Navigation – Plan du site

AccueilNouvelle série8Études technologiques : quels app...Le prestige des guerriers : équip...

Études technologiques : quels apports pour l’interprétation du phénomène ?

Le prestige des guerriers : équipements d’archers campaniformes en Europe centrale

The prestige of warriors: Bell Beaker archers’ equipment in Central Europe
Nicolas Clément
Traduction(s) :
The prestige of warriors: Bell Beaker archers’ equipment in Central Europe [en]

Résumés

Le Campaniforme s’illustre notamment par la figure du guerrier, prégnante dans les viatiques et qui a longtemps supporté des théories invasionnistes. Afin de mieux percevoir la portée sociale du guerrier campaniforme, cette étude se propose d’analyser ses objets-signes (pointes de flèches, brassards, abraseurs à rainure, pendentifs arciformes, poignards) en Europe centrale, région dense en tombes individuelles. Grâce à une démarche techno-fonctionnelle, c’est l’ensemble de la biographie de ces objets qui est analysée ici afin d’en préciser les modes de production et de consommation. Confrontée aux biographies des individus selon leur sexe, leur âge et leur richesse, l’histoire de ces objets permet d’esquisser un modèle de société campaniforme. Loin des supposées conquêtes, l’adhésion à l’idéologie du guerrier a pu être motivée par l’opportunité qu’elle donnait aux individus d’exprimer des stratégies de prestige social.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 23.01.2019 – Version révisée reçue le 13.08.2019 – Article accepté le 04.10.2019

Texte intégral

Je tiens à remercier les organisateurs pour leur invitation à cette table-ronde. Cette étude a été financée grâce à une bourse postdoctorale de la Fondation Fyssen. Je tiens à remercier Petr Květina pour son accueil à l’Institut archéologique de Prague. Ma reconnaissance va envers Antonín Přichystal (Université de Brno) qui m’a épaulé dans la détermination des roches utilisées pour fabriquer pointes de flèches et brassards. Je tiens à remercier l’ensemble des conservateurs et, en particulier, Klára Neumanová (Institut archéologique, Prague), Jan Kolář (Université de Brno), František Trampota (Musée de Mikulov) et Róbert Patay (Musée Ferenczy) pour avoir facilité la conduite de cette recherche.

Introduction

1La distribution européenne des gobelets campaniformes et d’une culture matérielle associée (mobilier d’archerie, poignards, parures, etc.), découverte d’abord dans les tombes, a eu tôt fait au xxe siècle d’interroger sur l’origine et la diffusion de cette culture, de même que sa nature, entre idéologie et culture ou les deux à la fois mais successivement (Benz et al. 1998). La ou les origine(s) et la nature du Campaniforme ne font pour l’heure pas l’objet d’un réel consensus, proportionnellement à l’ampleur de la question et du nombre de spécialistes qui se sont penchés dessus (Lemercier 2018). En outre, les études sur le Campaniforme restent encore largement tributaires des approches typologiques et, dans une moindre mesure, technologiques menées sur les céramiques. Or, les gobelets, bien qu’emblématiques, ne sont sans doute pas l’élément le plus important de cette culture au regard des données funéraires (Salanova 1998). Il apparaît donc indispensable d’étudier le mobilier associé aux vases et, au premier chef, l’équipement d’archer.

2Les théories diffusionnistes du début du xxe siècle ont fait une part belle aux invasions et de ce fait aux guerriers. Elles se réfèrent indirectement à des modèles historiques cohérents (invasions celtiques ou barbares), permettant d’expliquer la diffusion rapide du Campaniforme à l’échelle de l’Europe (Harrison 1974). La démonstration de ces invasions campaniformes supposées est loin d’être faite et les dernières décennies de recherches ont largement abandonnées ces hypothèses. Or, tout modèle monolithique et diffusionniste expliquant le phénomène campaniforme ne résiste pas à l’examen des faits (Lemercier 2018). La culture matérielle contrarie l’idée même d’une origine unique et trouve des filiations en dehors des berceaux généralement admis du gobelet campaniforme, tels les boutons perforés en V qui préexistent dans diverses régions méditerranéennes et baltiques (Guilaine 2004) ou les armatures de flèches à pédoncule et ailerons équarris qui trouvent une origine dans le nord-ouest de la France (Nicolas 2016). En outre, la séparation entre une Europe centrale et septentrionale où la sépulture individuelle et une forte division sexuelle sont la règle et une Europe occidentale et méridionale où domine en apparence la réutilisation de tombes collectives ne fait que renforcer la forte impression de polymorphie du Campaniforme et infirmer un diffusionnisme triomphant.

3Malgré le caractère protéiforme du Campaniforme et l’abandon des théories diffusionnistes, il n’en reste pas moins que l’anthropologie, les analyses isotopiques ou ADN ont pu démontrer des mouvements d’individus ou de populations (Price et al. 2004, Desideri 2011, Fitzpatrick 2011, Olalde et al. 2018). Ces déplacements ont indéniablement servi de vecteur à la diffusion de la culture campaniforme en Europe et ce dans un laps de temps assez court, une à deux générations tout au plus, non quantifiable par le radiocarbone. Les isotopes du strontium ainsi que les cartes de distribution attestent des déplacements directs entre des centres éloignés, réceptifs à la culture campaniforme et non une diffusion de proche en proche. Ces mouvements sont autant de facteurs d’homogénéisation à l’échelle européenne. Selon les régions, la contribution des communautés locales apparaît très variable : des régions connaissent un changement massif de populations, d’autres un renouvellement partiel, un même phénomène est perceptible dans la culture matérielle (Price et al. 2004, Desideri 2011, Olalde et al. 2018, Gibson 2019). Si certaines régions paraissent adopter entièrement la culture campaniforme, d’autres voient, au moins dans un premier temps, sa cohabitation avec les cultures locales, d’autres n’en reçoivent que certains éléments constitutifs et d’autres encore se montrent particulièrement rétives (par exemple Lemercier 2018, Nicolas et al. 2019). Malgré ces fortes disparités, les arguments de l’équation diffusionniste sont toujours présents :

  • la distribution européenne du Campaniforme ne cesse d’être complétée, les hiatus étant peu à peu comblés et les concentrations renforcées ;

  • le Campaniforme apparaît de façon presque simultanée dans une large part de l’Europe autour du xxve siècle av. n. è. ;

  • les tombes à armes constituent jusqu’à un quart des sépultures campaniformes.

4Pour cette dernière raison, la question délaissée du guerrier et d’une classe sociale se revendiquant comme telle s’est faite de nouveau jour (Bailly 2002, Vandkilde 2006, Heyd 2007, Lemercier 2011). Les sépultures à armes sont à une large part celles d’hommes adultes, même si quelques cas de tombes d’enfants ou de femmes attestent d’une part d’un statut héréditaire et d’autre part d’une transgression possible de genre (Turek & Černý 2001). Au-delà des viatiques, le guerrier campaniforme prend corps avec les stèles anthropomorphes armées des nécropoles de Saint-Martin-de-Corléans (Val d’Aoste, Italie ; De Marinis 1995) et du Petit-Chasseur (Sion, Valais, Suisse ; Corboud 2009). Elles figurent sans doute plus les représentants d’une élite guerrière que des dieux ou des divinités tutélaires (Gallay 1995). La question du statut de ces guerriers et de leur panoplie dans les tombes reste entière.

5Afin de préciser le statut du guerrier, il apparaît crucial d’analyser ses objets-signes en reconstituant leurs biographies en regard des hiérarchies sociales à l’œuvre dans les sociétés campaniformes. Pour ce faire l’Europe centrale apparaît comme une région particulièrement propice, puisque le rite de la sépulture individuelle y est la norme, permettant d’attribuer à chacun ses propres viatiques et permettant de croiser les biographies des objets avec celles des individus. En outre, ces tombes individuelles généralement regroupées dans de larges cimetières sont connues en nombre.

6Ainsi, ce sont 480 sépultures campaniformes livrant une panoplie à l’archerie (brassards d’archer, pointes de flèches, abraseurs à rainures, pendentifs arciformes, poignards) qui ont pu être recensées dans le sud de l’Allemagne, en Autriche, en République tchèque et en Hongrie (tabl. 1 ; fig. 1 et 2). Ce corpus est le plus abondant d’Europe pour ce type de sépultures. Il est le support à l’étude du mobilier d’archerie, mené en République tchèque et en Hongrie, et à l’analyse des données anthropologiques et sociales de l’inhumé. Comment est fabriqué le mobilier d’archerie ? Quelles sont ces fonctions ? Au-delà des objets, quelle est l’identité sociale des défunts enterrés avec une panoplie d’archer ? Comment ces objets reflètent-ils les organisations sociales campaniformes et la diffusion de ces sociétés ?

1. Distribution des sépultures campaniformes avec un équipement d’archer en Europe centrale

1. Distribution des sépultures campaniformes avec un équipement d’archer en Europe centrale

Détail des sites, cf. annexe 2

2. Exemples de tombes de “guerriers” campaniformes en Europe centrale

2. Exemples de tombes de “guerriers” campaniformes en Europe centrale

Seuls les objets liés à l’archerie sont figurés
1 - Sépulture double masculine à Rousínov-Rousínovec II 18/1985, Moravie, d’après Geisler 1990 ;
2 - Tombe masculine à Hoštice I (tombe 915/02), Moravie, d’après Matějíčková & Dvořák 2012 ;
3- Sépulture d’un enfant âgé de 5 ans à Landau-SüdOst (tombe 1), Bavière, d’après Husty 2004 ;
4- Tombe masculine à Irlbach ‘Am Auwald’, Bavière, d’après Koch 2005.

Tabl. 1 – Inventaire des tombes campaniformes avec un équipement d’archer en Europe centrale selon leurs contenus. M : moule de poignard.

Pointe de flèche

Brassard

Polissoir à rainure

Poignard

Pendentif arciforme

Nombre de tombes

X

X

X

X

4

X

X

X

X

1

X

X

X

2

X

X

X

X

4

X

X

X

27

X

X

X

7

X

X

38

X

X

X

3

X

X

11

X

X

15

X

89

X

X

X

1

X

X

3

X

X

X

6

X

X

36

X

X

12

X

134

X

4

X

X

6

X

45

M

1

X

31

Total

480

1. Les sépultures campaniformes en Europe centrale

7À l’échelle de l’Europe, les modes funéraires campaniformes sont loin d’être uniformes. En Europe centrale, la sépulture individuelle est nettement privilégiée mais il n’est pas rare de voir des sépultures doubles ou multiples, jusqu’à cinq individus (fig. 2, n° 1). L’inhumation en chien de fusil est majoritaire (fig. 2) et peut coexister avec la crémation (Endrődi 2013). Le fait marquant des inhumations est qu’elles sont clairement genrées : les hommes sont généralement enterrés sur le flanc gauche la tête au nord vers l’est, tandis que les femmes sont inhumées sur le côté droit la tête au sud regardant le levant également (Turek & Černý 2001 ; fig. 2). Ces enterrements sont insérés dans des fosses rectangulaires ou ovalaires, qui peuvent atteindre le mètre de profondeur, lorsqu’elles sont bien conservées. À plusieurs reprises, des traces de coffrages en bois ont pu être mises au jour (Matějíčková & Dvořák 2012). Les fouilles récentes ont permis d’identifier dans des contextes où les ossements sont préservés des fosses qui ont tout d’une sépulture par leur forme et leur contenu. Néanmoins, aucun squelette n’y a été découvert, suggérant l’existence de cénotaphes (Peška 2013, Fojtík 2015). Certaines sépultures peuvent être entourées d’enclos circulaires de 2 à 13 m de diamètre, qui délimitaient peut-être de petits monticules. D’ailleurs au début du xxe s., les fouilles d’I. L. Červinka (1910) dans les bois de Moravie ont démontré l’existence de nécropoles de tumulus, pouvant atteindre une quinzaine de mètres de diamètre. Les découvertes anciennes mentionnent des découvertes isolées ou de petits ensembles de tombes. Lors de décapages extensifs, les tombes campaniformes apparaissent désormais regroupées en cimetières, allant d’une dizaine de sépultures à plus d’un millier. Néanmoins, ces mêmes décapages peuvent mettre en évidence des sépultures isolées, comme à Tišice (Bohême ; Turek 2015, M. Kuna, com. pers.).

8On peut observer un gradient est-ouest dans les modes d’enterrement : vers l’ouest, l’inhumation domine et les cimetières dépassent rarement la trentaine de tombes (fig. 3), vers l’est, la crémation est plus fréquente, voire dominante, et les nécropoles sont plus vastes (Endrődi 2013). En Moravie, le cimetière d’Hoštice I regroupe 157 sépultures (Matějíčková & Dvořák 2012 ; fig. 3). Dans la région de Budapest, les nécropoles de Szigetszentmiklós “Felső Ürge-hegyi dűlő” et de Budakalász “Luppa-csárda” atteignent respectivement 219 et 1 070 sépultures (Czene 2008, Patay 2013). Dans les cimetières, on observe rarement des regroupements nets selon le genre. Il en va de même des sépultures livrant du mobilier d’archerie. D’ailleurs, ces tombes de « guerriers » ne constituent rarement plus de 10 à 15 % des nécropoles. Un seul cas fait exception, c’est le cimetière d’Hulín “Pravčice” 2 en Moravie, dans lequel près d’un tiers des tombes livrent du mobilier d’archerie (13 sur 45 ; 28,9 %). Le cimetière est divisé en trois groupes, dans l’un desquels huit ou neuf sépultures armées sont alignées bout à bout (Peška 2013 ; fig. 3). Cette organisation particulière semble souligner dans ce cas la place privilégiée des sépultures avec du mobilier d’archerie.

3. Exemples de cimetières campaniformes d’Europe centrale. La plupart d’entre eux ne montrent pas de regroupements particuliers selon le genre ou le mobilier d’archerie, à l’exception du cimetière d’Hulín 2 “Pravčice” en Moravie

3. Exemples de cimetières campaniformes d’Europe centrale. La plupart d’entre eux ne montrent pas de regroupements particuliers selon le genre ou le mobilier d’archerie, à l’exception du cimetière d’Hulín 2 “Pravčice” en Moravie

9D’un point de vue chronologique, il existe plusieurs classifications régionales, possédant leurs propres subdivisions (Dvořák 1989, Heyd 2000, 2001, Endrődi 2013, Turek 2013). Toutefois, on peut retenir pour les sépultures campaniformes trois grandes étapes basées sur la typologie des gobelets avec d’abord un style international puis des styles régionaux et la présence de céramiques dites communes (Besse 2003) :

  • étape 1 : des tombes avec des gobelets de types maritime et épimaritime, la céramique commune y est rare ;

  • étape 2 : des tombes avec des gobelets décorés de styles variés, régionalisés et de la céramique commune ;

  • étape 3 : des tombes avec seulement de la céramique commune.

10L’identification de la première étape est également confirmée par d’autres types d’objets associés (Heyd 2001) et cet horizon « maritime » est bien reconnu ailleurs en Europe (Needham 2012, Salanova 2011). En revanche, la distinction entre les étapes 2 et 3 est a priori plus problématique car elle ne repose pas sur une évolution typologique des gobelets mais sur leur présence ou leur absence. Les dates radiocarbone indiquent une durée assez courte de la culture campaniforme, trois siècles, entre 2500 et 2200 cal BC. L’imprécision des dates radiocarbones n’infirme ni ne confirme cette chronologie relative (Peška 2012).

2. Biographies du mobilier d’archerie campaniforme

11Les 480 sépultures campaniformes répertoriées ont livré 1 233 pièces d’archerie (pointes de flèches, brassards, abraseurs à rainures, pendentifs arciformes, poignards) dont 570 (46,2 %) ont été examinées. Les collections étudiées proviennent de République tchèque et du site de Szigetszentmiklós “Felső Ürge-hegyi dűlő” en Hongrie (dir. R. Patay). Toutefois, nous avons intégré l’ensemble des corpus d’Europe centrale à notre réflexion. Dans une démarche techno-fonctionnelle, nous avons précisé pour chaque objet les matières premières utilisées, les méthodes de fabrication et les modalités d’usure afin de retracer les biographies de ces objets (Nicolas 2016).

2.1. Les pointes de flèches

12Parmi le mobilier d’archerie, les armatures de flèches bien souvent déposées en plusieurs exemplaires sont les plus nombreuses dans les tombes (tabl. 2 ; fig. 4). Elles sont généralement découvertes groupées, déposées avec les offrandes céramiques. On peut les trouver également en faisceau derrière le bassin, suggérant qu’elles étaient contenues dans un carquois tenu à l’épaule (fig. 2, n° 1).

Tabl. 2 – Inventaire des pointes de flèches campaniformes en Europe centrale

Pays

Nombre de tombes

Nombre de pointes de flèches

Nombre d’ébauches

Pièces étudiées

Allemagne

52

155

6

0

Autriche

0

0

0

0

Hongrie

24

66

3

35 (50,7 %)

République tchèque

125

395

22

296 (71 %)

Total

201

616

31

331 (51,1 %)

4. Nombre de pointes de flèches déposées dans les sépultures

4. Nombre de pointes de flèches déposées dans les sépultures

Matières premières

13L’approvisionnement en matières premières montre des disparités selon le substrat géologique (fig. 5). Là où des roches siliceuses de qualité sont présentes, l’approvisionnement est local (Nicolas 2016). Dans le sud de la Moravie, le chert de Krumlovský Les a été largement employé mais avec une diffusion limitée (jusqu’à 50 km ; Kopacz et al. 2009 ; fig. 5, B). Ailleurs, des réseaux d’approvisionnement ont été mis en place afin de compenser la faible qualité des roches locales (nodules de faibles dimensions, aptitude à la taille médiocre). En République tchèque, deux principales sources de silex exogènes (50 à 200 km) étaient employées : les silex maastrichiens erratiques provenant du sud de la Scandinavie et transportés jusqu’à la barrière formée par les monts Métallifères et les Sudètes les silex jurassiques du plateau de Cracovie-Częstochowa en Petite Pologne (Kopacz et al. 2009, Přichystal 2013 ; fig. 5, A). Les premiers se trouvent principalement en Bohême, tandis que les seconds ont principalement diffusé dans le nord de la Moravie. À côté de ces principales sources, quelques roches siliceuses locales ont pu être occasionnellement employées (quartzite de Tušimice, spongolithe crétacée en Bohême). D’autres roches encore, découvertes sporadiquement en Bohême, se distinguent par leur origine lointaine excédant 200 km pour le silex en plaquette jurassique de Bavière et 400 à 500 km pour les silex jurassiques de Petite Pologne (fig. 5, A). L’ensemble de ces roches exotiques se caractérisent par leur bonne aptitude à la taille (grain fin, matrice homogène, relative translucidité). Bien que dépourvues de tout gisement primaire de silex, la Bohême et la Moravie se distinguent par leurs réseaux de circulation de matières premières d’ordre régional et ce pour l’ensemble de l’outillage lithique (Kopacz et al. 2009). Alors qu’il existe localement des roches de second choix, celles-ci ont été peu exploitées. L’utilisation, quoique marginale, de silex extra-régionaux de Petite Pologne ou de Bavière s’explique sans doute par la présence dans ces régions de groupes campaniformes (Heyd 2000, Budziszewki et al. 2010). Ces armatures en silex exotiques résulteraient d’échanges indirects ou de contacts réguliers entre ces différentes communautés.

14Un cas particulier est fourni par la région de Budapest en Hongrie, où se trouve la communauté campaniforme la plus orientale (groupe de Csepel). Située sur l’île de Csepel et ses alentours, cette communauté est environnée par différentes cultures contemporaines (Endrődi 2013). Ici, les réseaux d’approvisionnement semblent bien plus restreints (< 85 km) et le silex local de qualité moyenne de Buda a été principalement utilisé (fig. 5, C). Des radiolarites de bonne qualité (Gerecse, Szentgál), quoique présentes régionalement (40 à 85 km) sont minoritaires dans les assemblages (Horváth 2017). Cet approvisionnement assez restreint pourrait être lié au relatif isolement du groupe de Csepel dans les réseaux campaniformes.

5. Origine des matières premières des armatures de flèches en République tchèque et en Hongrie

5. Origine des matières premières des armatures de flèches en République tchèque et en Hongrie

A - Origine des roches siliceuses employées en République tchèque (d’après Přichystal 2013) ;
B - distribution des roches siliceuses employées en République tchèque (d’après observations personnelles et Kopacz et al. 2009) ;
C - Sources et distribution des roches siliceuses employées en Hongrie (d’après Zandler 2009 et Horváth 2017).

Typologie

15Les armatures campaniformes d’Europe centrale sont perçantes et essentiellement à base concave. Les ailerons peuvent être dégagés par une base arrondie ou trapézoïdale. Quelques armatures ont un pédoncule équarri ou appointé (fig. 6). D’autres encore ont une base rectiligne et peuvent être assimilées à des ébauches. Néanmoins, quelques exemplaires ont des traces d’utilisation (émoussés des ailerons, possible cassure d’impact), attestant que certaines pointes à base rectiligne ont pu être utilisées telles qu’elles. Les formes assez variées s’inscrivent généralement dans un triangle dont les bords sont légèrement convexes. Cette morphologie peut parfois être plus nettement triangulaire ou ogivale. Les ailerons sont généralement équarris et, dans une moindre mesure, arrondis, appointés ou mixtes. Les dimensions de ces armatures peuvent aller du simple au double, mesurant 1,5 à 4 cm de longueur, 1 à 2,5 cm de largeur et en moyenne 0,4 cm d’épaisseur.

6. Types de pointes de flèches campaniformes en Europe centrale

6. Types de pointes de flèches campaniformes en Europe centrale

1 - pointe de flèche à pédoncule équarri et ailerons équarris, Borkovany I, tombe 1/59, Moravie (RMM, n° 80/1-3/59) ;
2 - pointe de flèche à pédoncule appointé et ailerons équarris, Předmostí, tombe (?) 1, Moravie (MKP, n° 1600/63/4) ;
3 - pointe de flèche à pédoncule appointé et ailerons appointés, Prosiměřice, tombe A, Moravie (JMZ, n° A30789/23) ;
4 - pointe de flèche à base trapézoïdale et ailerons équarris, Stehelčeves III, tombe 2, Bohême (VMS, n° 5846) ;
5 - pointe de flèche à base trapézoïdale et ailerons arrondis, Předmostí, tombe (?) 1, Moravie (MKP, n° 1600/63/5) ;
6 - pointe de flèche à base trapézoïdale et ailerons appointés, Hulín 2 “Pravčice”, tombe H45, Moravie (ACO, n° 04/2007-847-9b) ;
7 - pointe de flèche à base arrondie et ailerons équarris, Hoštice I, tombe 873/02, Moravie (MV, n° A84724) ;
8 - pointe de flèche à base arrondie et ailerons arrondis, Hulín 2 “Pravčice”, tombe H45, Moravie (ACO, n° 04/2007-847-9c) ;
9 - pointe de flèche à base arrondie et ailerons appointés, Praha “Kobylis” XV, tombe 12, Bohême (MHMP, n° A518447) ;
10 - pointe de flèche à base rectiligne, Szigetszentmiklós ”Felső Ürge-hegyi dűlő“, tombe 423, Hongrie (FM, n° 2009.11.423.1).

Clichés C. Nicolas.

16D’un point de vue chronologique, les trois pointes à pédoncule et ailerons recensées dans le corpus appartiennent à l’étape 1 et proviennent de Moravie (Heyd 2001). La pointe triangulaire à pédoncule et ailerons équarris de la tombe 1/59 de Borkovany I (fig. 6, n° 1) est le témoin le plus oriental d’un modèle largement diffusé en Europe occidentale (Bailly 2014). Ce modèle est probablement emprunté à des prototypes artenaciens dans le Centre-Ouest de la France (Nicolas 2016). Cette pointe est associée à un gobelet campaniforme de type maritime. Ce type de gobelet, réputé ancien, atteste la présence de ces armatures à pédoncule et ailerons équarris dans la diffusion du Campaniforme dans un mouvement clairement ouest-est (Bailly 2014). Deux autres armatures à pédoncule et des ailerons sont associées à des gobelets épimaritimes (Pernička 1961, Medunová-Benešová 1962 ; fig. 6, n° 2 et 3).

