Skip to navigation – Site map
The Evolution of Prisons and Penality in the Former Soviet Union - Student Research Note (1)

Les parcours post-carcéraux des femmes condamnées en Russie : le rôle des Centres d’adaptation sociale dans le processus d’insertion

Tatiana Dvornikovа

Abstract

The prison population in Russia has decreased by a quarter over the last decade. Nevertheless, it is still one of the largest in the world. This is also the case for women inmates, whose proportion in Russia is higher than the European average. The rate of penal recidivism is 62.5 percent, however, there is still no special rehabilitation program for ex-offenders. Social adaptation centers organized in every Russian region and managed by the Ministry of Social Development have become the main public institution offering basic assistance to former prisoners. What role do adaptation centers play in the lives of women released from correctional colonies? What kind of difficulties do female offenders face in freedom, and how do they find their way to reintegrate into society? This research note seeks to answer these questions by focusing on the careers and strategies of female ex-prisoners and exploring the contribution of adaptation center in Perm in the process of their resocialization. The text is based on the results of in-depth interviews and observations conducted during the EHESS two-years master's program in sociology.

Top of page

Full text

1Notre recherche porte sur des trajectoires de femmes à leur sortie de prison en Russie. À partir d’une enquête de terrain sur le Centre d'adaptation sociale à Perm, elle traite également du rôle des institutions qui offrent une aide aux anciens et anciennes détenus, mais qui peuvent aussi renforcer le statut défavorisé de ces usagers par l’exercice d’un contrôle social.

  • 1 D. Fassin, Punir. Une passion contemporaine, Le Seuil, Paris, 2017.
  • 2 Kharakteristika lits, soderzhashchikhsia v ispravitel’nykh koloniakh dlia vzroslykh, Disponible sur (...)

2La population carcérale en Russie a diminué d'un quart au cours des dix dernières années, contrairement à la tendance générale à la hausse en Europe1. La Russie reste toutefois le premier pays européen et le quatrième pays au monde en nombre de détenus (533 402 détenus au total). La population carcérale féminine est également l'une des plus élevées (43 094 personnes, soit 8% de toute la population carcérale)2.

3Les données du Service fédéral de l'exécution des peines (FSIN) montrent que la plupart des détenus dans les colonies pénitentiaires sont des personnes qui ont déjà été condamnées à une peine de prison : selon les statistiques, leur proportion est supérieure à celle des premiers arrivants (62,5% de récidive carcérale en 2017-2018). Un sortant de prison sur deux est donc confronté à de graves difficultés à s’adapter à la vie en liberté et le retour en colonie pénitentiaire est l'un des scénarios les plus courants.

4Qu'en est-il de ces difficultés lorsque nous parlons des femmes condamnées ? Сomment trouvent-elles des possibilités et des moyens de s'insérer dans la société après leur sortie de prison, et quel rôle l'État joue-t-il dans ce processus ? Le présent article vise à répondre à cette question en s’intéressant aux trajectoires post-carcérales des anciennes prisonnières et en mettant en lumière le rôle des centres d'adaptation sociale (CAS) dans leur réinsertion.

Centres d’adaptation sociale : histoire et statut d'établissement

  • 3 Kontseptsiia dolgosrochnogo sotsialno-ekonomicheskogo razvitiia Rossiiskoi Federatsii na period do (...)

5En Russie contemporaine, il n’existe aucune institution fédérale en charge de suivre le parcours des sortants de prison. La création d’un service de probation et de programmes de réinsertion est en débat depuis longtemps et a même été évoquée dans le programme de développement social de 20083. Mais son application n'a jamais été concrétisée. Pourtant, dans d’autres pays de l’espace post-soviétique - en Arménie, Azerbaïdjan, Estonie, Géorgie, Lettonie, Lituanie et Moldavie - des services de ce type ont été mis en place au cours des vingt dernières années.

6Ce sont donc les centres d'adaptation sociale qui sont les principales institutions publiques en Russie à offrir une assistance aux sortants de prison. Ils sont organisés à la manière de dortoirs et offrent à leurs usagers des services tels que logement, assistance sociale et psychologique, nourriture. Des établissements ont ouvert dans la plupart des régions de Russie. Leur nombre, ainsi que la nature des services fournis, est déterminé par le gouvernement local sur la base du budget régional.

  • 4 Ob utverzhdenii Primernogo polozheniia ob uchrezhdenii sotsial'noi pomoshchi dlia lits bez opredele (...)

7Au niveau institutionnel, l'histoire des CAS a commencé en 1996, lorsque le gouvernement a adopté l’ordonnance №670 : « Portant sur l’approbation du règlement sur la mise en place d'une assistance sociale pour les personnes sans domicile stable et sans activité professionnelle »4. Ce document, assez vague et imprécis, a défini de manière très générale les fonctions et les missions de ces centres, y compris « l'aide à la réinsertion sociale des personnes en situation d’exclusion sociale (en particulier celles qui sont libérées des centres de détention) ». D'une part, en l'absence de réglementation plus précise, les régions ont créé des centres en prenant en compte le budget territorial et les réalités locales. D'autre part, les nouveaux établissements n’ont pas toujours respecté les normes d'hygiène et de sécurité, puisqu’ils n’ont pas eu de standards pour les guider.

  • 5 À partir de 1951 le gouvernement a commencé à lutter contre les chômeurs et les sans-abris en utili (...)
  • 6 O merakh po razvitiiu seti uchrezhdenii sotsial'noi pomoshchi dlia lits, okazavshikhsia v ekstremal (...)

