Navigation – Plan du site

De l’ancienneté du « Christ », dans la vallée des Merveilles

About the antiquity of “Christ”, in the vallée des Merveilles
Jules Masson Mourey

Résumés

La région du mont Bego constitue la première concentration de gravures rupestres préhistoriques des Alpes occidentales. Au sein d’un corpus riche de plusieurs dizaines de milliers de motifs piquetés, rapportés au Néolithique et à l’âge du Bronze, certaines images anthropomorphes se distinguent par leur complexité et leurs dimensions importantes. De ce fait, elles constituent la clé de voûte de la plupart des propositions d’interprétation du site. La figure dite du « Christ » appartient à cette catégorie mais présente des caractéristiques technologiques et iconographiques qui interrogent sur son ancienneté véritable. Différents arguments, issus de l’analyse approfondie du piquetage et des comparaisons avec des représentations anthropomorphes provenant d’horizons plus récents, plaident en faveur d’une attribution chronologique de ce célèbre visage à l’âge du Fer ou aux périodes historiques. En filigrane, est abordée la question de la continuité et des dynamiques de gravure sur des roches en perpétuelle mutation.

Haut de page

Notes de la rédaction

(Mise à jour le 31.12.2018)

Texte intégral

1Abridged version
The high valleys of the mount Bego region (Tende, Alpes-Maritimes, France), in the Mercantour massif, contain about 36,000 engravings commonly attributed to the Neolithic and the Bronze Age lato sensu. The greater popularity of the vallée des Merveilles compared to the val de Fontanalba, the other main engraved area of the region, is partly explained by the presence of several complex and larges anthropomorphs. Overhanging a pastoral path and the left bank of the torrent des Merveilles, which crosses the valley longitudinally, the engraving of “Christ” is isolated on a large wall of very smooth vertical schist. An ampullary face, elongated downwards and at the scale 1/1, appears distinctly. The upper contour of the skull is represented by a convex line. This curved line is reminiscent of a crown of thorns and its discontinuous extension down to the emaciated aspect of the face suggests facial hair. The ensemble has helped to make the anthropomorphic figure an image of Christ for the local tradition. Some authors consider that the heterogeneous aspect of “Christ” reveals at least two stages of realization, its present form resulting from successive additions. The original motif would be a corniform (a stylized bovine) or a four-cell prehistoric reticulated with a pair of one-segment horns, which corresponds to the lower part of the anthropomorph. In spite of a careful observation with a magnifying glass, the picketing and the patina of this part of the engraving are too much affected by the recent alterations for such a hypothesis to be really confirmed or invalidated. However, in a 1950 photography, the lower part of “Christ” does not seem to dissociate itself from the whole of the engraving. Moreover, the cups that still remain in the lower two-thirds of the face, overlapping and juxtaposed by the recent scraping series, do not differ from the picking style of the upper third of “Christ” – relatively preserved from any contemporary intervention, and therefore more easily describable. The cup-marks that make up the upper line of the skull are fairly shallow, elongated and narrow (in “grains of rice”), regular and spaced from each other. Such pecking is excessively rare on the site, the prehistoric engravings are generally composed of round and clustered cup-marks made by pressure and rotation of a quartz foam tip. The cup-marks of the “Christ” were obtained by means of a coarse hammering, from right to left, and certainly with the help of a metal point, perhaps in iron (a blade? a nail?). We postulate that this face could be executed at once, later than the majority of etched engravings in the mount Bego area. From the iconographic point of view, surprising similarities exist with certain images of the Iron Age: the Dormelletto stele in Italian Piedmont, the cut heads engraveds of Entremont, in the south-east of France, or the german stele of Hirzenhain. Thus, the “Christ” is perhaps inspired by certain hallstattian or latenian iconographies of southern France or of central and northern Italy, whose cultural spheres maintain dynamic links across the Alps. Moreover, the spatial position of this engraving is surprising: isolated on a large vertical wall overlooking the stone corridor at the bottom of the valley. The effigy of the Piedmontese stele of Komevios has been interpreted as the anthropomorphic stylization of a psychopomp divinity, or sacred guardian of symbolic boundaries, controlling the “passages”. Are parallels possible between “Christ” and the themes of passage and transformation, so pregnant in the mountains, or with the protohistoric sanctuary of the Tende pass, not far, dedicated to Terme (the god of the borders)? But a second possibility must be mentioned. Since the region of Tende was evangelized around the middle of the 4th century, and until the first archaeological research on the site in the 19th century, popular opinion maintained the belief that the devil roamed the mountains inhospitable, was at the origin of thousands of horned heads (corniformes) engraved on the rocks. So, for a long time, we tried to exorcise the place, to drive out evil spirits, sometimes by means of a christian cross affixed above a corniform. What more radical means then, than to transform a prehistoric motif “heretic” – to the point of making it unrecognizable – by replacing the face of the Messiah? Would not this be the origin of this energetic hammering, concealing and resuming a corniform – supposing that there was corniform? Perhaps this figure, disturbing in its resemblance to the classic image of Christ (with long face and long nose), is better suited to his name than we had thought until then.

