Skip to navigation – Site map

HomeIssues12.2La COVID-19 dans les pays en déve...Évaluation de l'impact économique...

La COVID-19 dans les pays en développement

Évaluation de l'impact économique de la COVID-19 en Afrique subsaharienne : perspectives à partir d'un modèle d'équilibre général calculable (EGC)

Assessing COVID-19’s Economic Impact in Sub-Saharan Africa: Insights from a CGE Model
Calvin Djiofack Zebaze, Hasan Dudu and Albert G. Zeufack
Translated by Saskia Velasquez

Abstracts

This chapter uses a computable general equilibrium model to investigate the likely economic impact of the COVID-19 pandemic in sub-Saharan Africa. We simulate three scenarios: (1) a rapid and effective policy response in sub-Saharan Africa implying that the spread of COVID-19 is contained by early July 2020; (2) a slow and ineffective policy response that prolongs the pandemic through 2021; (3) a worst-case scenario combining scenario 2 and border closures within the region. The decline in regional GDP in 2020 relative to a reference scenario (where the pandemic never occurs) ranges from 5.7% in the relatively optimistic scenario to 7.65 in the pessimistic scenario. The pandemic would lower revenues from taxes and fees while raising spending, leading to a substantial deterioration in the fiscal deficit. Household income would plummet as labour force participation falls. The poor would be disproportionately affected, as many are employed in agriculture and low-end services, where output would fall sharply.

Top of page

Index terms

Mots-clés thématiques :

COVID-19, travail, pauvreté, pays émergents

Geographic keywords:

Africa Sub-Saharan
Top of page

Editors' notes

Original text in English : Calvin Z. Djiofack, Hasan Dudu and Albert G. Zeufack (2020) ‘Assessing COVID-19’s economic impact in sub-Saharian Africa: Insights from a CGE model’, in Simeon Djankov and Ugo Panizza (Eds), COVID-19 in Developing Economies, CEPR/International Development Policy journal, VOX-EU, https://voxeu.org/content/covid-19-developing-economies.

Full text

Nous aimerions remercier nos collègues Andrew Burns, Cesar Calderon, Gerard Kambou et Doerte Doemeland pour leurs commentaires et contributions avisés.

  • 1 Nous utilisons le nombre de cas de COVID-19 fournis par l'Université Johns Hopkins, Center for Syst (...)

1Malgré une arrivée tardive, l'épidémie de COVID-19 s'est rapidement étendue à toute l'Afrique subsaharienne ces dernières semaines. Le 20 mai, 191 000 cas de COVID-19 ont été confirmés1, dont 2 834 décès. Le manque de capacités pour réaliser des tests dans de nombreux pays suggère que ces chiffres sous-estiment très probablement le nombre réel de cas. L'Afrique du Sud connaît la plus grande épidémie de la région avec 17 200 cas confirmés (figure 1). Le pays a déclaré l'état de catastrophe nationale et a annoncé un certain nombre de mesures pour freiner la propagation du virus, notamment l'interdiction de voyager pour les ressortissants étrangers des pays à haut risque, l'interdiction de rassemblement public de plus de 100 personnes et la fermeture des écoles. Des foyers de plus en plus nombreux sont également apparus en Afrique de l'Ouest (Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Sénégal, Ghana et Nigeria), en Afrique centrale (Cameroun, Gabon, Congo, RDC, Tchad) et en Afrique de l'Est (Tanzanie, Ouganda, Rwanda et Kenya). Ces évolutions ont incité ces gouvernements à mettre en place diverses mesures d'endiguement, notamment des interdictions de voyager, des restrictions concernant les rassemblements publics et la fermeture des écoles.

Carte 1: Cas confirmés de COVID-19 en Afrique subsaharienne

Carte 1: Cas confirmés de COVID-19 en Afrique subsaharienne

Source : Africa Centre for Disease Control, https://africacdc.org/​covid-19/​

2Ce chapitre utilise un modèle d'équilibre général calculable (EGC) afin d’analyser l'impact économique probable de la pandémie de COVID-19 en l'Afrique subsaharienne. Cet impact est estimé à l'aide de simulations réalisées avec ENVISAGE, un modèle d'équilibre général calculable (MEGC) mondial développé par la Banque mondiale pour analyser l'impact qu’ont les changements de politiques publiques et les chocs économiques dans les pays en développement (Van der Mensbrugghe 2019).

