Navigation – Plan du site

AccueilNouvelle série9.2Mégalithes et grottes funéraires

Mégalithes et grottes funéraires

Cohabitation ? Complémentarité ? Exclusion ? Une histoire complexe
Jean Guilaine
p. 11-20

Notes de la rédaction

Reçu / Received 01-04-2021 ; Version révisée reçue / Received in revised form 30-09-2021 ; Accepté / Accepted 04-10-2021 ; En ligne / Online 07-12-2021

Texte intégral

1Les organisatrices de cette réunion nous invitent à un « face à face » entre deux modes de tombes collectives qui, pour nous limiter à la Méditerranée de l’Ouest, connaissent leur acmé lors des IVe et IIIe millénaires avant notre ère, voire au-delà. Ce sont en effet les tombes mégalithiques et aussi les tombes hypogéiques qui sont emblématiques de ce moment, c’est-à-dire des monuments construits en élévation ou creusés dans la roche, à des fins sépulcrales. L’usage des grottes naturelles, diaclases ou autres cavités en lieu de dépôts de cadavres est plus difficile à cerner. Il s’agit en effet d’espaces naturels souterrains qui ont attiré, pour des raisons diverses, les hommes à toutes les époques et qui ont pu à l’occasion servir de sépulcres à des défunts, de façon individuelle ou collective. On peut y trouver des sépultures individuelles, des sépultures individuelles regroupées dans un secteur de la cavité (cf. grotte de Belesta, Pyrénées-Orientales ; Claustre et al. 1993), d’authentiques sépultures collectives c’est-à-dire des regroupements de défunts dans un espace circonscrit avec remobilisation périodique des restes osseux pour gérer au mieux l’espace sépulcral.

2En m’en tenant au concept de « sépultures collectives » qui nous concerne plus particulièrement ici, je vais donc poser un certain nombre de questions, assorties d’exemples aussi démonstratifs que possible, afin de mettre en avant des interrogations qui seront débattues tout au long de cette table ronde.

Géographie, géologie

3Existe-t-il ou non une exclusion géographique entre dolmens (et hypogées) d’un côté, grottes sépulcrales de l’autre ? S’agissant notamment des mégalithes, cette exclusion pourrait être d’ordre géologique. On sait que, dans le Midi, la dispersion géographique des mégalithes coïncide le plus souvent avec celle des affleurements calcaires (la « loi du calcaire » ; Temple 1936). Mais, en complémentarité, c’est en milieu karstique que les grottes sont aussi présentes. Il n’y a donc pas forcément d’exclusion géographique comme c’est le cas pour les Causses, densément pourvus à la fois en dolmens et en cavités funéraires).

4On pourrait prendre des exemples contraires. Dans les régions de roches tendres, sédimentaires, on peut trouver des dolmens bâtis à partir d’affleurement gréseux mais pas de grottes sépulcrales, par exemple la plaine minervoise de l’Aude avec ses grands tombeaux de Saint-Eugène et de Pépieux mais sans cavité (Guilaine 2019). En revanche dès que l’on monte sur les hauteurs voisines de la Matte ou de Minerve ou sur les affleurements calcaires de la montagne d’Alaric la cohabitation entre les deux formules reprend. La géologie a donc son mot à dire.

5On peut également trouver le cas inverse : des zones calcaires très fournies en cavités sépulcrales mais sans aucun mégalithe. Ainsi de la montagne de la Clape, entre Narbonne et la mer. Théophile et Philippe Héléna y ont fouillé de nombreuses grottes sépulcrales mais aucun dolmen n’y est attesté. On peut dans ce cas envisager un choix culturel mais après avoir passé en revue et éliminé deux facteurs négatifs possibles : un calcaire cassant, gélif et peu apte au bâti ou des destructions d’époque historique ayant fait disparaître les monuments éventuels.

6La géologie nous met donc en présence de modèles soit de cohabitation soit d’exclusion.

Typologie et topographie

7Bien que banales, on ne peut évacuer certaines constatations basiques. Le dolmen est le résultat d’un projet architectural, une construction anthropique : construire un caveau pour un groupe humain d’une certaine taille dont le volume sera fonction du nombre de défunts envisagé à court ou à long terme. À l’inverse la cavité est une donnée naturelle et tout projet funéraire doit s’adapter à l’espace proposé. Il existe de grandes cavités et là, en général, c’est une partie sélectionnée de la grotte qui est choisie pour recevoir les dépouilles, zone qui peut être elle-même agrandie en fonction des besoins, par extension de l’aire sépulcrale.

8Certains cas sont un peu particuliers. Ainsi le gouffre du Trou du Viviès près de Narbonne (Héléna Th. & Héléna Ph. 1925) dont la topographie se présente sous la forme de diverses galeries ramifiées, chacune ayant fait fonction de sépulture collective. C’est pourquoi les fouilleurs y ont reconnu plusieurs ossuaires qu’ils ont considérés comme autant de grottes sépulcrales dans un même vaste espace troglodytique. Devons-nous, avec eux, estimer leur partition comme légitime ou envisager la cavité comme un unique gisement sépulcral ?

9À l’inverse, on rencontre fréquemment dans les terrains calcaires du Midi de petites cavités de quelques mètres, souvent basses de plafond, inutilisables comme habitats, parfois même de simples trous de renard de 1 à 2 m d’extension tout au plus, et dont la fonction sépulcrale est la seule possible. On est donc face à une déclinaison topographique allant de grandes cavités à de toutes petites anfractuosités.

10Situation symétrique pour les mégalithes si l’on compare certaines petites tombes caussenardes de 1 à 2 m de développement jusqu’aux plus grands de monuments que sont le dolmen Fades de Pépieux (24 m de développement hors tumulus) ou la Grotte des Fées de Fontvieille (44 m également hors tumulus ; Guilaine 2015).

11On est donc devant une grande diversité typologique en fonction notamment du volume et de la capacité d’accueil de chaque monument.

