Navigation – Plan du site

AccueilNouvelle série9-1Un bison en Provence : l’abri du ...

Un bison en Provence : l’abri du bison à Ségriès, Moustiers Sainte-Marie (Alpes-de-Haute-Provence)

Eléna Paillet, Patrick Paillet et Stéphane Konik
Traduction(s) :
A bison in Provence: the bison rock-shelter in Ségriès, Moustiers Sainte-Marie (Alpes-de-Haute-Provence) — abridged version [en]

Résumés

L’abri du bison de Ségriès constitue l’un des rares témoignages d’art préhistorique dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. Au moment de sa découverte, dans les années 1960, la grotte Cosquer n’était pas encore connue et ce site était donc le seul à pouvoir revendiquer l’existence d’un art pariétal paléolithique dans la région. Il est cependant longtemps resté ignoré de la communauté scientifique, écarté de la plupart des grandes synthèses sur le sujet, autant par méconnaissance que par méfiance. En effet, l’existence d’une gravure isolée, dans une zone relativement reculée des Alpes-de-Haute-Provence, avait de quoi provoquer des doutes. L’étude réalisée à la fin des années 1960 par H. de Lumley (de Lumley 1968) était cependant venue suggérer l’authenticité de cette gravure, au parcours décidément singulier. À la faveur d’une expertise conduite en 2013 par le Centre National de Préhistoire sur la demande du Parc naturel des Gorges du Verdon et du Service Régional de l’Archéologie de la DRAC Provence-Alpes Côte d’Azur, nous avions été amenés à revoir cette gravure et à alerter sur l’état inquiétant de sa conservation. Par la suite, une opération de relevé d’art rupestre, autorisée et financée par l’État (DRAC Paca- Service régional de l’Archéologie) a permis de documenter au mieux son état de conservation et de revenir sur la question de son authenticité.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 21.03.2021 – Version révisée reçue le 25.06.2021 – Article accepté le 28.06.2021

Texte intégral

L’abri du bison

1Le site est localisé au lieu-dit Ségriès, sur la commune de Moustiers-Sainte-Marie au sud du département des Alpes-de-Haute-Provence et au cœur du parc naturel régional du Verdon. L’abri s’ouvre aux dépens d’une barre rocheuse, visible de loin dans le paysage (fig. 1). Il offre un recul de paroi de 2 mètres dans son secteur le plus profond. Sa hauteur maximale atteint 3 mètres sous la voûte et la paroi se déploie sur environ 3 m de longueur (fig. 2). Depuis la fin des années 1960, l’abri est protégé par une construction en béton apposée contre la paroi et recouverte d’un toit en tuile. Le petit bâtiment est percé de deux meurtrières permettant de conserver un léger courant d’air afin de prévenir le risque de condensation. La porte d’entrée, qui était régulièrement fracturée, a été remplacée au début des années 2010 par une grille forgée, fermée par un cadenas.

1. Localisation de l’abri de Ségriès.

1. Localisation de l’abri de Ségriès.

Fond de carte IGN – Geoportail.

Photomontage E. Lesvignes ; DAO E. Paillet.

2. Vues et topographie de l’abri du bison.

2. Vues et topographie de l’abri du bison.

Photographie E. Lesvignes, topographie Y. Dedonder, Service départemental d'archéologie des Alpes de Haute-Provence.

2Ségriès s’inscrit sur la bordure orientale du plateau de Valensole, dans l’avant-Pays des chaînes subalpines de Haute-Provence qui se développent à l’est de Moustiers-Sainte-Marie. Ce plateau est constitué par des affleurements sédimentaires deltaïques, lagunaires ou lacustres, d’âge Miocène à Pliocène.

3L’abri s’ouvre à 770 m NGF, selon une exposition Sud-Est. Il est positionné à la base de la corniche sommitale d’un versant recoupant les formations fluvio-lacustres de Valensole (Kerckhove & Roux 1978). La corniche sommitale est constituée par les travertins (pU), une formation hétérogène composée de bancs métriques et compacts, avec des passées chargées en concrétions calcaires de formes arrondies ou ovoïdes, atteignant jusqu’à 10 cm. Le caractère très hétérogène et localement mal consolidé de cette formation permet d’expliquer la survenue de phénomènes de déstabilisation de la corniche, matérialisés par la présence de nombreux chaos de blocs près du site. Dans les environs de Ségriès, le plateau est disséqué par le réseau hydrographique dendritique des affluents du Colostre, cours d’eau qui rejoint l’Auvestre à Riez.

Le bison dans son contexte archéologique

4L’arc liguro-provençal constitue vraisemblablement une importante voie de peuplement pour le Paléolithique, bordée au Nord par les importants glaciers des Alpes et au Sud par la mer. Depuis une trentaine d’années, les découvertes de sites d’habitat et l’étude de la dynamique des populations, par exemple à partir des matières premières (Binder 1994 et 1997, Tomasso 2015) a permis de faire évoluer les connaissances sur la préhistoire régionale. De plus, des travaux menés depuis 2012 à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest de Ségriès, dans la vallée du Jabron (site des Prés-de-Laure à Combs-sur-Artuby, Var) ont révélé un site d’occupation du Paléolithique récent, attribuable au Gravettien final (Porraz et al. 2014, Tomasso et al. 2018).

