Skip to navigation – Site map
Defining and Defending Borders in the Post-Soviet Space - Conversation (1)

Territoires perdus et frontières imaginaires en Ukraine. Interview avec Andriï Portnov

Lost Territories and Imagined Borders in Ukraine. Interview with Andrii Portnov
Anna Colin Lebedev and Ioulia Shukan

Full text

1Andriï Portnov est professeur d’histoire, enseignant invité à l’Université Humboldt Berlin depuis 2012, rédacteur en chef de la revue Ukraina Moderna (2006-2010), ainsi que co-fondateur et contributeur régulier du portail historique Historians.in.ua. Ses recherches portent, entre autres, sur l’Ukraine pendant la Seconde guerre mondiale, l’identité nationale et les politiques mémorielles en Ukraine postsoviétique, les dynamiques d’entrée en guerre dans le Donbass. L’entretien ci-dessous a été réalisé par Anna Colin Lebedev et Ioulia Shukan à l’occasion du séjour de recherche d’Andriï Portnov à Paris, en mars 2015, au Centre d’histoire de Sciences Po Paris.

L’Ukraine après 2014

L’Ukraine après 2014

Nations Online Project.

Penser les territoires perdus

PIPSS - Les frontières de l’Etat ukrainien ont considérablement changé durant les deux dernières années, avec l’annexion de la Crimée, la guerre à l’Est du pays, la perte de contrôle de l’Etat sur ses frontières. Mais dans quelle mesure les représentations sur ces frontières et sur l’intégrité de l’Ukraine ont-elles évolué ? Quelles modifications ont connu les « frontières mentales » en Ukraine ?

  • 1 Homme d’affaires originaire de Dnipropetrovsk, Igor Kolomoïski a été promu, en urgence, au poste de (...)

Andriï Portnov : Il me semble que nombre d’Ukrainiens, tant les citoyens ordinaires que les intellectuels, n’ont pas encore pris réellement la mesure des changements induits par les évènements des deux dernières années. Ceux-ci ont modifié non seulement les frontières physiques de l’Ukraine, mais aussi la définition même de ce qu’est l’Ukraine. Que veux-je dire par là ? Nous voyons maintenant clairement que les russophones représentent un pourcentage important parmi les patriotes pro-ukrainiens les plus actifs. Ainsi, la question (classique pour l’Ukraine) du rapport entre la langue, l’identité nationale et la loyauté politique a acquis une nouvelle dimension. Il me semble qu’après le Maïdan, avec le conflit dans le Donbass, la langue russe a acquis une légitimité qu’elle n’avait jamais eue auparavant comme langue du nationalisme ukrainien. En tout cas incomparablement plus qu’avant. Il y en a de nombreux exemples – à commencer par l’équipe du gouverneur de Dnipropetrovsk Igor Kolomoïski1, qui est russophone, et de son associé et proche collaborateur Boris Filatov. C’est la première chose.

Dans le même temps, il me semble qu’il n’y a pas de réflexion sérieuse sur des questions comme « que veut dire pour l’Ukraine la perte de la Crimée ?» Cette perte n’est peut-être que temporaire, on peut en discuter, mais de facto actuellement l’Ukraine ne contrôle pas la Crimée. La perte de Donetsk et Lougansk... Cela fait plus de deux ans que ces plus grandes villes du Donbass ont échappé au contrôle de Kiev : dans quelle mesure cette perte est importante pour l’Ukraine comme projet, et qu’est-ce que cette perte signifie ?

  • 2 Il s’agit d’un accord de cessez-le-feu et d’un plan de règlement du conflit en treize points signés (...)

Pour beaucoup, la question du Donbass est vécue douloureusement, c’est un traumatisme, les gens ont perdu des proches. Mais dans le même temps, on ne se pose jamais la question : « qu’a perdu l’Ukraine en perdant, même temporairement, et sa présence, et son influence à Donetsk et Lougansk ». Or, il me semble qu’il faudrait y accorder plus d’importance. En ce qui concerne la langue, la question reste ouverte, ce qui est en soi intéressant. Le Maïdan et la guerre ont rendu plus sensible un certain nombre de questions, la question de la langue par exemple, ou l’avenir de l’orthodoxie en Ukraine, pour ceux que cela intéresse. La question est plus sensible, sans aucun doute, mais dans le même temps nous n’avons pas encore trouvé de réponse, c’est une discussion qui doit encore avoir lieu, et qui dépend encore beaucoup des solutions concernant l’avenir du Donbass qui seront trouvées (ou non) dans le cadre de Minsk II2.

Le Donbass comme Autre

PIPSS - Qu’en est-il des changements concernant la perception de l’Autre, l’Autre à l’intérieur de l’Ukraine, les habitants de la Galicie à l’Ouest contre leurs compatriotes de l’Est ?

  • 3 Ce terme renvoie, au sens étroit du terme, à une veste matelassée en coton portée notamment par sol (...)

Andriï Portnov : Il me semble qu’actuellement, celui qui est le plus clairement identifié comme Autre à l’intérieur de l’Ukraine, c’est….  disons les choses autrement. Au moment du Maïdan, pour ceux qui étaient (pour dire les choses rapidement) « Pro-Maïdan », pour les groupes pro-ukrainiens, l’autre, c’était le « Vatnik »3, même si le terme englobe plusieurs sous-groupes. Ensuite, quand la guerre a vraiment commencé, s’y est substitué la Russie, en tant qu’agresseur. Car la Russie, le grand voisin devenu agresseur, reste un élément essentiel des représentations. Pour certains, tout ce qui est russe est perçu comme émanant de l’agresseur, mais pas pour tous. On le voit au fait que de nombreux Ukrainiens travaillent encore en Russie, qu’ils vont là-bas : la Russie comme agresseur c’est seulement une partie de l’image de la Russie, l’image de la Russie ne se résume pas à ça. Enfin, et, dans le même temps, alors que c’était auparavant le « Vatnik » qui incarnait l’Autre, c’est maintenant l’habitant du Donbass…

PIPSS - Le séparatiste ?

  • 4 Président déchu en février 2014, après une répression sanglante du Maïdan, il est, depuis, refugié (...)

