Navigation – Plan du site

AccueilNouvelle série9.2Les sépultures collectives proven...

Les sépultures collectives provençales dans le temps long

Permanence et évolution des architectures et des pratiques funéraires
Gérard Sauzade
p. 137-163
Traduction(s) :
The collective burials of Provence in the long term [en]

Résumés

Les cavités naturelles, les dolmens et les hypogées constituent les trois principales catégories de tombes abritant des sépultures collectives. Le choix de cavités naturelles à espace restreint découle des règles de gestion des morts qui prévalent également dans les dolmens et dans la plupart des hypogées. Certains caractères originaux des dolmens provençaux, le même mobilier qu’ils partagent avec les autres types de tombe et leur diffusion limitée à certains territoires, plaident en faveur de la réalisation de ces tombes par les populations locales sous l’influence d’une idéologie exogène. Le nombre important d’individus déposés dans les hypogées, l’intégralité préservée des squelettes et un mobilier très abondant, distinguent certaines de ces tombes des autres catégories et amène à penser à une gestion où l’attention est davantage portée à l’individu qu’au groupe.

Appréhender les multiples facettes du fonctionnement des sépultures collectives dans le temps n’est pas une tâche aisée. Il faut avoir à sa disposition un panel d’exemples de sites funéraires issus de fouilles méthodiques et bien documentées pour tenter une approche rationnelle des pratiques funéraires. La Provence bénéficie de quelques cas récents ou assez récents de fouilles de sépultures collectives tant en abri, qu’en hypogée ou en dolmen, utilisées à différentes périodes du Néolithique. Ils ont livré un ensemble d’informations permettant de cerner certains aspects des systèmes de gestion sépulcraux. C’est ainsi que bénéficiant de datations radiocarbone récentes il a pu être identifié dans des sépultures de périodes différentes des caractères permanents liés à la structuration de l’espace et à la codification de certaines règles de fonctionnement, des variantes à ces règles et à leur relâchement dans la phase récente du Néolithique final. À la fin de cette période également, les espaces encore plus restreints que présentent les nouvelles formes d’architectures tendent à une gestion réduite du nombre des inhumés. L’architecture non structurée des tumulus provençaux représente l’ultime évolution des tombes bâties. Ces sépultures ne semblent plus conçues pour recevoir plusieurs individus mais pour un seul, même si par la suite, bien souvent, d’autres individus y ont été inhumés.

Haut de page

Plan

Haut de page

Notes de la rédaction

Reçu / Received 01-04-2021 ; Version révisée reçue / Received in revised form 30-09-2021 ; Accepté / Accepted 04-10-2021 ; En ligne / Online 07-12-2021

Texte intégral

1Le Néolithique final, entre 3400 et 2000 ans avant notre ère, marque le plein développement des sépultures collectives dans le sud de la France. Cette pratique perdure jusqu’au milieu du Bronze ancien vers 1800-1700 ans avant notre ère d’après les études de mobilier et du dénombrement des vestiges humains effectuées dans les tombes en Provence (Sauzade & Schmitt dir. 2020, annexes). Dès le début du Néolithique final on observe des pratiques funéraires qui ne correspondent pas tout à fait aux systèmes de gestion attendus dans le cadre restreint des espaces sépulcraux. Ces espaces évoluent également à la fin de la période et ne présentent plus parfois les caractères physiques bien circonscrits des premières sépultures collectives. Il apparaît également dès les phases anciennes du Néolithique final des disparités dans le fonctionnement des espaces restreints ou à l’inverse, dans des phases récentes, une permanence des mêmes pratiques de gestion dans des architectures traditionnelles. Il est évident que cette différenciation des pratiques selon les périodes ne pourrait être appréhendée sans l’apport des datations radiocarbone et de la reconnaissance des caractères spécifiques du mobilier. Cette aide toutefois paraît bien moins efficace lorsque les contextes funéraires sont perturbés par les multiples fréquentations et réutilisations des espaces confinés durant une longue période de fonctionnement quand les marquages stratigraphiques font défaut. À la fin du Néolithique final se répartissent, dans des secteurs très limités du département des Alpes-Maritimes, de nouvelles architectures comme les tombes en blocs, les tumulus ou les coffres. Quelques-unes d’entre elles se diffusent de façon très sporadique à l’intérieur du territoire provençal. Dans ce type de tombe se généralise le mode de fonctionnement vertical qui va progressivement être celui exclusif de la sépulture individuelle.

2Deux grandes catégories de tombes à caractère collectif sont présentes en Provence au Néolithique final et perdureront jusqu’au Bronze ancien. Les tombes bâties (dolmen, coffre, tumulus et tombe en blocs principalement) ou creusées (hypogées) et les cavités naturelles telles que les grottes, abris ou avens. On doit noter cependant que très souvent ces tombes présentent des caractères hybrides plus ou moins prononcés. En ce qui concerne les cavités, on pense naturellement aux murs en pierre sèche fermant les abris largement ouverts et les dalles rapportées recouvrant les cavités artificielles telles les hypogées de Fontvieille. Moins mis en avant est l’établissement de nombreuses constructions mégalithiques dans des fosses creusées au préalable dans le substrat à des profondeurs variables. L’exemple le plus représentatif de ces monuments est le dolmen de Coutignargues à Fontvieille (Sauzade 1990a). Et phénomène tout à fait marginal, dans les Alpes-Maritimes, ont été recensés quelques cas de tombes réalisées avec des blocs fermant un espace ouvert dans des assises rocheuses telle la tombe en blocs 2 de Canaux à Andon (Bottin 1896).

3Maints chercheurs de la spécialité s’accordent pour reconnaître que l’étude des sépultures collectives est complexe tant les paramètres à prendre en considération sont nombreux. Tirer les fils de cet écheveau embrouillé est une gageure. Car, à la diversité des pratiques supposées contemporaines, s’ajoute la difficulté de les appréhender dans le temps. La définition de la sépulture collective impliquant des dépôts successifs et non simultanés (sépulture plurielle) est destinée à l’usage des préhistoriens animés par l’esprit de classification.

  • 1 Cet inventaire comporte : 80 cavités naturelles sélectionnées, 110 dolmens, y compris les hypogées (...)

4Notre approche dans cette étude comporte deux volets. L’un s’appuie sur un corpus de sépultures collectives sélectionnés1, établi à partir de la documentation disponible (Sauzade 1998, Sauzade & Schmitt dir. 2020, annexes) et susceptibles d’apporter des informations minimales à valeur statistique ou autre. L’autre repose sur l’étude de quelques exemples de tombes pouvant fournir des informations plus complètes permettant d’entreprendre une réflexion sur les diverses modalités de gestion des sépultures. Enfin, ce corpus est indispensable pour examiner la façon dont se répartissent les différents types de tombes représentés sur une carte (fig. 1) et analyser les phénomènes possibles d’interaction.

Cartographie

5La région considérée couvre 31400 km2. Il ressort de l’examen de la carte de répartition des différents types de tombes collectives une grande disparité (fig. 1). La carte présente des zones vides, des zones de répartition diffuse, quelques zones de concentrations, des zones d’exclusion de certaines catégories de tombes, des zones d’interférence où différents types de tombes coexistent et aussi, la présence sporadique ou très localisée de certaines architectures funéraires comme les tumulus, les coffres et les tombes en blocs.

1. Carte de répartition des grottes, dolmens et hypogées en Provence.

1. Carte de répartition des grottes, dolmens et hypogées en Provence.

B. Bizot.

6Les deux principales zones vides d’occupations comprennent les Alpes à l’est et au nord-est qui occupent environ un tiers du territoire provençal et la basse vallée du Rhône au sud-ouest que couvre la Camargue. Les raisons de l’inoccupation de ces zones sont de nature différente. Les altitudes au-dessus de 2500-3000 mètres ne permettaient pas aux populations néolithiques de s’établir. En Camargue, lors de la formation du delta du Rhône et de la remontée progressive du niveau de la mer depuis environ 10000 ans les vestiges des installations préhistoriques ont été détruits ou masqués par l’accumulation des dépôts sédimentaires. Ces phénomènes d’accumulation des dépôts masquant les traces d’occupations s’appliquent également à toutes les zones basses des vallées et des plaines.

7Les recherches récentes viennent toutefois apporter de nouvelles données sur ces zones prétendument désertes. Dans les zones situées entre 2000 et 2600 mètres d’altitude des recherches archéologiques récentes, prospections suivies de sondages et de fouilles, entre 1998 et 2014, font état de la présence d’installations temporaires dans le Parc national des Écrins remontant jusqu’au Mésolithique (Walsh et al. 2006, Mocci et al. 2013). Il reste toutefois indéniable que la mise en évidence de l’impact allant en s’accentuant de l’homme sur la végétation (Jorda 1991) démontre que la pénétration des massifs alpins ne s’est densifiée qu’à partir de l’âge du Bronze. Ainsi, en dehors, du petit groupe de dolmens alpins, situés aux environs de Gap (Sauzade 1991, Sauzade & Schmitt dir. 2020), la documentation fait surtout état de découvertes isolées, de dépôts et de nécropoles de l’âge du Bronze ou du Fer dans les vallées pénétrant le massif, de Pelvoux, du Queyras, de l’Ubaye et du Buech (Cotte 1924). En Camargue les résultats des analyses palynologiques des carottages ont révélé des indices d’anthropisation dès 4430-4250 ans av. J.-C. au Carrelet, 3500-2500 ans av. J.-C. aux Frignants et à Augery et 1670-1470 ans av. J.-C. au Pont noir sur le territoire de la commune d’Arles (Beaulieu (de) 2013). Enfin, ce n’est que récemment, à l’occasion de grands travaux, que des établissements de plein air auxquels sont parfois associées des sépultures individuelles sont mis au jour dans les zones de vallée et de plaine à forte sédimentation, notamment dans la vallée du Rhône (Lemercier 2004), les plaines de Trets (Pellissier et al. 2008), de Saint-Maximin (Remicourt et al. 2014, Borréani & Berre 2009) et de Brignoles (Cauliez 2011). Dans ces zones basses, toutefois, la découverte de sépultures collectives, loin de leurs lieux d’implantation habituels que représentent les espaces collinéens, demeure exceptionnelle. C’est pourquoi les découvertes du monument funéraire des Juilléras à Mondragon, associé à un établissement de plein air (Lemercier 2004, Lemercier 2010) et de la nécropole de Château Blanc à Ventabren dont le dolmen du tertre IV (Hasler et al. 1998, 2002) sont à souligner.

8En ce qui concerne les zones où la présence de sépultures collectives est observée, se distinguent celles où coexistent dolmens et grottes au voisinage de plusieurs massifs calcaires. Dans le secteur des Alpilles, les hypogées (Cazalis de Fondouce, 1873, 1878), et les dolmens de Fontvieille (Sauzade 1998) se situent à quelques kilomètres de distance des grottes sépulcrales de Saint-Rémy-de-Provence (Rolland 1933, 1938). Il en va de même dans le Luberon où les dolmens de l’Ubac à Goult (Bizot & Sauzade dir. 2015) et de la Pichone à Ménerbes côtoient les grottes sépulcrales collectives de Robion (Sauzade 1983). La distance entre grottes, dolmens et autres monuments dans les Alpes-Maritimes ne dépasse pas parfois quelques centaines de mètres. Il en va ainsi des grottes sépulcrales de l’Ibis, de l’Aigle (Goby 1907) et des Perles (Sauzade 1998) qui s’ouvrent dans la falaise du Baou des Blanc à Vence et du dolmen des Blaquières ainsi que des tumulus du Plan des Noves situés sur le plateau au-dessus (Sauzade 1998, Muller & Sauzade 1996).

9Aucune date radiocarbone, à l’exception de celles des dolmens de Coutignargues et de l’Ubac, n’a encore été effectuée pour établir la contemporanéité relative entre ces diverses catégories de sépultures. Leur datation repose sur la seule étude du mobilier (Sauzade 2011, Sauzade et al. 2018). En tout état de cause, la majorité de ces tombes ont de longues périodes d’utilisation qui ont nécessairement interféré à un moment donné. Quant à la question de l’antériorité d’un type sur l’autre, les datations radiocarbone, même les plus récentes, du fait de leur marge d’imprécision, ne permettent pas d’apporter des précisions sur ce sujet.

10Deux zones géographiques où l’absence de dolmens est flagrante (fig. 1). Il s’agit tout d’abord de la frange côtière allant du sud de l’étang de Berre à la région toulonnaise. Elle offre un étalement assez dense d’ouest en est de grottes sépulcrales où les dolmens sont exclus. L’autre vaste région est située au nord-ouest, en limite du département de la Drome, où les hypogées se partagent de façon quasi exclusive le territoire, et au nord de la Durance qui présente peu d’exemples de sépultures en cavité naturelle et une absence totale de tombes mégalithiques.

Les cavités naturelles : des opportunités sous condition ?

11La documentation ne signale pas, à notre connaissance, de vastes cavités comportant un grand nombre de restes d’individus. Elle fait état cependant de grottes de grand volume qui renfermaient les restes de plusieurs individus. Pour ne citer qu’un seul exemple, dans la grande grotte de l’Adaouste à Jouques, Bouches-du-Rhône, connue pour ses importantes occupations du Paléolithique supérieur, diverses galeries, « recoins », ou « parties basses et reculées » selon les expressions de V. Cotte (1924), renfermaient les restes épars de plusieurs individus accompagnés selon les cas d’armatures de flèches ou de javelot, des lames en silex zoné, une épingle et un poignard en os. Il est loin d’être certain cependant que ces sépultures dispersées dans les parties quasi inaccessibles de la grotte puissent correspondre à la définition classique de la sépulture collective, si on applique la formule consacrée » les sépultures ajoutées ne font pas forcément des sépultures collectives ». Nous avons effectué des recherches en 1976 à la Baume Obscure à Tourrettes-sur-Loup, Alpes-Maritimes, dans le diverticule J, attenant à une grande cavité explorée autrefois par Charles Thierry de Ville d’Avray. L’accès étroit de ce diverticule et le pierrier qui recouvrait sa surface ont évité à cette sépulture les fouilles désordonnées entreprises dans la grande salle. La sépulture collective comportant de nombreux ossements dépourvus de connexions anatomiques (Devriendt et al. 2005) auxquels étaient associés de nombreuses armatures de flèches, des éléments de parure et des poinçons en os, se rattache au Néolithique final, phase 1/2. La surface restreinte et bien circonscrite de ce diverticule est un exemple de sépulture collective susceptible de coexister avec des espaces plus vastes dévolus à d’autres fonctions.

