Navigation – Plan du site

AccueilNouvelle série9.2Les grandes lames et les poignard...

Les grandes lames et les poignards lithiques dans les sépultures collectives de la fin du Néolithique et du Chalcolithique en Occitanie

Analyse comparée des trouvailles en cavités naturelles et monuments funéraires
Jean Vaquer
p. 39-64
Traduction(s) :
Flint blades and daggers from collective burials dated to the Final Neolithic and Chalcolithic in Southern France [en]

Résumés

Dans la région Occitanie, les sépultures collectives de la fin du Néolithique ont livré de nombreuses lames en silex brutes, retouchées, voire transformées en poignards. Leurs données intrinsèques (pétrographiques, technologiques et typologiques) ont pu être récemment précisées. Il est désormais possible de connaître la provenance de la plupart de ces pièces et de cerner leurs caractères primaires et secondaires. Sur les huit catégories principales reconnues en Occitanie deux sont régionales, Les autres proviennent des régions voisines. D’une façon générale les lames trouvées dans les sépultures collectives sont des objets usagés et sont identiques à celles trouvées en habitats. Il est possible d’établir des corrélations entre les séries des sépultures collectives (longue durée d’utilisation) et celles des habitats fouillés (occupés moins longtemps) mieux datés. Il devient alors possible d’améliorer la perception des données extrinsèques de ces pièces, notamment concernant leur contexte culturel et chronologique et de proposer de nouvelles pistes d’enquêtes comparatives entre les différents types de sépultures. La distribution des pièces laminaires par type de tombe dans les diverses aires chrono-culturelles envisagées ne révèle pas de différence flagrante qui pourrait s’expliquer par un statut socio-économique distinct des utilisateurs de ces tombes. Les variations enregistrées semblent dues principalement à deux phénomènes. Le premier est lié au rayonnement plus ou moins fort des divers centres de production de lames et à la puissance de leur réseau de diffusion. Le second, qui semble avoir la plus forte incidence, est lié à la chronologie et donc aux périodes d’utilisation des diverses sépultures collectives. En adoptant une subdivision du Néolithique final en quatre tranches, il est possible de discerner des différences qui suggèrent une concurrence entre les réseaux de diffusion des poignards provençaux et ceux du Grand-Pressigny, par la répartition de pièces sophistiquées à retouches en écharpe dont les aires de distribution se chevauchent amplement. On trouve ces pièces aussi bien dans les grottes que dans les monuments mégalithiques.

Haut de page

Notes de la rédaction

Reçu / Received 01-04-2021 ; Version révisée reçue / Received in revised form 30-09-2021 ; Accepté / Accepted 04-10-2021 ; En ligne / Online 07-12-2021

Texte intégral

Introduction

1En Occitanie, un très grand nombre de grottes sépulcrales et la majorité des monuments funéraires (dolmens, tumulus, hypogées, etc.) de la fin du Néolithique et du Chalcolithique (3500-2400 cal. BC) ont été fouillés depuis le milieu du xixe siècle et ont livré de nombreuses pièces nommées « couteaux », « poignards » ou « pointes de javelots », qui ont été considérées comme des marqueurs de ces périodes. Une partie importante de ces pièces a été faite sur des produits laminaires de grande taille obtenus sur des matières premières siliceuses de haute qualité, qui étaient exploitées dans quelques centres déterminés. Ces grandes lames étaient débitées à partir de techniques particulières qui étaient mises en œuvre par des tailleurs spécialisés, puis diffusées dans des réseaux d’ampleur variable, mais au moins régionaux ou interrégionaux. L’origine de ces pièces faites sur des grandes lames et leurs modes d’obtention ou de façonnage sont longtemps restés inconnus ou très hypothétiques et ces aspects ont peu souvent été utilisés dans les essais de caractérisation culturelle ou d’interprétation socio-économique.

2Des progrès sensibles ont été obtenus depuis une trentaine d’années dans la caractérisation des lithotypes de silex et dans les grilles de lecture technologique, au point qu’il est actuellement souvent possible d’identifier l’origine de la plupart des pièces laminaires et leurs modes d’obtention dans les ateliers qui les produisaient, voire les transformations qu’elles ont pu subir de la part des groupes récepteurs. Outre leur intérêt spécifique ces nouvelles clés de compréhension autorisent de multiples corrélations avec les données contextuelles et spatio-temporelles. Il est possible notamment de les intégrer à des comparaisons entre les trouvailles mobilières des diverses sortes de sépultures collectives, notamment celles en cavités naturelles et celles en monuments sépulcraux et cavités artificielles de la fin du Néolithique.

Les catégories de sépultures collectives du Néolithique final en Occitanie

3En Occitanie l’apparition des sépultures collectives néolithiques en cavités naturelles ou en monuments artificiels est généralement placée au début du Néolithique final vers 3500 cal. BC, mais ce phénomène reste toutefois à préciser dans ses modalités, son déroulement et sa variabilité. Il n’est pas exclu que des dépôts funéraires collectifs en grotte, autres que de simples dépôts individuels juxtaposés, aient commencé à se constituer dès le Néolithique moyen (4700-3500 cal. BC), comme ce semble être le cas à la grotte de Montou à Corbère-les-Cabanes dans les Pyrénées-Orientales (Valentin et al. 2003) ou à la grotte IV de Las Claouzos à Auriac dans l’Aude (Guilaine et al. 2015). D’autre part quelques tombes construites « en chambre » lithiques comme celles de Najac à Siran dans l’Hérault sont déjà sub-mégalithiques vers la fin du Ve millénaire et ne sont pas toutes des tombes individuelles (Mahieu 1992).

4Par commodité il est courant de distinguer trois catégories architecturales de tombes collectives : les grottes sépulcrales, les dolmens ou autres types de monuments construits en élévation et les hypogées. On sait cependant que la réalité est plus complexe et que les tombes en cavités naturelles comportent aussi des abris et des diaclases plus ou moins aménagées, voire des tombes mixtes mi-naturelles/mi-artificielles pouvant entrer dans ce que nos collègues catalans nomment le para-mégalithisme. Les tombes collectives artificielles ne peuvent évidemment pas se réduire aux dolmens qui sont construits en dalles mégalithiques et en élévation et qui sont insérés dans des cairns ; il existe en réalité de nombreux types de monuments mégalithiques ou non. Quant aux hypogées qui sont des cavités artificielles creusées dans le sous-sol, c’est une catégorie qui est essentiellement attestée en Languedoc méditerranéen dans les zones de substrat meuble ou tendre où ils peuvent prendre des formes et des dimensions diverses (Colomer 1979). Dans certains cas il s’agit de galeries de mines réutilisées, d’autres peuvent être à la fois creusés et construits. Des types intermédiaires sont recensés comme les chambres souterraines qui sont à la fois creusées, construites en dalles et recouvertes d’un tumulus. Les « dolmens de style bas-Rhodanien » et « les allées de l’Aude » sont des monuments en partie creusés et en partie aériens qui sont construits à la fois en dalles et en murs de pierre sèche (Bordreuil 1998). Il a existé aussi de nombreux monuments dont la chambre incluse dans un tumulus n’a pas été mégalithique mais construite seulement en pierre sèche (« tholos » et tombes ovales), voire ayant comporté des matériaux organiques qui ont parfois brûlé sur place pour une crémation collective à l’emplacement du tumulus qui les recouvre (Gruat &Vernhet 2006).

Variabilité régionale dans le choix des tombes collectives

5Même en réduisant le classement des tombes collectives aux seules trois grandes catégories des cavités naturelles, des monuments construits et des hypogées creusés, la situation est loin d’être homogène à l’échelle de l’Occitanie (fig. 1). On note tout d’abord un déséquilibre quantitatif entre d’une part les zones à substrat calcaire qui sont naturellement bien pourvues en cavités karstiques et en plateaux propices à l’extraction de dalles mégalithiques comme le sont notamment les zones caussenardes et d’autre part les zones à substrat de roches meubles comme les marnes ou les dépôts alluviaux qui sont dépourvus de pierres massives, où l’on ne peut pas trouver de grottes ni construire de dolmens, ce qui est le cas de la majeure partie du bassin moyen de la Garonne et des ségalas aveyronnais et tarnais. Il est possible d’établir d’autres distinctions au niveau des proportions entre ces catégories de tombes collectives. La zone méditerranéenne du Languedoc est la seule à présenter quelques tombes en cavités artificielles qui peuvent être de véritables hypogées, d’autres étant d’anciennes galeries de mines réutilisées. Leur rôle n’est notable qu’en Languedoc oriental (2,7 %). Dans la même zone méditerranéenne on peut isoler le Languedoc oriental où les monuments construits (dolmens, tombes en pierres sèches) sont près de quatre fois plus nombreux que les grottes sépulcrales, alors qu’en Languedoc occidental et Roussillon ce rapport est seulement de 1,6. Dans la partie occidentale de l’Occitanie, la zone caussenarde se distingue par une proportion écrasante de monuments construits qui sont dix-sept fois plus nombreux que les grottes sépulcrales. Dans le Sud-Ouest pré-pyrénéen de la région (Ariège, Hautes-Pyrénées, Haute-Garonne, Gers) il y a pratiquement égalité entre le nombre de grottes sépulcrales et le nombre de monuments construits qui peuvent être des dolmens, mais aussi des tumulus.

1. Tableau de distribution et carte de répartition des types de tombes ayant reçu des sépultures collectives du Néolithique final dans le territoire actuel de l’Occitanie.

1. Tableau de distribution et carte de répartition des types de tombes ayant reçu des sépultures collectives du Néolithique final dans le territoire actuel de l’Occitanie.

La catégorie grotte sépulcrale inclut quelques sépultures en abris ou en diaclases, la catégorie monument inclut divers types de dolmens, coffres, tumulus, celles des hypogées comporte des tombes creusées mais aussi des cavités souterraines réutilisées (souterrains, caves sépulcrales ou mines réutilisées). Conception et DAO J. Vaquer.

Les lames en silex : caractérisation des silex et des techniques de débitage

6La caractérisation des types de silex et leur classement sont fondés sur l’examen de la surface des lames à l’aide d’une loupe binoculaire couplée à un appareil de prise de vues numériques. Les examens permettent de reconnaître les microfaciès siliceux, notamment par les inclusions (intraclastes et bioclastes) qui correspondent à divers milieux de formation : marin, lacustre, évaporitique, etc. Les difficultés rencontrées dans ces caractérisations tiennent à l’état de conservation des pièces dont l’aspect est souvent altéré par du cacholong, des patines, des atteintes thermiques ou chimiques. Toutefois, le nombre de centres de production de grandes lames et de poignards étant limité, les faciès récurrents les plus fréquents sont le plus souvent reconnaissables (Remicourt & Vaquer 2011). La caractérisation des techniques de débitage utilisées pour les produire a d’autre part bénéficié de nombreuses avancées liées à l’analyse technologique et à la taille expérimentale (Pelegrin 2012).

7Ces grilles de lectures pétrographiques couplées à celles de la technologie lithique fournissent de nombreuses clés de compréhension lorsqu’on peut les utiliser en relation avec les données contextuelles et chronologiques, notamment celles des habitats qui sont souvent plus précises que celles des sépultures collectives. La très grande majorité des pièces laminaires trouvées en Occitanie relève de huit faciès pétrographiques principaux dont l’origine est connue (fig. 2). Les plus nombreux sont d’origine provençale (Renault 2004) et peuvent provenir soit des formations crétacées du Vaucluse (fig. 3, n° 1), soit du bassin oligocène d’Apt-Forcalquier (fig. 3, n° 2). Le Languedoc n’a fourni que très peu de lames qui proviennent pour l’essentiel des exploitations minières du bassin de Collorgues-Aubussargues dans le Gard (Remicourt et al. 2009) où a été extrait un silex microbréchique du Ludien (fig. 3, n° 3). La région Midi-Pyrénées n’a eu qu’un seul centre de production laminaire lié à l’exploitation par mines du silex lacustre à gastéropodes (fig. 3, n° 4) de Mur-de-Barrez en Aveyron (Remicourt & Vaquer 2017). Toute la région Occitanie a reçu des lames provenant des ateliers de taille du silex turonien du Grand-Pressigny en Indre-et-Loire (fig. 3, n° 7) qui arrivaient par deux voies principales (Vaquer 2019). D’autres importations de lames à technique pressignienne sont en silex crétacés différents de ceux du Grand-Pressigny (fig. 3, n° 8) et proviennent probablement d’ateliers satellites d’Aquitaine, tels ceux du Bergeracois, de l’Angoumois ou de Saintonge (Roussot-Larroque 2019). Les importations de lames provenant du sud des Pyrénées comportent principalement deux catégories : des lames en silex lacustre finement rubané provenant du secteur de Los Monegros en Aragon (fig. 3, n° 5) et des lames en silex blanc nacré (fig. 3, n° 6) provenant de divers secteurs des formations évaporitiques et gypsifères du bassin de l’Ebre (García Simon & Domingo 2006).

2. Carte des principaux affleurements à silex ayant donné lieu à des productions laminaires suffisamment importantes pour alimenter des réseaux de diffusion régionaux ou interrégionaux ayant concerné la région Occitanie.

2. Carte des principaux affleurements à silex ayant donné lieu à des productions laminaires suffisamment importantes pour alimenter des réseaux de diffusion régionaux ou interrégionaux ayant concerné la région Occitanie.

Conception et DAO J. Vaquer.

3. Vues à la loupe binoculaire des principaux faciès de silex utilisés pour des productions de grandes lames diffusées dans le Midi de la France au Néolithique final.

3. Vues à la loupe binoculaire des principaux faciès de silex utilisés pour des productions de grandes lames diffusées dans le Midi de la France au Néolithique final.

N° 1 : silex bédoulien bleuté d’une lame du dolmen de Saint-Eugène à Laure-Minervois (Aude). N° 2 : silex brun rubané de Forcalquier d’un poignard du dolmen du Bois de Marou à Saint-Privat-de-Salces, Hérault. N° 3 : silex micro-bréchique de Collorgues d’une lame du dolmen de la Fagette à Saint-Pierre-de-la-Fage, Hérault. N° 4 : silex à gastéropodes de Mur-de-Barrez d’une lame du dolmen de la Lego à Nant (Aveyron). N° 5 : vue d’un échantillon géologique en silex de Los Monegros trouvé à Candasnos en Aragon (Espagne). N° 6 : silex des formations évaporitiques du bassin de l’Ebre d’une lame retouchée du dolmen de Saint-Eugène à Laure-Minervois (Aude). N° 7 : silex du Grand-Pressigny d’un poignard de la grotte des Cascades à Creissels (Aveyron). N° 8 : silex riche en spicules de spongiaires du Crétacé d’Aquitaine trouvé au dolmen de Saint-Guiral à Lalbenque, Lot. Conception et DAO J. Vaquer.

