Skip to navigation – Site map

Les villes africaines et le casse-tête du développement

Acteurs et capacité d’agir dans la zone grise urbaine
Till Förster and Carole Ammann
Translated by Laurent Vannini
This article is a translation of:
African Cities and the Development Conundrum

Abstract

L’Afrique s’urbanise plus vite que tout autre continent. Le rythme effréné de son urbanisation contredit l’image habituelle d’un continent rural. La complexité profonde des villes africaines interroge les conceptions traditionnelles de l’urbain et des politiques classiques de développement. Suspendues entre chaos et créativité, les images occidentales des villes africaines semblent incapables de servir de base aux politiques de développement. La diversité des villes africaines est difficile à conceptualiser. Néanmoins, résoudre le casse-tête du développement urbain exige avant tout de forger des visions impartiales de l’urbain. La coopération internationale au développement devrait non seulement faire des villes africaines l’une des priorités de sa mission, mais devrait également veiller à ne pas construire ses interventions sur des concepts hérités de l’histoire occidentale, tels que la dichotomie entre le formel et l’informel. Nous soutenons l’idée qu’il est plus approprié d’appréhender les villes africaines comme des zones grises urbaines qui ne prennent forme et vie qu’à travers la capacité d’agir et les pratiques des acteurs. Les articles de ce numéro spécial proposent un nouveau regard sur les villes africaines, et exposent les nombreuses perspectives et limites qui se font jour pour les citadins africains selon leur propre point de vue, qu’il s’agisse de représentants de l’État, de spécialistes de la planification, d’entrepreneurs, d’organismes de développement ou encore de gens ordinaires : où, pour qui et pourquoi de telles limites et perspectives émergent, comment évoluent-elles avec le temps et comment les habitants urbains africains animent-ils et façonnent-ils activement leurs villes, telles sont les questions posées par leurs auteures.

Top of page

Full text

1 - Le défi urbain en Afrique

  • 1
  • 2 Il fallut 110 ans à l’Europe pour passer de 15 % d’habitants urbains en 1800 à 40 % en 1910. Pendan (...)

1Les villes créent de la différence, et elles accueillent la différence. Les villes africaines ne font pas exception. Elles semblent plutôt accélérer les dynamiques de différentiation à un point tel qu’il devient difficile de les concevoir comme une seule entité, de comprendre leur complexité sociale et, enfin et surtout, de les administrer. Le rythme de l’urbanisation en Afrique dépasse celui de tout autre continent. À brève échéance, la population des villes africaines dépassera celle des zones rurales. Il est difficile d’établir des statistiques fiables car les estimations varient, mais il y a fort à parier que 2030 marque un tournant (ONU DAES, 2014 ; ONU-Habitat, 2008, 2016 ; BAD, 2016a ; voir également le chapitre 6 du présent numéro). D’autres estimations affirment que le moment charnière pourrait être atteint dès 2022, guère plus qu’un battement de paupière d’un point de vue historique1. Dans une certaine mesure, cette accélération prodigieuse est due à l’émergence tardive de l’urbanisation de masse en Afrique2 (voir ci-dessous). Toutefois, outre son cadre historique, et en dépit de ses problèmes inhérents, l’urbanisation en Afrique doit aujourd’hui relever de nombreux défis qui sont donnés à voir dans l’Objectif de développement durable (ODD) n°11, tel que défini par l’ONU en 2015. L’urbanisme africain est un défi pour notre conception académique du changement social, du statut de ces villes, de ce qu’elles sont en train de devenir et de leur rôle dans le développement à l’échelle nationale, locale et mondiale. Enfin et surtout, les villes africaines contemporaines soulèvent des interrogations concernant la façon de les administrer et de les planifier. Puisque les formes de gouvernance traditionnelles sont souvent mises en échec, de nouvelles « …formes institutionnelles hybrides doivent être développées » (Smit et Pieterse, 2014, p.160). Les villes africaines résistent dès lors aux concepts classiques des théories sociales et du développement. Mario Pezzini, directeur du centre de développement de l’OCDE, précise qu’« il n’est pas possible de séparer ces problématiques » (The Guardian, 2016 ; BAD, 2016b, p.143-189). Les théories sociales et les pratiques de développement doivent être pensées ensemble.

2Les villes et les relations qu’elles entretiennent avec leur arrière-pays doivent être comprises dans toute leur complexité, en dépit de quoi toute tentative de les administrer sera vouée à l’échec. Voilà pourquoi l’urbain et les études urbaines sont d’une importance capitale à l’échelle locale, nationale voire mondiale pour l’avenir (Pieterse, 2008 ; Parnell et Dieterse, 2014). Ce constat n’est pas moins valide pour ce qui concerne les programmes d’action en faveur du développement. Ignorer la dimension urbaine reviendrait à concevoir l’avenir sans l’une de ses dimensions les plus importantes, si ce n’est la plus importante. Les villes stimulent le développement parce qu’elles fournissent des perspectives en termes d’éducation, de travail et de consommation. Dans le même temps, elles appauvrissent également leur arrière-pays où sont puisées les ressources pour approvisionner les mégapoles africaines en pleine expansion : les régions rurales perdent leurs esprits les plus brillants qui vont s’installer en ville, de la même manière que les pays du Nord attirent l’élite intellectuelle.

3Pour beaucoup, les villes sont au centre d’une nouvelle géographie mondiale (Robinson, 2005). Elles sont également les lieux où les nouvelles théories sociales doivent montrer si elles sont capables d’être traduites en mesures politiques qui améliorent le quotidien des gens ordinaires et de quelle manière elles peuvent appliquées. Sans une connaissance approfondie fondée sur des données empiriques et des principes théoriques solides, nous ne traiterions que les symptômes et passerions à côté des problèmes réels. L’une des cibles de l’ODD n°11 est d’assurer l’accès de tous les citadins à un logement et des services de base adéquats d’ici à 2030 (ONU, 2015). Cependant, il est « …étonnamment difficile d’obtenir des données précises sur l’accès aux services de base dans les zones rurales et urbaines des pays africains » (Pieterse et Parnell, 2014, 11). Là encore, il est nécessaire de mener plus de recherches empiriques et de réflexions théoriques au sujet des villes africaines. Certes, le présent recueil d’articles ne comblera pas ce vide, mais il contribue à repenser les villes africaines parce qu’il soulève des questions majeures auxquelles il devient impératif de répondre. La façon dont sera conduite la révolution urbaine en Afrique dépendra du degré de compréhension que nous en aurons, mais également de la manière dont les intellectuels du continent, outre la participation politique de la population (Smit et Pieterse, 2014 ; Oldfield, 2015), seront capables de s’investir dans ce débat (Pieterse et Parnell, 2014 ; Watson, 2014 ; Oldfield, 2015). Nous mettrions en péril notre avenir commun, et pas seulement celui de la population de ces villes africaines estimée à cinq cent millions, si nous ne prenions pas ces problématiques à bras le corps (ONU DAES, 2014 ; Datta et Shaban, 2016).

4Les études sur l’urbanisation en Afrique ont tendance à être normatives. Un grand nombre de points de vue sont soit excessivement optimistes soit excessivement pessimistes et les analyses objectives semblent demeurer l’exception. Un pan de la production scientifique idéalise exagérément la ville africaine. Cette approche souligne le potentiel d’innovation, la créativité et l’état d’esprit entrepreneurial des citadins africains. Elle considère la ville africaine comme un espace singulièrement énergique d’où émerge, entre autres, une immense variété d’expressions artistiques (Pinther et Al., 2012). L’autre pan, à l’opposé, concentre sa réflexion sur ce qui manque aux villes africaines lorsqu’on les compare aux zones métropolitaines des pays du Nord et développe par conséquent un récit de crise en dépeignant les villes africaines comme non-fonctionnelles, tout en affirmant dans le même temps que l’urbanisation est une condition préalable au développement.

5Pour certains auteurs, à l’instar de Mike Davis (2006), les villes débordantes d’activité des pays du Sud consistent essentiellement en des bidonvilles chaotiques où prospèrent la pauvreté, la frustration, la corruption, le crime et la violence en raison du manque de logements et d’infrastructures de base, ou encore parce qu’elles n’offrent que des perspectives limitées à leurs habitants. Ce scénario de jugement dernier afro-pessimiste dépeint les villes africaines au premier chef comme violentes et ingouvernables, et in fine comme le reflet du continent dans son ensemble.

6Les villes africaines et leurs habitants font face à de nombreux défis (Voir ONU, 2015). Néanmoins, pour comprendre les villes et l’urbanisation en Afrique, les approches normatives ne seront pas des instruments heuristiques efficaces ni ne produiront les éclairages nécessaires au progrès du développement urbain. Dans le meilleur des cas, elles pourraient mettre en relief une perspective spécifique, mais elles restreindront également à cette seule dimension l’angle de vue des spectateurs, à savoir le fait que les villes en Afrique ne parviennent pas à répondre aux attentes fondées sur l’expérience historique de l’urbanisation occidentale. Par conséquent, nous nous intéressons dans ce numéro tant aux perspectives qu’aux limites existantes pour les habitants des zones urbaines en Afrique telles qu’ils se les représentent eux-mêmes. Nous posons la question de savoir où, pour qui et pourquoi de telles limites et perspectives surgissent et comment elles évoluent dans le temps (Pieterse, 2008 ; chapitre 2 du présent numéro). En reconnaissant la tension qui caractérise fréquemment les rapports entre invention et intervention (Obrist et al., 2013), et en adoptant une approche centrée sur les acteurs qui analyse le vaste éventail de pratiques urbaines, nous avons l’ambition d’aller au-delà d’un discours simpliste conjuguant modernité et développement. Dès lors, nous concentrons notre réflexion sur la manière dont les différents acteurs négocient, manœuvrent, résistent, arbitrent et adaptent avec habileté leur vie quotidienne dans un environnement urbain africain en perpétuelle évolution (chapitre 11 et chapitre 13 du présent numéro).