8En analysant les actes législatifs des ministères régionaux, nous avons découvert qu’avant la parution de l’ordonnance №670, au début des années 1990, les autorités locales avaient souvent mis en place ces lieux sur la base d'anciens centres de détention provisoire5 spécifiquement pour les sortants de prison. Même si la décision prise par le gouvernement de Viktor Tchernomyrdine en 19956 stipulait qu’une aide sociale devait être fournie à tous ceux et celles qui en avaient besoin,, à ce jour, les principaux publics de ces centres restent encore des personnes ayant une expérience carcérale.

Méthode d'enquête

9Quel rôle jouent les centres d’adaptation sociale dans la vie des ex-détenues ? Notre tentative pour répondre à cette question est fondée sur une enquête de terrain réalisée entre 2016 et 2018. Le matériau est constitué tout d’abord de 36 entretiens avec d’anciennes prisonnières âgées de 20 à 60 ans, condamnées entre 1998 et 2018. L'échantillon a été déterminé principalement en fonction des différents types de délits pour lesquelles elles ont été jugées coupables, de l’âge et du statut social des détenues. Les femmes interrogées ont été condamnées pour les crimes et délits les plus fréquemment commis en Russie, dont le meurtre, le vol, le banditisme, la fraude et les infractions économiques et financières, ainsi que les délits liés à la production, la vente et l'usage de stupéfiants.

  • 7 Parmi les personnes interrogées, il y avait des femmes ayant un enseignement supérieur et un revenu (...)

10Cette série d’entretiens nous a permis d'identifier les principales difficultés des sortantes de prison. Issues de milieux très différents7, elles ont évoqué les mêmes problèmes : le manque de liens sociaux et de soutien familial, la restitution des droits parentaux, les obstacles pour accéder à un emploi et à un logement, l'exclusion de la vie publique. À partir de cette enquête, nous avons réussi à distinguer plusieurs types de trajectoires d’anciennes détenues en fonction de leurs stratégies après la sortie de prison et des ressources disponibles. Après avoir étudié les besoins fondamentaux des condamnées, nous avons cherché à comprendre dans quelle mesure les centres d'adaptation sociale pouvaient les satisfaire et comment leurs services étaient mis en œuvre dans la pratique.

11La deuxième partie du terrain a consisté en des observations effectuées au CAS de Perm. La population carcérale de cette région est l'une des plus élevées de Russie, mais on n’y compte pourtant que deux centres d’adaptation : le plus grand est à Perm, et un autre se trouve dans la ville de Berezniki. Enquêter sur celui de Perm nous a permis de communiquer avec des condamnées qui ont purgé leur peine dans différentes prisons de la région. Capitale administrative, Perm est aussi un centre économique et culturel, ce qui explique que la plupart des ex-détenus sans résidence permanente cherche à y déménager après leur sortie de prison. Ainsi, les observations à Perm ont permis de saisir plus précisément les parcours des ex-détenues au moment de leur libération. Le contact avec le CAS a été établi en 2017 : grâce à un employé, nous avons pu distribuer des questionnaires aux usagères récemment libérées des colonies pénitentiaires. En février 2018 nous y avons effectué des observations et une série d’entretiens avec le personnel et les sortantes de prison hébergées dans ce centre (dix entretiens au total).

12La question de départ était de comprendre pourquoi et comment les femmes s'adressent au CAS et quel type de soutien elles y cherchent. Après avoir étudié les données statistiques sur les usagères accueillies au centre depuis son démarrage, nous avons dû reformuler cette question. Il s'est avéré que parmi le public du CAS, les femmes ne représentent que 10-15% de tous les usagers. Ce qui signifie que les anciennes prisonnières se tournent rarement vers les centres d'adaptation sociale, malgré les risques rencontrés à la sortie de la détention. Pourquoi les femmes préfèrent-elles rester à l'écart ? Selon les travailleurs sociaux, cela s’explique par la moindre exigence des femmes dans la recherche d'un emploi. Selon eux, il est en outre beaucoup plus facile pour elles de retourner dans leur famille. Сompte tenu du faible pourcentage d'usagères, ils ont tendance à considérer que les femmes ne rencontrent tout simplement pas de problèmes de réinsertion contrairement aux hommes.

13L’enquête a révélé une situation un peu plus complexe. Les sortantes de prison évitent les centres d'adaptation sociale en raison de la stigmatisation associée à cette institution et à ses usagers. De plus, si les femmes veulent sortir leurs enfants de l’orphelinat, elles ont besoin de devenir financièrement indépendantes et préfèrent souvent des moyens illégaux mais qu’elles jugent plus « rapides » et « efficaces » pour être autonomes. Ces pratiques sont souvent liées au travail sexuel et à la vente de stupéfiants, et peuvent à nouveau les conduire en prison.

La disqualification sociale des femmes condamnées

  • 8 S. Paugam, « L'épreuve du chômage : une rupture cumulative des liens sociaux ? », Revue européenne (...)

14Avant de passer à l'analyse du fonctionnement du CAS, il nous semble important de mettre l'accent sur les difficultés rencontrées par les anciennes détenues et de présenter leurs trajectoires et stratégies. Leur position au moment de la sortie de prison peut être expliquée à travers la théorie de l’attachement de Serge Paugam. Il prolonge l'idée durkheimienne des « liens sociaux », propre à toute communauté et importants pour chaque individu (le lien « de filiation, de participation élective, de participation organique, de citoyenneté »)8. Selon lui, ces types de liens se croisent et jouent un rôle important au cours de l'existence de l’individu. À travers ces liens sociaux, l’individu reçoit « protection et reconnaissance ». La protection est constituée par l’ensemble des ressources familiales, communautaires, professionnelles et sociales que l'individu peut mobiliser face aux difficultés de la vie. La reconnaissance est une interaction sociale, à travers laquelle une personne peut recevoir la preuve de son existence et de sa valorisation par le regard des autres. Selon Paugam, la « rupture cumulative des liens sociaux » amène à une situation de « disqualification sociale » et entraîne de vraies souffrances telles que la dégradation des conditions d’existence, l’isolement social, l’attribution d’un statut dévalorisé et la stigmatisation au sens Goffmanien. Ces difficultés sont courantes pour les anciennes prisonnières que nous avons interrogées.