Andriï Portnov : Oui, cet habitant du Donbass qui est responsable / coupable du fait que… et là, la liste est longue : que le président était Viktor Ianoukovitch4, représentant des élites de Donetsk et bénéficiant de larges soutiens électoraux à l’Est, que les troupes russes sont entrées en Ukraine, coupable de ne pas s’être battu contre l’agression, etc. etc. Et bien sûr, c’est un thème très sensible, il faut en parler, de nombreux déplacés de Donetsk et Lougansk se heurtent à des discriminations dans les autres régions de l’Ukraine, à l’Ouest de l’Ukraine, mais aussi Dnipropetrovsk ou Odessa. Ce n’est pas seulement l’Ouest contre l’Est, mais dans un certain sens, « l’Ukraine contre le Donbass ». Ce discours est très dangereux, mais il est malheureusement régulièrement reproduit à différents niveaux. Avec l’idée que le Donbass comme région et sa population sont dans une certaine mesure collectivement responsables des horreurs qui s’y passent. Ce thème est toujours présent, plus ou moins visible, et cela interroge sur les frontières.

Ce Donbass imaginaire apparait maintenant à beaucoup comme bien plus homogène et bien plus « autre » que l’Est de l’Ukraine n’était encore représenté en 2014. Parce que le narratif de la Révolution Orange, en 2004 c’était plutôt Ouest contre Est, deux Ukraines, l’Ouest et l’Est, avec des éléments de l’Est à l’Ouest et inversement. Mais maintenant c’est plutôt le Donbass et le reste, l’Ukraine d’un côté, le Donbass de l’autre, c’est comme cela que je définirais cette opposition, et elle me semble très dangereuse.

PIPSS - Et le Donbass, se limite-t-il aux territoires des républiques autoproclamées de Donetsk (DNR) et de Lougansk (LNR), cette partie des régions éponymes sous contrôle des forces séparatistes pro-russes, ou englobe-t-il aussi les territoires du nord et du nord-ouest du Donbass sous contrôle de Kiev ?

Andriï Portnov : C’est justement là la question. Quand je lis ou j’entends parler du Donbass, il me semble que ce n’est pas seulement les DNR/LNR, mais une forme de Donbass imaginaire. On peut appréhender le Donbass comme les DNR/LNR, mais aussi comme les territoires des régions de Donetsk et Lougansk selon la division territoriale en vigueur avant le conflit armé. Et là, ça n’est pas clair. Même à un niveau politique, ce que nous sous-entendons quand nous parlons du Donbass n’est pas clair. Et là aussi, ça serait bien d’en parler. Par exemple : Marioupol, c’est le Donbass ou ce n’est pas le Donbass ? C’est la même chose que Lougansk et Iasynuvate, sous contrôle des forces séparatistes, ou c’est tout à fait différent parce que cette ville est sous contrôle ukrainien ?

Le problème est justement là, me semble-t-il : comment la ligne de contact, tracée à la faveur des combats et qui sépare les territoires sous contrôle ukrainien des territoires séparatistes est-elle reliée avec la géographie imaginaire ? Parce que cette ligne est on ne peut plus réelle, concrète : pour la traverser, il faut une autorisation spéciale du SBU (Service de sécurité de l’Ukraine). Donc physiquement, c’est clair, mais d’un point de vue mythologique, ça l’est beaucoup moins, même pour moi : quelle division marque cette ligne ? Est-ce qu’elle sépare l’Ukraine du Donbass, est-ce qu’elle divise deux parties du Donbass, ou est-ce qu’elle ne divise rien du tout ? Il faudrait discuter de cela sérieusement – mais on n’en parle pas du tout.

Il me semble que lorsqu’en Ukraine les gens ordinaires parlent du Donbass, ils ne désignent pas la partie du territoire qui échappe au contrôle de Kiev, mais plutôt une sorte de territoire imaginaire, un oblast de Lougansk et Donetsk imaginaire qui inclurait à la fois les DNR/LNR et les territoires contrôlés par Kiev. Il me semble. Sans doute aussi parce que les élections parlementaires d’octobre 2014 ont montré que les forces liées au Bloc de l’opposition, parti successeur du Parti des régions de Viktor Ianoukovitch, arrivent en première position dans cette région.

Perceptions de la Crimée

PIPSS - Dans quelle mesure la Crimée est-elle perçue comme une partie de l’Ukraine, si l’on parle non des frontières administratives, mais de la société. Dans quelle mesure cette société est-elle perçue comme une partie de la société ukrainienne ?

Andriï Portnov : Je me risquerais à faire l’hypothèse suivante : la Crimée avant les terribles événements de février 2014, occupait une place particulière dans les mythologies de l’Ukraine. Que veux-je dire par là ? Certes, le discours selon lequel la Crimée n’est pas l’Ukraine était assez peu répandu (même si on l’entendait de temps en temps), mais dans le même temps il n’existait pas vraiment d’image positive de la Crimée ukrainienne, cette image était très peu marquée, peu évidente. J’en juge par ma propre expérience : lorsque j’arrivais en Crimée, les rares fois où j’y suis allé, je sentais immédiatement que c’était quelque chose d’autre – les enseignes étaient différentes, etc. Et cette différence perçue était souvent expliquée par le « caractère pro-russe » de la Crimée.

L’Ukraine, à mon avis, a très peu fait pour que la Crimée soit insérée d’une manière positive, symboliquement, dans l’espace ukrainien. A commencer par le faible nombre de festivals de littérature, et jusqu’au fait que l’image de la Crimée dans les manuels d’histoire était totalement déformée. C’était l’image du Khanat de Crimée, un territoire ennemi d’où étaient toujours parties des attaques contre l’Ukraine. Disons que l’Ukraine a perdu la bataille de l’information et la bataille symbolique pour la Crimée. Bien sûr, ce n’est pas pour autant un facteur qui explique l’annexion. Car l’annexion c’est un autre sujet. Sans la participation d’unités de l’armée russe, cela aurait été difficile, peut-être même impossible : un élément de violence physique a donc été indispensable.