Introduction

2Les hautes vallées de la région du mont Bego (Tende, Alpes-Maritimes), dans le massif du Mercantour, renferment environ 36 000 gravures piquetées communément attribuées au Néolithique et à l’âge du Bronze lato sensu (Romain 1991, Lumley & Echassoux 2011, Huet 2012, Bianchi 2013). La plus grande popularité de la vallée des Merveilles (fig. 1 ; fig. 2) vis-à-vis du val de Fontanalba, l’autre principal secteur gravé de la région, s’explique en partie du fait de la présence de plusieurs anthropomorphes complexes et de grandes dimensions (Lumley 1977:40, Lumley et al. 1995:61, Lumley & Echassoux 2011:300-320). Parmi ceux-ci, la gravure dite du « Christ » détonne par sa physionomie et sa facture singulières et nécessite donc que l’on interroge son ancienneté supposée. Gardant prudemment nos distances avec les quelques propositions interprétatives que cette célèbre image a pu susciter (Masson 1993:128, Lumley et al. 1995:357, Thomas 2003:282, Lumley & Echassoux 2011:327), c’est de son analyse technologique, iconographique et de son attribution chronologique qu’il est question ici.

1. Vue de la vallée des Merveilles depuis la baisse de Valmasque / View of the vallée des Merveilles since the baisse de Valmasque

La paroi du « Christ », indiquée par une flèche, se trouve juste en contrebas du lac des Merveilles / The wall of Christ indicated by an arrow, is just below the lac des Merveilles

Photo - J. Masson Mourey

2. Orthophotographie du site et position de la paroi du « Christ » / Orthophotography of the site and position of the wall of “Christ”

2. Orthophotographie du site et position de la paroi du « Christ » / Orthophotography of the site and position of the wall of “Christ”

Photo - IGN ; J. Masson Mourey

Description de la gravure

  • 1 Cette verticalité a de quoi surprendre quand la moyenne des inclinaisons des faces gravées à la val (...)

3En surplomb d’un chemin pastoral et de la rive gauche du torrent des Merveilles, qui traverse longitudinalement la vallée (zone VII, groupe I, alt. 2252 m), le « Christ » est isolé sur une grande paroi de schiste verticale1 très lisse et colorée en orange, exposée au sud-ouest, au milieu de nombreuses fissures et d’une nuée de groupes de cupules épars (fig. 3 ; fig. 4). Le long du pendage, cette gravure se trouve à 1,77 m du sol (hauteur verticale estimée : 1,75 m).

3. Photographie de la paroi du « Christ » / Photography of the wall of “Christ”

3. Photographie de la paroi du « Christ » / Photography of the wall of “Christ”

Photo - J. Masson Mourey

4. Relevé de la paroi du « Christ » / Recording of the wall of “Christ”

4. Relevé de la paroi du « Christ » / Recording of the wall of “Christ”

Photo - Laboratoire de Préhistoire de Nice-Côte d’Azur

4Intégralement piquetée, elle évoqua un visage schématique en « T » dès les premières recherches (Bicknell 1913:116, Barocelli et al. 1939:19, Louis 1950:56, Louis & Isetti 1964:37 ; fig. 5, fig. 6). Une face ampullaire, allongée vers le bas et à l’échelle 1/1 (18 cm de haut pour 14 cm de large), apparaît distinctement et frappe immédiatement l’observateur. Tandis qu’une ligne horizontale isole le bas du front, une barre verticale symbolise le nez. À l’extrémité inférieure de celle-ci, une petite ligne fait office de narines, de moustaches, de bouche ou de départ d’une barbe. De part et d’autre du nez, des plages rondes évoquent les yeux. Le contour supérieur du crâne, quant à lui, est représenté par une ligne convexe. Ce tracé courbe rappelle une couronne d’épines et son extension discontinue jusqu’en bas du visage à l’aspect émacié suggère une pilosité faciale. L’ensemble a contribué à faire de la figure anthropomorphe une image du Christ pour la tradition locale (Lumley et al. 1995:209).

5. Photographie de la gravure du « Christ » (ZVII.GI.R4-1) / Photography of the engraving of “Christ” (ZVII.GI.R4-1)

5. Photographie de la gravure du « Christ » (ZVII.GI.R4-1) / Photography of the engraving of “Christ” (ZVII.GI.R4-1)

Photo - J. Masson Mourey

6. Relevé de la gravure du « Christ » (ZVII.GI.R4-1) / Recording of the engraving of “Christ” (ZVII.GI.R4-1)

6. Relevé de la gravure du « Christ » (ZVII.GI.R4-1) / Recording of the engraving of “Christ” (ZVII.GI.R4-1)

Relevé/Recording - Laboratoire de Préhistoire de Nice-Côte d’Azur

Observations sur l’exécution de la gravure

5En préalable à l’exposé de la forme, de la disposition et de la profondeur des cupules qui composent le « Christ », deux points essentiels doivent être énoncés.

6D’une part, il est bien avéré désormais que le corpus gravé de la région du mont Bego résulte d’une accumulation de différents systèmes iconographiques (Huet 2012, 2017). Aussi, certaines gravures ont-elles pu être complétées ou transformées au fil du temps, à des intervalles souvent peu appréhendables.