5De manière plus générale, des indices d’occupations sont connus à proximité de Ségriès, notamment sur le plateau de Valensole (Gagnepain 2002). De très nombreux faciès chronoculturels sont représentés dans un rayon de quelques dizaines de kilomètres. Si l’on s’intéresse à la présence d’art pariétal, l’abri de Ségriès n’est pas non plus aussi isolé qu’il le semblait en 1966. La découverte des sites majeurs que sont la grotte Chauvet (1994), au sein des occupations du Paléolithique récent de la vallée de l’Ardèche ou de la grotte Cosquer (1991) sur la côte méditerranéenne sont deux éléments de poids pour rappeler l’existence et l’importance de l’art paléolithique dans le bassin rhodanien. N’oublions pas non plus les nombreuses gravures linéaires difficiles à dater, présentes dans plusieurs cavités des Balzi Rossi à Grimaldi (Italie), et notamment un cheval accompagné de traces de couleur rouge dans la grotte de Caviglione (Graziosi 1973, Vicino & Mussi 2012, Vicino & Simone 1972).

Historique d’une découverte peu banale

6Le bison a été identifié le 27 août 1963 par un architecte parisien, Paul Moscovino, en vacances dans la région, à l’occasion d’une promenade en compagnie de son fils Jean-Paul. À cette date, l’art pariétal est parfaitement connu et les nouvelles découvertes sont régulières. Il avertit le jour même le propriétaire du terrain ainsi que le maire de la commune. Une publication dans Nice-Matin en janvier 1964 assure la renommée locale du site et le titre de l’article attribue au maire la découverte : « Quand M. le Maire officie comme archéologue et spéléologue » (Anonyme 1964). À cette occasion, le bison est même repassé à la craie pour lui octroyer une meilleure lisibilité.

7Au même moment, la direction des Antiquités Préhistoriques, assurée par Sylvain Gagnière, s’interroge sur l’authenticité de la gravure. L’archéologue et correspondant local du service Bernard Bottet (1900-1971), qui fut aussi le cousin de l’Abbé Breuil, se rend sur place en 1965. Son expertise est intéressante. Il est au départ convaincu qu’il s’agit d’une contrefaçon. Mais il reconnaît finalement son authenticité en évoquant notamment la présence de voiles de calcite sur la figure. La conservation de la paroi devient une priorité et l’édifice de protection actuel est construit. Un moulage est réalisé à la même période. Il est aujourd’hui conservé au Musée de Préhistoire de Quinson.

8En 1966, Henri de Lumley étudie la représentation et la présente à la communauté scientifique à l’occasion du Simposio internacional de Arte Rupestre de Barcelone (Espagne). Il publie la figure dans les actes du colloque, associée à un second article proposant une méthodologie d’étude comparative des dessins de bisons paléolithiques (De Lumley 1968a et 1968b). En 1967, un élève de H. de Lumley, Georges Pailliez, réalise des fouilles dans une autre grotte, la grotte du Bec, à quelques dizaines de mètres de l’abri.

9Dans les années qui suivent, alors que le site retombe peu à peu dans l’oubli, le propriétaire du terrain tente d’alerter l’opinion sur ce qui lui semble être une destruction de la paroi (Clappier 1986). D’après lui, la figure a été sciemment « martelée » pour empêcher la reconnaissance d’un art paléolithique à l’Est du Rhône Si nous n’avons pu documenter aucune trace de vandalisme contre la paroi, il est vraisemblable que la mise en place de l’abri a modifié brusquement les conditions de circulation d’air et d’humidité, entraînant une desquamation intense de la surface.

10En 2001, le bison est intégré à l’exposition permanente du nouveau Musée de Préhistoire des Gorges du Verdon (Quinson) sous la forme d’un fac-similé mis en situation. Dans le même temps, une prospection-inventaire est lancée dans plusieurs secteurs alentours par Jean Gagnepain (1961-2010), alors directeur du musée. Son décès prématuré en 2010 ne lui permettra malheureusement pas de terminer cet important travail. Jean-François Devos mène la prospection sur la commune. L’abri du bison est présenté dans son rapport (Devos 2011).

11Notre propre étude s’est placée dans la poursuite de ce travail, afin de documenter cette représentation et son contexte, et en assurer une mémoire patrimoniale la plus complète possible.

Une méthode de travail originale

12L’état de conservation de la paroi (fig. 3) rend presque impossible une étude fine de la représentation. Nous avons donc fait le choix d’une étude en deux temps. D’une part nous avons multiplié les observations et enregistrements in situ ; d’autre part, nous avons mis à profit l’ensemble de la documentation ancienne existante et notamment le moulage réalisé dans les années 1960. Ce document est un témoignage précieux de l’état de la représentation lors de sa découverte. Ce sont donc bien deux bisons que nous avons eu l’opportunité d’étudier et de comparer entre eux (le « bison paroi » et le « bison moulage »).

3. Le bison gravé sur la paroi ou « bison paroi ».

3. Le bison gravé sur la paroi ou « bison paroi ».

Photomontage E. Lesvignes.

13Ce mode de travail original a permis de compenser les difficultés du terrain et de modéliser l’évolution de l’état de la surface, tout comme le caractère de l’authenticité de la figure, qui nous semble incontestable. Sur le « bison moulage » nous avons pu rendre compte de la représentation paléolithique, de ses caractéristiques formelles et technologiques. Sur le « bison paroi » nous avons étudié l’insertion de la figure dans le site et son rapport aux autres éléments du décor, plus récents. Un constat d’état conservatoire a également été réalisé. Enfin, des prospections le long de la barre rocheuse sont venues compléter l’étude.

Ceci est un bison

14Le dispositif pariétal se limite à une unique représentation : le bison. D’autres éléments gravés à proximité immédiate ont également été identifiés mais ils offrent un caractère plus moderne techniquement comme thématiquement. Ils correspondent à une autre phase d’occupation, ou de passage tout du moins, dans l’abri.