Il me semble néanmoins que la perte de la Crimée s’est peu reflétée dans cette mythologie. Certes, il y a eu des déclarations politiques en Ukraine, des initiatives de solidarité avec les Tatars de Crimée, qui apparaissent comme les principales victimes de l’annexion. Mais il y a toujours très peu de tentatives de réfléchir sérieusement à ce que l’Ukraine aurait pu, par exemple, proposer à la population russe de Crimée –qui constitue pourtant la majorité. La Crimée était la seule région jusqu’aux derniers événements, où une majorité de la population s’identifiait spécifiquement comme Russe : non pas comme Ukrainien russophone, comme Soviétique, où je ne sais quoi, mais comme Russe. C’était un défi pour la politique ukrainienne, auquel elle n’a pas su répondre dignement. Et auquel elle n’est en réalité toujours pas capable de répondre. C’est pourquoi cette mythologie positive d’une Crimée qui serait ukrainienne sur le plan politique – cela reste … disons une question ouverte : est-elle possible ? Si oui comment ? Comment la représenter d’un point de vue narratif ? Tout cela n’est pas évident, me semble-t-il.

De manière générale, il me semble qu’au sein de l’élite ukrainienne, des cercles intellectuels, il manque une réflexion sur la perte : en quoi la perte de la Crimée, de Donetsk et Lougansk est-elle une perte pour l’Ukraine ? Il ne s’agit pas de parler ici de violation du droit international : c’est un autre sujet, et d’ailleurs on en parle beaucoup. Il s’agit plutôt de réfléchir à l’Ukraine en tant que projet culturel et politique : pourquoi la Crimée est-elle importante ? Il ne s’agit pas de dire que l’eau vient d’Ukraine, ou l’énergie, la question des infrastructures est une autre question, mais symboliquement et culturellement ... or cela reste peu discuté.

Dnipropetrovsk, nouvelle frontière ?

  • 5 Cette thèse d’extrême polarisation régionale de l’Ukraine entre l’Ouest et l’Est et donc d’ambivale (...)

PIPSS - Pour revenir sur la perception de l’Autre en Ukraine – une question sur Dnipropetrovsk. La thèse des « deux Ukraines »5 a un peu évolué dans le discours intellectuel, et maintenant il y a l’idée que l’autre Ukraine se trouverait au-delà de l’oblast de Dnipropetrovsk, que la nouvelle frontière passerait là. Est-ce un discours construit, ou y a-t-il vraiment des changements ? Et dans quelle mesure cette nouvelle perception de Dnipropetrovsk correspond au Dnipropetrovsk réel ?

Andriï Portnov : Là-dessus, il y a beaucoup de choses intéressantes, beaucoup. Disons d’abord que personnellement, moi qui ai grandi à Dnipropetrovsk, j’ai toujours perçu cette ville comme une ville du sud plutôt que comme une ville de l’est. Ce qui est souvent mal compris. A Lviv, où j’ai étudié, et à Berlin, on me dit : « comment ça, une ville du sud ? Odessa, oui, c’est le sud, mais pas Dnipropetrovsk ». C’est-à-dire que dans cette géographie imaginaire, Dnipropetrovsk était à l’est de l’Ukraine, avec Donetsk – alors que pour moi c’était et ça reste plutôt le sud.

Une autre représentation que l’on retrouve dans les infos, ou qui est défendue par les activistes locaux, c’est la mythologie de Dnipropetrovsk comme le centre ou comme le cœur de l’Ukraine. Cette mythologie du centre est assez semblable à la notion d’Europe centrale, avec l’idée - pour le dire vite - que le centre, c’est bien. Pourquoi en Pologne autant d’intellectuels veulent-ils que la Pologne soit en Europe centrale et non en Europe de l’Est : c‘est que l’Est, c’est associé à la misère économique... alors que le centre … Même chose pour Dnipropetrovsk, l’Ukraine de l’Est c’est là où on vit mal, alors que le centre … c’est bien, nous sommes le centre, nous sommes les plus importants, etc., etc.

  • 6 Bolchevik ukrainien, leader du Parti communiste de l’Ukraine soviétique entre 1918 et 1939, l’un de (...)

Mais tout ça relève du discours politico-intellectuel. Si nous regardons le quotidien ou les représentations, je ne pense pas que cela ait changé tant que ça avec les événements des dernières années chez la majorité des habitants de Dnipropetrovsk – une ville qui compte officiellement un million de personnes. Chez quelques intellectuels, journalistes, hommes politiques – sans doute. Mais la majorité – une majorité passive, disons le franchement, je ne pense pas. Je pense que cette majorité était passive et indifférente à ces questions d’identification et de symboles – et qu’elle l’est restée. Elle était indifférente à la question du nom de la ville, Dnipropetrovsk ou un autre… et elle l’est restée. On aurait pu penser qu’avec la guerre, il y aurait eu un rejet, une opposition catégorique à ce nom qui glorifie, depuis 1926, le responsable bolchevik Grigori Petrovski6…mais non.

Cela me semble important pour plusieurs raisons. D’abord parce que cela montre que certains processus sociaux très importants peuvent se dérouler sans pour autant toucher à l’identification de cette majorité passive. Deuxièmement, ces processus peuvent à un moment ou à un autre contribuer à réactualiser telle ou telle représentation déjà existante. Par exemple, à Dnipropetrovsk, même avant, il y avait un sentiment négatif assez fort envers Donestk : nous avons là deux grandes villes de l’est, du sud-est. Rappelons qu’historiquement Donetsk et Lougansk étaient des villes du gouvernement d’Ekaterinoslav, Ekaterinoslav était le centre, et les deux autres plutôt des villes de province. A Dnipropetrovsk l’élite était depuis longtemps en concurrence avec Donetsk. Par exemple, le fait que sous Ianoukovitch Oleksandr Vilkoul ait été nommé chef de l’administration régionale, alors qu’il vient de Krivoï Rog – cela a été très mal accepté. Il y avait une tradition non écrite depuis l’époque soviétique selon laquelle le chef de l’administration de l’oblast de Dnipropetrovsk ne pouvait être qu’un local, quelqu’un de Dnipropetrovsk : Volodymyr Scherbitski (leader du Parti communiste d’Ukraine entre 1972 et 1989) par exemple, ou Pavlo Lazarenko (représentant du président Kravtchouk pour la région de Dnipropetrovsk en 1992, premier-ministre entre 1996 et 1997), ou d’autres - mais toujours un local. Au sein de l’élite (et on retrouve cela également en Crimée), on n’aime pas beaucoup les camarades envoyés depuis l’extérieur – surtout depuis Donetsk, qui est la ville concurrente. Et ces sentiments peuvent bien sûr jouer un certain rôle à un certain moment. Mais il ne faut pas les surestimer. Parce que si l’on compare le quotidien de la majorité des habitants de Dnipropetrovsk et de Donetsk, il y a beaucoup plus de choses en commun que de différences.