Unique ou en nombre ?

12Dans la poursuite des interrogations précédentes, mais avec une vision qui nous fait entrevoir des considérations plus sociales, il faut poser la question des tombes isolées ou de celles qui sont groupées en nécropoles. Là encore on va trouver des cas de figure assez divers. Il existe des nécropoles de dolmens. J’en ai moi-même étudié une, sur le massif de la Clape à Laroque-de-Fa, au cœur des Corbières : huit monuments de petites dimensions et probablement quelques autres aujourd’hui détruits (Guilaine et al. 1972). Je parle de nécropole lorsqu’il s’agit de monuments rapprochés, groupés sur un espace limité et probablement le fruit d’une même communauté vivant dans les environs proches. On peut faire l’hypothèse de caveaux familiaux, ce qui ouvre sur des perspectives sociales : une communauté formée par agrégation de plusieurs unités familiales mais dont chacune conserve son individualité exprimée par un caveau particulier.

13On connaît aussi des groupements de grottes sépulcrales ouvertes au pied d’un front de paroi. J’ai fouillé deux grottes dans le massif de las Claousos à Auriac, dans les Corbières également, mais ce pied de paroi comporte d’autres cavités elles aussi probablement sépulcrales (Guilaine et al. 2015). On peut se demander par hypothèse si, à l’instar des mégalithes, ces anfractuosités ont fonctionné comme caveaux, chacune étant le réceptacle d’un segment d’une communauté.

14À côté de ces rassemblements de tombes, on connaît des caveaux isolés, sans doute l’expression de localités autonomes. Je prends le cas de la plaine de l’Aude où se rencontrent des monuments d’envergure plutôt restreinte (tel le dolmen des Peirières à Villedubert ; Duday 1988) et des mausolées de fort volume comme Saint-Eugène ou Pépieux. Ces grands caveaux sont parfois distants entre eux de plusieurs kilomètres et se pose dès lors la question de leur espace de recrutement. C’est ainsi que mes prospections à l’Ouest du dolmen de Saint-Eugène sur une fenêtre d’étude de 4 km de long et d’une largeur qui ne dépassait guère 2 km m’ont permis de reconnaître une douzaine de sites, aux composantes lithiques voisines. Il s’agit toujours de petits sites de moins d’un demi-hectare. Si on reporte cette observation à l’ensemble d’un cercle entourant la tombe sur un diamètre de 4 km, on obtient un nombre d’implantations qui pourrait largement dépasser la cinquantaine. Bien entendu, nous ignorons si ces petits établissements sont contemporains ou successifs (ils pourraient signer des lieux à occupation diachronique). L’un d’eux, la Métairie Grande, a été fouillé et a donné des datations contemporaines des plus anciennes fréquentations du dolmen (Guilaine 2019). La conclusion que l’on peut tirer de cette expérience est que le monument unique dans ce microcosme géographique était la tombe fédératrice qui récupérait des défunts issus de tous ces petits sites périphériques. Recrutement dont rien ne nous dit que tous les disparus de ces modestes localités rejoignaient systématiquement la tombe pluricommunautaire ou si un certain filtrage s’exerçait à l’entrée de celle-ci.

15Cette observation sur l’opposition entre nécropole versus monument isolé d’une certaine envergure rappelle une situation semblable connue en Champagne. Les nécropoles des Marais de Saint-Gond regroupaient chacune plusieurs hypogées qui, à l’instar de certaines nécropoles mégalithiques, pouvaient être des sépultures de familles. Or, dans la même région, existent des allées-couvertes de bonnes dimensions qui, elles, paraissent avoir été les caveaux de toute une communauté (Martineau 2019). On aurait donc, grosso modo sur un même territoire, la cohabitation de deux modèles : nécropoles de tombes familiales et grands caveaux communautaires (à plus large recrutement).

16On voit donc, à partir de ces quelques exemples, qu’il est difficile de dégager une loi qui nous orienterait vers un modèle unique. En l’état des données, plusieurs paramètres sont à prendre en compte.

  • grands monuments versus petits caveaux
  • grandes cavités à espace funéraire extensible versus cavités à volume réduit à très contraint
  • dolmens groupés versus dolmens isolés
  • cavités voisines versus cavités distantes
  • monuments « familiaux » versus monuments « communautaires ».

Tombes ostentatoires/tombes discrètes

17Abordons des problèmes de visibilité et donc d’archéologie du paysage. Les dolmens sont des tombeaux aériens, recouverts ou enchâssés dans un tertre plus ou moins volumineux : ils sont bâtis pour être vus et de ce fait pour entretenir une mémoire. Ils sont en situation positive. Tel n’est pas le cas des grottes qui n’attirent pas forcément l’œil en raison de leur topographie même, « chthonienne » : elles sont souvent, visuellement parlant, en situation négative.

18Je pense notamment à ces nombreuses petites cavités sépulcrales dont l’accès était fermé par un mur que l’on démontait lors de chaque déposition. Les grottes des Corbières sur lesquelles j’ai travaillé, avaient toutes un mur de fermeture dont subsistaient encore la ou les premières assises (Guilaine et al. 2015). Théophile et Philippe Héléna ont fouillé plus d’une vingtaine de cavités autour de Narbonne et dans leurs carnets de fouille, dessins à l’appui, ils ont bien noté que ces espaces sépulcraux étaient bouchés par un mur de fermeture (Héléna 1925). En terrain calcaire de tels murs rendaient peu ou prou invisible l’entrée de la cavité, sauf pour les familiers, et se confondaient par leur teinte uniforme avec les parois rocheuses. De sorte qu’autant les mégalithes étaient perceptibles dans le paysage, vus à distance, autant des grottes sépulcrales étaient discrètes car bouchées et donc ôtées à la vue du passant.

