Skip to navigation – Site map

HomeIssues12PART 2 | Human Development and Dr...Faire la guerre. Les zones de con...

PART 2 | Human Development and Drug Policies

Faire la guerre. Les zones de conflits et leurs conséquences sur les politiques en matière de drogues

Tuesday Reitano
Translated by Saskia Velasquez
This article is a translation of:
Making War: Conflict Zones and Their Implications for Drug Policy [en]
Other translation(s):
Acción bélica: las zonas de conflicto y su repercusión en las políticas sobre drogas [es]

Abstract

L’économie de la drogue a émergé comme un facteur majeur d’exacerbation de la violence, de complication des négociations de paix et de corruption des transitions de situations de guerres vers la paix. Les chaînes de trafic s'étendent entre les différents continents même si elles prennent ancrage dans des États fragiles et traversés par des conflits, où des acteurs de la violence peuvent exploiter le « paradigme de la gouvernance violente » pour asseoir leur influence économique, politique et sociale. Lorsque cela s’articule avec le régime international de lutte contre les stupéfiants, les conséquences sont négatives pour la résolution des conflits ainsi que pour les trajectoires de développement pour ceux dont les moyens de subsistance dépendent de l’économie de la drogue. On peut plaider en faveur d’une approche de réduction des risques, mais la communauté des professionnels sur les politiques en matière de drogues doit encore démontrer qu’elle peut fournir des alternatives éprouvées au-delà de la question de la culture des plantes pour les acteurs qui se situent plus loin dans les chaînes d’approvisionnement en drogue.

Top of page

Full text

1 Introduction

1La drogue et les conflits sont presque inextricablement liés –tant du côté de l'État que du côté non-étatique. Tout au long de l'histoire, de nombreux acteurs de conflits ont été alimentés par les stupéfiants et les conflits eux-mêmes sont financés par les taxes sur l'économie illicite de la drogue. Bien que la drogue soit rarement à l'origine d'un conflit, il existe de nombreux exemples contemporains de situations dans lesquelles l'économie de la drogue prolonge et exacerbe les niveaux de conflit et de violence et empêche le succès de la consolidation de la paix (Cornell, 2005).

  • 1 Par souci de cohérence avec la bibliographie, les sigles et références des citations sont laissés d (...)

2Une analyse des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies (UNSC1) –l'organe mondial le plus important en matière de paix et de sécurité- réalisée par l'Initiative mondiale contre la criminalité transnationale organisée (Global Initiative Against Transnational Organized Crime GI-TOC) montre que le commerce de la drogue fait l’objet d’une préoccupation croissante au cours de la dernière décennie. Le trafic de drogue a été mentionné dans 114 des 1219 résolutions adoptées par le Conseil de sécurité des Nations unies entre 2000 et 2019 – soit environ 10% – et c’est, après le trafic d’armes, la forme de criminalité la plus fréquente. Il est particulièrement significatif de constater, comme le montre clairement la figure 1, que le rythme auquel le trafic de drogue est mentionné dans les résolutions s’accélère. Au cours de la période 2010-19, le nombre de résolutions mentionnant spécifiquement le trafic de drogue a dépassé 20% (GI-TOC, 2020a) et la portée géographique de ces résolutions a considérablement augmenté.

3Qu’il soit fait référence au trafic de drogue dans les résolutions de l’ONU est une mesure imparfaite qui ne peut être considérée comme un indicateur de l'ampleur d'un marché illicite quel qu’il soit, ni nécessairement comme le reflet de la nature réelle des conflits sur le terrain, étant donné la politisation et la complexité du Conseil de sécurité en tant que mécanisme multilatéral (Bish, 2019). Néanmoins, la reconnaissance continue et croissante du rôle du trafic de drogue par l'organe de maintien de la paix le plus important au monde est remarquable et significative.

FIGURE 1 Nombre de références au trafic de drogue dans les Résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU, par région (2000-19)

FIGURE 1 Nombre de références au trafic de drogue dans les Résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU, par région (2000-19)

SOURCE: GI-TOC (2020b).

4Dans leur Atlas mondial des flux illicites, INTERPOL, GI-TOC et RHIPTO –le Centre norvégien d'analyses mondiales- estiment que les recettes du trafic de drogue représentent 28 % des revenus des groupes armés non étatiques et des organisations terroristes dans les zones de conflit du monde entier. La plupart de ces revenus ne proviennent pas de la production ou de la distribution de drogues, ou d'autres moyens directs de participation au commerce de la drogue, mais de la taxation des drogues qui transitent par des territoires contrôlés par des groupes criminels. Il s'agit notamment des Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia (FARC) en Colombie, des Talibans en Afghanistan, de Boko Haram au Nigeria et des différents groupes extrémistes d'Afrique de l'Ouest et du Sahel, parmi d’autres (RHIPTO, 2018).

5Il est désormais bien établi que la paix, la sécurité et le développement sont les conditions préalables à une réduction des niveaux de violence (Serwer et Thomson, 2008). On suppose aussi souvent que ces trois mêmes facteurs réduiront les activités illicites et les comportements criminels. Cela a conduit à ce que, dans de nombreux conflits au cours des deux dernières décennies, les défis liés à la lutte contre l’économie illicite ont été mis de côté –pour être résolus après les questions plus importantes d’accord politique et une fois le processus de consolidation de la paix engagé (Boutellis et Tiélès, 2019).

