Navigation – Plan du site

AccueilNouvelle série9.2Approche multidisciplinaire de sé...

Approche multidisciplinaire de sépultures collectives en grotte et en dolmen à la fin du Néolithique dans le Languedoc oriental et sud des Cévennes

Mélie Le Roy et Johanna Recchia-Quiniou
p. 97-118
Traduction(s) :
Multidisciplinary approach to collective burials in caves and in dolmens at the end of the Neolithic period in Eastern Languedoc and the southern part of the Cévennes—abridged version [en]

Résumés

Depuis 2012, un programme de reprise d’étude des sépultures collectives datées de la fin du Néolithique, début de l’âge du Bronze dans le Languedoc oriental et le sud des Cévennes a été mis en place. L’ensemble des travaux ont suivi le même protocole d’analyse, tant sur le plan biologique (âge au décès, sexe, état sanitaire) que sur les recherches archéoanthropologiques (recrutement, reconstruction du dispositif funéraire), ainsi que sur l’étude du mobilier céramique.

Cet article présente tout d’abord les résultats de ces reprises d’études, discutant la dichotomie observée sur les structures d’accueil de ces ensembles funéraires : cavités et dolmens. Les résultats permettent de distinguer les différences observées à différentes échelles, la structure, le site et la région, dans la gestion des corps et l’organisation des dépôts. On ne remarque pas de différences significatives à l’échelle des deux régions d’intérêt, hormis une sélection culturelle systématique excluant les plus jeunes dans les ensembles funéraires du Languedoc oriental, le sud des Cévennes étant plus varié dans son recrutement funéraire. L’unique élément significatif est la présence de marqueurs d’activité para masticatrice sur les dents d’un nombre limité d’individus inhumés dans les dolmens du sud des Cévennes. Ce résultat suggère une pratique d’artisanat de vannerie ou de tannerie par les populations inhumant leurs morts dans les monuments des contreforts des Cévennes, alors que les sujets retrouvés en cavité ne semblent pas avoir pratiqué une telle activité.

Enfin, ces études ont mené à la mise en place de travaux de terrain qui ont permis la mise au jour d’une préparation des sols accueillant les morts, aussi bien en grotte qu’en dolmen. Cette découverte permet d’envisager l’intégration du lieu de dépôt dans la chaîne opératoire funéraire des sépultures collectives de la fin du Néolithique. La fonction (symbolique ou technique) de ces aménagements reste encore à confirmer.

Haut de page

Notes de la rédaction

Reçu / Received 01-04-2021 ; Version révisée reçue / Received in revised form 30-09-2021 ; Accepté / Accepted 04-10-2021 ; En ligne / Online 07-12-2021

Texte intégral

Introduction

1Les sépultures collectives sont des structures qui accueillent des dépôts funéraires au fur et à mesure des décès (Leclerc & Tarrête 1988, Boulestin 2019). Ce phénomène est apparu au Néolithique moyen (4900-3500 av. J.-C.) et s’est propagé vers la fin du Néolithique (3500-2000 av. J.-C.) jusqu’au début de l’Âge du bronze (2300-1600 av. J.-C.) dans les sociétés de l’ouest de l’Europe (Guilaine 1998). Certaines sépultures (par exemple, les tombes mégalithiques ou certains hypogées) représentent des ouvrages colossaux qui ont nécessité un énorme investissement en temps et en main-d’œuvre (Sevin-Allouet & Scarre 2013, Porqueddu 2019). Selon des études ethnographiques, la construction de telles tombes monumentales est gérée soit uniquement par le groupe inhumant, soit en collaboration avec les groupes voisins (Decary 1962). Ces structures apparaissent étroitement liées au territoire sur lesquelles elles sont implantées, faisant alors office de marqueurs de territoire (Bloch 1971, Wheatley et al. 2010). La sélection funéraire au sein de telles structures apparaît complexe (Schmitt & Dederix 2019) au vu des divers exemples ethnographiques connus (e.g. Adams 2007, Jeunesse & Denaire 2018, Parker Pearson & Regnier 2018, Steimer-Herbet 2018). De plus, de premiers grands travaux de synthèse sur les pratiques funéraires néolithiques démontrent que l’ensemble de la population est rarement présent au sein de ces dépôts collectifs (e.g. Chambon 2003, Blin 2018, Le Roy et al. 2018a).

2La fin du Néolithique dans le sud de la France est une période caractérisée entre autres par l’émergence de nombreux groupes humains et une multitude de faciès géographiques (Lemercier 2004). Les ensembles culturels majeurs, pour le Languedoc oriental et le sud des Cévennes (fig. 1), sont les groupes successifs de Ferrières (3300 - 2800 av. J.-C.) et de Fontbouisse (2900 - 2200 av. J.-C. ; Jallot & Gutherz 2014), puis de l’âge du Bronze ancien (2300 - 1800 av. J.-C. ; Lachenal 2014). On note aussi des indices d’occupations campaniformes. Les données lacunaires et l’absence de datation ne permettent pas, pour l’heure, de caractériser la dynamique d’occupation des populations campaniformes au sein de notre région d’intérêt (Lemercier 2004). Le principal phénomène funéraire qui caractérise ces différents groupes est la dimension collective de leurs sépultures, installées dans des milieux naturels (grottes ou abris) ou artificiels (dolmens ; Duday 1976). Cette dualité est rendue possible par la nature calcaire du territoire des Grands-Causses et des Cévennes (fig. 1), ce qui exclut ainsi la possibilité d’une variation régionale guidée par la présence (ou l’absence) de terrains inappropriés. Le mobilier retrouvé à l’intérieur de ces différents ensembles funéraires témoigne d’une relative contemporanéité d’occupation, entre la fin du Néolithique et le début de l’âge du Bronze, confirmée par les rares datations connues (tabl. 1). Ainsi, il semble que les mêmes groupes humains présents à la fin du Néolithique et au début de l’âge des métaux ont aussi bien utilisé des cavités naturelles que construit des architectures monumentales pour déposer leurs morts. Dès lors, la raison de cette variabilité peut potentiellement être recherchée dans des fondements culturels sur la base de données anthropologiques et archéologiques, afin de définir si ces deux expressions funéraires sont l’œuvre de groupes distincts partageant un même territoire ou reflètent un statut social différent au sein d’une même communauté.

Mise en place de l’échantillon d’étude

3Dans notre région d’étude (fig. 1), la majeure partie des découvertes a été réalisée entre les années 70 et 90 et n’a jamais fait l’objet d’études approfondies. Pourtant, ces collections « oubliées » sont un réservoir d’informations facilement accessibles. Ces analyses sont toutefois délicates car les collections présentent dans leur large majorité des lacunes, plus ou moins importantes, dans la documentation de terrain ou l’enregistrement des données. Cependant, tout en gardant à l’esprit ces biais et en mesurant leur impact sur les résultats des différentes études, il est possible de discuter des pratiques funéraires, de la biologie des individus de ces sites et d’envisager des synthèses à l’échelle régionale (Linard et al. 2020, Le Roy et al. soumis).

1. Répartition des sites par zone géographique et type de structure.

1. Répartition des sites par zone géographique et type de structure.

Les numéros se réfèrent au tableau 1.

4Le travail que l’une d’entre nous a réalisé au cours de sa thèse (Le Roy 2015) a consisté dans un premier temps en un inventaire de l’ensemble des sites publiés de la période du Néolithique (5700 - 2100 av. J.C.). Cette base de données a été le fondement d’un travail de recherche qui a abouti à la première synthèse concernant les individus immatures au Néolithique en France (Le Roy et al. 2018a).

5Dans l’objectif de combler les lacunes observées lors de la réalisation de cet inventaire, notamment dans le sud de la France (d’un point de vue général sur les pratiques funéraires) et d’obtenir des données biologiques inédites, plusieurs collaborations ont été initiées afin de réaliser l’étude de collections squelettiques issues de sépultures collectives des départements de l’Ardèche, du Gard et de l’Hérault, datant de la fin du Néolithique et du début de l’âge du Bronze (e.g. Bec Drelon et al. 2014, Le Roy & Bec Drelon 2016, Bouffiès et al. 2017, Jean et al. 2019, Linard et al. 2020). Le choix des collections a été guidé selon (1) la qualité de la documentation de terrain (malgré l’ancienneté des fouilles) ; (2) l’intérêt de l’étude de ces collections (mise en valeur dans les musées ou dans des projets de valorisation etc.) ; (3) la facilité d’accès aux collections. Ce projet rassemble 20 sépultures collectives (fig. 1 et tabl. 1), dont les principaux lieux d’inhumation observés sont des monuments mégalithiques et des cavités. Également, de nouveaux travaux de terrain ont été entrepris afin d’apporter de nouvelles données à la lumière de méthodes de fouilles récentes (Le Roy et al. soumis).

6Ainsi, l’échantillon pris en compte dans cette étude est issu d’un retour sur le terrain et de reprises de collections anciennes, depuis 2012 dans l’Hérault, le sud de l’Ardèche et le nord du Gard. Les deux fenêtres d’études définies autorisent une lecture des données à différentes échelles (structure, site, région), ainsi qu’une comparaison entre la vallée de Montpellier (zone A) et les contreforts des Cévennes (zone B), régions ayant livré une quantité importante de sites funéraires. L’échantillon considéré dans cette étude est donc composé de 10 structures mégalithiques diverses, allant de dolmens simples (les Abrits 1 et 2) à des architectures plus complexes (Le dolmen à antennes des Isserts ; Bec Drelon et al. 2016) et 10 cavités, dont certaines présentent des aménagements internes, répartis sur les deux fenêtres d’étude (fig. 1 et tabl. 1). La rareté des données disponibles nous a conduit à considérer l’échantillon d’étude de manière dichotomique et donc de ne discuter les différences qu’à l’échelle des dolmens et cavités au sens large.

Tab. 1. Liste des sites par communes renseignant les données géographiques, archéologiques et chronologiques.

Tab. 1. Liste des sites par communes renseignant les données géographiques, archéologiques et chronologiques.

Les numéros se réfèrent à la carte de la figure 1.

Datation

7La datation des sépultures collectives de la fin du Néolithique dans le sud de la France reste un problème hautement discuté dans la communauté archéologique (e.g. Sauzade et al. 2018, Clop et al. sous presse). En effet, encore trop peu de sites sont datés malgré des avancées notoires ces dernières années. Cette question des datations soulève deux problématiques majeures dans la compréhension de ces ensembles funéraires complexes.