Les diverses catégories de produits laminaires dans les différents types de sépultures collectives

8Pour les comparaisons entre les lames ou poignards sur lames des dotations des sépultures collectives en grotte sépulcrales, en monuments construits et des tombes en cavités artificielles nous avons choisi de traiter le sujet par catégories de matières premières, en précisant dans la mesure du possible la chronologie et les ambiances culturelles concernées. Quatre grandes périodes sont envisagées en s’inspirant des subdivisions proposées récemment (Jallot 2011, Jallot & Gutherz 2014). Le Néolithique final 1 (3500 à 3200 cal. BC) correspondant aux styles céramiques de l’Avencas, du Saint-Ponien, du Gourgasien. Le Néolithique final 2a (3200 à 2900 cal. BC) correspondant aux styles céramiques de Ferrières, du Vérazien ancien, du Treilles ancien, du Crosien et le Néolithique final 2b (2900 à 2700 cal. BC) correspondant à l’Épiferrières, au groupe des Vautes, au groupe des Treilles classique et le Néolithique final 3 (2700 à 2400 cal. BC) correspondant aux styles de Fontbouïsse, du Vérazien récent (style de Coulobres), du Treilles récent (ex Rodézien) et au style de Loupiac (ex Artenacien quercinois).

Les lames en silex bédoulien du Vaucluse

9Le silex dit bédoulien du Vaucluse qui est un silex marin à grain fin très homogène peut être identifié par ses inclusions de grains de quartz détritiques, la présence de rares bioclastes (spicules de spongiaires) et de grains d’oxydes métalliques. Il a été amplement exploité tout au long du Néolithique aussi bien dans ses gîtes primaires du Crétacé du versant nord du mont Ventoux (Veaux-Malaucène), du plateau de Sault et des Monts du Vaucluse (Murs-Gordes) que dans les formations alluviales rhodano-duranciennes où il est associé à d’autres variétés de silex bédoulien de la vallée du Rhône en formant des gîtes secondaires localement abondants comme le sont les Costières du Gard. Pendant le Chasséen, c’est à partir du Vaucluse que la diffusion a atteint son rayonnement maximal. La production des pièces en silex bédoulien est devenue très standardisée au Chasséen classique et récent au cours de la première moitié du IVe millénaire. Elle était diffusée soit sous forme de nucléus préformés et traités thermiquement de façon à pouvoir être aisément débités par pression sur les sites récepteurs, soit sous forme de lames et de lamelles très régulières déjà débitées par pression ou par percussion indirecte (Léa et al. 2007). Ces éléments peuvent se trouver dans les dotations funéraires, en tant que biens valorisés, notamment aux confins de l’aire de diffusion en Catalogne. Dans cette région où la documentation funéraire est extrêmement étoffée on peut percevoir un effondrement du système de diffusion des silex bédouliens du Vaucluse à partir de 3700 cal. BC, notamment dans les grandes nécropoles de tombes en fosses du Vallès (comme Cami de Can Grau à Roca del Vallès), mais aussi dans les sites du Solsonien à tombes en dalles de l’arrière-pays pyrénéen de la Catalogne. Vers la fin du Néolithique moyen, les nucléus disparaissent des dotations funéraires qui comportent encore quelques lames en silex blond bédoulien. Celles-ci ont été importées en tant que produits finis jusqu’à la fin de la culture des « Sepulcres de fossa » mais elles étaient alors concurrencées par d’autres produits laminaires en silex provenant du sud de la Catalogne (Vaquer et al. 2013).

10En Occitanie la diffusion du silex bédoulien ne s’est pas interrompue brutalement au Néolithique final mais elle a connu des changements importants vers le milieu du IVe millénaire avant notre ère. À cette époque ce n’est plus seulement la variété blonde du silex bédoulien qui a été exploitée et diffusée, mais surtout les variétés grises ou bleutées du versant nord du Mont Ventoux et du Plateau de Sault. Ces matériaux ont été exploités pour des productions standardisées de petites lames très régulières à profil peu arqué, car certaines étaient débitées sur des nucléus plats par pression au levier comme l’a prouvé le dépôt de Sainte-Cécile-les-Vignes en Vaucluse. Plusieurs contextes d’habitat languedociens ont révélé que ces petites lames en silex bédoulien gris bleuté ont été amplement diffusées au début Néolithique final. C’est ainsi qu’elles sont exclusives dans la série des 98 produits laminaires trouvés sur le site de la Grange des Merveilles I à Rochefort-du-Gard (Monnet et al. 2002). Elles sont prépondérantes dans le Gourgasien de l’abri de Saint-Etienne-de-Gourgas, Hérault (Arnal & Société archéologique lodévoise 1972) ou dans le Saint-Ponien ancien de Camprafaud C9, à Ferrières-Poussarou, Hérault. Il en est de même dans celui des grottes de Resplandy et du Poteau à Saint-Pons, Hérault (Rodriguez 1968, Rodriguez & Marsac 1989). Ces lames en silex gris bleu se retrouvent parfois associées à des lames en silex de Forcalquier et de Collorgues dans les séries d’habitats du Néolithique final I comme dans le Saint-Ponien de la grotte Tournié à Pardailhan, Hérault (Vaquer et al. 2006), ainsi que dans celui de l’enceinte de Roc d’en Gabit à Carcassonne, Aude (Vaquer et al. 2004). On les trouve encore à la fin du Néolithique final 1 ou au début du Néolithique final 2 comme dans la série de Camprafaud C8 ou celles du site de la Mort des Anes à Villeneuve-lès-Maguelonne, Hérault (Gascó et al. 2010) et parallèlement ou plus tard dans la série de Mourral à Trèbes, Aude (Vaquer et al. 2006). Elles sont moins fréquentes au Néolithique final 3, mais on en connaît quelques exemplaires dans le Vérazien classique de la grotte Tournié à Pardailhan (Vaquer et al. 2006a) et une dans le Vérazien récent de la fosse de la Gare à Cruzy, Hérault (Montécinos 2004). Il semblerait d’après ces données provenant des habitats que la production pour la diffusion des lames en silex bédoulien gris ou bleuté du Vaucluse ait été maximale au Néolithique final 1, puis qu’elle ait régressé jusqu’à la fin du Néolithique final 2, pour disparaître au cours du Néolithique final 3.

11Dans le domaine funéraire l’importance de la diffusion de ces lames suit les mêmes tendances que celles observées dans les habitats. On retrouve la même aire de répartition relativement homogène dans les départements méditerranéens du Languedoc (Gard, Hérault et Aude) et beaucoup plus restreinte vers les Pyrénées-Orientales. La densité des trouvailles est encore bien marquée dans la zone caussenarde de l’Aveyron et de la Lozère, mais elle est beaucoup plus réduite vers le Quercy et nulle dans le sud-ouest de la région. En Languedoc oriental la distribution des trouvailles en grottes funéraires et en monuments est relativement équilibrée (12 en grotte, 13 en monuments), tandis qu’en Languedoc occidental et Roussillon ce rapport est en faveur des grottes (14 en grotte et 5 en monument). Il se pourrait cependant que ces valeurs soient biaisées car en Languedoc occidental beaucoup de grottes sépulcrales ont été fouillées anciennement et donc sans qu’on puisse savoir si leur fonction a été sépulcrale tout au long de leur occupation ou s’il y a eu une alternance d’épisodes d’habitat et d’utilisations funéraires sur la longue durée.

12Les indications chronologiques sont plus précises pour les monuments funéraires qui peuvent être de types divers et qui ont été utilisés moins longtemps que les grottes. Les petites lames en silex gris ou bleuté sont connues dans les dotations de quelques tombes à dalles individuelles de la transition du Néolithique moyen au Néolithique final, comme celle de Boujas à Aigne, Hérault (Taffanel et al.1975) ou celle des Hauts de Narbonne dans l’Aude (Labriffe (de) et al. 2010). Il en a été signalé dans certains des plus anciens monuments tumulaires du Languedoc, en particulier le monument 8 à chambre polygonale de la nécropole de la Clape à Laroque-de-Fa (Aude) qui a livré une pointe déjetée (Guilaine et al. 1972) et peut-être aussi le tumulus à chambre rectangulaire de Ricome 8 à Notre-Dame-de-Londres (Hérault), qui a livré ce même type d’armature de flèche, typique du Néolithique final 1 (Bougeant 2000).

13Au Néolithique final 2 plusieurs types de monuments languedociens ont livré des petites lames en silex bédoulien qui ont été parfois transformées en pointes foliacées à face plane. On connaît des pièces en silex bédoulien gris dans les monuments du type « allées de l’Aude » comme Saint-Eugène à Laure-Minervois, Jappeloup à Trausse-Minervois, Boun Marcou à Mailhac. Dans Le Larzac héraultais, le grand dolmen à couloir à chambre en Q de Ferrussac 4 à La Vacquerie (Hérault) en a livré une (fig. 4, n° 3). Une petite lame appointée de ce genre est attestée dans le tumulus à crémation des Longues Abrits à Millau qui peut être rapportée à l’étape ancienne du groupe des Treilles. Un des exemplaires les plus récents trouvé dans un monument mégalithique pourrait être le fragment de lame lustrée qui a été trouvé dans le dolmen caussenard de Bartalbenque ouest à Septfonds en Tarn-et-Garonne.

4. Exemples de lames en silex gris du Bédoulien du Vaucluse.

4. Exemples de lames en silex gris du Bédoulien du Vaucluse.

N° 1 : lame grattoir de la grotte sépulcrale de Thézan, Aude, n° 2 : petite lame du dolmen 3 de La Roque à Saint-Etienne-de- Gourgas (Hérault), n° 3 : lame grattoir et pointe du dolmen de Ferrussac-Esquirol, La Vacquerie et Saint-Martin-de-Castries, Hérault, n° 4 et 6 : lame et poignard sur lame de l’ossuaire E de la Grotte du Trou du Viviès à Narbonne (Aude), n° 5 : petite lame de la grotte du Chaos aux Portes, Narbonne (Aude). N° 1, 4, 5 et 6 : coll. P. Héléna au Musée de préhistoire de Narbonne, n° 2 : coll. du Groupe Archéologique du Lodévois au Musée Fleury de Lodève, n° 3 : coll. B. Tournier au Musée d’Art et d’Histoire de Genève (CH). Conception et DAO J. Vaquer.

14Les trouvailles de petites lames en silex gris faites dans des grottes sépulcrales peuvent indiquer des utilisations funéraires du Chasséen terminal ou du début du Néolithique final, comme ce semble être le cas dans certains « ossuaires » de l’aven du Trou du Viviès à Narbonne (Guilaine 1976-1977) qui ont livré d’autres éléments typiques de cette période. Il en est de même à la grotte principale du Chaos aux Portes à Narbonne ou à la grotte de Thézan, Aude, qui ont livré des éléments chasséens (fig. 4, n° 1 et 5). Dans d’autres cas, ce sont des pièces laminaires de très grand format débitées par pression au levier qui sont attestées, comme par exemple à la grotte du Roc Blanc à Véraza (Barrié & Rancoule 1973). Certaines de ces grandes lames ont été transformées en poignards à longue languette (fig. 4, n° 4) qui sont caractéristiques du Néolithique final 2 comme l’exemplaire de l’ossuaire G du Trou de Viviès à Narbonne (Briois 2005, fig. 177, n° 3).

15D’après les données disponibles sur les pièces laminaires en silex bédoulien du Néolithique final, il ne semble pas y avoir de différences flagrantes entre les trouvailles des grottes sépulcrales ou des monuments funéraires construits dans toute la région, si ce n’est évidemment une raréfaction des occurrences en fonction de l’éloignement par rapport aux sources et évidemment une autre raréfaction liée à la chronologie entre le Néolithique final 1 et 3.

Les lames en silex brun ou rubané oligocène du bassin d’Apt-Forcalquier (Alpes-de-Haute-Provence)

16Le silex brun translucide ou rubané du bassin oligocène d’Apt - Forcalquier qui est disponible en abondance et sous forme de gros rognons est certainement la matière première qui a été la plus prisée pour la production de grandes lames. Exploité de manière intensive dans la vallée du Largue, il a donné lieu à la production de nombreuses lames qui ont pu être débitées dans quelques cas en percussion indirecte et surtout par pression renforcée au levier sur de gros nucléus quadrangulaires plats (Renault 1998). Cette méthode de débitage permettait l’obtention en série de lames de très grand module pouvant dépasser 30 cm de long et ayant un profil peu arqué, ce qui leur a conféré la prééminence sur les autres productions laminaires du Midi. Cette haute qualité des grandes lames et des poignards dérivés explique le considérable rayonnement de la diffusion de ces produits qui a atteint l’Italie du Nord, la Suisse, la Bourgogne, l’Aquitaine, la Catalogne et même le Levant espagnol.

17En Occitanie, la documentation des habitats montre que des grandes lames en silex brun ou rubané ont commencé à être diffusées à l’ouest du Rhône au début du IVe millénaire avant notre ère. Il en a été trouvé dans plusieurs sites chasséens comme Raffègues à Mèze, Hérault et à la grotte de la Madeleine à Villeneuve-lès-Maguelonne, Hérault (Léa 2004) et même jusqu’au Toulousain à Villeneuve-Tolosane et Cugnaux en Haute-Garonne (Gandelin et al. 2006).

18Le démarrage de la production massive et de la diffusion des grandes lames en silex brun ou rubané du bassin de Forcalquier est à placer au début du Néolithique final. C’est probablement par contacts avec le groupe du Goulard que des grandes lames en silex rubané ont pu parvenir dans certains ensembles du Saint-Ponien de l’Hérault, comme à la grotte Tournié à Pardailhan (Vaquer et al. 2006a) ou à la grotte de Camprafaud et dans le Saint-Ponien de l’Aude comme au four de Notre-Dame de Marceille à Limoux ou au fossé d’enceinte annulaire de Roc d’en Gabit à Carcassonne (Vaquer et al. 2004, Vaquer et al. 2017). Au Néolithique final 2 en Languedoc oriental des lames en silex rubané ont été signalées en contexte Ferrières et elles figurent au nombre de trois sur le site Ferrièrien de la Salamane à Clermont-l’Hérault, Hérault (Jung et al. 2013). Sur les Grands Causses, on trouve ces lames dans le groupe des Treilles ancien, notamment à la grotte des Treilles de Saint-Jean-et-Saint-Paul en Aveyron (Balsan & Costantini 1972) et à la grotte de Sargel 1 (Salmon 2006). On les connaît dans des ensembles du Treilles classique comme sur le site de la Vayssière à Labastide-Pradines en Aveyron (Fouéré & Convertini 2000). En Languedoc occidental elles sont très fréquentes pendant le Vérazien ancien, notamment sur le site fortifié du Mourral, Trèbes, Aude (Vaquer et al. 2006c). On les trouve aussi dans le Vérazien ancien de la couche 4 de l’abri de Font-Juvénal à Conques-sur-Orbiel, Aude (Guilaine et al. 1980a, Briois 2005) et dans le Vérazien ancien de la couche 4 de Camprafaud (Rodriguez & coll. 1984).

19En Languedoc oriental au Néolithique final 3 ou plein Chalcolithique (culture de Fontbouïsse), les outils sur lames importées sont rares et ont été remplacés le plus souvent par des pièces bifaciales sur plaquettes des bassins oligocènes du Gard ou par des outils en cuivre. Néanmoins il est probable que quelques lames et surtout des poignards en silex de Forcalquier aient continué à circuler pendant la période du Fontbouïsse comme le suggère une lame à lustre de faucille trouvée dans la grotte du Claux à Gorniès dans l’Hérault (Roudil 1990) ou d’autres pièces du site à fossé fontbuxien de Pascale et Bérange à Saint-Brès dans l’Hérault (Gandelin et al. 2018). Dans la région des Causses aveyronnais, les données les plus fiables pour le Néolithique final 3 proviennent de la grotte des Cascades à Creissels (Aveyron) où le niveau sépulcral exclusivement rattaché à l’étape finale du groupe des Treilles (ex Rodézien) a livré deux lames de poignards en silex de Forcalquier associées à quatre lames de poignards en silex du Grand-Pressigny (Costantini 1984).

20En Languedoc occidental, la présence de lames en silex brun de Forcalquier dans des contextes du Vérazien classique et récent languedocien est possible mais n’est pas absolument prouvée sur de nombreux sites mentionnés, car les séries proviennent de ramassages de surface comme ceux d’Ouveillan (Guilaine et al. 1980b) ou du Bitterois (Espérou & Roques 2010). On peut considérer comme plus fiable la présence d’une lame en silex rubané dans le riche assemblage du Vérazien classique du site de Rossignol à Mailhac, Aude (Montécinos 2005). Par la suite les pièces en silex sont devenues très rares dans les sites du Vérazien récent qui ne comportent généralement pas de lames, mais surtout des pièces bifaciales sur plaquettes.

21Il ressort de cette révision des attestations de lames en silex de Forcalquier dans les ensembles les mieux cernés chronologiquement que la diffusion de ces dernières a eu des intensités variables selon les époques et les régions. Dans le Midi, la plupart des trouvailles sont du Néolithique final 1 et 2 avec un maximum entre 3300-2800 cal. BC. La probabilité pour qu’elles appartiennent à des étapes plus récentes est faible, sauf peut-être en Provence où la production et la diffusion se sont maintenues jusqu’au plein chalcolithique. Au Néolithique final 3 ce sont surtout des poignards à retouches en écharpe en silex de Forcalquier qui ont été diffusés vers l’Occitanie (Vaquer et al. 2014).

22Si l’on examine dans quels contextes funéraires les lames en silex de Forcalquier sont attestées on note qu’elles se trouvent fréquemment en Languedoc méditerranéen où elles figurent parfois en grand nombre dans les dotations, comme par exemple à la grotte du Trou de Viviès à Narbonne. En Languedoc oriental les occurrences en grottes sépulcrales ou en monuments sont relativement équilibrées (9 en grottes contre 7 en dolmens dans le Gard et 8 en grottes contre 13 en dolmens dans l’Hérault). Dans l’Aude et les Pyrénées-Orientales la plupart des occurrences proviennent de grottes sépulcrales comme la grotte de la Tortuga à Argelès-sur-Mer (fig. 5, n° 3). Dans l’Aude on en compte 19 en grottes contre 11 en monuments dont celui de Jappeloup à Trausse-Minervois (fig. 5, n° 2), et dans les Pyrénées-Orientales, ce sont seulement des grottes qui en ont livré (7 en grottes sépulcrales). Il faut cependant relever que ces proportions sont sans doute faussées par le fait que la plupart des dolmens des Pyrénées-Orientales ont été vidés anciennement et qu’ils n’ont pratiquement jamais livré de mobilier.

5. Exemples de lames en silex brun ou rubané du Stampien de la région de Forcalquier dans les Alpes-de-Haute-Provence.

5. Exemples de lames en silex brun ou rubané du Stampien de la région de Forcalquier dans les Alpes-de-Haute-Provence.

N° 1 : tumulus de Dignas à Sainte-Énimie (Lozère), n° 2 : dolmen de Jappeloup, Trausse-Minervois (Aude), n° 3 : Cova de la Tortuga, Argelès-sur-Mer (Pyrénées-Orientales). N° 1 : coll. G. Fages, dépôt de fouilles de Banassac (Lozère), n° 2 : Coll. H. Tallavignes au domaine de Paulignan, Trausse-Minervois (Aude), n° 3 : coll. R. Grau au musée dépôt archéologique de Céret (Pyrénées-Orientales). Conception et DAO J. Vaquer.

23Dans les contextes funéraires du versant océanique de la région Occitanie, la fréquence des trouvailles de pièces en silex de Forcalquier est relativement importante dans le domaine caussenard où on les trouve aussi bien dans des grottes sépulcrales que dans des dolmens ou des tumulus tel que celui de Dignas à Sainte-Énimie en Lozère (fig. 5, n° 1). On en compte 5 en grottes contre 15 en dolmens en Aveyron et 2 en grottes sépulcrales contre 3 en dolmens en Lozère, 0 en grotte contre 4 en dolmens en Tarn-et-Garonne et 1 en grotte contre 2 en dolmens dans le Tarn. Dans le piémont pyrénéen la fréquence des trouvailles est faible hormis le cas troublant de la fameuse tombe de Pauilhac dans le Gers dont la nature et la chronologie sont toujours discutées (Roussot-Larroque 2008, Vaquer et al. 2011).

24Les poignards sur lames en silex de Forcalquier à languette tripartite et aménagement minimal de la lame par des retouches marginales dégageant la languette en partie proximale et une pointe en partie distale appartiennent à plusieurs variantes. Si la pointe est pistilliforme inverse on les nomme type Clausasses du nom d’un dolmen bas-rhodanien de l’Ardèche qui en a livré deux exemplaires (Bonhomme et al. 1967). Si la pointe est à retouche directe envahissante on les nomme type Coutignargues du nom du dolmen bas-Rhodanien de Coutignargues (Sauzade 1977). D’autres variantes présentent un polissage plus ou moins poussé de la face supérieure (tumulus de Dignas à Sainte-Énimie en Lozère ; Fages 1983). Il s’agit des poignards les plus anciens du groupe de Forcalquier attribuables au Néolithique final 2 d’après quelques contextes fiables correspondant à des habitats comme la grotte Tournié à Pardailhan, Hérault. La dizaine attestée en Languedoc sous forme d’exemplaires entiers ou cassés provient de trois grottes sépulcrales pour 4 exemplaires (grotte n° 46 de Saint-Julien-de-Comolas et Grotte de Saze dans le Gard, ossuaire du Portixol à Salses dans les Pyrénées-Orientales). On les connaît aussi dans des monuments tumulaires du Néolithique final 2 comme le tumulus de Dignas à Sainte-Énimie en Lozère (Fages 1983).

25Les poignards en silex de Forcalquier à façonnage par retouche en écharpe sont représentés par une vingtaine d’exemplaires répartis dans toute l’Occitanie. Ils datent du Néolithique final 3 et correspondent à plusieurs types morphologiques selon la forme de la languette qui est toujours bipartite (Vaquer et al. 2014). Dans les types canoniques, elle peut être arrondie : type des Châtaigniers ; trapézoïdale : type du Taillan, triangulaire : type de Font del Molinot ou rétrécie : type de Roaix. Après cassure, certains exemplaires ont été retaillés avec plus ou moins d’habileté donnant des types locaux inspirés des morphologies des lames métalliques comme le poignard de type Cascades du dolmen de Planas à Rogues dans le Gard, ou repris en type Combe-Lébrouse, comme le poignard du dolmen 2 de Blachère à Lanuéjols en Lozère. On peut trouver ces poignards à retouche en écharpe dans des grottes sépulcrales (7 exemplaires), comme la grotte IV des Chèvres de La Cadière-et-Cambo, Gard ou celle du Salpêtre de Coutach à Sauve dans le Gard (fig. 6, n° 2) ou bien celle du Trou du Viviès à Narbonne dans l’Aude, voire celle de l’Amaga de la Dona à Baixas ou des Châtaigniers de Vingrau dans les Pyrénées-Orientales. On les trouve aussi dans des dolmens comme la Galaberte à Saint-Hippolyte du Fort dans le Gard ou celui du Bois de Marou à Saint-Privat-de-Salces (fig. 6, n° 3) et celui de Pech Rouquier à Saint-Georges-d’Orques, dans l’Hérault. Un exemplaire brûlé est attesté dans celui de Jappeloup à Trausse-Minervois dans l’Aude et un autre lui aussi brûlé provient du dolmen de la Blaquière à Millau en Aveyron. Dans le piémont pyrénéen central, un exemplaire à languette trapézoïdale a été trouvé dans le tumulus du Taillan à Ger dans les Hautes-Pyrénées (fig. 6, n° 1).

6. Exemples de lames de poignards en silex de Forcalquier à retouches en écharpe.

6. Exemples de lames de poignards en silex de Forcalquier à retouches en écharpe.

N° 1 : lame à languette trapézoïdale du tumulus B du Taillan à Ger (Hautes-Pyrénées) ; n° 2 : poignard retaillé en forme de feuille de la grotte du Salpêtre de Coutach, Sauve, Gard ; n° 3 : poignard de type Roaix du dolmen du Bois de Marou à Saint-Privas-de-Salces, Hérault. N° 1 : coll. Pothier E. au Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, n° 2 : coll. E. Gimon au muséum d’histoire naturelle de Nîmes, n° 3 : coll. de G.-B. Arnal et du Groupe Archéologique du Lodévois au musée Fleury de Lodève. Photographies et DAO J. Vaquer.

26Pour les poignards en silex de Forcalquier on ne note pas de spécificité entre les catégories de tombes qu’elles soient en grottes sépulcrales ou en monuments, si ce n’est que les poignards à languette tripartite sont dans les monuments de types anciens attribuables au Néolithique final 2 (dolmen bas rhodaniens ou allées de l’Aude, dolmens à couloir languedociens), tandis que les poignards à retouches en écharpes sont à la fois dans des types mégalithiques anciens probablement au titre d’utilisation secondaire et aussi dans des monuments plus récents comme des dolmens caussenards tel que celui de Finelle haut n° 3 à Septfonds en Tarn-et-Garonne (Caussanel & Arnal 1962).

Les lames en silex bréchique du bassin oligocène de Collorgues-Aubussagues (Gard)

27Le silex du Ludien du bassin de Collorgues-Aubussargues a été exploité grâce au creusement galeries de mines notamment dans le secteur de Mas Gaillard près de Collorgues dans le Gard (Hugues et al. 1965, Colomer 1979). Ce silex est présent à la fois sous forme de plaques qui ont donné lieu à des productions laminaires débitées par percussion indirecte à partir de nucléus sur tranche à crête antérieure centrale et d’autre part sous forme de fines plaquettes destinées à des productions de pièces bifaciales. Le silex de Collorgues est facile à reconnaître en raison de sa texture micro-bréchique (fig. 7). Il a été amplement diffusé sous forme de lames épaisses et arquées principalement en Languedoc méditerranéen (Remicourt et al. 2009) mais aussi dans l’Occitanie intérieure, soit sur les Causses, soit dans les terreforts, jusque dans le Gers comme le prouve une pointe de flèche sur fragment de lame trouvée à la station de la Madone à Lamothe-Goas (Vaquer 2015).

7. Exemples de lames en silex bréchique de Collorgues (Gard).

7. Exemples de lames en silex bréchique de Collorgues (Gard).

N° 1 : mini-allée-couverte de Cabrials à Béziers (Hérault), n° 2 : dolmen de la Fagette (Constantin 1953), ré-identifié comme dolmen de l’Abelanou 1 ou 2 à Saint-Pierre-de-la-Fage (Combarnous 1959, Arnal G.-B. 1979). N° 3 : grotte Poujol, Hures-La-Parade (Lozère). N° 1 collection Y. Tchérémissinoff, dépôt de l’Inrap à Béziers, Hérault, n° 2 : coll. B. Tournier, Musée d’Art et d’Histoire de Genève (CH), n° 3 : coll. M. Lacas, Musée de Roquefort-sur-Soulzon (Aveyron). Photographies et DAO J. Vaquer.

28Dans les contextes d’habitat qui sont les plus représentatifs et les mieux datés, ce silex apparaît sous forme de lames vers la fin du Néolithique final 1, par exemple dans le Saint-Ponien de la grotte Tournié à Pardailhan dans l’Hérault (Vaquer et al. 2006a). Il est connu aussi au Mas de Vignoles IV à Nîmes, Gard, daté du troisième quart du IVe millénaire et attribué au Pré-Ferrières. Les trois fragments de lames du site de la Mort des Ânes à Villeneuve-lès-Maguelonne (Hérault) ont été attribués au « Néolithique récent » (Gascó et al. 2010), mais ce site n’est pas daté et il n’a pas livré d’armature déjetée typique de cette période. Il pourrait aussi bien dater du début du Néolithique final 2 car sa céramique est similaire à celle de Notre-Dame-de-Marceille de Limoux (Aude) ou à celle de la fosse 1024 du Champ Redon à Valros (Hérault) qui sont datées vers la fin du IVe millénaire. Les occurrences sont très nombreuses dans les sites du Néolithique final 2 (Ferrières) comme par exemple sur le site de La Salamane à Clermont-l’Hérault et sur le site de la Resclauze C5 à Gabian, Hérault (fouilles A. Cornejo). On en trouve aussi dans le Saint-Ponien récent de la grotte Tournié (couche 20) à Pardailhan, Hérault (Vaquer et al. 2006a) et dans la couche 7 de la grotte de Camprafaud à Ferrières-Poussarou, Hérault (Rodriguez & coll. 1984). Pour le Vérazien ancien on peut citer les séries abondantes du site de Mourral à Trèbes, Aude, qui sont datées à la charnière des IVe et IIIe millénaires (Vaquer et al. 2006b et c, Vaquer 2007). Il en est de même pour une partie des séries du site du Puech-Haut à Paulhan, Hérault (Perrin & Briois 2005).

29Des lames en silex de Collorgues ont été mentionnées aussi dans des ensembles du Néolithique final 2b ou du Néolithique final 3 (entre 2800 et 2400 avant notre ère), mais leur fréquence est moindre à cette époque pendant laquelle l’utilisation de pièces bifaciales sur silex en plaquette a été privilégiée. Outre quelques exemplaires trouvés sur le site d’extraction de Collorgues en association avec des tessons du style de Fontbouïsse, un exemplaire a été mentionné dans la grotte de Théris à Méjannes-le-Clap (Gard) dans une stratigraphie qui n’a livré que du Fontbouïsse (Forestier dir. 1990). En Languedoc occidental quelques exemplaires sont encore connus dans des ensembles du groupe de Véraza appartenant à l’étape classique ou récente. C’est le cas notamment d’une pièce de la couche 14 de la grotte Tournié et probablement d’une autre de la grotte des Chambres d’Alaric à Moux (Aude).

30En fonction des concordances chronologiques et culturelles, le début de l’exploitation des silex de Collorgues pourrait se placer dans le dernier tiers du IVe millénaire cal. BC. La période de grande diffusion des lames en silex de Collorgues, couvrirait une période assez longue incluant la fin du Néolithique final 1, tout le Néolithique final 2 et jusqu’au Néolithique final 3. On peut la situer grosso modo entre 3300 et 2500 avant notre ère.

31Dans le Gard et l’Hérault, les lames ou les pièces transformées comme les lames retouchées, les armatures foliacées à face plane ou les grattoirs en bout de lame en silex de Collorgues sont attestées dans 18 sites funéraires qui peuvent être des grottes funéraires au nombre de 7, dont l’aven de Cromaton à La-Bruguière, Gard, une mine de silex ayant servi de sépulcre collectif (galerie Durand à Collorgues, Gard) et dix monuments mégalithiques. Les deux lames de la petite « allée couverte » de Cabrials à Béziers sont parmi les jalons les plus anciens puisque ce monument enterré apparaît clairement comme un type de transition entre les « chambres » souterraines à fermeture frontale du type Coste-Rouge du Chasséen et les plus anciens dolmens du groupe dit « bas-rhodanien » qui sont semi-enterrés à vestibule ou à couloir séparé de la chambre par des pieds-droits ou des dalles échancrées (Tchérémissinoff et al. 2012). Le positionnement chronologique du monument de Cabrials vers la fin du Néolithique final 1 soit au milieu de la seconde moitié du IVe millénaire par les datations au radiocarbone constitue donc un bon repère pour le début de la diffusion de ces lames en direction du Languedoc occidental.

32Dans l’Aude et les Pyrénées-Orientales on connaît des lames et des pièces retouchées sur lames en silex de Collorgues dans 6 grottes funéraires dont le Trou de Viviès à Narbonne, Aude et 4 monuments mégalithiques. Elles sont présentes notamment dans les emblématiques allées de l’Aude telles que celles de Saint-Eugène à Laure-Minervois et de Jappeloup à Trausse-Minervois (Aude) qui ont été édifiées au Néolithique final 2 d’après les données du radiocarbone (Guilaine et al. 2019).

33Sur les Grands Causses de l’Aveyron et de la Lozère les lames en silex de Collorgues sont connues dans cinq grottes sépulcrales dont la grotte Poujol à Hures-La-Parade en Lozère (fig. 7, n° 3), dix monuments mégalithiques dont le dolmen de la Fagette à Saint-Pierre-de-la-Fage dans l’Hérault (fig. 7, n° 2) et deux tumulus (celui de Jassenove à Millau et celui de Dignas à Saint-Énimie en Lozère). Ce dernier monument a livré un bon assemblage lithique de l’étape ancienne du groupe des Treilles, daté de la fin du IVmillénaire ou du tout début du IIIe millénaire (Fages 1983).

34Pour ce qui concerne la présence de lames en silex de Collorgues dans les dotations funéraires, il ne semble pas y avoir eu de prédilection pour tel ou tel type de tombe. On note que ces lames robustes et arquées n’ont pratiquement pas été transformées en poignards. Cela s’explique par le fait qu’elles sont globalement plus anciennes que la période de généralisation de cette arme et d’autre part, pour les plus récentes d’entre elles, par leur caractère très arqué qui devait leur conférer une moindre valeur par rapport aux pièces importées de Provence ou du Grand-Pressigny.

Les lames en silex oligocène de Mur-de-Barrez/Aurillac (Aveyron et Cantal)

35L’exploitation par puits et galeries de mines d’un silex de haute qualité disponible dans la carrière de la Côte Blanche à Mur-de-Barrez dans le nord de l’Aveyron est connue depuis la fin du xixsiècle (Cartailhac 1883, Boule 1884, 1887). Il s’agit d’un silex inclus dans les calcaires lacustres du Stampien. Il est fossilifère (gastéropodes, ostracodes et algues characées) de couleur beige à marron, opaque et disponible en gros nodules qui étaient extraits à l’aide de pics, de coins et de leviers en bois de cerf. La reconnaissance des productions laminaires et les informations d’ordre chronologique sont faiblement documentées aux abords des mines du bassin oligocène de Mur-de-Barrez-Aurillac (Balsan 1954-1958). Pour la chronologie de ce centre de production de lames, les informations proviennent surtout des contextes récepteurs dont l’inventaire et l’étude ont été entrepris récemment dans le cadre des projets collectifs de recherche « Poignards chalcolithiques en Midi-Pyrénées » et « Économies lithiques chalcolithiques en Midi-Pyrénées ». Quelques indices laissent penser que la production de lames était faite par percussion indirecte sur des nucléus coniques pour des lames allongées ou sur des nucléus plats pour des lames courtes et larges. L’aire de diffusion de ces produits laminaires en silex de Mur-de-Barrez a été circonscrite vers le sud dans un rayon de près de 150 km. Elle concerne principalement le Cantal, le Lot, le Tarn, l’Aveyron et la Lozère, c’est-à-dire le versant océanique de l’Occitanie et ne franchit qu’exceptionnellement la limite du partage des eaux vers l’Hérault ou l’Aude (Remicourt & Vaquer 2011). Ce sont les contextes d’habitat qui sont les plus représentatifs pour cerner la chronologie et les ambiances culturelles du fonctionnement de ce réseau de diffusion (Remicourt & Vaquer 2017). Il apparaît que le fonctionnement de ce centre de production et de son réseau a pu commencer au début du Néolithique final 2 au cours de l’étape ancienne du groupe des Treilles ou dans le Crosien de la grotte de Marsa entre 3200 et 2800 cal. BC (Galan et al. 1961). Le rayonnement de ce centre a connu son intensité maximale au cours du Néolithique final 2b et 3 dans plusieurs groupes culturels entre 2800 et 2400 cal. BC. On connaît des tronçons de lames utilisés en tant que couteaux emmanchés dans le groupe des Treilles à la grotte de Foissac en Aveyron (Vaquer et al. 2018). Des lames sont attestées dans le groupe quercinois de Loupiac-Artenac, notamment à la grotte de Gleio de Maou à Ols-et Rinhodes, en Aveyron. C’est à cette époque et probablement sous l’effet de la concurrence avec le réseau de diffusion des productions du Grand-Pressigny que la typologie des outils sur lames en silex de Mur-de-Barrez s’est diversifiée avec l’apparition de lames appointées et de poignards sommaires, voire de couteaux-scies à encoches de fixation comme celle du site de la Vayssonié à Rosières, Tarn (Tchérémissinoff et al. 2006).

36Au sein de l’aire de diffusion, les produits laminaires en silex de Mur-de-Barrez se trouvent assez fréquemment dans les dotations funéraires des sépultures collectives. On les connaît dans six sépultures collectives établies dans des cavités naturelles, soit 1 abri (Roquemissou III) et 5 grottes dont 2 de l’Aveyron (grotte III du Moulin de Corp à Millau et Grotte I des Treilles à Saint-Jean-et-Saint-Paul), 1 du Lot (Nougayrède Haut 2 à Lebreil) et peut-être 2 du Tarn (grotte de Roquemaure à Saint-Amancet et grotte de Saint Jammes à Sorèze).

37Le plus grand nombre de pièces laminaires provient de monuments funéraires. Le tumulus de Dignas à Sainte-Énimie en Lozère attribuable à l’étape ancienne du groupe des Treilles en a livré un exemplaire qui est sans doute l’un des plus anciens. Tous les autres, soit 27 exemplaires proviennent de dolmens utilisés au cours du Néolithique final 2 (dolmen de Peyrolebade à Espalion, Aveyron) et au Néolithique final 3 comme au dolmen du Pech de la Guise à Lacapelle-Balaguier, ou au dolmen de la Lego à Nant en Aveyron (fig. 8, n° 1 et 2).

38Pour ce qui concerne les produits laminaires bruts et les outils sur support de lames en silex lacustre de Mur-de-Barrez on ne peut pas discerner de différence entre les dotations funéraires des grottes sépulcrales et celles des monuments mégalithiques qui pourraient s’expliquer autrement que par leur chronologie.

8. Exemples de lames en silex lacustre de Mur-de-Barrez (Aveyron).

8. Exemples de lames en silex lacustre de Mur-de-Barrez (Aveyron).

N° 1 : dolmen du Pech de la Guise, Lacapelle-Balaguier (Aveyron), n° 2 : dolmen de la Fagette (Constantin 1953), ré-identifié dolmen de l’Abelanou 1 ou 2 à Saint-Pierre-de-la-Fage (Arnal G.B. 1979). N° 1 : coll. J. Caussanel, Musée de Villefranche-de-Rouergue (Aveyron), n° 2 : coll. B. Tournier, Musée d’Art et d’Histoire de Genève (CH). Photographies et DAO J. Vaquer.

Les lames en silex blanc nacré et rosé des formations évaporitiques du bassin de l’Ebre

39Quelques lames trouvées au nord des Pyrénées sont en silex calcédonieux blanc luisant d’aspect opalin légèrement floconneux et comportant des taches rosées dues à l’oxydation du fer (fig. 3, n° 6). Ce type de silex est bien connu en Catalogne méridionale où il a donné lieu à des productions laminaires amplement diffusées au Néolithique et au Chalcolithique. Il est considéré comme provenant des formations évaporitiques du bassin inférieur de l’Ebre, notamment des formations gypsifères du Montsant, secteur d’Ulldemolins (Tarragone). En Languedoc ce genre de lame est connu dans quelques habitats, notamment celui de Saint-Antoine à Caux-et-Sauzens (Aude), qui a livré en surface de nombreux vestiges lithiques du Néolithique final 2. Quelques pièces laminaires ont été trouvées dans les mobiliers funéraires de sépultures collectives qui peuvent être en grottes sépulcrales, comme Montou à Corbère-les-Cabanes dans les Pyrénées-Orientales ou dans l’ossuaire F du Trou du Viviès à Narbonne dans l’Aude. D’autres trouvailles ont été faites en dolmen comme à Saint-Eugène (fig. 9, n° 2) à Laure-Minervois, Aude (Vaquer & Briois 2019), voire en coffre mégalithique comme au Tumulus B du Taillan à Ger (fig. 9, n° 1), dans les Hautes-Pyrénées (Pothier 1900).

9. Exemples de lames en silex importées du Bassin de l’Ebre (Espagne).

9. Exemples de lames en silex importées du Bassin de l’Ebre (Espagne).

N° 1 : fragment de lame en silex des formations évaporitiques du bassin de l’Ebre qui a été trouvé dans le Tumulus B de Taillan à Ger (Hautes-Pyrénées), n° 2 : petite lame retouchée en silex blanc nacré et rosé du dolmen de Saint-Eugène à Laure-Minervois (Aude), n° 3 : fragment distal de lame en silex finement rubané de Los Monegros, qui a été trouvé dans la grotte de Caunillou à Cubières (Aude), n° 4 et 5 : fragment de lame et lame entière en silex finement rubané originaire de los Monegros qui ont été trouvés dans la grotte sépulcrale du Pré du Luc à Saint-Lizier en Ariège. N° 1 : coll. E. Pothier au Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, n° 2 : coll. G. Sicard au dépôt de fouilles de Carcassonne, n° 3 coll. M. Landriq au musée archéologique de Sigean (Aude), n° 4 et 5 : coll. F. Régnaud au muséum d’histoire naturelle de Toulouse. Photographies et DAO J. Vaquer.

Les lames en silex lacustre finement rubané de Los Monegros

40Le silex lacustre miocène de la région de los Monegros en Aragon est bien reconnaissable en raison de sa texture finement rubanée et de ses inclusions en bioclastes d’algues et de débris de gastéropodes (García Simon & Domingo 2016). Il a donné lieu à des productions laminaires qui ont été amplement diffusées en Catalogne au Néolithique et au Chalcolithique et qui ont parfois atteint le domaine nord pyrénéen. Dans les habitats, on en connaît quelques exemplaires dès le Néolithique moyen, notamment dans le Chasséen du Toulousain (Gandelin et al. 2006). Leur présence dans les dotations funéraires est essentiellement rapportée au Néolithique final. Elle ne concerne que des grottes sépulcrales de la zone nord-pyrénéenne : grotte du Pré du Luc à Saint-Lizier en Ariège (fig. 9, n° 4 et 5), grotte de Caunillou à Cubières-sur-Cinoble dans l’Aude (fig. 9, n° 3), grotte de Montou à Corbère-les-Cabanes et Cova de la Tortuga à Argelès-sur-Mer dans les Pyrénées-Orientales. Un petit poignard poli du type des Cascades en silex gris finement rubané qui a été trouvé dans la grotte des Cascades de Creissels a été attribué à ce groupe. Son silex ressemble à celui des Monegros mais son traitement technique est identique à ceux en silex du Grand-Pressigny du même site, au point qu’on peut douter de son origine ibérique (Vaquer et al. 2006b, fig. 8).

Les poignards et outils sur lames en silex du Turonien du Grand-Pressigny

41La présence dans le Midi de poignards, voire d’autres outils, sur grandes lames en silex roux du Grand-Pressigny a été mentionnée dès la fin du xixe siècle. Malgré cela, l’ampleur et les modalités de cette diffusion n’ont pas suscité d’enquête spécifique, jusqu’à la mise en place, il y a une quinzaine d’années, de deux projets collectifs de recherches « Le phénomène pressignien – La diffusion des poignards et autres silex taillés du Grand-Pressigny en Europe occidentale au Néolithique » (contributions de Mallet N. et Vaquer J.) et « Les poignards chalcolithiques en Midi-Pyrénées » (contributions de Vaquer J., Remicourt M., Sohn M.). Ces deux opérations ont permis de recenser 55 pièces pressigniennes en Languedoc méditerranéen (Mallet & Vaquer 2019) et près de 125 sur le versant océanique de l’Occitanie (Vaquer & Mallet 2019). Cette césure de la région en deux zones est justifiée non seulement par les différences entre les entités culturelles du Néolithique final de ces deux bassins hydrographiques, mais aussi par le fait que le réseau pressignien a probablement fonctionné par deux voies distinctes en Occitanie. Dans la zone occidentale, on peut observer un fort gradient nord-sud des occurrences qui suggère une arrivée par le nord-ouest (Limousin-Périgord) ; tandis qu’en Languedoc méditerranéen un fort gradient des occurrences se manifeste de l’est vers l’ouest, ce qui suggère une arrivée par le Couloir rhodanien. D’autres différences sont notables : en zone océanique la diffusion a dû débuter au Néolithique final 2 comme l’indiquent quelques poignards pisciformes sur lames débitées à partir de nucléus de type NaCAL. Ces poignards pressigniens sur lames tirées de « Nucléus à Crêtes Antéro-Latérales » sont de précieux repères chronologiques qui indiquent une utilisation des sépultures antérieure au xxviiie/xxixe siècle avant notre ère d’après les données de J. Pelegrin, E. Ihuel et P. Pétrequin. Ils sont rares dans la région Occitanie, et tous localisés sur le versant océanique (sauf un trouvé sur une station de plein air dans l’Aude) et en contexte sépulcral ils ont tous été trouvés dans des dolmens du Quercy (dolmen de Rustan à Cambes, Lot), de l’Aveyron (dolmen du Pouget à Sauclières) et dans deux dolmens de la Lozère (dolmen de Combe Lébrouse à Quézac et dolmen de Montredon à Laval-du-Tarn). Deux de ces poignards ont été transformés localement au niveau de leur languette d’emmanchement en type de Nougayrat (à encoches et ergot à la garde).

42En Languedoc méditerranéen les importations pressigniennes sont essentiellement des poignards allongés sur lames débitées à partir de nucléus en « livre de beurre » qui datent du Néolithique final 2b ou 3. Les trouvailles de pièces pressigniennes dans les habitats confirment cette attribution au Néolithique final 3 (2700 à 2400 cal. BC). En Languedoc méditerranéen les fragments de poignards ont été trouvés en contexte de la culture de Fontbouïsse, notamment dans la grotte des Escaravassons à Castillon-du-Gard et sur les villages fontbuxiens de Largellier à Calvisson ou de Vignaud 3 à Langlade dans le Gard. Un autre exemplaire trouvé au Chemin Dupeyne à Alignan-du-Vent dans l’Hérault était dans un contexte mixte du Vérazien récent et du Campaniforme maritime. En limite des aires culturelles du Fontbouïsse et du groupe des Treilles récent, l’aven de Ferrusac à la Vacquerie et Saint-Martin de Castries dans l’Hérault a livré trois poignards pressigniens polis et retaillés localement (fig. 10, n° 1).

10. Exemples de poignards sur lames en silex turonien du Grand-Pressigny (Indre-et-Loire).

10. Exemples de poignards sur lames en silex turonien du Grand-Pressigny (Indre-et-Loire).

N° 1 : aven de Ferrussac à La-Vacquerie et Saint-Martin-de-Castries (Hérault), n° 2 : dolmen de Bouygue à Ols-et-Rinhodes, Aveyron. N° 1 : coll. M. Lacas, Musée de Roquefort-sur-Soulzon, n° 2 : coll. J. Caussanel, Musée Urbain Cabrol de Villefranche-de-Rouergue. Photographies et DAO J. Vaquer.

43Au Néolithique final 3, dans le bassin versant océanique de l’Occitanie les pièces en silex importées du Grand-Pressigny sont connues dans plusieurs groupes culturels. Dans le Quercy et sur les marges occidentales du Rouergue les contextes d’habitat comme Combe Nègre et Combe Fage à Loupiac (Lot), la grotte de Marsa à Beauregard (Lot) ou la grotte de Foissac en Aveyron en ont livré. Ces sites longtemps reliés à l’Artenacien appartiennent en fait à un faciès local dit groupe de Loupiac qui a pu intégrer quelques aspects artenaciens et qui se place au Néolithique final 3 (Prodéo 2003). Dans les causses aveyronnais, les pièces pressigniennes ont été trouvées essentiellement dans des ensembles de l’étape récente ou finale du groupe des Treilles (ex Rodézien de J. Arnal), notamment à la grotte des Cascades à Creissels qui a livré les fragments de 4 poignards pressigniens polis et retaillés localement (Costantini 1984).

44Si l’on examine les contextes funéraires, les trouvailles des pièces pressigniennes du Languedoc méditerranéen sont très majoritairement des grottes sépulcrales (20/26), moins fréquemment des dolmens (5/26) et plus rarement des cavités artificielles (1/26). Le site en question est en fait l’entrée d’une mine de silex de Collorgues (galerie Teste) où une fouille ancienne avait révélé une petite sépulture collective dont la dotation comportait trois poignards sur lames en silex du Grand-Pressigny qui étaient associés à un poignard foliacé sur plaquette de silex local (Raymond 1907). Ce cas révèle la haute valeur conférée aux poignards en silex roux du Grand-Pressigny qui étaient acheminés sur plus de 500 km, y compris pour les mineurs gardois qui produisaient localement des quantités de poignards et pièces bifaciales sur plaquettes. Au sein même des poignards importés du Grand-Pressigny, une différence notable de valeur devait exister entre les poignards sommaires, qui sont de simples lames épaisses appointées et retouchées et les magnifiques poignards à retouches en écharpe qui étaient produits selon des normes très strictes probablement par des tailleurs spécialisés. Ces pièces constituaient des marqueurs socialement valorisés d’une classe sociale éminente dont il est intéressant de localiser les tombes. En Languedoc méditerranéen on connaît cinq poignards pressigniens qui présentent des retouches en écharpe : quatre proviennent de grottes sépulcrales (grotte des Rochers à Durfort, Grotte de Rousson, grotte du Gardon à Saint-Anastasie dans le Gard et aven de Ferrussac à La Vacquerie et Saint-Martin-de-Castries dans l’Hérault) et un seul provient peut-être d’un dolmen, celui signalé au dolmen des Plaines à Saint-Jean-du-Pin dans le Gard (Roussel de Fontanès 2000).

45Dans le bassin versant océanique de l’Occitanie les pièces pressigniennes sont présentes dans les dotations de 48 sépultures collectives dont 8 sont des grottes sépulcrales et 40 des dolmens. Il n’y a donc pas de type de tombe exclusif pour ce genre de pièces et cela est d’autant plus vrai que les grottes sépulcrales sont entre 14 et 33 fois moins nombreuses que les dolmens dans le domaine caussenard. Dans le domaine quercinois deux grottes funéraires ont livré des pièces pressigniennes qui peuvent être des poignards comme dans la grotte de Claumargil à Reilhac, Lot, ou bien des scies à encoches sur lames comme dans la grotte du Four de Caylus en Tarn-et-Garonne qui en a livré sept exemplaires (Clottes 1974).

46Dans les deux bassins versants méditerranéen et océanique de l’Occitanie, les pièces pressigniennes ont joué un rôle de premier plan dans les dotations funéraires Elles sont sans doute apparues sous forme de poignards pisciformes dès le Néolithique final 2 dans le Quercy et les Grands Causses aveyronnais. Au Néolithique final 2b et 3 dans ces mêmes régions les poignards ont été importés massivement sur la forme de lames appointées ou de poignards sommaires, mais aussi sous la forme de pièces sophistiquées à retouches en écharpe comme le poignard du dolmen de Bouygue à Ols-et-Rinhodes en Aveyron (fig. 10, n° 2). Au Néolithique final 3 ces pièces ont été accompagnées de scies à encoches faites le plus souvent sur tronçons de lames. On trouve toutes ces pièces aussi bien dans les grottes sépulcrales que dans les dolmens de type Caussenard du Quercy, alors que dans les Grands Causses seuls les poignards sont attestés.

47Pour ce qui concerne les pièces en silex du Grand-Pressigny, il ne semble pas y avoir de localisation préférentielle de ces pièces dans tel ou tel type de tombe compte tenu du fait que dans les régions caussenardes les monuments dolméniques sont beaucoup plus nombreux que les grottes funéraires.

Les poignards d’affinités pressigniennes en silex du Crétacé d’Aquitaine

48Une douzaine de lames de poignards trouvées en Occitanie présentent des formes et des caractères techniques similaires aux poignards pressigniens mais ils sont en silex différents de ceux du Turonien du Grand-Pressigny. Il s’agit de silex beige, gris, noir, parfois vacuolaire, parfois à quartz détritiques et le plus souvent riches en spicules de spongiaires qui évoquent plusieurs lithotypes siliceux du Bassin d’Aquitaine où des ateliers de débitage à nucléus en « livre de beurre » ont été signalés, notamment dans le Bergeracois, la Saintonge ou l’Angoumois (Roussot-Larroque 2019).

49Dans le Quercy on compte huit poignards de ce genre dont deux proviennent de grottes sépulcrales (Grotte de Trededes à Cabrerets dans le Lot et grotte Mazuc à Penne dans le Tarn) et six proviennent de dolmens, notamment du dolmen de Carbonié à Saint-Martin-Labouval, Lot. Dans les Causses aveyronnais on en compte quatre dont deux provenant de la grotte de Saint-Jean-d’Alcas et deux autres de dolmens du Causse de Villefranche-de-Rouergue et du Bas Quercy comme le dolmen de Cazals en Tarn-et-Garonne. Plusieurs de ces poignards présentent des retouches en écharpe faites dans le même sens de réalisation que celui des poignards en silex du Grand-Pressigny. Ils présentent des lames larges et une morphologie plus ou moins pisciforme qui évoque les poignards du groupe ancien sur lame de nucléus NaCAL ou de « proto-livre de Beurre ». Les exemplaires les mieux conservés ont fait l’objet d’une transformation particulière du système d’emmanchement par encoches et ergots à la garde que nous avons nommé type Nougayrat (fig. 11, n° 1) du nom d’un dolmen de Saint-Martin-Labouval dans le Lot mentionné comme en ayant livré le plus bel exemplaire (Clottes & Carrière 1974). Il se pourrait que ces poignards soient les plus anciens du groupe pressignien à présenter des retouches en écharpe. On en compte 6 dont 2 proviennent de grottes sépulcrales et quatre de dolmens dont le dolmen de la Bertrandoune à Prayssac dans le Lot (fig. 11, n° 2).

11. Exemples de poignards sur grandes lames de technique pressignienne en silex du Crétacé d’Aquitaine.

11. Exemples de poignards sur grandes lames de technique pressignienne en silex du Crétacé d’Aquitaine.

N° 1 : dolmen de Carbonié (parfois mentionné de façon erronée Nougayrat) à Saint-Martin-Labouval (Lot), n° 2 : dolmen de la Bertrandoune à Prayssac (Lot). N° 1 : coll. F. Bergougnoux au Musée Henri Martin de Cahors, Lot ; n° 2 coll. F. Rouzaud au dépôt de fouilles de Toulouse. Photographies et DAO J. Vaquer.

50Dans le bassin versant méditerranéen, un petit poignard de la grotte de l’Amaga de la Dona à Baixas, dans les Pyrénées-Orientales appartient peut-être à ce groupe des poignards en silex du Crétacé d’Aquitaine, il est très cacholonné, ce qui empêche une diagnose sûre, mais quelques spicules de spongiaires sont visibles en examen à la loupe binoculaire.

51Ce groupe de poignards en silex du Crétacé d’Aquitaine est fortement lié au réseau pressignien dont il doit être contemporain, c’est-à-dire datable de la fin du Néolithique final 2 pour les poignards pisciformes et surtout du Néolithique final 2b et 3 (2800 à 2400 cal. BC) pour les poignards plus allongés sur lames de nucléus en « livre de beurre ». On peut trouver ces pièces aussi bien dans des dolmens caussenards que dans des grottes sépulcrales.

Conclusion

52Dans la région Occitanie les principales options pour le choix des types de tombes au Néolithique final ont été :

  • le choix de cavités naturelles (grottes ou abris) plus ou moins aménagées qui s’observe partout, mais qui est prépondérant en Languedoc occidental et dans la zone nord-pyrénéenne, alors qu’il est rare en Quercy,
  • le choix de monuments construits en élévation qui s’observe partout mais avec de fortes disparités qui tiennent au déterminisme géologique et probablement à des choix culturels (tumulus, tombes ovales, dolmens),
  • le creusement de cavités artificielles (tombes hypogées, allées-couvertes) ou leur récupération à des fins sépulcrales (fosses et mines) est surtout attesté en Languedoc oriental, mais il reste mal connu en Languedoc occidental où il n’a pas vraiment été recherché.

53L’axiome énoncé par J. Audibert (1962) dans sa thèse : « Il en est résulté d’abord que toutes ces sépultures étaient contemporaines et ensuite qu’il y avait de fortes probabilités pour qu’elles soient l’œuvre d’une même population » ne peut plus être accepté sans réserve. Les lames en silex tout comme probablement d’autres catégories de mobiliers peuvent contribuer à établir des distinctions pour peu que l’on pousse leur analyse en caractérisant leur matière première et donc leur origine, ainsi que leurs caractères techniques et donc les façons de faire des artisans qui les ont produites.

54Il apparaît que les lames et les poignards sur lames en silex se trouvent souvent sous les mêmes formes et matériaux dans ces divers types de tombes. Il s’agit rarement de pièces neuves figurant comme des offrandes plus ou moins précieuses. Dans une majorité de cas il s’agit de pièces usagées (lames utilisées à lustre de faucille ou poignards recyclés) qui figurent donc dans l’équipement funéraire personnel de quelques défunts. L’enquête réalisée qui visait à établir des différences entre les dotations des trois grandes catégories de tombes ayant reçu des sépultures collectives n’a pas révélé de claire spécificité entre les types lithiques sur lames et les types de tombes.

55Les différences qui apparaissent sont en partie liées à la géographie et dépendent évidemment de l’intensité plus ou moins forte du rayonnement des centres de production et de l’éloignement plus ou moins grand des sites récepteurs par rapport à ceux-ci. Toutefois, Le principal apport de ces pièces est d’ordre chronologique. En effet il permet de distinguer les utilisations funéraires du Néolithique final 1 (3500-3200 cal. BC) notamment grâce aux petites lames en silex gris bédoulien, voire quelques lames en silex de Forcalquier. Les utilisations du Néolithique final 2 (3200-2900 cal. BC) sont marquées par les grandes lames et longs poignards en silex bédouliens et en silex de Forcalquier, ainsi que les poignards pressigniens sur lames de NaCAL. Par ailleurs des lames brutes des ateliers régionaux de Collorgues et de Mur-de-Barrez ont principalement été diffusées à cette période. Les produits laminaires attribuables au Néolithique final IIb (2900-2700 cal. BC) et au Néolithique final III (2700-2400 cal. BC) sont essentiellement les poignards pressigniens sur lames de nucléus en « livre de beurre » et les poignards à retouches en écharpe en silex de Forcalquier. On peut citer aussi pour cette période les lames en silex du Crétacé d’Aquitaine et une partie de celles de Mur-de-Barrez. Ces types lithiques permettent donc de reconnaître les périodes d’utilisation de certains des types de tombes clairement différenciés et notamment de pouvoir fixer au Néolithique final 2b et 3 celles qui contiennent des poignards à retouches en écharpe.

56Ces dernières productions du Néolithique final 3 ont été fortement concurrencées par les centres de production d’outils sur silex en plaquettes et bien sûr par les poignards en cuivre des métallurgies fontbuxienne et caussenarde. Il est intéressant de noter que les poignards en silex importés qui représentaient des produits très valorisés ont été souvent repris localement par polissage et souvent modifiés au niveau de leur système d’emmanchement lorsqu’ils étaient endommagés ou cassés. C’est alors qu’ils adoptaient des morphologies courantes dans les systèmes d’emmanchement des lames métalliques. En effet, ces dernières étaient généralement à languette bipartite et munies d’encoches ou de crans pour une fixation par chevilles ou rivets.

57Ce sont des systèmes identiques qui ont été transposés aux lames en silex, même s’ils étaient moins bien adaptés en raison de leur épaisseur. Ces poignards lithiques transformés qui imitent les formes des poignards métalliques appartiennent à plusieurs types : Roaix, Châtaignier, Taillan, Font del Molinot pour ceux en silex de Forcalquier (Vaquer et al. 2014) et Cascades, Combe Lébrouse, Ferrussac, Bramabiau et Nougayrat ou Lavagnes pour ceux en autres silex (Vaquer et al. 2006b). Ces distinctions typologiques ont avant tout une valeur culturelle qui implique que des lames de poignards arrivées neuves sous la forme canonique donnée dans les centres producteurs étaient transformées ensuite selon les standards des divers groupes locaux qui les ont utilisées et entretenues. Ces distinctions ont aussi une valeur chronologique dont on commence à cerner les modalités en particulier pour les poignards en silex de Forcalquier et les poignards pressigniens qui peuvent aider à cerner plus précisément des épisodes d’utilisation des divers types de tombes.

Haut de page

Bibliographie

Arnal & Société archéologique lodévoise 1972, ARNAL G.-B., SOCIÉTÉ ARCHÉOLOGIQUE LODÉVOISE, L'abri sous roche de Saint-Etienne-de-Gourgas (Hérault). I : Étude préliminaire du matériel, Gallia Préhistoire, 1972, 15, 2, p. 261-308.

Arnal 1979, ARNAL G.-B., L’ensemble mégalithique de Saint-Pierre-de-la-Fage, Lodève, Centre de Recherche archéologique du Haut Languedoc, 1979, 105 p. (Les mégalithes du Lodevois (Hérault) ; 2 / Mémoire du CRAHL ; 11).

Audibert 1962, AUDIBERT J., La civilisation chalcolithique du Languedoc oriental, Bordighera / Montpellier, Institut international d'études ligures, 1962, 211 p. (Collection de monographies préhistoriques et archéologiques ; 4).

Balsan 1954-1958, BALSAN L., Nouvelles découvertes de puits à silex près de Mur-de-Barrez, Procès-verbaux de la Société des lettres, Sciences et Arts de l'Aveyron, 1954-1958, 37, p. 127-151.

Balsan & Costantini 1972, BALSAN L., COSTANTINI G., La grotte I des Treilles à Saint-Jean et Saint-Paul (Aveyron). I : étude archéologique et synthèse sur le Chalcolithique des Grands Causses, Gallia Préhistoire, 1972, 15, 1, p. 229-250.

Barrié & Rancoule 1973, BARRIÉ P., RANCOULE G., La grotte II du Roc Blanc à Véraza, Aude (étude préliminaire), Bulletin de la Société d'Études Scientifiques de l'Aude, 1973, 73, p. 103-111.

Bonhomme et al. 1967, BONHOMME C., BONHOMME G., ARNAL J., Les dolmens des Clausasses de Gras (Ardèche), Gallia Préhistoire, 1967, 10, 2, p. 273-281.

Bordreuil 1998, BORDREUIL M., Recherches sur le monumentalisme funéraire et les sépultures mégalithiques en Languedoc oriental, in: La France des dolmens et des sépultures collectives (4500 - 2000 avant J.C.). Bilans documentaires régionaux, Soulier P. (dir.), Paris, Errance, 1998, p. 135-158 (Archéologie aujourd'hui).

Bougeant 2000, BOUGEANT P., La nécropole mégalithique de Ricome (Notre-Dame-de-Londres, Hérault), Toulouse, Ecole des Hautes Études en Sciences sociales, 2000, Diplôme de l'EHESS, 310 p.

Boule 1884, BOULE M., Découverte de puits d'extraction du silex, Matériaux pour l’Histoire primitive et naturelle de l’Homme, 1884, 1, p. 65-75.

Boule 1887, BOULE M., Nouvelles observations sur les puits d'extraction de silex de Mur-de-Barrez (Aveyron), Matériaux pour l’Histoire primitive et naturelle de l’Homme, 1887, 4, p. 5-21.

Briois 2005, BRIOIS F., Les industries de pierre taillée néolithiques en Languedoc occidental : nature et évolution des outillages entre les 6ème et 3ème millénaires av. J.-C., Lattes, Association pour la recherche archéologique en Languedoc oriental, 2005, 341 p. (Monographies d'archéologie méditerranéenne ; 20).

Cartailhac 1883, CARTAILHAC E., Une mine de silex exploitée à l'âge de pierre au Mur-de-Barrez (Aveyron), Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences, 1883, 97, p. 1157-1159.

Caussanel & Arnal 1962, CAUSSANEL J., ARNAL J., Le dolmen de Peyrolevado – Finelle, commune de Septfonds (Tarn-et-Garonne), Bulletin du Musée d'Anthropologie préhistorique de Monaco, 1962, 9, p. 207-220.

Clottes 1974, CLOTTES J., La grotte du Four, à Caylus (Tarn-et-Garonne), Bulletin de la Société préhistorique française, 1974, 71, 1, p. 383-400.

Clottes & Carrière 1979, CLOTTES J., CARRIÈRE M., La Préhistoire au Musée de Cahors (catalogue), Cahors, Édition Quercy-Recherche, 1979, 131 p. (Quercy-Recherche. Série Études et travaux ; 5).

Clottes & Giraud 1988, CLOTTES J., GIRAUD J.-P., Présentation de la grotte vérazienne de Roquemaure à St-Amancet (Tarn), in: Peuplement et vie quotidienne depuis 100,000 ans : 10 ans d'archéologie tarnaise, Association de recherches archéologiques sur les terroirs protohistoriques des pays albigeois (dir.), Albi, C.D.A. / C.D.D.P., 1988, p. 43-57 (Archéologie tarnaise. Hors-série ; 1).

Colomer 1979, COLOMER A., Les Grottes sépulcrales artificielles en Languedoc oriental, Toulouse, Ecole des Hautes Études en Sciences sociales, 1979, 117 p. (Archives d'Ecologie préhistorique ; 4).

Combarnous 1959, COMBARNOUS G., Identification des dolmens de Ferrussac (Lozère) et de la Fagette (Aveyron) de la coll. Tournier, Bulletin de la Société préhistorique française, 1959, 56, 5-6, p. 276-278.

Constantin 1953, CONSTANTIN E., Mobiliers funéraires de dolmens de la région des « Grands Causses » (collection B. Tournier), Genava : revue d'histoire de l'art et d'archéologie (n.s.), 1953, 1, p. 85-99.

Costantini 1984, COSTANTINI G., Le Néolithique et le Chalcolithique des Grands Causses, Gallia Préhistoire, 1984, 27, p. 121-210.

Espérou & Roques 2010, ESPÉROU J.-L., ROQUES P., Servian, l'histoire d'un territoire de la plaine du Bitterrois depuis le Paléolithique jusqu'au xxe siècle, Servian, Édition Po Baeteris, 2010, 277 p.

Fages 1983, FAGES G., Le tumulus chalcolithique de Dignas, commune de Sainte-Enimie (Lozère), Congrès préhistorique de France. Compte Rendu de la 21ème session, Montauban-Cahors 1979, 1983, 2, p. 117-124.

Forestier 1990, FORESTIER A. Ed., La Grotte de Théris et les gorges de la Cèze de Tharaux à Montclus, Gard, au Chalcolithique : premier bilan, Noisy-le-Sec, CFRAN (Centre de Formation et de Recherches archéologiques de Noisy-le-Sec), 1990, 202 p.

Fouéré & Convertini 2000, FOUÉRÉ P., CONVERTINI F., Un habitat chalcolithique sur le causse du Larzac : La Vayssière, commune de la Bastide-Pradines (Aveyron), in: Sociétés et espaces, Leduc M., Valdeyron N., Vaquer J. (dir.), Toulouse, Archives d'écologie préhistorique, 2000, p. 393-400 (Rencontres méridionales de Préhistoire récente ; 3ème session, Toulouse, 6-7 novembre 1998).

Galan et al. 1961, GALAN A., CAVAILLÉ A., RIQUET R., La grotte de Marsa (Beauregard, Lot), Gallia Préhistoire, 1961, 4, p. 91-142.

Gandelin et al. 2006, GANDELIN M., VAQUER J., BRESSY C., Les lames en matières premières exogènes dans le Chasséen de Villeneuve-Tolosane et de Cugnaux (Haute-Garonne), in: La fin de l'âge de pierre en Europe du sud : matériaux et productions lithiques taillées remarquables dans le Néolithique et le Chalcolithique du sud de l'Europe, Vaquer J., Briois F. (dir.), Toulouse, Éditions des Archives d'Ecologie préhistorique, 2006, p. 121-137.

Gandelin et al. 2018, GANDELIN M., THOUVENOT Y., VERGÉLY H., GAILLARD C., RANCHÉ C., REMICOURT M., Les occupations chalcolithiques de Pascale et Bérange à Mudaison, Saint-Brès (Hérault) : premiers résultats, in: Les sites ceinturés de la préhistoire récente : nouvelles données, nouvelles approches, nouvelles hypothèses, Gandelin M., Ard V., Vaquer J. et al. (dir.), Toulouse, Archives d'Ecologie préhistorique, 2018, p. 73-85.

García Simón & Domingo Martinez 2006, GARCÍA SIMÓN L.M., DOMINGO MARTINEZ R., The Monegros-type chert : petrographic characterisation and prehistoric use, Journal of Lithic Studies, 2006, 3, 2, p. 1-18.

Gascó et al. 2010, GASCÓ J., BRIOIS F., BRESSY C., Le site du chemin de la Mort des Ânes (Villeneuve-lès-Maguelonne, Hérault) : nouvelles données, in: 4e millénaire : la transition du Néolithique moyen au Néolithique final dans le Sud-Est de la France et les régions voisines, Lemercier O., Furestier R., Blaise E. (dir.), Lattes, Association pour le Développement de l'Archéologie en Languedoc-Roussillon, 2010, p. 127-140 (Monographies d'Archéologie méditerranéenne ; 27).

Gruat & Vernhet 2006, GRUAT P., VERNHET A., Contribution à la connaissance des "tumulus" non mégalithiques de la préhistoire récente des Causses de l'Aveyron, in: Hommes et passé des Causses : hommage à Georges Costantini : actes du Colloque de Millau, 16-18 juin 2005, Gascó J., Leyge F., Gruat P. (dir.), Toulouse / Millau, Archives d'Ecologie préhistorique / Musée de Millau, 2006, p. 395-413.

Guilaine et al. 1972, GUILAINE J., DUDAY H., LAVERGNE J., La nécropole mégalithique de la Clape (Laroque-de-Fa, Aude), Carcassonne, Laboratoire de Préhistoire et de Palethnologie, 1972, 160 p. (Atacina ; 7).

Guilaine 1976-1977, GUILAINE J., Collection Héléna : le Néolithique, le Chalcolithique et l’Age du Bronze, Cahiers ligures de Préhistoire et d'Archéologie, 1976-1977, 25-26, p. 109-350.

Guilaine et al. 1980a, GUILAINE J., VAQUER J., GASCÓ J., BARRIÉ P., Le Néolithique récent-final et la Chalcolithique de l'Abri de Font-Juvénal (Aude), in: Le Groupe de Véraza et la fin des temps néolithiques dans le Sud de la France et la Catalogne, Guilaine J. (dir.), Paris, Centre national de la Recherche scientifique, 1980a, p. 13-16 (Actes du colloque organisé par la RCP 323 du CNRS, Narbonne, 3-4 Juin 1977).

Guilaine et al. 1980b, GUILAINE J., VAQUER J., BOUISSET P., Stations véraziennes d'Ouveillan (Aude), in: Le Groupe de Véraza et la fin des temps néolithiques dans le Sud de la France et la Catalogne, Guilaine J. (dir.), Paris, Centre national de la Recherche scientifique, 1980b, p. 22-32 (Actes du colloque organisé par la RCP 323 du CNRS, Narbonne, 3-4 Juin 1977).

Guilaine et al. 2015, GUILAINE J., VAQUER J., ZAMMIT J., Grottes sépulcrales préhistoriques des Hautes-Corbières, Toulouse, Ecole des Hautes Études en Sciences sociales, 2015, 339 p. (Archives d'Ecologie préhistorique).

Guilaine 2019, GUILAINE J. Ed., Le dolmen de Saint-Eugène (Laure-Minervois, Aude) : autopsie d'une sépulture collective néolithique, Toulouse, Archives d'Ecologie préhistorique, 2019, 405 p.

Hugues et al. 1965, HUGUES C., DROUOT E., GARIMOND S., Les hypogées de Collorgues (Gard), Bulletin de la Société préhistorique française, 1965, 62, p. 209-220.

Jallot 2011, JALLOT L., Frontières, stabilités, emprunts et dynamique géoculturelle en Languedoc méditerranéen au Néolithique final (3400-2300 av. J.-C.), in: Marges, frontières et transgressions : Actualité de la recherche : Actes des 8e Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente, Marseille (13), 7-8 novembre 2008, Sénépart I., Perrin T., Thirault E. et al. (dir.), Toulouse, Archives d'Ecologie Préhistorique, 2011, p. 87-119.

Jallot & Gutherz 2014, JALLOT L., GUTHERZ X., Le Néolithique final en Languedoc oriental et ses marges : 20 ans après Ambérieu-en-Bugey, in: Chronologie de la préhistoire récente dans le sud de la France : acquis 1992-2012 - actualité de la recherche : actes des 10e Rencontres méridionales de Préhistoire récente, Porticcio (20) - 18 au 20 octobre 2012, Sénépart I., Leandri F., Cauliez J. et al. (dir.), Toulouse, Archives d'Ecologie préhistorique, 2014, p. 137-158.

Jung et al. 2013, JUNG C., VERGÉLY H., GANDELIN M., VAQUER J., FIGUEIRAL I., FOREST V., JORDA C., SERVELLE C., L'occupation néolithique de la ZAC de la Salamane à Clermont-l'Hérault, in: Rapport du PCR Milieu et peuplement en Languedoc occidental du Néolithique au Bronze ancien, Gandelin M. (dir.), Montpellier, Service régional de l'archéologie / [...], 2013, p. 59-95.

Labriffe (de) et al. 2010, LABRIFFE (DE) P.-A., PETITOT H., BRIOIS F., CABROL P., Découverte d’une sépulture en coffre à Narbonne (Aude) : un assemblage funéraire de transition, entre Néolithique moyen et Néolithique final ?, in: 4e millénaire : la transition du Néolithique moyen au Néolithique final dans le Sud-Est de la France et les régions voisines, Lemercier O., Furestier R., Blaise E. (dir.), Lattes, Association pour le Développement de l'Archéologie en Languedoc-Roussillon, 2010, p. 141-147 (Monographies d'Archéologie méditerranéenne ; 27).

Léa 2004, LÉA V., Les industries lithiques du Chasséen en Languedoc oriental. Caractérisation par l'analyse technologique, Oxford, John and Erica Hedges Ltd, 2004, 222 p. (British archaeological Reports - International Series ; 1232).

Léa et al. 2007, LÉA V., BINDER D., BRIOIS F., VAQUER J., Le "Chasséen méridional à lamelles" d’Arnal : évolution de notre perception des industries lithiques, in: Un siècle de construction du discours scientifique en préhistoire. Volume III, Evin J. (dir.), Paris, Société préhistorique française, 2007, p. 263-275 (Congrès du Centenaire de la S.P.F., Avignon 2004).

Mahieu 1992, MAHIEU E., I. Réflexion sur les sépultures chasséennes, Gallia Préhistoire, 1992, 34, p. 141-164.

Mallet & Vaquer 2019, MALLET N., VAQUER J., Marges méridionales, Languedoc-Roussillon et Ardèche, in: Le phénomène pressignien : la diffusion des poignards et autres silex taillés du Grand-Pressigny en Europe occidentale au Néolithique, Mallet N., Pelegrin J., Verjux C. (dir.), Chauvigny, Association des Publications chauvinoises (A.P.C.), 2019, p. 588-603 (Mémoires ; 51).

Monnet et al. 2002, MONNET C., BAZILE F., GEORJON C., DI PIETRO-SIRVEN R., Fiche n° 28 - Rochefort-du-Gard. La Grange des Merveilles 1 : un habitat du Néolithique récent, in: Archéologie du TGV Méditerranée : fiches de synthèse - Tome 1 - La préhistoire, Lattes, Association pour la recherche archéologique en Languedoc oriental, 2002, p. 275-286 (Monographies d'archéologie méditerranéenne ; 8).

Montécinos 2004, MONTÉCINOS A., Le site néolithique final de la Gare à Cruzy (Hérault) dans son contexte chronoculturel : l'apport du mobilier céramique, Bulletin de la Société préhistorique française, 2004, 101, 1, p. 91-103.

Montécinos 2005, MONTÉCINOS A., La céramique vérazienne de Mailhac (Aude), Toulouse, Ecole des Hautes Études en Sciences sociales, 2005, 128 p. (Archives d'Ecologie préhistorique ; 17).

Pelegrin 2012, PELEGRIN J., New Experimental Observations for the Characterization of Pressure Blade Production Techniques, in: The emergence of pressure blade making : from origin to modern experimentation, Desrosiers P.M. (dir.), New York, Springer, 2012, p. 465-500.

Perrin & Briois 2005, PERRIN T., BRIOIS F., L'industrie lithique taillée, in: La fin du Néolithique et les débuts de la métallurgie en Languedoc central : Les habitats de la colline du Puech Haut à Paulhan, Hérault, Carozza L., Georjon C., Vignaud A. (dir.), Toulouse, Centre d'Anthropologie - EHESS / INRAP, 2005, p. 405-417 (Recherches en archéologie préventive ; 3).

Pothier 1900, POTHIER E., Les Tumulus du plateau de Ger, Paris, Honoré Champion, 1900, 172 p.

Prodéo 2003, PRODÉO F., La céramique des occupations du Néolithique final de "Combe Nègre" et "Combe Fages" à Loupiac (Lot), in: Temps et espaces culturels : du 6ème au 2ème millénaire en France du Sud, Gascó J., Gutherz X., Labriffe (de) P.-A. (dir.), Lattes, A.D.A.L., 2003, p. 219-234 (Monographies d'Archéologie méditerranéenne ; 15 / Rencontres méridionales de Préhistoire récente ; 4).

Raymond 1907, RAYMOND P., Note sur les lames de Collorgues (Gard). Contribution à l’étude de l’aire de dispersion des produits du Grand-Pressigny, La Revue préhistorique : annales de palethnologie, 1907, 2, p. 255.

Remicourt et al. 2009, REMICOURT M., VAQUER J., BORDREUIL M., Production et diffusion au Chalcolithique des lames en silex du Ludien de Collorgues (Gard), Gallia Préhistoire, 2009, 51, p. 213-244.

Remicourt & Vaquer 2011, REMICOURT M., VAQUER J., Aires culturelles et circulations de grandes lames, de plaquettes et de poignards à la fin du Néolithique et au Chalcolithique dans le midi de la France, in: Marges, frontières et transgressions : Actualité de la recherche : Actes des 8e Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente, Marseille (13), 7-8 novembre 2008, Sénépart I., Perrin T., Thirault E. et al. (dir.), Toulouse, Archives d'Ecologie Préhistorique, 2011, p. 121-156.

Remicourt & Vaquer 2017, REMICOURT M., VAQUER J., Exploitation minière et production de lames en silex de Mur-de-Barrez (Aveyron) à la fin du Néolithique : un bilan des connaissances, Cahiers d'Archéologie aveyronnaise, 2017, 30, p. 28-55.

Renault 1998, RENAULT S., Economie de la matière première. L'exemple de la production au Néolithique final en Provence, de grandes lames en silex zoné oligocène du bassin de Forcalquier (Alpes-de-Haute-Provence), in: Production et identité culturelle, D'Anna A., Binder D. (dir.), Antibes, APDCA, 1998, p. 145-161 (Rencontres méridionales de Préhistoire récente ; 2).

Renault 2004, RENAULT S., Les longues lames de silex provençales de la fin du Néolithique (et le contexte d'atelier), in: Vaucluse préhistorique : le territoire, les hommes, les cultures et les sites, Buisson-Catil J., Guilcher A., Hussy C. et al. (dir.), Le Pontet, Barthélémy, 2004, p. 215-218 (Ministère de la Culture et de la Communication / Direction régionale des Affaires culturelles de Provence-Alpes-Côte d'Azur).

Rodriguez 1968, RODRIGUEZ G., Le Néolithique dans le Saintponais (Hérault), Bulletin de la Société préhistorique française, 1968, 65, 3, p. 699-748.

Rodriguez et al. 1983, RODRIGUEZ G., AVEC LA COLLABORATION DE, DELIBRIAS G., POULAIN-JOSIEN T., RICQ DE BOUARD M. Eds., La Grotte de Camprafaud : contribution à l'étude du Néolithique en Languedoc central, Montpellier / Saint-Pons, Arceaux 49 / Groupe archéologique saint-ponais, 1983, 417 p.

Rodriguez et al. 1989, RODRIGUEZ G., MARSAC P., AVEC LA COLLABORATION DE, ERROUX J., Le niveau Saint-Ponien de la grotte-aven du Poteau, Saint-Pons (Hérault), in: Hommages à Henri Prades : (1920-1989), Sète, Fédération archéologique de l'Hérault, 1989, p. 57-71 (Archéologie en Languedoc ; 1989-4).

Roudil 1990, ROUDIL J.-L., La grotte du Claux (Gorniès, Hérault) : le Néolithique final du Languedoc, Marseille, Éditions du CNRS, 1990, 143 p.

Roussel de Fontanès 2000, ROUSSEL DE FONTANÈS M., La sépulture-ossuaire chalcolithique des Plaines (Saint-Jean-du-Pin, Gard), Activités et travaux / Groupe alésien de recherche archéologique,, 2000, 28, p. 49-57.

Roussot-Larroque 2008, ROUSSOT-LARROQUE J., La "sépulture du chef" de Pauilhac (Gers), Préhistoire du Sud-Ouest, 2008, 16, 1, p. 91-142.

Roussot-Larroque 2019, ROUSSOT-LARROQUE J., Artenac, ses ateliers de taille de silex et ses importations de silex du Grand-Pressigny, in: Le phénomène pressignien : la diffusion des poignards et autres silex taillés du Grand-Pressigny en Europe occidentale au Néolithique, Mallet N., Pelegrin J., Verjux C. (dir.), Chauvigny, Association des Publications chauvinoises (A.P.C.), 2019, p. 711-722 (Mémoires ; 51).

Salmon 2006, SALMON C., Aspects de l'industrie lithique du groupe des Treilles d'après les séries de Sargel 1, du gisement du Chat (gisement Jean-Pierre), et de La Vayssière, in: Hommes et passé des Causses : hommage à Georges Costantini : actes du Colloque de Millau, 16-18 juin 2005, Gascó J., Leyge F., Gruat P. (dir.), Toulouse / Millau, Archives d'Ecologie préhistorique / Musée de Millau, 2006, p. 99-116.

Sauzade 1977, SAUZADE G., Le dolmen de Coutignargues, commune de Fontvieille (Bouches-du-Rhône), in: Congrès préhistorique de France. Compte Rendu de la 20ème session, Provence 1974, Paris, Société préhistorique française, 1977, p. 567-580.

Taffanel et al. 1975, TAFFANEL O., TAFFANEL J., AMBERT P., La ciste de Boujas (Aigne, Hérault), Bulletin de la Société d’études scientifiques de l’Aude, 1975, 75, p. 113-119.

Tchérémissinoff 2006, TCHÉRÉMISSINOFF Y. Ed., "La Vayssonié" et "La Salabardié" : deux occupations domestiques de l'Age du cuivre dans le Ségala (Tarn, France), Castres, Comité départemental d'Archéologie du Tarn, 2006, 205 p. (Archéologie tarnaise - Monographie ; 1).

Tchérémissinoff 2012, TCHÉRÉMISSINOFF Y. Ed., La sépulture collective mégalithique de Cabrials (Béziers, Hérault). Une petite allée sépulcrale enterrée du début du Néolithique final = The megalithic collective burial of Cabrials (Béziers, Hérault). A very small below-ground gallery grave dating from the beginning of the Final Neolithic, Aix-en-Provence, APPAM, 2012, 144 p. (Préhistoires méditerranéennes ; 3).

Valentin et al. 2003, VALENTIN F., DONAT R., CLAUSTRE F., La gestion de l'espace sépulcral Néolithique moyen de la grotte de Montou (Pyrénées-Orientales) : un essai d'interprétation, in: Les pratiques funéraires néolithiques avant 3500 av. J.-C. en France et dans les régions limitrophes, Chambon P., Leclerc J. (dir.), Paris, Société préhistorique française, 2003, p. 301-314 (Mémoire ; 33).

Vaquer et al. 2004, VAQUER J., GANDELIN M., MARSAC R., Le site de Roc d'en Gabit, Carcassonne (Aude), in: Auvergne et Midi - Actualité de la recherche : actes de la cinquième session, Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), 8 et 9 novembre 2002, Dartevelle H. (dir.), Cressensac, Préhistoire du Sud-Ouest, 2004, p. 475-484 (Rencontres méridionales de Préhistoire récente ; 5 / Préhistoire du Sud-Ouest Supplément ; 9).

Vaquer et al. 2006a, VAQUER J., GANDELIN M., BRIOIS F., MONTÉCINOS A., AMBERT P., Les industries lithiques en silex allochtones de la grotte Tournié (Pardailhan, Hérault) (Contribution à la chronologie des importations de productions lithiques remarquables en Languedoc occidental), in: La fin de l'âge de pierre en Europe du sud : matériaux et productions lithiques taillées remarquables dans le Néolithique et le Chalcolithique du sud de l'Europe, Vaquer J., Briois F. (dir.), Toulouse, Éditions des Archives d'Ecologie préhistorique, 2006a, p. 205-219.

Vaquer et al. 2006b, VAQUER J., REMICOURT M., VERGÉLY H., Les poignards métalliques et lithiques du chalcolithique pré-campaniforme des petits et Grands Causses dans le Midi de la France, in: Hommes et passé des Causses : hommage à Georges Costantini : actes du Colloque de Millau, 16-18 juin 2005, Gascó J., Leyge F., Gruat P. (dir.), Toulouse / Millau, Archives d'Ecologie préhistorique / Musée de Millau, 2006b, p. 155-179.

Vaquer et al. 2006c, VAQUER J., VERGÉLY H., GANDELIN M., BRESSY C., BELLOT-GURLET L., PLISSON H., Place et rôle des composantes allochtones dans les industries lithiques taillées du site de Mourral (Trèbes, Aude), in: Paysages et peuplements : aspects culturels et chronologiques en France méridionale : actualité de la recherche, Fouéré P., Chevillot C., Courtaud P. et al. (dir.), Cressensac, Préhistoire du Sud-Ouest, 2006c, p. 347-363 (Rencontres méridionales de Préhistoire récente ; 6 / Préhistoire du Sud-Ouest Supplément ; 11).

Vaquer 2007, VAQUER J., Les enceintes du Néolithique final-Chalcolithique en Languedoc occidental : historique et bilan de 40 ans de recherches, in: Un siècle de construction du discours scientifique en préhistoire. Volume I, Evin J. (dir.), Paris, Société préhistorique française, 2007, p. 501-512 (Congrès du Centenaire de la S.P.F., Avignon 2004).

Vaquer et al. 2011, VAQUER J., PÉTREQUIN P., DEFOIS B., Une hache de type Pauilhac au Grès Haut, Calvignac (Lot), Préhistoire du Sud-Ouest, 2011, 19, 2, p. 197-213.

Vaquer et al. 2013, VAQUER J., CASTANY LLUSSÀ J., MARTÍN CÓLLIGA A., Le rôle du silex bédoulien du Vaucluse dans la compréhension de la chronologie et des relations culturelles du Néolithique moyen solsonien, in: 3er Col·loqui d'Arqueologia d'Odèn [el Solsonès] : darreres investigacions al Prepirineu lleidatà 2009-2011, Grup de Prehistòria del Solsonès (dir.), Lleida, Museu Diocesà i Comarcal de Solsona, 2013, p. 47-56.

Vaquer et al. 2014, VAQUER J., MARTÍN CÓLLIGA A., JUAN CABANILLES J., BORDREUIL M., GALANT P., Les poignards à retouches parallèles couvrantes sur préformes polies en silex de Forcalquier dans la zone nord-occidentale de la Méditerranée, in: Entre archéologie et écologie, une Préhistoire de tous les milieux : Mélanges offerts à Pierre Pétrequin, Arbogast R.-M., Richard A. (dir.), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2014, p. 129-155 (Annales littéraires de l'Université de Franche-Comté ; 928 / Série "Environnement, sociétés et archéologie" ; 18).

Vaquer 2015, VAQUER J., La lame de Collorgues de la grotte de Las Claousos III à Auriac, Aude et les lames en silex de Collorgues du Midi, in: Grottes sépulcrales préhistoriques des Hautes-Corbières, Guilaine J., Vaquer J., Zammit J. (dir.), Toulouse, Archives d'Ecologie préhistorique, 2015, p. 195-204.

Vaquer et al. 2017, VAQUER J., GANDELIN M., MARINVAL P., HEINZ C., CARRÈRE I., Un four à chambre de combustion souterraine du Néolithique final à Notre-Dame de Marceille, Limoux (Aude), Préhistoire du Sud-Ouest, 2017, 26, 1, p. 33-56.

Vaquer et al. 2018, VAQUER J., PHILIBERT S., TORCHY L., FAYET DE LA TOUR (DU) A., Les outils à moissonner de la grotte de Foissac (Aveyron) dans le cadre du Néolithique final dans le Sud-Ouest de la France = The harvesting knives from the Foissac cave (Aveyron, France) and the harvesting tools of the late Neolithic period in the Southwest of France, Bulletin de la Société préhistorique française, 2018, 115, 1, p. 99-123.

Vaquer 2019, VAQUER J., Le Grand-Pressigny et le sud, in: Le phénomène pressignien : la diffusion des poignards et autres silex taillés du Grand-Pressigny en Europe occidentale au Néolithique, Mallet N., Pelegrin J., Verjux C. (dir.), Chauvigny, Association des Publications chauvinoises (A.P.C.), 2019, p. 733-756 (Mémoires ; 51).

Vaquer 2019, VAQUER J., Marges méridionales, Importations et influences du Grand-Pressigny dans le Néolithique final de la région Midi-Pyrénées, in: Le phénomène pressignien : la diffusion des poignards et autres silex taillés du Grand-Pressigny en Europe occidentale au Néolithique, Mallet N., Pelegrin J., Verjux C. (dir.), Chauvigny, Association des Publications chauvinoises (A.P.C.), 2019, p. 565-587 (Mémoires ; 51).

Vaquer & Briois 2019, VAQUER J., BRIOIS F., Les produits laminaires en silex, in: Le dolmen de Saint-Eugène (Laure-Minervois, Aude) : autopsie d'une sépulture collective néolithique, Guilaine J. (dir.), Toulouse, Archives d'Ecologie préhistorique, 2019, p. 155-170.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Tableau de distribution et carte de répartition des types de tombes ayant reçu des sépultures collectives du Néolithique final dans le territoire actuel de l’Occitanie.
Légende La catégorie grotte sépulcrale inclut quelques sépultures en abris ou en diaclases, la catégorie monument inclut divers types de dolmens, coffres, tumulus, celles des hypogées comporte des tombes creusées mais aussi des cavités souterraines réutilisées (souterrains, caves sépulcrales ou mines réutilisées). Conception et DAO J. Vaquer.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2860/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
Titre 2. Carte des principaux affleurements à silex ayant donné lieu à des productions laminaires suffisamment importantes pour alimenter des réseaux de diffusion régionaux ou interrégionaux ayant concerné la région Occitanie.
Légende Conception et DAO J. Vaquer.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2860/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre 3. Vues à la loupe binoculaire des principaux faciès de silex utilisés pour des productions de grandes lames diffusées dans le Midi de la France au Néolithique final.
Légende N° 1 : silex bédoulien bleuté d’une lame du dolmen de Saint-Eugène à Laure-Minervois (Aude). N° 2 : silex brun rubané de Forcalquier d’un poignard du dolmen du Bois de Marou à Saint-Privat-de-Salces, Hérault. N° 3 : silex micro-bréchique de Collorgues d’une lame du dolmen de la Fagette à Saint-Pierre-de-la-Fage, Hérault. N° 4 : silex à gastéropodes de Mur-de-Barrez d’une lame du dolmen de la Lego à Nant (Aveyron). N° 5 : vue d’un échantillon géologique en silex de Los Monegros trouvé à Candasnos en Aragon (Espagne). N° 6 : silex des formations évaporitiques du bassin de l’Ebre d’une lame retouchée du dolmen de Saint-Eugène à Laure-Minervois (Aude). N° 7 : silex du Grand-Pressigny d’un poignard de la grotte des Cascades à Creissels (Aveyron). N° 8 : silex riche en spicules de spongiaires du Crétacé d’Aquitaine trouvé au dolmen de Saint-Guiral à Lalbenque, Lot. Conception et DAO J. Vaquer.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2860/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 4,4M
Titre 4. Exemples de lames en silex gris du Bédoulien du Vaucluse.
Légende N° 1 : lame grattoir de la grotte sépulcrale de Thézan, Aude, n° 2 : petite lame du dolmen 3 de La Roque à Saint-Etienne-de- Gourgas (Hérault), n° 3 : lame grattoir et pointe du dolmen de Ferrussac-Esquirol, La Vacquerie et Saint-Martin-de-Castries, Hérault, n° 4 et 6 : lame et poignard sur lame de l’ossuaire E de la Grotte du Trou du Viviès à Narbonne (Aude), n° 5 : petite lame de la grotte du Chaos aux Portes, Narbonne (Aude). N° 1, 4, 5 et 6 : coll. P. Héléna au Musée de préhistoire de Narbonne, n° 2 : coll. du Groupe Archéologique du Lodévois au Musée Fleury de Lodève, n° 3 : coll. B. Tournier au Musée d’Art et d’Histoire de Genève (CH). Conception et DAO J. Vaquer.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2860/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre 5. Exemples de lames en silex brun ou rubané du Stampien de la région de Forcalquier dans les Alpes-de-Haute-Provence.
Légende N° 1 : tumulus de Dignas à Sainte-Énimie (Lozère), n° 2 : dolmen de Jappeloup, Trausse-Minervois (Aude), n° 3 : Cova de la Tortuga, Argelès-sur-Mer (Pyrénées-Orientales). N° 1 : coll. G. Fages, dépôt de fouilles de Banassac (Lozère), n° 2 : Coll. H. Tallavignes au domaine de Paulignan, Trausse-Minervois (Aude), n° 3 : coll. R. Grau au musée dépôt archéologique de Céret (Pyrénées-Orientales). Conception et DAO J. Vaquer.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2860/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 5,4M
Titre 6. Exemples de lames de poignards en silex de Forcalquier à retouches en écharpe.
Légende N° 1 : lame à languette trapézoïdale du tumulus B du Taillan à Ger (Hautes-Pyrénées) ; n° 2 : poignard retaillé en forme de feuille de la grotte du Salpêtre de Coutach, Sauve, Gard ; n° 3 : poignard de type Roaix du dolmen du Bois de Marou à Saint-Privas-de-Salces, Hérault. N° 1 : coll. Pothier E. au Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, n° 2 : coll. E. Gimon au muséum d’histoire naturelle de Nîmes, n° 3 : coll. de G.-B. Arnal et du Groupe Archéologique du Lodévois au musée Fleury de Lodève. Photographies et DAO J. Vaquer.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2860/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre 7. Exemples de lames en silex bréchique de Collorgues (Gard).
Légende N° 1 : mini-allée-couverte de Cabrials à Béziers (Hérault), n° 2 : dolmen de la Fagette (Constantin 1953), ré-identifié comme dolmen de l’Abelanou 1 ou 2 à Saint-Pierre-de-la-Fage (Combarnous 1959, Arnal G.-B. 1979). N° 3 : grotte Poujol, Hures-La-Parade (Lozère). N° 1 collection Y. Tchérémissinoff, dépôt de l’Inrap à Béziers, Hérault, n° 2 : coll. B. Tournier, Musée d’Art et d’Histoire de Genève (CH), n° 3 : coll. M. Lacas, Musée de Roquefort-sur-Soulzon (Aveyron). Photographies et DAO J. Vaquer.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2860/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre 8. Exemples de lames en silex lacustre de Mur-de-Barrez (Aveyron).
Légende N° 1 : dolmen du Pech de la Guise, Lacapelle-Balaguier (Aveyron), n° 2 : dolmen de la Fagette (Constantin 1953), ré-identifié dolmen de l’Abelanou 1 ou 2 à Saint-Pierre-de-la-Fage (Arnal G.B. 1979). N° 1 : coll. J. Caussanel, Musée de Villefranche-de-Rouergue (Aveyron), n° 2 : coll. B. Tournier, Musée d’Art et d’Histoire de Genève (CH). Photographies et DAO J. Vaquer.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2860/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 6,1M
Titre 9. Exemples de lames en silex importées du Bassin de l’Ebre (Espagne).
Légende N° 1 : fragment de lame en silex des formations évaporitiques du bassin de l’Ebre qui a été trouvé dans le Tumulus B de Taillan à Ger (Hautes-Pyrénées), n° 2 : petite lame retouchée en silex blanc nacré et rosé du dolmen de Saint-Eugène à Laure-Minervois (Aude), n° 3 : fragment distal de lame en silex finement rubané de Los Monegros, qui a été trouvé dans la grotte de Caunillou à Cubières (Aude), n° 4 et 5 : fragment de lame et lame entière en silex finement rubané originaire de los Monegros qui ont été trouvés dans la grotte sépulcrale du Pré du Luc à Saint-Lizier en Ariège. N° 1 : coll. E. Pothier au Musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, n° 2 : coll. G. Sicard au dépôt de fouilles de Carcassonne, n° 3 coll. M. Landriq au musée archéologique de Sigean (Aude), n° 4 et 5 : coll. F. Régnaud au muséum d’histoire naturelle de Toulouse. Photographies et DAO J. Vaquer.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2860/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre 10. Exemples de poignards sur lames en silex turonien du Grand-Pressigny (Indre-et-Loire).
Légende N° 1 : aven de Ferrussac à La-Vacquerie et Saint-Martin-de-Castries (Hérault), n° 2 : dolmen de Bouygue à Ols-et-Rinhodes, Aveyron. N° 1 : coll. M. Lacas, Musée de Roquefort-sur-Soulzon, n° 2 : coll. J. Caussanel, Musée Urbain Cabrol de Villefranche-de-Rouergue. Photographies et DAO J. Vaquer.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2860/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre 11. Exemples de poignards sur grandes lames de technique pressignienne en silex du Crétacé d’Aquitaine.
Légende N° 1 : dolmen de Carbonié (parfois mentionné de façon erronée Nougayrat) à Saint-Martin-Labouval (Lot), n° 2 : dolmen de la Bertrandoune à Prayssac (Lot). N° 1 : coll. F. Bergougnoux au Musée Henri Martin de Cahors, Lot ; n° 2 coll. F. Rouzaud au dépôt de fouilles de Toulouse. Photographies et DAO J. Vaquer.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2860/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Vaquer, « Les grandes lames et les poignards lithiques dans les sépultures collectives de la fin du Néolithique et du Chalcolithique en Occitanie »Préhistoires Méditerranéennes, 9.2 | -1, 39-64.

Référence électronique

Jean Vaquer, « Les grandes lames et les poignards lithiques dans les sépultures collectives de la fin du Néolithique et du Chalcolithique en Occitanie »Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 9.2 | 2021, mis en ligne le 07 décembre 2021, consulté le 26 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/pm/2860 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pm.2860

Haut de page

Auteur

Jean Vaquer

jean-sebastien.vaquer@orange.fr
Directeur de recherche émérite au CNRS,
Traces UMR 5608, Maison de la Recherche,
Université Toulouse Jean Jaurès
Maison de la Recherche
5 allées Antonio Machado
31058 TOULOUSE cedex 9

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search