  • 2 Cet œil est également reproduit par Clarence Bicknell dès 1913 (pl. XXXVIII)

7D’autre part, ces ajouts ou transformations sont parfois intervenus jusqu’à très récemment. Ainsi en est-il du « Christ », dont la facture est sensiblement différente aujourd’hui de ce qu’elle était en 1950 (fig. 7). Tandis que le détail du piquetage des traits du visage semble bien visible à l’époque, plusieurs séries de raclages profonds et d’incisions en affectent désormais l’aspect d’origine (fig. 8, 9). Les frottements répétés des pierres et des bâtons de craie destinés à blanchir la gravure pour les photographies, dans l’effervescence touristique et scientifique de la seconde moitié du xxe siècle, apparaissent comme la cause de cette altération. Le second œil droit, qu’Henry de Lumley et ses collaborateurs (Lumley et al. 1995:207) supposent créé de la même façon maladroite, était cependant déjà présent il y a soixante-dix ans2. Le haut de la gravure paraît relativement indemne de ces frottements.

7. Photographie ancienne de la gravure du « Christ » / Old photography of the engraving of “Christ”

7. Photographie ancienne de la gravure du « Christ » / Old photography of the engraving of “Christ”

Photo - H. Adant ; d’après/after Louis 1950:57, fig. 20

8. Détail des frottements récents au bas de la gravure du « Christ » / Detail of recents frictions at the bottom of the engraving of “Christ”

8. Détail des frottements récents au bas de la gravure du « Christ » / Detail of recents frictions at the bottom of the engraving of “Christ”

Photo - J. Masson Mourey

9. Détail des frottements récents au milieu de la gravure du « Christ » / Detail of recents frictions in the middle of the engraving of “Christ”

9. Détail des frottements récents au milieu de la gravure du « Christ » / Detail of recents frictions in the middle of the engraving of “Christ”

Photo - J. Masson Mourey

8Avant même d’avoir abordé l’analyse de la réalisation technique du « Christ », voici donc identifiée et datée sa plus récente modification. Aussi, nous placerons une confiance modérée dans les photographies et relevés récents, et tenterons plutôt d’exploiter au mieux les informations contenues dans la photographie ancienne, bien que moins nette. En outre, ce constat interdit d’accorder à la patine de la gravure, évidemment claire, une quelconque valeur chronologique.

9Certains auteurs considèrent que la facture hétérogène du « Christ » (du moins en l’état dans lequel elle était auparavant observable) révèle au moins deux étapes de réalisation, sa forme actuelle résultant d’ajouts successifs. Le motif originel serait un corniforme (un boviné stylisé) ou un réticulé préhistorique à quatre cases pourvu d’une paire de cornes à un segment, ce qui correspond à la partie inférieure de l’anthropomorphe (Lumley 1977:40, Abélanet 1986:221, Lumley et al. 1994:85, 1995:207-209 ; fig. 10).

10. Première étape possible de la construction du « Christ » / First possible step in the construction of “Christ”

10. Première étape possible de la construction du « Christ » / First possible step in the construction of “Christ”

Revelé/Recording - Laboratoire de Préhistoire de Nice-Côte d’Azur

10Malgré une observation minutieuse à la loupe, le piquetage et la patine de cette partie de la gravure sont trop affectés par les altérations récentes pour qu’une telle hypothèse puisse être réellement confirmée ou infirmée. Toutefois, sur la photographie de 1950, la partie inférieure du « Christ » ne paraît pas se dissocier de la totalité de la gravure. Du reste, les cupules qui subsistent encore dans les deux tiers inférieurs du visage (jusqu’à la barre du front), chevauchées et juxtaposées par les séries de raclages récents, ne diffèrent pas du style de piquetage du tiers supérieur du « Christ » – relativement préservé de toute intervention contemporaine, et donc plus aisément descriptible.

11Les cupules qui composent la ligne supérieure du crâne sont assez peu profondes, allongées et étroites (en « grains de riz »), régulières et espacées les unes des autres (fig. 11). Un tel piquetage est excessivement rare sur le site puisque les gravures préhistoriques sont généralement composées de cupules rondes et regroupées, réalisées par pression et rotation d’une pointe mousse en quartz (ibid., p. 53-58, 208). Les cupules du « Christ » ont été obtenues au moyen d’un martelage en biais peu maîtrisé, de droite à gauche, et très certainement à l’aide d’une pointe métallique, peut-être en fer (une lame ? un clou ?) (Cabagno 1976:75, Lumley et al. 1995:53, Gambari 2011:278).

11. Détail du piquetage qui dessine le sommet du crâne du « Christ » / Detail of the pecking that draws the top of the skull of “Christ”

11. Détail du piquetage qui dessine le sommet du crâne du « Christ » / Detail of the pecking that draws the top of the skull of “Christ”

Photo - J. Masson Mourey

12On ne peut raisonnablement exclure l’hypothèse selon laquelle un motif préhistorique corniforme précéderait l’état anthropomorphe du « Christ ». Les altérations finales empêchent de trancher. Sur la base d’une nouvelle analyse technologique, nous postulons cependant que ce visage a pu être exécuté en une fois, plus tardivement que la majorité des gravures piquetées de la région du mont Bego.

Comparaisons et discussion autour de l’attribution chronologique de la gravure

  • 3 Deux d’entre elles ne possèdent d’ailleurs pas d’yeux (fig. 12 : 1, 3) et leur nature anthropomorph (...)