7Les villes africaines sont des « travaux en cours » (Simone, 2004a, 1) ; elles sont fluides, complexes et se distinguent par l’immensité de leurs dimensions, de leur diversité et de leur hétérogénéité, tant entre elles qu’en leur sein. Qui plus est, les villes en Afrique ne sont pas exceptionnelles et sont aussi ordinaires que toute autre (Robinson, 2006). Elles sont confrontées à de nombreux problèmes telles que la vulnérabilité, la pauvreté et les inégalités, et sont caractérisées par une compétition constante pour les ressources (Kennedy, 2015), et le façonnage et le contrôle des espaces urbains (Massey, 2005 ; Healey, 2007) comme c’est le cas dans beaucoup de zones urbaines partout dans le monde (Myers, 2011). Mais elles produisent également ce mélange urbain remarquable, où les liens et les cassures deviennent créateurs d’idées et de perspectives (Amin et Thrift, 2002, 3).

8Edgar Pieterse et Susan Parnell (2014) mettent en évidence certains points communs qui pourraient être des traits typiques des villes africaines ; à savoir, a) une urbanisation rapide (chapitre 6 et chapitre 10 du présent numéro) ; b ) le rapport étroit entre l’urbain et le rural en raison des schémas de migration circulaire (chapitre 13 du présent numéro) ; c) de grandes zones péri-urbaines qui caractérisent la périphérie des villes (chapitre 10 et chapitre 11 du présent numéro) ; d) le caractère informel de l’urbanisation qui affecte la sphère économique et sociale ; e) la suprématie urbaine, une spécificité qui trouve sa source dans le passé colonial en raison duquel un grand nombre de pays se distinguent par un gigantesque centre urbain qui est généralement trois à quatre fois plus grand que leur deuxième plus grande ville ; f) la rivalité entre les pôles de pouvoir et leur enchevêtrement partiel (chapitre 13 du présent numéro) qui rendent difficile pour les citoyens ordinaires de savoir à qui s’adresser pour atteindre certains objectifs ; g) la terre et le logement sont des enjeux majeurs compte tenu de l’ambiguïté des situations juridiques ; h) une énorme inégalité entre les habitants des villes qui engendre une quasi absence d’interaction entre les membres de l’élite urbaine (chapitre 12 du présent numéro) et les citoyens pauvres ; et enfin, j) la jeunesse urbaine constitue une grande cohorte particulièrement vulnérable dans beaucoup de villes africaines (Pieterse et Parnell, 2014, 9-15 ; chapitre 11 du présent numéro).

9L’état actuel de l’urbanisation en Afrique trouve ses origines dans l’histoire du continent. Il n’en est pas moins lié aux contextes politiques, économiques et sociaux auxquels doivent faire face au présent les villes africaines. L’histoire relativement courte de l’urbanisation sur le continent africain est une caractéristique fondamentale dont l’influence se fait encore sentir aujourd’hui. Une poignée de villes plus importantes avait émergé au moyen-âge en Afrique de l’Ouest, et des zones urbaines de moins grande taille s’y maintinrent pendant la première moitié du 19ème siècle, tandis que les régions africaines de l’Est et du Sud demeuraient essentiellement rurales, à l’exception de quelques villes marchandes éparpillées le long de la côte swahilie (Iliffe, 1995, p.118). La situation n’évolua guère lorsque le continent fut soumis à la domination coloniale à la fin du 19ème siècle. Tout au long des premières années de l’ère coloniale, l’Afrique demeura essentiellement un continent rural, entremêlé de villes marchandes coloniales de petite taille mais prospères le long des côtes. À cette époque, seule la ville du Caire comptait plus de 900 000 habitants. Suivaient ensuite Ibadan, Tunis et Johannesburg, qui avaient chacune entre 100 000 et 200 000 résidents. Le paysage changea rapidement après la Deuxième Guerre mondiale lorsque les zones urbaines commencèrent à croître à une vitesse sans précédent. Entre 1940 et 1960, la population d’un grand nombre de villes africaines fit plus que doubler. Dans le même temps, de nouvelles villes émergèrent, comme par exemple les villes minières de la Copperbelt (chapitre 13 du présent numéro). Néanmoins, la taille de certaines villes diminua également lorsque les pouvoirs coloniaux se retirèrent ou lorsque les routes des caravanes perdirent de leur importance (Freund, 2007, p.65-67).

  • 3 Michael Lipton (1977) a popularisé le terme de « biais urbain » dans le domaine du développement dè (...)

10Durant l’ère post-coloniale, le rythme de l’urbanisation accéléra prodigieusement en raison des migrations rurales-urbaines qui poussèrent de vastes populations paysannes vers des villes de moins en moins capables de les absorber. À la fin du millénaire, de grandes villes africaines telles que Lagos, Le Caire ou Kinshasa étaient devenues d’interminables agglomérations urbaines de plus de cinq millions d’habitants (Freund, 2007, p.143-145 ; Burdett et Sudjic, 2007). Quoi qu’il en soit, les Européens percevaient et perçoivent souvent encore l’Afrique comme un continent rural ; un regard que continua à porter également la coopération au développement longtemps après le début du nouveau millénaire, où l’image de l’Afrique rurale demeura la base de l’aide au développement et par la suite de la coopération au développement. La réduction de la pauvreté en Afrique fut imaginée, conçue et planifiée à travers l’idée d’une coopération technique dans les zones rurales, et les réalités urbaines du continent restèrent en grande partie ignorées3.

  • 4 L’interdépendance entre la subsistance locale et la production de cultures marchandes intégrées dan (...)

11Pendant longtemps, la recherche appliquée et les politiques de développement concentrèrent leur regard sur les problèmes agraires et pastoraux. Par conséquent, de nombreux programmes vinrent en aide et continuent de soutenir les agriculteurs africains dans le but d’augmenter leurs récoltes, de promouvoir une gestion durable des terres et de développer des stratégies pour faire face au changement climatique. L’objectif de nombreux gouvernements, soutenus par des agences internationales de développement, était de réduire les schémas de migrations rurales-urbaines circulaires. Nous ne prétendons pas que de tels programmes ne sont pas pertinents4. Néanmoins, nous préconisons de déplacer aussitôt que possible la priorité donnée aux zones rurales vers les zones urbaines de l’Afrique, car c’est là où vivra bientôt la majorité de la population du continent.

12Assez récemment encore, en 2007, Goran Hyden, chercheur en science politique écrivait : « Après plus de 40 ans à essayer d’aider l’Afrique subsaharienne à se développer et se moderniser, la région demeure une énigme pour la communauté politique internationale. […] cette question épineuse a été analysé sous toutes les coutures mais n’a produit qu’une compréhension négligeable de ce qui fonctionne vraiment en Afrique. La raison principale en est que la communauté internationale du développement n’a jamais été disposée à découvrir de quoi retourne véritablement ce problème incontournable lorsqu’on l’examine de près » (Hyden, 2007, 16751). Nous partageons son point de vue et pensons que l’Afrique urbaine est l’une des composantes de cette question éminemment épineuse. Il y a un besoin urgent d’entreprendre plus de recherche fondamentale mais également plus de recherche appliquée au sujet des villes africaines, et d’appréhender ces dernières comme des villes ordinaires confrontées à des enjeux ordinaires. Dès lors, il est nécessaire que nous comprenions pleinement comment les acteurs locaux vivent dans les villes africaines et y prennent part. La plupart des contributions composant le présent numéro reflètent cette évolution dans les travaux de sociologie du développement et donnent la priorité aux acteurs locaux et à leur capacité d’agir.

13Vue de l’étranger, et plus particulièrement depuis les pays du Nord, la ville africaine ordinaire, « normale », est une ville informelle. Tandis que les anciens centres coloniaux devenaient le plus souvent des quartiers d’affaires aux façades métalliques, les zones d’habitation des populations locales se transformèrent bientôt en quartiers à forte croissance qui interdisaient toute forme de planification. Derrière les zones restreintes qui servaient autrefois à protéger les colonisateurs blancs puis plus tard la bourgeoisie d’État, les bidonvilles se déployèrent dans toutes les directions. Dès les années 1920, les colonisateurs considéraient ces « installations spontanées » comme un défi à leurs visions d’une Afrique urbaine émergente (Njoh, 2009). Des villes bien organisées étaient supposées servir de vitrines aux entreprises de mise en ordre des sociétés africaines par les pouvoirs coloniaux. Dans les contextes politiques nouveaux qui suivirent, de telles ambitions continuèrent dans une certaine mesure à façonner les politiques de développement, de l’ONU notamment, dont l’objectif est de moderniser les bidonvilles et de fournir à toute la population un logement sûr et à coût abordable d’ici à 2030 (ONU, 2015), mais également celles des nouveaux pays donateurs ainsi que des administrations post-coloniales (Jones, 2012a). « La modernisation des bidonvilles » n’est que la forme d’intervention la plus évidente dans des zones généralement considérées comme « informelles » (Jones, 2012b ; chapitre 6, chapitre 7 et chapitre 9 du présent numéro).

14Depuis la fin de l’époque coloniale, ces installations « informelles » connurent une expansion plus rapide que n’importe quel autre quartier de leur ville respective. La population de ces installations était difficile à contrôler ; et, plus important encore, à l’opposé des centres « formels », qui ressemblaient souvent aux villes de la mère-patrie coloniale, ces zones étaient difficilement déchiffrables pour les planificateurs et les administrateurs coloniaux. La différence était souvent formulée à travers la distinction binaire suprême de l’époque : les façons de vivre et les habitations « africaines anciennes et traditionnelles » étaient symbolisées par des installations désordonnées, spontanées, pauvres et non structurées, tandis que les centres « modernes » bien organisés représentaient un avenir plein de promesses pour l’Afrique (Drakakis-Smith, 2000).