6La communauté concernée par les politiques en matière de drogues est restée largement absente ou exclue de ces débats. Par conséquent, il existe étonnamment peu de littérature qui aborde pourquoi et comment les approches des politiques en matière de drogues devraient être prises en compte dans un contexte de conflit. Cela s'explique peut-être par le fait que, à la même période, l'attention de cette communauté s'est davantage portée sur les défis croissants de l'environnement urbain –reconnaissant que les pays présentant les niveaux les plus élevés d'homicide et de violence n'étaient plus des zones de conflit mais des zones urbaines en proie au crime organisé (UNODC, 2019a) et qu’il était urgent de mettre en place de nouvelles approches pour faire face au paradigme de la violence urbaine.

7Si cette urgence et cet impératif n'étaient nullement déplacés, l'ère des conflits armés est loin d'être terminée et les dégâts que peuvent causer les acteurs alimentés par l'économie illicite sont encore multiples. Des guerres civiles non résolues, prolongées et meurtrières font actuellement rage, la production et le trafic de drogue alimentant ces conflits. L'augmentation de la production et du trafic de Captagon au cours du conflit prolongé en Syrie en est un exemple notable (Kravitz et Nichols, 2016) ; le transit de la cocaïne par les insurgés du Sahel et son trafic par les ports de Libye en est un autre (Micallef, 2019). Des mouvements d'insurgés financés par le trafic de drogue subsistent, en Afrique, en Amérique et en Asie.

8Il est devenu évident que les États fragiles et les zones de conflit du monde sont attrayants pour les groupes de criminalité transnationale organisée, ce qui augmente la probabilité d'une intersection continue entre les stupéfiants et les conflits (RHIPTO, 2018). Ce commentaire politique cherche donc à réexaminer –à un niveau plus élevé que la recherche ethnographique individuelle- la question de cette intersection et à examiner ce qu'une analyse en termes de politique en matière de drogues peut apporter à la consolidation de la paix dans ces contextes.

9Le chapitre est divisé en deux sections. La première analyse les caractéristiques de l'économie des drogues illicites et la manière dont ceux qui en tirent profit opèrent dans des situations de conflit. La deuxième section conclut par une réflexion sur ce que cela signifie pour la manière dont les politiques en matière de drogues devraient être envisagées et mises en œuvre –en se demandant s’il ne serait pas utile d'adopter une approche plus forte en termes de politiques en matière de drogues dans le cadre des conflits et de leur résolution.

10Ce chapitre s'appuie sur l'expérience de près de deux décennies de l'auteure en tant que spécialiste du crime organisé, des économies illicites et des zones de conflit. En tant qu'ancienne membre du personnel des Nations unies, elle a notamment travaillé avec le Programme des Nations unies pour le développement sur l'Afghanistan et l'Irak, entre autres pays, et en tant que spécialiste des politiques de l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (UNODC). En tant que directrice adjointe du GI-TOC, l'auteure a mené des recherches approfondies sur les conflits en Afrique et au Moyen-Orient –notamment en Syrie, au Mali et au Sahel, en Guinée-Bissau, en Libye, en Somalie et dans la Corne de l'Afrique- et sur la manière dont l'économie illicite alimente et perpétue ces conflits. En outre, ce travail a permis de participer directement à un certain nombre d'initiatives multilatérales, bilatérales et de la société civile visant à relever ces défis et à en connaître les rouages. Le présent chapitre repose également sur une analyse documentaire approfondie sur plusieurs continents, s'appuyant sur le corpus des recherches scientifiques ethnographiques sur les stupéfiants et la violence, les conflits et la consolidation de la paix, ainsi que sur un ensemble de plus en plus riche et instructif de littérature grise produite par des groupes de réflexion indépendants et des groupes de la société civile qui adoptent souvent une approche d'économie politique pour analyser l'économie illicite.

2 Le lien entre le trafic de drogue et les conflits

11L'interaction entre les conflits et les stupéfiants a été observée dans les conflits de tous les continents. En outre, même longtemps après que ces conflits soient soi-disant résolus, les ramifications négatives peuvent encore être ressenties et généralement sur une zone géographique plus large que celle de l'épicentre du conflit initial. Les économies illicites et les groupes qui leur permettent de se développer se sont révélés très durables, adaptables et enclins à étendre leurs théâtres d'opération.

12La quasi-totalité de l'offre mondiale d'héroïne est créée dans la zone de conflit qu'est l'Afghanistan. La lutte menée depuis deux décennies pour résoudre le problème du lien entre la culture du pavot et « les seigneurs de la guerre », la corruption et le sous-développement en Afghanistan –décrite par Mansfield- est un exemple de cette interaction (Trying to Be All Things to All People: Alternative Development in Afghanistan). De même, bon nombre des conflits les plus anciens et les plus connus alimentés par les stupéfiants se sont concentrés dans les régions productrices, notamment en Colombie où la production de coca était une ressource pour l'insurrection militaire des FARC (Felbab-Brown, 2005) et au Myanmar où la production d'opium a financé la guerre civile et a laissé un héritage de chaos et de criminalité dans les régions frontalières de l'État Shan (Cowell, 2005).

