Navigation – Plan du site
Contributions invitées

L’économisation de l’échec

Economizing Failure
Peter Miller
p. 369-376

Texte intégral

1Il est tout d’abord important de souligner l’évolution considérable, depuis le début des années quatre-vingt, des connaissances disponibles sur l’influence réciproque entre les chiffres, les politiques et le politique. Des recherches ont notamment porté sur la neutralité ou l’objectivité supposée des chiffres ; le cheminement par lequel les sociétés semblent devenir progressivement dépendantes des processus de quantification ; la manière dont les chiffres et les indicateurs de performance se propagent à l’extérieur et à l’intérieur des sociétés ; les processus de standardisation ; les processus de financiarisation ; la constitution des marchés ; le rôle des sciences économiques dans cette évolution ; les motifs visant à réguler ou à administrer la vie des individus ; la manière dont ceci a été rendu possible en combinant représentations et instruments. La synthèse de ces recherches permet donc d’appréhender le mécanisme assez subtil de co-construction entre les idées ou les mentalités politiques et un ensemble de mesures et d’instruments. Ces développements se sont produits de diverses manières, depuis la centralisation colbertiste jusqu’aux idéaux et principes plus contemporains de transparence et de libre choix sur les marchés. L’évocation de Colbert permet toutefois de rappeler qu’il serait excessif de supposer que les chiffres et les marchés vont nécessairement de pair. Si l’on considère les développements sur la période récente, il semble effectivement y avoir une adéquation particulière entre les chiffres et les marchés. Toutefois, nous nous contenterons de chercher à déterminer la nature exacte de la relation entre un régime d’économie de marché et les processus de quantification.

2Toute une sémantique s’est développée dans la vie des organisations et des sociétés, qui fait peser le sentiment d‘une certaine tyrannie de la mesure. Afin de mieux comprendre ce phénomène, nous devons comprendre et défaire les liens transversaux associant les chiffres et les différentes logiques d’intervention ou, en simplifiant, le rôle des chiffres dans la transformation des États et de l’action publique que nous avons observée récemment. Si, au cours des dernières décennies, des progrès ont été faits en ce sens, il apparaît que notre connaissance est bien moindre concernant le point limite de ces processus. Pour cette raison, je considère ici les situations d’échecs et de sortie du jeu du marché. Il se peut tout à fait qu’il existe d’autres points saillants dont l’analyse pourrait être instructive, néanmoins mon attention se concentre ici sur ce point particulier. Autrement dit, il est utile de mieux comprendre l’évolution par laquelle l’échec a été rendu quantifiable et intelligible économiquement. En effet, la notion de marché présuppose l’existence de procédures relativement ordonnées de sortie du jeu économique, prévoyant la réintégration ultérieure des individus ainsi exclus. Pour les besoins de cette analyse, mon propos empruntera quelque peu aux écrits de Michel Callon, dont le travail n’a pas évolué en parallèle mais bien de manière interdépendante avec mes propres recherches. À ce titre et contrairement à un certain nombre d’études de sociologie économique, il semble décisif de ne pas se concentrer sur des mesures considérées isolément ou des instruments spécifiques, mais bien d’observer plutôt l’enchaînement des différents calculs (chains of calculation) qui se déroulent particulièrement dans le cas de l’échec. Je m’appuierai également, plus précisément sur deux articles : « Accounting, Organizing and Economizing » (Miller et Power, 2013) et « Calculating Failure » (Kurunmäki et Miller, 2013). Ce second article retrace de manière très comprimée l’histoire des représentations de l’échec aux États-Unis et en Grande-Bretagne entre 1840 et 1940 approximativement. Il s’agit donc d’une discussion qui rejoint le débat académique, assez dynamique actuellement en Grande-Bretagne et ailleurs, autour de l’étude des différentes dimensions de l’échec.

Comptabiliser, organiser et « économiser »

3Le premier article présente l’argument principal, pour beaucoup déjà familier, de l’existence d’une relation mutuellement constitutive entre les pratiques de comptabilisation (accounting practices), les modes d’organisations (organizing) ainsi que les processus plus généraux d’économisation (Miller et Power, 2013). Par économisation, nous entendons particulièrement « le processus et les pratiques par lesquels les individus, les activités et les organisations sont constitués sous la forme d’acteurs et d’entités économiques, plutôt que le sens populaire de réduction des coûts et de réalisation d’économies » (traduit de Miller et Power, 2013). Nous ne prétendons pas que les pratiques de comptabilisation sont à elles seules responsables de ce mécanisme, néanmoins nous pensons qu’elles y jouent un rôle important. Cette proposition pourrait paraître tautologique, ce qui serait regrettable. Cependant, elle l’est en partie et il en est même nécessairement ainsi, si l’on souhaite fonder empiriquement le processus d’économisation. Le rôle singulier que jouent les pratiques de comptabilisation est révélé notamment par l’observation qu’ « [elles] fournissent de plus en plus le discours dominant de la rationalité de marché au sein des organisations, entre les organisations et à un niveau sociétal » (traduit de Miller et Power, 2013). Nous faisons également valoir que les pratiques de comptabilisation produisent des effets distincts relativement à la réflexion économique, qui a assurément joué elle aussi un rôle important dans le processus d’économisation. Nous soutenons, en effet, que le cadre conceptuel de la comptabilité (accounting), et cela peut paraitre curieux, a un caractère plus personnel que l’économie (economics) parce qu’il est mieux équipé pour intervenir sur les actions des individus qu’ils soient managers ou destinataires des managers et de leurs actions sur le terrain, de même qu’il semble mieux équipé pour intervenir sur les actions des entités et des sous-ensembles qui les composent. Il s’agit là d’objets que l’économie a typiquement tendance à ordonner sur une échelle sans réellement les analyser autrement qu’en des termes très généraux, en catégorisant de manière stylisée certains types d’actions. Cet argument est vraisemblablement déjà connu mais notre objectif est surtout de révéler différentes dimensions ainsi que d’identifier quelques-unes des caractéristiques principales de la comptabilité afin de comprendre comment celles-ci s’imbriquent entre elles. Nous identifions quatre aspects du rôle des pratiques de comptabilisation dans les processus d’organisation et d’économisation. Je vais dans un premier temps brièvement présenter ces aspects pour ensuite me concentrer sur l’évolution du concept d’échec.

4La première dimension que nous développons concerne la territorialisation (territorializing). Celle-ci renvoie à l’idée de construction récursive d’espaces calculables que les acteurs occupent au sein d’organisations et de la société. Peu importe que ces espaces soient délimités physiquement tels que le conseil d’administration d’un hôpital, l’atelier d’une usine ou des salles de séminaires, ou bien qu’ils soient constitués de manière abstraite tels que les départements ou les divisions de centres de coûts, les services publics ou encore des groupes d’entreprises. Nous examinons la manière avec laquelle les pratiques de comptabilisation enveloppent ces activités au sein d’un cadre intégrateur, ce que nous nommons territorialisation, en reconnaissant que nous ne sommes pas les seuls à employer ce terme.

5La deuxième dimension, la médiation (mediating), recouvre un processus d’innovation et de transformation qui dépasse la simple idée de mise en relation. L’activité de médiation peut être effectuée par des individus, des instruments, des indicateurs, des machines, voire des idées et c’est pour cette raison que nous examinons un large ensemble de dispositifs qui autorisent et facilitent ce processus d’hybridation introduit par ailleurs (Callon, 1994 ; Kurunmäki et Miller, 2006). Plus particulièrement, cette réflexion s’intègre dans une lignée de travaux de recherche peut être moins connus qui mobilisent les concepts de modèles médiateurs, instruments médiateurs et de machine médiatrices (Morgan, 1999 ; Wise, 1988). Norton Wise restitue de manière assez fine l’idée selon laquelle les catégories mobilisées par les communautés scientifiques particulières en viennent à être inter-définies avec les catégories politiques et économiques plus générales, ce qui suggère l’existence d’un processus assez curieux, à l’œuvre dans un contexte local. Cela peut par exemple renvoyer à des rivalités interprofessionnelles dans le domaine médical portant sur les interprétations d’une nouvelle initiative gouvernementale, et au-delà sur la manière dont celles-ci en viennent à être inter-définies par rapport à des catégories d’interprétation beaucoup plus larges.

6La troisième dimension que nous détaillons se rapproche plus de la notion d’échec. Elle concerne la fonction d’attribution (adjudicating) qui certainement renvoie au rôle le plus évident ou le plus intuitif pouvant être accordé aux pratiques de comptabilisation. Fondamentalement, comptabiliser doit permettre de comparer les individus, les entités ou leurs sous-ensembles. Il s’agit de comparer les individus les uns par rapport aux autres, ainsi que par rapport à eux-mêmes. Les possibilités offertes au niveau des profils Google Scholar illustrent assez bien cette idée. Non seulement l’ensemble des travaux individuels peut être recensé, mais il est également possible d’agréger des travaux réalisés en commun afin de les comptabiliser collectivement. Un paramètre intéressant permet justement de pouvoir conserver l’accès privé à son profil, ou de le rendre public et par suite de pouvoir mesurer quotidiennement sa propre performance sur ce réseau social professionnel. Il s’agit là assurément de comptabiliser, au sens large du terme. Un certain nombre d’auteurs, notamment ceux ayant contribué à la littérature néo-institutionnelle, tel que John Meyer, ont déjà mis en évidence les mécanismes par lesquels ces processus acquièrent progressivement une dimension contraignante (Meyer et Rowan, 1977). D’autres ont aussi étayé le concept de commensurabilité en tant que processus social, en tentant de montrer dans quelle mesure le monde en vient à converger pour s’insérer dans ces catégories (Espeland et Stevens, 1998).

7Enfin, nous mettons en évidence la dimension de subjectivation (subjectivizing) : comptabiliser subordonne les individus à un régime de contrôle mais renvoie en même temps à l’hypothèse d’individus libres de choisir. L’économisation s’exerce à un niveau très personnel, faisant en sorte que les acteurs en viennent à se penser comme des êtres qui doutent face à des choix ou à des décisions pouvant à leur tour être rendues calculables et gouvernables. Si l’on se réfère à Ian Hacking, que j’admire depuis longtemps, cette logique modifie l’espace et les possibilités d’expression de l’individu (personhood) (Hacking, 2007). Là encore, il nous semble possible de reconnaître la capacité de la comptabilité à aller au-delà de l’économie, parce qu’elle agit de manière très immédiate sur les actions des individus.

8Pour la suite de mon propos, je vais donc supposer que ces quatre aspects sont à l’œuvre de manière relativement plausible dans les processus de comptabilisation. Il me semble par ailleurs qu’un certain nombre de lecteurs de la revue Politiques et Management Public ont également déjà dû écrire à ce sujet. Il nous est apparu qu’il pouvait tout de même y avoir un certain mérite à regrouper ensemble ces dimensions afin d’en améliorer l’usage. Quel est aujourd’hui l’impact de la comptabilité ? Quelle est la place accordée à la fonction d’attribution ? Il semble peu probable, en effet, que l’on alloue des ressources sans avoir préalablement défini un espace d’action, ni sans avoir préalablement mis en relation les différents acteurs. Par suite, le processus de subjectivation paraît résulter de ces mêmes processus de territorialisation et d’attribution et c’est la raison pour laquelle nous l’avons regroupé avec les autres catégories dont nous parlons. Concernant la fonction d’attribution, et en particulier l’économisation, que nous connaissons finalement encore assez peu, il semblerait que nous ayons parfois tendance à prendre pour acquis le fait que le processus d’économisation se soit appliqué au monde économique de manière assez évidente et directe. Lorsque nous regardons aujourd’hui la logique d’économisation qui investit la sphère publique, nous courrons le risque de négliger la difficulté rencontrée avec son déploiement dans le domaine économique, dans le monde de l’entreprise et notamment dans des situations d’échec, de faillite ou de sortie du jeu économique.

Calculer l’échec

  • 1 Sur la notion de conditions de possibilités, se référer à Foucault (1970) ainsi qu’à sa notion de m (...)

9Le second article auquel je me réfère remonte au début du XIXe siècle et se concentre sur la période qui s’étend entre 1840 et 1940 environ (Kurunmäki et Miller, 2013). Nous soutenons que cette période nous permet de comprendre les conditions de possibilité de ce que nous observons actuellement, c’est-à-dire une tentative de déploiement de l’économisation à l’ensemble du domaine social1. En Grande-Bretagne cela s’incarne certainement au sein du système hospitalier. Notre intérêt se porte d’ailleurs sur les tentatives d’adaptation de la législation sur l’insolvabilité aux hôpitaux publics mais ce processus s’applique également de manière croissante au travail social, aux prisons et à bien d’autres activés encore. Ainsi, le projet d’étendre l’économisation à la sphère publique nécessite d’inventer ces procédures ordonnées ou quasi ordonnées afin d’organiser les conditions de sortie. De même, la mise en place de toute une infrastructure de calcul paraît inévitable. Dans l’article auquel je me réfère, nous nous concentrons donc sur le développement logique et le processus culturel ayant conduit à une redéfinition de l’échec en tant que notion plus économique que morale. Nous examinons trois étapes de ce cheminement aux États-Unis et en Grande-Bretagne.

10Tout d’abord, cela concerne les tentatives, au XIXe siècle, de produire une législation durable afin de traiter de manière systématique les faillites. Aux États-Unis, ce processus itératif ressort très nettement  : il est marqué par une alternance entre mesures législatives et abrogation de ces lois. Le premier texte de loi publié en 1800 dure trois ans. La seconde mouture de la loi sur les faillites (Bankruptcy Act) de 1842 est abrogée au bout d’un an à peine. Le texte suscite à l’époque l’indignation pour une raison qui aujourd’hui paraît tenue pour acquise et qui introduisait la notion de faillite volontaire - et donc l’idée que l’État puisse effacer vos dettes. Cette idée constituait alors un scandale absolu au sein des cercles politiques et il était prévu d’abolir la loi quelques jours après sa promulgation  : en effet, le texte avait été voté dans le cadre de négociations politiques plus larges. Un quart de siècle plus tard est promulguée la loi sur les faillites de 1867. Elle est maintenue pendant une dizaine d’années avant d’être abrogée en 1878 sur la base d’arguments similaires. Il faut attendre 1898 pour voir une législation durable en la matière aux États-Unis. En Grande-Bretagne, il est possible d’observer un phénomène empruntant la même logique mais avec une chronologie légèrement différente  : la première loi sur les faillites est votée en 1831 ; la loi sur les liquidations (Winding-up Act) date de 1848 ; l’activation des faillites (Banruptcy Activating) de 1861, constitue le premier texte de loi permettant le dépôt de bilan volontaire ; la loi sur les sociétés (Companies Act) de 1862 est souvent remémorée par les universitaires qui s’intéressent à la comptabilité comme l’« amie des comptables » car elle a ouvert la possibilité d’une professionnalisation de ce métier ; la loi sur l’endettement (Debtors Act) est votée en 1869. La dernière phase, très similaire à ce qui a pu se passer aux États-Unis, survient avec la loi sur les faillites de 1883 qui est maintenue pendant près d’un siècle avant d’être remplacée en 1985 et 1986. Ainsi, la première étape de ce processus est législative en même temps que très culturelle puisque l’idée de dépôt de bilan volontaire, pour être valable, doit d’abord être réputée acceptée.

11La deuxième étape que nous considérons n’est pas chronologique. En effet, elle se déploie parallèlement à la première dont elle est donc contemporaine. Elle s’étend approximativement de 1840 à 1890 et l’on trouve sa référence dans un certain nombre de sources, notamment dans l’ouvrage de Scott Sandage intitulé « Born Losers » (Sandage, 2005). Pour lui, cette période correspond à une époque où les Américains n’avaient pas encore appris à se penser les uns les autres seulement en tant que chiffres. Cette période renvoie à des pratiques d’évaluation de la solvabilité des individus par notation (rating) mais sous une forme narrative (narrating). Il s’agit donc bien d’une évaluation sous forme de récit. Ce processus débute réellement en 1841 avec la création de la Mercantile Agency qui est devenue assez rapidement un commentateur de ces notes, « une sorte de bureau de renseignement pour tout le pays, avec des filiales dans les principales villes, fournissant des informations concernant la solvabilité et les affaires de chaque homme d’affaires [man of business] du pays » (traduit de Sandage, 2005, p. 99). Il est remarquable de constater le développement à cette période du télégraphe et des chemins de fer et l’absence, jusqu’à la création des agences de notation de crédit, du développement d’une infrastructure d’information comparable pour évaluer la solvabilité des individus qui sont anonymes et encore très éloignés les uns des autres. Ce système connaît très rapidement un grand succès et en 1851, la Mercantile Agency recense environ deux milles «  informateurs », tels qu’ils sont nommés, et occupe trente employés à plein-temps. L’agence reçoit quotidiennement environ six cents rapports nouveaux ou mis à jour. En 1941, en faisant un saut dans le temps de près d’un siècle, l’agence dispose de cinquante mille informateurs aux États-Unis. Toutefois, il ne s’agit pas encore de notes de crédit telles que nous les connaissons aujourd’hui, et les informations que l’on peut alors trouver dans les rapports de la Mercantile Agency sont du type de celles qui suivent  : « À fait faillite et réside désormais à Boston (failed and now in Boston) » ; « Faites bien attention de ne jamais lui faire confiance (Be sure and never trust him) » ; « Ne vaudra jamais rien (Will always be worthless) ». À l’origine les rapports sont seulement lus en public, puis cette pratique évolue avec l’apparition de la machine à écrire permettant de diffuser des copies, en petit nombre cependant dans un premier temps. Tout au long de cette période, la notation et les notes restent impénétrables. Il faut attendre 1869 et la décision d’une des principales agences de notation de standardiser l’information traitée pour que celle-ci ne relève plus seulement de l’anecdote ou d’un caractère personnel. Évidemment, jusqu’à la fin du XIXe siècle, les états financiers, tel qu’il est possible de se les représenter aujourd’hui, n’existent pas encore et donc toute appréciation devait d’une certaine manière nécessairement relever de l’anecdote.

12La troisième étape correspond à une nouvelle période chronologique qui s’étend entre la toute fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle. C’est le moment où s’opère la distinction entre la notation et la narration (rating and narrating). C’est évidemment une période très présente dans l’imaginaire collectif des communautés des sciences comptables. Les catégories qui sont alors définies et les termes inventés à l’époque sont tout à fait savoureux. En effet, il est fait mention des « sciences du crédit » (« science of credits ») pour évaluer la solvabilité des individus ou de « baromètres de crédit » (« credit barometrics »), un peu à l’image de la mesure de la température où l’on aurait pu espérer pouvoir connaître la note du jour, ou bien encore d’« analyse scientifique des ratios » (« scientific ratio analysis ») (Kurunmäki et Miller, 2013, p. 17). Cette période correspond aux débuts d’une nouvelle méthode mise en place pour calculer l’échec. L’Association Nationale des Hommes de Crédit (National Association of Credit Men, NACM) est créée en 1896 aux États-Unis. Des manuels sont produits afin de fournir une méthode pour les calculs de solvabilité. Le premier de ces manuels s’intitule « Whom to Trust ? », écrit par l’« homme de crédit » Peter Earling de Chicago et publié en 1890 (Earling, 1890). Étonnamment, la pression émane des agences de notation de crédit et non des comptables qui craignent de perdre tout discernement professionnel dans leurs jugements. Les agences de notation encouragent fortement la standardisation des états financiers, qui commencent à apparaître dans une forme incontestablement moderne au cours de la première décennie du XXe siècle. Dès lors que les états financiers se développent, il est possible de construire des ratios, notamment entre l’actif à court terme et le passif à court terme, et bien d’autres encore. Progressivement l’infrastructure de calcul se renforce avec la mise en place de ratios et d’indices constitués de moyennes ou de moyennes pondérées de ces ratios.

13L’étape suivante consiste alors à tenter d’anticiper l’échec en présupposant qu’il soit justement possible de prévoir l’échec. Jusque-là, la solvabilité est évaluée de manière binaire avec des individus en situation d’échec ou non. Depuis les années 1920 environ, l’on assiste à des tentatives de prédire l’échec. Le terme de prédiction est peut-être inapproprié dans ce cas, ou du moins il l’est sûrement dans le contexte des recherches actuelles en finance. Il s’agit surtout, semble-t-il, de prévoir ce qui pourrait survenir en cas de situation d’échec : un grand nombre de données sont produites et l’enjeu consiste à estimer si les ratios ou l’interprétation de ces ratios aurait pu permettre de prédire quelles sont les organisations qui échouent en termes de cessation d’activité (discontinuance) ou mieux, celles qui n’échouent pas. C’est une sorte de jeu amusant auquel se livrent beaucoup d’études au cours des années vingt et des années trente, où la masse de données produites est déjà très importante. Cette perspective permet également d’analyser l’histoire de la constitution de tout un réseau qui se stabilise dans les années quarante et repose sur l’utilisation de différents instruments : des états financiers, des rapports de crédit, des ratios, des indices de ratios. Ces instruments sont par ailleurs manipulés par différents acteurs : des comptables, leurs associations professionnelles, des banquiers, des hommes de crédit, des agences de notation, des avocats, des associations commerciales, l’Interstate Commerce Commission, ICC (Commission du commerce entre les états américains), l’Internal Revenue Service, IRS (Administration fiscale américaine) ainsi que tout un assemblage d’organes qui sont parties prenantes à cette entreprise. Quelle que soit l’interprétation du concept de dispositif (apparatus), il me semble que cela fonctionne tout à fait sur le mode d’un assemblage reposant sur la conjugaison d’un large ensemble d’éléments, l’utilisation d’indicateurs ainsi que sur une compréhension réellement moderne de l’échec. À partir des années soixante, le travail de formalisation de l’université de Chicago fournit une infrastructure académique pour la prédiction de l’échec, sur la base de travaux qui progressent encore aujourd’hui. Cette vision très comprimée de l’histoire des représentations de l’échec nous permet ainsi de la situer dans le cadre plus général de la comptabilité (accounting) qui se concentre sur les aspects de territorialisation, de médiation, d’attribution et de subjectivation.

14En conclusion, j’ai souhaité mettre en avant trois idées. Tout d’abord l’idée qu’économisation et modes d’organisation forment un processus conjoint qui dépend largement du cadre conceptuel de la comptabilité. La comptabilité offre un cadre nécessaire mais non suffisant, bien que son rôle soit tout de même central. Deuxièmement, il a fallu au processus d’économisation environ un siècle pour investir complètement l’idée d’échec ainsi que l’ensemble du débat économique. Il est important de garder ceci en mémoire lorsque l’on s’intéresse à l’économisation de la sphère publique. Cette évolution a requis la mise en place de tout un dispositif d’indicateurs, d’instruments et de manières de concevoir l’échec. Assurément ces dispositifs existent aujourd’hui, ce qui pourrait permettre d’accélérer le processus d’économisation de la sphère publique. La troisième observation est qu’il semble y avoir aujourd’hui un grand engagement et de l’enthousiasme pour ces questions. Robert Musil dans son ouvrage « der Mann ohne Eigenschaft » (« l’homme sans qualité ») fait dire à l’un de ses personnages  : « la machine était là, et parce qu’elle était là, elle devait fonctionner, et dès lors qu’elle marchait, elle s’est mise à accélérer » (traduit de Musil, 1979, p. 265). Manifestement nous avons de l’intérêt et de l’enthousiasme pour ces choses-là, malgré les résultats plutôt décevants de beaucoup de ces indicateurs dans le monde de l’entreprise.

15Références

16CALLON M., 1994. Is Science a Public Good? Fifth Mullins Lecture, Virginia Polytechnic Institute, 23 March 1993. Science, Technology & Human Values 19 (4), 395-424.

17EARLING P. R., 1890. Whom to trust: a practical treatise on mercantile credits. Rand, McNally & Co, Chicago.

18ESPELAND W. N. and Stevens M. L., 1998. Commensuration as a Social Process. Annual Review of Sociology 24 (1), 313-343.

19FOUCAULT M., 1970. The Order of Things: An Archeology of the Human Sciences. Tavistock, London.

20FOUCAULT M., 1991. Questions of Method In G. Burchell, C. Gordon and P. Miller (Eds.), The Foucault Effect: Studies in Governmentality, Universtity of Chicago Press, Chicago, 307.

21HACKING I., 2007. Kinds of People: Moving Targets. Proceedings of the British Academy 151, 285-318.

22KURUNMÄKI L. and MILLER P., 2006. Modernising Government: The Calculating Self, Hybridisation and Performance Measurement. Financial Accountability and Management 22 (1), 87-106.

23KURUNMÄKI L. and MILLER P., 2013. Calculating Failure: The making of a calculative infrastructure for forgiving and forecasting failure. Business History 55 (7), 1100‑1118.

24MEYER J. W. and ROWAN B., 1977. Institutionalized Organizations: Formal Structure as Myth and Ceremony. American Journal of Sociology 83 (2), 340‑363.

25MILLER P. and POWER M., 2013. Accounting, Organizing, and Economizing: Connecting Accounting Research and Organization Theory. The Academy of Management Annals 7 (1), 557-605.

26MORGAN M. S., 1999. Models of Mediating Instruments In Mary S. MORGAN and M. MORRISON, Models as Mediators: Perspectives on Natural and Social Science. Ideas in context. Cambridge University Press, Cambridge, 10-37.

27MUSIL R., 1979. The Man without Qualities, Volume One: A Sort of Introduction, The Like of it Now Happens (I) Pan Book, London, 365.

28SANDAGE S. A., 2005. Born Losers: A History of Failure in America (Vol. 6). Harvard University Press, Cambridge, Mass.

29WISE M. N., 1988. Mediating Machines. Science in Context 2 (1), 77-113.

Haut de page

Notes

1 Sur la notion de conditions de possibilités, se référer à Foucault (1970) ainsi qu’à sa notion de multiplication causale (Foucault, 1991, p. 76). Dans les deux cas, Foucault souligne les processus multiples par lesquels il est possible mais non nécessaire pour une chose d’être exprimée ou faite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Peter Miller, « L’économisation de l’échec  », Politiques et management public [En ligne], Vol 31/4 | 2014, mis en ligne le 12 janvier 2018, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/pmp/7285

Haut de page

Auteur

Peter Miller

London School of Economics & Political Science

Haut de page

Droits d'auteur

© 2014 IDMP/Lavoisier SAS. Tous droits réservés

Haut de page