13La forme du « Christ » est d’ailleurs unique sur le site. Tout juste peut-on en rapprocher le schématisme en « T » de cinq autres gravures de la vallée des Merveilles, dont le célèbre « Sorcier » rapporté à la première moitié du IIIe millénaire (Masson Mourey 2016:95-96, fig. 12)3. Toutefois, on ne retrouve sur aucune de ces gravures ni la forme ampullaire, ni le piquetage en « grains de riz » caractéristiques du « Christ ».

12. Gravures de la vallée des Merveilles comparables au « Christ » / Engravings from the vallée des Merveilles comparable to “Christ”

12. Gravures de la vallée des Merveilles comparables au « Christ » / Engravings from the vallée des Merveilles comparable to “Christ”

1 : ZIV.GI.R14B-3 ; 2 : ZIV.GIV.R16D-1 ; 3 : ZIV.GV.R13C-6 ; 4 : ZVIII.GII.R3(4)-1 (le « Sorcier ») ; 5 : ZXI.G0.R1-1111, pour une meilleure lisibilité des images, les échelles sont diverses /for a better readability of the pictures, the scales are various

Images - Laboratoire de Préhistoire de Nice-Côte d’Azur

14En dehors du site, les comparaisons avec des images du Néolithique et de l’âge du Bronze provençal, alpin ou piémontais, ne sont pas plus probantes. Bien sûr, la représentation schématique du visage en « T » est monnaie courante aux IVe et IIIe millénaires. Ainsi l’illustrent, entre autres, le groupe des stèles à chevrons et certains signes des abris peints du sud-est de la France (Hameau 2002, D’Anna & Renault 2004), le groupe B des stèles valaisannes du Petit-Chasseur (Corboud 2009) ou encore celles, italiennes, du groupe d’Aoste (Zidda 1997). Mais, à notre connaissance, il n’existe dans ces corpus rien de comparable à la forme ampullaire du « Christ ».

15De surprenantes similitudes existent en revanche avec certaines images de l’âge du Fer. Dans le Piémont italien, la structure 120 de la nécropole de Dormelletto, datée du iie siècle avant J.-C., a livré une stèle ornée d’une effigie très minimaliste et dont l’aspect général évoque singulièrement la forme du « Christ » (Spagnolo Garzoli 2009, Bianchi 2013:327-328, 2015:20 ; fig. 13 :1). Sur l’oppidum d’Entremont (Aix-en-Provence), un pilier ainsi qu’un linteau provenant d’aménagements cultuels de la fin du Ier âge du Fer ou du début du IIe, entre le viie et le vie siècle avant J.-C. (Arcelin & Rapin 2003:192, Arcelin 2006:150), portent des décors céphaliformes piquetés en bas-reliefs. Ces visages sans expression, figés et statiques, ne sont pas sans rappeler non plus la gravure de la vallée des Merveilles (fig. 13 : 3, 4). La figure gravée sur la stèle allemande de Hirzenhain, au nord-est de Francfort, offre également – quoique à plus longue distance – une intéressante comparaison (fig. 13 : 5). Trouvée hors contexte archéologique, à proximité d’un ensemble de tumulus, elle pourrait dater du début du ve siècle avant J.-C. (Schoppa 1958).

16La gravure du « Christ » aurait-elle été exécutée à l’âge du Fer ? Le corpus de la région du mont Bego paraît globalement peu riche en images susceptibles d’être aussi tardives. Si la fin de l’âge du Bronze est éventuellement attestée par de rares poignards piquetés à lames très longues ou pistilliformes (Bianchi 2013:199, 327), la tradition de gravure ne semble reprendre ensuite qu’aux alentours du ier siècle de notre ère, avec quelques inscriptions latines dans le secteur des Merveilles (Gascou 1976, Lumley et al. 1995:369, Bianchi 2014:18). Des « orants » acéphales et aux membres anguleux, fréquents à la vallée des Merveilles, rappellent pourtant certains anthropomorphes du Valcamonica dont la chronologie pourrait s’étendre jusqu’au Ier âge du Fer (Sansoni 1999, Arcà 2001, Masson Mourey 2016:110-112). Des pointes de lances ainsi que des pentagrammes incisés peuvent également avoir été réalisés à l’âge du Fer (Coimbra 2011, Bianchi 2013:298), mais du fait de leur isolement et des lacunes de la recherche concernant les motifs réalisés par incision, leur attribution chronologique demeure incertaine. Bien que les données archéologiques et paléoenvironnementales soient encore très lacunaires sur le site, l’intense occupation des massifs alpins occidentaux et plus particulièrement du Mercantour à l’âge du Fer (Muller et al. 2004, Mocci et al. 2005, Brisset 2014) plaide en faveur d’une poursuite des activités humaines dans les vallées du mont Bego après l’âge du Bronze. Ainsi, le « Christ » est peut-être inspiré de certaines iconographies hallstattiennes ou laténiennes du sud de la France ou de l’Italie centrale et septentrionale, dont les sphères culturelles entretiennent des liens dynamiques à travers les Alpes (Arcelin & Rapin 2003:202).

