Skip to navigation – Site map

HomeIssues12.2La COVID-19 dans les pays en déve...COVID-19 et pauvreté mondiale : U...

La COVID-19 dans les pays en développement

COVID-19 et pauvreté mondiale : Une évaluation préliminaire

COVID-19 and Global Poverty: A Preliminary Assessment
Giovanni Valensisi
Translated by Saskia Velasquez

Abstracts

This article provides a preliminary assessment of COVID-19’s impact on global poverty, consistent with the IMF’s April 2020 growth forecasts. The analysis shows that the fallout of the pandemic will have dramatic consequences, eroding much of the gains recorded over the last few years in terms of poverty reduction. Our baseline case suggests that globally the number of people living below $1.90 per day poverty line could increase by at least 68 million in 2020. The fallout of the pandemic will also exacerbate the geographic concentration of poverty. This represents a significant setback and, absent effective support and international cooperation, will pose a critical threat to the achievement of the UN 2030 Agenda for Sustainable Development.

Top of page

Editors' notes

Original text in English : Giovanni Valensisi (2020) ‘COVID-19 and global poverty: A preliminary assessment’, in Simeon Djankov and Ugo Panizza (Eds), COVID-19 in Developing Economies, CEPR/International Development Policy journal, VOX-EU, https://voxeu.org/content/covid-19-developing-economies

Authors' notes

Ce chapitre s'inspire d'un document de travail de l'UNU-WIDER intitulé ‘Global poverty and COVID-19 : are LDCs being left behind ?’. Les opinions exprimées ici sont exclusivement celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement les vues du secrétariat de la CNUCED ou de ses États membres. L'auteur remercie Lisa Borgatti, Junior Davis, Adrian Gauci, Marco Missaglia, Andrew Mold, Ugo Panizza, Amelia Santos Paulino, Andy Sumner, Rolf Traeger, Gianni Vaggi et David Vanzetti pour leurs commentaires avisés ; les réserves habituelles s'appliquent.

Full text

1Alors que le nombre de cas de COVID-19 continue d'augmenter, l'économie mondiale se prépare à un choc d'une gravité et d'une complexité sans précédent, qui devrait déclencher « la pire récession depuis la Grande Dépression » (IMF 2020 : v). Dans un contexte déjà caractérisé par une croissance tendancielle lente, des inégalités accrues et de fortes incertitudes politiques, la pandémie a déclenché des ondes de choc simultanées de l'offre et de la demande, avec des répercussions directes dans la sphère financière (Baldwin et Weder di Mauro 2020a, 2020b). Pour les pays en développement, cela s'ajoute à la chute des prix des matières premières, à la diminution des IDE et des envois de fonds, à l'inversion des flux de capitaux et –dans de nombreux cas- au poids des vulnérabilités liées à la dette (UNCTAD 2020a, 2020b, 2020c, 2019, IMF 2020).

  • 1 Dans des simulations antérieures, les auteurs avaient souligné que l'impact sur la pauvreté est « t (...)

2S'il est trop tôt pour prédire l’ampleur et la durée de la crise, il est néanmoins clair que l'on ne saurait trop insister sur son coût socio-économique. L'Organisation internationale du travail a récemment alerté sur le fait que les pertes d'emplois pourraient avoisiner les 300 millions dans le monde et que 1,6 milliard de travailleurs de l'économie informelle risquent de voir leurs moyens de subsistance réduits (ILO 2020a). Elle a également estimé qu'en 2020 il pourrait y avoir entre 9 et 35 millions de travailleurs pauvres supplémentaires, la plupart dans les pays en développement (ILO 2020b, McKibbin et Fernando 2020). Vos, Laborde et Martin ont analysé l'impact potentiel des pandémies sur la pauvreté en utilisant le modèle MIRAGRODEP de l'IFPRI (Vos et al. 2020, Laborde et al. 2020). Dans leur dernière analyse, les auteurs constatent que dans un scénario correspondant à une contraction de 5 % de la production mondiale, et en l'absence de toute intervention, plus de 140 millions de personnes pourraient tomber dans l'extrême pauvreté en 2020 (Laborde et al. 2020). Sumner et al. (2020)1 estiment l'impact de chocs de consommation arbitraires de -5%, -10% et -20%, et constatent que le nombre de personnes vivant dans l'extrême pauvreté pourrait augmenter de 85 à 419 millions. En utilisant les prévisions de croissance du FMI, Gerszon Mahler et al. (2020) constatent que le nombre de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté de 1,90 USD/jour augmentera de 40 à 60 millions.