  • 9 A. Oleinik, Prison, criminalité organisée et sociétés post-soviétiques, Paris, l’Harmattan, 2001.
  • 10 C. Cardi, « Le contrôle social réservé aux femmes : entre prison, justice et travail social », Dévi (...)
  • 11 C. Cardi et G. Pruvost, Penser la violence des femmes, Paris, La Découverte, 2012.
  • 12 E. Omel’chenko, « Gendernoe izmerenie zhenskogo zakliuchenia: lioubov’, torgovlia, еkspluatatsiia / (...)

15Tout d’abord, les difficultés sont liées au statut des personnes emprisonnées et à la vision que la société a d’elles et d’eux en tant qu’anciens détenus9. Les sortants de prison ne reçoivent pas la confiance de la part de leurs parents, des anciens amis, des employeurs et de la société en général. De plus, pour les femmes condamnées, les difficultés sont aussi liées aux attentes normatives de genre. Coline Cardi10 dans ses ouvrages sur la criminalisation des femmes met en évidence que les femmes sont souvent perçues par la société comme victimes et non comme auteurs de violence, tandis que la délinquance masculine est devenue un phénomène « ordinaire »11. Par conséquent, les ex-détenues sont plus fortement stigmatisées. Cette situation reste actuelle pour la Russie : l'État, dans son discours public, mobilise les valeurs familiales traditionnelles et impose un modèle de comportement dans lequel se marier et élever des enfants deviennent une activité déterminante pour les femmes. Ainsi une détenue transgresse la norme deux fois : d'abord, la norme qui est explicite à travers la loi, ensuite, la norme qui se manifeste à travers l'ordre de genre12.

  • 13 L. Le Caisne, Prison. Une ethnologue en centrale, Paris, Odile Jacob, 2000.

16Comment cela se manifeste-t-il dans la vie quotidienne ? L’entrée dans l'espace carcéral implique une recherche constante d'identité13. La sortie de prison est accompagnée d’une expérience similaire, et une femme condamnée essaie de rétablir ses liens sociaux et de retrouver sa famille. Très souvent, elles se heurtent à des obstacles, parce que les membres de la famille prennent leurs distances vis-à-vis de la sortante de prison. Parmi les personnes interrogées, plus de la moitié a perdu le soutien de ses proches au stade de la détention provisoire. L’assistance principale a été fournie par les mères des détenues, si elles en avaient la possibilité. Seules onze femmes interrogées ont réussi à rester en contact avec leur conjoint. Les relations amoureuses ont été le plus souvent interrompues dès la première année de détention. Cinq femmes ont été confrontées à des tentatives de leurs anciens conjoints de les priver de leur logement et de la garde de leurs enfants.

  • 14 Entretien réalisé le 7 novembre 2016.

Les hommes, ils n’attendent généralement pas les femmes. Surtout, si une femme a une longue peine de prison, toute vie de famille se termine très vite. Dans la prison pour femmes, les papiers pour le divorce arrivent régulièrement. Les hommes sont plus faibles dans la vie. Pour soutenir quelqu'un en prison, il faut tout oublier : ton travail, tes enfants, il faut être constamment avec cette personne. Les hommes ne sont pas capables de cela. Pour eux, il est plus facile de divorcer. J'ai vécu cette situation. On avait planifié le mariage, les enfants. Dès que je me suis retrouvée derrière les barreaux, il est parti. Au début, c’est difficile et douloureux, puis tu deviens plus forte. Une expérience négative est aussi une expérience. Bon, j'étais jeune, peut-être que ça s'est mieux passé pour moi. Mais quand une femme a vécu avec un homme pendant 20 ans, puis qu'il la quitte alors qu’elle est en prison, c'est très difficile ! Ici, il ne s’agit même pas d’une aide matérielle, mais d’une aide morale. Tu viens avec un gâteau et du papier toilette, ça suffit pour nous ! Le plus important c’est que tu sois ici, avec nous (Elena, 30 ans, 3 ans de prison)14.

17La situation la plus difficile est pour les femmes dont les enfants ont été envoyés en orphelinat par l’administration des tutelles. D'une part, il est difficile de les faire sortir à cause des exigences légales (nécessité d’avoir son propre logement, un emploi permanent, un salaire suffisant). D'autre part, en l'absence de contact avec l'enfant pendant une longue période, il est difficile de rétablir rapidement des relations entre la mère et son enfant.

  • 15 Entretien réalisé le 24 octobre 2017.

Mon enfant m'attendait à l'orphelinat. Je lui ai promis de sortir de prison lorsqu'il aurait terminé sa troisième année à l'école, mais je n'ai pas obtenu de libération conditionnelle. Deux mois avant la sortie, il m’a dit : maman, je ne reviendrai pas avec toi, je resterai dans l’orphelinat, je me sens mieux ici. Pour moi c'était un désastre : je vis mon enfant, je le respire. Et donc quand je suis sortie, je n'avais nulle part où aller. Je suis revenue dans la vieille maison où personne ne m'attendait, où il faisait froid, et où l'électricité avait été coupée. Tous les membres de ma famille étaient déjà morts. Je cherchais un emploi, je me suis endettée, je ne savais pas quoi faire. Je n'ai pas indiqué dans mon CV que j'avais un casier judiciaire, mais ils l'ont trouvé dans les bases de données. J’ai fini par trouver un boulot de vendeuse, je prenais tous les horaires de travail possibles et je me suis effondrée avec une pneumonie à cause du surmenage. Et là j’ai compris que je recommençais à me droguer ! J’ai appelé mon amie co-détenue, elle m'a emmenée à Moscou, puis j’ai pu récupérer mon enfant pour le week-end et peu après, il a demandé à sortir de l'orphelinat et revenir avec moi. Les beaux jours sont revenus (Maria, 42 ans, 2 peines de prison, 11 ans de détention au total)15.