19J’ai aussi en mémoire l’exemple de cavités disposées à l’abrupt de parois dans la partie la plus haute de sommets calcaires. Difficilement accessibles, on peut se demander si on n’y isolait pas volontairement certaines dépouilles, loin des lieux du quotidien. Était-ce une façon de les protéger ou, au contraire, de les éloigner volontairement ? On pense évidemment à ces repaires sépulcraux plus tardifs (Bronze final) des Baléares (Cova des Pas) où on est allé déposer des cadavres au prix de prouesses physiques impliquant usage de cordages et de véritables aptitudes d’alpinistes (Fullola Pericot et al. 2007). Il existe aussi un cas de figure de ce type en Corse (grotte de Laninca à Lano ; Léandri et al. 2014-2015).

20Il faut donc réfléchir sur cette dichotomie entre morts faits pour être discernés, pensés derrière leur enveloppe tumulaire et les morts que l’on éloigne, que l’on cache à la vue.

21Ceci peut trouver quelque analogie avec la question des hypogées. Il me semble que les hypogées du Vaucluse et du Gard, creusés dans la roche et aux plans simples, voire opportunistes, s’apparentent peu ou prou au modèle des grottes naturelles (Colomer 1979). En revanche les hypogées de Fontvieille, surmontés d’un tertre limité par une périphérie de lauzes dressées dans une tranchée circulaire, sont à classer dans la famille des mégalithes c’est-à-dire des tombeaux ostentatoires (Guilaine 2015).

22Donc en conclusion sur cette question, « vu ou caché », il y aurait plutôt exclusion entre les deux formules.

Sépultures collectives et fonctionnement

23Le recrutement des défunts obéit-il aux mêmes critères selon qu’il s’agit de dolmens ou de grottes sépulcrales ? J’ai déjà en partie répondu à cette question en faisant observer qu’on ne peut mettre sur le même plan un petit mégalithe caussenard édifié pour servir de réceptacle à un nombre de défunts limité et un monument comme le dolmen de Saint-Eugène qui dans sa plus grande largeur atteint près de 4m, ce qui suppose des dalles de couverture de 5  à 6 m de long et dont les vestiges conservés montrent qu’elles avaient au minimum 0,60 m d’épaisseur. D’après divers recoupements on estime que ce monument a pu recevoir les restes de plus de 300 sujets environ. Bien sûr ces dépositions s’inscrivent dans une longue durée de plus d’un millénaire et ne signent pas un moment court d’utilisation.

24Mais l’objectif des constructeurs ayant aménagé un tel caveau n’était évidemment pas le même que celui ayant motivé la construction de petites tombes. Il y a donc à la base un processus d’intentionnalité, de finalité à court ou moyen terme.

25Même observation du côté des grottes sépulcrales. On connait de grandes cavités ayant été les dépositaires de plusieurs centaines de sujets comme les Baumes Chaudes en Lozère ou le Pas de Joulié dans le Gard lesquelles auraient abrité chacune les corps de plusieurs centaines de sujets (Prunières 1878, André & Boutin 1995). En revanche d’autres petites anfractuosités ne pouvaient tout au plus accepter les dépouilles que de quelques individus.

26Mais nous devons être prudents. Si l’on s’en tient en effet à ces simples constats, on en déduirait un peu vite que les grands espaces sépulcraux étaient destinés à accueillir de nombreuses dépouilles alors que des espaces restreints n’en recueillaient qu’un nombre contingenté. Or, ces constats ne peuvent être élevés au rang de loi. Il y a en effet de vrais contre-exemples. Ainsi l’hypogée des Boileau à Sarrians (Vaucluse) est le modèle même du petit monument (3 x 2 m environ) surchargé de dépouilles : autour de 320 à 350 empilées sur une faible espace (Mahieu 1989). À l’inverse, certains grands mégalithes sud-ibériques (tholos), impressionnant par leur tertre (70 à 80 m de diamètre), leur couloir d’accès (de 35 à 40 m de long), ne comportent dans leur chambre funéraire qu’un nombre restreint d’individus, indice de monuments réservés à un groupe particulier de privilégiés (Fernandez Flores et al. 2016). Ceci nous introduit donc à un critère essentiel de notre démarche : le recrutement.

La question du recrutement

27C’est évidemment une question essentielle bien que sa solution soit biaisée a priori par les remaniements, vidanges, etc. mais aussi par une question de fond : pendant toute la durée, souvent longue, d’utilisation d’un dolmen ou d’une cavité, les règles du recrutement sont-elles demeurées stables ou ont-elles varié : rigides, discriminatoires à certains moments, lâches, voire laxistes, permissives à d’autres ? Ces microévolutions du comportement social qui, de plus, ont pu varier selon les communautés, rendent toute approche périlleuse.

28Ces limites posées, abordons tout de même cette question de façon assez globale : mégalithes et cavités ont-ils accueilli toute la population d’une communauté donnée ou y a-t-il eu filtrage et, dans l’affirmative, sur quelles bases ? On a observé que les tout jeunes sont souvent absents (mais pas toujours) de certaines chambres mégalithiques et on en déduit que ces individus n’étaient pas encore entrés dans une classe d’âge les faisant considérer comme membres à part entière de la communauté. Mais, pour ce qui est du recrutement des adolescents et des adultes, si tri il y eut, quels en furent les critères ? Je laisse l’interrogation ouverte.

29Et je m’en tiens simplement à des hypothèses, voire à des impressions, certes assez floues. C’est ainsi que les grandes allées couvertes du Bassin parisien construites autour de 3500 à 3200 cal. BC semblent avoir été bâties dans l’intention de recueillir les corps de nombreux défunts (Bailloud 1964). Ces défunts peuvent relever d’une seule communauté comme de plusieurs localités fédérées par des liens de parenté. Ces divers segments ont pu trouver place dans le même grand caveau comme on l’a dit à propos des cloisonnements internes observés dans le monument de la Chaussée-Tirancourt (Somme ; Blin 2016, 2018). Sans que l’on sache toutefois si toute la population des environs avait rejoint la tombe ou si seul un contingent sélectionné y avait pris place. Un fait semble certain : c’est qu’au moment où ces grands mégalithes ont été construits, l’esprit qui avait présidé à l’opération était axé sur l’idée de bâtir un grand réceptacle, un lieu où la cohésion communautaire pourrait s’afficher dans la mort. Mais faute souvent de fouilles d’habitat à proximité, nous sommes démunis pour évaluer correctement l’aire de captation des défunts.