  • 5 Plus généralement, le concept a été ébauché en premier lieu par W. Arthur Lewis (1955), qui inventa (...)
  • 6 Il est notoire que les données statistiques et quantitatives sur le secteur informel de l'économie (...)

15La dichotomie ne cessa de muer et adopta plus d’une fois une autre forme après l’indépendance. La plus remarquable est certainement l’opposition entre « formel » et « informel » qui, à première vue, divise toujours la majorité des villes africaines. Dans les années 70, l’anthropologue économique Keith Hart (1973, 1985) et d’autres5 avaient dérivé le terme d’« économie informelle » de l’énorme fossé existant entre ceux qui payaient des impôts, bénéficiaient d’un emploi officiel, légal, salarié, régulier et de ses nombreux avantages, et la masse populaire qui n’avait pas d’emploi régulier et qui devait gagner sa vie en tant que travailleur « autonome », c’est-à-dire qui travaillait à son propre compte, dans les sphères non réglementées, souvent illégales, de l’arène urbaine. Au sens large du terme, l’informalité recouvre toutes les activités économiques non déclarées ou qui échappent au regard de l’administration. Cette définition sous-tend l’existence d’un organisme, généralement l’État, qui enregistre et surveille. En fin de compte, la distinction binaire juxtapose les activités économiques réglementées par l’État et toutes celles que l’État est incapable ou peu désireuse de contrôler. Compte tenu de la défaillance des États africains dans leur grand majorité, du moins du point de vue occidental, le « secteur informel » est parfois identifié comme la contribution la plus importante de l’Afrique à la théorie économique6 (Collier, 1993).

16Cette opposition entre informel et formel offrait une clé de déchiffrement des paysages urbains africains aux planificateurs et aux experts en développement. Les bas quartiers et les bidonvilles malfamés de l’Afrique francophone (Balandier, 1955, 1957) furent redéfinis comme des installations « informelles » que l’administration ni ne reconnaissait ni ne considérait «…en tant que partie intégrante de la ville » (ONU-Habitat, 2008, p.7). D’où l’hypothèse que l’informalité est directement liée à la pauvreté (par exemple, Rauch, 1991). Bien évidemment, cette définition est lourde de conséquences pour les personnes qui vivent dans ces zones et composent souvent les trois quarts de la population urbaine. Elles n’ont fréquemment pas accès aux services publics, ne sont pas approvisionnées en électricité ou en eau, ne disposent pas d’espaces habitables insuffisants, et leurs logements sont construits en matériaux inappropriés et sont par conséquent facilement détériorés lors de catastrophes naturelles (ONU, 2015). Chose non moins importante, elles n’ont souvent pas le droit de vivre dans les lieux et maisons qu’elles occupent. Elles ne disposent habituellement d’aucun titre de propriété et dans de nombreuses villes elles sont régulièrement expulsées dès que le conseil urbain l’estime nécessaire (chapitre 9 du présent numéro).

17D’un point de vue critique, les faits ne laissent place à aucune ambiguïté. Les habitants des installations « informelles » n’ont pas droit à la ville : leur ville n’est pas à eux (Lefèbvre, 1968 ; Purcell, 2014 ; pour l’Asie du Sud, voir Anjaria et McFarlane, 2011). La distinction entre le formel et l’informel a une pertinence immédiate pour l’administration urbaine et, par extension, pour toute forme de politique de développement (voir les chapitre 4 et chapitre 9 du présent numéro). Elle crée une réalité administrative qu’aucun des acteurs, quels que soient son milieu et ses intentions, ne peut ignorer. Un habitant qui ne possède aucun acte notarié relatif au lieu où il habite est particulièrement exposé à l’expulsion, qui engendre non seulement la perte de sa propre maison mais également et le plus souvent la perte de tous ses biens. Il n’est pas surprenant que la plupart des habitants des bidonvilles feraient tout ou presque pour que leur cabane soit reconnue officiellement comme propriété privée, même si leur maison se compose pour l’essentiel d’un toit formé à l’aide de deux ou trois plaques de tôle ondulée et de murs en briques d’argile séchées (Voir le chapitre 7 du présent numéro).

18Si elles en ont la possibilité, les personnes qui construisent « illégalement » à la lisière des zones « officiellement » reconnues tentent de reproduire les schémas qu’elles imaginent correspondre à ce qu’un programme de planification officiel du conseil urbain aurait élaboré. Cela facilitera ultérieurement, du moins le supposent-ils, leur reconnaissance en tant qu’installation « formelle » : les urbanistes et les planificateurs en développement doivent apprendre à travailler avec ces zones, indépendamment du fait qu’elles sont ou non enregistrées comme habitats « formels » (Roy, 2005). Bien qu’entièrement illégaux au regard de la loi, de tels quartiers peuvent sembler avoir été construits par une entreprise en bâtiment sous mandat gouvernemental. Ils ont souvent la même grille de rues et reproduisent des schémas de lotissement très similaires à ceux des quartiers voisins reconnus officiellement. Par le biais d’un acte de « contre-gouvernementalité », ils reproduisent dès lors des formes similaires d’habitation urbaine et de gouvernance (Nielsen, 2011). Les marchands ambulants, les marchés, les petites échoppes aux coins des rues, ou les débits de boisson illégaux, travaillent tous dans la zone grise que de tels quartiers apparemment informels procurent et protègent.

  • 7 Concevoir la dichotomie entre « formalité » et « informalité » comme deux formes de pratique distin (...)

19Contrairement à la division entre le formel et l’informel, qui projette la normativité de l’administration fiscale et étatique sur les villes africaines7, la zone grise est un concept ouvert. Il permet d’établir que ni les économies et pratiques urbaines ni les rôles des différents acteurs ne sont fixes. Les acteurs peuvent adopter un rôle ou un autre en fonction du jugement qu’ils portent sur une situation particulière et de ce qui leur parait le plus approprié. Ils peuvent être des collecteurs d’impôts lorsqu’ils croisent le propriétaire d’un étal sur le marché, et un ami ou un client une minute plus tard lorsqu’ils échangent quelques mots avec le commerçant. Vivre dans une zone grise signifie que l’on doit juger et peser constamment ses propres interactions avec les autres puisque les personnes représentent les structures institutionnelles sur lesquelles on doit le plus souvent compter (Simone, 2004b). Ce n’est que lorsqu’on participe réellement à une interaction que le gris cède la place aux couleurs : le « formel » et l’« informel » sont les deux pôles extrêmes d’une échelle mobile.

20Sans surprise, la dichotomie entre le « formel » et l’« informel » ne joue pas un rôle décisif en dehors du strict contexte administratif. La plupart des acteurs urbains ne se préoccupent pas de savoir si une pratique particulière est « formellement » reconnue ou non. Cependant, cela ne signifie pas qu’il n’existe pas de règles ou encore que ces personnes vivent dans un cadre chaotique. Les experts du développement considèrent le secteur « informel » comme chaotique parce qu’il n’est pas réglementé, mais il s’agit là d’une grave erreur. Le non-réglementé n’est pas sans ordre, pas plus qu’il ne crée obligatoirement la confusion. En effet, la majorité des personnes qui vivent et travaillent dans des environnements que les experts du développement qualifient d’« informels » n’en doivent pas moins suivre des règles et des règlements très stricts. La différence réside dans le fait que ces règles ne sont ni écrites ni obligatoirement entérinées et mises en application par la ville et son administration. Elles surgissent de la myriade d’interactions auxquelles les habitants urbains ordinaires prennent part jour après jour. Elles naissent des politiques au quotidien de la gouvernance urbaine.

21En dépit de son opacité, la zone grise urbaine peut être un espace rigoureusement réglementé. Par conséquent, la zone grise se distingue de la représentation habituelle du secteur « informel » en tant que marché non réglementé. Les marchands ambulants installés devant une église, une mosquée ou un supermarché doivent la plupart du temps respecter des limites invisibles. Ils ne doivent pas vendre des choses proposées par d’autres marchands ou par le supermarché à proximité, et ils ne doivent pas empiéter sur le territoire d’autres marchands voisins qui vendent la même chose. En règle générale, ils paient également des « impôts », c’est-à-dire un tribut journalier perçu par le « propriétaire des lieux ». Souvent les marchands ambulants ne connaissent pas les raisons permettant à une personne particulière de revendiquer la « propriété » du lieu, mais ils savent que l’homme en question se met en colère s’il ne touche pas son tribut journalier. Son montant peut paraître insignifiant ou minime pour qui possède une boutique, mais il peut être très élevé aux yeux de marchands qui n’ont pas de capital et ne disposent d’aucun autre revenu que le faible produit de leurs ventes au fil des jours. En outre, ils doivent parfois payer deux fois : d’abord au propriétaire « informel » et ensuite au percepteur « formel » du conseil urbain. Vivre dans la zone grise n’est pas chose facile. « On doit se battre pour survivre », disent une grande partie de ces personnes. Les règles du secteur « informel » peuvent être bien plus rigoureuses que les règles « formelles » du conseil urbain, et s’étendent parfois au cœur des villes internationales telles que New York (Touré, 1985 ; Stoller, 1996 ; de façon générale Brown, 2006 ; Bhowmik, 2010).

