Rhône. Du Léman à Lyon. Édit. La Manufacture, Lyon, 452 p.

BRAVARD J.P. (2004) - Le risque d'inondation dans le bassin du Haut Rhône : quelques concepts revisités dans une perspective géohistorique. In : Fleuves et marais, une histoire au croisement de la nature et de la culture. Sociétés préindustrielles et milieux fluviaux, lacustres et palustres : pratiques sociales et hydrosystèmes, J. BURNOF et P. LEVEAU édit., Édit. CTHS, Paris, p. 397-408.

BRÖNNIMANN S. et KRÄMER D. (2016) - Tambora and the "Year Without a Summer" of 1816. A perspective on Earth and human systems science. Geographica Bernensia, vol. G90, 48 p.

CAPDEPUY V. et DJAMENT-TRAN G. (2012) - Qu'est-ce que la Géohistoire ? Carnet de Géohistoire, en ligne.

CŒUR D. (2008) - La plaine de Grenoble face aux inondations. Genèse d'une politique publique du XVIIe au XXe siècle. Édit. Quae, Versailles, 310 p.

COMBE C. (2007) - La ville endormie ? Le risque d'inondation à Lyon. Approche géohistorique et systémique du risque de crue en milieu urbain et périurbain. Thèse de l'Université Lumière - Lyon 2, 456 p.

CORBOZ P. (2015) - Reconstitution géohistorique de la débâcle du Giétro le 16 juin 1818. Mémoire de Master, Université Lausanne (Suisse), 112 p.

D'ARCY WOOD G. (2016) - L'année sans été. Tambora 1816. Le volcan qui a changé le cours de l'histoire. Édit. La Découverte, Paris, 303 p.

DECORZANT Y., FELLAY J.C. et DUBOIS A. (2019) - Les dégâts matériels causés par la débâcle du Giétro et l'émigration vers le Brésil au début du XIXe siècle. Annales valaisannes, actes du colloque "Giétro 1818", sous presse.

DESLARZES B. et DESLARZES-MAY S. (2000) - Et au milieu coule la Dranse... Paysage et environnement. In : Bagnes imaginée, Bagnes vécue 1150-2000, S. DESLARZES-MAY, C. PAYOT et B. DESLARZES édit., Édit. Musée de Bagnes, Le Châble (Suisse), p. 122-199.

FELLAY J.C. (2012) - Sembrancher et ses lieux-dits racontés. Édit. Commune de Sembrancher, Sembrancher (Suisse), 117 p.

FRANCHOMME M., SERVAIN-COURANT S. et SAJALOLI B. (2014) - De l'approche géohistorique à l'élaboration de nouveaux outils de sensibilisation et de prévention du risque inondation. Développement Durable et Territoires, vol. 5, n° 3, en ligne.

GABBUD M. (1916) - L'an de misère au val de Bagnes (1816-1916). Annales valaisannes, vol. 1, n° 1, p. 12-25.

GARD J.M., sous la direction de (1988) - 16 juin 1818, débâcle du Giétro. Édit. Musée de Bagnes, Le Châble (Suisse), 200 p.

GIACONA F. (2014) - Géohistoire du risque d'avalanche dans le Massif vosgien : réalité spatio-temporelle, cultures et représentations d'un risque méconnu. Thèse de l'Université de Haute Alsace - Mulhouse, 1347 p.

GIACONA F., ECKERT N. et MARTIN B. (2017) - A 240-year history of avalanche risk in the Vosges Mountains based on non-conventional (re)sources. Natural Hazards and Earth System Sciences, vol. 17, n° 6, p. 887-904.

GRATALOUP C. (2005) - Géographie historique et analyse spatiale : de l'ignorance à la fertilisation croisée. In : Où en est la géographie historique ? entre économie et culture, P. BOULANGER et TROCHET J.R. édit., Édit. L'Harmattan, Paris, p. 33-42.

GRATALOUP C. (2015) - Introduction à la géohistoire. Édit. Armand Colin, Paris, 221 p.

HUGON-DUC M. (2018) - Giétro 1818. Une histoire vraie. Édit. Faim de siècle / Musée de Bagnes, Fribourg / Le Châble (Suisse), 192 p.

JACOB-ROUSSEAU N. (2009) - Géohistoire/géo-histoire : quelles méthodes pour quel récit ? Géocarrefour, vol. 84, n° 4, p. 211-216.

LAMBIEL C. et TALON P. (2019) - Les glaciers du Haut Val de Bagnes au Petit Âge Glaciaire. Annales valaisannes, actes du colloque "Giétro 1818", sous presse.