Le facteur temps

30A côté de ces questions liées à l’espace vient se superposer le problème du facteur temps. Mégalithes et grottes sépulcrales ont servi de réceptacle à des défunts généralement pendant plusieurs siècles. L’un des problèmes qui en résulte est que nous ignorons si cet usage a été plus ou moins régulier au fil du temps ou s’il s’est soldé par une alternance de périodes de surchauffe entrecoupées par des moments d’abandon de tout usage. Je pense que chaque monument ou cavité a, sur ce plan, connu sa propre vie et qu’il sera difficile de tirer des lois générales de toute analyse. Évidemment les mobiliers peuvent nous aider à cerner des moments de fortes fréquentations et d’autres où les espaces sépulcraux ont été peu sollicités.

31L’idéal serait de dater au radiocarbone tous les individus issus d’une tombe pour mieux cerner les moments d’encombrement et ceux de fréquentation moindre ou nulle. Mais le plus souvent nous n’avons que les mobiliers pour nous guider et souvent même seulement la céramique car pointes de flèches, grandes lames ou parures ne sont pas toujours de bons marqueurs chronologiques. Mais peut-on faire une confiance absolue sur ce plan à la céramique ?

32Prenons l’exemple du Languedoc oriental. La céramique à décor de chevrons de Ferrières (Néolithique final 2) est attestée dans un certain nombre de dolmens à couloir et d’abord dans le dolmen éponyme lui-même (Arnal 1963). En revanche, on ne trouve guère dans les dolmens de céramiques de style Fontbouisse (Néolithique final 3) alors que certaines grottes sépulcrales sont bien fournies en poterie fontbuxienne. Un seul dolmen (Campestre) est donné par Glyn Daniel dans son ouvrage sur les mégalithes de la France comme ayant livré un vase Fontbouisse (Daniel 1960) mais Jean Arnal a toujours pensé qu’il s’agissait d’une erreur d’attribution. En revanche les vases fontbuxiens sont présents dans les grottes sépulcrales. L’examen de la seule céramique peut donc laisser penser que la phase fontbuxienne est absente des dolmens et n’a pas participé à leur utilisation.

33On peut se demander cependant si l’utilisation des caveaux a bel et bien continué de fonctionner à la période Fontbouisse mais que la céramique n’était plus alors un marqueur diagnostique, son dépôt dans les mégalithes étant passé de mode alors que les autres éléments mobiliers (flèches, javelots, poignards, parures) continuaient à y être déposés.

34Ainsi l’absence de poteries signifierait que les offrandes de céramique à la collectivité n’étaient plus prisées et que l’on ne déposait dans la tombe avec certains défunts que l’équipement « privé » de chacun (Guilaine 2012). Mais dans ce cas, pourquoi y a-t-il de la céramique Fontbouisse dans les grottes sépulcrales ? Et pourquoi la céramique de style Fontbouisse est-elle plutôt bien représentée dans le mobilier de l’hypogée du Castellet, c’est-à-dire dans un monument qui est, en partie, « mégalithique » (Guilaine 2015) ?

35Je prends un autre exemple : le Languedoc occidental. Dans les dolmens de l’Aude, on trouve des bols ou des vases à cordons que l’on peut dater de la seconde moitié du IVe millénaire (Néolithique final 1-2). En revanche le Vérazien plus classique, avec ses récipients à mamelons superposés, contemporain du Fontbouisse, n’est au plan céramique, jamais présent dans les dolmens. Ceux-ci seront par contre réutilisés fréquemment au Campaniforme. C’est la même chose dans le Bassin parisien où les pots de fleurs de la S.O.M. sont bien attestés dans les allées couvertes et les hypogées, construits au Néolithique récent, alors que les réoccupants de la culture du Gord n’y ont pas laissé de céramiques mais seulement du lithique (poignards du Grand-Pressigny, scies à encoches) ou des parures (haches-pendeloques, perles en schiste, etc.) (Salanova et al. 2011). D’où l’idée qu’entre-temps on ne déposait plus de vases-offrandes à la collectivité mais seulement les équipements personnels des individus trouvent quelque crédibilité. C’était d’ailleurs peu ou prou l’hypothèse développée par Maïtena Sohn dans son mémoire de doctorat (Sohn 2006).

36Et d’ailleurs, en Languedoc occidental même, la très forte réutilisation des tombes au Campaniforme ne veut pas dire qu’à travers les céramiques c’est le principe du vase-offrande à la collectivité qui resurgit. Au Campaniforme, les dépôts de vases sont des équipements personnels des individus, des biens propres, et non plus des hommages collectifs. Au fond le Campaniforme ne fait qu’accentuer le modèle de dépôts de biens individuels qui était déjà en marche lors du demi-millénaire précédent.

Les dépôts campaniformes

37Puisque nous évoquons les réutilisations campaniformes, on peut se poser la question suivante : que signifient les réemplois des monuments mégalithiques ? Une persistance du rite collectif qui reste immuable alors que les cultures changent ?