13L'intersection entre le conflit et la production –dans ces cas et dans d'autres régions- a déclenché une série d'options politiques et programmatiques qui se sont concentrées sur le développement d'alternatives pour ceux dont les moyens de subsistance dépendent de ces cultures. Ces programmes ont connu un succès limité et certaines critiques ont été formulées à l'encontre des approches développant des alternatives. Par exemple, dans un chapitre précédent de ce numéro thématique, Buxton affirme qu'elles n'ont pas réussi à s'attaquer aux causes profondes de la production de drogue et qu'elles ont rarement été intégrés dans une stratégie plus globale visant à s'attaquer à l'économie illicite au sens large et aux acteurs qui y participent (Buxton, chapitre 2, ce numéro). Toutefois, l'application de la doctrine établie de lutte contre les stupéfiants, y compris les campagnes d'éradication musclées, a causé un préjudice plus important. Non seulement celles-ci n'ont pas réussi à réduire de manière significative le financement des milices armées et des groupes belligérants que le commerce de la drogue finançait, mais dans certains cas notables elles ont même renforcé le soutien populaire à ces groupes (Felbab-Brown, 2009). Ces critiques sont analysées dans d'autres chapitres de ce volume.

14Un problème plus préoccupant pour les communautés de maintien et de consolidation de la paix est toutefois apparu environ au cours de la décennie suivante lorsqu'il est devenu évident, dans des contextes comme la Guinée-Bissau et le Mali, que le commerce de transit de stupéfiants illicites contribuait de manière significative à la défaillance de l'État. Aucun de ces pays n'était une zone de production de drogue, ni même une zone de trafic particulièrement importante et pourtant les profits du trafic de drogue se sont révélés fortement déstabilisants et ont joué un rôle dans le développement de formes et de niveaux de violence sans précédent. Les profits du commerce de la drogue ont atteint les niveaux les plus élevés des gouvernements, avec des réseaux complexes dont les intérêts politiques, commerciaux et sociaux se chevauchent (ICG, 2018 ; Shaw, 2015). Les profits du trafic permettent aux militants d'acheter des armes et d'exercer une influence politique (Tinti, 2014), ce qui crée d'énormes difficultés pour conduire un processus de paix ou de transition politique.

15Néanmoins, dans le cadre de ces conflits, l'important accent initial mis sur le développement d'alternatives a fait que la boîte à outils était en grande partie vide lorsqu'il s'agissait d'aborder la gouvernance et les implications du commerce de la drogue –en dehors d'une zone de culture- sur le développement.

16Le système international et multilatéral, préoccupé par la négociation des politiques de transition, a préféré isoler les impacts complexes et corrosifs du commerce de la drogue en les considérant comme une menace pour la sécurité à déléguer aux forces de l'ordre ou même aux acteurs militaires. Le consensus sur la santé publique et la réduction des risques semble s'effondrer lorsqu'une intersection est perçue entre la criminalité et le conflit. Cela justifie souvent une ligne dure en matière d'application de la loi ou même des approches militarisées pour rompre ce lien.

17Cette situation a été particulièrement exacerbée dans des cas tels que le Mali et l'Afghanistan, où des militants armés impliqués dans le commerce de la drogue sont également accusés de terrorisme. L'accent mis sur le lien entre les stupéfiants et le terrorisme a encore augmenté la sécurisation des efforts de répression et la collecte de renseignements, au point que la guerre contre la drogue et la guerre contre le terrorisme sont devenues interdépendantes. « La séparation traditionnelle entre les stupéfiants et les mesures et agences de lutte contre le terrorisme s'est progressivement estompée depuis le 11 septembre » (Björnehed, 2004, 313).

18Les approches fondées sur la justice pénale prescrites par le régime international de contrôle des stupéfiants se sont avérées à la fois inefficaces et dommageables dans les États faibles aux capacités de maintien de l’ordre limitées. Dans ces Etat, l'intégrité des dirigeants et des agents en service était facilement ou déjà compromise (Aning et Pokoo, 2014) et –surtout- les acteurs de l'économie illicite jouissaient d'une certaine légitimité au sein de leurs communautés (Reitano et Hunter, 2016).

19Nous avons surtout appris que les programmes criminels et le paysage politique se croisent de nombreuses façons différentes et que séparer les acteurs criminels des acteurs des conflits est dès lors un objectif naïf (Bosetti et al., 2017) qui ne tient pas compte du paradigme de la gouvernance violente.

Le paradigme de la gouvernance violente

20Les zones de conflit et les transitions post-conflit mal gérées offrent de nombreuses opportunités pour ceux qui disposent de ressources suffisantes et que cela ne gêne pas d'utiliser la violence pour atteindre leurs propres objectifs et consolider leur pouvoir dans un contexte où les institutions étatiques sont faibles (Shaw et Reitano, 2017). Cela est dû à la quintessence de nature du conflit armé, indépendamment de l'idéologie ou de l'intérêt qui a pu le déclencher : c’est-à-dire une lutte concurrentielle pour le pouvoir et l'influence qui utilise la violence.

21Pendant la durée d'un conflit, ce qui est ainsi créé peut être appelé un « paradigme de gouvernance violente » –un cycle de renforcement mutuel où l'influence politique est obtenue par l'accès à des ressources qui ont de la valeur ou qui peuvent être monnayées ; où les ressources achètent le soutien des communautés locales en fournissant des moyens de subsistance et l'accès à l'influence politique existante (par la corruption) ; et où les ressources achètent également l'accès aux armes et aux soldats à pied (milices, armées, services de sécurité rémunérés ou « gros bras »), qui peuvent à leur tour être utilisés pour faire pression sur l'opposition ou l'attaquer, éroder le monopole de la violence, assurer le contrôle du territoire et des biens, ou extorquer le soutien des communautés locales (figure 2).

