Skip to navigation – Site map

La continuité autoritariste. L’action publique contre le sida comme révélateur des (non)transformations de l’État au Cameroun

Larissa Kojoué

Abstract

Cet article examine la pratique politique au Cameroun, ses mutations et ses variations à travers une analyse sociologique de l’action publique du sida ciblant les enfants. L’article pose l’hypothèse de la continuité autoritariste du pouvoir d’État, y compris en dehors du cadre des mobilisations politiques explicites, en l’occurrence dans le champ de la santé. Cet autoritarisme est enchâssé dans les pratiques dépolitisées, sous contrainte et sous contrôle de l’espace public. L’article conclu que le pouvoir a été reconfiguré sans toutefois presque rien changer à ses méthodes de contrôle et de répression des années postindépendance, et ce, en dépit de faiblesses institutionnelles avérées. De fait, garantir aux enfants de 0-14 ans confrontés au VIH/sida un accès minimum et durable à des services médicaux et sociaux fondamentaux n’est pas possible sans transformation fondamentale des modalités de gestion de l’action publique. La démonstration s’organise en deux parties. La première retrace l’historicité des politiques de prise en charge en tenant compte du contexte, du profil des acteurs ainsi que des modalités d’interactions. La seconde partie fait le lien entre cette historicité et les mécanismes de reproduction de la domination autoritaire étatique.

Top of page

Full text

1. Introduction

  • 1 Traduit par l’auteure. Texte original : « HIV response management signals the political and technic (...)
  • 2 Du fait de sa faible portée politique entendu ici dans un sens conflictuel
  • 3 Ici, nous préférons l’expression enfants confrontés au VIH/sida plutôt que le terme générique OEV ( (...)

1 La structuration technique de l’action publique de lutte contre le VIH/sida au Cameroun montre que les insuffisances, les dysfonctionnements et les incohérences liés aux faiblesses institutionnelles et financières de l’État camerounais n’altèrent pas ses capacités politiques de contrôle, de censure et de verrouillage de l’espace public. Cet article s’appuie sur une ethnographie de l’action publique à destination des enfants, afin de voir de près la manière dont certaines politiques sont définies et portées par des acteurs concrets et comment ces processus articulent des rapports de force et mettent à jour des modes de fonctionnement de la domination. Comme l’indique Paxton, « La gestion de l’épidémie est révélatrice des capacités politiques et techniques d’un gouvernement et d’une société au plan national comme international. C’est le signe d’une certaine compétence et d’une légitimité gouvernementale » (Paxton, 2012, 151).1 Lire le politique à partir d’un objet mineur2 des politiques publiques est un exercice relativement nouveau dans le contexte camerounais où l’analyse du pouvoir politique s’est principalement développée autour du fonctionnement du régime (Bayart, 1989; Médard, 1990, 2000; Sindjoun, 1996), de la crise du processus électoral ou des recompositions de l’espace public (Guillermou, 1992; Owona Nguini, 1999; Pommerolle, 2008). C’est à partir de l’analyse de la trajectoire des programmes de soutien et de prise en charge des enfants confrontés au VIH/sida3 depuis le début des années 2000, de leur fabrique à leurs contradictions, que nous proposons une critique du pouvoir politique au Cameroun.

2En 2013, alors que l’accès aux traitements chez les adultes avoisinait les 50%, moins de 10% d’enfants infectés par le VIH avaient accès aux traitements antirétroviraux. Plus de 300 000 enfants identifiés comme hautement vulnérables du fait du VIH/sida étaient en attente d’un soutien médical, nutritionnel ou psychosocial (GTC-CNLS, 2013). Quelques tentatives nationales ont pourtant eu lieu entre 2000 et 2012 afin de pallier les conséquences médicales et sociales de l’épidémie sur les enfants de moins de 14 ans. L’analyse de la mise en œuvre de cette action publique dominée par des ONG internationales et relayées par les associations locales, permet de saisir l’ampleur du désengagement de l’État. La tutelle des acteurs étrangers dans l’élaboration et la mise en œuvre d’actions spécifiques à destination des enfants renforce la dimension exogène de la fabrique de l’action publique de lutte contre le sida. Elle questionne aussi le mode de gouvernance des politiques publiques de santé, y compris d’autres politiques sectorielles dont l’agriculture l’environnement, le commerce, l’éducation, etc. En d’autres termes, elle questionne la nature de l’État, sa place, son rôle, les modes de fonctionnement du pouvoir politique institué et ses capacités d’action.

  • 4 Une analyse basée sur une enquête de type ethnographique réalisée dans neuf des dix capitales régio (...)

3Issu d’un travail de thèse réalisé entre 2009 et 2013 sur la construction et l’implication de l’agenda politique de lutte contre le VIH/sida au Cameroun4, cet article défend l’argument d’une continuité autoritariste du pouvoir politique au Cameroun du fait de sa capacité à contrôler et à dépolitiser les acteurs, à produire (souvent par la contrainte) un consentement à sa domination. Nous nous inscrivons dans une réflexion sur le politique en Afrique, une réflexion qui explore autant la manière dont se forment les politiques (policies) dans un contexte précis, que les modalités d’intervention du politique (politics) dans la vie publique. Le contrôle des politiques publiques est en effet au cœur de l’exercice du pouvoir. Les modes de gouvernance de l’action publique à destination des enfants confrontés au VIH/sida au Cameroun, fortement traversés par des rapports de subordination, de domination voire de coercition vis-à-vis des acteurs nationaux, soulève la question de la continuité autoritariste. Il permet ainsi de questionner l’actualité des logiques de recomposition hégémonique du pouvoir et du fonctionnement de l’État, en dépit d’une relative rupture avec les pratiques autoritaires des gouvernements pré et post indépendance (pratiques caractérisées par l’usage de la répression, des armes diverses y compris militaires ou non militaires comme le « fouet » (Bayart, 2008) pour écraser toute mobilisation à visée revendicatrice). On peut retrouver ces caractéristiques dans les travaux de Jean François Bayart (1985) à propos des enjeux de l’extraversion, Jean-François Médard (1990) sur le néo-patrimonialisme, Luc Sindjoun (1996) sur le mythe simplificateur que constitue l’apparent pluralisme de l’espace politique camerounais, ou Joseph Keutcheu (2013) sur la construction de l’ordre étatique camerounais, fait de stratégies et d’opportunités. Analyser l’action publique à destination des enfants confrontés au VIH/sida, revient ainsi à voir quel(s) type(s) de liens existent entre les dynamiques de pluralisation politique et les modes de fonctionnement des arrangements politiques institués. Il s’agit précisément d’observer les variations des rapports État-société au Cameroun et d’identifier les spécificités des modes de régulation de la vie publique.

4Au-delà de quelques programmes épars et face à la pluralité et à l’hétérogénéité des acteurs qui modèlent, voire gouvernent, l’action publique de lutte contre le sida à destination des enfants de façon relativement indépendante, quelles initiatives durables peuvent garantir aux enfants de 0-14 ans un accès effectif à des services médicaux et sociaux fondamentaux ? Pour comprendre les (dis)continuités historiques de l’évolution des rapports État-Société au Cameroun, nous présentons dans une première partie l’historicité de l’action publique de lutte contre le VIH/sida à destination des enfants. Cette mise en perspective historique met à jour les mécanismes de dépolitisation et de technicisation d’un enjeu social. L’économie morale et politique de la répression à travers le contrôle et la domination des acteurs mobilisés là où l’État est absent, inscrit les rapports entre tenants du pouvoir étatique et société dans une continuité autoritaire.