Scénarios

3Trois scénarios sont envisagés sur la base des variables suivantes : (1) les régions et pays touchés par l'épidémie, (2) l'efficacité des réponses politiques et (3) la durée prévue de la crise. Les trois scénarios présupposent un ralentissement important de l'activité économique en Chine, aux États-Unis, dans l'Union européenne et dans le reste du monde (tableau 1).

Scénario 1 : Propagation mondiale et cas graves en Afrique

4Ce scénario suppose que les mesures de confinement dans les pays avancés ne sont levées qu'après trois mois, lorsque l’épidémie ralentit. Une partie importante de la consommation interne des ménages (ainsi que des entreprises) qui nécessite une interaction sociale cesse pendant cette période. On suppose également que la pandémie s'atténue et que l'activité reprend lentement en Chine, dans un contexte de marasme mondial. Selon ce scénario, la croissance mondiale chutera jusqu'à 3,5 points de pourcentage en 2020, avec un fort ralentissement aux États-Unis, dans la zone euro et en Chine, avant de reprendre en 2021 à mesure que les effets du virus COVID-19 s'estompent et que l'activité mondiale se redresse progressivement.

5Ce scénario suppose que les systèmes de surveillance sont inefficaces et que l'épidémie de COVID-19 s'étendra à tous les pays d'Afrique subsaharienne. Il suppose également que la réponse politique est rapide et efficace, de sorte qu’il n’y a plus de nouveaux cas dans les trois mois (comme cela semble avoir été le cas en Chine). Dans ce scénario, l'épidémie prend fin au début du mois de juillet 2020. Ce scénario suppose également que le profil de propagation de l'épidémie sera proche de celui de l'épidémie d'Ebola de 2014 en Guinée, où le nombre de cas a atteint 2 707 en 2014 et 1 097 en 2015. Par conséquent, dans ce scénario nous nous basons sur l’impact économique qu’a eu la crise d’Ebola en 2014 en Guinée pour réaliser une estimation approximative des chocs internes exogènes. Dans les pays touchés, l’ampleur des chocs est évaluée en fonction de l’Indice de Préparation aux Epidémies (IPE).

Scénario 2 : Propagation mondiale et épidémie catastrophique en Afrique

6Ce scénario suppose que la réponse politique est lente et inefficace dans les pays touchés, ce qui entraînera un nombre beaucoup plus important de cas et de décès en 2020, ainsi que des cas supplémentaires en 2021, avant que le virus ne soit contenu. Dans ce scénario, le profil de propagation de la pandémie est comparé à celui de l’épidémie d’Ebola qui a touché la Sierra Leone en 2014 (le pays le plus affecté). Le nombre de cas y a été de 9 446 en 2014 et de 4 676 en 2015. Par conséquent, dans ce scénario nous nous basons sur l’impact économique qu’a eu la crise d’Ebola en 2014 en Sierra Leone pour réaliser une estimation approximative des chocs exogènes.

Scénario 3 : Propagation mondiale et réponse africaine non coopérative

7Ce scénario analyse les conséquences d'une réponse africaine non coopérative au virus COVID-19. La seule différence par rapport au scénario 2 est l’imposition d’un blocus sur le commerce sous-régional en Afrique (tableau 1).