15La représentation gravée a été déterminée comme bison dès sa découverte. Les clichés réalisés dans les années 1960 permettent une lecture détaillée, très proche de ce qui peut encore être étudié sur le tirage du moulage d’époque (fig. 4). Aujourd’hui, la représentation elle-même (« bison paroi ») est très dégradée et peu lisible. Nous la décrirons donc en deux étapes, en nous basant d’abord sur l’état au moment de la découverte et de l’étude d’H. de Lumley, encore accessible grâce au moulage, puis sur les documents in situ. Le relevé que nous présentons a été réalisé sur place et correspond à cet état actuel.

4. Le tirage du moulage ou « bison moulage ».

4. Le tirage du moulage ou « bison moulage ».

Collections Musée de Quinson ; Photographie E. Lesvignes.

16L’animal est gravé en profil gauche (fig. 5). Il est entier. La tête est petite et de forme triangulaire. Elle est détaillée d’une large oreille implantée en arrière, de forme rectangulaire avec une extrémité pointue. La tête est complétée par une paire de cornes dont la disposition évoque la perspective « semi-tordue » d’H. Breuil, présente sur de nombreuses représentations paléolithiques notamment au Gravettien (Jaubert 2008).

5. Le relevé du bison gravé (état actuel de la paroi).

5. Le relevé du bison gravé (état actuel de la paroi).

Fond photographique E. Lesvignes ; Relevé P. Paillet.

17La ligne cervico-dorsale présente une forte convexité dorsale et donne l’illusion d’un avant-train massif. Le garrot est proéminent et indiqué par une double ligne. L’ensellure est à peine marquée avec un arrière-train plutôt grêle. La fesse est aplatie et forme un angle droit avec les lombaires.

18On lit un unique membre antérieur. Il est en Y et particulièrement épais au niveau de l’épaule. Le membre s’insère loin dans le corps de l’animal et interrompt un poitrail dessiné par des séries de hachures. Deux membres postérieurs se lisent. Le membre du premier plan est bien marqué avec une cuisse épaisse et une jambe plutôt allongée. Un second membre en arrière-plan, placé à l’avant de l’autre, n’est indiqué que par un court trait au niveau de la jambe. La queue est pendante. Le sexe de l’animal est également noté le long de la ligne ventrale.

19Les jarres du poitrail sont indiquées par des hachures gravées. Il n’y a aucun autre détail anatomique (sabot, œil, …). Sur le flanc, deux motifs gravés confus sont d’interprétation difficile. Il pourrait s’agir de « signes » associés à l’image de l’animal.

20La gravure présente sur la paroi peut apparaître à bien des égards comme le « fantôme » de celle que nous venons de décrire. C’est dire l’ampleur de la dégradation qu’elle a subie et qui l’a transformée de manière irrémédiable. De l’animal, on ne reconnaît aujourd’hui que la tête, et particulièrement les cornes. Le trait est érodé mais on en retrouve la forme générale en « berceau ». La ligne cervico-dorsale se lit, bien qu’elle soit endommagée dans sa partie postérieure par une écaille. La ligne ventrale est quasiment absente. Les membres, antérieurs comme postérieurs, restent bien lisibles.

21Les signes présents sur le flanc se lisent différemment de ceux enregistrés sur le moulage. Il est possible qu’ils aient subi des dégradations récentes.

22La détermination générique et spécifique de l’animal, avancée dès les premières observations, ne fait l’objet d’aucun doute. Le modèle animal serait alors soit le bison européen actuel (Bison bonasus) soit le bison paléolithique (Bison priscus). Hormis leur taille, ces deux espèces sont assez proches d’un point de vue morphologique et anatomique. Il est donc possible de s’appuyer sur l’animal actuel pour détailler les caractères formels de la représentation pariétale (Paillet 1999).

23Du bison, nous reconnaissons d’abord la forte disproportion antéro-postérieure, typique de cet ongulé et que l’on ne retrouve ainsi sur nul autre animal. Parmi ses « clés d’identification », qui permettent d’asseoir sa détermination, on peut évidemment signaler les cornes, autre élément morphologique remarquable. Elles sont présentées de trois-quarts, « en berceau » ou « en lyre ». Les pattes sont peu caractéristiques. Elles se terminent en pointe, dépourvues des sabots que H. de Lumley avait notés et qui servaient de base à ses comparaisons stylistiques.

24La perspective « semi-tordue » dans laquelle est l’animal est figuré constitue un classique de l’art préhistorique. Les cornes, comme souvent d’autres éléments caractéristiques, voire identificatoires d’une espèce, sont représentées de la façon la plus évidente et la plus marquée qu’il soit. L’animal est par ailleurs en position plutôt statique, à l’exception des membres très légèrement fléchis.

25La représentation a été gravée selon des modalités techniques et technologiques différentes. On note ainsi une forte différence de traitement entre le trait profond qui marque la patte, notamment à l’avant, et le tracé plutôt superficiel qui dessine le contour du rachis.

26Le style de réalisation est conforme à ce qui est connu dans l’art paléolithique, au-delà des découpages culturels réalisés pour la période du Paléolithique récent. H. de Lumley avait proposé un rapprochement à la fois avec les représentations magdaléniennes du Languedoc (pour la plupart du Magdalénien ancien/moyen, vers 17 000 ans cal. BP) et avec celles des Pyrénées, comme à Niaux (Magdalénien moyen, vers 15 000 ans cal. BP). Il faut dire qu’au moment de son étude il manquait de sources de comparaison, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui.