2. Enfants et VIH/sida au Cameroun

  • 5 « HIV/AIDS is not a political Issue » (traduction de l’auteur). Entretien réalisé avec un conseille (...)
  • 6 Ici, nous préférons l’expression enfants confrontés au VIH/sida plutôt que le terme générique OEV ( (...)
  • 7 Les caractéristiques de cet « intérêt général peuvent être retrouvées dans le préambule de la const (...)

5Interrogé sur les enjeux de la lutte contre le VIH/sida au sein de sa commune, un élu de l’opposition dans la région du Nord-Ouest déclare : « Le VIH/sida n’est pas une question politique » 5. Dans un contexte où le VIH/sida fait partie des première causes de mortalité adulte, cette position révèle bien que ce qui aurait pu être dénoncé comme une faiblesse de la réponse politique à l’épidémie, se conçoit uniquement comme un enjeu biomédical et technique, voire privé, occultant de fait la distribution du pouvoir et des ressources consacrées à la lutte contre l’épidémie. Ce faisant, cette déclaration est aussi révélatrice du type d’acteurs l’ayant porté sur la scène publique. En effet, qu’il s’agisse de la prise en charge pédiatrique ou de la prise en charge psychosociale, l’analyse de l’action publique à destination des enfants confrontés au VIH/sida6 montre qu’elle est dominée par des acteurs non gouvernementaux et des professionnels médicaux qui sont parvenus à s’établir comme opérateurs légitimes de l’action publique, supplantant et disqualifiant même l’ordre étatique et son leadership dans son rôle de garant de l’intérêt général7.

2.1 Une prise en charge pédiatrique confinée

6La première réponse du Cameroun à l’épidémie date de 1987. En comparaison aux autres pays de la sous-région, cette réponse est à plusieurs titres considérée comme précoce. Cependant, les conditions de production de l’action publique de lutte contre le VIH/sida convergent plutôt vers un modèle « d’adhésion passive » aux dynamiques mondiales et aux « offres » d’acteurs biomédicaux et de bailleurs de fonds internationaux . La prise en charge et le soutien aux enfants n’échappe pas à cette logique.

  • 8 Dispositif de dépistage de l’infection chez les nourrissons nés de mères infectées. Il est recomman (...)
  • 9 En 2012, un important stock de médicaments pédiatriques avait été détruit dans la région de l’Adama (...)

7En dehors des programmes de prévention mère-enfant, la prise en charge pédiatrique demeure embryonnaire et les défis sont nombreux, en commençant par le test de diagnostic précoce, la disponibilité des médicaments pédiatriques et le suivi des enfants sous traitement. Les mesures de prévention que représentent le dépistage et le démarrage de traitement ne sont pas appliquées systématiquement, ni partout. Avant 2013, moins de 20% d’enfants avaient accès aux tests de diagnostic précoce8. Seuls deux centres étaient capables de réaliser des tests de diagnostic précoce. Grâce aux subventions de la Fondation Clinton, ces deux centres – le Center for Disease Control and Prevention de Mutenguéné (CDC) et le Centre international de référence Chantal Biya à Yaoundé (CIRCB) – devaient réaliser des examens venant de toute l’étendue du territoire. Ce qui a posé d’importants problèmes de retards et de non retour des résultats. Par ailleurs, même lorsque les médicaments pédiatriques existaient, la question de l’accès n’était pas réglée. Jusqu’en 2013, à peine 10% d’enfants (0-14 ans) ayant besoin de traitements en recevaient, contre près de 50% chez les adultes (GTC-CNLS, 2014) 9. Aujourd’hui encore, la prise en charge pédiatrique n’est pas généralisée non seulement du fait des difficultés mentionnés plus haut, mais aussi à cause des déséquilibres entre les centres de prise en charge due à une insertion très inégale des acteurs impliqués dans les réseaux d’action publique internationaux.

  • 10 Une file active désigne le nombre total de patients pris en charge dans un service au cours d’une a (...)

8En effet, ce sont des initiatives privées de certains médecins qui ont porté la prise en charge pédiatrique au niveau national. La prise en charge pédiatrique a débuté dans les sites des programmes pilotes de Prévention de la Transmission Mère-enfant (PTME) financés par Médecins Sans Frontières et d’autres partenaires étrangers comme le Fonds des Nations unies pour l’Enfance (UNICEF) ou la CDC. Cependant, lorsque ces programmes s’étendent au plan national à la faveur d’un important financement de la Banque Mondiale en 2006, l’offre de soins aux enfants nés de mères séropositives reste confinée à trois centres : le Centre Hospitalier d’Essos, le Centre Mère-enfant de la Fondation Chantal Biya à Yaoundé, et l’hôpital Lanquintinie de Douala. Situés dans les deux capitales du pays – qui ne sont pourtant pas les plus affectés par l’épidémie – cette offre marque une réelle disparité territoriale. Un certain nombre de partenariats existent en effet depuis l’arrivée des traitements entre ces trois centres et des partenaires étrangers (partenariats souvent liés à des projets de recherche clinique). Du fait de ces soutiens multiples souvent liés aux capacités individuelles de certains acteurs biomédicaux, ces trois structures disposent des plus grosses files actives pédiatriques du pays10. Au-delà de l’offre technique dont ils disposent, c’est surtout leur positionnement dans les dynamiques internationales qui permet d’éclairer les inégalités dans l’accès aux soins et le désengagement de certains professionnels de santé :

  • 11 Entretien réalisé le 10 janvier 2011 à Yaoundé
  • 12 Entretien réalisé le 11 avril 2012 à Ngaoundéré

« Moi j’envoie les enfants là où il y a les médicaments et le soutien. La plupart viennent de familles pauvres. Là-bas au moins je sais qu’ils seront pris en charge [...] On rembourse même l’argent de taxi. Ici ce n’est pas soutenable » (Dr B., Yaoundé) 11; « La pédiatrie c’est d’abord du social. Donner les médicaments aux enfants ne suffit pas. Le sida chez l’enfant n’est pas comme celui de l’adulte. Il faut gérer l’enfant mais il faut aussi gérer la mère, gérer les parents, gérer la famille, penser à l’environnement de l’enfant. Ce n’est pas si simple […] Là-bas il y a même des psychologues. » (Infirmier Major, Ngaoundéré)12.

  • 13 Pour souligner le caractère épuisant et non apprécié à sa juste valeur, du fait s’occuper de patien (...)

9Certains acteurs sont en effet en mesure de mobiliser des ressources leur permettant d’offrir des services additionnels (visites à domicile des enfants, appels téléphoniques, remboursement des frais de transport, prise en charge nutritionnelle, préparation à l’annonce de la séropositivité, accompagnement au service adulte), tandis qu’ailleurs persiste un déséquilibre dans l’offre des services de base (le dépistage par exemple). Cela maintient la prise en charge pédiatrique dans l’ombre et accentue la dimension inégalitaire de l’action publique de lutte contre le VIH/sida. A l’instar des services de l’État, ces acteurs animent de manière quasiment autonome le champ de la prise en charge pédiatrique du VIH. Confrontés à des problèmes réguliers de ruptures de stocks, d’intrants ou de non-retour des résultats des tests d’analyse des enfants, contraints de diviser manuellement des comprimés adultes pour en donner aux enfants ou de les renvoyer à contre cœur ailleurs, vers d’autres centres de santé prétendument plus « riches » dans lesquels leurs collègues se plaignent du «syndrome d’épuisement »13, peu de professionnels de santé apparaissent revendicatifs. C’est à peine s’ils dénoncent les conditions de travail, la distribution des ressources affectées à la lutte ou les procédures de prise de décision. Au contraire, ils sont nombreux à se renvoyer la faute et on a souvent entendu des propos comme « tout le monde peut s’occuper d’un enfant infecté. On a reçu des formations » ; ou « tout le monde ne peut pas s’occuper d’un enfant. C’est très exigeant ».