Tableau 1. Hypothèses

Scénarios

Gravité de l’épidémie en Afrique

Durée de la crise

Chaînes de transmission

Type de coopération

1. Propagation mondiale, grave en Afrique

Moyenne

- La Chine et le reste du monde sont gravement touchés

- 54 pays africains gravement touchés

- Nombre limité de cas

- Confinements et fermetures de frontières

Rapidement contenue

(3 mois)

1) Chocs mondiaux (prix du pétrole, flux touristiques)

2) Chocs internes à court terme (participation au marché du travail, augmentation des coûts commerciaux, réduction des investissements)

Chocs internes évalués sur la base de l'effet de la crise du virus Ebola de 2014 en Guinée et mis à l'échelle par l'Indice de Préparation aux Epidémies

Pas de blocus commercial

2 Propagation mondiale, catastrophique en Afrique

Elevée

Comme le scénario 1, mais avec un nombre élevé de cas

Lentement contenue (la crise se poursuit jusqu'en 2021)

Chocs mondiaux et chocs internes à court terme comme dans le scénario 1 mais chocs internes évalués en fonction de l'effet de la crise Ebola de 2014 en Sierra Leone

Pas de blocus commercial

3 Propagation mondiale et non-coopération en Afrique

Idem au scénario 2

Idem au scénario 2

Idem au scénario 2

Blocus commercial régional

Principales hypothèses pour déterminer l'ampleur des chocs

8Afin d’évaluer l’impact de la COVID-19 sur les économies africaines, cette simulation prend en compte deux catégories de chaînes de transmission : (1) les chaînes liées aux chocs internationaux, et (2) les chaînes liées aux chocs nationaux. L'un des principaux défis de cet exercice consiste à déterminer l'ampleur des chocs pour chaque chaîne de transmission.

Chaînes internationales

9Nous faisons les hypothèses suivantes :

Prix du pétrole

10Nous supposons que la production de pétrole dans le reste du monde augmente de 15 % –en raison de l'utilisation des capacités inutilisées suite à l'augmentation du plafond de production de pétrole par les principaux producteurs de pétrole- et que la demande mondiale d'énergie diminue de 20 %. L'ampleur des chocs est définie de manière à correspondre à la différence entre les projections actuelles des prix des matières premières et les projections des prix des matières premières avant la crise.

Flux touristiques

11L'ampleur des chocs est définie comme la différence entre les projections actuelles des flux touristiques et les projections des flux touristiques avant la crise. Les impacts sur le tourisme illustrés dans le tableau 2 se basent sur ceux observés lors de la crise du SRAS. Nous estimons dans notre simulation une augmentation des coûts de transaction et une diminution de 2% de la productivité totale du secteur, en raison des capacités inutilisées dues à la baisse de la demande.

Investissements directs étrangers

12Les IDE diminuent en raison de l'incertitude accrue quant à l'avenir et des interruptions de voyages et des communications internationales. Pour les pays africains, nous nous basons sur la réduction des entrées d’IDE observée en 2014 lors de la pandémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest pour estimer l’ampleur des chocs (tableau 2).

Chaînes nationales

13En plus des mécanismes de transmission internationaux, le scénario prend en compte les réponses mises en place par les gouvernements à l’échelle nationale pour empêcher la propagation de l'épidémie et pour amortir son impact sur l'économie. Il rend également compte des « comportements d'évitement » : la peur de la maladie transforme les comportements des principaux acteurs économiques. Les économies peuvent subir l’effet de ces comportements d’évitement dans les secteurs nationaux suivants :

Effet sur la participation au marché du travail

14La peur, les contrôles et les restrictions sur les mouvements des travailleurs sont susceptibles d'affecter négativement les décisions d'offre de travail des ménages, du moins pour les ménages qui peuvent se permettre d'arrêter de travailler. L'ampleur du choc est déterminée en fonction des transformations observées en Afrique de l'Ouest lors de la crise d’Ebola en 2014 pour les pays africains ; il n'est pas appliqué dans les autres pays.

Utilisation du capital

15Les travailleurs évitant les lieux de travail, une partie du capital restera inutilisée ; de plus, l’augmentation de l’incertitude entraînera le report ou l'annulation de certains investissements. Nous nous basons sur deux types de chocs pour analyser la baisse d’utilisation du capital. Pour les pays africains, nous nous basons sur les changements observés en Afrique de l’Ouest lors de la crise d’Ebola en 2014 (tableau 4). Pour les autres pays, nous nous basons sur les niveaux de PIB prévus dans les scénarios de crise afin d’évaluer les impacts sur l’utilisation du capital (tableau 3).