27Le rapprochement stylistique avec certaines représentations de la grotte Cosquer doit être souligné. Nous retrouvons les mêmes modalités de représentations des membres, en Y, ou encore le traitement des cornes en « berceau » (Clottes et al. 2005). Cependant ce type de traitement formel existe au sein d’autres périodes chrono-culturelles, y compris à des moments très récents comme le Laborien d’Aquitaine (Paillet & Man-Estier 2014). Ce rapprochement ne saurait suffire pour convaincre d’une proximité culturelle entre les artistes de Cosquer et ceux de Ségriès, ou encore pour attribuer Ségriès au Gravettien. Il s’agit cependant d’un état de fait notable, qui devra être interrogé plus en détail.

Heurs d’une gravure mal-aimée

28Le premier enjeu du site de Ségriès, identifié dès l’étude d’H. de Lumley (de Lumley 1968a), est l’ancienneté de la représentation. Une attribution au Paléolithique récent, telle que défendue par cet auteur, signifiait à l’époque une évolution notable dans le panorama de l’art paléolithique dans le Sud-Est de la France (fig. 6). Des découvertes récentes ont fait évoluer les connaissances sur l’art paléolithique de la basse vallée du Rhône méditerranéenne. Toutefois au sud des Alpes, hormis les sites ligures de Grimaldi, on ne connait encore aujourd’hui que la seule grotte Cosquer à Cassis (Bouches-du-Rhône), exceptionnelle à plus d’un titre, distante d’une centaine de kilomètres au sud-ouest de Ségriès. De la même manière, les découvertes et études se sont multipliées sur les sites de la vallée de l’Ardèche comme les grottes Chauvet, Ebbou, les Deux Ouvertures ou encore le Figuier (Gély 2005, Monney 2012). Cependant, ces ensembles ornés se situent à plus de 200 kilomètres de Ségriès et au-delà d’un obstacle naturel difficilement franchissable, le Rhône. Il est donc difficile d’en tirer des parallèles.

6. Localisation de Ségriès par rapport aux zones à sites d’art pariétal paléolithique.

6. Localisation de Ségriès par rapport aux zones à sites d’art pariétal paléolithique.

DAO E. Paillet.

29L’isolement géographique de l’abri du Bison est mentionné dès les premières publications (Nice Matin 1964 ; de Lumley 1968a), ainsi que dans les textes qui annoncent la destruction de la gravure (Clappier 1986). Rappelons les mots de Paul Clappier citant « de très savants archéologues » : « [Ils] affirmèrent que ce bison eût témoigné d’une civilisation […] qui ne pouvait pas exister à l’Est du Rhône » (Clappier 1986 : 25). Cette annonce pleine d’emphase n’est pas dénuée d’une touche de réalisme. On se remémore les débats passionnés qui ont accompagné, y compris dans les trente dernières années, les annonces de nouvelles découvertes de grottes, notamment quand le site remettait en question des faits établis : Cosquer (trop à l’Est), Chauvet (trop ancienne), ou encore Foz Côa (gravures à l’air libre), dont la conservation et l’ancienneté posaient question. Ségriès ne provoqua pas les mêmes oppositions mais le bison isolé fut en quelque sorte traité par le mépris puis par l’oubli.

30Pourtant l’enjeu scientifique est important et il se situe bien au-delà de toute polémique. L’attribution au Paléolithique récent est possible sur la base de plusieurs critères. Dans l’état actuel des connaissances sur les occupations paléolithiques de l’arc liguro-provençal, ce site n’est pas si isolé (Tomasso 2014). Au contraire, il constitue un jalon en termes d’expression artistique entre des témoignages rhodaniens et, plus au sud, les sites de la côte méditerranéenne. On peut aussi évoquer plus loin les gravures d’aurochs de la grotte italienne del Romito (Calabres), attribuées à un Épigravettien récent ou final. Loin d’être une remise en cause du contexte paléolithique régional, ce site apporte donc des précisions sur les activités des groupes préhistoriques régionaux, comme sur leur environnement.

31Le deuxième enjeu, que l’on doit considérer indépendamment de l’ancienneté de la gravure, est la conservation. Il faut distinguer la préservation de la représentation et celle de l’abri car ils mettent en jeu des processus différents.

32Altérée dès sa découverte par une série de traitements destinés à la rendre plus lisible (repassage des traits à la craie, au charbon ?, moulage) et peu adaptés à sa conservation, la gravure est aujourd’hui extrêmement dégradée. À l’échelle macroscopique, le support montre des décollements d’écailles de taille millimétrique à centimétrique. En fait, ce n’est pas tant la paroi qui se désagrège, que les recouvrements pelliculaires de concrétions que nous avons étudiés en détail. Nous verrons qu’ils ont joué un rôle important dans la préservation de la roche jusqu’à nos jours (fig. 7). À l’échelle du site, les risques sont moins immédiats. La construction en dur existante assure au moins a minima la protection de la paroi.

7. Évolution dans le temps de la paroi gravée et principales altérations remarquées.

7. Évolution dans le temps de la paroi gravée et principales altérations remarquées.

A – 1964 ?, photographie archives de la famille Clappier – le tracé gravé semble avoir été repassé au charbon ; B – 1966, photographie H. de Lumley ; C – 2009, photographie P. et E. Paillet ; D – 2013, photographie E. Paillet ; E – 2014, photographie E. Lesvignes.

33Dès la découverte et l’étude de H. de Lumley, l’une des questions principales fut celle de l’attribution chronoculturelle de la représentation. Il s’agissait d’asseoir son authenticité qui ne pouvait qu’aller de pair avec son ancienneté. H. de Lumley avait relevé plusieurs arguments sensibles qui soutenaient une attribution paléolithique (de Lumley 1968a). Nous les retenons pour la plupart. Un nouvel argument vient encore renforcer l’analyse. Il est lié à l’étude géomorphologique de l’abri que nous avons réalisée.

