Navigation – Plan du site

AccueilNouvelle série10Le système de fermeture des sépul...

Le système de fermeture des sépultures mégalithiques de la Tunisie : l’exemple de Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed (région de Makthar, Haut Tell Tunisien)

Souad Miniaoui
p. 23-43
Traduction(s) :
The closing system of megalithic tombs in Tunisia: the example of Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed (Makthar region, High Tunisian Tell) [en]

Résumés

Les sépultures mégalithiques de la Tunisie présentent des entrées avec un système de fermeture aménagé dans la paroi de façade. À Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed, cette particularité a été observée sur quatre types de tombes. Le système de fermeture, qui diffère d’une nécropole à l’autre dans la région du Haut Tell, permet d’assurer l’accès et la descente dans la chambre funéraire. L’accès est direct dans quelques nécropoles ; dans d’autres, il est précédé d’aménagements. Des réflexions sur la question du système de fermeture sont avancées. Le système de fermeture reflète une maîtrise dans la taille de la pierre, bien qu’elle soit parfois simple. Ce travail de la pierre ne se limite pas à la seule ouverture d’accès, mais se retrouve aussi sur d’autres éléments architecturaux de la structure, tels que la dalle de couverture, les piliers latéraux, les parois latérales et les piliers-caissons.

L’apport de cet article est de présenter le système de fermeture, sujet qui n’a pas été traité auparavant et de réfléchir sur des questions autour de cette problématique, à savoir l’accès et la descente dans la chambre sépulcrale et le travail de la pierre.

Haut de page

Notes de la rédaction

Article reçu le 16.05.2022 – Version révisée reçue le 21.11.2022 – Article accepté le 24.11.2022

Texte intégral

Introduction

1Dans l’état actuel de la recherche, le système de fermeture des sépultures mégalithiques de la Tunisie n’a pas bénéficié d’une étude de synthèse. Néanmoins, lors des discussions générales autour du mégalithisme en Tunisie, M. Ghaki a présenté en partie –pour la première fois pour les monuments mégalithiques– la question de l’accès et la descente dans la chambre (Ghaki 2003).

2Les données sur lesquelles se base l’article sont observées et recueillies par nous-mêmes dans la nécropole de Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed. La méthode générale du travail de terrain consiste à une prospection méthodique de la région ; procéder par la suite à des relevés architecturaux systématiques des sépultures. L’objectif étant de présenter une nouvelle nécropole dolménique dans une région connue par une concentration de sépultures mégalithiques. En étudiant les différents aspects de cette nécropole (catalogue des structures funéraires, typologie et caractéristiques architecturales, orientation, répartition topographique), le système de fermeture mérité d’être étudié à part.

3Une étude de synthèse et de comparaison avec d’autres nécropoles situées dans la même région est indispensable. Le système de fermeture dans d’autres nécropoles est examiné par nous-mêmes ou brièvement mentionné par les auteurs (Tanda & De Nicolo 2009, Meloni 2009).

4Au sein de la nécropole de Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed (Miniaoui 2022 ; fig. 1), qui renferme une soixantaine de sépultures mégalithiques, les tombes présentent, dans l’état actuel de conservation, un système de fermeture, qui est présent également dans d’autres nécropoles, notamment dans les régions où elles sont très nombreuses comme celles du Haut Tell et de Makthar.

5Le système de fermeture des sépultures dolméniques – qu'elles soient simples ou complexes –est varié ; il est à classer en fonction de la technique de construction de la chambre funéraire proprement dite.

6En premier lieu, nous présenterons ce système de fermeture, puis décrirons les procédures d’accès et de descente dans la chambre, et nous s’interrogerons enfin sur le travail de la pierre.

1. Position de la Tunisie en Méditerranée et situation de la nécropole de Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed dans la région de Makthar, avec localisation des principales nécropoles dolméniques dans le Haut Tell Tunisien.

1. Position de la Tunisie en Méditerranée et situation de la nécropole de Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed dans la région de Makthar, avec localisation des principales nécropoles dolméniques dans le Haut Tell Tunisien.

Crédit : S. Miniaoui.

7La baie d’accès à la chambre sépulcrale est généralement de dimensions moyennes ; cette caractéristique se retrouve dans la plupart des monuments dans lesquels les dimensions de l’ouverture permettent d'introduire un individu. La fouille de quelques tombes de Makthar et de Mided a mis au jour des squelettes ; des squelettes en position contractée, fœtale, en décubitus latéral droit et en décubitus droit fléchi au mégalithe de Makthar (Ghaki 1997) ; deux squelettes en position de décubitus latéral droit fléchi au dolmen 102 de Mided. La datation au 14C de ces deux squelettes est de 2500 ± 50 pour le premier squelette et de 2430 ± 50 pour le deuxième squelette (Marras et al. 2009).

8La plupart des structures de Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed ont été pillées et dépourvues de leur mobilier qui aurait constitué un important élément de datation. Dans les monuments mégalithiques qui présentent un système de fermeture comme ceux de la nécropole de Makthar, des datations sont avancées ; pour un premier monument -fouillé par M. Ghaki, la période datable d’utilisation est située entre la première moitié du iiie siècle av. J. C. et la fin du ie siècle ap. J. C. (Ghaki 1997) ; pour un deuxième monument -fouillé par D. Pauphilet, la question du culte et de double fonction de la structure se pose. L’idée que le mégalithe servait à la fois de tombe et lieu du culte repose sur la différence de situation constatée par D. Pauphilet entre l’intérieur des chambres et la cour (Pauphilet 1953).

9À l’instar des sépultures mégalithiques de la Tunisie (Althiburos, Mided, Makthar, etc.), ces monuments ont été réutilisés. La chronologie de la construction des tombeaux de Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed et ceux de la Tunisie s’avère un sujet délicat.

10L’accès aux monuments de Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed est direct car ils ne sont pas précédés d’aménagements comme couloir, cour, puits d’accès, auvent, etc. ; exception pour le monument 1 –dolmen à cercles concentriques– où la chambre est précédée d’un couloir qui mesure 1,53 m dans sa partie la plus longue et 0,55 m dans sa partie la plus large (fig. 2). Actuellement, à Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed, aucun autre monument ne semble précéder de couloir.

11Ailleurs, l’accès est indirect d’après M. Ghaki, dans la mesure où « l’on passe par, ou dans, un aménagement : dallage, auvent, cellules ou couloir. C’est le cas de Hammam Zouakra, Makthar et d’Ellès. À Hammam Zouakra, la dalle-paroi antérieure est surélevée : elle repose sur deux blocs distants l’un de l’autre et alignés ; l’espace vide entre les deux blocs et la dalle-paroi est l’ouverture d’accès à la chambre, il faut se baisser et glisser les bras et la tête d’abord » (Ghaki 2003). La plupart des structures possèdent, chacune, une dalle-paroi antérieure, posée sur deux blocs alignés ; la distance entre les deux blocs du mégalithe le mieux conservé est de 0,70 m ; on accède à la chambre à travers l’espace vide entre ces deux blocs.

12Cette particularité architecturale a été reconnue à l’intérieur du monument mégalithique de Gbar El Ghoul : pour accéder à ses deux chambres, il faut se baisser et glisser les bras et la tête en premier.

2. Dolmen à cercles concentriques.

2. Dolmen à cercles concentriques.

a. Plan ; b. Chambre précédée d’un couloir : Monument 1 de Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed.

Crédit : S. Miniaoui.

13À Makthar, il s’agit d’un puits d’accès en forme de L, difficile et peu commode car il faut passer les jambes en premier pour entrer et la tête la première pour sortir (fig. 3). À Ellès, l’entrée, d’abord dans le couloir puis dans chacune des chambres, est aisée quand il s’agit d’une grande structure. Dans le cas de dolmen à couloir, l’entrée dans la chambre est précédée d’un couloir à ciel ouvert (Ghaki 2003).

14À Mided, l’accès à l’espace funéraire est le même qu’à Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed (Bagella et al. 2009b, Miniaoui 2022). Nous avons remarqué dans ces nécropoles, que l’ouverture taillée dans la dalle latérale donne accès à l’intérieur. Les bords de cette dalle sont taillés en biseau et la dalle de couverture est aménagée en partie pour être encastrée et pour l’empêcher de glisser.

3. Puits d’accès aménagé dans l’antichambre du monument mégalithique Pauphilet de Makthar.

3. Puits d’accès aménagé dans l’antichambre du monument mégalithique Pauphilet de Makthar.

Crédit : S. Miniaoui.

1. Aperçu général et historique des recherches sur les monuments funéraires protohistoriques en Tunisie

1.1. Aperçu général sur les monuments funéraires en Tunisie

15Le territoire tunisien renferme des monuments funéraires d’architecture et de typologie variée. Les types reconnus sont ; dolmen, mégalithe, hanout, tumulus et bazina.

16L’architecture de dolmen se diffère d’un monument à un autre. On parle de dolmens « simples » pour désigner la majorité de ces constructions de morphologie classique et pour les distinguer des constructions monumentales complexes qui sont les mégalithes (Camps 1961, 1995).

17Le dolmen simple est la catégorie la plus répondue, il correspond à un monument ordinaire composé de trois dalles posées de chant et couvertes par une quatrième. Les dolmens se rencontrent surtout dans les hauteurs, notamment le nord et la dorsale ; au sud de la dorsale et dans la région des steppes, les dolmens sont attestés mais ils se font de plus en plus rares au fur et à mesure que l’on “descend’’ vers le sud (Ghaki 2009).