Effet sur la productivité du travail

16Deux types de chocs sont pris en compte afin d’évaluer la diminution de la productivité du travail. Pour les pays africains, l'ampleur du choc de productivité est déterminée sur la base de la baisse de la productivité du travail observée lors de la crise d’Ebola en Afrique de l'Ouest en 2014. Pour les autres pays, les variations de la productivité du travail se basent sur les niveaux de PIB prévus dans les scénarios de crise.

Commerce

17On suppose que dans tous les pays les coûts de transaction commerciale augmentent dans le secteur des biens et services. L’ampleur du choc est déterminée en fonction de l’augmentation des prix unitaires des exportations et des importations lors de la crise d’Ebola en Afrique de l’Ouest.

Commerce régional

18Dans le dernier scénario, pour illustrer les conséquences d’une approche non coopérative, le commerce entre les pays d'Afrique subsaharienne est réduit d'environ 90 % –là encore en raison de l'augmentation des coûts commerciaux.

19Comme indiqué ci-dessus, pour évaluer les chocs internes nous nous basons sur l’évolution des principales variables en Guinée et en Sierra Leone pendant la crise Ebola de 2014-16, selon les calculs de la Banque mondiale (2019).

Tableau 2 : Chocs internationaux

Variables

Faibles cas

Flux touristiques

-15.0

Ralentissement économique :

Etats-Unis

-6.9

Chine

-7.0

Union Européenne

-7.5

Reste du monde (RDM)

-6.6

Production de pétrole dans le RDM

15.0

Demande de pétrole

-20.0

Source : Calculs des auteurs

Tableau 3 : Écart en pourcentage par rapport à la tendance de 2000-13 pendant la crise d’Ebola de 2014-16

Variables

Faibles cas

Cas élevés

LFP

-0.3

-0.9

GFCF

-6.6

-41.8

FDI

-40.0

-34.9

Valeur unitaire des exportations

10.9

16.9

Valeur unitaire des importations

9.7

12.0

Productivité du travail

-5.7

-19.9

Source : Calculs des auteurs

20Les chiffres du tableau 3 ont été mis à l’échelle en fonction des spécificités de chaque pays. Nous supposons que tous les pays seront touchés différemment, en fonction de la densité de la population urbaine et du degré de préparation du pays à l'épidémie.

Résultats : Analyse de la simulation

21Effets économiques à court et moyen terme de la COVID-19

Conséquences de la COVID-19 sur la croissance

Effet à l’échelle du continent

22Nos estimations suggèrent que la COVID-19 aura un impact considérable sur la croissance économique des pays d’Afrique subsaharienne, même dans le scénario le plus optimiste d'une réponse rapide et efficace. Selon le scénario 1, les estimations du CGE montrent que le PIB serait inférieur à celui du scénario d'avant la crise d'environ 5,7 % en 2020 et de 1,0 % en 2021 (figure 1) : la croissance de la région passerait de 2,6 % en 2019 à -2,5 % en 2020 (figure 2).

Figure 1a Impact de la COVID-19 sur le PIB réel, 2020-21 (% d'écart par rapport au scénario de base) 2020

Figure 1a Impact de la COVID-19 sur le PIB réel, 2020-21 (% d'écart par rapport au scénario de base) 2020

Figure 1b Impact de la COVID-19 sur le PIB réel, 2020-21 (% d'écart par rapport au scénario de base) 2021

Figure 1b Impact de la COVID-19 sur le PIB réel, 2020-21 (% d'écart par rapport au scénario de base) 2021

Source : Résultats du modèle EGC

Figure 2 Effet de la COVID-19 sur le taux de croissance en Afrique subsaharienne (taux de croissance annuel réel du PIB, en %)

Figure 2 Effet de la COVID-19 sur le taux de croissance en Afrique subsaharienne (taux de croissance annuel réel du PIB, en %)

Source : Résultats du modèle EGC

23En 2020, la baisse du PIB en Afrique subsaharienne est due à la diminution des exportations (4 % de moins), des investissements privés (8 %) et de la consommation des ménages (6 %). L'évolution des exportations est due à l'augmentation des coûts commerciaux (figure 3). L'investissement est plus faible pour au moins deux raisons : (1) la réduction des IDE et le report des investissements intérieurs (figure 3) ; et (2) la baisse de l'épargne publique (augmentation du déficit) et la baisse de l'épargne des ménages, car une participation plus faible au marché du travail combinée à une productivité plus faible réduit les revenus des ménages. La détérioration du solde budgétaire entraîne une hausse des taux d'intérêt et donc la suppression des investissements privés. La baisse des importations a des effets positifs sur le PIB.

24Dans un scénario plus pessimiste (scénario 2), le PIB de l'Afrique subsaharienne serait inférieur de 7,6 % au niveau de référence en 2020 et de 9,8 % en 2021 (figure 1).

25En moyenne, pour l'ensemble des pays, 45 % de l'impact de la COVID-19 sur le PIB de l'Afrique subsaharienne est dû aux chocs internes dans le cadre du scénario 1. Néanmoins, si la crise médicale n'est pas rapidement résolue, l'effet négatif des restrictions nationales s'aggravera. Nos estimations montrent qu'environ 65 % de l'impact de la COVID-19 sur le PIB de l'Afrique subsaharienne serait dû à des chocs internes dans un scénario « catastrophique » (scénario 2). Ces chocs se propagent au niveau national en raison de la réduction de la productivité, d’une baisse d’utilisation du capital et de l'augmentation des coûts de transaction commerciale.

26Les chaînes de marchandises –qui subissent la chute des prix du pétrole- constituent les principaux moteurs des chocs internationaux. Toutefois, la réduction des flux d'IDE et le déclin du tourisme jouent également un rôle important dans la réduction de la croissance.

Figure 3 Impact sur le PIB en fonction des chocs, national vs international

Figure 3 Impact sur le PIB en fonction des chocs, national vs international

Source : Résultats du modèle EGC

Conséquences sur la croissance au niveau sous-régional

27L'impact à court terme de la COVID-19 sur la croissance variera d'un pays à l'autre en fonction de l'ouverture commerciale, de la dépendance vis-à-vis des matières premières, du tourisme et de la préparation aux épidémies. En termes de groupes de ressources, les estimations du modèle EGC montrent que les pays producteurs de pétrole sont les plus touchés en raison de la combinaison d'une baisse des prix internationaux et de la demande (figure 4). De même, la croissance des pays exportateurs de métaux diminuerait fortement, car la réduction de la demande mondiale entraîne une baisse de la production minière.

28L'impact de la COVID-19 sur les trois plus grandes économies de la région –le Nigeria, l'Afrique du Sud et l'Angola- est considérable. Il est dû à la baisse des prix du pétrole brut (Angola et Nigeria) et des métaux industriels (Afrique du Sud), aux sorties de capitaux et aux effets des mesures de confinement (figure 4). En Afrique du Sud, l’impact des chocs internes serait plus faible que dans de nombreux autres pays de la région car le pays à un IPE plus élevé (62,2). L'effet des chocs internationaux liés à la COVID-19 est moins prononcé au Nigéria qu’en Angola ou en Afrique du Sud, étant donné le faible niveau d’ouverture du Nigéria. Toutefois, ce pays est plus durement touché par les chocs internes car son faible niveau d’IPE indique qu’il dispose de moins de capacités pour atténuer les conséquences de la crise.

Figure 4 Impact de la COVID-19 en Afrique subsaharienne par groupe de ressources

Figure 4 Impact de la COVID-19 en Afrique subsaharienne par groupe de ressources

Source : Résultats du modèle EGC

29Parmi les quatre sous-régions étudiées, l'Afrique centrale, qui comprend la plupart des pays exportateurs de pétrole de la région, est la plus touchée (figure 5). La vulnérabilité de l'Afrique centrale n'est pas seulement due à la forte dépendance de la sous-région vis-à-vis des produits pétroliers, mais aussi –comme l’indiquent les taux bas des IPE- à une mauvaise préparation aux épidémies.