3Ce chapitre s'appuie sur ces études et dresse une évaluation préliminaire de l'impact de la COVID-19 sur tous les seuils de pauvreté internationaux couramment utilisés. Mes conclusions suggèrent que la COVID-19 ralentira significativement les efforts visant à éradiquer l’extrême pauvreté et renforcera sa polarisation géographique. Si, au niveau mondial, le choc est susceptible de compromettre les progrès réalisés au cours des deux ou trois dernières années, dans des régions telles que l'Amérique latine et l'Afrique subsaharienne il pourrait réduire à néant les avancées des huit dernières années (encore plus au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, où les ratios d'effectifs étaient déjà en hausse avant la COVID-19, et où ce dernier choc est aggravé par des situations de conflit prolongées).

4Ce chapitre est structuré comme suit : nous exposons d’abord la méthodologie et les mises en gardes. Nous présentons ensuite des estimations mondiales et régionales, et explorons un scénario plus pessimiste que celui prévu par le FMI. La dernière section du chapitre propose un résumé et une conclusion.

Données, méthodologie et mises en garde

  • 2 En raison des incohérences dans les regroupements régionaux entre les institutions, les taux de cro (...)

5Mon estimation de l’impact de la COVID-19 sur la pauvreté au niveau mondial se déroule en trois étapes. Dans un premier temps, j'évalue l'impact économique de la crise en utilisant différentes versions des prévisions du FMI du PIB par habitant (en dollars internationaux constants de 2011). Plus précisément, j'utilise les prévisions du FMI de l'édition des Perspectives de l'économie mondiale d'octobre 2019 et d'avril 2020 (IMF 2020, 2019).2 Les différences entre les prévisions laissent présager une contraction de 3 % de la production mondiale pour l'année 2020, et une révision à la baisse considérable des estimations de croissance du PIB mondial par habitant de +1,1 % à -2,2 % (figure 1). Bien que les retombées de la pandémie devraient affecter de manière significative toutes les régions, les économies asiatiques devraient en moyenne conserver une croissance positive. Toutes les autres régions seront confrontées à une chute du revenu par habitant.

Figure 1 Taux de croissance annuel du PIB par habitant en PPA constant 2020

Figure 1 Taux de croissance annuel du PIB par habitant en PPA constant 2020

Source: Compilation de l’auteur d’après FMI (2019, 2020).

6Dans un deuxième temps, j’utilise les taux de croissance pré et post COVID-19 pour « prévoir » les taux de pauvreté correspondants, à l’aide de PovcalNet (un outil de calcul de la Banque mondiale qui prend en compte les estimations officielles de la pauvreté au niveau national, régional et mondial). La procédure est très proche de celle utilisée par Sumner et al. (2020). En désignant le seuil de pauvreté de l'année de référence (généralement 2018) par z0 et le taux de croissance prévu du PIB par habitant pour l'année t par xt, cette nouvelle estimation de la pauvreté est obtenue en révisant le seuil de pauvreté (en parité de pouvoir d’achat 2011) selon la formule suivante :

7Comme le seuil de pauvreté présente une corrélation négative avec xi, une diminution de la croissance est associée à un seuil de pauvreté plus élevé.

  • 3 Afin de distinguer l'effet des pandémies de celui des révisions de routine des taux de croissance e (...)