18Dans le cas de sortantes de prison ayant des enfants, les administrations de tutelle deviennent des institutions de contrôle social. La nécessité d’avoir un revenu et un logement est une exigence légitime, mais très souvent la personne condamnée ne peut pas exercer son droit au travail en raison de la stigmatisation dont elle est l’objet auprès des employeurs. L'expérience professionnelle acquise dans la détention, le plus souvent celle de couturière, n’est pas exploitable en liberté.

  • 16 Entretien réalisé le 20 décembre 2016.

J'avais un problème avec l'emploi, comme tout le monde après la prison. On n’aime pas les personnes avec un casier judiciaire. La grosse difficulté était que mon passé criminel était lié à mon travail et à mes études. Tout au long de l'année, je suis allée à différents entretiens d’embauche sans succès. Je pouvais aller travailler comme femme de ménage, mais je ne voulais pas. Finalement j’ai trouvé un emploi grâce à mes contacts et j’ai pu résoudre toutes les autres questions également avec l'aide d'amis. Mes parents ont même dit au reste de notre famille que j'étais partie étudier à l'étranger, pour que le moins de gens possible soient au courant de mon emprisonnement (Alina, 37 ans, 5,5 ans de détention)16.

19Parmi les répondantes, neuf ont eu deux ou trois peines d'emprisonnement. L’étude des causes de la récidive pénale mérite une attention particulière, mais il nous semble important de noter que toutes les personnes interrogées de ce groupe ont été confrontées à une forte disqualification sociale : au moment de leur sortie, elles n’avaient pas de parents ou d’amis proches, et seules deux femmes avaient leur propre logement. Le manque de liens sociaux et de soutien familial, l’impossibilité d’accéder à un emploi et à un logement sont des facteurs qui influencent l’exclusion sociale et confirment une carrière déviante. C’est pourquoi les trajectoires post-carcérales des femmes se répètent souvent.

Les parcours des sortantes de prison : « instables », « militantes », et « en crise ouverte » 

20Les entretiens avec les anciennes prisonnières nous ont permis d'identifier trois types de parcours après la sortie de prison. Le premier peut être défini comme « instable ». Le plus souvent, il s’agit de femmes ayant un niveau d’éducation secondaire, avec un seul parent et un/des enfant(s). Après la prison, elles essaient de cacher leur expérience carcérale, car elles ont peur de l'étiquetage et de la stigmatisation. Si le crime a un lien quelconque avec leur environnement, elles évitent les vieux amis, réduisent leurs contacts au maximum et s’arrangent pour trouver un emploi peu qualifié. Après un certain temps, elles peuvent restaurer les liens sociaux et trouver un emploi stable. Mais en cas de crise (perte de travail, manque de ressources, conflit familial), elles peuvent facilement se retrouver à nouveau en prison.

  • 17 E. Goffman, Stigmate : Les usages sociaux des handicaps, Paris, Minuit, 1977.

21Le deuxième groupe est constitué de femmes qui ont réussi à transformer leur expérience carcérale en compétences utiles pour d'autres (assistance juridique, expertise dans la sphère des droits de l’homme, travail dans les ONG liées à l’univers carcéral ou dans le secteur de l’art). Dans ce cas, les femmes condamnées ne perçoivent plus leur expérience de la prison comme un obstacle, acceptent leur statut et deviennent le porte-voix de toutes les prisonnières, en utilisant une « stratégie de bravade »17. Grâce à cela, elles se sentent reconnues et autonomes, et leur carrière déviante se transforme en carrière militante. Ce type de parcours peut être identifié comme celui « de militante ». L’un des exemples est l'histoire de Marina, qui a été condamnée à la prison trois fois : la première fois pour une durée de douze ans, puis trois ans et enfin sept ans de détention (deux meurtres et un vol). Aujourd'hui Marina travaille en tant qu'assistante d’accueil dans une organisation de défense des droits de l'homme. La plupart de ses collègues sont également d'anciens prisonniers. Ce travail est un vrai salut pour elle : Marina l’a attendu pendant huit ans après sa sortie et l’a obtenu grâce à un avocat qui s'occupe des problèmes des détenus à Moscou.

22Certaines caractéristiques de la carrière de « militante » sont aussi pertinentes pour celles et ceux dont l’emprisonnement pourrait être associé aux activités politiques (participation à divers mouvements politiques et de l’opposition, qualifiés d'extrémistes par la loi). Toutefois, à notre avis, les carrières des détenus dits politiques méritent une étude complémentaire, parce que généralement ces personnes obtiennent davantage de soutien de la part de la société civile et ont un statut plus favorable que le reste des détenus.