FIGURE 2 Le paradigme de la gouvernance violente

FIGURE 2 Le paradigme de la gouvernance violente

SOURCE: AUTEURE.

22Pour le décrire d'une autre manière –peut-être mieux fondée sur la littérature établie en matière de gouvernance- le conflit est un défi pour la souveraineté, celle-ci étant définie comme « une forme provisoire et toujours émergente d'autorité, fondée sur la violence, qui est exercée et conçue pour générer la loyauté, la peur et la légitimité depuis l'environnement proche jusqu’au sommet de l'État » (Blom, Hansen et Stepputat, 2006). Cette définition justifie le droit à la souveraineté (au niveau local ou national) pour tout groupe qui se sert de la violence pour créer de la légitimité (Stepputat, 2018).

23Il existe de fortes similitudes entre cette définition de la souveraineté et les techniques par lesquelles les groupes criminels opèrent pour obtenir l'accès aux marchés illicites et en assurer le contrôle (Tilly, 1985). Les groupes criminels organisés de type mafieux ont également recours à la violence ou à la menace de violence pour s'assurer le contrôle du territoire et des ressources et faire en sorte que les personnes vivant sur leur territoire s'y conforment, pour intimider les communautés et les autorités et pour obtenir des rentes criminelles (Varese, 2017). La violence est le moyen par lequel la concurrence au sein et entre les organisations s'instaure, la discipline interne est assurée, les menaces envers le groupe sont surmontées et des représailles sont exercées (Reuter, 2009).

24Même dans une zone de conflit où le monopole de la violence est contesté, un gouvernement peut avoir des ressources importantes dans le domaine de l’utilisation de la force et pour répondre aux défis sécuritaires. Néanmoins, la légitimité et la violence ne sont pas toujours directement équivalentes l'une à l'autre. Lorsque la légitimité de l'État à utiliser la force est compromise –par la corruption ou parce que l’utilisation de la force est perçue comme illégitime -, alors les acteurs non étatiques peuvent construire leur propre légitimité avec les communautés dans lesquelles ils sont intégrés (Idler et Forest, 2015). Ils peuvent le faire en utilisant la violence pour obtenir l'accès aux ressources et pour gagner des rentes criminelles par la création d'économies de protection (Shaw, 2016b), puis en distribuant une partie de ces rentes et d'autres services au profit des communautés.

25A travers le monde, les groupes criminels fournissent des biens concrets aux communautés mais aussi des services, allant de la sécurité et de la justice aux biens publics tels que la santé, l'éducation et l'aide humanitaire (Cockayne, 2007). Dans une zone de conflit, les mêmes principes s'appliquent mais proportionner une sécurité physique aux groupes qui se sentent persécutés par l'État est un moyen particulièrement puissant par lequel les groupes armés peuvent défier l'autorité de l'État et fidéliser la communauté (Mcloughlin, 2009). Si le conflit est motivé par la perception que les ressources de l'État sont injustement captées et conservées par le gouvernement ou les élites et que les moyens de subsistance des gens ordinaires sont fournis par l'économie illicite, alors un syndrome de Robin des Bois peut entrer en jeu. Les acteurs criminels deviennent alors ceux qui redistribuent les richesses et rééquilibrent la justice qui a été faussée par l'État (Martinez-Gugerli, 2018), ce qui leur permet de gagner encore plus de capital social.

26Une fois la confiance des populations locales gagnée et la légitimité établie, ces populations peuvent offrir une protection et une couverture aux groupes criminels, leur offrant un fief à partir duquel planifier et mener à bien leurs opérations (Reitano et Hunter, 2016). Néanmoins, la légitimité peut surtout renforcer leur capital politique dans un cadre d'autorité contestée, en faisant des acteurs financés par la criminalité des acteurs viables dans les négociations de conflit et en leur donnant un siège à la table des négociations.

27Le paradigme de la gouvernance violente met en évidence l'interdépendance entre la violence, la légitimité et l'accès aux ressources, et le fait que les réponses visant à faire baisser l'un ou l'autre de ces leviers risquent de se révéler inadéquates. Même lorsque les niveaux de violence peuvent être réduits grâce à la médiation, par exemple, l'accès aux ressources, la légitimité locale et la menace constante d'un retour à la violence peuvent maintenir le statu quo. Les trêves des gangs négociées au Salvador illustrent très clairement ce point (Dudley, 2013), tout comme les échecs constants des efforts en matière de cessez-le-feu et de « cantonnement » au Mali (Boutellis, 2015). En fait, à mesure que les groupes armés consolident leur contrôle sur le territoire et les populations, les niveaux de violence peuvent baisser (ou changer) car la menace de violence et de coups symboliques devient suffisante pour maintenir les civils alignés sur leur autorité (Catino, 2014).

28Limiter l'accès des groupes aux ressources est une autre stratégie mise en avant comme un moyen de saper la puissance des groupes armés qui disposent de ressources criminelles. Les efforts d'interdiction en amont pour couper les chaînes d'approvisionnement en drogue et le gel ou la saisie des avoirs criminels sont les principales réponses proposées par les services de répression pour relever le défi de la lutte contre le trafic de drogue et l'économie illicite en général. Pourtant, ces deux stratégies sont notoirement faibles dans le meilleur des cas –la surveillance et l'interdiction ne touchent qu'une infime partie du total des flux mondiaux de stupéfiants (ONUDC, 2019b). Les coûts prohibitifs, les contraintes juridiques et les exigences réglementaires des régimes de lutte contre le blanchiment d'argent et la saisie des avoirs en font un outil symbolique plutôt que pratique (Reuter et Truman, 2004) –ce qui les rend presque absurdes dans un contexte de conflit où il n'existe aucune institution étatique significative pour soutenir ces mesures. En outre, les groupes armés ayant un contrôle territorial sont en mesure de constituer leur base de ressources de manière opportuniste à partir de tout autre flux de ressources licites ou illicites et par le biais d'une taxe de protection sur les populations locales (RHIPTO, 2018 ; Reitano et al., 2017).

29Ce qu'il faut, c'est un effort simultané, coordonné et à long terme pour réduire les trois aspects du paradigme de la gouvernance violente : le contrôle et le recours à la violence par les groupes armés, l'accès aux ressources et la légitimité auprès des communautés locales.

3 Amener l'agenda des politiques en matière de drogues à la table des négociations

30Le paradigme de la gouvernance violente montre que les mesures et les stratégies de lutte contre les économies illicites doivent être comprises comme des efforts éminemment politiques (Felbab-Brown, 2017). Si la violence et les conflits peuvent avoir de nombreux moteurs, la question de la drogue est trop souvent utilisée comme un concept fourre-tout auquel pourrait répondre un ensemble simpliste de mesures répressives. Au lieu de cela –comme c'est également le cas dans les scénarios non conflictuels- simplifier des situations complexes et ignorer les facteurs qui sous-tendent les économies de drogues illicites peut servir à enflammer plutôt qu'à atténuer la violence, l'injustice et la fracture sociale.

31La Colombie et l'Afghanistan sont deux cas marquants de pays où la « guerre contre la drogue » s'est enlisée dans un conflit national. Dans ces pays, non seulement les politiques de lutte contre les stupéfiants se sont avérées inefficaces, mais elles ont également eu des conséquences désastreuses pour la population. Une réponse excessivement sécuritaire aux acteurs criminels a conduit à une spirale de « course aux armements » entre l'État et des groupes criminels disposant de ressources importantes, ce qui a considérablement intensifié les souffrances des citoyens ordinaires et n'a guère contribué à réduire l'ampleur du trafic ou les niveaux de violence, ni à construire un espace autour duquel un retour plus durable à la paix pourrait être négocié.

32L'utilisation naissante de nouvelles technologies militaires telles que la guerre autonome (par exemple les drones), la cybertechnologie ou l'intelligence artificielle peut offrir certaines possibilités d'améliorer la surveillance et de lancer des frappes ciblées qui réduisent le nombre de victimes civiles. Il s'agit pourtant de technologies non réglementées, non testées (Nakamitsu, 2019) et tout aussi accessibles aux groupes criminels, en particulier ceux qui sont enrichis par le commerce de la drogue ou soutenus par des mandataires extérieurs. Il y a donc peu de preuves actuelles qui suggèrent qu'elles vont changer la donne de manière significative.

33Il faut se concentrer plus efficacement sur les marchés de la drogue dans les zones de conflit, à la fois pour réduire le risque que le commerce de la drogue contribue à alimenter ou à prolonger les conflits et pour empêcher qu'il n'exacerbe les problèmes humanitaires ou les perspectives de développement à long terme des communautés touchées. La question est donc de savoir s'il y aurait un avantage à mettre en place une approche mettant l’accent sur des politiques en matière de drogues, dans les scénarios de conflits, d’après-conflit et de consolidation de la paix dans lesquels l’économie de la drogue joue un rôle important.

34Il est manifeste qu'il y a des avantages. Ce qui est devenu très clair dans les contextes à la fois dans et hors des zones de conflit, c'est qu'il est nécessaire d'élargir le concept de réduction des risques pour englober l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement et pas seulement les zones de production (Shaw, 2016a). Le rapport 2020 de la Commission mondiale sur les politiques en matière de drogues se concentre sur les dommages causés par la lutte contre le trafic de drogues, concluant que l'on n'a pas accordé suffisamment d'attention aux approches alternatives pour interagir avec les protagonistes de l'économie illicite et pour répondre par des solutions de développement aux questions de leur implication (GCDP, 2020).

35En matière de criminalité organisée, la communauté des services de maintien de l’ordre est souvent celle qui fait le plus entendre sa voix et qui parle avec le plus d’autorité. Ainsi, pour les acteurs politiques préoccupés par la négociation d'une urgence humanitaire complexe, d'un arrêt de la violence et d'une transition possible, il y aura toujours une tentation d'abdiquer devant cette communauté lorsque des questions de contrôle des stupéfiants sont en jeu. Si les partisans des politiques en matière de drogues peuvent injecter dans cet environnement la nécessité d'introduire en premier lieu des politiques de réduction des risques, et proposer de bonnes pratiques basées sur les leçons pratiques apprises, cela serait d'une valeur ajoutée considérable. Trop souvent, les acteurs politiques et les acteurs du développement sont à la recherche d'idées novatrices pour la planification et ne découvrent pas grand-chose durant le processus (GI-TOC, 2015).

36Cela dit, il faut encore se demander si la communauté concernée par les politiques sur les drogues a ou non ces leçons à offrir. Comme l'a souligné Felbab-Brown, il y a une grande différence entre les pays de culture –où il y a des preuves visibles de production- et les endroits où il n'y a pas de culture visible. Dans les premiers –des contextes comme l'Afghanistan, la Colombie ou le Myanmar-, il existe une industrie illicite à forte intensité de main-d'œuvre, géographiquement limitée et génératrice de moyens de subsistance. Elle peut donc être clairement liée au contrôle territorial d'acteurs spécifiques et il existe des critères mesurables pour évaluer les résultats obtenus en matière de réduction de la production (Felbab-Brown, 2017). C'est dans ces théâtres que les approches alternatives de développement ont prouvé leur capacité à s'enraciner et à faire preuve d'efficacité (Brombacher, ce numéro). Cependant, dans le contexte d'économies de trafic, ou dans les industries de stupéfiants qui n'ont pas de culture visible –comme c'est le cas des marchés en expansion des amphétamines, des opioïdes synthétiques ou de l'abus de médicaments sur ordonnance- il y a bien moins à proposer.

37Nous n'avons pas encore vu de moyens de subsistance alternatifs crédibles issus de l'économie légitime pour les milices dont l'expertise consiste à faire circuler des stupéfiants illicites sur des terrains difficiles ou à taxer le mouvement des marchandises dans l'économie licite et illicite. Peut-être qu'ici, les secteurs du désarmement, de la démobilisation et de la réintégration (DDR) auraient davantage à offrir, bien que les praticiens du DDR n'aient jusqu'à présent pas réussi à voir leur propre pertinence dans ces débats. Dans une période post-conflit, un engagement à long terme est nécessaire pour empêcher les acteurs violents d'entrer dans l'économie criminelle et pour mettre fin aux économies de guerre centrées sur les stupéfiants illicites qui s'intègrent dans l'économie du temps de paix et la transition politique (Shaw et Reitano, 2017).

38Les contre-mesures de ce type devront être fondées sur une analyse approfondie des intérêts, des programmes et des revendications des parties en conflit. Elles exigeront également de comprendre, de cartographier et d'actualiser en permanence l'infrastructure de l'économie illicite et les personnes qui la contrôlent. Avec les acteurs du conflit, des ressources et un engagement doivent être consacrés pour établir de la confiance et créer des relations, traiter leurs griefs, et cartographier les alternatives –si ce n'est pour les parties belligérantes immédiates, alors pour la prochaine génération, afin de les dissuader de poursuivre la lutte. Il faut également tenir compte de leurs griefs politiques si l'on veut les inciter à mettre de côté les intérêts illicites, la légitimité et l'influence politique qu'ils véhiculent et à s'engager dans l'éradication complète de la violence et la résolution des conflits. Cela signifie que des ressources devront être consacrées aux relations diplomatiques et à l'aide étrangère. Dans les cas où le sous-développement et l'utilisation inéquitable des terres sont une source de tension, ces problèmes devront également être abordés en parallèle avec les politiques de lutte contre la drogue. Ces questions ne font pas partie des politiques traditionnelles de lutte contre les stupéfiants mais elles s'inscrivent dans le cadre d'une approche axée sur la réduction des risques et le développement.

39S'attaquer aux perceptions et aux rapports des personnes avec l'économie des stupéfiants peut être un des moyens pour éroder le paradigme de la gouvernance violente. Dans les pays de transit du trafic de drogue où la consommation intérieure est faible, l'implication dans l'économie des stupéfiants peut être peu stigmatisée, car elle constitue une source importante de moyens de subsistance et de richesse. Elle peut néanmoins bouleverser les normes traditionnelles, culturelles et religieuses, introduire de nouveaux niveaux de violence dans la société et modifier considérablement l'économie politique intérieure. L'éducation des communautés pour qu'elles comprennent les risques de second ordre du commerce de la drogue, en particulier lorsqu'il est lié à des acteurs de conflit ou à l'instabilité politique, est un domaine dans lequel les approches des politiques en matière de drogues peuvent avoir une expérience à partager. Cela peut également permettre de mobiliser des réponses des communautés en ce qui concerne l'État de droit, la justice et la santé publique (Reitano et Shaw, 2014). Dans les régions qui comptent un nombre important de consommateurs au sein de la population locale et où les dommages sont facilement visibles –comme dans les pays du littoral de l'Afrique orientale et australe- la société civile peut s'avérer davantage disposée à se constituer en groupe de pression et partenaire pour s'attaquer au commerce de la drogue (Haysom, 2020).

40Cependant, le risque principal, lorsqu'on introduit un programme de lutte contre la drogue dans un environnement de conflit ou de post-conflit sans la palette d'options de planification à offrir, est que cela peut politiser et militariser davantage la lutte contre le trafic de drogue. La description du paradigme de la gouvernance violente montre l'importance de l'État lui-même dans la définition des contours de l'économie illicite et la légitimité que les groupes criminels sont capables de développer. Les études de cas du Mali et de la Libye ont mis en évidence le fait que les autorités régionales et centrales peuvent elles-mêmes jouer un rôle actif pour permettre, protéger ou tirer des rentes de l'économie illicite. D'une part, le trafic de drogue peut constituer un levier politique pour les acteurs capables d'en extraire des rentes et de les traduire en une gouvernance violente. D'autre part, compte tenu de l'accent mis par la communauté internationale sur le contrôle des drogues, les acteurs de l'État central ou de l'autorité dominante peuvent utiliser l'accusation de trafic de stupéfiants pour discréditer l'opposition légitime ou des voix importantes dans une transition (Lacher, 2014).

41On peut dire que le fait de renforcer la place des politiques en matière de drogues dans l'agenda international, dans un environnement déjà complexe et alors que l'on a peu de solutions crédibles à offrir, comporte plus de risques que d'avantages. Toutefois, il est important d'encourager les responsables des politiques en matière de drogues à continuer à constituer une base de données, à expérimenter et à innover en matière de politiques et de programmes ciblant l'économie illicite et les acteurs violents le long des chaînes d'approvisionnement en drogue, et à mieux comprendre ce que pourrait être une approche efficace de réduction des risques en aval.

Top of page

References

Aning, K. et J. Pokoo (2014) ‘Understanding the nature and threats of drug trafficking to national and regional security in West Africa’, International Journal of Security and Development, 3(1), pp. 1–13.

Bish, A. (2019) ‘From resolutions to response: Organized crime and the UN Security Council’, Global Initiative against Transnational Organized Crime (Genève: GI-TOC), https://globalinitiative.net/toc-unsc/ (consulté le 10 janvier 2020).

Björnehed, E. (2004) ‘Narco-Terrorism: The Merger of the War on Drugs and the War on Terror’, Global Crime, 6(3-4), pp.305–324, DOI: 10.1080/17440570500273440

Blom Hansen, T. et F. Stepputat (2006) ‘Sovereignty revisited’, Annual Review of Anthropology, 35, pp. 295–317, DOI : annurev.anthro.35.081705.123317

Bosetti, L., J. Cockayne et J. de Boer (2017) Crime-proofing conflict prevention, management and peacebuilding, United Nations Centre for Policy Research, Occasional Paper No. 6.

Boutellis, A. (2015) ‘Can the UN stabilize Mali? Towards a UN stabilization doctrine?’ Stability: International Journal of Security and Development, 4(1), P.Art 33.

Boutellis, A. et S. Tiélès (2019) ‘Peace operations and organized crime: Still foggy?’ in C. de Coning, and P. Mateja, United Nations Peace Operations in a Changing Global Order (New York: Palgrave Macmillan).

Catino, M. (2014) ‘How do mafias organize? Conflict and violence in three mafia organizations’, European Journal of Sociology, 55(2), pp. 177–220.

Cockayne, J. (2007) Transnational Organized Crime: Multilateral responses to a rising threat, (New York: International Peace Academy), https://www.files.ethz.ch/isn/126969/transnational_organized_crime_04_2007.pdf (consulté le 16 avril 2020).

Cornell, S. E. (2005) The Interaction of Narcotics and Conflict, Journal of Peace Research, 42(6), pp. 751–760.

Cowell, A. (2005) ‘Opium Anarchy in the Shan State of Burma’, in M. Jelsma, P. Vervest and T. Kramer, Trouble in the Triangle: Opium and Conflict in Burma (Chiang Mai: Silkworm Books).

Dudley, S. (2013) ‘El Salvador’s Gang Truce: Positives and Negatives’, InSight Crime, June 10, https://www.insightcrime.org/investigations/el-salvadors-gang-truce-positives-and-negatives/ (consulté le 16 avril 2020).

Felbab-Brown, V. (2017) The Hellish Road to Good Intentions: How to break political-criminal alliances in contexts of transitions, (Tokyo: United Nations University).

Felbab-Brown, V. (2009) Shooting Up: Counterinsurgency and the War on Drugs, (Washington D.C.: Brookings Institutions Press).

Felbab-Brown, V. (2005) ‘The Coca Connection: Conflict and Drugs in Colombia and Peru’, Journal of Conflict Studies, 25(2).

GCDP (Global Commission on Drug Policy) (2020) Enforcement of Drug Laws: Refocusing on Organized Crime Elites, (Geneva: GCDP).

GI-TOC (Global Initiative Against Transnational Organized Crime) (2020a) Organized Crime and Illicit Flows at the Security Council – Online analytical tool, (Genève : GI-TOC) https://globalinitiative.net/scresolutions/ (consulté le 20 mars 2020).

GI-TOC (2020b) UN Peace OPS (Genève : GI-TOC), https://globalinitiative.net/initiatives/un-toc-watch/peace-ops/, (accessed on 21 April 2020).

GI-TOC (2015) New Frontiers or Old Boundaries? Reconsidering approaches to the Security and Development Nexus in the Context of Responses to Organized Crime, Conflict and Insurgency (Geneva: GI-TOC).

Haysom, S. (2020) From the Maskani to the Mayor: The Political Economy of Heroin Markets in East and Southern Africa, ENACT, March, https://enact-africa.s3.amazonaws.com/site/uploads/2020-03-05-heroin-coast-02.pdf (consulté le 16 avril 2020).

ICG (International Crisis Group) (2018) Drug Trafficking, Violence and Politics in Northern Mali, Africa Report No. 267, 13 décembre, https://www.crisisgroup.org/africa/sahel/mali/267-narcotrafic-violence-et-politique-au-nord-du-mali (consulté le 16 avril 2020).

Idler, A.I. et J.F. Forest (2015) ‘Behavioural patterns among (violent) non-state actors: a study of complementary governance’, Stability: International Journal of Security and Development, 4(1), p. Art. 2.

Kravitz, M. et W. Nichols (2016) ‘A bitter pill to swallow: connections between Captagon, Syria and the Gulf’, Journal of International Affairs, 69(2), pp. 31–44.