Bien sûr, maintenant, la guerre a changé tout ça, mais avant, quand j’arrivais à Donetsk, la différence n’était pas frappante. Certes, il y a des mineurs à Donetsk qu’il n’y a pas à Dnipropetrovsk : mais à Pavlograd, qui est dans la région de Dnipropetrovsk, par exemple, il y a des mines. Il faut toujours avoir ce coefficient de comparaison en tête. Certes, on peut trouver désagréable qu’un dirigeant ne soit pas un local – mais dire pour autant qu’il y avait ou qu’il y a même maintenant des différences fondamentales dans le quotidien entre Dnipropetrovsk et Donetsk… je ne dirais pas ça. Et même au contraire: ce sont toutes deux des villes industrielles, russophone dans leur majorité, pour qui la transition post-soviétique a été très difficile : dans les deux cas il s’est agi d’une forme de démodernisation, avec la fermeture de nombreuses usines, le chômage, etc. Et cette expérience de transformation douloureuse les unit sans doute plus qu’elle ne les différencie. Maintenant, bien sûr, elles sont séparées par l’expérience de la guerre. Donetsk a vécu la guerre, les bombardements, oui, les destructions, toute cette horreur – à Dnipropetrovsk, il n’y a rien eu de tout ça. Mais au début de la guerre, au printemps 2014, il me semble que ces différences n’étaient pas fondamentales.

PIPSS - Et pourquoi alors n’y a-t-il pas eu de République populaire de Dnipropetrovsk ?

Andriï Portnov : Parce que a) les élites locales réunies autour de Kolomoïski, à la différence de celles de Donetsk, s’y sont opposées résolument et b) beaucoup moins d’activistes anti-ukrainiens ont été « envoyés » à Dnipropetrovsk depuis la Crimée qu’il n’y en a eu à Donetsk, où les activistes sont allés en masse après les événements en Crimée pour « aider » à organiser tout ça. Il me semble que ce sont les deux facteurs les plus importants. D’un côté, la volonté très claire des élites locales de protéger le status quo, c’est-à-dire de maintenir la région à l’intérieur de l’Ukraine, et d’un autre côté la relative faiblesse des forces anti-ukrainiennes.

A Donetsk, au contraire les forces anti ukrainiennes étaient beaucoup plus fortes, et les élites locales ont adopté une position de neutralité – qui s’est révélée finalement catastrophique – non seulement pour eux, mais pour toute la région. Et si à Dnipropetrovsk on n’en est jamais arrivé à prendre le bâtiment de l’administration régionale (il y a eu des tentatives, certes, mais ils n’ont même pas réussi à rentrer dans le bâtiment), à Donetsk le bâtiment a été envahi plusieurs fois, et finalement pris sous contrôle le 6 avril 2014. Autrement dit à Dnipropetrovsk au moment décisif, en avril 2014, les élites locales ont réussi à conserver à l’Etat ukrainien le monopole de la violence légitime. A Donetsk et Lougansk, tandis que le gouvernement central de Kiev menait une politique très molle, les élites locales ont perdu ce monopole. C’est tout. Et il me semble que l’attitude de la majorité passive n’a finalement pas joué de rôle fondamental dans ces journées, ni dans un cas, ni dans l’autre. Dans les deux cas, la majorité attendait de voir ce que ça allait donner : à Donetsk ils ont attendu et se sont retrouvés avec la DNR, à Dnipropetrovsk ils ont attendu jusqu’à ce que Kolomoïski dise qu’il n’y aurait aucun séparatisme ici. C’est tout. Et toute cette mythologie sur l’identité de Donetsk, sur le cœur de l’Ukraine, etc., il s’agit plutôt d’une explication symbolique de ce qui s’est passé, que d’une cause de ces événements.

Elites locales et pouvoir central

PIPSS – Pouvez-vous nous parler plus précisément du rôle de Kiev ?

Andriï Portnov : Sur le rôle de Kiev, bien sûr, nous ne savons pas encore tout, la question reste à étudier. Mais nous pouvons déjà affirmer un certain nombre de choses. Tout d’abord, que Kiev a renoncé à lutter sérieusement pour la Crimée lors de son annexion. Pourquoi ? Premièrement, par manque de ressources. Deuxièmement, en raison des conseils très fermes donnés par les partenaires occidentaux, Etats-Unis et Union Européenne : ne pas répondre militairement aux actions de la Russie. Mais cette renonciation a entraîné immédiatement une activation des mouvements anti-ukrainiens à Donetsk et Lougansk. Ils ont vu que personne ne se battait pour la Crimée, et se sont dit que là non plus, personne n’irait se battre.

La Crimée a été perdue définitivement en mars 2014. Et même depuis fin février 2014, la Crimée n’était plus contrôlée par Kiev. Dans les autres régions nous avons la situation suivante : là où Kiev a réussi trouver des élites locales (ou là où ces élites locales se sont trouvées toutes seules…) qui se battent pour que l’Ukraine conserve le monopole de la force étatique, alors ce monopole a été conservé. Les deux meilleurs exemples sont Kharkov et Dnipropetrovsk : dans les deux cas, des élites ont été trouvées. Dans le cas de Dnipropetrovsk, c’est Kolomoïski et son entourage proche, Filatov, Korban et d’autres. Dans le cas de Kharkov, c’est Arsen Avakov (homme d’affaires et ministre de l’intérieur depuis mars 2014), Stepan Poltarak (chef de la Garde nationale entre mars et octobre 2014, ministre de la Défense depuis), ainsi que Hennadiï Kernes (maire de la ville depuis 2010), Igor Balouta (gouverneur de la région entre mars 2014 et 2015). Dans ces deux cas de figure, les élites locales ont adopté une position clairement pro-ukrainienne, et elles ont en quelque sorte fait le travail que le pouvoir central de Kiev n’aurait pas pu faire sans elles.