22Est-ce que cela a du sens de diviser les économies urbaines en secteurs « formel » et « informel » ? ou de diviser les quartiers d’une ville de la même manière ? De définir les villes africaines comme des villes « informelles » ? Outre ce que nous avons déjà passé en revue, d’autres dynamiques remettent en question la division entre le « formel » et l’« informel ». Les zones grises peuvent devenir prédominantes lorsqu’une institution publique se désagrège ou lorsqu’elle se détourne d’une zone particulière. De telles transformations ont parfois été qualifiées de « ré-informalisation » (Myers, 2010, 2011, p.89-97). De façon très similaire aux dynamiques de contre-gouvernementalité, elles peuvent conduire à une formalisation partielle, c’est-à-dire à des formes hybrides dans lesquelles les règles « formelles » et « informelles » coexistent ou s’entremêlent (Oldfield, 2002). Mais ce n’est pas la caractéristique principale de la zone grise urbaine. Les pratiques « formelles » et « informelles » sont indiscernables tant que les acteurs ne les définissent pas comme telles, ou, pour utiliser une métaphore, tant qu’ils ne transforment, de par leurs pratiques, le gris en couleurs plus clairs et plus lisibles.

23L’utilisation du langage traditionnel du développement conduit dès lors à des affirmations contradictoires : Le « formel » et l’« informel » se confondent souvent dans la vie de tous les jours. Des myriades de formes de pratiques « informelles » existent au cœur de l’économie « formelle ». Dans le même temps, les activités du secteur « formel » dépendent étroitement de celles du secteur « informel » (chapitre 3 du présent numéro). Les habitants urbains pauvres ne sont pas les seuls à gagner leur vie grâce au secteur « informel » ; les citadins plus nantis profitent également des formes non réglementées de production, de répartition et de fourniture de services, plus particulièrement depuis les réformes d’ajustement structurel imposées par le Fond Monétaire International et la Banque Mondiale (Murray et Myers, 2006, p.13-15). La classe moyenne urbaine émergente et ses interactions avec les responsables politiques et les fonctionnaires de l’administration locale (Pour l’Inde, voir Fernandes et Heller, 2006 ; Baud, 2015) ne cessent de gagner en importance aux yeux de la coopération au développement, bien que le terme de « classe » très connoté puisse ne pas être compris ici dans son acception marxiste. Là-encore, la recherche empirique est insuffisante, et beaucoup d’éléments doivent encore être clarifiés. La contribution composant le chapitre 3 du présent numéro constitue une étape importante dans cette démarche de clarification.

24De toute évidence, il est impossible de tracer une ligne nette de démarcation entre l’« informel » et le « formel » dans les villes africaines (Pieterse et Simone, 2013). Il ne dépend que des acteurs et de la situation pour qu’une pratique singulière soit considérée comme étant de l’ordre du « formel » occidental et administrée par l’État ou de l’ordre de l’« informel » et dès lors réglementée par d’autres, mais il est également probable, et c’est ce qui arrive le plus souvent, que la distinction ne soit nullement faite. Par conséquent, si nous voulons savoir de quoi relève exactement l’incontournable question épineuse évoquée plus tôt, nous ne l’apprendrons qu’en nous adressant aux acteurs impliqués.

25Si la distinction entre « formel » et « informel » est biaisée, que cela signifie-t-il pour la coopération au développement ? Les nombreuses tables-rondes au sujet de l’« informalité » et de l’urbanité en Afrique qui se sont tenues lors de la conférence européenne des études africaines de 2017 montrent que les discussions académiques toujours en cours à large échelle concernant la signification et la portée de l’« informalité » dans le cadre de la coopération au développement sont loin d’être closes. Notre idée de zone grise rejoint dans une certaine mesure le concept d’« espace gris » développé par Oren Yiftachel (2009b) dans le contexte des luttes des bédouins arabes en Israël et en Palestine. Selon Yiftachel, l’« espace gris » caractérise des pratiques propres aux populations se déplaçant en permanence qui se situent à mi-chemin entre la « clarté » de la légalité, de la sécurité et d’une appartenance de plein droit, et l’« obscurité » de l’expulsion, de la destruction et de la mort » (2009a). Son exemple montre que les acteurs locaux ne doivent pas faire face uniquement aux contraintes économiques et aux tentatives de leur extorquer des redevances administratives et des taxes ; ils sont profondément mêlés à la politique urbaine. Notre concept de zone grise pousse un peu plus loin cette idée. Nous envisageons la zone grise comme un espace opaque auquel font face les acteurs, mais qu’ils transforment progressivement de par leurs pratiques en un paysage urbain coloré. En déterminant eux-mêmes leur rôle dans les interactions avec d’autres citadins, ils créent les couleurs qui leur permettent de percevoir la ville comme un monde de la vie (life-world) issu de leur propre capacité d’agir.

  • 8 En français dans le texte (Ndt).

26Les agences de développement doivent repenser les concepts classiques sur lesquels se fondent leurs interventions, ainsi que leur propre rôle dans l’espace social et politique urbain. Toute intervention dans un tel contexte est inévitablement une prise de position politique. Il n’existe pas d’« aide » ou de « coopération » qui soient purement « techniques », comme le laissent penser les noms d’importantes agences de développement. La matérialité de l’infrastructure n’est pas qu’un instrument technique. La ville coloniale soumise à la ségrégation et ses cordons sanitaires8 qui séparaient le centre urbain blanc de la périphérie et des populations « indigènes », n’en est que l’exemple le plus patent (Eckert, 2002, 2011). Aujourd’hui, les embouteillages entre le centre d’une ville et les quartiers de la banlieue peuvent avoir un effet similaire. D’une part, ne pas construire de rue a pour conséquence d’interdire l’accès à la ville en tant qu’espace politique à ces quartiers de la banlieue, mais cela favorise également l’émergence d’un espace social et politique suburbain autonome où peuvent apparaître de nouveaux acteurs (chapitre 11 du présent numéro). D’autre part, construire un axe routier rapide à quatre voies qui coupe en deux le quartier périphérique produit également un effet à double tranchant. Il réfrène certes la formation d’une communauté unie, mais il peut faciliter également la venue d’acteurs locaux dans le centre-ville, où il leur devient possible d’exprimer leurs revendications politiques de manière inattendue, au grand dam, bien souvent, des dirigeants au pouvoir (Merrifield, 2013 ; Diouf et Fredericks, 2014 ; chapitre 8 du présent numéro).

27Les paysages urbains reflètent les politiques urbaines (voir par exemple Habitat International 2015 sur les mégaprojets urbains). Les villes africaines en tant que « lieux d’assemblages et de centralité, de territorialisation et d’interdépendance » (Robinson, 2013, 1) se caractérisent par des contrastes saisissants. Aujourd’hui, un grand nombre de paysages urbains africains dévoile un urbanisme « cumulatif » et « polynucléaire » (Brenner et Schmid, 2011, 2015) : chaque nouveau quartier s’ajoute au précédent, mais ils restent souvent coupés l’un de l’autre, restant plutôt tournés vers eux-mêmes. Seuls quelques grands axes traversent le paysage urbanisé à perte de vue, embouteillés tout au long de la journée et une grande partie de la nuit. Se déplacer d’un quartier à l’autre est souvent extrêmement chronophage et particulièrement éprouvant pour des personnes vulnérables comme les personnes âgées ou en situation de handicap par exemple (ONU, 2015). Il n’existe pas de système de transport public à l’exception de minibus lents qui circulent difficilement en raison du trafic et s’arrêtent environ tous les deux cent mètres pour prendre et déposer des passagers, finissant par embouteiller les routes autant que les voitures individuelles. Par conséquent, de nombreux vendeurs de rue et petites boutiques poursuivent leur activité au bénéfice de tous ceux qui n’ont pas les moyens d’acheter une voiture pour se rendre au marché principal de la ville ou au centre commercial le plus proche. Les citadins africains sont les acteurs et les sujets de transformations sociales, économiques et politiques constantes et ils trouvent activement leur place dans les espaces sociaux, économiques et politiques que sont leurs villes. Décider de se déplacer ou ne pas se déplacer, de marcher ou de prendre un minibus sont non seulement des jugements pragmatiques de la situation telle qu’elle se présente, mais également des actes exprimant clairement les revendications de chacun à l’égard de la ville comme espace politique et social.

  • 9 Il ne faut pas négliger ici le flux d’envoi de fonds au sein des pays d’Afrique et entre eux (Sande (...)

28Les politiques de développement ne sont ni des méthodes neutres ni des instruments d’ingénierie sociale, pas plus que ne le sont les envois d’argent, qui sont devenus les principaux flux d’investissement étranger dans un grand nombre de pays africains9 (Gupta et al., 2009 ; Nyamongo et al. ; 2012). Ces politiques représentent une composante importante des politiques urbaines et y jouent un rôle à géométrie variable. Par conséquent, elles requièrent une connaissance approfondie des habitants et de la manière dont ces derniers mettent en œuvre et expriment leurs droits à la ville. Cela fait du développement urbain une entreprise hasardeuse et complexe qui va bien au-delà des simples exercices de planification. Il est impératif de mener une réflexion critique pérenne si l’on veut que le changement urbain ait lieu pour le meilleur. Les contributions à ce numéro se penchent sur ce casse-tête : elles visent à fournir des éclairages sur les mondes de la vie urbains que les citadins africains créent, et interrogent les liens existants entre ce savoir urbain régional et trois grandes composantes de l’urbanisme africain : la gouvernance urbaine ; la planification, la politique et la zone grise urbaines ; et le continuum urbain-rural.