13. Différents éléments de comparaison avec la gravure du « Christ » (n°2) / Differents elements of comparison with the engraving of “Christ” (n°2)

13. Différents éléments de comparaison avec la gravure du « Christ » (n°2) / Differents elements of comparison with the engraving of “Christ” (n°2)

1 : stèle de Komevios, Dormelletto (Novara) ; 3 : linteau d’Entremont, Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) ; 4 : pilier d’Entremont Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) ; 5 : stèle de Hirzenhain (Hesse) / 1: stele of Komevios, Dormelletto (Novara); 3: Entremont lintel, Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône); 4: Entremont pillar, Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône); 5: Stele of Hirzenhain (Hesse)

1 : Photo - Ministero Beni ed Attività Culturali ; 3 : Photo - J. Masson Mourey ; 4 : Photo - Centre Camille Jullian ; 5 : Photo - H. Schoppa

17Une seconde possibilité doit être évoquée. Dès lors que la région de Tende fut évangélisée, vers le milieu du ive siècle (Balarello 1977:109), et jusqu’aux premières recherches archéologiques sur le site, au xixe siècle, l’opinion populaire a entretenu la croyance selon laquelle le diable, qui rôdait dans ces montagnes inhospitalières, était à l’origine des milliers de têtes cornues (les corniformes) gravées sur les roches (Magnardi & Breteau 2005:34-40, Rinieri 2013:13-15). Le toponyme médiéval de la vallée des Merveilles était d’ailleurs l’« Infernetto » (le petit Enfer). Aussi, l’on s’attacha longtemps à exorciser le lieu, à en chasser les mauvais esprits, parfois au moyen d’une croix chrétienne apposée au-dessus d’un corniforme (Giusto-Magnardi 1996:443 ; fig. 14). Quel moyen plus radical alors, que de transformer un motif préhistorique « hérétique » – au point de le rendre méconnaissable – en lui substituant le visage du Messie ? Ne serait-ce pas là l’origine de ce martelage énergique, dissimulant et reprenant un corniforme – en supposant que corniforme il y ait eu ? Il s’agirait dans ce cas d’une christianisation stricto sensu, comme le suggérait déjà Joseph Cabagno (1976:74). Peut-être cette figure, il est vrai troublante de ressemblance avec l’image classique du Christ (au visage allongé et au long nez), porte-t-elle mieux son nom que nous ne le pensions jusqu’à lors.

14. Corniforme préhistorique christianisé (ZVII.GII.R8-109) / Prehistoric corniform christianized

14. Corniforme préhistorique christianisé (ZVII.GII.R8-109) / Prehistoric corniform christianized

roche du « défilé de Rivière / rock of the « défilé de Rivière »

Photo - F. Panza

Synthèse

18Nonobstant les altérations récentes dues aux frottements des bâtons de craie sur le(s) piquetage(s) plus ancien(s), l’état anthropomorphe du « Christ » n’est probablement pas préhistorique et dépasse la chronologie des gravures piquetées du mont Bego jusque-là établie entre le Néolithique et l’âge du Bronze lato sensu. La communauté des chercheurs ne s’y est d’ailleurs pas trompée, n’accordant à cette figure qu’une place minime dans la plupart des tentatives d’explication symboliques des images rupestres du site, au contraire des autres grandes figures anthropomorphes complexes de la vallée des Merveilles. Puisqu’on ne peut établir avec certitude les différentes étapes de sa construction – si étapes asynchrones il y a – deux hypothèses doivent être avancées :
- le « Christ » est précédé d’un motif préhistorique, peut-être corniforme, transformé en visage à l’âge du Fer ou entre le ive et le xixe siècle ;
- le « Christ » est une gravure homogène et spontanée, réalisée au plus tôt à l’âge du Fer et puisant vraisemblablement dans l’univers préhistorique des formes observables à la vallée des Merveilles.

  • 4 Comm. pers. F. Suméra

19Enfin, la position spatiale du « Christ » a de quoi surprendre, lui qui, comme nous l’avons dit, est isolé sur une grande paroi verticale surplombant le couloir pierreux du fond de la vallée. Filippo Maria Gambari (2011:275) interprète l’effigie de la stèle piémontaise de Komevios comme la stylisation anthropomorphe d’une divinité psychopompe, ou gardienne sacrée des frontières symboliques, contrôlant les « passages ». Des parallèles sont-ils envisageables entre le « Christ » et les thématiques du passage et de la transformation, si prégnantes en montagne, ou encore avec le sanctuaire protohistorique du col de Tende, non loin, dédié à Terme4 (le dieu des frontières) ?

20Remerciements. Il m’est agréable de remercier ici Claudia Defrasne, Maxence Bailly, Gwenola Graff, Adrien Reggio et Hugues Plisson, pour leurs relectures attentives et leurs remarques avisées. Merci également à Etienne Lubenec et Franck Panza pour les précieux services rendus sur place. Enfin, je suis reconnaissant à Philippe Boissinot et Philippe Hameau d’avoir accepté d’être les rapporteurs de ce manuscrit.

Haut de page

Bibliographie

Abélanet 1986, ABÉLANET J., Signes sans paroles. Cent siècles d'art rupestre en Europe Occidentale, Paris, Hachette, 352 p.