34La première question que l’on doit se poser, dès lors que l’on considère possible l’authenticité de la gravure, est celle de sa conservation depuis plusieurs millénaires. À l’image de l’ensemble des sites ornés, qu’ils soient en grotte ou en abri, la conservation de l’art pariétal est une exception due à un ensemble de facteurs réunis par le hasard. Souvent c’est la fermeture naturelle d’une entrée de grotte qui en protège le contenu. Pour les abris, c’est généralement le recouvrement par des sédiments, archéologiques ou non, qui permettent de préserver la paroi et son décor. Dans certains sites demeurés ouverts, les éléments les mieux conservés se trouvent dans les zones les plus profondes des cavités.

35Plusieurs contre-exemples existent cependant. On peut ainsi citer les grottes de Venta La Perra (Biscaye, Pays Basque, Espagne), de Chufín (Cantabrie, Espagne) ou de la Lluera (Asturies, Espagne) où des gravures assurément paléolithiques se déploient dès l’entrée, sur des blocs ou des parois soumis à toutes les intempéries et toutes les agressions biologiques depuis des millénaires.

36En France, il en va de même dans de nombreuses grottes peu profondes, qui, malgré des conditions climatiques parfois rigoureuses, ont livré des dispositifs pariétaux complexes conservés depuis l’entrée.

37Si elle est exceptionnelle, au sens le plus strict de ce mot, la conservation d’une paroi gravée comme celle de Ségriès n’en est pas moins plausible, même à travers les millénaires. Il ne faut pas non plus oublier que l’actuel abri a pu connaître un certain recul (présence de nombreux blocs effondrés aux alentours) et offrir ainsi, au moment de son utilisation, un surplomb bien plus important et plus protecteur.

38L’authenticité des représentations repose souvent sur l’argument de la présence de patine que l’on croit quasi-irréfutable. Il peut s’agir d’une évolution colorée des fonds de traits, la paroi rocheuse s’effritant à l’échelle microscopique au fil du temps. Il peut aussi s’agir d’une forme de patine due à la calcite, qui se forme naturellement en milieu souterrain calcaire. Si le phénomène peut prendre quelques années à peine, il ne peut être engendré par l’homme, hors laboratoire. Il serait donc impossible pour un faussaire de maquiller son « méfait » par un tel artifice.

39H. de Lumley signale dès 1966 l’existence de ce qu’il appelle un « calcin de recouvrement », qui lui semble un argument valable pour attester de l’ancienneté de la gravure. À notre tour, nous avons suggéré en 2013 (Man-Estier 2013), qu’il s’agissait effectivement d’un excellent argument. L’étude fine menée en 2014 nous permet d’aller beaucoup plus loin sur ce sujet.

40La paroi rocheuse est localement recouverte par des concrétions pelliculaires à l’aspect de voiles blanchâtres de calcite, d’épaisseurs millimétriques, elles-mêmes affectées par de nombreuses desquamations et exfoliations. Plusieurs pellicules superposées ont été identifiées, certaines d’entre-elles étant séparées par de fines couches d’argile grisâtre.

41L’étude microstratigraphique du support au niveau du bison et de la croix gravée (fig. 8), a montré la séquence suivante (de la surface vers la roche calcaire de la paroi) :
- concrétion pelliculaire blanche supérieure (Cb3) ;
- argile gris foncé sous-jacente (Agf1) ;
- concrétion pelliculaire blanche intermédiaire (Cb2) ;
- argile gris clair (Agc) ;
- concrétion pelliculaire blanche inférieure (Cb1) ;
- roche calcaire gris foncé (R).

8. Représentation en plan et coupe de l’étude microstratigraphique.

8. Représentation en plan et coupe de l’étude microstratigraphique.

Étude S. Konik, fonds photographique E. Lesvignes, DAO E. Paillet.

42Il convient de préciser que cette description de la séquence microstratigraphique n’est représentative que de la portion de paroi englobant le bison et la croix. En effet, nous avons observé que l’absence de continuité latérale des pellicules et leurs écaillages nous empêchent d’établir une microstratigraphie taphonomique à l’échelle de l’ensemble de la paroi abritée par le local maçonné.

43Ces observations taphonomiques permettent cependant bien de proposer l’antériorité de la gravure du bison par rapport à celle de la croix. En effet, la croix recoupe la microstratigraphie évoquée jusqu’à laisser apparaître la roche R à sa base.

44Le sillon de la gravure de la croix est partiellement recouvert d’une pellicule de concrétion blanche qui n’est pas corrélée avec la pellicule Cb3 grisâtre observée hors du sillon gravé. La pellicule de concrétion dans le sillon de la croix est donc postérieure à cette gravure. Cette dernière a toutefois été gravée sur un support présentant la séquence microstratigraphique affectant les tracés du bison voisin, séquence qu’elle a recoupée jusqu’à la roche. Cette constatation repose notamment sur un petit écaillage retrouvé juste à l’extérieur du sillon de la croix, en haut et à droite de cette dernière, sur un support non touché par la gravure, et dont on observe qu’il a recoupé ladite microstratigraphie jusqu’aux argiles gris clair Agc.

45Cela atteste de l’extension de la microstratigraphie observée sur la gravure du bison jusqu’à l’emplacement de la croix gravée, mais que, dans le cas de cette dernière, la microstratigraphie au creux du sillon apparaît simplement constituée par une pellicule de calcite. Les observations taphonomiques comparatives des sillons gravés démontrent donc que ceux du bison (microstratigraphie multicouche sur les tracés) sont bien antérieurs à ceux de la croix. En effet, la croix a été gravée sur cette microstratigraphie multicouche qui recouvrait déjà les sillons du bison et une seule concrétion pelliculaire est visible recouvrant la roche à l’intérieur les sillons de la croix. Cela témoigne du fait qu’un laps de temps significatif s’est écoulé entre la gravure du bison et celle de la croix.

