Navigation – Plan du site
Renouvellement des outils informatiques pour l’enregistrement et l’étude des sépultures collectives. Échanges méthodologiques

Discussion 1 - De feu et d’os : la sépulture collective néolithique de la Truie Pendue (Passy-Véron, Yonne), application SIG

Retranscription audio des discussions au 31 octobre 2018

Notes de la rédaction

Reçu le 17/05/2019 — Accepté 29/08/2019

Texte intégral

1Bruno Bizot : D’abord au début de ta présentation j’ai vu que vous aviez calculé les centroïdes des polygones donc je suppose que partant de là vous avez travaillé ensuite sur des ponctuels et non pas sur la représentation des os complets ?

2Mélie Le Roy : Alors, Camille a travaillé sur les ponctuels, moi j’ai travaillé sur la représentation des os complets.

3Bruno Bizot : D’accord, et deuxième question : quel a été le rôle du SIG dans ta reconstitution des sujets qui n’avaient pas été détectés au moment de la fouille ? Explique-nous comment tu as fait car on est entre nous, c’est bien de parler un peu cuisine…

4Mélie Le Roy : On a lié la base de données aux polygones en fait...aux dessins de chacun des ossements donc cela veut dire que pour chacun d’eux, il y avait l’analyse en post-fouille qui avait été reliée et cela veut dire qu’on avait l’estimation de l'âge quand c’était possible en fait (c’était un immature ou autre) donc on avait toutes les caractéristiques qui étaient liées aux dessins des ossements. Du coup, j’ai tout simplement fait des requêtes en sélectionnant tous les os qui avaient été identifiés entre tel et tel âge, qui présentaient certaines caractéristiques, cela a été assez manuel. Je n‘ai pas automatisé les requêtes mais j’ai regardé pour justement aller voir à chaque fois la probabilité que ces ossements pouvaient correspondre suivant leurs caractéristiques anatomiques, biologiques, et suivant leurs positions au sein de la fosse. Par exemple dans les niveaux inférieurs, un os qui était celui d’un individu évalué à un âge inférieur à neuf ans et qui était complètement à l’est et complètement à l’ouest, eh bien, les deux ossements, même s’ils présentaient les mêmes caractéristiques biologiques mais sans raccord au niveau spatial, je les excluais. Cela a été un travail empirique.

5Aurore Schmitt : Je vais juste rebondir sur la question. Sur Adobe Illustrator, avant on avait nos dessins d’un côté et notre base de données de l’autre. Cela voudrait dire que le SIG t’a fait gagner du temps et que tu penses vraiment qu’il y a un net progrès entre les deux approches ?

6Mélie Le Roy : Oui, déjà cela enlève l’erreur d’identification parce que lorsque tu regardes ta DAO, ta base de données sur le côté, tu ne vois pas forcément tout donc quelquefois il se peut que tu fasses des oublis même si nous prenons en général beaucoup de temps. À ce niveau-là, c’était automatisé. Lorsque je faisais une requête des ossements qui présentaient telle tranche d'âge, j’avais automatiquement tout, sauf si nous nous étions plantés dans la base de données...mais bon... là après c’est le serpent qui se mord la queue. Pour le coup, cela a automatisé la sélection des ossements et permis de progresser très vite sur l’exclusion de certains d’entre eux et donc sur la mise en place des ensembles anatomiques de manière plus rapide et sûre.

7Maxime Seguin : Comment a été faite la cotation altimétrique sur le terrain ?

8Mélie Le Roy : Au tachéomètre.

9Laure Pecqueur : Je voulais savoir si par rapport aux parties anatomiques, aux os qui se baladaient etc. Est-ce que tu as pu assembler tous les ossements les uns par rapport aux autres ou est ce qu’il y en avait qui se baladaient encore...disons un peu tous seuls... Et est-ce que tu as essayé d’appareiller ceux que tu pouvais ou pas ?

10Mélie Le Roy : Non, il y en a encore qui se baladent dans la fosse et là j’ai pris en compte pour ces analyses tous ceux pour lesquels j’étais sûre (en termes d’association). Il y a encore d’autres connexions anatomiques ou logiques anatomiques que j’avais mises en avant mais qui étaient à la limite, genre trois niveaux de décapage de différence donc j’ai dû les exclure à un moment. Je gardais pour les altitudes au moins deux niveaux de décapage mais quand cela allait au-delà en fait, même si tout le reste collait, je les excluais. J’ai vraiment pris ceux que je considérais comme le plus fiable possible.

11Emmanuelle Baux : Vous avez mentionné des pathologies qui ont été mises au jour avec les individus, je voulais savoir si vous aviez réussi à les identifier et si le SIG avait contribué à leur individualisation ?