23Un troisième type de trajectoire de femmes ex-détenues est associé à des risques et difficultés plus importants. Ces femmes peuvent être définies comme étant « en crise ouverte ». Il s’agit des femmes qui, au moment de leur sortie de prison, se retrouvent sans ressources matérielles, sans liens sociaux et sans aide de leurs proches. Les femmes orphelines, les femmes handicapées, les personnes âgées qui ont perdu tout lien avec leurs familles ou qui n'ont pas la possibilité ou le désir de les contacter, les femmes migrantes qui n'ont pas la possibilité de demander de l'aide à quelqu'un, les toxicomanes et les femmes qui sont tombés gravement malades en prison (le VIH et la tuberculose sont parmi les maladies les plus courantes dans les colonies pénitentiaires) sont les plus exposées au risque de marginalisation. L’expérience de la prison peut non seulement contribuer à leur exclusion sociale, mais aussi avoir un impact important sur leur état physique et moral, ce qui affecte considérablement leur capacité à organiser leur vie en liberté. Très souvent, étant dans une position plus marginale qu'auparavant, elles peuvent se retrouver dans une situation de dépendance à l'égard d'un tiers et devenir victimes d’abus de faiblesse.

24Dans plusieurs régions de Russie où sont localisées de nombreuses colonies pénitentiaires, il existe des centres privés qui offrent un hébergement et de la nourriture en échange de travail mais, en même temps, confisquent les documents d’identité et contrôlent strictement la vie quotidienne des hébergés et leurs contacts. Ce type de trajectoire peut aussi être associé au travail illégal comme la prostitution ou le trafic de stupéfiants. C'est pourquoi les risques sont grands de rester sans domicile après la prison.

25Les prisonniers et les sans-abris sont deux groupes qui tendent à se recouper. Cette classification, basée sur nos propres observations, a été construite selon la méthodologie des idéaux-types de Weber. Par conséquent, il est important de garder à l'esprit que les parcours post-carcéraux des femmes peuvent s'entrecroiser et se transformer avec le temps. De plus, ces carrières peuvent évoluer dans les deux sens : par exemple, de la prison au vagabondage ou de l'activisme à la récidive.

26À la suite d'une série d'entretiens avec d’anciennes prisonnières, l’hypothèse préliminaire de notre étude actuelle sur le rôle du CAS est que les femmes qui s’adressent à ce type d'établissement sont celles qui, au moment de leur libération, se trouvent dans une situation de disqualification sociale complète et de rupture des liens sociaux. Sans le soutien de leur famille, d’amis et de collègues, elles pâtissent non seulement de l’absence d’avantages matériels tel qu’un hébergement permanent, mais aussi de la possibilité d’une quelconque reconnaissance sociale. Ainsi l'une des questions-clés de notre étude est de comprendre exactement comment le Centre de l'adaptation sociale affecte la vie post-carcérale de ces femmes et dans quelle mesure son travail peut être considéré comme visant à leur réinsertion.

Le CAS de Perm : entre optimisation et survie

27Dans la ville de Perm le CAS a ouvert en 2001 comme institution à portée régionale. À cette époque, l’établissement fonctionnait sous le contrôle de l'État avec des subventions du budget de la région (kraï) de Perm. Ainsi, les programmes proposés par le CAS sont gérés par le ministre régional du Développement social. Auparavant, deux institutions municipales à Perm fonctionnaient pour les sans-abris et les anciens prisonniers. En 1998, lorsque la construction du CAS commence, il est décidé d’y intégrer ces deux autres établissements et de placer l’ensemble sous le contrôle de l'administration régionale.

28Au moment de l'ouverture du centre il n’y avait que 50 places, avec un personnel nombreux. Parmi les 38 employés, on comptait des aides médicales, des psychologues, des travailleurs sociaux, des aides-soignants, des secrétaires, ainsi que du personnel administratif. Les premiers résidents ont été recrutés dans les institutions publiques telles que prisons, orphelinats et hôpitaux. Les assistants sociaux visitaient régulièrement les établissements correctionnels, organisaient des projections de films et présentaient les services du centre.

29En 2005, le système de protection sociale de la région a été considérablement réformé. Dans le cadre de la réduction du financement, le nombre d'employés diminue fortement. Il ne reste que 8 employés. En dépit de cela, en 2009, deux autres institutions municipales sont ajoutées au système de CAS. En conséquence, le nombre de bénéficiaires passe à 103 personnes.

  • 18 Entretien réalisé le 5 mars 2018.

La qualité de service a été considérablement détériorée en raison de la réduction du personnel. Mais on est dans un centre d'adaptation sociale, nous avons donc dû nous adapter ! Nous avons acheté des lits mezzanines, rééquipé les bureaux des employés en chambres pour les hébergés et commencé à voir recours à des bénévoles à la place des employés licenciés. Les procédures administratives ont aussi changé. Par exemple avant, un travailleur social devait passer avec un bénéficiaire beaucoup de temps pour l'aider à établir ses papiers. Maintenant ce n’est plus nécessaire : il est plus facile d'obtenir un passeport. De plus, de très nombreux services ont disparu, notamment les aides-médicales (Yuri, le directeur du centre dans les années 2002-2016)18.

30Depuis, le flux de celles et ceux qui ont besoin d'aide ne tarit pas : selon les données du CAS, il y a plus de 40 demandeurs et demandeuses par mois en période hivernale et environ 20 personnes par mois en été. À ce jour, les principaux bénéficiaires du CAS sont d’anciens détenus, des sans-abris (souvent avec un casier judiciaire), ainsi que des orphelins (5-7%).

Résistance au contrôle sociale : la vie clandestine des usagères du CAS

31Nina est arrivée au Centre d'adaptation sociale il y a trois mois, le jour de sa libération du centre de détention №32, une colonie pénitentiaire pour les femmes déjà condamnées. Elle a été condamnée à un an et demi pour possession de drogue.

- C'était votre deuxième détention ?

- Ah oui ! J’ai un passé difficile...

- Toujours à cause de la drogue ?

  • 19 Entretien réalisé le 20 février 2018.