10L’existence d’enclaves de prise en charge pédiatrique, portées par des acteurs biomédicaux bien insérés dans des réseaux transnationaux, contraste avec les moyens dont disposent les autres hôpitaux, et expose autant qu’elle compense l’insuffisance de l’implication de l’État. En parallèle à la prise en charge pédiatrique et en dépit de ces insuffisances, s’est développée un champ d’intervention social à large spectre, destiné à pallier les conséquences sociales de l’épidémie de VIH sur les enfants.

2.2 Les orphelins et enfants vulnérables (OEV). Tensions entre normes internationales et réalités locales

11Depuis le début des années 2000, plusieurs études ont souligné quatre principaux risques auxquels sont exposés les enfants en contexte épidémique, d’où le terme générique orphelins et enfants vulnérables du fait du VIH/sida (OEV). Premièrement, ils courent un risque élevé de ne pas être scolarisés ou de fréquenter l’école dans des conditions telles qu’il leur est difficile de s’épanouir (poids du stigmate, de la pauvreté, s’occuper d’un parent malade). Deuxièmement, ils risquent de vivre dans un foyer dont la sécurité alimentaire est profondément réduite (risques de dénutrition et de malnutrition parce que les dépenses liées à la maladie atténuent les ressources alimentaires du foyer); Troisièmement, ils risquent de souffrir d’angoisse et de dépression (surcroit de responsabilité pour les jeunes filles, douleur associée à la maladie des parents, à leur perte, aux discriminations, séparation d’avec les frères et sœurs en cas de décès des parents, etc.) ; et enfin, ils risquent de contracter le VIH (par la transmission verticale ou les abus sexuels) (Skinner et al, 2004). Au Cameroun, une étude conduite en 2010 a identifié 1 200 000 OEV du fait du sida, dont 25% d’orphelins (perte d’au moins un parent) à cause du sida. Elle conclut que seulement 9% d’OEV ont bénéficié d’un soutien quelconque, en dépit des programmes développés à leur endroit (Nsagha et al, 2012). Dans un contexte où près de 40% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté (Institut National de la statique 2011) – ce qui affecte inévitablement et négativement les indicateurs sociaux de bien-être de tous les enfants indépendamment de l’infection par le VIH – ; où la prévalence du VIH est plus élevée chez les femmes que chez les hommes (7% contre 3%) ; où à peine la moitié des adultes a accès aux traitements antirétroviraux contre le sida contre moins de 10% pour les enfants, les initiatives de quelques professionnels de santé soutenus par leurs partenaires internationaux ne peuvent garantir aux 0-14 ans un accès suffisant à des services médicaux et sociaux fondamentaux. Leur action étant en effet limitée géographiquement (confinée à quelques centres) et circonscrite dans le temps (le temps de la durée des financements).

  • 14 D’autant plus que le concept de vulnérabilité demeure difficile à opérationnaliser, du fait de la d (...)

12Trois programmes d’envergure nationale ont déjà été mis en place (voir encadré). Structurés autour d’une assistance alimentaire, médicale et sanitaire, scolaire et juridique, ces programmes n’ont pas atteint leurs objectifs du fait de la difficulté à vouloir systématiquement agréger le fait d’être orphelin, le fait d’être infecté par le VIH et le fait d’être vulnérable à cause de cet environnement épidémique. Notons qu’un enfant infecté par le VIH n’est pas forcément orphelin, ni vulnérable et qu’un enfant en situation de grande vulnérabilité peut être sans rapport avec le VIH/sida14.

Programmes de soutien aux Les orphelins et enfants vulnérables (OEV) au Cameroun, de 2000 à 2012

1. Le programme bi-multi OEV (2000-2003)

  • 15 C’est le double partenariat avec l’UNICEF et le gouvernement camerounais qui justifie le terme « bi (...)

Projet de coopération bi et multilatérale UNICEF/Coopération française/Minas15 dont l’objectif était l’appui au renforcement de la prise en charge des OEV. Durée 36 mois. Ce projet expérimental d’action sociale à destination des orphelins du sida s’est déroulé dans trois sites. Il prévoyait apporter une assistance multiforme à environ 10 000 OEV, mais n’en a atteint que 3200, soit une couverture de 32% (Brusset et al. 2008). Dans la région du Nord-Ouest, le responsable d’une association locale déclare avoir très vite orienté ses activités vers les enfants des quartiers défavorisés, les enfants atteints de handicap et les enfants de la rue. Selon lui, les OEV à cause du sida étaient impossibles à identifier faute de connaissances sur le statut des enfants, et celui des parents.

2. Le PNS-OEV (2006-2010)

Le Programme National de Soutien aux OEV est l’unique projet gouvernemental entièrement dédié aux enfants infectés ou affectés par le VIH/sida. Sous la tutelle du Comité National de Lutte contre le VIH/SIDA (CNLS)/Ministère des Affaires Sociales (MINAS) et mis en place grâce aux financements obtenus du Fonds mondial de lutte contre le VIH/sida, la Tuberculose et le Paludisme (Round 4), son but était de soutenir de manière trimestrielle 75% des 1.200 000 OEV identifiés et classés en situation d’urgence. Tout comme pour le programme bi-multi, le critère VIH, pourtant élément déterminant de vulnérabilité ne sera finalement pas mobilisé dans la réalité des services. Faute de statut connu ou déclaré, les agents seront contraints de sélectionner les enfants en fonction de la fréquence des maladies déclarées et de l’environnement familial. Une cinquantaine d’ONG et associations seront recrutées pour l’occasion, même si par la suite, près de la moitié sera écartée pour défaut de résultats. Démarré sur les chapeaux de roues en 2006, le PNS-OEV va très vite s’essouffler avant d’être suspendu en 2008. Il n’existe pas de raisons officielles de suspension mais selon quelques acteurs communautaires impliqués dans la lutte contre le VIH/sida, il fallait trouver des fonds coûte que coûte pour atténuer les tensions créées par le Décret présidentiel de gratuité des ARV signé en mai 2007.

3. Le Programme EVS (2008-2012)

Le programme Enfants, VIH et Sida (EVS) s’inscrit dans le cadre du Programme Coopération Cameroun-UNICEF 2008-2012. C’est l’une des trois sous composante de la Prévention Primaire, consacrée à la lutte contre les IST/VIH/sida grossesses précoces et à la santé de reproduction des adolescents. Les opérations ne sont plus le fait d’ONG et d’associations locales seulement, mais elles sont étendues aux établissements scolaires ainsi qu’aux mairies à travers les Centres d’Information, d’Education et d’Ecoute des jeunes. Soutenu par les autres organisations onusiennes, c’est l’Unicef qui pilote le programme en associant les gouvernements nationaux.

  • 16 Avant 2012, le Fonds mondial accordait des financements aux gouvernements sous forme d’un appel nom (...)
  • 17 Entretien réalisé le 11 janvier 2012 à Yaoundé.
  • 18 Entretien réalisé le 9 avril 2012 à Ngaoundéré

13La satisfaction des besoins socio-économiques, de même que la garantie de l’accès aux soins médicaux, sont des nécessités partagées au Cameroun quel que soit le statut des enfants. La construction de la catégorie OEV et les politiques qui y sont associées ont certes montré une très grande pertinence dans les contextes Est africains du milieu des années 1990 où les taux de prévalence dépassaient les 15%, et où des milliers d’enfants se retrouvaient seuls et orphelins du fait des décès des parents et grands parents, une situation dramatique à l’origine de l’expression « phénomène OEV » et « villages d’enfants » (Williamson, 2008). Cependant, rien ne permet d’affirmer que la gravité et l’urgence du problème ont été les mêmes dans le contexte camerounais. En effet, on peut même parler d’un agenda forcé concernant le PNS-OEV (voir encadré plus haut) parce que ce dernier n’aurait pas vu le jour si la candidature camerounaise au Round 416 du Fonds mondial de lutte contre le VIH/sida, la Tuberculose et le Paludisme n’avait pas été recalée, entre autres parce qu’elle n’adressait pas la problématique des OEV : « La candidature du Cameroun avait été recalée parce qu’il n’y avait rien sur les OEV dans la note conceptuelle. Il a fallu proposer en urgence un plan qui tienne la route. C’est ce qu’on a fait sur la base des autres expériences » (Agent administratif)17. Sur le terrain, la compréhension de qui est un OEV n’est pas clair : « Les OEV c’est tous les enfants. Pas seulement le VIH/sida. Surtout ici au Nord (…). Si on regarde même bien pour le sida ils ont moins de problèmes. En une heure, je peux te rassembler ici plus de 500 OEV » (Agente administrative)18.

14Difficulté de réappropriation, difficulté d’action, dans quelles conditions émerge et se déploie un tel problème public ? La trajectoire de cette action publique, les caractéristiques des acteurs qui s’y investissent et de leurs interactions illustrent une construction par le haut, confirmant ainsi la thèse d’une « adhésion passive » (Eboko et al., 2009) du Cameroun à un modèle d’action publique impulsée par les acteurs internationaux. Ce sont les professionnels de santé ainsi que certains partenaires techniques et financiers comme le Fonds mondial de lutte contre le VIH/sida, la Tuberculose et le Paludisme, l’UNICEF ou des ONG internationales qui assurent le rôle d’entrepreneurs de politiques publiques. Ce rôle est fonction de leur capacité à porter sur la scène publique une question qui n’aurait pas reçu la même attention autrement (Hassenteufel, 2010; Kingdon, 1984). Les caractéristiques des activités engagées pour les enfants dans le cadre de la lutte contre le VIH/sida sont indissociables d’un travail cognitif et social mené par ces entrepreneurs, quitte à renforcer des inégalités là où elles existent déjà. Les enfants affectés par le VIH/sida ne forment pas en effet un micro groupe isolé du contexte social, économique et culturel dans lequel ils évoluent. Pourtant, le positionnement de ces entrepreneurs en ont fait un enjeu à part. Les priorités telles que les conçoivent ces entrepreneurs et les réalités du terrain ne sont pas toujours alignées. La question d’une architecture hiérarchique entre les différents intervenants se pose et invite à s’interroger sur la marginalité des autorités politiques instituées dans ce processus. Du fait de ces incohérences, l’action publique en faveur des enfants dans le contexte de la lutte contre le VIH/sida semble se déployer de manière contradictoire, en l’absence de mesures nationales fortes qui l’inscriraient dans la durabilité. Bien qu’elle témoigne d’une forme de « décharge » (Hibou, 1999) comme modalité d’exercice du pouvoir, cette situation invite à s’interroger sur les modes de gouvernance de l’action publique au Cameroun.

3. Gouvernance de l’action publique de lutte contre le VIH/sida au Cameroun : entre ouverture et reconfigurations autoritaires du pouvoir

15Les modalités de gestion de l’épidémie de VIH/sida dans la majorité des pays africains autorisent à parler d’une gouvernance multi-niveaux (Eboko, et al, 2015). En effet, la pluralité d’acteurs qui interviennent tant au plan national qu’international, modifie les processus de décision en accordant à des acteurs divers – comme par exemple les professionnels de santé, les bailleurs de fonds et les acteurs communautaires – un certain pouvoir dans l’élaboration, la mise en œuvre et la conduite d’une réponse d’importance variable. La configuration des acteurs dans cette gouvernance multi-niveaux est fortement déséquilibrée. Du fait de la très forte influence des acteurs internationaux – dont la présence et la contribution ont ouvert à des acteurs divers des possibilité d’agir supplantant les services d’État – les tenants de l’autorité étatique déploient en retour (par habitus), des stratégies de contrôle et de domination qui contrastent avec leurs réelles capacités d’action.

3.1 L’ouverture en question : l’État en quête de légitimité

16L’analyse de l’action publique de lutte contre le sida à travers la mise en œuvre du PNS-OEV au Cameroun constitue un matériau empirique pour observer les processus de légitimation du pouvoir politique au Cameroun. La légitimité réelle d’un État n’est en effet pas normative mais résulte d’un mélange de différentes sources de légitimité (électorale, traditionnelle, idéologique, etc.). Elle confèrerait une valeur  ajoutée  au pouvoir et agirait comme un élément de consolidation de sa capacité (Bellina et al., 2010). Par la quête de légitimité, nous entendons ici les efforts fournis par le gouvernement à satisfaire certaines attentes, à obtenir un certain consensus, à mobiliser autour de lui un nombre important d’accords et de soutiens. L’ouverture de l’espace public de lutte contre le VIH/sida, de même que l’implication des ONG et organisations locales à la mise en œuvre d’un programme comme le PNS-OEV constituent des éléments de cette quête de légitimité, surtout vis-à-vis des partenaires étrangers.

17Avec le PNS-OEV, pour la première fois en 2006, l’État s’appuiera sur des réseaux d’organisations locales pour offrir, au plan national, des services de proximité aux enfants identifiés comme vulnérables. Après un appel d’offres ouvert par le Ministère des affaires sociales (Minas), 52 ONG et associations seront retenues pour les dix régions du pays. En fonction de la densité des populations dans les zones où elles opèrent, chaque association sera chargée d’offrir des services comme par exemple, une aide médicale (chèques santé), une aide nutritionnelle (paniers alimentaires), une aide sociale (soutien scolaire, juridique, etc.) à des enfants de 0-14 ans (parfois 18 ans) jugés vulnérables à cause du VIH/sida. Un ou deux assistants sociaux étaient affectés en fonction de la taille des organisations, et déployés pour servir de relais entre l’administration centrale et les ONG et associations, afin de marquer ainsi la présence étatique à la base. Cette implication a complètement disparu avec la suspension du programme en 2008. Près de la moitié des organisations locales impliquées sera écartée au bout d’un semestre pour défaut de résultats, selon certains agents administratifs. En effet, plusieurs de ces organisations locales n’avaient ni suffisamment d’expérience, ni les capacités à accomplir les missions qui étaient attendues :

  • 19 Entretien réalisé le 13 février 2012 à Douala

« La première partie du programme a été un vrai gâchis (…). Le Minas a envoyé des assistants sociaux dans toutes les associations partenaires du PNS-OEV. Certains n’avaient même pas où s’asseoir… Certains fichiers étaient illisibles… Beaucoup d’argent et de temps envolés » (agent organisme international)19.

18Paradoxalement, le recrutement et le déploiement des assistants sociaux ne se sont pas accompagnés d’un renforcement organisationnel au niveau des services d’État, comme les délégations départementales des affaires sociales ou les services sociaux des hôpitaux où sont accueillis de nombreuses familles d’enfants vulnérables ou en détresse. Une déléguée dénonce : 

  • 20 Entretien réalisé le 9 avril 2012 à Ngaoundéré

« Je ne comprends pas ! L’organisation me dépasse (…). On a besoin de personnels et de fonds. Mais l’argent était pour les associations et notre budget lui reste inchangé. Il y a des associations qui ont encaissé l’argent sans rien faire! »20.

19Placer les ONG et associations locales au cœur du dispositif national de soutien aux OEV sans traiter des faiblesses institutionnelles de sa propre administration relève effectivement du paradoxe. Il s’agit d’une stratégie opportuniste qui ne se soucie point du long terme. En établissant des conventions formelles avec les partenaires communautaires et associatifs, les autorités politiques ont fait preuve d’une certaine ouverture comme l’ont déjà montré Laurent Vidal ou Fred Eboko à propos des militances civiles dans la lutte contre le VIH/sida au Cameroun (Eboko et Mandjem, 2011; Vidal, 2014). Cependant, une ouverture réelle aurait impliqué ces acteurs locaux depuis l’élaboration du PNS-OEV. Or on se souvient dans quelles circonstances ce programme a été défini. En encourageant la participation des ONG et associations locales (au détriment du renforcement des capacités de sa propre administration), l’État camerounais montre ainsi à ses partenaires étrangers son aptitude à rassembler, à délivrer des services inédits et à guider des politiques. Au niveau de l’administration centrale, des responsables défendent en effet une approche horizontale qui serait la politique du laisser-faire. Résultat d’une gouvernementalité néolibérale encouragée par les bailleurs de fonds internationaux, cette horizontalité permet ainsi à une multitude d’acteurs locaux de prendre une place subsidiaire dans l’architecture de l’action publique. Avec la suspension du PNS-OEV, ce qui ressort c’est bien une certaine incapacité du pouvoir en place à négocier ses priorités avec ses partenaires étrangers. Cependant, c’est aussi là le signe d’une stratégie de « décharge » (Hibou, 1999), qui consiste à ancrer l’action étatique sur des réseaux informels plutôt que sur ses propres institutions ; ses fonctions, supposées publiques, sont alors exercées par des autorités privées à des fins privées (par exemple, positionnement sur la scène des organisations de la société civile).

20L’impératif participatif – posé par les principaux bailleurs de fonds de qui dépend la fabrique de l’action publique contre le sida – atténue la portée politique de cette horizontalité. L’argument du laisser-faire n’a pas non plus entrainé la décompression des mécanismes centralistes de décision et de contrôle: « C’est Yaoundé qui décidait de tout » a-t-on entendu d’un air découragé chez certains acteurs associatifs impliqués dans le PNS-OEV. Cette attitude rappelle en effet leur rôle d’exécutant et non de coproducteur d’une action publique qui se voulait pourtant inclusive et transparente. C’est en ce sens qu’un acteur associatif a déclaré :

  • 21 Entretien réalisé le 10 janvier 2012 à Yaoundé

« Le PNS-OEV était le premier programme de pédiatrie sociale au Cameroun. C’était la première fois qu’un plan national mettait ensemble l’hôpital, les institutions d’État, les ONG, les associations, les mairies, les quartiers, etc. Sur le papier c’était magnifique. Sur le papier seulement. Parce que lorsqu’on est descendu sur le terrain c’était autre chose (..). Des élites ont fait croire aux gens que c’était un don du chef de l’État et de sa femme. » (Acteur associatif)21.

21La multiplication des acteurs participant à l’action publique ne rend donc pas nécessairement plus ouverte la manière dont les politiques publiques sont pensées ou mises en œuvre. Parler de laisser-faire, de l’action concertée, d’ouverture ou de participation constitue, pour emprunter l’expression de Luc Sindjoun (1996), des « mythes simplificateurs » qui masquent mal des formes de personnalisation des rapports État-société. Au-delà d’être de simples artifices souvent destinés à montrer patte blanche aux bailleurs de fonds (logiques d’extraversion), ces rhétoriques participent de la réactualisation et de la reconfiguration de la domination hégémonique du pouvoir étatique.

3.2 Routines administratives et ajustements autoritaires

22Dans un « marché du sida » (Delaunay et al., 1999), l’incapacité du pouvoir étatique d’assurer de façon convenable la délivrance des biens et services aux populations dont il a charge, n’entraine pas pour autant son impuissance face aux enjeux économiques, sociaux et politiques qui se jouent sur son territoire depuis la fin des années 1990.

  • 22 Entendue comme capacité de l’autorité politique à organiser, à résoudre ou à imposer des principes (...)

23Avant la loi du 19 décembre 1990 portant sur la liberté d’association au Cameroun, le cadre juridique des droits et libertés individuels et collectifs était foncièrement violent. Toute entreprise privée ou collective destinée à la défense des droits et libertés ou au traitement d’un problème public en dehors du cadre de l’administration d’État et du parti unique était fortement réprimée. Les espaces d’action collective sur des bases extrêmement diverses vont se multiplier avec cette libéralisation du jeu politique. L’arrivée des traitements contre le sida au début des années 2000 a aussi favorisé l’émergence et la multiplication d’acteurs transnationaux disposant de ressources importantes. Le poids de ces acteurs dans la réponse nationale à l’épidémie a considérablement modifié le travail politique. Si cette modification relativise la souveraineté domestique22 étant donné la position marginale de l’État dans la garantie des biens et services essentiels aux populations confrontées au VIH/sida, elle n’est pas en mesure d’altérer ses capacités de recomposition et de maintien des différentes formes de domination. Deux éléments fondent ici la continuité autoritariste : la dépolitisation et le contrôle ou la régulation parfois violente de l’espace public.

  • 23 Entretien réalisé le 18 juillet 2012 à Mutenguéné

24Pour les différents intervenants dans l’action publique contre le VIH/sida, il s’agit d’abord d’un enjeu médical et donc purement technique. La réponse à l’épidémie interpelle pourtant les capacités de gouvernance de l’État (Patterson, 2005). Les différents acteurs intervenant dans l’action publique contre le sida agissent comme de simples substituts de l’administration. Il existe une certaine forme de consensus tacite entre ces acteurs qui enlève à la lutte toute portée politique: « On ne fait pas de politique, on fait ce qui doit être fait à notre niveau. C’est aussi notre responsabilité en tant qu’acteur de la société civile. On fait aussi du plaidoyer » (agent associatif, Douala)23. L’action publique se structure autour d’un soutien psychosocial, médical, contingent et hypothétique, dont la continuité repose sur les responsabilités individuelles des familles et non des autorités en charge des politiques. L’argument d’un engagement pratique et concret déresponsabilise la puissance publique et illustre une vision dépolitisée de l’action publique. Cette vision est certes liée à l’objet de l’action publique (la santé en général est peu porteuse de conflits : Buton et Pierru, 2012) ou au profil des acteurs qui interviennent (essentiellement des ONG et des associations), mais elle ne peut être comprise qu’à partir d’un examen du contexte de production de cette neutralité politique marquée par l’évitement du conflit et la quête permanente d’un consensus technocratique.

  • 24 Entretien réalisé le 13 juin à Bamenda
  • 25 Entretien réalisé le 12 janvier 2011 à Yaoundé

25En effet, alors même que le débat public s’est considérablement développé depuis le milieu des années 1990, les organisations de la société civile peinent à se constituer en force de contre-proposition vis-à-vis de l’État du fait de la conscience de sa force de frappe ou de sa capacité à punir (intimidation, suspension, fermeture, etc.). Pas de conflit, pas d’antagonisme, pas de luttes : « C’est difficile à expliquer. Même si on le voudrait, on ne peut pas. A quoi ça va servir. La force de frappe de l’État est réelle. On fait ce qu’on a à faire sans se mêler de politique » (agent associatif, Bamenda)24. La dépolitisation est ici produite dans le contexte que nous étudions par l’intériorisation de la domination au travers d’une certaine socialisation politique (Hibou, 2011). Ce qui fonde la continuité du pouvoir autoritariste au Cameroun, c’est l’existence de contraintes multiformes, celles qui contribuent à exercer une autorité univoque, agressive et constante contre toute critique de la légitimité étatique ou des tenants du pouvoir étatique. Il s’agit donc d’une dépolitisation sous contrainte fondée majoritairement sur la peur du pouvoir politique. En organisant le cadre d’action des différents acteurs, l’État dispose des moyens de contrôle et de régulation de l’espace public. Les moyens d’action sont donc certes aux mains d’acteurs épars et divers, mais la sélection de ces acteurs ainsi que les modalités de leur participation à l’action publique relève de l’autorité centrale. En effet, quoi que relativement autonomes dans leurs agendas, ONG et associations sont tenues d’informer les autorités administratives de l’évolution de leurs activités : « Ils ne nous donnent rien mais ils exigent des rapports » (agent associatif, Yaoundé)25. La censure administrative plane sans discernement sur les organisations, surtout sur celles qui oseraient s’attaquer publiquement aux règles tacites d’évitement de tout conflit d’ordre politique :

  • 26 Entretien réalisé le 22 mai 2012 à Yaoundé

« On m’a déjà arrêté une fois. On faisait un sit-in devant l’Assemblée Nationale pour interpeller le gouvernement à respecter son engagement de l’accord de Bamako. Les gens meurent parce qu’ils n’ont pas accès aux soins. Si l’État respecte les accords de Bamako, ce sont des milliers de vies sauvées. Ils disent que c’est une manifestation non autorisée […] Aucun Préfet ne peut autoriser une manifestation de revendication […] » (agent associatif, Yaoundé)26.

26Ce cas illustre ce constat de Pommerolle à propos de la démobilisation collective au Cameroun : « Si les canaux de la participation sont ouverts, la sélection de ceux qui sont susceptibles d’être consultés reste aux mains des autorités » (Pommerolle, 2008, 89).

  • 27 Entretien réalisé le 04 mai 2012 à Bamenda
  • 28 En 2011 par exemple, le ministre des relations extérieures avait marqué son opposition au financeme (...)

27L’administration centrale demeure aussi un rouage important dans les processus de formalisation des rapports entre les différents acteurs. Elle possède donc les moyens de contrôler leur action, et peut par exemple empêcher une organisation de fonctionner lorsqu’elle juge que son pouvoir est menacé ou contesté : « On a une ligne de conduite. Si on constate des transgressions on prend les mesures qu’il faut » (agent administratif, Bamenda)27. Il est déjà arrivé que les autorités politiques s’opposent à des financements reçus de source extérieure par des organisations locales28, qu’elles bloquent des décaissements pour des raisons non justifiées ou exigent, hors de tout cadre légal, une certaine conduite sous peine de sanctions. Cela implique que les acteurs souhaitant travailler sereinement doivent bien se tenir, respecter les règles du jeu, y compris lors des réunions dites de coordination :

  • 29 Entretien réalisé le 10 juillet 2012 à Maroua

« On veut bien dénoncer certains abus de l’administration, le comportement de certaines élites ou les contradictions des décisions. Mais il faut être assis (…). Ça peut très vite retomber contre nous » (agent associatif, Yaoundé)29.

28Ces différents éléments montrent une ouverture contrôlée à l’espace public et renforcent l’argument d’un « État stationnaire », ferme dans le maintien de ses modalités de contrôle, peu ouvert à la critique et au changement (Eboko et Awondo, 2018). Du fait de cet environnement politique, peu d’éléments autorisent à sortir d’une logique de dépolitisation sous la contrainte (Vairel et Zaki, 2011). En effet, les stratégies d’évitement du conflit ou de neutralité politique des acteurs engagés dans l’action publique reposent surtout sur la crainte de subir les coûts et les coups d’une opposition déclarée à la puissance publique. Or, une des caractéristiques d’un pouvoir autoritaire est justement l’apathie politique et le fait qu’il supporte peu ou mal la contestation (Linz, 2000).

  • 30 Traduction de l’auteure. Texte original : « The donor’s political conditionalities, support for civ (...)

29Plusieurs études ont montré le rôle transformateur que peut avoir la société civile dans le développement des institutions d’État et le changement politique. Une des conclusions que nous partageons, bien illustrée par Anke Draude (2015) est qu’en termes de gouvernance, le changement de politiques publiques dépend plus des dynamiques internes qu’externes. En d’autres termes, les changements substantiels dans la conduite de l’action publique afin qu’elle soit cohérente avec les besoins locaux et alignée sur une vision au long terme, ne viendront ni de l’aide internationale, ni des bailleurs de fonds, ni des acteurs transnationaux : « Les conditionnalités politiques des donateurs, le soutien aux groupes de la société civile, l'assistance technique et d'autres activités ne semblent affecter la démocratisation africaine qu'à la marge »30 (Goldsmith, 2001, 141). Or, il se trouve qu’en dépit d’une mobilisation effective dans le cadre de la lutte contre le VIH/sida, la rhétorique technique et pragmatique l’emporte largement sur celle de la revendication. Sans revendications exprimées, il n’y a ni d’opposition, ni de contre-propositions. Nourries par le contrôle qu’exerce l’État sur l’accès à l’espace public et la manière de s’y engager, cette auto-exclusion du champ des revendications politiques qui peut être qualifiée d’exclusion forcée, est un trait consubstantiel aux systèmes politiques autoritaires (Linz, 2000). Déjà mis à jour au début des années 1990 en dépit d’une certaine ouverture du champ politique (Abé, 2006; Médard, 1991; Sindjoun et Courade, 1996), la tradition autoritariste camerounaise reste active. Elle se caractérise par une propension marquée au recours à l’intimidation, à la dissuasion, à la sanction voire à la violence pour régler les conflits liés aux dynamiques de pluralisation politique. L’espace laissé aux organisations de la société civile, pourtant centrales comme relai dans un domaine où l’État paraît marginal, reste ténu et balisé dans des limites précises. L’environnement politique camerounais conditionne les modalités d’intervention des acteurs nationaux et transnationaux dans l’action publique. Cette situation maintient un certain équilibre qui consolide le statu quo, voire même le renforcement d’un pouvoir qui n’a presque rien changé à ses méthodes autoritaires (Morelle et Planel, 2018). Garantir aux enfants de 0-14 ans confrontés au VIH/sida un accès équitable et durable à des services médicaux et sociaux fondamentaux n’est pas possible sans transformation fondamentale des modalités de gestion de l’action publique. En d’autres termes, il s’agirait d’agir à des niveaux d’action les plus proches possible des populations et dans leurs intérêts seuls, sans calculs politiques opportunistes en faveur d’un régime.

4. Conclusion

30Le caractère multiniveaux de l’action publique de lutte contre le VIH/sida impliquant une configuration d’acteurs dans laquelle les institutions étatiques occupent une place relativement marginale comparée aux ONG et associations locales, ne permet pas de conclure à une transformation de la nature des rapports État-société au Cameroun. Au plan interne, la gouvernance du sida par et avec les acteurs non étatiques place certes l’État en situation de repli, mais pas en situation de faiblesse. Alors que ses contraintes économiques limitent son autonomie et favorisent la réception passive de modèles étrangers, le pouvoir politique dispose d’autres moyens, notamment symboliques et coercitifs pour réaffirmer sa domination. Les dysfonctionnements de l’appareil étatique sont réels ; ils sont aussi la conséquence d’une gouvernementalité autoritaire qui laisse peu de place à des actions concertées de longue durée. Des acteurs qui vivent dans la peur de contrarier le pouvoir politique sont des acteurs qui se sentent menacés, muselés, non libres. L’État est un des protagoniste parmi d’autres dans cette action publique ; il maitrise peu les enjeux et se positionne aussi comme un acteur dans le calcul des opportunités offertes par l’action publique qualifié d’un « marché du sida » au début des années 2000. Dans cette logique concurrentielle, il vaut mieux se situer en position dominante. Cela passe par le contrôle des acteurs et de l’espace public. Parler de reconfigurations autoritaires du pouvoir politique n’est pas une extrapolation. Les faits qui relèvent des dysfonctionnements inhérents à la faiblesse du système politique concourent paradoxalement à entretenir cette continuité autoritaire.

31Loin de considérer la situation autoritaire camerounaise uniquement comme une forme d’échec du processus de formation de l’État ou du processus de démocratisation, cet article ouvre aussi une réflexion sur l’autoritarisme néolibéral, celui qui consiste à discipliner et modeler les interventions de l’État (y compris dans les pays à haut revenus) pour les rendre conformes aux besoins et à la structuration de l’économie financière mondiale.

Top of page

References

Abé, C. (2006) « Espace public et recompositions de la pratique politique au Cameroun », Polis, 13(1–2), 29–56.

Bayart, J.-F. (2008) « Hégémonie et coercition en Afrique subsaharienne », Politique Africaine, 110 (2), 123-152.

Bayart, J.-F. (1999) L’Afrique dans le monde : une histoire d’extraversion Critique Internationale 5(1), 97–120. DOI : 10.3406/criti.1999.1505

Bayart, J.-F. (1989) L’État en Afrique. La politique du ventre (Paris : Fayard).

Bayart, J.-F. (1985) L’État au Cameroun (2nd ed.) (Paris : Presses de Science Po).

Bellina, S., D. Darbon, E. Sundstol et O.J. Sending (2010) L’État en quête de légitimité. Sortir collectivement des situations de fragilité (Paris : Charles Léopold Mayer). Paris.

Buton, F. et F. Pierru (2012) Les dépolitisations de la santé Les Tribunes de La Santé 1(34), 51–70.

Darbon, D. (2003) « Réformer ou re-former les administrations projetées des Afriques? Entre routine anti-politique et ingénierie politique contextuelle », Revue Française d’administration Publique (105–106), 135–152.

Draude, A. (2015) How to capture non-Western forms of governance; In favour of an equivalence functionalist observation of governance in areas of limited statehood, (Berlin: Freie Universität Berlin(.

Eboko, F., F. Hane, É. Demange et S. Faye (2015) « Gouvernance et sida en Afrique: instruments de l’action publique internationale, l’exemple du Fonds mondial », Mondes En Développement 43(170), 59–74.

Eboko, F. et P. Awondo (2018) « L’État stationnaire, entre chaos et renaissance », Politique africaine, 150(2), 5–27.

Eboko, F. et Y. Mandjem (2011) ONG et associations de lutte contre le sida en Afrique: incitations transnationales et ruptures locales au Cameroun In Les Suds face au sida. Quand la société civile se mobilise (Marseille : IRD Editions), pp. 205–230.

Eboko, F., M. Owona Nguini et M. Enguéléguélé (2009) « Cameroun, Burkina Faso, Botswana: une approche comparée de l’action publique de lutte contre le sida en Afrique », TELESCOPE (Printemps été).

Goldsmith, A. (2001) “Foreign Aid and Statehood in Africa”, International Organization, 55(1), 123–148.

Groupe Technique Central-Comité National de Lutte contre le VIH/SIDA (GTC-CNLS) (2014) Rapport national de suivi de la Déclaration politique sur le VIH/sida au Cameroun. (Yaoundé : CNLS).

GTC-CNLS (2013) Rapport annuel sur l’épidémie de sida 2013 (Yaoundé : CNLS).

Guillermou, Y. (1992) « Désengagement de l’État et montée de la société civile », Bulletin de l’APAD (4), http://apad.revues.org/3873

Hassenteufel, P. (2010) « Les processus de mise sur agenda: sélection et construction des problèmes publics », Informations Sociales 1(157), 50–58.

Hibou, B. (2011) Anatomie politique de la domination (Paris : La Découverte), https://www.cairn.info/anatomie-politique-de-la-domination--9782707167668.htm (consulté le 27 janvier 2020).

Hibou, B. (1999) « La « décharge », nouvel interventionnisme » Politique africaine, 73(1), 6–15. DOI : 10.3917/polaf.073.0006

Institut National de la Statistique (2011), Enquête démographique et de santé à indicateurs multiples (EDS-MICS) 2011, Yaoundé, INS, 2011.

Kingdon, J.W. (1984) Agendas, Alternatives and Public Policies, (Boston : Little Brown and Co.)

Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme (2013) Le nouveau modèle de financement du Fonds mondial (Genève : Le Fonds mondial), https://www.theglobalfund.org/media/1468/replenishment_2013newfundingmodel_report_fr.pdf?u=636784021700000000 (consulté le 10 février 2020).

Lerin, F. et L.Tubiana (2009) « Les paradoxes de la souveraineté », in P. Jacquet, Regards Sur La Terre (Paris : Presses de Sciences Po), pp 96–107.

Linz, J.J. (2000) Totalitarian And Authoritarian Regimes, (Boulder, Colorado : Lynne Rienner Publishers).

Médard, J.-F. (2000) « L’État et le politique en Afrique », Revue Française de Science Politique 50(4), 849–854.

Médard, J.-F. (1991) « Autoritarismes et démocraties en Afrique noire », Politique Africaine (43), 92–104.

Médard, J.-F. (1990) « L’État patrimonialisé », Politique Africaine (39), 25–36.

Morelle, M. et S. Planel (2018) « Appréhender des « situations autoritaires ». Lectures croisées à partir du Cameroun et de l’Éthiopie », L’Espace Politique. Revue en ligne de géographie politique et de géopolitique (35), http://journals.openedition.org/espacepolitique/4902

Nsagha, D.S., A.C. Bissek, S.M. Nsagha, J.C. Assob, H.L. Kamga, D.M. Njamnshi, A.L. Njunda, M.T. Obama, and A.K. Njamnshi (2012) “The Burden of Orphans and Vulnerable Children Due to HIV/AIDS in Cameroon”, The Open AIDS Journal 6, 245–258. DOI: 10.2174/1874613601206010245

Owona Nguini, M. (1999) « Les rapports État-société civile dans le processus politique en Afrique centrale: les montages civilisateurs et décivilisateurs du pouvoir et du droit », African Journal of Political Science 4(2), 143–180.

Patterson, A.S. (2005) The African State and The AIDS Crisis, (Aldershot : Ashgate).

Paxton, N. (2012) « Political science(s) and HIV: a critical analysis », Contemporary Politics, 18(2), 141–155.

Peiffer, C. et P. Englebert (2012) « Extraversion, vulnerability to donors, and political liberalization in Africa », African Affairs, 111(444), 355–378.

Pommerolle, M.-E. (2008) « La démobilisation collective au Cameroun: entre régime postautoritaire et militantisme extraverti », Critique Internationale 3(40), 73–94.

Sindjoun, L. (1996) « Le champ social camerounais : désordre inventif, mythes simplificateurs et stabilité hégémonique de l’État », Politique Africaine (62), 57–67.

Sindjoun, L. et G. Courade (1996) « Introduction au thème. Le Cameroun dans l’entre-deux », Politique Africaine (62), 3–14.

Skinner, D., N. Tsheko, S. Mtero-Munyati, M. Segwabe et P. Chibatamoto (2004) Defining Orphaned and Vulnerable Children, Social Aspects of HIV/AIDS and Health Research Programme, (Cape Town : HSRC).

Vairel, F. et L. Zaki (2011) « Politisation sous contrainte et politisation de la contrainte: outsiders politiques et outsiders de la ville au Maroc », Critique Internationale 1(50), 91–108.

Vidal, L. (2014) Les associations de lutte contre le sida au Cameroun: nouvelles implications sociales, militantes et médicales (Paris : Sidaction).

Williamson, J. (2008) Children Made Vulnerable by HIV and AIDS. A Look Back from where We’ve Come (Washington, D.C.: USAID).

Top of page

Notes

1 Traduit par l’auteure. Texte original : « HIV response management signals the political and technical capacity of a government and society to national and international publics; It is a sign of governmental competence and legitimacy ».

2 Du fait de sa faible portée politique entendu ici dans un sens conflictuel

3 Ici, nous préférons l’expression enfants confrontés au VIH/sida plutôt que le terme générique OEV (Orphelins et Enfants rendus Vulnérables) du fait de la difficile opérationnalité du concept de vulnérabilité dans un contexte comme celui du Cameroun. Dans notre choix, seuls deux aspects sont pris en compte : l’aspect médical (l’infection au VIH) qui interpelle une prise en charge pédiatrique, et l’aspect environnemental qui appelle à un soutien psychologique et matériel du fait des fortes conséquences sociales de l’épidémie.

4 Une analyse basée sur une enquête de type ethnographique réalisée dans neuf des dix capitales régionales du pays. Constituée d’une centaine d’entretiens avec des acteurs intervenant à différentes échelles, d’observations participantes (stage, visites à domicile, consultations pédiatriques, comités thérapeutiques, réunions d’évaluation, etc.) et d’analyses documentaires, cette enquête est restée attentive aux caractéristiques de l’action publique, aux dynamiques des acteurs, leurs pratiques ainsi que leurs logiques d’intervention, à leurs interactions, au contexte dans lequel sont définies les politiques publiques, etc.

5 « HIV/AIDS is not a political Issue » (traduction de l’auteur). Entretien réalisé avec un conseiller municipal du parti SDF (Social Democratic Front), le 12 juin 2012, Bamenda City Council..

6 Ici, nous préférons l’expression enfants confrontés au VIH/sida plutôt que le terme générique OEV (Orphelins et Enfants rendus Vulnérables) du fait de la difficile opérationnalité du concept de vulnérabilité dans un contexte comme celui du Cameroun. Dans notre choix, seuls deux aspects sont pris en compte : l’aspect médical (l’infection au VIH) qui interpelle une prise en charge pédiatrique, et l’aspect environnemental qui appelle à un soutien psychologique et matériel du fait des fortes conséquences sociales de l’épidémie.

7 Les caractéristiques de cet « intérêt général peuvent être retrouvées dans le préambule de la constitution camerounaise de 1996, révisée en 2008 : « L’État assure à tous les citoyens les conditions nécessaires à leur développement ».

8 Dispositif de dépistage de l’infection chez les nourrissons nés de mères infectées. Il est recommandé entre 0-6 semaines au lieu de 18 mois pour un test sanguin normal.

9 En 2012, un important stock de médicaments pédiatriques avait été détruit dans la région de l’Adamaoua alors que paradoxalement la quasi-totalité des centres de prise en charge avait connu des ruptures de stocks au cours des six mois précédant l’enquête. Il s’agissait d’un don de médicaments offerts par la Fondation Clinton, UNITAID et Unicef aux différents centres de prise en charge pédiatrique. Les professionnels n’étaient soient pas au courant de l’existence de ces stocks, soit comme va le mentionner un médecin généraliste, pas disposé à s’occuper des enfants parce qu’il ne s’agit pas seulement de dispenser des médicaments, mais d’assurer le suivi.

10 Une file active désigne le nombre total de patients pris en charge dans un service au cours d’une année.

11 Entretien réalisé le 10 janvier 2011 à Yaoundé

12 Entretien réalisé le 11 avril 2012 à Ngaoundéré

13 Pour souligner le caractère épuisant et non apprécié à sa juste valeur, du fait s’occuper de patients enfants et adultes de plus en en plus nombreux et démunis.

14 D’autant plus que le concept de vulnérabilité demeure difficile à opérationnaliser, du fait de la disparité des degrés d’exposition aux risques (médical, social, économique, psychologique, sécuritaire, etc.)

15 C’est le double partenariat avec l’UNICEF et le gouvernement camerounais qui justifie le terme « bi-multi », pour préciser qu’il s’agit d’un programme de coopération à la fois bilatérale (Cameroun-France) et multilatérale (UNICEF-Cameroun).

16 Avant 2012, le Fonds mondial accordait des financements aux gouvernements sous forme d’un appel nommé Round. Il y a ainsi eu le Round 2, 4, le Round 5, etc. Cette procédure a changé avec le Nouveau Modèle de Financement (Fonds mondial de lutte contre le VIH/sida, la Tuberculose et le Paludisme, 2013).

17 Entretien réalisé le 11 janvier 2012 à Yaoundé.

18 Entretien réalisé le 9 avril 2012 à Ngaoundéré

19 Entretien réalisé le 13 février 2012 à Douala

20 Entretien réalisé le 9 avril 2012 à Ngaoundéré

21 Entretien réalisé le 10 janvier 2012 à Yaoundé

22 Entendue comme capacité de l’autorité politique à organiser, à résoudre ou à imposer des principes de résolution de ses problèmes domestiques comme l’éducation, les transports, la santé, l’agriculture, etc. Sur la souveraineté, voir Lerin et Tubiana (2009). Cette limitation de la souveraineté au plan interne est une caractéristique des États en situation d’extraversion ou des société projetées, c’est-à-dire continuellement tournés vers l’extérieur aussi bien pour les référents techniques, cognitifs et financiers qu’ils en tirent. Bayart (1999); Darbon (2003); Peiffer et Englebert (2012).

23 Entretien réalisé le 18 juillet 2012 à Mutenguéné

24 Entretien réalisé le 13 juin à Bamenda

25 Entretien réalisé le 12 janvier 2011 à Yaoundé

26 Entretien réalisé le 22 mai 2012 à Yaoundé

27 Entretien réalisé le 04 mai 2012 à Bamenda

28 En 2011 par exemple, le ministre des relations extérieures avait marqué son opposition au financement par l’Union Européenne d’un projet à destination des minorités sexuelles dans le cadre de la lutte contre le VIH/sida.

29 Entretien réalisé le 10 juillet 2012 à Maroua

30 Traduction de l’auteure. Texte original : « The donor’s political conditionalities, support for civil society groups, technical assistance and other activities appear to affect African democratization only at the margin’s ».

Top of page

Cite this article

Electronic reference

Larissa Kojoué, « La continuité autoritariste. L’action publique contre le sida comme révélateur des (non)transformations de l’État au Cameroun », International Development Policy | Revue internationale de politique de développement [Online], 12.1 | 2020, Online since 10 February 2020, connection on 24 February 2020. URL : http://journals.openedition.org/poldev/3276 ; DOI : https://doi.org/10.4000/poldev.3276

Top of page

About the author

Larissa Kojoué

Chercheure associée et chargée de cours de Sociologie politique à l’Université de Bureau Cameroun.

Top of page

Copyright

Creative Commons License
International Development Policy is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International License.

Top of page
  • Logo The Graduate Institute of International and Development Studies
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals