Navigation – Plan du site
Renouvellement des outils informatiques pour l’enregistrement et l’étude des sépultures collectives. Échanges méthodologiques

Discussion 4 - Réflexion sur l’apport d’un SIG à la lecture d’un dépôt collectif : le cas de Saint-Sauveur “Les Grès” (Somme)

Retranscription audio des discussions au 31 octobre 2018

Notes de la rédaction

Reçu le 17/05/2019 — Accepté 29/08/2019

Texte intégral

1Géraldine Sachau : Alors j'ai deux questions très spécifiques pour un peu alimenter la discussion sur l'utilisation du laser scanner et des questions que tu te poses par rapport à la photogrammétrie et pour mener une discussion beaucoup plus générale.
De quelle manière as-tu acquis les faces cachées des ossements ?
Avec un laser scanner, c'est un surfacique, donc on a toujours l'acquisition visuelle planimétrique mais les os reposent sur un support, que ce soit le sol, les sédiments etc. Comment as-tu fait pour faire le dessous ?

2Aurélie Zemour : Je n'ai pas détaillé ça ce matin mais, en effet, le laser scanner a été placé aux quatre coins de la sépulture. Tout était visible sauf évidemment la base, mais là encore une fois dans ce cas d'école de « La Balance », par exemple pour la cage thoracique, il n'y a pas grand-chose qu'on ne voit pas. En revanche, ce qui est intéressant aussi, c'est que si l’on veut vraiment tourner autour, même si dans ce contexte-là il n'y en a pas vraiment l'utilité et je sais que ça doit être long mais, en scannant chaque côte, on peut recréer le modèle entier, donc dans des cas de sépultures vraiment exceptionnelles, cela est tout à fait envisageable.

3Géraldine Sachau : Et après as-tu pu recontextualiser cette sépulture ?

4Aurélie Zemour : Non malheureusement, c'était un nord fictif c'était frustrant.

5Géraldine Sachau : Par rapport au laser scanner, on voit l'application directe, des choses très simples. Pour la photogrammétrie, il y a maintenant des logiciels qui existent et qui permettent de la réaliser en temps réel. Ce n'est pas du tout accessible encore pour le commun des archéologues. Les logiciels coûtent un prix faramineux mais la limite de visualisation immédiate de la photogrammétrie est en train d'être dépassée technologiquement. Il y a pas mal de démonstrations sur du bâti en élévation donc on va aussi dans cette démarche-là. Cela va peut-être nous intéresser un jour quand ce ne sera vraiment pas cher mais ce ne sera peut-être pas pour tout de suite…

6Aurélie Zemour : Toi tu disais qu'avec un très bon niveau de compétence tu arrives à pallier ce problème en faisant une restitution très rapide.

7Géraldine Sachau : Après ça dépend… Je pense qu'il est important de mener la discussion et Maxime l'a très bien soulevé ce matin. La photogrammétrie à tout-va n'est pas forcément une solution mais il faut savoir l'adapter à son terrain. La difficulté de l’adapter à son terrain est d'avoir quelqu'un sur le terrain qui sache le faire à chaque fois.
Je le fais effectivement en temps réel à Pompéi parce que c'est un site exceptionnel, parce que nous avons les moyens de le faire et parce que l'équipe me permet de bloquer leur terrain pendant 15 minutes, 30 minutes, voir 1 h… ce qui n'est absolument pas envisageable en fouille préventive. Cela peut l'être, mais c'est quand même compliqué d'avoir tous les moyens à disposition pour cette mise en œuvre sur des superficies très importantes. Tout dépend de l'échelle de ce sur quoi on travaille et ce que l'on cherche à déterminer. Moi je l'ai fait notamment pour des enregistrements d’US dans lesquels il n'y a pas d'ossements. Il y a des artefacts, des choses qui sont relativement grosses. On l'a fait aussi sur des urnes où l'échelle est complètement différente sur des vestiges brûlés mais on arrive effectivement à avoir des photogrammétries avec une précision de l'ordre du mm entre 1 et 5 mm sur des esquilles osseuses. Mais quel en est l'intérêt aussi ? C'est vraiment une recherche exploratoire.

8Aurélie Zemour : Moi j'en vois l'intérêt comme un remplacement à terme, sans vouloir choquer, des relevés. Justement avoir la liberté sur le terrain de limiter ces relevés, si beaux et si précieux dans certains cas, à des sujets qui le nécessitent réellement.
Le laser scanner, Faro était une acquisition pluri-institutionnelle et a été utilisé pour d’autres opérations qui avaient lieu en même temps que celle de « la Balance ». Il n'a donc pas mobilisé d'ingénieur; je ne juge pas si cela est bien, mais je dis juste qu’il n’avait pas besoin d’être présent en permanence. Après, il faut peut-être penser aux outils Handyscan qui sont très portatifs. Peut-on imaginer un jour que dans le cas de grandes sépultures collectives nous ayons un Handyscan par groupe de démontage ?
En termes de coût le laser scanner est très cher mais le Handyscan, c’est 2000 €.
Est-ce que cela peut être une piste dans le cas où en effet il n'y a pas d'ingénieur dédié en permanence et un ingénieur chercheur véritablement concerné par les problématiques du site. Ne peut-on pas imaginer se « débrouiller » avec un Handyscan plutôt qu'avec un appareil photo et faire moins de « bêtises » ?

9Géraldine Sachau : Il reste tout de même les contraintes de lumière donc ce qu'a dit Maxime ce matin, c'est très important mais aussi en électricité…

10Aurélie Zemour : Mais il n'y a pas trop de problèmes avec l’éclairage avec le laser scanner.

11Géraldine Sachau : Parce que tu avais la possibilité de positionner des éclairages… ce qu'il faut voir aussi quand tu interviens en contexte de grotte ou avec la luminosité sur les temps hivernaux.

12Aurélie Zemour : Oui mais un contexte de grotte comme tu le dis ça ne changera rien, que ce soit la photogrammétrie ou le laser, je ne vois pas trop.

13Géraldine Sachau : C'est l'accès.

14Aurélie Zemour : Oui mais l'accès avec ton Handyscan qui est sur batterie et dont la résolution est d’un demi-mm et l'acquisition très rapide…le résultat est vraiment bien aussi. Est-ce que cela ne peut pas être une alternative en fonction, malheureusement, des ressources humaines sur le terrain ?

15Bruno Bizot : À mon avis on ne peut pas pallier toute la phase de traitement après qui est extrêmement longue, autant se balader avec le Handyscan ça va très vite, je l'ai fait il y a 2 ans dans un boyau de 20 m de long, je crois que le collègue qui le manipulait a mis dix minutes seulement pour faire toute la longueur. Ensuite, dans la grotte il avait son ordinateur portable et on a eu directement le scanner de la grotte, donc ça, c'est super rapide. Mais le problème c’est après. On a passé je ne sais pas combien de dizaines d'heures pour en faire un document archéologique et c'est là où est le problème. Ensuite on a des points. Par exemple, il faut dire que le tesson est là mais qu’ailleurs ce n'est pas un tesson mais une concrétion etc.donc il y a énormément de temps. Tout ce qu'on met en place en terme d’efficience technique à un moment donné, on doit le renseigner et c'est l'homme qui renseigne, ce n’est pas autre chose.

16Aurélie Zemour : Je le vois comme un gain de temps dans l'acquisition, justement au profit du temps de réflexion et d'observation.

17Bruno Bizot : Mais cela me pose un autre problème. Là, c'est l'archéologie préventive qui domine actuellement l'activité des archéologues. On sait très bien que les prix sont tirés sur le post-fouille très souvent, pour essayer de gagner un marché le post-fouille est parfois sacrifié. Si en plus d'avoir déjà sacrifié un post-fouille, on met en place des outils d’acquisition rapides qui vont nécessiter au contraire un accroissement du post-fouille qu'on n’aura pas, c'est sûr qu'on va dans l'impasse.

18Yaramila Tchérémissinoff : J'ai une question supplémentaire : comment tu en fais un support d'interprétation sur le terrain de ton scan ? Tu l’imprimes en quatre vues ? Comment en fais-tu un support annoté, tout simplement ?

19Aurélie Zemour : Non je n'ai pas fait de support annoté. Par contre j'ai toujours fait des photos. La preuve le modèle est habillé avec les photos. Mais c'était plus rapide.

20Yaramila Tchérémissinoff : Et quel est le statut d'archive de la 3D en terme de recevabilité (archivistique) ?

21Aurélie Zemour : C'est une bonne question mais je n'ai pas les compétences pour y répondre.

22Bruno Bizot : On ne sait pas le recevoir, c’est très simple, parce qu'il n'y a pas de compétences. On commence à peine au niveau des services régionaux à se soucier des documents numériques et par conséquent des photos numériques. Il y a encore des services qui empilent des boîtes de CD, on sait très bien que dans 10 ans si personne ne se soucie de ces boîtes de CD, on aura perdu les photos numériques. Pareil, il y a eu des modes en terme de logiciel d'acquisition de données de terrain d'enregistrement d’US et autres et tout ça est sauvegardé uniquement dans des formats natifs du logiciel en question et cela va être perdu. Alors la 3D, nous, pour l'instant, au niveau des DRAC, on est en train d'essayer de faire prendre conscience du problème et de négocier des espaces de stockage dans les serveurs. On n’a même pas encore commencé à parler des formats et je pense qu'il faut qu'il y ait des gens compétents qui à un moment donné nous donnent des protocoles. On sait entrer des tessons, entrer des rapports de fouilles. Les documentalistes, si on leur donne un protocole, ils sauront dire « il me faut tel fichier sous tel format » et là on pourra dire que ça constitue une archive. Pour l'instant, on n'a pas d'archives, on a des documents dont on ne connaît pas la pérennité, qui sont conservés dans des tiroirs de façon un peu dispersée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Discussion 4 - Réflexion sur l’apport d’un SIG à la lecture d’un dépôt collectif : le cas de Saint-Sauveur “Les Grès” (Somme) », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 7 | 2019, mis en ligne le 29 octobre 2019, consulté le 12 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/pm/1960

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page