38Rien n’est moins sûr. Si le caveau continue d’attirer les dépouilles, c’est, certes, parce qu’il représente pour les habitants d’un secteur donné une mémoire funéraire que l’on continue d’entretenir. Pour autant rien ne nous dit que l’état d’esprit et les rituels funéraires des ré-utilisateurs étaient les mêmes que ceux qui avaient prévalu au temps de la construction du monument plusieurs siècles auparavant. Les constructeurs avaient édifié un caveau communautaire en pensant essentiellement au(x) groupe(s), à sa(leur) cohésion en raison des liens de parenté qui pouvaient les unir. À l’inverse les Campaniformes (je pense essentiellement ici aux Campaniformes anciens : internationaux, cordés et épimaritimes) se font les chantres d’une forme d’individualisme, de mise en évidence du sujet c’est-à-dire une petite révolution sociale en regard de la tradition du Néolithique final qui mettait au contraire en avant la notion de collectif, d’ensemble. Christian Jeunesse a justement attiré l’attention sur le fait que, même si les Campaniformes s’enterraient dans des tombes collectives, le rituel funéraire qui accompagnait le dépôt des corps n’avait plus rien à voir avec la tradition séculaire : ils pratiquaient une forme de déposition individuelle en mettant leurs défunts à part (Jeunesse 2014). On en a plusieurs exemples dans la péninsule Ibérique pour les Campaniformes maritimes qui se mettent volontairement à l’écart des inhumés précédents. Ainsi sur le site de la Sima à Medinacelli où quelques tombes campaniformes sont disposées à l’entrée du sépulcre et non dans la chambre (Rojo Guerra et al. 2005). Dans la grotte du Calvari d’Amposta, les sépultures à campaniforme maritime sont bien isolées les unes des autres (Esteve Galvez 1966).

39Il n’est même pas sûr que les Campaniformes récents (Pyrénéen, Rhodano-provençal, Ciempozuelos) aient perpétué cette tendance à l’isolement des Campaniformes anciens. J’ouvre ici une parenthèse pour donner ma vision de ce qu’on appelle, par commodité, « culture du vase campaniforme », et qui, en fait n’est que leurre puisqu’on peut décomposer cette entité en deux stades bien différents conceptuellement :

  • l’un, ancien, où les gobelets et leur « package » sont des objets-signes, des marqueurs « supra-culturels », à idéologie « internationale » ;
  • l’autre, récent, où le campaniforme s’est fragmenté en cultures régionales banales (avec leur aspect domestique habituel) .

40Tout cela pour dire que certaines précisions sur l’évolution des rituels funéraires demandent encore à être évaluées car leur lecture à partir des tombes collectives, qui ont subi beaucoup de manipulations successives, n’est pas toujours facile.

Chronologie de fonctionnement

41Pour chaque tombe, mégalithes ou grottes, se pose la question de la chronologie de son utilisation : courte (une culture, un temps court) ou longue (plusieurs cultures sur plusieurs siècles) avec dans ce cas des périodes d’abandon (des « trous », des défections, des absences, exactement comme dans les stratigraphies de sites). En Espagne, on connaît des cas de dolmens à couloir construits et utilisés au Néolithique moyen pendant un temps bref et qui ne seront re-fréquentés qu’au Campaniforme (Delibes de Castro 2010). Dans le Midi nous avons à l’inverse des mécanismes de temps long où on a, peu ou prou, des indices de fréquentation à toutes les époques du Néolithique final jusqu’au Bronze ancien (ex : Saint-Eugène, le Castellet).

42De fait chaque site, mégalithe ou grotte, a sa vie propre et toute analogie systématique est suspecte.

43Le problème est que notre vision d’un point de vue purement archéologique, c’est-à-dire conduite à partir de l’étude des mobiliers, peut être tronquée par les vidanges périodiques subies par certains caveaux. Des phases documentées peuvent ainsi être passées à la trappe. Il n’y a pas que les préhistoriques qui soient responsables de ces déperditions. Pour beaucoup de petits ossuaires en grottes, les blaireaux sont de redoutables fouisseurs qui ne se contentent pas de bouleverser en interne mais expulsent systématiquement les sédiments à l’extérieur. Ces quelques observations pour dire que les mobiliers et aussi le contenu anthropologique à notre disposition ne représentent parfois qu’une partie du stock matériel et ostéologique initial.

44On sera également prudent sur la tendance à considérer certains vestiges archéologiques issus de dolmens ou de grottes comme culturellement homogènes alors que ces vestiges sont le plus souvent largement dilués dans le temps. Les nuances chronologiques sont certainement les plus difficiles à saisir car particulièrement subtiles.

Quelques problèmes de remobilisation

45En ayant bien en tête toutes ces limites qui compliquent nos interprétations, je voudrais dire un mot de certaines observations que j’ai pu faire dans deux grottes des Corbières que j’avais fouillées dans les années soixante, les grottes de Las Claousos à Auriac (Aude), cavités qui s’ouvrent à quelques mètres de distance à peine l’une de l’autre :

  • dans l’une, la grotte 3, je n’ai trouvé que des mobiliers du Bronze ancien
  • dans l’autre, la grotte 4, les mobiliers sont essentiellement Néolithiques moyen-Néolithique récent.

46Donc si je m’étais tenu à ces simples observations archéologiques, j’aurais attribué le contenu de chaque cavité à deux périodes différentes. Or, les datations 14C ont montré qu’il y avait quelques rares os longs datés du Néolithique moyen dans la grotte à mobilier exclusivement Bronze ancien et des os datés du Bronze ancien dans celle à vestiges du Néolithique moyen- récent. On peut certes penser que chaque grotte avait conservé partiellement des ossements correspondant à ces deux phases d’utilisation mais, à chaque fois, en excluant les mobiliers de l’une des deux périodes. Pour ma part, je pose l’hypothèse d’extraction rituelle d’ossements qui auraient été redéposés dans les cavités sans forcément rejoindre la cavité d’origine mais sa voisine. Cela reste très hypothétique, j’en conviens, mais je ne trouve pas mieux pour expliquer ces quelques ossements intrusifs au sein d’ensembles par ailleurs culturellement homogènes. Il pourrait s’agir d’un phénomène de translation de reliques limitées à quelques os longs.

47Une autre observation a attiré mon attention : la sur- ou sous-représentation de certaines parties du squelette. C’est un sujet sur lequel on a beaucoup écrit. Les anciens auteurs considéraient les grottes comme des sépultures secondaires en raison des mélanges d’ossements tandis que les fouilles « modernes » ont plutôt montré l’existence de dépôts primaires secondairement remanipulés, ou victimes de piétinements, d’érosion différentielle, etc. En fait tout n’est pas si simple.

48Il existe ainsi des grottes sépulcrales sans crânes. Où sont passées les têtes ? L’idée d’extractions lors de rituels n’est pas à écarter. Dans d’autres cavités les crânes non seulement sont conservés mais ils sont rangés contre les parois, parfois empilés comme dans le cas démonstratif de la Grotte des Tortues aux Monges près de Narbonne où les crânes ont donné lieu à une sorte de « mise en scène » (Héléna 1925).

49Un autre cas de figure m’a posé problème. Il s’agit de la Grotte René-Carrié à Termes (Aude) qui est une cavité difficile d’accès, au sommet d’un massif calcaire, et qui présente la particularité d’être un trou souffleur : un boyau à deux entrées dans laquelle le vent s’engouffre facilement. C’est une petite galerie basse de plafond de moins de 10 m de développement, étroite de moins d’1 m, qui n’a fonctionné, c’est-à-dire reçu des dépouilles, que sur une longueur de 4 m. L’étude anthropologique a donné une estimation en NMI de 18 sujets. En revanche le nombre de dents (n=1028) aboutit à une proposition de 102 sujets, chiffre très élevé. Bien qu’un certain nombre de dents se rapportent à de jeunes individus et même en admettant une certaine durée d’utilisation, le volume très réduit de la cavité ne pouvait recevoir qu’une quantité fort limitée de dépouilles. Je me demande donc s’il ne s’agissait pas d’une sépulture provisoire, une sorte de pourrissoir d’où les restes osseux auraient été expulsés après une exposition temporaire dans ce lieu discret où un courant d’air pouvait favoriser une certaine momification. Je n’ai pas trouvé mieux pour expliquer cette anomalie.

Le renouvellement culturel et génétique

50L’entrée en lice de la génétique dans la problématique archéologique des dolmens et des cavités sépulcrales méridionales est d’autant plus intéressante qu’en général les échantillons soumis à l’étude font aussi l’objet de datations radiocarbone ce qui contribue à mieux fixer la chronologie d’utilisation du caveau. Le programme terminé mais encore inédit conduit par Mélanie Pruvost et Samantha Brunel (« Ancestra ») est intéressant. On sait, d’une manière plus générale, que les résultats obtenus par d’autres programmes européens ont mis en évidence des mouvements de populations, au cours du IVe et IIIe millénaires, plus sensibles que ce que l’on imaginait. Sans entrer dans ce débat on observe qu’à compter du Campaniforme, un marqueur particulier, le R1b, est considéré comme d’origine steppique ce qui a donné lieu à des interprétations migrationnistes qui font l’objet de discussions parfois enflammées.

Grottes sépulcrales et mégalithes : quelle société ?

51Il nous faut enfin poser la question de l’organisation des sociétés qui ont édifié des mégalithes, creusé des hypogées ou transformé en caveaux des cavités naturelles. Bien qu’il soit présomptueux de vouloir en tirer un modèle explicatif applicable à toute l’aire couverte par les tombes collectives, on peut s’en tenir à quelques constats.

52D’une part celui que le regroupement des morts dans des nécropoles mégalithiques à plusieurs caveaux laisse penser à une organisation où la famille, nucléaire ou élargie, devait tenir un rôle basique. On peut en déduire un fonctionnement social dans lequel les liens de parenté étaient essentiels. Ceci suppose à la fois des formes de compétition entre familles mais aussi des processus d’alliances permettant de maintenir certains équilibres.

53D’autre part regrouper des morts, parfois en grand nombre, dans certaines tombes « communautaires », donc à recrutement plus large que les simples caveaux familiaux, laisse parfois percer l’idée que ces sociétés étaient peu hiérarchisées dans la mesure où les défunts étaient mêlés dans le même sépulcre. Je pense pour ma part qu’il n’en est rien et que ces sociétés du Néolithique final (ou Chalcolithique) comportaient bel et bien des dominants et des dominés et ce, même si les tombes donnent l’impression d’un tassement de la hiérarchie. On connaît ainsi en Italie quelques cas où, dans des sociétés à sépultures collectives, un personnage a été isolé et doté d’un équipement reflétant un statut social élevé. Même situation dans le Sud de la péninsule Ibérique où dans les chambres annexes de certaines grandes tholos, un sujet a été confiné avec un mobilier d’exception (ex : tombe 10049 de Valencina de la Concepcion, hypogée 3 d’Alcalar ; Garcia Sanjuan et al. 2018, Leisner & Leisner 1943). On connaît aussi le cas de cette « prêtresse » de la tholos de Montelirio (Valencina de la Concepcion), vêtue d’une tunique comportant des milliers de perles en coquillage et des perles d’ambre, entourée de sujets féminins jeunes (peut-être des « accompagnantes » ; Fernandez Flores et al. 2016). Ces tombes renferment peu de dépouilles en regard du volume disponible c’est-à-dire que le filtrage d’accès au caveau était très élevé : rien à voir avec certaines tombes collectives où les sujets sont entassés et où les mobiliers ne renvoient pas l’image de forts dénivelés sociaux (cf. hypogée de Sarrians). Toute généralisation est donc suspecte.

54Ceci nous permet aussi d’évoquer la possibilité, dans ces tombes collectives de Méditerranée de l’Ouest, de « morts d’accompagnement » : une piste à explorer.

55L’existence de groupes dominants dans le Midi peut aussi être inférée de certaines considérations topographiques et volumétriques. Je prendrai ici l’exemple des hypogées d’Arles. Le grand hypogée - la Grotte des Fées ou Épée de Roland -, aux dimensions impressionnantes (44 m de long et un tumulus aujourd’hui détruit, estimé à une soixantaine de mètres) est situé sur la partie sommitale de la Montagne de Cordes. Il domine la situation géographiquement et par son envergure. En contrebas sont les trois autres hypogées (Bounias, la Source, le Castellet) et le dolmen de Coutignargues, tous de moindres dimensions que la grotte des Fées (Cazalis de Fondouce 1873, 1878). Je pense que le groupe (ou le clan) qui gérait le grand hypogée avait une position hiérarchique supérieure à ceux qui régissaient les autres tombes (Guilaine 2015). Et j’ajoute, à titre d’hypothèse, que, pour moi, la grotte des Fées n’était pas un simple caveau mais aussi une sorte de sanctuaire, de lieu cérémoniel. Tel me semble aussi avoir été le cas de certains monuments d’exception comme notamment la Cueva de Menga d’Antequera, l’un des plus colossaux mégalithes d’Europe.

Haut de page

Bibliographie

André & Boutin 1995, ANDRÉ D., BOUTIN J.-Y., Les Baumes-Chaudes et les trépanations crâniennes sur les Grands Causses, Paris / Millau, Association du Dr Prunières / Imprimerie Causses et Cévennes, 1995, 222 p.

Arnal 1963, ARNAL J., Les dolmens du département de l'Hérault, Paris, Presses universitaires de France, 1963, 239 p. (Préhistoire ; 15).

Bailloud 1964, BAILLOUD G., Le Néolithique dans le Bassin Parisien, Paris, CNRS, 1964, 344 p. (Gallia Préhistoire. Supplément ; 2).

Blin 2016, BLIN A., Espaces d’accès et de circulation dans l’allée sépulcrale néolithique de La Chaussée-Tirancourt (Somme) = Access and circulation areas in the Neolithic megalithic gallery grave of La Chaussée-Tirancourt (Somme, France), in: Fonctions, utilisations et représentations de l’espace dans les sépultures monumentales du Néolithique européen, Robin G., Bailly M., D'Anna A. et al. (dir.), Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2016, p. 53-66 (Préhistoires de la Méditerranée).

Blin 2018, BLIN A., Les allées sépulcrales du Bassin parisien à la fin du Néolithique: l'exemple de La Chaussée-Tirancourt, Paris, CNRS Éditions, 2018, 176 p. (Gallia Préhistoire. Supplément ; 42).

Cazalis de Fondouce 1873, CAZALIS DE FONDOUCE P., Les temps préhistoriques dans le Sud-est de la France : allées couvertes de la Provence (premier mémoire), Montpellier, Académie des sciences et lettres de Montpellier, 1873, 32 p. (Mémoires de la Section des lettres ; 8).

Cazalis de Fondouce 1878, CAZALIS DE FONDOUCE P., Les temps préhistoriques dans le Sud-est de la France : allées couvertes de la Provence (second mémoire), Paris / Montpellier, A. Delaye / Académie des sciences et lettres de Montpellier, 1878, 78 p.

Claustre et al. 1993, CLAUSTRE F., ZAMMIT J., BLAIZE Y., La Cauna de Belesta : une tombe collective il y a 6000 ans, Toulouse, Centre d'Anthropologie des Sociétés rurales - CNRS / EHESS, 1993, 286 p.

Colomer 1979, COLOMER A., Les Grottes sépulcrales artificielles en Languedoc oriental, Toulouse, Ecole des Hautes Études en Sciences sociales, 1979, 117 p. (Archives d'Ecologie préhistorique ; 4).

Daniel 1960, DANIEL G.E., The prehistoric chamber tombs of France : a geographical, morphological and chronological survey, London, Thames & Hudson, 1960, 282 p.

Delibes de Castro 2010, DELIBES DE CASTRO G., La investigación de las sepulturas colectivas monumentales del IV milenio A.C. en la Submeseta Norte española. Horizonte 2007, in: Actas del congreso Internacional sobre megalitismo y otras manifestaciones funerarias contemporáneas en su contexto social, económico y cultural, Fernández Eraso J., Mujika Alustiza J.A. (dir.), Donostia, Sociedad de Ciencias Aranzadi, 2010, p. 13-56 (Munibe. Suplemento).

Duday 1988, DUDAY H., Le Dolmen des Peirières à Villedubert (Aude), Bulletin de la Société préhistorique française, 1988, 85, 9, p. 261-.

Esteve Gálvez 1966, ESTEVE GÁLVEZ F., La Cueva del Calvari d’Amposta, Pyrenae, 1966, 2, p. 35-50.

Fernández Flores et al. 2016, FERNÁNDEZ FLORES A., GARCÍA SANJUAN L., DÍAZ-ZORITA BONILLA M. Eds., Montelirio: un gran monumento megalítico de la Edad del Cobre, Sevilla, Junta de Andalucia, 2016, 553 p.

Fullola Pericot et al. 2007, FULLOLA PERICOT J.M., GUERRERO AYUSO V.M., PETIT MENDIZÁBAL M.A., CALVO TRIAS M., MALGOSA MORERA A., ARMENTANO OLLER N., La Cova del Pas de Ferreries : noticia de la seva troballa, Cota Zero, 2007, 22, p. 9-12.

García Sanjuan et al. 2018, GARCÍA SANJUAN L., LUCIAÑEZ TRIVIÑO M., CINTAS PEÑA M., Ivory, Elites and Lineages in Copper Age Iberia, Exploring the wider significance of the Montelirio Tomb, Madrider Mitteilungen, 2018, 59, p. 22-65.

Guilaine et al. 1972, GUILAINE J., DUDAY H., LAVERGNE J., La nécropole mégalithique de la Clape (Laroque-de-Fa, Aude), Carcassonne, Laboratoire de Préhistoire et de Palethnologie, 1972, 160 p. (Atacina ; 7).