8Dans la troisième étape, j'estime l'impact de la COVID-19 sur la pauvreté en comparant les mesures de pauvreté obtenues en appliquant les estimations de la croissance pré et post COVID-19 publiées par le FMI en octobre 2019 et en avril 2020.3 Les données démographiques de 2020 –tirées de la dernière édition des Perspectives de la population mondiale (UNDESA 2019)- sont utilisées pour traduire les changements des ratios d'effectifs en variations correspondantes du nombre de pauvres.

9Quelques mises en garde s'imposent. Premièrement, on suppose implicitement que la croissance du PIB par habitant se traduit par une augmentation équivalente du bien-être des ménages mesuré par des enquêtes ; c'est-à-dire que la consommation de tous les ménages est supposée augmenter au même rythme que le PIB par habitant. Si cette hypothèse est conforme à la méthode généralement utilisée par la Banque mondiale pour « prévoir » les estimations des taux de pauvreté de différentes années, l’expérience montre que seule une partie de la croissance des variables de la comptabilité nationale se répercute sur les ménages. Par conséquent, l'effet de la croissance sur la pauvreté pourrait être surestimé (Newhouse et Vyas 2018, Korinek et al. 2006).

  • 4 Par exemple, dans la mesure où il peut déclencher le licenciement d'employés dans les établissement (...)

10Deuxièmement, je suppose qu'il n'y a pas de changement dans la répartition des revenus. Il est toutefois raisonnable de penser que les segments les plus pauvres de la population seront les plus touchés par l'épidémie, du moins dans les zones urbaines. Par exemple, une distanciation sociale stricte risque d'avoir un effet disproportionné sur les travailleurs informels, les journaliers et les employés des petites entreprises, qui ne disposent que de faibles ressources pour survivre à l'enfermement sans perturbations majeures. Afin de définir comment et à quelle vitesse réduire la pauvreté, il faut également prendre en compte des questions de distribution –des questions importantes lors de cette phase et cruciales pour le long terme (Lakner et al. 2019). Toutefois, je retiens ici l'hypothèse de travail d'un choc neutre sur le plan de la distribution pour des raisons pratiques, car la question de la distribution varie selon les pays et il est difficile de formuler des généralisations. 4

11Troisièmement, l'impact négatif de la pandémie sur le bien-être des ménages peut être estimé autrement que par la simple dimension du revenu à court terme analysée ici. Certains déterminants non monétaires peuvent déclencher des effets négatifs à long terme, créant une dépendance de la « pauvreté transitoire » à la « pauvreté chronique ». Par exemple, des problèmes de santé peuvent réduire de façon permanente la productivité ; ou bien, lorsque des ménages pauvres sont obligés de retirer leurs enfants de l'école pour faire face à une crise temporaire, cela peut réduire les perspectives de revenus à long terme, avec des effets d'entraînement qui ne sont pas pris en compte dans mes simulations. Quatrièmement, les prévisions de croissance utilisées dans mon exercice sont très incertaines. Cette incertitude est ouvertement reconnue par le FMI lui-même, compte tenu de la nature sans précédent de la crise et du fait que les perspectives économiques futures dépendent en partie de l'évolution des réponses politiques adoptées au niveau national et international (IMF 2020, Baldwin et Weder di Mauro 2020a). La plupart des risques de croissance sont à la baisse.

12Ces réserves suggèrent que les chiffres présentés ci-dessous sont des estimations prudentes de l'impact de la COVID-19 sur la pauvreté.

Résultats : L'impact à court terme de la COVID-19 sur la pauvreté mondiale

13De manière générale, la COVID-19 a un impact sur la pauvreté en raison de l’interaction de trois variables spécifiques au contexte :

141. La gravité de la crise sanitaire, qui détermine les coûts humains et sociaux, ainsi que le type, l'ampleur et la durée des réponses politiques (y compris la distanciation sociale, les confinements, les interdictions de voyage et autres).