LAMBIEL C., REYNARD E., CORBOZ P., BARDOU E. et DUMOULIN H. (2019) - Sur les traces de la débâcle du Giétro, de Mauvoisin à Martigny. Annales Valaisannes, actes du colloque "Giétro 1818", sous presse.

MARTIN B., HOLLEVILLE N., FURST N., GIACONA F., GLASER R., HIMMELSBACH I. et SCHÖNBEIN J. (2015) - La géohistoire des inondations au service de l'évaluation critique du zonage du Plan de Prévention des Risques d'Inondation : l'exemple de Thann (Haut-Rhin, France). Belgeo, vol. 2015-1, en ligne.

MARTIN B., GIACONA F., FURST B., EDELBLUTTE C., HOLLEVILLE N., WITH L., HEITZ C., RÜDIGER G., HIMMELSBACH I., SCHÖNBEIN J. et BOESMEIER A. (2017) - La variabilité spatio-temporelle des inondations dans le Fossé rhénan à la lumière de l'évolution de la vulnérabilité. VertigO, vol. 17, n° 1, en ligne.

OFDT-OFEG-OFEFP (2005) - Recommandation. Aménagement du territoire et dangers naturels. Édit. Office fédéral du développement territorial, Office fédéral des eaux et de la géologie, Office fédéral de l'environnement, des forêts et du paysage, Berne, 50 p.

PAYOT C., MEILLAND A. et MARIÉTHOZ A.S. (2018) - Giétro 1818. La véritable histoire. Édit. Faim de siècle / Musée de Bagnes, Fribourg / Le Châble (Suisse), 272 p.

REYNARD E., EVÉQUOZ-DAYEN M. et DUBUIS P., sous la direction de (2009) - Le Rhône : dynamique, histoire et sociétés. Édit. Archives de l'État du Valais, Cahiers de Vallesia, vol. 21, Sion (Suisse), 238 p.

REYNARD E., EVÉQUOZ-DAYEN M. et BOREL G., sous la direction de (2015) - Le Rhône, entre nature et société. Édit. Archives de l'État du Valais, Cahiers de Vallesia, vol. 29, Sion (Suisse), 342 p.

Swisstopo (  ) - Extraits de carte topographique au 1/25000 et de MNT. Autorisation n° BA19076.

VALETTE P. et CAROZZA J.M. (2013) - Toulouse face à la Garonne : emprise de l'urbanisation dans la plaine inondable et géohistoire des aménagements fluviaux. Geographicalia, vol. 63-64, p. 177-203.

WINIWARTER V., SCHMID M. et DRESSEL G. (2013) - Looking at half a millennium of co-existence: the Danube in Vienna as a socio-natural site. Water History, vol. 5, n° 2, p. 101-119.