18Le mégalithe est une grande pierre et le terme « mégalithisme » désigne des monuments complexes composés de blocs de grandes dimensions, qu’ils soient bruts ou aménagés. Le terme mégalithe qualifie, par ailleurs, d’autres types de monuments funéraires construits avec de gros blocs de pierres, tels que, les dolmens à couloir, les menhirs, les allées couvertes, etc. (Ghaki 2009).

19Les petites chambres -généralement cubiques ou parallélépipédiques- qui sont creusées dans des rochers isolés ou à flanc de falaise, sont désignées par les archéologues par des termes arabes : hanout (pluriel haouanet : boutiques), ghorfa (chambre voûtée), biban (portes). La Tunisie possède plusieurs nécropoles de haouanet ; les deux zones d’implantation les plus importantes sont le Cap Bon et le Tell septentrional (Ghaki 1999, Miniaoui 2021).

20Le tumulus est un amoncellement de pierres de dimensions diverses et de terre au-dessus du sol. C’est une butte artificielle qui enveloppe la sépulture, sans appareillage régulier. La base du tumulus est circulaire ; elle est circonscrite par une rangée de pierres plus grosses fichées ou tout simplement posées sur le sol. Certaines chambres funéraires à l’origine recouvertes d’un tumulus ont subi l’érosion et se présentent aujourd’hui comme des dolmens. Le sud tunisien est le pays des tumuli (Camps 1961, Ghaki 2009).

21Le terme bazina est d’origine maghrébine berbère, évoquant la forme circulaire. Il est en rapport avec la forme circulaire de la structure. Une bazina est un type de monument particulier de l’Afrique du Nord, désignant en Tunisie et en Algérie orientale les grands tertres. Les bazinas se trouvent aussi bien dans le nord que dans le centre et le sud de la Tunisie, où elles peuvent être confondues avec les tumuli. Toutefois, elles sont distinguées des tumuli par les empilements réguliers de pierres qui forment des assises concentriques ou ellipsoïdales. Les bazinas sont des tumuli qui ne sont pas de simples amoncellements de pierres. Le mode d’appareillage distingue un tumulus d’une bazina (Camps 1961, 1991).

22Autres types de monuments funéraires sont moins présents, dans l’état actuel de la découverte, que ceux cités ci-haut. Ces monuments sont rarement mentionnés dans la bibliographie consacrée aux sépultures de la Tunisie. Il s’agit essentiellement de : ciste, caisson et menhir.

23Des classifications des formes architecturales des structures funéraires de la Tunisie ont étaient proposées. Trois classifications sont avancées par M. Ghaki : une classification peut reposer sur le type de matériel utilisé ; une classification peut distinguer le bâti du creusé : les constructions bâties sont de types divers (dolmen, mégalithe, bazina, tumuli, etc.), les structures creusées sont les grottes artificielles et les haouanet ; une classification d’après la forme extérieure de la structure ; monuments quadrangulaire, circulaire, en dôme, en gradins , dolmens sur socle, caissons, structures en partie enfouies ou reposant entièrement sur le sol, etc. (Ghaki 2009).

24Une classification présentée par l’équipe tuniso-catalane ne tient compte que des critères morphologiques. Ces derniers sont, d’après les auteurs, les seuls critères objectifs. Selon la forme, ils distinguent deux ordres à l’intérieur de la classe « monuments funéraires numides ». Le premier ordre comprend les monuments non bâtis, le deuxième ordre comprend les monuments bâtis (Kallala et al. 2017). La classification reste ouverte ; elle pourrait être enrichie et complétée par de nouveaux rejets et de nouvelles découvertes.

25En Tunisie, dans les sépultures fouillées, on remarque la rareté des indices archéologiques relatifs aux pratiques funéraires. Toutefois, il faut signaler que plusieurs sépultures ont fait l’objet de fouilles clandestines et étaient par conséquent vidées de leur mobilier funéraire. Les informations relatives aux rites d’ensevelissements sont rarissimes. Le décubitus latéral fléchi est la position la plus observée dans les formes architecturales étudiées et fouillées jusqu’à nos jour (Marras et al. 2009).

26La datation des monuments funéraires de la Tunisie s’avère une tâche délicate. Il est difficile d’établir avec précision une chronologie. Les sources d’informations relatives à la datation des sépultures sont absentes.

1.2. Historique des recherches sur les monuments funéraires en Tunisie

27L’historique des recherches sur les monuments funéraires protohistoriques de la Tunisie, jusqu’à la moitié du xxe siècle a été présenté par G. Camps dans son ouvrage monumental « Aux origines de la Berbérie. Monuments et rites funéraires protohistoriques » (Camps 1961). Les descriptions des monuments funéraires nous sont parvenues par des voyageurs et des médecins militaires européens avant, et surtout immédiatement après l’établissement du protectorat français en 1881. On cite à titre d’exemple : Ch. Tissot pour les monuments d’Ellès et Hammam Zouakra, R. Cagnat et H. Saladin pour les dolmens de Thala et Dougga, L. Carton pour les monuments de Bulla Regia et ses environs et plusieurs ensembles de monuments dans la région de Dougga (Djebel Goraa, Teboursouk, Dougga, Kern El Kebech), le commandant Toussaint pour les monuments de la région de Makthar, etc. (Tissot 1888, Cagnat & Saladin 1894, Carton 1891, Carton 1895, Toussaint 1899). La documentation archéologique se base en partie sur les publications de rapports de fouilles de quelques monuments qui ont été fouillés à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle ; toutefois, les renseignements donnés par ces publications sur les monuments fouillés sont très limités. Les haouanet ont bénéficié d’études datant du début du xxe siècle dont les plus importantes furent celle de docteur Deyrolle (Deyrolle 1904). Les rapports de fouilles indiquent que les rares sépultures fouillées sont pillées par les chercheurs clandestins ; néanmoins, le mobilier funéraire, constitué essentiellement de la poterie, est très sommairement décrit.

28Dans les années cinquante du xxe siècle, l’un des mégalithes de Makthar a été fouillé par D. Pauphilet ; cette fouille représente le début des recherches après une rupture due aux guerres mondiales (Pauphilet 1953). À partir des années quatre-vingt-dix du xxe siècle, figurent les travaux de M. Ghaki dans la région du Haut Tell. L’auteur a fouillé en 1997 un mégalithe de Makthar et a mis au jour en 2009 un livre de prospection et de fouille ; cet ouvrage collectif qui est le fruit d’un projet initié par l’Institut National du Patrimoine et l’université degli Studi di Cagliari dans les nécropoles de Makthar, Mided et Ellès marque une période florissante de recherche sur l’archéologie funéraire protohistorique en Tunisie ; l’apport préliminaire de la fouille de Makthar et de Mided révèle une nouvelle orientation de la recherche sur le mégalithisme, aussi bien du point de vue proprement architectural, que rituel (Ghaki 1997, Tanda et al. 2009). Cette période florissante est maquée aussi par le projet de recherche tuniso-catalan intitulé « Évolution sociale et formation de l’état numide : les populations autochtones de la région de Sicca Veneria (Le Kef, Tunisie) et ses rapports avec la civilisation phénico-punique. Prospections et fouilles archéologiques à Althiburos ». Plusieurs publications sont parues sur la nécropole protohistorique d’Althiburos (Kallala & Sanmarti 2008, Sanmarti et al. 2012, Kallala et al. 2014, 2017).

29Une première étude sur les sépultures du sud tunisien est publiée en 2010 par F. Paris et M. Ghaki. Son apport est de situer les architectures funéraires du sud par rapport à celle du Sahara. Les auteurs ont découvert et prospecté la nécropole d’El Menaguib. Ils ont fouillé par la suite cinq monuments, qui sont pour la plupart du type bazina à deux degrés et tumulus à assises concentriques (Paris & Ghaki 2010). Dix ans plus tard, une deuxième étude sur les structures mégalithiques du bassin de Chott el Jérid est faite par l’équipe tuniso-italienne ; ces sépultures sont des tumuli des bazinas et des plateformes (Monaco et al. 2020).

30À la même période, un dossier sur l’architecture et les pratiques funéraires préromaines à Dougga est présenté par l’équipe tuniso-française, qui a exploré depuis 2017 le périmètre nord en particulier la nécropole mégalithique du Nord-Ouest et le sanctuaire de Baal Hammon. La nécropole mégalithique est constituée d’une vingtaine de dolmens qui comprennent une ou deux chambres funéraires précédées dans de rares cas d’un couloir. La fouille d’une bazina a livré des données encore partielles sur les pratiques funéraires usitées par les populations autochtones (Aounallah et al. 2020).

31Les haouanet ont bénéficié également des études qui remontent aux années quatre-vingt et quatre-vingt-dix du xxe siècle, par M. Longerstay pour les haouanet de Khroumerie et de Mogods (Longerstay 1982-1983, 1986, 1991) et M. Ghaki pour les haouanet du Cap Bon (El Harouri et Sidi Mhamed Latrech ; Ghaki 1987, 1999). Une récente étude sur les haouanet situés au Tell Nord Est Tunisien -Chaouach et Toukabeur- est parue en 2021 (Miniaoui 2021). Ces haouanet constituent dans l’état actuel de la découverte, avec ceux de Sidi Mhamed Latrech, les plus importantes concentrations de haouanet en Tunisie. Ces études de synthèse est d’apport considérable pour la connaissance du monde libyque.