Lacher, W. (2014) Challenging the Myth of the Drug-Terror Nexus in the Sahel, West Africa Commission on Drugs (Genève : Kofi Annan Foundation).

Martinez-Gugerli, K. (2018) ‘Robin Hood’ Criminal Groups: Providing for the community when the government cannot, (Pittsburgh: Panoramas Scholarly Platform, University of Pittsburgh).

Mcloughlin, C. (2009) Topic Guide on Fragile States (Birmingham: Governance and Social Development Resource Centre), https://www.files.ethz.ch/isn/113839/CON67.pdf (consulté le 16 avril 2020).

Micallef, M. (2019) Shifting sands – Libya’s changing drug trafficking dynamics on the coastal and desert borders (Lisbone: European Monitoring Centre for Drugs and Drug Addiction, ECMDDA).

Nakamitsu, I. (2019) ‘The role of emerging technologies in military conflicts’, Inter Press Service (IPS), 10 octobre.

Reitano, T., C. Clarke et L. Adal (2017) Examining the nexus between organized crime and terrorism and its implications for EU programming, (Bruxelles : CT-MORSE).

Reitano, T. et M. Hunter (2016) Protecting Politics: Deterring the influence of organized crime on public service delivery (Stockholm: International IDEA).

Reitano, T. et M. Shaw (2014) People’s perspectives of organized crime in West Africa and the Sahel, (Pretoria: Institute for Security Studies).

Reuter, P. (2009) Systemic violence in drug markets, Crime Law Social Change, 52(3), pp. 275–284.

Reuter, P. et E. M. Truman (2004) Chasing Dirty Money: the fight against money laundering, (New York: Columbia University Press).

RHIPTO (Interpol and the Global Initiative Against Transnational Organized Crime) (2018) The World Atlas of Illicit Flows, (Oslo: RHIPTO).

Serwer, D. and P. Thompson (2008) ‘Successes and challenges in conflict management’ in C. A. Crocker, F. O. Hampson and P. All, Leashing the Dogs of War: Conflict Management in a Divided World, (Washington D.C. : United States Institute of Peace Press).

Shaw, M. (2016a) ‘UNGASS 2016: The focus on “harm reduction” is making us blind to reducing the broader harms of organized crime’, in LSE Ideas, After the Drug Wars: Report of the LSE Expert Group on the Economics of Drug Policy (Londres : LSE).

Shaw, M. (2016b) ‘”We Pay, You Pay”: Protection Economies, financial flows and violence’ in H. Matfess and M. Miklaucic (eds) Beyond Convergence: World Without Order, (Washington D.C. : National Defense University).

Shaw, M. (2015) ‘Drug trafficking in Guinea-Bissau, 1998-2014: the evolution of an elite protection network’, Journal of Modern African Studies, 53(3), pp. 339–364.

Shaw, M. and T. Reitano (2017) Global Illicit Flows and Local Conflict Dynamics: the case for pre-emptive analysis and experimental policy options, (Tokyo: United Nations University).

Stepputat, F. (2018) ‘Pragmatic peace in emerging governscapes’, International Affairs, 94(2), pp. 399–416.

Tilly, C. (1985) ‘War making and state making as organized crime’ in P. Evans, D. Rueschemeyer and T. Skocpol (eds) (1985) Bringing the State Back In (Cambridge : Cambridge University Press).

Tinti, P. (2014) Illicit Trafficking and Instability in Mali: Past, present and future, Global Initiative Against Transnational Organized Crime (Genève : GI-TOC).

UNODC (United Nations Office on Drugs and Crime) (2019a) Global Study on Homicide 2019 (Vienna : United Nations).

UNODC (2019b) World Drug Report 2019: Methodology Report (Vienne: UNODC).

Varese, F. (2017) Mafia Life: Love, Death and Money at the Heart of Organized Crime, (Londres : Profile Books).

Top of page

Notes

1 Par souci de cohérence avec la bibliographie, les sigles et références des citations sont laissés dans la langue originale du texte, à savoir l’anglais (ndlt).

Top of page

List of illustrations

Title FIGURE 1 Nombre de références au trafic de drogue dans les Résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU, par région (2000-19)
Credits SOURCE: GI-TOC (2020b).
URL http://journals.openedition.org/poldev/docannexe/image/4243/img-1.png
File image/png, 24k
Title FIGURE 2 Le paradigme de la gouvernance violente
Credits SOURCE: AUTEURE.
URL http://journals.openedition.org/poldev/docannexe/image/4243/img-2.png
File image/png, 18k
Top of page

Cite this article

Electronic reference

Tuesday Reitano, « Faire la guerre. Les zones de conflits et leurs conséquences sur les politiques en matière de drogues »International Development Policy | Revue internationale de politique de développement [Online], 12 | 2020, Online since 04 November 2020, connection on 28 November 2020. URL: http://journals.openedition.org/poldev/4243 ; DOI : https://doi.org/10.4000/poldev.4243

Top of page

About the author

Tuesday Reitano

Tuesday Reitano est directrice adjointe de l'Initiative mondiale contre la criminalité transnationale organisée (http://globalinitiative.net). Elle était auparavant spécialiste des politiques au sein du système des Nations unies et a occupé des fonctions d'experte et de conseillère auprès d'un large éventail d'organismes multilatéraux et d'États pour renforcer les réponses à la criminalité organisée.

Top of page

Copyright

Creative Commons License
International Development Policy is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International License.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search