Figure 5 Impact de la COVID-19 par sous-région

Figure 5 Impact de la COVID-19 par sous-région

Source : Résultats du modèle EGC

30L'Afrique de l'Est est la sous-région la moins touchée. La majorité des pays d'Afrique de l'Est sont des importateurs nets de pétrole et semblent mieux préparés à gérer la crise que la plupart des autres sous-régions (après l'Afrique australe). En Afrique de l'Ouest, où les épidémies se propagent rapidement, l'impact de la COVID-19 est sévère car la région dépend des produits miniers et du tourisme et est peu préparée aux épidémies.

Effets fiscaux de la COVID-19

31La pandémie de COVID-19 aura probablement un impact important sur les comptes budgétaires des économies africaines. Selon le scénario optimiste, les recettes perçues par les pays d'Afrique subsaharienne seraient inférieures de 12 % par rapport à celles du scénario de référence (figure 6). Comme le niveau des dépenses reste élevé en raison du besoin de lutter contre l’épidémie, une baisse des recettes entraînerait une détérioration substantielle de l'équilibre budgétaire global.

32Selon le scénario pessimiste (scénario 2), les recettes seraient inférieures d'environ 16 % en 2020 par rapport au scénario sans COVID-19, ce qui entraînerait une augmentation de 3,5 points de pourcentage du déficit global par rapport à ce dernier.

Figure 6 Effet fiscal de la COVID-19 en Afrique subsaharienne : Pertes de recettes en 2020 (% du PIB)

Figure 6 Effet fiscal de la COVID-19 en Afrique subsaharienne : Pertes de recettes en 2020 (% du PIB)

Source : Résultats du modèle EGC

Effet de distribution de la COVID-19

  • 2 Un autre facteur qui explique cette augmentation dans le secteur manufacturier est l'effet inverse (...)

33La crise de la COVID-19 aurait des répercussions négatives dans presque tous les secteurs de l'économie. Les fortes baisses enregistrées dans les secteurs des services et de l'agriculture indiquent que la crise toucherait sévèrement les plus pauvres et les plus vulnérables et en particulier les femmes, qui dépendent fortement de ces activités en Afrique. Nos estimations indiquent que la production manufacturière augmenterait à la suite de l'épidémie de COVID-19. Selon notre scénario le plus optimiste (scénario 1), la production du secteur manufacturier serait d'environ 5 % plus élevée que dans le scénario sans COVID en 2020. Le secteur manufacturier semble bénéficier de l'augmentation des coûts de transaction du commerce international qui rend la production locale plus compétitive.2

Effets des réponses politiques non coopératives

34Une réponse désordonnée et non coopérative à la pandémie accentuerait l'impact négatif de la COVID-19 dans les pays d'Afrique subsaharienne (figure 9). Le scénario 3 suppose que l'absence de coopération entre les partenaires commerciaux régionaux africains entraîne un blocus commercial. Dans ce scénario, le niveau du PIB serait inférieur de 8,5 % à celui du scénario de référence de 2020. Le blocus du commerce régional toucherait également de manière disproportionnée les pauvres, en particulier les travailleurs agricoles et les travailleurs non qualifiés du secteur informel. Une littérature abondante démontre que le commerce régional en Afrique est dominé par les activités informelles et l'échange de marchandises par-delà les frontières terrestres et qu'il est surtout le fait des plus pauvres et des plus vulnérables, en particulier des femmes (Kirk et al. 2017).

35Une réponse désordonnée et non coopérative à la pandémie, entraînant une augmentation des restrictions commerciales, augmentera également le risque de crise de sécurité alimentaire dans les pays d'Afrique subsaharienne.

Effets économiques à long terme de la COVID-19

36La plupart des conséquences de la pandémie, notamment les chocs sur la demande, seront temporaires et disparaîtront à long terme. Toutefois, selon la gravité et la durée de la crise, cela pourrait avoir des effets durables sur l'accumulation de capital et la productivité, en raison d'une détérioration du système de santé (car il est difficile de remplacer les médecins et les infirmières qui tombent malades ou meurent) et du niveau du capital humain en général (Huber et al. 2018). Si l’on se base sur des expériences passées de crises similaires, notamment la crise d'Ebola en Afrique de l'Ouest en 2014, la COVID-19 est susceptible d’avoir des conséquences durables sur la productivité du travail en raison de son impact sur le capital humain et les infrastructures.