152. La nature et l'ampleur des retombées économiques qui, à leur tour, sont en partie liées à des questions structurelles, telles que la dépendance à l'égard des produits de base ou des marchés et chaînes de valeur stratégiques durement touchés par le ralentissement, la disponibilité d'une marge de manœuvre budgétaire, etc.

163. Le poids relatif des personnes regroupées juste au-dessus de chaque seuil de pauvreté spécifique, et qui peuvent tomber dans la pauvreté avec la baisse du revenu par habitant.

17Dans de nombreux pays en développement, les retombées économiques de la COVID-19 pourraient avoir des conséquences plus importantes sur le bien-être que l'urgence sanitaire elle-même. S'il est trop tôt pour démêler les différents canaux par lesquels cette situation affecte le bien-être des ménages, il est de plus en plus évident qu'elle se répercute principalement sur l'emploi formel, en particulier dans les secteurs fortement tributaires des chaînes de valeur mondiales (comme l'habillement, le transport ou le tourisme), ainsi que sur les revenus en baisse des emplois informels, notamment dans le commerce et la vente au détail (UNECA 2020, Reuters 2020).

18L'impact à court terme du coronavirus sur la pauvreté au niveau mondial est illustré dans la figure 2. Pour le seuil de pauvreté de 1,90 USD/jour, on estime que le ratio mondial des effectifs augmentera de 0,9 % rien qu'en 2020, ce qui se traduit par 68 millions de personnes supplémentaires vivant dans l'extrême pauvreté. Cela implique que le choc de la COVID-19 va compromettre les progrès réalisés en matière de réduction de la pauvreté au cours des trois dernières années, ramenant l'incidence de la pauvreté à un niveau similaire à celui de 2017.

19L'impact est plus important si l'on se concentre sur les seuils de pauvreté plus élevés, à savoir 3,20 USD/jour et 5,50 USD/jour. Les ratios d'effectifs correspondants augmentent de près de 2 points de pourcentage (de 20,8 % à 22,6 % dans le premier cas, et de 40 % à 41,9 % dans le second), reflétant dans les deux cas une augmentation de plus de 140 millions du nombre de personnes pauvres dans le monde.

Figure 2 Évolution de la pauvreté internationale mondiale due à la COVID-19, 2020

Figure 2 Évolution de la pauvreté internationale mondiale due à la COVID-19, 2020

Source: Compilation de l’auteur d’après PovcalNet (avril 2020) et FMI (2019, 2020).

20La figure 3 illustre l'impact de la pandémie dans les différentes régions, reflétant à la fois l'ampleur des changements induits dans les ratios de pauvreté et les différentes tailles de population de chaque région. En termes absolus, l'Afrique subsaharienne se distingue comme la région la plus durement frappée en termes d'extrême pauvreté : on estime qu’en 2020 le ratio d’effectifs augmentera de 2,7 points de pourcentage à la suite de la pandémie, avec 31 millions de personnes de plus vivant dans l'extrême pauvreté par rapport à ce qui se serait passé si les prévisions de croissance antérieures à la COVID-19 s'étaient concrétisées. L'impact est également important en Asie du Sud, où le nombre de personnes vivant dans l'extrême pauvreté est supérieur de 23 millions à celui qui aurait prévalu en l'absence de la COVID-19, car ce dernier choc risque de paralyser les progrès réalisés en matière de réduction de la pauvreté. Ces deux régions totalisent environ 80 % de l'augmentation du nombre de personnes vivant dans l'extrême pauvreté en raison de la pandémie. L'extrême pauvreté devrait également s'étendre dans d'autres régions en développement (notamment au Moyen-Orient et en Afrique du Nord), mais les augmentations y sont relativement plus limitées.

Figure 3 Evolution du nombre de personnes pauvres, par région et par seuil de pauvreté

Figure 3 Evolution du nombre de personnes pauvres, par région et par seuil de pauvreté

Note: Les chiffres dans le graphique indiquent les augmentations absolues du nombre de pauvres, en millions.

Source: Compilation de l’auteur d’après PovcalNet (avril2020) en FMI (2019, 2020).

21Lorsque l'on prend en considération les seuils de pauvreté plus élevés, les effets de la pandémie s'étendent géographiquement et la répartition de ses impacts change également. Si l'on se concentre sur le seuil de pauvreté de 3,20 dollars par jour, l'Asie du Sud totalise la moitié de l'impact mondial, avec 74 millions de pauvres de plus par rapport à ce qui se serait passé en l'absence de la COVID-19, suivie par l'Afrique subsaharienne avec 25 millions. L'Asie de l'Est et le Pacifique, ainsi que le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, connaissent également une augmentation du nombre de pauvres dépassant les 10 millions de personnes. La situation est plus nuancée par rapport au seuil de pauvreté de 5,50 USD/jour. Si l'Asie du Sud et de l'Est est la région la plus impactée en raison de sa population nombreuse, des détériorations significatives auront également lieu en Amérique latine et dans les Caraïbes, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, ainsi qu'en Afrique subsaharienne.

  • 5 Ne disposant pas de données plus récentes, l'année de référence pour l'Asie du Sud et l'Afrique sub (...)

22Pour analyser pleinement l'impact de la COVID-19, il faut replacer les chiffres ci-dessus dans le contexte des tendances historiques à long terme des ratios de pauvreté (figure 4).5 D'une manière générale, trois ensembles de régions peuvent être identifiés à cet égard :

  • En Europe et en Asie centrale, la pandémie entraîne des coûts économiques importants, mais comme l'écrasante majorité de la population jouit de niveaux de vie bien supérieurs à ceux des seuils de pauvreté internationaux, cela ne se traduit que par une augmentation marginale des taux de pauvreté.

  • En Asie du Sud et de l'Est et dans le Pacifique, où la croissance du revenu par habitant progressait rapidement avant l'épidémie, l'impact de la pandémie se traduit essentiellement « par le biais » d’un ralentissement brutal du rythme de réduction de la pauvreté.

  • Dans les autres régions, la crise provoque une augmentation des taux de pauvreté, inversant ainsi les tendances à la baisse antérieures (en Amérique latine et en Afrique subsaharienne) ou accentuant une situation déjà en détérioration (au Moyen-Orient et en Afrique du Nord). L'apparition de la COVID-19 ramène le ratio des effectifs aux niveaux de 2012 dans le cas de l'Amérique latine et des Caraïbes, de 2011 dans le cas de l'Afrique subsaharienne et de 1986 dans le cas du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord.

Figure 4 Ratio d’effectifs, par région et par seuil de pauvreté

Figure 4 Ratio d’effectifs, par région et par seuil de pauvreté

Source: Compilation de l’auteur d’après PovcalNet (avril2020) en FMI (2019, 2020).

23Ces estimations suggèrent que la pandémie entraînera un recul important des efforts visant à éradiquer l'extrême pauvreté, selon l'Objectif de développement durable (ODD) 1. En outre, les retombées de l'épidémie renforceront la polarisation géographique de la pauvreté, l'Afrique subsaharienne et l'Asie du Sud se taillant la part du lion des impacts, du moins par rapport aux deux seuils de pauvreté les plus bas.

Analyse de sensibilité

24Une question cruciale est le degré élevé d'incertitude qui entoure les estimations de croissance du FMI, et leurs hypothèses sous-jacentes plutôt optimistes. Il est donc intéressant de faire une analyse de sensibilité des résultats obtenus ci-dessus selon un scénario de croissance plus pessimiste. Ce dernier est défini en supposant que la croissance du PIB par habitant en 2020 serait finalement inférieure de deux points de pourcentage aux prévisions du FMI.

25Dans ce scénario, près de 100 millions de personnes supplémentaires pourraient tomber dans l'extrême pauvreté dans le monde, dont 43 millions en Afrique subsaharienne et 35 millions en Asie du Sud (figure 5). Si l'on considère les seuils de pauvreté plus élevés –à savoir 3,20 et 5,50 dollars par jour- le scénario pessimiste implique qu'environ 200 millions de personnes supplémentaires tomberaient dans la pauvreté. Dans ce cas, l'impact sur la pauvreté serait plus visible dans toutes les régions en développement, mais l'Asie serait la plus touchée (l'Asie du Sud, en particulier, représente plus de la moitié de l'augmentation du nombre de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté de 3,20 USD/jour et plus d'un tiers de celles vivant en dessous de 5,50 USD/jour).

Figure 5 Évolution du nombre de personnes pauvres dans le scenario pessimiste, par région et par seuil de pauvreté, 2020

Figure 5 Évolution du nombre de personnes pauvres dans le scenario pessimiste, par région et par seuil de pauvreté, 2020

Source: Compilation de l’auteur d’après PovcalNet (avril2020) en FMI (2019, 2020).

26Dans l'ensemble, l'ampleur des coûts socio-économiques potentiels d'un scénario plus pessimiste que celui envisagé par le FMI souligne l'importance de revitaliser la coopération internationale et de faire « quoi qu'il en coûte » pour prévenir efficacement un ralentissement plus profond et plus durable. Celui-ci risque non seulement de provoquer des tensions socio-économiques plus importantes, mais aussi de transformer des formes transitoires de pauvreté en formes chroniques.

Conclusions

27L'analyse présentée ici propose une évaluation préliminaire de l'impact immédiat de la COVID-19 sur la pauvreté dans le monde. Les estimations suggèrent que les retombées de la crise de la COVID-19 auront des conséquences dramatiques, compromettant une grande partie des avancées réalisées au cours de la dernière décennie en termes de réduction de la pauvreté. Notre scénario de référence suggère que le nombre de personnes vivant dans l'extrême pauvreté (moins de 1,90 USD/jour) pourrait augmenter de 68 millions rien qu'en 2020. Toutefois, ce nombre pourrait facilement atteindre près de 100 millions si la récession s'avérait plus grave que prévu.

28Cela représente un recul considérable qui pose des défis immédiats pour la réalisation de l'Agenda 2030 des Nations unies pour le développement durable. Il semble également que la pandémie accentuera la concentration géographique de la pauvreté en Afrique et en Asie du Sud.

29Atténuer les effets négatifs de cette situation désastreuse dépend de diverses priorités politiques. Tout d’abord, la communauté internationale doit aider les pays en développement à mobiliser des ressources pour aider leurs systèmes de santé à faire face à l’urgence, tout en aidant efficacement les secteurs les plus vulnérables de la population.

30Deuxièmement, afin de maîtriser les coûts sociaux de la pandémie, il faut faire « quoi qu'il en coûte» pour éviter des dégâts supplémentaires –qu'ils découlent de la hausse des prix des denrées alimentaires dans les pays importateurs nets, de crises de la balance des paiements ou des vulnérabilités liées à la dette. Ceci appelle à une action concertée afin de fournir les liquidités internationales suffisantes, d’adopter un accord global pour un moratoire sur la dette et, au besoin, d’accorder des nouveaux allégements de la dette.

31Troisièmement, il est essentiel d'éviter des perturbations majeures dans les chaînes de valeur alimentaires et agricoles nationales et régionales, qui mettraient davantage à l'épreuve les ménages vulnérables. L'impact socio-économique immédiat de la pandémie touchant principalement la population urbaine, la viabilité de l'agriculture est fondamentale pour préserver les moyens de subsistance dans les zones rurales, contenir la flambée des prix des denrées alimentaires de base et limiter les factures d'importations alimentaires à un moment où les devises étrangères sont rares.

Top of page

References

Baldwin R et B Weder di Mauro (eds), (2020a), Economics in the Time of COVID-19, a voxEU.org eBook, CEPR Press.

Baldwin R et B Weder di Mauro (eds), (2020b). Mitigating the COVID Economic Crisis: Act Fast and Do Whatever It Takes, a voxEU.org eBook, CEPR Press.

CNUCED (Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement) (2019), The Least Developed Countries Report 2019: The Present and Future of External Development Finance - Old Dependence, New Challenges.

CNUCED (2020a), The Covid-19 Shock to Developing Countries: Towards a “whatever it takes” programme for the two-thirds of the world’s population being left behind.

CNUCED (2020b). From the Great Lockdown to the Great Meltdown: Developing Country Debt in the Time of Covid-19.

CNUCED (2020c), “Impact of the Coronavirus outbreak on global FDI and GVCs - Updated analysis”, Global Investment Trend Monitor No. 34.

Gerszon Mahler, D, C Lakner, A Castaneda Aguilar et H Wu (2020), “The impact of COVID-19 (Coronavirus) on global poverty: Why Sub-Saharan Africa might be the region hardest hit”, World Bank Data Blog, 20 avril.

FMI (Fonds Monétaire International) (2019). World Economic Outlook: Global Manufacturing Downturn, Rising Trade Barriers, October.

FMI (2020), Chapter 1 in World Economic Outlook: The Great Lockdown.

Korinek A, J A Mistiaen et M Ravallion (2006), “Survey nonresponse and the distribution of income”, The Journal of Economic Inequality 4(1): 33–55.

Laborde D, W Martin et R Vos (2020), “Poverty and food insecurity could grow dramatically as COVID-19 spreads”, IFPRI blog, 16 April.

Lakner C, D G Mahler, M Negre et E B Prydz (2019), “How Much Does Reducing Inequality Matter for Global Poverty?”, World Bank Policy Research Working Paper No. WPS8869.

McKibbin, W J et R Fernando (2020), “The global macroeconomic impacts of COVID-19: Seven scenarios”, Brookings, mars.

Newhouse, D L et P Vyas (2018), “Nowcasting poverty in India for 2014-15: A Survey to Survey Imputation Approach”, Global Poverty Monitoring Technical Note Series No. 6, World Bank.

OIT (Organisation internationale du travail) (2020a), ILO Monitor: COVID-19 and the world of work, 3ème édition.

OIT (2020b), COVID-19 and the world of work: Impact and policy responses, mars.

Reuters (2020), “’All my dreams are shattered’: coronavirus crushes Asia’s garment industry”, 19 mai.

Sumner, A, C Hoy et E Ortiz-Juarez (2020), “Estimates of the impact of COVID-19 on global poverty”, WIDER Working Paper Series No. 2020/43.

UNDESA (2019), World Population Prospects 2019.

UNECA (2020), COVID-19: Lockdown exit strategies for Africa.

Vos R, W Martin et D Laborde (2020), “How much will global poverty increase because of COVID-19?”, IFPRI blog, 20 mars.

Top of page

Notes

1 Dans des simulations antérieures, les auteurs avaient souligné que l'impact sur la pauvreté est « très sensible » à la chaîne de transmission du choc des producteurs nationaux, que ce soit à travers le commerce, la productivité globale des facteurs ou la perturbation de la production due au confinement (Vos et al. 2020).

2 En raison des incohérences dans les regroupements régionaux entre les institutions, les taux de croissance ont été récupérés au niveau de chaque pays, puis ré-agrégés au niveau régional selon la classification de PovcalNet ; la nécessité d'obtenir des données pour chaque pays explique pourquoi nous n'avons pas pu utiliser la mise à jour de janvier 2020 des Perspectives de l'économie mondiale. Si le fait de n'attribuer la différence de prévisions de croissance entre octobre 2019 et avril 2020 qu'à la COVID-19 représente clairement une estimation, cette dernière constitue sans conteste le principal choc en cause. En effet, les révisions à la baisse entre octobre 2019 et janvier 2020 ont été négligeables (-0,1% au niveau mondial) par rapport à ce qui s'est passé entre janvier et avril 2020.