Arcà 2001, ARCÀ A., Chronology and interpretation of the « praying-figures », in: Valcamonica rock art, Secondo convegno internazionale di archeologia rupestre. Archeologia e arte rupestre : l’Europa-le Alpi-la Valcamonica. Atti del convegno di studi, 2-5 ottobre 1997, Darfo Boario Terme, p. 185-197.

Arcelin & Rapin 2003, ARCELIN P., RAPIN A., L'iconographie anthropomorphe de l'âge du Fer en Gaule méditerranéenne, in: Décors, images et signes de l’âge du Fer européen, XXVIe colloque de l’AFEAF, thème spécialisé. Tours, Fédération pour l'édition de la Revue archéologique du Centre de la France, p. 183-219. (Supplément à la Revue archéologique du centre de la France, 24).

Arcelin 2006, ARCELIN P., Avant Aquae Sextiae, l’oppidum d’Entremont, in: Pays d’Aix, Val de Durance, 13/4. Carte archéologique de la Gaule, Mocci F., Nin N. (dir.), Aix-en-Provence, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, p. 125-168.

Balarello 1977, BALARELLO J., Le canton de Tende à travers l’histoire, in: La vallée des Merveilles. 100 000 gravures rupestres. L’âge du Bronze dans les Alpes, Dossiers de l’Archéologie, n°23, juillet-août, p. 108-115.

Barocelli et al. 1939, BAROCELLI P., CONTI C., BRACCO E., Zona archeologica di Monte Bego. Incisioni rupestri di Monte Bego, Edizione Archeologica della carta d'Italia, fogli 90-91, p. 11-29.

Bianchi 2013, BIANCHI N., Art rupestre en Europe occidentale : contexte archéologique et chronologique des gravures protohistoriques de la région du mont Bego. De la typologie des armes piquetées à l'étude des gravures schématiques-linéaires, Thèse de Doctorat, Université de Perpignan Via Domitia, 2 vol., 334 p.

Bianchi 2014, BIANCHI N., Campagne de prospection thématique, Région PACA Département AlpesMaritimes Mont Bego (Tende), Rapport d'opération archéologique au SRA PACA, 22 p.

Bianchi 2015, BIANCHI N., Dinamiche culturali e manifestazioni simboliche tra Cuneese e Monte Bego: dall’arte rupestre al pastoralismo di un territorio montano durante la preistoria recente, Quaderni della Soprintendenza Archeologica del Piemonte, 30, Torino, p. 13-35.

Bicknell 1913, BICKNELL C., Guide des gravures rupestres préhistoriques dans les Alpes-Maritimes, traduction française de l'édition originale anglaise de 1913 [1972], Bordighera, Institut International d'Études Ligures, 131 p.

Brisset 2014, BRISSET E., Sensibilité des milieux de montagne aux forçages climatiques et anthropiques depuis 14 000 ans dans les Alpes du Sud. Approche multidisciplinaire (sédimentologie, géochimie, palynologie) et multi-sites (lac Petit, lac de Vens et lac d’Allos), Thèse de Doctorat, Aix-Marseille Université, 2 vol., 414 p.

Cabagno 1976, CABAGNO J., Étude des visages et costumes taurins rituels dans la région du Mont Bego, in: Les gravures protohistoriques dans les Alpes, Anati E. (dir.), Nice, U.I.S.P.P., p. 75-77.

Coimbra 2011, COIMBRA F.-A., The symbolism of the pentagram in west European Rock Art: a semiotic approach, in: Art and Communication in pre-literate societies, Atti del XXIV Valcamonica Symposium, CCSP/UNESCO, Capo di Ponte, p. 122-129.

Corboud 2009, CORBOUD P., Les stèles anthropomorphes de la nécropole néolithique du Petit-Chasseur à Sion (Valais, Suisse), Bulletin d’études préhistoriques et archéologiques alpines, XX, p. 997.

D’Anna & Renault 2004, D’ANNA A., RENAULT S., Stèles anthropomorphes néolithiques de Provence, Catalogue du Musée Calvet d’Avignon, Avignon, Musée Calvet, 96 p.

Gambari 2011, GAMBARI F.-M., Stele figurate della prima età del Ferro in Italia nord-occidentale, Documents d’archéologie méridionale [En ligne], 34, document 13, mis en ligne le 06 mars 2017, consulté le 05 mai 2017. URL : http://dam.revues.org/2730

Gascou 1976, GASCOU J., L’inscription romaine de la paroi B de la vallée des Merveilles, in: Livret-guide de l’excursion C1. Vallée des Merveilles. IXe Congrès de l’Union internationale des sciences préhistoriques et protohistoriques, Lumley H. de, Fontvielle M.-E., Abélanet J. (dir.), Nice, 13-18 septembre 1976, p. 127-128.

Giusto-Magnardi 1996, GIUSTO-MAGNARDI N., Les bergers de Tende au xixe siècle et leurs écritures rupestres dans la région du mont Bego (Alpes-Maritimes) : approche ethno-historique, Thèse de Doctorat, Université de Nice, 2 t., 605 p.

Hameau 2002, HAMEAU P., Passage, transformation et art schématique : l’exemple des peintures néolithiques du Sud de la France, Oxford, British archaeological Reports, BAR International Series, 280 p.