37Pour évaluer les effets à long terme de la COVID-19, nous utilisons les mêmes scénarios que ceux décrits ci-dessus.

38Nos estimations suggèrent que le PIB serait en permanence inférieur de 1 %, dans le scénario optimiste (figure 7). Dans le scénario catastrophique où la crise dure plus de 18 mois, le PIB serait inférieur de 4 %, de manière presque permanente. En l'absence d'interventions de politiques publiques, les résultats suggèrent une « reprise de type L » où l'Afrique subsaharienne ne reviendrait pas aux niveaux du PIB antérieurs à la COVID-19, en dépit de taux de croissance en glissement annuel remontant aux niveaux antérieurs à la pandémie.

Figure 7 Effet à long terme de la COVID-19 sur le PIB réel de l'Afrique subsaharienne (écart en % par rapport au scénario de référence)

Figure 7 Effet à long terme de la COVID-19 sur le PIB réel de l'Afrique subsaharienne (écart en % par rapport au scénario de référence)

Source : Résultats du modèle EGC

Conclusion

39L'impact économique de la COVID-19 en Afrique sera dévastateur. L'effondrement de la demande mondiale et les mesures nationales nécessaires pour contenir la propagation de la maladie ont un impact économique grave. L'incapacité à contenir rapidement la propagation du virus intensifiera considérablement l'impact économique des restrictions nationales. La baisse des revenus sera particulièrement importante pour les pauvres et les personnes vulnérables, qui risquent également d'être touchés de manière disproportionnée par une réduction de la production agricole, tant en termes de revenus ruraux que de consommation alimentaire. Il y a des incertitudes considérables sur l'avenir et l'évolution de la maladie, le succès des innovations en matière de traitement et de prévention, ainsi que sur les conséquences économiques de la crise.

40Les scénarios développés dans ce chapitre reposent inévitablement sur une série d'hypothèses qui ont peu de probabilités d'être parfaitement exactes. Néanmoins, les scénarios EGC donnent une idée des ordres de grandeur auxquels on peut s'attendre, de la répartition des pertes entre les secteurs et les pays et des principales chaînes de transmission. Les résultats soulignent le rôle essentiel des politiques publiques pour contenir l’épidémie, limiter l’impact à court terme sur les revenus et soutenir la reprise. Les scénarios mettent également en évidence comment un échec dans la coopération internationale accentuerait les effets négatifs de la crise. La région pourrait connaître sa première récession en vingt-cinq ans et subir un sérieux revers dans ses efforts de développement. Les mesures politiques mises en place doivent mettre l'accent sur les solutions régionales transfrontalières et éviter les arrêts soudains des activités économiques, en particulier celles qui sont essentielles pour les pauvres.

Top of page

References

Aguiar, A, B Narayanan and R McDougall (2016), “An Overview of the GTAP 9 Data Base”, Journal of Global Economic Analysis 1(1): 181-208.

Huber, C, L Finelli and W Stevens (2018), “The Economic and Social Burden of the 2014 Ebola Outbreak in West Africa”, The Journal of Infectious Diseases 218(S5): S698–S704.

Kirk, R, B D Hoffman, B P Lyimo et al. (2018), “Tanzania DTIS 2017”, World Bank.

Oppenheim B, M Gallivan, N K Madhav et al. (2019), “Assessing global preparedness for the next pandemic: development and application of an Epidemic Preparedness Index”, BMJ Global Health 2019(4): e001157.

Thomas, M R, G Smith, F H Ferreira et al. (2015), “The economic impact of Ebola on sub-Saharan Africa: updated estimates for 2015”, World Bank.

van der Mensbrugghe, D (2008), “The Environmental Impact and Sustainability Applied General Equilibrium (ENVISAGE) Model”, World Bank.

World Bank (2019), “The Economic Impact of the 2018 Ebola Epidemic in the Democratic Republic of Congo Estimates for DRC and Four Neighboring Countries”, World Bank.

Top of page

Notes

1 Nous utilisons le nombre de cas de COVID-19 fournis par l'Université Johns Hopkins, Center for Systems Science and Engineering.

2 Un autre facteur qui explique cette augmentation dans le secteur manufacturier est l'effet inverse du syndrome hollandais lié à la forte baisse des exportations de matières premières.

Top of page

List of illustrations

Title Carte 1: Cas confirmés de COVID-19 en Afrique subsaharienne
Credits Source : Africa Centre for Disease Control, https://africacdc.org/​covid-19/​
URL http://journals.openedition.org/poldev/docannexe/image/3546/img-1.png
File image/png, 607k
Title Figure 1a Impact de la COVID-19 sur le PIB réel, 2020-21 (% d'écart par rapport au scénario de base) 2020
URL http://journals.openedition.org/poldev/docannexe/image/3546/img-2.png
File image/png, 29k
Title Figure 1b Impact de la COVID-19 sur le PIB réel, 2020-21 (% d'écart par rapport au scénario de base) 2021
Credits Source : Résultats du modèle EGC
URL http://journals.openedition.org/poldev/docannexe/image/3546/img-3.png
File image/png, 27k
Title Figure 2 Effet de la COVID-19 sur le taux de croissance en Afrique subsaharienne (taux de croissance annuel réel du PIB, en %)
Credits Source : Résultats du modèle EGC
URL http://journals.openedition.org/poldev/docannexe/image/3546/img-4.png
File image/png, 21k
Title Figure 3 Impact sur le PIB en fonction des chocs, national vs international
Credits Source : Résultats du modèle EGC
URL http://journals.openedition.org/poldev/docannexe/image/3546/img-5.png
File image/png, 26k
Title Figure 4 Impact de la COVID-19 en Afrique subsaharienne par groupe de ressources
Credits Source : Résultats du modèle EGC
URL http://journals.openedition.org/poldev/docannexe/image/3546/img-6.png
File image/png, 27k
Title Figure 5 Impact de la COVID-19 par sous-région
Credits Source : Résultats du modèle EGC
URL http://journals.openedition.org/poldev/docannexe/image/3546/img-7.png
File image/png, 24k
Title Figure 6 Effet fiscal de la COVID-19 en Afrique subsaharienne : Pertes de recettes en 2020 (% du PIB)
Credits Source : Résultats du modèle EGC
URL http://journals.openedition.org/poldev/docannexe/image/3546/img-8.png
File image/png, 22k
Title Figure 7 Effet à long terme de la COVID-19 sur le PIB réel de l'Afrique subsaharienne (écart en % par rapport au scénario de référence)
Credits Source : Résultats du modèle EGC
URL http://journals.openedition.org/poldev/docannexe/image/3546/img-9.png
File image/png, 47k
Top of page

Cite this article

Electronic reference

Calvin Djiofack Zebaze, Hasan Dudu and Albert G. Zeufack, “Évaluation de l'impact économique de la COVID-19 en Afrique subsaharienne : perspectives à partir d'un modèle d'équilibre général calculable (EGC)”International Development Policy | Revue internationale de politique de développement [Online], 12.2 | 2020, Online since 18 August 2020, connection on 28 October 2021. URL: http://journals.openedition.org/poldev/3546; DOI: https://doi.org/10.4000/poldev.3546

Top of page

About the authors

Calvin Djiofack Zebaze

Calvin Djiofack Zebaze est économiste sénior à l'Unité Dette mondiale et macroéconomie, pôle Macroéconomie, commerce et investissement de la Banque mondiale.

Hasan Dudu

Hasan Dudu est économiste à l'Unité Dette mondiale et macroéconomie, pôle Macroéconomie, commerce et investissement de la Banque mondiale.

Albert G. Zeufack

Albert G. Zeufack est économiste en chef de la Banque mondiale pour l'Afrique.

Top of page

Copyright

Creative Commons License
International Development Policy is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International License.

Top of page
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search