Navigation – Plan du site

AccueilNouvelle série9.2Préface

Texte intégral

1Dans le bassin nord-occidental de la Méditerranée, la fin du Néolithique est marquée par l'émergence de nombreux groupes culturels et d’une multitude de faciès géographiques, caractérisés sur le plan funéraire, par la dimension collective de leurs sépultures. Ces dernières sont installées soit dans des milieux naturels (grottes, avens, abris) soit construites artificiellement (dolmens, hypogées, etc.). Si le substrat géologique induit la mise en place de certains types de monuments, dans les zones de forte densité de ces deux grands types de tombes (Grands Causses, Provence, Cévennes, etc.), l’environnement et le contexte géologique se prête à chacune de ces pratiques et ne saurait donc constituer un facteur discriminant unique. Ainsi, plusieurs questions se posent, tant sur le plan anthropologique, socio-culturel que structurel.

2Ces deux expressions funéraires sont-elles le reflet d’une appartenance culturelle distincte ou celui d’un statut social différent au sein d’une même communauté ? Un premier constat est qu’aucune différence ne semble transparaître dans le mobilier d’accompagnement, similaire dans les deux types de tombes. Toutefois, les rares études anthropologiques témoignent d’une sélection funéraire spécifique, qui n'inclut pas nécessairement toute la population. On peut alors se demander quelles étaient les conditions d’accès à telle ou telle tombe. Par ailleurs, le recrutement funéraire est-il le même dans les grottes et dans les dolmens ? En résumé, peut-on identifier des pratiques funéraires similaires ou distinctes selon le territoire, la chronologie et les types de monuments ?

3Les tombes mégalithiques sont des architectures monumentales qui ont nécessité un investissement collectif certain pour leur construction et leur fonctionnement. De même, les grottes exigent de lourds aménagements afin de faciliter leur accès, leur circulation interne et l’agencement de l’espace funéraire. Les utilisateurs des grottes sont-ils des constructeurs de mégalithes ? Et quels sont les indices archéologiques à notre disposition pour en discuter ?

4Une table ronde réunissant les acteurs de la recherche autour de ces questions (archéologues, spécialistes de l’architecture mégalithique ou du milieu souterrain, anthropologues biologiques et spécialistes des mobiliers) s’est tenue les 19 et 20 septembre 2019, à la MMSH d’Aix en Provence, dans une démarche pluridisciplinaire pour discuter de cette variabilité funéraire. Cette synthèse et ce premier état des lieux sur le sujet posent pour la première fois la question de la relation entre ces différents contextes funéraires, présentant pourtant des points communs évidents. Les travaux existants n’abordaient jusqu’alors que de manière exclusive l’un ou l’autre type de tombe.

5Ces journées ont été l’occasion, grâce aux dix communications présentées (complétées de l’introduction de Jean Guilaine et de la synthèse d’Henri Duday) et à la présence nombreuse de chercheurs de divers horizons, de dresser des bilans régionaux. Elles ont également permis d’initier de premières discussions autour de cette thématique notamment sur la question des aménagements construits en grotte rappelant les constructions mégalithiques, ou encore les différences observées dans le recrutement funéraire, ainsi qu’une réévaluation des assemblages mobiliers et leurs possibles représentations symboliques et/ou culturelles.

Mélie Leroy et Johanna Recchia-Quiniou
(Éditrices scientifiques)

Programme des journées

« Grottes et Dolmens : Relations entre les sépultures collectives

de la fin du Néolithique dans le Sud de la France »

6Jean Guilaine : Introduction
Mégalithes et grottes funéraires : cohabitation ? complémentarité ? exclusion ? Une histoire complexe.

7Éric Crubézy
Voir, cacher, sacraliser. Lieux de dépôts primaires, dolmens et grottes à crânes en Languedoc au Chalcolithique.

8Jean Vaquer
L’apport des dépôts de grandes lames et de poignards lithiques sur lames dans les sépultures collectives du Midi de la France.

9Patrice Courtaud, Patrice Dumontier, Delphine Linard, Pablo Marticorena
Relations entre les grottes et les dolmens des Pyrénées occidentales.

  • 1 Pour la publication ces deux communications ont été réunies en un seul article Melie Le Roy, Johan (...)

10Mélie Le Roy1
Qui est enterré ici ? Approche multidisciplinaire concernant les sépultures en grotte et en dolmen à la fin du Néolithique dans le sud de la France.

  • 2 Pour la publication de la table cette communication a été divisée en deux articles : Aurore Schmit (...)

11Gérard Sauzade, Bruno Bizot, Aurore Schmitt2
Dolmens, grottes et hypogées en Provence : bilan et interrogations.

  • 3 Cette communication ne fait pas l’objet d’une publication dans ce numéro spécial.

12Sonia Stocchetti, Robin Furestier3
Un quart de siècle de vide ? Dolmens et grottes sépulcrales en Ardèche.

13Vincent Ard, Sylvie Bach, Sarah Boscus, Bruno Boulestin, Marina Escola, Mireille Leduc, Delphine Linard, Ludovic Soler3
Variabilité des pratiques funéraires au Néolithique dans les Charentes et le Quercy : état des connaissances sur les mégalithes et grottes sépulcrales.

14Maitena Sohn, Claire Manen3
Aménagements mégalithiques et gestion des espaces dans les grottes sépulcrales du Néolithique final : des « grottes-dolmens » ?

15Johanna Recchia-Quiniou1
De l’utilisation de la céramique dans l’architecture de la scène funéraire.

16Christian Jeunesse, Noisette Bec Drelon, Bruno Boulestin, Anthony Denaire
Aspect de la gestion des dolmens et des tombes collectives actuels dans les sociétés de l’ile de Sumba (Indonésie).

17Henri Duday
Synthèse.

Résumé

18Les sépultures collectives datées de la fin du Néolithique au début de l’âge du Bronze démontrent une très grande diversité, rendant ainsi difficile leur interprétation en termes d’attribution chrono-culturelle, de fonctionnement et de recrutement funéraire. Ce colloque a eu pour ambition de réunir des spécialistes, toutes disciplines confondues, qui travaillent depuis ces 30 dernières années sur les sépultures collectives dans le sud de la France.

19Les présentations, et articles qui en résultent, permettent de dresser des bilans régionaux sur les données issues de nombreuses années de recherche ainsi que sur les résultats de nouvelles études, fondées sur une méthodologie récente et variée en termes d’approche. L’ensemble des contributions permet de définir les bases pour de nouvelles recherches tant du point de vue architectural qu’anthropologique ou encore relatives au mobilier déposé dans ces tombes. Cet ouvrage offre ainsi des pistes prometteuse et novatrices sur l’approche méthodologiques et interprétatives de ces contextes complexes que sont les sépultures collectives.

Remerciements

20Les éditrices du présent volume souhaitent remercier l’ensemble des personnes qui ont participé à la réalisation de cette publication :

  • L’organisation de la table ronde a bénéficié du soutien financier du LabexMed, du CNRS, du SRA PACA et du laboratoire du LAMPEA. La coopération de tous les chercheurs a permis des discussions riches et productives pendant ces deux journées, que Noisette Bec Drelon et Florent Châteauneuf ont gentiment accepté d’animer, ainsi que Philippe Galant dont les conseils sont à l’initiative de cette rencontre.
  • Pour l’édition des actes, nous remercions les relecteurs scientifiques des contributions et leurs remarques et commentaires très constructifs. La publication a bénéficié du soutien financier du SRA Occitanie.  

21Enfin, les éditrices remercient l’équipe éditoriale de Préhistoires méditerranéennes et en particulier Yaramila Tchérémissinoff (suivi du volume) et Stéphane Renault.

Haut de page

Notes

1 Pour la publication ces deux communications ont été réunies en un seul article Melie Le Roy, Johanna Recchia-Quiniou Qui est enterré ici ? Approche multidisciplinaire concernant les sépultures en grotte et en dolmen à la fin du Néolithique dans le sud de la France.

2 Pour la publication de la table cette communication a été divisée en deux articles : Aurore Schmitt, Bruno Bizot, Dolmens, grottes et hypogées en Provence : bilan et interrogations ; Gérard Sauzade, Les sépultures collectives provençales dans le temps long. Permanence et évolution des architectures et des pratiques funéraires.

3 Cette communication ne fait pas l’objet d’une publication dans ce numéro spécial.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Préface »Préhistoires Méditerranéennes, 9.2 | -1, 7-10.

Référence électronique

« Préface »Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 9.2 | 2021, mis en ligne le 07 décembre 2021, consulté le 26 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/pm/3302 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pm.3302

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search