17Ces brefs influx occidentaux semblent avoir stimulé une production originale d’armatures campaniformes. Dès l’étape 1, les pointes à base concave constituent l’essentiel des carquois (fig. 5, n° 4 à 9). Ces armatures trouvent leur origine dans le substrat local formé par la culture du Cordé (Popelka 1992, Budziszewki & Tunia 2000, Kolář 2006). Les quelques exemplaires déposés dans les tombes cordées sont de format plutôt réduit (rarement au-dessus de 3 cm de longueur) à base arrondie et ailerons appointés. La production campaniforme centre-européenne de pointes à base concave diffère de cette tradition cordée par leurs ailerons généralement équarris. La base trapézoïdale, liée à un équarrissement complet des ailerons constitue également une nouveauté. Il fait peu de doutes que ces mutations sont liées à la circulation de modèles occidentaux à pédoncule et ailerons équarris. Ce phénomène d’acculturation s’opère seulement sur la partie visible de la pointe de flèche - les ailerons - sans remettre en cause la mode locale de fixation – la base concave insérée dans la hampe. Il traduit non seulement l’adaptation des armatures centre-européennes au goût du jour mais aussi l’adoption d’une valorisation nouvelle du mobilier d’archerie portée par la culture campaniforme.

Technologie

18Les armatures de flèches campaniformes sont réalisées sur éclats. Plus d’une vingtaine d’ébauches nous sont parvenues et permettent de reconnaître plusieurs stades de fabrication : des préformes dégrossies par une retouche courte à couvrante parfois écailleuse, des pièces régulières dont la forme finale est donnée par une retouche envahissante à couvrante et subparallèle (fig. 7, n° 1 à 4) et des pointes cassées lors du dégagement des ailerons (fig. 7, n° 5 à 7). La présence de ces ébauches dans les tombes suggère une segmentation de la chaîne opératoire : les armatures n’étaient pas taillées en une seule fois mais sans doute ébauchées au gré des possibilités d’approvisionnement et finalisées selon les besoins. La présence de pointes brisées à la taille suggère que certaines cassures n’étaient pas jugées rédhibitoires et que ces pièces étaient conservées en vue d’être retouchées à l’occasion. Certaines tombes livrent aussi des lots d’éclats qui peuvent, pour partie, servir de supports à des armatures de flèches. La découverte dans une tombe à Barbing (Bavière) d’un lot d’éclats bruts accompagnés entre autres d’un probable retouchoir en bois de cerf et de deux abraseurs à rainure semble confirmer cette hypothèse (Engelhardt 2010). Ce dépôt, probablement contenu dans un sac en matière périssable, pourrait avoir constitué un kit avec le nécessaire pour confectionner la pointe en silex et de la hampe.

7. Ébauches de pointes de flèches à différents stades de production et témoins probables de la retouche par pression au cuivre

7. Ébauches de pointes de flèches à différents stades de production et témoins probables de la retouche par pression au cuivre

1 à 4 - ébauches à retouche courte à envahissante ;
5 et 6 - ébauche à retouche couvrante cassée par un enlèvement outrepassant lors du dégagement des ailerons ;
7 - ébauche à retouche courte cassée par flexion lors du dégagement des ailerons ;
8 et 9 - Pointes de flèches dentelées montrant des points de pression étroits (< 1 mm de largeur) suggérant l’emploi d’un compresseur en cuivre ;
10 et 11 - ébauches de pointes de flèches retouchées par pression au cuivre vraisemblablement depuis des rebords rebroussés.
1 à 4 – Stehelčeves III, tombe 2, Bohême (VMS, n° 5862, 5859, 5857, 5861) ;
5 – Hulín 2 “Pravčice”, tombe H58, Moravie (ACO, n° 04/2007-860-15) ;
6 - Holešov, tombe X, Moravie (MK, n° 276-31/70) ;
7 - Radovesice-Bílina II, tombe 116/78, Bohême (RMT, n° 36752) ;
8 et 9 - Hulín 2 “Pravčice”, tombe H54, Moravie (ACO, n° 04/2007-856-14a et 04/2007-856-14e) ;
10 – Stehelčeves III, tombe 1, Bohême (VMS, n° 5831) ; 11 - Svobodné Dvory, Bohême (MVCHK, n° 21).

Clichés C. Nicolas.

19Les armatures sont retouchées par pression, comme en attestent des amorces concaves et la régularité de la retouche. Quelques baguettes ou pointes en bois de cerf, associées à des armatures de flèches, pourraient avoir servi au façonnage par pression (Turek 2004, Nicolas 2016). Par ailleurs, des pointes de flèches aux bords dentelés montrent des points de pression très étroits, inférieurs à 1 mm, qui suggère fortement l’emploi de compresseur en cuivre (fig. 7, n° 8 et 9). Leur utilisation est également suggérée par des retouches de minces rebords (fig. 7, n° 10 et 11). Les viatiques campaniformes livrent des alènes à section carrée plus ou moins allongées mais elles ne sont pas nécessairement associées à des armatures de flèches ou des ébauches (Kuna & Matoušek 1978, Turek 2004).

20Le façonnage peut être court, envahissant ou couvrant. Les pointes les plus minces sont façonnées par une retouche courte ou peu envahissante et sont dues à l’emploi d’éclats peu épais (< 3 mm). Les ailerons sont systématiquement dégagés par une retouche rasante à semi-abrupte. Ils sont courts, mesurant 0,5 à 7,5 mm. Quant aux finitions, elles sont généralement sommaires, faites de quelques micro-retouches (< 2 mm) régularisant les bords. Près d’un quart des pointes de flèches présentent un dentelé des bords, plus ou moins régulier, obtenus en laissant les micro-surplombs de part et d’autre du point de pression.

Organisation de la production

21Objets plutôt soignés dans les industries lithiques campaniformes, les pointes de flèches ont souvent été invoquées pour attester l’existence d’un travail artisanal du silex. La présence d’ébauches ou d’outils (compresseurs en bois de cerf ou en cuivre ; tabl. 3) dans un nombre restreint de tombes à pointes de flèches a pu être interprétée comme les viatiques d’artisans (Bátora 2002, Turek 2004). Les productions de pointes de flèches campaniformes sont certes soignées mais elles ne sont pas inaccessibles au quidam dans une société où la taille du silex constituait une pratique courante. En effet, les dimensions réduites des armatures campaniformes centre-européennes, leur façonnage rarement couvrant et leurs ailerons courts ne constituent pas de réelles difficultés pour un tailleur avec un minimum d’expérience. D’ailleurs, l’auteur de ces lignes, plutôt inexpérimenté en la matière, s’est essayé avec succès à reproduire les armatures campaniformes les plus simples à retouche courte ou envahissante. Ainsi, la présence d’ébauches ou d’outils dans les tombes n’indique pas nécessairement un haut niveau de savoir-faire et un travail artisanal clairement identifiable. Au contraire, plus la production est spécialisée plus les ébauches et les produits finis semblent être séparés dans les tombes, comme le suggèrent les tombes du Bronze ancien (Nicolas 2016, 2019). Dans les tombes campaniformes à pointes de flèches, une petite partie (12 %) livre des témoins de confection de flèches (ébauches, compresseurs en bois de cerf ou en cuivre, abraseur à rainure), rarement associés entre eux (tabl. 3), suggérant une sélection dans le kit du fabricant de flèches. Cette sélection traduit sans doute une compétence reconnue à l’inhumé mais rien ne prouve qu’il exerçait régulièrement et que ces fabricants de flèches alimentaient les autres archers.

Tabl. 3 – Inventaire des sépultures à pointes de flèches associées à des éléments liés à la fabrication des flèches

Site

Ebauche

Retouchoir en bois de cerf

Alène en cuivre

Abraseur à rainure

Bibliographie

Barbing II, Bavière

X

X

Engelhardt 2010

Irlbach “Am Auwald”, tombe 1, Bavière

X

Koch 2005

Künzing “Bruck” III, tombe 9, Bavière

X

X

X

Schmotz 1992

Markt, tombe 3, Bavière

X

X

Kociumaka 2002

Szigetszentmiklós “Felső Ürge-hegyi dűlő”, tombe 418, Hongrie

X

Patay 2013

Szigetszentmiklós “Felső Ürge-hegyi dűlő”, tombe 433, Hongrie

X

Patay 2013

Szigetszentmiklós “Felső Ürge-hegyi dűlő”, tombe 439, Hongrie

X

Patay 2013

Szigetszentmiklós “Felső Ürge-hegyi dűlő”, tombe 634, Hongrie

X

Patay 2013

Szigetszentmiklós “Üdülősor”, Hongrie

X

Endrődi et al. 2011

Brandýsek, tombe 71, Bohême

X

Kytilcová 1960

Holubice, Bohême

X

Šulová et al. 2008

Loděnice u Berouna, tombe 56, Bohême

X

Benková & Čtverák 1997

Praha “Kobylis” XV, tombe 11, Bohême

X

Turek 2006b

Radovesice-Bílina II, tombe 116/78, Bohême

X

X

Turek 2004

Stehelčeves III, tombe 1, Bohême

X

X

Knor 1966

Stehelčeves III, tombe 2, Bohême

X

Knor 1966

Sulejovice, tombe 3, Bohême

X

Hájek 1962

Svobodné Dvory, Bohême

X

Moucha 2003

Holešov, tombe X, Moravie

X

Ondráček & Šebela 1985

Hoštice I, tombe 915/02, Moravie

X

X

Matějíčková & Dvořák 2012

Hulín “Pravčice” 2, H58, Moravie

X

Peška 2013

Ostopovice I, tombe 14/70, Moravie

X

Dvořák et al. 1992a

Rousínov-Rousínovec II, tombe 18/1985, Moravie

X

Geisler 1990

Smolín I, tombe 13/51, Moravie

X

X

Novotný 1958

22L’absence d’un savoir-faire de haut niveau semble infirmer l’exercice de réels artisans dans la production de pointes campaniformes. La capacité de tout un chacun de produire des pointes même médiocres suggère que chaque archer était à même d’entretenir son propre carquois. Ceci n’exclut pas que certains acquièrent une plus grande compétence que d’autres, justifiant le dépôt de kit pour fabriquer des flèches ; on pourrait alors parler d’experts au sens où l’entend Jacques Pelegrin (2007). Ils ont pu tirer un certain prestige de cette compétence et, dans le même temps, échanger leur production, sans toutefois en tirer une réelle contrepartie (Nicolas 2016). À titre d’exemple, les chasseurs San du désert du Kalahari (sud de l’Afrique) s’offrent mutuellement des flèches à travers un système d’échange, nommé hxaro. Ils fabriquent leurs propres flèches (dotées aujourd’hui d’armatures perçantes en métal) mais seule une faible partie d’entre eux (16 %) sont reconnus comme étant des experts. En outre le fabricant de flèches obtient une plus grande part du produit de la chasse où il est responsable de la distribution de la viande (Wiessner 1983). Sur des bases similaires, nous avons déjà pu proposer ce modèle d’archer-tailleur pour le nord-ouest du continent et il semble qu’il ait fonctionné à l’échelle de l’Europe campaniforme (Nicolas 2016, 2019).

Biographies des armatures de flèches

23La fonction des pointes de flèches campaniformes comme projectiles est bien attestée. Elles présentent plusieurs traces d’emmanchement et d’utilisation. Hormis certains contextes où les armatures peuvent être concrétionnées, elles sont généralement d’aspect frais et ne paraissent pas avoir subi de fortes altérations taphonomiques. Sur les 310 pointes de flèches étudiées, seule une minorité (10 %) présente des résidus, qui peuvent correspondre à des vestiges d’adhésif. Deux pointes de la tombe A de Prosiměřice (Moravie) sont couvertes en partie centrale de résidus noirs d’aspect mat et sec, évoquant un adhésif organique. En outre, ces résidus portent l’empreinte ligneuse de la hampe, attestant de leur rôle d’adhésif (fig. 8, n° 1 et 2). Lors de la publication, l’une d’elles arborait encore un fragment de colle avec l’empreinte du lien enroulé sur la hampe ; ce qui permit au fouilleur de reconstituer le mode d’emmanchement de cette armature (Pernička 1961). La colle d’emmanchement est largement couvrante et laisse vierge seuls quelques millimètres du tranchant. Ces pièces exemplaires suggèrent que l’armature est insérée dans l’extrémité fendue de la hampe, resserrée par un lien, le tout étant couvert d’adhésif à l’exception des tranchants.

8. Traces d’emmanchement sur des pointes de flèches campaniformes

8. Traces d’emmanchement sur des pointes de flèches campaniformes

1 - pointe de flèche montrant l’étendue de la colle, conservant des empreintes de la hampe et des liens de fixation, Prosiměřice, tombe A, Moravie (JMZ, n° A30789/19) ;
2 - armature impactée, Svobodné Dvory, Bohême (MVCHK, n° 17) ;
3 - pointe de flèche réparée aux ailerons émoussés, Praha “Kobylis” XV, tombe 11, Bohême (MHMP, n° A518452) ;
4 - un cas de pointe de flèche à l’apex fortement arrondi, Neratovice I, tombe 16, Bohême (NM, n° 43332) : a. restes de colle et empreinte ligneuse de la hampe ; b. détail de la cassure en languette (> 2 mm) diagnostique d’un impact ; c. détail des reprises de la pointe qui se distinguent par une retouche plus fraîche ; d et e. détails d’un émoussé grenu, brillant et bien développé qui affecte les arêtes des enlèvements au niveau des ailerons ; f. détail d’un intense émoussé grenu et brillant arrondissant complètement l’apex.

Clichés C. Nicolas.

24Régulièrement, des émoussés ont pu être observés au niveau des ailerons. Ils sont plutôt grenus et localisés sur les arêtes des enlèvements (fig. 8, d et e). Ils sont rarement visibles à l’œil nu mais ils sont sensibles au doigt. Quand ils sont bien développés, ils peuvent être plus envahissants et brillants (Nicolas 2016). Toutefois, leur origine reste problématique (Gassin 1996 : 117-118) : s’agit-il d’une abrasion intentionnelle pour éviter que le fil du tranchant coupe les ligatures ou bien d’une usure liée à l’emmanchement ou au transport dans un carquois ? Une réponse est peut-être fournie par d’autres émoussés situés sur l’apex de nombreuses armatures (fig. 8, f). À faible grossissement, ces émoussés de pointes apparaissent similaires à ceux des ailerons. Néanmoins, ils peuvent être bien plus intenses jusqu’à arrondir la pointe, affectant d’autant ses propriétés perçantes. Des études menées sur pointes de flèches du Bronze ancien morave (culture de Nitra) ont révélé des traces similaires. Leur examen à fort grossissement a permis d’identifier une abrasion produite par un frottement avec de la peau sèche (Kaňáková et al. 2016). De telles traces ont été également obtenues de façon assez ténue en transportant des armatures emmanchées dans des carquois (Wolski & Kalita 2015). Si une telle interprétation est correcte, les émoussés les plus intenses observés sur les pointes campaniformes pourraient résulter d’un transport sur un temps assez long (plusieurs années ?).

25Un nombre limité (4,8 %) de ces armatures montre des cassures diagnostiques d’un impact (Fischer et al. 1984, Gassin 1996, Coppe & Rots 2017 ; fig. 8, n° 2). Une minorité de ces armatures (5,8 %) a également fait l’objet de réparation après impact, comme l’indiquent des retouches plus fraîches ou abruptes (fig. 8, n° 3). Dans les cas où le squelette est conservé, ces pointes impactées n’apparaissent pas fichées dans les ossements ou au niveau des parties molles du corps. Au contraire, elles sont généralement mises au jour groupées avec l’ensemble des armatures. Ainsi, on ne recense que trois cas de flèches meurtrières à l’échelle de l’Europe campaniforme sur plusieurs milliers de tombes connues (Schröter 1997, Nicolas 2017).

26Les armatures campaniformes, bien que de facture simple, ne paraissent pas être de banales pointes de flèches. Le silex dont elles sont faites est bien souvent acquis en dehors du territoire local et le caractère exotique de certaines matières pouvait renforcer la valeur de ces objets. Les niveaux de savoir-faire induits par leurs qualités diverses semblent suggérer leur fabrication par des tailleurs plus ou moins habiles, sans doute par les archers eux-mêmes. Les vestiges d’adhésif, les cassures d’impact et les émoussés attestent que ces armatures étaient le plus souvent emmanchées, comme peuvent le suggérer également certaines dispositions évoquant des carquois tenus à l’épaule. Tant le dépôt récurrent de ces objets en contexte funéraire que leurs traces d’utilisation attestent que les flèches étaient régulièrement entretenues et qu’elles avaient une forte valeur de signe.

2.2. Les brassards

27Après les armatures de flèches, les brassards sont les objets d’archerie les plus fréquemment déposés dans les tombes (tabl. 4). Il s’agit de plaquettes en pierre perforées aux extrémités que l’on suppose avoir servi de protection pour l’avant-bras de l’archer depuis les premières considérations de J. Evans (1878).

Tabl. 4 – Inventaire des brassards campaniformes en Europe centrale

Pays

Nombre de tombes

Nombre de brassards

Nombre d’ébauches

Pièces étudiées

Allemagne

46

46

0

0

Autriche

8

9

0

0

Hongrie

73

77

0

32 (41,5 %)

République tchèque

147

165

4

114 (67,4 %)

Total

274

297

4

146 (48,5 %)

28Dans les sépultures, les brassards sont le plus souvent découverts à l’avant-bras de l’individu (60,9 % ; tabl. 5). Le brassard est généralement mis au jour sur l’avant-bras gauche (fig. 2, n° 2), soit une large proportion de droitier (87,2 %). Toutefois, cette observation vaut pour la pratique de l’archerie, car au tir c’est la latéralité de l’œil directeur qui importe avant tout (Azémar 2003). Les mouvements liés à la décomposition du cadavre font que la position du brassard sur l’avant-bras est souvent ambigüe (fig. 2, n° 1). Néanmoins, les brassards sont généralement portés à l’extérieur de l’avant-bras (tabl. 5 ; fig. 2, n° 2), ce qui est contradictoire pour des supposées protections d’archer, que l’on attendrait plus volontiers à trouver l’intérieur (Smith 2006, Fokkens et al. 2008). Dans le cas des crémations, les brassards sont plutôt mêlés aux ossements brûlés ou placés à proximité des cendres. Une faible part des brassards ne paraît pas avoir été portée par le défunt lors de ses funérailles mais déposée à part avec le reste des offrandes funéraires (fig. 2, n° 3).

Tabl. 5 – Position du brassard dans les tombes campaniformes en Europe centrale

Effectif

à l’extérieur de l’avant-bras

à l’intérieur de l’avant-bras

Inhumation

avant-bras gauche

34

11

1

avant-bras droit

5

1

1

avant-bras indéterminé

11

au niveau du coude gauche

3

au niveau du buste

4

Crémation

avec les ossements brûlés

8

à côté des ossements brûlés

5

Offrande

12

Total

82

Typologie

29En Europe centrale, les brassards campaniformes font preuve d’une certaine diversité selon leur section (plate ou arquée), leur nombre de perforations (2 à 6), leur forme (rectangulaire, trapézoïdale, ovalaire), la morphologie des bords (concaves, rectilignes, convexes), la présence de décor ou de rebords aux extrémités. Ils sont de dimensions assez variables, mesurant 4 à 16 cm de longueur pour 1 à 6 cm de largeur et jusqu’à 1 cm d’épaisseur. Cette diversité donne des formes très variables, allant du simple, le galet brut perforé de deux trous, au plus complexe, le brassard trapézoïdal et arqué pour s’adapter à la forme de l’avant-bras et orné de rebords et de gravures. E. Sangmeister (1964, 1974) a défini six types selon la section, le nombre de perforations (2 ou 4), la délinéation des bords longitudinaux et la présence d’un surplomb aux extrémités. Cette typologie a le mérite d’y inclure la plupart des brassards mais crée des inclassables (brassards à six trous, brassard arqué à deux trous, etc.) et demanderait à terme d’être révisée.

30Une minorité de brassards est ornée de gravures aux extrémités (10,2 %) par des cupules ou des lignes rainurées, parallèles ou en chevrons (fig. 9, n° 10, 12 et 13). Une ou plusieurs cupules en lignes se trouvent généralement entre les perforations ou entre les perforations et les petits côtés. Elles peuvent être très petites et difficilement perceptibles à l’œil nu ou du diamètre d’une perforation. Les lignes rainurées sont presque toujours groupées et parallèles. Elles soulignent le plus souvent les petits côtés, entre les bords et les perforations ; aux coins, elles peuvent croiser d’autres lignes parallèles gravées aux extrémités des longs côtés (fig. 9, n° 12). Parfois, les lignes parallèles sont situées entre les perforations et peuvent alors évoquer le lien qui passait entre elles (fig. 9, n° 10). En outre, ces décors peuvent être soulignés par des incrustations blanches, noires ou verdâtres ou peuvent se trouver sous forme de lignes d’ocre (Nicolas et al. 2019).

9. Exemples de matières premières employées en République tchèque pour la fabrication de brassards. En haut, les pierres aux teintes, gris, beige et marron majoritairement utilisés côtoient, en bas, d’autres roches aux tonalités plus franches (blanc, noir, pourpre, vert)

9. Exemples de matières premières employées en République tchèque pour la fabrication de brassards. En haut, les pierres aux teintes, gris, beige et marron majoritairement utilisés côtoient, en bas, d’autres roches aux tonalités plus franches (blanc, noir, pourpre, vert)

1 - pélite gris clair, Hulín 2 “Pravčice”, tombe H74, Moravie (ACO, n° 04/2007-876-1) ;
2 - aleuropélite silicifiée beige, Tišice, tombe 77/99, Bohême (ARUP, n° 77-13) ;
3 - grès calcaire beige bandé à grain fin avec muscovite, Hoštice I, tombe 862/02, Moravie (MV, n° A84644) ;
4 - pélite beige rouge, Hulín 2 “Pravčice”, tombe H74, Moravie (ACO, n° 04/2007-876-4) ;
5 - grès fin gris-marron, Hulín 1 “U Isidorka”, H95, Moravie (ACO, n° 30/2004-1804-8) ;
6 : pélite gris-marron, Hodějice, Moravie (MZMB, n° 66433) ;
7 - grès calcaire, Praha “Ruzyně”, Bohême (NM, n° 46282) ;
8 - grès calcaire, Lochenice, tombe 13, Bohême (MVCHK, n° 24/81-57) ;
9 - pélite fin lité noir et vert, Praha “Lysolaje” III, tombe 10, Bohême (NM, n° 70208) ;
10 - pélite noire, Luleč, Moravie (MV, n° A12706) ;
11 - schiste noir culmien limoneux, Hoštice I, tombe 939/02, Moravie (MV, n° A84876) ;
12 - psammite pourpre silificiée d’âge permien (?), Souš, Bohême (RMT, n° 2446) ;
13 - pélite rouge, Předmostí, tombe (?) 2, Moravie (MKP, n° 1601-63-10) ;
14 - pélite gris-vert, Němčice nad Hanou, tombe 33, Moravie (MZMB, n° 66574). Déterminations d’après observations personnelles, Přichystal & Všianský 2012, et Turek 2015.

Clichés C. Nicolas.