Huet 2012, HUET T., Organisation spatiale et sériation des gravures piquetées du mont Bego, Thèse de Doctorat, Université de Nice – Sophia-Antipolis, 4 vol., 338 p.

Huet 2017, HUET T., Les gravures piquetées du mont Bego (Alpes-Maritimes). Organisation spatiale et sériation (VIe-IIe millénaire av. J.-C.), Mémoires de la Société préhistorique française, 63, 166 p.

Louis 1950, LOUIS M., Les gravures préhistoriques du Mont-Bego (Tende). Guide sommaire, Itinéraires Ligures, 9, Institut International d’Études Ligures, 64 p.

Louis & Isetti 1964, LOUIS M., ISETTI G., Les gravures préhistoriques du Mont Bego, Itinéraires Ligures, 9, Institut International d'Etudes Ligures, 99 p.

Lumley 1997, LUMLEY de H., Au pied du mont Bégo. Un prodigieux musée, in: La vallée des Merveilles. 100 000 gravures rupestres. L’âge du Bronze dans les Alpes, Dossiers de l’Archéologie, n°23, juillet-août, p. 26-57.

Lumley 1994, LUMLEY H. de, ECHASSOUX A., SERRES T., Signification des gravures corniformes du Chalcolithique et de l’âge du Bronze ancien de la région du mont Bego, Société Valdôtaine de Préhistoire et d'Archéologie, 4ème colloque sur les Alpes dans l'Antiquité, Chatillon, Vallée d'Aoste, Mar. 1994, Chatillon, Vallée d'Aoste, V-VI, p. 80-141.

Lumley et al. 1995, LUMLEY H. de (DIR.), BEGIN-DUCORNET J., ECHASSOUX A., FOURNIER A., GIUSTO-MAGNARDI N., LAVIGNE G., LUMLEY M.-A. DE, MACHU P., MANO L., MESLIN L., PARK Y.-H., REY M., ROMAIN O., ROMAIN S., SAGUEZ S., SERRES T., VILLAIN-RINIERI F., Le Grandiose et le Sacré, Aix-en-Provence, Edisud, 452 p.

Lumley et al. 2011, LUMLEY H. de, ECHASSOUX A. (DIR.), BIANCHI N., LE BRETON G., PERCIC P., ROMAIN O., FAUQUEMBERGUE E., FREGIER C., GUILARD R., MAGNALDI B., La montagne sacrée du Bego. Préoccupations économiques et mythes cosmogoniques des premiers peuples métallurgistes des Alpes méridionales. Proposition de lecture, Paris, CNRS, 363 p.

Magnardi & Breteau 2005, MAGNARDI N., BRETEAU E., Roches confidentes. Dessins et témoignages gravés de la vallée des Merveilles du Moyen-âge à nos jours, Marseille, Images En Manœuvres, 120 p.

Masson 1993, MASSON E., Vallée des Merveilles, un berceau de la pensée religieuse européenne, Dijon, Faton, 144 p.

Masson Mourey 2016, MASSON MOUREY J., La figuration anthropomorphe dans l’art rupestre préhistorique et protohistorique de la région du mont Bego (Tende, Alpes-Maritimes). Modalités du schématisme, cadres chrono-culturels et pluralité des sens, Mémoire de Master 2, Aix-Marseille Université, 2 vol., 182 p.

Mocci et al. 2005, MOCCI F., PALET-MARTINEZ J., SEGARD M., TZORTZIS S., WALSH K., Peuplement, pastoralisme et modes d’exploitation de la moyenne et haute montagne depuis la Préhistoire dans le Parc national des Écrins, in: Territoires et paysages de l’âge du Fer au Moyen Âge. Mélanges offerts à Philippe Leveau, Verdin F., Bouet A. (dir.), Presses universitaires de Bordeaux, p. 197-212.

Muller et al. 2004, MULLER A., JORDA M., GASSEND J.-M., L’occupation humaine de la vallée de l’Ubaye et les modalités du peuplement de la zone intra-alpine, Méditerranée, t. 102, Géosystèmes montagnards et méditerranéens. Un mélange offert à Maurice Jorda, p. 95-108.

Rinieri 2013, RINIERI F., C’est un grand mystère. La découverte des gravures du mont Bego, Turin, Hapax, 141 p.

Romain 1991, ROMAIN O., Les gravures du mont Bego. Étude des gravures d’armes : typologie, attribution culturelle et datation, Thèse de Doctorat, Museum National d’Histoire Naturelle, 245 p.

Sansoni 1999, SANSONI U., Gli antropomorpfi, datazione, confronti, valori simbolici, in: Simboli sulla roccia: l’arte rupestre della Valtellina centrale dalle armi del Bronzo ai segni Cristiani, Sansoni U., Gavaldo S., Gastaldi C. (dir.), Capo di Ponte, p. 102-111.

Schoppa 1958, SCHOPPA H., Ein keltischer Steinpfeiler von Hirzenhain, Dillkreis, Germania, 36, p. 153-154.

Spagnolo Garzoli 2009, SPAGNOLO GARZOLI G., La stele figurata di Komevios e l'enigma della struttura 120, in: I Celti di Dormelletto, Spagnolo Garzoli G. (dir.), Press Grafica, Gravellona Toce, p. 41-48.