3 Afin de distinguer l'effet des pandémies de celui des révisions de routine des taux de croissance en 2019, dans les scénarios pré et post-pandémie nous ne modifions que les prévisions de croissance pour l'année 2020.

4 Par exemple, dans la mesure où il peut déclencher le licenciement d'employés dans les établissements formels mais pas un arrêt complet de l'économie informelle, le ralentissement peut en fait pousser les employés formels dans l'informalité, avec des effets de répartition ambigus. De même, si les retombées de la COVID-19 peuvent avoir des effets distributifs négatifs dans les zones urbaines, ce n'est pas nécessairement le cas au niveau national, en particulier dans les pays où l'urbanisation est limitée. Les zones rurales, qui tendent à être caractérisées par des formes de pauvreté plus répandues et plus profondes, ont jusqu'à présent été largement épargnées par les retombées directes de la pandémie et, dans plusieurs pays en développement, des données anecdotiques indiquent une forte migration pour sortir de villes encombrées et confinées.

5 Ne disposant pas de données plus récentes, l'année de référence pour l'Asie du Sud et l'Afrique subsaharienne est 2015 au lieu de 2018 comme c'est le cas pour les autres régions –conformément aux méthodes utilisées par la Banque mondiale et par Sumner et al. (2020).

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 Taux de croissance annuel du PIB par habitant en PPA constant 2020
Credits Source: Compilation de l’auteur d’après FMI (2019, 2020).
URL http://journals.openedition.org/poldev/docannexe/image/3573/img-1.png
File image/png, 25k
URL http://journals.openedition.org/poldev/docannexe/image/3573/img-2.png
File image/png, 17k
Title Figure 2 Évolution de la pauvreté internationale mondiale due à la COVID-19, 2020
Credits Source: Compilation de l’auteur d’après PovcalNet (avril 2020) et FMI (2019, 2020).
URL http://journals.openedition.org/poldev/docannexe/image/3573/img-3.png
File image/png, 36k
Title Figure 3 Evolution du nombre de personnes pauvres, par région et par seuil de pauvreté
Caption Note: Les chiffres dans le graphique indiquent les augmentations absolues du nombre de pauvres, en millions.
Credits Source: Compilation de l’auteur d’après PovcalNet (avril2020) en FMI (2019, 2020).
URL http://journals.openedition.org/poldev/docannexe/image/3573/img-4.png
File image/png, 37k
Title Figure 4 Ratio d’effectifs, par région et par seuil de pauvreté
Credits Source: Compilation de l’auteur d’après PovcalNet (avril2020) en FMI (2019, 2020).
URL http://journals.openedition.org/poldev/docannexe/image/3573/img-5.png
File image/png, 182k
Title Figure 5 Évolution du nombre de personnes pauvres dans le scenario pessimiste, par région et par seuil de pauvreté, 2020
Credits Source: Compilation de l’auteur d’après PovcalNet (avril2020) en FMI (2019, 2020).
URL http://journals.openedition.org/poldev/docannexe/image/3573/img-6.png
File image/png, 29k
Top of page

Cite this article

Electronic reference

Giovanni Valensisi, “COVID-19 et pauvreté mondiale : Une évaluation préliminaire”International Development Policy | Revue internationale de politique de développement [Online], 12.2 | 2020, Online since 19 August 2020, connection on 28 October 2021. URL: http://journals.openedition.org/poldev/3573; DOI: https://doi.org/10.4000/poldev.3573

Top of page

About the author

Giovanni Valensisi

Giovanni Valensisi est économiste à la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUNED-UNCTAD).

Top of page

Copyright

Creative Commons License
International Development Policy is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International License.

Top of page
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search