- Depuis mes 18 ans oui, mais j’ai eu aussi des peines de prison avant…19

32À propos de son enfance, Nina se souvient qu’elle a été envoyée plusieurs fois dans un orphelinat parce que sa mère buvait souvent. Adolescente, elle « voulait être comme toutes les filles », mais sa famille n'avait pas d'argent, alors elle a volé des vêtements. À l'âge de 19 ans, elle a commencé à travailler comme serveuse et a rencontré son futur mari qui consommait de la drogue. Ils se sont retrouvés derrière les barreaux plusieurs fois. Il y a deux ans Nina, sous l’emprise de la drogue, a appelé la police pour porter plainte contre son mari et ils ont tous les deux été emprisonnés. Leur fille a 12 ans aujourd'hui. Elle vit avec la belle-mère de Nina et ne communique pas avec sa mère, car elle pense que celle-ci est une traîtresse : son père, le mari de Nina, est toujours en prison. Nina ne se drogue plus et veut vivre avec sa fille, mais n’a rien à proposer : elle n'a ni maison ni argent.

  • 20 Ibid.

Quand j'ai quitté la colonie, j’ai reçu de l'argent uniquement pour le transport. Les copines (à la prison) m'ont parlé de ce centre et j'ai décidé d’y venir. J'ai pensé que je pourrais tout faire moi-même. Même si tu t’injectes de l'héroïne devant moi dans la pièce, ou si je vois quelqu’un en prendre dans la rue, je vais passer mon chemin, je n'en ai plus besoin. Auparavant, j'aimais utiliser de la drogue et j'aimais cette vie. Et quand tu ne l’aimes plus, tu ne peux plus redescendre, tu es malade, une imbécile, pire qu'un animal. C'est pourquoi personne ne peut t’aider si tu ne veux pas t’arrêter toi-même (Nina, ancienne prisonnière, 33 ans)20.

33Sur sa table de chevet, Nina a beaucoup de cosmétiques et quelques jouets. Au-dessus du lit, il y a un calendrier orthodoxe et une description du programme « 12 étapes ». C'est une technique pour se débarrasser de la dépendance, inventée par deux Américains en 1935, qui ont créé des groupes d'Alcooliques Anonymes. Depuis, il est utilisé dans la plupart des centres de réinsertion, y compris en Russie. L'une de ces étapes est de reconnaître ses erreurs et de se tourner vers Dieu. Nina n'a pas suivi de cours de réadaptation, mais elle croit très fort en Dieu.

34Le mois dernier, elle a travaillé comme vendeuse dans un kiosque à tabac. Elle est la seule des usagères du CAS qui est employée officiellement. Ses colocataires gagnent de l'argent de poche en collectant des bouteilles en verre et de la ferraille. Personne au centre n'a de motivation à trouver un emploi officiel, car dans ce cas, elles devront donner au centre 75% de leur revenu pour payer les services sociaux fournis.

35Ces services, ce sont les conseils d'un avocat, d'un psychologue et un déjeuner gratuit une fois par jour. Cependant, l'aide juridique et psychologique est limitée : une ou deux réunions par personne. La situation est semblable avec l’aide à la recherche d'emploi : même si les usagers sont motivés, les travailleurs sociaux n'ont tout simplement pas le temps et la possibilité de construire des projets avec eux.

À Perm, nous manquons d'emplois non-qualifiés où les gens peuvent facilement être acceptés, car de nombreux employeurs ne peuvent plus embaucher. Par conséquent, elles vont vers le secteur des services, comme le nettoyage, mais elles sont abusées là-bas. Il y a eu beaucoup de cas. Et les employeurs respectueux de la loi ne les prennent pas à cause du casier judiciaire (Yuri, le directeur du centre 2002-2016).

36Selon les normes élaborées par le ministère, les employés du centre doivent chacun consacrer au minimum deux heures par mois à chaque demandeur d’emploi, mais ils sont trop peu nombreux pour y parvenir. En conséquence, un travailleur social trouve sur Internet une liste d'offres d'emploi et la donne aux personnes prises en charge. Les usagères ne comprennent pas cette approche, car presque tout le monde sait se servir d’internet. Leur problème en revanche est leur crainte d'appeler l'employeur, de passer un entretien et de signer un contrat de travail. Notamment, elles ne peuvent pas non plus se défendre si l'employeur les escroquent (très souvent, ils ne concluent pas de contrat de travail avec les usagères du CAS et ne versent pas de salaire).

37Les professionnels du centre comprennent parfaitement cette situation mais n'ont pas la possibilité de la changer, car ils dépendent du règlement élaboré par le ministère. Par conséquent, l’administration essaie de ne pas expulser les usagères sans emploi, tant qu’elles ne violent pas les règles de résidence. Deux ou trois mois après leur arrivée, lorsque le contrat de résidence expire, les assistants sociaux peuvent le renouveler, si l’usagère n'a pas violé les règles de vie du centre : à savoir pas de problèmes d'alcool ni de détérioration des biens du centre. Certains parviennent à vivre dans le centre toute une année, mais selon le directeur du centre, les femmes ne restent presque jamais plus de trois mois.

38Dans le CAS, l'alcool est strictement interdit, mais les employés ont du mal à surveiller tout ce qui se passe dans leurs murs. Par exemple, en 2017, la nuit du 8 mars, une femme de 40 ans est tombée de la fenêtre du troisième étage. Elle est restée dans la rue jusqu'au matin et est décédée sur le trajet vers l'hôpital. Selon l'enquête de police, les résidentes avaient célébré la journée internationale du droit des femmes, bu des boissons alcoolisées et joué aux cartes. Les perdantes avaient un gage, dont celui de sauter par la fenêtre. Suite à cela, des caméras de surveillance ont été installées dans les couloirs. Les employés essaient de faire respecter l'ordre, mais ils sont limités en ressources et ne sont pas satisfaits des règles établies.