Dans le cas de Donetsk et Lougansk, Kolomoïski a proposé que Rinat Akhmetov (homme d’affaires le plus riche d’Ukraine, dont les industries sont concentrées dans la région de Donetsk), soit responsable pour Donetsk, et que Serguei Tarouta (homme d’affaires ayant, lui aussi, une assise économique dans ces mêmes territoires), pour Lougansk. Bref, d’appliquer le modèle de Dnipropetrovsk à Donetsk et Lougansk. Mais cela n’a pas marché. Les élites locales ont adopté une logique de neutralité, entre le mouvement local anti-Ukraine et le gouvernement de Kiev. Très vite, il s’est avéré que ce mouvement local avait un soutien important de l’extérieur, de Russie, et ainsi était beaucoup plus fort qu’Akhmetov ou Oleksandr Efremov (un des ténors du Parti des régions et gouverneur de la région de Lougansk entre 1998 et 2005) ne le pensaient. Ils ont donc très vite perdu le contrôle sur les mobilisations protestataires anti-Kiev, sur ces « anti-Maïdan » locaux. En avril 2014, ils avaient déjà perdu le contrôle ; en mai 2014, Akhmetov était déjà à Kiev, il avait quitté Donetsk fin mai.

Tous ces événements ont donc montré la faiblesse du pouvoir central ukrainien, malgré la structure unitaire du pays. Ce sont finalement les oligarques locaux qui ont sauvé l’Ukraine, les représentants les plus en vue de l’élite locale. Là où ces élites n’étaient pas prêtes à jouer ce rôle, ou n’ont pas voulu le jouer, l’Ukraine a « perdu » dans l’affrontement.

Bien sûr, a posteriori on est fortement tenté de décrire cette défaite à Donetsk et Lougansk comme un affrontement entre deux Ukraines, entre deux identités, etc. Mais je pense que la principale raison est l’échec du calcul tactique d’Akhmetov et autres, qui ont sous-évalué la force des mouvements anti-Maïdan locaux, et sous-estimé aussi la dépendance du mouvement aux instructions reçues de Moscou. Quand ils ont compris à quel point tout cela était sérieux, c’était déjà trop tard, les armes étaient déjà sorties, et - pour en revenir justement aux frontières - la frontière Russie/Ukraine n’était déjà plus sous le contrôle de l’Ukraine. Le processus était déjà irréversible : en mai 2014 déjà, un grand nombre des points de passage clés de la frontière étaient sous contrôle formel des DNR/LNR et, de fait, de la partie russe. Et bien sûr, en perdant le contrôle de la frontière, Kiev a perdu la possibilité de conserver Donetsk et Lougansk par des moyens pacifiques à l’intérieur de l’Ukraine.

PIPSS - Comment peut-on qualifier actuellement le territoire des DNR/LNR : comme une zone transfrontalière épaisse, comme une zone d’influence, une partie de la Russie, de l’Ukraine, un territoire distinct ?

Andriï Portnov : Il s’agit de quelque chose de très étrange. Du point de vue informationnel, c’est une zone d’influence de la Russie. En revanche, du point de vue économique, cela reste l’Ukraine, comme avant. Les usines qui y sont situées sont encore liées à l’Ukraine, elles paient leurs impôts en Ukraine, elles n’ont pas été nationalisées, bien que cela ait été promis lors de l’Anti-Maïdan. On a donc un paradoxe : du point de vue de l’information, il s’agit d’une zone d’influence russe, du point de vue économique – de l’Ukraine. Politiquement, je ne sais pas comment la définir, car formellement ni la DNR ni la LNR ne sont reconnues, par personne, pas même par la Russie. Du point de vue humanitaire et social, ce sont des zones de catastrophe : une catastrophe sociale, des territoires détruits par la guerre, où il n’y a aucun service public normal. Une zone grise qu’il est difficile de décrire.

Si on prend d’autres exemples sur le territoire ex-soviétique, le Haut-Karabagh, la Transnistrie, ce n’est pas tout à fait la même chose que les DNR/LNR. Ici, c’est pire. Il s’agit d’un territoire où vivent au moins deux millions, deux millions et demi de personnes, un territoire énorme, des millions de personnes sont les otages d’une situation politique et militaire complexe. Et il me semble que même à l’intérieur des DNR/LNR, il n’y a pas d’avis unique sur ce que ces républiques représentent. Certains groupes pensent que ce sont des Etats indépendants, d’autres – que c’est une partie de la Novorussie (Novorossia), un concept très intéressant aussi, en terme géographie imaginaire. D’autres estiment que c’est la future Russie, et d’autres que c’est l’Ukraine. Que faire avec ça ?

La situation est très confuse, artificiellement confuse, mais il n’y a pas d’issue évidente, même au plan symbolique, sans parler du plan politique et pratique. Et cette confusion est un défi tant pour l’Ukraine et pour la Russie que pour la politique européenne : une terre qui n’appartient à personne, c’est un défi grave. D’autant qu’économiquement, la zone est liée à l’Ukraine, mais sa survie à l’heure actuelle dépend surtout de l’aide de la Russie. S’imaginer la survie de ces deux régions sans l’aide économique de la Russie est actuellement impossible. On a une espèce de pelote toute emmêlée : les impôts sont payés en Ukraine mais la survie dépend de la Russie, ces Républiques ont proclamé leur indépendance mais ne sont reconnues par personne, etc. C’est triste, le tableau est très triste.

Qu’est-ce que la Novorossia ?

PIPSS - Et la Novorussie, cette géographie imaginaire ?