WITH L. (2014) - Approche géohistorique de la gestion et de la prévention du risque d'inondation : le cas de la vallée de la Lauch (Haut-Rhin) de 1778 à nos jours. Thèse de l'Université de Haute Alsace - Mulhouse, 905 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Localisation géographique de la Vallée de Bagnes, extension géographique de l'inondation entre Mauvoisin et Bovernier et surfaces endommagées (en toises).
Légende Cet extrait de MNT est reproduit avec l'autorisation de Swisstopo (BA19076).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/9504/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Photo 1 - Le hameau de Plampro avec les nombreux blocs déposés lors de la débâcle. [cliché : Ueli RAZ, reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur]
Légende Pour la localisation de Plampro, voir la figure 1.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/9504/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Photo 2 - Vue de Bonatchiesse en direction de l'amont de la vallée. [cliché : Filmic, reproduit avec l'aimable autorisation de l'auteur]
Légende Voir la localisation sur les figures 1 et 2. Au premier plan, entre la route et la rivière, sont visibles les amas de blocs déposés par la vague dans un secteur élargi au débouché de la gorge du Tseppi ; à l'arrière plan, la digue du barrage de Mauvoisin.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/9504/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Figure 2 - Modèle numérique de terrain de Swisstopo (SwissAlti3D) avec estompage du relief, montrant le secteur de Bonatchiesse.
Légende Cet extrait de MNT est reproduit avec l'autorisation de Swisstopo (BA19076).La localisation est donnée sur la figure 1. Les polygones rouges représentent les constructions actuelles. Le cône alluvial et les chenaux formés lors de la débâcle entre la gorge du Tseppi et Bonatchiesse sont particulièrement visibles, tout comme les rebords d'érosion au sud-est du Brecholey (flèches) et les deux niveaux de terrasses à l'ouest de ce dernier (T). L'encart montre le profil topographique en travers de la vallée au niveau du cône alluvial (camping). Il met en évidence l'épaisseur des dépôts à cet endroit, estimée à 6 mètres.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/9504/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Photo 3 - Panorama du secteur Bonatchiesse - Le Brecholey montrant l'étendue de l'inondation. [cliché : Christophe LAMBIEL]
Légende Voir la localisation sur les figures 1 et 2.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/9504/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 3 - Cartographie de l'extension spatiale de l'inondation sur la base de sources historiques partielles (témoignages d'époque, documents administratifs) et de sources historiques complémentaires (registre des dégâts annoncés par les sinistrés).
Légende Les numéros des toponymes renvoient au tableau I.L'extrait de carte topographique est reproduit avec l'autorisation de Swisstopo (BA19076).
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/9504/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Titre Tableau I - Surfaces endommagées à Sembrancher, selon les lieux-dits.
Légende Les numéros de la première colonne renvoient à ceux de la carte de la figure 4. Les lieux-dits ne comportant pas de numéros sont soit des propriétés d'habitants de Sembrancher situées en dehors des limites de la commune (par exemple Bagnes, Bovernier, Martigny), soit des dommages dont l'emplacement n'a pas été indiqué.* : chacun des lieux-dits comporte plusieurs biens. Les colonnes "Nature des biens" et "Nature des dégâts" sont une synthèse qualitative de l'ensemble des biens concernés.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/9504/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Photo 4 - Photographie du village de Champsec ( Éditions Perrochet ‒ Archives de la construction moderne  EPFL).
Légende Le cercle rouge indique la localisation de la chapelle reconstruite sur une butte et le cercle vert celle d'un bâtiment dont la tradition rapporte que la partie construite sur un rocher aurait été préservée et aurait permis d'accueillir des victimes de l'inondation.
URL http://journals.openedition.org/physio-geo/docannexe/image/9504/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Reynard, Mélanie Clivaz, Pierre Corboz, Yann Decorzant, Bertrand Delarzes, Jean-Charles Fellay, Mélanie Hugon-Duc, Christophe Lambiel, Arnaud Meilland et Christine Payot, « Croiser les sources environnementales, historiques et sociologiques pour reconstituer les catastrophes naturelles. Le cas de la débâcle du Giétro du 16 juin 1818 », Physio-Géo, Volume 14 | -1, 307-326.

Référence électronique

Emmanuel Reynard, Mélanie Clivaz, Pierre Corboz, Yann Decorzant, Bertrand Delarzes, Jean-Charles Fellay, Mélanie Hugon-Duc, Christophe Lambiel, Arnaud Meilland et Christine Payot, « Croiser les sources environnementales, historiques et sociologiques pour reconstituer les catastrophes naturelles. Le cas de la débâcle du Giétro du 16 juin 1818 », Physio-Géo [En ligne], Volume 14 | 2019, mis en ligne le 04 décembre 2019, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/physio-geo/9504 ; DOI : 10.4000/physio-geo.9504

Haut de page

Auteurs

Emmanuel Reynard

Institut de géographie et durabilité (IGD) et Centre interdisciplinaire de recherche sur la montagne (CIRM), Université de Lausanne, LAUSANNE, SUISSE.
Courriel : emmanuel.reynard@unil.ch

Mélanie Clivaz

Institut de géographie et durabilité (IGD) et Centre interdisciplinaire de recherche sur la montagne (CIRM), Université de Lausanne, LAUSANNE, SUISSE.
Courriel : melanie.clivaz@unil.ch

Pierre Corboz

Institut de géographie et durabilité (IGD), Université de Lausanne, LAUSANNE, SUISSE.
Courriel : pcorboz1990@gmail.com

Yann Decorzant

Centre régional d'études des populations alpines (CREPA), SEMBRANCHER, SUISSE.
Courriel : yann.decorzant@crepa.ch

Bertrand Delarzes

Musée de Bagnes, LE CHÂBLE, SUISSE.
Courriel : culture@bagnes.ch

Jean-Charles Fellay

Centre régional d'études des populations alpines (CREPA), SEMBRANCHER, SUISSE.
Courriel : jean-charles.fellay@crepa.ch

Mélanie Hugon-Duc

Musée de Bagnes, LE CHÂBLE, SUISSE.
Courriel : melanieduc@bluewin.ch

Christophe Lambiel

Institut des dynamiques de la surface terrestre (IDYST), et Centre interdisciplinaire de recherche sur la montagne (CIRM), Université de Lausanne, LAUSANNE, SUISSE.
Courriel : christophe.lambiel@unil.ch

Arnaud Meilland

Bureau Clio, Recherche historique, MARTIGNY, SUISSE.
Courriel : info@bureauclio.ch

Christine Payot

Bureau Clio, Recherche historique, MARTIGNY, SUISSE.
Courriel : info@bureauclio.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Physio-Géo - Géographie Physique et Environnement sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals