Navigation – Plan du site
Renouvellement des outils informatiques pour l’enregistrement et l’étude des sépultures collectives. Échanges méthodologiques

Discussion 5 - L’outil SIG au secours d’un contexte funéraire en déshérence : l’hypogée des Crottes (Roaix, Vaucluse)

Retranscription audio des discussions au 31 octobre 2018

Notes de la rédaction

Reçu le 17/05/2019 — Accepté 29/08/2019

Texte intégral

1Aurélie Zemour : Oui, le problème de sémiologie, je me le pose aussi pour la reprise d'une collection. C'est un peu similaire sauf que je n'ai pas du tout de relevé, et en fait avec ce que tu as présenté, les lignes de couleur, ça peut quand même aider. Le problème est de savoir si cela ne complique pas trop la lecture dynamique de remplacer, par exemple, les fémurs par des triangles…

2Bruno Bizot : Moi j'ai essayé pour trier afin de ré-attribuer les os aux individus. J'ai essayé à un moment donné d'attacher un petit signe, un petit symbole, à chaque type d’os en me disant que j’allais bien retrouver les humérus et autres. Après, on est confronté à un problème de densité qui fait que j'ai très vite abandonné cette manière de procéder pour revenir à un tri beaucoup plus classique. C'est-à-dire que si je voulais voir les humérus, je demandais à ArcGis de me sortir les humérus. Rien de plus, et de cette manière j'ai eu un tri beaucoup plus efficace qu’en superposant ces micro signes, parce qu'une fois réduit à la taille de l'écran, qui plus est au format A4, lorsqu'on les met sur un rapport, ça devient vite rédhibitoire, on n’arrive plus à les distinguer. Cela fait du bruit mais pas toujours de l'information.

3Aurélie Zemour : Donc, en gros, tu dis que pour la succession des dépôts il suffit d'avoir des points, et, avec ce système de coupe et ligne de couleur, on peut reconstituer la dynamique des dépôts. Et pour l'analyse taphonomique, on utiliserait les relevés photos, et, ou, la 3D.

4Bruno Bizot : On utilise ce qu'on a quand de toute façon ce sont des fouilles anciennes...

5Aurélie Zemour : Et pour les prochaines fouilles ?

6Bruno Bizot : Pour les prochaines fouilles, je pense que Mas Rouge est allé très loin. C'est l'exemple le plus abouti, et ce qui m'a vraiment le plus impressionné c'est de passer de l'horizon décapage mécanique à des restitutions qui prennent en compte les pendages et autres. Effectivement ce n’est pas possible de faire autrement avec le protocole qui a été mis en place si on veut atteindre ce niveau de complexité...

7Yaramila Tchérémissinoff : Précision : “le plus abouti…” par rapport au gisement.

8Bruno Bizot : Effectivement, je serais peut-être plus sceptique sur ce travail intense que vous avez fourni, enfin la nécessité de le faire, si nous avions seulement des dépôts horizontaux, par exemple bien ordonnés. C'est évident que c'est un effort considérable et il y aurait peut-être eu des raccourcis à prendre, qui auraient permis d'obtenir un résultat satisfaisant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Discussion 5 - L’outil SIG au secours d’un contexte funéraire en déshérence : l’hypogée des Crottes (Roaix, Vaucluse) », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 7 | 2019, mis en ligne le 29 octobre 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/pm/1968

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page