46Des datations isotopiques permettraient de quantifier ce laps de temps, mais cela nécessiterait de prélever des pellicules de calcite sur, ou au plus près, des sillons gravés. Ces prélèvements engendreraient donc de nouveaux impacts visibles. Toutefois, même en l’absence de datations, l’étude taphonomique apporte donc un argument décisif en faveur de l’authenticité du bison.

47À elle seule, la détermination zoologique de la représentation pourrait prouver son ancienneté. En effet, l’animal, dans sa forme européenne Bison bonasus, a disparu du sud de l’Europe avant la fin du premier millénaire de notre ère. Antérieurement il n’était pas rare dans les zones forestières. Il s’agissait d’un gibier fréquemment chassé par plusieurs cours européennes (Paillet 1999).

48Cette gravure de bison pourrait dater de l’époque historique, au maximum jusqu’à l’an 1000, l’animal ayant définitivement disparu à l’état sauvage de nos contrées à cette époque. Il s’agirait alors du bison d’Europe. Mais certains éléments de son architecture dorso-lombaire plaident plutôt en faveur du bison des steppes, le Bison priscus.

49Les gravures rupestres historiques sont particulièrement nombreuses dans certains types d’environnement géologique (massifs de grès par exemple). Suivant leur âge et la société à laquelle elles se rapportent, leurs caractères thématiques et techniques sont très variés. On y retrouve en général la présence de signes géométriques, souvent très construits (quadrangulaires cloisonnés, « triple enceinte », rouelles…) et celle d’armes (haches, épées). L’outil du graveur est soit métallique – ce qui laisse des fonds de traits très reconnaissables, soit lithique (silex, grès).

50À Ségriès, la technique de réalisation et les fonds de traits identifiables sur la représentation in situ comme sur le moulage excluent absolument une réalisation à la pointe métallique.

51Si l’on s’en réfère à l’ensemble des arguments listés ci-dessus, on peut donc proposer une attribution ancienne, bien antérieure à la croix gravée située à proximité. Le bison, paléolithique dans sa forme a été gravé bien avant la croix, et bien avant la découverte et la reconnaissance officielle de l’art préhistorique (Cartailhac 1902). Par son thème, son style et sa technique, comme par l’analyse taphonomique très fine du support, elle ne peut être considérée que comme une œuvre préhistorique, par chance conservée jusqu’à nos jours.

52La présence de la croix gravée à proximité immédiate du bison interroge. Elle a été réalisée par une gravure très profonde qui a largement entamé la roche. Selon nous sa position n’est pas le fait du hasard. Elle témoigne de la lisibilité de la gravure animale au moment de sa propre réalisation. On a probablement voulu christianiser un lieu rendu païen par la présence de cette représentation. Ce cas de figure n’est pas exceptionnel. De nombreux monuments mégalithiques ont été gravés ou surmontés d’une croix, pour se réapproprier un symbole fort. Nous n’avons cependant pas connaissance d’autres cas concernant des représentations paléolithiques.

53Lors de prospections le long de la barre rocheuse, nous avons découvert d’autres gravures historiques d’inspiration chrétienne. Il s’agit plus précisément de deux monogrammes jésuites (fig. 9a et fig. 9b). Ces deux symboles, situés à quelques mètres l’un de l’autre, sont construits de manière similaire : une croix surmonte les lettres IHS ainsi qu’un symbole trifide. Les trois lettres sont une abréviation du nom de Jésus (JHS, le H correspond à la lettre grecque êta) ou des expressions Jesus Hominem Salvator, « Jésus sauveur des hommes » ou encore Iesum habemus socium, « Nous avons Jésus pour compagnon ». Le monogramme est complété par une croix, parfois incluse dans le H central. Le motif sous-jacent correspond aux trois clous de la croix de Jésus. Ils évoquent les trois vœux des Jésuites : pauvreté, chasteté et obéissance. Ces deux signes et la croix à côté du bison pourraient indiquer que la ligne d’abri a servi de lieu d’ermitage, voire de lieu de culte. À cet égard, un symbole ʌ situé à quelques décimètres du bison pourrait également correspondre aux vestiges de gravures historiques.

9a. Emplacement des différents vestiges pariétaux repérés en 2014.

9a. Emplacement des différents vestiges pariétaux repérés en 2014.

DAO E. Paillet.

9b. Gravure pariétale jésuite.

9b. Gravure pariétale jésuite.

Photographie et DAO E. Paillet.

La conservation, un enjeu majeur

54La conservation actuelle et à venir de la gravure, mais aussi de l’abri dans sa globalité, doit être considérée avec la plus grande attention. Grâce à l’analyse des archives photographiques, nous pouvons proposer une lecture dynamique de l’évolution de l’état de surface de la paroi. Elle montre combien les modifications sont rapides, mais elle permet aussi de se rendre compte qu’elle n’a pas endommagé la représentation dans son intégralité. En complément, un constat d’état a été réalisé, qui pourra être utilisé à l’avenir pour le suivi de l’état de conservation.

55Il nous semble que ce petit bison, dont on a pu croire qu’il avait été volontairement détruit, peut devenir un exemple de travail en commun de l’ensemble des partenaires patrimoniaux au sens large.