32Les monuments funéraires protohistoriques de la Tunisie font partie de l’ensemble de sépultures du Maghreb et de l’Afrique du Nord. Diverses sépultures de la Tunisie sont semblables à celles de l’Algérie (Camps & Camps-Fabrer 1964). Ces monuments du territoire maghrébin ont été étudiés par G. Camps. L’auteur a présenté, en premier lieu, une classification générale : formes élémentaires autochtones (grottes funéraires, tumulus de pierres sèches, tertres ou tumulus en terre, cercles et autres aires funéraires) et formes élémentaires importées (haouanet, hypogées ou caveaux sous roches, tombes en forme de silo, dolmens nord africains ; Camps 1961) ; il a proposé, en second lieu, une typologie générale des dolmens : dolmens à couloir non couvert, grands dolmens littoraux, dolmens engagés dans un manchon, dolmens à chambres multiples, monuments mégalithiques complexes de la Tunisie centrale (Camps 1995). Les types de monuments mégalithiques de la région méditerranéenne sont nombreux et variés. Leur architecture donne naissance à des structures de types très différents : tombes à chambres taillées dans la roche -appelées haouanet ; grands monticules qui cachent des chambres funéraires qui sont complètement invisibles de l’extérieur (parfois ils sont bordés par des murs plus ou moins substantiels ; ils sont ensuite appelés bazinas) ; monuments en forme de tour (appelés chouchets en Algérie) ; d’autres structures sont essentiellement similaires aux dolmens européens, et d’autres consistent en de petites chambres généralement construites entourées de murs circulaires et recouvertes de dalles mégalithiques ; très souvent, elles sont également appelées « dolmens », bien qu’elles n’aient aucun accès latéral et elles ne semblent pas souvent être des tombes collectives (Sanmarti 2012).

33De nouvelles recherches menées ces dernières années ont permis de proposer d’autres typologies de ces monuments et de dater un certain nombre de spécimens au milieu du Ier millénaire. Elles ont également fourni des informations inestimables sur les aspects rituels et ont permis d’observer des hiérarchies de taille et des modèles spatiaux de distribution qui indiquent probablement une société stratifiée (Sanmarti 2022).

34D’après G. Camps, la répartition des monuments dolméniques à travers le Maghreb incitait à rechercher leur origine vers la Péninsule Ibérique pour ceux du nord du Maroc, tandis que le groupe algéro-tunisien semblait devoir se rattacher aux ensembles mégalithiques de Sardaigne, d’Italie, de Corse et de Provence (Camps 1995). En raison de leur grande visibilité, ces monuments constituent l’aspect le plus connu de l’archéologie préromaine en Afrique du Nord (Sanmarti 2012). Toutefois, « Le dolmen algéro-tunisien, typologiquement, s’écarte beaucoup des grandes architectures de la façade atlantique de l’Europe » (Joussaume 1985).

35Les dimensions des dolmens maghrébins et nord africains sont assez variables, mais les plus grands gardent des proportions médiocres comparativement aux monuments d’Europe (Camps 1995). L’âge tardif et la petite taille des monuments nord africains révéleraient, d’après des hypothèses, la fin du grand mouvement mégalithique européen. Ce que les dolmens nord africains perdent en taille, ils semblent, en revanche, le compenser par le nombre : aucune région d’Europe ne possède de nécropoles comparables à celles de l’Algérie orientale et de Tunisie centrale (Camps 1995). Les manifestations dolméniques de l’Afrique du Nord sont plus « récentes » que celles de l’Europe ; elles sont très largement concentrées en Algérie orientale et en Tunisie septentrionale. Un « proto-mégalithisme » se manifeste en Europe d’abord dès le Ve millénaire, de la Sardaigne à l’Andalousie ; il se signale par de simples caissons de pierre enterrées ou dressées au-dessus du sol, au milieu d’un tumulus ou d’un cercle de blocs. En France méridionale comme en Catalogne, le dolménisme s’épanouit autour de 3500 avant notre ère, avec la construction de tombes de morphologies variées. Les terres méditerranéennes, continentales et insulaires, se couvrent de monuments mégalithiques et de tombes creusées dans le roc. Ces tombeaux (dolmens et hypogées) constituent un marqueur particulièrement fort des cultures paysannes de la Protohistoire méditerranéenne. Le mégalithisme méditerranéen est autant funéraire (dolmens) que cultuel (temples de Malte ; Guilaine 2011).

36La chronologie des monuments mégalithiques de la région méditerranéenne varie entre le Néolithique moyen et l’âge du Fer (pour le Maghreb ; Guilaine 2022). C’est à l’ouest et plus précisément à l’ouest de la France que se trouvent les dolmens les plus anciens actuellement datés (Joussaume 2003).

2. Le système de fermeture

37De nombreux éléments témoignent des types de fermeture dont les monuments funéraires protohistoriques ont bénéficié. On relève d’abord une « protection » de la tombe garantie par les constructeurs et probablement la famille du défunt. La protection du corps à l’intérieur du caveau était envisageable par une fermeture qui peut assurer les moindres dégâts qui peuvent être provoqués par le pillage.

38Il semble qu’un autre facteur ait été nécessaire pour assurer cette protection. Celle-ci est assurée par sa position topographique. Il semble aussi que la position topographique ait été indispensable pour garantir la protection de la tombe. Un monticule aurait pu également exister ; ce dernier aurait assuré un rôle protecteur. Néanmoins, dans l’état actuel des découvertes, il n’existe aucune trace de monticule. En Europe, certains dolmens sont protégés et soutenus par un monticule (Guilaine 2011).

39On pense que le choix de l’emplacement de la structure n’était pas arbitraire. Chaque type de tombe est associé à une situation topographique et chaque emplacement devrait garantir une certaine protection de la structure. Cette dernière, qu’elle soit visible ou en grande partie enfouie, dispose de restes d’éléments de fermeture.

40Vu la variété des types de sépultures : dolmen simple, mégalithe, structure complexe, etc., le système de fermeture est différent d’un monument à l’autre. Pour les structures complexes, on parle de la fermeture de la chambre proprement dite, comme de toute la structure. Pour qu’une structure funéraire soit d’architecture complexe, il faut qu’elle dispose de plusieurs chambres et d’éléments architecturaux qui pouvaient la distinguer d’une structure simple qui est un dolmen, tels que des piliers-caissons, des antichambres-cellules, des auvents, des portiques, des couloirs, des cours, etc. (Camps 1961, 1995 ; fig. 4a et 4b) ; la pierre utilisée dans la construction de ces différents éléments est de grande taille. Un dolmen de simple architecture est composé d’une seule chambre, constituée de trois parois sur lesquelles s’appuie la dalle de couverture (fig. 4c).

4. Mégalithes complexes et dolmen simple.

4. Mégalithes complexes et dolmen simple.

a. Mégalithe de Makthar (Ghaki 1997) ; b. Mégalithe d’Ellès ; c. Dolmen de Djebel Goraa.

Crédit : S. Miniaoui.

41Le pillage méthodique des tombes à différentes périodes, de même que leurs dégradations systématiques, ont modifié leurs formes et architectures originelles. Ces déprédations se rencontrent majoritairement en milieu rural, où la protection de ce patrimoine s’avère particulièrement difficile. La majorité des monuments funéraires n’ont pas conservé leurs dalles de couverture du fait de pillages. À cette occasion, la dalle de couverture fut déplacée ou surélevée de ces dalles sur l’un de ses côtés courts ; plusieurs dalles ont été repoussées vers l’intérieur, d’autres ont été emportées.

2.1. La nécropole de Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed

42La nécropole qui a été découverte par nous-même, est située dans la région de Makthar dans le Haut Tell et s’étend sur un plateau rocailleux dominé par une falaise, sur environ une vingtaine d’hectares.

43Elle renferme une soixantaine de monuments funéraires qui se répartissent sur plusieurs ensembles. La typologie proposée est la suivante : dolmen simple, dolmen à enceinte circulaire simple, structure quadrangulaire, dolmen à chambres accolées et paroi commune, dolmen à chambres accolées et paroi commune et entourée d’enceinte circulaire, dolmen à cercles concentriques et ciste (la typologie des sépultures de Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed a été présentée par nous-même ; Miniaoui 2022).

44Dans dix-neuf sépultures de Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed, les systèmes de fermetures ont été endommagés. D’autres, au nombre d’une trentaine, n’en possédaient pas dans l’état actuel de conservation.

45À Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed, 57,8 % des entrées sont conservées, dont 35,1 % sont taillées (fig. 5). Pour étudier le système de fermeture, il faut que la tombe dispose de toutes les parois – notamment celle de façade, dalle d’entrée au caveau – et de la dalle de couverture. Néanmoins, dans l’état actuel de conservation, tous les monuments ne conservent pas leurs dalles de couverture et ils ne portent pas de traces de taille ; leurs systèmes de fermeture sont endommagés. La hauteur de la baie d’accès est mesurée du sol jusqu’aux extrémités des deux parois latérales ; sa largeur est délimitée par ces deux parois. Ces données permettent de réfléchir sur la question du système de fermeture et de l’accès à la sépulture. La fermeture est assurée par la dalle de devant qui est située un peu en retrait, de l’extrémité des dalles constituant les parois latérales et opposée à la paroi du fond, laissant un espace ouvert. Ce dernier forme une échancrure assurant un passage, bien qu’étroit, vers l’intérieur de la tombe proprement dite. Cette échancrure est aménagée dans l’un des coins de la paroi de façade.

5. Dessins des parois de façade de treize tombes de Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed dans lesquelles sont aménagées des entailles.

5. Dessins des parois de façade de treize tombes de Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed dans lesquelles sont aménagées des entailles.

Crédit : S. Miniaoui.

46Une échancrure a été taillée dans sa partie supérieure de la paroi de façade (fig. 6). La hauteur de l’ouverture est mesurée depuis la base jusqu’à la partie supérieure de la paroi de façade. Les hauteurs de ces orifices sont comprises entre 0,25 m (monument 44) et 0,61 m (monument 53) et leurs largeurs sont comprises entre 0,25 m (monuments 23, 44 et 46) et 0,65 m (monument 2). Le monument 53 présente les dimensions les plus grandes de la nécropole ; une ouverture, haute de 0,61 m et large de 0,47 m, a été taillée dans une paroi de 1,23 m de hauteur. La paroi de façade du monument 64, qui est la plus petite de la nécropole, mesure 0,41 m de hauteur, l’échancrure qui y fut aménagée mesure 0,09 m de haut pour 0,29 m de large (fig. 7).

6. Échancrure taillée dans la paroi de façade : Monument 51 de Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed.

6. Échancrure taillée dans la paroi de façade : Monument 51 de Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed.

Crédit : S. Miniaoui.

7. Dimensions (m) des parois de façade et des ouvertures de treize monuments : Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed.

7. Dimensions (m) des parois de façade et des ouvertures de treize monuments : Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed.

Crédit : S. Miniaoui.

47Une partie des parois dans lesquelles ces ouvertures sont aménagées est enfouie. Les dimensions de ces parois varient en fonction de l’enfouissement de la dalle. Ces dimensions sont comprises entre 1,09 m et 2,08 m pour la longueur, 0,11 m et 0,36 m pour l’épaisseur et 0,52 m et 1,28 m pour la hauteur.

8. Entrée taillée dans l’angle supérieur gauche de la paroi de façade : Monument 15 de Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed.

8. Entrée taillée dans l’angle supérieur gauche de la paroi de façade : Monument 15 de Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed.

Crédit : S. Miniaoui.

48De telles ouvertures sont souvent aménagées dans l’angle supérieur gauche de la dalle de devant (fig. 8), exception faite pour les deux monuments 2 et 53, où elles furent taillées dans l’angle supérieur droit.

49La présence de ces échancrures est attestée pour quatre types de monuments ; elles sont surtout représentées sur les dolmens simples et les dolmens à enceinte circulaire simple ; deux exemples correspondent à des dolmens à chambres accolées et paroi commune, dont un entouré d’une enceinte circulaire (Miniaoui 2022).

50Dans quelques monuments de Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed, des ouvertures latérales ressemblant aux échancrures sont observées. Il semble que les premiers violateurs, ayant pratiqué une ouverture latérale dans quelques structures, se soient uniquement intéressés aux sépultures, évacuant le squelette et ne récupérant que le matériel funéraire de valeur. Ensuite, la tombe elle-même fut démontée et les dalles-parois furent arrachées, à la recherche de trésors.

2.2. La nécropole de Mided

51À Mided, nécropole située dans la région de Makthar et étudiée par l’équipe tuniso-italienne, les sépultures sont au nombre de 292 : 63 % de monuments simples, 20 % de dolmens simples accolés, 14 % de dolmens composites à chambres accolées et aux dalles communes et 03 % de cistes (Bagella et al. 2009b).

52Dans l’état actuel des découvertes, les entrées taillées sont également attestées à Mided dans les mêmes types de monuments inventoriés à Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed. Dans cette nécropole, 19 % des entrées sont conservées (Bagella et al. 2009a). L’équipe tuniso-italienne a proposé quatre types d’entrées : entrée à ouverture à la base ou au centre (7 %), entrée à ouverture au niveau de l’angle inférieur (25 %), entrée à ouverture latérale -au niveau de l’un des côtés- (27 %) et entrée avec un simple côté latéral non découpé (41 % ; Bagella et al. 2009b). Ce dernier est le type le plus observé ; le type à lucarne basale ou centrale est le moins fréquent. Les trois premiers types sont obtenus en découpant une ouverture rectangulaire.

53À Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed, les entrées avec coupe latérale le long d’un des côtés verticaux de la dalle sont similaires à certaines entrées de la nécropole de Mided. Dans cette nécropole, la manière dont les éléments taillés sont agencés, permet une certaine stabilité de toute la structure. La dalle de couverture est taillée vers les bords, « le centre est conservé et vient s’emboîter dans l’espace créé par les dalles-parois. Le résultat est stabilisateur puisqu’en cas de mouvement, et dans n’importe quel sens, la partie réservée de la dalle de couverture vient buter contre le bord d’une des quatre dalles verticales formant le caisson » (Ghaki 2003). Dans les autres nécropoles de la région du Haut Tell comme Aïn Zouza, Ghar El Ghoul et Maghraoua, la couverture est assurée par une dalle monolithe à l’état brut.

2.3. La nécropole d’Ellès

54La nécropole d’Ellès, étudiée également par l’équipe tuniso-italienne, présente l’ensemble mégalithique le plus important et le plus intéressant de la région du Haut Tell. Cette nécropole qui renferme une soixante-dizaine de tombes, illustre parfaitement l’évolution d’un dolmen simple avec une seule chambre à un mégalithe complexe avec sept chambres. Le type dominant est une structure complexe comprenant un couloir couvert sur lequel donnent six chambres, trois de chaque côté, et une autre chambre, la septième, au fond (Melis 2009).

55L’ensemble de la structure (façade, piliers latéraux, cour, chambres, couloir) montre une cohérence architecturale, tant au niveau des matériaux de construction, que de la technique d’élaboration en grands appareils.

56Le système de fermeture de toute la structure mégalithique consiste en une grande dalle posée de chant vers l’ouverture du couloir sur lequel s’ouvrent les chambres (Melis 2009). Les recherches dans cette nécropole n’ont pas encore révélé si l’espace situé devant la structure était remblayé ou pas. Dans les mégalithes les mieux conservés, comme les monuments 16, 19 et 23, les parois de devant de chacune des chambres sont taillées sur les parties supérieures pour aménager des entailles (fig. 9). Cette entaille a été signalée depuis la fin du xixe siècle comme une dalle formant l’entrée de l’une des chambres des tombeaux d’Ellès (De Rialle 1884). Les structures d’Ellès possèdent, chacune, une ouverture qui débouche sur l’extérieur. Elle est protégée par une dalle fichée devant le monument et probablement par le remplissage de l’espace réservé entre cette dalle et le monument lui-même. Ce remplissage étant enlevé en cas de besoin d’accéder à l’intérieur de la structure.

57L’étude de l’équipe tuniso-italienne sur Ellès confirme l’utilisation répétée des chambres (Di Gennaro 2009, Depalmas et al. 2009, Canino et al. 2009, Melis 2009, Meloni 2009). La réutilisation des chambres laisse penser que si tel était le cas, un élément distinctif signalait la présence d’une fermeture. La chambre est réutilisable et le système de fermeture pourrait être amovible. Cependant, aucune trace de système de fermeture n’a pu y être relevée.

58En effet, par leurs dimensions et monumentalités, les mégalithes peuvent disposer de double système de fermeture. Cette spécificité permet un accès particulier aux caveaux : accéder par le couloir en premier lieu et par la baie de la chambre proprement dite en second lieu. C’est ce qui explique que ces structures funéraires soient d’architecture complexe.

59Ce système offrait l’avantage de condamner la chambre funéraire, mais permettait aussi une flexibilité d’utilisation (entretien, réutilisation, etc.). Ce type de fermeture n’est pas très reconnu en Tunisie ; il semble qu’il ait été utilisé plus particulièrement pour les structures complexes.

9. Entaille aménagée dans la paroi de devant.

9. Entaille aménagée dans la paroi de devant.

a. La deuxième chambre de la rangée de droite du mégalithe 19 d’Ellès ; b. Sept chambres (de 1 à 7) s’ouvrant sur un couloir ; les entailles sont aménagées dans les parois (de a à w) de devant qui délimitent le couloir : Mégalithe 16 d’Ellès (Miniaoui 2020).

Crédit : S. Miniaoui.

2.4. La nécropole de Hammam Zouakra

60La nécropole de Hammam Zouakra n’a pas encore bénéficié d’étude systématique. Ses monuments sont des mégalithes de type complexe. Ils sont éparpillés sur les deux rives de l’Oued Hammam. Les monuments mégalithiques sont cités depuis la fin du xixe siècle et le début du xxe siècle (De Rialle 1884, Denis 1895, Toussaint 1899, Foussard 1923, Toutain 1948).

61Les monuments funéraires de Hammam Zouakra appartiennent, selon G. Camps, à la catégorie des dolmens à portiques. Le portique est accolé à un ensemble mégalithique complexe de plan rectangulaire (Camps 2000). Il s’agit d’un auvent formé de dalles posées de chant contre la chambre ; des dalles faisant office de contrepoids sont posées sur les dalles auvent. L’ouverture des mégalithes les mieux conservés est fermée par des moellons faciles à enlever ou déplacer, ce qui permet la réutilisation de la chambre chaque fois que nécessaire. Dans d’autres mégalithes, l’ouverture qui est située entre deux blocs distancés, pourrait être à l’origine bloquée par un mur. G. Camps considère que : « La chambre quadrangulaire est précédée d’un vestibule très court qui, suivant le plan donné par L. Frobenius, me semble avoir servi à recevoir une herse » (Camps 1961). En fait, la herse citée par l’auteur, n’existe pas dans l’état actuel de conservation. Le système de fermeture du mégalithe de Gbar El Ghoul ressemble à celui de Hammam Zouakra. Nous ne savons pas si à l’origine, la deuxième chambre de Gbar El Ghoul était totalement fermée ou pas.

2.5. La nécropole de Makthar

62À Makthar, nécropole étudiée par l’équipe tuniso-italienne, la typologie des 21 monuments funéraires est la suivante : 43 % de monuments simples, 33 % de monuments composites à chambres accolées, 14 % de monuments complexes et 10 % de cistes (Cicilloni 2009).

63Dans les monuments complexes, les chambres sont précédées d’antichambres-cellules ouvrant sur une cour. C’est dans chaque cellule qu’a été aménagé le puits d’accès à la chambre funéraire. Le puits donne dans la chambre grâce à la disposition de la paroi antérieure. Dans l’un des mégalithes fouillés, la différence de niveau entre le sol de la cellule-antichambre et le sol du puits est variable (Ghaki 1997, Cicilloni 2009).

64Le puits d’accès est protégé grâce à un auvent porté par des piliers faits de dalles posées de chant formant des caissons. Le vide constituant les piliers-caissons n’est pas accidentel. La dalle latérale donnant sur l’antichambre est taillée, son angle supérieur interne a été coupé, créant une ouverture. Dans le cas où la paroi est faite d’un empilement de blocs, il y a un vide entre le bloc supérieur et la dalle de couverture de l’antichambre (Ghaki 2003 ; fig. 4a).

65Certaines tombes sont construites directement au niveau du sol, ou à une élévation de faible hauteur. Le système de fermeture est suffisamment fiable à Makthar pour qu’il puisse protéger la chambre funéraire de toute intrusion.

3. L’accès et la descente dans la chambre

66Les dimensions actuelles des ouvertures des entrées de Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed sont généralement petites. Elles ne dépassent pas 0,85 m de hauteur et 0,60 m de largeur. On se demande si l’ouverture était taillée avant ou après le dépôt du cadavre ? On se demande également si la dalle d’entrée dans laquelle cette ouverture est aménagée, était plantée avant ou après la mise au tombeau ? Cette ouverture de moins de 1 m (hauteur et largeur) permet-elle de faire passer un homme à l’intérieur de l’espace funéraire pour déposer le corps ? En l’absence de fouille, les réflexions concernant l’accès par cette ouverture à l’intérieur de la sépulture de Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed, restent hypothétiques.

67Dans l’état actuel de conservation de la première chambre du mégalithe de Gbar El Ghoul, celle-ci n’est pas précédée d’aménagements ; l’accès à cette chambre est direct. L’ouverture d'accès est au même niveau que celui de la fréquentation extérieure ; la largeur de cette ouverture est de 0,70 m, elle est matérialisée, à l'instar des baies des mégalithes de Aïn Zouza, par les extrémités des deux parois latérales.

68L’accès à la chambre est différent dans d’autres nécropoles. Les exemples qu’on peut citer sont ceux d’Ellès, Hammam Zouakra et Makthar.

69À Ellès, les monuments mégalithiques qui sont composés dans la plupart des cas de sept chambres, sont protégés, chacun, par une dalle fichée devant le monument. Cette dalle servait probablement pour le remplissage de l’espace réservé entre celle-ci et le monument lui-même ; ce remplissage étant enlevé en cas de besoin d’accéder à l’intérieur du monument.

70Le système de fermeture à Ellès est alors double. Les chambres s’ouvrent, chacune, sur un couloir, qui débouche à son tour à l’extérieur sur une cour.

71Cependant, le mauvais état de conservation des structures montre combien ce système était dérisoire face aux chercheurs de trésors.

72Pour accéder à l’intérieur des chambres des monuments mégalithiques de Hammam Zouakra, un espace est réservé sous la dalle-paroi de la façade de la chambre. Il est créé entre les blocs sur lesquels repose la dalle de couverture ; ces blocs sont éloignés l’un de l’autre de quelques dizaines de centimètres. Pour entrer à la chambre funéraire à partir de cet espace, il faut se mettre à genoux.

73Un autre type de tombes, de conception plus complexe et de mise en œuvre plus grande, est reconnu à Makthar. Leur construction varie de l’architecture la plus simple à la plus complexe. La chambre funéraire est précédée d’une antichambre-cellule, dans laquelle est aménagé le puits d’accès. Ce puits permet d’accéder à la chambre. Certaines tombes ne disposent que d’une chambre funéraire simple. D’une manière générale, l’entrée de la chambre funéraire, qu’elle dispose d’une avancée -type antichambres- ou d’une cour, ou qu’elle se fasse par un puits d’accès, est remblayée après avoir été obstruée par un simple bloc informe. Il est rare de trouver pour ces structures des fermetures empêchant l’accès aux chambres funéraires. En effet, il s’agit de tombes à plusieurs sépultures, et il était nécessaire de pouvoir descendre dans la chambre pour y déposer de nouveaux corps.

74Des exemples similaires de système de fermeture et d’accessibilité à l’espace funéraire des dolmens européens sont cités par J. Guilaine. Il s’agit essentiellement de pierre de porte fermant l’entrée et permettant d’accéder à la chambre funéraire (dolmen 1 de Coste Rouge, Hérault-France). Quelques sépultures européennes sont, à l’instar de celles de la Tunisie, privées de ses structures d’accès et de protection. D’autres monuments sont : à longue d’air d’accès, à long couloir d’accès, à vestibule ou amorce de couloir, etc. (Pendilhe-Portugal ; Gorafe, Andalousie-Espagne ; Fontanaccia-Corse ; Guilaine 2011). Trois systèmes d’entrée sont présentés pour les dolmens simples en Catalogne : par la porte-fenêtre, c’est-à-dire que l’entrée est formée par une dalle basse qui laisse un trou d’accès entre elle et la dalle de couverture, obturé par une dalle-porte ; par vestibule-puits, c’est-à-dire que l’entrée est constituée par un vestibule, là on trouve une dalle-porte mobile qui permet l’accès à la chambre funéraire ; les grands caissons ou coffres fermés qui n’ont pas une structure bien marquée (Tarrús 1999).

75Pour descendre dans la chambre, les sols de différents types de structures funéraires en Tunisie : mégalithes, dolmens, caissons, sont situés en contrebas du niveau du sol externe. M. Ghaki note que l’« on descend dans la chambre et le mort est posé plus bas que le niveau extérieur  ; il est en quelque sorte ‘‘enterré’’. La chambre est à usage multiple et, avec le temps, elle finit par se remplir  ; les derniers arrivés peuvent donc se retrouver posés au fond et vers le haut. La chambre n’est plus utilisée à partir du moment où l’accès devient impossible, à moins de procéder à un vidage plus ou moins partiel. C’est, nous semble-il, suite à cette opération qu’une partie des ossements et du dépôt funéraire se retrouve dans les piliers-caissons des monuments de Makthar » (Ghaki 2003).

76Une ouverture située à l’arrière de l’une des chambres du mégalithe Pauphilet de Makthar est interprétée comme étant une seconde issue. Cet accès, qui primitivement devait être obturé, semble avoir été pratiqué ensuite pour permettre le réemploi des caveaux. Le passage ainsi aménagé est toujours fort étroit et malaisé. Le premier caveau seul est d’accès facile (Pauphilet 1953). M. Ghaki a posé la question d’une deuxième issue à la chambre. D’après l’auteur, il n’y a pas de deuxième issue pour permettre le réemploi des caveaux. L’idée d’une deuxième issue « repose sur l’hypothèse d’un remploi des monuments, ils auraient été construits, utilisés, abandonnés puis ouverts à nouveau, à l’époque romaine pour servir d’ossuaire ; l’observation du matériel découvert ne montre pas une rupture dans la fréquentation de ces caveaux. Ces monuments autochtones ont continué à servir jusqu’à ce que la population change ses pratiques funéraires or ce changement ne peut pas dater de l’arrivée des Romains mais de la romanisation de la population qui n’a commencé à devenir manifeste qu’à partir du second siècle après J.-C. » (Ghaki 1997).

77La chambre du monument 46 est la plus profonde de la nécropole de Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed. Cette profondeur est à retenir avec prudence car ce sépulcre était l’objet d’une fouille clandestine. Une chambre funéraire, dont l’entrée se situe dans ou immédiatement derrière la façade, est protégée de toute intrusion.

78Dans de nombreux cas, aucun accès ne permet d’atteindre la chambre funéraire, une fois le corps du défunt inhumé. Les risques de violation de la tombe sont alors minimes, et inversement proportionnels à la taille du tertre.

79D’une manière générale, il est fréquent de rencontrer une différence entre le nombre d’emplacements prévus à l’intérieur d’une tombe et celui des personnes « autorisées » à y être ensevelies.

80À l’évidence, l’organisation intérieure des tombes reflète une certaine conception de l’organisation familiale. Les réutilisations de tombeaux semblent avoir été très nombreuses et se prolongent sur des périodes relativement longues.

4. Le travail de la pierre

81Les ouvertures aménagées reflètent des mesures faites par les tailleurs de la pierre. Ces mesures consistent en technique pour donner au bloc de pierre une forme. C’est le résultat d’un savoir-faire et d’une perfection. Le bloc de taille s’agence avec le bloc dans lequel il est aménagé. Le résultat est le même ; donner au bloc une taille selon la forme désirée.

82Le système de fermeture témoigne d'un progrès technique de taille et sans doute de l'intervention d'un spécialiste non seulement dans la taille de la pierre, mais aussi dans l’agencement et la conception de toute la structure. La présence de spécialiste pour réaliser toutes les opérations est indispensable. D’aspects bruts ou grossièrement taillées, les pierres sont le plus souvent extraites de leur affleurement géologique, en fonction des propriétés physiques des roches. Les constructeurs semblaient maîtriser parfaitement l'utilisation des discontinuités naturelles, comme les plans de stratification sédimentologique de calcaires.

83Le mauvais état de conservation de la plupart des monuments ne permet d’examiner que très rarement des traces certaines du travail de la pierre. Néanmoins, à Mided, les traces de taille sont observables sur un grand nombre de caissons (Ghaki 2017). Le type d’instrument utilisé pour tailler la pierre n’est pas identifiable dans l’état actuel de la découverte.

84Le calcaire (calcaire à lumachelles et calcaire nummulitique blanc), avec lequel la plupart des monuments dolméniques sont construits, présente parfois des surfaces de fracture qui donnent aux blocs l’aspect de pierres taillées et fut parfois source d’erreurs.

85La pierre utilisée dans la construction des monuments funéraires de la nécropole de Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed est, comme celle de Mided, simple. Dans cette nécropole, trois types d’intervention ont été observées : « les bords des dalles-parois sont taillées en biseau d’où un assemblage jointif ; la dalle de couverture est taillée sur les côtés, la partie centrale est réservée et vient s’emboîter dans l’espace créé par les dalles parois, les bords de la partie centrale réservée buttant sur le haut des dalles-parois et empêchant la dalle de glisser ; l’une des dalles-parois est taillée pour créer l’accès à l’espace funéraire » (Ghaki 2003).

86À Hammam Zouakra et Makthar, la taille est importante et bien visible. Dans la première nécropole, la taille de la pierre apparaît dans la construction des piliers latéraux. Les bords supérieurs du pilier sont équarris pour encastrer la dalle de couverture (fig. 10). Pour accéder à la chambre, un espace est aménagé dans la paroi d’entrée ; cette dernière est bouchée par des blocs de petites dimensions.

10. Piliers latéraux de façade : Deux mégalithes de Hammam Zouakra.

10. Piliers latéraux de façade : Deux mégalithes de Hammam Zouakra.

Crédit : S. Miniaoui.

11. Disque sculpté dans la paroi de façade : Mégalithe de Hammam Zouakra.

11. Disque sculpté dans la paroi de façade : Mégalithe de Hammam Zouakra.

Crédit : S. Miniaoui.

87La dalle-paroi d’entrée qui est en grande partie aménagée, présente –pour quelques monuments– des particularités relatives à la taille de la pierre qui méritent d’être soulignées. Dans la paroi d’entrée ou de façade des deux monuments de Hammam Zouakra, sont sculptés en bas-relief des motifs de forme circulaire. Le premier motif est un disque de 0,40 m de diamètre (fig. 11). Le deuxième motif, est probablement un disque dont la forme n’est pas claire (0,18 m x 0,16 m x 0,04 m ; fig. 12). Ces motifs ont été signalés par G. Camps comme étant un décor. Ce sont, d’après l’auteur, soit des disques en relief, soit des rosaces, symboles astraux qui se retrouvent dans certains haouanet (Camps 2000). Le décor sculpté reconnu dans les haouanet, serait un symbole divin : disques, croissant renversé sur le disque, etc. (Camps & Longerstay 2000). Le disque est généralement peint ; on cite à titre indicatif le hanout 11 de la nécropole de Sidi Mhamed Latrech, où il est peint sur la paroi du fond de la niche et sur la paroi latérale gauche. D’après M. Ghaki, le disque reflète un contexte culturel habituel aux autochtones : « il est connu que les “Libyens vénéraient le Soleil et la Lune” et d’autres divinités du ciel  ; on aurait là l’invocation de l’une de ces divinités pour la protection du mort. Ce symbolisme continue à l’époque romaine, le disque a une valeur solaire car “comme le croissant, le disque tient donc la place et joue le rôle d’assesseur du dieu principal” » (Ghaki 1999).

12. Disque ( ?) sculpté dans la paroi de la façade : Mégalithe de Hammam Zouakra.

12. Disque ( ?) sculpté dans la paroi de la façade : Mégalithe de Hammam Zouakra.

Crédit : S. Miniaoui.

88À Makthar, le travail de la pierre dans les trois mégalithes ne fait aucun doute. La taille se manifeste dans l’aménagement des parois latérales des antichambres, soit par la taille de la dalle monolithe, soit par le vide laissé quand il s’agit d’une paroi construite. Ainsi, les puits aménagés dans la cellule ou antichambre donnent dans la chambre grâce à la disposition de la paroi antérieure qui est faite en deux parties ; un mur dans lequel est réservée une ouverture et une dalle reposant sur le mur et jouant le rôle de linteau (Ghaki 1997).

89La taille de la partie supérieure des piliers latéraux en forme de crochet confirme l’existence d’un auvent couvrant la cour du nouveau mégalithe ; la partie réservée empêchant la dalle supportée de glisser vers l’avant (Ghaki 1997).

90Dans d’autres nécropoles comme Ellès, Aïn Zouza, Gbar El Ghoul, Dougga et Althiburos, la taille de la pierre est rudimentaire.

91À Ellès, des encoches sont taillées dans les bords supérieurs des parois du fond ; ces encoches sont attestées dans quatre mégalithes. Une entaille est également épannelée dans l’une des parois du mégalithe le mieux conservé. Dans le même mégalithe, trois autres particularités du travail de la pierre sont à relever. L’une des dalles de couverture est taillée dans l’un de ses angles créant une courbure ; cette dernière permet son encastrement avec une autre dalle. Le bord supérieur de la dalle de la façade principale est équarri pour encastrer la dalle de couverture de l’un des piliers-caissons. L'agencement des blocs formant le mur à gradins révèle un soin particulier dans l’équarrissage de la pierre.

92Dans les nécropoles de Aïn Zouza, Gbar El Ghoul et Dougga, les dalles sont parfois apprêtées ; elles ont des formes plus ou moins régulières. Les deux piliers-massifs d’un mégalithe de Aïn Zouza, par exemple, présentent des particularités qui méritent d’être signalées. Bien que ces blocs ne soient pas de mêmes dimensions, ils sont tout à fait semblables, leurs formes rectangulaires et leurs arrangements permettent de penser qu’ils ont été taillés. On se demande si ces blocs étaient le résultat d’une intervention humaine ou étaient extraits selon les diaclases qui permettraient l’obtention des blocs de formes assez régulières ? À un autre mégalithe de la même nécropole, deux encoches sont aménagées dans la partie supérieure de la dalle de couverture (fig. 13).

13. Encoche aménagée dans une dalle mégalithique : Aïn Zouza.

13. Encoche aménagée dans une dalle mégalithique : Aïn Zouza.

Crédit : S. Miniaoui.

93À Gbar El Ghoul, les piliers-caissons et les pierres utilisées dans la construction des chambres sont plus ou moins apprêtés.

94La bazina de Dougga est de techniques de taille soignées et d’appareillage très régulier des blocs (Aounallah et al. 2020).

95Les appareils constructifs des chambres funéraires d’Althiburos sont des blocs grossiers ou sommairement équarris. Quant à ceux de l’enceinte, ils sont généralement bruts. Le monument 55 (dolmen à enceinte circulaire simple) par exemple, est de construction remarquablement soignée (Kallala et al. 2017).

96À la fin du xix siècle, L. Carton écrit que les pierres entourant les sépultures de Teboursouk étaient dégrossies ou taillées et avaient la forme de voussoirs. Cette forme est, d’après l’auteur, le résultat d’un travail de l’homme (Carton 1895).

97Dans d’autres nécropoles, la taille de la pierre est absente, comme c’est le cas à Bulla Regia et Aïn Medouja (Carton 1895, Miniaoui 2019). La pierre utilisée dans la construction des sépultures de ces deux nécropoles est fruste.

98Une attention particulière doit être portée aux dalles de couverture. Dans la plupart des nécropoles -à l’exception de celle de Mididi-, ces dalles semblent être immuables et bien fixées pour qu’elles ne bougent pas.

99On remarque pour la taille de la pierre que, plus un monument présente une architecture complexe, plus il possède une taille importante de la pierre. Cette constatation s’applique aux mégalithes, monuments complexes, dotés de plusieurs éléments architecturaux. Un dolmen est par contre, une simple tombe, d’architecture rudimentaire.

100Une question qui se pose est celle relative aux instruments utilisés pour effectuer la taille : quels étaient les outils à la disposition des tailleurs ? Un examen minutieux des blocs taillés, qui sont en grande partie détériorés par des agents climatiques (amplitude thermique, érosion, gel) et par l’intervention de l’homme, ne permet pas d’observer les stigmates de la taille. En l’absence de ces données proprement techniques, cette question demeure posée.

