Navigation – Plan du site

AccueilNouvelle série9.2Relations au Néolithique entre le...

Relations au Néolithique entre les grottes et les dolmens des Pyrénées occidentales (France)

Patrice Courtaud, Patrice Dumontier, Pablo Marticorena et Delphine Linard 
p. 65-95
Traduction(s) :
Relationships between sepulchral caves and dolmens during the Neolithic in the Western Pyrenees (France)—abridged version [en]

Résumés

L’objectif de ce travail est de dresser pour le Néolithique un état des lieux de la connaissance sur les sépultures implantées dans des cavités naturelles et dans des monuments. Le cadre géographique se limite au bassin sud-Adour. Nous nous sommes particulièrement intéressés aux conceptions partagées des espaces funéraires et des sanctuaires. Cette recherche s’appuie essentiellement sur les fouilles et les études menées depuis près de 30 ans et par le Projet Collectif de Recherche (PCR) en cours sur le mégalithisme « Structures dolméniques et territoires dans les Pyrénées nord-occidentales ».

Les données des premiers temps du Néolithique sont quasi-inexistantes. Quant au Néolithique moyen et final, la documentation montre que les pratiques s’inscrivent dans les modalités observées plus largement dans un courant atlantique mais aussi, au Néolithique final avec ce qui existe à l’est de la chaîne des Pyrénées.

Deux éléments nous semblent particulièrement importants : Les tumulus, édifiés à partir du Néolithique moyen, avec ou sans architecture mégalithique, véritables marqueurs de territoire, sont encore édifiés à l’âge du Bronze mais également réutilisés jusqu’à la période antique - Plus discrètes, les grottes sont également utilisées à plusieurs reprises par une même communauté, puis, quelquefois plusieurs décennies ou siècles après.

Haut de page

Notes de la rédaction

Reçu / Received 01-04-2021 ; Version révisée reçue / Received in revised form 30-09-2021 ; Accepté / Accepted 04-10-2021 ; En ligne / Online 07-12-2021

Texte intégral

Cadre géologique et chronologique

1Nous proposons ici pour cadre géographique à notre étude le bassin sud-Adour. Ce fleuve d’environ 300 km de long, prend sa source à l’est de Lourdes dans le massif du Pic de Midi de Bigorre, passe par Tarbes, au sud de Mont-de-Marsan, puis à Dax, pour aller se jeter dans l’Océan Atlantique à Bayonne.

2Cette région est limitée au nord par les landes sableuses, au sud par la ligne de crêtes de la frontière franco-espagnole qui comprend de nombreux massifs karstiques, des premiers reliefs jusqu’aux altitudes les plus élevées. Les tumulus sont présents en plaine, les dolmens et les cavités naturelles documentées se rencontrent surtout sur les premiers reliefs jusqu’à une altitude de 700 m. Un dolmen est en cours de fouille par l’un d’entre nous (PD) en vallée d’Aspe à près de 1300 m d’altitude.

3Du point de vue chronologique nous bornerons notre discours ici, au Néolithique ancien (5400-4500 cal. BC) au Néolithique moyen (4500-3300 cal. BC) et au Néolithique final (3300-2200 cal. BC).

Cadre archéologique

4Dès les premières explorations archéologiques dans les Pyrénées nord-occidentales dans la deuxième moitié du xixe siècle, et rejoignant alors les dynamiques des recherches dans l’ouest de l’Europe, la présence de structures dolméniques (ou tumulaires de manière générale) a pu être soulignée et les premières cavités explorées. Nous noterons par exemple les fouilles de P. Raymond en 1865 sur le dolmen de Peyrecor 1 à Escout (Béarn), et les fouilles dans le bassin d’Arudy.

5Par la suite, dans une région à l’écart des grands centres universitaires, puis plus tard des grands aménagements, le paysage archéologique se révèle relativement décousu.

  • 1 Groupe Archéologique des Pyrénées Occidentales.

6À titre d’exemple, en vallée d’Ossau, la plus documentée, un premier inventaire des grottes et dolmens a été réalisé dans les années 1950. Une fouille a porté sur le coffre funéraire de Turon Bouchous (Laplace 1951, Ebrard & Marsan 2018). Puis de 1980 à 1996, des inventaires et des descriptions ont été effectués par des membres du GAPO1. Tumulus, cercles de pierres, dolmens et coffres furent alors cartographiés. Ces structures appartiennent au Néolithique jusqu’à l’âge du Fer.

7Malgré une reconnaissance ancienne, l’intérêt plus ou moins régulier des chercheurs, la disponibilité de plusieurs inventaires et cartographies (Fabre 1952, Omnès 1987, Blot & Raballand 1995, Soulier 1998) et la réalisation des quelques fouilles et programmes de recherches, un portrait précis du phénomène mégalithique et des occupations en grottes de la région est difficile à dresser. Par ailleurs, des cavités naturelles, notamment utilisées à l’âge du Bronze sont découvertes dont certaines font l’objet de fouilles. Nous signalons qu’un projet portant sur les sépultures d’altitudes à l’âge du Bronze fournit des informations sur l’occupation saisonnière des étages les plus hauts (entre 1300 m et 1800 m) et sur la nature du noyau humain en déplacement.

Néolithique ancien

  • 2 Poz-15871 : 6420+/-40 BP soit 5473 - 5325 cal. BC.

8Les premiers indices de néolithisation des Pyrénées nord-occidentales semblent apparaître vers 5300-5400 cal. BC (Alday & Marticorena 2018). Les analyses polliniques de la tourbière du Gabarn à Ogeu (Pyrénées-Atlantiques), réalisées par D. Galop et son équipe, ont également apporté une date s’inscrivant dans la même fourchette pour les premières indications d’activités agro-pastorales de la basse vallée d’Ossau (300 m) Elles sont enregistrées vers 5400 cal. BC (Rius et al. 2009)2.

9Pour l’archéologie, trois cavités dans le massif d’Arudy ont fourni de maigres indices (Espalunge, Malerode, Poeymau) et Apons en vallée d’Aspe (Marsan 1979). Ces faibles indices sont en faveur des fréquentations de petits groupes mobiles. Les assemblages évoquent ceux retrouvés plus sur les versant sud ou plus orientaux. Une arrivée des premiers néolithiques par l’Ebre et ses affluents a été proposée (comme cela a déjà été avancé), confortée par l’origine probable, dans le massif de le Pierre St-Martin, de l’argile utilisée pour la confection du vase d’Apons point de passage entre les 2 versants (Convertini & Dumontier 2018).

10En moyenne montagne la documentation disponible se limite aujourd’hui aux restes d’un squelette daté de la fin du Néolithique ancien, découverts par des spéléologues dans la grotte d’Haspia à Aussurucq (64) (Ebrard 2013).

11La deuxième partie du Néolithique ancien, entre 5000-4500 cal. BC, correspond à une période particulièrement favorable d’un point de vue climatique (Galop 2006). C’est à cette période que l’ensemble de la région livre des indices de néolithisation, les apports venus du sud étant probablement complétés par des arrivées de populations depuis le piémont nord-est des Pyrénées (Alday & Marticorena 2018).

Néolithique moyen

12Les données polliniques montrent une augmentation de la pression anthropique sur la moyenne et haute montagne et son piémont entre 4200-4000 et 3700-3600 cal. BC. Cette pression n’est pas particulière aux Pyrénées mais concerne l’ensemble des milieux montagnards européens.

13A une première phase (Néolithique moyen 1) comprise entre 4500 et 3800 cal. BC succède une seconde phase (Néolithique moyen 2) entre 3800 et 3300 cal. BC (Galop 2006) qui serait marquée par un net développement du mégalithisme et notamment des structures de types caussenardes.

14La première phase réelle d’expansion des activités agropastorales, notamment en moyenne montagne se situe entre 3800 et 3300 cal. BC. Ainsi l’agriculture sur brûlis et le développement de l’élevage se font dans un paysage d’ouvertures ponctuelles et localisées avec des régénérations rapides de la forêt. La deuxième partie du Néolithique moyen est marquée par une péjoration climatique notable conduisant très probablement à une déprise des activités humaines dans les milieux montagnards (Galop 2006).

15Les habitats reconnus correspondent à des occupations sous abri - Poeymau (Livache et al. 1984), Malarode (Marsan 1980), Apons (Dumontier et al. 2016a), Le Phare (Marembert et al. 2000) - ou à des petites occupations du type campements de plein-air (Uzein par exemple). À Apons, les restes d’un petit bœuf se trouvaient associés à un foyer en pierres chauffées (4000 cal. BC). En basse-Navarre, une litière datée de 3800 cal. BC se trouvait dans la grotte de Mikelauen-zilo, indice d’une utilisation en tant que bergerie. Les autres témoignages en montagne se résument à des armatures tranchantes dans les cercles de pierre de Bious-Oumette, Bious-Artigue et à l’abri-sous-roche de Caillau (entre 1300 et 1400 m). Ce sont les plus hauts vestiges retrouvés pour cette période (fig. 1).

16Pour les sépultures on notera par exemple la première phase du dolmen d’Ithe 2 datée entre 3790 et 3650 cal. BC (Ebrard 2013). Au Néolithique moyen 2 ou Néolithique récent, la grotte du Phare à Biarritz témoigne d’une occupation de courte durée (Marembert et al. 2000).

1. Carte de répartition des sites Néolithique moyen (P. Marticorena, P. Dumontier).

1. Carte de répartition des sites Néolithique moyen (P. Marticorena, P. Dumontier).

Néolithique final / Chalcolithique

17Cette période comporte une première phase entre 3300 et 2600 cal. BC, et une deuxième phase entre 2600 et 2200 cal. BC.

18À partir de 3300 cal. BC., au Néolithique final, l’affirmation des activités humaines est attestée à la fois par les données polliniques et les paléo-incendies. L’espace montagnard est désormais totalement anthropisé (Galop et al. 2002, Galop 2006, Dumontier et al. 2018). Cette expansion des activités humaines se traduit également par des données archéologiques qui sont ici plus nombreuses et concernent aussi bien l’habitat que les sépultures (fig. 2).

2. Carte de répartition des sites Néolithique final (P. Marticorena, P. Dumontier).

2. Carte de répartition des sites Néolithique final (P. Marticorena, P. Dumontier).

19Les indices d’agriculture se multiplient, l’élevage semble s’intensifier, et tout cela notamment à haute altitude, y compris dans des zones non concernées jusque-là. Dans un second temps (Néolithique final 2 (2600-2200 cal. BC), cette affirmation se stabilise et l’Homme pérennise alors son mode de vie et l’organisation de son économie de subsistance.

20Les sites archéologiques d’habitat et les sépultures sont aussi plus nombreux. Pour les habitats, on peut signaler la présence de structures fossoyées (trous de poteaux, fosses) sur le rebord du plateau au Gabarn d’Escout. Du matériel archéologique associé à des structures en creux de types silos (et en galets) ont été identifiés sur le site du Pont-de-Peyre à Poey-de-Lescar. Il y a par ailleurs des indices de sites qui n’ont pas été fouillés à ce jour.

21En plaine, sur le plateau du Pont-Long, des occupations légères sont matérialisées par des nappes de mobilier en lien avec des foyers à pierres chauffées sans structures bâties identifiées.

22Des occupations ponctuelles en grottes ou sous abri comme les porches des grottes de Poeymau, de Malarode et de Laà2 sont reconnues. La fréquentation de la haute montagne est attestée par du matériel indigent comme des pointes de flèches retrouvées à 2000 m d’altitude en relation avec la chasse (col de Peyreget à 2208 m, col d’Arrioutort à 1700 m et col de Taillandière 1900 m, ces 2 derniers permettant de communiquer entre les vallées d’Aspe et d’Ossau) et, à l’extrême fin de la période, à la fin du Campaniforme et au début du Bronze ancien, par les structures d’habitat du cirque de Troumouse (Saint-Sever & Remicourt 2019) .

23Plus généralement l’une des problématiques importantes sur ce territoire porte sur les formes de mobilités et d’échanges ayant existé à l’intérieur des Pyrénées occidentales et leurs piémonts, ceci afin d’offrir une vision transversale et sur la longue durée de ces phénomènes.

24Les trois questions marquantes dans la construction des territoires et des identités pyrénéennes concernent :

  • la circulation saisonnière des hommes et des bêtes et les formes d’occupation de l’espace qui leur sont associées ;
  • les échanges de biens transpyrénéens ou parallèles à la chaîne ;
  • les conceptions partagées des espaces funéraires.

25Cette dernière problématique s’appuie principalement sur les fouilles et les études menées depuis près de 30 ans dans les Pyrénées-Atlantiques (PC, PD) et par le projet collectif de recherches (PCR) récent sur le mégalithisme (PM) « Structures dolméniques et territoires dans les Pyrénées nord-occidentales ». Un PCR centré sur l’analyse de matériaux utilisés pour la confection des céramiques a permis d’aborder la circulation de ces mobiliers du Néolithique final au Bronze moyen (Convertini & Dumontier 2018). Les résultats permettent d’avancer des hypothèses sur la relation et la circulation des hommes et des biens, entre les hautes vallées pyrénéennes et les landes de Gascogne.

26En outre, les données qui illustrent le mieux l’anthropisation sont paléoenvironnementales, avec les premières analyses polliniques réalisées par G. Jalut, Bui Thi Maï et les études palynologiques des tourbières, réparties sur de nombreux secteurs des Pyrénées (Jalut et al. 1988, Galop et al. 2002, Galop 2006, Rius et al. 2009) et par les fouilles récentes du cirque de Troumouse évoquées ci-dessus.

Pratiques funéraires 

27Les sites funéraires mentionnés apparaissent sur la fig. 3.

3. Carte de localisation des sites mentionnés du bassin de l’Adour (P. Marticorena).

3. Carte de localisation des sites mentionnés du bassin de l’Adour (P. Marticorena).

1. Armiague ; 2. Buguista ; 3. Buluntza ; 4. Buzy ; 5. Col d'Arras ; 6. Darre la peyre ; 7. Gasteenia ; 8. Halhade ; 9. Ithé 1et 2 ; 10. Peyrecor 1 et 2 ; 11. Pouy Mayou ; 12. Turon Buchous ; 13. Xuberaxian ; 14. Apons ; 15. Arrouza 7 ; 16. Bordedela1/2/3 ; 17. Castillet ; 18. Chèvrefeuille ; 19. Duruthy ; 20. Espélugues ; 21. Garli ; 22. Harregi ; 23. Haspia ; 24. Houn de Laà ; 25. Isturitz ; 26. Laa2 ; 27. Laplace ; 28. Larrun 1 et 2 ; 29. Le Phare ; 30. Malarode 1 et 2 ; 31. Mikelauen-zilo ; 32. Poeymaü ; 33. Sasiziloaga ; 34. Unikoté ; 35. Artix* ; 36. Balansun ; 37. Bruques ; 38. Cazaou de Luc ; 39. Chemin des Tuyaas ; 40. Estaque 2 ; 41. Gurs ; 42. Lescar T1 -T2 ; 43. Lons ; 44. Mirassou ; 45. Pau-Cabout 5 ; 46. Pomps T1 ; 47. sources de la Lane ; 48. T1 de Mont ; 49. Bious-Artigues ; 50. Bious-Oumette ; 51. Les Areilles.

28Le Néolithique ancien n’a livré que les vestiges osseux d’un individu dans la grotte d’Haspia à Aussurucq (Pyrénées-Atlantiques), daté entre 4703 et 4500 cal. BC (Ebrard 2013). Aucune précision n’est apportée par l’auteur sur un aménagement particulier (dépôt dans une fosse ?) ou sur des offrandes qui permettraient de caractériser une sépulture. Nous pourrions être devant les restes d’un sujet décédé accidentellement dans cette cavité.

29Au Néolithique moyen, à Iholdy (Pyrénées-Atlantiques), dans la grotte d’Unikoté, des restes partiels de deux individus (1 femme adulte et 1 enfant d’environ 10 ans) ont été mis au jour. Ils ont été datés du début du Néolithique moyen 1, dans le dernier tiers du Ve millénaire avant n. è., entre 4259 à 3989 cal. BC et entre 4321 à 4055 cal. BC (voir fig. 11). Les vestiges osseux (au nombre de 15) ont été extrêmement perturbés ce qui rend impossible la reconstitution du mode de dépôt. Ces vestiges présentent des traces de découpe et de raclage. Plusieurs hypothèses ont été envisagées par les auteurs – une pratique du cannibalisme ou une pratique funéraire sans cannibalisme mais avec découpe du cadavre, ou un traitement plus spécifique de la tête – préparation d’un trophée ou d’une relique (Boulestin et al. 2013). Des restes humains du Mésolithique (Unikoté II), qui ont également été exhumés, présentaient des traces de découpe.

30Les phases plus récentes sont largement dominées par les sépultures rassemblant les vestiges de plusieurs défunts. Les restes humains y sont disloqués, éparpillés, souvent fragmentés, suite aux actions conjointes liées au fonctionnement de ces espaces sépulcraux (remobilisations, rangements, aménagements) et les facteurs taphonomiques (Chambon 2003, Duday 2009). Ces amas osseux résultent de dépôts humains successifs et sont regroupés sous le terme de sépultures collectives. Toutefois, comme nous le verrons ci-après les dépôts successifs de plusieurs cadavres dans un même espace ne suffisent à caractériser une sépulture collective. Des réutilisations peuvent être observées sur plusieurs siècles (Boulestin 2019). Ce collectivisme est rencontré dans les dolmens comme dans les cavités naturelles. Les effectifs sont généralement moindres dans ces dernières. Les dolmens connus ont quasiment tous été vidés de leur contenu anciennement. Par ailleurs les seuls contenus osseux de dolmens ayant fait l’objet de fouilles récentes sont ceux de Ithé (Ebrad 1993), contrairement aux dolmens de Peyrecor et de Darre la Peyre où les sédiments n’ont pas permis leur conservation (Dumontier 1997, Dumontier et al. 2008).

31Nous devons toutefois mentionner deux cavités situées dans le massif d’Arudy (Pyrénées-Atlantiques), datées du Néolithique final et qui n’ont livré qu’un seul sujet (Laà 2 et Bordedela 3 à Arudy).

32La cavité de Laà 2 a livré les restes humains découverts appartenant à un sujet, un adulte jeune décédé entre 25 et 30 ans probablement féminin. Sa représentation n’est que partielle et avec aucune connexion anatomique conservée. Le décès se situe au Néolithique final, soit entre 2900 et 2630 cal. BC.

33La conservation de tous les segments squelettiques, notamment celle des éléments les plus petits des extrémités, suggère une sépulture en un seul temps, c’est-à-dire l’apport du défunt à l’état de cadavre. Aucun creusement n’ayant été mis en évidence, nous supposons un dépôt en surface où se serait déroulée la décomposition jusqu’à l’état de squelette. La dispersion des éléments osseux, tant verticale qu’horizontale, est importante et s’est accompagnée de la disparition de la majorité des pièces osseuses d’une manière aléatoire, tous les grands segments squelettiques (le crâne est absent) étant touchés par cette représentation partielle. L’origine de ces perturbations est probablement ancienne en raison de la faible fragmentation, cependant sans qu’il ne soit possible de la rattacher à des gestes funéraires, regroupements ou bien prélèvements sélectifs de certains os. Nous ne pouvons privilégier aucune origine, animale ou humaine, ni aucune chronologie, ancienne, contemporaine de la fréquentation de la grotte. Il est plus raisonnable de considérer que la dispersion observée résulte de tous ces facteurs.

34Enfin, on peut s’étonner, dans ce contexte et à cette période, de n’avoir exhumé qu’un seul sujet, le IIIe millénaire étant l’apogée du collectivisme. On remarque que les foyers contemporains viennent tout autant mettre en doute la fonction funéraire de cette cavité. On ne peut pas exclure l’hypothèse d’un sujet qui serait venu mourir seul dans cette grotte. Reconnaître une sépulture, c’est identifier un lieu où une volonté a dicté un geste funéraire (Courtaud & Duday 2008). La présence de restes humains ne suffit pas à identifier une sépulture. En outre, aucun témoignage d’une quelconque attention envers le défunt, comme le creusement d’une tombe, la présence d’offrandes, n’a été identifié (Dumontier et al. 2016).

35A proximité, une autre cavité n’a livré que les vestiges d’un unique défunt. Bordedela 3 (Arudy) est un petit boyau de près de 9 m de long dont l’entrée en pied de falaise était obstruée par un massif de blocs. La découverte d’un tesson a initié une fouille archéologique qui a permis de reconnaître un aménagement. La présence de vestiges osseux humains appartenant à un sujet périnatal, localisés dans la section terminale pose de multiples questions. Ces vestiges (un tibia, un fragment de crâne), situés à proximité de deux tessons de poterie, plaident pour un dépôt volontaire et non pour des os transportés depuis l’extérieur par des carnassiers. Si l’on privilégie qu’à l’origine cette cavité a reçu le dépôt primaire d’un enfant décédé à terme, alors l’aménagement de l’entrée, représenté par deux alignements perpendiculaires à l’axe de pénétration correspond probablement à une fermeture/condamnation de cet espace. Si la présence de jeunes enfants et de fœtus a déjà été enregistrée dans des sépultures collectives, notamment en cavité (Courtaud et al. 2006, Bendezu-Sarmiento 1999), nous n’avons pas trouvé à ce jour, dans la bibliographie, de situation comparable à Bordedela 3 avec le dépôt d’un seul enfant aussi jeune. Le mobilier est indigent. Il n’est représenté que par trois tessons de céramique du même type, tous chamottés. Il est possible qu’ils appartiennent à un même récipient. La datation obtenue sur le petit tibia mis au jour à Bordedela 3 (Poz-96692 3970±35 BP soit 2577-2348 cal. BC) s’inscrit dans la fourchette des dépôts du Néolithique final de Bordedela 1 et 2 (Dumontier et al. 2017).

Topologie et topographie

Les cavités naturelles

36Rares sont les grandes cavités naturelles ayant accueilli des dépôts humains. Nous pouvons prendre pour exemple celle d’Isturitz (St-Martin- d’Arberoue, Pyrénées-Atlantiques) principalement connue pour les occupations du Paléolithique supérieur. Cependant la présence de vestiges humains dans la grande salle en dehors du cheminement, ainsi que de très nombreux fragments de vases et une série anthropologique attribués à ce site, présents dans les réserves du Musée des Antiquités Nationales (MAN), nous ont conduits à une étude des vestiges récents de cette cavité. Après un examen des vestiges du MAN en 2008, nous avons entrepris en 2009 et 2015 la fouille partielle du secteur proche de l’entrée sud-est de la grotte où subsistaient encore les témoignages des deux zones funéraires. À cette occasion plusieurs centaines de vestiges ont été recueillis dont une majorité d’éléments appartenant au squelette humain, auxquels s’ajoutaient quelques os de faune, de la céramique, peu représentée, de même que l’industrie lithique (pointe de flèche…). À l’inverse la parure essentiellement constituée de perles discoïdes en calcite et variscite était très présente avec plus de 800 exemplaires. Si des perturbations ont remobilisé des vestiges, notamment en relation avec l’installation de câblages électriques, des indices suggérant une position primaire ont été mis en évidence. Toutefois, aucune structure indiquant un aménagement funéraire n’a été reconnue et il a semblé que les défunts avaient été simplement disposés à même le sol sans aucun marquage (Dumontier et al. 2015). Cependant, une possible partition semble apparaître avec une majorité d’enfants du côté ouest, et d’adultes à l’opposé (Dumontier et al. 2015). L’espace funéraire se répartit sur plusieurs dizaines de m², ce qui est inhabituel, en général les hommes du Néolithique choisissant des cavités naturelles plus exiguës pour y déposer leurs défunts. Toujours est-il que malgré ces différences, nous ne pouvons pas parler de réelle sectorisation de l’espace funéraire tant les perturbations observées sont importantes (fig. 4).

4. Isturitz (St-Martin-d’Arberoue) : répartition des vestiges humains de la salle Saint-Martin (P. Courtaud, P. Dumontier, C. Normand, G. Parent).

4. Isturitz (St-Martin-d’Arberoue) : répartition des vestiges humains de la salle Saint-Martin (P. Courtaud, P. Dumontier, C. Normand, G. Parent).

37En vallée d’Aspe à Sarrance, le niveau C3sup de la grotte d’Apons a fait l’objet d’un aménagement mégalithique - coffre de 2x1 m et blocs dressés - destiné à recevoir des sépultures successives (fig. 5). Les datations obtenues sur os humains placent cette occupation entre 2920 et 2704 cal. BC. L’espace sépulcral ayant été réutilisé à la fin du Bronze ancien, le niveau néolithique a été vidangé à cette époque, aussi aucun mobilier associé aux sépultures du Néolithique final ne nous est parvenu (Dumontier 1999, Dumontier et al. 2000, Dumontier et al. 2016a et b). La collection anthropologique provient de pillages anciens et de nos fouilles, ce qui limite fortement les perspectives concernant les pratiques et le recrutement. Cependant nous pouvons noter que nous sommes ici devant un espace ouvert et que les trois monolithes dressés (stèles aniconiques ?) devant le coffre pourraient avoir un rôle dans la symbolique du site et les rituels funéraires.

5. Apons (Sarrance) : espace sépulcral de l’abri comprenant un coffre et trois monolithes dressés (P. Dumontier).

5. Apons (Sarrance) : espace sépulcral de l’abri comprenant un coffre et trois monolithes dressés (P. Dumontier).

38Le massif d’Arudy est localisé au débouché de la vallée d’Ossau, au pied du 1er chaînon nord des Pyrénées. Au débouché de la vallée d’Ossau, ce massif s’épaissit en un grand nombre de collines calcaires sur les communes de Louvie-Juzon (rive droite), d’Izeste et d’Arudy (rive gauche) qui a livré de nombreuses cavités (fig. 6). Dans les années 40/50, G. Laplace avait travaillé dans les grottes sépulcrales de Larrun 1 et 2, de Garli et de la Houn de Laà. Cl. Blanc (1989) a réalisé un sondage dans la grotte sépulcrale dite « Laplace ». Enfin, de 2006 à 2010 nous avons étudié la grotte de Laà 2 (dont l’entrée dite Laà 3) qui a livré des témoins d’occupations du Magdalénien à l’antiquité tardive (Dumontier et al. 2009).

39Au Néolithique final, les occupations domestiques de faibles intensités sont reconnues dans les grottes du Poeymaü, de Malarode 1 et 2, et de Laà 2. Comme pour la période précédente, des cavités naturelles, souvent de simples boyaux, sont toujours utilisées pour recevoir les défunts.

40A ce jour, les cavités sépulcrales connues dans le bassin d’Arudy sont au nombre de huit (fig. 6). Ce chiffre ne tient pas compte de la grotte trouvée en 2014 à Izeste qui a livré en surface un fragment de calotte crânienne à l’entrée de la cavité, et de la sépulture mise au jour par L. Fonteneau dans la grotte de Malarode 2 et pour laquelle nous n’avons aucun élément de datation (Fonteneau 1918, Courtaud et al. 2018).

6. Les cavités sépulcrales du massif d’Arudy.

6. Les cavités sépulcrales du massif d’Arudy.

1. Bordededela 1,2,3 ; 2. Grotte Laplace ; 3. Grotte de Laa3 ; 4. Grotte de Houn de Laa ; 5. Grotte de Garli ; 6. Grotte de Larrun 1 ; 7. Grotte de Larrun 2 (emplac. approx.). P. Dumontier

41A Bordedela 1, l’entrée de la cavité, orientée au sud, se trouve au-dessus d’une banquette brèchifiée, en pied de falaise ouest du petit massif de Bordedela. Cette entrée (1,50 m de largeur pour 0,60 m de hauteur) conserve au sud un petit massif de pierres, de 15 à 20 cm de côté, empilées les unes sur les autres qui matérialiserait les restes d’une fermeture. L’entrée ouvre sur une petite galerie basse de près de 4 m de longueur pour 0,80 m à 1,50 m de largeur. La hauteur moyenne au-dessus du remplissage, avant nos travaux, était de 45 cm environ.

42La surface du sol de l’entrée était constituée d’un sédiment limoneux enrobant des cailloutis calcaires. Plus en amont, ce sol était recouvert par des plaquettes, des pierres calcaires et les premiers vestiges osseux humains (Courtaud et al. 2018).

43Bordedela 2 appartient au même petit réseau que Bordedela 1 et est située à 3 m au nord.

44Elle est constituée d’un conduit de section ovale, orienté à l’ouest, de 4 m de longueur pour 0,40 à 0,50 m de largeur, avec une hauteur 0,80 m à 1,10 m. Il se termine sur une transversale orientée au nord, de 2,30 m de longueur pour 0,70 m de largeur, qui se poursuit au-delà d’un passage étroit, impénétrable. À la jonction se trouve l’ouverture (0,80 m sur 0,35 m) d’un puits de 3 m de profondeur. Le pendage de la galerie, vers l’extérieur, est de 0,60 m sur 3 m de longueur. L’ouverture de la cavité se trouve à 0,90 m de hauteur par rapport au pied de la falaise. Le nombre important de blocs effondrés en pied de falaise ne permet pas de distinguer ceux qui auraient pu appartenir à une éventuelle structure de fermeture (Courtaud et al. 2018).

45A une vingtaine de mètres des deux autres cavités au pied de la même falaise l’entrée de Bordedela 3 était colmatée par un éboulis de blocs qui en réalité devait former une fermeture volontaire. Elle s’ouvrait par un petit conduit, avec une entrée de 0,60 m de largeur pour 0,90 m de hauteur. Cette cavité est un petit boyau orienté principalement à l’ouest, de 8,90 m de longueur. Il se développe en forme de baïonnette, avec trois tronçons : le conduit d’entrée de près de 3m de longueur, orienté à l’ouest, le conduit terminal, de 3,40 m de longueur se développant dans la même orientation, et un boyau intermédiaire de 2,50m de longueur, orienté au nord-ouest reliant les deux précédents. Ce boyau était comblé à mi-hauteur par un sédiment homogène brun. Les vestiges archéologiques se composent de deux tessons identiques à la céramique mise au jour à Bordedela 1 et de quelques os d’un sujet périnatal (Dumontier et al. 2017).

46Le porche principal de l’entrée de la grotte de Laà 2 se trouve au pied de la falaise nord-est du massif de Garli, à 440m d’altitude. Les niveaux néolithiques ont été mis au jour dans l’une des deux entrées, la plus exiguë (Laà 3) qui couvre une surface de 12 m². L’un de ces niveaux contenait les restes partiels d’un individu sans aménagement perceptible (Dumontier et al. 2009 ; Courtaud et al. 2018).

47La grotte Laplace (Blanc 1989) se trouve en haut d’une petite falaise de 6 m de hauteur à 459 m d’altitude, très proche du sommet d’une des collines du massif de Bordedela, sur le versant est. Cette cavité est un long boyau de près de 50 m de longueur pour une largeur moyenne de 1 m. On distingue deux parties, la première, de près de 10 m, correspond à la galerie d’entrée, utilisée pour les dépôts sépulcraux, puis après une étroiture le boyau poursuit son déroulement avec un léger pendage (-7,5 m au fond de la cavité). Le sondage a été réalisé à l’entrée de la cavité, où le mobilier osseux et céramique était très dispersé, avec une plus grande concentration près des parois latérales.

48La Grotte du Turon d’Espalungue, ou bien grotte inférieure de Larroun ou Larroun 1 maintenant orthographiée Larrun (fouilles G. Laplace en 1949 ; Laplace 1984, Courtaud et al. 2018), cette petite cavité est localisée sur le flanc ouest du Larrun, à 403 m d’altitude. Elle s’ouvre à 1 m du sol, dans une falaise intermédiaire du massif. Voici un extrait de la courte publication (Laplace 1951) : "L’entrée à 0,90 m de hauteur pour 0,30 m de largeur et débouche sur une petite salle de 2,50 m de longueur, .... Sous un cailloutis calcaire de 15 à 20 cm d’épaisseur, la couche archéologique est un limon calcaire de 10 à 12 cm. Les restes d’un enfant de 6 ans environ ont été mis au jour au fond de la cavité. Ils étaient « accompagnés » par des restes de faune (ovi-capriné, bœuf) et des fragments céramiques".

49La Grotte de Garli (Fouilles G. Laplace, 1955 ; Laplace 1984, Courtaud et al. 2018) s’ouvre sur la face sud du Turon de Garli à 459 m d’altitude, est particulièrement réduite (1,70 m de longueur pour 1,37 m de largeur maximum). La présence d’une grosse dalle devant l’entrée pourrait correspondre à la fermeture de cette minuscule cavité ouverte au niveau du sol. G. Laplace indique que sous la surface (humus et blocaille sèche), la couche archéologique avait 20 cm d’épaisseur. Il s’agissait d’un limon sableux avec quelques blocs anguleux. Il n’y a donc pas de stratigraphie permettant de corréler une chronologie relative avec les résultats des analyses radiocarbones.

50L’abri de la Houn de Laà (fouilles R. Cousté, 1934 et G. Laplace, 1947 ; Laplace 1984, Courtaud et al. 2018) au pied du Turon de Garli, à 463 m d’altitude, mesure 31 m de long sur 9 m de profondeur. Les sondages et fouilles superficielles ont livré de rares témoins du Néolithique final (une pointe foliacée) et de la céramique des âges du Bronze et du Fer. La grotte s’ouvre sur une petite corniche, dans la paroi de l’abri à 4,5 m de hauteur. La petite galerie d’entrée fait 2,5 m de longueur pour 0,80 à 1 m de largeur. Elle est en pente (40°) et aboutit à une petite salle horizontale de 2,40 m de longueur pour 3,50 m de largeur et 1,95 m de hauteur maximum où avaient été déposés 15 individus. À partir de cette salle, une petite cheminée remonte dans le massif, sans atteindre la surface.

51Sur ces sept cavités étudiées, nous remarquons une grande ressemblance pour cinq d’entre elles. Elles s’ouvrent en hauteur sur une paroi. Cela peut être au-dessus d’une banquette comme à Bordedela 1 mais dans les autres cas, l’ouverture se découpe directement dans la falaise, à 1 m du sol ou plus, comme à la Houn de Laà où l’ouverture se trouve à près de 4,5 m de hauteur. Seules les grottes de Garli et de Laà 2 s’ouvrent au niveau du sol. Pour cette dernière le caractère sépulcral est cependant discuté.

52Ces entrées donnent sur une petite salle à Houn de Laà et à Laà 2. Dans les autres cas, il s’agit de conduits étroits plus ou moins longs (moins de 2 m à Garli et jusqu’à 40 m à la grotte Laplace).

53A Bordedela 1, l’espace funéraire est localisé sur les trois derniers mètres du fond de la cavité, laissant les deux premiers mètres vides. La position des vestiges recueillis à Bordedela 2 nous conduit à penser que les dépôts se trouvaient également au fond de la galerie. Pour la grotte du Turon d’Espalungue et Garli l’espace funéraire utilise la totalité de la surface disponible limitée à 2 m² environ.

54La grotte Laplace n’a fait l’objet que d’un sondage. Pour la grotte de la Houn de Laà, nous n’avons pas de plan de répartition des vestiges recueillis. Des structures de fermeture ont été observées à Bordedela 1, à Garli et à la Houn de Laà, mais pour cette dernière nous n’avons aucune description et nous ne savons pas si cette éventuelle fermeture était associée aux sépultures, ou aux occupations postérieures du 2e âge du Fer.

55A Laà 3 un muret de blocs calcaire fermait le passage reliant cette salle d’entrée à la grande salle de Laà 2. Pour cette structure nous ne pouvons pas démontrer une relation avec la présence du défunt.

56Plus à l’Est, la grotte du Castillet est située dans le quartier du Garnavie en plein centre-ville de Lourdes (Hautes-Pyrénées). Elle présente un boyau étroit dans lequel ont été recueillis, outre les ossements humains, une dizaine de tessons appartenant à un minimum de cinq vases, de l’industrie osseuse et des éléments lithiques (Omnès 1981). Le dépôt était recouvert de pierres. Connue du public, elle a fait l’objet de plusieurs fouilles clandestines (Omnès 1980).

57Egalement située sur la commune de Lourdes (Hautes-Pyrénées), la grotte sépulcrale de l’Arrouza 7 (ou Tute du Chêne) est constituée d’une courte galerie qui a livré, en 1977, des ossements humains, du matériel lithique et céramique à rattacher au Néolithique final, ainsi que sept tessons appartenant à un vase daté du Bronze ancien. Les ossements fragmentés reposaient sans ordre anatomique dans une petite dépression naturelle au fond de la galerie. Ils étaient recouverts d’une couche de terre meuble d’environ 40 cm à laquelle étaient associés des blocs calcaires (Omnès 1981).

58Enfin, toujours sur la commune de Lourdes, la grotte des Espélugues est principalement reconnue pour ses niveaux datés du Paléolithique supérieur, mais une ou plusieurs occupations néolithiques sont également attestées par la présence de mobilier lithique (hache polie et pointe de flèche) et céramique. Des ossements humains y ont également été dégagés mais leur attribution chronologique reste incertaine (Omnès 1980, Omnès 1981).

59Le rattachement chronologique du mobilier issu de ces deux dernières cavités est toutefois à considérer avec prudence puisqu’il n’a pu être observé lors de la reprise de matériel réalisée en 2016 au musée Pyrénéen (Marticorena 2016). Ces trois cavités pourraient néanmoins avoir connu une occupation contemporaine aux dolmens du plateau de Ger (Hautes-Pyrénées), dont certains pourraient cependant avoir été érigés durant le Néolithique moyen. Une reprise d’étude de ces collections associées à de nouvelles datations serait donc tout à fait pertinente (nous nous heurtons toutefois à des problèmes de localisation et d’accès à ces collections).

Les dolmens et les tumulus

60La première moitié du IVe millénaire voit l’apparition de la construction des dolmens avec notamment les monuments d’Ithé 1 et 2 (Ebrard 1993) à Aussurucq, dans le massif des Arbailles. La première phase d’utilisation du dolmen d’Ithé 2, datée entre 3790 et 3650 cal. BC (Ebrard 2013), correspond à la plus ancienne date actuellement disponible pour la région concernée.

61Ces deux structures fouillées en Pays basque nord se situent en Soule en bordure d’une ancienne piste pastorale à 700 m d’altitude et s’intègrent à un ensemble comprenant plusieurs tumulus qui semblent avoir été pillés. Ils présentent des architectures semblables, probablement contemporaines. Ithé 1 est l’un des plus grands dolmens du Pays basque nord avec une chambre dont les dimensions sont 2,70 m de longueur pour 1,25 m de largeur et 2,30 m de hauteur. Il est recouvert d’un tumulus d’environ 15 m de diamètre. La stratigraphie montre quatre couches.

62La chambre du dolmen d’Ithé 2 est moins haute (2,30 m L ; 1 m l ; 1,10 m H).

63Les éléments à retenir pour une contemporanéité des structures sont : une même orientation E-SE, une implantation au-dessus du lapiaz, une similitude dans l’implantation des dalles s’appuyant sur les bords des fissures (trois supports latéraux à Ithé 1 et quatre à Ithé 2), trois types de calcaire de construction (Mens et al. 2018), la présence de matériel lithique dans les premiers niveaux avec pointes et lamelles à dos, en dépôt de fondation et une mise en place des dalles antérieure à celle du dallage. Cependant on ne peut pas savoir si ces pièces sont en position primaire. Il en est de même à Armiague (Marticorena 2017, 2018).

64En basse vallée d’Ossau le dolmen de Buzy (Pyrénées-Atlantiques), fouillé à la fin du xixe siècle (Recurt 1880), pourrait, par son architecture appartenir à cette période. Des fouilles plus récentes ont porté sur le dolmen de Peyrecor 2 (fig. 7) à Escout (Pyrénées-Atlantiques). Il est érigé entre 2869 et 2306 cal. BC (Dumontier et al. 1997). À proximité, sur la même ligne de crête, les dolmens de Peyrecor 1 à Escout (Dumontier 1997) et de Darre la Peyre à Précilhon (Dumontier et al. 2008), présentent des caractéristiques architecturales très proches : chambres semi-enterrées pour les trois, choix des matériaux, tumulus circulaire parementé de plusieurs assises de dalles de grès pour Peyrecor 1 et 2. Bien que les niveaux de construction de Peyrecor 1 et de Darre la Peyre n’aient pas pu faire l’objet d’une datation radiométrique, il est probable qu’ils appartiennent à la même période chronologique que Peyrecor 2. Ils témoignent de la poursuite de la construction de ces monuments au Néolithique final.

7. Dolmen de Peyrecor 2 (Dumontier 1997).

7. Dolmen de Peyrecor 2 (Dumontier 1997).

65Cinq dolmens de la vallée d’Hergaray ont été étudiés dans le cadre d’un PCR portant sur le mégalithisme. Deux sont ci-dessous détaillés.

66Le dolmen de Gasteenia est sans doute l’un des sites mégalithiques les plus emblématiques du Pays basque nord (Marticorena 2017). Il est localisé sur la commune de Mendive à mi-pente. Installé sur un substrat détritique à 440 m d’altitude, le monument pointe au sommet d’une butte de forme circulaire et d’une hauteur de près de 2 m (fig. 8 ; fig. 9A). Le matériel archéologique est pauvre. Un galet de grès a été exhumé en profondeur qui a dû être utilisé comme percuteur.

8. Dolmen de Gasteenia.

8. Dolmen de Gasteenia.

A. Comparaison du d'après Chevallier 1987 et du relevé effectué en 2016 (E. Mens) avec photogrammétrie B. Coupe SSO – NNE de la butte avec les sondages 2 et 4 (in Marticorena 2017).

67Les informations issues de la géologie, géomorphologie et pédologie ne confirment pas le caractère naturel de cette butte qui constitue une anomalie. Les données issues des sondages tendent à mettre en évidence qu’elle est d’origine anthropique en raison de la présence de pierres et de terre mêlée, de mottes de terre crue bien visibles et de l’hétérogénéité des matériaux (Marticorena et al. 2018).

68Ainsi sous l’appellation « dolmen simple pyrénéen », couramment admise, est apparue une architecture affirmée dans une mise en scène jouant sur les volumes, les pentes et les couleurs des monolithes. Elle est en outre ici exacerbée par son érection au sommet d’une butte artificielle constituant à l’heure actuelle l’une des plus importantes structures funéraires de terre crue du Néolithique ouest européen.

69Pour le dolmen d’Armiague (Béhorlégi) le cairn, le parement, la chambre avec une fosse de calage du chevet ou bien encore la relation chevet/orthostate ont été documentés (Marticorena 2017, 2018). Concernant la culture matérielle, et malgré la superficie restreinte des sondages les séries lithique et céramique qui renvoient probablement au Néolithique moyen, constituent une nouvelle évidence d’un mégalithisme ancien (fig. 9B).

9. Coupes géologiques schématiques.

9. Coupes géologiques schématiques.

A. Configuration du site de Gasteenia entre le sommet du Mocorreta (origine du chevet et de la table), le replat en quartzite au niveau de la route au-dessus du dolmen (origine des piliers) et le dolmen. B. Configurations du dolmen d’Armiague (Bichot in Marticorena 2018).

70Les informations architecturales, en particulier au niveau de l’entrée, nécessitent une poursuite de la fouille notamment afin de mieux cerner la raison d’être de la marche creusée dans le substrat, mais aussi pour les données matérielles en espérant en particulier que le vase découvert pourra être complété dans sa partie basse.

71Après avoir fouillé cinq dolmens (avec Xuberaxian, Buluntza et Buguista) nous pouvons assurément proposer un nouveau regard sur le mégalithisme de ce secteur et plus largement sur le concept même de « dolmen simple basque » (Mens et al. 2018).

72Les fouilles d’Armiague et de Xuberaxian ont permis de confirmer ces premières impressions en démontrant que les chevets sont érigés avant les orthostates (même si la chronologie précise est difficile à déterminer), suggérant de véritables stèles. La vision des monuments est alors profondément changée par rapport aux propositions passées. Les quelques éléments matériels recueillis tendraient à confirmer nos propositions d’attribution chronologique avec notamment ce vase découvert à Armiague et très probablement rattachable au Néolithique moyen. L’image du « dolmen simple » basque ou plus largement pyrénéen érigé par de pauvres bergers protobasques s’éloigne encore un peu plus (Mens et al. 2018).

73On évoquera également, sur le plateau de Ger, les mégalithes de Bartrès (Hautes-Pyrénées) : le Pouy Mayou – vaste chambre de 7 m sur 4 m environ, de forme rectangulaire, et la structure de la Halhade – structure mégalithique avec des dépôts campaniformes, réutilisée par la suite à l’âge du Bronze (Piette 1881). De par son architecture le Pouy Mayou (ou Puyo Mayou) a probablement été érigé au Néolithique moyen, mais le mobilier mis au jour au xixe siècle évoque le Néolithique final. Il peut s’agir de réutilisation comme cela a été enregistré dans la plupart des sites mégalithiques de la façade atlantique française. Le dolmen de la Halhade est fouillé durant l’hiver 1879/1880 par E. Piette. La structure interne mise au jour apparaît alors tout à fait unique pour la région. En effet, le monument est décrit comme un tertre de 24 m de diamètre et un peu plus de 2 m de hauteur, recouvrant un alignement de huit coffres, plus un en position latérale, le tout formant une sorte d’allée couverte. La longueur totale de cet ensemble est 14.20 m pour une largeur variant de 0,50 à 0,70 m et une hauteur de 1,10 m.

74Le matériel mis au jour dans cette « allée » mais aussi dans la masse du tumulus témoigne d’utilisations allant au moins du Néolithique moyen à l’âge du Fer. Au moins trois de ces coffres pourraient être néolithiques, alors que nous devons noter que trois autres n’ont pas livré de matériel et enfin que deux étaient très perturbés et n’avaient déjà plus de dalles de couverture. Les travaux réalisés récemment (Maticorena et al. 2018) sur La Halhade auront permis de mettre au jour un parement bien conservé. À cette découverte s’ajoutent des fosses très probablement liées à l’extraction d’argile pour la construction vue en géophysique, mais aussi à la découverte d’une armature de flèche tranchante attribuable au Néolithique moyen.

75Des tumulus non associés à des dolmens font aussi leur apparition, dans le piémont et sur le plateau du Pont-Long (Pyrénées-Atlantiques).

76Le tumulus T1 de Mont (Marsan 1985) conservait à sa base, en position centrale, une structure sensiblement rectangulaire de galets. L’attribution au Néolithique moyen repose sur le mobilier lithique qui présentait plusieurs armatures de flèches tranchantes à retouches abruptes (Marsan 1985, Marticorena 2014),

77Le tumulus de Gurs à Préchacq (fouilles P. Boucher) conservait à sa base et également en position centrale, un mobilier lithique (pièce foliacée interprétée comme un poignard chalcolithique, lame brute, percuteur sphérique) à proximité de charbons de bois qui ont été datés entre 4365 à 4235 cal. BC (fig. 11). Trois autres dépôts associés à des fosses, sont répartis sur la surface du tertre. Ici, c’est la datation des charbons de bois qui suggère l’antériorité du tumulus par rapport au mobilier mis au jour, qui pourrait correspondre à une réutilisation (Ebrard 2013). Les armatures en silex sont semblables à celles de Mont et d’Ibos 1.

78Le tumulus de Pomps T1 (Blanc & Bui Thi Maï 1988) mesure 22 m de diamètre pour env. 1 m de hauteur. Il se situe au nord-ouest du Pont-Long à 150 m altitude. Il recouvrait les vestiges brûlés de deux sujets en partie en connexion qui reposaient sur un pavement grossier en galets rougis. La conservation de relations et de proximités anatomiques implique une crémation « par le dessus », probablement à partir d’une structure en bois (maison funéraire ou coffre : Dumontier et al. 2016b, Dumontier 2019). Une datation sur charbon place la sépulture entre 2775-1950 cal. BC.

79Pour la deuxième moitié du IIIe millénaire, les fouilles des tumulus Pau-Cabout 5 (Pau, Pyrénées-Atlantiques) (Marembert et al. 2008) et de l’Estaque 2 à Avezac-Prat-Lahitte (Hautes-Pyrénées) (Tchérémissinoff et al. 2008), ont livré un mobilier céramique et lithique qui illustre bien la transition entre le Néolithique final/Chalcolithique et le début de l’âge du Bronze et qui démontre également la continuité de ces pratiques funéraires.

80Pau Cabout 5 est un ensemble particulier, sanctuarisé, délimité par deux fossés concentriques, qui a fonctionné au Néolithique final de façon ouverte (culte symbolisé par un poteau) avec des dépôts d’offrandes représentés par les vases brisés ou non dans les fosses et les fossés.

81Dans un deuxième temps, toujours au Néolithique final, la palissade élevée dans le fossé extérieur a brûlé.

82Dans un troisième temps, on note le dépôt d’un vase au Bronze moyen dans un point du fossé extérieur. Ce fossé était-il encore visible à ce moment-là ? En effet, le tumulus de terre qui a recouvert l’ensemble peut suivre la phase d’incendie et être antérieur au dépôt du Bronze moyen. Dans ce cas le dépôt de ce vase aurait été réalisé en bordure du tumulus. Une autre hypothèse serait l’élévation du tumulus au Bronze moyen.

83Ce site a fonctionné sans tumulus pendant une certaine durée et si une utilisation funéraire est possible, nous avons ici un témoin très probable de pratiques cultuelles à la fin du Néolithique final (Marembert et al. 2008).

84Au nord du département des Pyrénées atlantiques et au sud des Landes, sur le tracé de l’A65, J.-F. Chopin a fouillé en 2008 et début 2009 plusieurs tertres qui ont livré des structures fossoyées diverses et des réutilisations fréquentes : tumulus Les Bruques et Cazaou de Luc à Miramont-Sensacq, Chemin des Tuyaas à Claracq et sources de la Lane à Momas. Ces trois sites sont encore inédits, à l’exception de certaines datations publiées, qui montrent que la première phase de mise en place de ces monuments date du Néolithique moyen entre 4339 à 3355 cal. BC (Marticorena 2014).

85Ces tumulus sont généralement considérés comme recouvrant des structures sépulcrales. Ici cette fonction est difficile à mettre en évidence car dans cette région, les sols ne conservent pas les vestiges osseux en dehors de ceux provenant d’une crémation. S’il est difficile de démontrer que des défunts ont été déposés dans ces enceintes, la destination funéraire de ces tertres (toujours discutée par certains chercheurs) est pour nous évidente, comme cela a pu être démontré dans d’autres régions, avec des sols plus propices à la conservation. Par ailleurs on ne peut pas exclure que ces tumulus, ou certains d’entre eux, aient pu correspondre également à un lieu de culte associé aux ancêtres (Dumontier et al. 2018b).

Zone de recrutement et territoire

86D’un point de vue vertical, nous ne connaissons pas actuellement de mégalithes du Néolithique moyen au-delà de 700 m d’altitude, à moins que le dolmen, probablement à couloir, du col d'Arras soit de cette période (Dumontier et al. 2019). À des altitudes plus hautes, nous rencontrons des structures datées du Néolithique final, voire de la Protohistoire.

87Les cavités sépulcrales du Néolithique se situent également sur les premières élévations jusqu’à une altitude d’environ 700 m également (fig. 1 à 3). Nous n’en connaissons pas au-delà de 1000 m. En revanche, au Bronze moyen, certaines cavités sépulcrales sont connues jusqu’à 1800 m. Elles sont qualifiées de sépultures saisonnières car en relation avec des habitats temporaires utilisés pendant la bonne saison (Dumontier et al. 2016c). La densité de ces cavités sépulcrales est très variable. Certaines sont apparemment isolées, alors qu’à l’inverse le massif d’Arudy décrit ci-dessus apparaît comme particulièrement dense.

88Les biais liés à la connaissance des territoires, leur urbanisation, leur mise en culture, leur accessibilité faussent totalement la vision de l’occupation des territoires par ces populations du Néolithique.

89Pour l’ensemble constitué des mégalithes de Peyrecor 1 et 2 et de Darre la Peyre, alignés sur la même ligne de crête, on peut parler d’un espace funéraire. À Ger, il semble que pour le Néolithique les structures funéraires sont bornées au nord et au sud par des menhirs et qu’elles sont alignées sur la bordure est du plateau. Au pays basque on est sur un autre schéma ou les structures jouent entre regard et exclusion (Mens et al. 2018)

Sépultures ostentatoires VS cachées

90A l’exception de la grotte d’Apons (espace ouvert avec un coffre sépulcral précédé de trois monolithes), les cavités sépulcrales ne montrent pas d’éléments ostentatoires conservés. Elles sont discrètes avec des entrées bien souvent étroites. La grotte Isturitz présente actuellement une vaste entrée mais qui a été aménagée au début du xxe siècle. Nos observations suggèrent que l’entrée préhistorique devait se présenter comme un boyau débouchant sur la salle.

Recrutement

10. Tableau du recrutement des sépultures.

10. Tableau du recrutement des sépultures.

91Le tableau (fig. 10) regroupe les informations sur le recrutement. Nous remarquons une grande disparité entre les effectifs qui ne sont donnés qu’à titre indicatif car ne témoignant toujours pas du nombre de défunts accueillis pour une période donnée. Certains emplacements funéraires ont été utilisés à plusieurs reprises sur de grandes périodes et ont pu également s’accompagner de vidages des dépôts préexistants, sans oublier l’action destructrice des facteurs taphonomiques.

92Pour les cavités sépulcrales, les effectifs s’échelonnent de un sujet comme à Laà2 et à Bordedela 3 jusqu’à 28 sujets à Isturitz. À Apons les défunts attestés sont plus nombreux, 32 mais l’abri a été utilisé du Néolithique final jusqu’au Bronze ancien. La plupart des vestiges humains proviennent des fouilles anciennes et l’absence de documentation ne permet de traiter la collection que d’une manière globale. Nous ne saurons jamais combien de sujets ont par exemple été déposés dans le coffre sépulcral au Néolithique. L’abri Duruthy (Sordes-l’Abbaye, 40) contenait les vestiges de 30 individus (Marticorena et al. 2016).

93Les ossements humains de la grotte du Castillet proviennent de quatre collections privées différentes.

94Au total, 277 vestiges osseux et dentaires ont été étudiés (taux de détermination de 94 %), avec une masse moyenne par fragment de 20,5 g sur l’ensemble. Aucune dent isolée n’a été mise en évidence (seulement onze dents incluses dans les os maxillaires et mandibulaires), ce qui pose la question de la finesse de la fouille et du prélèvement des vestiges, mais également du caractère partiel de la collection présente au musée Pyrénéen. Un examen récent par l’un d’entre nous (DL) a estimé le NMI à six sujets, dont cinq individus de taille adulte, avec au moins deux sujets de sexe féminin. La grotte de l’Arrouza 7 (ou Tute du Chêne) a elle aussi livré six individus dont un adolescent (Omnès 1980).

95Le seul dolmen ayant livré un dépôt funéraire qui n’avait pas fait l’objet d’explorations anciennes est Ithé 1. L’étude des 27 000 fragments indique un NMI de 70 sujets, dont 31 immatures très fragmentés ceci sur la base des dents. Celles-ci fournissent bien souvent un très bon score en raison de leur bonne conservation. Toutefois, un écart trop important avec la représentation des autres restes osseux peut signifier un vidage des anciens dépôts. Il est à noter que la répartition stratigraphique de ces vestiges n’a pas été publiée. Nous ne savons pas quelle est la répartition entre le Néolithique moyen, final le Campaniforme et l’âge du Bronze. Trois kg d’os brûlés attribués au Bronze ancien suggèrent que plusieurs sujets ont fait l’objet de crémations. Peu d’informations sont connues à Ithé 2 si ce n’est que les immatures représentent 42 % de l’effectif, contre 44 % pour Ithé 1. Vingt mille vestiges osseux y ont été recueillis, mais aucune crémation. Ces dolmens ont livré des stratigraphies et ils ont fait l’objet d’une fouille minutieuse entre 1977 et 1987. Architecture (tumulus non fouillés) et matériel mériteraient un nouvel examen.

Le mobilier

96Nous n’évoquerons ici, à titre d’exemple que le mobilier mis au jour dans quelques sites. Pour Isturitz, la céramique est représentée par onze vases. Nous avons une coupe à fond ombiliqué, des vases à fonds plats (pots, gobelets, coupes). L’une des coupes est typologiquement proche d’un vase provenant du niveau 5 de la grotte du Phare à Biarritz où un foyer a pu être daté entre les xxve et xxive siècles avant n. è. L’un des vases présente un bouton sur le haut de panse. Il en est de même pour un autre récipient déposé au Musée des Antiquités Nationales provenant des fouilles de Saint-Périer. Toutes ces céramiques ont été mises au jour sur le côté gauche à partir de l’entrée actuelle, où les dépôts concernent très majoritairement des sujets adultes. Les analyses pétrographiques, réalisées par F. Convertini, des argiles utilisées pour la confection des céramiques montrent qu’il s’agit de terres prélevées dans l’environnement immédiat de la colline Gaztelu qui abrite la grotte d’Isturitz.

97Une pendeloque sur petit galet, une pointe de flèche à ailerons et pédoncule en silex et une perle en roche dure reposaient en surface. Les perles discoïdes ont été mises au jour dans deux ensembles (près de 800 exemplaires). Elles ne pourront être exploitées qu’au terme de leur étude en cours, avec les données propres aux perles en variscite, notamment en termes de provenance. On peut cependant faire référence aux perles étudiées au MAN en 2008 qui proviennent majoritairement de la salle Saint-Martin. Cette parure couvre une large période du Néolithique récent à final et du Chalcolithique. Ce type de perles est également en grand nombre dans le niveau 5 de la grotte du Phare (228 exemplaires).

98Le seul document en cuivre signalé est une hache plate avec un tranchant largement convexe et débordant. Ce type est présent dès la fin du Néolithique final/Chalcolithique (Klassen et al. 2007).

99À Apons, aucun mobilier du Néolithique final ne nous est parvenu.

100À l’abri Duruthy, les fouilles anciennes ont mis au jour un mobilier lithique comportant notamment six poignards et plusieurs grandes lames retouchées (Lartet & Chaplain-Duparc 1874). Ces dépôts peuvent également correspondre à plusieurs occupations successives (Marticorena et al. 2016).

101À la Grotte de la Houn de Laà, le mobilier associé aux sépultures était constitué d’un poinçon en os et de trois documents lithiques (silex) dont un burin à pan latéral sur retouche transversale, un grattoir frontal (Laplace 1984).

102Il est pour le moment très difficile de se faire une image du matériel déposé dans les dolmens et tumulus notamment en raison de l’état de la documentation (publication et collections) liés aux mégalithes et du peu de fouilles récentes. Quantitativement les séries des dolmens peuvent paraître assez fournies mais la durée d’utilisation de ces structures invite à pondérer très vite cette impression. À ce titre les petites séries des tumulus, dans lesquels les dépôts semblent moins nombreux sont assez équivoques. Qualitativement, les objets en or (La Halhade), en cuivre (Ithé), les outils polis ou de parure en roches exogènes (tumulus L1, CM10, Agès T1, La Halhade, Peyrecor 2) ou les produits en silex finement taillé (Balansun, Gurs) témoignent de la présence d’un mobilier à haute valeur ajoutée (technique et symbolique) dans ces monuments. Mais notons que celui-ci n’est pas exclusif et qu’un mobilier « plus classique » (céramique, industrie lithique comprenant nucléus, lamelles, éclats, …) est aussi présent. En outre les objets « prestigieux » ne sont pas absents des cavités. On peut ainsi aussi y retrouver des objets en cuivre (Isturitz) ou des productions lithiques exogènes de grande qualité (Duruthy, Houn de Laà).

103En définitive il est pour le moment difficile de comparer le mobilier des cavités et celui des dolmens et tumulus. Nous pourrions penser que les différences sont peu évidentes pour le moment (avec parfois des objets quasi identiques dans les deux types d’occupations) mais cela devra être revu plus précisément. En outre la question du statut accordé par les sociétés néolithiques aux dépôts et aux objets en eux-mêmes est aussi très délicate dans ces contextes.

Durée d’utilisation

104La figure 11 regroupe les dates radiométriques dont les courbes sont représentées dans les figures 12 et 13, respectivement pour le Néolithique moyen et le Néolithique final.

11. Tableau des dates radiométriques.

11. Tableau des dates radiométriques.

12. Graphique des datations absolues du Néolithique moyen (P. Courtaud).

12. Graphique des datations absolues du Néolithique moyen (P. Courtaud).

13. Graphique des datations absolues du Néolithique final (P. Courtaud).

13. Graphique des datations absolues du Néolithique final (P. Courtaud).

Cavités sépulcrales

105Nous sommes conscients que le nombre de datations est insuffisant pour appréhender les différentes utilisations de chacune des cavités, particulièrement lorsque nous sommes devant un nombre important de défunts (Houn de Laà, deux datations pour quinze défunts ; Laplace, trois datations pour cinq individus, Isturitz, quatre datations pour 28 individus par exemple). À Garli, une datation au Néolithique moyen et une autre au Néolithique final pour quatre individus montrent la nécessité de multiplier les analyses, tout particulièrement en l’absence de mobilier diagnostic. Il y a lieu d’être également critique sur les publications anciennes voire récentes sur ce point.

106En Soule, plusieurs grottes sépulcrales sont évoquées par D. Ebrard mais les données n’ont pas été publiées (plan, description, mobilier ?) en dehors des datations radiométriques réalisées. L’une d’elles est datée du Néolithique final. Il s’agit de la grotte du Chèvrefeuille (ou Ahüntzosto) à Suhare où P. Boucher a trouvé sur le sol deux fragments d’une calotte crânienne, deux tessons de poterie et trois galets plats. Un fragment de crâne a été daté entre 2832 et 2471 cal. BC (Ebrard 2013).

107La grotte Harregi (Aussurucq, 211 m) contenait les restes remaniés d’au moins dix sujets. Une seule datation sur os permet d’attribuer ce défunt au Néolithique moyen (5055 +/- 35 BP, 3958-3773 cal. BC). Rien ne permet de préciser la position chronologique des autres dépôts (Ebrard 2013).

108A la grotte du Castillet, six dates ont été réalisées (cinq humérus gauches adultes et un tibia immature). Les résultats obtenus confirment donc le rattachement de ce dépôt à la fin du Néolithique moyen (Castillet 1-2) et au début du Néolithique final (Castillet 3-6) puisque l’ensemble des dates s’inscrit dans un intervalle de quatre siècles, compris entre 3499 et 3101 cal. BC. Au sein de cet ensemble, deux groupes semblent toutefois s’individualiser. Trois échantillons montrent en effet une forte probabilité d’être apparentés à la fin du Néolithique moyen tandis que les trois autres révèlent un profil beaucoup plus étalé entre la fin du Néolithique moyen et le début du Néolithique final. Une durée d’utilisation plus importante est par ailleurs perceptible grâce au mobilier céramique, qui semble se rattacher davantage à l’âge du Bronze (Marticorena 2016), soit plus récente d’un millénaire, et soulève donc la question de la représentation des vestiges humains conservés.

109Pour la deuxième moitié du IIIe millénaire, le mobilier des tumulus Pau-Cabout 5 (Pyrénées-Atlantiques) (Marembert et al. 2008) et de l’Estaque 2 (Hautes-Pyrénées) (Tchérémissinoff et al. 2008) témoigne d’une transition entre le Néolithique final/Chalcolithique et le début de l’âge du Bronze.

Le mégalithisme

110Dans l’état actuel des données, nous disposons d’indices suggérant l’existence sur notre territoire du mégalithisme dès le Néolithique moyen.

111Ithé 2 a livré la datation absolue la plus ancienne pour la région concernée plaçant la construction du monument dans la première moitié du IVe millénaire. Le monument a été utilisé jusqu’au Chalcolithique, il a reçu des dépôts de crémations au Bronze ancien (Ebrard 1993).

112C’est notamment dans cette période que l’on voit apparaître des monuments de type « caussenard » qui présentent comme point central de leur architecture une dalle de chevet anthropomorphe qui constitue le centre du système (Mens et al. 2018). Celle-ci est dans la plupart des cas implantée plus profondément dans le sol que les orthostates et apparaît à ce titre comme une véritable stèle de chevet. En outre des aménagements périphériques (marche d’entrée, fosses, …) ou préalables à l’installation des sites (décaissement, semelles de fondation, …) ont pu être documentés sur plusieurs sites.

113Au Néolithique final, et alors que les monuments construits à la période précédente sont réutilisés, de nouvelles structures sont édifiées dans un mouvement d’expansion et de diversification du phénomène mégalithique. Ainsi des architectures plus variées apparaissent qu’il s’agisse de dalle mégalithique recouvrant des fosses, de monument dont les chambres ou les cairns ont des formes et des mises en place différentes. Il n’est pas exclu que d’autres formes de mégalithisme et notamment les cercles de pierres puissent aussi apparaître à cette période, bien que la présence de deux armatures tranchantes dans les cercles de Bious-Oumette et Bious-Artigues évoque une possible antériorité au Néolithique moyen 1 ou 2 (Dumontier et al. 2018). En outre ce mégalithisme est aussi complété par une autre forme de monumentalisme les tumulus qui lui aussi, après être apparu au Néolithique moyen, prend son essor en cette fin de Néolithique.

114Par exemple, les dolmens de Peyrecor 1 et 2 montrent des points de comparaison avec les monuments mégalithiques du Quercy (Dumontier et al. 1997) : chambres légèrement surcreusées s’ouvrant en façade d’un tumulus parementé avec par exemple le dolmen du Verdier à Cajarc – Lot (Clottes & Lorblanchet 1968). Si la plupart des tumulus parementés étaient rectangulaires ou trapézoïdaux, une exception était représentée par le dolmen sous tumulus Laval à Souillac avec une chambre s’ouvrant en façade d’un parement circulaire (Girault 1986). Depuis, les travaux réalisés dans le département du Lot ont démontré que d’autres monuments à structures parementées circulaires existaient (Structure 1 du Pech de Grammont, dolmen de la Croix Blanche à Lachapelle-Auzac, dolmen de la Maison des Gardes et le dolmen des Aguals à Gréalou-Montbrun) (Lagasquie 2017).

115Si l’on retient les dominantes, les architectures des dolmens de Peyrecor 1 et 2 mais aussi de Darre la Peyre sont proches des tumulus/dolmens du Quercy et de certains des monuments de l’est pyrénéen. Sans que l’on puisse parler d’appartenance culturelle, on remarquera une probable influence, même si se pose un problème de chronologie entre ces secteurs, qui sera à préciser ultérieurement. Si de très nombreux dolmens sont connus dans les Pyrénées nord-occidentales, très peu ont été fouillés et encore moins les tumulus qui les entouraient.

116Sur les plateaux du Pont Long de nombreux tumulus ont été datés du IIIe millénaire : le tumulus d’Artix (fouilles de Laverny) avec une sépulture en coffre du Néolithique final, reprise au Campaniforme - plusieurs tumulus de Lons (tumulus T3, T5 et T6 ; Blanc & Dumontier 1986, Blanc et al. 1990) - de Lescar (tumulus T1 ; Blanc & Dumontier 1983) et TII (fouilles J. Seigne) qui ont livré du matériel (céramique et lithique) tout à fait comparable à celui mis au jour dans des « campements », ou sites spécialisés (Chopin et al. 2018) fouillés sur le plateau du Pont Long sur les sites de Mirassou à Lons (Chopin 2008), Las Areilles à Uzein (Elizagoyen et al. 2012), - en pied de versant dans la vallée du Luy-de-France sur le site de Labarthe à Argelos (Thirault et al. 2012). Pour l’ensemble des tertres de cette période, la documentation concernant la culture matérielle est assez pauvre.

117La continuité des pratiques funéraires du Néolithique final/Chalcolithique et Bronze ancien est attestée sur le tumulus de Pau-Cabout 5. Le tumulus de Pomps T1 témoigne de la pratique de la crémation au Chalcolithique.

Structures de condamnation et aménagement

118Pour les cavités sépulcrales ce type de structure est peu documenté. La présence de quelques blocs concrétionnés à Bordedela 1 témoignerait d’une fermeture partiellement conservée (Courtaud et al. 2018). Une structure parementée a été reconnue à Bordedela 3 après le passage des spéléologues (Dumontier et al. 2017). À Garli c’est une dalle qui aurait servi de fermeture de la cavité (Laplace 1984). Toujours dans le massif d’Arudy, un muret venait obstruer le passage entre les cavités de Laà 2 et Laà 3 mais ici la relation avec la présence d’une sépulture ne peut être démontrée. De plus ce muret n’aurait pas condamné le secteur puisque cette petite salle était par ailleurs ouverte sur l’extérieur.

Mobilité des groupes humains

119Au Néolithique ancien, une céramique mise au jour dans la grotte d’Apons est proche de celle découverte à Arudy dans des contextes d’occupations domestiques (grottes Malarode 1). Elle est également très proche de vases non décorés provenant de la grotte de Chaves en Aragon. Le vase d’Apons a été réalisé avec des argiles prélevées sur le massif de la Pierre Saint-Martin, l’un des points de passage entre les versants sud et nord. Sa présence à Apons traduit un grand déplacement dans le sens sud-nord et permet de formuler l’hypothèse d’une origine aragonaise ou navarraise pour les porteurs de cette céramique (Convertini & Dumontier 2018).

  • 3 Cette information n’est pas disponible pour le vase d’Harregi.

120Au Néolithique moyen, malgré une augmentation du nombre de sites étudiés, nous remarquerons qu’à ce jour la culture matérielle est très faiblement représentée. L’industrie est indigente de même que la céramique. On notera que les deux seuls vases trouvés presque complets, l’un dans la grotte de Sasiziloaga (Dumontier et al. 2018) et l’autre dans la grotte sépulcrale d’Harregi (Ebrard 2013) n’appartiennent pas à la culture chasséenne. Il s’agit donc, pour cette période d’une production originale. On notera que le vase de Sasiziloaga a été réalisé à partir d’argiles locales3.

121Au Néolithique moyen 2, le niveau 6 de la grotte du Phare à Biarritz (fouilles Marembert-Dumontier) a livré un petit vase tronconique très proche de formes appartenant à un environnement « Matignons », culture présente dans le nord de la Nouvelle Aquitaine.

122Au Néolithique final la documentation plus conséquente évoque des occupations légères. Sur un même secteur nous avons des occupations répétitives mais de faible ampleur suggérant des campements, des occupations de courte durée, et donc, des populations dont l’économie semble être marquée par la mobilité. Il existe également des zones d’occupations plus pérennes mais elles n’ont pas fait l’objet de fouilles complètes. Elles pourraient correspondre aux activités agricoles dont l’existence est révélée par la palynologie (Dumontier 2019).

123Une autre approche pour aborder la mobilité de ces populations, repose sur les travaux engagés dans le cadre du PCR « Origine et circulation du mobilier céramique du Bronze ancien et moyen de la sphère des Pyrénées nord-occidentales » (Convertini & Dumontier 2018), où la circulation des hommes a été abordée à partir de la provenance des terres (formations géologiques) prélevées pour la confection des vases et des lieux de découverte. Cette étude a été réalisée sur plus de deux cents vases dont près de cinquante échantillons provenaient de vases du Néolithique final.

124Le premier constat, c’est que majoritairement les céramiques ont été élaborées avec des terres prélevées à proximité du site, c’est-à-dire avec une distance entre site de découverte et ressources argileuse comprise entre 1 et 7 km (Convertini 2010). Le second constat correspond aux céramiques présentes en domaine sépulcral, donc dans des lieux distincts de leur site de fabrication qui sont inconnus, mais fabriquées à partir de ressources distantes de moins de 7 km. S’y rattachent les céramiques du Néolithique final de Lons T6, de la sépulture centrale de Pomps T1 et de Pau Cabout 5, du Campaniforme du dolmen de Peyrecor 2. La dernière situation correspond aux récipients recueillis sur des sites sur lesquels ils n’ont pas été fabriqués et qui résultent de transports pour eux ou pour leur contenu, sur des distances le plus souvent supérieures à 10 km. Un premier ensemble provient des monuments funéraires. Au Néolithique final, trois vases déposés dans le dolmen de Peyrecor 2 ont été fabriqués avec des terres allochtones de la haute vallée d’Ossau. Un vase de Pomps T1 provient de la vallée d’Aspe. Le vase campaniforme de Loustaounaou dans les Landes, fabriqué avec des argiles provenant du débouché de l’une des vallées pyrénéennes présente un déplacement hors norme du sud vers le nord de près de 100 km (Gellibert & Merlet 1995, Convertini & Dumontier 2018).

125Bien sûr, il ne s’agit ici que de la présentation de quelques cas particuliers, mais en l’absence d’autres données, cette approche réalisée sur des bases objectives, alimente notre réflexion sur l’une des facettes de la mobilité des populations.

126Les données anthropologiques sont particulièrement pauvres pour le Néolithique, notamment pour les constructions mégalithiques où fouilles anciennes et mauvaise conservation sont responsables de l’indigence du matériel (sauf Ithé). Elles sont plus documentées pour les cavités naturelles, mais les réutilisations et perturbations de surface rendent difficiles une mise en contexte. Le massif d’Arudy possède de nombreuses cavités où les plus modestes ont été utilisées à des fins sépulcrales. Isturitz se singularise par son étendue et son effectif. À l’inverse, Bordedela 3 et Laà2 n’ont reçu qu’un défunt. Toutefois pour cette dernière, la sépulture n’est pas avérée.

127Des études biologiques, tout particulièrement génétiques et isotopiques, permettraient d’apporter des informations quant à la mobilité de ces groupes humains.

Conclusions

128Si le Néolithique des Pyrénées nord-occidentales a été jusqu’alors oublié des synthèses nationales et régionales, sa présence et son évolution ont démontré que nous ne sommes pas dans un espace en retrait à la néolithisation tardive (Dumontier et al. 2008, Marticorena 2014, Dumontier et al. 2016a, 2016b, 2019).

129La documentation disponible montre qu’au Néolithique moyen et final, les pratiques s’inscrivent dans les modalités observées plus largement dans un courant atlantique mais aussi avec ce qui existe en Quercy, comme également à l’est de la chaîne des Pyrénées. On notera en effet que dans les Pyrénées-Orientales, comme à Peyrecor 2, nous avons également un tumulus circulaire parementé avec une chambre qui, tout en s’avançant plus à l’intérieur du tertre, est à couloir pas ou peu différencié comme pour celui du dolmen du Moli del Vent à Belesta, (Porra 1994). De même le dolmen de la Caumette, situé sur la commune de Notre-Dame-de-Londres, dans l’Hérault se trouve également dans un tumulus circulaire parementé (Bec Drelon et al. 2014). Ces deux dernières structures mégalithiques se trouvent au cœur de la culture Véraza, dont les morphologies des céramiques sont suffisamment représentées en Béarn et dans les Hautes-Pyrénées pour que nous puissions parler d’échanges, voire d’influences.

130Certes nous n’avons pas mis au jour de sépultures en fosse mais la non-conservation des ossements dans les sols ne favorise pas ce type de découverte.

131Par ailleurs, pour l’ensemble du Néolithique trois éléments nous semblent particulièrement importants : les tumulus, édifiés à partir du Néolithique moyen (vers 4000 av. n. è.), avec ou sans dolmen, sont de véritables marqueurs de territoire. Ils seront encore édifiés à l’âge du Bronze mais également réutilisés jusqu’à la période antique. Pour le mégalithisme, les deux dolmens d’Ithé, l’un par une datation radiométrique, l’autre par son mobilier, montrent que ces monuments se sont implantés dans ce territoire dès le Néolithique moyen. Plusieurs indices en cours d’étude devraient permettre de revoir à la hausse le nombre de ces premiers dolmens (PCR P. Marticoréna). Ces monuments s’installeraient alors sur l’ensemble du piémont que ce soit au nord à faible altitude ou sur des zones d’altitudes moyennes directement au pied des Pyrénées comme sur le plateau de Ger ou la vallée d’Hergaray. Dans plusieurs monuments, ce mégalithisme va notamment trouver son expression dans la dalle de chevet. Tout est fait pour mettre en valeur ce monolithe à la silhouette anthropomorphe, notamment sa place engagée vis-à-vis des orthostates. Dans certains cas une forme de démesure est même atteinte comme à Gasteenia avec son tertre de terre crue qui surélève le monument de plus de deux mètres au-dessus du relief naturel, ou comme sur le plateau de Ger avec des chambres de grandes dimensions et des monolithes de plusieurs tonnes déplacées sur plusieurs kilomètres.

132Ce développement suggère la mise en place d’une organisation territoriale marquée, avec une structuration du piémont qui pourrait être en relation avec le ralentissement des activités montagnardes d’altitudes élevées au Néolithique moyen 2.

133Plus discrètes, les grottes utilisées comme lieu de sépultures le seront également à plusieurs reprises par une même communauté, mais aussi quelquefois plusieurs décennies ou siècles après. Dans certains secteurs, à Arudy ou Lourdes par exemple ces cavités constituent un maillage important sur ces petits territoires.

134On notera également que des incinérations sont observées dans trois sites (Pomps T1 et Irau 4 – néolithique final et Ithé 1 – au Bronze ancien) mais cela reste exceptionnel. Il faudra attendre le Bronze final avancé pour qu’une véritable rupture soit enregistrée avec la généralisation de cette pratique.

135Pour le mobilier, si nous avons évoqué quelques exemples récents, un travail de synthèse reste à faire. On remarquera simplement que dans de très nombreux cas le mobilier, autre que la parure, est relativement pauvre, particulièrement si on croise les dépôts avec le nombre des défunts, aussi bien pour les dolmens que pour les cavités sépulcrales.

136Mais l’une des principales questions posées reste ouverte : quelles sont les raisons qui ont conduit à la réalisation d’une sépulture de type mégalithique ou à l’utilisation d’une cavité naturelle ? Si le contexte géologique est déterminant pour les cavités, qu’en est-il lorsque, comme à Aussurucq par exemple nous avons une grotte sépulcrale (Harregui) et deux dolmens construits à la même période (Ithé 1 et 2).

137Une des hypothèses serait qu’au départ les dolmens sont destinés à l’élite. La réalisation de ces monuments nécessitant un travail collectif important, toute l’énergie de la communauté aurait été mobilisée, ce qui n’est pas le cas pour l’utilisation d’une cavité naturelle.

138Si la question reste posée pour la phase de construction, pour les réutilisations postérieures le choix pourrait résulter de la proximité du lieu de sépulture (naturel ou dolménique), au regard de l’implantation des communautés présentes sur le secteur.

Haut de page

Bibliographie

Alday Ruiz & Marticorena 2018, ALDAY RUIZ A., MARTICORENA P., Néolithisation des Pyrénées : les armatures du Betey à contre-courant, in: « Entre deux mers » & actualité de la recherche : actes des 12e Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente, Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) – du 27 septembre au 1er octobre 2016, Marticorena P., Ard V., Hasler A. et al. (dir.), Toulouse, Archives d'Ecologie préhistorique, 2018, p. 25-39 (Rencontres méridionales de Préhistoire récente ; 12).

Bec Drelon et al. 2014, BEC DRELON N., LE ROY M., RECCHIA J., « Autour de la chambre» : nouveaux éléments de réflexion sur les structures tumulaires : apport des fouilles récentes de cinq dolmens de l'Hérault, in: Chronologie de la préhistoire récente dans le sud de la France : acquis 1992-2012 - actualité de la recherche : actes des 10e Rencontres méridionales de Préhistoire récente, Porticcio (20) - 18 au 20 octobre 2012, Sénépart I., Leandri F., Cauliez J. et al. (dir.), Toulouse, Archives d'Ecologie préhistorique, 2014, p. 569-582.

Bendezu Sarmiento 1999, BENDEZU SARMIENTO J., Le Laris-Goguet à Feigneux (Oise), une grotte sépulcrale de la fin du Néolithique : de nouvelles données à partir d'une étude, archéologique et anthropologique, effectuée sur les sujets immatures, Revue archéologique de Picardie, 1999, 1-2, p. 63-82.

Blanc & Dumontier 1983, BLANC C., DUMONTIER P., Un tumulus du IIIe millénaire avant J.-C. réutilisé au premier âge du Fer (Lescar, Pyrénées-Atlantiques), Cahiers du Groupe Archéologique des Pyrénées Occidentales, 1983, 3, p. 1-28.

Blanc & Dumontier 1986, BLANC C., DUMONTIER P., Sauvetage d’un groupe de tumulus à Lons / Lescar (P.-A.), Archéologie des Pyrénées occidentales, 1986, 6, p. 75-95.

Blanc & Bui Thi Maï 1988, BLANC C., BUI THI MAÏ, Une double sépulture chalcolithique sous tumulus et son paléo-environnement, Munibe, 1988, 40, p. 71-82.

Blanc 1989, BLANC C., Grotte Laplace (Arudy, Pyrénées-Atlantiques) : premiers résultats du sondage, Archéologie des Pyrénées occidentales, 1989, 9, p. 103-106.

Blanc et al. 1990, BLANC C., BUI THI MAÏ, DUMONTIER P., Le tumulus T3 de Lons et son paléoenvironnement, Archéologie des Pyrénées occidentales, 1990, 10, p. 2-69.

Blot & Raballand 1995, BLOT J., RABALLAND C., Contribution à l'étude des cercles de pierres en Pays Basque de France, Bulletin de la Société préhistorique française, 1995, 92, 4, p. 525-548.

Boulestin et al. 2013, BOULESTIN B., HENRY-GAMBIER D., MALLYE J.-B., MICHEL P., Modifications anthropiques sur des restes humains mésolithiques et néolithiques de la grotte d’Unikoté (Iholdy, Pyrénées-Atlantiques), Bulletin de la Société préhistorique française, 2013, 110, 2, p. 281-297.

Boulestin 2019, BOULESTIN B., Faut-il en finir avec la sépulture collective (et sinon qu'en faire) ?, Bulletin de la Société préhistorique française, 2019, 116, 4, p. 705-723.

Chambon 2003, CHAMBON P., Les morts dans les sépultures collectives néolithiques en France : du cadavre aux restes ultimes, Paris, Éditions du CNRS, 2003, 395 p. (Gallia Préhistoire. Supplément ; 35).

Chopin 2008, CHOPIN J.-F., Les tertres du quartier Mirassou (Lons) et le site du vallon du Mohédan (Billère), in: Lescar-Beneharnum : ville antique entre Pyrénées et Aquitaine, Réchin F., Barraud D. (dir.), Pau, Presses universitaires de Pau, 2008, p. 73-88 (Archéologie des Pyrénées occidentales et des Landes. Hors-série ; 3).

Chopin et al. 2018, CHOPIN J.-F., GANDELIN M., MARTICORENA P., SASSI M., COUSTEAUX J., Les structures à pierres chauffées du piémont nord pyrénéen : état des lieux, in: « Entre deux mers » & actualité de la recherche : actes des 12e Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente, Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) – du 27 septembre au 1er octobre 2016, Marticorena P., Ard V., Hasler A. et al. (dir.), Toulouse, Archives d'Ecologie préhistorique, 2018, p. 53-65 (Rencontres méridionales de Préhistoire récente ; 12).

Clottes & Lorblanchet 1968, CLOTTES J., LORBLANCHET M., Le dolmen du Verdier Cajarc (Lot), Bulletin de la Société préhistorique française, 1968, 65, p. 559-574.

Convertini 2010, CONVERTINI F., Bilan des études réalisées sur la provenance de la céramique du Néolithique ancien en Méditerranée nord-occidentale : mise au point d’un protocole analytique, in: Premières sociétés paysannes de Méditerranée occidentale : structures des productions céramiques, Manen C., Convertini F., Binder D. et al. (dir.), Paris, Société préhistorique française, 2010, p. 13-27 (Mémoires de la Société préhistorique française ; 51).

Convertini & Dumontier 2018, CONVERTINI F., DUMONTIER P., Données préliminaires du projet collectif de recherches : origine du mobilier céramique du Bronze ancien et moyen de la sphère des Pyrénées nord-occidentales, in: « Entre deux mers » & actualité de la recherche : actes des 12e Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente, Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) – du 27 septembre au 1er octobre 2016, Marticorena P., Ard V., Hasler A. et al. (dir.), Toulouse, Archives d'Ecologie préhistorique, 2018, p. 105-116 (Rencontres méridionales de Préhistoire récente ; 12).

Courtaud et al. 2006, COURTAUD P., DUMONTIER P., ARMAND D., FERRIER C., HILD G., La grotte sépulcrale de Droundak (Pyrénées-Atlantiques) : Note préliminaire, in: Paysages et peuplements : aspects culturels et chronologiques en France méridionale : actualité de la recherche, Fouéré P., Chevillot C., Courtaud P. et al. (dir.), Cressensac, Préhistoire du Sud-Ouest, 2006, p. 191-209 (Rencontres méridionales de Préhistoire récente ; 6 / Préhistoire du Sud-Ouest Supplément ; 11).

Courtaud & Duday 2008, COURTAUD P., DUDAY H., Qu'est-ce qu'une sépulture ? Comment la reconnaître ?, in: Première humanité : gestes funéraires des Néandertaliens, Vandermeersch B., Cleyet-Merle J., Jaubert J. et al. (dir.), Paris, Réunion des Musées nationaux, 2008, p. 15-24.

Courtaud et al. 2018, COURTAUD P., DUMONTIER P., ARMAN D., CONVERTINI F., FERRIER C., LINARD D., LOPEZ ONAINDIA D., L’occupation funéraire du Bassin d’Arudy (Pyrénées-Atlantiques) au Néolithique moyen et final, in: « Entre deux mers » & actualité de la recherche : actes des 12e Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente, Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) – du 27 septembre au 1er octobre 2016, Marticorena P., Ard V., Hasler A. et al. (dir.), Toulouse, Archives d'Ecologie préhistorique, 2018, p. 77-87 (Rencontres méridionales de Préhistoire récente ; 12).

Duday 2009, DUDAY H., The archaeology of the dead: lectures in archaeothanatology, Oxford, Oxbow Books, 2009, 158 p. (Studies in Funerary Archaeology ; 3).

Dumontier 1997, DUMONTIER P., Les dolmens sous tumulus 1 et 2 de Peyrecor à Escout (Pyrénées-Atlantiques), in: Archéologie en Béarn : actes du 4ème colloque d'Arzacq, 26 octobre 1996, Fabre G. (dir.), Biarritz, Éditions Ségur, 1997, p. 77-121.

Dumontier et al. 1997, DUMONTIER P., BUI THI MAÏ, HEINZ C., Le dolmen sous tumulus n°2 de Peyrecor et son paléoenvironnement à Escout (Pyrénées-Atlantiques), Bulletin de la Société préhistorique française, 1997, 94, 4, p. 527-550.

Dumontier 1999, DUMONTIER P., La grotte d’Apons à Sarrance (Pyrénées-Atlantiques) : note préliminaire, Bulletin de la Société préhistorique française, 1999, 96, 3, p. 444-447.

Dumontier et al. 2000, DUMONTIER P., COURTAUD P., FERRIER C., La grotte d'Apons à Sarrance, Pyrénées-Atlantiques : les occupations humaines du Néolithique et de l'âge du Bronze, in: Sociétés et espaces, Leduc M., Valdeyron N., Vaquer J. (dir.), Toulouse, Archives d'écologie préhistorique, 2000, p. 433-440 (Rencontres méridionales de Préhistoire récente ; 3).

Dumontier et al. 2008, DUMONTIER P., MAÏ B.T., CONVERTINI F., COURTAUD P., DARDEY G., FERRIER C., GRATUZE B., RÉCHIN F., ORTÉGA D., La structure funéraire mégalithique de Darre la Peyre, commune de Précilon (Pyrénées-Atlantiques), Archéologie des Pyrénées occidentales et des Landes, 2008, 27, p. 43-76.

Dumontier et al. 2009, DUMONTIER P., ARMAND D., BUI THI MAÏ, CALLEGARIN L., COSTAMAGNO S., COURTAUD P., DOUAT M., FERRIER C., GIRARD M., LANGLAIS M., MARTICORENA P., PÉTILLON J.-M., MISTROT V., NORMAND C., RÉCHIN F., VERGEOT H., VALDEYRON N. Eds., Grotte de Laa 2. Commune d’Arudy (Pyrénées-Atlantiques), Bordeaux, DRAC Aquitaine - Service régional de l'archéologie, 2009, 172 p. (Rapport de fouille programmée).

Dumontier et al. 2015, DUMONTIER P., COURTAUD P., NORMAND C., ARMAND D., BEDECARRATS S., CONVERTINI F., FERRIER C., PARENT G., PÉTILLON J.-M., QUEFFELEC A., VANHAEREN M., VERGEOT H. Eds., Grotte d’Isturitz, commune de Saint-Martin-d’Arberoue (Pyrénées-Atlantiques), Bordeaux, DRAC Aquitaine - Service régional de l'archéologie, 2015, 128 p. (Rapport de synthèse 2009-2015).

Dumontier et al. 2016a, DUMONTIER P., COURTAUD P., FERRIER C., ARMAND D., BUI THI MAÏ, CONVERTINI F., VALDEYRON N., La grotte d’Apons à Sarrance (Pyrénées-Atlantiques) : des derniers chasseurs cueilleurs aux premières sociétés agro pastorales en vallée d’Aspe (VIIIe au IIe millénaire avant notre ère), Cressensac, Préhistoire du Sud-Ouest, 2016, 138 p. (Préhistoire du Sud-Ouest Supplément ; 14).

Dumontier et al. 2016b, DUMONTIER P., COURTAUD P., ARMAND D., CONVERTINI F., FERRIER C., Entre montagne et piémont, témoignages agropastoraux du Néolithique à l’âge du Fer, in: Estives d’Ossau : 7 000 ans de pastoralisme dans les Pyrénées, Rendu C.C., Carine, Le Couédic M., Berdoy A. (dir.), Toulouse, Le Pas d'Oiseau, 2016, p. 175-203.

Dumontier et al. 2016c, DUMONTIER P., COURTAUD P., FERRIER C., ARMAND D., CONVERTINI F., Les sépultures saisonnières d’altitude à l’âge du bronze: l’exemple des Pyrénées occidentales, in: De la tombe au territoire & actualités de la recherche : actes des 11èmes Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente, Montpellier (25 au 27 septembre 2014), Cauliez J., Sénépart I., Jallot L. et al. (dir.), Toulouse, Archives d'Ecologie préhistorique, 2016, p. 153-164.

Dumontier et al. 2017, DUMONTIER P., COURTAUD P., CONVERTINI F. Eds., La grotte de Bordedela 3, commune d’Arudy (Pyrénées-Atlantiques), Bordeaux, DRAC Nouvelle-Aquitaine - Service régional de l'archéologie, 2017, 43 p. (Rapport de fouille programmée).

Dumontier et al. 2018, DUMONTIER P., CONVERTINI F., DE VALICOURT E., Un vase du Néolithique moyen dans la grotte de Sasiziloaga à Aussurucq, (Pyrénées-Atlantiques : une (re)découverte récente, Archéologie des Pyrénées occidentales et des Landes, 2018, 31, p. 7-10.

Dumontier 2019, DUMONTIER P., Le Néolithique dans les Pyrénées nord-occidentales : circulation et complémentarité entre le piémont et la moyenne montagne, in: La conquête de la montagne : des premières occupations humaines à l’anthropisation du milieu, Deschamps M., Costamagno S., Milcent P.-Y. et al. (dir.), Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019, [en ligne] https://books.openedition.org/cths/7587 (Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques ; 142).

Dumontier et al. 2019, DUMONTIER P., VERGEOT H., COURTAUD P. Eds., Structure dolménique du Col d’Arras, commune d’Etsaut (Pyrénées-Atlantiques), Bordeaux, DRAC Nouvelle-Aquitaine - Service régional de l'archéologie, 2019, 66 p. (Rapport de sondage 2019).

Ebrard 1993, EBRARD D., Architectures, stratigraphies et fonctionnements des dolmens I et II d'Ithé (Aussurucq, Pyrénées-Atlantiques), Bulletin trimestriel - Société d'Anthropologie du Sud-Ouest, 1993, 28, 1, p. 151-178.

Ebrard 2013, EBRARD D., 50 ans d'archéologie en Soule : hommage à Pierre Boucher, 1909-1997, Mauléon-Licharre, Ikerzaleak, 2013, 297 p.

Ebrard & Marsan 2018, EBRARD D., MARSAN G., Protohistoire de la vallée d’Ossau : Le coffre dolménique de Turoun Bouchous à Laruns, Pyrénées-Atlantiques : Fouilles Georges Laplace, 1948, Arudy, Association des Amis du Musée d'Ossau, 2018, 65 p.

Elizagoyen et al. 2012, ELIZAGOYEN V., DUMONTIER P., CONVERTINI F., CLAUD É., FOURLOUBEY C., VIGIER S., Uzein Las Areilles : des occupations humaines sur le piémont des Pyrénées occidentales au Néolithique et à l’âge du Bronze, in: Dynamismes et rythmes évolutifs des sociétés de la Préhistoire récente. Actualité de la recherche : Actes des 9e Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente, Saint-Georges-de-Didonne (17) - 8 & 9 octobre 2010, Perrin T., Sénepart I., Cauliez J. et al. (dir.), Toulouse, Archives d'Ecologie Préhistorique, 2012, p. 393-421 (Rencontres méridionales de Préhistoire récente ; 9).

Fabre 1952, FABRE G., Les civilisations protohistoriques de l'Aquitaine : suivi du Répertoire des découvertes protohistoriques faites dans les départements des Landes, Basses et Hautes-Pyrénées, Gers, Lot-et-Garonne, Paris, Picard, 1952, 182 p.

Fonteneau 1918, FONTENEAU L., Fouilles à la grotte de Malarode, in: 6ème congrès de l'Union historique et archéologique du Sud-Ouest, tenu à Tarbes au mois de juillet 1914, Société académique des Hautes-Pyrénées (dir.), Tarbes, Crohare, 1918, p. 166-172.

Galop et al. 2002, GALOP D., VANNIÈRE B., LÓPEZ SÁEZ J.A., Des abattis-brûlis néolithiques au système agro-pastoral pyrénéen actuel, in: Pirineus i Veïns al 3r mil.lenni A.C. : 12 Col.loqui Internacional d'Arqueologia de Puigcerdà, 10-12 de novembre del 2000, Puigcerdà, Institut d'Estudis Ceretans, 2002, p. 261-274.

Galop 2006, GALOP D., La conquête de la montagne pyrénéenne au Néolithique : chronologie, rythmes et transformation des paysages à partir des données polliniques, in: Populations néolithiques et environnements, Guilaine J. (dir.), Paris, Errance, 2006, p. 279-295 (Séminaire du Collège de France / Collection des Hespérides).

Gellibert & Merlet 1995, GELLIBERT B., MERLET J.-C., L'habitat chalcolithique de Loustaounaou à Canenx-et-Réaut (Landes), Archéologie des Pyrénées occidentales et des Landes, 1995, 14, p. 141-159.

Girault 1986, GIRAULT J.-P., Le dolmen de Souillac à murs de pierres sèches (Lot), Cabrerets, Association des amis du Musée Amédée Lemozi, 1986, 50 p.

Jalut et al. 1988, JALUT G., ANDRIEU V., DELIBRIAS G., FONTUGNE M., PAGÈS P., Paleoenvironment of the Valley of Ossau (Western French Pyrenees) during the last 27,000 years, Pollen et spores, 1988, 30, 3-4, p. 357-394.

Klassen et al. 2007, KLASSEN L., PÉTREQUIN P., GRUT H., Haches plates en cuivre dans le Jura français : transferts à longue distance de biens socialement valorisés pendant les IVe et IIIe millénaires, Bulletin de la Société préhistorique française, 2007, 104, 1, p. 101-124.

Lagasquie 2017, LAGASQUIE J.-P., Les dolmens du Quercy : trois millénaires d’histoire religieuse, Capdenac, Finangraphic, 2017, 136 p.

Laplace 1951, LAPLACE G., La grotte sépulcrale du Turon d’Espalungue, Eusko-Jakintza, 1951, 5, 3-6, p. 263-266.

Laplace 1984, LAPLACE G., Sépultures et rites funéraires préhistoriques en vallée d’Ossau (Ursari), in: Hil Harriak : actes du Colloque international sur la stèle discoïdale : Musée basque, Bayonne, 8, 9, 10 juillet 1982, Bayonne, Société des amis du Musée basque, 1984, p. 21-70.

Lartet & Chaplain-Duparc 1874, LARTET L., CHAPLAIN-DUPARC G., Une sépulture des anciens Troglodytes des Pyrénées, superposée à un foyer contenant des débris humains associés à des dents sculptées de lion et d'ours, Bulletins et Mémoires de la Société d'Anthropologie de Paris, 1874, 9, p. 516-525.

Livache et al. 1984, LIVACHE M., LAPLACE G., EVIN J., PASTOR G., Stratigraphie et datations par le radiocarbone des charbons, os et coquilles de la grotte de Poeymau à Arudy, Pyrénées-Atlantiques, L'Anthropologie (Paris), 1984, 88, 3, p. 367-375.

Marembert et al. 2000, MAREMBERT F., DUMONTIER P., DELFOUR G., Biarritz : Grotte du Phare, Bilan scientifique. Région Aquitaine 1999, 2000, p. 103-104.

Marembert et al. 2008, MAREMBERT F., DUMONTIER P., DAVASSE B., WATTEZ J., La transition Néolithique final/Bronze ancien sud aquitaine à travers les tumulus Cabout 4 et 5 de Pau, Pyrénées-Atlantiques, Archéologie des Pyrénées occidentales et des Landes, 2008, 27, p. 77-112.

Marsan 1979, MARSAN G., L'occupation humaine à Arudy (Pyrénées-Atlantiques) pendant la Préhistoire et le début de la Protohistoire, in: 7ème rencontre d'historiens sur la Gascogne méridionale et les Pyrénées occidentales tenue à Pau le 1er octobre 1977, Pau, Université de Pau et des Pays de l'Adour, 1979, p. 51-98.

Marsan 1980, MARSAN G., Arudy — Grotte de Malarode I, Gallia Préhistoire, 1980, 23, 2, p. 413-415.

Marsan 1985, MARSAN G., Le tumulus néolithique T1 de Mont (Pyrénées-Atlantiques), Archéologie des Pyrénées occidentales, 1985, 7, p. 147-153.

Marticorena 2014, MARTICORENA P., Les premiers paysans de l’ouest des Pyrénées : synthèse régionale à la lumière des haches de pierre polie, Saint-Étienne-de-Baïgorry, Université populaire du Pays Basque, 2014, 192 p. (Connaissance).

Marticorena 2016, MARTICORENA P. Ed., Structures dolméniques et territoires dans les Pyrénées nord-occidentales, Bordeaux, DRAC Aquitaine - Service régional de l'archéologie, 2016, 174 p. (Rapport de prospection thématique).

Marticorena et al. 2016, MARTICORENA P., CAULE B., DEMANGEOT C., VAQUER J., MAREMBERT F., Duruthy, une sépulture oubliée : d’un site original à l’organisation territoriale des Pyrénées nord-occidentales au Néolithique final, in: De la tombe au territoire & actualités de la recherche : actes des 11èmes Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente, Montpellier (25 au 27 septembre 2014), Cauliez J., Sénépart I., Jallot L. et al. (dir.), Toulouse, Archives d'Ecologie préhistorique, 2016, p. 537-549.

Marticorena 2017, MARTICORENA P. Ed., Structures dolméniques et territoires dans les Pyrénées nord-occidentales, Bordeaux, DRAC Nouvelle-Aquitaine - Service régional de l'archéologie, 2017, 151 p. (Rapport de PCR).

Marticorena 2018, MARTICORENA P. Ed., Structures dolméniques et territoires dans les Pyrénées nord-occidentales, Bordeaux, DRAC Nouvelle-Aquitaine - Service régional de l'archéologie, 2018, 159 p. (Rapport de PCR).

Marticorena et al. 2018, MARTICORENA P., ONFRAY M., ARD V., MENS E., BICHOT F., L’usage de la terre crue dans le mégalithisme des Pyrénées nord-occidentales : nouvelles données, Bulletin de la Société préhistorique française, 2018, 115, 2, p. 394-397.

Mens et al. 2018, MENS E., MARTICORENA P., BICHOT F., ARD V., BOSCUS S., CAULE B., LINARD D., Nouvelles données sur le mégalithisme des Pyrénées nord-occidentales, in: « Entre deux mers » & actualité de la recherche : actes des 12e Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente, Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) – du 27 septembre au 1er octobre 2016, Marticorena P., Ard V., Hasler A. et al. (dir.), Toulouse, Archives d'Ecologie préhistorique, 2018, p. 87-102 (Rencontres méridionales de Préhistoire récente ; 12).

Omnès 1980, OMNÈS J., Le gisement préhistorique des Espélugues à Lourdes (Hautes-Pyrénées) : essai d'inventaire des fouilles anciennes, Tarbes, Centre aturien de recherches sous terre, 1980, 233 p. (Mémoire ; 1).

Omnès 1981, OMNÈS J., Inventaire préhistorique de la commune de Lourdes, Lavedan et pays toy, 1981, 13, p. 69-88.

Omnès 1987, OMNÈS J., Préhistoire et protohistoire des Hautes-Pyrénées : inventaire topo-bibliographique des origines au premier âge du fer, Tarbes / Argelès-Gazost, Association Guillaume Mauran / Société d'Études des Sept-Vallées, 1987, 265 p. (Patrimoine haut-pyrénéen ; 1).

Piette 1881, PIETTE E., Note sur les tumulus de Bartrès et d’Ossun, Matériaux pour l’Histoire primitive et naturelle de l’Homme, 1881, 12, p. 522-532.

Porra 1994, PORRA V., Belesta - dolmen du Moli des Vent, Bilan scientifique. Région Languedoc-Roussillon 1993, 1994, p. 133-134.

Recurt 1880, RECURT M., Dolmen de Buzy : résultat des fouilles et des recherches, Bulletin de la société des sciences, lettres et arts de Pau (2), 1880, 10, p. 113-118.

Rius et al. 2009, RIUS D., VANNIÈRE B., GALOP D., Fire frequency and landscape management in the northwestern Pyrenean piedmont, France, since the early Neolithic (8000 cal. BP), The Holocene, 2009, 19, 6, p. 847-859.

Saint-Sever & Remicourt 2019, SAINT-SEVER G., REMICOURT M., Des structures d’habitat en haute montagne de la fin du Campaniforme et du Bronze ancien (2 300-2 000 avant notre ère) au cirque de Troumouse (La Haille de Pout, Gèdre, Hautes-Pyrénées) : premiers résultats, in: La conquête de la montagne : des premières occupations humaines à l’anthropisation du milieu, Deschamps M., Costamagno S., Milcent P.-Y. et al. (dir.), Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2019, p. 1-23, [en ligne] http://books.openedition.org/cths/6152 (Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques ; 142).

Soulier 1998, SOULIER P. Ed., La France des dolmens et des sépultures collectives (4500 - 2000 avant J.C.) : bilans documentaires régionaux, Paris, Errance, 1998, 336 p. (Archéologie aujourd'hui).

Tchérémissinoff et al. 2008, TCHÉRÉMISSINOFF Y., BRUXELLES L., LAGARRIGUE A., LELOUVIER L.-A., LEROY F., Le tumulus de l’Estaque 2, commune d’Avezac-Prat-Lahitte (Hautes-Pyrénées) : résultats de fouille préventive, Archéologie des Pyrénées occidentales et des Landes, 2008, 27, p. 187-220.

Thirault et al. 2012, THIRAULT É., DUMONTIER P., MORIN J., REMICOURT M., RUÉ M., Le site Néolithique final de Labarthe 2 à Argelos (Pyrénées-Atlantiques) : une occupation temporaire ?, in: Dynamismes et rythmes évolutifs des sociétés de la Préhistoire récente. Actualité de la recherche : Actes des 9e Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente, Saint-Georges-de-Didonne (17) - 8 & 9 octobre 2010, Perrin T., Sénepart I., Cauliez J. et al. (dir.), Toulouse, Archives d'Ecologie Préhistorique, 2012, p. 423-450 (Rencontres méridionales de Préhistoire récente ; 9).

Haut de page

Notes

1 Groupe Archéologique des Pyrénées Occidentales.

2 Poz-15871 : 6420+/-40 BP soit 5473 - 5325 cal. BC.

3 Cette information n’est pas disponible pour le vase d’Harregi.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Carte de répartition des sites Néolithique moyen (P. Marticorena, P. Dumontier).
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2913/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 6,5M
Titre 2. Carte de répartition des sites Néolithique final (P. Marticorena, P. Dumontier).
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2913/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 6,5M
Titre 3. Carte de localisation des sites mentionnés du bassin de l’Adour (P. Marticorena).
Légende 1. Armiague ; 2. Buguista ; 3. Buluntza ; 4. Buzy ; 5. Col d'Arras ; 6. Darre la peyre ; 7. Gasteenia ; 8. Halhade ; 9. Ithé 1et 2 ; 10. Peyrecor 1 et 2 ; 11. Pouy Mayou ; 12. Turon Buchous ; 13. Xuberaxian ; 14. Apons ; 15. Arrouza 7 ; 16. Bordedela1/2/3 ; 17. Castillet ; 18. Chèvrefeuille ; 19. Duruthy ; 20. Espélugues ; 21. Garli ; 22. Harregi ; 23. Haspia ; 24. Houn de Laà ; 25. Isturitz ; 26. Laa2 ; 27. Laplace ; 28. Larrun 1 et 2 ; 29. Le Phare ; 30. Malarode 1 et 2 ; 31. Mikelauen-zilo ; 32. Poeymaü ; 33. Sasiziloaga ; 34. Unikoté ; 35. Artix* ; 36. Balansun ; 37. Bruques ; 38. Cazaou de Luc ; 39. Chemin des Tuyaas ; 40. Estaque 2 ; 41. Gurs ; 42. Lescar T1 -T2 ; 43. Lons ; 44. Mirassou ; 45. Pau-Cabout 5 ; 46. Pomps T1 ; 47. sources de la Lane ; 48. T1 de Mont ; 49. Bious-Artigues ; 50. Bious-Oumette ; 51. Les Areilles.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2913/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Titre 4. Isturitz (St-Martin-d’Arberoue) : répartition des vestiges humains de la salle Saint-Martin (P. Courtaud, P. Dumontier, C. Normand, G. Parent).
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2913/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre 5. Apons (Sarrance) : espace sépulcral de l’abri comprenant un coffre et trois monolithes dressés (P. Dumontier).
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2913/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 8,4M
Titre 6. Les cavités sépulcrales du massif d’Arudy.
Légende 1. Bordededela 1,2,3 ; 2. Grotte Laplace ; 3. Grotte de Laa3 ; 4. Grotte de Houn de Laa ; 5. Grotte de Garli ; 6. Grotte de Larrun 1 ; 7. Grotte de Larrun 2 (emplac. approx.). P. Dumontier
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2913/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Titre 7. Dolmen de Peyrecor 2 (Dumontier 1997).
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2913/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 7,8M
Titre 8. Dolmen de Gasteenia.
Légende A. Comparaison du d'après Chevallier 1987 et du relevé effectué en 2016 (E. Mens) avec photogrammétrie B. Coupe SSO – NNE de la butte avec les sondages 2 et 4 (in Marticorena 2017).
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2913/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 7,4M
Titre 9. Coupes géologiques schématiques.
Légende A. Configuration du site de Gasteenia entre le sommet du Mocorreta (origine du chevet et de la table), le replat en quartzite au niveau de la route au-dessus du dolmen (origine des piliers) et le dolmen. B. Configurations du dolmen d’Armiague (Bichot in Marticorena 2018).
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2913/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3M
Titre 10. Tableau du recrutement des sépultures.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2913/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre 11. Tableau des dates radiométriques.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2913/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 9,5M
Titre 12. Graphique des datations absolues du Néolithique moyen (P. Courtaud).
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2913/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre 13. Graphique des datations absolues du Néolithique final (P. Courtaud).
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2913/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice Courtaud, Patrice Dumontier, Pablo Marticorena et Delphine Linard , « Relations au Néolithique entre les grottes et les dolmens des Pyrénées occidentales (France) »Préhistoires Méditerranéennes, 9.2 | -1, 65-95.

Référence électronique

Patrice Courtaud, Patrice Dumontier, Pablo Marticorena et Delphine Linard , « Relations au Néolithique entre les grottes et les dolmens des Pyrénées occidentales (France) »Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 9.2 | 2021, mis en ligne le 07 décembre 2021, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/pm/2913 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pm.2913

Haut de page

Auteurs

Patrice Courtaud

patrice.courtaud@u-bordeaux.fr
UMR PACEA 5199
Université De Bordeaux
Allée Geoffroy Saint-Hilaire CS 50023
33615 PESSAC Cedex

Patrice Dumontier

patrice.dumontier@orange.fr
Groupe Archéologique des Pyrénées Occidentales
4 rue A. Peyre 64400 OLORON-Ste-MARIE

Pablo Marticorena

harriak@hotmail.fr
UPPB - Traces UMR5608 CNRS

Delphine Linard 

delphine.linard@hotmail.fr
Doumenjoun 31430 Saint-Araille

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search