Navigation – Plan du site

AccueilNouvelle série9.2

9.2 | 2021
Grottes et dolmens

Relation entre les sépultures collectives de la fin du Néolithique dans le Sud de la France
Caves and dolmens. Relationship between late Neolithic collective burials in southern France
Sous la direction de Mélie Le Roy et Johanna Recchia-Quiniou
Grottes et dolmens
Informations sur cette image
ISBN 978-2-9581289-0-6

Dans le bassin nord-occidental de la Méditerranée, la fin du Néolithique est marquée par l’émergence de nombreux groupes culturels et d’une multitude de faciès géographiques, caractérisés sur le plan funéraire, par la dimension collective de leurs sépultures. Ces dernières sont installées soit dans des milieux naturels (grottes, avens, abris) soit construites artificiellement (dolmens, hypogées, etc.). Si le substrat géologique induit la mise en place de certains types de monuments, dans les zones de forte densité de ces deux grands types de tombes (Grands Causses, Provence, Cévennes, etc.), l’environnement et le contexte géologique se prête à chacune de ces pratiques et ne saurait donc constituer un facteur discriminant unique. Ainsi, plusieurs questions se posent, tant sur le plan anthropologique, socio-culturel que structurel. Une table ronde réunissant les acteurs de la recherche autour de ces questions (archéologues, spécialistes de l’architecture mégalithique ou du milieu souterrain, anthropologues biologiques et spécialistes des mobiliers) s’est tenue les 19 et 20 septembre 2019, à la MMSH d’Aix en Provence, dans une démarche pluridisciplinaire pour discuter de cette variabilité funéraire. Cette synthèse et ce premier état des lieux sur le sujet posent pour la première fois la question de la relation entre ces différents contextes funéraires, présentant pourtant des points communs évidents. Les travaux existants n’abordaient jusqu’alors que de manière exclusive l’un ou l’autre type de tombe.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search