Thomas 2003, THOMAS J., La symbolique des gravures rupestres du Mont Bego, L’Anthropologie, vol. 107, p. 271-290.

Zidda 1997, ZIDDA G., Aspetti iconografici delle stele antropomorfe di Aosta, in: La Valle d’Aosta nel quadro della preistoria e protostoria dell’arco alpino centrooccidentale, Atti della XXXI Riunione scientifica Courmayeur, 2-5 giugno 1994, Mezzena F. (dir.), Firenze, p. 225-243.

Haut de page

Notes

1 Cette verticalité a de quoi surprendre quand la moyenne des inclinaisons des faces gravées à la vallée des Merveilles est d’environ 35° (Huet 2017:83).

2 Cet œil est également reproduit par Clarence Bicknell dès 1913 (pl. XXXVIII)

3 Deux d’entre elles ne possèdent d’ailleurs pas d’yeux (fig. 12 : 1, 3) et leur nature anthropomorphe est très discutable

4 Comm. pers. F. Suméra

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Photo - J. Masson Mourey
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/1501/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre 2. Orthophotographie du site et position de la paroi du « Christ » / Orthophotography of the site and position of the wall of “Christ”
Crédits Photo - IGN ; J. Masson Mourey
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/1501/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre 3. Photographie de la paroi du « Christ » / Photography of the wall of “Christ”
Crédits Photo - J. Masson Mourey
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/1501/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 948k
Titre 4. Relevé de la paroi du « Christ » / Recording of the wall of “Christ”
Crédits Photo - Laboratoire de Préhistoire de Nice-Côte d’Azur
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/1501/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre 5. Photographie de la gravure du « Christ » (ZVII.GI.R4-1) / Photography of the engraving of “Christ” (ZVII.GI.R4-1)
Crédits Photo - J. Masson Mourey
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/1501/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre 6. Relevé de la gravure du « Christ » (ZVII.GI.R4-1) / Recording of the engraving of “Christ” (ZVII.GI.R4-1)
Crédits Relevé/Recording - Laboratoire de Préhistoire de Nice-Côte d’Azur
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/1501/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre 7. Photographie ancienne de la gravure du « Christ » / Old photography of the engraving of “Christ”
Crédits Photo - H. Adant ; d’après/after Louis 1950:57, fig. 20
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/1501/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre 8. Détail des frottements récents au bas de la gravure du « Christ » / Detail of recents frictions at the bottom of the engraving of “Christ”
Crédits Photo - J. Masson Mourey
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/1501/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre 9. Détail des frottements récents au milieu de la gravure du « Christ » / Detail of recents frictions in the middle of the engraving of “Christ”
Crédits Photo - J. Masson Mourey
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/1501/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre 10. Première étape possible de la construction du « Christ » / First possible step in the construction of “Christ”
Crédits Revelé/Recording - Laboratoire de Préhistoire de Nice-Côte d’Azur
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/1501/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre 11. Détail du piquetage qui dessine le sommet du crâne du « Christ » / Detail of the pecking that draws the top of the skull of “Christ”
Crédits Photo - J. Masson Mourey
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/1501/img-11.png
Fichier image/png, 3,5M
Titre 12. Gravures de la vallée des Merveilles comparables au « Christ » / Engravings from the vallée des Merveilles comparable to “Christ”
Légende 1 : ZIV.GI.R14B-3 ; 2 : ZIV.GIV.R16D-1 ; 3 : ZIV.GV.R13C-6 ; 4 : ZVIII.GII.R3(4)-1 (le « Sorcier ») ; 5 : ZXI.G0.R1-1111, pour une meilleure lisibilité des images, les échelles sont diverses /for a better readability of the pictures, the scales are various
Crédits Images - Laboratoire de Préhistoire de Nice-Côte d’Azur
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/1501/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre 13. Différents éléments de comparaison avec la gravure du « Christ » (n°2) / Differents elements of comparison with the engraving of “Christ” (n°2)
Légende 1 : stèle de Komevios, Dormelletto (Novara) ; 3 : linteau d’Entremont, Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) ; 4 : pilier d’Entremont Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) ; 5 : stèle de Hirzenhain (Hesse) / 1: stele of Komevios, Dormelletto (Novara); 3: Entremont lintel, Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône); 4: Entremont pillar, Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône); 5: Stele of Hirzenhain (Hesse)
Crédits 1 : Photo - Ministero Beni ed Attività Culturali ; 3 : Photo - J. Masson Mourey ; 4 : Photo - Centre Camille Jullian ; 5 : Photo - H. Schoppa
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/1501/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre 14. Corniforme préhistorique christianisé (ZVII.GII.R8-109) / Prehistoric corniform christianized
Légende roche du « défilé de Rivière / rock of the « défilé de Rivière »
Crédits Photo - F. Panza
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/1501/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1002k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jules Masson Mourey, « De l’ancienneté du « Christ », dans la vallée des Merveilles », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 6 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 20 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/pm/1501

Haut de page

Auteur

Jules Masson Mourey

Aix-Marseille Univ, CNRS, Minist Culture, LAMPEA, Aix-en-Provence, France — julesmassonmourey@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page