12Mélie Le Roy : Alors cela a fait l’objet d’un Mémoire et malheureusement non, nous n’avons pas pu améliorer les identifications suite à l’intégration des pathologies dans le SIG. De mémoire, je sais que nous avons eu deux trépanations et ensuite la déformation des os n’a pas pu mettre en évidence un grand nombre (d’anomalies)... L’état sanitaire était très difficile à évaluer en fait, car les os étaient extrêmement déformés.

13Aurore Schmitt : Je reviens sur la prise de décision sur le terrain. Est-ce que tu peux donner des exemples concrets ? Quels types de décisions ?

14Mélie Le Roy : Alors je vous remets dans le contexte, je n’étais pas sur le terrain, c’est Sandrine qui a fait le terrain. Donc ce que je vais pouvoir dire, c’est ce que j’ai pu comprendre de mes discussions avec elle et elle en parlerait certainement beaucoup mieux que moi.

15Le fait de ne pas faire de coupe, car il était extrêmement difficile pour fouiller, en cotant tout, en prenant le maximum de sécurité, cela a permis de fouiller à plat en sachant qu’on allait pouvoir restituer des coupes a posteriori. Comme prise de décision, cela est tout de même assez important parce que généralement pour comprendre il nous faut la planimétrie et la stratigraphie, donc là on savait qu’on allait pouvoir restituer une stratigraphie seulement si on prenait les bonnes cotations ou autre sur le terrain. Il fallait vraiment peaufiner l'enregistrement pour ne perdre aucune information qu’on pouvait restituer a posteriori. C’est une des prises de décision. De mon expérience personnelle, il est important de pouvoir enregistrer un maximum, prendre des photos zénithales car on va pouvoir les redresser, les remettre, avoir la planimétrie facilement et de manière très précise sans toutefois passer par la phase de dessin ou autre... Le fait de savoir qu’on possède cet outil-là qui nous permet de restituer a posteriori aide à accélérer la prise d’informations sur le terrain sans négliger les basiques.

16Bruno Bizot : Je suis toujours partagé, et là je parle plutôt en tant que prescripteur de fouille que participant à cette réflexion, entre les problèmes de relevés “ortho-photos” et les problèmes de relevés classiques type dessin. C’est vrai que l’on débarrasse plus vite le terrain, du moins on en a l’impression en procédant par clichés mais ce n’est pas toujours le cas car il faut procéder à un nettoyage extrêmement minutieux qui n’est pas toujours nécessaire lorsque l’on fait des relevés classiques. Évidemment, avec un relevé classique on perd la troisième dimension sauf si on fait de la photogrammétrie mais je crois que ce n’est pas toujours un gain de temps et j’espère que nous aurons au fil des discussions et des présentations quelques éléments de réponse sur ce point parce quactuellement ce que je vois, en tant que prescripteur encore une fois, c’est qu’il y a beaucoup de philosophies différentes, chacun étant très sûr de son coup évidemment. Autant je peux le concevoir pour ce qui concerne une sépulture individuelle, effectivement des relevés photos sont tout à fait adéquats, autant pour une sépulture collective avec des assemblages complexes, je me pose encore la question et cela serait peut-être bien que nous avancions sur ce sujet au fil de la journée.

17Yaramila Tchérémissinoff : On va en reparler dans le cadre des autres communications mais parfois fois on n’a tout simplement pas le choix. Je pense que la question qui va se poser aussi au fil des communications c'est : est-ce qu'on a la possibilité de faire le travail que l’on voudrait faire selon l'orthodoxie dans un cadre préventif pour les sépultures collectives. Je pense que la question se pose aussi (globalement). Enfin, nous allons essayer de l’illustrer mais c’est très très compliqué. Les contraintes de temps nous imposent des choix méthodologiques qui effectivement ont des conséquences ultérieures sur les autres durées d'opérations dont celle de la post-fouille.

18Maxime Seguin : D'un point de vue méthodologique est-ce de la photo redressée qui a été faite ?

19Mélie Le Roy : Je crois oui.

20Maxime Seguin : Y a-t-il eu des décalages qui ont été observés d'un décapage à l'autre ? Parce que, si la correction de l’objectif n’a pas été prise en compte, ... au niveau de la DAO, y a-t-il eu des ajustements ? Quelles ont été les manipulations pour faire en sorte que d’un décapage à l’autre, des os qui pouvaient apparaître sur deux décapages se superposaient bien, puisque je suppose qu’il y a dû y avoir ce type de problème à un moment donné.

21Mélie Le Roy : Malheureusement je suis incapable de répondre car c'est Camille de Becdelièvre qui a mis en place le SIG avec la DAO et je ne suis pas intervenue dans cette partie-là, désolée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Discussion 1 - De feu et d’os : la sépulture collective néolithique de la Truie Pendue (Passy-Véron, Yonne), application SIG », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 7 | 2019, mis en ligne le 29 octobre 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/pm/1941

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page