8La première est la contemporanéité des différents types de structures ayant accueilli les morts. Bien que le phénomène des sépultures collectives est aujourd’hui admis comme présent de manière généralisée dans l’horizon funéraire de la fin du Néolithique moyen (Chambon 2003), de récentes études ont montré de rares occurrences plus anciennes, avec notamment l’aven des Bréguières (Provost et al. 2017), repoussant ainsi potentiellement l’apparition de ce phénomène aux marges du Néolithique ancien. Toutefois à la lumière de nouveaux travaux synthétiques, certaines tendances dans l’évolution de ces ensembles funéraires au fil du temps et selon les différentes aires géographiques sont perceptibles. G. Sauzade et coll. (2018) pour la région PACA ont relancé une série de datations démontrant les difficultés de phasage du fait des marges d’incertitude importantes de la calibration des datations radiocarbone ainsi qu’aux différences observées sur le mobilier mis au jour entre les contextes funéraires et domestiques. Également, une collaboration franco-espagnole questionne la synchronie de ces ensembles et types d’architecture de part et d’autre des Pyrénées. Le manque de datations disponibles limite les résultats, mais des tendances dans la succession et/ou synchronie des différents types de structures sont mises en avant (Clop et al. sous presse). Enfin, les travaux de l’équipe de V. Ard apportent également de nouvelles données, repoussant, au fil des résultats, l’apparition des dolmens simples sur l’ensemble du sud de la France (ANR MONUMEN). Ainsi, les données disponibles nous permettent, en l’état actuel, de démontrer l’utilisation des diverses structures architecturales, et notamment des grottes et des dolmens, comme appartenant à un même horizon de la fin de la Préhistoire récente sur le territoire de la zone d’étude (fig. 1).

9La seconde problématique, encore trop peu explorée, est la durée d’utilisation de ces ensembles funéraires. En effet, les travaux de synthèse précédemment cités ne font état que de très rares ensembles datés par le radiocarbone sur l’ensemble de leur durée d’utilisation (Clop et al. sous presse). La majorité des sites n’ont fait l’objet que d’une ou deux dates, pour des assemblages osseux représentants jusqu’à plusieurs centaines d’individus. La question de la durée d’utilisation des tombes, bien que souvent éclairée par des datations relatives du mobilier mis au jour, et la temporalité de la succession des dépôts ainsi que leur nature (collective ou simultanée) pose alors problème (Schmitt & Dederix 2019). L’un des rares sites ayant réalisé plusieurs datations sur l’ensemble de la stratigraphie est l’Aven Janna (Saint-Privat-de-Champclos) et dont les résultats préliminaires seront présentés dans cet article. Sur les neuf individus identifiés, cinq ont fait l’objet d’une datation par le radiocarbone, démontrant une utilisation de la cavité pour l’ensemble de ces dépôts sur une durée de 300 ans (1875-1566 av. J.-C.). Les données de terrain (fouille en cours) suggèrent des dépôts primaires remaniés. Cela questionne donc la pertinence de la durée d’utilisation de la cavité à l’échelle d’un seul groupe humain et rend difficile d’interpréter l’occupation de la cavité. Cependant, sans données supplémentaires et compte tenu de l’incertitude de la calibration des datations, nous ne pouvons pas exclure une occupation par une même population sur plusieurs générations, cette dernière pouvant très bien déposer ses autres morts dans d’autres cavités ou structures à proximité, comme cela l’est suggéré par l’identification d’un thème funéraire récurrent à l’échelle de la vallée de la Cèze (Le Roy et al. soumis).

Approche méthodologique

Les données anthropologiques

10Le même protocole d’étude anthropologique a été appliqué à toutes les collections. Il concerne le recrutement funéraire des sépultures collectives basé sur l’estimation du Nombre Minimum d’Individus (NMI ; Poplin 1976, Masset 1984, Demangeot 2008), l’âge au décès (Moorrees et al. 1963a, 1963b, Schmitt 2005) et le sexe (Bruzek 2002, Murail et al. 2005, Bruzek et al. 2017). Enfin, l’évaluation de l’état sanitaire des différentes collections squelettiques est basée sur l’analyse des vestiges osseux et dentaires (Brothwell 1981, Smith 1984, Bocquentin 2003), afin de caractériser biologiquement chaque ensemble funéraire et de tenter de définir le profil de la population inhumée et si des différences selon la géographie ou la structure d’accueil semblent se dessiner.

11En parallèle, une étude du recrutement funéraire par âge a été menée afin de caractériser quelle part de la population est présente selon les types de structures (Le Roy et al. 2018b). Les quotients de mortalité sont utilisés pour établir un profil de mortalité pour chaque site avec le postulat d’une population stationnaire (le taux des naissances compense le taux des décès : hypothèse de Halley ; Sellier 1996) accepté pour l’ensemble funéraire. Cela suppose une longue période d’occupation, cohérente avec la nature collective du lieu de sépulture. Les profils de mortalité obtenus pour chaque ensemble sont ensuite comparés à un modèle de mortalité théorique basé sur des tableaux standards publiés par Ledermann (1969), correspondant à une population dite « pré-Jennerienne » (c’est-à-dire avant la révolution industrielle et les progrès de la médecine tels que la vaccination). Cela implique que le même schéma de mortalité est possiblement valable pour les populations préhistoriques - une faible espérance de vie à la naissance (entre 25 et 35 ans), un taux de mortalité élevé pour les enfants plus jeunes (0 à 4 ans) et un taux faible pour les enfants plus âgés (entre 10 et 14 ans, Ledermann 1969, Sellier 1996). Il convient de noter que cette méthode fournit une "image moyenne" de la réalité, lissant les événements démographiques potentiellement complexes pouvant survenir à des moments spécifiques (Buchet & Séguy 2002). Bien que nous ne connaissions pas le taux de mortalité exact des sociétés anciennes, les observations sur les populations « pré-Jenneriennes » sont plus susceptibles d’être comparables aux populations néolithiques et donc suivent le même schéma de mortalité archaïque. Néanmoins, l’objectif de cette comparaison n’est que de démontrer toute anomalie démographique (sur ou sous-représentation des classes d’âge) par rapport à un taux de mortalité dit « naturelle » et en aucun cas d’établir un profil démographique précis pour les populations néolithiques. Pour démontrer la significativité des différences observées entre le profil de mortalité calculé et les valeurs théoriques attendues, l’écart entre le taux de mortalité observé dans un groupe d’âge donné et la probabilité théorique de décès a été calculé séparément. Les probabilités de décès dans chaque groupe d’âge ont ensuite été soumises à un test standard de comparaison de proportion à une valeur de référence en utilisant la distribution binomiale (Le Roy et al. 2018b). Les analyses statistiques ont été effectuées à l’aide du logiciel R 3.0.2 (R Team 2013).

Les données céramiques

12La rareté des études de mobilier dans ces contextes archéologiques est conséquente au sein de notre région d’étude. De fait, à l’heure actuelle, seule les données céramiques permettent une discussion. Ainsi, les analyses de mobilier en contexte funéraire livrent des informations à différents niveaux, en relation d’une part avec le(s) contexte(s) chrono-culturel(s) dans le(s)quel(s) s’insère l’ensemble funéraire et d’autre part avec les défunts et l’organisation de l’espace funéraire.

13Pour aborder le premier aspect, les études de mobilier céramique se fondent sur une analyse typologique classique visant à restituer les formes, les décors ou tout autre élément typologique permettant d’attribuer le mobilier à une tradition céramique, s’insérant dans une phase plus ou moins bien bornée en chronologie relative. Relativement simple lorsqu’il s’agit d’évaluer des assemblages céramiques contenus dans des ensembles clos, l’étude typologique se complexifie dans les contextes archéologiques remaniés et fréquentés sur de longues périodes que sont les sépultures collectives. À cela, s’ajoutent les pillages et fouilles anciennes qui ont souvent vidé, au moins partiellement, les espaces sépulcraux de leur contenu. De fait, l’ensemble des éléments céramiques récoltés ne peut constituer a priori un assemblage céramique fiable à proprement parler, plusieurs événements archéologiques distants ou étalés dans le temps pouvant être documentés. Par ailleurs, si certains caractères typologiques autorisent une attribution à une tradition céramique précise, d’autres ne le permettent souvent que de façon assez lâche, sans qu’il soit possible de spécifier la phase (ancienne, intermédiaire, récente) de la tradition identifiée. C’est en effet souvent le cumul des données typologiques qui permet d’atteindre une certaine finesse dans l’attribution typo-chronologique.

14Aussi, la rareté des assemblages céramiques fiables dans ces contextes, souvent cumulée à la présence de plusieurs faciès chrono-culturels, implique d’être attentif à la pertinence de la valeur diagnostique des éléments typologiques et à hiérarchiser celle-ci. Nous en sommes souvent réduits à des conjectures plus qu’à des certitudes.

15Le second aspect vise à comprendre et établir les conditions de dépôt du mobilier. C’est notamment dans ce cas l’intégrité du mobilier céramique qui est questionné (vase entier ou brisé, bris intentionnel ou accidentel), sa position dans l’espace funéraire (primaire ou secondaire, en relation avec un ou plusieurs individus), ou à l’extérieur de celui-ci (dépôt votif ?), sa fonction (s’agit-il de dotation personnelle, de mobilier d’accompagnement ?) ou encore sa valeur (symbolique ? relative au statut social ?) (Sohn & Vaquer 2012).

16Le cas de l’Aven Janna, présenté dans cet article, introduit une nouvelle possibilité quant à la présence de mobilier céramique. Sa possible utilisation dans la préparation du sol visant à accueillir les défunts a incité l’équipe de fouille à renseigner de façon systématique pour chaque tesson son pendage et son orientation ainsi que sa localisation précise (par le biais de la photogrammétrie ; Le Roy & Seikowski 2019). Cette collecte d’informations sur le terrain a pour but d’étudier les modalités de dépôt de ces éléments. Pour cela, nous avons d’une part, commencé à explorer les données relatives à la fragmentation du mobilier et à sa répartition spatiale et d’autre part observé les distances de remontages entre tessons. La fouille étant encore en cours, les résultats présentés ici ne sont que préliminaires.

Bilan de la reprise des collections anciennes

Recrutement funéraire

17La représentation des anomalies démographiques est tributaire du nombre d’individus identifiés au sein de chaque ensemble. En effet, il est inutile de calculer une courbe de mortalité ne représentant pas un minimum de deux générations pour interpréter la nature de la mortalité, aussi une seconde sélection de sites a été réalisée au sein de l’échantillon afin de n’inclure que les collections représentatives d’une population naturelle (NMI >9). De plus, différentes échelles de lecture ont été considérées : 1) la structure ; 2) le site, notamment pour les tombes mégalithiques qui parfois sont regroupées en nécropole ; 3) l’aire géographique (fig. 1).

Les structures

18Notre échantillon comprend deux types de sites : des grottes et des dolmens. Pour les premières peu de résultats ont pu être inclus dans l’étude au vu du faible nombre d’individus mis au jour notamment dans la région du nord du Gard, sud de l’Ardèche (tabl. 2). Seuls, la grotte des Fontanilles (Saint-Etienne-de-Gourgas, Hérault) pour la zone A et l’Aven Janna, la grotte du Baptême (Saint-Privat-de-Champclos, Gard) et la grotte de la Rouquette (Saint-Hilaire-de-Brethmas, Gard) pour la zone B ont permis de reconstruire une courbe de mortalité. Aucune tendance générale ne se dégage (fig. 2) : un site (l’Aven Janna) montre une mortalité dite naturelle, c’est-à-dire qu’aucune sélection funéraire selon l’âge n’a été mise en place lors du dépôt des corps, et donc que tout le monde a eu accès à la sépulture ; les deux autres sites issus de la même région, montrent une surreprésentation des individus immatures les plus âgés ([> 5 ans]). Cela suppose alors une sélection culturelle excluant les adultes (Le Roy et al. 2018b). Pour ces quatre sites, aucune sélection selon le sexe n’a été mise en évidence, des hommes et des femmes étant présents dans chacun des ensembles. L’unique sépulture collective en grotte considérée dans la zone A (les Fontanilles, Hérault), montre un nombre d’individus plus important (NMI = 28). Notons que la présence d’ensembles osseux plus conséquents tend à se confirmer avec l’analyse en cours d’une seconde sépulture (l’Aven de Saint-Martin-d’Azirou, Hérault ; NMI = 29 ; étude en cours). Le type de recrutement observé est exclusif à cette région : une sous-représentation des individus immatures d’un âge inférieur à 5 ans. Cette sélection reflète un choix culturel délibéré (Le Roy et al. 2018b). Enfin, aussi bien des hommes que des femmes ont été identifiés au sein de l’ensemble.