31Deux traditions principales peuvent être identifiées : les brassards allongés à deux trous et à section plate et les brassards à quatre trous et à section arquée. Les premiers constituent le type dominant en Europe occidentale et apparaissent dès l’étape 1 en Europe centrale (Sangmeister 1974, type G ; Heyd 2001). Toutefois à l’étape 1, la majorité des exemplaires dispose de quatre trous (Sangmeister 1974, types D et E). Les seconds à section arquée constituent la mode principale aux étapes 2 et 3 et sont connus principalement en Europe centrale et en Grande-Bretagne (Sangmeister 1974, types A, B et C). À l’instar des armatures de flèches, le modèle de brassard paraît provenir de l’Ouest du Continent mais il est assez rapidement réinterprété localement.

Matières premières

32Les roches employées pour la fabrication des brassards sont essentiellement d’origine sédimentaire, ce qui ne facilite pas leur détermination. Ces roches sédimentaires se classent, selon leur granulométrie, du grès au pélite, lui-même divisible selon la terminologie anglo-saxonne (siltstone, mudstone, claystone) ; auxquels s’ajoutent des pièces plus rares en schiste. Pélites et grès sont bien souvent lités et peuvent présenter une composante calcaire, micacée ou encore de la muscovite. Le tout donnant une impression de grande diversité, suggérant une multiplicité d’approvisionnement ou des gisements secondaires assez variés, des lits de rivière par exemple. La formation de ces roches renvoie aux âges primaires (Dévonien, Carbonifère, Permien) et tertiaires qui peuvent indiquer un approvisionnement local et ne laissent pas présumer d’origine extrarégionale (Přichystal 1992, 2000, 2013, Přichystal & Všianský 2012, Turek 2015 ; A. Přichystal, com. pers.). Dans tous les cas, les porteurs de la culture campaniforme se sont tournés vers des roches plutôt tendres et faciles à mettre en forme. Différents supports ont été utilisés, tels que de petits blocs ou des plaquettes et des galets (fig. 10). La grande majorité de ces pélites et grès ont des teintes allant du gris clair au marron en passant par le beige, le jaune et l’ocre (fig. 9, n° 1 à 6). Certaines roches semblent avoir été recherchées pour leurs tonalités franches (noir, rouge, pourpre, vert ; fig. 9, n° 7 à 14).

10. Exemples de supports de brassards

10. Exemples de supports de brassards

1 - Galet de grès, Praha “Kobylis” XV, tombe 11, Bohême (MHMP, n° A518450) ;
2 - Galet de grès fin, Szigetszentmiklós “Felső Ürge-hegyi dűlő”, tombe 383, Hongrie (FM, n° 2009.11.383.3) ;
3 - Galet de siltstone culmien, Hoštice IV, tombe 841/02, Moravie (MV, n° A34469) ;
4 - plaquette de schiste pourpre, Vykán, Bohême (MČB, n° 27633).

Clichés C. Nicolas.

Technologie

33Les premières étapes du façonnage des brassards sont pour l’heure méconnues. Toutefois, quelques préformes non polies, prêtes à être percées ou en cours de perforation sont connues dans les habitats et dans les tombes (Turek 2015 ; fig. 11, n° 1 et 2). Sur les bords des brassards, on peut régulièrement observer des stries obliques ou longitudinales, assez profondes, qui correspondent sans doute moins à une abrasion grossière qu’à un sciage (fig. 11, n° 4). On peut en déduire que la première étape pouvait consister à scier un support au volume approprié (bloc, plaquette). Ensuite, l’ébauche est mise en forme par abrasion (fig. 11, n° 3). Pour les pièces les plus complexes avec une section fortement arquée, cette étape représentait sans doute le travail le plus long, en utilisant des abraseurs longs et convexes. Une abrasion plus fine, généralement longitudinale, permet de régulariser les faces. Les brassards à section plate peuvent être polis longitudinalement, transversalement ou obliquement. Une plus grande attention est dédiée au polissage de la face externe du brassard, tandis que la face interne est généralement laissée à un degré d’abrasion plus grossière voire brute (fig. 10, n° 4, et fig. 11, n° 3). Les trous sont généralement biconiques, parfois ils sont percés préférentiellement depuis la face interne. Dans quelques cas, les perforations sont coniques, entraînant quelques esquillements sur la face opposée. De manière récurrente, les perforations biconiques ne sont pas parfaitement en vis-à-vis et une ou plusieurs amorces peuvent être observées (fig. 11, n° 5). Les stries de perçage dans et autour des trous sont très régulières et circulaires et suggèrent l’emploi d’un perçoir à archet (fig. 11, n° 6). Certaines pièces sont ornées de cupules, creusées de la même manière que les trous. D’autres brassards sont décorés de lignes rainurées (fig. 11, n° 7 et 8).

11. Ébauches de brassards et stigmates de fabrication

11. Ébauches de brassards et stigmates de fabrication

1 - ébauche non perforée ;
2 - ébauche en cours de perforation ;
3 - face inférieure d’un brassard laissée à un degré grossier d’abrasion longitudinale ;
4 - traces de sciage longitudinal et oblique sur les bords d’un brassard ;
5 - perforation précédée de deux amorces ;
6 - stries circulaires et régulières autour d’une perforation suggérant l’emploi d’un perçoir à archet ;
7 et 8 - détails d’un décor de lignes rainurées montrant une grande régularité et des incrustations blanches.
1 - Brno “Holásky” II, tombe 35/38, Moravie (MZMB, n° 16409) ;
2 – Bylany I, tombe 2, Bohême (NM, n° 60258) ;
3 - Štětí nad Labem, Bohême (RMT, n° 2874) ;
4 - Szigetszentmiklós “Felső Ürge-hegyi dűlő”, tombe 49, Hongrie (FM, n° 2009.11.49.3) ;
5 - Radovesice-Bílina III, tombe 53/80-I, Bohême (RMT, n° 44524) ;
6 - Třebovle, Bohême (RMK, n° 9127) ;
7 et 8 - Souš, Bohême (RMT, n° 2446).

Clichés C. Nicolas.

Organisation de la production

34La plupart des brassards n’ont pas demandé un savoir-faire particulier pour les fabriquer. Scier, abraser, polir peuvent demander du temps mais sont accessibles à n’importe quel individu habile de ses mains. L’étape cruciale est sans doute la perforation, comme en témoignent de nombreuses amorces avortées (fig. 11, n° 5) ou des brassards cassés lors du perçage. Toutefois, de telles cassures ne sont pas jugées rédhibitoires et de nombreuses pièces sont façonnées à nouveau afin d’être percées derechef (fig. 12, n° 5 à 8). Des expérimentations reproduisant les brassards les plus simples à section plate suggèrent que de telles pièces pouvaient être réalisées en deux à quatre heures de travail (Smith 2006, Van der Vaart 2009). Certains brassards, de simples galets perforés aux extrémités ne devaient guère demander plus de temps (fig. 10, n° 1 à 3). Néanmoins, les pièces les plus complexes à section arquée ont requis un investissement plus conséquent pour creuser la concavité de la face interne. À l’instar des pointes de flèches, tout un chacun devait être capable de produire son propre brassard. Cependant, cela ne signifie pas que tout le monde avait le même talent et il est probable que des différences de savoir-faire étaient exprimées à travers la qualité d’exécution, la symétrie des formes et des perforations. À ce propos, la présence récurrente d’amorces de perforation souligne bien le peu d’expérience de certains fabricants de brassards. En revanche, les brassards de forme trapézoïdale, à section arquée, à rebords aux extrémités et aux décors gravés s’avèrent plus complexes à réaliser. De telles pièces ont nécessité de maîtriser les volumes des préformes pour optimiser le temps de travail. Surtout, la symétrie des formes et la qualité d’exécution des décors de certains exemplaires (fig. 9, n° 12) montrent un certain savoir-faire, qui ne peut être acquis que par l’expérience. Ces brassards sophistiqués étaient vraisemblablement produits par quelques experts, voire des artisans.

12. Des brassards à la vie longue

12. Des brassards à la vie longue

1 à 4 - émoussés des arêtes des brassards ;
5 à 8 - brassards cassés, façonnés et perforés à plusieurs reprises ;
9 - possible impact d’une corde d’arc sur un brassard.
1 - perforation cassée et fortement émoussée, Stehelčeves III, tombe 1, Bohême (VMS, n° 57.1-62) ;
2 - perforation cassée et fortement émoussée, Radovesice-Bílina I, tombe 53-80-I, Bohême (RMT, n° 44524) ;
3 bord émoussé avec ébréchures fraîches, Most VI, tombe 1, Bohême (MM, 336/27) ;
4 - bord émoussé avec ébréchure émoussée, Hodějice, Moravie (MZMB, n° 66433) ;
5 - extrémité de brassard avec une nouvelle perforation, Ondratice I, tombe 1/1900, Moravie (MZMB, n° 66967) ;
6 - extrémité de brassard, cassée à plusieurs reprises, perforée à nouveau par deux, Stehelčeves III, tombe 1, Bohême (VMS, n° 57.1-62) ;
7 - moitié de brassard refaçonnée, cassée à deux coins, perforée à nouveau et finalement brûlée, Bohutice II, tombe 1/50, Bohême (NM, n° 83043) ;
8 - brassard cassé, façonné et perforé à plusieurs reprises, Velké Žernoseky, Bohême (RMT, n° 13287) ;
9a et b - brassard avec sur sa face supérieure un éclat prolongé par des stries linéaires et parallèles (résultat de l’impact de la corde d’un arc ?), Souš, Bohême (RMT, n° 2448).

Clichés C. Nicolas.

Des brassards d’apparat

35La biographie des brassards suggère que ces plaquettes perforées étaient avant tout utilisées comme ornements et non comme de véritables protections d’archers (Nicolas, à paraître). En Europe centrale, la plupart d’entre eux sont profilés pour s’adapter à l’avant-bras : ils mesurent en moyenne 10 cm de longueur et 0,5 cm d’épaisseur et disposent d’une section arquée voire d’une forme trapézoïdale. Toutefois, certaines pièces sont conçues d’une telle manière qu’elles apparaissent incompatibles avec leur usage supposé de protection d’archer. Comme l’ont précédemment soutenu H. Fokkens et al. (2008), les brassards inférieurs à 5 cm de longueur paraissent insuffisants pour protéger l’avant-bras lors de la détente de la corde de l’arc (fig. 10, n° 1 à 3). De la même manière, les pièces dont les extrémités sont ornées d’un rebord peuvent être épaisses d’un centimètre, augmentant d’autant le risque que la corde de l’arc heurte le brassard. De récentes expérimentations ont montré que de petits enlèvements peuvent être produits par la corde de l’arc lorsqu’elle impacte le brassard (Muñoz Moro 2017). De tels stigmates sont ambivalents, car des enlèvements similaires peuvent être provoqués par l’érosion des faces polies (Nicolas et al. 2019). Sur la majorité des brassards d’Europe centrale, ces enlèvements se retrouvent tant sur les faces externes qu’internes attestant qu’ils sont vraisemblablement dus à des desquamations (ibid.). Cependant, de rares brassards présentent des traces vraisemblablement liées à leur utilisation comme protection d’archer. Pour l’un d’entre eux, il s’agit d’un enlèvement prolongé par des stries longitudinales, créées vraisemblablement par le frottement contre le brassard d’un éclat détaché violemment (fig. 12, n° 9). Ces contre-exemples suggèrent en retour que la majorité des brassards étaient peu, voire pas du tout, utilisés comme protections d’archer. Par ailleurs, ces plaquettes perforées sont émoussées à des degrés divers, que cela soit dans la région considérée ou ailleurs en Europe (Nicolas 2016, Van der Vaart 2009, Woodward & Hunter 2011 ; fig. 10, n° 1 à 4). Pour les pièces les plus émoussées, elles ont dû être portées sur un temps assez long (durant la vie des individus, sur plusieurs générations ?). De manière répétée, des brassards cassés sont à nouveau façonnés et perforés à tel point qu’à la fin de leurs cycles de vie il ne convenait plus comme protections d’archer (fig. 12, n° 5 à 8). En outre, H. Fokkens et al. (2008) ont montré que la plupart des brassards étaient ornés à l’extérieur de l’avant-bras, suggérant qu’ils constituaient vraisemblablement des ornements de brassards d’archer en matériaux périssables. Ainsi, si quelques pièces ont pu être utilisées comme protections d’archer, il s’agirait d’exceptions qui confirment la règle.

2.3. Les abraseurs à rainure

36Les abraseurs à rainure sont connus depuis le Paléolithique final où certains sont interprétés comme des polissoirs de hampes de flèches (Bolus 2012). Les enquêtes ethnographiques sur les Indiens des Plaines sont d’ailleurs abondantes sur ce type d’outils. Fonctionnant bien souvent par paires, ces abraseurs à rainure permettent dans un geste de va-et-vient d’obtenir une hampe cylindrique, polie et uniforme (Flennikenn & Ozbun 1988). Pour le Néolithique ancien, les exemplaires entièrement façonnés et dotés d’une seule rainure large, à section en U, axiale et longitudinale semblent bien correspondre à des polissoirs de fûts de flèche (Hamon 2016). L’ensemble des abraseurs à rainure campaniformes entrent dans cette catégorie (Bailly 2002). En Europe centrale, ils se trouvent par paire ou en unique exemplaire, voire par trois (tabl. 6 ; fig. 13). Ils sont fréquemment associés à des pièces d’archerie - armatures, brassards (11 cas sur 15) -, ce qui semble bien confirmer leur lien avec la fabrication des flèches. Dans les tombes, on les trouve déposés avec la céramique (fig. 2, n° 1 et 2) ou dans des amas suggérant un contenant en matière périssable (Schmotz 1992, Engelhardt 2010).

Tabl. 6 – Inventaire des abraseurs à rainure en Europe centrale

Pays

Nombre de tombes

Nombre d’abraseurs à rainure

Pièces étudiées

Allemagne

4

7

0

Autriche

0

0

0

Hongrie

4

5

0

République tchèque

7

12

4

Total

15

24

4 (16,7 %)

13. Exemples d’abraseurs à rainure en grès

13. Exemples d’abraseurs à rainure en grès

1 et 2 - Svobodné Dvory, Bohême (MVCHK) ;
3 – Hoštice I, tombe 915/02, Moravie (MV, n° A84801) ;
4 – Stehelčeves I, Bohême (NM, n° 60233).

Clichés C. Nicolas.

37En Europe centrale, les abraseurs à rainure campaniformes mesurent entre 5 et 13 cm de longueur et sont de forme ovalaire ou rectangulaire et à section en D (fig. 13). Dans le cas de paires, il n’est pas rare de voir un abraseur plus arrondi, épais et étroit et un autre exemplaire plus plat et large ; le premier s’adaptant au creux de la paume, tandis que le second est maintenu fermement par les doigts (fig. 13, n° 1 et 2). Ces abraseurs sont façonnés dans des grès grossiers peu cimentés sélectionnés pour la faible cohésion de leur grain. Ces caractéristiques, recherchées à toutes époques, leur confèrent un fort pouvoir abrasif, qui s’entretient naturellement par le détachement progressif des grains de quartz (Hamon 2016). De ce fait, les degrés d’usure sont difficilement discernables. Il est vraisemblable qu’au préalable la surface active était légèrement piquetée afin d’amorcer la rainure. Les abraseurs présentent des rainures profondes de 2 à 6 mm ; les pièces trouvées par paire indiquent des hampes de flèches d’un diamètre minimum de 6 à 12 mm. Ces outils peuvent être multifonctionnels comme l’illustre un exemplaire de la tombe de Svobodné Dvory (Bohême) : au dos, un groupe de quatre rainures irrégulières et peu profondes (< 2 mm) présentent dans leur fond de fines stries (fig. 13, n° 2).

2.4. Les pendentifs arciformes

38Remarqués depuis les années 1930 (Schirmeisen 1936, Willvonseder 1936), les pendentifs arciformes ont été interprétés comme des modèles d’arc par Stuart Piggott (1971). Ils sont largement associés au Campaniforme d’Europe centrale (tabl. 7 ; fig. 14). Toutefois, ce modèle de parure préexiste dans la culture cordée avec des défenses de sanglier brutes perforées aux extrémités et se perpétuera au Bronze ancien sous forme de tôles de bronze (Glason 1969, Piggott 1971). Les exemplaires campaniformes tchèques et autrichiens ont fait l’objet de deux récentes études sur la typologie et les matières premières (Růžičková 2009, Kern 2016). Ils sont réalisés en matières dures animales, à l’exception d’un exemplaire en ambre mis au jour dans la tombe 1 de Rožd’alovice I (Bohême ; Hájek 1968). La présence d’émail, de cavum ou la morphologie des fissurations indiquent l’emploi de canines de suidés. La longueur des produits finis, de 5 à 14,5 cm, atteste l’utilisation de canines inférieures de sanglier (Růžičková 2009 ; Y. Maigrot, com. pers.).

Tabl. 7 – Inventaire des pendentifs arciformes en Europe centrale

Pays

Nombre de tombes

Nombre de pendentifs arciformes

Pièces étudiées

Allemagne

46

91

0

Autriche

7

13

0

Hongrie

25

35

23 (65,7 %)

République tchèque

6

7

4

Total

84

146

27 (18,5 %)

14. Exemples de pendentifs arciformes en défense de sanglier

14. Exemples de pendentifs arciformes en défense de sanglier

1 - Radovesice-Bílina III, tombe 53/80-II, Bohême (RMT, n° 44538) ;
2 – Hulín 1 “U Isidorka”, tombe H95, Moravie (ACO, n° 30/2004-1804-23) ;
3 – Hulín 1 “U Isidorka”, tombe H95, Moravie (ACO, n° 30/2004-1804-4) ;
4 - Jezeřany-Maršovice, tombe 67, Moravie (MKSMK) ;
5 – Ledce II, tombe 1/52, Moravie (MB, n° 5/52-7) ;
6 – Lochenice I, tombe 14, Bohême (MVCHK) ;
7 – Hoštice I, tombe 864/02, Moravie (MV, n° A84689) ;
8 - Praha “Lysolaje” III, tombe 18, Bohême (NM, n° 586499/41-55) ;
9 - Praha “Kobylis” XII, Bohême (MHMP, n° 146009) ;
10 – Hoštice I, tombe 821/02, Moravie (MV, n° A84533).

Clichés C. Nicolas.

39Selon la partie de la canine employée, le pendentif peut adopter des sections plates, triangulaires, voire circulaires lorsqu’il est entièrement façonné (Růžičková 2009). Après avoir débité la défense, la préforme est régularisée par abrasion (fig. 15, n° 1). La forme courbe de ces pendentifs peut être terminée de façon simple (arrondie, appointée ou équarrie), en bouton ou par une saillie évoquant une poupée d’arc (fig. 14). Au centre, la pièce est percée par une perforation biconique transversale ou verticale, voire les deux successivement, attestant différents modes d’attache. L’essentiel de ces pendentifs est orné de gravures, généralement bifaciales. Le motif le plus fréquent est constitué de lignes incisées parallèles et groupées. Comme pour les brassards, ces motifs linéaires peuvent être rehaussés de chevrons ou de cupules à leurs extrémités ou être reliés par un croisillon simple ou multiple. Deux pièces sont exclusivement ornées de cupules (fig. 14, n° 4 et 5). Ce motif apparaît le plus ancien car ces deux pendentifs sont les seuls attribuables à l’étape 1. À plusieurs reprises, ces gravures sont incrustées d’une matière noire qui rehaussait ces décors (Růžičková 2009 ; fig. 15, n° 4 et 6). Un dernier type de décor a été mis en évidence sur des pendentifs à section circulaire. Il s’agit de plages mates régulièrement espacées, qui ont été préservées du poli brillant d’usure (Růžičková 2009 ; fig. 15, n° 7). Dans ce cas, la décoration devait correspondre à des éléments en matière organique appliqués sur le pendentif (Růžičková & Králík 2007). L’un de ces pendentifs comporte des résidus d’ocre tant sur les plages mates que polies (fig. 15, n° 8).

15. Détails de pendentifs arciformes

15. Détails de pendentifs arciformes

1 - détail de perforation peu usée, de stries d’abrasion et de décor rainuré, Praha “Lysolaje” III, tombe 18, Bohême (NM, n° 586499/41-55) ;
2 - perforation déformée par l’usure, Hoštice I, tombe 864/02, Moravie (MV, n° A84689) ;
3 - cassure émoussée au niveau d’une perforation, Hulín 1 “U Isidorka”, tombe H95, Moravie (ACO, n° 30/2004-1804-3) ;
4 - détail de décors de cupules incrustés d’une matière noire, Jezeřany-Maršovice, tombe 67, Moravie (MKSMK) ;
5 - extrémité en bouton émoussée, Lochenice I, tombe 14, Bohême (MVCHK) ;
6 - décors de rainures parallèles et de chevrons incrustés d’une matière noire, Radovesice-Bílina III, tombe 53/80-II, Bohême (RMT, n° 44538) ;
7 - plages polies et surface brute, suggérant un ornement appliqué en matière organique, Hulín 1 “U Isidorka”, tombe H95, Moravie (ACO, n° 30/2004-1804-23) ;
8 - traces d’ocre sur la surface d’un pendentif, Hulín 1 “U Isidorka”, tombe H95, Moravie (ACO, n° 30/2004-1804-22).

Clichés C. Nicolas

40Ces pendentifs sont généralement trouvés au niveau du thorax (fig. 2, n° 4), plus rarement autour de la ceinture pelvienne (fig. 2, n° 1). Il n’est pas rare que ces parures soient portées en plusieurs exemplaires, jusqu’à huit sur la poitrine et de manière plutôt resserrée (Engelhardt 2005, Koch 2005 ; fig. 2, n° 4). Ces dispositions ainsi que les grandes dimensions de certaines pièces suggèrent que ces éléments de parures étaient plutôt portés comme pendeloque que comme bouton (Kern 2016). Ces pièces en matières dures animales sont bien souvent altérées par leur séjour prolongé dans le sol et cassées au niveau de la perforation, partie la plus fragile. Ainsi, peu de pendentifs laissent voir leur surface originale et leur degré d’usure. Lorsque les pièces sont bien conservées leur surface est généralement brillante, due à un poli d’usure. Les exemplaires de la tombe H95 d’Hulín 1 “U Isidorka” montrent bien l’aspect de la dentine brute (fig. 15, n° 7). À la binoculaire, les arêtes présentent un émoussé plus ou moins marqué (fig. 15, n° 5 et 6). Les perforations montrent des émoussés peu développés mais qui indiquent que ces parures étaient suspendues. Une seule pièce présente des usures prononcées : la suspension prolongée a élargi le contour de la perforation (fig. 15, n° 2) et une extrémité cassée présente un émoussé marqué (fig. 14, n° 7). Dans un cas, la cassure de la perforation est émoussée, indiquant que ce fragment de pendentif a été conservé tel quel (fig. 15, n° 3).

41Ces pendentifs ont tous la forme d’un arc-de-cercle, hormis un exemplaire à double courbure (fig. 14, n° 5). Dans l’hypothèse d’un modèle d’arc, ces pendeloques correspondraient à des arcs simples, dont l’usage est attesté depuis le Mésolithique jusqu’à l’âge du Bronze (Junkmanns 2013). Aucun arc campaniforme ne nous est parvenu, notamment en raison du goût peu prononcé des porteurs de cette culture pour les habitats lacustres, alors que la plupart des exemplaires néolithiques ont été découverts dans ces contextes (Junkmanns 2013, Clark 1963). Toutefois, des arcs simples sont représentés sur certaines stèles anthropomorphes campaniformes des nécropoles du Petit-Chasseur (Sion, Suisse ; Corboud 2009) et de Saint-Martin-de-Corléans (Val d’Aoste, Italie ; De Marinis 1995). Bien que les décors des pendentifs appartiennent au registre céramique (Kern 2016), la disposition des motifs de lignes parallèles n’est pas sans évoquer des ligatures d’arc. En l’occurrence, un seul cas d’arc néolithique, celui de Meare Heath (Angleterre) daté du IVe millénaire av. n. è. offre un parallèle probant. Celui-ci était renforcé par un réseau de ligatures, conservées à l’état de fantôme, maintenu par des bandelettes de cuir, qui rappelle les décors de certains pendentifs (Clark 1963, Bosch 2008). Les plages mates des pendentifs de la tombe H95 d’Hulín 1 “U Isidorka” pourraient correspondre à l’application de telles bandelettes (fig. 14, n° 2, et fig. 15, n° 7). Selon S. Prior (2013) qui a réalisé une réplique de l’arc de Meare Heath, le réseau de ligatures offre une meilleure absorption lors de la détente de la corde et préviendrait des cassures ; il rendrait également l’arc plus silencieux.

42S. Piggott (1971) a argué pour l’introduction de l’arc composite au Campaniforme sur la base d’une gravure. En effet, une des stèles anthropomorphes du Petit-Chasseur arbore un arc avec une légère double courbure. Or, ce profil ondulé n’implique pas nécessairement la représentation d’un arc composite et peut être obtenu par une déformation thermique (Clark 1963). Surtout, l’hypothèse d’arc composite paraît peu crédible au regard des vestiges archéologiques : en Europe, les arcs sont simples du Néolithique à l’âge du Bronze (Junkmanns 2013). Il faudrait alors imaginer avec peine que cette innovation technologique forte n’aurait connu aucun lendemain parmi les successeurs de la culture campaniforme.

43Représenter un arc à partir de l’animal chassé (le sanglier) et de sa partie la plus proéminente (la défense) confère à ces pendentifs arciformes une forte charge symbolique. L’utilisation de défenses de sanglier comme support est loin d’être anodine puisqu’elle renvoie au domaine de la chasse et du sauvage. À certains égards, ces pendentifs pourraient être interprétés comme des trophées, embellis par leur façonnage et montés en pendeloque afin d’être arborés sur la poitrine (fig. 2, n° 4). Dans cette hypothèse, la dimension des pendentifs et leur accumulation souligneraient l’habileté et la capacité à chasser des sangliers proportionnellement grands et âgés. Par ailleurs, il n’est pas rare que des défenses de sanglier brutes soient également déposées dans les tombes : s’agit-il d’outils, de trophées ou de supports de pendentifs arciformes ?

2.5. Les poignards

44Les poignards en cuivre ou en silex sont des objets qui apparaissent durant le IVe millénaire av. n. è. (Heyd & Walker 2014). S’ils ne sont pas une spécificité campaniforme, ils constituent un trait fondamental de cette culture (tabl. 8 ; fig. 16). Ils sont réalisés le plus souvent en métal mais aussi en silex (10 pièces ; 5,7 %). Les analyses de composition élémentaire montrent que les poignards sont façonnés dans des cuivres de natures et d’origines diverses, plus rarement en bronze (Merkl 2011). Les poignards en pierre sont réalisés à partir de plaquettes de silex bavarois dans le sud de l’Allemagne, en silex erratique ou en chert en République tchèque (Kopacz et al. 2009, Přichystal & Všianský 2012).

Tabl. 8 – Inventaire des poignards en Europe centrale

Pays

Nombre de tombes

Nombre de poignards

Pièces étudiées

Allemagne

28

29

0

Autriche

6

6

0

Hongrie

28

29

12 (41,4 %)

République tchèque

81

85

50 (58,8 %)

Total

143

149

62 (41,6 %)

16. Différents types de poignards campaniformes

16. Différents types de poignards campaniformes

1, 2, 4 et 8 - poignards en alliage cuivreux à soie à rebords martelés ;
3 - poignard en alliage cuivreux à soie crantée ;
5 - poignard en chert ;
6 et 7 - poignards en alliage cuivreux rivetés.
1 et 3 - Szigetszentmiklós “Felső Ürge-hegyi dűlő”, sépulture 76-77, Hongrie (FM, n° 2009.11.76.5 et 2009.11.77.15) ;
2 - Předmostí, tombe 1, Moravie (MKP, n° 1601-63-15) ;
4 - Praha “Prosek” 1, tombe I, Bohême (NM, n° 27987) ;
5 - Hoštice I, tombe 910/02, Moravie (MV, n° A84789) ;
6 - Šlapanice II, tombe 21/35 (MZMB, n° 169/35-58) ;
7 - Letonice, tombe 1, Moravie (MZMB, n° 66308) ;
8 - Stehelčeves III, tombe 1 (VMS, n° 5825).

Clichés C. Nicolas.

45Dans les sépultures, les poignards sont le plus souvent découverts au niveau du thorax ou du bassin (fig. 2, n° 2), suggérant qu’il était porté à la ceinture, voire dans une bourse attachée à celle-ci comme le montre l’une des stèles de Sion (Corboud 2009) ou à un baudrier, à la manière des stèles anthropomorphes du Rouergue attribuées au Néolithique final (Maillé 2011). On les trouve également au niveau des bras et dans deux cas (Ivanovice na Hané, tombe 812/02 et Těšetice-Kyjovice, tombe 27 en Moravie) superposés avec un brassard (Matějíčková & Dvořák 2012, Kazdová et al. 2011). Les poignards peuvent encore être déposés comme offrandes avec les poteries.

46Une découverte unique, celle de la tombe de Ludéřov (Moravie) atteste qu’au moins une partie des poignards en alliage cuivreux étaient fondus dans des moules univalves en grès (Hájek 1966). Les lames sont généralement plates mais peuvent être renforcées par un léger renflement central. Elles sont de formes triangulaires, ogivales ou à pointe mousse. Plusieurs types de poignards peuvent être différenciés selon leur emmanchement. Les poignards en cuivre ont généralement une soie à rebords créés par martelage (fig. 16, n° 1, 2, 4 et 8). Plus exceptionnellement, cette soie peut être crantée selon une tradition connue surtout en péninsule Ibérique (Labaune 2016 ; fig. 16, n° 3). Ces poignards à soie peuvent être subdivisés en plusieurs sous-types selon la morphologie de la soie et de la lame (Kuna & Matoušek 1978). Six poignards sont emmanchés au moyen de rivets, les lames étant percées de deux, trois ou quatre trous de rivets (fig. 16, n° 6 et 7). Les manches des poignards à soie dessinent généralement une garde en arc-de-cercle, tandis que les poignards rivetés ont une garde en Ω. De rares traces montrent que les manches étaient faits de bois (Dvořák et al. 1992b) et que les poignards étaient insérés dans des fourreaux en peau (fig. 17, n° 1).

47Les poignards en silex sont fabriqués à partir de plaquettes ou de gros éclats retouchés marginalement. Ils peuvent également avoir une soie dégagée, voire encochée, ou une base rectiligne (fig. 17, n° 5). Deux exemplaires du cimetière de Marefy (Moravie) ont la particularité d’être constitués de six ou sept inserts retouchés bifacialement qui, assemblés, formaient des poignards composites (Šebela & Škrdla 2003).

48D’un point de vue chronologique, les poignards à soie courte et large paraissent les plus anciens, quelle que soit leur longueur (Heyd 2001). Les poignards rivetés en alliage cuivreux et les poignards en silex paraissent se développer dans un second temps aux étapes 2 et 3. Le développement d’une production de poignards en silex, quoique marginale, signe une compétition entre pierre et métal, attestée ailleurs en Europe aux IVe et IIIe millénaires av. n. è. (Vaquer et al. 2006, Steiniger 2015).

49Les lames de poignards sont de longueur très diverse, de 1,5 à 13,2 cm. Il est probable que cette diversité soit due à l’usure et aux raffûtages successifs (fig. 17). Lorsque les conditions de conservations sont bonnes et que les tranchants n’ont pas été affûtés après usage, il est possible d’observer des bords émoussés, des ébréchures ou des entailles attestant l’utilisation de ces armes (fig. 17, n° 2 à 4). Trois stades d’usure peuvent être définis. La plupart des poignards paraissent neufs (fig. 16, n° 1 à 4, 6 et 8) ou usés, légèrement modifiés par l’affûtage (fig. 17, n° 1 à 3). Près d’un quart des lames sont très usées avec des dimensions réduites et paraissent avoir leur forme originelle fortement modifiée par le raffûtage (fig. 16, n° 7, et fig. 17, n° 4 et 5). Les traces d’utilisation et les raffûtages observés attestent que ces armes étaient bien utilisées. On ne saurait donc préjuger de l’inutilité des poignards en raison de leur matériau, du cuivre, parfois jugé trop mou.

17. Poignards en alliage cuivreux à divers stades d’usure et traces d’utilisation

17. Poignards en alliage cuivreux à divers stades d’usure et traces d’utilisation

1 - Praha “Lysolaje” III, tombe 9, Bohême (NM, n° 70204) ;
2 - Praha “Kobylis” XI, Bohême (MHMP, n° A236.102) ;
3 - Slavkov u Brna III, tombe 8/04, Moravie (MZMB, n° 66902) ;
4 - Tišice, tombe 77/99, Bohême (ARUP, n° 77/2) ;
5 - Brno “Líšeň” II, tombe 8 (MMB, n° 145/01-8/1) ;
6 - détail de poils de fourreau, fossilisés sur la lame, Hulín 1 “U Isidorka”, tombe H95, Moravie (ACO, n° 30/2004-1804-5) ;
7 - tranchant ébréché et entaillé, Praha “Lysolaje” III, tombe 3, Bohême (NM, n° 40733) ;
8 - bord ébréché et émoussé, Praha “Kobylis” XI, Bohême (MHMP, n° A236.102) ;
9 - bord ébréché et émoussé, Brno “Líšeň” II, tombe 8 (MMB, n° 145/01-8/1).

Clichés C. Nicolas.

2.6. Synthèse

50L’analyse techno-fonctionnelle des objets-signes du guerrier montre la biographie complexe de ces armes, parures et outils. Les pointes de flèches et les poignards portent clairement des traces d’utilisation et d’entretien. Néanmoins, certaines armatures en silex apparaissent peu utilisées et portent les traces d’un transport prolongé. Ces pièces émoussées à des degrés divers devaient être conservées pour leur valeur de signe. De la même manière, la plupart des poignards sont fonctionnels mais ne montrent pas de raffûtages prononcés. Quelques lames raffûtées à l’extrême auraient très bien pu être recyclées mais ont sans doute été gardées pour le symbole qu’elles représentaient. Les brassards, dont la fonction reste discutable, montrent là encore les mêmes logiques : régulièrement réparés, on s’attache à préserver des fragments détournés de leur fonction première. Par ailleurs, certains brassards ont pu être sacrifiés dans des dépôts de fondation de bâtiments à probable vocation cérémonielle, comme à Brodek u Prostějova en Moravie (Fojtík 2015) ou à Hostivice en Bohême (Daněček et al. 2014), soulignant les fortes valeurs idéelles attachées à cet objet (Nicolas et al. 2019). Les pendentifs arciformes exaltent en tout point les valeurs de la chasse et de l’habileté au tir en façonnant des modèles d’arc dans des défenses de sanglier. Leur biographie plus difficile à lire montre là encore qu’on peut garder des fragments plutôt que les mettre au rebut. Pour l’ensemble de ces objets, un trait récurrent est le dépôt dans les tombes d’ébauches et d’outils pour les fabriquer : défenses de sanglier pouvant servir de supports à des pendentifs arciformes, préformes de brassards, ébauches d’armatures, compresseurs et abraseurs à rainures, de quoi fabriquer une flèche, moule en grès – mais aussi macro-outillage de métallurgiste (Peška 2016) – symbolisant la fonte et la mise en forme des objets en métal. Ainsi, c’est l’ensemble de la biographie de ces objets-signes, de leur création à leur fragmentation, qui est représentée dans les sépultures.

3. Biographies des guerriers

51L’analyse techno-fonctionnelle du mobilier d’archerie a montré qu’il pouvait être déposé neuf ou usagé. Surtout, les traces d’usure soulignent la valeur de signe des armes et des parures. Mais, quelles valeurs sociales portent ces objets-signes ? Pour y répondre, nous avons croisé la biographie des objets avec celles des individus selon le sexe, l’âge et la richesse.

52Hormis quelques déterminations anciennes, les études anthropologiques des squelettes se sont développées à partir des années quatre-vingt. Pour le sexe biologique, deux biais limitent sa détermination : les immatures ne sont pas différenciables et la pratique de la crémation détériore les ossements, notamment le bassin, os le plus fiable (Ferembach et al. 1979). Ponctuellement, des analyses ADN ont permis de préciser le sexe des individus immatures (Vaňharová & Drozdová 2008). De ces faits, seules 161 sépultures sur 480 sont déterminées sexuellement. Néanmoins, le genre, ou sexe culturel, permet de pallier ces lacunes (Trémeaud 2015). Dans les tombes campaniformes d’Europe centrale, l’existence de positionnements opposés des dépouilles – sur le flanc gauche ou sur le flanc droit - exprime justement des différences de genre (Turek & Černý 2001). Cette règle se confirme également pour les tombes livrant du mobilier d’archerie. Hormis quelques cas de transgressions de genre, la différenciation entre masculin et féminin est confirmée par les déterminations du sexe biologique (fig. 18). En incluant les inhumations non déterminées sexuellement, le genre peut être analysé sur 232 tombes, y compris les sépultures d’enfants. Pour ce qui est de l’âge, 195 déterminations ont été réalisées mais la plupart (110) font seulement la distinction entre sujets adultes et immatures. Là encore, l’altération des ossements par la crémation explique une partie de cette imprécision.

18. Des positions du corps genrées confirmées par les déterminations sexuelles

18. Des positions du corps genrées confirmées par les déterminations sexuelles

53Sans surprise, les tombes livrant du mobilier d’archerie sont à une écrasante majorité de genre masculin (fig. 18). Ce constat déjà fait en Europe centrale (Turek & Černý 2001) vaut également pour l’Europe occidentale (Salanova 2007, Woodward & Hunter 2015, Nicolas 2016). Toutefois, les inhumations sur le flanc droit, de genre féminin, ne sont pas inexistantes. Elles représentent 39 individus sur 232 (16,8 %), dont 12 sujets de sexe féminin (5,2 %). L’accession des femmes au mobilier d’archerie n’est pas prohibée mais reste marginale, sans doute en raison de l’idéologie du sang et des tabous liés à son écoulement comme l’a théorisé A. Testart (1986). À l’exception des rares abraseurs à rainure, l’ensemble des objets d’archerie peuvent être déposés dans les sépultures féminines mais généralement en quelques exemplaires. Ainsi, ces tombes de genre féminin – mais aussi trois femmes inhumées sur le flanc gauche (genre masculin) – livrent généralement une pièce d’archerie, quatre au maximum. Cette distribution contraste fortement avec les inhumations masculines, qui livrent en général 2 à 4 pièces d’archerie et jusqu’à 17 pour les mieux dotées (fig. 19, A). L’accès des femmes au mobilier d’archerie est donc fortement restreint en nombre de sujets et d’objets. Par ailleurs, la composition des sets d’archerie diffère selon le genre. Les individus inhumés sur le flanc droit (féminin) livrent plus fréquemment des poignards et plus rarement des pointes de flèches que les sépultures de genre masculin (fig. 19, B). Si l’on prête attention aux poignards, les plus nombreux dans ces tombes féminines, ils paraissent plus souvent usés que dans les tombes masculines (fig. 20). Ces observations interrogent sur le statut de ces femmes armées. S’agit-il de personnages ayant un statut de guerrier (Turek 2016) ? Ou a-t-on affaire à des « femmes de » ou des « filles de » dont on souligne le lien de parenté par l’offrande d’objets-signes (Trémeaud 2015) ?

19. Distribution du mobilier d’archerie selon le genre

19. Distribution du mobilier d’archerie selon le genre

À - diagramme en boîte du nombre d’objets par tombe ;
B - histogramme des différents objets d’archerie.

20. État d’usure des poignards selon le genre

20. État d’usure des poignards selon le genre

54Les sépultures d’enfants et d’adultes paraissent équipées de manière équivalente, sans différence dans la composition des assemblages (fig. 21 et 22). Toutefois, on notera que les tombes les plus fournies sont celles d’adultes (fig. 22, A). Seule une petite minorité des sépultures d’enfants sont dotées de mobilier d’archerie. Si l’on se réfère aux deux principaux cimetières qui ont fait l’objet de déterminations anthropologiques (Hoštice I en Moravie et Szigetszentmiklós “Felső Ürge-hegyi dűlő” en Hongrie), seuls 2 à 3 % des enfants sont dotés d’objets d’archerie mais ce taux est de 11 à 21 % pour les adultes, essentiellement des hommes (Köhler 2011, Matějíčková & Dvořák 2012). Sur trois sépultures d’immatures, deux des brassards correspondent à des galets perforés de facture simple et de petites dimensions (fig. 10, n° 2 et 3). Ces objets rudimentaires semblent avoir été façonnés spécifiquement pour les enfants. Néanmoins, cette pratique n’est pas exclusive, car le troisième galet perforé du corpus a été découvert dans une sépulture d’adulte (fig. 10, n° 1). On peut émettre l’hypothèse que les brassards, généralement trouvés en un seul exemplaire, soient des objets généralement reçus ou fabriqués à l’âge adulte, marquant le statut social hérité ou acquis et accompagnant l’individu jusqu’à sa mort. Cette hypothèse permettrait d’expliquer pourquoi certains brassards cassés et bricolés soient conservés jusqu’à l’état de fragment.

21. Histogramme des âges de décès des individus armés dans les tombes

21. Histogramme des âges de décès des individus armés dans les tombes

22. Distribution du mobilier d’archerie selon l’âge

22. Distribution du mobilier d’archerie selon l’âge

À - diagramme en boîte du nombre d’objets par tombe ;
B - histogramme des différents objets d’archerie.

55Enfin, la richesse, et son ostentation dans les tombes, est un critère déterminant dans la constitution des sets d’archerie. La « richesse » a été évaluée non pas en termes de quantité de mobilier mais selon la capacité à rassembler différentes catégories d’objets, en prenant en compte leur nature et leur matériau (Manolakakis 2005). Autrement dit, qu’une tombe livre une ou dix céramique(s), seule une catégorie sera comptabilisée. En revanche, si une tombe livre des ornements en or, en argent ou en ambre, une catégorie sera décomptée pour chaque matériau utilisé pour la parure. Ainsi, des tombes livrent jusqu’à neuf catégories différentes d’objets (fig. 23). Plus une tombe présente des viatiques diversifiés, plus les objets d’archerie sont nombreux (fig. 24). C’est sans doute là le signe principal à voir dans le mobilier d’archerie. Il exprime la richesse personnelle du défunt ou du moins le prestige qu’on lui accordait à travers des offrandes. Ce facteur de richesse expliquerait pourquoi des jeunes immatures (0-5 ans) peuvent être accompagnés d’un mobilier conséquent et de pointes de flèches qu’ils doivent vraisemblablement à leur hérédité ou à un potentiel prometteur plutôt qu’à une réelle aptitude à l’arc. (fig. 2, n° 3).

23. Nombre de catégories d’objets déposées dans les sépultures d’archer

23. Nombre de catégories d’objets déposées dans les sépultures d’archer

24. Distribution du mobilier d’archerie selon l’accumulation de différentes catégories d’objets

24. Distribution du mobilier d’archerie selon l’accumulation de différentes catégories d’objets

56Ce tableau permet de dégager l’image d’une société loin d’être égalitaire mais peu hiérarchisée. L’inégalité la plus forte s’exprime entre les hommes et les femmes. Dans les sépultures, les assemblages de flèches sont éminemment symboliques, la majorité d’entre elles n’étant déposées qu’en un ou deux exemplaires. L’âge est un critère déterminant puisque l’essentiel des tombes armées de flèches sont celles d’adultes. En outre, les carquois les plus imposants se trouvent chez des individus décédés entre 20 et 50 ans (fig. 25), classe d’âge où le marquage culturel des armatures et la compétition sociale sont maximaux si l’on se réfère aux enquêtes menées chez les Danis de Nouvelle-Guinée (Pétrequin & Pétrequin 1990). Néanmoins, la richesse constitue le facteur le plus déterminant dans la constitution des dépôts funéraires. Elle exprime la capacité du défunt à accumuler et renouveler des biens. Ce prestige peut être héréditaire, en témoignent les sépultures d’enfants richement dotées mais leur faible nombre suggère que ce prestige social était également acquis. Bien qu’il existe des tombes plus riches que d’autres, on n’observe pas de segmentation nette entre des dépôts faiblement dotés et d’autres plus fournis (fig. 23). De ce fait, la société campaniforme en Europe centrale paraît soumise à une forte compétition sociale, à travers l’accumulation de biens socialement valorisés. Bien que quelques tombes de jeunes enfants armés suggèrent un statut hérité de guerrier, celui-ci semble avoir été acquis la plupart du temps au cours de l’adolescence ou de la vie adulte. Ainsi dans cette société campaniforme, les statuts sociaux ne semblent pas avoir été immuables. L’accès à l’« institution guerrière » campaniforme (Vandkilde 2006) semble avoir été régulé par le sexe et l’âge (principalement des hommes adultes), les qualités personnelles et le rang (moins de la moitié des hommes adultes sont enterrés avec un équipement d’archer), qui peut être héréditaire. La géographie sociale peu marquée des cimetières (fig. 3) ainsi que l’absence de viatiques exclusivement réservés à une élite semblent traduire la faible hiérarchie de cette société. De la même manière, cette absence d’autorité supra-locale se traduit dans l’occupation des territoires par des réseaux de fermes disséminées dans l’espace et l’inexistence de places centrales (Heyd 2007).

25. Nombre de pointes de flèches dans les carquois selon l’âge des individus

25. Nombre de pointes de flèches dans les carquois selon l’âge des individus

Discussion

57Au Campaniforme, les témoins d’activités guerrières sont très rares et se résument à quelques cas de flèches fichées dans le squelette. Ces violences sont toujours intra-culturelles puisque tant ces flèches meurtrières que les viatiques se rattachent au Campaniforme (Nicolas 2016). Par comparaison avec les données ethnographiques, il est probable qu’au Campaniforme les conflits n’étaient vraisemblablement qu’épisodiques ; ceux-ci peuvent être classés grossièrement « en batailles formelles, en rapines et en raids de grande envergure ou encore en massacres » (Keeley 2009 : 135). En Europe centrale et septentrionale, le rite campaniforme de la sépulture individuelle s’accommode mal d’une violence collective endémique. Sur plusieurs milliers de sépultures individuelles campaniformes, aucun charnier ou fosse commune, témoins de conquêtes par les armes, ne sont connus pour cette période alors qu’ils semblent exister dès le Néolithique (Guilaine & Zammit 2001) et à l’âge du Bronze (Louwe Kooijmans 1993, Fyllingen 2006). En Europe centrale, le Campaniforme n’a pas remplacé la culture cordée – autre réseau à large échelle – mais a cohabité avec elle durant plusieurs siècles. Cette cohabitation se traduit par un découpage des territoires mais aussi des cimetières mixtes (Heyd 2007, Turek 2013). Cette coexistence ne paraît pas avoir été particulièrement conflictuelle puisqu’on ne connaît aucun site fortifié et les habitats campaniformes sont systématiquement ouverts (voir Gibson 2019). À ce sujet, seuls le sud ibérique et la France méditerranéenne font exception : le Campaniforme s’y insère dans des sites fortifiés ou naturellement défendus préexistants (ibid.). En bref, la seconde moitié du IIIe millénaire av. n. è. ne s’avère pas particulièrement belliqueuse et aucune trace ne semble témoigner d’une quelconque conquête du continent européen. Bien au contraire le Campaniforme s’intègre dans les tissus culturels préexistants. Si l’on peut accorder le titre de guerrier aux hommes armés campaniformes, c’est moins pour leur pratique régulière de la guerre que pour leur statut à travers lequel s’exprimait le prestige social.

58Quant à la chasse, la part des espèces sauvages apparaît tout à fait marginale dans l’économie campaniforme (< 5 %) et notamment dans les offrandes funéraires de quartiers de viande. Néanmoins, cette activité singulière ne devait pas en être moins valorisée, compte tenu du gibier présent (par exemple les registres campaniformes de République tchèque ont livré des restes d’aurochs, de cerf, de chevreuil, de sanglier, d’ours brun, de lièvre et de castor ; Kyselý 2012). L’existence de trophées de chasse suffit à démontrer la valorisation sociale associée à cette activité. Dans une société agropastorale, telle que la société campaniforme, la prédation de mammifères, petits ou grands, devait constituer tant une ressource occasionnelle (chair, matières dures, fourrure) que le ferment d’un prestige social gagné par son habileté à la chasse ou légitimé par sa pratique. Les données ethnographiques (Godelier 1982) ou médiévales (Beck et al. 2006) offrent les deux possibilités. À bien des égards, la chasse a laissé plus de témoins que la guerre. Outre les restes de gibier, le façonnage de pendeloques arciformes sur des défenses de sanglier atteste du lien symbolique entre l’arc et la chasse. Le poignard pourrait faire partie de l’attirail du chasseur afin de donner le coup de grâce, comme l’a proposé H. Case (2004).

59On ne saurait opposer chasse et guerre, tant leur pratique est ambivalente (Godelier 1982). Une étude récente sur les squelettes de Bohême a monté que les personnes enterrées avec un brassard pratiquaient régulièrement l’archerie, du moins suffisamment pour développer des modifications des enthèses (jointures entre les os et les ligaments ; Ryan et al. 2018). Cela signifie que les viatiques reflètent bien l’activité du défunt et ne résulte pas uniquement d’une construction idéelle ou sociale de l’au-delà par ses proches. Cependant, les hommes armés campaniformes n’apparaissent ni comme des chasseurs vivant de la prédation, ce qu’infirment les restes fauniques, ni comme des guerriers en perpétuels conflits. Si l’on se fie aux usures marquées de certaines pointes de flèches, une partie de l’armement d’archer paraît n’avoir peu ou pas servi et être gardé comme des objets d’apparat. Ainsi, le mobilier d’archerie et ses modalités de dépôt dans les tombes illustrent sans doute moins l’activité économique du défunt que des stratégies de prestige social. Ces statuts de guerriers/chasseurs paraissent multiples selon la richesse des individus mais aussi selon la nature des objets déposés. Bien que tous les objets étudiés ici aient trait à l’archerie, on observe une sélection selon les individus. Tous les objets d’archerie peuvent être associés entre eux mais il existe des assemblages préférentiels. Les poignards se trouvent plus fréquemment avec les brassards, tandis que les pendentifs arciformes sont plutôt associés aux pointes de flèches (tabl. 9). Les brassards et les armatures de flèches - les deux objets les plus symboliques de l’archerie et les plus fréquents dans les tombes – ne sont pas pour autant liés dans les viatiques : seuls un cinquième des brassards et des pointes de flèches sont déposés ensemble dans les sépultures (fig. 26). Ces configurations laissent supposer plusieurs statuts et peut-être autant de grades. Elles pourraient correspondre par exemple à la distinction entre des chasseurs et des guerriers (Ryan et al. 2018). Cette diversité est également un marqueur culturel, variable selon les régions. En Allemagne et en République tchèque, pointes de flèches et brassards font jeu égal, tandis qu’en Hongrie et en Autriche les pointes de flèches se font plus rares, voire sont inexistantes.

Tabl. 9 – Inventaire des associations de mobilier d’archerie. En grisé, les associations les plus récurrentes (> 50 %). Les poignards et les polissoirs à rainure apparaissent plus souvent associés aux brassards, tandis qu’une grande majorité des pendentifs arciformes sont déposés avec des armatures de flèches

Pointe de flèche

(en %)

Brassard

(en %)

Polissoir à rainure

(en %)

Poignard

(en %)

Pendentif arciforme

(en %)

Total

201 (100 %)

275 (100 %)

15 (100 %)

153 (100 %)

85 (100 %)

Pointe de flèche

-

83 (30 %)

7 (47 %)

49 (32 %)

67 (79 %)

Brassard

83 (41 %)

-

11 (73 %)

81 (53 %)

30 (35 %)

Polissoir à rainure

7 (3 %)

11 (4 %)

-

5 (3 %)

1 (1 %)

Poignard

49 (24 %)

81 (29 %)

5 (33 %)

-

19 (22 %)

Pendentif arciforme

67 (33 %)

30 (11 %)

1 (7 %)

19 (12 %)

-

26. Les associations de pointes de flèches et de brassards selon les pays d’Europe centrale

26. Les associations de pointes de flèches et de brassards selon les pays d’Europe centrale

60Ce système de valeur, largement admis mais interprété localement, a sans doute facilité la diffusion de la culture campaniforme en Europe (Benz et al. 1998). Ainsi, l’adhésion à l’idéologie campaniforme du guerrier a pu être motivée par l’opportunité qu’elle donnait aux individus d’exprimer des stratégies de prestige social. Dans le même temps, ce système commun de valeur favorisait la mise en réseau d’une large partie de l’Europe et la circulation d’innovations (métallurgie), de biens (silex, ambre, coquillage, etc. ; Heyd 2007), d’individus (Price et al. 2004, Desideri 2011, Olalde et al. 2018), voire de fiancés (Brodie 1997, Vander Linden 2007a). La diffusion campaniforme ne s’est pas produite ex nihilo mais en s’insérant dans des réseaux préexistants basés sur le partage de valeurs communes, comme le complexe culturel cordé en Europe centrale et orientale qui véhiculait une idéologie voisine, exaltant l’homme armé d’« haches de combat » (Vander Linden 2007b), ou en France la circulation des poignards pressigniens, porteurs d’une symbolique similaire (Beugnier & Plisson 2004). Loin des supposées conquêtes, dont les preuves font défaut, la figure du guerrier et ses objets-signes apparaissent avant tout comme des vecteurs de l’idéologie campaniforme.

Haut de page

Bibliographie

Azémar 2003, AZÉMAR G., L’Homme asymétrique : gauchers et droitiers face à face, Paris, CNRS Éditions, 2003, 324 p.

Bailly 2002, BAILLY M., La flèche et l’éclat : production et consommation des outillages lithiques taillés de la fin du Néolithique au début de l’âge du Bronze entre Saône et Rhône (2600-2000 av. J.-C.), Besançon, Université de Franche-Comté - Faculté des Lettres et Sciences humaines, 2002, Thèse de Doctorat Université, 2 vol., 354 p., fig., 28 pl.

Bailly 2014, BAILLY M., Discordance des temps, concordance des espaces ? Remarques sur les armatures de flèches en contexte campaniforme. De l’Arc jurassien à l’isthme européen, in Entre archéologie et écologie, une Préhistoire de tous les milieux : Mélanges offerts à Pierre Pétrequin Arbogast R.-M., Richard A. (Dir.), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2014, p. 355-385 (Annales littéraires de l’Université de Franche-Comté ; 928 / Série “Environnement, sociétés et archéologie” ; 18).

Bátora 2002, BÁTORA J., Contribution to the Problem of « Craftsmen » Graves at the End of Aeneolithic and in the Early Bronze Age in Central, Western and Eastern Europe, Slovenská Archeológia, 50, 2, 2002, p. 179-228.

Beneš 1987, BENEŠ J., Jenišův Újezd, okr. Teplice, Výzkumy v Čechách, 1986-1987, 1987, p. 68-69.

Benková & Čtverák 1997, BENKOVÁ I., ČTVERÁK V., Loděnice (okr. Beroun) 1995 -1996. Neolitické sídliště, Archeologie ve středních Čechách, 1, 1997, p. 83-100.

Benz et al. 1998, BENZ M., STRAHM C., VAN WILLIGEN S., Le Campaniforme : phénomène et culture archéologique, Bulletin de la Société Préhistorique Française, Paris, 95, 3, 1998, p. 305-314.

Besse 2003, BESSE M., L’Europe du 3e millénaire avant notre ère : les céramiques communes au Campaniforme, Lausanne, Cahiers d’archéologie romande, 2003, 223 p. (Cahiers d’archéologie romande ; 94).

Bolus 2012, BOLUS M., Schleifsteine mit Rille (Pfeilschaftglätter), in Steinartefakte vom Altpaläolithikum bis in die Neuzeit, Floss H. (Dir.), Tübingen, Kerns Verlag, 2012, p. 525-534 (Tübingen Publications in Prehistory).

Bosch 2008, BOSCH T.L., Archäologische Untersuchungen zur Frage von Sozialstrukturen in der Ostgruppe des Glockenbecherphänomens anhand des Fundgutes, Reggendorf, Universität Regensburg, 2008, PhD Dissertation, 3 vol. , 418 p.

Budziszewki & Tunia 2000, BUDZISZEWKI J., TUNIA K., A grave of the Corded ware culture arrowheads producer in Koniusza, southern Poland. Revisited, in A turning of Ages: Jubilee Book Dedicated to Professor Jan Machnik on his 70th anniversary, Kadrow S. (Dir.), Kraków, Institute of Archaeology and Ethnology, 2000, p. 101-135.

Budziszewki et al. 2010, BUDZISZEWKI J., WŁODARCZAK P., avec la collaboration de, HADUCH E., PRICHYSTAL A., Kultura pucharów dzwonowatych na Wyżynie Małopolskiej, Kraków, Instytut Archeologii i Etnologii pan, 2010, 247 p.

Červinka 1910, ČERVINKA I.L., Pokolení s kulturou keramiky zvoncovitých pohárů, in Moravské starožitnosti II: O pokolení skrčených koster na Moravě, ČErvinka I.L. (Dir.), Kojetín na Hané, Pravěk, ústř. list pro anthropologii a praehistorii zemí Českých, 1910, p. 200-240.

Clark 1963, CLARK J.G.D., Neolithic bows from Somerset, England and the prehistory of archery in North-Western Europe, Proceedings of the Prehistoric Society, London, 29, 1963, p. 50-98.

Coppe & Rots 2017, COPPE J., ROTS V., Focus on the target. The importance of a transparent fracture terminology for understanding projectile points and projecting modes, Journal of Archaeological Science: Reports, 12, 2017, p. 109-123, http://dx.doi.org/10.1016/j.jasrep.2017.01.010.

Corboud 2009, CORBOUD P., Les stèles anthropomorphes de la nécropole néolithique du Petit-Chasseur à Sion (Valais, Suisse), Bulletin d’études préhistoriques et archéologiques alpines, Aoste, 20, 2009, p. 1-89.

Czene 2008, CZENE A., Harangedények budakalászon, in Képek a múltból. Az elmúlt évek ásatásaiból Pest megyében, Ottományi K. (Dir.), Budapest, Pest Megyei Múzeumok Igazgatós, 2008, p. 32-33.

Daněček et al. 2014, DANĚČEK D., KLEMENTOVÁ J., KVĚCHOVÁ E., NOVÝ P., Hostivice, okres Praha-západ, Středočeský Vlastivědný Sborník, 32, 2014, p. 88-91.

De Marinis 1995, DE MARINIS R.C., Le stele antropomorfe di Aosta, in Statue-stele e massi incisi nell’Europa dell’Età del Rame, Casini S., De Marinis R.C., Pedrotti A.L. (Dir.), Bergamo, Civico museo archeologico, 1995, p. 213-220 (Notizie archeologiche bergomensi; 3).

Desideri 2011, DESIDERI J. Ed., When Beakers Met Bell Beakers: an analysis of dental remains, Oxford, Archaeopress, 2011, 205 p., 1 cédérom (British archaeological Reports - International Series; 2292).

Dvořák 1989, DVOŘÁK P., Die Glockenbecherkultur in Mähren, in Das Äneolithikum und die früheste Bronzezeit (C14 3000-2000 B.C.) in Mitteleuropa: kulturelle und chronologische Beziehungen: Acta des XIV internationalen Symposiums, Prag - Liblice 20.-24.10.1986, Praha, Univerzita Karlova, 1989, p. 201-205 (Praehistorica; 15).

Dvořák et al. 1992a, DVOŘÁK P., avec les contributions de, LANGOVÁ J., PŘICHYSTAL A., SEITL L., Die Gräberfelder der Glockenbecherkultur in Mähren I (Bez. Blansko, Brno-město, Brno-venkov): Katalog der Funde, Brno, MAQ, 1992a, 52 p.

Dvořák et al. 1992b, DVOŘÁK P., RAKOVSKÝ I., STUCHLÍKOVÁ J., Pohřebiště lidu s kulturou se zvoncovitými poháry u Záhlinic, okr. Kroměříž, Pravěk NŘ, 2, 1992b, p. 215-232.

Dvořák et al. 1996, DVOŘÁK P., MATĚJÍČKOVÁ A., PEŠKA J., RAKOVSKÝ I., avec les contributions de, DOBISÍKOVÁ M., LANGOVÁ J., NERUDOVÁ Z., PÁRAL J., PŘICHYSTAL A., Gräberfelder der Glockenbecherkultur in Mähren II, Brno-Olomouc, Dvořák Verlag, 1996, 77 p.

Endrődi et al. 2011, ENDRŐDI A., HORVÁT A., KOVÁCS E., Recent investigations at Szigetszentmiklós-Üdülősor along the path of the M0 motorway, Aquincum, 17, 2011, p. 139-150.

Endrődi 2012, ENDRŐDI A., Early Bronze Age headdress markers of the social status in the Bell Beaker–Csepel group, Archaeologiai Értesítő, 137, 2012, p. 7-26.

Endrődi 2013, ENDRŐDI A., Funerary Rituals, Social Relations and Diffusion of Bell Beaker Csepel-Group, in Current researches on Bell Beakers: Proceedings of the 15th International Bell Beaker Conference: From Atlantic to Ural, 5th-9th May 2011, Poio (Pontevedra, Galicia, Spain), Prieto Martínez M.P., Salanova L. (Dir.), Santiago de Compostela, Galician ArchaeoPots, 2013, p. 73-88.

Endrődi 2014, ENDRŐDI A., Effects of cultural contacts on the burial rites of the Bell Beaker – Csepel Group, in Around the Petit-Chasseur Site in Sion (Valais, Switzerland) and new approaches to the Bell Beaker Culture, Besse M. (Dir.), Oxford, Archaeopress Archaeology, 2014, p. 259-275.

Engelhardt 2005, ENGELHARDT B., Bemerkungen zu den neu entdeckten Glockenbechergräbern von Atting, “Aufeld”, Das archäologische Jahr in Bayern, 2005, 2005, p. 31-34.

Engelhardt 2010, ENGELHARDT B., Ein besonderes Glockenbechergrab von Barbing, Das archäologische Jahr in Bayern, 2010, 2010, p. 35-37.

Evans 1878, EVANS J., Les âges de la Pierre : instruments, armes et ornements de la Grande-Bretagne, Paris, G. Baillère et Cie, 1878, 694 p.

Ferembach et al. 1979, FEREMBACH D., SCHWIDETZKY I., STLOUKAL M., Recommandations pour déterminer l’âge et le sexe sur le squelette, Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris (13ème série), 6, 1979, p. 7-45.

Fischer et al. 1984, FISCHER A., VEMMING HANSEN P., RASMUSSEN P., Macro and microwear traces on lithic projectile points. Experimental results and prehistoric examples, Journal of Danish Archaeology, 3, 1984, p. 19-46.

Fitzpatrick 2011, FITZPATRICK A.P. Ed., The Amesbury Archer and the Boscombe Bowmen: Bell Beaker burials on Boscombe Down, Amesbury, Wiltshire, Salisbury, Wessex Archaeology, 2011, 278 p. (Wessex Archaeology Report; 27).

Flennikenn & Ozbun 1988, FLENNIKENN J.J., OZBUN T.L., Experimental analysis of plains grooved abraders, Plains Anthropologist, 33, 119, 1988, p. 37-52.

Fojtík 2015, FOJTÍK P., Brodek u Prostějova – záhadné „kalendárium“ pozdní doby kamenné, Střední Morava, 40, 2015, p. 92-97.

Fokkens et al. 2008, FOKKENS H., ACHTERKAMP Y., KUIJPERS M., Bracers of bracelets? About the functionality and meaning of bell beakers wrist-guards, Proceedings of the Prehistoric Society, London, 74, 2008, p. 109-140.

Gallay 1995, GALLAY A., La nécropole du Petit-Chasseur à Sion et ses stèles : Idéologie et contexte social, in Dans les Alpes à l’aube du métal : archéologie et bande dessinée, Gallay A. (Dir.), Sion, Musées cantonaux du Valais, 1995, p. 103-112.

Gassin 1996, GASSIN B., Evolution socio-économique dans le Chasséen de la grotte de l’Eglise supérieure (Var). Apport de l’analyse fonctionnelle des industries lithiques, Paris, CNRS Éditions, 1996, 328 p., 158 fig. : 78 tabl. (Monographie du CRA ; 17).

Geisler 1990, GEISLER M., Hrob kultury se zvoncovitými poháry z Rousínovce, in Pravěké a slovanské osídlení Moravy. Sborník k 80. Narozeninám Josefa Poulíka, Brno, Muzejní a vlastivědná společnost v Brně / ARÚ ČSAV v Brně, 1990, p. 119-127.

Gibson 2019, GIBSON A.M. Ed., Bell Beaker Settlement of Europe: The Bell Beaker Phenomenon from a Domestic Perspective, Oxford, Oxbow, 2019, 392 p. (Prehistoric Society Research paper; 9).

Glason 1969, GLASON A.T., Einige Bemerkungen über Viehzucht, Jagd und Knochenbearbeitung bei der mitteldeutschen Schnurkeramik, in Die neolitischen Becherkulturen im Gebiet der DDR und ihre europäischen Beziehungen, Behrens H., Schlette F. (Dir.), Berlin, Deutscher Verlag der Wissenschaften, 1969, p. 173-195.

Grömer et al. 2017, GRÖMER K., FOJTÍK P., RUDELICS A., KROH A., Offering with textile wrapping from a Bell Beaker sanctuary in Brodek u Prostějova, Czech Republic, Annalen des naturhistorischen Museums in Wien (A), 119, 2017, p. 47-67.

Guckenbiehl & Schreiber 2008, GUCKENBIEHL M., SCHREIBER J., Ein neues kupferzeitliches Grab im Münchner Westen, Das archäologische Jahr in Bayern, 2008, 2008, p. 31-33.

Guilaine 2004, GUILAINE J., Les Campaniformes et la Méditerranée, Bulletin de la Société Préhistorique Française, Paris, 101, 2 “Substrats et genèse(s) du Campaniforme : actes de la séance de la SPF du 21 février 2003 [...]”, 2004, p. 239-249.

Hájek 1962, HÁJEK L., Die Glockenbecherkultur in Böhmen und Mähren, multigraphié, Bonn, Habelt, 1962 (Inventaria Archaeologica. Československo; 2, 11-20).

Hájek 1966, HÁJEK L., Die älteste Phase der Glockenbecherkultur in Böhmen und Mähren, Památky archeologicke, 57, 1966, p. 210-237.

Hájek 1968, HÁJEK L., Die Glockenbecherkultur in Böhmen, Praha, Archeologický ústav ČSAV, 1968, 159 p. (Archeologické Studijní materiály; 5).

Hamon 2016, HAMON C., Technology and function of grooved abraders in the early Neolithic of northwestern Europe, Journal of Lithic Studies, 3, 3, 2016, p. 243-259.

Harrison 1974, HARRISON R.J., Origins of the Bell Beaker cultures, Antiquity, 48, 190, 1974, p. 99-109.

Heyd 2000, HEYD V., Die Spätkupferzeit in Süddeutschland, Bonn, Habelt, 2000, 762 p. (Saarbrücker Beiträge zur Altertumskunde).

Heyd 2001, HEYD V., On the earliest Bell Beakers along the Danube, in Bell beakers today: pottery, people, culture, symbols in prehistoric Europe, Nicolis F. (Dir.), Trento, Ufficio Beni Archeologici - Servizio Beni Culturali - Provincia Autonoma, 2001, p. 387-410 (Proceedings of the international Colloquium, Riva del Garda (Trento, Italy), 11-16 may 1998).

Heyd 2007, HEYD V., Families, Prestige Goods, Warriors & Complex Societies: Beaker Groups of the 3rd Millennium cal BC along the Upper & Middle Danube., Proceedings of the Prehistoric Society, 73, 2007, p. 327-379.

Heyd & Walker 2014, HEYD V., WALKER K., The First Metalwork and Expressions of Social Power in The Oxford Handbook of Neolithic Europe Fowler C., Harding J., Hofmann D. (Dir.), Oxford, Oxford University Press, 2014, p. 672-691.

Horák et al. 2008, HORÁK J., KVIETOK M., KUBÁLEK P., HOLUB M., KUCHAŘÍK M., Birituálni pohřebiště kultury zvoncovitých pohárů v Praze-Jinonicich, Archaeologica Pragensia, 19, 2008, p. 5-30.

Horváth et al. 2007, HORVÁTH A.M., ENDRŐDI A., MARÁZ B., Régészeti kutatások a csepeli Központi szennyvíztisztító telep területén, Aquincumi Füzetek, 13, 2007, p. 216-232.

Horváth 2017, HORVÁTH T., The stone implements and wrist-guards of the Bell Beaker cemetery of Budakalász (M0/12 site), Vjesnik Arheološkog Muzeja u Zagrebu, 50, 2017, p. 71-118.

Husty 2004, HUSTY L., Glockenbecherzeitliche Funde aus Landau a.d. Isar, in Siedlungen der Glockenbecherkultur in Süddeutschland und Mitteleuropa, Heyd V., Husty L., Kreiner L. (Dir.), Büchenbach, Dr. Faustus, 2004, p. 15-102 (Archäologie Süddeutschlands; 17).

Junkmanns 2013, JUNKMANNS J., Pfeil und Bogen: von der Altsteinzeit bis zum Mittelalter, Ludwigshafen, A. Hörnig, 2013, 413 p.

Kalicz-Schreiber 1975, KALICZ-SCHREIBER R., A tököli bronzkori temetők, Archaeologiai Értesítő, 102, 1975, p. 187-203.

Kalicz-Schreiber & Kalicz 2000, KALICZ-SCHREIBER R., KALICZ N., A harangedények szerepe a Budapest környéki kora bronzkor társadalmi viszonyainak megjelenítésében, Archaeologiai Értesítő, 125, 2000, p. 45-78.

Kalicz 1955, KALICZ N., Adatok a harang alakú edények budapestkörnyéki elterjedéséhez, Folia Archaeologica, 7, 1955, p. 45-60.

Kaňáková et al. 2016, KAŇÁKOVÁ L., ŠMERDA J., NOSEK V., Analýza kamenných projektilů z pohřebiště starší doby bronzové Hroznová Lhota. Traseologie a balistika = Analysis of lithic arrowheads from the Early Bronze Age cemetery at Hroznová Lhota. Use-wear and ballistic analysis, Archeologické rozhledy, Praha, 68, 2, 2016, p. 163-201, http://www.arup.cas.cz/?cat=153.

Kandyba 1935, KANDYBA O., Vyloupené latenské hroby v Kobylisích, Obzor praehistorický, 9, 1935, p. 106-116.

Kazdová et al. 2011, KAZDOVÁ E., KUČA M., ŠABATOVÁ K., TRAMPOTA F., PROKEŠ L., HLOŽEK M., KOLÁŘ J., PETŘÍK J., Kyjovice (okr. Znojmo): « Sutny II ». KZP. Hrob, Systematický výzkum - Přehled Výzkumů, 2011, p. 180-182.

Kern 2016, KERN D., About bow-shaped and rod-shaped pendants, Musaica archaeologica, 1, 2016, p. 95-104.

Knor 1966, KNOR A., Nécropole à Stehelčeves près de Kladno (Bohême), in Investigations archéologiques en Tchécoslovaquie : état actuel des recherches et leur organisation, Filip J. (Dir.), Prague, Institut d’archéologie de l’Académie tchécoslovaque des Sciences, 1966, p. 107-108 (Actes du 7ème Congrès de l’Union internationale des sciences préhistoriques et protohistoriques, Prague 1966).

Koch 2005, KOCH H., Neue Grabfunde der Glockenbecherkultur aus Irlbach, Landkreis Straubing-Bogen, Niederbayern, Das archäologische Jahr in Bayern, 2005, 2005, p. 25-28.

Kociumaka 2002, KOCIUMAKA C., Gräber der Glockenbecherkultur bei Markt, Gemeinde Biberbach, Landkreis Augsburg, Schwaben, Das archäologische Jahr in Bayern, 2002, p. 32-34.

Köhler 2011, KÖHLER K., A harang alakú edények népe Szigetszentmiklós-Felső-Ürge Hegyi Dűlő lelőhelyen feltárt temetőjének embertani vizsgálati eredményei, Anthropologiai kozlemenyek, 52, 2011, p. 55-76.

Kolář 2006, KOLÁŘ J., Dvě pohřebiště lidu kultury se šňůrovou keramikou u Ivanovic na Hané: Příspěvek k poznání pohřebního ritu nositelů kultury se šňůrovou keramikou, Bakalářská diplomová práce, Brno, Filozofická fakulta Masarykovy univerzity, 87 p, Brno, Filozofická fakulta - Masarykovy univerzity, 2006, Bakalářská diplomová práce, 87 p.

Kopacz et al. 2009, KOPACZ J., PŘICHYSTAL A., ŠEBELA L.R., Lithic chipped industry of the Bell Beaker culture in Moravia and its east-central European context, Kraków / Brno, Polska Akademia Umiejętności / Archeologický ústav Akademie věd České Republiky, 2009, 364 p.

Kuna & Matoušek 1978, KUNA M., MATOUŠEK V., Měděná industrie kultury zvoncovitých pohárů ve střední Evropě, Praehistorica, 7, 1978, p. 65-89.

Kytilcová 1960, KYTILCOVÁ O., Eneolitické pohřebiště v Brandýsku, Památky archeologicke, 61, 1960, p. 442-474.

Labaune 2016, LABAUNE M., Le métal et la métallurgie du Campaniforme en Europe occidentale : usage et circulation dans la 2e moitié du IIIe millénaire av. n. è., Dijon, Université de Bourgogne, 2016, Thèse de Doctorat, 2 vol., 1189 p.

Lemercier 2011, LEMERCIER O., Le guerrier dans l’Europe du IIIe millénaire av. n. è. : l’arc et le poignard dans les sépultures individuelles campaniformes, in L’armement et l’image de guerrier dans les sociétés anciennes : de l’objet à la tombe : actes de la Table ronde internationale et interdisciplinaire, Sens, CEREP, 4-5 juin 2009, Baray L., Honegger M., Dias-Meirinho M.-H. (Dir.), Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2011, p. 121-165 (Art, archéologie & patrimoine).

Lemercier 2018, LEMERCIER O., Think and Act. Local Data and Global Perspectives in Bell Beaker Archaeology, Journal of Neolithic Archaeology, 20, 2018S, 2018, p. 77-96.

Limburský 2012, LIMBURSKÝ P., Pohřebiště kultury se zvoncovitými poháry ve Vlíněvsi: k problematice a chronologii konce eneolitu a počátku doby bronzové, Praha, Univerzita Karlova v Praze - Filozofícká Fakulta, 2012, 171 p. (Dissertationes archaeologicae Brunenses Praguensesque; 13).

Maillé 2011, MAILLÉ M., Les statues-menhirs rouergates : approches chronologiques, in Stèles et statues du début de l’âge du Fer dans le Midi de la France (VIIIe-IVe s. av. J.-C.) : chronologies, fonctions et comparaisons : Actes de la table ronde de Rodez, Gruat P., Garcia D. (Dir.), Lattes / Paris, Association pour la Diffusion de l’Archéologie méridionale / Epona, 2011, p. 13-19 (Documents d’Archéologie méridionale ; 34).

Manolakakis 2005, MANOLAKAKIS L., Les industries éneolithiques de Bulgarie, Rahden, Marie Leidorf GmbH, 2005, 314 p., 143 pl. h.-t. (Internationale Archäologie ; 88).

Matějíčková 2001, MATĚJÍČKOVÁ A., Hrob kultury zvoncovitých pohárů z Jiříkovic, okr. Brno-venkov, in Otázky neolitu a eneolitu našich zemí : sborník referátů z 18. pracovního zasedání badatelů pro výzkum neolitu a eneolitu Čech, Moravy a Slovenska, Mostkovice 14.-17. září 1999, Čižmář M. (Dir.), Brno, Ústav archeologické Památkové péče Brno, 2001, p. 352-355 (Pravěk Supplementum ; 8).

Matějíčková & Dvořák 2012, MATĚJÍČKOVÁ A., DVOŘÁK P. Eds., Pohřebiště z období zvoncovitých pohárů na trase dálnice D1 Vyškov – Mořice = Funerary areas of the Bell Beaker period on the D1 Vyškov – Mořice motorway, Brno, Ústav archeologické Památkové péče Brno, 2012, 865 p. (Pravěk Supplementum; 24).

Medunová-Benešová 1962, MEDUNOVÁ-BENEŠOVÁ A., Nálezy zvoncovitých pohárů z Předmostí u Prerova, Sborník československé Společnosti archeologické, 2, 1962, p. 235-245.

Merkl 2011, MERKL M.B., Bell Beaker Copper Use in Central Europe: A Distinctive Tradition?, Oxford, Oxbow, 2011, 229 p., 1 cédérom (British archaeological Reports - International Series; 2267).

Metzinger-Schmitz 2004, METZINGER-SCHMITZ B., Die Glockenbecherkultur in Mähren und Niederösterreich: typologische und chronologische Studien auf dem Hintergrund der kulturhistorischen Abläufe während der späten Kupferzeit im Untersuchungsgebiet mit einem paläometallurgischen Exkurs, Saarbrücken, Universität des Saarlandes, 2004, 377 p.

Moucha 2003, MOUCHA V., Pokus o interpretaci nálezu z období kultury se zvoncovitými poháry ve Svobodných dvorech (okr. Hradec Králové), Archeologické rozhledy, 55, 2003, p. 772-783.

Muñoz Moro 2017, MUÑOZ MORO P., Nuevas bases de estudio para los brazales de arquero de la Meseta española. El análisis funcional como aproximación a un debate, Cuadernos de Prehistoria y Arqueología, 43, 2017, p. 11–32.

Needham 2012, NEEDHAM S.P., Case and place for British Chalcolithic, in Is there a British Chalcolithic? People, Place and Polity in the late 3rd Millennium, Allen M.J., Gardiner J., Sheridan A. (Dir.), Oxford, Oxbow Books, 2012, p. 1-26 (Prehistoric Society Research Paper; 4).

Neustupný & Smrž 1989, NEUSTUPNÝ E., SMRŽ Z., Čachovice - pohřebiště kultury se šňůrovou keramikou a zvoncovitých pohárů, Památky archeologicke, 80, 1989, p. 282-383.

Nicolas 2016, NICOLAS C., Flèches de pouvoir à l’aube de la métallurgie, de la Bretagne au Danemark (2500-1700 av. n. è.), Leiden, Sidestone Press, 2016, 951 p., http://www.sidestone.com/bookshop/fleches-de-pouvoir-a-l-aube-de-la-metallurgie.

Nicolas 2017, NICOLAS C., Arrows of Power from Brittany to Denmark (2500–1700 BC), Proceedings of the Prehistoric Society, 83, 2017, p. 247-287.

Nicolas 2019, NICOLAS C., The production and use of archery related items as a reflection of social changes during the Late Neolithic and the Early Bronze Age in Europe, in Habitus? The Social Dimension of Technology and Transformation, Kadrow S., Müller J. (Dir.), Leiden, Sidestone Press, 2019, p. 115-139.

Nicolas et al. 2019, NICOLAS C., FAVREL Q., ROUSSEAU L., ARD V., BLANCHET S., DONNART K., FROMONT N., LEMAIRE A., MANCEAU L., MARCIGNY C., MARTICORENA P., NICOLAS T., PAILLER Y., RIPOCHE J., The introduction of the Bell Beaker culture in Atlantic France: an overview of settlements, in Bell Beaker Settlement of Europe: The Bell Beaker Phenomenon from a Domestic Perspective, Gibson A.M. (Dir.), Oxford, Oxbow, 2019, p. 329-352 (Prehistoric Society Research Papers; 9).

Novotný 1958, NOVOTNÝ B., Hroby kultury zvoncovitých pohárů u Smolína na Moravě, Památky archeologicke, 49, 1958, p. 297-311.

O’Neill 2010, O’NEILL A., Zwei glockenbecherzeitliche Gräber in Nassenfels, Landkreis Eichstätt, Oberbayem, Das Archäologische Jahr in Bayern, 2010, p. 37-38.

Olalde et al. 2018, OLALDE I., BRACE S., ALLENTOFT M.E., ARMIT I., KRISTIANSEN K., BOOTH T.J., ROHLAND N., MALLICK S., SZÉCSÉNYI-NAGY A., MITTNIK A., ALTENA E., LIPSON M., LAZARIDIS I., HARPER T.K., PATTERSON N., BROOMANDKHOSHBACHT N., DIEKMANN Y., FALTYSKOVA Z., FERNANDES D., FERRY M., HARNEY E., DE KNIJFF P., MICHEL M., OPPENHEIMER J., STEWARDSON K., BARCLAY A.J., ALT K.W., LIESAU VON LETTOW-VORBECK C., RÍOS P., BLASCO BOSQUED M.C., VEGA MIGUEL J., MENDUIÑA GARCÍA R.C., AVILÉS FERNÁNDEZ A., BÁNFFY E., BERNABÒ BREA M., BILLOIN D., BONSALL C., BONSALL L., ALLEN T., BÜSTER L., CARVER S., CASTELLS NAVARRO L., CRAIG O.E., COOK G.T., CUNLIFFE B., DENAIRE A., EGGING DINWIDDY K., DODWELL N., ERNÉE M., EVANS C., KUCHAŘÍK M., FRANCÈS FARRÉ J., FOWLER C., GAZENBEEK M., GARRIDO PENA R., HABER URIARTE M., HADUCH E., HEY G., JOWETT N., KNOWLES T., MASSY K., PFRENGLE S., LEFRANC P., LEMERCIER O., LEFEBVRE A., HERAS MARTÍNEZ C.M., GALERA OLMO V., BASTIDA RAMÍREZ A.B., LOMBA MAURANDI J., MAJÓ T., MCKINLEY J.I., MCSWEENEY K., MENDE B.G., MODI A., KULCSÁR G., KISS V., CZENE A., PATAY R., ENDRŐDI A., KÖHLER K., HAJDU T., SZENICZEY T., DANI J., BERNERT Z., HOOLE M., CHERONET O., KEATING D., VELEMÍNSKÝ P., DOBEŠ M., CANDILIO F., BROWN F., FLORES FERNÁNDEZ R., HERRERO CORRAL A.M., TUSA S., CARNIERI E., LENTINI L., VALENTI A., ZANINI A., WADDINGTON C., DELIBES DE CASTRO G., The Beaker phenomenon and the genomic transformation of northwest Europe., Nature, 555, 2018, p. 190-196.

Olivík 2009, OLIVÍK J., Silicitové šipky a nátepní destičky – jejich typologie a postavení v pohřebním ritu kultury zvoncovitých pohárů na Moravě, Brno, Filozofická fakulta - Masarykovy univerzity - Ústav archeologie a muzeologie, 2009, Magisterská diplomová práce, 173 p.

Ondráček & Šebela 1985, ONDRÁČEK J., ŠEBELA L., Pohřebiště nitranské skupiny v Holešov (katalog nálezů), Holešov, Studie Muzea Kroměřížska, 1985, 200 p.

Patay 2013, PATAY R., Bell Beaker Cemetery and Settlement at Szigetszentmiklós: First Results, in Transitions to the Bronze Age: interregional interaction and socio-cultural change in the third millennium B.C. Carpathian Basin and neighbouring regions, Heyd V., Kulcsár G., Szeverényi V. (Dir.), Budapest, Archaeolingua Alapitvany, 2013, p. 287-317 (Archaeolingua; 30).

Pelegrin 2007, PELEGRIN J., Réflexions sur la notion de « spécialiste » dans la taille de la pierre au Paléolithique, in Arts et cultures de la Préhistoire : hommages à Henri Delporte, Desbrosse R., Thévenin A. (Dir.), Paris, Comité des Travaux historiques et scientifiques, 2007, p. 315-318 (Documents préhistoriques ; 24).

Pernička 1961, PERNIČKA M.R., Eine unikate Grabanlage der Glockenbecherkultur bei Prosiměřice, Südwest-Mähren, Sborník prací Filosofické fakulty brněnské university (řada archeologická klasická), 10, 6, 1961, p. 9-54.

Peška 2011, PEŠKA J., Pohřebiště kultury zvoncovitých pohárů v Opatovicích “U panské stodoly” na moravském Záhoří, Ročenka - Archeologické centrum Olomouc, 2011, p. 64-84.

Peška 2012, PEŠKA J., Absolutní datování hrobů z období KZP z Hoštic I a ze Záhlinic I, in Pohřebiště z období zvoncovitých pohárů na trase dálnice D1 Vyškov – Mořice = Funerary areas of the Bell Beaker period on the D1 Vyškov – Mořice motorway, Matějíčková A., Dvořák P. (Dir.), Brno, Ústav archeologické Památkové péče Brno, 2012, p. 153-166 (Pravěk Supplementum ; 24).

Peška 2013, PEŠKA J., Two new burial sites of Bell Beaker Culture with an exceptional finds from Eastern Moravia/Czech Republic, in Current researches on Bell Beakers: Proceedings of the 15th International Bell Beaker Conference: From Atlantic to Ural, 5th-9th May 2011, Poio (Pontevedra, Galicia, Spain), Prieto Martínez M.P., Salanova L. (Dir.), Santiago de Compostela, Galician ArchaeoPots, 2013, p. 61-72.

Peška 2016, PEŠKA J., Graves of metallurgists in the Moravian Beaker cultures, in Analysis of the Economic Foundations Supporting the Social Supremacy of the Beaker Groups, Guerra Doce E., Liesau Von Lettow-Vorbeck C. (Dir.), Oxford, Archaeopress Archaeology, 2016, p. 1-18 (Actes du 17ème Congrès de l’Union internationale des sciences préhistoriques et protohistoriques, Burgos 2014 : session 336).

Pétrequin & Pétrequin 1990, PÉTREQUIN P., PÉTREQUIN A.-M., Flèches de chasse, flèches de guerre, le cas des Danis d’Irian Jaya (Indonésie), Bulletin de la Société Préhistorique Française, 87, 10, 1990, p. 484-511.

Petrík et al. 2012, PETRÍK J., PROKES L., HUMPOLA D., FAJKOŠOVÁ Z., KUČA M., ŠABATOVÁ K., KAZDOVÁ E., Pedogeochemical Investigation of Bell Beaker Culture Graves from Hodonice and Tesetice-Kyjovice, Moravia, Czech Republic, in Theoretical and Methodological Considerations in Central European Neolithic Archaeology: Proceedings of the ‘Theory and Method in Archaeology of the Neolithic (7th - 3rd millennium BC)’ conference held in Mikulov, Czech Republic, 26th–28th of October 2010, Kolár J., Trampota F. (Dir.), Oxford, Archaeopress, 2012, p. 45-64 (British archaeological Reports - International Series; 2325).

Piggott 1971, PIGGOTT S., Beaker bows: a suggestion, Proceedings of the Prehistoric Society, 37, 1971, p. 80-94.

Popelka 1992, POPELKA M., Chipped stone industry of the Bohemian Corded-ware culture, in Die kontinentaleuropäischen Gruppen der Kultur mit Schnurkeramik: Schnurkeramik-Symposium 1990 = Skupiny kultury se šňůrovou keramikou na evropském kontinentu Buchvaldek M., Strahm C. (Dir.), Praha, Karolinum, 1992, p. 89-94 (Praehistorica; 19).

Price et al. 2004, PRICE T.D., KNIPPER C., GRUPE G., SMRCKA V., Strontium Isotopes and Prehistoric Human Migration: The Bell Beaker Period in Central Europe, European Journal of Archaeology, London, 7, 1, 2004, p. 9-40, http://eja.sagepub.com/cgi/content/abstract/7/1/9

Přichystal 1992, PŘICHYSTAL A., Petrological expert’s review, in Die Gräberfelder der Glockenbecherkultur in Mähren I (Bez. Blansko, Brno-město, Brno-venkov): Katalog der Funde, Dvořák P. (Dir.), Brno, MAQ, 1992, p. 48-.

Přichystal 2000, PŘICHYSTAL A., Stone raw materials of Neolithic-Aeneolithic polished artefacts in the Czech Republic: The present state of knowledge, Krystalinikum, 26, 2000, p. 119-136.

Přichystal 2013, PŘICHYSTAL A., Lithic raw materials in Prehistoric times of Eastern Central Europe, Brno, Masaryk University, 2013, 351 p.

Přichystal & Všianský 2012, PŘICHYSTAL A., VŠIANSKÝ D., Petroarcheologický výzkum kamenné industrie z Hoštic I, Hoštic IV a Ivanovic VI, in Pohřebiště z období zvoncovitých pohárů na trase dálnice D1 Vyškov – Mořice = Funerary areas of the Bell Beaker period on the D1 Vyškov – Mořice motorway, Matějíčková A., Dvořák P. (Dir.), Brno, Ústav archeologické Památkové péče Brno, 2012, p. 303-322 (Pravěk Supplementum; 24).

Prior 2013, PRIOR S., The Meare Heath Bow Reconstruction, Digital Digging, 2013, http://www.digitaldigging.net/meare-heath-bow-reconstruction/.

Růžičková 2009, RŮŽIČKOVÁ P., Bow-shaped pendants of the Bell Beaker culture, Acta archaeologica carpathica, 44, 2009, p. 37-72.

Salanova 1998, SALANOVA L., Le statut des assemblages campaniformes en contexte funéraire : la notion de “bien de prestige”, Bulletin de la Société Préhistorique Française, Paris, 95, 3, 1998, p. 315-326.

Salanova 2007, SALANOVA L., Les sépultures campaniformes : lecture sociale, in Le Chalcolithique et la construction des inégalités : Tome 1 - Le continent européen, Guilaine J. (Dir.), Paris, Errance, 2007, p. 213-228 (Séminaire du Collège de France).

Salanova 2011, SALANOVA L., Chronologie et facteurs d’évolution des sépultures individuelles Campaniformes dans le Nord de la France, in Les sépultures individuelles campaniformes en France, Salanova L., Tchérémissinoff Y. (Dir.), Paris, CNRS Éditions, 2011, p. 125-142 (Gallia Préhistoire. Supplément ; 41).

Sangmeister 1964, SANGMEISTER E., Die schmalen « Armschutzplatten », Studien aus Alteuropa, 1, 1964, p. 93-122.

Sangmeister 1974, SANGMEISTER E., Zwei Neufunde der Glockenbecherkultur in Baden-Württemberg: ein Beitrag zur Klassifizierung der Armschutzplatten in Mitteleuropa, Fundberichte aus Baden-Württemberg, 1, 1974, p. 103-156.

Schirmeisen 1936, SCHIRMEISEN K., Zu den Halbmondförmigen Knochenzieraten der Glockenbecherkultur, Sudeta, 12, 1936, p. 64-67.

Schmotz 1992, SCHMOTZ K., Ein Gräbergruppe der Glockenbecherkultur von Künzig, Lkr. Deggendorf, in Vorträge des 10. Niederbayerischen Archäologentages, Schmotz K. (Dir.), Deggendorf, Leidorf, 1992, p. 41-67.

Schröter 1997, SCHRÖTER P., Gräber der späten Glockenbecherkultur von Offingen, Lkr. Günzburg, Documenta naturae, 114, 2, 1997, p. 1-53.

Šebela & Škrdla 2003, ŠEBELA L., ŠKRDLA P., A cemetery of the Bell Beaker culture in Marefy and its contribution to studies on the chipped stone industry of the Moravian Late Eneolithic period, in The Northeast Frontier of Bell Beakers, Czebreszuk J., Szmyt M. (Dir.), Oxford, Archaeopress, 2003, p. 231-247 (British archaeological Reports - International Series; 1155).

Skružný et al. 2000, SKRUŽNÝ L., TUREK J., VOJTĚCHOVSKÁ I., Pohřebiště z období zvoncovitých pohárů ve velkých Přílepech-Kamýku, okr. Praha-západ, Archeologie ve středních Čechách, 4, 2000, p. 59-78.

Smith 2006, SMITH J.D., Early Bronze Age stone wrist-guards in Britain: archer’s bracer or social symbol?, s.n., 2006.

Steiniger 2015, STEINIGER D., On flint and copper daggers in Chalcolithic Italy, in Flint Daggers in Prehistoric Europe, Frieman C.J., Eriksen B.V. (Dir.), Oxford, Oxbow Books, 2015, p. 45-56.

Šulová et al. 2008, ŠULOVÁ L., TUREK J., KUBÁLEK P., Komorový hrob z období zvoncovitých pohárů v Holubicích (okr. Praha-západ): otázka interpretace vnitřní konstrukce pohřebních komor v závěru eneolitu, Archeologie ve středních Čechách, 12, 2008, p. 161-174.

Testart 1986, TESTART A., Essai sur les fondements de la division sexuelle du travail chez les chasseurs-cueilleurs, Paris, École des hautes Études en Sciences sociales, 1986, 103 p. (Cahiers de l’Homme : Ethnologie, Géographie, Linguistique, nouvelle série ; 25).

Trémeaud 2015, TRÉMEAUD C., Les données funéraires au prisme du genre dans le monde nord-alpin, in Recherches sur l’âge du Bronze : nouvelles approches et perspectives : Actes de la journée d’étude de l’Association pour la promotion des recherches archéologiques sur l’âge du Bronze, 28 février 2014, Saint-Germain-en-Laye, Nordez M., Rousseau L., Cervel M. (Dir.), Dijon, APRAB, 2015, p. 43-55 (Association pour la Promotion de la Recherche sur l’Âge du Bronze - Supplément ; 1).

Tůmová 2008, TŮMOVÁ Š., Život člověka kultury zvoncovitých pohárů na Moravě, Brno, Masarykova univerzita v Brně, 2008, Magisterská diplomová práce, 199 p.

Turek & Černý 2001, TUREK J., ČERNÝ V., Society, gender and sexual dimorphism of the Corded Ware and Bell Beaker populations, in Bell beakers today: pottery, people, culture, symbols in prehistoric Europe, Nicolis F. (Dir.), Trento, Ufficio Beni Archeologici - Servizio Beni Culturali - Provincia Autonoma, 2001, p. 601-612 (Proceedings of the international Colloquium, Riva del Garda (Trento, Italy), 11-16 may 1998).

Turek 2004, TUREK J., Craft symbolism in the Bell Beaker burial customs: resources, production and social structure at the end of eneolithic period, in Graves and funerary rituals during the Late Neolithic and Early Bronze Age in Europe (2700-2000 BC): proceedings of the International Conference held at the Cantonal Archaeological Museum, Sion (Switzerland) October 4th-7th 2001, Besse M., Desideri J. (Dir.), Oxford, Archaeopress, 2004, p. 147-156 (British archaeological Reports - International Series; 1284).

Turek 2005, TUREK J., Pohřebiště z období zvoncovitých pohárů v Praze. I. Hloubětín, Kobylisy, Prosek, Vysočany a Záběhlice, Archaeologica Pragensia, 17, 2005, p. 65-104 & 233-238.

Turek 2006a, TUREK J., Období zvoncovitý pohárů v Evropě, Archeologie ve středních Čechách, 10, 2006a, p. 275-368.

Turek 2006b, TUREK J., Lučištníci z Kobylis: Výzkum v čase adventním, Archeologie, 1, 2006b, p. 1-6.

Turek 2008, TUREK J., Pohřebiště z období zvoncovitých pohárů v Praze II. Katalog a diskuse o vzniku a původu nejstarších zvoncovitých pohárů, Archaeologica Pragensia, 19, 2008, p. 31-104.

Turek 2013, TUREK J., The Bell Beaker culture, in The prehistory of Bohemia 3: the Eneolithic, Neustupný E., Dobeš M., Turek J. et al. (Dir.), Praha, Archeologický ústav AV ČR, 2013, p. 154-178.

Turek 2015, TUREK J., Bell Beaker stone wrist-guards as symbolic male ornament. The significance of ceremonial warfare in 3rd millennium BC Central Europe, in The Bell Beaker transition in Europe: Mobility and local evolution during the 3rd millennium BC, Prieto Martínez M.P., Salanova L. (Dir.), Oxford, Oxbow Books, 2015, p. 28-40.

Turek 2016, TUREK J., Sex, Transsexuality and Archaeological Perception of Gender Identities, Archaeologies, 12, 2016, p. 340-358.

Van der Vaart 2009, VAN DER VAART S., Bell Beaker wrist-guards reconsidered: a research into their functionality and possible uses, Leiden, Leiden University - Faculty of Archaeology, 2009, Bachelor thesis, 53 p.

Vandkilde 2006, VANDKILDE H., Warriors and Warrior Institutions in Copper Age Europe, in Warfare and society: archaeological and social anthropological perspectives, Otto T., Thrane H., Vandkilde H. (Dir.), Aarhus, Aarhus University press, 2006, p. 393-422.

Vaňharová & Drozdová 2008, VAŇHAROVÁ M., DROZDOVÁ E., Sex determination of skeletal remains of 4 000 year old children and juveniles from Hoštice 1 za Hanou (Czech Republic) by ancient DNA analysis, Anthropological Review, 71, 2008, p. 63-70.

Vaquer et al. 2006, VAQUER J., REMICOURT M., VERGÉLY H., Les poignards métalliques et lithiques du chalcolithique pré-campaniforme des petits et Grands Causses dans le Midi de la France, in Hommes et passé des Causses : hommage à Georges Costantini : actes du Colloque de Millau, 16-18 juin 2005, Gascó J., Leyge F., Gruat P. (Dir.), Toulouse / Millau, Archives d’Écologie préhistorique / Musée de Millau, 2006, p. 157-179.

Wagner 2011, WAGNER S.N., Ein Grab der Glockenbecherkultur in Wiesloch, Archäologische Nachrichten aus Baden, 83, 2011, p. 9-12.

Wiessner 1983, WIESSNER P., Style and social information in Kalahari San projectile points, American Antiquity, 48, 1983, p. 253-276.

Willvonseder 1936, WILLVONSEDER K., Halbmondförmige Knochenzierate der Glockenbecherkultur, Sudeta, 12, 1936, p. 7-11.

Wolski & Kalita 2015, WOLSKI D., KALITA M., An attempt at interpretin

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : liste des abréviations des noms de musées

ACO : Archeologické centrum Olomouc

ARUP : Archeologický ústav Praha

FM : Ferenczy Museum Center in Cegléd

JMZ : Jihomoravské muzeum ve Znojmě

MMH : Masarykovo muzeum Hodonín

MKSMK : Městské kulturní středisko Moravský Krumlov

MZMB : Moravské zemské muzeum Brno

MGP : Muzeum a galerie v Prostějově

MB : Muzeum Brněnska

MČB : Muzeum Český Brod

MHMP : Muzeum hlavního města Prahy

MKP : Muzeum Komenského v Přerově

MK : Muzeum Kroměřížska

MMB : Muzeum města Brna

MVCHK : Muzeum východních Čech v Hradci Králové

MV : Muzeum Vyškovska

NM : Národní muzeum

OMC : Oblastní muzeum v Chomutově

RMK : Regionální muzeum v Kolíně

RMM : Regionální muzeum v Mikulově

RMT : Regionální muzeum v Teplicích

SMRP : Středočeské muzeum v Roztokách u Prahy

ÚAPPB : Ústav archeologické památkové péče, Brno

VMS : Vlastivědné muzeum ve Slaném

Annexe 2 : liste des cimetières campaniformes livrant des tombes de guerriers

Les références bibliographiques renvoient aux principaux inventaires, listant la bibliographique complète, ou à défaut à la principale publication. Le nombre de tombes indiquées correspond aux sépultures de guerriers.

Allemagne

Aiterhofen II, Straubing-Bogen, Basse-Bavière : 1 tombe (Heyd 2000, Bosch 2008)

Altdorf II, Landshut, Basse-Bavière : 2 tombes (Heyd 2000, Bosch 2008)

Atting “Aufeld”, Straubing-Bogen, Basse-Bavière : 2 tombes (Bosch 2008)

Aufhausen, Dingolfing-Landau, Basse-Bavière : 1 tombe (Heyd 2000, Bosch 2008)

Augsburg “Haunstetten” I, Augsburg, Souabe : 1 tombe (Heyd 2000, Bosch 2008)

Augsburg, Augsburg, Souabe : 3 tombes (Heyd 2000)

Barbing I, Regensburg, Haut-Palatinat : 1 tombe (Heyd 2000, Bosch 2008)

Barbing II, Regensburg, Haut-Palatinat : 1 tombe (Engelhardt 2010)

Bopfingen “Flochberg”, Ostalb, Stuttgart : 1 tombe (Heyd 2000)

Burgweinting, Regensburg, Haut-Palatinat : 5 tombes (Bosch 2008)

Buxheim, Eichstätt, Haute-Bavière : 3 tombes (Heyd 2000, Bosch 2008)

Dietfurt an der Altmühl, Neumarkt in der Oberpfalz, Haut-Palatinat : 2 tombes (Heyd 2000, Bosch 2008)

Dillingen an der Donau “Reitweg”, Dillingen a. d. Donau, Souabe : 1 tombe (Heyd 2000, Bosch 2008)

Efringen-Kirchen, Lörrach, Bade-Wurtemberg : 1 tombe (Heyd 2000)

Eitensheim, Eichstätt, Haute-Bavière : 2 tombes (Bosch 2008)

Engen “Welschingen”, Konstanz, Fribourg-en-Brisgau : 1 tombe (Heyd 2000)

Ergolding, Landshut, Basse-Bavière : 1 tombe (Heyd 2000)

Etting, Ingolstadt, Haute-Bavière : 1 tombe (Heyd 2000, Bosch 2008)

Germering “Obere Bahnhofstr.”, Fürstenfeldbruck, Haute-Bavière : 3 tombes (Bosch 2008)

Gottfrieding, Dingolfing-Landau, Basse-Bavière : 1 tombe (Heyd 2000, Bosch 2008)

Großmehring I, Eichstätt, Haute-Bavière : 1 tombe (Heyd 2000, Bosch 2008)

Haunersdorf, Deggendorf, Basse-Bavière : 1 tombe (Heyd 2000, Bosch 2008)

Heilbronn “Klingenberg”, Heilbronn, Bade-Wurtemberg : 1 tombe (Heyd 2000)

Ingelfingen “Criesbach”, Hohenlohekreis, Bade-Wurtemberg : 1 tombe (Heyd 2000)

Irlbach “Am Auwald”, Straubing-Bogen, Basse-Bavière : 1 tombe (Bosch 2008)

Irlbach, Straubing-Bogen, Basse-Bavière : 4 tombes (Heyd 2000, Bosch 2008)

Köfering, Regensburg, Haut-Palatinat : 2 tombes (Heyd 2000, Bosch 2008)

Kornwestheim, Ludwigsburg, Bade-Wurtemberg : 1 tombe (Heyd 2000)

Künzing “Bruck” III, Deggendorf, Basse-Bavière : 4 tombes (Heyd 2000, Bosch 2008)

Landau I, Dingolfing-Landau, Basse-Bavière : 1 tombe (Heyd 2000)

Landau III, Dingolfing-Landau, Basse-Bavière : 3 tombes (Heyd 2000, Bosch 2008)

Luckenpaint, Regensburg, Haut-Palatinat : 1 tombe (Heyd 2000, Bosch 2008)

Mailing I, Ingolstadt, Haute-Bavière : 1 tombe (Bosch 2008)

Mailing II, Ingolstadt, Haute-Bavière : 1 tombe (Bosch 2008)

Markt, Augsburg, Souabe : 1 tombe (Bosch 2008)

Mettenheim, Mühldorf am Inn, Haute-Bavière : 1 tombe (Heyd 2000, Bosch 2008)

Mintraching “Aukofen”, Regensburg, Haut-Palatinat : 1 tombe (Heyd 2000, Bosch 2008)

Mitterharthausen, Straubing-Bogen, Basse-Bavière : 1 tombe (Heyd 2000, Bosch 2008)

München “Sendling”, München, Haute-Bavière : 4 tombes (Heyd 2000, Bosch 2008)

München West, München, Haute-Bavière : 1 tombe (Guckenbiehl & Schreiber 2008)

Nassenfels, Eichstätt, Haute-Bavière : 2 tombes (O’Neill 2010)

Neubiberg “Unterbiberg”, München, Haute-Bavière : 1 tombe (Bosch 2008)

Oberstimm I, Pfaffenhofen an der Ilm, Haute-Bavière : 2 tombes (Heyd 2000, Bosch 2008)

Oberstimm II, Pfaffenhofen an der Ilm, Haute-Bavière : 1 tombe (Heyd 2000, Bosch 2008)

Ochsenfurt, Würzburg, Bavière : 1 tombe (Heyd 2000)

Ochsenfurt “Tückelhausen”, Würzburg, Bavière : 1 tombe (Heyd 2000)

Offingen, Günzburg, Souabe : 1 tombe (Heyd 2000)

Osterhofen “Altenmarkt” III, Deggendorf, Basse-Bavière : 5 tombes (Heyd 2000, Bosch 2008)

Reusch, Neustadt an der Aisch-Bad Windsheim, Bavière : 1 tombe (Heyd 2000)

Riegel, Emmendingen, Emmendingen : 1 tombe (Heyd 2000)

Riekofen, Regensburg, Haut-Palatinat : 1 tombe (Heyd 2000, Bosch 2008)

Safferstetten, Passau, Basse-Bavière : 1 tombe (Heyd 2000, Bosch 2008)

Schwäbisch-Hall “Hessental”, Schwäbisch-Hall, Bade-Wurtemberg : 1 tombe (Heyd 2000)

Stetten an der Donau, Mühlheim an der Donau, Fribourg-en-Brisgau : 1 tombe (Heyd 2000)

Stockach “Wahlwies”, Konstanz, Fribourg-en-Brisgau : 1 tombe (Heyd 2000)

Straubing-Alburg „Hochfeldweg“, Straubing, Basse-Bavière : 3 tombes (Bosch 2008)

Straubing-Alburg I “Lerchenaid”, Straubing, Basse-Bavière : 1 tombe (Heyd 2000, Bosch 2008)

Straubing-Alburg II “Lerchenaid”, Straubing, Basse-Bavière : 1 tombe (Heyd 2000)

Straubing-Alburg IV “Stadtäcker”, Straubing, Basse-Bavière : 1 tombe (Heyd 2000, Bosch 2008)

Straubing-Alburg V “Lerchenhaid”, Straubing, Basse-Bavière : 1 tombe (Heyd 2000, Bosch 2008)

Straubing-Gabelsbergerstraße, Straubing, Basse-Bavière : 2 tombes (Heyd 2000, Bosch 2008)

Straubing-Kasernstraße, Straubing, Basse-Bavière : 1 tombe (Heyd 2000)

Stühlingen, Waldshut, Fribourg-en-Brisgau : 1 tombe (Heyd 2000)

Trieching, Dingolfing-Landau, Basse-Bavière : 1 tombe (Heyd 2000, Bosch 2008)

Wallersdorf III, Dingolfing-Landau, Basse-Bavière : 1 tombe (Heyd 2000, Bosch 2008)

Weichering, Neuburg-Schrobenhausen, Haute-Bavière : 4 tombes (Heyd 2000, Bosch 2008)

Widdersdorf-Pörndorf, Bruckberg, Basse-Bavière : 1 tombe (Heyd 2000)

Wiesloch, Rhein-Neckar, Bade-Wurtemberg : 1 tombe (Wagner 2011)

Wolferkofen, Straubing-Bogen, Basse-Bavière : 1 tombe (Heyd 2000, Bosch 2008)

Autriche

Bad Fischau “Zwerglloch”, Wiener Neustadt, Basse-Autriche : 1 tombe (Bosch 2008)

Deutschkreutz, Oberpullendorf, Burgenland : 1 tombe (Bosch 2008)

Gemeinlebarn, Sankt Pölten, Basse-Autriche : 1 tombe (Metzinger-Schmitz 2004, Bosch 2008)

Henzing, Tulln, Basse-Autriche : 1 tombe (Heyd 2000, Bosch 2008)

Laa an der Thaya I, Mistelbach, Basse-Autriche : 1 tombe (Heyd 2000, Metzinger-Schmitz 2004)

Laa an der Thaya II, Mistelbach, Basse-Autriche : 1 tombe (Heyd 2000, Metzinger-Schmitz 2004, Bosch 2008)

Nußdorf ob der Traisen “Franzhausen”, Sankt Pölten, Basse-Autriche : 1 tombe (Metzinger-Schmitz 2004)

Oberbierbaum 1, Tulln, Basse-Autriche : 1 tombe (Heyd 2000, Bosch 2008, Metzinger-Schmitz 2004)

Oggau, Eisenstadt, Burgenland : 2 tombes (Heyd 2000, Bosch 2008)

Ossarn, Sankt Pölten, Basse-Autriche : 1 tombe (Heyd 2000, Bosch 2008)

Scharlinz, Linz, Haute-Autriche : 2 tombes (Heyd 2000, Bosch 2008)

Wien-Aspern, Vienne, Vienne : 2 tombes (Heyd 2000, Metzinger-Schmitz 2004)

Wien-Essling, Vienne, Vienne : 1 tombe (Heyd 2000, Metzinger-Schmitz 2004)

Wipfing, Tulln, Basse-Autriche : 1 tombe (Růžičková 2009)

Hongrie

Budakalász “Luppa-csárda”, Szentendre, Pest : 42 tombes (Horváth 2017)

Budakalász “Tangazdaság”, Szentendre, Pest : 1 tombe (Kalicz 1955)

Budapest–Békásmegyer, Budapest, Budapest : 4 tombes (Kalicz-Schreiber & Kalicz 2000)

Budapest-Csepel “Rákóczi Ferenc street”, Budapest, Budapest : 1 tombe (Endrődi 2013)

Budapest-Csepel “Water Works”, Szigetszentmiklós, Pest : 1 tombe (Endrődi 2013)

Budapest-Csepel, Waste Water Treatment Plant, Budapest, Budapest : 1 tombe (Horváth et al. 2007)

Szigetszentmiklós “Felső Ürge-hegyi dűlő”, Szigetszentmiklós, Pest : 36 tombes (Patay 2013)

Szigetszentmiklós “Üdülősor”, Szigetszentmiklós, Pest : 7 tombes (Endrődi 2012, Endrődi 2014)

Szigetszentmiklós “Water Works”, Szigetszentmiklós, Pest : 2 tombes (Endrődi 2013)

Tököl, Szigetszentmiklós, Pest : 1 tombe (Kalicz-Schreiber 1975)

République tchèque

Běhařovice I, Znojmo, Moravie-du-sud : 1 tombe (Olivík 2009)

Bílina IV, Teplice, Ústí nad Labem : 1 tombe (Hájek 1968)

Bílina VI, Teplice, Ústí nad Labem : 1 tombe (Hájek 1968)

Blažovice II, Brno-venkov, Moravie-du-sud : 5 tombes (Dvořák et al. 1992a, Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Bohutice II, Znojmo, Moravie-du-sud : 1 tombe (Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Borkovany I, Břeclav, Moravie-du-sud : 1 tombe (Bosch 2008, Dvořák et al. 1996, Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Brandýsek, Kladno, Bohême centrale : 3 tombes (Bosch 2008, Hájek 1968)

Brankovice, Vyškov, Moravie-du-sud : 1 tombe (Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Březno “Čachovice”, Chomutov, Ústí nad Labem : 5 tombes (Neustupný & Smrž 1989)

Brno “Holásky” II, Brno-město, Moravie-du-sud : 5 tombes (Bosch 2008, Dvořák et al. 1992a, Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Brno “Líšeň” II, Brno-město, Moravie-du-sud : 1 tombe (Olivík 2009)

Brno “Slatina”, Brno-město, Moravie-du-sud : 1 tombe (Tůmová 2008)

Brno “Židenice”, Brno-město, Moravie-du-sud : 1 tombe (Dvořák et al. 1992a, Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Brodek u Proštejova, Prostějov, Olomouc : 3 tombes (Grömer et al. 2017)

Bylany I, Chrudim, Pardubice : 2 tombes (Bosch 2008, Hájek 1968)

Chrášťany I, Rakovník, Bohême centrale : 1 tombe (Hájek 1968)

Dolní Dubńany, Znojmo, Moravie-du-sud : 1 tombe (Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Dolní Sukolom, Uničov, Olomouc : 2 tombes (Olivík 2009)

Dolní Věstonice II, Břeclav, Moravie-du-sud : 1 tombe (Dvořák et al. 1996, Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Dolní Věstonice III, Břeclav, Moravie-du-sud : 1 tombe (Bosch 2008, Dvořák et al. 1996, Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Dřevohostice “Bezuchov”, Přerov, Olomouc : 1 tombe (Olivík 2009)

Hodějice, Vyškov, Moravie-du-sud : 1 tombe (Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Hodonice I, Znojmo, Moravie-du-sud : 1 tombe (Petrík et al. 2012)

Hodonice-Tasovice, Znojmo, Moravie-du-sud : 1 tombe (Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Holešov, Kroměříž, Zlín : 4 tombes (Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Holubice, Praha-západ, Bohême centrale : 1 tombe (Šulová et al. 2008)

Holubice, Vyškov, Moravie-du-sud : 1 tombe (Metzinger-Schmitz 2004)

Hoštice I, Vyškov, Moravie-du-sud : 18 tombes (Matějíčková & Dvořák 2012, Olivík 2009, Růžičková 2009)

Hoštice IV, Vyškov, Moravie-du-sud : 1 tombe (Matějíčková & Dvořák 2012)

Hostivice, Praha-západ, Bohême centrale : 1 tombe (Růžičková 2009)

Hrubčice, Prostějov, Olomouc : 1 tombe (Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Hrušky I, Břeclav, Moravie-du-sud : 1 tombe (Dvořák et al. 1996, Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Hulín 2 “Pravčice”, Kroměříž, Zlín : 13 tombes (Peška 2013)

Hulín 1 “U Isidorka”, Kroměříž, Zlín : 6 tombes (Peška 2013, Růžičková 2009)

Ivančice, Brno-venkov, Moravie-du-sud : 1 tombe (Dvořák et al. 1992a, Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Ivanovice na Hané, Vyškov, Moravie-du-sud : 4 tombes (Matějíčková & Dvořák 2012, Olivík 2009)

Jenišův Újezd, Teplice, Ústí nad Labem : 1 tombe (Beneš 1987)

Jezeřany-Maršovice, Znojmo, Moravie-du-sud : 1 tombe (Bosch 2008, Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009, Růžičková 2009)

Jiříkovice, Brno-venkov, Moravie-du-sud : 1 tombe (Olivík 2009, Matějíčková 2001)

Josefov I, Hodonín, Moravie-du-sud : 1 tombe (Olivík 2009)

Josefov III, Hodonín, Moravie-du-sud : 1 tombe (Olivík 2009)

Klobouky III, Břeclav, Moravie-du-sud : 1 tombe (Bosch 2008, Dvořák et al. 1996, Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Klobouky IV, Břeclav, Moravie-du-sud : 1 tombe (Bosch 2008, Dvořák et al. 1996, Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Kněževes I, Praha-západ, Bohême centrale : 2 tombes (Hájek 1968)

Kobylnice I, Brno-venkov, Moravie-du-sud : 2 tombes (Bosch 2008, Dvořák et al. 1992a, Metzinger-Schmitz 2004)

Kolín VI, Kolín, Bohême centrale : 1 tombe (Hájek, 1968)

Kostelec u Holešova II, Kroměříž, Zlín : 2 tombes (Olivík 2009)

Kostelec u Holešova III, Kroměříž, Zlín : 1 tombe (Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Kuřim I, Brno-venkov, Moravie-du-sud : 1 tombe (Dvořák et al. 1992a, Metzinger-Schmitz 2004)

Lechovice, Znojmo, Moravie-du-sud : 2 tombes (Bosch 2008, Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Ledce I, Brno-venkov, Moravie-du-sud : 1 tombe (Bosch 2008, Dvořák et al. 1992a, Metzinger-Schmitz 2004)

Ledce II, Brno-venkov, Moravie-du-sud : 2 tombes (Bosch 2008, Dvořák et al. 1992a, Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009, Růžičková 2009)

Ledce III, Brno-venkov, Moravie-du-sud : 1 tombe (Bosch 2008, Dvořák et al. 1992a, Metzinger-Schmitz 2004)

Letonice, Vyškov, Moravie-du-sud : 1 tombe (Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Lhánice, Třebíč, Vysočina : 4 tombes (Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Libochovice II, Litoměřice, Ústí nad Labem : 1 tombe (Hájek 1968)

Lochenice I, Hradec Králové, Hradec Králové : 5 tombes (Bosch 2008, Hájek 1968, Růžičková 2009)

Loděnice u Berouna, Beroun, Bohême centrale : 1 tombe (Benková & Čtverák 1997)

Lovosice I, Litoměřice, Ústí nad Labem : 2 tombes (Hájek 1968)

Ludéřov, Olomouc, Olomouc : 1 tombe (Bosch 2008, Metzinger-Schmitz 2004)

Luleč, Vyškov, Moravie-du-sud : 1 tombe (Olivík 2009)

Marefy, Vyškov, Moravie-du-sud : 2 tombes (Metzinger-Schmitz 2004)

Mikulčice I, Hodonín, Moravie-du-sud : 1 tombe (Olivík 2009)

Mikulčice II, Hodonín, Moravie-du-sud : 1 tombe (Olivík 2009)

Mikulčice III, Hodonín, Moravie-du-sud : 1 tombe (Olivík 2009)

Mlékovice, Kolín, Bohême centrale : 1 tombe (Bosch 2008, Hájek 1968, Růžičková 2009)

Mochov, Praha-západ, Bohême centrale : 1 tombe (Hájek 1968)

Modřice, Brno-venkov, Moravie-du-sud : 1 tombe (Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Most, Most, Ústí nad Labem : 1 tombe (Hájek 1968)

Most VI, Most, Ústí nad Labem : 1 tombe (Hájek 1968)

Mutěnice II, Hodonín, Moravie-du-sud : 1 tombe (Olivík 2009)

Němčice nad Hanou, Přerov, Olomouc : 2 tombes (Olivík 2009)

Nemilany I, Olomouc, Olomouc : 1 tombe (Olivík 2009)

Neratovice, Mělník, Bohême centrale : 1 tombe (Hájek 1968)

Neratovice I, Mělník, Bohême centrale : 5 tombes (Bosch 2008, Hájek 1968)

Nesovice, Vyškov, Moravie-du-sud : 1 tombe (Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Ondratice I, Prostějov, Olomouc : 1 tombe (Olivík 2009)

Opatovice, Přerov, Moravie-du-sud : 2 tombes (Peška 2011)

Ostopovice I, Brno-venkov, Moravie-du-sud : 1 tombe (Dvořák et al. 1992a, Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Pavlov I, Břeclav, Moravie-du-sud : 5 tombes (Dvořák et al. 1996, Metzinger-Schmitz 2004)

Praha “Bubeneč” II, Praha, Praha : 1 tombe (Bosch 2008)

Praha “Dolní Chabry”, Praha, Praha : 1 tombe (Hájek 1968)

Praha “Dolní Liboc”, Praha, Praha : 1 tombe (Hájek 1968)

Praha “Jinonice”, Praha, Praha : 1 tombe (Horák et al. 2008)

Praha “Kobylis” VI, Praha, Praha : 1 tombe (Kandyba 1935)

Praha “Kobylis” XI, Praha, Praha : 1 tombe (Turek 2005)

Praha “Kobylis” XII, Praha, Praha : 1 tombe (Růžičková 2009, Turek 2005)

Praha “Kobylis” XV, Praha, Praha : 2 tombes (Turek 2005)

Praha “Letná”, Praha, Praha : 1 tombe (Turek 2008)

Praha “Lysolaje” III, Praha, Praha : 5 tombes (Bosch 2008, Hájek 1968, Růžičková 2009)

Praha “Prosek”, Praha, Praha : 1 tombe (Turek 2006a)

Praha “Ruzyně”, Praha, Praha : 1 tombe (Hájek 1968)

Praha “Velká Chuchle”, Praha, Praha : 3 tombes (Zemanová & Turek 2009)

Praha “Vršovice” IV, Praha, Praha : 2 tombes (Hájek 1968)

Předlice, Ústí nad Labem, Ústí nad Labem : 1 tombe (Hájek 1968)

Předmostí, Přerov, Olomouc : 2 tombes (Bosch 2008, Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Přívory, Mělník, Bohême centrale : 1 tombe (Hájek 1968)

Prosiměřice, Znojmo, Moravie-du-sud : 2 tombes (Bosch 2008, Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Prostějov IV, Prostějov, Olomouc : 1 tombe (Olivík 2009)

Prusinovice I, Kroměříž, Zlín : 1 tombe (Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Pustiměř III, Vyškov, Moravie-du-sud : 1 tombe (Olivík 2009)

Radovesice-Bílina II, Teplice, Ústí nad Labem : 2 tombes (Bosch 2008)

Radovesice-Bílina III, Teplice, Ústí nad Labem : 2 tombes (Bosch 2008, Růžičková 2009, Turek 2006a)

Řež, Praha-východ, Bohême centrale : 1 tombe (Hájek 1968)

Rosnice, Hradec Králové, Hradec Králové : 2 tombes (Bosch 2008, Hájek 1968, Růžičková 2009)

Roudnice nad Labem, Litoměřice, Ústí nad Labem : 1 tombe (Hájek 1968)

Rousínov I, Vyškov, Moravie-du-sud : 1 tombe (Růžičková 2009)

Rousínov-Rousínovec II, Vyškov, Moravie-du-sud : 1 tombe (Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009, Růžičková 2009)

Rousínov-Rousínovec, Vyškov, Moravie-du-sud : 1 tombe (Kuna & Matoušek 1978)

Rožd’alovice I, Nymburk, Bohême-Centrale : 2 tombes (Hájek 1968, Růžičková 2009)

Šlapanice II, Brno-venkov, Moravie-du-sud : 6 tombes (Bosch 2008, Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009, Růžičková 2009)

Slavkov u Brna III, Vyškov, Moravie-du-sud : 2 tombes (Olivík 2009)

Služín, Prostějov, Olomouc : 1 tombe (Olivík 2009)

Smolín I, Brno-venkov, Moravie-du-sud : 1 tombe (Bosch 2008, Dvořák et al. 1996, Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Souš, Most, Ústí nad Labem : 1 tombe (Hájek 1968)

Starý Bydžov, Hradec Králové, Hradec Králové : 1 tombe (Hájek 1968)

Stehelčeves I, Kladno, Bohême-Centrale : 1 tombe (Bosch 2008, Hájek 1968)

Stehelčeves III, Kladno, Bohême-Centrale : 2 tombes (Bosch 2008, Hájek 1968)

Štětí nad Labem, Litoměřice, Ústí nad Labem : 1 tombe (Hájek 1968)

Střelice, Znojmo, Moravie-du-sud : 2 tombes (Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Sulejovice, Litoměřice, Ústí nad Labem : 1 tombe (Hájek 1968)

Svatobořice, Hodonín, Moravie-du-sud : 1 tombe (Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Svatoborice-Mistřin, Hodonín, Moravie-du-sud : 2 tombes (Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Svobodné Dvory, Hradec Králové, Hradec Králové : 1 tombe (Hájek 1968)

Syrovín, Hodonín, Moravie-du-sud : 1 tombe (F. Kosrouch, com. pers.)

Tešetice, Znojmo, Moravie-du-sud : 1 tombe (Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Těšetice-Kyjovice “Sutny”, Znojmo, Moravie-du-sud : 1 tombe (Petrík et al. 2012)

Tišice, Mělník, Bohême centrale : 1 tombe (Bosch 2008, Turek 2006a)

Tišice-Chrást I, Mělník, Bohême centrale : 1 tombe (Hájek 1968)

Tišice-Chrást II, Mělník, Bohême centrale : 2 tombes (Hájek 1968)

Třebovle, Kolín, Bohême centrale : 1 tombe (Hájek 1968)

Turovice “Kopice”, Přerov, Olomouc : 1 tombe (Bosch 2008, Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Tvořihráz, Znojmo, Moravie-du-sud : 1 tombe (Bosch 2008, Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Únanov II, Znojmo, Moravie-du-sud : 1 tombe (Olivík 2009)

Vedrovice, Znojmo, Moravie-du-sud : 1 tombe (Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Velké Přílepy “Kamýk”, Praha-západ, Bohême centrale : 3 tombes (Skružný et al. 2000)

Vémyslice I, Znojmo, Moravie-du-sud : 1 tombe (Olivík 2009)

Veselí nad Moravou, Hodonín, Moravie-du-sud : 1 tombe (Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Vlíněves, Mělník, Bohême centrale : 2 tombes (Limburský 2012)

Vřesovice, Prostějov, Olomouc : 1 tombe (Metzinger-Schmitz 2004)

Vykán, Nymburk, Bohême centrale : 1 tombe (Bosch 2008, Hájek 1968, Růžičková 2009)

Vyškov, Vyškov, Moravie-du-sud : 1 tombe (Olivík 2009)

Žabovřesky, Litoměřice, Ústí nad Labem : 2 tombes (Hájek 1968)

Záhlinice, Kroměříž, Zlín : 3 tombes (Bosch 2008, Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Zarazice, Hodonín, Moravie-du-sud : 1 tombe (Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Želešice I, Brno-venkov, Moravie-du-sud : 1 tombe (Dvořák et al. 1992a, Růžičková 2009)

Zešov, Prostějov, Olomouc : 1 tombe (Metzinger-Schmitz 2004, Olivík 2009)

Zvoleněves II, Kladno, Bohême-Centrale : 1 tombe (Hájek 1968)

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Distribution des sépultures campaniformes avec un équipement d’archer en Europe centrale
Légende Détail des sites, cf. annexe 2
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2202/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre 2. Exemples de tombes de “guerriers” campaniformes en Europe centrale
Légende Seuls les objets liés à l’archerie sont figurés1 - Sépulture double masculine à Rousínov-Rousínovec II 18/1985, Moravie, d’après Geisler 1990 ;2 - Tombe masculine à Hoštice I (tombe 915/02), Moravie, d’après Matějíčková & Dvořák 2012 ;3- Sépulture d’un enfant âgé de 5 ans à Landau-SüdOst (tombe 1), Bavière, d’après Husty 2004 ;4- Tombe masculine à Irlbach ‘Am Auwald’, Bavière, d’après Koch 2005.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2202/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre 3. Exemples de cimetières campaniformes d’Europe centrale. La plupart d’entre eux ne montrent pas de regroupements particuliers selon le genre ou le mobilier d’archerie, à l’exception du cimetière d’Hulín 2 “Pravčice” en Moravie
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2202/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre 4. Nombre de pointes de flèches déposées dans les sépultures
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2202/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre 5. Origine des matières premières des armatures de flèches en République tchèque et en Hongrie
Légende A - Origine des roches siliceuses employées en République tchèque (d’après Přichystal 2013) ;B - distribution des roches siliceuses employées en République tchèque (d’après observations personnelles et Kopacz et al. 2009) ;C - Sources et distribution des roches siliceuses employées en Hongrie (d’après Zandler 2009 et Horváth 2017).
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2202/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Titre 6. Types de pointes de flèches campaniformes en Europe centrale
Légende 1 - pointe de flèche à pédoncule équarri et ailerons équarris, Borkovany I, tombe 1/59, Moravie (RMM, n° 80/1-3/59) ;2 - pointe de flèche à pédoncule appointé et ailerons équarris, Předmostí, tombe (?) 1, Moravie (MKP, n° 1600/63/4) ;3 - pointe de flèche à pédoncule appointé et ailerons appointés, Prosiměřice, tombe A, Moravie (JMZ, n° A30789/23) ;4 - pointe de flèche à base trapézoïdale et ailerons équarris, Stehelčeves III, tombe 2, Bohême (VMS, n° 5846) ;5 - pointe de flèche à base trapézoïdale et ailerons arrondis, Předmostí, tombe (?) 1, Moravie (MKP, n° 1600/63/5) ;6 - pointe de flèche à base trapézoïdale et ailerons appointés, Hulín 2 “Pravčice”, tombe H45, Moravie (ACO, n° 04/2007-847-9b) ;7 - pointe de flèche à base arrondie et ailerons équarris, Hoštice I, tombe 873/02, Moravie (MV, n° A84724) ;8 - pointe de flèche à base arrondie et ailerons arrondis, Hulín 2 “Pravčice”, tombe H45, Moravie (ACO, n° 04/2007-847-9c) ;9 - pointe de flèche à base arrondie et ailerons appointés, Praha “Kobylis” XV, tombe 12, Bohême (MHMP, n° A518447) ;10 - pointe de flèche à base rectiligne, Szigetszentmiklós ”Felső Ürge-hegyi dűlő“, tombe 423, Hongrie (FM, n° 2009.11.423.1).
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2202/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre 7. Ébauches de pointes de flèches à différents stades de production et témoins probables de la retouche par pression au cuivre
Légende 1 à 4 - ébauches à retouche courte à envahissante ;5 et 6 - ébauche à retouche couvrante cassée par un enlèvement outrepassant lors du dégagement des ailerons ;7 - ébauche à retouche courte cassée par flexion lors du dégagement des ailerons ;8 et 9 - Pointes de flèches dentelées montrant des points de pression étroits (< 1 mm de largeur) suggérant l’emploi d’un compresseur en cuivre ;10 et 11 - ébauches de pointes de flèches retouchées par pression au cuivre vraisemblablement depuis des rebords rebroussés.1 à 4 – Stehelčeves III, tombe 2, Bohême (VMS, n° 5862, 5859, 5857, 5861) ;5 – Hulín 2 “Pravčice”, tombe H58, Moravie (ACO, n° 04/2007-860-15) ;6 - Holešov, tombe X, Moravie (MK, n° 276-31/70) ;7 - Radovesice-Bílina II, tombe 116/78, Bohême (RMT, n° 36752) ;8 et 9 - Hulín 2 “Pravčice”, tombe H54, Moravie (ACO, n° 04/2007-856-14a et 04/2007-856-14e) ;10 – Stehelčeves III, tombe 1, Bohême (VMS, n° 5831) ; 11 - Svobodné Dvory, Bohême (MVCHK, n° 21).
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2202/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre 8. Traces d’emmanchement sur des pointes de flèches campaniformes
Légende 1 - pointe de flèche montrant l’étendue de la colle, conservant des empreintes de la hampe et des liens de fixation, Prosiměřice, tombe A, Moravie (JMZ, n° A30789/19) ;2 - armature impactée, Svobodné Dvory, Bohême (MVCHK, n° 17) ;3 - pointe de flèche réparée aux ailerons émoussés, Praha “Kobylis” XV, tombe 11, Bohême (MHMP, n° A518452) ;4 - un cas de pointe de flèche à l’apex fortement arrondi, Neratovice I, tombe 16, Bohême (NM, n° 43332) : a. restes de colle et empreinte ligneuse de la hampe ; b. détail de la cassure en languette (> 2 mm) diagnostique d’un impact ; c. détail des reprises de la pointe qui se distinguent par une retouche plus fraîche ; d et e. détails d’un émoussé grenu, brillant et bien développé qui affecte les arêtes des enlèvements au niveau des ailerons ; f. détail d’un intense émoussé grenu et brillant arrondissant complètement l’apex.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2202/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre 9. Exemples de matières premières employées en République tchèque pour la fabrication de brassards. En haut, les pierres aux teintes, gris, beige et marron majoritairement utilisés côtoient, en bas, d’autres roches aux tonalités plus franches (blanc, noir, pourpre, vert)
Légende 1 - pélite gris clair, Hulín 2 “Pravčice”, tombe H74, Moravie (ACO, n° 04/2007-876-1) ;2 - aleuropélite silicifiée beige, Tišice, tombe 77/99, Bohême (ARUP, n° 77-13) ;3 - grès calcaire beige bandé à grain fin avec muscovite, Hoštice I, tombe 862/02, Moravie (MV, n° A84644) ;4 - pélite beige rouge, Hulín 2 “Pravčice”, tombe H74, Moravie (ACO, n° 04/2007-876-4) ;5 - grès fin gris-marron, Hulín 1 “U Isidorka”, H95, Moravie (ACO, n° 30/2004-1804-8) ;6 : pélite gris-marron, Hodějice, Moravie (MZMB, n° 66433) ;7 - grès calcaire, Praha “Ruzyně”, Bohême (NM, n° 46282) ;8 - grès calcaire, Lochenice, tombe 13, Bohême (MVCHK, n° 24/81-57) ;9 - pélite fin lité noir et vert, Praha “Lysolaje” III, tombe 10, Bohême (NM, n° 70208) ;10 - pélite noire, Luleč, Moravie (MV, n° A12706) ;11 - schiste noir culmien limoneux, Hoštice I, tombe 939/02, Moravie (MV, n° A84876) ;12 - psammite pourpre silificiée d’âge permien (?), Souš, Bohême (RMT, n° 2446) ;13 - pélite rouge, Předmostí, tombe (?) 2, Moravie (MKP, n° 1601-63-10) ;14 - pélite gris-vert, Němčice nad Hanou, tombe 33, Moravie (MZMB, n° 66574). Déterminations d’après observations personnelles, Přichystal & Všianský 2012, et Turek 2015.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2202/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre 10. Exemples de supports de brassards
Légende 1 - Galet de grès, Praha “Kobylis” XV, tombe 11, Bohême (MHMP, n° A518450) ;2 - Galet de grès fin, Szigetszentmiklós “Felső Ürge-hegyi dűlő”, tombe 383, Hongrie (FM, n° 2009.11.383.3) ;3 - Galet de siltstone culmien, Hoštice IV, tombe 841/02, Moravie (MV, n° A34469) ;4 - plaquette de schiste pourpre, Vykán, Bohême (MČB, n° 27633).
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2202/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre 11. Ébauches de brassards et stigmates de fabrication
Légende 1 - ébauche non perforée ;2 - ébauche en cours de perforation ;3 - face inférieure d’un brassard laissée à un degré grossier d’abrasion longitudinale ;4 - traces de sciage longitudinal et oblique sur les bords d’un brassard ;5 - perforation précédée de deux amorces ;6 - stries circulaires et régulières autour d’une perforation suggérant l’emploi d’un perçoir à archet ;7 et 8 - détails d’un décor de lignes rainurées montrant une grande régularité et des incrustations blanches.1 - Brno “Holásky” II, tombe 35/38, Moravie (MZMB, n° 16409) ;2 – Bylany I, tombe 2, Bohême (NM, n° 60258) ;3 - Štětí nad Labem, Bohême (RMT, n° 2874) ;4 - Szigetszentmiklós “Felső Ürge-hegyi dűlő”, tombe 49, Hongrie (FM, n° 2009.11.49.3) ;5 - Radovesice-Bílina III, tombe 53/80-I, Bohême (RMT, n° 44524) ;6 - Třebovle, Bohême (RMK, n° 9127) ;7 et 8 - Souš, Bohême (RMT, n° 2446).
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2202/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre 12. Des brassards à la vie longue
Légende 1 à 4 - émoussés des arêtes des brassards ;5 à 8 - brassards cassés, façonnés et perforés à plusieurs reprises ;9 - possible impact d’une corde d’arc sur un brassard.1 - perforation cassée et fortement émoussée, Stehelčeves III, tombe 1, Bohême (VMS, n° 57.1-62) ;2 - perforation cassée et fortement émoussée, Radovesice-Bílina I, tombe 53-80-I, Bohême (RMT, n° 44524) ;3 bord émoussé avec ébréchures fraîches, Most VI, tombe 1, Bohême (MM, 336/27) ;4 - bord émoussé avec ébréchure émoussée, Hodějice, Moravie (MZMB, n° 66433) ;5 - extrémité de brassard avec une nouvelle perforation, Ondratice I, tombe 1/1900, Moravie (MZMB, n° 66967) ;6 - extrémité de brassard, cassée à plusieurs reprises, perforée à nouveau par deux, Stehelčeves III, tombe 1, Bohême (VMS, n° 57.1-62) ;7 - moitié de brassard refaçonnée, cassée à deux coins, perforée à nouveau et finalement brûlée, Bohutice II, tombe 1/50, Bohême (NM, n° 83043) ;8 - brassard cassé, façonné et perforé à plusieurs reprises, Velké Žernoseky, Bohême (RMT, n° 13287) ;9a et b - brassard avec sur sa face supérieure un éclat prolongé par des stries linéaires et parallèles (résultat de l’impact de la corde d’un arc ?), Souš, Bohême (RMT, n° 2448).
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2202/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre 13. Exemples d’abraseurs à rainure en grès
Légende 1 et 2 - Svobodné Dvory, Bohême (MVCHK) ;3 – Hoštice I, tombe 915/02, Moravie (MV, n° A84801) ;4 – Stehelčeves I, Bohême (NM, n° 60233).
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2202/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre 14. Exemples de pendentifs arciformes en défense de sanglier
Légende 1 - Radovesice-Bílina III, tombe 53/80-II, Bohême (RMT, n° 44538) ;2 – Hulín 1 “U Isidorka”, tombe H95, Moravie (ACO, n° 30/2004-1804-23) ;3 – Hulín 1 “U Isidorka”, tombe H95, Moravie (ACO, n° 30/2004-1804-4) ;4 - Jezeřany-Maršovice, tombe 67, Moravie (MKSMK) ;5 – Ledce II, tombe 1/52, Moravie (MB, n° 5/52-7) ;6 – Lochenice I, tombe 14, Bohême (MVCHK) ;7 – Hoštice I, tombe 864/02, Moravie (MV, n° A84689) ;8 - Praha “Lysolaje” III, tombe 18, Bohême (NM, n° 586499/41-55) ;9 - Praha “Kobylis” XII, Bohême (MHMP, n° 146009) ;10 – Hoštice I, tombe 821/02, Moravie (MV, n° A84533).
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2202/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre 15. Détails de pendentifs arciformes
Légende 1 - détail de perforation peu usée, de stries d’abrasion et de décor rainuré, Praha “Lysolaje” III, tombe 18, Bohême (NM, n° 586499/41-55) ;2 - perforation déformée par l’usure, Hoštice I, tombe 864/02, Moravie (MV, n° A84689) ;3 - cassure émoussée au niveau d’une perforation, Hulín 1 “U Isidorka”, tombe H95, Moravie (ACO, n° 30/2004-1804-3) ;4 - détail de décors de cupules incrustés d’une matière noire, Jezeřany-Maršovice, tombe 67, Moravie (MKSMK) ;5 - extrémité en bouton émoussée, Lochenice I, tombe 14, Bohême (MVCHK) ;6 - décors de rainures parallèles et de chevrons incrustés d’une matière noire, Radovesice-Bílina III, tombe 53/80-II, Bohême (RMT, n° 44538) ;7 - plages polies et surface brute, suggérant un ornement appliqué en matière organique, Hulín 1 “U Isidorka”, tombe H95, Moravie (ACO, n° 30/2004-1804-23) ;8 - traces d’ocre sur la surface d’un pendentif, Hulín 1 “U Isidorka”, tombe H95, Moravie (ACO, n° 30/2004-1804-22).
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2202/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre 16. Différents types de poignards campaniformes
Légende 1, 2, 4 et 8 - poignards en alliage cuivreux à soie à rebords martelés ;3 - poignard en alliage cuivreux à soie crantée ;5 - poignard en chert ;6 et 7 - poignards en alliage cuivreux rivetés.1 et 3 - Szigetszentmiklós “Felső Ürge-hegyi dűlő”, sépulture 76-77, Hongrie (FM, n° 2009.11.76.5 et 2009.11.77.15) ;2 - Předmostí, tombe 1, Moravie (MKP, n° 1601-63-15) ;4 - Praha “Prosek” 1, tombe I, Bohême (NM, n° 27987) ;5 - Hoštice I, tombe 910/02, Moravie (MV, n° A84789) ;6 - Šlapanice II, tombe 21/35 (MZMB, n° 169/35-58) ;7 - Letonice, tombe 1, Moravie (MZMB, n° 66308) ;8 - Stehelčeves III, tombe 1 (VMS, n° 5825).
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2202/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre 17. Poignards en alliage cuivreux à divers stades d’usure et traces d’utilisation
Légende 1 - Praha “Lysolaje” III, tombe 9, Bohême (NM, n° 70204) ;2 - Praha “Kobylis” XI, Bohême (MHMP, n° A236.102) ;3 - Slavkov u Brna III, tombe 8/04, Moravie (MZMB, n° 66902) ;4 - Tišice, tombe 77/99, Bohême (ARUP, n° 77/2) ;5 - Brno “Líšeň” II, tombe 8 (MMB, n° 145/01-8/1) ;6 - détail de poils de fourreau, fossilisés sur la lame, Hulín 1 “U Isidorka”, tombe H95, Moravie (ACO, n° 30/2004-1804-5) ;7 - tranchant ébréché et entaillé, Praha “Lysolaje” III, tombe 3, Bohême (NM, n° 40733) ;8 - bord ébréché et émoussé, Praha “Kobylis” XI, Bohême (MHMP, n° A236.102) ;9 - bord ébréché et émoussé, Brno “Líšeň” II, tombe 8 (MMB, n° 145/01-8/1).
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2202/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre 18. Des positions du corps genrées confirmées par les déterminations sexuelles
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2202/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre 19. Distribution du mobilier d’archerie selon le genre
Légende À - diagramme en boîte du nombre d’objets par tombe ;B - histogramme des différents objets d’archerie.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2202/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 20. État d’usure des poignards selon le genre
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2202/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre 21. Histogramme des âges de décès des individus armés dans les tombes
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2202/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre 22. Distribution du mobilier d’archerie selon l’âge
Légende À - diagramme en boîte du nombre d’objets par tombe ;B - histogramme des différents objets d’archerie.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2202/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre 23. Nombre de catégories d’objets déposées dans les sépultures d’archer
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2202/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre 24. Distribution du mobilier d’archerie selon l’accumulation de différentes catégories d’objets
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2202/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre 25. Nombre de pointes de flèches dans les carquois selon l’âge des individus
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2202/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre 26. Les associations de pointes de flèches et de brassards selon les pays d’Europe centrale
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2202/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Clément, « Le prestige des guerriers : équipements d’archers campaniformes en Europe centrale »Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 8 | 2020, mis en ligne le 29 janvier 2021, consulté le 17 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/pm/2202 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pm.2202

Haut de page

Auteur

Nicolas Clément

Post-doctorant Marie Skłodowska-Curie, Bournemouth University, UMR 8215 Trajectoires, Maison Archéologie et Ethnologie René Ginouvès, 21 Allée de l’Université, 92023 Nanterre, France
clement.nicolas@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search