  • 21 Entretien réalisé le 22 février 2018.

Il y a une contradiction ici : d'une part, si nous faisons une attestation d'hébergement aux résidentes, alors cet endroit est considéré comme leur domicile, et les usagères peuvent y faire ce qu’elles veulent. Mais d'un autre côté, c'est une institution publique. Et de ce point de vue, elles n'ont pas le droit d’être en infraction (Anastasia, assistante sociale)21.

39Les usagères elles-mêmes ne considèrent pas le CAS comme leur domicile et ne rêvent pas d’habiter dans l'établissement pour une longue période.

  • 22 Entretien réalisé le 22 février 2018.

Ici, vous ne resterez pas pour longtemps : pas de vie intime, la promiscuité, beaucoup de restrictions. (Alina, 47 ans, une colocataire de Nina)22.

40Alina cherche un emploi depuis déjà un mois. Elle survit en collectant des flacons en verre consignés :

- Si une personne dans situation difficile arrive au CAS, ce n’est pas le repos ici. Elle sera constamment sollicitée : "pourquoi ne travaillez-vous pas ?" Mais elle ne peut pas travailler, elle n'est pas acceptée nulle part !

- Ça vous ennuie ?

- A votre avis ?

41La pression dont se plaint Alina devient l’un des problèmes majeurs du centre, dans la mesure où elle définit la relation entre clients et employés. La raison en est que les assistants sociaux et les invités ont des conceptions différentes, parfois complètement opposées, sur le rôle du CAS.

42Pour les travailleurs, c'est un endroit où les femmes doivent apprendre à être autonomes le plus rapidement possible, parce qu'elles disposent d’un hébergement gratuit, de nourriture, et d'aide administrative. Le personnel, pour sa part, est responsable de ces services. Dans certains cas, ils agissent en dehors des normes en fonction des besoins des usagers. Mais le fait qu'ils doivent travailler à la limite des capacités et qu’ils soient contrôlés par le ministère les oblige à jouer un rôle de surveillants du comportement des usagères.

43Les femmes hébergées dans le centre ont quant à elles une autre vision de ces fonctions. Au début, elles le perçoivent comme une zone de repos, où elles espèrent reprendre des forces après une expérience de vagabondage ou de détention. Mais cette vision change assez rapidement : les employés leur rappellent constamment de chercher du travail et essayent de normaliser leur comportement dans la vie quotidienne. D'autre part, les travailleurs sociaux ne les impliquent pas dans une nouvelle expérience sociale. Dans le CAS, les habitudes des résidentes ainsi que leurs motivations ne changent pas radicalement. Les femmes sont prêtes à suivre des conseils, mais ont peur d’être réprimandées. Par conséquent, dès qu'elles sont confrontées à l’incompréhension, elles commencent à cacher leurs problèmes réels et à percevoir les employés non pas comme des assistants, mais comme des surveillants.

44C'est pourquoi de nombreuses résidentes mènent une vie parallèle, gagnant un peu d’argent par des activités informelles ou pratiquant des petits larcins (par exemple pour les produits d'hygiène que le centre ne fournit pas). Elles essaient alors de trouver des ajustements entre les règles du CAS et leur mode de vie. Un exemple : le troisième jour après notre rencontre, Nina me dit qu'elle a trouvé son emploi non pas sur internet, mais grâce au gardien qui travaille dans le CAS ; celui-ci est tombé amoureux de Nina et lui a proposé un emploi par l’intermédiaire d’une de ses connaissances.

45Mais la plupart des femmes ne parviennent pas à trouver un emploi et un logement en deux mois, ni à rétablir les relations avec leur famille en si peu de temps. Toutefois, elles préfèrent quitter le centre et souvent, tout en restant dans la même situation sociale, elles trouvent d'autres formes de revenus dans la rue.

Conclusion

46Le processus de sortie de prison, surtout après une longue période, s'accompagne de difficultés de nature différente : notamment, la nécessité de trouver un logement et un emploi, d'établir des relations professionnelles et amicales, de s’engager dans des procédures administratives et bureaucratiques complexes, de s'habituer aux nouveaux prix et d'apprendre à gérer l’argent, ainsi que de reconstruire l’identité. Le contrôle social qui s’exerce sur les femmes ayant été condamnées, l’isolement et la stigmatisation auxquels elles doivent faire face sont autant de difficultés supplémentaires.

47En l'absence de programmes de réinsertion spécifiques, une partie de cette charge incombe au ministère du Développement social, qui supervise les centres d'adaptation sociale. Ce type d’établissement devient un refuge temporaire où les ex-détenus peuvent passer l'hiver et refaire leurs papiers. Toutefois, l'assistance fournie est limitée aux services de base. Les femmes condamnées qui se tournent vers le CAS préfèrent ne pas y rester longtemps, en dépit d’une situation sociale difficile. Pour elles, cette institution devient une nouvelle forme de contrôle, où elles connaissent souvent à nouveau instabilité et faiblesse.

48Au niveau formel, le CAS définit sa mission comme étant l'adaptation rapide et stable à la société de personnes marginalisées. De cette manière, les usagères sont évaluées selon des critères suffisamment simplifiés et fonctionnels tels que la motivation au travail, la disparition de mauvaises habitudes, un comportement respectueux. Les stratégies des femmes dans le centre diffèrent selon la façon dont elles comprennent et partagent ces objectifs, et plus précisément dans quelle mesure elles sont prêtes à feindre de les accepter. Dans de nombreux cas, leurs attentes et leurs désirs ne coïncident pas avec les exigences du personnel du CAS. Elles sont alors contraintes de prétendre qu'elles sont en voie de réadaptation.