19Les structures mégalithiques ont quant à elles généralement livré un plus grand nombre d’individus, que les sépultures en cavité (tabl. 2). Ainsi, la totalité des sites a permis de calculer une courbe de mortalité afin d’établir une potentielle sélection funéraire selon l’âge-au-décès. Il n’a pas été possible de discuter le sex ratio compte tenu de l’état trop fragmenté des ossements, mais les rares diagnoses sexuelles possibles tendent à démontrer la présence aussi bien d’hommes que de femmes au sein de ces sépultures. Les trois sites héraultais (Les Isserts à Saint-Jean-de-la-Blaquière, La Caumette à Notre-Dame-de-Londres et La Prunarède à Saint-Maurice-de-Navacelle) montrent tous une sous-représentation des enfants de moins de 1 an, relevant d’un choix culturel délibéré (Le Roy et al. 2018b). Les sites ardéchois présentent une plus forte diversité. En effet, un site présente une mortalité naturelle : le dolmen des Abrits 1 (Beaulieu, Ardèche). Trois autres sites, au contraire, sont caractérisés par une exclusion des individus les plus jeunes (inférieur à 5 ans) : les dolmens du Pala 2 (Chauzon, Ardèche), des Abrits 2 (Beaulieu, Ardèche) et de Gabiane 3 (Labeaume, Ardèche). Enfin, deux sites présentent une courbe de mortalité démontrant une exclusion des plus jeunes, associée à une exclusion de certains adultes, les dolmens de Gabiane 1 et 6 (Labeaume, Ardèche). Ce type de profil suggère soit une sélection naturelle ou une crise de mortalité. Toutefois, la dernière hypothèse nécessite d’autres indices relatifs à l’état sanitaire ou au mobilier mis au jour au sein de l’ensemble pour être confirmée (Le Roy et al. 2018a).

20Ainsi, comme nous pouvons le voir aucun type de recrutement ne semble être spécifique aux différents types de structures.

Tab. 2. Liste des sites par communes renseignant les données archéo-anthropologiques.

Tab. 2. Liste des sites par communes renseignant les données archéo-anthropologiques.

Nombre Minimal d’Individus (NMI) général et immatures et types de recrutement funéraire. Les numéros se réfèrent à la carte de la figure 1.

Les sites

  • 1 Cf Jeunesse et al. ce volume

21Dans cette partie, nous nous concentrerons uniquement sur les regroupements de structures. En effet, certains sites forment des « nécropoles » ou tout du moins une concentration (ou « pool »1) de structures. Tel est le cas du site mégalithique de Gabiane (Labeaume, Ardèche). Cet ensemble est représenté par sept monuments dont cinq ont livré des ossements (Laforgue & Robert 1975, Le Roy 2018a). Malheureusement, la préservation des ossements est inégale d’une structure à une autre, ce qui réduit les possibilités d’étude du recrutement funéraire à l’échelle du site. Un second cas de regroupement de structures est celui des Abrits 1 et 2. Elles ont été fouillées dans les années 1980 par O. et A.-C. Gros, qui ont fait preuve d’une grande minutie tant dans le prélèvement et l’enregistrement des ossements que dans l’étude du mobilier, transmettant ainsi une documentation de très bonne qualité pour nos analyses (Gros O. & Gros A.-C. 2010). Enfin, les sépultures en grottes peuvent également présenter des regroupements significatifs, notamment dans les gorges de la Cèze (Le Roy et al. soumis). Cependant, l’état actuel des recherches dans cette micro-région ne nous permet pas de générer une analyse synthétique à plus grande échelle que celle de la structure. De nombreux travaux supplémentaires sont à entreprendre avant de réfléchir à une synthèse sur ces données.

  • 2 Financé dans le cadre de l'ANR MONUMEN « Monumentalités, espaces et compétitions sociales au Néoli (...)
  • 3 Financé par le programme Arthemis SRA Auvergne-Rhône-Alpes
  • 4 La question de la conservation des jeunes individus peut être écartée de la raison de cette sous-r (...)

22Les dolmens des Abrits 1 et 2, localisés sur la commune de Beaulieu sont distants de 300 mètres l’un de l’autre. De récentes datations, ainsi que l’attribution chronologique du mobilier mis au jour dans les couches sépulcrales, mettent en avant leur relative contemporanéité : 2866-25002 et 2623-24733 av. J.-C. (tabl. 1). Les deux dolmens apparaissent similaires dans leur architecture et dans le type de mobilier retrouvé lors des fouilles (Gros O. & Gros A.-C. 2010). En 2016, les ossements des deux dolmens ont fait l’objet d’une étude anthropologique (Le Roy inédit pour les Abrits 1 ; Bouffiès et al. 2017 pour les Abrits 2). Les résultats font état pour le premier dolmen de la présence de 22 individus dont six immatures. Aucune donnée éclairant les modalités de dépôt des corps n’a pu être mise en évidence. Le dolmen des Abrits 2 a livré, quant à lui, un total de 86 individus dont 29 immatures. Aucune observation n’a pu être réalisée sur les modalités de dépôts des corps. Les deux dolmens se ressemblent très fortement par leur architecture, toutefois ils ne montrent pas le même type de recrutement. Comme mentionné auparavant, le numéro 1 présente une courbe de mortalité dite « naturelle » (aucune sélection) alors que le second présente une sous-représentation des jeunes enfants (choix culturel4). Ainsi, deux structures proches géographiquement et utilisées simultanément montrent une gestion différente des conditions d’accès des défunts à la tombe. Un calcul de la courbe de mortalité des deux effectifs cumulés démontre une courbe de mortalité signifiant une exclusion des plus jeunes individus ([< 1 an]), ainsi à l’échelle du site, si l’hypothèse d’une utilisation simultanée est acceptée, une sélection funéraire pourrait avoir régi les dépôts de corps.

  • 5 Financé dans le cadre de l'ANR MONUMEN « Monumentalités, espaces et compétitions sociales au Néoli (...)
  • 6 L’hypothèse de la crise de mortalité n’est pas privilégiée dans le cas de la nécropole de Gabiane (...)

23Le regroupement de structures mégalithiques sur le site de Gabiane comporte un total de sept monuments, dont seuls cinq ont fait l’objet d’une fouille (Laforgue & Robert 1975), trois ont permis de calculer une courbe de mortalité et un seul (Gabiane 6) a fait l’objet de datations (3012-2286 av. J.-C.5). Les dolmens numéros 1 et 6 présentent un profil suggérant une crise de mortalité ou un choix culturel (exclusion des plus jeunes individus [< 5] ans et des adultes [> 20] ans), le dolmen numéro 3 présente seulement une exclusion des plus jeunes individus ([< 5] ans). Le NMI de chaque structure reste toutefois relativement faible ce qui pourrait traduire un fonctionnement de type nécropole à l’échelle du site, chaque structure étant dédiée à un sous-groupe d’une même population. Le calcul de la courbe de mortalité à l’échelle du site, bien que l’ensemble des données ne soit pas présent, représente une sélection funéraire d’exclusion des plus jeunes et des adultes6. Bien que ce résultat ne puisse faire office de conclusion définitive, il nous permet tout de même d’avancer l’hypothèse d’une possible sélection funéraire à l’échelle du site et donc de la population inhumée, si tant est que les autres dolmens (ceux n’ayant livré aucun vestige) n’étaient réservés à cette part manquante de la population. De même, une utilisation successive des différentes structures ne peut être écartée.

24L’hypothèse d’une gestion des différentes structures funéraires à l’échelle d’un site est tout à fait compatible avec la littérature récente sur des populations utilisant la sépulture collective comme mode d’inhumation (Jeunesse & Denaire 2018, Steimer-Herbet 2018), comme cela a été démontré pour les hypogées du bassin parisien, contemporains des structures présentées dans cet article (Blin 2015). En effet, pour des raisons pratiques ou culturelles, C. Jeunesse et son équipe ont mis en avant un fonctionnement à l’échelle du « pool » de dolmens ce qui pourrait expliquer en partie les différences de recrutement observées pour les cas néolithiques, illustrés ci-dessus.

25Enfin, le cas des grottes sépulcrales des gorges de la Cèze, encore aux prémices de leur analyse, ont livré un nombre important de petits ensembles funéraires dans des petites cavités (entre 3 et 14 individus, Linard et al. 2020 ; Le Roy et al. soumis). Leur récurrence et leur nombre conséquent pourraient suggérer un statut de « vallée des morts » où les dépôts se font par unité familiale (une proximité biologique entre les assemblages osseux déposés dans les différentes cavités a été mise en évidence sur la base des variations anatomiques non métriques (Linard et al. 2020) ou autre groupe d’individus à l’échelle d’une même population. De nombreux travaux restent encore à entreprendre, toutefois une telle gestion de l’espace à l’échelle des gorges de la Cèze est tout à fait envisageable.

Les aires géographiques

26Les deux zones soumises à étude montrent des comportements funéraires potentiellement différents (fig. 2). En effet, malgré le faible nombre de données disponibles, les sites héraultais présentent tous (grottes et dolmens) une sous-représentation des enfants les plus jeunes. Bien qu’à l’état préliminaire, cette première observation suggère donc une potentielle cohérence dans les pratiques funéraires à l’échelle de la région, excluant systématiquement une part de la population. Cette exclusion se retrouve dans des sites du bassin parisien, contemporains à ceux de notre échantillon d’étude (Blin 2015, Le Roy et al. 2018b) ainsi que dans certains exemples ethnographiques, notamment dans les pratiques funéraires malgaches, où une partie des enfants n’a pas accès à la sépulture collective. Chez les Antaisaka et les Antaifasy, les enfants de moins de 4 semaines ne sont pas admis dans la sépulture collective, ils sont considérés comme des morts nés et enterrés dans un endroit quelconque (Decary 1962). Chez les Antaimoro, les enfants de moins de 3 mois n’y ont pas non plus accès et les autres enfants y sont admis mais dans un espace réservé au sein de la fosse (Decary 1962). Enfin chez les Betsiléos, jusqu’à l’âge de 2 ans les enfants ne sont pas enterrés dans la tombe communautaire, mais dans une petite loge attenante, afin de ne pas être totalement coupé du lien avec leurs ancêtres (Decary 1962). Ces exclusions reflètent une considération différente de l’enfant au sein de la communauté jusqu’à un certain âge, qui varie selon les divers groupes (Le Roy et al. 2018b). L’âge le plus commun de limite d’exclusion est généralement autour de 5 ans. En effet, les plus jeunes enfants ne sont pas considérés comme assez forts « pour soulever la lourde porte de la sépulture » (Decary 1962 : 100).

2. Répartition des sites par zone géographique et type de recrutement.

2. Répartition des sites par zone géographique et type de recrutement.

Les numéros se réfèrent au tableau 1.

27Au contraire, les sites présents dans la zone B présentent une forte variabilité relative au recrutement funéraire, bien que l’exclusion des plus jeunes individus soit récurrente. Le sexe n’apparaît pas comme un critère dans la sélection. Toutefois, aucune tendance selon le type de structure n’est apparente. Aussi bien des dolmens que des cavités présentent une exclusion des plus jeunes individus, une exclusion des jeunes, associée à une exclusion des adultes (ou une crise de mortalité) et enfin certains présentent une mortalité dite naturelle. Ce résultat est tout d’abord induit par un faible nombre d’études dans cette région, ainsi qu’une documentation de terrain limitée par l’ancienneté des fouilles (notamment pour les cavités, Linard et al. 2020). Cela illustre parfaitement le besoin d’un renouveau dans la recherche anthropologique dans cette région, riche en données mais très peu mises en lumière.

État sanitaire

28L’état sanitaire est un aspect essentiel à considérer dans la compréhension des populations du passé. Il permet, entre autres, d’aborder l’hygiène, les conditions de vie, les activités et plus précisément dans le domaine du funéraire, la considération sociale vis-à-vis des personnes présentant des handicaps, maladies ou autre incapacités dans la vie de tous les jours (Delattre 2018, Le Roy 2021). Ceci est d’autant plus vrai dans le contexte des sépultures collectives, où le caractère communautaire de ces tombes soulève les questions de la prise en charge et de la notion d’appartenance au groupe et ce, même dans la mort (Le Roy 2021). Là aussi, la documentation est inégale selon l’état de conservation des ossements. En effet, dans les dolmens, les ossements sont très fragmentés et ne permettent que de rares observations sur les pathologies osseuses, alors que les dents sont les éléments squelettiques généralement les mieux conservés. À l’inverse, les cavités préservent relativement bien les ossements, alors que parfois, les dents sont recouvertes de calcite, gênant leur lecture et donc leur étude.

Les structures

29Comme nous l’avons déjà mentionné, les ossements dans les dolmens sont très fragmentés. C’est pour cela, qu’en l’état actuel des connaissances, très peu de données sont disponibles. On note quelques rares pathologies osseuses invalidantes (ex : ankylose du coude dans le dolmen des Abrits 2, Bouffiès inédit) et des cas réguliers d’arthrose ou de fractures (Le Roy & Bec Drelon 2016, Le Roy 2018a). Les dents ont permis de mettre en évidence une forte diversité de l’état sanitaire. Toutefois, de manière générale, l’hygiène bucco-dentaire est assez mauvaise. Les lésions carieuses sont très fréquentes et de nature sévère pour les individus inhumés dans une large part des dolmens. Associé à des dépôts fréquents de tartre et des atteintes carieuses importantes. Ces résultats suggèrent une mauvaise hygiène dentaire et/ou une alimentation riche en céréale et composante abrasive. Le nombre d’hypoplasies est relativement conséquent, mais très inégal d’un monument à l’autre, mettant en lumière des stress biologiques au cours de la vie (notamment durant l’enfance) des différents individus. Enfin, les dents mises au jour dans les dolmens présentent une usure modérée à forte pour une large majorité, que ce soit dans l’Hérault ou dans le sud de l’Ardèche, nord du Gard (Le Roy et al. soumis).

30Une particularité est à noter pour les populations inhumées dans les dolmens ardéchois. Plusieurs indices d’activités para masticatrices, caractérisés par des sillons ou une usure intense de l’émail, ont été observés au sein de plusieurs sépultures : les dolmens de Gabiane, du Pala 2 et aux Abrits 2 (Le Roy 2018b, Jean et al. 2019). Cette particularité a aussi été mentionnée dans plusieurs autres monuments de la région (Ravy & Clère 1996). Aucune observation de la sorte n’a été faite pour les collections présentes dans les grottes localisées à proximité (Le Roy et al. soumis). Cela laisserait alors supposer que les populations ou les individus inhumés dans les dolmens exerçaient des activités artisanales telles que la vannerie ou la tannerie, ce qui ne semble pas le cas des individus déposés dans les cavités, ou alors ont-ils procédé avec d’autres techniques.

  • 7 Ce cas pathologique a été identifié lors d’une première étude par H. Duday (inédit).
  • 8 Une seconde hypothèse, celle d’une dysplasie congénitale avec réadaptation fonctionnelle de l’os es (...)

31Au contraire, dans les grottes, l’état sanitaire des restes dentaires paraît bien meilleur que celui constaté dans les monuments mégalithiques. La grotte des Fontanilles, dans l’Hérault, montre un état sanitaire pour les 28 individus relativement bon (Le Roy 2021). Un très faible taux de carie est observé sur l’ensemble des dents retrouvées (4 %). La sévérité des lésions est variable ; les trois stades d’atteinte possible sont présents. Les dents sont quasiment toutes usées sur leur face occlusale (80 %). Toutefois les stades d’usure sont majoritairement faibles. Les dépôts de tartre concernent également une grande part des dents (60 %), mais seules quatre d’entre elles montrent le stade le plus sévère. Enfin, six cas d’hypoplasie linéaire de l’émail dentaire ont été identifiés (6 %), seulement sur des molaires. Peu de pathologies bénignes ont été observées sur les os (arthrose, fractures). Des indices de carences alimentaires chez deux individus ont été relevés. Il s’agit de deux os frontaux avec une cribra orbitalia et/ou des lésions serpigineuses. Ces dernières peuvent témoigner d’une infection ou d’une maladie métabolique. L’association à une cribra orbitalia tend à privilégier la seconde hypothèse (Lewis 2004). Par ailleurs, quelques cas de pathologies invalidantes ont été identifiés. Deux pièces osseuses indiquent la présence d’individus présentant un fort handicap. La première est un fragment de voûte crânienne adulte portant un traumatisme qui a certainement nécessité des soins et une prise en charge temporaire de l’individu, impactant de fait son interaction avec les autres membres du groupe (Le Roy 2021). La seconde pièce est également un élément du bloc crânio-facial appartenant à un sujet immature âgé de [5-9] ans hydrocéphale (fig. 3A ; Lewis 2017)7. Cet individu, d’un âge faiblement supérieur à l’espérance de vie moyenne de cette pathologie (Murphy 1996), a certainement exigé un soin particulier tout au long de sa courte vie (Le Roy 2021). Les grottes de la vallée de la Cèze, quant à elles, ont également montré des cas de pathologies invalidantes, mais contrairement aux sites héraultais, l’ensemble de la population inhumée présente en général un état sanitaire médiocre. Sur les neuf sujets retrouvés à l’Aven Janna, un adulte est atteint d’un abcès sévère ayant certainement entraîné une septicémie, un second présente une cribra orbitalia et plusieurs occurrences d’arthrose sont également observées sur les éléments osseux sans toutefois pouvoir conclure s’ils appartiennent à un même individu (Le Roy 2021). De plus, un individu adulte présente une lésion vertébrale impliquant sept vertèbres thoraciques (fig. 3C), attestant de la présence d’un cas de tuberculose osseuse (Hershkovitz et al. 2002). La sévérité de cette atteinte pathologique a certainement entraîné une altération générale de son état de santé, qui a dû affecter sa mobilité locomotrice, entraînant probablement une prise en charge complète par le groupe dans les derniers moments de sa vie (Le Roy 2021). Plusieurs éléments osseux pathologiques ont également été identifiés dans l’assemblage de la grotte du Redalet (Navacelles, Gard ; Linard et al. 2020). Un os pariétal droit appartenant à un sujet immature montre des lésions endocrâniennes de type serpigineuses (fig. 3B) suggérant une méningite tuberculeuse (Hershkovitz et al. 2002). Ce cas d’atteinte tuberculeuse nous invite donc à nous interroger sur la présence de cette maladie infectieuse au sein des populations de la vallée de la Cèze (Linard et al. 2020). Dans la série issue de la grotte de l’Orage, une fibula droite de taille adulte porte une excroissance osseuse dans laquelle est encore enchâssé un éclat lithique permettant d’évoquer une origine traumatique (Linard et al. 2020). Une épiphyse distale de fémur immature présente, sur sa face postérieure, une lacune osseuse et, sur l’ensemble de la pièce (à l’exception de la zone métaphysaire) de nombreux spicules osseux. Enfin, l’espace intercondylien est perforé de gros orifices suggérant une ostéochondrite disséquante, c’est-à-dire une fracturation du cartilage qui se décolle, évoquant une cause infectieuse, une cause inflammatoire ou encore une maladie du cartilage (Linard et al. 2020). La série issue de la grotte des Trois Ours (Seynes) présente un fragment de mandibule adulte déformé suite à une séquelle traumatique (fracture du condyle mandibulaire) ayant généré une pseudarthrose suite à la survie de l’individu8 (Linard et al. 2020). Enfin, un cas de spina bifida sur une première vertèbre sacrée a été constaté dans la série issue de la grotte du Baptême.

3. Exemples de cas pathologiques identifiés en grotte.

3. Exemples de cas pathologiques identifiés en grotte.

A. Grotte des Fontanilles (Hérault) : Crâne hydrocéphale d’un enfant de [5-9] ans (M. Le Roy) ; B. Grotte du Redalet (Navacelles) : Os pariétal doit immature présentant des lésions serpigineuses (D. Linard) ; C. Aven Janna (Saint-Privat-de-Champclos) tronçon de sept vertèbres présentant un mal de Pott (M. Le Roy).

32On peut donc observer que les individus inhumés en cavité présentent régulièrement des pathologies sévères et invalidantes ayant entraîné des dépendances à l’intérieur du groupe inhumant, sans que toutefois cela ne les exclue de la sépulture collective.

Regroupements

33Les données recueillies sont trop faibles pour aborder la problématique de l’état sanitaire à l’échelle de l’aire géographique. Toutefois, la récurrence de cas pathologiques dans les cavités de la vallée de la Cèze soulève la question d’un état sanitaire médiocre et de nombreuses pathologies invalidantes. Cette observation questionne donc sur l’état de santé des populations de la fin du Néolithique et du début de l’âge du Bronze dans cette région. En effet, deux cas avérés de tuberculose, des traumatologies (plus ou moins sévères) ou encore des exemples de maladie infectieuses et/ou congénitales singularisent cette (ou ces) population(s) dans le paysage de la fin du Néolithique et du début de l’âge du Bronze. Une étude paléopathologique sur l’ensemble de ces collections pourrait permettre de caractériser plus précisément les causes de ces nombreuses occurrences.

Les vestiges céramiques issus des anciennes opérations

34Nous avons eu l’occasion dans le cadre de diverses opérations de fouilles programmées d’étudier plusieurs séries céramiques associées à des contextes funéraires, essentiellement des structures mégalithiques (Rivière 2006, Bec Drelon et al. 2014, 2016, Le Roy 2018a), et plus récemment en grotte dans le cadre de la fouille de l’Aven Janna (Le Roy & Seikowski 2019). Concernant les monuments anciennement investigués dans l’aire géographique qui nous intéresse ici (zone A), nous avons pu accéder au mobilier issu des fouilles menées par G. B. Arnal sur le dolmen des Isserts à Saint-Jean-de-la-Blaquière, précédemment sondé par P. Cazalis de Fondouce (Arnal 1956), et au mobilier récolté lors des fouilles menées par J. Arnal pour ce qui concerne le dolmen de la Caumette à Notre-Dames-de-Londres (Arnal 1959).

35Les deux monuments funéraires ont été réutilisés durant la Protohistoire (à l’âge du Bronze aux Isserts, et à l’âge du Fer aux Isserts et à la Caumette). Ces réoccupations ont abouti dans les deux cas au vidage au moins partiel des chambres funéraires, si bien que le mobilier néolithique a été en partie prélevé, et déplacé dans le couloir dans le cas du dolmen des Isserts (Arnal 1956, 1959). Pour ce dernier, une première réoccupation post-Néolithique est attestée par la présence, dans le niveau sédimentaire supérieur de la chambre, d’objets en bronze et de fragments de vase, dont l’un, proto-Saint-Vérédême, permet d’attribuer cette couche au Bronze moyen initial (Peche-Quilichini in Bec Drelon et al. 2013). C’est dans le niveau inférieur, séparé du précédent par des dallettes, que de nombreuses pointes de flèches et perles furent prélevées. G. B. Arnal y mentionne plusieurs tessons néo-chalcolithiques (un vase caréné renforcé par un cordon, anse en boudin, anse en ruban). La faiblesse numérique des vestiges céramiques et d’éléments typologiques franchement diagnostiques n’a pas permis d’attribuer le mobilier néolithique à une tradition céramique en particulier, bien que nous suspections une attribution au Vérazien (Bec Drelon et al. 2014). Pour ce qui concerne le dolmen de la Caumette, ce qu’il restait de mobilier néolithique dans la chambre fut attribué à l’époque au Chasséen par J. Arnal. C’est dans le couloir que la majorité du mobilier fût alors prélevé, où trois niveaux sédimentaires furent distingués (Arnal 1959). Le niveau supérieur contenait du mobilier céramique attribué au Hallstatt, le niveau intermédiaire est décrit comme contenant du mobilier néo-chalcolithique et du mobilier Hallstatt et le niveau inférieur comme contenant du mobilier néo-chalcolithique. Jean Arnal réfutant la possibilité que les dolmens aient été occupés au Néolithique final par les populations fontbuxiennes, des tessons découverts dans la couche intermédiaire ont été attribués au Hallstatt. Décorés de cannelures verticales, ils sont en réalité bien attribuables aux traditions Fontbouisse (Bec Drelon et al. 2014).

Apports des nouveaux travaux de terrain

36Comme nous l’avons vu précédemment, l’apport des collections anciennes est évident pour la compréhension et la caractérisation des populations du passé, notamment d’un point de vue biologique. La reprise de ces collections ainsi qu’un retour sur le terrain permet d’enrichir et compléter les données relatives aux différents sites.

Les dolmens

37L’architecture est l’un des points majeurs de ces apports des nouvelles recherches, notamment pour les structures périphériques à la chambre (Bec Drelon 2015). Ces nouvelles données permettent de discuter de manière plus approfondie des interrogations restées sans réponse, faute d’indice fiable. L’une des principales questions en suspens dans le contexte des sépultures collectives est la gestion des corps et les modalités de dépôts. En effet, la reprise des travaux de terrain en complément des anciennes documentations de fouille permet de développer de nouvelles problématiques sur l’aspect désorganisé de ces ensembles squelettiques. Lorsque les données de terrain sont assez précises, comme pour les Abrits 2, cela permet de mettre en place, même a posteriori, un Système d’Information Géographique (SIG ; Bouffiès et al. 2017). Un protocole visant à la reconstitution des squelettes sur la base des données biologiques et de terrain (Le Roy et al. 2014, 2019) a été mis en place. La distribution générale des vestiges montre une densité hétérogène des ossements. Aucune différence importante n’est observée dans la répartition spatiale des défunts sur des critères d’âge. De la même façon, aucune logique anatomique ou regroupement selon le type d’os n’est mise en évidence. Ces observations plaident en faveur d’un remaniement généralisé des restes osseux au cours de l’utilisation de la sépulture. Malgré l’absence de résultat probant, ces nouvelles informations, mises en relation avec les nouvelles données architecturales, permettent d’ouvrir la discussion. En effet, lors de la reprise de fouille de la chambre funéraire du dolmen des Abrits 2, une couche dédiée à la préparation du sol pour la construction du monument a été mise au jour (Le Roy 2018a). Ce niveau, entièrement stérile, d’une épaisseur de 30 cm en moyenne, est composé d’une marne argileuse provenant de l’environnement plus ou moins immédiat du dolmen. L’étude micromorphologique de ce niveau (Peineitti et al. en préparation) a permis de reconstituer la chronologie de mise en place de l’architecture du monument, avec la mise en évidence d’une préparation de sol au préalable. L’une des fonctions de cette couche, en plus d’une fonction purement architecturale, avait certainement pour but d’assainir l’espace d’accueil et de dépôt des corps, prouvant alors potentiellement la nature primaire des dépôts.

38En effet, de tels aménagements sont connus dans d’autres contextes et interprétés comme éléments à part entière de la chaîne opératoire funéraire (Valentin et al. 2014), facilitant ainsi l’entretien de la tombe (ex : sarcophages de Mégara Hyblaea ; Bérard 2020). Ces rares exemples peuvent être rapprochés du cas des Abrits 2 et de l’entretien de la tombe. En l’état actuel des données recueillies pour cette couche de préparation (la transformation des matériaux naturels par malaxage nécessite de plus amples analyses pour déterminer le degré de perméabilité de la couche), ainsi que le fait que la partie supérieure de la séquence soit manquante (étêtée lors des fouilles de 1980), deux hypothèses sont envisagées :

  • Fonction symbolique : la couche est imperméable, retenant les jus de décomposition à l’intérieur de la chambre funéraire. Les corps sont alors préservés pendant un temps assez long dans un milieu humide, freinant la décomposition (Balty & Caron 2012) et préservant l’intégrité du cadavre (et du défunt ?) sur un temps prolongé.
  • Fonction pratique : La couche est perméable et permet d’évacuer les jus de décomposition rapidement. Le drainage des liquides ainsi que la présence d’oxygène dans la chambre funéraire accélèrent la décomposition du cadavre et permet un entretien plus facile de l’intérieur de la tombe, autorisant rapidement après le dépôt d’un corps la manipulation des ossements pour faire de la place.

39La nature, collective, de la pratique funéraire reconnue pour le dolmen des Abrits 2, tend à favoriser la seconde hypothèse. Toutefois, sans données supplémentaires, notamment sur les conditions environnementales pouvant influer sur la vitesse de décomposition des ossements (Sellier & Bendezu-Sarmiento 2013), l’hypothèse symbolique ne peut être totalement exclue.

Le renouvellement des données céramiques

40La reprise des fouilles des dolmens de la Caumette et des Isserts (Bec Drelon et al. 2014) a complété les informations relatives au mobilier céramique de façon inégale. La série de la Caumette ne fut amendée que par 57 tessons très érodés, tous atypiques, qui n’apportent pas de nouvelles informations pertinentes.

41Les nouvelles fouilles du dolmen des Isserts ont autrement complété les fouilles anciennes de G. B. Arnal : 1813 tessons récoltés essentiellement dans les architectures périphériques, mais également dans la chambre et le couloir, sont attribuables à différentes périodes, s’étirant du Néolithique final à l’âge du Bronze final III.

42Concernant le mobilier attribué au Néolithique final, son intérêt réside dans la présence d’au moins deux traditions stylistiques bien identifiables (fig. 4). Tout d’abord le Vérazien, dont la présence était déjà suspectée grâce au mobilier prélevé par G. B. Arnal dans le niveau inférieur de la chambre (vases carénés lisses), est aussi documenté dans le tumulus et est matérialisé par un bouton prismatique perforé horizontalement et appliqué sur une carène. Les éléments véraziens proviennent donc ici de contextes remaniés ou perturbés et ne constituent pas un assemblage cohérent permettant de préciser la phase dans laquelle se situe ce mobilier.

4. Tessons de traditions Verazienne et Fontbuxienne retrouvés aux Isserts (Saint-Jean-de-la-Blaquiere).

4. Tessons de traditions Verazienne et Fontbuxienne retrouvés aux Isserts (Saint-Jean-de-la-Blaquiere).

J. Recchia-Quiniou.

43Ensuite, entre les deux murs en pierres sèches qui se développent en exèdre au sud du monument, des céramiques écrasées sur place, caractéristiques des traditions fontbuxiennes, ont été mises au jour. Ces éléments constituent sans doute un assemblage relativement fiable et dont la nature du dépôt se différencie des tessons trouvés dans la chambre puisqu’elles ne sont pas en relation directe avec les défunts (Bec Drelon et al. 2016).

44Il faut relever qu’aucun élément diagnostique strictement fontbuxien n’a été trouvé dans la chambre, comme aucun élément strictement vérazien n’a été trouvé dans l’exèdre. Aussi, les fréquentations du monument par les populations aux céramiques de tradition vérazienne et celles des populations aux céramiques de tradition fontbuxienne pourraient ne pas avoir été contemporaines et illustrer deux types d’utilisation différentes pour un même monument.

Les grottes

45Les cavités intactes sont des éléments rares dans le paysage archéologique de par leur nature et les modalités de découvertes. Cela fait donc de l’aven Janna un site exceptionnel par sa préservation et son caractère non perturbé. Ainsi, les données issues de cette fouille (encore en cours) sont de fait inédites et précieuses dans la compréhension de tels sites, d’une part concernant la gestion et modalités des dépôts et d’autre part pour les aménagements possibles de ces espaces souterrains. La fouille, débutée en 2017 a permis de mettre au jour un dépôt funéraire daté de la fin de l’âge du Bronze ancien (1875-1566 av. J.-C.). Les ossements apparaissaient à la surface (pas de recouvrement de sédiment) sur une aire limitée de la cavité, le reste de l’espace présentant des aménagements en pierres (plateforme et structure en pierres sèches effondrée ; Le Roy & Seikowski 2019). La nature inachevée de la fouille ne permet en l’état actuel qu’une hypothèse de structuration de l’espace interne de la cavité. Seule une connexion anatomique préservée autorise à suggérer des dépôts primaires, mais cet indice ténu ne permet pas de conclusion définitive.

46Pour l’heure, l’apport majeur de la fouille de l’Aven Janna, se résume en la mise au jour d’un lit de tessons sur lequel reposaient les corps (fig. 5). Ainsi, il apparaît qu’une préparation du sol a été mise en place au préalable.

47Notons en premier lieu que quelques tessons néolithiques ont été identifiés, mais ceux-ci se situent systématiquement en marge du dépôt funéraire, comme rejetés vers les parois de la cavité.

48Le lit de céramiques identifié correspond en l’état actuel de la fouille à 107 tessons (fig. 5), parmi lesquels nous avons répertorié huit éléments typologiques peu caractérisant en dehors de fonds plats parfois débordants. Leur facture évoque les productions de l’âge du Bronze ancien, ce que confirment les datations. La grande majorité de ces tessons était disposée à plat, de même que les pierres qui constituent la plateforme, localisée sur le même niveau et qui sont au contact des céramiques.

5. Classification des tessons retrouvés à l’Aven Janna (Saint- Privat-de-Champclos) par taille de fragmentation.

5. Classification des tessons retrouvés à l’Aven Janna (Saint- Privat-de-Champclos) par taille de fragmentation.

49L’intérêt majeur de ce lit de céramiques consiste dans le fait que sa mise en place pourrait correspondre à un événement archéologique lié à l’installation du niveau funéraire et à son fonctionnement. C’est à partir de cette hypothèse que nous avons travaillé sur ce niveau de mobilier céramique et que nous avons formulé des questions relatives à la fragmentation du mobilier et à sa disposition spatiale :

  • Les tessons ont-ils été fragmentés volontairement pour créer un niveau destiné à recevoir les défunts ou leur fragmentation résulte-t-elle de la pression des corps sur ce niveau ?
  • Les tessons sont-ils tous en place ou ont-ils été déplacés en même temps que les corps des défunts ont été manipulés ?

50Nous avons dans un premier temps mesuré la totalité des tessons (L x l) et avons distingué quatre classes de fragmentation (fig. 5) dans le but de comprendre la logique de mise en place de ce niveau de mobilier. Nous avons reporté sur le plan photo les classes de fragmentation (fig. 5) afin de visualiser leurs distributions spatiales.

51Nous observons dans un premier temps une concentration matérialisée notamment par des effets de jointements entre les tessons qui, bien que ceux-ci ne soient pas systématiques, exclut une dispersion a posteriori des différents éléments. Les tessons jointés concernent pour la plupart les classes de fragmentation les plus importantes. On notera par ailleurs un phénomène de dispersion aux marges de la concentration. Les tessons les plus gros se situent préférentiellement dans cette marge. Ces observations incitent à penser que la fragmentation des tessons résulte pour partie de la pression des corps disposés sur le niveau aménagé. Toutefois, nous avons tenté des remontages entre les tessons les plus proches, et en l’état actuel de nos travaux, nous n’avons pas observé de remontages concluants ce qui donc invalide cette première impression.

52La seconde étape de ce travail consistera à calculer les distances de remontages entre tessons lorsque cela est possible ce qui permettra de travailler sur les modalités de mise en place de ce niveau et ses aspects taphonomiques.

53En l’état actuel de nos connaissances et de notre compréhension de ce niveau, nous pouvons d’ores et déjà mettre en évidence une recherche de préparation de l’espace servant à accueillir les défunts. La première étape étant le nettoyage de la surface des éléments antérieurs, matérialisé par la relégation des tessons les plus anciens aux marges du dépôt funéraire. La seconde, est la mise en place d’un niveau individualisé et destiné à accueillir les corps. La nature complète de cette dernière reste encore à identifier de manière plus précise.

Conclusion

54Ainsi, nous avons pu mettre évidence le grand intérêt que comporte un retour sur les fouilles anciennes, tant sur les collections conservées dans les réserves des musées que sur le terrain à proprement parlé. En effet, les problématiques et les méthodes ayant évolué depuis la mise au jour de ces sites, une révision à large échelle est nécessaire afin de pleinement comprendre et interpréter ces dépôts funéraires complexes.

55Tout en gardant à l’esprit les limites inhérentes à de telles reprises d’études, nous avons pu questionner selon un nouveau point de vue, le recrutement des ensembles funéraires mettant en évidence des fonctionnements à l’échelle du site ou de la région et non de la structure seule. En effet, sur la base d’observations ethnoarchéologiques, un tel fonctionnement n’est pas totalement exclu et au contraire pourrait trouver un écho favorable à la complexité de ces structures et la forte variabilité de la composition des populations qui y sont inhumées.

56De même, l’état sanitaire de ces groupes humains n’avait été souvent abordé que très brièvement et sur l’unique base d’études odontologiques. La mise en lumière de cas pathologiques handicapantes du vivant de l’individu permet de questionner la prise en charge des personnes malades, tant de leur vivant que dans la mort. De plus, de nouvelles données inédites ont fait surface quant aux potentielles activités artisanales (vannerie et/ou tannerie) réalisées par les différents groupes humains. Aucune différence significative n’a pu être démontrée par rapport aux périodes d’utilisation, la gestion des dépôts de corps et les caractéristiques biologiques des différents types de sites. Seule, la présence d’indices d’activités para masticatrices au sein des populations inhumées uniquement en dolmens (circonscrits sud de l’Ardèche) suggère une potentielle sélection qu’il nous est impossible de définir à l’heure actuelle. Ce résultat pourrait signifier que les populations inhumées dans les dolmens pratiquaient de l’artisanat contrairement aux sociétés déposant leurs morts en cavité. L’absence de données sur les sites d’habitat limite, pour l’heure, cette discussion. De plus la présence d’individus ne portant aucun indice d’activité para-masticatrice nous permet d’exclure une sélection des individus corrélés à leur activité économique au sein du groupe, pour une inhumation en dolmen ou en grotte. Ainsi, il semblerait que nous soyons en présence de deux groupes culturels, partageant un territoire restreint dans le sud de l’Ardèche et le nord du Gard.

57Le retour sur le mobilier céramique a également permis une meilleure compréhension de ces ensembles grâce à une précision des datations sur la base de la typologie, mais également en émettant de nouvelles hypothèses quant à la nature de la fréquentation, notamment pour les monuments mégalithiques. En effet, le dolmen des Isserts a permis de voir deux phases d’utilisation distinctes de groupes humains successifs n’occupant pas les mêmes espaces au sein d’un même site. Ainsi on peut questionner la nature de ces occupations, l’une étant funéraire, la seconde purement rituelle.

58Enfin, et c’est peut-être ici l’apport majeur de ces reprises d’études, nous avons pu mettre en évidence, aussi bien dans une cavité (Aven Janna) que dans un monument mégalithique (Abrits 2), une préparation de sol pour accueillir les morts. Si pour le dolmen des Abrits 2 la fonction architecturale est évidente, nous pouvons également émettre l’hypothèse d’un rôle dans la chaine opératoire funéraire et la contribution à la gestion des corps. Un parallèle peut être établi avec le lit de tesson mis au jour à l’Aven Janna. Si l’aspect architectural reste encore à démontrer, la mise en place de ce niveau fait clairement parti de la gestion du dépôt des corps dans l’espace sépulcrale.

Haut de page

Bibliographie

Adams 2007, ADAMS R.L., The Megalithic Tradition of West-Sumba, Indonesia: an Ethnoarchaeological Investigation of Megalith Construction, Vancouver, Simon Fraser University, 2007, PhD Dissertation, 522 p.

Arnal 1956, ARNAL J., Petit lexique du mégalithisme, Bulletin de la Société préhistorique française, 1956, 53, 9, p. 518-531.

Arnal 1959, ARNAL J., Les dolmens à façade, Bulletin de la Société d'Études scientifiques d'Angers (n.s.), 1959, 89, 2, p. 51-53.

Balty & Caron 2012, BALTY I., CARON V., Risques biologiques et chimiques encourus par les fossoyeurs, Références en santé au travail, 2012, 130, p. 25-39.

Bec Drelon et al. 2013, BEC DRELON N., LE ROY M., RECCHIA J., VAQUER J., THIRAULT E. Eds., Le Dolmen des Isserts (Saint-Jean-de-la-Blaquière, Hérault), Aix-en-Provence / Montpellier, LAMPEA UMR7269 / DRAC PACA / DRAC Occitanie - Service régional de l'archéologie, 2013 (Rapport final d’opération).

Bec Drelon et al. 2014, BEC DRELON N., LE ROY M., RECCHIA J., « Autour de la chambre» : nouveaux éléments de réflexion sur les structures tumulaires : apport des fouilles récentes de cinq dolmens de l'Hérault, in: Chronologie de la préhistoire récente dans le sud de la France : acquis 1992-2012 - actualité de la recherche : actes des 10e Rencontres méridionales de Préhistoire récente, Porticcio (20) - 18 au 20 octobre 2012, Sénépart I., Leandri F., Cauliez J. et al. (dir.), Toulouse, Archives d'Ecologie préhistorique, 2014, p. 569-582.

Bec Drelon 2015, BEC DRELON N., Autour du coffre: dispositifs et aménagements des monuments funéraires mégalithiques en Languedoc et en Roussillon (IVe/IIe millénaires), Aix-Marseille Université, 2015, Thèse de Doctorat - Préhistoire, 2 vol., 202 + 477 p.

Bec Drelon et al. 2016, BEC DRELON N., LE ROY M., RECCHIA J., Le dolmen des Isserts (Saint-Jean-de-la-Blaquière, 34): implantation territoriale, évolution de l’architecture tumulaire et différenciation des espaces internes, in: De la tombe au territoire & actualités de la recherche : actes des 11èmes Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente, Montpellier (25 au 27 septembre 2014), Cauliez J., Sénépart I., Jallot L. et al. (dir.), Toulouse, Archives d'Ecologie préhistorique, 2016, p. 67-85.

Bérard 2020, BÉRARD R.-M., Une autre façon de mourir ? Retour sur les pratiques funéraires de Mégara Nisaea et Mégara Hyblaea, in: Une autre façon d’être Grec : interactions et productions des Grecs en milieu colonial, Dana M., Costanzi M. (dir.), Leuven, Peeters, 2020, p. 333-350 (Colloquia Antica).

Blin 2015, BLIN A., Mortuary Practices as Evidence of Social Organization in the Neolithic Hypogea of the Paris Basin, European Journal of Archaeology, 2015, 18, 4, p. 580-598.

Blin 2018, BLIN A., Les allées sépulcrales du Bassin parisien à la fin du Néolithique: l'exemple de La Chaussée-Tirancourt, Paris, CNRS Éditions, 2018, 176 p. (Gallia Préhistoire. Supplément ; 42).

Bloch 1971, BLOCH M., Placing the dead: tombs, ancestral villages and kinship organization in Madagascar, London, Seminar Press, 1971, 241 p. (Seminar studies in anthropology ; 1).

Bocquentin 2003, BOCQUENTIN F., Pratiques funéraires, paramètres biologiques et identités culturelles au Natoufien : une analyse archéo-anthropologique, Université Bordeaux I, 2003, Thèse de Doctorat, 631 p.

Bouffiès et al. 2017, BOUFFIÈS C., LE ROY M., TCHÉRÉMISSINOFF Y., GROS O., GROS A.-C., Étude anthropologique et spatiale du dolmen des Abrits n°2 à Beaulieu : recrutement funéraire et modalités de gestion d'une sépulture collective du Néolithique final, Ardèche Archéologie, 2017, 34, p. 31-39.

Boulestin 2019, BOULESTIN B., Faut-il en finir avec la sépulture collective (et sinon qu'en faire) ?, Bulletin de la Société préhistorique française, 2019, 116, 4, p. 705-723.

Brabant 1969, BRABANT H., Observations sur les dents des populations mégalithiques d’Europe Occidentale, Bulletin du Groupement International pour la Recherche Scientifique en Stomatologie, 1969, 12, p. 429-460.

Brothwell 1981, BROTHWELL D.R., Digging up bones : the excavation, treatment, and study of human skeletal remains, Third edition, Ithaca, Cornell University Press, 1981, 208 p.

Brůžek 2002, BRŮŽEK J., A method for visual determination of sex using the human hip bone, American Journal of Physical Anthropology, 2002, 117, 2, p. 157-168.

Brůžek et al. 2017, BRŮŽEK J., SANTOS F., DUTAILLY B., MURAIL P., CUNHA E., Validation and reliability of the sex estimation of the human os coxae using freely available DSP2 software for bioarchaeology and forensic anthropology, American Journal of Physical Anthropology, 2017, 164, 2, p. 440-449.

Buchet & Séguy 2002, BUCHET L., SÉGUY I., La paléodémographie: bilan et perspectives, Annales de démographie historique, 2002, 1, p. 161-212.

Chambon 2003, CHAMBON P., Les morts dans les sépultures collectives néolithiques en France : du cadavre aux restes ultimes, Paris, Éditions du CNRS, 2003, 395 p. (Gallia Préhistoire. Supplément ; 35).

Clop Garcia et al. sous presse, CLOP GARCIA X., MAJÓ T., BEC DRELON N., LE ROY M., SCHMITT A., Typologies des sépultures collectives et chronométrie. Les sites funéraires du IVe-IIe millénaire avant notre ère du bassin nord occidental de la Méditerranée, in: Actes de la 11ème Rencontre du GAAF "Typochronologie des tombes à inhumation de la préhistoire à nos jours", Tours 2019, Groupe d'Anthropologie et d'Archéologie funéraires, soumis.

Decary 1962, DECARY R., La mort et les coutumes funéraires à Madagascar, Paris, Maisonneuve & Larose, 1962, 306 p.

Delattre 2018, DELATTRE V., Handicap : quand l'archéologie nous éclaire, Paris, Le Pommier, 2018, 233 p. (Le Collège ; 29).

Demangeot 2008, DEMANGEOT C., Le dénombrement des défunts dans les ensembles funéraires : problèmes théoriques, paramètres quantitatifs : application à la sépulture collective du dolmen des Peirières à Villedubert (Aude, France), Université Bordeaux I, 2008, Thèse de Doctorat : Anthropologie biologique, 794 p.

Duday 1976, DUDAY H., La population de la France méditerranéenne dans le Languedoc et le Roussillon, in: La Préhistoire française. Tome II : Les civilisations néolithiques et protohistoriques de la France, Guilaine J. (dir.), Paris, Éditions du CNRS, 1976, p. 129-134.

Gros & Gros 2010, GROS O., GROS A.-C., Un monument mégalithique exceptionnel en Bas-Vivarais : le dolmen n°2 des "Abrits" à Beaulieu, Grou Peïro : Les Nouveaux Cahiers du Grospierrois, 2010, 7, p. 14-22.

Guilaine 1998, GUILAINE J. Ed., Sépultures d'Occident et genèse des mégalithismes (9000-3500 avant notre ère), Paris, Errance, 1998, 206 p. (Collection des Hespérides).

Hershkovitz et al. 2002, HERSHKOVITZ I., GREENWALD C.M., LATIMER B.M., JELLEMA L.M., WISH-BARATZ S., ESHED V., DUTOUR O., ROTHSCHILD B.M., Serpens endocrania symmetrica (SES): a new term and a possible clue for identifying intrathoracic disease in skeletal populations, American Journal of Physical Anthropology, 2002, 118, 3, p. 201-216.

Jallot & Gutherz 2014, JALLOT L., GUTHERZ X., Le Néolithique final en Languedoc oriental et ses marges : 20 ans après Ambérieu-en-Bugey, in: Chronologie de la préhistoire récente dans le sud de la France : acquis 1992-2012 - actualité de la recherche : actes des 10e Rencontres méridionales de Préhistoire récente, Porticcio (20) - 18 au 20 octobre 2012, Sénépart I., Leandri F., Cauliez J. et al. (dir.), Toulouse, Archives d'Ecologie préhistorique, 2014, p. 137-158.

Jean et al. 2019, JEAN N., LE ROY M., DURAND V., GÉLY B., LEMERCIER O., Étude anthropologique du dolmen du Pala 2, Archäologisches Korrespondenzblatt, 2019, 49, 2, p. 183-195.

Jeunesse & Denaire 2018, JEUNESSE C., DENAIRE A., Current collective graves in the Austronesian world: a few remarks about Sumba and Sulawesi (Indonesia), in: Gathered in Death : Archaeological and Ethnological Perspectives on Collective Burial and Social Organisation, Schmitt A., Déderix S., Crevecoeur I. (dir.), Louvain, Presses universitaires de Louvain, 2018, p. 85-105 (Aegis ; 14).

Lachenal 2014, LACHENAL T., Chronologie de l'âge du Bronze en Provence, in: Chronologie de la préhistoire récente dans le sud de la France : acquis 1992-2012 - actualité de la recherche : actes des 10e Rencontres méridionales de Préhistoire récente, Porticcio (20) - 18 au 20 octobre 2012, Sénépart I., Leandri F., Cauliez J. et al. (dir.), Toulouse, Archives d'Ecologie préhistorique, 2014, p. 197-220.

Laforgue & Robert 1975, LAFORGUE M., ROBERT J., Les fouilles du tumulus de Gabiane 3 (fin), Bulletin annuel de la Société d'études et de Recherches Archéologiques et Historiques de Vagnas (Ardèche). Archéologie préhistorique et médiévale, 1975, 9, p. 16-18.

Le Roy et al. 2014, LE ROY M., ROTTIER S., BECDELIÈVRE C. de, THIOL S., COUTELIER C., TILLIER A.-M., Funerary behaviour of Neolithic necropolises and collective graves in France. Evidence from Gurgy ‘Les Noisats’ (middle Neolithic) and Passy/ Véron ‘La Truie Pendue’ (Late Neolithic), Archäologisches Korrespondenzblatt, 2014, 44, 3, p. 337-351.

Le Roy 2015, LE ROY M., Les enfants au Néolithique : du contexte funéraire à l’interprétation socioculturelle en France de 5700 à 2100 ans av. J.-C , Université de Bordeaux, 2015, Thèse de Doctorat : Anthropologie biologique, 611 p.

Le Roy & Bec Drelon 2016, LE ROY M., BEC DRELON N., Le dolmen des Isserts (Saint-Jean-de-la-Blaquière, 34) : étude anthropologique et considérations ethno-archéologiques, in: De la tombe au territoire & actualités de la recherche : actes des 11èmes Rencontres Méridionales de Préhistoire Récente, Montpellier (25 au 27 septembre 2014), Cauliez J., Sénépart I., Jallot L. et al. (dir.), Toulouse, Archives d'Ecologie préhistorique, 2016, p. 443-451.

Le Roy 2018, LE ROY M., Reprise de la fouille du dolmen des Abrits 2 (Beaulieu) : Résultats anciens et préliminaires, Grou Peïro : Les Nouveaux Cahiers du Grospierrois, 2018, 9, p. 23-29.

Le Roy 2018, LE ROY M., « Des dents-outils ». Étude préliminaire des restes humains de la population du Néolithique final du dolmen de Gabiane 6 (Labeaume), Ardèche Archéologie, 2018, 35, p. 12-18.

Le Roy et al. 2018a, LE ROY M., ROTTIER S., SANTOS F., TILLIER A.-M., Funerary Treatment of Immature Deceased in Neolithic Collective Burial Sites in France. Were Children Buried with Adults?, in: Across the Generations: The Old and the Young in Past Societies : Proceedings from the 22nd Annual Meeting of the EAA in Vilnius, Lithuania, 31st August – 4th September 2016, Lillehammer G., Murphy E.M. (dir.), Stavanger, Arkeologisk museum - Universitetet i Stavange, 2018, p. 21-34 (AmS-Skrifter ; 26 / Childhood in the Past. Monograph Series ; 8).

Le Roy et al. 2018b, LE ROY M., ROTTIER S., TILLIER A.-M., Who was a ‘Child’ During the Neolithic in France?, Childhood in the Past, 2018, 11, 2, p. 69-84.

Le Roy et al. 2019, LE ROY M., BECDELIÈVRE) C. de, ROTTIER S., THIOL S., De feu et d'os : la sépulture collective néolithique de la Truie Pendue (Passy-Veron, Yonne) Application SIG, in: Renouvellement des outils informatiques pour l’enregistrement et l’étude des sépultures collectives. Échanges méthodologiques, Tchérémissinoff Y., Schmitt A. (dir.), Aix-en-Provence, Association pour la promotion de la préhistoire et de l'anthropologie méditerranéennes, 2019, [en ligne] https://journals.openedition.org/pm/1793 (Préhistoires méditerranéennes ; 7).

Le Roy & Seikowski 2019, LE ROY M., SEIKOWSKI J., Der Aven Janna bei Saint-Privat-de-Champclos (Département Gard, Frankreich), eine bedeutende archäologische Fundstätte, Mitteilungen des Verbandes der Deutschen Höhlen- und Karstforscher, 2019, 65, 1-2, p. 28-31.

Le Roy et al. soumis, LE ROY M., BOUFFIÈS C., JEAN N., LINARD D., Bilan de reprises d’études de collections anciennes en Ardèche et Nord du Gard : les sépultures collectives de la fin du Néolithique / début Age du Bronze, in: Actes des 3èmes Ie Rencontres Nord/Sud de Préhistoire récente "(Im)mobiles ? Circulation, échanges des objets et des idées, mobilités, stabilités des personnes et des groupes durant la Pré- et Protohistoire en Europe occidentale", Lyon 2018, soumis.

Le Roy 2021, LE ROY M., Le traitement funéraire des malades dans les sépultures collectives de la fin du Néolithique. Réflexions autour de quelques exemples choisis du Sud de la France, in: Actes de la Rencontre autour du corps malade : prise en charge et traitement funéraire des individus souffrants à travers les siècles, Bordeaux 2018, Kacki S., Réveillas H., Knüsel C.J. (dir.), p. 127-136.

Leclerc & Tarrête 1988, LECLERC J., TARRÊTE J., Sépulture, in: Dictionnaire de la Préhistoire, Leroi-Gourhan A. (dir.), Paris, Presses Universitaires de France, 1988, p. 963-964.

Ledermann 1969, LEDERMANN S., Nouvelles tables types de mortalité, Paris, Presses universitaires de France, 1969, 260 p.

Lemercier 2007, LEMERCIER O., La fin du Néolithique dans le Sud-Est de la France : concepts techniques, culturels et chronologiques de 1954 à 2004, in: Un siècle de construction du discours scientifique en préhistoire. Volume I, Evin J. (dir.), Paris, Société préhistorique française, 2007, p. 485-500 (Congrès du Centenaire de la S.P.F., Avignon 2004).

Lewis 2004, LEWIS M.E., Endocranial lesions in non-adult skeletons: understanding their aetiology, International Journal of Osteoarchaeology, 2004, 14, 2, p. 82-97.

Lewis 2017, LEWIS M., Paleopathology of children: Identification of pathological conditions in the human skeletal remains of non-adults, London, Academic Press, 2017, 288 p.

Linard et al. 2020, LINARD D., LE ROY M., COURTAUD P., Étude archéo-anthropologique de sept cavités sépulcrales de la région d'Alès (Gard) datées du Néolithique final et/ou Age du bronze, Ardèche Archéologie, 2020, 37, p. 36-49.

Masset 1984, MASSET C., Le dénombrement dans les sépultures collectives, Garcia de Orta - Serie de Antropobiologia, 1984, 3, p. 149-152.

Moorrees et al. 1963, MOORREES C.F.A., FANNING E.A., HUNT E.E., Formation and resorption of three deciduous teeth in children, American Journal of Physical Anthropology, 1963, 21, p. 205-213.

Moorrees et al. 1963, MOORREES C.F.A., FANNING E.A., HUNT E.E., Age Variation of Formation Stages for Ten Permanent Teeth, Journal of Dental Research, 1963, 42, 6, p. 1490-1502.

Murail et al. 2005, MURAIL P., BRUZEK J., HOUËT F., CUNHA E., DSP : a tool for probabilistic sex diagnosis using worldwide variability in hip-bone measurements, Bulletins et Mémoires de la Société d'Anthropologie de Paris, 2005, 17, 3-4, p. 167-176.

Murphy 1996, MURPHY E.M., A possible case of hydrocephalus in a medieval child from Doonbought Fort, Co. Antrim, Northern Ireland, International Journal of Osteoarchaeology, 1996, 6, 5, p. 435-442.

Parker Pearson & Regnier 2018, PARKER PEARSON M., REGNIER D., Collective and single burial in Madagascar, in: Gathered in Death : Archaeological and Ethnological Perspectives on Collective Burial and Social Organisation, Schmitt A., Déderix S., Crevecoeur I. (dir.), Louvain, Presses universitaires de Louvain, 2018, p. 41-62 (Aegis ; 14).

Peineitti et al. in preparation, PEINEITTI A., LE ROY M., WATTEZ J., New insights about the megalithic construction from micromorphology, Journal of Field Archaeology, in preparation.

Poplin 1976, POPLIN F., A propos du nombre de restes et du nombre d’individus dans les échantillons d’ossements, Cahiers du Centre de Recherches préhistoriques, 1976, 5, p. 61-74.

Porqueddu 2019, PORQUEDDU M.-E., De l’outil à la représentation du collectif ? Le dépôt du macro-outillage de creusement dans les cavités artificielles funéraires au Néolithique, Techniques & Culture, 2019, 70, [en ligne] http://journals.openedition.org/tc/10786.

Provost et al. 2017, PROVOST S., BINDER D., DUDAY H., DURRENMATH G., GOUDE G., GOURICHON L., DELHON C., GENTILE I., VUILLIEN M., ZEMOUR A., Une sépulture collective à la transition des VIe et Ve millénaires BCE : Mougins – Les Bréguières (Alpes-Maritimes, France). Fouilles Maurice Sechter 1966-1967, Gallia Préhistoire, 2017, 57, p. 289-336.

R Team 2013, R TEAM, R : A language and environment for statistical computing, Vienna, R Foundation for Statistical Computing, 2013, {en ligne] http://www.R-project.org

Ravy et al. 1996, RAVY E., CLÈRE J., PUECH P.-F., Traces d'activité humaines sur les dents du Chalcolithique ardéchois, L'Anthropologie (Paris), 1996, 100, 4, p. 574-588.

Rivière 2006, RIVIÈRE A.-L., Le Dolmen de la Planquette (Joncels) : Résultats du sondage 2005, Bulletin de la Société archéologique et historique des hauts cantons de l'Hérault, 2006, 29, p. 7-12.

Sauzade et al. 2018, SAUZADE G., BIZOT B., SCHMITT A., La chronologie des ensembles funéraires du Néolithique final provençal. Proposition de sériation intégrant les contextes d’habitat, Préhistoires méditerranéennes, 2018, 6, mis en ligne le 21 décembre 2018, [en ligne] http://journals.openedition.org/pm/1566

Schmitt 2005, SCHMITT A., Une nouvelle méthode pour estimer l’âge au décès des adultes à partir de la surface sacro-pelvienne iliaque, Bulletins et Mémoires de la Société d'Anthropologie de Paris, 2005, 17, 1-2, p. 89-101.

Schmitt & Déderix 2019, SCHMITT A., DÉDERIX S., Qu’est-ce qu’une sépulture collective ? Vers un changement de paradigme, Bulletins et Mémoires de la Société d'Anthropologie de Paris, 2019, 31, 3-4, p. 103-112.

Sellier 1996, SELLIER P., La mise en évidence d’anomalies démographiques et leur interprétation : population, recrutement et pratiques funéraires du tumulus de Courtesoult, in: Nécropoles et société au premier âge du Fer. Le tumulus de Courtesoult (Haute-Saône), Piningre J.-F. (dir.), Paris, Maison des Sciences de l'Homme, 1996, p. 118-202 (Documents d'archéologie française ; 54).

Sellier & Bendezu Sarmiento 2013, SELLIER P., BENDEZU SARMIENTO J., Différer la décomposition : le temps suspendu ? Les signes d'une momification préalable, Nouvelles de l'Archéologie, 2013, 132 "Une archéologie des temps funéraires ? Hommage à Jean Leclerc", p. 30-36.

Sévin-Allouet & Scarre 2013, SÉVIN-ALLOUET C., SCARRE C., Les sépultures collectives de Grande-Bretagne : temporalité et mémoire sociale, in: Transitions, ruptures et continuité en Préhistoire : [Volume 1 : Évolution des techniques - Comportements funéraires - Néolithique ancien], Jaubert J., Fourment N., Depaepe P. (dir.), Paris, Société préhistorique française, 2013, p. 229-242 (Congrès préhistorique de France. Compte Rendu de la 27ème Session, Bordeaux 2010 [Session B]).

Smith 1984, SMITH B.H., Patterns of Molar Wear in Hunter-Gatherers and Agriculturalists, American Journal of Physical Anthropology, 1984, 63, p. 39-56.

Sohn & Vaquer 2012, SOHN M., VAQUER J. Eds., Sépultures collectives et mobiliers funéraires de la fin du Néolithique en Europe occidentale : Actes de la table ronde [...] "La fin du Néolithique en Europe de l'Ouest. Valeurs sociales et identitaires des dotations funéraires (3500 / 2000 av. n.è.)", Toulouse, Archives d'Ecologie Préhistorique, 2012, 381 p.

Steimer-Herbet 2018, STEIMER-HERBET T., Indonesian megaliths: a forgotten cultural heritage, Oxford, Archaeopress, 2018, 118 p. (Archaeopress Archaeology).

Valentin et al. 2014, VALENTIN F., RIVOAL I., THEVENET C., SELLIER P. Eds., La chaîne opératoire funéraire : ethnologie et archéologie de la mort, Paris, De Boccard, 2014, 50 p. (Travaux de la Maison de l'Archéologie et de l'Ethnologie ; 18).

Wheatley et al. 2010, WHEATLEY D.W., GARCÍA SANJUAN L., MURRIETA FLORES P.A., MÁRQUEZ PÉREZ J., Approaching the landscape dimension of the megalithic phenomenon in southern Spain, Oxford Journal of Archaeology, 2010, 29, 4, p. 387-405.

Haut de page

Notes

1 Cf Jeunesse et al. ce volume

2 Financé dans le cadre de l'ANR MONUMEN « Monumentalités, espaces et compétitions sociales au Néolithique en Europe atlantique » (ANR-17-CE27-0009-01), coordonnée par Vincent Ard et Vivien Mathé

3 Financé par le programme Arthemis SRA Auvergne-Rhône-Alpes

4 La question de la conservation des jeunes individus peut être écartée de la raison de cette sous-représentation, car les ossements d’un fœtus ont été identifiés au sein de l’assemblage (Bouffiès et al. 2017).

5 Financé dans le cadre de l'ANR MONUMEN « Monumentalités, espaces et compétitions sociales au Néolithique en Europe atlantique » (ANR-17-CE27-0009-01), coordonnée par Vincent Ard et Vivien Mathé

6 L’hypothèse de la crise de mortalité n’est pas privilégiée dans le cas de la nécropole de Gabiane du fait de l’utilisation de plusieurs structures.

7 Ce cas pathologique a été identifié lors d’une première étude par H. Duday (inédit).

8 Une seconde hypothèse, celle d’une dysplasie congénitale avec réadaptation fonctionnelle de l’os est également envisagée mais il est indispensable de réaliser un scanner pour confirmer cette hypothèse.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Répartition des sites par zone géographique et type de structure.
Légende Les numéros se réfèrent au tableau 1.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2993/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Tab. 1. Liste des sites par communes renseignant les données géographiques, archéologiques et chronologiques.
Légende Les numéros se réfèrent à la carte de la figure 1.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2993/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,3M
Titre Tab. 2. Liste des sites par communes renseignant les données archéo-anthropologiques.
Légende Nombre Minimal d’Individus (NMI) général et immatures et types de recrutement funéraire. Les numéros se réfèrent à la carte de la figure 1.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2993/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre 2. Répartition des sites par zone géographique et type de recrutement.
Légende Les numéros se réfèrent au tableau 1.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2993/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre 3. Exemples de cas pathologiques identifiés en grotte.
Légende A. Grotte des Fontanilles (Hérault) : Crâne hydrocéphale d’un enfant de [5-9] ans (M. Le Roy) ; B. Grotte du Redalet (Navacelles) : Os pariétal doit immature présentant des lésions serpigineuses (D. Linard) ; C. Aven Janna (Saint-Privat-de-Champclos) tronçon de sept vertèbres présentant un mal de Pott (M. Le Roy).
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2993/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Titre 4. Tessons de traditions Verazienne et Fontbuxienne retrouvés aux Isserts (Saint-Jean-de-la-Blaquiere).
Légende J. Recchia-Quiniou.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2993/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre 5. Classification des tessons retrouvés à l’Aven Janna (Saint- Privat-de-Champclos) par taille de fragmentation.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/2993/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 609k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélie Le Roy et Johanna Recchia-Quiniou, « Approche multidisciplinaire de sépultures collectives en grotte et en dolmen à la fin du Néolithique dans le Languedoc oriental et sud des Cévennes »Préhistoires Méditerranéennes, 9.2 | -1, 97-118.

Référence électronique

Mélie Le Roy et Johanna Recchia-Quiniou, « Approche multidisciplinaire de sépultures collectives en grotte et en dolmen à la fin du Néolithique dans le Languedoc oriental et sud des Cévennes »Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 9.2 | 2021, mis en ligne le 07 décembre 2021, consulté le 26 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/pm/2993 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pm.2993

Haut de page

Auteurs

Mélie Le Roy

melieleroy@hotmail.fr
Archaeology &Palaeoecology, School of Natural and Built Environment, Queen's University Belfast Belfast BT7 1NN, Northern Ireland

Articles du même auteur

Johanna Recchia-Quiniou

recchiajohanna@yahoo.fr
Paleotime et UMR 5140 – ASM, Université Paul Valery

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search