56Remerciements. Ce travail a fait l’objet d’une autorisation préfectorale et d’un financement par la DRAC PACA, service régional de l’Archéologie. Nous remercions l’ensemble des partenaires scientifiques et administratifs rencontrés en 2013 et 2014 et tout particulièrement Isabelle Dubset, Mathias Dupuis et Xavier Margarit. Nous remercions Émilie Lesvignes pour son autorisation de publier les clichés qu’elle a réalisé en 2014 dans le cadre de l’étude, ainsi que Vincent Buccio et Yann Dedonder (service départemental d’archéologie des Alpes-de-Haute-Provence) pour leur autorisation d’utiliser le relevé topographique réalisé à la même occasion.
Nous tenons à remercier Michel Clappier et Jean-Paul Moscovino pour leur intérêt pour notre étude.
La recherche en archives menées dans le cadre de la prospection de J.-F. Devos (Devos 2011) a été complétée par de nombreux documents fournis par le Service archéologique départemental (M. Dupuis), par l’équipe du Musée de Préhistoire des Gorges du Verdon (I. Dubset) ainsi que par la famille Clappier (M. Clappier).

Haut de page

Bibliographie

Anonyme 1964, Quand M. le Maire officie comme archéologue et spéléologue, Nice-Matin, janvier 1964.

Kerckhove & Roux 1978, Kerckhove C., Roux M., Carte géologique de la France au 1/50 000, feuille 970, Moustiers-Sainte-Marie. Bureau de Recherches Géologiques et Minières, Orléans. Notice explicative par Kerckhove C. et Roux M., 1978, 30 p.

Binder 1994, Binder D., Recensement des disponibilités en matière première lithique dans la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Rapport de prospection thématique 1994.

Binder 1997, Binder D., Recensement des disponibilités en matière première lithique dans la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur. Rapport de prospection thématique 1997.

Cartailhac 1902, Cartailhac E., Les cavernes ornées de dessins. La grotte d’Altamira, Espagne. « Mea culpa » d’un sceptique, L'Anthropologie,13,‎ 1902, p. 348-354.

Clappier 1986, Clappier P., Curieuse histoire d’un bison et des découvertes qui suivirent, Supplément au bulletin, Académie de Moustiers, 1986, vol. 36, p. 24-31.

Clottes et al. 2005, Clottes J., Courtin J., Vanrell L., Cosquer redécouvert. Éd. du Seuil, 2005.

Collectif 1984, L'Art des cavernes : atlas des grottes ornées paléolithiques françaises. Imprimerie nationale, Paris, 1984, 673 p.

Devos 2011, Devos J.-F., Prospection-inventaire diachronique, commune de Moustiers-Sainte-Marie, campagne 2011, partie ouest de la commune, Segriès, plateau de Valensole. Document final de synthèse, 2011. Quinson, Musée de Préhistoire des Gorges du Verdon, DRAC PACA.

Dubar & Clappier 1989, Dubar M., Clappier P., Segriès, Moustiers-Sainte-Marie (Alpes de Haute-Provence). Un site préhistorique remarquable de l'avant-pays alpin, Bulletin archéologique de Provence, 1989, n° 18, 1er trimestre 1989, p. 1-6.

Gagnepain 2002, Gagnepain J., Préhistoire du Verdon, des origines à la conquête romaine, Éditions PNRV / Édisud 2002.

Gély 2005, Gély B., La Grotte Chauvet à Vallon Pont-d’Arc (Ardèche) : le contexte régional paléolithique, in Geneste J.-M. (dir.), Recherches pluridisciplinaires dans la grotte Chauvet, Journées de la Société préhistorique française, Lyon, 11-12 octobre 2003, Bulletin de la société préhistorique française 102, 2005 et Karstologia Mémoire 11, 2005, p. 17-33.

Jaubert 2008, Jaubert J., L’art pariétal gravettien en France, élément d’un bilan chronologique, Paléo, 2008, vol. 20, p. 439-474.

de Lumley 1968a, de Lumley H., Le Bison gravé de Segriès, Moustiers-Sainte-Marie (Basses-Alpes), Actes du Simposio internacional de arte rupestre, Barcelone, Espagne, 1968a, p. 109-121.

de Lumley 1968b, de Lumley H., Proportions et constructions dans l'art paléolithique : le bison, Actes du Simposio internacional de arte rupestre, Barcelone, Espagne, 1968b, p. 123-145.

de Lumley 2019, de Lumley H., dir. Les gorges du Verdon, Éditions du Centre des Monuments Nationaux, 2019.

Devos 2011, Devos J.-F., Prospection-inventaire diachronique, commune de Moustiers-Sainte-Marie, campagne 2011, partie ouest de la commune, Segriès, plateau de Valensole. Document final de synthèse, 2011. Quinson, Musée de Préhistoire des Gorges du Verdon, DRAC PACA.

Graziosi 1973, Graziosi P., L'arte preistorica in Italia, Editions Sansoni, Florence, 1973.

Luzi & Dupuis 2013, Luzi C., Dupuis M., La sage d’un bison, Verdons, 2013, no 41, p. 42-51.

Man-Estier 2013, Man-Estier E., L'abri du Bison à Segriès (Moustiers-Sainte-Marie, Alpes de Haute-Provence). Rapport d'expertise. 2013, Centre national de Préhistoire, Périgueux, 16 p.

Monney 2012, Monney J., Et si d'un paysage l'on contait passé. Tissu de sens et grottes ornées le long des gorges de l'Ardèche, in Karsts, Paysages et Préhistoire, Collection EDYTEM. Cahiers de géographie, 13, 2012, p. 21-42.