Guilaine 2012, GUILAINE J., Sépultures collectives, mobiliers funéraires, sociétés, genre, in: Sépultures collectives et mobiliers funéraires de la fin du Néolithique en Europe occidentale : Actes de la table ronde [...] "La fin du Néolithique en Europe de l'Ouest. Valeurs sociales et identitaires des dotations funéraires (3500 / 2000 av.n.è.)", Sohn M., Vaquer J. (dir.), Toulouse, Archives d'Ecologie préhistorique, 2012, p. 1-6.

Guilaine 2015, GUILAINE J., Les hypogées protohistoriques de la Méditerranée. Arles et Fontvieille, Arles, Errance, 2015, 335 p.

Guilaine et al. 2015, GUILAINE J., VAQUER J., ZAMMIT J., Grottes sépulcrales préhistoriques des Hautes-Corbières, Toulouse, Ecole des Hautes Études en Sciences sociales, 2015, 339 p. (Archives d'Ecologie préhistorique).

Guilaine 2019, GUILAINE J. Ed., Le dolmen de Saint-Eugène : autopsie d’une sépulture collective néolithique, Toulouse, Archives d'Ecologie préhistorique, 2019, 405 p.

Héléna 1925, HÉLÉNA P., Les Grottes des Monges à Narbonne : exploration des cryptes funéraires, les ossuaires et leurs mobiliers, Toulouse, Privat, 1925, 114 p. (Matériaux pour servir à l'étude de la préhistoire du pays narbonnais).

Héléna & Héléna 1925, HÉLÉNA T., HÉLÉNA P., La caverne sépulcrale du Trou du Viviès à Narbonne, Butlletí de l'Associació Catalana d'Antropologia, Etnologia i Prehistòria, 1925, 3, p. 1-35.

Jeunesse 2014, JEUNESSE C., Pratiques funéraires campaniformes en Europe - Faut-il remettre en cause la dichotomie Nord-Sud ? La question de la réutilisation des sépultures monumentales dans l’Europe du 3e millénaire, in: Données récentes sur les pratiques funéraires néolithiques de la Plaine du Rhin supérieur, Lefranc P., Denaire A., Jeunesse C. (dir.), Oxford, Archaeopress, 2014, p. 211-228 (British archaeological Reports - International Series ; 2633).

Leandri et al. 2016, LEANDRI F., LEANDRI C., GALANT P., COURTAUD P., FERRAZ A.L., Lano - Cavité sépulcrale de Laninca, Bilan scientifique. Région Corse, 2016, 2014-2015, p. 97-.

Leisner & Leisner 1943, LEISNER G., LEISNER V., Die Megalithgraber der iberischen Halbinsel : der Süden, Berlin, De Gruyter, 1943, 122 p.

Mahieu 1989, MAHIEU E., L'Hypogée des Boileau, Sarrians (Vaucluse), Marseille, E.P.A., 1989, 20 p. (Études et prospectives archéologiques).

Martineau 2019, MARTINEAU R., Le complexe minier des Marais de Saint-Gond et de la Côte des Blancs (Marne, France). Étude de l’organisation de la société au Néolithique récent à partir des sépultures collectives, des minières de silex et des habitats, Dijon, Université de Bourgogne, 2019, Thèse d'habilitation à diriger des recherches.

Prunières 1878, PRUNIÈRES P.B., Sur les cavernes des Baumes-Chaudes (Lozère), Bulletins de la Société d'anthropologie de Paris (3), 1878, 1, 2, p. 206-220.

Rojo Guerra et al. 2005, ROJO GUERRA M.A., GARRIDO PENA R., GARCÍA MARTÍNEZ DE LAGRÁN I., El Túmulo de la Sima (Miño de Madinaceli, Soria), in: El Campaniforme en la Península Ibérica y su contexto europeo [catálogo de exposición], Rojo Guerra M.A., Garrido Pena R., García Martínez de Lagrán I. (dir.), Valladolid, Universidad de Valladolid, 2005, p. 580-587.

Salanova et al. 2011, SALANOVA L., BRUNET P., COTTIAUX R., HAMON T., LANGRY-FRANÇOIS F., MARTINEAU R., POLLONI A., RENARD C., SOHN M., Du Néolithique récent à l'âge du Bronze dans le Centre Nord de la France : les étapes de l'évolution chrono-culturelle, in: Le Néolithique du Nord de la France dans son contexte européen : habitat et économie aux 4e et 3e millénaires avant notre ère : 29ème colloque interrégional sur le Néolithique, Villeneuve d'Ascq, 2-3 octobre 2009, Bostyn F., Martial E., Praud I. (dir.), Amiens, Service régional de l'archéologie en Picardie, 2011, p. 77-101 (Revue archéologique de Picardie - numéro spécial ; 28).

Sohn 2006, SOHN M., Du collectif à l'individuel : évolution des dépôts mobiliers dans les sépultures collectives d'Europe occidentale de la fin du IVe à la fin du IIIe millénaire av. J.-C., Université Paris I - Panthéon-Sorbonne, 2006, Thèse de Doctorat - Préhistoire-Ethnologie-Anthropologie, 2 vol., 389 + 253 p.

Temple 1936, TEMPLE P., La Préhistoire du département de l’Aveyron, Nîmes, Nîmes, Carrère, 1936, 35 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Guilaine, « Mégalithes et grottes funéraires »Préhistoires Méditerranéennes, 9.2 | -1, 11-20.

Référence électronique

Jean Guilaine, « Mégalithes et grottes funéraires »Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 9.2 | 2021, mis en ligne le 07 décembre 2021, consulté le 26 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/pm/2699 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pm.2699

Haut de page

Auteur

Jean Guilaine

jguilaine@wanadoo.fr
Collège de France (Paris) et UMR 5608 Traces (Toulouse)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search