Navigation – Plan du site

Bricolage : une perspective nouvelle sur les matérialités complexes

Gary Webster
Traduction de M. Bailly et G. Webster
Cet article est une traduction de :
Bricolage: A Novel Archaeological Perspective on Complex Materialities

Résumés

Le concept de bricolage a été adapté à un large éventail d'applications pratiques, conceptuelles, méthodologiques et critiques dans la plupart des domaines d'investigation et d'expression artistique, mais a trouvé peu d’écho dans l'archéologie traditionnelle. Ici, après avoir présenté un modèle heuristique du bricolage-collage basé sur les formulations originales de Levi-Strauss, le modèle est appliqué afin de révéler le contenu de certaines matérialités complexes appartenant à la fin du troisième millénaire avant JC en Sardaigne, en particulier les assemblages de mobilier funéraire des tombes Monte Claro de Bau su Matutzu et de Gannì. Contrastant avec les approches holistiques et contextuelles traditionnelles, ces assemblages sont ici déconstruits et rapportés à leurs matérialités et à leurs référents afin de mettre en évidence un bricoleur intellectuel conjectural, élaborant de nouvelles significations à partir d'un inventaire éclectique des compétences, de coutumes et de styles empruntant à des références diffuses. Une cartographie du corpus de comparaisons pour la conception de ces tombes, leur traitement funéraire et leurs mobiliers d’accompagnement suggère la captation locale d’items exotiques où les compétences, les techniques, les attributs de forme et de style ont été glanés de manière opportuniste pour des redéploiements au cours de la création des tombes uniques afin de distinguer du commun les patrons inhumés et leurs familles.

Haut de page

Notes de la rédaction

Reçu le 23/09/2018 — Révisé et accepté le 28/10/2019

Cet article n'est pas une traduction intégrale mais plutôt un long résumé de la version anglaise de l'article « Bricolage: A Novel Archaeological Perspective on Complex Materialities ».

Texte intégral

Introduction

1L'anthropologue français Claude Lévi-Strauss, dans son livre La pensée sauvage (1962), a employé le concept de bricolage pour décrire comment, dans les milieux culturels traditionnels, les mythologies pouvaient être créées et recréées à travers la recombinaison innovante d'éléments conceptuels déjà à disposition. À la suite d'un résumé du concept de bricolage et de ses manifestations similaires à des collages, nous montrons que ces concepts pourraient être appliqués aux enquêtes archéologiques, et nous appliquons la valeur heuristique du bricolage à l’analyse d'un assemblage funéraire du troisième millénaire du faciès Monte Claro.

Modèle de bricolage-collage

2La mise en œuvre du bricolage comme outil d'investigation implique la tâche d'identifier la matérialité d'une telle conduite en ce qu'elle se manifeste par des preuves de sélection, de conservation, de recombinaison et de réinstallation de parties constitutives ou de fragments vers des créations nouvelles dans des contextes sociaux spécifiquement définis. Cela exige en retour une méthode alternative, employant une lecture fractale des preuves comme un ensemble similaire à un collage pour permettre la reconstruction des biographies d’objets et, ce faisant, de rendre compte du projet de cet hypothétique bricoleur par ses découvertes, acquisitions, recueils, conservations, mémoires, interprétations et redéploiements.

Appliquer le modèle du bricolage-collage à la culture de Monte Claro

3Au cours de ce qui fut probablement une courte période de temps au mitan du 3e millénaire av. n. è., la culture matérielle désignée par le terme d’Abealzu-Filigosa est remplacée dans une large partie de la Sardaigne par des productions matérielles aux expressions très contrastées pour la poterie, la métallurgie, l’architecture, mais aussi par différents modes de peuplement et différentes pratiques funéraires – disposant de fréquents parallèles avec le Proche-Orient – l’ensemble étant désigné sous le nom de culture de Monte Claro (faciès méridional). Une récente reprise du corpus disponible permet de soutenir l’existence d’une élite autochtone engagée dans des relations avec les sphères culturelles de l’Anatolie et de la Syrie.

La culture de Monte Claro culture et Bau su Matutzu

4L’existence d’une élite Monte Claro dans le sud de la Sardaigne est clairement visible dans les tombes en fosse qui apparaissent au cours de la seconde moitié du 3e millénaire av. n. è. Dans cet ensemble, les tombes les mieux préservées et décrites sont les tombes de Bau Su Matutzu et Gannì, toutes deux localisées dans la basse plaine de Campidano (fig. 1).

1. Localisation des tombes de Bau su Matutzu et Gannì, Sardaigne

1. Localisation des tombes de Bau su Matutzu et Gannì, Sardaigne

5La tombe de Matutzu, plus ou moins intacte, est voûtée et possède un plan rectangulaire allongé avec deux niches latérales et une niche axiale au fond du monument. Les restes de trois ou peut-être quatre squelettes étaient disposés sur leur flanc gauche et posés sur une bière de tessons provenant de trois pithoi massifs. Le mobilier d’accompagnement trouvé avec les dépôts funéraires et sur le sol de la chambre funéraire comprend des jarres décorées, des bols, des braseros tripodes, une amphore et un poignard en cuivre doté d’une lame à languette.

2. Section (above) and plan (below) of the Matutzu tomb

2. Section (above) and plan (below) of the Matutzu tomb

Manunza 2010, figs. 8-9

6La tombe I à Gannì, également bien préservée, comprend une tombe en puits à chambre double dans un plan radial. Les modes de dépôts diffèrent de la tombe de Matutzu. La chambre nord conservait les squelettes préservés des quatre premiers enterrements, une femme et trois hommes déposés directement sur les banquettes de pierre aménagées sur le côté gauche, sans dépôt de tesson. Le mobilier d’accompagnement consiste en un bol décoré à surface polie (avec la femme), un plat en céramique, un bol décoré, une lame de hache polie, des outils de pierre taillée, probablements utilisés pour décorer les céramiques. La chambre contenait les restes osseux du dépôt primaire de deux jeunes adultes et d’un enfant, en position semi-fléchie sur leur côté gauche, directement sur le sol rocheux, et accompagnés de vases richement décorés, de situles, d’une coupe, d’outils de pierre taillée et d’une alène de cuivre. Les restes des squelettes désarticulés (enterrement secondaire) de deux enfants, accompagnés d’une coupe miniature et de fragments d’une coquille marine ont été trouvés dans une petite niche murale. L’examen du mobilier funéraire et les résultats d’analyses isotopiques sur l’os humain permettent d’avancer l’existence d’une différence de statut entre les deux groupes funéraires de Gannì, les défunts de la tombe orientale (une famille nucléaire ?) bénéficiant d’une alimentation notablement meilleure et d’indicateurs sanitaires plus favorables.

Réaliser une approche non-contextuelle des documents archéologiques : déconstruction et provenances

7Afin d’effectuer une approche décontextualisée, porter un regard fractal sur les données, une méthodologie en trois étapes a été suivie, en poursuivant l’objectif d’établir l’origine conceptuelle et stylistique des apports déployés par un « intellectuel bricoleur » dans la création des tombes.

81. Désassembler le répertoire funéraire jusqu’aux éléments constitutifs de la conception de la tombe, du traitement funéraire (observance de règles) et des mobiliers funéraires (avec les céramiques d’accompagnement plus tard examinées dans leurs traitements décoratifs et leur disposition).

92. Établir la source des éléments observés. Pour cela, une analyse comparative détaillée des matériaux publiés a été réalisée, en procédant du plus proche au plus lointain, y compris extra-insulaire, dans le but de documenter des parallèles contemporains proches. Plusieurs centaines de publications ont été consultées couvrant la Méditerranée et les régions immédiatement adjacentes au Nord et au Sud, du Portugal à l’Asie mineure-Levant, et au-delà jusqu’en Mésopotamie. Plus simplement, l’intérêt était d’établir l’origine des références, localiser les lieux à partir desquels les concepts, l’imagerie, les éléments stylistiques, les prototypes avaient pu être probablement glanés, conservés, potentiellement reproduits dans les nouvelles recombinaisons de l’assemblage archéologique de chaque tombe. Les ensembles de comparaison géographiquement les plus proches offrant les comparaisons les plus substantielles ont été considérées comme les sources les plus probables des expressions funéraires examinées. Les cas d’exceptions ont également été notés sans être considérés comme indiquant une origine plausible.

103. Cartographier l’accès probable aux sources pour chaque assemblage archéologique dans chaque tombe et évaluer leur pertinence pour nourrir des modèles basés sur l’agentivité.

Reconstruire et interpréter l’espace des sources

11Cartographier les comparanda des éléments de chaque tombe a produit les contours d’un espace de provenances (fig. 3) à partir duquel le bricoleur hypothétique a pu glaner les compétences, les techniques et les formes – ainsi que les attributs stylistiques redéployés dans les tombes de Bau su Matutzu et Gannì. Plusieurs observations en découlent :

121. En ce qui concerne les deux assemblages examinés ici, les espaces considérés comprennent à la fois des apports locaux-traditionnels et des apports distants-exotiques. Ces derniers, bien que relevant d’espaces géographiques étendus, sont plus ou moins contigus, s’étendant du Levant au Moyen-Euphrate syrien jusqu’à l’Anatolie occidentale (et les îles ioniennes adjacentes). Les assemblages des tombes individuelles sardes reflètent un éclectisme figurant des attributs stylistiques en provenance d’origines diffuses au sein desquelles aucune « patrie » n’a été identifiée.

132. Il y a peu de preuves matérielles pour établir que la Méditerranée occidentale et la Méditerranée centrale étaient des espaces de provenance importants dans la création des assemblages funéraires examinés ici. Les parallèles souvent cités de certains attributs diagnostiques du Monte Claro, soit les cannelures, les décors brunis ou plus rarement les bords renforcés dans des régions adjacentes à la Sardaigne (France méridionale, Corse, îles Baléares, Italie, Lipari) ne sont ni nombreux ni, à part de rares exceptions (Lipari), strictement comparables. On doit souligner ici que bien qu’une ressource orientale a pu constituer l’origine la plus probable pour les témoins exotiques dans les assemblages des tombes en puits de Sardaigne, il n’existe pas de base factuelle pour affirmer que ce fut le cas dans tous les contextes Monte Claro

143. Lipari peut constituer un point de référence particulier pour les réseaux orientaux. Les découvertes de cannelures (bien qu’horizontales et fréquemment à l’intérieur du vase) et de tessons à motifs brunis – dont certains offrent des liens stylistiques très étroits avec l’Anatolie occidentale (Lloyd & Mellaart 1962: fig. P.36: 7; cf. Castaldi 1999: 153), viennent s’ajouter aux données pour suggérer que cette petite île au nord de la Sicile était un point de contact ou une étape de voyage, depuis une date ancienne, sur la route la plus vraisemblable entre la Sardaigne et les destinations orientales (fig. 2; Moravetti 2017: 202, see also Cosmopoulos 1991: 166, Avino & Rosada 2014, Bernabò Brea 1988, Cazzella et al. 2011, Kouka 2009).

154. Les provenances locales, par exemple les survivances de la culture matérielle de Filigosa-Abealzu, contribuèrent de manière mineure mais discernable, spécifiquement dans les éléments de l’architecture des tombes et la morphologie de certains mobiliers funéraires (poignards à languette, jarres de taille moyenne). La culture campaniforme sarde d’autre part, ne paraît pas avoir d’influence notable sur la constitution des assemblages archéologiques des tombes de Bau Su Matutzu ou Gannì (contra Manunza 20 10: 109-10).

165. Bien que l’architecture, les mobiliers funéraires et les modes de sépulture varient entre les assemblages funéraires de Monte Claro examinés ici, les offrent tous les deux des éléments dont l’origine commune regarde la même hypothétique source orientale.

176. En dépit de l’existence de clairs exemples d’émulation locale à partir d’objets étrangers, aucun cas d’objet importé n’a été identifié à Bau Su Matutzu ou Gannì, tout comme dans les autres contextes du Monte Claro méridional. Ce qui n’exclue pas, bien sûr, l’importation de produits périssables du travail humain (Webster & Webster 2017: 111).