Conclusion

101Les études consacrées aux sépultures mégalithiques de la Tunisie n’ont pas traité le sujet du système de fermeture. Notre étude est de portée régionale ; elle est basée sur des données recueillies dans des nécropoles et argumentée par des informations sur le système de fermeture observées dans plusieurs sépultures mégalithiques situées dans la région du Haut Tell. Quelques éléments de comparaison avec les monuments dolméniques européens similaires enrichissent les informations sur l’interprétation du système de fermeture et de l’accessibilité à l’espace funéraire.

102La chambre funéraire est souvent le seul élément architectural qui nous soit parvenu ; toutefois, elle est généralement pillée. Le mauvais état de conservation d’une grande partie des sépultures n’a pas permis la moindre observation quant à l’existence ou non d’une dalle qui devrait fermer l’entrée. Cette dalle était enlevée pour procéder à un nouvel ensevelissement en cas de sépultures collectives.

103Le système de fermeture des sépultures de la nécropole de Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed et celles des nécropoles mégalithiques situées dans la région du Haut Tell, bien qu’il se diffère d’un monument à un autre, révèle des caractéristiques relatives à l’accès et la descente dans la structure, d’une part, et du travail de la pierre, d’autre part. Quel que soit le système, l’objectif est d’assurer une protection du tombeau. Concevoir le système de fermeture entre complexité et simplicité est un processus qui implique, au-delà de sa mise en forme, l’architecture de la tombe proprement dite. Les données archéologiques sont, dans l’état actuel de la recherche, insuffisantes pour savoir si la différenciation par les portes d’entrée et par le système correspond à une différence chronologique, ou bien si dans un ensemble contemporain on a voulu mettre en valeur certaines sépultures.

104Les aménagements architecturaux qui précèdent la baie d’accès déterminent la manière d’accéder et de descendre dans l’espace funéraire. L’ouverture donnant accès à l’espace funéraire est le résultat d’un travail de l’homme. Cette ouverture est aménagée dans l’une des dalles-parois pour créer le passage d’accès. Le travail de la pierre ne se limite pas seulement aux baies d’entrée mais on le trouve aussi sur des différentes parties de la structure. La taille de la pierre est, dans l’état actuel de conservation, simple ; elle témoigne une certaine perfection de travail de la pierre.

105Des sondages–notamment dans les parties enterrées des dalles en question– peuvent dévoiler d’autres aspects du système de fermeture et du travail de la pierre des sépultures mégalithiques de la Tunisie.

Haut de page

Bibliographie

Aounallah et al. 2020, AOUNALLAH S., BROUQUIER_REDDÉ V., ABIDI H., ARTRU J., BEN SLIMÈNE H., MALIGORNE Y., POUPON F., SGHAÏER Y., TOUJ F., Architecture et pratiques funéraires préromaines dans la nécropole du Nord-Ouest à Dougga, Antiquités Africaines, 56, 2020, p. 183-205.

Bagella et al. 2009a, BAGELLA S., CICILLONI R., MARRAS G., Censimento e catalogazione dei monumenti dolmenici di Mididi, in G. Tanda, M. Ghaki, R Cicilloni, Storia dei paesaggi preistorici e protostorici nell’Alto Tell tunisino, Cagliari, 2009a, p. 91-155.

Bagella et al. 2009b, BAGELLA S., CICILLONI R., MARRAS G., Tipologia dei monumenti dolmenici di Mididi, in G. Tanda, M. Ghaki, R Cicilloni, Storia dei paesaggi preistorici e protostorici nell’Alto Tell tunisino, Cagliari, 2009b, p. 157-162.

Cagnat & Saladin 1894, CAGNAT R., SALADIN H., Voyage en Tunisie, Paris, 1894.

Camps 1961, CAMPS G., Aux origines de la Berbérie. Monuments et rites funéraires protohistoriques, Paris, 1961.

Camps 1991, CAMPS G., Bazinas, Encyclopédie Berbère, IX, 1991, p. 1400-1407.

Camps 1995, CAMPS G., Dolmens, Encyclopédie Berbère, XVI, 1995, p. 2490-2509.

Camps 2000, CAMPS G., Hammam Ez Zouakra, Encyclopédie Berbère, XXII, 2000, p. 3354-3355.

Camps & Camps-Fabrer 1964, CAMPS G., CAMPS-FABRER H., La nécropole mégalithique de Djebel Mazela à Bou Nouara, Paris, 1964.

Camps & Longerstay 2000, CAMPS G., LONGERSTAY M., Haouanet, Encyclopédie Berbère, XXII, 2000, p. 3361-3387.

Canino et al. 2009, CANINO G., DEPALMAS A., DI GENNARO F., MELIS M.G., MELONI G.M., Censimento et catalogazione dei monumenti megalitici, in G. Tanda, M. Ghaki, R Cicilloni, Storia dei paesaggi preistorici e protostorici nell’Alto Tell tunisino, Cagliari, 2009, p. 221-269.

Carton 1891, CARTON L., Les mégalithes de Bulla Regia. Les alignements de la plaine de la Medjerdha et les sépultures du Djebel Herrech, Anthropologie, II, 1891, p. -16.

Carton 1895, CARTON L., Découvertes épigraphiques et archéologiques faites en Tunisie (région de Dougga), Paris, 1895.

Cicilloni 2009, CICILLONI R., Makthar : tipologia dei monumenti megalitici, in G. Tanda, M. Ghaki, R Cicilloni, Storia dei paesaggi preistorici e protostorici nell’Alto Tell tunisino, Cagliari, 2009, p . 57-62.

Denis 1895, DENIS Ch., Les dolmens de la Tunisie centrale, Bulletin de la Société de Géographie et d'Archéologie d'Oran, XV, 1895, p. 273-280.

Depalmas & Di Gennaro 2009, DEPALMAS A., DI GENNARO F., Prospezione di superficie, in G. Tanda, M. Ghaki, R Cicilloni, Storia dei paesaggi preistorici e protostorici nell’Alto Tell tunisino, Cagliari, 2009, p. 217-219.

De Rialle 1884, DE RIALLE G., Monuments mégalithiques de la Tunisie, Bulletin Trimestriel des Antiquités Africaines, 2, 1884, p. 260-268.

Deyrolle 1904, DEYROLLE E., Les haouanet de Tunisie, Bulletin de la Société d’Anthropologie de Paris, 1904, p. 394-404.

Di Gennaro 2009, DI GENNARO F., Monumenti megalitici di Ellès ; topografia, in G. Tanda, M. Ghaki, R Cicilloni, Storia dei paesaggi preistorici e protostorici nell’Alto Tell tunisino, Cagliari , 2009, p. 205-215.

Foussard 1923, FOUSSARD Cap., Exploration archéologique du terrain compris sur la carte de Mactar au 1/50000, Bulletin archéologique du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 1923, p. 51-56.

Ghaki 1987, GHAKI M., Les haouanet d’El Harouri, Reppal, III, 1987, p. 229 -254.

Ghaki 1997, GHAKI M., Le nouveau monument mégalithique de Makthar. Rapport préliminaire, Reppal, X, 1997, p. 63-72.

Ghaki 1999, GHAKI M., Les haouanet de Sidi Mhamed Latrech, Tunis, 1999.

Ghaki 2003, GHAKI M., Questions autour du mégalithisme en Tunisie. L’Afrique du Nord antique et médiévale, VIII Colloque international sur l’histoire et l’archéologie de l’Afrique du Nord, Tunis, 2003, p. 47-63.

Ghaki 2009, GHAKI M., L’architecture et les rites funéraires libyques en Tunisie, in G. Tanda, M. Ghaki, R Cicilloni, Storia dei paesaggi preistorici e protostorici nell’Alto Tell tunisino, Cagliari, 2009, p. 301-307.

Ghaki 2017, GHAKI M., La protohistoire en Tunisie, Encyclopédie Berbère, XL, 2017, p. 6715-6724.

Guilaine 2011, GUILAINE J., Méditerranée mégalithique : dolmens, hypogées, sanctuaires, Paris, 2011.

Guilaine 2022, GUILAINE J., Mediterranean megalithism: a long history, in Laporte L., Large J.M., Nespoulous L., Scarre Ch., Steimer-Herbet T., Megaliths of the World, Volume I, Oxford, 2022, p. 1281-1296.

Joussaume 1985, JOUSSAUME R., Des dolmens pour les morts. Les mégalithismes à travers le monde, Paris, 1985.

Joussaume 2003, JOUSSAUME R., Les charpentiers de la pierre. Monuments mégalithiques dans le monde, Paris, 2003.

Kallala & Sanmarti 2008, KALLALA N., SANMARTI J., Recherches sur l’occupation d’Althiburos (région du Kef, Tunisie) et de ses environs à l’époque numide, Pyrenae, 39, vol 1, 2008, p. 67-113.

Kallala et al. 2014, KALLALA N., SANMARTI J., JORNET R., BELARTE M.-C., CANELA J., CHERIF S., CAMPILLO J., MONTANERO D., MINIAOUI S., BERMUDEZ X., FADRIQUE T., REVILLA V., RAMON J., BEN MOUSSA M., La nécropole mégalithique de la région d’Althiburos, dans le massif du Ksour (Gouvernorat du Kef, Tunisie). Fouille de trois monuments, Antiquités Africaines, 50, 2014, p. 19-60.

Kallala et al. 2017, KALLALA N., SANMARTI J., BELARTE M.C., BEN MOUSSA M., BERMUNDEZ X., CAMPILLO J., CANELA J., CHÉRIF S., CRUZ I., FADRIQUE T., JORNET R., MINIAOUI S., MONTANERO D., RAMON J., REVILLA V., Althiburos III. La nécropole protohistorique d’Althiburos-massif du Ksour, Tarragona, 2017.

Longerstay 1982-1983, LONGERSTAY M., Les haouanet de Khroumerie et des Mogods, Les Dossiers d’Archéologie, 69, 1982-1983, p. 9-15.

Longerstay 1986, LONGERSTAY M., El Guetma, Reppal, II, 1986, p. 339-356.

Longerstay 1991, LONGERSTAY M., Ben Yasla, Encyclopédie Berbère IX, 1991, p. 1444-1447.

Marras et al. 2009, MARRAS G., DORO L., FLORIS R., ZEDDA M., Il dolmen 102. Nota preliminare, in G. Tanda, M. Ghaki, R Cicilloni, Storia dei paesaggi preistorici e protostorici nell’Alto Tell tunisino, Cagliari, 2009, p. 179-200.

Melis 2009, MELIS M. G., Caratteristiche tipologiche dei monumenti, in G. Tanda, M. Ghaki, R Cicilloni, Storia dei paesaggi preistorici e protostorici nell’Alto Tell tunisino, Cagliari, 2009, p. 271-283.

Meloni 2009, MELONI G. M., Tecnica costruttiva, in G. Tanda, M. Ghaki, R Cicilloni, Storia dei paesaggi preistorici e protostorici nell’Alto Tell tunisino, Cagliari, 2009, p. 285-290.

Miniaoui 2019, MINIAOUI S., La nécropole dolménique de Aïn Medouja (région de Makthar), Cartagine, Studi e Ricerche. Rivista della Scuola Archeologica Italiana di Cartagine, 4, 2019, p. 1-24.

Miniaoui 2020, MINIAOUI S., Les techniques de construction des sépultures mégalithiques de la Tunisie. Essai de classification, Ikosim, 9, 2020, p. 147-159.

Miniaoui 2021, MINIAOUI S., Les monuments sépulcraux de Chaouach et Toukabeur dans le Tell Nord Est Tunisien, Dossier de le Monografie della Scola Archeologica Italiana di Cartagine, Sassari, 2021.

Miniaoui 2022, MINIAOUI S., Une nouvelle nécropole dolménique dans la région de Makthar : Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed, Colloque international, 1979-2019, L’exposition DIE NUMIDER, 40 ans après. Bilan et perspectives des recherches sur les autochtones de l’Afrique du Nord, Tunis, 27-29 novembre 2019, Tunis, 2022, p. 117-164.

Monaco et al. 2020, MONACO A., BELHOUCHET L., BEL HADJ BRAHIM H., BEN FRAJ T., BEN NASR J., BOUSSOFFARA R., CANCELLIERI E., JNAN M., LUCCI E., ROTUNNO R., DI LERNIA S., Megalithic Structures of the northern Sahara (Chott el Jérid, Tunisia), Cartagine. Studi e Ricerche. Rivista della Scuola Archeologica Italiana di Cartagine, 5, 2020, p. 1-26.

Paris & Guaki 2010, PARIS F., GHAKI M., Les monuments mégalithiques du Sud tunisien. État de la question, Les nouvelles de l’Archéologie, n° 120-121, 2010, p. 71-74.

Pauphilet 1953, PAUPHILET D., Monument mégalithique à Mactar, Karthago, I, 1953, p. 51-82.

Sanmarti et al. 2012, SANMARTI J., KALLALA N., BELARTE M.C., RAMON J., MARAOUI B., JORNET R., MINIAOUI S., Filling gaps in the Eastern Maghreb’s Protohistory : The Althiburos archaeological project (El Kef, Tunisia), Journal of African Archaeology, 10 (1), 2012, p. 21-44.

Sanmarti et al. 2015, SANMARTI J., KALLALA N., JORNET R., BELARTE M.C., CANELA J., CHERIF S., CAMPILLO J., BERMUDEZ X., FADRIQUE T., REVILLA V., RAMON J., BEN MOUSSA M., Roman Dolmens ?, The Megalithic Necropolises of Estern Maghreb Revisited, in M. Díaz-Guardamino, L. García Sanjuan, D. Wheatley, The lives of prehistoric monuments in Iron Age, Roman and Medieval Europe, Oxford University Press, Oxford, 2015, p. 287-304.

Sanmarti 2022, SANMARTI J., The megalithic necropolises of the Eastern Magrib, in L. Laporte, J.M. Large, L. Nespoulous, Ch. Scarre, T. Steimer-Herbet, Megaliths of the World, Volume I, Oxford, 2022, p. 1111-1124.

Tanda & De Nicolo 2009, TANDA G., DE NICOLO B., Tecnica di costruzione dei dolmen di Mididi, in G. Tanda, M. Ghaki, R Cicilloni, Storia dei paesaggi preistorici e protostorici nell’Alto Tell tunisino, Cagliari, 2009a, p. 163-176.

Tanda et al. 2009, TANDA G., GHAKI M., CICILLONI R., Storia dei paesaggi preistorici e protostorici nell’Alto Tell tunisino, Cagliari, 2009.

Tarrús 1999, TARRÚS J., Réflexions sur le mégalithisme en Catalogne, in Mégalithismes de l’Atlantique à l’Éthiopie, séminaire du Collège de France, sous la direction de Jean Guilaine, Paris, 1999, p. 109-121.

Tissot 1888, TISSOT Ch., Géographie comparée de la province romaine d’Afrique, I-II, 1888, Paris.

Toussaint 1899, TOUSSAINT Commandant, Rapport archéologique sur la région de Maktar, Bulletin des Comités des Travaux Historiques et Scientifiques, 1899, p. 185-235.

Toutain 1948, TOUTAIN J., Compte-rendu de rapport du Colonel Reyniers sur les fouilles exécutées à Hammam Zouakra, Bulletin des Comités des Travaux Historiques et Scientifiques, 1948, p. 46-47.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Position de la Tunisie en Méditerranée et situation de la nécropole de Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed dans la région de Makthar, avec localisation des principales nécropoles dolméniques dans le Haut Tell Tunisien.
Crédits Crédit : S. Miniaoui.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/3579/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 561k
Titre 2. Dolmen à cercles concentriques.
Légende a. Plan ; b. Chambre précédée d’un couloir : Monument 1 de Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed.
Crédits Crédit : S. Miniaoui.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/3579/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Titre 3. Puits d’accès aménagé dans l’antichambre du monument mégalithique Pauphilet de Makthar.
Crédits Crédit : S. Miniaoui.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/3579/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre 4. Mégalithes complexes et dolmen simple.
Légende a. Mégalithe de Makthar (Ghaki 1997) ; b. Mégalithe d’Ellès ; c. Dolmen de Djebel Goraa.
Crédits Crédit : S. Miniaoui.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/3579/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 567k
Titre 5. Dessins des parois de façade de treize tombes de Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed dans lesquelles sont aménagées des entailles.
Crédits Crédit : S. Miniaoui.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/3579/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre 6. Échancrure taillée dans la paroi de façade : Monument 51 de Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed.
Crédits Crédit : S. Miniaoui.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/3579/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre 7. Dimensions (m) des parois de façade et des ouvertures de treize monuments : Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed.
Crédits Crédit : S. Miniaoui.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/3579/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre 8. Entrée taillée dans l’angle supérieur gauche de la paroi de façade : Monument 15 de Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed.
Crédits Crédit : S. Miniaoui.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/3579/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre 9. Entaille aménagée dans la paroi de devant.
Légende a. La deuxième chambre de la rangée de droite du mégalithe 19 d’Ellès ; b. Sept chambres (de 1 à 7) s’ouvrant sur un couloir ; les entailles sont aménagées dans les parois (de a à w) de devant qui délimitent le couloir : Mégalithe 16 d’Ellès (Miniaoui 2020).
Crédits Crédit : S. Miniaoui.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/3579/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 643k
Titre 10. Piliers latéraux de façade : Deux mégalithes de Hammam Zouakra.
Crédits Crédit : S. Miniaoui.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/3579/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre 11. Disque sculpté dans la paroi de façade : Mégalithe de Hammam Zouakra.
Crédits Crédit : S. Miniaoui.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/3579/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre 12. Disque ( ?) sculpté dans la paroi de la façade : Mégalithe de Hammam Zouakra.
Crédits Crédit : S. Miniaoui.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/3579/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre 13. Encoche aménagée dans une dalle mégalithique : Aïn Zouza.
Crédits Crédit : S. Miniaoui.
URL http://journals.openedition.org/pm/docannexe/image/3579/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Souad Miniaoui, « Le système de fermeture des sépultures mégalithiques de la Tunisie : l’exemple de Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed (région de Makthar, Haut Tell Tunisien) »Préhistoires Méditerranéennes, 10 | -1, 23-43.

Référence électronique

Souad Miniaoui, « Le système de fermeture des sépultures mégalithiques de la Tunisie : l’exemple de Kalaat Sidi Ali Ben Ahmed (région de Makthar, Haut Tell Tunisien) »Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 10 | 2022, mis en ligne le 13 novembre 2023, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/pm/3579 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pm.3579

Haut de page

Auteur

Souad Miniaoui

Département d'Archéologie, Institut Supérieur des Sciences Humaines de Tunis (ISSHT), Université de Tunis El Manar, Tunis, Tunisie

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search