12Sur les 80 grottes sépulcrales retenues, la cinquantaine que nous avons visitée correspond à de petites cavités peu profondes ne dépassant pas 15 m2 de superficie. Ce caractère morphologique ajouté à celui de l’horizontalité du sol ou en légère pente vers l’intérieur, sont déterminants. Les autres critères morphologiques ou situationnels sont très variables. Leur plan, très irrégulier le plus souvent, présente des formes diverses (Sauzade 1983). Leur étroitesse et leur plafond bas interrogent sur la nature de leur gestion funéraire. Ainsi, l’exiguïté de la grotte des Aiguilles à Montmorin, Hautes-Alpes (Muret 2005) rend quasi impossible les accès répétés à la cavité. Leur situation topographique est liée au contexte géologique. Ouvertes souvent en haut ou en milieu de falaise, leur accès est parfois difficile. Aucune règle d’orientation ne régit leur ouverture. Un décompte non exhaustif fait état de dix ouvertures orientées à l’ouest, huit au sud, sept au nord, deux au nord-ouest, quatre au sud-est, deux au sud-ouest et trois à l’est. Il en va de même pour les abris et les avens.

13Une surface limitée et bornée caractérise également les abris et avens sépulcraux. Les sépultures collectives sous abri sont peu nombreuses, moins d’une dizaine ont été recensées. C’est leur largeur supérieure à leur profondeur qui distingue en principe un abri d’une grotte. Parfois cette terminologie n’est pas respectée. La grotte de la Lave, par exemple, à Saint-Saturnin-d’Apt (Gagnière & Germand 1942) est en réalité un abri. Ce qui importe toutefois c’est que, contrairement aux grottes dont l’entrée peut être aisément obstruée pour protéger la sépulture, les abris présentent des espaces largement ouverts. C’est vraisemblablement pour cette raison qu’ils ont peu été utilisés comme lieu sépulcral. Seul parmi les exemples connus, l’abri de Sanguinouse à la Roque-sur-Pernes a conservé les restes de trois murs qui bornent la sépulture (Sauzade & Duday 1983). À l’abri 1 de Saint-Mitre à Reillanne (Calvet 1969) un éboulement du plafond à l’entrée de la cavité barre en partie l’accès à la sépulture collective. Le mur partiel en pierre sèche s’appuyant sur cet éboulement s’est révélé plus récent de même qu’à l’abri de la Madeleine à Bédoin (Sauzade & Duday 1975, 1976) où les restes d’un mur en pierre sèche d’une ancienne bergerie entourent la sépulture collective.

14Les avens sépulcraux relatifs à cette période sont également peu nombreux. Dans les cas observés, il s’agit d’avens colmatés par l’argile ou les éboulements. Les sépultures collectives sont établies près de l’entrée contrairement à certains cas fouillés en Languedoc comme celui de l’aven de la Boucle à Corconne, Gard (Duday 1986). Pour mémoire, Il faut signaler que les avens non colmatés et profonds sont souvent utilisés à partir de l’âge du Bronze ancien et au-delà, comme lieu sépulcral, réserve de denrée ou lieu de culte. Ils peuvent rassembler plus d’une dizaine d’individus comme c’est le cas à l’aven de la Mort de Lambert à Valbonne, (Sauzade et al. 2012) et à celui de Peygros à Mons (Courtin 1974, Vital 1999).

15Il ressort des exemples évoqués ci-dessus que le choix d’un cadre naturel limité en vue d’y aménager une sépulture collective résulte d’une volonté, de la part des hommes du Néolithique, de pratiquer un mode de gestion des morts découlant d’une idéologie spécifique.

Les dolmens provençaux. Une idée venue d’ailleurs mais une architecture née sur place

16Dans la grande famille des dolmens, couvrant les petits Causses languedociens et la Provence dont l’entrée est orientée à l’ouest ou au sud-ouest pour la grande majorité d’entre eux, les monuments provençaux, avec un peu plus d’une centaine de tombes seulement, peuvent être considérés comme un ensemble marginal à la limite sud-est de l’expansion mégalithique de ce grand groupe (Courtin 1962, Sargiano et al. 2010). Ces monuments constituent cependant un groupe homogène et s’intègrent, tout au moins en partie, au groupe C-dolmens (Arnal 1963 : 39) ou bas-rhodanien (Chevalier 1984) dont les principales caractéristiques sont le débordement du chevet et des piédroits sur les parois latérales en pierres sèches. En cela, ces monuments se différencient des architectures languedociennes et caussenardes dont les parois latérales en dalle s’appuient sur le chevet.

Résumé des différents groupes provençaux et de leurs principales caractéristiques

17Trois types de dolmens sont identifiés en Provence (fig. 2). Le petit groupe isolé de dolmens alpins dont le Villard au Lauzet-Ubaye est le seul exemplaire conservé. Il se caractérise par un couloir large et des parois latérales constituées de deux orthostates alignés (Sauzade 1990a, 1991, 1998, 1999, Sauzade & Schmitt dir. 2020).

2. Carte de répartition des différents types de dolmens.

2. Carte de répartition des différents types de dolmens.

B. Bizot.

18Le groupe de dolmens à chambre allongée de Provence occidentale à couloir court (tabl. 1) est constitué de monuments dont les parois latérales de la chambre sont élevées en pierres sèches alternant parfois avec des dalles dressées. L’archétype de ce type de monument est le dolmen de Coutignargues où toutes les composantes de cette architecture sont réunies : plan trapézoïdal, établissement dans une fosse, chambre très allongée, murs latéraux en pierres sèches (Sauzade 1990). En effet, en dehors du secteur des Alpilles certains de ces attributs s’atténuent, disparaissent où se mélangent avec d’autres.

Tabl. 1. Caractéristiques architecturales des dolmens à chambre allongée de Provence occidentale.

Tabl. 1. Caractéristiques architecturales des dolmens à chambre allongée de Provence occidentale.

19Les chambres des dolmens à chambre carrée ou sub-carrée (tabl. 2). La longueur du couloir varie de 1 m (dolmen de la Bouissière à Cabasse, Var ; Roudil et Bérard 1981) à 3 m maximum (dolmen de Colbas 1 Saint-cézaire-sur-Siagne, Alpes-Maritimes ; Sauzade 1990a). Il ne débouche pas sur la périphérie du tumulus en général. Le style bas-rhodanien (disposition symétrique des murs latéraux en pierres sèches) est présent sur une quinzaine de monuments. Il se retrouve sur tous les monuments du centre Var, de Brignoles à Draguignan et est présent également sur plusieurs tombes des Alpes-Maritimes. De Draguignan au département des Alpes-Maritimes les variantes concernant les élévations des parois latérales se multiplient (style provençal ; Chevalier 1984). Les cas d’alternance symétrique (murets-dalles-murets), des deux parois latérales et les parois en dalles complétées par des murets, une trentaine d’exemplaires, sont les plus fréquents. L’asymétrie des parois, dalle d’un côté, mur en pierres sèches de l’autre est parfois observée. Les dalles latérales sont quelquefois remplacées par de gros blocs complétés en hauteur et en longueur par des murets. De rares cas d’architecture de type languedocien (côtés reposant sur le chevet) sont observés dans les Alpes-Maritimes.

Tabl. 2. Exemples d’architecture de dolmens à chambre carrée ou sur-carrée de Provence orientale.

Tabl. 2. Exemples d’architecture de dolmens à chambre carrée ou sur-carrée de Provence orientale.

Les dolmens à longue chambre et les dolmens à chambre carrée : un mode de répartition différent

20Dix-sept dolmens à chambre allongée ont été recensés à ce jour, ce qui est peu. Trois d’entre eux dont le dolmen de Coutignargues et quatre hypogées sont groupés sur le territoire de la commune Fontvieille (groupe des Alpilles). Les autres monuments se diffusent jusqu’à la partie occidentale du massif des Maures. Cet échelonnement, loin d’être continu et régulier, se développe sur un axe ouest-est à partir de Fontvieille jusqu’à la région d’Aix-en-Provence où s’observe un deuxième groupement (groupe d’Aix-en-Provence). À partir de cette répartition axiale deux faibles extensions se remarquent, l’une au nord-est du groupe des Alpilles (dolmens des Gavots, à Orgon, Bouches-du-Rhône, de la Pichone à Ménerbes et de l’Ubac à Goult, Vaucluse ; Sauzade 1990a, Bizot & Sauzade dir. 2015), l’autre au sud-est du groupe d’Aix-en-Provence dans la partie occidentale du Massif des Maures (dolmens de Maubel à La Crau-d’Hyères, des Antiquailles à Cuers et de Gauttobry à La Londe-les-Maures ; Sauzade 1990a). Une répartition exclusivement formée de monuments à chambre allongée s’étend sur la moitié ouest de la Provence sans interférence avec les dolmens à chambre carrée (fig. 2).

21Les dolmens à chambre carrée ou sub-carrée sont plus nombreux. Environ 90 monuments de ce type ont été recensés. Ils se partagent, avec d’autres groupes de tombes la moitié est du territoire provençal. Contrairement aux dolmens à chambre allongée leur répartition n’est pas linéaire. Elle est rayonnante et constituée de petites concentrations de monuments reliées entre elles par quelques dolmens isolés. Ainsi, trois groupements principaux de monuments, dont la région de Draguignan peut être considérée comme l’épicentre, sont présents dans le département du Var et la limite ouest des Alpes-Maritimes. Dix dolmens sur les communes de Brignoles et de Cabasse, constituent le groupe du centre Var, dix autres sur les communes de Plan-de-La-Tour, Grimaud, Fréjus et Saint-Raphael, représentent le groupe côtier (Roudil & Bérard 1981) et dix-neuf monuments sur les communes de Mons, Saint-Cézaire et Saint-Vallier-de-Thiey, de part et d’autre de la Siagne, constituent la plus forte concentration de dolmens provençaux. Les dolmens à chambre carrée se diffusent jusqu’au Verdon qui représente la limite nord de leur extension en se répartissant, en petit nombre, non loin des rives de la rivière de Quinson à Castellane, Alpes-de-Haute-Provence (fig. 2).

22Il se dégage une constante dans la répartition des deux principaux types de dolmens. Ils se situent non loin des cours d’eau. Les monuments à longue chambre sont établis sur la rive gauche du Rhône pour ce qui concerne le groupe de dolmens et des hypogées de Fontvieille, le Calavon pour les deux tombes du Vaucluse, l’Arc et la Durance pour le groupe de monuments de la région d’Aix-en-Provence. Il en va de même des monuments à chambre carrée. Au nord, la dizaine de monuments connus se diffuse le long du Verdon, les dolmens du centre Var près du Caramy et de l’Issole, ceux du groupe côtier, situés sur les massifs primaires près de l’Argens et de ses affluents. Enfin les monuments établis sur les plateaux qui dominent la Siagne se répartissent non loin de la rivière. Plusieurs hypothèses sont susceptibles d’expliquer ce phénomène. Les voies fluviales représentaient-elles des axes de pénétration du mégalithisme ou des limites de territoire ? ou, plus simplement, les dolmens étaient-ils établis non loin des cours d’eau, parce que les habitats s’y implantaient aussi ?

Spécificité des dolmens provençaux

23« Abondamment représenté dans tout le Languedoc, le mégalithisme n’est plus que sporadique à l’est du Rhône » (Courtin 1962). Cette assertion quelque peu excessive n’est toutefois pas obsolète. Les nouvelles découvertes ont fait passer de 67 en 1962 à 106 le nombre de dolmens aujourd’hui, alors que le seul département de l’Hérault comptait plus de 300 monuments en 1963 (Arnal 1963). Dès lors, si on doit donner un sens à la diffusion du mégalithisme dans le Midi ce n’est vraisemblablement pas en Provence qu’on doit en rechercher l’origine. En Languedoc, parmi les diverses architectures dolméniques, languedociennes, caussenardes et bas-rhodaniennes identifiées (Chevalier 1984), le type bas-rhodanien, comptant 35 à 40 monuments seulement, pour une quinzaine répertoriée en Provence, ne représente qu’une faible partie du total des dolmens dénombrés.

24En 1990 nous avions avancé l’hypothèse, en raison de l’importance que représente le groupe des dolmens de Fontvieille et surtout des hypogées qui y sont associés, qu’une architecture originale (l’architecture bas-rhodanienne) avait pu, à partir de Fontvieille, rayonner de part et d’autre du Rhône (Sauzade 1990a : 316). En cela, nous ne faisions que reprendre, en partie, l’idée de Jean Arnal (1963 : 201) « …sur un mouvement maritime ayant provoqué la création d’un centre de diffusion du mégalithisme de part et d’autre du delta du Rhône à partir des hypogées d’Arles ».

25Si l’orientation identique des entrées des dolmens, situées à l’ouest ou au sud-ouest et la présence d’un couloir centré sur l’axe de la chambre, rapprochent les monuments mégalithiques du bas Languedoc de ceux de Provence, bien d’autres aspects les en éloignent. L’architecture provençale comporte des traits particuliers et originaux, telles que les élévations mixtes des côtés, qui plaident pour une origine locale des dolmens provençaux dont l’architecture évoluera ensuite, dans le secteur est de la Provence, sous d’autres formes (coffres et tombes en blocs).

26En conclusion, en regard des arguments développés ci-dessus ce seraient des groupes autochtones (Courtin 1974 : 166) qui, à partir de normes de construction communes aux petits Causses du Languedoc et à la Provence, auraient apporté, selon les zones géographiques, des aménagements spécifiques à l’architecture de ces monuments. Ces aménagements où se décèlent des influences communes aux deux principaux courants mégalithiques provençaux, notamment dans les zones de contact, n’entament en rien l’homogénéité de l’ensemble. Enfin, nonobstant l’interrogation de Jean Leclerc (1999 : 38) « la possession d’un matériel commun suffit-elle vraiment à établir qu’il s’agit bien d’une même population ? », L’argumentation relative à un mobilier commun, partagé entre toutes les tombes provençales de la même période, vient en complément des hypothèses avancées à propos de l’architecture mégalithique provençale, d’autant qu’il s’éloigne, par bien des aspects, notamment celui de la céramique, de celui présent dans les tombes languedociennes.

27Les espaces dévolus aux dolmens et aux grottes interfèrent le plus souvent (fig. 1). Il n’y a pas de phénomènes d’exclusion dans la région d’Arles, dans les Alpilles et dans l’est des Alpes-Maritimes où les deux types de tombes collectives coexistent. Comment expliquer alors la présence exclusive des sépultures collectives en grottes dans les régions marseillaise et toulonnaise où dominent largement les formations calcaires ? Pourquoi un nombre important de dolmens sont établis sur des substrats géologiques primaires (gneiss principalement, mais également schistes et granit peu homogènes, tendant à l’effritement). À l’inverse, pourquoi des substrats calcaires plus favorables à la construction ont été délaissés ? Quatorze monuments à chambre allongée ou carrée ont été réalisés à partir de matériaux primaires soit un peu plus de 10 % de la totalité des dolmens recensés, ce qui n’est pas négligeable. Il est donc exagéré d’apposer l’expression « la loi du calcaire » (Temple 1936), reprise plus tard de façon plus restrictive (Courtin 1974 : 167), aux tombes mégalithiques provençales. Tout au contraire, les zones situées au nord du Verdon et de la Durance, pourvues de formations calcaires dont il est aisé d’extraire des dalles, sont dépourvues de tombes mégalithiques jusqu’au groupe des dolmens alpins de Gap et ses environs.

  • 2 P. Temple, La préhistoire du département de l’Aveyron. Thèse de doctorat 1936.

28Nous avançons l’hypothèse que la construction de ces tombes, le plus souvent modeste, est l’œuvre des populations locales elles-mêmes. Selon les territoires, cette idéologie d’origine extérieure à la Provence aurait été adoptée ou rejetée par la population. La propagation sporadique et limitée des dolmens à longue chambre qui s’est peu écartée de l’axe de Fontvieille à Aix-en-Provence traduirait un impact insuffisant pour imposer ces nouvelles pratiques de façon globale aux populations locales tournées vers d’autres modes sépulcraux. Contrastant avec la pléthore de monuments mégalithiques présents en Languedoc, le faible nombre de dolmens provençaux donne l’impression d’un courant idéologique qui n’a pas eu une large adhésion de la part des populations.2

Les hypogées du nord Vaucluse et du sud de la Drôme : Isolement et exclusivité ? Les hypogées un cas à part ou des cas à part ?

29L’opportunité que représentent les formations tertiaires de molasse tendre de l’Helvétien est à l’origine de l’élaboration des hypogées vauclusiens et drômois. Il en va de même des hypogées gardois (Colomer 1979). Les entrées de ces tombes toutes détruites devaient être approximativement orientées au sud ou au sud-est, exceptée celle de l’hypogée des Boileau à Sarrians, Vaucluse, qui est orientée à l’ouest et dont l’entrée a pu être approximativement située. Ces grottes artificielles sont creusées dans le flanc de petits coteaux peu élevés. Leur superficie supposée à l’origine varie de 12 m2 au Boileau (Mahieu 1989) à 110 à 130 m2 au Capitaine à Grillon (Sauzade 1983).

30La sépulture collective de Sausset-les-Pins a parfois été considérée comme un hypogée (Courtin 1974). Les fouilleurs Ch. Cotte et Martin Tabouret parlent d’allée couverte à propos de cet abri dont certaines strates se seraient détachées et auraient recouvert les restes osseux (Cotte 1924). Ces deux termes semblent donc impropres pour désigner cette petite sépulture aménagée vraisemblablement dans un abri naturel. Le terme d’hypogée pour désigner les sépultures de l’Ubac à Carpentras (Mahieu 2000) et de l’Homme du Val de Fer à Valensole, Alpes-de-Haute-Provence (Bouville & Muller 1987) situées dans des formations de poudingue paraît également impropre.

31Dans la zone des hypogées très peu de cavités naturelles sont observées. Sans toutefois être exhaustif, on peut signaler la présence de la grotte Coutelier qui recelait des sépultures du Bronze ancien, mais aussi quelques témoins céramiques s’apparentant au Fontbouisse (Vital et al. 2012), éloignée d’à peine une centaine de mètres de l’hypogée de Grillon. Les grottes de la Masque à Entrechaux, Vaucluse (Nicolas 1886) et de Cost, Buis-les-Baronnies, Drôme (Catelan A. & Catelan L. 1920) sont situées respectivement à 5 km et à 10 km de l’hypogée de Perpétairi à Mollans, Drôme (Catelan A. & Catelan L. 1914). Enfin, signalons le dolmen des Côtes à Montbrison, Drôme (inédit), à notre connaissance le seul dolmen de ce département, situé à 7,5 km au nord-est de Grillon. Il serait donc exagéré d’affirmer que les hypogées ont l’exclusivité dans ce secteur, bien que les formations de molasse tendre y soient prépondérantes et qu’elles constituent des conditions idéales pour creuser ce type de tombes. D’ailleurs, c’est dans ces mêmes formations, dont certaines très proches de l’hypogée de Perpétairi, qu’ont été creusées des caves et des remises à outils agricoles jusqu’au xixe siècle.

32Est-il possible d’avancer une explication sur le faible nombre de ces hypogées et leur répartition géographique ? En premier lieu, ils renferment un nombre très élevé d’individus sans commune mesure avec celui relevé dans les autres types de sépultures collectives, souvent plusieurs centaines : aux Boileau de 320/350 (Devriendt 2004) à 136 (Chambon 2003), au Capitaine 178 (Mahieu 1989), et à Roaix 200/250 (Sauzade 1983). En second lieu ils sont répartis de manière assez homogène. Ainsi, en prenant la ville de Vaison-la-Romaine comme centre, ces huit hypogées se répartissent sur un rayon de 20 km et observent entre eux une distance allant de 5 à 14 km. En prenant en considération ces deux paramètres, le nombre d’individus et la distance entre les tombes, il est permis de soutenir l’hypothèse de la présence d’une seule tombe pour un même territoire. Ce serait l’épicentre commun à un même groupe social, ce que l’on ne peut proposer pour aucun des autres types de sépultures.

33Certains d’entre eux paraissent avoir un fonctionnement comparable à celui des autres sépultures collectives avec décomposition des cadavres sur place comme à Roaix et à Perpétairi et regroupement de crânes et d’autres ossements contre les parois, dans d’autres, comme à Grillon ou au Boileau. Il n’y a pas d’intervention ou peu sur les squelettes après décomposition et leur empilement au Boileau, semble correspondre à un type de gestion spécifique tendant à maintenir l’intégrité des défunts et à préserver leur identité (Chambon 2003 : 330-331). Par ailleurs, contrairement à d’autres sépultures, il n’a pas été observé d’espaces libres permettant une circulation dans la tombe ou dévolus à d’autres fonctions (espaces cérémoniels, espaces sacrés ; Leclerc 1997). Les hypogées sont aussi les seules sépultures collectives où le mobilier, très abondant, à l’exception de celui des Boileau, est associé aussi clairement aux défunts : soit porté, comme les parures abondantes auprès d’un squelette au Grillon, soit déposé auprès d’un défunt tels les nombreux vases associés aux squelettes dans la couche 2 de Roaix (Sauzade 1983). Dans les hypogées, le mobilier semble dévolu à un individu en particulier alors que dans d’autres tombes, comme à l’Ubac, par sa présence symbolique (Il n’y a pas de dépôt de collier complet) il évoque sans doute un dépôt collectif.

34Enfin, le nombre important d’individus observés dans les hypogées interroge sur le faible recrutement recensé dans les autres types de sépultures. Ce faible recrutement correspond-il à celui d’un petit nombre d’individus sélectionné ou à un type de gestion drastique dans laquelle interviennent de fréquents retraits d’ossements ?

Le mobilier : dénominateur commun aux grottes aux dolmens et aux hypogées. La spécificité des dépôts de mobilier en hypogée

35Le mobilier sépulcral offre moins de diversité que le mobilier domestique. Il est le résultat d’un choix. En général, ce sont les objets d’où émane une forte valeur symbolique qui sont déposés (Sauzade 1983, 2012, Sohn 2008, 2012). Les traces d’usure qu’il porte parfois attestent un usage domestique antérieur (Sauzade 1983, 1998, 2011, 2012). Inversement, l’absence de certains types d’artéfacts dans les habitats comme les armatures de flèches très élaborées ou les poignards en silex avec polissage de mise en forme et retouches parallèles plaident pour un usage uniquement funéraire ou cérémoniel. Des objets, tels certains éléments de parure, ne semblent pas portés par les morts mais disposés auprès d’eux comme dépôt d’accompagnement (Sohn 2008). Le nombre insuffisant d’éléments pour composer une parure complète, entreposé parfois dans les tombes, suggère qu’il s’agit de sa représentation symbolique, « la partie valant le tout » (Bizot & Sauzade dir. 2015 : 195). La distribution du mobilier dans les sépultures collectives est fortement contrastée. Certaines sépultures collectives en sont dépourvues (grotte de Peyménade, Alpes-Maritimes ; Désor 1881). Souvent visitées à plusieurs reprises auparavant, elles ne livrent que de pauvres éléments non représentatifs de ce que le mobilier devait constituer à l’origine. La céramique, élément culturel marquant dans les contextes domestiques de l’ouest de la Provence n’a pas de caractère spécifique en général dans les sépultures à l’exception de celle mise au jour dans les hypogées du Nord Vaucluse (Sauzade 2011). Les caractères spécifiques de la céramique dans les hypogées vauclusiens lui donnent une dimension culturelle (groupe du Nord-Vaucluse ; Sauzade et al. 1990).

L’uniformité des artéfacts dans les trois catégories principales de tombes

36L’abondance du mobilier dans les hypogées vauclusiens ne remet pas en cause le fait que les mêmes catégories d’objets sont communes à tous les types de tombe. Tous les autres artéfacts, notamment ceux qui sont considérés comme emblématiques sont représentés dans toutes les catégories de tombes. On a recensé par exemple les poignards à soie, à surface polie et à retouches parallèles, dans les hypogées de Perpétairi et de Roaix, (Courtin 1962, 1974) dans les dolmens de Peicervier à Lorgues (Sauzade 1975) et de Gauttobry à La Londes-les-Maures (Sauzade 1989) ou dans la grotte du Plan des Vaches à Gémenos (Sauzade et al. 1982). Parfois, la limitation géographique de certains objets leur confère une spécificité culturelle. Il en va ainsi des armatures de type Sigottier cantonnées quasi exclusivement dans les contextes domestiques ou funéraires des Hautes-Alpes notamment dans les grottes éponymes de Sigottier (Vésignié 1904), des Aiguilles à Montmorin (Muret 1995) et dans le tumulus de Ventavon (Vésignié 1935).

Une attribution plus individualisée du mobilier dans les hypogées

37Le mobilier ou certaines catégories de mobilier, parfois pléthorique, tel la parure à l’hypogée du Capitaine, (Sauzade 1983), les poignards, les lames et les armatures de flèches à Perpétairi (Courtin 1961), ou encore la céramique à Roaix (Courtin 1974), est faiblement représenté dans l’hypogée des Boileau (Mahieu 1989), notamment en regard des 320 ou 350 individus qui y étaient déposés. La représentation du mobilier est cependant bien supérieure dans les hypogées que dans les autres types de sépultures. Pour ne donner que quelques exemples, l’hypogée de Perpétairi a livré plus de 200 lames, 85 armatures de flèches et 4 poignards en silex (Courtin 1961), les couches confondues 2 et 5 de Roaix, ont fourni près de 60 vases ou formes de vases et le Capitaine à Grillon près de 30000 éléments de parure toutes variétés confondues (Sauzade 1983).

38Il semble que le mobilier dans les hypogées ait été davantage attribué à titre individuel que dans la quasi totalité des autres types de tombe. Ce phénomène va sans doute de pair avec celui de la non désarticulation des squelettes et l’attention portée aux défunts dans la durée. Cette durée n’est pas éternelle puisqu’on observe des démembrements de squelettes et des groupements de crânes mais peu de groupements d’autres types d’ossements, dans plusieurs hypogées.

39Par le mobilier et bien d’autres aspects, les hypogées se démarquent donc des sépultures collectives en grotte ou en dolmen. Il présente en même temps des caractères communs car ce sont les mêmes types de mobilier qui sont présents mais, à ce même mobilier est donnée sans doute une signification différente et une attribution plus individualisée. Cette notion de représentation plus ou moins abondante du mobilier dans les sépultures est susceptible d’avoir des répercussions sur la façon dont on perçoit les aspects individuels ou collectifs des dépôts funéraires dans les sépultures collectives.

40Les spécificités des divers composants du mobilier funéraire constituent, avec les datations radiocarbone et la stratigraphie, les éléments clés en vue de l’établissement de phases chronologiques (Sauzade 2011, Bizot & Sauzade dir. 2015). De même, ces éléments dateurs sont indispensables dans la recherche des évolutions des rites funéraires et des architectures funéraires.

Pragmatisme ou prescription : les systèmes de gestion des sépultures collectives

41Pour servir de cadre aux sépultures collectives les vastes cavités naturelles sont délaissées au profit de grottes de volume modeste. L’adoption de grandes cavités viendra après la grande période des sépultures collectives en Provence. En Languedoc, l’aven de la Boucle à Corconne, Gard, est l’exemple type qui démontre que même à l’intérieur d’une grande cavité s’est imposée la nécessité de créer des aménagements élaborés afin de réduire l’espace funéraire (Duday, in Duday & Masset 1987, Leclerc 1999 : 30). Cet espace confiné a un sens. C’est le cadre prescrit qui préside à une gestion basée sur la décomposition des cadavres pour un fonctionnement pérenne de la sépulture (Leclerc 1999 : 28, Chambon 2003 : 269). Une codification des gestes régit le fonctionnement des sépultures et se retrouve de façon permanente dans tous les contextes funéraires collectifs de l’ouest européen. L’objectif le plus plausible, qui ressort de ce mode de gestion si particulier entraînant des manipulations répétées d’ossements, est d’entretenir et maintenir la cohésion entre les membres d’un même groupe au même titre que d’autres manifestations d’ordre sociétal qui structurent les habitats dans certaines sociétés autochtones. Les gestes participant au fonctionnement des sépultures collectives ne sont cependant pas uniformes. Il y a des manifestations facilement identifiables et d’autres dont l’approche se révèle être plus délicate d’autant que certaines résultent de l’évolution des pratiques dans le temps. Toujours dans l’optique d’une recherche des caractères communs ou singuliers entre les grottes, les dolmens et les hypogées, le dépouillement de la documentation ancienne ou récente permet de retirer un minimum d’informations sur les gestes funéraires.

Les informations minimales issues de la documentation

Pratiques des crémations

42Notre inventaire des grottes, hypogées vauclusiens et autres monuments funéraires où la pratique de la crémation a été relevée est sensiblement différent de celui d’Esther Gatto (2007) qui s’élève à 21 tombes. Notre liste recense 18 grottes dont deux situées dans le sud de la Drôme, trois hypogées vauclusiens et Drômois, 25 dolmens et huit tombes en blocs et tumulus, soit un total de 54 sépultures collectives. La documentation révèle une fréquence de ces pratiques plus élevée dans le département des Bouches-du-Rhône et dans la partie occidentale et centrale du Var. Le département du Vaucluse ne comporte pas de cavité naturelle ni de dolmen renfermant des incinérations. Il faut ajouter que les sites sépulcraux où la calcination a été effectuée à température supérieure à 700° (os craquelés, déformés et blanchis) sont peu nombreux (dolmens de San Sébastien 1 et 2 ; Sauzade et al. 1977, 1987), Haute Suane (Sauzade et al. 1988), Gauttobry (Sauzade 1989), Roque d’Aille (Roudil & Bérard 1989), grotte de la Baume des Maures (Joubert 1969) et hypogées de Perpétairi, de Roaix et du Serre des Huguenots (Sauzade 1983). La pratique de l’inhumation sans incinération est présente également dans toutes les sépultures où ont été observées des crémations, à l’exception de neuf d’entre elles établies en milieu acide (Maures et Estérel) c’est-à-dire sur un substrat où l’os non brûlé ne se conserve pas. Enfin, aucune trace de feu n’a été observée à l’intérieur de la grande majorité des tombes. Ce fait amène logiquement à penser qu’il s’agit dans ces cas de dépôts secondaires. Cette nouvelle estimation du nombre de sépultures avec crémation est importante car en apportant la preuve de dépôts secondaires, elle renforce également la présence de ces pratiques effectuées hors de la tombe. Les crémations à l’intérieur de la tombe ne concernent que les hypogées vauclusiens et celles observées sur le tumulus 1 du Plan des Noves à Vence, (Lemercier 2004).

Groupements de crânes

43Les groupements de crânes (tabl. 3) concernent aussi bien les grottes que les dolmens et les hypogées. Ils ne portent jamais sur la totalité des individus. Ces crânes sont associés parfois à d’autres os et pourraient être considérés « comme encombrants ». Ces associations de crânes et d’os le plus souvent volumineux ont amené à penser qu’il ne fallait pas « sur interpréter » la charge symbolique que représenterait cette partie du squelette (Chambon 2008 : 90). En réalité, le fait qu’une partie seulement des crânes soit groupée, soulignant en cela l’absence de manipulations systématiques, incline à penser qu’une charge symbolique forte leur est associée. Comme pour le mobilier : « la partie vaudrait le tout ». Mais, pour être plus explicite, grouper ou réunir certains éléments osseux, plutôt que de les ranger à des fins pragmatiques semble renforcer la thèse de l’appropriation collective de la sépulture et des restes humains qu’elle renferme. En effet, ces prélèvements de crânes souvent limités en nombre, à l’exception de ceux observés à l’hypogée de Roaix et de l’abri de Sanguinouse, semblent faire partie intégrante de pratiques cérémonielles. Cette hypothèse est confortée du fait que ces groupements se situent parfois au centre de la sépulture comme dans le dolmen 1 des Cudières (Sauzade 2012). De même, les observations concernant les crânes brûlés et les dalles disposées sur les crânes mettent l’accent sur les attentions portées à cette partie du squelette.

Tabl. 3. Attentions portées aux crânes en Provence : localisation au sein de l’espace.

Tabl. 3. Attentions portées aux crânes en Provence : localisation au sein de l’espace.

Les aménagements internes

44Ils se manifestent dans les dolmens sous forme de dalles de séparation, dans les grottes, sous celle de cloisonnements constituant plusieurs cellules subdivisant l’espace funéraire.

45Dans les dolmens, les dalles de séparation sont perpendiculaires à la largeur de la chambre (La Verrerie vieille, Gauttobry, les Muraires 1, la Gastée et Coutignargues) ou parallèles ou oblique à sa longueur (San Sébastien 1 et 2 et Roque d’aille). La partie située près de l’entrée est parfois dénommée antichambre dans le cas où la séparation est effectuée dans le sens de la largeur. Ces dalles ne divisent pas toujours complètement l’espace (Coutignargues, la Gastée, San Sébastien 1 et 2). Elles ne reposent pas toujours sur le substrat rocheux et ne font donc pas partie de l’architecture initiale (dolmen 1 et 2 de San Sébastien 2). Au dolmen de Roque d’Aille, qui comportaient trois couches, la base de la dalle reposait sur le sommet de la deuxième couche (couche B) à partir du sommet du remplissage (Roudil & Bérard 1981). Le but de ces séparations n’a pas trouvé d’explication argumentée jusqu’ici. Quelques hypothèses ont été avancées à leur sujet. Ainsi, celle de dépôts provisoires de corps dans la partie antérieure de la chambre suivis d’inhumations définitives de leurs restes dans l’autre partie après décharnement a été évoquée à propos du dolmen des Muraires 1 à Cabasse. Elle repose sur le fait qu’un fragment de cristal de roche a été découvert dans la partie antérieure de la chambre (antichambre) et qu’une autre partie de ce même cristal de roche provient de la partie antérieure de la chambre (Roudil & Bérard 1981 : 52). Cette hypothèse reste toutefois fragile et insuffisamment argumentée à notre avis. Au dolmen 2 de San Sébastien, dans l’espace situé entre la dalle inclinée et calée et le mur sud, les plans de répartition montrent une très forte concentration de perles en stéatite et d’os brûlés (Chambon 2003 : 209) ainsi que la présence de blocs et de pierres dont la granulométrie est très supérieure à celle des autres secteurs de la chambre. Il semble donc que cette dalle ait servi de couverture et de paroi à une sorte de coffre abritant des dépôts funéraires destinés à être isolés des autres (Sauzade et al. 1987: 138).

46En ce qui concerne les grottes, les fouilles sont anciennes et les descriptions des observations manquent de précision et surtout, ne sont pas accompagnées de plans ou de croquis. Certains comptes rendus ne paraissent concerner que des dispositions en cellules de sépultures individuelles aménagées au-dessus d’occupations sépulcrales collectives. Tel serait le cas à la grotte de Cost à Buis-les-Baronnies (Catelan A. & Catelan L. 1920) et à l’hypogée de Perpétairi à Mollans, Drôme (Catelan A. & Catelan L. 1914). Les exemples d’aménagements collectifs internes dans les grottes sont rares. Les plus connus sont ceux observés aux grottes de La Lave à Saint-Saturnin-d’Apt et de la Marane à Châteauneuf-les-Martigues. À la grotte de la Lave, les fouilles effectuées en 1902, auraient révélé une fosse entourée par un mur qui contenait les ossements en désordre d’une quinzaine d’individus. Lors des recherches de 1934-35, ont été découverts d’autres dépôts séparés par des pierres plates disposées de chant, « en caisson ». Ces dépôts se composaient de six crânes reposant sur une couche d’ossements dépourvus de connexion anatomique (Gagnière & Germand 1942). À la grotte de la Marane se présentaient des alignements de pierres et des murs de séparation dans lesquels ont été découverts des restes humains brûlés (Cotte 1924).

47Sous la forme de dalles de séparation ou de cellules, ces aménagements n’ont pas forcément le même but. Ils ont pu parfois être destinés à séparer des contextes funéraires différenciés dans le temps comme le laisse supposer les cas relevés à la grotte de Cost et à l’hypogée de Perpétairi ou à isoler certains individus du reste comme c’est peut-être le cas à San Sébastien 2. Quoi qu’il en soit, les dalles de séparation ou les cellules qui ne reposent pas sur le sol d’origine concernent des aménagements postérieurs aux premières utilisations de la sépulture. Les dalles de séparation prévues dans l’architecture initiale du monument sont susceptibles d’avoir une toute autre finalité définissant des espaces d’inhumations provisoires et définitives, tel le cas évoqué au dolmen des Muraires ou bien des espaces cérémoniels et des espaces de traitement des cadavres comme il a été observé dans le nord de la France (Leclerc 1997 : 402). S’il existe bien en Provence des éléments d’architecture interne différenciés, peu d’arguments peuvent être retenus pour étayer les unes ou les autres des hypothèses énoncées ci-dessus.

Des investigations plus poussées à partir d’informations plus complètes

48Dans sa définition archéologique ou traditionnelle la sépulture collective correspond à des structures funéraires dans lesquelles plusieurs individus sont inhumés successivement (Leclerc & Tarrête 1988). D’autres propriétés s’attachent aux sépultures collectives. Leurs structures sont définies comme hermétiquement closes et à espace restreint autorisant des accès répétés. Les diverses catégories de gestion se retrouvent aussi bien dans les grottes, abris ou avens que dans les dolmens à l’exception des cas singuliers relevés dans les hypogées. Le temps n’a pas obligatoirement d’impact sur l’architecture ou sur la gestion des tombes. À l’inverse il peut en avoir sur le mode de gestion dans la même sépulture.

Gestion non traditionnelle de l’espace funéraire

49Une gestion pragmatique : repousser ou écarter les restes des défunts précédents pour faire de la place à un nouvel arrivant. L’abri de la Madeleine à Bédoin, Vaucluse (Sauzade & Duday 1975-1976, Sauzade 1983, Chambon 2003) présente une surface sépulcrale d’environ 11 m2. Une datation radiocarbone récente le rattache à la fin du Néolithique final (2470-2140 cal. BC) c’est-à-dire à la phase 3 (Sauzade et al. 2018). Elle est en conformité avec le peu d’éléments mobiliers recueillis. Aucune structure de protection ou de mesure de confinement n’a été mise au jour. Les restes osseux appartiennent à un minimum de 21 individus. Seuls adultes et enfants sont distingués. Les restes de deux squelettes incomplets, des connexions anatomiques partielles et des os dépareillés ont été observés. Entre la paroi du fond de l’abri au nord et un des squelettes en connexion en décubitus dorsal, se présentait un amas d’ossements dont certains appartenaient aux mêmes individus. Au sud et à l’ouest du squelette étaient disposés les os en connexion d’un bras replié et des os épars. Les observations de terrain et les études en laboratoire plaident en faveur d’inhumations primaires successives et en des actions tendant à accumuler ou à disperser les os de squelettes déposés antérieurement pour faire de la place aux dernières dépouilles. La désagrégation des squelettes paraît découler de gestes mécaniques (anecdotiques selon Chambon 2000). Aucun principe d’ordre symbolique ne semble avoir présidé au fonctionnement de cette sépulture. Son appartenance à la période finale du Néolithique final est peut-être la marque de l’amoindrissement de la charge symbolique et culturelle des systèmes de gestion des sépultures collectives en vigueur durant les premières périodes du Néolithique final (Leclerc 1999 : 38).

50Deux exemples contrastés de gestion non traditionnelle : La grotte des Aiguilles à Montmorin (Muret 2005) se présente sous la forme d’un long boyau pénétrable jusqu’à 24 m mais bas de plafond et ne dépassant pas 1,50 m de large près de son entrée. On ne peut accéder qu’en rampant sur une grande partie des 24 m. Cette cavité a fait l’objet de plusieurs campagnes de fouilles de 1984 à 1987 dirigées par Alain Muret. Deux périodes d’utilisation, Néolithique final et Bronze ancien y ont été observées. Le mobilier néolithique final est susceptible de se rattacher aux phases 1 ou 2 de cette période. Les dépôts osseux parfois encore en connexions partielles s’étalaient sur une longueur de plus de 12 m. Le nombre minimum d’individus issus des deux occupations s’élève à 22. Des groupements d’os longs disposés « en fagots y ont été observés.

51La grotte du Stade à Venasque (Sauzade 1983) se présente sous la forme d’un couloir long d’une cinquantaine de mètres de large et haut de plafond, obstrué aux deux extrémités par des éboulements. Les dépôts osseux de squelettes, parfois encore en connexion, disposés sur des banquettes rocheuses naturelles s’échelonnaient sur plus de 15 m et correspondaient à au moins dix individus. Le mobilier d’après les éléments de parure, notamment en cuivre se rapporte au Néolithique final 3.

52Les dépôts de restes osseux observés sur un long espace dans ces deux cavités, qu’ils aient été effectués dans un espace étroit à la grotte des Aiguilles ou dans un espace plus vaste à la grotte du Stade ne semblent pas issus de manipulations répétées, correspondant à un système de gestion traditionnelle et obéissant au principe d’unicité (Boulestin 2019) qui régit les sépultures collectives. Dans le deuxième cas au moins ce fonctionnement atypique est analogue à ceux prévalant à la fin du Néolithique final et au premier Bronze ancien.

53L’utilisation interrompue d’une vaste sépulture collective : L’hypogée du Capitaine à Grillon, (Sauzade 1983) est une vaste structure funéraire dont le fonctionnement a été interrompu lors de l’effondrement de la voûte. Découvert en partie tronqué par un engin mécanique c’est, avec ses 100 m2 de surface résiduelle, le plus vaste hypogée de France. La couche II datée de 3090-2890 cal. BC se rattache à la première phase du Néolithique final. La couche CIIa datée de 2900-2670 cal. BC correspond à une occupation temporaire de l’hypogée directement installée sur les restes osseux après l’effondrement d’une grande partie de la voûte. La première étude de la population inhumée fait état de 178 individus (Mahieu 1984), la seconde en recense 136 (Chambon 2003). La présence des deux sexes et celle d’immatures est signalée. Sous les parties conservées des blocs d’effondrement, plusieurs squelettes protégés témoignent de la présence de dépôts primaires. Ces individus ont été disposés à proximité les uns des autres sans s’enchevêtrer et peu de restes isolés de sujets déposés antérieurement ont été observés. La question de l’existence de dépôts simultanés a été posée (Chambon 2003 : 227). La présence d’un grand espace disponible qui n’obligeait pas à superposer ou à manipuler les restes de défunts, nous amène plutôt à penser à des dépôts successifs. Par ailleurs, dans d’autres secteurs de la tombe des superpositions de connexions partielles ont été relevées.

54Le rapport entre la surface disponible (100 m2) et la faible densité de population (136 ou 178 individus) induit un fonctionnement totalement différent de celui observé dans les tombes à espace restreint. Autrement dit, cette tombe, après l’effondrement de la voûte, se serait arrêtée de fonctionner avant d’atteindre, avec plus de défunts déposés, le degré de remplissage nécessaire pour un mode de gestion classique (manipulations et regroupements d’ossements).

55Un même exemple de fonctionnement interrompu a été observé sur le dolmen du tertre IV de Château Blanc à Ventabren, (Hasler et al. 1998, 2002) qui contenait les restes de dix individus. L’effondrement d’un mur latéral en pierres sèches a provoqué la fin de l’utilisation de cette tombe. Un seul dépôt de cadavre a été constaté sur le mur effondré.

56Rien ne permet pour ces deux sites de connaître le devenir de ces sépultures si elles avaient continué à fonctionner jusqu’à leur remplissage complet : groupements de crânes et d’ossements comme aux hypogées de Roaix et de Perpétairi ou abandon comme au Boileau alors que l’intégralité des squelettes est encore en place ? De plus à Grillon, quel était le projet initial ? Comme à Fontvieille, aspirer au gigantisme ? (Leclerc 1985). En tout état de cause, ces exemples exceptionnels font réfléchir sur l’éventualité d’une association inter communautaire afin de mettre en commun, pour un temps, les ressources et les forces physiques nécessaires à de telles réalisations.

Les systèmes de gestion ordonnée

57C’est un ensemble de règles qui régit la gestion des dépôts funéraires dans les espaces restreints qui amène à des interventions répétées sur les restes humains au détriment de leur intégrité pour que le sépulcre puisse continuer à fonctionner (Leclerc 1999). Les solutions sont multiples : apports de restes humains incomplets en cours de décomposition, prélèvements d’os, groupements d’os, pratique de crémation des morts à l’extérieur, création d’espace vide pour les passages ou en vue de dépôts cérémoniels. Les prélèvements ou les vidanges d’ossements pourraient correspondre à la perte totale de l’identité du défunt (réification du cadavre) alors que dans l’étape antérieure, consistant à conserver les ossements disloqués des morts à l’intérieur de la tombe, leur rangement correspondrait au maintien de leur mémoire (Blin & Chambon 2013) et plus précisément à la mémoire collective de sujets liés par la parenté (Boulestin 2019).

58Un exemple de sépulture collective avec manipulations d’ossements, espaces de rangements et espaces vides : L’abri de Sanguinouse à la Roque-sur-Pernes, (Sauzade & Duday 1983, Chambon 2003), couvre une surface sépulcrale d’environ 10 m2. Il est fermé par trois murs de pierres sèches élevés jusqu’au plafond rocheux. Le matériel est homogène et se rattache à la première phase du Néolithique final (3340-2940 cal. BC). Les restes de 51 sujets des deux sexes et des immatures ont été recensés. Sur les 15 ensembles anatomiques relevés en connexions partielles, certaines liaisons semi-persistantes amènent à penser qu’une partie au moins des dépôts funéraires est primaire. Un travail anthropologique précis a permis de détailler le fonctionnement funéraire. Des zones de groupements d’os longs et de crânes ont été mises en évidence. Plusieurs zones vides d’ossements ont été observées. L’une d’entre elles paraît correspondre à une voie de circulation aboutissant à deux zones de rangements. Les appariements et les recollages d’os montrent que les déplacements sont effectués en tous sens, parfois sur de grandes distances. L’analyse spatiale des vestiges rend ainsi perceptible des activités liées à la gestion de l’espace funéraire. Deux autres zones vides ne trouvent pas d’explication : possibles espaces cérémoniels ?

59L’absence des squelettes en connexion des derniers défunts déposés, le désordre des ossements et un faible volume d’ossements rangés interrogent (Chambon 2008 : 90). La réponse à la première question est assez simple : ce sont les ensembles osseux situés près de la surface qui sont les plus perturbés par les divers agents taphonomiques avant que la couche sépulcrale ne soit en partie protégée par des dépôts naturels. Mais pourquoi le rangement intégral des ossements n’est-il pas systématique et que beaucoup d’os sont trouvés épars dans l’espace funéraire ? Représentent-ils les restes des derniers inhumés ? Les espaces libérés étaient-ils suffisants pour laisser la place à de nouveaux défunts sans qu’il soit nécessaire d’effectuer des rangements plus importants ? ou alors, la symbolique appliquée à quelques ossements, notamment les crânes, valait-elle pour le tout ?

60Il est important de surcroît, d’insister sur les relations d’ordre culturel que l’on peut établir entre Sanguinouse et l’habitat proche de Fraischamp (Sauzade et al. 1990, D’Anna 1995, Cauliez 2011) grâce à la découverte dans cette tombe d’un vase au décor similaire à ceux mis au jour dans l’habitat.

61Gestion traditionnelle dans une sépulture collective de la fin du Néolithique final : Le dolmen du Villard situé sur la commune du Lauzet-Ubaye, Alpes-de-Haute-Provence (Sauzade 1990, Chambon 2003, Sauzade & Schmitt dir. 2020) comporte une chambre d’un peu plus de 1 m2 de surface, un couloir et la partie conservée du tumulus situés à l’ouest. La couche sépulcrale s’étend sur une faible épaisseur d’environ 0,35 m. Plusieurs dates radiocarbone obtenues rattachent ce monument au Néolithique final campaniforme (2470-2140 cal. BC, 2134-2080 cal. BC, 2200-2035 cal. BC) avec une réutilisation au Bronze ancien (1950-1740 cal. BC). L’ensemble du mobilier est spécifique du Campaniforme tant dans la chambre que dans le tumulus avec quelques éléments se rapportant au Bronze moyen et final. Le nombre minimum d’individus des deux sexes s’élève à 25. Il faut ajouter à ce décompte les restes d’un adulte et d’un enfant découverts dans le tumulus.

62Les connexions anatomiques se répartissent en 16 ensembles comportant des connexions partielles et des restes de squelettes plus ou moins complets. Les défunts ou leurs restes en partie décharnés étaient déposés dans la moitié sud, dans l’axe de l’entrée, et se superposaient en partie. Un espace de rangement d’ossements sur toute la hauteur du remplissage était situé contre le chevet. À la partie supérieure de ce rangement un atlas et un axis de bœuf en connexion installés sur quatre petites pierres pourraient se rapporter à une offrande de nourriture. Un autre amas d’ossements se situant contre les orthostates sud correspond à un deuxième rangement pour ménager un espace en vue d’une nouvelle inhumation. La zone nord de la chambre est quasiment vide d’ossements ; ce secteur correspondait probablement à une zone de circulation en vue d’introduire successivement de nouveaux sujets ou leurs restes et pour alimenter l’amas osseux contre le chevet. Du fait du déficit de petites pièces osseuses l’hypothèse d’apports de cadavres en partie décharnés est plausible. De même, le déficit d’autres parties de squelettes amène à penser que des prélèvements ont été effectués. La présence d’un crâne brûlé, isolé, signifie qu’un défunt a été brûlé à l’extérieur et son crâne intégré à la tombe. Dans l’hypothèse d’une manipulation plus complexe on peut imaginer que le crâne a été prélevé sur un défunt dans la chambre, brûlé à l’extérieur et redéposé dans la chambre.

63Nonobstant la petite surface de la chambre du Villard, du fait de la bonne conservation des ossements et du maintien de connexions anatomiques, des espaces spécialisés (Leclerc 1997) ou de circonstance ont pu être identifiés : espace de traitement (dépôts de cadavres ou de restes en partie décomposés au centre), espace de conservation des restes osseux après traitement (zone de rangement au chevet). Enfin, il faut ajouter quelques remarques sur l’offrande, sans doute de nourriture ou l’évoquant, composée d’un atlas et d’un axis de bœuf en connexion lâche. La disposition de ces deux vertèbres sur quatre pierres, elles-mêmes situées sur le sommet du rangement d’ossements du chevet, et plus précisément sur un os coxal, constitue « une véritable mise en scène » (cf. préface Duday, in Sauzade & Schmitt dir. 2020) qui donne vraisemblablement un caractère collectif à cette offrande et lui attribue une valeur fortement symbolique. Il semble par là qu’on soit ici au-delà de gestes d’ordre pragmatique et de simples groupements d’ossements évoqués plus haut pour faire de la place. Cette offrande disposée sur le sommet d’un empilement d’ossements est vraisemblablement un témoin de mémoire. Disloqués et désindividualisés, les os des morts conservés dans l’espace sépulcral ne sont pas pour autant oubliés des vivants (Blin & Chambon 2013).

64L’évolution des pratiques funéraires au sein d’un même sépulcre : Le dolmen de l’Ubac situé sur la commune de Goult (Sauzade et al. 2003, Bizot et al. 2004, Bizot & Sauzade dir. 2015, 2016), présente une superficie d’environ 3,50 m2. Le remplissage sépulcral s’étend sur un peu plus de 1 m de hauteur. Quarante-deux individus au minimum y ont été inhumés (Bizot & Sauzade dir. 2015). Les adultes des deux sexes y sont représentés à parts quasiment égales et les immatures de plus de deux ans ne présentent pas de déficit notoire. Quatre phases distinctes ont été identifiées. Lors de la première phase (3340-2920 cal. BC) les défunts furent placés en partie centrale puis, par la suite, déposés dans la moitié ouest. Les restes de squelettes conservés témoignent clairement d’un démantèlement actif des corps et de la volonté d’accumuler les ossements dans une partie bien précise du caveau. Au cours du déroulement de ces dépôts de défunts et d’accumulation d’ossements rangés parfois par taille et par catégories, il apparaît des zones débarrassées de tout reste humain et la permanence d’une zone vide au chevet. À cela s’ajoute un prélèvement de crânes. La division fonctionnelle de l’espace sépulcral ne fait pas de doute. Tous les indices accumulés imposent d’envisager des pratiques bien plus complexes où la gestion des ossements, sans être négligeables, n’est qu’une composante. Dans la deuxième phase (3000-2670 cal. BC), la répartition des restes esquisse nettement une bipartition de l’espace. Squelettes, segments anatomiques en connexion et os déplacés, séparés de la couche sous-jacente par un dallage partiel, sont concentrés dans la moitié orientale de la chambre tandis que peu de vestiges se situent dans la moitié opposée. L’examen des relevés par séquence montre clairement que le fonctionnement de la sépulture est nettement différent de celui de la première phase. En outre, dans cette moitié est, la répartition des défunts par classes de maturation fait apparaître des espaces spécifiques à chaque classe qui marquent une volonté de séparer les individus selon leur âge. La troisième phase (2880-2580 cal. BC) est marquée par quelques bouleversements dans la structure de la tombe, écroulement d’une partie de l’angle sud-ouest du mur en pierres sèches, apparition d’une niche volontaire ou accidentelle dans ce même mur, effondrement partiel de la deuxième dalle de couverture et accumulation de dalles dans la chambre. Seuls les membres inférieurs disjoints d’un individu, la moitié supérieure d’un autre et un nombre important d’ossements épars sont présents. Le profil ostéologique établi pour les adultes suggère l’introduction probable de corps très dégradés et les pièces osseuses les plus volumineuses semblent également avoir fait l’objet d’importants prélèvements. Au cours de cette phase les éléments encombrants, blocs et ossements, occupant le centre de la chambre ont été repoussés sans ménagements. La volonté de dégager un espace et sa finalité (groupement de crânes) ne fait guère de doute. Les gestes de déplacer et amasser convergent vers une rationalisation de l’espace séparant les corps nouvellement déposés des restes accumulés mais pas seulement. En effet, cet aspect fonctionnel n’explique pas la permanence d’un espace laissé vacant qui conduit à envisager d’autres intentions d’ordre culturel (Bizot & Sauzade dir. 2015). Enfin, la quatrième phase (2900-2630 cal. BC) correspond à des dépôts funéraires après le colmatage intégral de la chambre. Il s’agit donc d’un changement total de fonctionnement, puisque les dépôts funéraires sont introduits verticalement et non de plain-pied. Par ailleurs, s’il semble que le basculement à l’intérieur de la chambre de l’angle sud-est de la deuxième dalle de couverture se soit produit accidentellement lors de l’effondrement d’une partie des assises du mur sud, le déplacement de la troisième dalle vers le couloir résulte d’une action volontaire afin de ménager un petit espace sépulcral. L’analyse des dépôts anthropologiques fait état de restes très incomplets de trois individus. La cohérence générale des parties conservées d’un défunt laisse supposer qu’il s’agit, sinon d’une inhumation primaire, du moins d’un sujet déposé dans un état de décomposition avancée. Les restes très incomplets d’un enfant ont gardé leur position anatomique mais leur organisation ne permet pas d’affirmer qu’il s’agit d’un dépôt primaire. Il n’est conservé du troisième individu que la jambe gauche. À la fin de ces dépôts funéraires l’espace entre les deux dalles de couverture a été comblé par des pierres et des blocs. La phase 4 clôture les cycles de gestion funéraire interrompus par des évènements naturels extérieurs (sédimentation et colmatage de la chambre).

65Les espaces vides observés dans les trois premières phases ne se situent pas toujours dans les mêmes secteurs de la chambre. Il y a lieu de s’interroger sur la fonction de ces espaces. Ils contrastent avec les zones de dépôts funéraires et celles où sont entassés les ossements et font ressortir les aspects contradictoires observés entre la nécessité de faire de la place dans cette tombe à espace restreint et du maintien de secteurs vides d’ossements. Il paraît donc légitime d’avancer l’hypothèse de la présence d’espaces vides réservés à des dépôts cérémoniels (Leclerc 1997).

66Des séquences funéraires bien séparées : L’hypogée des Crottes situé sur la commune de Roaix (Courtin 1974, Sauzade 1983, Chambon 2003, Sauzade et al. 2018), cette tombe devait couvrir à l’origine une superficie de 40 à 50 m2 avant sa dégradation. Elle comporte 4 couches dont 2 couches d’inhumation, C2 et C5, séparées par une couche stérile, C3, et une couche C4 témoignant d’une occupation domestique temporaire. La couche 2, datée récemment (2840-2460 cal. BC), couvrait moins de 11 m2 de surface alors que la couche 5 (3340-2930 cal. BC) dépassait 20 m2. Le mobilier accompagnant les morts se compose principalement de petits vases et de longues armatures de flèches foliacées bifaciales à retouches couvrantes. Le décompte des fémurs droits, fait état d’un nombre minimum d’individus des deux sexes et d’immatures de 136 sujets alors que la surface restante de cette couche ne couvrait qu’un tiers de ce qu’elle était à l’origine (Chambon 2003). Une cinquantaine de squelettes sont entiers, les connexions partielles sont nombreuses, les ossements disloqués sont peu nombreux. Un groupement d’une cinquantaine de crânes était situé contre l’angle nord-est de la tombe. Un feu violent a été allumé au centre après l’introduction des derniers défunts provoquant ainsi l’effondrement d’une partie de la voûte. De nombreux ossements sont brûlés et la face inférieure des blocs de la voûte effondrée porte des traces de rubéfaction. Les squelettes étaient alignés contre les parois ou, tout au moins, disposés souvent parallèlement les uns aux autres en position dorsale allongée. Les connexions partielles situées sous les corps complets suggèrent des prélèvements. Les sujets restés en parfaite connexion alors qu’ils se superposaient, témoignent d’inhumations simultanées ou quasi simultanées. La présence de connexions partielles atteste également la présence de dépôts successifs. La couche 2 aurait donc fonctionné un temps comme sépulture collective (dépôts successifs) et un autre comme sépulture multiple (dépôts simultanés). La couche 5 ne comporte qu’un gril costal, susceptible de témoigner d’une inhumation primaire, et des connexions partielles. Plusieurs segments de membres inférieurs attestent la position repliée des squelettes avant d’être disloqués. Dans cette couche également, plus d’une dizaine de crânes sont disposés contre les parois. Le mobilier est essentiellement représenté par des éléments très variés de parure, des armatures de flèches lancéolées bifaces, losangiques ou sub-losangiques à face plane, d’armatures tranchantes, de grandes lames et d’un poignard à soie préalablement poli à retouches parallèles.

67Malgré l’accident démographique probable à l’origine d’un nombre important de dépôts simultanés ou très proches dans le temps dans la couche 2, l’hypogée de Roaix ne semble pas devoir perdre son statut de sépulture collective du fait de la présence d’inhumations successives dans les deux couches. Plusieurs points soulignent l’importance de cette sépulture. Le premier concerne la séparation stratigraphique (0,70 m d’épaisseur) qui isolait les couches 2 et 5. Cette épaisseur stratigraphique a isolé et protégé le mobilier des deux couches contre les perturbations et les mélanges alors que dans la quasi-totalité des sépultures les occupations se succèdent sans espaces de séparation. Il en découle une meilleure approche des caractères évolutifs entre les mobiliers des deux couches (Sauzade 2011). De surcroît, phénomène rare dans les sépultures provençales, la présence abondante de céramiques dans les hypogées permet, sur le plan culturel, d’associer (le groupe du Nord Vaucluse ; Sauzade 1990, 2011) à des productions céramiques issues des habitats (groupe d’Allan).

Les sépultures provençales dans le temps long

68Tous les chercheurs de la période s’accordent pour reconnaître que l’étude des sépultures collectives est complexe. S’il nous est permis de prendre à notre compte la métaphore de l’écheveau et de ses fils embrouillés nous sommes à même de donner une image de la difficulté pour appréhender toutes les modalités inhérentes aux sépultures collectives. Et encore, cette métaphore ne donne pas l’image du temps écoulé. Les sépultures collectives présentent de nombreuses variantes tout en obéissant à des règles codifiées. Ces diverses variantes de traitement des défunts telles les inhumations et les crémations par exemple qui différencient les pratiques funéraires ne doivent pas être confondus avec les étapes de fonctionnement d’une même sépulture comme le démantèlement des squelettes et la conservation de leurs ossements (Leclerc 1999, Blin & Chambon 2013). La longévité de cette permanence des règles est surprenante, près de 1500 ans, qui correspondent à la durée du Néolithique final. Les préhistoriens ont adapté la terminologie et réservé la définition de sépulture collective à celle qui correspond à des dépôts successifs par opposition aux sépultures multiples s’appliquant à des dépôts simultanés, pour aider à la réflexion et répondre aux besoins d’une classification. Les caractéristiques typologiques du mobilier (Sauzade 2011) et les récentes datations radiocarbone (Sauzade et al. 2018) sont une aide précieuse pour étudier les règles de gestion dans la durée avant d’aborder les questions touchant à l’évolution des pratiques et la question des architectures nouvelles.

Permanence des caractères liés à la structuration de l’espace et à la codification des règles de fonctionnement dans les sépultures collectives

69Dans tous les exemples développés ci-dessus, avec certaines restrictions en ce qui concerne la grotte des Aiguilles et l’abri de la Madeleine, ressortent les caractères liés à la structuration de l’espace qui s’appliquent dans la durée aux principales architectures funéraires collectives. Ces propriétés affectent principalement les surfaces (exiguïté), les volumes (vides et clos), les systèmes de fermeture (porte, mur), les espaces de circulation autorisant des accès répétés et les espaces cérémoniels. La voûte des grottes et des hypogées, la dalle de couverture des dolmens et la voûte ainsi que les murs en pierres sèches des abris et les murs de blocage des entrées de grotte ou les dalles de fermeture des dolmens sont les éléments naturels ou bâtis en vue d’un fonctionnement de plain-pied de ces sépultures.

70Le traitement des défunts est soumis aux conditions dictées par l’exiguïté des espaces. Désagrégation des corps après leur dépôt, désarticulation des squelettes et rangements des ossements, prélèvements d’ossements (vidanges ?) ou apports incomplets des dépouilles en décomposition et apports secondaires d’ossements issus d’une crémation. Ces propriétés relevées dans les sépultures provençales se retrouvent dans tous les contextes funéraires collectifs de l’Europe de l’Ouest.

71Les mêmes principes de structuration des espaces et de fonctionnement apparaissent dès le début du Néolithique final. Le Villard, daté du Néolithique final 3 (Campaniforme), est le seul exemple de persistance de ces pratiques, dans une sépulture collective provençale de cette période, communément attachées à celles du premier Néolithique final : espace exigu et clos, présence d’une dalle de fermeture, espace réservé aux dépôts des défunts ou de leurs restes en partie décharnés, prélèvements d’os, apport d’ossement (crâne brûlé), espace de rangement et vraisemblablement espace de circulation. De la « mise en scène », qu’illustrent les deux vertèbres de bœuf en connexion disposées sur quatre pierres au-dessus du rangement d’os situé au chevet, émane la dimension symbolique d’une offrande sans doute en direction des morts désindividualisés du sépulcre et de leur mémoire (Blin & Chambon 2013) et non dévolue à un individu en particulier. Cette permanence des mêmes pratiques à la fin du Néolithique final répond donc de façon affirmative à l’interrogation de Jean Leclerc sur la survivance de la culture traditionnelle (« …des sépulcres pour l’éternité… » ; Leclerc 1999 : 39)

Les indices d’évolution des pratiques funéraires dans les architectures traditionnelles

72La distribution verticale de dépôts funéraires successifs comme à l’aven de Gage à Allauch (Courtin & Puech 1963) ou aux dolmens de San Sébastien 2 à Plan-de-la-Tour (Sauzade et al. 1988a), de Villevieille à Demandolx et des Cudières 1 à Jouques (Sauzade 2012) accompagnés de leur recouvrement de pierres est une variante des inhumations effectuées en milieux clos et vides. C’est une pratique sans doute encore marginale au sein des premières sépultures collectives. Elle va se généraliser par la suite avec l’apparition de nouvelles architectures funéraires. Ces recouvrements de pierres ne doivent pas être confondus avec des procédures de condamnation. Ils sont effectués au fur et à mesure des inhumations. Dans les dolmens, ce fonctionnement s’exerce dans une architecture qui garde tous ses attributs incluant entrées et couloirs, la dalle de couverture en moins. On est donc en présence d’architectures traditionnelles où s’exerce un autre type de Fonctionnement (Sauzade & Schmitt dir. 2020).

73Les occupations se rapportent au Néolithique final 3 à l’abri de la Madeleine et à la grotte du Stade. Les caractères morphologiques de ces cavités, la non structuration de leur espace où un fonctionnement différent de celui en vigueur dans les premières périodes du Néolithique final sont des indices de changements dans les pratiques funéraires.

74En conclusion, les cas examinés ci-dessus révèlent donc que d’autres pratiques de fonctionnement (fonctionnement vertical) sont observées dans des architectures traditionnelles dès la phase ancienne du Néolithique final, que des pratiques de gestion traditionnelle se maintiennent jusqu’à des périodes récentes du Néolithique final (dolmen du Villard) et que, vers la même période, les dépôts funéraires, dispersés sans ménagements ou étalés dans un espace non confiné, ne sont plus soumis aux mêmes règles de codification des gestes et ne semblent plus se soumettre à la même idéologie (La Madeleine, grotte du Stade).

Les nouvelles architectures

75Les nouvelles architectures constituent le terme de l’évolution des tombes funéraires collectives provençales. Une quinzaine de tombes en blocs et trois coffres ont été recensés dans le département des Alpes-Maritimes. L’exiguïté extrême de ces tombes implique une gestion rationnelle de l’espace. Le processus de désintégration des corps ou de leurs restes en partie décharnés s’opère dans un espace ne dépassant pas parfois 1 m2 (Sauzade 1998 : 320). Ce sont des architectures simples à fonctionnement vertical tendant à une économie de moyen et de temps considérable dans leur réalisation par rapport à celle des dolmens. La question se pose cependant de leur durée d’utilisation en regard d’un espace aussi réduit. Des prélèvements réguliers d’os étaient-ils effectués ? La plupart de ces tombes ont été utilisées pendant le Néolithique final 3 et le Bronze ancien. Dans une au moins, la tombe en blocs 2 de Canaux, le mobilier indique qu’elle a été utilisée dès le Néolithique final 1/2 et a perduré jusqu’au Néolithique final 3. D’après les restes osseux et les dents, le nombre d’individus inhumés était élevé, 20 à 25 individus selon le fouilleur (Bottin 1896). Il en va de même de la tombe campaniforme de la Colette à Escragnolles qui renfermait les restes d’une trentaine d’individus selon M. Chiris (Courtin 1974). Cette évaluation paraît surestimée mais indique tout au moins qu’il s’agit de sépultures collectives. En général, la documentation indique que la plupart de ces tombes ne contenait que peu d’ossements soit parce qu’elles avaient été pillées auparavant, soit parce que peu d’individus y avaient été inhumés. Lors des fouilles du coffre avec parois en dalles (petit dolmen sans couloir ni accès de plain-pied) du Puits des 4 points à Bauduen, Var, effectuées en 1990, nous avons mis au jour les restes osseux d’au moins trois individus dépourvus de connexions anatomiques auxquels était associé un mobilier se rattachant au Néolithique final 3 (Sauzade 1998 : 321). Ces architectures « minimalistes » aptes à recevoir des dépôts successifs ont pu sans doute être pensées en fonction de dépôts à venir (Leclerc 1999 : 29) mais vraisemblablement pour n’y accueillir qu’un nombre restreint d’individus.

76Les tumulus provençaux du Néolithique final et de l’âge du Bronze sont de taille modeste et paraissent obéir à une tout autre logique de fonctionnement. Ils représentent la forme la plus simple des architectures funéraires bâties de la fin du Néolithique final et du Bronze ancien. Contrairement à celle des coffres et des tombes en blocs, leur architecture non structurée ou peu structurée ne semble pas destinée à accueillir plusieurs individus même si par la suite d’autres inhumations y ont été ajoutées. Des exemples montrent que dans ces cas la cellule originelle du premier dépôt a été démantelée (Vésignié 1935, Sauzade & Schmitt dir. 2020).

Conclusions

77Le mégalithisme provençal fait partie de la grande famille des dolmens à couloir couvrant les petits Causses languedociens et la Provence dont les entrées sont majoritairement orientées à l’ouest ou au sud-ouest. Par ses caractéristiques architecturales les monuments provençaux s’intègrent au groupe des dolmens bas rhodaniens, aussi présents en Languedoc, qui se démarque des autres types d’architectures mégalithiques languedociennes et caussenardes. Certaines caractéristiques architecturales, au sein de ce groupe, font des dolmens provençaux, bien que minoritaires, un groupe original à part. Un ensemble d’éléments liés à leur type d’architecture, à un mobilier commun à toutes les catégories de tombes collectives provençales, à la façon dont s’est propagé ce mégalithisme funéraire à travers les territoires et sa coexistence parfois avec les sépultures en grottes, plaide pour l’hypothèse de la réalisation de ces tombes par les populations locales à partir d’une idéologie extérieure à la Provence. L’exclusion de ce mode d’architecture funéraire dans certains secteurs provençaux serait donc avant tout, le fait que ce mouvement n’aurait pas eu l’impact nécessaire pour s’imposer partout auprès des populations autochtones.

78L’opportunité de creuser des grottes artificielles dans des formations calcaires tendres est à l’origine de la présence des hypogées de type vauclusien et drômois. La carte fait nettement ressortir l’isolement de ces tombes dans ce secteur situé au nord-ouest du Vaucluse. Le nombre très important d’individus inhumés dans ces tombes, plus de 300 parfois, les distingue des autres types. L’intégralité souvent préservée des squelettes et l’abondance du mobilier qui leur est associé plaident pour l’hypothèse du maintien de l’identité des défunts. C’est l’inverse de ce qui a lieu dans les systèmes de gestion, communs aux autres catégories de sépultures collectives, dont le but principal est la prolongation de la durée du sépulcre. Bien que le mobilier semble avoir des affectations plus individuelles dans les hypogées, ses caractéristiques sont communes à tous les types de tombes.

79La documentation livre des informations minimales sur la morphologie des cavités naturelles choisies pour leurs caractéristiques liées à l’exiguïté de leur surface, la pratique de la crémation, les groupements de crânes et les aménagements internes dans certains dolmens et grottes. Quelques exemples fournissent des informations plus détaillées sur les pratiques funéraires allant des procédés de fonctionnement relativement simples à des systèmes plus élaborés et plus complexes où peuvent être perçues différentes phases de la gestion des dépôts funéraires en espace confiné.

80Le mode collectif d’inhumation a été utilisé pendant plus d’un millénaire et demi. Grâce à la datation des sépultures par le mobilier et la méthode de datation radiocarbone, une périodisation des occupations dans certaines sépultures collectives a pu être établie. C’est ainsi que différentes modalités de gestion ont été observées dans les sépultures collectives : gestions différentes dans des tombes se rattachant aux premières périodes du Néolithique final, permanence ou dégradation des caractères traditionnels de gestion dans les sépultures de la fin du Néolithique final.

81En fin de période, dans les Alpes méridionales des constructions mégalithiques ont vraisemblablement été encore réalisées pour y accueillir des sépultures collectives et dans le département des Alpes-Maritimes pour y déposer des sépultures plurielles ou individuelles. À cette même période également, apparaissent localement de nouvelles architectures, tombes en blocs, coffres, dont la surface exiguë tend vraisemblablement à y affecter un plus petit nombre d’individus. Parmi ces nouvelles catégories de tombes, les tumulus, bien que peu nombreux au Néolithique final 3 et au Bronze ancien, prennent une place à part puisque leur architecture non structurée (ou peu) ne semble conçue que pour un seul individu même si d’autres dépôts funéraires y sont ajoutés par la suite. Ces nouvelles architectures constituent ainsi le terme de l’évolution des tombes funéraires collectives provençales et, également, les prémices du retour généralisé à la pratique individuelle d’inhumation.

Haut de page

Bibliographie

Arnal 1963, ARNAL J., Les dolmens du département de l'Hérault, Paris, Presses universitaires de France, 1963, 239 p. (Préhistoire ; 15).

de Beaulieu 2013, BEAULIEU J.-L. de, Les séquences des Frignants, d’Augery et du Pont Noir, in: Encyclopédie de la Camargue, Blondel J., Barruol G., Vianet R. (dir.), Paris, Buchet-Chastel, 2013, p. 69-70.

Bizot et al. 2004, BIZOT B., MICHEL J., SAUZADE G., Dépôts funéraires et sédimentation dans le dolmen de l'Ubac à Goult, in: Vaucluse préhistorique : le territoire, les hommes, les cultures et les sites, Buisson-Catil J., Guilcher A., Hussy C. et al. (dir.), Le Pontet, Barthélémy, 2004, p. 238-244.

Bizot & Sauzade 2015, BIZOT B., SAUZADE G. Eds., Le dolmen de l’Ubac à Goult (Vaucluse) : archéologie, environnement et évolution des gestes funéraires dans un contexte stratifié, Paris, Société préhistorique française, 2015, 248 p. (Mémoire de la Société préhistorique française ; 61).

Bizot & Sauzade 2016, BIZOT B., SAUZADE G., Éléments sur l'utilisation de l'espace dans la chambre funéraire du dolmen de l'Ubac à Goult (Vaucluse, France) = Elements on the use of the area in the funeral chamber of the Ubac dolmen in Goult (Vaucluse, France), in: Fonctions, utilisations et représentations de l’espace dans les sépultures monumentales du Néolithique européen, Robin G., Bailly M., D'Anna A. et al. (dir.), Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2016, p. 17-34 (Préhistoires de la Méditerranée).

Blanc 1873, BLANC E., Mémoire sur un tumulus de l’âge du Bronze : situé aux plans de Nôve (près Vence), Mémoire de la Société des Sciences Naturelles des Lettres et des Beaux-Arts de Cannes et de l’Arrondissement de Grasse, 1873, 3, p. 268-292.

Blin & Chambon 2013, BLIN A., CHAMBON P., Du cadavre à l'oubli : désindividualisation et déshumanisation des restes dans les sépultures collectives néolithiques, Nouvelles de l'Archéologie, 2013, 132 "Une archéologie des temps funéraires ? Hommage à Jean Leclerc", p. 65-70.

Borréani & Berre 2009, BORRÉANI M., BERRE M. Eds., Chemin Féraud, Saint-Maximin, Toulon / Aix-en-Provence, Service départemental du Var / Service régional de l'archéologie, 2009, 38 p. (Rapport de diagnostic archéologique).

Bottin 1886, BOTTIN C., Mémoire sur dix tombes de l'époque préhistorique à Saint Vallier, Annales de la Société des Lettres, Sciences et Arts des Alpes-Maritimes, 1886, 10, p. 426-442.

Bottin 1896, BOTTIN C., Sépultures sous tumulus à Canneaux, Andon, (Alpes-Maritimes), Revue mensuelle de l'Ecole d'Anthropologie de Paris, 1896, 7, p. 223-225.

Boulestin 2019, BOULESTIN B., Faut-il en finir avec la sépulture collective (et sinon qu'en faire) ?, Bulletin de la Société préhistorique française, 2019, 116, 4, p. 705-723.

Bouville & Müller 1987, BOUVILLE C.P., MÜLLER A., Valensole, hypogée du Val de Fer, Notes d’information et de liaison, 1987, 4, p. 24-25.

Calvet 1969, CALVET A., Les abris sous roche de Saint-Mitre à Reillanne (Basses-Alpes), Manosque, Maison des Jeunes et de la Culture de Manosque / Groupe d’Archéologie préhistorique, 1969, 113 p.

Catelan & Catelan 1915, CATELAN A., CATELAN L., Cimetière énéolithique du Perpétairi à Mollans (Drôme), in: Association Française pour l'Avancement des Sciences. Compte rendu de la 43ème session, Le Havre 1914, Paris, Au secrétariat de l'association, 1915, p. 673-676.

Catelan & Catelan 1920, CATELAN A., CATELAN L., La grotte sépulcrale de Cost aux Buis-les-Baronnies, Bulletin de la Société départementale d’Archéologie et de Statistique de la Drôme, 1920, 47, p. 276-278.

Cauliez 2011, CAULIEZ J., Restitution des aires culturelles au Néolithique final dans le sud-est de la France. Dynamiques de formation et d'évolution de styles céramiques, Gallia Préhistoire, 2011, 53, p. 85-202.

Cazalis de Fondouce 1873, CAZALIS DE FONDOUCE P., Les temps préhistoriques dans le Sud-est de la France : allées couvertes de la Provence (premier mémoire), Montpellier, Académie des sciences et lettres de Montpellier, 1873, 32 p. (Mémoires de la Section des lettres ; 8).

Cazalis de Fondouce 1878, CAZALIS DE FONDOUCE P., Les temps préhistoriques dans le Sud-est de la France : allées couvertes de la Provence (second mémoire), Paris / Montpellier, A. Delaye / Académie des sciences et lettres de Montpellier, 1878, 78 p.

Chambon 2000, CHAMBON P., Les pratiques funéraires dans les tombes collectives de la France néolithique, Bulletin de la Société préhistorique française, 2000, 97, 2, p. 265-274.

Chambon 2003, CHAMBON P., Les morts dans les sépultures collectives néolithiques en France : du cadavre aux restes ultimes, Paris, Éditions du CNRS, 2003, 395 p. (Gallia Préhistoire. Supplément ; 35).

Chambon 2008, CHAMBON P., Les rangements dans les sépultures collectives néolithiques, une utopie archéologique ?, in: Archéologies de Provence et d'ailleurs : mélanges offerts à Gaëtan Congès et Gérard Sauzade, Brochier J.É., Guilcher A., Pagni M. (dir.), Aix-en-Provence, Association Provence Archéologie, 2008, p. 87-94 (Bulletin archéologique de Provence - Supplément ; 5).

Chevalier 1984, CHEVALIER Y., L'architecture des dolmens entre Languedoc et Centre-Ouest de la France, Bonn, Habelt, 1984, 287 p. (Saarbrücker Beiträge zur Altertumskunde ; 44).

Colomer 1979, COLOMER A., Les Grottes sépulcrales artificielles en Languedoc oriental, Toulouse, Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales, 1979, 117 p. (Archives d'Ecologie préhistorique ; 4).

Cotte 1924, COTTE V., Documents sur la préhistoire de Provence. Quatrième partie : sépultures et monuments mégalithiques des âges de la pierre polie, du Bronze et du Fer, Aix-en-Provence, Dragon, 1924, 170 p.

Courtin 1961, COURTIN J., La sépulture chalcolithique du Perpétairi à Mollans (Drôme), Gallia Préhistoire, 1961, 4, p. 192-205.

Courtin & Puech 1961, COURTIN J., PUECH H., Une nouvelle grotte sépulcrale : l'Aven de Gage, à Allauch (Bouches-du-Rhône), Gallia Préhistoire, 1961, 3, p. 150-160.

Courtin 1962, COURTIN J., Les dolmens à couloir de Provence orientale, L'Anthropologie (Paris), 1962, 66, 3-4, p. 269-278.

Courtin 1974, COURTIN J., Le Néolithique de la Provence, Paris, Société préhistorique française, 1974, 360 p. (Mémoire ; 11).

D'Anna 1995, D'ANNA A., La fin du Néolithique dans le sud-est de la France, in: L'Homme méditerranéen, Chenorkian R. (dir.), Aix-en-Provence, Université de Provence, 1995, p. 299-334.

Desor 1882, DESOR E., La caverne à ossements de Peyménade, Annales de la Société des Lettres, Sciences et Arts des Alpes-Maritimes, 1882, 8, p. 81-.

Devriendt 2004, DEVRIENDT W., Les hypogées vauclusiens : vers une meilleure connaissance de la population du Néolithique final, in: Vaucluse préhistorique : le territoire, les hommes, les cultures et les sites, Buisson-Catil J., Guilcher A., Hussy C. et al. (dir.), Le Pontet, Barthélémy, 2004, p. 245-250 (Ministère de la Culture et de la Communication / Direction régionale des Affaires culturelles de Provence-Alpes-Côte d'Azur).

Devriendt et al. 2005, DEVRIENDT W., SAUZADE G., ARDAGNA Y., THOMANN A., ADALIAN P., SIGNOLI M., Etude anthropologique d'une sépulture collective du Néolithique final et de l'Age du bronze : la Baume Obscure (Tourettes-sur-Loup, Alpes-Maritimes), in: L'homme et ses images : mesures, représentations, constructions : actes du XXVème Colloque du GALF, Marseille 2001, Ardagna Y., Boëtsch G., Dutour O. et al. (dir.), Marseille, Centre national de la recherche scientifique (France). Unité mixte de recherche 6578, 2005, p. 339-344.

Duday 1987, DUDAY H., Organisation et fonctionnement d'une sépulture collective néolithique. L'aven de la Boucle à Corconne (Gard), in: Anthropologie physique et archéologie, Duday H., Masset C. (dir.), Paris, Cnrs, 1987, p. 89-104 (Actes du Colloque de Toulouse, novembre 1982).

Gagnière & Germand 1942, GAGNIÈRE S., GERMAND L., La grotte sépulcrale de la Lave à Saint-Saturnin- d’Apt (Vaucluse), Cahiers de pratique médico-chirurgicale, 1942, 15, p. 1-40.

Gatto 2007, GATTO E., La crémation parmi les pratiques funéraires du Néolithique récent-final en France : méthodes d'étude et analyse de sites, Bulletins et Mémoires de la Société d'Anthropologie de Paris, 2007, 19, 3-4, p. 195-220.

Goby 1906, GOBY P., Nouvelles recherches sur la grotte sépulcrale préhistorique du Pilon-de-Magagnosc, près Grasse (Alpes-Maritimes), in: Association Française pour l'Avancement des Sciences. Compte rendu de la 34ème session, Cherbourg 1905, Paris, Au secrétariat de l'association, 1906, p. 682-686.

Goby 1907, GOBY P., Sur deux grottes sépulcrales préhistoriques des environs de Vence (Alpes-Maritimes), in: Congrès international d' anthropologie et d' archéologie préhistoriques : compte rendu de la treizième session , Monaco 1906, Monaco, Imprimerie de Monaco, 1907, p. 165-172.

Hasler et al. 1998, HASLER A., CHEVILLOT P., COLLET H., DURAND C., RENAULT S., RICHIER A., La nécropole tumulaire néolithique de Château Blanc (Ventabren, Bouches-du-Rhône), in: Production et identité culturelle, D'Anna A., Binder D. (dir.), Antibes, APDCA, 1998, p. 403-414 (Rencontres méridionales de Préhistoire récente ; 2).

Hasler et al. 2002, HASLER A., COLLET H., DURAND C., CHEVILLOT P., RENAULT S., RICHIER A., Fiche n° 22 - Ventabren - Château Blanc. Une nécropole tumulaire néolithique, in: Archéologie du TGV Méditerranée : fiches de synthèse - Tome 1 - La préhistoire, Lattes, Association pour la recherche archéologique en Languedoc oriental, 2002, p. 227-238 (Monographies d'archéologie méditerranéenne ; 8).

Jorda 1991, JORDA M., Un milieu naturel montagnard et des hommes : lectures du paysage haut-alpin, in: Archéologie dans les Hautes-Alpes, Barruol A. (dir.), Gap, Louis Jean, 1991, p. 33-52.

Leclerc 1985, LECLERC J., Les monuments mégalithiques d’Europe : rentabilité et gigantisme, Communications : Ecole des hautes études en sciences sociales - Centre d'études transdisciplinaires (sociologie, anthropologie, politique), 1985, 42, p. 13-26.

Leclerc & Tarrête 1988, LECLERC J., TARRÊTE J., Sépulture, in: Dictionnaire de la Préhistoire, Leroi-Gourhan A. (dir.), Paris, Presses Universitaires de France, 1988, p. 963-964.

Leclerc 1997, LECLERC J., Analyse spatiale des sites funéraires néolithiques, in: Espaces physiques, espaces sociaux dans l'analyse interne des sites du Néolithique à l'Age du fer, Auxiette G., Hachem L., Robert B. (dir.), Paris, Comité des Travaux historiques et scientifiques - Section de Préhistoire et de Protohistoire, 1997, p. 397-406 (Actes du Colloque "L'analyse spatiale des sites du Néolithique à l'Age du fer").

Leclerc 1999, LECLERC J., Un phénomène associé au mégalithisme : les sépultures collectives, in: Mégalithismes de l'Atlantique à l'Ethiopie, Guilaine J. (dir.), Paris, Errance, 1999, p. 23-40 (Collection des Hespérides).

Lemercier 2004, LEMERCIER O., Les Campaniformes dans le Sud-Est de la France, Lattes, Association pour la recherche archéologique en Languedoc oriental, 2004, 515 p. (Monographies d'archéologie méditerranéenne ; 18).

Lemercier 2010, LEMERCIER O., Les Juilléras (Mondragon, Vaucluse) au quatrième millénaire, in: 4e millénaire : la transition du Néolithique moyen au Néolithique final dans le Sud-Est de la France et les régions voisines, Lemercier O., Furestier R., Blaise E. (dir.), Lattes, Association pour le Développement de l'Archéologie en Languedoc-Roussillon, 2010, p. 115-126 (Monographies d'Archéologie méditerranéenne ; 27).

Lemercier et al. 2011, LEMERCIER O., FURESTIER R., MÜLLER A., BLAISE E., BOUVILLE C.P., CONVERTINI F., La sépulture individuelle campaniforme de La Fare, Forcalquier (Alpes-de-Haute-Provence), in: Les sépultures individuelles campaniformes en France, Salanova L., Tchérémissinoff Y. (dir.), Paris, CNRS Éditions, 2011, p. 145-159 (Gallia Préhistoire. Supplément ; 41).

Mahieu 1984, MAHIEU E., Etude anthropologique d’un hypogée vauclusien chalcolithique, Université de Reims-Champagne-Ardenne, 1984, Thèse de doctorat : Anthropologie, 2 vol., 310 p.

Mahieu 1989, MAHIEU E., L'Hypogée des Boileau, Sarrians (Vaucluse), Marseille, E.P.A., 1989, 20 p. (Etudes et prospectives archéologiques).

Mahieu 2000, MAHIEU E., L'hypogée des Boileau (Vaucluse, France). Organisation, fonctionnement, comparaisons, in: L'ipogeismo nel Mediterraneo : origini, sviluppo, quadri culturali, Melis M.G. (dir.), Sassari, Università degli Studi - Facoltà di Lettere e Filosofia, 2000, p. 591-606.

Michel 2008, MICHEL J., Le dolmen de Villevieille à Demandolx (Alpes-de-Haute-Provence) : gestion d’une sépulture collective néolithique, in: Archéologies de Provence et d'ailleurs : mélanges offerts à Gaëtan Congès et Gérard Sauzade, Brochier J.É., Guilcher A., Pagni M. (dir.), Aix-en-Provence, Association Provence Archéologie, 2008, p. 187-204 (Bulletin archéologique de Provence - Supplément ; 5).

Mocci et al. 2013, MOCCI F., TALON B., TZORTZIS S., WALSH K., DEFRASNE C., DUMAS V., Sauvage, le paysage ?, in: Parc national des Ecrins : des natures et des hommes, Musée dauphinois (Grenoble) (dir.), Grenoble, Glénat, 2013, p. 48-51 (L'Alpe ; 61).

Müller & Sauzade 1996, MÜLLER A., SAUZADE G. Eds., Sauvetage urgent : dolmen des Blaquières, Vence, Alpes-Maritimes, s.l., s.n., 1996, 9 p. (Rapport de fouilles de sauvetage).

Muret 2005, MURET A. Ed., Le gisement archéologique du Col des Tourettes à Montmorin (Hautes-Alpes), Theix, Actilia Multimédia, 2005, 159 p.

Nicolas 1887, NICOLAS H., Recherches préhistoriques faites aux environs d’Avignon, in: Association Française pour l'Avancement des Sciences. Compte rendu de la 15ème session, Nancy 1886, Paris, Au secrétariat de l'association, 1887, p. 660-663.

Pellissier et al. 2008, PELLISSIER M., ALIX P., BIZOT B., BOUCETTA S., FOREST V., GASSIN B., GEORGES K., GILABERT C., GRATUZE B., LAZARD N., LÉA V., LEPÈRE C., MARTIN S., VERDIN P. Eds., Les Terres Longues à Trets (Bouches-du-Rhône), Aix-en-Provence, INRAP / Service régional de l'archéologie, 2008, 162 p. (Rapport final d’opération - fouilles préventive).

Remicourt et al. 2014, REMICOURT M., ANDRIEU-PONEL V., AUDIBERT C., BARADAT A., BATTENTIER J., BLAISE E., BONNARDIN S., CAVERNE J.-B., FERNANDES P., FURESTIER R., GIRARD B., LACHENAL T., LEPÈRE C., LOCATELLI C., MARTIN L., PARISOT N., PONEL P., POUSSET D., RUÉ M., SCHMITT A., SÉNÉPART I., THIRAULT E., Les occupations pré- et protohistoriques du Clos de Roque à Saint-Maximin-la-Sainte-Baume dans le Var, in: Chronologie de la préhistoire récente dans le sud de la France : acquis 1992-2012 - actualité de la recherche : actes des 10e Rencontres méridionales de Préhistoire récente, Porticcio (20) - 18 au 20 octobre 2012, Sénépart I., Leandri F., Cauliez J. et al. (dir.), Toulouse, Archives d'Ecologie préhistorique, 2014, p. 523-548.

Rolland 1933, ROLLAND H., Grottes sépulcrales des Alpilles à Saint-Rémy, Bulletin de la Société préhistorique française, 1933, 30, 6, p. 358-375.

Rolland 1938, ROLLAND H., Ossuaire de Romanin Saint-Rémy, Bulletin de la Société préhistorique française, 1938, 35, 12, p. 470-479.

Roudil & Bérard 1981, ROUDIL O., BÉRARD G., Les Sépultures mégalithiques du Var, Marseille / Paris, Centre régional de Publications / Centre national de la Recherche scientifique, 1981, 222 p.

Sargiano et al. 2010, SARGIANO J.-P., D'ANNA A., BRESSY C., CAULIEZ J., PELLISSIER M., PLISSON H., RENAULT S., RICHIER A., SIVAN O., CHAPON P., Les Arnajons (Le-Puy-Sainte-Réparade, Bouches-du-Rhône) : un nouveau dolmen dans le Sud-Est de la France = Les Arnajons (Le-Puy-Sainte-Réparade, Bouches-du-Rhône): a new long chambered tomb of south-east France, Préhistoires méditerranéennes, 2010, 1, p. 119-153.

Sauzade 1975, SAUZADE G., Le dolmen de Peicervier à Lorgues (Var) et les poignards à soie courte en silex poli du Midi de la France, Bulletin du Museum d'Histoire naturelle de Marseille, 1975, 35, p. 241-257.

Sauzade & Duday 1976, SAUZADE G., DUDAY H., L'abri de la Madeleine (Bédoin, Vaucluse), Bulletin du Musée d'Anthropologie préhistorique de Monaco, 1976, 20, p. 97-123.

Sauzade et al. 1977, SAUZADE G., COURTIN J., CHABAUD G., Le dolmen I de San-Sébastien, communes de Plan-de-la-Tour, Sainte-Maxime (Var), in: Congrès préhistorique de France. Compte Rendu de la 20ème session, Provence 1974, Paris, Société préhistorique française, 1977, p. 581-594.

Sauzade 1979, SAUZADE G., Les deux tombes du Prignon et les dolmens de Saint-Cézaire (A.M.), Bulletin archéologique de Provence, 1979, 4, 4, p. 15-34.

Sauzade et al. 1982, SAUZADE G., GELY B., HELMER D., La grotte sépulcrale du Plan des Vaches à Gémenos (Bouches-du-Rhône), Bulletin du Museum d'Histoire naturelle de Marseille, 1982, 42, p. 83-87.

Sauzade 1983, SAUZADE G., Les Sépultures du Vaucluse, du Néolithique à l'Age du Bronze, Paris, Laboratoire de Paléontologie humaine et de Préhistoire - Institutut de Paléontologie humaine, 1983, 251 p. (Etudes quaternaires ; 6).

Sauzade & Duday 1983, SAUZADE G., DUDAY H., L’abri de Sanguinouse, tombe collective du Chalcolithique ancien (commune de La Roque-sur-Pernes, Vaucluse), Congrès préhistorique de France. Compte Rendu de la 21ème session, Montauban-Cahors 1979, 1983, 2, p. 280-297.

Sauzade et al. 1987, SAUZADE G., COURTIN J., MAHIEU E., Le dolmen II de San Sébastien, communes de Plan-de-la-Tour et Ste-Maxime (Var) : réflexions sur les pratiques de l'inhumation dans les sépultures collectives provençales, Gallia Préhistoire, 1987, 30, p. 119-148.

Sauzade et al. 1988, SAUZADE G., COURTIN J., CHABAUD G., Le dolmen de la Haute Suane, (Grimaud-Sainte-Maxime) et la tombe circulaire en blocs de l’Amourié (Grimaud), Bulletin de la Société préhistorique française, 1988, 85, 5, p. 148-159.

Sauzade 1989, SAUZADE G., Le dolmen Gauttobry, commune de La Londe-Les-Maures, (Var), Bulletin archéologique de Provence, 1989, 18, p. 17-25.

Sauzade et al. 1990, SAUZADE G., CARRY A., CHAMBERT A., Un nouveau faciès du Néolithique final provençal : le groupe de Fraischamp : l’habitat de la Clairière à La Roque-sur-Pernes (Vaucluse), Gallia Préhistoire, 1990, 32, p. 151-178.

Sauzade 1990a, SAUZADE G., Les dolmens de Provence occidentale et la place de Fontvieille dans l’architecture mégalithique méridionale, in: Autour de Jean Arnal, Guilaine J., Gutherz X. (dir.), Montpellier, Recherches sur les premières communautés paysannes en Méditerranée occidentale / Laboratoire de paléobotanique - U.S.T.L., 1990a, p. 305-344.

Sauzade 1990b, SAUZADE G., Le dolmen de Villevieille à Demandolx, Alpes-de-Haute-Provence, in: Mégalithisme et société : table ronde CNRS des Sables d'Olonne (Vendée), 2-4 novembre 1987, Joussaume R. (dir.), La Roche-sur-Yon, Groupe vendéen d'études préhistoriques, 1990b, p. 68-69.

Sauzade 1991, SAUZADE G., Le mégalithisme dans les Alpes, in: Archéologie dans les Hautes-Alpes, Barruol A. (dir.), Gap, Louis Jean, 1991, p. 93-102.

Sauzade 1998, SAUZADE G., Les sépultures collectives provençales, in: La France des dolmens et des sépultures collectives (4500 - 2000 avant J.C.). Bilans documentaires régionaux, Soulier P. (dir.), Paris, Errance, 1998, p. 291-328 (Archéologie aujourd'hui).

Sauzade et al. 2003, SAUZADE G., BUISSON-CATIL J., BIZOT B., Le dolmen de l'Ubac et son environnement immédiat (Goult, Vaucluse), in: Temps et espaces culturels : du 6ème au 2ème millénaire en France du Sud, Gascó J., Gutherz X., Labriffe P.-A. de (dir.), Lattes, A.D.A.L., 2003, p. 335-346 (Monographies d'Archéologie méditerranéenne ; 15 / Rencontres méridionales de Préhistoire récente ; 4).

Sauzade 2011, SAUZADE G., Caractérisation chronoculturelle du mobilier funéraire en Provence au Néolithique final et au Bronze ancien : Évolution des rites funéraires liés à l’inhumation individuelle ou collective et distribution chronologique des sépultures, Préhistoires méditerranéennes, 2011, 2, p. 71-103.

Sauzade 2012, SAUZADE G., Offrandes, mobiliers et intentions perceptibles dans les sépultures provençales entre 3500 et 1800 ans av. J.-C., in: Sépultures collectives et mobiliers funéraires de la fin du Néolithique en Europe occidentale : Actes de la table ronde [...] "La fin du Néolithique en Europe de l'Ouest. Valeurs sociales et identitaires des dotations funéraires (3500 / 2000 av. n.è.)", Sohn M., Vaquer J. (dir.), Toulouse, Archives d'Ecologie Préhistorique, 2012, p. 177-212.

Sauzade et al. 2018, SAUZADE G., BIZOT B., SCHMITT A., La chronologie des ensembles funéraires du Néolithique final provençal. Proposition de sériation intégrant les contextes d’habitat, Préhistoires méditerranéennes, 2018, 6, mis en ligne le 21 décembre 2018, [en ligne] http://journals.openedition.org/pm/1566

Sauzade & Schmitt 2020, SAUZADE G., SCHMITT A. Eds., Le dolmen du Villard, Lauzet-Ubaye (04) et le contexte funéraire au Néolithique dans les Alpes méridionales : réflexions sur le mobilier et les pratiques funéraires au Campaniforme en Provence Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2020, 220 p. (Préhistoires de la Méditerranée).

Sohn 2008, SOHN M., Entre signe et symbole : les fonctions du mobilier dans les sépultures collectives d’Europe occidentale à la fin du Néolithique, in: La valeur fonctionnelle des objets sépulcraux : actes de la table ronde d'Aix-en-Provence, 25-27 octobre 2006, Bailly M., Plisson H. (dir.), Aix-en-Provence, Éditions APPAM, 2008, p. 53-71 (Préhistoire Anthropologie Méditerranéennes ; 14).

Sohn 2012, SOHN M., La hache et le poignard : représentations collectives et affichages individuels dans les sépultures collectives d’Europe occidentale à la fin du Néolithique, in: Sépultures collectives et mobiliers funéraires de la fin du Néolithique en Europe occidentale : Actes de la table ronde [...] "La fin du Néolithique en Europe de l'Ouest. Valeurs sociales et identitaires des dotations funéraires (3500 / 2000 av. n.è.)", Sohn M., Vaquer J. (dir.), Toulouse, Archives d'Ecologie Préhistorique, 2012, p. 159-176.

Vésignié 1904, VÉSIGNIÉ L., La grotte sépulcrale du Grapelet, Bulletin de la Société d'études des Hautes-Alpes, 1904, p. 331-.

Vésignié 1935, VÉSIGNIÉ L., La sépulture énéolithique de Ventavon, Bulletin de la Société préhistorique française, 1935, 32, 9, p. 448-452.

Vital 1999, VITAL J., Identification du Bronze moyen-récent en Provence et en Méditerranée nord-occidentale, Documents d'Archéologie méridionale, 1999, 22, p. 7-115.

Vital et al. 2012, VITAL J., CONVERTINI F., LEMERCIER O. Eds., Composantes culturelles et premières productions céramiques du Bronze ancien dans le sud-est de la France : résultats du projet collectif de recherche 1999-2009, Oxford, Archaeopress, 2012, 412 p., 1 CD annexes : vi + pp. 413-740 (British archaeological Reports - International Series ; 2446).

Walsh et al. 2005, WALSH K., MOCCI F., COURT-PICON M., TZORTZIS S., PALET MARTINEZ J.M., AVEC LA COLLABORATION DE, DUMAS V., PY V., SEGARD M., TALON B., Dynamique du peuplement et activités agro-pastorales durant l'âge du Bronze dans les massifs du Haut Champsaur et de l'Argentiérois (Hautes-Alpes), Documents d'Archéologie méridionale, 2005, 28, p. 25-44.

Haut de page

Notes

1 Cet inventaire comporte : 80 cavités naturelles sélectionnées, 110 dolmens, y compris les hypogées de Fontvieille, 8 hypogées de type vauclusien, 14 tombes en blocs, 3 coffres, 2 tombelles et 4 tombes à architecture indéterminée (Enco de Bote, le Logis de Nans, L’Ubac à Carpentras, le Val de Fer à Valensole, le Petit Barsan à Vaison-la-Romaine.

2 P. Temple, La préhistoire du département de l’Aveyron. Thèse de doctorat 1936.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Carte de répartition des grottes, dolmens et hypogées en Provence.
Légende B. Bizot.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/3049/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre 2. Carte de répartition des différents types de dolmens.
Légende B. Bizot.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/3049/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 8,3M
Titre Tabl. 1. Caractéristiques architecturales des dolmens à chambre allongée de Provence occidentale.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/3049/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Tabl. 2. Exemples d’architecture de dolmens à chambre carrée ou sur-carrée de Provence orientale.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/3049/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3M
Titre Tabl. 3. Attentions portées aux crânes en Provence : localisation au sein de l’espace.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/3049/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Sauzade, « Les sépultures collectives provençales dans le temps long »Préhistoires Méditerranéennes, 9.2 | -1, 137-163.

Référence électronique

Gérard Sauzade, « Les sépultures collectives provençales dans le temps long »Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 9.2 | 2021, mis en ligne le 07 décembre 2021, consulté le 24 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/pm/3049 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pm.3049

Haut de page

Auteur

Gérard Sauzade

gerard.j.sauzade@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search