2 – Les contributions à ce numéro thématique

29Les contributions à ce numéro appréhendent les villes africaines à partir de perspectives transversales et interdisciplinaires. Elles évitent les catégories normatives et préconçues, et analysent les villes africaines telles qu’elles sont vécues et traversées empiriquement par les acteurs sur le continent. Nous concevons l’urbanité comme une pratique sociale d’habitants urbains qui, à travers leurs interactions, créent des rencontres et de la distanciation dans les espaces sociaux urbains (Förster, 2013). Ce faisant elles établissent le cadre de la gouvernance, de la politique, de la planification et de l’économie urbaines, et notamment les formes de rapport qu’entretiennent les villes africaines avec les agglomérations rurales à leur périphérie. Nous structurons les chapitres autour des thèmes mentionnés plus haut.

2.1 La gouvernance urbaine

30Parmi les nombreux problèmes auxquels font face les villes en Afrique, la gouvernance représente un enjeu majeur. Comme le souligne judicieusement le Rapport sur le développement dans le monde 2017, « Les politiques ne naissent pas dans le vide ». Elles sont le fruit d’un contexte politique et social complexe au sein de règles continuellement fluctuantes qui sont soumises à l’influence de différents acteurs (Banque mondiale, 2017, p.29). Puisque les municipalités sont, à quelques exceptions près, financièrement et institutionnellement plus fragiles que leurs homologues des pays du Nord, elles ne sont, le plus souvent, pas en mesure de planifier et de mettre en ordre leur espace urbain comme le feraient d’autres administrations urbaines à l’étranger. Elles doivent se livrer à de nouvelles formes de gouvernance qui ne sont pas fondées sur les modèles occidentaux et leur histoire. La recherche universitaire sur la gouvernance urbaine en Afrique est par conséquent devenue un champ fascinant qui nécessite de nouveaux concepts et théories urbaines pour analyser l’implication des nombreux acteurs qui sont parties prenantes des villes et de l’urbain et qui y jouent un rôle. L’auteur du chapitre 2 s’intéresse à différents niveaux et échelles de gouvernance urbaine en Afrique. Ayant été membre d’organismes régionaux, nationaux et internationaux en charge de l’élaboration de nouvelles politiques, il est très au fait des programmes urbains dans plusieurs villes africaines et analyse la manière dont ces programmes sont liés aux cadres politiques internationaux, en l’occurrence le Nouveau Programme pour les Villes adopté lors de la Conférence des Nations Unies sur le Logement et le Développement Urbain Durable (Habitat III) en 2016. Les analyses de l’auteur traitent également de l’échelle locale, notamment de Khayelitsha, une banlieue et un ancien township de la ville du Cap en Afrique du Sud. En tant que directeur de l’African Centre for Cities, domicilié également au Cap, il a une connaissance approfondie des politiques urbaines et de la formation de la gouvernance urbaine dans d’autres régions du continent. L’auteur suggère une métamorphose radicale du paysage politique et institutionnel de demain : les régimes d’investissement territoriaux, macroéconomiques et infrastructurels devraient être pensés comme un seul et même régime. Dans sa contribution, il trace le contour de ce à quoi pourrait, et devrait, ressembler ce nouveau paysage, et des conditions nécessaires à remplir pour déployer ces politiques multiscalaires ailleurs en Afrique.

31L’auteur du chapitre 3 adopte une autre perspective complémentaire sur la gouvernance urbaine en Afrique. Il s’intéresse principalement à Kisumu au Kenya comme exemple d’un entre-deux urbain, c’est-à-dire d’une de ces nombreuses villes de taille moyenne ordinaires sur le continent qui ne sont ni des mégapoles tentaculaires ni les capitales de leur pays caractérisées par des responsabilités extraordinaires et les budgets correspondants. L’auteur fait de trois champs fondamentaux de la gouvernance le prisme de son analyse : l’utilisation des sols, la fourniture de services de base et la mobilité. Ses découvertes principales sont indéniables : le concept de bonne gouvernance développé par la Banque Mondiale et fondé essentiellement sur la conception occidentale normative de l’État westphalien en tant qu’institution disposant d’un pouvoir supérieur légitime, ne fonctionne pas et ne fonctionnera pas en Afrique. Il nous faut accepter, affirme-t-il, que ni l’État en tant qu’institution ni les acteurs étatiques en tant qu’individus n’occupent dans les villes africaines la position dominante qui est la leur dans les pays du Nord. Par conséquent, il utilise principalement la gouvernance comme prisme d’analyse des processus de prises de décision dans les villes africaines et de leur mise en œuvre ultérieure. En juxtaposant une typologie générale d’acteurs et trois champs fondamentaux de la gouvernance, l’auteur conclut qu’il n’existe pas d’alternative aux formes collaboratives de gouvernance ; aussi désordonnées et conflictuelles soient-elles le plus souvent, elles prennent en compte le caractère profondément politique de la gouvernance tandis que les modèles fondés sur l’autorité d’un gouvernement échoueront à dépolitiser la gouvernance.

32Dans le chapitre 4, les auteures examinent un cas pratique de gouvernance urbaine : l’efficacité des politiques traditionnelles anticorruption et de bonne gouvernance au Rwanda, en Ouganda et en Tanzanie dans l’Afrique de l’Est. Puisque de nombreux acteurs étatiques tout comme de nombreuses agences de développement font toujours usage de la dichotomie entre le formel et l’informel, les auteures analysent comment de telles certitudes fondamentales façonnent la perception de la corruption et dans quelle mesure la corruption est liée à des pratiques informelles estompant ainsi sa présence dans la vie quotidienne de la population. Ils identifient trois de ces pratiques : a) la cooptation comme forme de recrutement dans les réseaux sociaux où la corruption est active, b) le contrôle comme pratique de normalisation et de renforcement du maintien de la corruption par la punition de ceux qui pourraient s’éloigner des schémas de comportements corrompus, et c) le camouflage comme moyen de dissimuler là où la corruption joue véritablement un rôle dans l’administration et au sein de ses organismes subordonnés. La corruption nourrit, selon la conclusion des auteures, une économie morale qui, pour sa part, légitime également ces pratiques. En tant que forme d’interaction normalisée, la corruption relève de régimes politiques qui sont fondés sur des réseaux clientélistes. Affirmer que la corruption est « endémique », comme le répètent certains responsables politiques, n’est guère qu’un raccourci. Une telle affirmation élude une analyse empirique rigoureuse, et ce faisant qualifie la corruption de maladie pour laquelle n’existe aucun traitement. Les auteurs montrent qu’une telle analyse empirique est possible et doit être réalisée.

33Le chapitre 5 traite de l’une cibles de l’ODD n°11, à savoir la mise à disposition d’espaces publics et d’espaces verts accessibles à tous (ONU, 2015). L’auteur concentre sa réflexion sur un échec vécu par une forme de gouvernance collaborative et contrebalance ainsi dans une certaine mesure les affirmations d’ensemble des contributions précédentes. L’auteur se demande pourquoi la cogestion des parcs à Johannesburg en Afrique du Sud ne fonctionne pas dans l’ère post-apartheid. Puisque le budget alloué à ces sites par le conseil municipal est limité, de nombreux quartiers des zones de classe moyenne prennent part à une forme de gestion communautaire des parcs existants. L’antagonisme de ces différents agendas politiques est nourri par la profonde méfiance qui existe entre certains acteurs, et plus particulièrement entre les classes moyennes blanches et les autorités de Johannesburg City Parks contrôlés par des Sud-Africains noirs. Cet antagonisme provoque l’émergence de formes d’expressions politiques et crée un espace discursif là où la parole des autres acteurs, notamment les membres des communautés à faible revenu, n’est le plus souvent pas entendue. Cette configuration politique profondément conflictuelle rend la gestion des parcs extrêmement complexe et finit par marginaliser d’autres acteurs privés et leurs initiatives.

2.2 Planifications, politiques urbaines et la zone grise urbaine

34La seconde partie de ce numéro spécial est consacrée à la planification, la politique urbaine et la zone grise urbaine qui ensemble alimentent ce qui est généralement identifié comme l’« informalité » de l’urbanisation en Afrique. Les dynamiques d’urbanisation rapide sont des questions extrêmement délicates pour les acteurs impliqués. Les responsables politiques, les planificateurs, les entrepreneurs régionaux, les experts en développement ainsi que les citadins ordinaires ont des visions différentes et souvent contradictoires de leur ville. La ville africaine se caractérise par de vifs contrastes intérieurs. Dès lors, une même ville présente un aspect très différent d’un quartier à l’autre. Si les gratte-ciels scintillants surplombent les quartiers des affaires d’où s’élèvent les bâtiments de l’administration et où se situe le centre financier du pays, de nombreux secteurs de la zone grise de la ville se distinguent par des habitations modestes et des infrastructures insuffisantes et délabrées. Ce sont les secteurs où les dynamiques de modernisation et de transformation sont fréquentes, et où les politiques de développement sont les plus utiles, comme le démontrent les chapitres suivants.

35Le chapitre 6 fournit une vue d’ensemble de l’urbanisation en Afrique et la relie aux tendances démographiques générales du continent et d’ailleurs. Les perspectives d’une croissance extrêmement rapide de la population urbaine sont annonciatrices des défis que devra relever dans le futur la coopération au développement et, dans les faits, de ce que signifieront ces mutations du voisinage planétaire de l’Europe pour les populations vieillissantes des pays du Nord. L’auteur n’apporte pas des réponses toutes-faites : il donne simplement à voir la portée de ces tendances à long terme. Il est évident, aujourd’hui déjà, que l’image de l’Afrique en tant que continent rural ne reflète plus la réalité du continent. L’auteur examine ensuite la grande diversité des villes en Afrique et donne un aperçu des initiatives « Villes Durables » en Afrique qui visent à répondre aux défis de l’urbanisation, prêtant plus particulièrement attention aux questions les plus brûlantes auxquelles sont confrontées les mégapoles africaines en expansion, c’est-à-dire l’environnement, l’utilisation des sols, les transports publics, l’eau et le ramassage des déchets. Il montre que des réseaux régionaux et internationaux de villes peuvent conduire à un développement plus durable des villes africaines ; cependant, il est indéniable également que certaines villes et agglomérations urbaines du continent ne sont pas visibles dans ces réseaux, ce qui souligne l’importance d’étendre et de renforcer ces réseaux. Il en va de même pour la recherche empirique sur l’urbanisation en Afrique, qui n’est menée que par une poignée d’institutions sur le continent.