Paillet & Man-Estier 2014a, Paillet P., Man-Estier E., Taphonomie des parois des grottes ornées : les processus d’altération et leurs implications sur l’analyse et la conservation de l’art pariétal », in Patou-Mathis M. et Denys C. 2014, Manuel de Taphonomie. Éditions Errance, collection Archéologiques, Arles, 2014a, p. 260-283.

Paillet & Man-Estier 2014b, Paillet P., Man-Estier E., De nouvelles découvertes d’art mobilier laborien dans le Nord du Périgord, Actes des séances de la Société Préhistorique Française, les sociétés de l'Allerød et du Dryas récent entre Atlantique et Méditerranée », Bordeaux, mai 2012, 2014b [en ligne].

Paillet 1999, Paillet P., Le bison dans les arts magdaléniens du Périgord, Supplément à Gallia Préhistoire, 1999, no 33, CNRS Éditions, 475 p.

Porraz et al. 2014, Porraz G., Tomasso A., Purdue L., Les Prés de Laure, un premier site du Paléolithique supérieur sur les terrasses de la moyenne vallée du Jabron (Var, France), Bulletin de la Société Préhistorique française, 2014, 111, no 1, jan-mars 2014, p. 135-138.

Tomasso, Tomasso A., Territoires, systèmes de mobilité et systèmes de production. La fin du Paléolithique supérieur dans l’arc liguro-provencal. Thèse de doctorat de l’Université de Nice et de l’Université de Pise, 2014, 1070 p.

Tomasso 2015, Tomasso A., Se déplacer moins ou se déplacer autrement ? Mutations des systèmes de mobilité et des stratégies d’approvisionnement à la fin du Paléolithique supérieur en Provence et en Italie, in Les systèmes de mobilité de la Préhistoire au Moyen Âge, XXXVe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes N. Naudinot, L. Meignen, D. Binder, G. Querré, dir. Éditions APDCA, Antibes, 2015.

Tomasso et al. 2018, Tomasso A., Rots V., Purdue L., Beyries S., Buckley M., Cheval C., Cnuts D., Coppe J., Julien M.-A., Grenet M., Lepers C., M’hamdi M., Simon P., Sorin S., Porraz G., Gravettian weaponry : 23500 year old evidence of a composite barbed point from Les Prés de Laure (France), Journal of Archeological Science, 2018 [en ligne].

Vicino & Mussi 2012, Vicino G., Mussi M., Grotticella Blanc-Cardini aux Balzi Rossi (Vintimille, Italie), in Clottes J. (dir.), L’art pléistocène dans le monde / Pleistocene art of the world / Arte pleistoceno en el mundo, Actes du Congrès IFRAO, Tarascon-sur-Ariège, septembre 2010, Symposium « Art pléistocène en Europe ». No spécial de Préhistoire, Art et Sociétés, Bulletin de la Société Préhistorique Ariège-Pyrénées, LXV-LXVI, 2012, CD-ROM, p. 487-497.

Vicino & Simone 1972, Vicino G., Simone S., Gravures rupestres paléolithiques des Balzi Rossi, Bulletin de la Société Préhistorique de l’Ariège, 27, 1972, p. 39-57.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Localisation de l’abri de Ségriès.
Légende Fond de carte IGN – Geoportail.
Crédits Photomontage E. Lesvignes ; DAO E. Paillet.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2628/img-1.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre 2. Vues et topographie de l’abri du bison.
Crédits Photographie E. Lesvignes, topographie Y. Dedonder, Service départemental d'archéologie des Alpes de Haute-Provence.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2628/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre 3. Le bison gravé sur la paroi ou « bison paroi ».
Crédits Photomontage E. Lesvignes.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2628/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
Titre 4. Le tirage du moulage ou « bison moulage ».
Crédits Collections Musée de Quinson ; Photographie E. Lesvignes.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2628/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre 5. Le relevé du bison gravé (état actuel de la paroi).
Crédits Fond photographique E. Lesvignes ; Relevé P. Paillet.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2628/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 926k
Titre 6. Localisation de Ségriès par rapport aux zones à sites d’art pariétal paléolithique.
Crédits DAO E. Paillet.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2628/img-6.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre 7. Évolution dans le temps de la paroi gravée et principales altérations remarquées.
Crédits A – 1964 ?, photographie archives de la famille Clappier – le tracé gravé semble avoir été repassé au charbon ; B – 1966, photographie H. de Lumley ; C – 2009, photographie P. et E. Paillet ; D – 2013, photographie E. Paillet ; E – 2014, photographie E. Lesvignes.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2628/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 553k
Titre 8. Représentation en plan et coupe de l’étude microstratigraphique.
Crédits Étude S. Konik, fonds photographique E. Lesvignes, DAO E. Paillet.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2628/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 517k
Titre 9a. Emplacement des différents vestiges pariétaux repérés en 2014.
Crédits DAO E. Paillet.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2628/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre 9b. Gravure pariétale jésuite.
Crédits Photographie et DAO E. Paillet.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2628/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eléna Paillet, Patrick Paillet et Stéphane Konik, « Un bison en Provence : l’abri du bison à Ségriès, Moustiers Sainte-Marie (Alpes-de-Haute-Provence) »Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 9-1 | 2021, mis en ligne le 18 juillet 2021, consulté le 05 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/pm/2628

Haut de page

Auteurs

Eléna Paillet

Conservatrice du patrimoine, DRAC Bretagne – Service régional de l’Archéologie et UMR 6566 CReAAH – Université de Rennes 1

Patrick Paillet

Maître de conférences, UMR7194 – HNHP, Musée de l’Homme

Stéphane Konik

Ingénieur de recherche, Centre National de Préhistoire et UMR 5199 PACEA, Université de Bordeaux

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search