3. Proposed eastern catchment of the hypothetical Monte Claro bricoleur

3. Proposed eastern catchment of the hypothetical Monte Claro bricoleur

Lectures recontextualisées

18Supposant qu’un bricoleur hypothétique a rendu sélectivement, à partir d'un vaste inventaire de styles et d'attributs glanés de près et de loin, seulement ceux qui avaient des associations significatives, on pourrait spéculer sur leur réception sociale avec un regard alterné. Au niveau insulaire, les références à la culture matérielle Filigosa-Abealzu dans l'assemblage de Matutzu suggèrent un certain degré d'identification avec la tradition locale. En même temps, d'autres références soutiennent des notions d'altérité et d’appartenance à une élite. Celles qui sont répétées parmi les tombes de Monte Claro suggèrent une syntaxe commune – une lingua franca – parmi les sujets qui, en acquérant de telles œuvres, ont authentifié leurs affiliations et souligné leur altérité mais en même temps se sont liés aux réseaux commerciaux, vraisemblablement prestigieux, tout en augmentant leur influence potentielle dans les économies locales. En même temps, des variations subtiles dans l'architecture, dans le traitement des restes funéraires et dans l’originalité et la qualité spécifiques des mobiliers funéraires déposés ont offert un éventail visuel par lequel les pairs sensibles aux statuts individuels ont formé des jugements et des opinions sur des questions de mérite social et de statut social.

Conclusion

19En appliquant les concepts de bricolage-collage, deux ensembles de mobiliers funéraires provenant de deux tombes de la culture de Monte Claro ont été considérés comme une collection de références culturelles. Les caractéristiques constitutives de ces assemblages ont été dégagées afin de révéler les preuves de l’agentivité spécifique dont ces bricoleurs intellectuels ont fait preuve en mobilisant un inventaire éclectique de compétences, des coutumes et des styles locaux ainsi que des aspects exotiques afin d’obtenir un dispositif (installation) funéraire nouveau. Ce résultat nous encourage à poursuivre l’emploi de cette méthodologie sensible au potentiel de lecture décontextualisé de la lecture fractale des données archéologiques dans le cadre d’un modèle de type bricolage-collage.

Haut de page

Bibliographie

Avino & Rosada 2014, AVINO P., ROSADA A., Mediterranean and Near East obsidian reference samples to establish artefacts provenance, Heritage Science, 2, p. 16.

Bernabò Brea 1988, BERNABÒ BREA L., L’Età del rame nell’Italia insulare: la Sicilia e le Isole Eolie, Rassegna di Archeologia, 7, p. 469-506.Castaldi 1999

Cazzella et al. 2011, CAZZELLA A., CULTRARO M., RECCHIA G., Relazioni tra l’Italia centro-meridionale, la Sicilia e l’area egeo-balcanica durante l’Eneolitico, in D. Cocchi Genick (ed.), Atti della XLIII Riunione Scientifica dell’Istituto Italiano di Preistoria e Protostoria: L’età del Rame in Italia. Bologna 26-29 novembre 2008, Firenze: Istituto Italiano di Preistoria e Protostoria, p. 158-64.

Cosmopoulos 1991, COSMOPOULOS M.B., Exchange networks in prehistory: the Aegean and the Mediterranean in the third millennium B.C., in R. Laffineur, L. Basch (eds.), Thalassa : L’Égée préhistorique et la mer (Aegaeum 7), Liège: Université de Liège, p. 155-68.Kouka 2009

Lloyd & Mellaart 1962, LLOYD S., MELLAART J., Beycesultan, Vol. I. London: The British Institute of Archaeology at Ankara.Manunza 2010

Moravetti 2017, MORAVETTI A., Sulla cultura di Monte Claro, in A. Moravetti, P. Melis, L. Foddai, E. Alba (eds.), La Sardegna preistorica. Storia, materiali, monumenti (Corpora delle antichità della Sardegna). Sassari: Regione Autonoma della Sardegna/Carlo Delfino Editore.

Webster & Webster 2017, WEBSTER G, WEBSTER M., Punctuated Insularity: The Archaeology of 4th and 3rd Millennium Sardinia (BAR International Series 2871). Oxford: Archaeopress.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Localisation des tombes de Bau su Matutzu et Gannì, Sardaigne
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2063/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Titre 2. Section (above) and plan (below) of the Matutzu tomb
Crédits Manunza 2010, figs. 8-9
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2063/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre 3. Proposed eastern catchment of the hypothetical Monte Claro bricoleur
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2063/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gary Webster, « Bricolage : une perspective nouvelle sur les matérialités complexes », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 7 | 2019, mis en ligne le 13 novembre 2019, consulté le 19 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/pm/2063

Haut de page

Auteur

Gary Webster

Professeur émérite agrégé en anthropologie et Docteur en archéologie

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page