Andriï Portnov : La Novorussie, c’est à la fois très important et très compliqué. Quand Poutine, dans sa célèbre conférence de presse du 17 avril 2014, a déclaré tout à coup que le sud-est de l’Ukraine, c’est la Novorussie, il a nommé les régions qui en feraient partie, y compris l’oblast de Kharkov, qui historiquement… Bon, pour débrouiller tout ça, il faut revenir en arrière : le terme Novorossia était utilisé dans la politique impériale russe depuis la fin du XVIIIe siècle. Il y avait le  gouvernorat de Novorussie, le terme était utilisé surtout envers la Crimée et une partie des territoires du sud, récupérés dans les batailles face aux Turcs à cette époque, comme la région de Kherson – mais Kharkov n’en faisait pas partie. Il est important de comprendre que la Novorussie de Poutine ne coïncide pas, géographiquement, avec celle de Catherine II. A nouveau, on voit que cette Novorussie est plus mythique que géographique ou historique.

Quand les hommes politiques de Lougansk et de Donestk utilisent le terme Novorussie, ils sous-entendent, à mon avis, tout le territoire des oblasts de Lougansk et Donestk, plus la Crimée, plus au minimum une bonne partie des territoires des oblasts de Zaparozhie et d’Odessa, qui irait jusqu’à la Transdnistrie. A un moment, on a cru que la guerre irait par-là, qu’il y aurait des attaques à Novoazovsk, Marioupol, Odessa. C’était tout à fait possible, mais cela n’a pas eu lieu. Maintenant, personne ne sait, quand les médias de Donetsk parlent de Novorussie, à quoi ils font allusion : à la Novorussie de Poutine, Kharkov inclus, ou à toute la région de Donestk d’avant le conflit armé (car la DNR dit souvent vouloir récupérer tout l’ancien oblast de Donetsk), ou à la DNR actuelle ? Tout ceci, ce sont des mots qui peuvent être compris dans un sens ou dans l’autre, en fonction du contexte. D’un côté, c’est pratique, de l’autre cela crée une confusion terrible.

  • 7 Connu également sous le nom de Strelkov, Igor Girkin est un ancien militaire russe, proche du GRU, (...)

J’ai fait récemment la recension d’un livre publié à Moscou, Aleksandr Shubin, Histoire de la Novorussie, un livre curieux. Pour lui, c’est plutôt la Novorussie au sens de Catherine, dans son acceptation russe impériale. Dans ce cas, on comprend de quoi il parle. Mais la Novorussie de Poutine est plus grande que celle de Catherine II, que veut-il dire par là? Quand Igor Girkin7 prend la parole à Moscou et dit que  « nous combattons pour la Novorussie » que veut-il dire par là, ce n’est pas clair.

PIPSS - Nous avons même entendu une définition plus large, en entendant des réfugiés de l’oblast de Donetsk s’adresser à des Russes : « nous voulons vivre avec vous en Novorussie ». Pour eux, la Novorussie c’était toute la Russie plus une partie de l’Ukraine, ce n’était pas une région, plutôt une sorte de nouvelle Russie.

Andriï Portnov : Oui, je suis d’accord que la clé derrière l’idée de Novorussie, quelle que soit sa version, c’est la relation avec la Russie. Pour Catherine II, c’était évident qu’il s’agissait de la partie sud, nouvellement acquise, de la Russie. Une Novorussie « en dehors de la Russie », comme une région qui n’est pas encore la Russie, c’est une notion étrange, mais dont on peut imaginer qu’elle apparaisse. Par exemple, Pavel Gubarev, un des leaders séparatistes de Donetsk, a publié un livre, Le flambeau de la Novorussie. Il est impossible d’en déduire sérieusement son programme politique : c’est plutôt un appel mythique, au contenu politique et pratique très flou. Mais dans le même temps, le livre s’appelle bien Le flambeau de Novorussie et non pas Le flambeau de la DNR, ce qui serait logique, après tout, parce que la DNR existe. Il y a dans le terme de Novorussie une ambition, une vision qu’il n’y a pas dans la DNR. La DNR, cela sonne de manière un peu ridicule, transitoire, alors que la Novorussie apparaît comme un idéal inatteignable. Mais un idéal de quoi ?

Alekseï Mozgovoï, un des chefs-combattants séparatistes dans la région de Lougansk, qui vient d’être tué le 23 mai 2015, dit dans une interview que pour moi, la Novorussie c’est le pouvoir du peuple, la justice (spravedlivost) et une troisième chose dont je ne me souviens plus. Pour lui, ce n’est pas un territoire, mais un idéal de construction sociale – on se demande alors pourquoi appeler ça Novorussie, et non pas plutôt « communisme », par exemple. Le personnage est intéressant : pourquoi a-t-il besoin du terme ? Il aurait pu dire « on construit un société nouvelle », mais non, il fait appel au terme de Novorussie pour désigner cette nouvelle société, un terme qui en englobe beaucoup d’autres.

Défis médiatiques

PIPSS - Nous avons commencé à parler de construction intellectuelle, de la création des frontières artificielles ou imaginées. Quel est le rôle des médias russes et ukrainiens dans la création de l’image de l’Autre, de l’Autre à l’intérieur de l’Ukraine, mais aussi de Russie comme Autre.

  • 8 Une structure parapluie fédérant différents mouvements ultranationalistes ukrainiens pendant le Maï (...)

Andriï Portnov : dans le cas de la Russie et dans le cas des DNR/LNR, les médias ont joué un rôle avant tout dans la création d’une soi-disant « menace fasciste ». Nous le savons, par les souvenirs des événements à Donetsk en avril 2014, lorsque les différents participants des anti-Maïdan, des simples citoyens ou des citoyens moins simples, des milliers de personnes attendaient sérieusement l’arrivée de « Pravyï Sektor » (Secteur droit)8. J’ai même lu que certains allaient à la gare pour demander « mais où est donc le Pravyï Sektor, quand donc va-t-il arriver ? » Personne n’est venu, mais les gens y croyaient – donc là, incontestablement, les médias ont joué un rôle.

Pour le reste, c’est moins clair. J’essaie de lire les journaux qui sortent à Donetsk, et il y en a beaucoup, Komsomolskaïa pravda, Donetsk Vecherniï, Novorossia. A les lire, il est difficile de comprendre quelle représentation des frontières ils nous proposent. Il en ressort certes une image très négative de l’Ukraine fasciste, et très positive de la Russie fraternelle. Mais où est, dans cette image le malheureux Donetsk, qui s’est trouvé en quelque sorte entre deux, ça n’est pas clair. Soit il est indépendant, soit il veut être en Russie – j’ai personnellement du mal à le comprendre.

En ce qui concerne les médias ukrainiens, ils sont certes variés, mais disons qu’en gros, ils ont une forme de responsabilité pour cette image négative du Donbass, c’est un fait. Même s’il y a des tentatives de s’opposer à cette image, à commencer par Hromadske TV, et en allant jusqu’au journal Sevodnia de Rinat Akhmetov, qui prend beaucoup de précautions (on connaît la position d’Akhmetov), qui construit ce narratif sur le Donbass de manière différente de celle d’autres publications ou éditions.

  • 9 Pilote ukrainienne, combattante au printemps-été 2014 du bataillon de volontaires Aïdar, Savchenko (...)

Il me semble que les médias coté ukrainien étaient plutôt occupée à mythologiser l’aéroport du Donetsk, à mythologiser les héros de l’opération anti-terroriste, Nadezhda Savchenko9, etc. Ils sont beaucoup moins intéressés par des récits ou des analyses sur le quotidien de cette région qui s’est retrouvée dans la zone de guerre. Et je me pose toujours une question, quand je lis ou regarde des médias ukrainiens : cette stratégie d’héroïsation des défenseurs de l’Ukraine, elle est compréhensible, banale, classique, semblable à celle que l’on voit pour n’importe quels défenseurs de n’importe quel pays. Mais comment les médias ukrainiens vont-ils écrire sur ces millions de civils de Donetsk et de Lougansk, ou sur les millions de déplacés ? C’est beaucoup plus compliqué, me semble-t-il. Bref en ce qui concerne l’héroïsation de l’armée ukrainienne, tout est plus ou moins clair, mais en ce qui concerne l’expérience certes moins héroïque, mais non moins importante, de la guerre quotidienne, c’est intellectuellement compliqué.

Il semble que dans l’ensemble, les médias ukrainiens ne sont pas prêts à appréhender de manière large de ces problèmes de Crimée, de Donetsk et de Lougansk. C’est vrai que c’est un défi compliqué, de savoir comment écrire sur ces territoires perdus, en quelle langue parler de ces gens qui se sont engagés pour telle ou telle raison dans les formations armées anti-ukrainiennes. Il est facile de dire « ce sont tous des séparatistes », des bandits, des terroristes… J’apprécie le fait que certains médias ukrainiens comme Hromadske TV évitent d’utiliser ce terme de terroriste - mais ce sont des médias marginaux. Et la question de l’usage du mot « terroriste » reste posée.

Il me semble que dans l’espace médiatique, ces problèmes se poseront réellement plus tard, quand la réintégration du Donbass sera une perspective plus réaliste que maintenant. A l’heure actuelle, il s’agit d’une abstraction à laquelle personne ne croit vraiment. Quand cela deviendra plus réel, il faudra aussi réfléchir sérieusement à la manière d’en parler, et je ne pense pas que les médias soient prêts. La discussion sera compliquée, car dans la tradition ukrainienne post-soviétique, il y a une grande expérience de co-existence des langues, des religions, mais pas d’expérience de réconciliation de deux parties qui ont été ouvertement en conflit. Et ce alors que les morts d’un côté sont attribuables à l’autre partie. L’Ukraine n’a jamais été confronté à ça depuis l’indépendance, c’est une nouvelle expérience, ce sera difficile, c’est toujours difficile, de trouver une langue pour en parler, mais je pense qu’on la cherchera.

Quelques publications d’Andriï Portnov

Uuprazhneniia s istoriei po ukrainiski, [Des usages instrumentaux de l’histoire à l’ukrainienne], OGI, Polit.ru, Memorial, 2010.

« Uroki Donbassa » [Les leçons du Donbass], Uroki Instorii, 10 avril 2015, http://urokiistorii.ru/​article/​52573

« How Eastern Ukraine was lost », Open Democracy. Russia and Beyond, 14 janvier 2016, https://www.opendemocracy.net/​od-russia/​andrii-portnov/​how-eastern-ukraine-was-lost

« Kak nachinalas’ voina na vostoke Ukrainy, ili pochemu Kharkov i Dnepropetrovsk ne stali Donetskom i Louganskom ? » [Comment la guerre à l’Est de l’Ukraine a commencé ou pourquoi Kharkov et Dnepropetrovsk n’ont pas suivi la voie de Donetsk et de Lougansk], Gefter.ru, 22 janvier 2016, http://gefter.ru/​archive/​17295

« The arithmetic of Otherness. Donbas in intellectual discourse », Eurozone, 1 juin 2017, http://www.eurozine.com/​the-myth-of-the-two-ukraines/​

Pour approfondir

A. Colin Lebedev, « Les Ukrainiens au tournant de l’histoire européenne », Etudes, #3, 2015.

A. Daubenton, Ukraine : l’indépendance à tout prix, Paris, Buchet-Chastel, 2014.

D. Eckert, S. Lambroschini, « La ligne de démarcation entre séparatistes du Donbass et reste de l’Ukraine », M@ppemonde, # 119, 2017, http://mappemonde.mgm.fr/​119lieu1/​ (consulté le 15 janvier 2018).

A. Guillemoles, L’Ukraine, le réveil d’une nation, Paris, Les Petits matins, 2015.

A. Goujon, I. Shukan, « Sortir de l’anonymat en situation révolutionnaire. Maïdan et le citoyen ordinaire en Ukraine (hiver 2013-2014), Politix, # 112, 2015.

S. Kudelia, « The Donbass Rift », Russian Politics & Law, Vol. 54, # 1, 2016, pp. 5-27.

S. Lambroschini, Les Ukrainiens, Paris, Editions Ateliers Henry Dougier, 2014.

C. Marangé (dir), « Les conséquences de la crise ukrainienne en Europe », Les Champs de Mars, # 29, 2017.

M. Riabchuk, Dvi Ukrainy : realni mezhi, virtual’ni viïni, 2003.

I. Shukan, Génération Maïdan. Vivre la crise ukrainienne, Tour d’Aigues, Editions de l’Aube, 2016.

S. Yekelchyk, The Conflict in Ukraine. What everyone needs to know, Oxford, Oxford University Press, 2015.

Sites Internet

Le blog « Ukraine Focus », Kennan Insitute, http://www.kennan-focusukraine.org/​

Ukraine crisis media center et sa newsletter hebdomadaire : http://uacrisis.org/​fr/​

Vidéos en ligne des interventions de chercheurs au Danyliw Seminar Reaserch Seminar on Contemporary Ukraine, Université d’Ottawa, Canada https://www.youtube.com/​channel/​UCX1dVZqseZQDBe2VBKlQTfg/​videos?shelf_id=0&view=0&sort=dd

Les carnets de terrain en Ukraine de Ioulia Shukan : https://carnetsdeterrain.wordpress.com/​

Top of page

Notes

1 Homme d’affaires originaire de Dnipropetrovsk, Igor Kolomoïski a été promu, en urgence, au poste de gouverneur de la région en mars 2014

2 Il s’agit d’un accord de cessez-le-feu et d’un plan de règlement du conflit en treize points signés, au terme de longes négociations, le 15 février 2015. Sur le plan militaire, ces accords stipulent la création d’une zone démilitarisée et le retrait des armes lourdes de chaque côté de la ligne de contact. Sur le plan politique, ils supposent la reconnaissance d’un statut spécial du Donbass par le Parlement ukrainien, le vote d’une loi d’amnistie et l’organisation d’élections locales. Enfin, sur le plan humanitaire, ils prévoient des échanges de prisonniers. En octobre 2017, le Parlement a bien prolongé d’un an la loi sur le statut spécial du Donbass, mais son entrée en vigueur reste conditionnée par la tenue de scrutins locaux impossibles à organiser en l’absence d’un cessez-le-feu durable sur le terrain et d’une démilitarisation préalable des territoires séparatistes. Pour plus de détails voir Céline Marangé (dir), « Les conséquences de la crise ukrainienne en Europe », Les Champs de Mars, # 29, 2017.

3 Ce terme renvoie, au sens étroit du terme, à une veste matelassée en coton portée notamment par soldats de l’Armée rouge ou encore les prisonniers dans les camps soviétiques. Il désigne aussi au sens large des personnes attachées à certaines valeurs et normes (post)soviétiques — stabilité, soumission au pouvoir, patriotisme, foi inébranlable dans le leader politique— et pensées comme étant à l’opposé des valeurs de la démocratie libérale.

4 Président déchu en février 2014, après une répression sanglante du Maïdan, il est, depuis, refugié en Russie

5 Cette thèse d’extrême polarisation régionale de l’Ukraine entre l’Ouest et l’Est et donc d’ambivalence du processus de construction nationale depuis 1991 est notamment défendue par le politiste ukrainien Mykola Riabtchouk dans son ouvrage Dvi Ukrainy : realni mezhi, virtual’ni viïni [Deux Ukraines : frontières réelles, guerres virtuelles], Kiev, Krytyka, 2003.

6 Bolchevik ukrainien, leader du Parti communiste de l’Ukraine soviétique entre 1918 et 1939, l’un des responsables de la collecte du grain dans la région de Donetsk entre 1932 et 1933, ayant causé une famine artificielle dans les territoires de l’est. Avant 1926, Dnipropetrovsk s’appelait Ekaterinoslav. Dans le cadre de la décommunisation, la ville a été rebaptisée Dnipro en 2016.

7 Connu également sous le nom de Strelkov, Igor Girkin est un ancien militaire russe, proche du GRU, service de renseignement de l’armée russe. En mars 2014, il participe à l’annexion de la Crimée par les troupes russes et les groupes d’auto-défense locaux, puis dès avril, prend d’assaut, avec un groupe de combattants les locaux de l’administration locale de la ville de Sloviansk, dans la région de Donetsk. Entre mai 2014 et avril 2015, il exerce les fonctions du ministre de la Défense de la République populaire de Donetsk. Depuis son rappel à Moscou, il accuse le Kremlin pour son manque de soutien au Donbass. En 2016, il a lancé son propre mouvement néo-impérialiste Mouvement national russe.

8 Une structure parapluie fédérant différents mouvements ultranationalistes ukrainiens pendant le Maïdan, dont les membres se sont distingués par une participation active dans les affrontements avec la police en janvier, puis en février 2014. Au printemps de la même année, Pravyï Sektor a formé un bataillon de combattants volontaires pour participer aux opérations militaires à l’Est de l’Ukraine.

9 Pilote ukrainienne, combattante au printemps-été 2014 du bataillon de volontaires Aïdar, Savchenko a été arrêtée par les forces séparatistes en juin, puis transférée en Russie, où elle a été condamnée, en 2015, à une peine de 22 ans de prison sur les allégations d’implication au meurtre de deux journalistes russes. Depuis son retour en Ukraine - au terme d’un échange de prisonniers - , elle est députée au Parlement ukrainien.

Top of page

List of illustrations

Title L’Ukraine après 2014
Credits Nations Online Project.
URL http://journals.openedition.org/pipss/docannexe/image/4364/img-1.jpg
File image/jpeg, 610k
Top of page

References

Electronic reference

Anna Colin Lebedev and Ioulia Shukan, « Territoires perdus et frontières imaginaires en Ukraine. Interview avec Andriï Portnov », The Journal of Power Institutions in Post-Soviet Societies [Online], Issue 18 | 2017, Online since 18 January 2018, connection on 20 July 2018. URL : http://journals.openedition.org/pipss/4364

Top of page

About the authors

Anna Colin Lebedev

Université Paris Nanterre

By this author

Ioulia Shukan

Université Paris Nanterre

By this author

Top of page

Copyright

CC BY-NC-ND 2.0

Top of page