49De la même manière que les usagères, les employés du centre jouent aussi plusieurs rôles : d'une part, ils reconnaissent partiellement l'inefficacité de l'approche formelle et tentent de manœuvrer entre le nécessité d’obéir au ministère et le souhait d’introduire leurs propres méthodes de travail ; d'autre part, ils essayent d’exister entre une fonction de surveillant et un rôle d’assistant social pour être capable d'aider des personnes considérées comme difficiles. Cependant, cette approche nécessite beaucoup de ressources. Dans des conditions de pénurie constante de personnel, d'épuisement professionnel, de problèmes financiers permanents, les employés cessent de comprendre le véritable potentiel de leur action. En conséquence, l'activité des assistants sociaux oscille entre une fonction d'enseignants d'école maternelle, de secrétaires et de gardiens de prison. Plus globalement, le CAS est face à des contradictions devant l'ampleur des difficultés rencontrées par les usagères et à la faiblesse des outils dont disposent les employés pour les résoudre.

50Ce travail a permis, à partir d’une observation de courte durée, de proposer une première lecture des interactions entre les anciennes détenues et le CAS. Des observations de plus longue durée, par exemple de deux à trois mois pour enquêter sur tout le cycle de l'entrée et de la sortie d'un usager, ou étendues au CAS de la ville de Berezniki, seraient nécessaires afin de mieux retracer les trajectoires des usagères.

Top of page

Notes

1 D. Fassin, Punir. Une passion contemporaine, Le Seuil, Paris, 2017.

2 Kharakteristika lits, soderzhashchikhsia v ispravitel’nykh koloniakh dlia vzroslykh, Disponible sur : http://fsin.su/structure/inspector/iao/statistika/Xar-ka%20lic%20sodergahixsya%20v%20IK/, [Consulté 15 decembre 2018].

3 Kontseptsiia dolgosrochnogo sotsialno-ekonomicheskogo razvitiia Rossiiskoi Federatsii na period do 2020 goda, Disponible sur: http://www.consultant.ru/document/cons_doc_LAW_82134/28c7f9e359e8af09d7244d8033c66928fa27e527/, [Consulté le 30 avril 2018].

4 Ob utverzhdenii Primernogo polozheniia ob uchrezhdenii sotsial'noi pomoshchi dlia lits bez opredelennogo mesta zhitelstva i zaniatii, Disponible sur : http://base.garant.ru/135347/#friends, [Consulté le 30 novembre 2018].

5 À partir de 1951 le gouvernement a commencé à lutter contre les chômeurs et les sans-abris en utilisant le Code pénal. Notamment, les personnes qui n'avaient pas de lieu de résidence et de travail permanent ont été officiellement identifiés comme délinquants : ils tombaient sous le coup de poursuites pénales et pouvaient être condamnés jusqu'à deux ans de prison. En 1991, la responsabilité pénale pour le vagabondage a été abolie. Cependant, les foyers de détention provisoire pour les sans-abris n'ont pas disparu.

6 O merakh po razvitiiu seti uchrezhdenii sotsial'noi pomoshchi dlia lits, okazavshikhsia v ekstremal'nykh usloviakh bez opredelennogo mesta zhitelstva i zaniatii, Disponible sur : http://ivo.garant.ru/#/document/105289/paragraph/21:0, [Consulté le 30 novembre 2018].

7 Parmi les personnes interrogées, il y avait des femmes ayant un enseignement supérieur et un revenu élevé (plus souvent, condamnées pour fraude et des militantes politiques) ; les femmes des familles monoparentales ayant un niveau d’éducation secondaire ; les femmes qui élèvent elles-mêmes des enfants en dehors du mariage ; les femmes sans parents ou qui ont été élevées à l'orphelinat ; les femmes migrantes des pays post-soviétiques.

8 S. Paugam, « L'épreuve du chômage : une rupture cumulative des liens sociaux ? », Revue européenne des sciences sociales, Vol. 44, # 3, 2006, pp. 11-27.

9 A. Oleinik, Prison, criminalité organisée et sociétés post-soviétiques, Paris, l’Harmattan, 2001.

10 C. Cardi, « Le contrôle social réservé aux femmes : entre prison, justice et travail social », Déviance et Société, Vol. 31, # 1, 2007, pp. 3-23.

11 C. Cardi et G. Pruvost, Penser la violence des femmes, Paris, La Découverte, 2012.

12 E. Omel’chenko, « Gendernoe izmerenie zhenskogo zakliuchenia: lioubov’, torgovlia, еkspluatatsiia / Do i posle tiurmy », in Zhenskie istorii, SPb, Aleteia, 2012.

13 L. Le Caisne, Prison. Une ethnologue en centrale, Paris, Odile Jacob, 2000.

14 Entretien réalisé le 7 novembre 2016.

15 Entretien réalisé le 24 octobre 2017.

16 Entretien réalisé le 20 décembre 2016.

17 E. Goffman, Stigmate : Les usages sociaux des handicaps, Paris, Minuit, 1977.

18 Entretien réalisé le 5 mars 2018.

19 Entretien réalisé le 20 février 2018.

20 Ibid.

21 Entretien réalisé le 22 février 2018.

22 Entretien réalisé le 22 février 2018.

Top of page

References

Electronic reference

Tatiana Dvornikovа, « Les parcours post-carcéraux des femmes condamnées en Russie : le rôle des Centres d’adaptation sociale dans le processus d’insertion », The Journal of Power Institutions in Post-Soviet Societies [Online], Issue 19 | 2018, Online since 09 July 2019, connection on 18 November 2019. URL : http://journals.openedition.org/pipss/5174 ; DOI : 10.4000/pipss.5174

Top of page

About the author

Tatiana Dvornikovа

EHESS

Top of page

Copyright

CC BY-NC-ND 2.0

Top of page