Skip to navigation – Site map

HomeIssues12.2La COVID-19 dans les pays en déve...Les conflits à l’heure de la COVI...

La COVID-19 dans les pays en développement

Les conflits à l’heure de la COVID-19

Conflict in Times of COVID-19
Nicolas Berman, Mathieu Couttenier, Nathalie Monnet and Rohit Ticku
Translated by Miriam Perier

Abstracts

This chapter discusses the potential impacts of the spread of COVID-19, and the restriction policies that it has triggered in many countries, on conflict incidence worldwide. Based on anecdotal evidence and recent research, we argue that imposing nation-wide shutdown policies diminishes conflict incidence on average, but that this conflict reduction may be short-lived and highly heterogeneous across countries. In particular, conflict does not appear to decline in poor, fractionalised countries. Evidence points to two potential ways in which COVID-related restriction policies may increase conflict: losses in income and magnified ethnic and religious tensions leading to scapegoating of minorities.

Top of page

Index terms

Mots-clés thématiques :

COVID-19, conflits, violence, confinement
Top of page

Editors' notes

Original text in English : Nicolas Berman, Mathieu Couttenier, Nathalie Monnet and Rohit Ticku (2020) ‘Conflict in times of COVID-19 ’, in Simeon Djankov and Ugo Panizza (Eds), COVID-19 in Developing Economies, CEPR/International Development Policy journal, VOX-EU, https://voxeu.org/content/covid-19-developing-economies.

Full text

1Le 31 mars 2020, le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a mis en garde contre les risques d’« augmentation de l’instabilité, des troubles, et des conflits » engendrés par la propagation de la COVID-19. Les conséquences pourraient être dramatiques pour les populations vulnérables — celles prises dans des guerres et des persécutions, ou celles qui vivent dans des zones fortement peuplées et qui souffrent de capacités étatiques faibles (Nations Unies 2020). Mais surtout, les pays ont cherché à limiter la transmission du coronavirus avec des degrés divers de restrictions. La réponse politique à la COVID-19 peut en soi avoir des conséquences sur les situations de conflits.

2Des preuves que nous qualifierons d’anecdotiques suggèrent que les restrictions de mobilité visant à aplatir la courbe épidémique ont eu des effets mitigés sur les conflits dans le monde. Nous pouvons ainsi citer plusieurs exemples de flambées de violence mais aussi de cessez-le-feu :

31. Au Tchad et au Nigéria, Boko Haram a intensifié les assauts contre les forces de l’État pendant la pandémie. Le 23 mars 2020, les djihadistes ont mené l’attaque terroriste la plus meurtrière jamais perpétrée au Tchad, en s’en prenant à un camp militaire, tuant 92 soldats. Ces événements se sont produits quelques jours après la mise en place des premières restrictions sur les rassemblements. Le 24 mars, un jour après la mise en place des limitations de séjour au Nigéria, une faction de Boko Haram a tendu une embuscade à un convoi de l’armée et a fait au moins 47 victimes parmi les soldats.1 Ces opérations indiquent que le groupe islamiste pourrait profiter de la situation sanitaire et de l’affaiblissement des ressources de l’État pour perpétrer des actes de violence et recruter de nouveaux membres. On peut ici parler de « développement stratégique ».

42. Au Pakistan, les protestations et la violence politique ont récemment remonté à leurs niveaux prépandémie.2 Le 5 mai, des dizaines de milliers de travailleurs ont lancé une grande manifestation dans la région de Sindh pour s’opposer au non-versement des salaires et aux pertes d’emploi qu’ont entrainé les restrictions liées au coronavirus.3

53. En Inde, si le confinement a mis un terme aux multiples manifestations contre le mauvais traitement infligé aux populations musulmanes, le nombre de cas de violence physique portée à l’encontre des membres de cette minorité religieuse a augmenté, en plus des messages de haine diffusés sur les réseaux sociaux depuis qu’il a été découvert qu’un rassemblement religieux musulman avait occasionné beaucoup de contaminations — un fait que le gouvernement nationaliste hindou a largement contribué à diffuser.4

64. L’armée nationale libyenne (LNA) de Khalifa Haftar a déclaré un cessez-le-feu unilatéral pendant le mois sacré du ramadan 2020. Cette décision est intervenue alors que la communauté internationale demandait une trêve humanitaire afin que les autorités publiques puissent se concentrer sur la lutte contre la pandémie.5 La réussite de ce cessez-le-feu dépend de la médiation internationale entre la LNA au pouvoir et le gouvernement libyen en exil.6

75. La crise de la COVID-19 a forcé les autorités israéliennes et palestiniennes à coopérer pour lutter contre la propagation du virus.7 Israël a ainsi organisé des sessions de formation pour les équipes médicales palestiniennes, distribué des kits de tests, et envoyé des milliers d’équipements de protection individuelle (EPI) à la Cisjordanie et à Gaza. Le gouvernement palestinien a également accepté le versement de 25 millions de dollars US provenant de taxes précédemment retenues, de la part du gouvernement israélien afin d’alléger le fardeau économique de la pandémie.

Les conflits dans le monde

Graph 1a. Cas de violence liés à des conflits, 2020 – Conflit

Graph 1a. Cas de violence liés à des conflits, 2020 – Conflit

Graph 1b. Cas de violence liés à des conflits, 2020 – Évènements liés à la COVID-19

Graph 1b. Cas de violence liés à des conflits, 2020 – Évènements liés à la COVID-19

8Source : Calculs des auteurs à partir des données de l’ACLED. Du 1er janvier 2020 au 30 avril 2020.

  • 8 Les données comportent des informations quotidiennes sur les évènements liés à des conflits avec de (...)

9Au-delà de preuves recueillies et qui méritent d’être vérifiées dans le temps, l’analyse du projet Armed Conflict Location and Event Data (ACLED) (Raleigh et al. 2020) — qui offre des informations en temps réel sur les conflits dans le monde — s’est révélée très instructive.8 À partir de mars 2020, le nombre total d’événements baisse sensiblement (Graphique 1a). Ainsi, au milieu du mois de mars, il est de 25 % moins élevé que celui de l’année précédente à la même période ; au cours de la première quinzaine du mois d’avril 2020, le chiffre est entre 30 et 35 % plus bas que celui de la même période en 2019. Cette diminution semble partiellement corrélée aux manifestations et aux protestations, même si en excluant celles-ci, les événements liés à des conflits baissent de près de 25 % en mars et en avril 2020 par rapport à l’année antérieure. À partir de la mi-avril toutefois, les manifestations reprennent légèrement, ainsi que d’autres phénomènes qualifiés de violents, pendant une courte période.

10Le graphique 1a indique également le nombre d’incidents (violents) identifiés comme étant directement associés à la COVID-19. Au cours des dernières semaines, ces phénomènes correspondent à plus d’un tiers du nombre total de cas observés — à noter que 97 % des pays sont touchés par des évènements liés à la pandémie. Les pays d’Amérique latine — tels que le Mexique, le Brésil, le Chili et la Colombie — et les État d’Asie — l’Inde et le Pakistan par exemple — présentent le plus grand nombre d’occurrences, tandis que les pays d’Afrique centrale réagissent le moins. Dans le graphique 1b, le nombre total d’événements conflictuels liés à la COVID-19 sont distingués en fonction de leur nature. Les manifestations constituent les principales catégories pour lesquelles des épisodes liés à la pandémie sont apparus, avec une part globale de 63 % pour les protestations/manifestations et de 18 % pour les émeutes.

11Deux éléments centraux du jeu de données de l’ACLED mettent en évidence les changements des caractéristiques de la violence depuis le début des épisodes de confinement. D’abord, les données nous informent sur la nature de celle-ci, à savoir si l’événement est lié à des combats, des formes de violence exercée à distance, des manifestations, des émeutes, des développements stratégiques ou si elle est exercée à l’encontre de civils. Le graphique 2a montre les tendances pour chacun de ces types de phénomènes depuis le début de l’année 2020. Un certain modèle ressort de manière visible : les manifestations sont la seule catégorie pour laquelle on peut observer une forte baisse du nombre d’événements violents depuis le début du mois de mars, ce qui représente 67 % de leur occurrence moyenne entre janvier et la fin du mois de février de cette année. En avril, elles semblent reprendre, sans toutefois revenir à leur moyenne. Par ailleurs, d’autres catégories de phénomènes ne présentent pas de baisse significative depuis le mois de janvier 2020.

12L’information apportée sur les différents types d’acteurs qui sont impliqués constitue une deuxième caractéristique des données présentées par l’ACLED. Il s’agit des forces étatiques, des groupes rebelles, des milices politiques, des milices identitaires, des émeutiers, des manifestants et des civils. Le graphique 2b montre les tendances de chaque catégorie impliquée dans des conflits depuis le début de l’année 2020. Le modèle susmentionné s’applique également aux manifestants, tandis que le nombre d’incidents qui impliquent d’autres acteurs reste assez stable sur la période.

Graph 2a. Évolution des phénomènes de violence par type d’événements et d’acteurs – événements

Graph 2a. Évolution des phénomènes de violence par type d’événements et d’acteurs – événements

Graph 2b. Évolution des phénomènes de violence par type d’événements et d’acteurs – acteurs

Graph 2b. Évolution des phénomènes de violence par type d’événements et d’acteurs – acteurs

Source : Calculs des auteurs à partir des données de l’ACLED. Du 1er janvier 2020 au 30 avril 2020.

Les politiques de confinement

13Nous nous sommes servis des preuves et des données anecdotiques et conditionnelles sur les conflits présentées ci-dessus pour pousser l’analyse un peu plus loin (Berman et al. 2020). Le traqueur Oxford COVID-19 Government Response Tracker (OxCGRT) compile de façon systématique des données quotidiennes concernant plusieurs réponses apportées par les gouvernements à la crise sanitaire, allant de la fermeture des écoles, des lieux de travail, et des transports publics aux interdictions de certains voyages (nationaux ou internationaux), aux limitations de rassemblement publics et aux obligations de confinement au domicile (Hale et al. 2020). Nous avons porté notre attention sur toutes les politiques liées à la COVID-19, et en particulier sur les mesures visant la mobilité. Nous avons construit une mesure de restriction binaire qui passe à 1 quand les autorités ont mis en œuvre des décisions de fermeture des écoles et des lieux de travail et qu’elles ont aussi imposé des limitations pour les déplacements sur le territoire national. Nous qualifions ces mesures de « politiques de confinement ». Partant de cette définition, 70 des 116 pays figurant dans l’échantillon ont imposé ce type de politiques entre le 6 mars et le 28 avril 2020. Notre analyse empirique produit quatre résultats principaux :

14• D’abord, il existe une corrélation négative claire entre les restrictions imposées et la fréquence des événements liés aux conflits. L’estimation ponctuelle suggère que les limitations sont associées à une baisse de 7 points de pourcentage de l’incidence globale des conflits, et à un nombre 0,36 fois inférieure de la quantité de délits (soit une baisse de 8,9 % du nombre total quotidien d’événements liés aux conflits). Nous remarquons par ailleurs que la baisse est graduelle : elle débute une semaine avant que les autorités appliquent les mesures, et elle est plus forte trois semaines après le début du confinement. Cela suggère que les acteurs qui prennent part à des phénomènes de violence auraient commencé à ajuster leur comportement par anticipation d’un changement de politique. Toutefois, cinq semaines après la mise en œuvre des restrictions gouvernementales, la violence revient à son niveau préconfinement. Cela peut indiquer soit un effet de représailles, soit un refus de conformité avec la loi.

15• Ensuite, les politiques de confinement présentent une corrélation négative avec les combats, les protestations et les actes de violence exercés à l’encontre des civils. L’effet est le plus visible dans le cas des manifestations, qui baissent de 9 points de pourcentage. La diminution significative du nombre de ce type de rassemblements est certainement liée aux mesures de confinement qui augmentent le coût de la participation individuelle à une activité dont le bénéfice est partagé par l’ensemble des sympathisants, qu’ils se soient joints à l’événement ou non.

16• Troisièmement, les milices politiques, les manifestants et les civils constituent les catégories d’acteurs pour lesquelles il y a une baisse de la violence (respectivement 7,2, 9,1 et 4,7 points de pourcentage). Pour les autres catégories d’acteurs — les forces gouvernementales, les groupes rebelles, les groupes identitaires et les émeutiers — les restrictions ont eu un effet négatif, mais statistiquement insignifiant sur le niveau de conflit.

17• Quatrièmement, nos résultats suggèrent que la manière dont la violence réagit aux politiques de confinement est très fortement corrélée aux caractéristiques propres de chaque pays. En effet, les conflits ne semblent pas baisser significativement à la suite des restrictions dans les États dont le PIB par habitant est faible, tandis que la baisse se constate dans ceux dont le revenu par habitant est relativement élevé. La différence semble surtout liée, dans ces derniers pays, à une plus forte chute du nombre de manifestations. D’un autre côté, nous observons que la violence ne diminue pas dans les pays à forte fragmentation religieuse ou ethnique. Cet effet est principalement dû à des événements impliquant des civils, des milices politiques et des forces gouvernementales. De tels résultats suggèrent que les conséquences négatives des restrictions de mobilité sur le conflit pourraient être modérées par une augmentation de la violence contre les minorités — notamment religieuses.

Quid d’un monde sans confinement?

18Ici nous avons réalisé un exercice contrefactuel par lequel nous estimons le changement moyen de la fréquence des phénomènes violents comparé à une situation hypothétique de « non-confinement », partant des données et des méthodes présentées dans Berman et al. (2020). Nous avons pris en compte un ensemble de caractéristiques propres à des pays, en particulier la fragmentation ethnique et religieuse et le revenu par habitant, dont on constate qu’ils influencent considérablement les réponses aux conflits. Nous avons trouvé que la plupart des États qui ont imposé un confinement auraient expérimenté des niveaux de violence plus élevés si ces mesures n’avaient pas été appliquées (carte 1). Toutefois, la réponse au conflit varie en fonction des pays, et deux modèles émergent. D’abord, la baisse la plus forte du nombre de délits apparaît dans les États européens et latino-américains. Ensuite, les politiques appliquées en réponse à la pandémie ont en fait augmenté la probabilité de conflit dans de nombreux pays africains, en particulier dans la région des Grands Lacs comme en Ouganda, au Kenya et au Rwanda, ainsi qu’en Afrique occidentale et centrale comme au Nigéria et au Tchad, ce qui fait écho aux données anecdotiques mentionnées précédemment.

Carte 1. Effets des politiques de confinement sur la fréquence des conflits

Carte 1. Effets des politiques de confinement sur la fréquence des conflits

Note: Cette carte représente l’effet estimé des politiques de confinement sur l’incidence moyenne des conflits, par pays, par rapport à une situation contrefactuelle dans laquelle aucune politique n’aurait été mise en œuvre. Source : Calculs des auteurs à partir des données de l’ACLED pour la période du 1er janvier 2020 au 30 avril 2020. Voir Berman et al. (2020) pour plus d’information.

Mécanismes sous-jacents et conclusions

19Dans l’ensemble, les résultats présentés dans Berman et al. (2020) montrent plusieurs mécanismes potentiels par lesquels les restrictions associées à la lutte contre la COVID-19 pourraient avoir un effet sur les conflits. D’abord, en réduisant la mobilité, de telles restrictions ont un effet sur ce type de capacité du point de vue individuel, ce qui explique la baisse des manifestations et des protestations à travers le monde. Toutefois, cette réduction ne concerne pas les pays les plus pauvres, ce qui suggère que les conséquences économiques des mesures de fermeture et de confinement pourraient entrainer des conflits supplémentaires (et principalement non-violents). Cet effet peut également être lié au fait que les réponses politiques apportées pour lutter contre la pandémie limitent les capacités des États à bas revenus de lutter contre les oppositions violentes (Berman et al. 2011). Ensuite, les données récoltées montrent de manière concordante que les politiques de confinement ont un effet ambigu sur la violence exercée à l’encontre des populations dans les sociétés plus fragmentées. Cela tend à prouver que les conséquences négatives des restrictions à la mobilité sur les conflits pourraient être atténuées par une envolée de la violence inter-religieuse et inter-ethnique. Cette conclusion se confirme par ailleurs dans la littérature, ce qui suggère que les épidémies peuvent intensifier les tensions ethniques ou confessionnelles et mener à un ostracisme des minorités (Jewab et al. 2019, Voigtländer and Voth 2012). Étant donné la nature préliminaire des données collectées et la courte période d’observation disponible, d’autres travaux seront nécessaires, qui pourraient notamment explorer davantage l’hétérogénéité des réponses aux conflits dans les différents pays et considérer des caractéristiques propres aux États, telles que les niveaux d’urbanisation et de revenus. Avec l’effondrement de nombreux marchés de produits de base, la manière dont les régions riches en ressources naturelles réagiront à la propagation du virus constitue certainement une question à creuser également. Par exemple, le chapitre de Rabah Arezki, Rachel Yuting Fan et Ha Nguyen dans le livre en ligne COVID-19 in Developing Economies montre comment les pays de la zone MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord) sont actuellement frappés par un double choc de l’offre et de la demande, le dernier étant partiellement dû à l’effondrement du prix du pétrole. Les États membres du Conseil de Coopération du Golfe (CCG) qui sont de grands pourvoyeurs d’aide bilatérale et d’investissement risquent d’avoir des ressources plus limitées pour financer ce type d’opération, ce qui pourrait en retour entrainer des effets négatifs sur les conflits dans la région. La pandémie de la COVID a exacerbé les conflits dans des États déjà fragiles. Dans certaines parties de l’Afrique de l’Ouest et dans la région du Sahel, des groupes rebelles se sont servis du fait que l’État était occupé à faire face à la crise sanitaire pour intensifier la violence et leurs recrutements. Les opérations étatiques de contre-insurrection ont entrainé une augmentation de la violence à l’encontre des civils, ce qui peut causer d’autres problèmes. La crédibilité d’une trêve unilatérale locale reste trop limitée. En revanche, la crise actuelle appelle à une réponse unifiée prenant la forme d’un cessez-le-feu global qui soit pleinement approuvé par le Conseil de sécurité des Nations Unies.

Top of page

References

Berman, E, J N Shapiro, et J H Felter (2011), “Can hearts and minds be bought? The economics of counterinsurgency in Iraq”, Journal of Political Economy 119(4), pp. 766–819.

Berman, N, M Couttenier, N Monnet, et R Ticku (2020), “Shutdown policies and worldwide conflict”, COVID Economics 16, pp. 61–75.

Hale, T, A Petherick, T Phillips, et S Webster (2020), “Variation in government responses to COVID-19 version 4.0”, Blavatnik School of Government working paper, avril.

Jedwab, R, N D Johnson, et M Koyama (2019), “Negative shocks and mass persecutions: evidence from the black death”, Journal of Economic Growth 24(4), pp. 345–395.

Nations Unies (2020), Shared responsibility, global solidarity: Responding to the socio-economic impacts of COVID-19, https://unsdg.un.org/resources/shared-responsibility-global-solidarity-responding-socio-economic-impacts-covid-19

Raleigh, C, A Linke, H Hegre, et J Karlsen (2010), “Introducing ACLED: an armed conflict location and event dataset: special data feature”, Journal of Peace Research 47(5), pp. 651–660.

Voigtländer, N et H-J Voth (2012), “Persecution perpetuated: the medieval origins of anti-semitic violence in Nazi Germany”, The Quarterly Journal of Economics 127(3), pp. 1339–1392.

Top of page

List of illustrations

Title Graph 1a. Cas de violence liés à des conflits, 2020 – Conflit
URL http://journals.openedition.org/poldev/docannexe/image/3480/img-1.png
File image/png, 89k
Title Graph 1b. Cas de violence liés à des conflits, 2020 – Évènements liés à la COVID-19
URL http://journals.openedition.org/poldev/docannexe/image/3480/img-2.png
File image/png, 77k
Title Graph 2a. Évolution des phénomènes de violence par type d’événements et d’acteurs – événements
URL http://journals.openedition.org/poldev/docannexe/image/3480/img-3.png
File image/png, 107k
Title Graph 2b. Évolution des phénomènes de violence par type d’événements et d’acteurs – acteurs
Credits Source : Calculs des auteurs à partir des données de l’ACLED. Du 1er janvier 2020 au 30 avril 2020.
URL http://journals.openedition.org/poldev/docannexe/image/3480/img-4.png
File image/png, 119k
Title Carte 1. Effets des politiques de confinement sur la fréquence des conflits
Credits Note: Cette carte représente l’effet estimé des politiques de confinement sur l’incidence moyenne des conflits, par pays, par rapport à une situation contrefactuelle dans laquelle aucune politique n’aurait été mise en œuvre. Source : Calculs des auteurs à partir des données de l’ACLED pour la période du 1er janvier 2020 au 30 avril 2020. Voir Berman et al. (2020) pour plus d’information.
URL http://journals.openedition.org/poldev/docannexe/image/3480/img-5.png
File image/png, 699k
Top of page

Cite this article

Electronic reference

Nicolas Berman, Mathieu Couttenier, Nathalie Monnet and Rohit Ticku, “Les conflits à l’heure de la COVID-19”International Development Policy | Revue internationale de politique de développement [Online], 12.2 | 2020, Online since 03 August 2020, connection on 12 August 2022. URL: http://journals.openedition.org/poldev/3480; DOI: https://doi.org/10.4000/poldev.3480

Top of page

About the authors

Nicolas Berman

Nicolas Berman est chargé de recherche CNRS au CEPR (Center for Economic Policy Research), membre de l’école d’économie d’Aix-Marseille.

Mathieu Couttenier

Mathieu Couttenier est Professeur d’économie à l’École Normale Supérieure de Lyon et chercheur au CEPR (Center for Economic Policy Research).

Nathalie Monnet

Nathalie Monnet est doctorante à l’Institut des Hautes Etudes de Développement/ Graduate Institute of International and Development Studies, Genève.

Rohit Ticku

Rohit Ticku est post-doctorant à l’Institute for the Study of Religion, Economics and Society, Chapman University.

Top of page

Copyright

CC BY-NC 4.0

Creative Commons - Attribution-NonCommercial 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Top of page
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search