36Le chapitre 7 examine de près les formes de revendication des habitants qui vivent à la périphérie de Windhoek, capitale de la Namibie, dans le contexte de politiques de modernisation qui sont en cours depuis plus de 15 ans. L’auteur démontre que si certains mouvements sporadiques de sensibilisation ont reçu une attention plus importante, la plupart des formes de revendication sur la terre, les services et le logement sont incarnées par les expériences au quotidien des résidents. Cette contribution illustre bien la diversité des installations et des acteurs impliqués de même que les frontières floues entre pratiques tolérée et non-tolérées, procédures licites et illicites, et entre formalité et informalité plus généralement. L’auteur conclut que contrairement à bien trop d’autres contextes plus autocratiques, la relation entre les représentants de l’État et les habitants pauvres de Namibie n’est pas symbolisée par l’antagonisme mais par la dépendance mutuelle, qui conduit à la cooptation et à la collusion.

37Addis-Abeba, la capitale de l’Éthiopie, est un exemple de ville qui connaît une expansion très rapide dans un État développementaliste au régime autoritaire. Dans le chapitre 8, l’auteur analyse la formation des espaces physiques et sociaux et la manière dont ces dynamiques relèvent de la discrimination sociale et économique. La formation de ces espaces est essentielle pour comprendre le degré d’urbanisation en Afrique. En termes pratiques, cela peut vouloir dire, par exemple, examiner plus attentivement l’impact de la construction de rues et d’autres infrastructures sur la façon dont la population urbaine organise son habitat, gagne sa vie et exprime clairement ses intérêts. En particulier, les grandes rues à double sens qui génèrent beaucoup de circulation peuvent modifier les moyens qu’ont les acteurs sociaux que sont les citadins de s’inscrire dans la ville. Elles peuvent empêcher, précise l’auteur, l’émergence d’« espaces dialogiques » et de de formes d’expressions dialogiques qui contribuent à faire de la ville un espace social collectif. Une approche examinant au plus près la manière dont naissent les terrains d’entente lors de la formation des espaces sociaux urbains ne suivrait plus le modèle linéaire habituel de développement pour résoudre des problèmes environnementaux, sociaux ou économiques spécifiques. Elle favoriserait au contraire une approche circulaire, un dialogue permanent avec les différents concepts et idées tels qu’ils sont exprimés par des habitants dans différents espaces de la ville.

38Dans le chapitre 9, les auteurs s’intéressent également aux conséquences des transformations spatiales d’envergure qui exercent une influence significative sur la vie quotidienne des citadins ordinaires. Les auteurs analysent les politiques de décongestion qui ont été mises en œuvre à Accra, au Ghana, durant les dernières décennies dans le but de déloger les activités et les résidents urbains indésirables du centre-ville. La municipalité affirmait que ces politiques étaient destinées à embellir la ville, fluidifier la circulation automobile, réduire le crime et empêcher l’inondation fréquente de grandes zones. Dans leur contribution, les auteurs analysent les effets de ces politiques en termes d’inclusivité, de développement durable et plus globalement de valorisation du droit à la ville.

2.3 Le continuum urbain-rural

39La dernière partie de ce numéro spécial est consacrée au continuum urbain-rural. Dans les formations discursives de nombreux citadins africains, il est à noter une immense disparité entre les genres de vie et les modes de vie urbains et ruraux. Si la ville est reliée à des modes de vie « modernes », le village est quant à lui considéré comme la représentation des valeurs traditionnelles. Néanmoins, une telle distinction purement binaire entre les deux est tout à fait impossible : le rural et l’urbain sont imbriqués de nombreuses manières. Les empreintes de la ville sont visibles dans les zones rurales, de la même façon que les genres de vie ruraux façonnent les zones urbaines. On peut donner l’exemple de l’agriculture urbaine, qui remplit le panier à provision de plus d’un foyer en Afrique urbaine. En se développant, les villes s’étendent de plus en plus sur les zones rurales environnantes, accélérant l’expansion de ce que l’on peut qualifier de banlieues de la ville, de marges de la ville, de zones pavillonnaires, péri-urbaines ou suburbaines, ou encore de quartiers périphériques. En conséquence, il est souvent difficile de savoir là où commence et là où finit une ville. Ash Amin et Nigel Thrift, 2002, 1) vont même jusqu’à dire que « nous ne pouvons même plus nous mettre d’accord sur ce qui relève de la ville… la ville est partout et dans toute chose ».

40De telles dynamiques d’urbanisations sont précisément mises en avant par l’auteur du chapitre 10, étudiant d’anciens villages qui se sont fondus dans la ville. L’auteur prend ses distances critiques avec les recherches qui analysent le phénomène urbain dans les pays du Sud à partir d’un point de vue « occidental » comme c’est le cas du GaWC, le Globalization and World Cities Research Network (Réseau d’étude sur la mondialisation et les villes mondiales) ou encore des travaux inspirés par l’idée d’urbanisation planétaire de Lefebvre. À l’opposé, il applique aux pays du Sud une théorie urbaine développée par les pays du Sud, utilisant des concepts chinois pour expliquer les transformations urbaines au Sénégal et à Zanzibar. Lorsqu’ils analysent des villages absorbés par les villes du delta de la Rivière des Perles, les urbanistes chinois distinguent trois formes : les villes dans la ville, les villages en bordure de ville et les villages dans les banlieues des villes. L’auteur s’appuie sur ces trois concepts pour expliquer ce qui est advenu récemment au district ouest de Zanzibar et à Pikine, ville satellite de Dakar. La comparaison faite par l’auteur est un exemple convaincant de la manière dont les villes africaines peuvent être pensées à travers un ailleurs urbain (Robinson, 2016).

41Dans le chapitre 11, l’auteur porte son regard sur la même ville, Pikine. Il examine les différentes manières avec lesquelles les hommes jeunes vivent et façonnent leur ville et vice versa. Bien que Pikine manque d’infrastructures de base et soit caractérisée par un taux de pauvreté urbaine élevé, ses jeunes citadins tirent de la fierté d’être originaires de ce lieu. À travers l’explicitation d’expressions spécifiques utilisées fréquemment par des hommes jeunes dans la langue vernaculaire, l’auteur montre comment ils s’adaptent situationnellement aux problèmes quotidiens qu’ils affrontent. Pour y parvenir, entre autres pratiques, la jeunesse masculine jongle entre plusieurs identités et apparences différentes et fait appel à des stratégies d’ajustement spécifiques. Ils se décrivent typiquement eux-mêmes comme malins, endurants et sachant tirer parti de chaque situation grâce à leurs capacités d’improvisation. De cette manière, les hommes jeunes sont capables de gagner leur vie et de s’en sortir dans les mondes de la vie éprouvants au quotidien de l’Afrique urbaine.

42L’auteur du chapitre 12 s’intéresse également aux milieux urbains, cette fois en Afrique de l’Est. Plus spécifiquement, il applique le concept de « singularité des villes » (distinctiveness of cities) développé par des sociologues allemands pour examiner les particularités d’un segment de population en croissance dans toutes les villes africaines, à savoir la classe à revenu moyen. Dans son étude, l’auteur identifie six milieux différents, mais qui se superposent en partie, à Nairobi et explique les liens existants avec les zones rurales : les néo-traditionnels, les arrivistes, les cosmopolites-libéraux, les croyants chrétiens et les jeunes professionnels. Les deux derniers sont analysés plus en détail. Les croyants chrétiens se rendent souvent à l’église et suivent strictement les règles religieuses. Dans le même temps, ils sont hautement ambitieux et convaincus qu’ils vont évoluer socialement grâce à une aide spirituelle. Pour les jeunes professionnels, au contraire, une consommation ostentatoire et des modes de vie individuels sont essentiels. Ces milieux, nous dit l’auteur, sont liés à leur ville de manière particulière tout comme, réciproquement, les différentes villes façonnent les modes de vie propres à ces milieux.

43L’auteure du chapitre 13 se penche lui aussi sur les transformations urbaines-rurales, mais s’en approche par le biais des « villes-champignons » minières de la région des provinces du Kivu rongée par les conflits, en République Démocratique du Congo. À travers une description ethnographique détaillée, l’auteur montre comment trois villes minières émergentes sont devenues des ressources politiques, sociales et économiques importantes pour les acteurs concernés. Ces « villes-champignons » offrent un éclairage saisissant sur les luttes (violentes) pour le pouvoir, l’autorité et le contrôle entre les différents acteurs politiques, économiques, humanitaires, civils et militaires en présence. L’auteur affirme qu’en raison de leur dimension urbaine et des ressources naturelles qu’elles contiennent, les « villes-champignons » émergentes ont intensifié les dynamiques de conflit existantes dans les provinces du Kivu.

Top of page

References

African Center for Economic Transformation (2017) African Transformation Report. Agriculture Powering Africa’s Economic Transformation, http://acetforafrica.org/acet/wp-content/uploads/publications/2017/10/ATR17-full-report.pdf. Une synthèse est également disponible en français : http://acetforafrica.org/acet/wp-content/uploads/publications/2017/10/ATR17-overview-french-for-web-0911.pdf (consultés le 4 janvier 2020).

Amin, A. and N. Thrift (2002) Cities: reimagining the urban (Cambridge: Polity Press).

Anjaria, J.S. and C. McFarlane (eds.) (2011) Urban Navigations (Londres: Routledge).

Balandier, G. (1957) Afrique ambiguë (Paris: Plon).

Balandier, G. (1955) Sociologie actuelle de l’Afrique noire (Paris: Presses Universitaires de France).

BAD (Banque Africaine du Développement) (2016a) Rapport Annuel 2016, https://www.afdb.org/fr/documents/document/afdb-annual-report-2016-95954 (consulté le 4 janvier 2020).

BAD, OCDE et PNUD (2016b), Perspectives économiques en Afrique 2016 : Villes durables et transformation structurelle, https://www.oecd-ilibrary.org/development/perspectives-economiques-en-afrique-2016_aeo-2016-fr (consulté le 4 janvier 2020).

BAD (2012) L’urbanisation en Afrique, https://blogs.afdb.org/afdb-championing-inclusive-growth-across-africa/post/championing-inclusive-growth-across-africa-9825 (consulté le 4 janvier 2020).

Banque Mondiale (2017) World Development Report 2017. Governance and the Law, http://www.worldbank.org/en/publication/wdr2017 (consulté le 4 janvier 2020).

Banque Mondiale (2014), Croissance de la population africaine en milieu urbain : tendances et projections, https://blogs.worldbank.org/fr/opendata/croissance-de-la-population-africaine-en-milieu-urbain-tendances-et-projections (consulté le 4 janvier 2020).

Baud, I. (2015) ‘The emerging middle classes in India: Mobilizing for inclusive development?’ The European Journal of Development Research 27(2), pp. 230237, DOI: 10.1057/ejdr.2015.1

Bhowmik, S. (ed.) (2010) Street Vendors in the Global Urban Economy (New Delhi: Routledge).

Brenner, N. et C. Schmid (2015) ‘Towards a New Epistemology of the Urban?’ City 19(1–2), pp. 151–182.

Brenner, N. et C. Schmid (2011) ‘Planetary Urbanisation’, in Gandy, M. (ed.) Urban Constallations (Berlin: Jovis), pp. 10–13.

Brown, A. (ed.) (2006) Contested Space: Street Trading, Public Space, and Livelihoods in Developing Cities (Rugby: ITDG Publishing).

Burdett, R. et D. Sudjic (eds.) (2007) The Endless City: an authoritative and visually rich survey of the contemporary city (Londres: Phaidon Press).

Chénal, J. (2016) ‘Capitalizing on Urbanization.’ In Foresight Africa: top priorities for the continent in 2016, edited by Brookings Institution (Washington DC: Brookings), pp. 59–72.

Kessides, C. (2006) The Urban Transition in Sub-Saharan Africa (Washington DC: Cities Alliances).

Collier, P. (1993) ‘Africa and the Study of Economics.’, in R. Bates, V.Y. Mudimbe and J. O’Barr (eds.) Africa and the Disciplines (Chicago: University of Chicago Press), pp. 58–82.

Datta, A. et A. Shaban (2016) Mega-Urbanisation in the Global South (Londres: Routledge).

Davis, M. (2006) Planet of Slums (Londres: Verso).

De Soto, H. (1989) The Other Path: The invisible revolution in the Third World (New York: Harper and Row).

Diouf, M. et R. Fredericks (2014) ‘Introduction: Decolonizing Urban Theory’, in M. Diouf and R. Fredericks (eds.) The Arts of Citizenship in African Cities (New York: Palgrave Macmillan), pp. 1–23.

Drakakis-Smith, D. (2000) Third World Cities (New York: Routledge).

Eckert, A. (2011) ‘“Bright Lights – Big City: Zur Geschichte und Gegenwart der Städte in Afrika’, Globalisierung Süd. Sondernummern Leviathan: Zeitschrift für Sozialwissenschaften (Wiesbaden: VS Verlag für Sozialwissenschaften), pp. 314–330.

Eckert, A. (2002) ‘Städte und Urbanisierung in Afrika in historischer Perspektive’, Africa Spectrum 37(1), pp. 81–97.

Fernandes, L. et P. Heller (2006) ‘Hegemonic aspirations: New middle-class politics and India's democracy in comparative perspective’ Critical Asian Studies 38(4), pp. 495–552, DOI: 10.1080/14672710601073028

Förster, T. (2013) ‘On Urbanity: Creativity and Emancipation in African Urban Life’, in B. Obrist, V. Arlt and E. Macamo (eds.) Living the City in Africa (Zürich: Lit-Verlag), pp. 235–251.

Freund, B. (2007) The African City: A History (Cambridge: Cambridge University Press).

Gupta, S., C.A. Pattillo et S. Wagh (2009) ‘Effect of Remittances on Poverty and Financial Development in Sub-Saharan Africa’, World Development 37(1), pp. 103–115, DOI: 10.1016/j.worlddev.2008.05.007

Hart, K. (1985) ‘The informal economy’, Cambridge Anthropology 10(2), pp. 54–58.

Hart, K. (1973) ‘Informal income opportunities and urban employment in Ghana’, Journal of Modern African Studies 11(1), pp. 61–89, http://www.jstor.org/stable/159873.

Healey, P. (2007) ‘Urban complexity and spatial strategies: Towards a relational planning for our times’ (New York: Routledge), https://trove.nla.gov.au/version/31316342

Hyden, G. (2007) ‘Governance and Poverty Reduction in Africa’, Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America 104(43): 16751–16756, DOI: 10.1073/pnas.0700696104

Iliffe, J. (1995) Africans: The History of a Continent (Cambridge: Cambridge University Press).

Jones, B. G. (2012a) ‘Civilising African Cities: International Housing and Urban Policy from Colonial to Neoliberal Times.’ Journal of Intervention and Statebuilding 6(1), pp. 23–40, DOI: 10.1080/17502977.2012.655560

Jones, B. G. (2012b) ‘“Bankable” Slums: The global politics of slum upgrading’ Third World Quarterly 33(5), pp. 769–798.

Kennedy, L. (2015): ‘The politics and changing paradigm of megaproject development in metropolitan cities’, Habitat International 45, pp. 163–168, http://www.sciencedirect.com/science/journal/01973975/45/supp/P3.

La Porta, R. et A. Shleifer (2014) ‘Informality and Development’, Journal of Economic Perspectives 28(3), pp. 109–126.

Lefebvre, H. (1968) Le droit à la ville (Paris: Anthropos).

Lewis, W. (1955) The Theory of Economic Growth (Londres: Allen and Unwin).

Lindell, I. (ed.) (2010a) Africa’s Informal Workers (Londres: Zed).

Lindell, I. (2010b) ‘Between Exit and Voice: Informality and the Spaces of Popular Agency’, African Studies Quarterly 11(2–3), pp. 1–11.

Lipton, M. (1977) Why Poor People Stay Poor: A study of urban bias in world development (Londres: Temple-Smith).

Massey, D. (2005) For Space (Londres: Thousand Oaks).

McFarlane, C. (2012) ‘Rethinking Informality: Politics, Crisis, and the City’, Planning Theory and Practice 13(1), pp. 89–108.

Medina, L., A. Jonelis, et M. Cangul (2017) The Informal Economy in Sub-Saharan Africa. (IMF Working Papers 17/156), https://www.imf.org/en/Publications/WP/Issues/2017/07/10/The-Informal-Economy-in-Sub-Saharan-Africa-Size-and-Determinants-45017 , (accessed on 16 January 2018).

Meillassoux, C. (1981) Maidens, Meal and Money: Capitalism and the Domestic Community (Cambridge: Cambridge University Press).

Merrifield, A. (2013) The Politics of the Encounter (Athens, GA: University of Georgia Press).

Murray, M. and G. Myers (eds.) (2006) Cities in Contemporary Africa (New York: Palgrave Macmillan).

Myers, G. (2010) Seven Themes in African Urban Dynamics (Uppsala: Nordiska Afrikainstitutet).

Myers, G. (2011) African Cities: Alternative Visions of Urban Theory and Practice (Londres: Zed).

Nielsen, M. (2011) ‘Inverse Governmentality: The paradoxical production of peri-urban planning in Maputo, Mozambique’, Critique of Anthropology 31(4), pp. 329–358, DOI: 10.1177/0308275X11420118

Njoh, A. (2009) ‘Urban planning as a tool of power and social control in colonial Africa’, Planning Perspectives 24(3), pp. 301–317, DOI: 10.1080/02665430902933960

Nyamongo, E.M., R.N. Misati, L. Kipyegon, and L. Ndirangu (2012) ‘Remittances, Financial Development and Economic Growth in Africa’, Journal of Economics and Business 64, pp. 240–26, DOI: 10.1016/j.jeconbus.2012.01.001

Obrist, B., A. Veit et M. Elisio (eds.) (2013) Living the City in Africa: Processes of Invention and Intervention (Münster: LIT Verlag).

Oldfield, S. (2015) ‘Between Activism and the Academy: The Urban as Political Terrain’, Urban Studies 52(11), pp. 2072–2086, DOI: 10.1177/0042098013515942

Oldfield, S. (2002) ‘Partial Formalization and Its Implications for Community Governance in an Informal Settlement’, Urban Forum 13(2), pp. 102–115.

ONU (Nations Unies) (2015) Objectif de Développement Durable n°11 : Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables, https://www.un.org/sustainabledevelopment/frhttps://www.un.org/sustainabledevelopment/fr/cities/ (consulté le 4 janvier 2020).

ONU DAES (Département des affaires économiques et sociales) (2014) World Urbanization Prospects : The 2014 Revision (New York : Nations Unies).

Parnell, S. et E. Pieterse (eds.) (2014) Africa’s Urban Revolution (Londres: Zed).

Pieterse, E. (2008) City Futures: confronting the crisis of urban development (Londres: Zed).

Pieterse, E. et S. Parnell (2014) ‘Africa’s urban revolution in context’, in S. Parnell and E. Pieterse, Africa’s Urban Revolution (Zed Books: Londres), pp. 1–17.

Pieterse, E. et A. Simone (eds.) (2013) Rogue Urbanism: Emergent African Cities (Johannesburg: Jacana Media).

Pinther, K., L. Förster et C. Hanussek (eds.) (2012) Afropolis: City, Media, Art (Johannesburg: Jacana Media).

Potts, D. (2012) Whatever Happened to Africa’s Rapid Urbanisation? (Africa Research Institute: Londres) http://africaresearchinstitute.org/newsite/wp-content/uploads/2013/03/Whatever-happened-to-Africas-rapid-urbanisation.pdf (accessed on 16 January 2018).

Purcell, M. (2014) ‘Possible Worlds: Henri Lefebvre and the right to the city’, Journal of Urban Affairs 36(1), pp. 141–154.

Rauch, J. (1991) ‘Modelling the informal sector formally’, Journal of Development Economics 35(1), pp. 33–47.

Riddell, R. (1985) Regional Development Policy (Gower: Aldershot).

Robinson, J. (2016). Thinking Cities Through Elsewhere: Comparative Tactics for a More Global Urban Studies. Progress in Human Geography 40(1), 3-29.

Robinson, J. (2013) ‘“Arriving at” Urban Policies/the Urban: Traces of Elsewhere in Making City Futures’, in O. Söderström, S. Randeria, D. Ruedin, G. d’Amato, and F. Panese (eds.), Critical Mobilities (Oxford: Routledge), pp. 1–28.

Robinson, J. (2006) Ordinary Cities: Between Modernity and Development (New York: Routledge).

Robinson, J. (2005) ‘Urban geography: world cities, or a world of cities’, Progress in Human Geography 29(6), pp. 757–765.

Roy, A. (2005) ‘Urban Informality: Toward an Epistemology of Planning,’ Journal of the American Planning Association 71(2), pp. 147–158, DOI: 10.1080/01944360508976689

Sander, C. et S.M. Maimbo (2005) ‘Migrant Remittances in Africa. A Regional Perspective’ in S.M. Maimbo, et D. Ratha (eds.) Remittances. Development Impact and Future Prospects (Washington: The World Bank), pp. 53–79.

Simone, A. (2004a) For the City Yet to Come: Changing African Life in Four Cities (Durham: Duke University Press).

Simone, A. (2004b) ‘People as Infrastructure: Intersecting fragments in Johannesburg’, Public Culture 16(3), pp. 407–429, DOI: 10.1215/08992363-16-3-407

Smit, W. and E. Pieterse (2014) ‘Decentralisation and institutional reconfiguration in urban Africa’ in S. Parnell and E. Pieterse (eds.) Africa’s Urban Revolution (Londres : Zed), pp. 148–166.

Stoller, P. (1996) ‘Spaces, Places, and Fields: the politics of West African trading in New York City’s informal economy’, American Anthropologist 98(4), pp. 776–788, DOI: 10.1525/aa.1996.98.4.02a00080

The Guardian (2016) ‘Africa’s urbanisation ‘megatrend’ needs to deliver growth, says report’, https://www.theguardian.com/global-development/2016/jun/07/africa-urbanisation-megatrend-needs-to-deliver-growth-says-report, (consulté le 16 janvier 2018).

Touré, A. (1985) Les petits métiers à Abidjan: l’imagination au secours de la conjuncture (Paris: Karthala).

UN-Habitat (Programme des Nations Unies pour les établissements humains) (2016) Urbanization and Development : Emerging Futures. World Cities Report 2016 (New York : Nations Unies).

UN-Habitat (2008) The State of African Cities 2008 : A framework for addressing urban challenges in Africa (New York : Nations Unies).

Watson, V. (2014) ‘The Case of a Southern Perspective in Planning Theory’, International Journal of E-Planning Research 3(1), pp. 23–37, DOI: 10.4018/ijepr.2014010103

Yiftachel, O. (2009a) ‘Critical theory and “gray space”: Mobilization of the colonized,’ City 13(2–3), pp. 246–263, DOI: 0.1080/13604810902982227

Yiftachel, O. (2009b) ‘Theoretical notes on “gray cities”: the coming of urban apartheid?’ Planning Theory 8(1), pp. 88–100, DOI: 10.1177/1473095208099300

Top of page

Notes

  1. La comparaison des projections réalisées au cours des deux dernières décennies montre à quel point ces estimations sont fluctuantes (voir par exemple, Kessides, 2006 ; Potts, 2012 ; et Chénal, 2016 ; lire également le chapitre 6 de ce numéro - https://journals.openedition.org/poldev/2674)

1

2 Il fallut 110 ans à l’Europe pour passer de 15 % d’habitants urbains en 1800 à 40 % en 1910. Pendant une grande partie du vingtième siècle, l’urbanisation fut principalement un phénomène propre aux pays industrialisés du Nord. Cependant en 2013, un petit peu plus d’un siècle plus tard, six des dix pays au taux d’urbanisation le plus élevé dans le monde sont en Afrique subsaharienne (Banque Mondiale, 2014). En Afrique, 14 % de la population vivait dans les villes en 1950, et en 2010, soixante ans plus tard, la proportion était estimée à 48%, soit plus ou moins le double des taux de croissance urbaine des 19ème et 20ème siècles en Europe (BAD, 2012).

3 Michael Lipton (1977) a popularisé le terme de « biais urbain » dans le domaine du développement dès la fin des années 70. Il affirmait que la coopération au développement se concentrait exclusivement sur les villes et négligeait les zones rurales, une erreur de jugement qui a eu une influence énorme et dévastatrice (par exemple, Riddell, 1985).

4 L’interdépendance entre la subsistance locale et la production de cultures marchandes intégrées dans des chaînes de valeur internationales a été un thème central de l’anthropologie économique depuis les années 60 (par exemple, Meillassoux, 1981). Les agences internationales de développement redécouvrirent récemment ce lien mais ne l’exprimèrent plus, à l’inverse des études critiques des années 60 et 70, en termes de dépendance rurale mais sous la formulation euphémique de sécurité alimentaire pour les populations urbaines (BAD, 2016b, 2 ; Centre africain pour la transformation économique, 2017).

5 Plus généralement, le concept a été ébauché en premier lieu par W. Arthur Lewis (1955), qui inventa l’expression d’« économie de l’ombre ». Il fut ensuite popularisé à travers la notion d’« économie informelle » dans les années 70 et 80 (de Soto, 1989). Ilda Lindell (2010a, 2010b), Rafael La Porta et Andrei Shleifer (2014) proposent des synthèses.

6 Il est notoire que les données statistiques et quantitatives sur le secteur informel de l'économie sont peu fiables. Les estimations pour l'Afrique subsaharienne varient aujourd'hui entre 20 et 25% pour l'Afrique du Sud et la Namibie, et entre 50 et 65% pour le Nigeria, le Bénin et la Tanzanie (Medina et al., 2017). La part de l'économie informelle urbaine dans l'ensemble de l’économie urbaine est habituellement plus importante que la part de l'économie informelle dans l'économie nationale globale.

7 Concevoir la dichotomie entre « formalité » et « informalité » comme deux formes de pratique distinctes (McFarlane, 2012) représente une certaine avancée, mais ne règle pas le problème puisque les pratiques peuvent se fondre autant et aussi souvent que les acteurs changent de position lors d’une interaction en cours.

8 En français dans le texte (Ndt).

9 Il ne faut pas négliger ici le flux d’envoi de fonds au sein des pays d’Afrique et entre eux (Sander et Maimbo, 2005).

Top of page

Cite this article

Electronic reference

Till Förster and Carole Ammann, « Les villes africaines et le casse-tête du développement », International Development Policy | Revue internationale de politique de développement [Online], 10 | 2018, Online since 25 February 2020, connection on 28 March 2020. URL : http://journals.openedition.org/poldev/3352 ; DOI : https://doi.org/10.4000/poldev.3352

Top of page

About the authors

Till Förster

Till Förster est anthropologue. Il détient un doctorat de l’université libre de Berlin. Depuis 2001 il est titulaire de la chaire d’anthropologie sociale à l’université de Bâle. Till Förster s’est spécialisé dans les domaines de l’art, de la culture visuelle et des transformations politiques en Afrique de l’Ouest et Centrale. Il mène des recherches de terrain en Côte d’Ivoire et au Cameroun depuis 1979. Ses publications récentes traitent de culture visuelle, de créativité sociale et de l’État post-colonial, ainsi que de politique et de gouvernance dans les villes africaines.

By this author

  • Foreword [Full text]
    African Cities and the Development Conundrum
    Published in International Development Policy | Revue internationale de politique de développement, 10 | 2018

Carole Ammann

Carole Ammann est chercheure en post-doctorat à l’Institut d’anthropologie de l’université d’Amsterdam. Elle a publié un livre livre basé sur sa thèse intitulée « Gender, Agency and the State in Kankan, Guinea. Silent Politics. » (Routledge, 2020). Carole Amman s’intéresse aux questions liées à l’urbanité, aux transformations de l’État, à la participation politique, au quotidien, et au genre en Afrique de l’Ouest et en Europe.

By this author

  • Foreword [Full text]
    African Cities and the Development Conundrum
    Published in International Development Policy | Revue internationale de politique de développement, 10 | 2018
Top of page

Copyright

Creative Commons License
International Development Policy is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International License.

Top of page
  • Logo The Graduate Institute of International and Development Studies
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals