Navigation – Plan du site

AccueilNouvelle série9.2Des grottes pour cacher les morts...

Des grottes pour cacher les morts et des dolmens pour les sacraliser

Funérailles en plusieurs temps dans le Chalcolithique final du sud de la France – version abrégée
Éric Crubézy
p. 21-38
Cet article est une traduction de :
Hiding the dead in caves and sacralizing them in dolmens [en]

Résumés

Résumé La cavité des Truels II sur le Larzac, dans le sud de la France, qui s’intègre dans un site « mégalithique » fait de terrasses organisées, a livré quatre phases d’occupations sépulcrales entre 3500 et 2000 cal. BC. Si les deux premières sont peu documentées, la troisième correspond à un petit sanctuaire ou à un culte des reliques. La quatrième correspond à un lieu de dépôt primaire des corps (interprétée comme maison des morts) qui étaient ensuite déposés dans les dolmens comme le démontre l’étude des dents et des os des extrémités. Les comparaisons avec d’autres sites du sud de la France et de la vallée du Rhône (Dolmen MXI Petit-Chasseur) suggèrent que cette dernière pratique a été plus pratiquée que ce que l’on pensait jusqu’à présent. Les raisons historiographiques en sont discutées tout comme la signification de ces rites.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article n’est pas une traduction, mais plutôt un long résumé de l’article anglais « Hiding the dead in caves and sacralizing them in dolmens. Multiple stages of funerals in the Late Chalcolithic cultures of Southern France ».
Reçu / Received 01-04-2021 ; Version révisée reçue / Received in revised form 30-09-2021 ; Accepté / Accepted 04-10-2021 ; En ligne / Online 07-12-2021

Texte intégral

1Le Site des Truels II (Crubézy et al. 2004), constitué d’une cavité étroite et fraîche, est situé sur le causse du Larzac dans une canole peu large qui amène à une source puis à un gué de la Dourbie depuis lequel on peut monter sur le Causse Noir par un ravin. Nous avons pu mettre en évidence au moins quatre phases d’occupation sépulcrale, toutes datées du Groupe des Treilles. 1/ Une phase ancienne (vers 3500 cal. BC), à un moment où le plateau situé au-dessus commence à connaître une activité anthropique, dont nous ne savons pratiquement rien, si ce n’est que le site avait dès l’origine une vocation sépulcrale avec un aménagement en terrasses. 2/ Une occupation de la phase moyenne du Groupe de Treilles où la cavité a reçu (comme de nombreuses cavités de petites dimensions du sud de la France à la même époque) les restes de quelques individus qui en ont certainement été évacués et dont nous ne savons pratiquement rien (4250 +/- 40 BP, i.e. 2926 à 2640 cal. BC). 3/ Une troisième occupation (3950 +/- 45 BP, i.e.2573 à 2333 cal. BC) avec une sépulture secondaire, constituée d’un faisceau d’os longs et de fragments crâniens, en avant de la cavité dans un élément architectural en matière périssable protégé par des calcaires dits en peau d’éléphant provenant du plateau. Elle a reçu le dépôt successif d’au moins trente-quatre petits vases ou fragments de petits vases tous calibrés ce qui évoque plus un petit sanctuaire ou un culte des reliques qu’une « simple » sépulture secondaire. Un site chronologiquement contemporain et semblable a été fouillé à quelques kilomètres de là sur le Larzac, d’autres pourraient être reconnus dans le Sud de la France à un moment (vers 2500 cal. BC) où nombre de sépultures collectives cessent d’être utilisées. 4/ Une ultime occupation sépulcrale (3745 +/- 45 BP, i.e. 2291 à 2027 cal. BC) correspond à la phase finale du groupe de Treilles, dont il ne reste que des os des extrémités et des dents, situés essentiellement derrière une dalle qui isole le fond de la cavité et sur une plateforme construite en avant de la cavité sur la sépulture secondaire qui n’était plus visible lors de cette construction. Lors de cette occupation (correspondant au passage dans la cavité d’un minimum de trente corps), la canole était maintenue par des terrasses et une hache était située près d’un gros bloc et d’un passage perpendiculaire à la canole, l’ensemble formant un ensemble mégalithique (Type II suivant Boulestin 2016) d’un type non encore décrit dans la littérature.

2L’interprétation de la phase la plus récente est basée sur : 1/ le décompte des os et des dents notamment des métacarpiens, des métatarsiens et de la proportion des dents monoradiculées/pluriradiculées ; 2/ sur des études archéologiques et une expérimentation médico-légale qui démontrent a) que les corps en cours de décomposition perdent plus de dents monoradiculées que de dents pluriradiculées ; b) que la manipulation de ces corps par les extrémités entraîne la chute des phalanges, puis de façon préférentielle celle de la colonne du pouce (premier métacarpien notamment), enfin celle des métatarsiens ; 3/ le décompte des dents dans un dolmen proche (Saint-Martin II), situé sur le plateau, culturellement et chronologiquement contemporain de la phase finale des Truels II ; 4/ une interprétation générale des rites funéraires en « Voir, cacher, sacraliser » (Crubézy 2019). Notre interprétation c'est que le site des Truels II est daté de la phase finale du groupe des Treilles et est potentiellement le site complémentaire du type du dolmen de Saint-Martin II. Des corps de tous âges et des deux sexes étaient déposés aux Truels II (jamais plus de trois simultanément dans la cavité) et, alors que la décomposition était peu avancée, ils ont potentiellement été amenés dans un dolmen (celui de Saint-Martin II pourrait être le « prototype » de ces dolmens).

3Sur le Larzac, la distribution des dolmens n’est pas aléatoire, ils sont situés dans des endroits dégagés à l’interface de lieux de pacages, de cultures et de forêts. Les exemples ethnologiques suggèrent que la translation de corps d’endroits sombres éloignés de l’habitat vers des endroits ensoleillés près de la communauté des vivants devait être solennelle et/ou festive. A minima, elle correspond à la translation de sujets qui vont perdre progressivement leur identité en venant s’agréger aux défunts de la communauté dont ils vont représenter les « ancêtres » (Crubézy 2019). Dans ces dolmens, en raison de leurs dimensions, des réductions de corps devaient être effectuées et, à certains moments, des prélèvements de crânes de certains sujets effectués. Nous ne savons pas où ces crânes étaient ensuite déposés. En effet, sur le Larzac nous n’avons pas connaissance de cavités ayant essentiellement livré des crânes ; certaines « grottes à crânes » ont toutefois été décrites dans le sud de la France (Guilaine et al. 2015). Cela évoque certains sanctuaires claniques connus dans la littérature ethnologique (Crubézy 2019) ; de tels sanctuaires pouvaient aussi être réalisés en dehors de grottes.

4Depuis la publication initiale (Crubézy et al. 2004), le site des Truels II est resté une exception dans la littérature de langue française sur le Néolithique, alors que la littérature anglophone les dénomme et les reconnaît depuis 1967 (Kjærum 1967) sous le terme de « mortuary house ». Toutefois une publication (Guilaine et al. 2015) suggère que de nombreux autres sites semblables à celui des Truels II ont existé à la même époque, mais dans des cultures différentes, dans le Sud de la France. Trois sites des Corbières décrits par J. Guilaine et al. (2015) ont une morphologie très proche, une occupation chronologique identique et une distribution des ossements parfois semblable. Par rapport aux Truels II, la confusion vient du fait que les ossements des phases antérieures n’ont pas forcément tous été évacués et qu’il ne semble pas y avoir eu de plateforme comme celle identifiée aux Truels II. Ceci a amené les chercheurs à plus insister sur les mélanges que sur des phases d’occupation successives et à finalement considérer ces cavités comme des « trous de renard » sans particularité architecturale. L’une des cavités (René Carrié) a toutefois livré un nombre de dents tellement supérieur au décompte des os qu’une ressemblance avec les Truels II a été soupçonnée dans la publication initiale. Nous avons pour notre part démontré que, comme aux Truels II, le pourcentage de dents monoradiculées est bien plus important que celui des polyradiculés et que le NMI des sujets via les os est basé sur le premier métacarpien. Enfin, un dolmen intact contemporain de celui de Saint-Martin II est celui MXII du Petit-Chasseur à Sion en Suisse (Gallay & Chaix 1984). Les chercheurs y ont soupçonné des sépultures secondaires grâce au décompte des dents. Il apparaît donc qu’à la fin du Chalcolithique, notamment au Campaniforme, cette translation de corps depuis des grottes (ou d’autres lieux) vers des dolmens a pu constituer une pratique plus généralisée, dépassant le seul cadre du sud-ouest de la France.

5Ces observations démontrent que deux éléments doivent être pris en compte lors de la fouille des complexes sépulcraux de la fin du Chalcolithique européen : d’une part un intérêt renouvelé pour le décompte des os et des dents et, d’autre part, la possibilité de scénarios de funérailles en plusieurs étapes, avec une translation des corps puis un prélèvement des crânes. Sur le plan historiographique, les possibilités de translation de corps ou d’ossements entre sites ont été largement valorisées par l’école anglophone pour le Néolithique, parfois sans démonstration ostéologique majeure, tandis que l’école francophone, pour sa part, les a négligées préférant interpréter quasi systématiquement les sites sépulcraux comme ceux de sépultures primaires affectés de processus taphonomiques alors que des sépultures secondaires existent manifestement tout comme les transferts de corps. Ces différences semblent plus liées à des différences d’écoles et d’interprétations qu’à des disparités dans les corpus de données. La publication exhaustive de quelques sites funéraires intacts démontre de plus en plus que de nombreux cas de figure ont pu coexister ou se succéder.

Haut de page

Bibliographie

Abelanet 2011, ABELANET J., Itinéraires mégalithiques : dolmens et rites funéraires en Roussillon et Pyrénées nord-catalanes, Canet, Editions Trabucaire, 2011, 347 p.

Alt et al. 2016, ALT K.W., ZESCH S., GARRIDO PENA R., KNIPPER C., SZÉCSÉNYI-NAGY A., ROTH C., TEJEDOR RODRÍGUEZ C., HELD P., GARCÍA MARTÍNEZ DE LAGRÁN I., NAVITAINUCK D., ARCUSA MAGALLÓN H., ROJO GUERRA M.A., A Community in Life and Death: The Late Neolithic Megalithic Tomb at Alto de Reinoso (Burgos, Spain), PLoS ONE, 2016, 11, 1, p. e0146176.

Azémar & Crubézy 1995, AZÉMAR R., CRUBÉZY E., Structuration de l’espace et ensembles funéraires. Les Grands Causses du Néolithique à l’Époque Médiévale, in: Dix ans d'archéologie en Aveyron : recherches et découvertes [exposition], Gruat P., Vidal M., Delmas J. (dir.), Montrozier, Musée archéologique de Montrozier, 1995, p. 121-135 (Guide d'archéologie ; 3).

Azémar & Crubézy 1997, AZÉMAR R., CRUBÉZY E., Millau « Condatomagus » : Saint-Martin-du-Larzac dolmen 2 : Sauvetage urgent (1990), ADLFI. Archéologie de la France - Informations Midi-Pyrénées, 1997, [en ligne] http://journals.openedition.org/adlfi/11007.

Balsan & Costantini 1972, BALSAN L., COSTANTINI G., La grotte I des Treilles à Saint-Jean et Saint-Paul (Aveyron). I : étude archéologique et synthèse sur le Chalcolithique des Grands Causses Gallia Préhistoire, 1972, 15, 1, p. 229-250.

Benson & Clegg 1978, BENSON D.G., CLEGG I.N.I., Cotswold burial rites, Man, 1978, 13, p. 134-137.

Bizot & Sauzade 2015, BIZOT B., SAUZADE G. Eds., Le dolmen de l’Ubac à Goult (Vaucluse) : archéologie, environnement et évolution des gestes funéraires dans un contexte stratifié, Paris, Société préhistorique française, 2015, 248 p. (Mémoire de la Société préhistorique française ; 61).

Boulestin 2016, BOULESTIN B., Qu'est-ce que le mégalithisme ?, in: Mégalithismes vivants et passés: approches croisées = Living and Past Megalithisms: interwoven approaches, Jeunesse C., Le Roux P., Boulestin B. (dir.), Oxford, Archaeopress, 2016, p. 57-94.

Chambon 2003, CHAMBON P., Les morts dans les sépultures collectives néolithiques en France : du cadavre aux restes ultimes, Paris, Editions du CNRS, 2003, 395 p. (Gallia Préhistoire. Supplément ; 35).

Charlier et al. 2009, CHARLIER P., CARLIER R., ROFFI O., HUYNH-CHARLIER I., Décomposition et putréfaction des cadavres habillés : intérêt d’un regard médico-légal en archéologie funéraire, in: Rencontre autour des sépultures habillées : actes des journées d'étude organisées par le Groupement d'Anthropologie et d'Archéologie funéraire et le Service Régional de l'Archéologie de Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Carry-le-Rouet (Bouches-du-Rhône), 13-14 décembre 2008, Bizot B., Signoli M. (dir.), Gap, A l'atelier, 2009, p. 121-126.

Collectif 2016, COLLECTIF, Guide du musée des tumulus de Bougon, La Crèche, 3008 L'Agence, 2016, 54 p.

Cordier 1990, CORDIER G., Blessures préhistoriques animales et humaines avec armes ou projectiles conservés, Bulletin de la Société préhistorique française, 1990, 87, 10-12, p. 462-482.

Costantini 1955, COSTANTINI G., Grotte ossuaire des Truels, Bulletin de la Société préhistorique française, 1955, 52, p. 235-240.

Costantini 1984, COSTANTINI G., Le Néolithique et le Chalcolithique des Grands Causses, Gallia Préhistoire, 1984, 27, p. 121-210.

Courtaud & Janin 1994, COURTAUD P., JANIN T., La grotte sépulcrale chalcolithique du Rec d'Aigues Rouges à Saint-Pons-de-Thomières (Hérault), Gallia Préhistoire, 1994, 36, p. 329-356.

Crozier et al. 2016, CROZIER R., RICHARDS C., ROBERTSON J., CHALLANDS A., Reorientating the dead of Crossiecrown: Quanterness & Ramberry Head, in: The Development of Neolithic House Societies in Orkney, Richards C., Jones R. (dir.), Oxford, Windgather Press, 2016, p. 396-448.

Crubézy & Mazière 1991, CRUBÉZY E., MAZIÈRE G., L’hypogée II du Mont-Aimé à Val-Des- Marais (Marne) : note préliminaire, in: Actes du 15e colloque interrégional sur le Néolithique, Châlons-sur-Marne, 22 et 23 Octobre, Voipreux, Association régionale pour la protection et l'étude du patrimoine préhistorique. Champagne-Ardenne, 1991, p. 117-136.

Crubézy et al. 1995, CRUBÉZY E., AZÉMAR R., COURTAUD P., FAGES G., Pratiques et Espaces Funéraires sur les Grands Causses : un enjeu pour l’archéologie de la Méditerranée Occidentale du XXIe siècle, in: Grands Causses, nouveaux enjeux, nouveaux regards, Bonniol J.-L., Saussol A. (dir.), Millau, Fédération pour la Vie et la Sauvegarde du Pays des Grands Causses, 1995, p. 141-154.

Crubézy et al. 2004, CRUBÉZY E., CHAMBON P., GRUAT P., Pratiques et espaces funéraires : les Grands Causses dans leur contexte national, in: Pratiques et espaces funéraires : les Grands Causses au Chalcolithique, Crubézy E., Ludes B., Poujol J. (dir.), Lattes, Association pour le Développement de l'Archéologie en Languedoc-Roussillon, 2004, p. 137-142 (Monographie d’Archéologie Méditerranéenne ; 17).

Crubézy et al. 2004, CRUBÉZY E., LUDES B., POUJOL J. Eds., Pratiques et espaces funéraires : les Grands Causses au Chalcolithique, Lattes, Association pour le Développement de l'Archéologie en Languedoc-Roussillon, 2004, 162 p. (Monographie d’Archéologie Méditerranéenne ; 17).

Crubézy et al. 2006, CRUBÉZY E., DUCHESNE S., ARLAUD C., La mort, les morts et la ville (Saints-Côme-et-Damien, Montpellier Xe-XVIe siècles), Paris, Errance, 2006, 448 p.

Crubézy 2019, CRUBÉZY E., Aux origines des rites funéraires : voir, cacher, sacraliser, Paris, Odile Jacob, 2019, 256 p.

Dowd 2008, DOWD M.A., The use of caves for funerary and ritual practices in Neolithic Ireland, Antiquity, 2008, 82, 316, p. 305-317.

Duday et al. 1990, DUDAY H., COURTAUD P., CRUBÉZY E., SELLIER P., TILLIER A.-M., L'anthropologie «de terrain»: reconnaissance et interprétation des gestes funéraires, Bulletins et Mémoires de la Société d'Anthropologie de Paris, 1990, 2, 3, p. 29-49.

Fernández Flores et al. 2016, FERNÁNDEZ FLORES A., GARCÍA SANJUAN L., DÍAZ-ZORITA BONILLA M. Eds., Montelirio: un gran monumento megalítico de la Edad del Cobre, Sevilla, Junta de Andalucia, 2016, 553 p.

Gallay & Chaix 1984, GALLAY A., CHAIX L., Le dolmen M XI, Lausanne, Musée cantonal d'Archéologie et d'Histoire, 1984, 182 + 256 p. (Site préhistorique du Petit-Chasseur, Sion (Valais) ; 5 & 6 / Cahiers d'archéologie romande ; 31-32).

Giot 1967, GIOT P.-R., Stratigraphies mégalithiques illusoires et réelles, Palaeohistoria, 1967, 4, 26, p. 249-251.

Giscard et al. 2014, GISCARD P.-H., TURBAT T., CRUBÉZY E., Le premier Empire des Steppes en Mongolie, Dijon, Faton, 2014, 383 p.

Guilaine et al. 1972, GUILAINE J., DUDAY H., LAVERGNE J., La nécropole mégalithique de la Clape (Laroque-de-Fa, Aude), Carcassonne, Laboratoire de Préhistoire et de Palethnologie, 1972, 160 p. (Atacina ; 7).

Guilaine & Zammit 2001, GUILAINE J., ZAMMIT J., Le sentier de la guerre : visages de la violence préhistorique, Paris, Le Seuil, 2001, 384 p.

Guilaine et al. 2015, GUILAINE J., VAQUER J., ZAMMIT J., Grottes sépulcrales préhistoriques des Hautes-Corbières, Toulouse, Ecole des Hautes Études en Sciences sociales, 2015, 339 p. (Archives d'Ecologie préhistorique).

Guilaine 2019, GUILAINE J. Ed., Le dolmen de Saint-Eugène (Laure-Minervois, Aude) : autopsie d'une sépulture collective néolithique, Toulouse, Archives d'Ecologie préhistorique, 2019, 405 p.

Hedges 1983, HEDGES J.W., Isbister: a chambered tomb in Orkney, Oxford, B.A.R., 1983, 313 p. (British archaeological Reports - British Series ; 115).

Kjærum 1967, KJÆRUM P., Mortuary Houses and Funeral Rites in Denmark, Antiquity, 1967, 41, 63, p. 190-196.

Lacan et al. 2011, LACAN M., KEYSER C., RICAUT F.-X., BRUCATO N., TARRÚS GALTER J., BOSCH LLORET A., GUILAINE J., CRUBÉZY E., LUDES B., Ancient DNA suggests the leading role played by men in the Neolithic dissemination, Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 2011, 108, 45, p. 18255-18259.

Laporte et al. 2011, LAPORTE L., JALLOT L., SOHN M., Mégalithismes en France : nouveaux acquis et nouvelles perspectives de recherche, Gallia Préhistoire, 2011, 53, p. 289-334.

Lemercier 2010, LEMERCIER O., Le cadre chronologique de la transition du Néolithique moyen au Néolithique final en France méditerranéenne : État des lieux, in: 4e millénaire : la transition du Néolithique moyen au Néolithique final dans le Sud-Est de la France et les régions voisines, Lemercier O., Furestier R., Blaise E. (dir.), Lattes, Association pour le Développement de l'Archéologie en Languedoc-Roussillon, 2010, p. 17-44 (Monographies d'Archéologie méditerranéenne ; 27).

Pons 1991, PONS F. Ed., Abris sous-roche du Champ de Quercy. Site n° 12.082.014.AP. Rapport dactylographié, Toulouse, DRAC Midi-Pyrénées, 1991, 85 p. (Rapport de sauvetage programmé).

Pons 1995, PONS F., L’occupation chalcolithique du Champ de Quercy et des Campasses-Labro, in: Dix ans d'archéologie en Aveyron : recherches et découvertes [exposition], Gruat P., Vidal M., Delmas J. (dir.), Montrozier, Musée archéologique de Montrozier, 1995, p. 91-105.

Reilly 2003, REILLY S., Processing the dead in Neolithic Orkney, Oxford Journal of Archaeology, 2003, 22, 2, p. 133-154.

Renfrew 1979, RENFREW C., Investigations in Orkney, London, The Society of Antiquaries of London, distributed by Thames and Hudson, 1979, 234 p.

Sánchez Quinto et al. 2019, SÁNCHEZ QUINTO F., MALMSTRÖM H., FRASER M., GIRDLAND FLINK L., SVENSSON E.M., SIMÕES L.G., GEORGE R., HOLLFELDER N., BURENHULT G., NOBLE G., BRITTON K., TALAMO S., CURTIS N., BRZOBOHATA H., SUMBEROVA R., GÖTHERSTRÖM A., STORA J., JAKOBSSON M., Megalithic tombs in western and northern Neolithic Europe were linked to a kindred society, Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, 2019, 116, 19, p. 9469-9474.

Sauzade 1998, SAUZADE G., Les sépultures collectives provençales, in: La France des dolmens et des sépultures collectives (4500 - 2000 avant J.C.). Bilans documentaires régionaux, Soulier P. (dir.), Paris, Errance, 1998, p. 291-328 (Archéologie aujourd'hui).

Sjögren 2014, SJÖGREN K.-G., Mortuary Practices, Bodies and Persons in Northern Europe, in: The Oxford Handbook of Neolithic Europe, Fowler C., Harding J., Hofmann D. (dir.), Oxford, Oxford University Press, 2014, p. 1-13, Online http://dx.doi.org/10.1093/oxfordhb/9780199545841.013.017 (Oxford Handbooks Online).

Sohn 2010, SOHN M., "La hache gardienne des tombeaux" (Favret, 1933) : fonctions du mobilier funéraire en Europe atlantique à la fin du Néolithique, in: Premiers Néolithiques de l'Ouest : Cultures, réseaux, échanges des premières sociétés néolithiques à leur expansion : [28ème] Colloque interrégional sur le Néolithique, Le Havre 2007, Billard C., Legris M. (dir.), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 453-467 (Archéologie & Culture).

Soler et al. 2003, SOLER L., JOUSSAUME R., LAPORTE L., SCARRE C., Le tumulus C de Péré à Prissé-la-Charrière (Deux-Sèvres) : le niveau funéraire de la chambre mégalithique I (phase II du monument), in: Les pratiques funéraires néolithiques avant 3500 av. J.-C. en France et dans les régions limitrophes, Chambon P., Leclerc J. (dir.), Paris, Société préhistorique française, 2003, p. 247-258 (Mémoire ; 33).

Tchérémissinoff 2012, TCHÉRÉMISSINOFF Y. Ed., La sépulture collective mégalithique de Cabrials (Béziers, Hérault). Une petite allée sépulcrale enterrée du début du Néolithique final = The megalithic collective burial of Cabrials (Béziers, Hérault). A very small below-ground gallery grave dating from the beginning of the Final Neolithic, Aix-en-Provence, APPAM, 2012, 144 p. (Préhistoires méditerranéennes ; 3).

Thauvin-Boulestin 1997, THAUVIN-BOULESTIN E., Approche du Bronze ancien et moyen dans les Grands-Causses et les Causses du Quercy, Bulletin de la Société préhistorique française, 1997, 94, 4, p. 551-572.

Vital 2008, VITAL J., La séquence Néolithique final-Bronze ancien dans l'axe rhodanien : enseignements chronométriques et perspectives culturelles, Bulletin de la Société préhistorique française, 2008, 105, 3 "Les ensembles problématiques de la transition Néolithique - Bronze en France", p. 539-554.

Zeeb-Lanz 2011, ZEEB-LANZ A., Besondere Schädel und mehr—der rätselhafte bandkeramische Ritualplatz von Herxheim (Pfalz), in: Schädelkult : Kopf und Schädel in der Kulturgeschichte des Menschen, Wieczorek A., Rosendahl W. (dir.), Regensburg, Schnell & Steiner, 2011, p. 47-51 (Publikationen der Reiss-Engelhorn-Museen ; 41).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Crubézy, « Des grottes pour cacher les morts et des dolmens pour les sacraliser »Préhistoires Méditerranéennes, 9.2 | -1, 21-38.

Référence électronique

Éric Crubézy, « Des grottes pour cacher les morts et des dolmens pour les sacraliser »Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 9.2 | 2021, mis en ligne le 07 décembre 2021, consulté le 26 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/pm/2709 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pm.2709

Haut de page

Auteur

Éric Crubézy

eric.crubezy@univ-tlse3.fr
UMR 5288, Centre for Anthropobiology and Genomics of Toulouse
37 allées Jules Guesde, 31 000 Toulouse

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search