Skip to navigation – Site map

HomeIssues12PART 3 | Drugs, Development and C...Les conséquences genrées des poli...

PART 3 | Drugs, Development and Cross-Cutting Issues

Les conséquences genrées des politiques en matière de drogues pour les femmes: études de cas au Mexique

Corina Giacomello
Translated by Saskia Velasquez
This article is a translation of:
The Gendered Impacts of Drug Policy on Women: Case Studies from Mexico [en]

Abstract

Cette contribution analyse la situation de femmes impliquées dans des délits liés aux stupéfiants ou à leur consommation, en croisant trois axes : i/les rapports de genre et systèmes de genre, ii/le développement et iii/ les politiques en matière de drogues. L’auteure analyse les conséquences de la politique de lutte contre les drogues dans une perspective de genre, en portant une attention particulière sur deux groupes de « femmes en détention » : les femmes en prison et celles qui sont dans des centres de traitement résidentiels. Elle montre que les politiques actuelles en matière de drogues participent de structures patriarcales qui sont à l'origine des violences envers les femmes et les enfants et empêchent l’égalité de genre et le développement.

Le cadre international de lutte contre la drogue, fondé sur la prohibition, génère des marchés illégaux et des organisations de trafic de drogues, qui reflètent des systèmes genrés hégémoniques et traitent les femmes et les enfants comme des objets jetables. Il maintient des structures sexistes qui perpétuent l'exploitation du travail des femmes par leurs compagnons, des relations patriarcales dans le travail salarié illégal et une violence et une culture patriarcales. Les autres résultats directs de la mise en œuvre des politiques internationales contre les drogues sont l’utilisation de l’incarcération comme moyen de dissuasion et l’augmentation du nombre de femmes en prison pour des délits liés aux stupéfiants.

De même, pour celles qui consomment de la drogue, les politiques actuelles contribuent par des éléments pratiques et discursifs à la reproduction et à la justification de la violence faite aux femmes et aux filles. Les deux groupes de femmes en détention analysés dans ce chapitre ne sont pas accompagnés par leurs communautés, leurs familles ou des institutions publiques qui répondraient et tenteraient d'alléger leur souffrance et les crimes commis à leur encontre. Au contraire, ces femmes sont davantage isolées, de manière institutionnalisée, dans divers espaces légaux ou illégaux où la violence à leur encontre se reproduit et le développement est empêché.

Top of page

Full text

1 Introduction

« Nous la nettoyions [la marijuana], nous l’emballions, nous la mettions en ballots et c'était comme un processus. Dans la ville, les gens étaient heureux quand ce type de travail a commencé, parce que même les enfants, les personnes âgées, les gens de tous les âges étaient impliqués ».

Gaby, Centre pénitentiaire pour femmes de Tanivet, Oaxaca, Mexique

1Gabriela Cruz (« Gaby ») a grandi dans une zone rurale de l'un des États les plus magnifiques du Mexique : Oaxaca. Situé dans le sud-est, Oaxaca est un lieu aux multiples beautés et trésors : une gastronomie variée, des jungles luxuriantes, des pyramides étonnamment préservées, des plages vierges de sable blanc, une multitude de langues indigènes et des plantes hallucinogènes –les « petits enfants » de Maria Sabina regorgent de psilocybine, la salvia divinorum, et la principale source d'emploi du village de Gaby, la marijuana.

2Néanmoins, l'abondante contribution d’Oaxaca à la croissance culturelle et spirituelle du monde contraste avec l’état du développement national et local.

  • 1 Voir les chiffres dans « Medicion de pobreza 2008-2018, Estados Unidos Mexicanos », Coneval, https: (...)
  • 2 Par souci de cohérence avec la bibliographie, les sigles et références des citations sont laissés d (...)

3La moitié de la population mexicaine vit dans la pauvreté1 et l'accès à l'éducation, à la santé, à la sécurité sociale, au logement et aux services de base a diminué depuis 2008. Dans ce tableau, les femmes sont particulièrement discriminées dans plusieurs domaines. L'indice de développement humain (IDH) des hommes est de 0,789, alors que celui des femmes est de 0,752 et le « revenu national brut estimé par habitant » des hommes est deux fois plus élevé que celui des femmes (UNDP2, 2018, 35).

4Le Mexique se classe soixante-seizième en ce qui concerne l’Indice d’inégalité de genre. Un autre chiffre frappant est le taux de natalité chez les adolescentes : 60,3 naissances pour 1000 femmes âgées de 15 à 19 ans (UNDP, 2018, 39), contre une moyenne mondiale de 44. Les grossesses chez les adolescentes constituent un problème régional : selon l'Organisation panaméricaine de la santé (Pan American Health Organization, PAHO), « bien que la fécondité totale (nombre d'enfants par femme) ait diminué au cours des 30 dernières années en Amérique latine et dans les Caraïbes (ALC), le taux de fécondité des adolescentes n'a que légèrement baissé au cours de cette période et continue à être le deuxième plus élevé au monde, dépassés seulement par ceux de l'Afrique subsaharienne » (PAHO, 2017, 13).

5Gaby s'inscrit dans ces statistiques. Elle a eu sa première fille à l'âge de 15 ans. Sa grossesse a été le résultat d'un viol par un homme de son village. Gaby, victime de la violence contre les enfants (Lenzer, 2015) et de la violence basée sur le genre qui s’exerce contre les femmes et les filles (Conseil de l'Europe, 2011), a également été victime de l'une des pires formes de travail des enfants (ILO, 1999). Depuis l'âge de douze ans, elle transportait de petits paquets de marijuana à la ville de Mexico. Son recruteur était également un homme de son village.

6Plus tard, elle est tombée amoureuse d'un trafiquant de drogue et est tombée enceinte à nouveau. Le trafiquant l'a abandonnée. Elle n'avait pas l'argent pour payer des soins de santé privés et les soins de santé publics au Mexique sont insuffisants, surtout dans les zones rurales. L'enfant de Gaby est né avec une paralysie physique et cérébrale et Gaby a continué à transporter de la marijuana pour pouvoir payer les examens médicaux.

7Jusqu'à alors, l'État avait été pratiquement absent dans la vie de Gaby. Ni les violences sexuelles ni l'exploitation du travail des enfants ne méritaient son attention ou son intervention. La pauvreté et le sous-développement étaient compensés par les emplois fournis par les cultures illicites et le manque de soins de santé était « compensé » par la connaissance locale des herbes et des infusions.

8Un jour, l'État s'est intéressé à Gaby. Elle a été arrêtée alors qu'elle transportait de la marijuana et condamnée à dix ans de prison. Elle a été enfermée avec son enfant et est finalement devenue un numéro. La seule trace officielle de Gaby se trouve dans les registres d'un autre phénomène mondial ayant des répercussions spécifiques au Mexique et en Amérique latine : les politiques internationales en matière de drogues. Le Mexique n'abrite pas seulement la culture de l'opium et de la marijuana, les flux de cocaïne et d'héroïne, et d'autres facettes du trafic international de drogue (UNODC, 2019). Il est également le théâtre de ce que l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (UNODC) a appelé des « conséquences collatérales » (UNODC, 2008) –à savoir l'incarcération croissante des auteurs de petits délits et des utilisateurs de drogue, ainsi que l'absence de traitement pour les toxicomanes.

9À la lumière du paradigme des politiques en matière de drogues, où les taux d'incarcération sont un indicateur de succès (Bewley-Taylor, 2016), la peine de prison de Gaby représente un pas en avant, vers un « monde sans drogue ». Mais à mesure que nous approfondissons l'histoire de Gaby et que nous décortiquons les couches de violence basée sur le genre, l'exclusion sociale et la discrimination raciale, ainsi que les répercussions de l'emprisonnement sur son enfant, l'équilibre bascule vers d'autres interprétations possibles. L'histoire de Gaby devient partie d’une tendance mondiale : les impacts genrés des politiques de lutte contre la drogue sur les femmes et le développement.

Débats principaux, méthodologie et contenu

10Les impacts que les politiques en matière de drogues ont sur les femmes peuvent être analysés à partir des cas spécifiques d'au moins quatre groupes : i) les femmes et les jeunes filles incarcérées et anciennement incarcérées, ii) les femmes qui consomment des drogues, iii) les enfants et les adolescentes ayant un « adulte approprié » incarcéré (une forme approximative de tutelle légale) ou un adulte approprié en traitement résidentiel de la toxicomanie, et iv) les femmes qui prennent soin de personnes en prison ou de toxicomanes.

  • 3 La détention est comprise dans le sens de la Disposition générale des principes et bonnes pratiques (...)

11Ce chapitre se centre sur les deux premiers groupes, en particulier sur les femmes détenues dans les prisons et les centres de traitement pour toxicomanie. Ce choix découle de l'expertise de l'auteure mais aussi de l'intersection des représentations liées au genre avec la détention3, qui constitue un espace symbolique et matériel où se reproduisent de multiples formes de violence basée sur le genre qui s’exercent contre les femmes et les filles.

12Selon la définition fournie par l'Organisation mondiale de la santé (OMS-WHO), les politiques en matière de drogues sont ici comprises comme :

dans le contexte des drogues psychoactives, l'ensemble des politiques destinées à influer sur l'offre et/ou la demande de drogues illicites, au niveau local ou national, y compris l'éducation, le traitement, le contrôle et d'autres programmes et politiques. Dans ce contexte, les « politiques en matière de drogues » n'incluent souvent pas les politiques pharmaceutiques (sauf en ce qui concerne le détournement à des fins non médicales), ni les politiques en matière de tabac ou d'alcool4.

  • 5 La Convention unique sur les stupéfiants (1961) telle que modifiée par le Protocole de 1972 ; la Co (...)
  • 6 Il s'agit notamment –pour ne citer que certains des documents les plus pertinents de ces dernières (...)
  • 7 UN Women (2014) policy brief A gender perspective on the impact of drug use, the drug trade, and dr (...)

13Les politiques nationales en matière de drogues sont encadrées par les trois conventions des Nations unies (ONU) sur les drogues5 ainsi que par d'autres documents pertinents élaborés au niveau international6. En ce qui concerne les femmes, trois documents mettent en lumière le fait que celles-ci sont particulièrement exposées, pour des raisons liées au genre, à la discrimination et à la violence dans le contexte du trafic et de la consommation de drogue. Ces documents appellent les agences internationales et les États membres à intégrer le genre dans les politiques en matière de drogues, à tenir compte des besoins et des réalités spécifiques des femmes et à adopter des actions centrées sur le genre dans la conception et la mise en œuvre des politiques en matière de drogues. Ces documents sont la note d'orientation d'ONU Femmes (2014) intitulée Une perspective de genre sur l'impact de la consommation, du commerce et des régimes de contrôle des drogues, la résolution de la Commission des stupéfiants intitulée Intégration transversale d'une perspective de genre dans les politiques et programmes relatifs aux drogues (UN CND, 2016) et le Document final de la session extraordinaire de l'Assemblée générale des Nations unies sur les drogues (UN General Assembly, 2016)7. Tous ces documents proposent des politiques publiques visant à prendre en compte le genre dans les questions liées à la consommation et au trafic de drogues ainsi que dans les politiques de lutte contre la drogue centrées sur les femmes. Parmi celles-ci, citons : i) mettre en œuvre des alternatives à l'incarcération des femmes accusées de délits mineurs non violents et qui sont enceintes ou qui ont la charge principale ou unique d'enfants en bas âge ; ii) recueillir et partager des données ventilées par genre ; iii) fournir aux femmes qui consomment des drogues un accès à des services de traitement adaptés à leurs besoins ; iv) œuvrer à l'élimination de la violence et de la discrimination envers les femmes ; et v) garantir l'inclusion des femmes dans la conception, la mise en œuvre, l'évaluation et le suivi des politiques en matière de drogues.

14Ce chapitre reconnaît la pertinence de l'analyse réalisée dans les documents susmentionnés et approuve le ton général et le contenu de leurs propositions. Toutefois, il souligne également l'importance d'examiner les politiques en matière de drogues avec une perspective de genre et féministe critique. À cette fin, les récits des femmes sont la principale ressource méthodologique utilisée pour mettre en lumière certains des impacts liés au genre des politiques en matière de drogues sur les femmes en détention et leur impact négatif sur la réalisation de l'objectif de développement durable (ODD) numéro 5 : « parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles » (UN General Assembly, 2015, 14). Ce chapitre fait valoir que les politiques actuelles en matière de drogues favorisent la violence envers les femmes et les enfants et sapent encore davantage l'égalité de genre et le développement.

15Les études de cas sur les femmes emprisonnées pour des délits liés à la drogue qui sont présentées dans la deuxième section de ce chapitre s'inscrivent dans le cadre d'un effort de sensibilisation et de lobbying développé avec les organisations de la société civile EQUIS Justice pour les femmes (Mexique) et le Bureau de Washington pour l'Amérique latine (WOLA). Les cas sont examinés dans le cadre plus large des femmes qui sont en prison pour des infractions liées à la drogue. Ces études de cas bénéficient de plus de dix ans d'expérience de recherche empirique de l'auteure, principalement dans les prisons de femmes et mixtes du Mexique, ainsi que de recherches en droit comparé et en politique sur les femmes en prison pour des délits liés à la drogue, avec un accent sur l'Amérique latine (Giacomello, 2013a, 2013b, 2017a, 2017b ; Giacomello, Erreguerena et Blas, 2017).

16Les informations présentées ici sur les femmes qui consomment des drogues et sont privées de leur liberté dans des centres de traitement de la toxicomanie ou en prison sont le résultat d'une année de recherche, dont neuf mois de travail de terrain dans i) deux prisons, ii) deux centres de traitement publics et un semi-privé, iii) une clinique semi-privée de traitement de substitution aux opiacés, et iv) cinq centres de traitement privés (pour des personnes à faible revenu) –trois d'entre eux étant réservés aux femmes et aux filles et les autres aux hommes et aux femmes et adolescents des deux sexes- dans quatre États du Mexique.

17Les informations sur les femmes et les jeunes filles qui ont généreusement participé aux entretiens semi-structurés avec l'auteure sont systématisées dans un graphique dans la section correspondante et l'analyse est basée sur l'ensemble des données recueillies. Deux récits sont racontés plus en détail pour donner un sens plus profond aux conclusions générales. Comme le montre la figure 2, ces informations ne sont pas homogènes pour toutes les informatrices en raison du choix méthodologique de l'auteure. Compte tenu de la sensibilité et de l'intimité des sujets abordés et des expériences de vie que les femmes et les filles ont partagés dans notre espace de confiance fragile et limité dans le temps, l'entretien a été mené sous la forme d'une conversation et non d'un questionnaire à réponse fermée avec des questions ouvertes. Par conséquent, si certaines informations n'étaient pas fournies lorsqu'elles étaient demandées, si le contexte (délais, situation de danger, entretien de groupe ou présence des autorités, entre autres facteurs) faisait obstacle à l'élaboration de certaines réponses, ou si l'informatrice prenait simplement le contrôle de l'entretien et l' « utilisait » comme un espace d'écoute, l'auteure n'a pas insisté sur des éléments qui auraient pu manquer, préférant préserver la continuité et la confiance de la conversation.

18Les entretiens individuels et de groupe se sont centrés sur trois sujets : i) la relation des femmes avec les drogues ; ii) l'intersection entre la consommation de drogue et les expériences de vie, qui a fini par être principalement un récit sur une violence de genre cyclique et sur les différentes formes d'institutionnalisation (soit dans des centres de détention pour mineur·e·s, des centres de traitement de la toxicomanie, des prisons ou des institutions pour enfants qui ont été abandonnés ou maltraités par leur famille) ; et iii) les conditions de vie dans les centres de traitement.

19Dans le cas des femmes en prison, nous avons également parlé de leurs crimes – principalement de leurs circonstances plutôt que de la procédure judiciaire. L'implication dans une infraction pénale (vol, homicide, enlèvement, trafic de drogue) était principalement liée à des relations développées parallèlement à la consommation de drogue et/ou liées à des relations affectives.

20Les entretiens de groupe ont eu lieu principalement dans les prisons en raison de deux facteurs principaux : l'auteure avait l’occasion de faire des entretiens avec entre quatre et dix femmes lors de chaque visite de prison, dans un temps limité (généralement environ trois heures). Afin d'écouter toutes les femmes qui ont participé aux entretiens sans les faire attendre ou annuler à la dernière minute, il était plus pratique de développer l'entretien individuel dans un contexte de groupe. Bien entendu, la participation à un entretien de groupe n'a eu lieu que si et quand les femmes s'y sentaient à l'aise. Le deuxième facteur, qui a renforcé le premier, est que les autorités pénitentiaires m'ont amené les femmes en groupe, bien que cela ne se soit pas produit dans toutes les prisons. Dans d'autres cas, les entretiens ont été réalisés de manière collective à la demande des femmes et des filles. Dans un cas, par exemple, deux détenues voulaient être interviewées ensemble, mais pas avec d'autres détenues. Dans un centre de traitement public, deux adolescentes ont demandé à être interviewées ensemble et le centre l'a également recommandé, car l'une d'entre elles avait vécu une crise après avoir partagé, lors d'une séance thérapeutique collective, qu'elle avait été victime d'un viol. Elle était impatiente d'être interviewée et de parler de son expérience, mais seulement si elle était accompagnée par son amie.

21Au début de chaque entretien individuel ou collectif, les femmes et les jeunes filles ont été informées de la structure et du but de la rencontre et ont été invitées à partir quand elles en avaient besoin ou le souhaitaient, et à ne révéler que le type et la quantité d'informations qu'elles se sentaient à l'aise de partager. On leur a également promis que si elles décidaient de se retirer de l'entretien, il n'y aurait aucune répercussion.

22De manière générale, je me suis efforcée de les mettre à l'aise, de les écouter et de les laisser libres de partir à tout moment et aussi de discuter des sujets qu'elles avaient choisis si cela les aidait à se sentir mieux. En général, faire l’expérience d'être écoutée semblait avoir du succès et un effet apaisant. Dans un cas particulier, dans un centre de traitement de la toxicomanie où je me suis sentie moi-même en danger, les filles voulaient me parler même si elles savaient qu'elles seraient probablement punies pour cela. Malgré mon intention de partir lorsque j’ai compris la gravité de la situation, deux filles ont insisté pour être interviewées, car elles étaient complètement isolées et n'avaient personne à qui parler. J'ai souligné que le fait de me parler pouvait les mettre en danger et que je n'avais aucun moyen de les protéger. J'ai cependant ajouté que si elles ressentaient le besoin de parler, je resterais jusqu'à ce que les propriétaires du centre (un pasteur protestant et sa femme) me disent de partir. Ce qui s'est produit quelques entretiens plus tard, sur un ton menaçant.

23Enfin, il convient de souligner que l'accès de l'auteure à ces personnes était principalement dû à ses contacts personnels et professionnels plutôt qu'à des processus institutionnels. Ces derniers n'ont joué que dans le cas des centres de traitement semi-publics. L'aspect positif est que cela a permis à l'auteure d'avoir accès à des données souvent difficiles à recueillir. Néanmoins, cela reflète également la façon dont les barrières institutionnelles ou, dans le cas de certains centres de traitement de la toxicomanie, les efforts pour dissimuler des comportements illégaux, entravent souvent des recherches qui peuvent aider à développer des politiques publiques.

24Ce chapitre est construit de la manière suivante : la première partie, « Discrimination et violence envers les femmes », présente quelques concepts théoriques ainsi que des données qui témoignent de la persistance de rapports de genre inégaux. La section suivante, « Genre et politiques en matière de drogues », comprend un ensemble d'études de cas qui font partie du travail de terrain de l'auteure, sur des femmes qui sont en prison pour des délits liés à la drogue et des femmes consommatrices de drogues dans les centres de traitement publics et privés au Mexique. Le chapitre se termine par quelques réflexions finales sur les défis que pose l'intégration du genre dans les politiques en matière de drogues.

2 Discrimination et violence envers les femmes

« On m'a appris que les femmes doivent obéir à leurs maris ».

Sonia, condamnée à 5 ans pour détention de cocaïne, Centre pénitentiaire pour femmes de Tanivet, Oaxaca, Mexique

2.1 Genre, systèmes de genre et structures patriarcales

25Dans ce chapitre, le concept de genre est compris i) comme un principe organisateur des identités de structures sociales binaires et inégales dans lesquelles les hommes ont du pouvoir sur les femmes ; ii) comme une notion relationnelle ; et iii) en termes de système de genre.

26Il est important de souligner que la division binaire imaginaire entre hommes et femmes en tant que seules identités sexuelles et de genre possibles, qui est l'un des piliers des systèmes de genre, est préservée dans cet article. Ce n'est pas parce que l'auteure pense que cela décrit avec précision les identités sexuelles et de genre, mais parce que cela fait partie des systèmes de genre qui sous-tendent et construisent les récits et les expériences des femmes interviewées, ainsi que de la manière dont les politiques en matière de drogues abordent le genre. D'autres identités de genre, ou le pouvoir transformatif de ce que nous entendons par genre et la manière dont il est mis en œuvre dans les contextes individuels et sociaux, ne font donc pas partie du cadre théorique de ce chapitre.

27Le genre en tant qu'« identité de fond » (Ridgeway, 2009) et « façon première d'exprimer des rapports de pouvoir » (Wallach Scott, 2008) fait référence à la manière dont les caractéristiques, les rôles, les attributs et les attentes sont construits à partir de la perception que les gens ont d'eux-mêmes et des autres. Cela est valable pour les relations individuelles et sociales des personnes, pour leurs relations avec leurs propres corps et leurs identités sexuelles et pour la façon dont les autres les perçoivent et ont des attentes vis-à-vis d’elles. L'identité de genre s'imbrique dans d'autres constructions de l'identité sociale, telles que la race, l'ethnicité et la classe et fait partie des multiples niveaux de stratifications sociales et de stéréotypes attachés aux personnes et aux groupes sociaux.

28Les différences entre hommes et femmes, entre hommes et hommes et entre femmes et femmes opèrent sur une échelle horizontale mais aussi verticale (Ridgeway et Correll, 2004), les femmes étant traditionnellement présentées comme inférieures aux hommes. Héritier (2007) définit le statut social inférieur des femmes avec le concept de « valence différentielle des sexes », qui est toujours présent, bien qu'avec des différences selon les sociétés, les groupes sociaux et les époques historiques.

29Le genre constitue donc un ensemble changeant de croyances et de symboles culturels qui sous-tendent la construction et la réinterprétation continue de ce que nous entendons par les conceptions binaires et asymétriques des « hommes » et des « femmes » et la manière dont ces conceptions sont mises en œuvre par les individus, dans les rapports et les contextes sociaux.

30Les rôles et les attributs de genre sont transmis sous la forme d'un système binaire d'interdictions et d'attentes. En d'autres termes, le genre est à la fois proscrit et prescrit. La combinaison de prescriptions et d'interdictions liées au genre constitue ce qui est défini ici comme les « axiomes de genre », c'est-à-dire des ensembles particuliers de comportements qui répondent et correspondent aux croyances qui les sous-tendent. Par exemple, on attend des femmes qu'elles aiment leurs bébés et on leur interdit de prendre de la drogue pendant la grossesse. Cette prescription et cette interdiction sont liées par la croyance traditionnelle –enracinée dans l'interprétation des corps des femmes- selon laquelle la reproduction est non seulement biologiquement possible, mais aussi naturellement désirée. Les femmes qui ne veulent pas devenir mères doivent expliquer leur décision, ce qui n’est pas le cas des femmes qui optent pour la maternité. En outre, le « rôle naturel des femmes en tant que donneuses de vie » semble trouver une correspondance culturelle dans le « rôle culturel des femmes en tant que soignantes », garantissant ainsi un continuum entre le sexe et l'identité de genre, qui peut être présentée comme le résultat cohérent de prescriptions et d'interdictions fondées sur le genre. Le non-respect de la prescription ou la transgression de l'interdiction entraîne une violation de l'axiome de genre, qui à son tour conduit à la stigmatisation et à la punition.

31Les axiomes de genre englobent à la fois les croyances hégémoniques et les croyances alternatives (Ridgeway et Correll, 2004), les premières prévalant sur les secondes en ce qui concerne la manière dont les gens s'attendent à être traités et à se comporter. Les axiomes de genre hégémoniques et alternatifs ne sont cependant pas des structures fixes et isolées : ils interagissent les uns avec les autres et peuvent être intégrés simultanément dans l'histoire de vie d'un individu. C'est le cas, par exemple, des femmes impliquées dans des infractions liées à la drogue. Des actions de type non hégémonique (comme le transport de drogue) sont présentées dans certains récits comme un acte de transgression positive (le choix de commettre un crime), mais aussi comme la capacité d'agir au-delà des attentes et de rôles de genre hégémoniques, comme le fait d'être une mère pauvre et célibataire qui doit subvenir aux besoins de ses enfants, ou d'être une épouse obéissante. La combinaison des capacités d'action et de la victimisation fondée sur le genre n'est donc pas seulement une approximation analytique (Giacomello, 2017a), mais aussi un récit nourri par un ensemble riche et pluriel d'attentes associées au genre qui coexistent malgré les représentations binaires des « bons » et des « mauvais » comportements fondés sur le genre, des comportements « hégémoniques » et « alternatifs ».

32Le genre doit donc être compris non seulement comme un axe d'identité et un organisateur de relations, mais aussi comme un système qui fonctionne comme une matrice de mandats et de hiérarchies qui contraignent et orientent la conduite des personnes. Il est également difficile de résister à cela –en partie par crainte de la stigmatisation et en partie à cause des avantages que procure le fait de parvenir à la « normalité » (Goffman, 1961). Mais aussi parce que l'on se situe toujours dans le cadre des rapports de genre –tant au niveau interpersonnel ou de l'identité de soi, dans les dispositions normatives et culturelles qui régissent les sociétés dans leur ensemble, que dans les conséquences pratiques que cela a sur les institutions formelles et informelles telles que la langue, la religion, la famille, l'éducation, les institutions étatiques, l'organisation économique et les structures politiques.

33Les systèmes de genre sont en constante évolution et les changements se reflètent dans l’avancement des femmes dans tous les domaines. Toutefois, comme le montrent les données et les récits des femmes dans les sections suivantes, l'« infériorisation » des femmes est un élément persistant. La « valence différentielle des sexes » est incarnée et reproduite par les six structures patriarcales décrites dans la Théorie du patriarcat de Walby : i) un mode de production patriarcal dans lequel le travail des femmes est exproprié par leurs maris ; ii) des relations patriarcales en matière de travail salarié ; iii) l'État patriarcal ; iv) la violence masculine ; v) des relations patriarcales au niveau de la sexualité ; et vi) la culture patriarcale. Ces six structures partiellement indépendantes composent le patriarcat « comme un système de structures sociales et de pratiques dans lequel les hommes dominent, oppriment et exploitent les femmes » (Walby, 1989, 214). Ces structures s'imbriquent et se manifestent également dans le domaine du trafic de drogue, des politiques en matière de drogues et des impacts de ceux-ci sur les femmes.

2.2 Données sur l'inégalité de genre

34Bien que le siècle dernier ait été marqué par d'énormes progrès en matière d'égalité de genre, les femmes restent à la traîne derrière les hommes dans tous les domaines : éducation, santé, indépendance économique et accès aux ressources, compétitivité économique et participation aux organes de décision politique.

  • 8 La méthodologie et l'analyse quantitative qui sous-tendent ces chiffres sont décrites dans le WEF ( (...)

35Le Global Gender Gap 2018 du Forum économique mondial « évalue 149 pays sur une échelle de 0 (disparité) à 1 (parité) sur leurs progrès vers la parité de genre dans quatre axes thématiques –les sous-indices Participation et opportunités économiques, Niveau d'éducation, Santé et survie, et Autonomisation politique » (WEF, 2018, vii). Les principaux résultats montrent que l'écart de genre est de 32 % et que l'écart global de genre se réduira dans 108 ans8.

36L'inégalité de genre n’est pas uniquement une violation des droits humains, elle entrave également le développement de la société dans son ensemble. Comme le souligne le Rapport sur les indicateurs de développement humain :

Les désavantages auxquels sont confrontées les femmes et les filles sont une source majeure d'inégalité et l'un des plus grands obstacles au progrès du développement humain. […]. À l'échelle mondiale, la valeur moyenne de l'IDH pour les femmes (0,705) est inférieure de 5,9 % à celle des hommes (0,749) [...]. Une grande partie de l'écart est due au fait que les femmes ont des revenus et un niveau d'éducation plus faibles dans de nombreux pays. Le fossé de genre est plus important dans les pays à faible développement humain, où la valeur moyenne de l'IDH est inférieure de 13,8 % pour les femmes par rapport aux hommes (UNDP, 2018, 5-6).

  • 9 Les cibles sont : « 5.1 Mettre fin, dans le monde entier, à toutes les formes de discrimination à l (...)

37L'Agenda 2030 pour le développement durable comprend 17 objectifs interdépendants et indivisibles et 169 cibles associées. Comme indiqué dans l'introduction de ce chapitre, l'objectif numéro 5 préconise l'égalité de genre et l'autonomisation des femmes et des filles. L'objectif se décompose en cibles spécifiques9 qui reflètent les principaux obstacles à la réalisation de l'égalité entre les hommes et les femmes : la violence envers les femmes, la double ou triple charge de travail des femmes, en particulier dans les activités non rémunérées de care liées aux tâches domestiques et à l'éducation des enfants (c'est-à-dire s'occuper des autres au détriment de soi-même), et l'exclusion accrue des femmes de l'emploi formel et donc de la protection sociale. A cela s'ajoutent les plafonds de verre et les écarts de rémunération, qui constituent certains des outils les plus puissants pour perpétuer l'oppression permanente des femmes et des filles.

38Le Rapport quadriennal sur les progrès et les défis régionaux en relation avec l'Agenda 2030 pour le développement durable en Amérique latine et dans les Caraïbes (ECLAC, 2019) de la Commission économique des Nations unies pour l'Amérique latine et les Caraïbes (ECLAC) montre que l'Amérique latine est la région la plus inégale du monde. La répartition des revenus peut être illustrée en examinant la part des ménages dans le revenu total. Le quintile de revenu le plus élevé (quintile V) représente environ 45 % du revenu total des ménages, tandis que le quintile de revenu le plus bas (quintile I) ne reçoit, en moyenne, que 6 % (ECLAC, 2019, 114). De plus, après plus d'une décennie de baisse de la pauvreté et de l'extrême pauvreté, celles-ci ont augmenté depuis 2015. La pauvreté ne touche pas tout le monde de la même manière : le rapport montre que « les femmes représentent une proportion plus élevée des personnes vivant dans des foyers pauvres. En Amérique latine, l'indice de féminité de la pauvreté est resté stable et élevé entre 2012 et 2017, aux alentours de 113 » (ECLAC, 2019, 116), ce qui signifie que pour 100 hommes de 20 à 59 ans vivant dans la pauvreté, il y a 113 femmes dans une situation similaire.

2.3 La violence envers les femmes

39Prendre en compte la violence basée sur le genre est crucial si l’on veut comprendre la participation des femmes aux infractions liées à la drogue ainsi que l’augmentation des toxicomanes.

40La Convention sur la prévention et la lutte contre la violence envers les femmes et la violence domestique du Conseil de l'Europe, également connue sous le nom de Convention d'Istanbul, définit la violence envers les femmes basée sur le genre comme « la violence dirigée contre une femme parce qu'elle est une femme ou qui touche les femmes de manière disproportionnée » (Council of Europe, 2011, 8). Le Haut Commissaire des Nations unies aux droits de l'homme définit la violence basée sur le genre et ses intersections de la manière suivante :

La violence basée sur le genre désigne tout acte préjudiciable dirigé contre des individus ou des groupes d'individus en raison de leur genre. Elle peut inclure la violence sexuelle, la violence domestique, la traite, le mariage précoce/forcé et les pratiques traditionnelles préjudiciables. Il est également essentiel de comprendre comment le genre s'imbrique avec, par exemple, la race, la religion, la situation économique, l'affiliation politique et la géographie pour s'attaquer aux modèles et aux formes de violence basée sur le genre (OHCDR, 2014).

41L'approche intersectionnelle –c'est-à-dire la reconnaissance de l'intersection de multiples inégalités (Walby, Amstrong et Strid, 2012) et la manière dont cela affecte différentes personnes et différents groupes de différentes manières- est essentielle pour comprendre l'impact genré des politiques en matière de drogues. Par exemple, l'oppression vécue par les femmes blanches de classe moyenne n'est pas la même que celle subie par les femmes de couleur ou les femmes indigènes. En outre, les femmes détenues, accusées d'une infraction à la législation sur les stupéfiants ou placées dans des centres de traitement, subissent simultanément des violences liées au genre. Cela inclut la violence sexuelle, les formes de violence et de discrimination liées à l'intersectionalité (être pauvre, ne pas correspondre à l'axiome de genre de la « bonne mère », être indigène, etc.) et les impacts spécifiques des politiques sur les drogues qui renforcent la violence basée sur le genre : d'une part la privation de liberté, et d’autre part la stigmatisation plus marquée envers les femmes consommatrices de drogues illicites. Comme l'a dit l'une des femmes que j'ai interrogées : « un homme qui consomme de la drogue n'est qu'un consommateur ; une femme qui consomme de la drogue est une consommatrice et une pute ».

  • 10 Voir Faits et chiffres : Mettre fin à la violence contre les femmes, publié par ONU Femmes à l'adre (...)
  • 11 Voir la page Feminicidio publiée par l'Observatoire d’égalité de genre Observatorio de Igaldad de G (...)

42Selon ONU Femmes10, 35 % des femmes dans le monde ont subi des violences physiques et/ou sexuelles de la part de leur partenaire intime ou des violences sexuelles de la part d'un non-partenaire (sans compter le harcèlement sexuel) à un moment ou à un autre de leur vie. L'expression extrême de la violence de genre est le meurtre de femmes et de jeunes filles en raison de leur genre. Alors que 80% des victimes d’homicides sont des hommes, 82 % des victimes d'homicides commis par un partenaire intime sont des femmes (UNODC, 2018a, 11). Ces meurtres basés sur le genre sont souvent l'aboutissement d'années ou de décennies de violence basée sur le genre. Au niveau mondial, le taux d'homicides basés sur le genre commis par des membres de la famille ou des partenaires intimes –légalement définis comme des « fémicides » ou des « féminicides » et punis comme tels dans la plupart des pays d'Amérique latine- était de 1,3 pour 100 000 de la population féminine en 2017 (UNODC, 2018a, 11). En 2018, en Amérique latine et dans les Caraïbes, la plupart des pays avaient un taux supérieur à la moyenne mondiale : 6,8 au Salvador (le taux le plus élevé de la région), 5,1 au Honduras, 3,4 à Trinidad et Tobago, 1,4 au Mexique, 1,3 en Équateur et 1,7 en Uruguay11.

3 Politiques en matière de genre et de drogues

43Dans cette section sont analysés les impacts genrés des politiques en matière de drogues sur les femmes en détention.

44Sur la base du cadre théorique des structures patriarcales et de genre exposé dans la première partie de ce chapitre, l'expression « impacts genrés des politiques en matière de drogues » renvoie à deux arguments : le premier est que les femmes et les hommes s'impliquent différemment dans les activités liées aux drogues, tant en termes quantitatifs que qualitatifs. Par exemple, la majorité des consommateurs de drogues et des personnes incarcérées pour des délits liés à la drogue sont des hommes. Les hommes accèdent plus souvent que les femmes à des postes de direction dans les organisations de trafic de drogue et sont également plus susceptibles d'avoir un rôle de premier plan dans les institutions chargées de contrôler la demande ou l'offre de drogue. Autrement dit, tant les institutions chargées des politiques en matière de drogues que les populations concernées sont représentées et dominées par les hommes. Conformément aux analyses sur les structures patriarcales de Walby (1989), nous observons que tant les organisations de trafic de drogue que les politiques de lutte contre la drogue reproduisent le patriarcat en assignant les femmes aux postes les plus bas de la chaîne criminelle avec peu de possibilités de devenir des dirigeantes, et –simultanément - exploitent leur travail dans le cadre de relations familiales et conjugales. Le travail des femmes est donc non seulement exproprié et assujetti à des plafonds de verre, mais les tâches que les femmes sont amenées ou forcées à accomplir les exposent aussi à un risque accru d'être capturées par les forces de l'ordre. Cela se traduit par une augmentation disproportionnée du nombre de femmes incarcérées pour des infractions liées à la drogue, comme nous le verrons plus loin dans ce chapitre. En outre, comme le montreront les témoignages des femmes, tant les femmes accusées d'infractions liées à la drogue que celles qui en consomment subissent une violence cyclique basée sur le genre. Certes, les politiques actuelles en matière de drogues ne provoquent pas ou n'incitent pas directement à cette violence. Néanmoins, la prédominance des discours et pratiques punitives et stigmatisantes découlant de sa mise en œuvre dans ce cadre actuel contribue à ce que cette violence soit ignorée et –dans une certaine mesure- à ce qu'elle soit implicitement justifiée.

45L'utilisation du genre comme outil analytique pour évaluer les politiques en matière de drogues ne nécessite pas seulement de décrire différemment la participation des femmes et des hommes, elle implique également de prendre en compte des rôles différentiels : formes de participation, modes d'implication, drogues choisies et conséquences de la mise en œuvre de réglementations apparemment neutres.

46Sur la base de ce qui précède, la deuxième hypothèse qui sous-tend la compréhension des effets genrés des politiques en matière de drogues est que la différence est synonyme de préjudice pour les femmes, sur la base de rapports de genre inégaux transversaux. En d'autres termes, la « valence différentielle des sexes » d'Héritier s'applique au trafic de drogues, à la consommation de drogues ainsi qu'aux politiques connexes.

47Comme le soutient Walby (1989, 224), « l'argument selon lequel l'État est une structure patriarcale n'implique pas que l'État soit un monolithe ». Une telle affirmation est valable tant pour les politiques internationales en matière de drogues que pour leur application au niveau national. C'est la raison pour laquelle ce chapitre s'ouvre et se termine par des remarques qui placent les femmes au centre, au sein du discours dominant sur les politiques en matière de drogues, afin de reconnaître et de tenter de s’attaquer aux inégalités de genre qui sont le résultat de ces politiques actuelles. Néanmoins, ce chapitre soutient qu'à moins que les politiques en matière de drogues ne soient analysées et remises en question en tant que partie de la structure patriarcale, de telles propositions ne peuvent qu'effleurer la surface des inégalités et non les résoudre véritablement.

48La partie suivante de ce chapitre est structurée en deux sections. La première présente les témoignages de femmes sur leur implication dans le trafic de drogue, en tenant compte de la discrimination et de la violence fondées sur le genre et de l'intersection avec les structures patriarcales. Il aborde également la dynamique du commerce de la drogue et les conséquences des efforts de contrôle de l'offre. Ce dernier point renvoie notamment au taux croissant d'incarcération de femmes pour des délits mineurs et non violents. Dans la deuxième section, les récits des consommatrices de drogues sont présentés en lien avec leurs histoires de vie et avec les systèmes de genre opérant dans les centres de traitement de la toxicomanie.

3.1 Les femmes en prison pour des délits liés à la drogue

49L'incarcération des femmes pour des délits liés à la drogue est un phénomène mondial qui a connu une augmentation stupéfiante, comme cela a été souligné par la société civile (Álvarez, 2018, 2019a, 2019b, PRI ; 2020, WOLA et al, 2016), les organisations internationales (IACHR, 2017; INCB, 2016; UNODC, 2018b; UN Women, 2014) et les recherches universitaires (Anderson, 2005 ; Bailey, 2013 ; Fleetwood, 2014 ; 2017 ; Giacomello, 2013a, 2017a; Maher et Hudson, 2007). Ces délits sont également la raison principale de la croissance de la population carcérale féminine. Bien que les femmes constituent toujours une minorité importante dans tous les systèmes pénitentiaires, représentant 6,9 % de la population carcérale mondiale (Walmsley, 2017), les listes de personnes emprisonnées de l'Institut de recherche en politique criminelle (Institute for Criminal Policy Research) attestent que le taux d'incarcération des femmes a augmenté de 53 % depuis 2000. En comparaison, la croissance de la population carcérale générale progresse au même rythme que la population mondiale, augmentant d'environ 20 % dans le même laps de temps (Walmsley, 2017, 2).

50Comme l'indique le Rapport mondial sur les drogues 2018 de l'ONUDC, les femmes représentent environ 10 % des personnes mises en contact avec le système de justice pénale pour des infractions liées à la drogue dans le monde. Ce pourcentage varie toutefois d'une région à l'autre : L'Océanie, l'Asie et l'Amérique latine ont des proportions plus élevées, suivies par l'Europe. L'Afrique, quant à elle, affiche des chiffres beaucoup plus faibles, les femmes représentant moins de 5 % des personnes arrêtées pour des infractions liées à la drogue (UNODC, 2018b, 28).

51Dans un rapport de Penal Reform International (PRI), qui analyse les pratiques de condamnation des femmes accusées d'infractions liées à la drogue –dans 18 juridictions différentes à travers le monde- il est démontré par exemple que « dans un certain nombre de juridictions couvertes, les peines non privatives de liberté sont, pour les femmes, la forme la plus courante de condamnation pour les infractions de faible gravité liées à la drogue (par exemple, en Angleterre et au Pays de Galles, en Allemagne et en Nouvelle-Zélande). En revanche, en Russie, les peines non privatives de liberté ne sont prononcées que dans environ 4 % des cas d'infractions liées à la drogue » (Linklaters, 2020). En Thaïlande, en revanche, 82 % des femmes emprisonnées le sont pour des infractions liées à la drogue (Álvarez, 2019a) ; aux Philippines, ce chiffre est de 53 % (Álvarez, 2018).

52En Amérique latine, les infractions liées à la drogue constituent, selon les pays, la raison principale ou la deuxième raison de l'incarcération des femmes (Giacomello, 2019). Cela résulte de l'intersection de trois facteurs. Premièrement, l'Amérique latine n'est pas seulement la région la plus inégale du monde et une région qui connaît des niveaux élevés de violence contre les femmes, c’est aussi une région punitive. Alors que le taux d'incarcération mondial –le nombre de personnes incarcérées pour 100 000 habitants – s'élève à 145 (53 % des pays ont un taux inférieur), dans les Amériques ce taux est de 233 prisonniers pour 100 000 habitants, et en Amérique centrale, il passe à 316 (Walmsley, 2018). Le deuxième facteur est que les pays d'Amérique latine ont généralement tendance à recourir à l’incarcération pour répondre aux infractions liées à la drogue, ce qui augmente la population carcérale. Une étude du Collectif d'études sur les drogues et le droit (Colectivo de Estudios Drogas y Derecho (CEDD)) montre que dans la plupart des pays d'Amérique latine le nombre de personnes emprisonnées pour des délits liés à la drogue a augmenté bien plus que la population carcérale générale et que la population dans son ensemble. Au Brésil, par exemple, entre 2006 et 2014, la population générale a augmenté de 8 %, la population carcérale de 55 % et le nombre de personnes emprisonnées pour des délits liés à la drogue de 267 %. Ces mêmes catégories ont respectivement connu des augmentations de 19 %, 142 % et 289 % en Colombie entre 2000 et 2015 et de 13 %, 49 % et 127 % en Argentine entre 2002 et 2014 (Chaparro, Pérez Correa et Youngers, 2017, 26).

53Comme le montre l'étude L'enfance qui compte (Niñez que cuenta) (Giacomello, 2019), qui examine l'impact des politiques en matière de drogues sur les enfants dont les parents sont incarcérés en Amérique latine et dans les Caraïbes, lorsque les politiques en matière de drogues mettent en place une approche punitive, cela a un impact proportionnellement plus élevé sur les femmes. La figure 1 montre le pourcentage d'hommes et de femmes incarcérés pour des infractions liées à la drogue dans certains pays choisis.

Figure 1: Pourcentage du nombre de personnes incarcérées pour des délits liés à la drogue en Amérique latine, en fonction du sexe, dans des pays choisis

SOURCE: Giacomello (2019).

54À l'exception de la République dominicaine et du Guatemala, les différences sont frappantes. Le recours à la détention préventive et aux peines de prison pour les délits mineurs et non violents liés à la drogue explique en partie cette tendance (García Castro, 2019).

55La tendance régionale générale à l'incarcération est le résultat direct des politiques internationales en matière de drogues et de leur mise en œuvre dans les pays punitifs. Tant la Convention unique sur les stupéfiants de 1961 que la Convention contre le trafic illicite de stupéfiants et de substances psychotropes de 1988 préconisent le recours à l'incarcération contre les personnes qui participent au trafic de drogue (notamment à l'article 36 de la première et à l'article 3 de la seconde). De plus, le nombre d'arrestations de personnes accusées d'infractions liées à la drogue est un indicateur, au niveau international, du succès des politiques nationales en matière de drogues (Bewley-Taylor, 2016). Si une certaine marge de manœuvre est prévue en ce qui concerne les consommateurs de drogues dépendants (ajout de traitements ou substitution de celui-ci à la punition), celle-ci n'est pas utilisée dans la plupart des pays d'Amérique latine. En outre, la réponse au trafic à micro-échelle, souvent lié à la dépendance aux drogues, est généralement l'emprisonnement ou la détention préventive. L'augmentation des taux d'incarcération, la crise des prisons qui touche la plupart des pays d'Amérique latine et les répercussions de l'incarcération sur les enfants dont les parents sont incarcérés sont donc une conséquence directe des politiques actuelles en matière de drogues et de leurs objectifs.

56Comme indiqué dans l'introduction de ce chapitre avec le cas de Gaby, ce que reflète le « succès » national est la poursuite d'un ensemble continu, invisible et incontesté de multiples formes de violence envers les femmes et les filles. Les cas suivants représentent certaines des femmes incarcérées pour des délits liés à la drogue au Mexique. Ils renforcent les connaissances existantes en ce qui concerne le profil des femmes incarcérées, ainsi que leur implication et participation à des infractions liées à la drogue. Il s'agit souvent de femmes pauvres, sans éducation, ayant subi diverses formes de violence lorsqu'elles étaient enfants et/ou de violence sexuelle fondée sur le genre lorsqu'elles étaient femmes et filles, qui ont grandi dans un contexte de sous-développement général et de manque de services publics, dans lequel les organisations de trafic de drogue peuvent proliférer. Les femmes s'impliquent dans le trafic principalement par l'intermédiaire de leurs compagnons masculins. Leur rôle d'agents dans un contexte de victimisation rend plus complexe l'analyse de la différence entre consentement et contrainte pour commettre un crime. Alors que la plupart des femmes que j'ai interrogées reconnaissent leur participation active dans la vente, le transport ou l'introduction de drogues dans les prisons ou leur trafic au-delà des frontières, le contexte de leur implication traduit un « choix forcé » plutôt qu'un consentement libre, volontaire et total. En outre, ces complexités montrent la relation inextricable entre le genre, la violence et la punition dans laquelle coexistent la capacité d'action et la victimisation (Giacomello, 2017a).

3.1.1 Gaby

57Comme décrit dans l'introduction de ce chapitre, Gaby a été victime de violence sexuelle et d'exploitation du travail des enfants pendant son enfance. Toutes deux sont restées impunies. Elle n'apparaît dans les registres officiels que comme trafiquante de drogue. Pendant sa détention, elle a été transférée d'une prison mixte –une prison où les établissements pour hommes ont quelques places pour les femmes, soit des dortoirs, des sections ou des sortes de bâtiments séparés- à Tanivet, un établissement entièrement féminin plus proche de la capitale de l'État. Il convient de souligner que les femmes détenues au Mexique sont pour la plupart accueillies dans des prisons mixtes, puisque le pays ne compte que 19 prisons pour femmes sur un total de 311 centres pénitentiaires (CNDH, 2018). Les conditions de détention au Mexique sont désastreuses pour tout le monde, mais les femmes en prison sont en outre exposées à la violation de plusieurs droits, notamment le droit à la santé, les droits sexuels et reproductifs, le droit à l'éducation, à des conditions de vie dignes, au travail, et parfois le droit à la proximité de leur famille et à la communication, entre autres. En outre, les abus sexuels peuvent être utilisés comme monnaie d'échange contre des services et la traite des êtres humains à des fins d'exploitation sexuelle peut également se produire dans les prisons mixtes, y compris les abus sexuels d'enfants qui vivent avec leur mère. Selon la Commission nationale des droits de l'homme, en 2018, 436 enfants vivaient avec leur mère en prison (CNDH, 2018). Le fils de Gaby n'était plus à Tanivet avec elle, car elle avait dû faire le choix de le garder avec elle ou de l'envoyer dans une institution publique pour qu'il reçoive un traitement adapté. Dans un premier temps, elle a demandé au juge de lui accorder le droit d'accompagner son fils lors de son traitement et de revenir avec lui afin qu'ils n'aient pas à se séparer. Le juge a toutefois fait valoir que « les enfants sont une chose et le crime en est une autre », ajoutant qu'« elle aurait dû y réfléchir avant de se lancer dans le trafic de marijuana ». Ce type d'arguments constitue une violation de l'article 9 de la Convention relative aux droits de l'enfant, qui protège le droit des enfants à être proches de leur famille tant que cela est dans leur intérêt supérieur. Il ne tient pas compte non plus des Règles des Nations unies pour le traitement des femmes détenues et les mesures non privatives de liberté pour les femmes délinquantes (Règles de Bangkok) sur l'application de mesures non privatives de liberté aux femmes qui sont les seules ou les principales responsables d'enfants (Giacomello, 2018). Gaby a dû choisir entre le droit de son fils à la santé et son droit à être proche d'elle, alors que ces deux droits sont des droits humains interdépendants et indivisibles (Verhellen, 2015).

58L'implication de Gaby dans le trafic de drogue a commencé lorsqu'elle était enfant. Elle a été recrutée par un homme de haut rang dans le trafic de drogue. Plus tard, elle a également été impliquée et a participé au transport de marijuana à cause d'un homme, ce qui l'a exposée encore plus au risque d'arrestation. Elle était, comme beaucoup de ses compagnons de prison, une enfant aux possibilités limitées qui est devenue une femme dans un environnement dominé par les hommes, au sein d'un État patriarcal où la violence contre les femmes non seulement reste impunie, mais est considérée comme légitime. La réponse de l'État, sous la forme de son incarcération, a encore violé les droits de Gaby et a réduit ses possibilités d'émancipation. Elle a également mis en danger le bien-être de son fils : d'abord en ne lui offrant pas des conditions de vie adéquates et un accès aux soins de santé en prison, puis en le forçant à se séparer de sa mère, seule option pour qu'il puisse effectivement recevoir un traitement adapté.

59La rhétorique des politiques en matière de drogues et leur système d'indicateurs présentent la scène sur laquelle, et le niveau sous lequel, la violence d'État pouvait légitimement être déployée. Gaby et son fils font partie d'un récit officiel sur la poursuite et la punition des délinquants. Ces récits doivent être mis en contraste avec d'autres, qui les montrent comme victimes d'omissions et de violations continues de la part de l'État et de rapports inégaux et violents de genre.

3.1.2 Sonia

60L'histoire de Sonia partage des traits communs avec celle de Gaby. Elle a été accusée de détention de cocaïne, ce qui s'est traduit par une peine de cinq ans de prison. Elle a transporté la drogue du Guatemala au Mexique, cachée sous sa jupe, en voyageant dans un bus, avec son fils de deux ans sur les genoux et son mari recruteur assis à côté d'elle. La façon dont elle raconte son histoire fait écho à celles de la plupart des mules de drogue : une urgence économique –une dette contractée par son mari- qui a conduit ce dernier à participer en tant que mule dans le plus grand couloir terrestre mondial de cocaïne. Il lui a alors dit de voyager avec lui : ils rembourseraient ainsi la dette plus rapidement. Elle a d'abord refusé, ne voulant pas mettre en danger le bien-être de sa famille, mais a finalement accepté. L'axiome de genre lui imposait d'obéir à son mari et d'endurer la violence. Elle a fait les deux et a simultanément suivi la prescription de la bonne mère : elle prendrait son plus jeune fils avec elle, puisqu'il lui incombait de s'occuper de lui.

61Les prescriptions en matière de genre peuvent être utilisées pour camoufler la traite : des femmes jeunes et belles traversant les frontières et séduisant les gardiens, des femmes d'apparence normale faisant la queue comme visiteuses de prison, des « familles » voyageant ensemble, la femme s'asseyant consciencieusement à côté de son mari (Giacomello, 2013a). Dans ce cas, le mari de Sonia lui a suggéré de cacher la drogue scotchée à ses jambes, sous sa jupe.

62Lors de leur arrestation, ils ont été emmenés au bureau du procureur de la police fédérale. Les autorités ont menacé de lui enlever son fils « et de le donner à une famille qui l'aime vraiment ». Les menaces utilisant des enfants sont un moyen assez courant de torture psychologique en détention, généralement sous forme de menaces de torture physique et sexuelle (INEGI, 2016).

63L'enfant a ensuite été envoyé dans une institution publique et Sonia et son mari ont tous deux été placés en détention préventive. Il a été libéré et elle a été condamnée. L'avocat a convaincu Sonia de plaider coupable à l'accusation, afin que son mari puisse être libéré et retourner au Guatemala avec leur enfant. Sonia n'a pas vu ses enfants depuis son incarcération, son mari n'ayant jamais tenu sa promesse de lui rendre visite.

64Les axiomes de genre ont agi au détriment de Sonia. Non seulement elle a été victime de violence domestique en raison des prescriptions du rôle de bonne épouse et de mère, mais elle a été contrainte de transporter elle-même de la drogue à travers les frontières. Elle a été torturée par la police fédérale sur la base d'axiomes de genre, puis incarcérée à la place de son mari. Ces femmes portent un nom dans les prisons mexicaines : les pagadoras-payeuses, c'est-à-dire les femmes qui font de la prison pour couvrir, être accusées avec, ou à la place de, leurs compagnons ou parents masculins (Giacomello, 2013a).

65Gaby et Sonia, ainsi que les dizaines de femmes incarcérées avec lesquelles j'ai parlé au fil des ans, partagent trois axes qui conditionnent leur capacité d'action concernant les infractions liées à la drogue, puisque la plupart d'entre elles reconnaissent avoir commis une infraction. Le premier est le sous-développement : pauvreté multifactorielle, manque d'accès aux services de base, peu ou pas d'opportunités économiques, féminisation de la pauvreté et faible niveau de scolarisation. Cette caractéristique est renforcée par la discrimination et la violence basée sur le genre, qui traversent la vie de ces femmes et ont un impact sur la manière dont elles sont impliquées dans les infractions liées à la drogue, les rôles qu'elles jouent et leur exposition au risque d'être prises en train de transporter de la drogue. L'axe des politiques en matière de drogues se manifeste de deux manières. Premièrement, par la création, via la prohibition, de marchés de drogues illicites et d'organisations de trafic de drogue qui reflètent des systèmes de genre hégémoniques et traitent les femmes et les enfants comme des objets jetables, en perpétuant des structures sexistes qui conduisent à l'exploitation du travail des femmes par leurs compagnons masculins, des relations patriarcales dans le travail salarié illicite, et la violence et la culture patriarcales.

66L'autre conséquence directe des politiques en matière de drogues est la mise en œuvre d'un discours punitif qui repose sur l'incarcération comme moyen de dissuasion. Non seulement ce discours a clairement échoué, étant donné la croissance des marchés de drogues illicites (UNODC, 2019), mais il a deux conséquences qui sont effacées par la rhétorique et les objectifs des politiques sur les drogues elles-mêmes. L'incarcération de femmes pauvres et sans éducation, qui sont pour la plupart victimes de violences, est l'une de ces conséquences. Les impacts de ces incarcérations sur des millions d'enfants dont les parents sont incarcérés et la création d'enfants transnationaux institutionnalisés est l'autre conséquence (Giacomello, 2019).

67Les politiques en matière de drogues créent donc les conditions de l'exploitation des femmes dans un contexte d'inégalités structurelles, et l’incarcération augmente leur exclusion. Les femmes incarcérées pour des délits liés à la drogue sont, plutôt que des trafiquantes, des femmes victimes de la traite. L'interaction des systèmes de genre et des politiques en matière de drogues ouvre la voie à la traite des femmes à la fois par l'État patriarcal et par les organisations criminelles. La manière dont les politiques en matière de drogues sont mises en place – en particulier l'hyper-utilisation du système de justice pénale au détriment d'approches centrées sur la santé – fait que non seulement les États ne parviennent pas à accomplir leurs mandats en termes de développement et d'égalité de genre, mais également qu’ils génèrent et renforcent des formes nouvelles et existantes de discrimination et de violence envers les femmes.

68Cela est également le cas pour les femmes qui consomment des drogues, comme le montre la section suivante.

3.2 Consommation de drogue et accès aux traitements pour les femmes

69En 2008, l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime a identifié cinq conséquences involontaires liées à la mise en œuvre du cadre international actuel des politiques en matière de drogues, qui se compose des trois conventions des Nations unies mentionnées ci-dessus. Ces conséquences sont les suivantes : i) la création d'un marché criminel ; ii) le « déplacement des politiques », qui signifie que davantage de ressources ont été consacrées aux efforts de contrôle de l'offre, négligeant ainsi les mesures axées sur la santé publique, bien que celle-ci soit « la préoccupation principale dans la lutte contre les drogues » (UNODC, 2008, 216) ; iii) le déplacement géographique, ou « effet ballon » , qui correspond à la modification des tendances de la production et des itinéraires de trafic afin d'éviter la répression ; iv) le déplacement des substances ; et, enfin, v) « la manière dont les autorités perçoivent les consommateurs de drogues illicites et les traitent » . L'ONUDC poursuit : « Un système semble avoir été créé dans lequel les personnes qui tombent dans la toile de la dépendance se retrouvent exclues et socialement marginalisées, entachées d'une stigmatisation morale et souvent incapables de trouver un traitement même lorsqu'elles sont motivées pour le chercher » (UNODC, 2008, 216).

70Cette section s'intéresse aux conséquences involontaires suivantes : le déplacement des politiques (ii) et la manière dont les autorités traitent les consommateurs de drogues (v).

71Les informations disponibles montrent qu'au niveau mondial les femmes consomment beaucoup moins de drogues illicites que les hommes, tandis que la consommation non médicale d'opioïdes et de tranquillisants chez les femmes est comparable, voire supérieure, à celle des hommes (UNODC, 2018b, 6). Les données de l'Amérique latine (CICAD, 2019) et du Mexique (INEGI, 2017) confirment ces tendances. Les différences de genre en ce qui concerne la consommation de drogue tendent cependant à se réduire ou à disparaître chez les adolescents. Les femmes deviennent généralement consommatrices de drogue principalement par l'intermédiaire de leurs compagnons intimes masculins et tendent à développer une dépendance plus rapidement que les hommes, un phénomène connu sous le nom d'« effet de télescopage » (UNODC, 2018b).

72Selon l'étude du Groupe Pompidou du Conseil de l'Europe intitulée Améliorer la gestion de la violence subie par les femmes qui consomment des substances psychoactives, les femmes toxicomanes subissent des violences plus nombreuses et plus graves que i) les hommes, ii) les femmes dans la population générale et iii) les hommes toxicomanes. De plus, les personnes qui consomment des drogues ont subi plus de violence que les personnes qui n'en consomment pas (Benoit et Jauffret-Roustide, 2016). Les femmes consommatrices de drogues sont victimes i) de violence domestique et de leur partenaire intime ; ii) de violence pendant l'enfance ; iii) de scènes de consommation de drogues, principalement la violence sexuelle ; iv) de violence liée au travail du sexe ; v) de violence liée à la traite des êtres humains et vi) de violence institutionnelle. Cette dernière se manifeste dans différents espaces, notamment dans les postes de police et les patrouilles, ainsi que dans les centres de traitement de la toxicomanie, en particulier dans ceux dans lesquels il y a des patients hommes et femmes.

73L'accès des femmes aux traitements est limité par plusieurs facteurs, mais le principal est l'intersection des systèmes de genre et des politiques en matière de drogues. Le manque d'attention portée à la santé publique dans les politiques en matière de drogues non seulement annule la rhétorique et les objectifs supposés de l'ensemble du système de contrôle des drogues, mais met aussi la vie des gens en danger. Comme l'indique l'Etude sur l'impact du problème mondial de la drogue sur la jouissance des droits de l'homme réalisée par le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme (HCDH, 2015), les politiques actuelles en matière de drogues entraînent plusieurs violations des droits fondamentaux des consommateurs de drogue. Il s'agit notamment du droit à la santé, car les politiques ne garantissent pas l'accès au traitement. Elles criminalisent également les consommateurs de drogues. En outre, les personnes qui consomment des drogues peuvent être victimes de discrimination dans les établissements de soins de santé. L'absence de services de réduction des risques dans la communauté et dans les prisons réduit encore les possibilités d'atteindre les consommateurs de drogue et de réduire la transmission du VIH et des hépatites B et C, ou de prévenir les overdoses. La stigmatisation et la criminalisation entourant la consommation de drogue découragent les usagers de chercher un soutien dans le secteur des soins de santé, de peur d'être arrêtés. L'ODD numéro 3, « Donner aux individus les moyens de vivre une vie saine et promouvoir le bien-être de tous à tous les âges » , (UN General Assembly, 2015, 14) traite spécifiquement de ces questions dans les objectifs 3.3 (d'ici à 2030, mettre fin aux épidémies de sida, de tuberculose, de paludisme et de maladies tropicales négligées et combattre l'hépatite, les maladies hydriques et autres maladies transmissibles) et 3.5 (renforcer la prévention et le traitement de l’abus de substances psychoactives, notamment de stupéfiants et d’alcool).

74Le manque de centres de traitements, d'une part, et les obstacles à l'accès aux traitements existants, d'autre part, résultent tous deux directement des politiques en matière de drogues mises en place dans des contextes nationaux spécifiques. Les deux ont des conséquences pires pour les femmes. Selon l'Organe international de contrôle des stupéfiants, « moins de femmes que d'hommes qui ont besoin d'un traitement peuvent y accéder » (OICS, 2016, 8). Cette situation est directement liée aux barrières culturelles, sociales et structurelles dans lesquelles s'imbriquent les politiques en matière de drogues et le genre :

Dans le monde, les femmes représentent un tiers des personnes qui consomment des drogues, mais seulement un cinquième de celles qui sont en traitement. Les femmes se heurtent à d'importants obstacles systémiques, structurels, sociaux, culturels et personnels pour accéder au traitement de la toxicomanie. Au niveau structurel, les principaux obstacles sont notamment le manque de services de garde d'enfants et le jugement porté sur les femmes qui consomment des drogues, surtout si elles sont enceintes. Souvent, les programmes de traitement résidentiel n'admettent pas les femmes avec enfants. Les femmes qui consomment des drogues peuvent ne pas chercher de traitement par crainte de perdre la garde de leurs enfants. Parmi les autres raisons expliquant la faible participation des femmes aux traitements, on peut citer l'attitude hostile du personnel médical ou des cliniques qui sont inondées de clients masculins, ce qui les rend peu accueillantes pour les clientes (INCB, 2016, 7).

75Les femmes sont également confrontées à des obstacles plus importants lorsqu’il s’agit d’accéder aux services de réduction des risques et aux traitements en prison (Sander, Shirley-Beavan et Stone, 2019) et au sein de la communauté. Ce problème n'est pas restreint à l'Amérique latine mais peut être défini comme un problème mondial, différents pays offrant différents niveaux et qualités d'accès (Ayon et al., 2019 ; Médecins du Monde, 2019 ; Uusküla et al, 2018). En outre, les femmes qui consomment des drogues et sont victimes de violence se voient généralement refuser l'accès aux foyers pour femmes victimes de violence en raison de leur consommation de drogue, que ce soit par la loi ou par une pratique institutionnalisée, ce qui les place, elles et leurs enfants, dans une situation de vulnérabilité accrue en raison des actions des institutions publiques et privées (Benoit et Jauffret-Roustide, 2016 ; HRI, 2013).

3.3 Les femmes dans les centres de traitement de la toxicomanie au Mexique

76Au Mexique, les établissements publics de traitement de la toxicomanie sont rares : seulement 44 centres résidentiels, plus 11 établissements gérés par des centres d'intégration pour mineurs (Centros de Integración Juvenil (CIJ) –une organisation civile financée par le gouvernement) contre 2108 centres privés (CONADIC, 2019a). Seule la moitié des centres privés sont enregistrés auprès de la Commission nationale contre les addictions (Comisión Nacional contra las Adicciones, CONADIC), qui est, entre autres fonctions, l'autorité responsable du contrôle des centres de traitement de la toxicomanie. Sur les 1045 centres enregistrés, seuls 348 sont reconnus par la CONADIC, ce qui signifie qu'ils ont été évalués et supervisés. Parmi ceux-ci, 99 sont réservés aux hommes et aux femmes, 34 aux femmes uniquement et le reste aux hommes uniquement (CONADIC, 2019b). Les CIJ sont également mixtes. Comme dans le cas des prisons, les femmes sont donc principalement traitées dans des centres mixtes. Que les centres de traitement résidentiels non enregistrés et non supervisés prédominent se traduit par une myriade de méthodes, de conditions de vie et souvent d'abus. La plupart des centres, familièrement appelés « granges » (granjas) ou « annexes » (anexos), sont des lieux où les punitions physiques sont courantes, ainsi que les mauvais traitements psychologiques, le travail forcé, les abus sexuels et les meurtres. Pour les consommateurs de drogue forcés de vivre dans ces centres indéfiniment, ne pas se réveiller le lendemain est une menace concrète. Malheureusement, les recherches universitaires sur ce sujet sont rares, car il est risqué de s'aventurer dans ces centres.

77Comme expliqué dans l'introduction de ce chapitre, les pages suivantes sont basées sur un travail de terrain effectué entre février et novembre 2019 dans le cadre d'un projet de recherche en cours que l'auteure développe pour l'Université du Chiapas et EQUIS Justice pour les femmes (Mexique). Le tableau 1 montre comment les entretiens sont répartis.

TABLEAU 1 : Type et nombre d’informateurs.trices

Groupes

Nombre d'entretiens

Femmes dans des centres de traitement

21

Filles dans des centres de traitement

4

Garçons dans des centres de traitement

4

Femmes en prison

15

Femmes en prison pour des infractions liées à la drogue (pas de consommation de drogue)

3

Personnes ayant des connaissances universitaires ou professionnelles sur ce sujet

15

SOURCE: AUTEURE

78Les entretiens avec les femmes et les jeunes filles ont été réalisés individuellement ou en groupe, selon le choix des femmes. Tant en prison que dans les centres de traitement, la confidentialité a été garantie et les conversations ont eu lieu dans un cadre confidentiel. Les entretiens se sont concentrés sur deux sujets principaux : le développement de la consommation de drogue en relation avec les histoires de vie des personnes interrogées, et les expériences des personnes interrogées en matière de traitement résidentiel. La figure 2 montre les informations recueillies pour chaque femme ou fille. Elle systématise les informations sur 21 femmes et 4 filles dans des centres de traitement de la toxicomanie, 15 femmes en prison et 2 anciennes consommatrices de drogues qui travaillent respectivement comme directrice et sous-directrice dans des centres de traitement privés.

79Les deux premières colonnes indiquent le nom et l'âge ; dans les neuf colonnes –en couleur– suivantes, la première drogue consommée est marquée avec l'âge de la personne interrogée au moment de la première consommation (soit avec l'âge spécifique, soit sur une tranche d'âge ou une période de temps ; voir la légende de la figure pour plus de détails). Lorsque deux ou plusieurs drogues ont été consommées pour la première fois dans la même tranche d'âge, les substances supplémentaires sont mentionnées de la même manière. ATS signifie stimulants de type amphétamine. La colonne –monochrome– suivante indique si la femme ou la fille a été victime d'abus sexuels. Cette question n'a jamais été formulée spécifiquement, le sujet n'étant abordé par l'auteure que si des conditions de confiance avaient été établies ou par les personnes interrogées elles-mêmes. Par conséquent, lorsque l'abus sexuel n'a pas été évoqué, le cas est étiqueté « non spécifié » en gris. S'il n'y a pas de signe, cela indique que la femme ou la fille a spécifiquement affirmé qu'elle n'avait pas été violée. La dernière colonne indique le nombre d'enfants, la grossesse au moment de l'entretien étant signalée par un astérisque.

FIGURE 2 Informations récoltées auprès de femmes et de filles consommatrices de drogues

Femmes dans des centres de traitement de la toxicomanie

Femmes dans des centres de traitement de la toxicomanie

Femmes en prison

Femmes en prison

SOURCE : AUTEURE.

80En termes de consommation de drogues, les données reflètent les tendances nationales, l'alcool et le tabac étant les premières drogues consommées et la marijuana la première drogue illégale (Instituto Nacional de Psiquiatría Ramón de la Fuente Muñiz, 2017). Les drogues à impact – c'est-à-dire celles qui causent le plus de dommages individuels et sociaux – sont principalement les méthamphétamines en cristaux, l'héroïne et les drogues de type cocaïne. La consommation de toutes les drogues, à une exception près, commence pendant l'enfance (à partir de six et neuf ans) et l'adolescence. Les membres de la famille (principalement les pères et les frères) sont le principal vecteur d'initiation à la consommation de drogues. Par exemple, Marta a reçu de la cocaïne de son père, un officier de la police fédérale, lorsqu'elle avait 12 ans, afin que « personne ne puisse la tromper quand elle serait grande ». La plupart des femmes ont des familles avec des antécédents d'abus d'alcool.

81Sur les 43 femmes et filles, 21 ont déclaré avoir subi des abus sexuels. Les principaux auteurs étaient des oncles, des beaux-pères, des pères, des grands-pères et des cousins. Au total, 23 avaient des enfants, ce qui reflète la tendance des grossesses d'adolescentes mentionnée dans l'introduction de ce chapitre. C'est l'expérience de Sarah, qui a été abusée par ses cousins plus âgés lorsqu'elle avait huit ans et jusqu'à ses onze ans, chaque dimanche après-midi, juste après la messe. Ou encore Tamara, qui a été abusée par son grand-père puis envoyée dans un centre de détention pour mineurs après l'avoir poignardé à mort à l'âge de 16 ans. « Chat » (Gato) a été violée par son grand-père dès l'âge de trois ans, puis par son père à l'âge de 16 ans. Les violences sexuelles ne sont généralement pas signalées et, lorsqu'il s'agit d'enfants de genre féminin, on ne les croit généralement pas. Aucune des multiples formes de violence que ces femmes ont subies dans leur enfance n'a eu de conséquences pour leurs auteurs. En revanche, elles en ont eu pour leurs victimes. Les relations de ces femmes avec la drogue sont intrinsèquement liées à leurs histoires de vie et à leur genre (Romero Mendoza et al., 2018).

82Les cas suivants fournissent un exemple des récits qui façonnent les résultats de la recherche présentée ici. Le premier est le cas d'Alejandra, une femme incarcérée au moment de l'entretien. Le second est celui de Sol, une jeune adolescente qui travaillait comme tueuse pour un cartel de la drogue et qui a été détenue contre son gré dans un centre de traitement privé.

3.3.1 Alejandra

83« Vous avez eu une vie très difficile... » ai-je dit après l'avoir écoutée pendant plus de 40 minutes, sentant qu'il manquait une pièce. « Après une situation qui m'est arrivée... j'ai changé. J'étais heureuse... » dit-elle en regardant en bas, « j'étais heureuse, heureuse... » réaffirme-t-elle, son esprit se remémorant des souvenirs d'une période de son enfance. « Quelqu'un t'a fait du mal ? » lui demandais-je. Son histoire commence enfin.

84Alejandra (Ale) avait treize ans et elle vivait dans un village du Chiapas, un état pauvre du sud du Mexique. Elle vivait avec ses grands-parents et ses frères et sœurs. Ses deux parents vivaient dans d'autres États du Mexique. Un matin, elle se rendait à l'école à pied. Elle marchait généralement avec un camarade d'école, son amour platonique. Mais ce jour-là, il n'est pas venu. Deux voisins sont apparus. Ils lui ont frappé les chevilles avec un bâton et l'ont forcée à marcher avec eux jusqu'à un champ voisin. Elle a appelé à l'aide, mais personne n'est venu. « Ils ont fait tout ce qu'ils voulaient avec moi », a-t-elle dit, la violant et la battant pendant des heures. Quand ils l'ont laissée partir, ils l'ont exhortée à ne le dire à personne et ont menacé de violer ses sœurs si elle le faisait. Ils ont commencé à se tenir devant sa maison tous les jours, pour la surveiller, la forçant à un silence effrayant. Au bout de quelques jours, elle a raconté ce qui s'était passé à sa grand-mère. Pourtant, même après que sa famille ait informé la police, rien ne s'est passé. Elle est retournée à l'école quelques jours plus tard, en changeant sa façon de rentrer chez elle, en essayant de les éviter. Mais un jour, les deux mêmes hommes l'ont interceptée. Ils l'ont emmenée dans une maison et l'ont gardée captive, la violant et la battant. Il y avait des enfants dans la pièce », a-t-elle dit, peut-être les fils ou les neveux des hommes, et ils leur disaient « Regardez et apprenez comment on traite les femmes ». Au bout de trois jours, ils l'ont relâchée.

85C'est cette histoire qui a changé la vie d'Ale. Son adolescence et sa jeunesse ont été marquées par l'abus de drogues et la détention dans un centre pénitentiaire pour mineurs. Elle a été accusée de complicité dans un homicide et s'est tournée vers la prostitution pour obtenir de l'argent afin de payer la drogue. Pourtant, elle avait besoin de plus de drogue pour trouver la force de se vendre à nouveau. Lorsque je l'ai rencontrée, elle était en détention préventive dans la section féminine de la prison de moyenne sécurité El Amate, pour vol avec violence.

3.3.2 Sol

86Sol avait 15 ans quand je l'ai interviewée. Elle était gardée dans une « annexe ». Sa famille l'y a amenée de force et elle a été traînée à l'intérieur, avec violence, par les « gardiens » de l'annexe (des détenus qui acquièrent un certain degré d'autorité au sein du régime de contrôle vertical des centres). Elle craignait pour sa vie : d'une part, Fito, un « militaire » ou « ancien policier » chargé de la sécurité du centre –comme l'ont décrit les femmes et les filles à qui j'ai parlé– pourrait la punir, elle et ses codétenues, pour avoir donné un entretien. D'autre part, elle savait que le cartel de la drogue pour lequel elle travaillait pourrait tenter de l'assassiner : « J'ai quitté le cartel ; il n'y a aucun moyen de sortir du cartel, seulement la mort ».

87Sa consommation de drogue a commencé à l'âge de six ans, avec des inhalations. Elle a grandi dans la zone rouge d'une ville du centre-nord du Mexique, avec sa mère, une travailleuse du sexe. Puis sa mère s'est installée à Tijuana, à la frontière nord, où elle a commencé à travailler comme « femme de compagnie » pour un cartel de la drogue. Le père de Sol travaillait pour un cartel de drogue rival de l'autre côté de la frontière, à Ciudad Juárez. Sol a été violée par son beau-père lorsqu'elle avait quatre ans, puis à huit ans par le patron de sa mère. Il a enrôlé de force Sol pour vendre de la drogue, engager d'autres femmes pour le cartel et, plus tard, pour devenir une tueuse à gages, une sicaria.

88Alejandra et Sol, ainsi que la plupart des femmes et des jeunes filles avec lesquelles j'ai parlé, partagent une expérience de vie commune qui peut être résumée ainsi : tout d'abord, lorsqu'elles sont enfants, elles sont victimes de violences au sein de leur famille, principalement sous la forme de violence sexuelle et physique, de négligence et de violence verbale. Lorsqu'elles tentent de partager les détails de ces épisodes de violence sexuelle, on ne les croit pas ; au contraire, on les accuse de mentir ou on leur reproche d'avoir provoqué leur beau-père ou d'autres auteurs de ces violences masculins. D'autres réactions –généralement de la part de leur mère- incluent des coups et blessures. Deux scénarios principaux s’ouvrent à elles : rentrer dans un cycle de violence basée sur le genre dans le cadre de relations avec des hommes plus âgés, dans des milieux de consommation de drogue, et dans des milieux institutionnels (postes de police, prisons et centres de traitement de la toxicomanie). Cela conduit généralement à des grossesses multiples –d'abord chez les adolescentes et ensuite chez les femmes adultes– et, parfois, au travail du sexe, à l'exploitation sexuelle et à la criminalité induites par le partenaire. Elles peuvent autrement finir par se retrouver à vivre dans la rue. Dans les deux cas, fuir la violence les conduit vers de nouvelles formes d’abus.

89Dans les cas où elles sont enrôlées de force par le crime organisé, les tueuses à gages auxquelles j'ai parlé – quatre d'entre elles en prison et deux filles dans un centre de traitement de la toxicomanie – en ont fait l'expérience au début de leur adolescence. Au moment où je leur ai parlé, elles avaient toutes été victimes de multiples viols et avaient tué un nombre incalculable de personnes. Interrogées sur le rôle de l'État, les femmes incarcérées ont exprimé une opinion claire et nette : « L'État ne fait que nous battre, nous arrêter et nous tuer ».

90Dans la première partie des récits des personnes interrogées, les drogues apparaissent clairement comme un mécanisme d'adaptation contre la douleur causée par la négligence et les abus au sein du foyer et dans les relations intimes avec les partenaires. Lorsque la dépendance se développe et que la vie commence à tourner autour de la drogue, leurs points de référence – principalement la famille – s'effondrent et des situations plus risquées surviennent, comme la vie dans la rue, le travail du sexe et l'exposition à la criminalisation et à l'incarcération. À ce stade, le traitement obligatoire entre en jeu et les femmes, une fois de plus, comme dans le cas des femmes incarcérées pour des délits liés à la drogue, sont isolées dans des espaces dominés par les hommes où se produisent des formes multiples de violence genrée contre les femmes. Les structures patriarcales – à savoir la violence contre les femmes et la culture patriarcale – se reproduisent dans les circuits de consommation de drogues ainsi que dans les centres de traitement.

91Le centre de traitement où j'ai interrogé Sol était particulièrement dangereux et j'ai été incitée à le quitter par le propriétaire, prétendument un pasteur protestant, comme mentionné dans l'introduction de ce chapitre. Comme c'est le cas dans d'autres centres de traitement, les gens y étaient détenus de manière obligatoire pour une durée indéterminée. Selma, par exemple, a été détenue dans un centre de traitement de la toxicomanie pendant une année entière sans jamais avoir mis le pied dehors. C'est un endroit très sombre, enfumé, trop petit pour toutes les personnes qui y vivent, sans ventilation ni lumière naturelle. En raison de sa bonne conduite et des résultats obtenus dans le cadre de son traitement, elle a été autorisée à rentrer chez elle pour rendre visite à sa fille en bas âge. Elle s'est rendue aux États-Unis, près de la frontière avec le Mexique, où vivait sa famille. Elle y a rencontré son cousin, avec lequel elle fumait de la méthamphétamine avant de suivre un traitement. Elle a recommencé à fumer. Malgré le fait qu'elle ait retrouvé sa fille et qu'elle ait recommencé à consommer cette drogue, elle est retournée consciencieusement au centre de traitement de la toxicomanie. Le retour de Selma au centre aurait dû être considéré comme un accomplissement majeur dans sa guérison. Le centre a toutefois découvert qu'elle avait rechuté et la rechute est considérée comme un état de dépendance à la drogue. Elle a donc été sanctionnée : elle a dû s'asseoir pendant des semaines sur le « banc des personnes qui ont rechuté », exposée à l’ensemble du centre. Cela s'est passé quatre mois avant que je l'interviewe en août 2019. Elle m'a expliqué que sa rechute impliquait que c’était comme si ses antécédents de traitement n’avaient jamais existé. « Je dois accepter que je suis ici depuis quatre mois, et pas un an et quatre mois ».

92Il est important de souligner que ce centre est certifié par l'autorité publique nationale. Les personnes y sont détenues indéfiniment. La durée du traitement est décidée par les propriétaires eux-mêmes sur la base d'une évaluation arbitraire du processus de guérison, visant l'abstinence. Les patients – habituellement appelés « détenus » – y sont généralement amenés par leur famille contre leur volonté et laissés entre les mains des propriétaires, qui isolent et font vivre une population retirée de toxicomanes sur le chemin obligatoire de l'abstinence. Dans d'autres cas, les consommateurs de drogue sont ramassés –pratiquement kidnappés par le personnel d'un centre et obligés de monter dans des véhicules pour être transportés au centre. Ces « ramasseurs » sont connus sous le nom de « Patrouille Céleste ». Personnellement, après avoir interrogé Selma, j'ai ressenti un besoin urgent de m'échapper. Je n'avais jamais ressenti un tel sentiment d'emprisonnement, pas même dans la section de haute sécurité d'une prison fédérale pour femmes.

93Outre la violence sexuelle, qui ne semble pas se produire dans les centres que j'ai visités, d'autres formes de violence et de discrimination fondées sur le genre touchent les femmes, en particulier dans les centres mixtes. Elles peuvent être divisées en trois formes : discursive, structurelle et normative.

94La violence discursive fondée sur le genre se reflète dans la façon dont le personnel d'un centre se réfère aux femmes qui consomment des drogues : elles seraient plus problématiques que les hommes, elles tenteraient d'attirer l'attention des hommes à des fins sexuelles, elles seraient individuellement responsables de la dépendance aux drogues et de ses conséquences. Les filles et les femmes seraient coupables de leur consommation de drogue, les conditions structurelles étant complètement écartées et non prises en compte dans le diagnostic de la dépendance. La consommation de drogue est considérée comme un problème individuel que les personnes doivent résoudre elles-mêmes par le biais d'un traitement et d'un isolement, en visant l'abstinence. Ce discours s'applique également aux hommes ; dans le cas des femmes, cependant, l'« échec personnel » est renforcé par la transgression des axiomes de genre. Les utilisatrices sont doublement étiquetées et stigmatisées et elles font l'objet d'une discrimination encore plus grande lorsqu'elles sont mères.

95Ces discours sont ancrés dans des conditions structurelles et normatives. Sur le plan structurel, les centres mixtes comptent moins de places pour les femmes. Par exemple, dans l'un des centres publics que j'ai visités, sur un total de 40 lits, seuls six étaient réservés aux femmes. L'hypothèse selon laquelle les femmes consommeraient moins de drogues que les hommes n'est pas une justification durable de cette disparité, puisque chez les adolescents la différence de genre est presque inexistante. En outre, compte tenu des obstacles auxquels les femmes sont confrontées pour accéder aux traitements, le manque de places peut se traduire par l'exclusion et donc par le fait de pousser les femmes à s'éloigner des soins de santé plutôt que de les convaincre de chercher de l'aide.

96Les structures patriarcales sont reproduites dans les systèmes de genre des centres de traitement. Par exemple, dans un centre de traitement mixte à Baja California, le directeur, lui-même ancien toxicomane, avait épousé une des détenues, qui est maintenant sous-directrice. Les femmes des centres mixtes doivent souvent se trouver ce que je définis comme « un mâle dominant » pour devenir leur propriété, afin que les autres usagers ou le personnel n'essaient pas ouvertement d’en faire des objets sexuels. Dans les relations horizontales entre masculinités concurrentes et leur interaction avec la domination sexuelle patriarcale verticale sur les femmes, les femmes sont forcées de « choisir » un partenaire sexuel qui les fera sortir du domaine de l'« objet sexuel jetable » pour les faire passer à la place légitime de « femme de quelqu'un ». C'est ce que souligne également le rapport du Groupe Pompidou :

Les relations entre les usagères femmes, les usagers hommes et le personnel de ces communautés reproduisent les rapports du monde extérieur : les femmes sont souvent stigmatisées et harcelées par certains usagers hommes, mais aussi par certains membres du personnel. Tout geste amical de la part des femmes peut être perçu comme une tentative de séduction. Si elles flirtent, les femmes sont également jugées et reconnues coupables en raison de l'idée profondément ancrée qu'elles utilisent leur corps pour obtenir de la drogue en échange. Cela conduit parfois les femmes à accepter, comme elles le faisaient avant leur arrivée, une relation basée sur une stratégie de protection afin d’éviter le harcèlement et la violence de la part des autres résidents masculins et du personnel du centre (Benoit et Jauffret-Roustide, 2016, 25).

97Dans ce même centre de Baja California, alors que les hommes étaient autorisés à sortir pour effectuer des « services » pour le centre –essentiellement collecter de l'argent dans la rue ou travailler gratuitement dans des boulangeries et autres établissements ou magasins similaires- les femmes ne pouvaient jamais quitter le centre. La raison invoquée était que les femmes devaient être « protégées », principalement d'elles-mêmes, car on supposait qu'elles se adoptaient des pratiques sexualisantes pour séduire les hommes.

98Les croyances de discrimination de genre préjudiciables aux femmes sont reproduites dans d'autres pratiques. Dans deux centres de traitement publics mixtes que j'ai visités, les hommes et les femmes ne peuvent avoir aucun contact entre eux et doivent respecter des règles vestimentaires qui ne provoquent pas de comportements sexuels. Par exemple, les femmes ne peuvent pas porter de shorts, de jupes ou de robes. Lorsque des échanges verbaux, écrits ou oraux ont lieu entre hommes et femmes, les femmes sont généralement accusées d'inciter les hommes. Une patiente m'a raconté qu'à une occasion elle a quitté son dortoir au milieu de la nuit pour aller aux toilettes et qu'elle portait des legging serrés. Le lendemain, elle a reçu un avertissement et on lui a dit : « Vous essayez de vous faire violer ». Cette femme avait été victime d'abus sexuels depuis l'âge de trois ans.

99La recherche empirique, ainsi que le cadre plus large des systèmes de genre, des politiques en matière de drogues et des obstacles rencontrés par les femmes dans l'accès au traitement, soutiennent l'argument selon lequel, dans le cas des femmes consommatrices de drogues et en plus des éléments discursifs et pratiques, les politiques actuelles en matière de drogues sont inscrites dans des structures patriarcales qui créent les conditions et la justification de la violence basée sur le genre, de la violence domestique et de la violence contre les femmes et les filles. Les deux groupes de « femmes en détention » analysés dans ce chapitre, au lieu d'être accompagnés par les communautés, les familles et les institutions de l'État qui sont censées répondre aux souffrances et aux crimes commis à leur encontre et tenter de les réparer, sont encore davantage isolés par l'institutionnalisation dans des espaces légaux ou illégaux, où la violence envers les femmes est reproduite de manière accrue.

4 Conclusions

100Ce chapitre s'est concentré sur deux groupes de femmes en détention : les femmes incarcérées et les femmes dans les centres résidentiels de traitement de la toxicomanie. Les intersections entre le genre, le développement et les politiques en matière de drogues ont été analysées selon le cadre théorique du genre. Ce texte défend l'idée que le système actuel de contrôle des drogues fait partie intégrante des structures patriarcales et que l'interaction entre les politiques en matière de drogues et les systèmes de genre qui sont préjudiciables aux femmes crée les conditions de la violence basée sur le genre qui s’exerce envers les femmes et les filles. Cela se produit en encourageant la poursuite et l'incarcération des personnes accusées de délits mineurs non violents liés à la drogue et en mettant en place un cadre discursif et pratique de stigmatisation et de criminalisation des personnes qui consomment des drogues. Les politiques en matière de drogues créent une plate-forme pour la traite et l'exploitation sexuelle et professionnelle des femmes et des enfants, dans leurs familles et leurs communautés, ainsi que par le crime organisé et les institutions de l'État. En favorisant un système de répression au détriment d'une approche de santé publique, les politiques actuelles en matière de drogues ont déclenché une crise des droits humains qui touche principalement les populations défavorisées des pays en développement et les consommateurs de drogue. Entrelacées avec les systèmes de genre basés sur la « valence différentielle des sexes » comme discuté ci-dessus, les disparités se manifestent à travers la féminisation de la pauvreté et la violence contre les femmes. Ces deux éléments constituent les causes sous-jacentes de la participation des femmes aux infractions liées à la drogue et à la consommation de drogue et entravent le développement et l'autonomisation des femmes, ainsi que la réalisation de l'égalité de genre.

101Ces dernières années, les enceintes de discussion de la politique internationale en matière de drogues ont pris en compte ces questions. L'ONUDC a produit des documents sur les femmes et la consommation de drogues et a consacré une brochure aux femmes dans le Rapport mondial sur les drogues de 2018 (ONUDC, 2018b). L'Organe international de contrôle des stupéfiants (International Narcotics Control Board INCB, 2016) a consacré un chapitre spécial dans l'un de ses rapports annuels à la participation des femmes aux infractions liées à la drogue et à la consommation de drogues.

102Comme nous l'avons dit dans l’introduction ce chapitre, en préparation de l'Assemblée générale spéciale des Nations unies sur les drogues en 2016 (UN General Assembly, 2016), ONU Femmes (2014) a présenté la note d'information intitulée Une perspective de genre sur l'impact de la consommation de drogues, du commerce des drogues et des régimes de contrôle des drogues. L'organisation y affirme qu’« outre une approche plus humaine et équilibrée des efforts internationaux de lutte contre la drogue, centrée sur les droits humains et mettant l'accent sur les dimensions de santé publique de cette crise, cette approche doit également prendre en compte le genre » (UN Women, 2014, 3).

103En mars 2016, la Commission des stupéfiants a approuvé la résolution intitulée Intégration d'une perspective de genre dans les politiques et programmes relatifs aux drogues (UN CND, 2016). Malgré l'existence de deux résolutions précédentes sur les femmes, celle-ci se distingue par son approche intégrale. Le texte reconnaît les femmes en tant qu'utilisatrices et souligne les obstacles à l'accès aux traitements. Il relève également l'implication des femmes dans le trafic –principalement dans les positions les plus basses des organisations criminelles et qui s’effectue souvent par le biais de la tromperie et de la coercition- et souligne qu’il est important que les femmes soient des agents dans les politiques en matière de drogues, appelant à la participation active des femmes dans « l'élaboration et la mise en œuvre des politiques et programmes nationaux relatifs aux drogues » (UN CND, 2016, 3). Parmi les actions proposées par la résolution il y a encore : i) la collecte et le partage de données quantitatives et qualitatives, ventilées par âge et par sexe, relatives au problème mondial de la drogue ; ii) la préférence donnée à des mesures non privatives de liberté lors de la condamnation ou de la prise de décision concernant les mesures préventives pour une femme enceinte ou une femme qui est la seule ou la principale responsable d'un enfant ; et iii) « l'élargissement de la couverture des programmes existants et la garantie de l'accès à ces programmes tout en assurant la formation et la supervision de tous les professionnels de la santé et des professionnels des services sociaux travaillant avec les femmes, y compris en milieu carcéral » (UN CND, 2016, 4).

104En outre, dans le document final de l'Assemblée générale des Nations unies (2016), il est fait spécifiquement référence à l'intégration de la dimension de genre :

Intégrer une perspective de genre et assurer la participation des femmes à toutes les étapes de l'élaboration, de la mise en œuvre, du suivi et de l'évaluation des politiques et programmes en matière de drogues, élaborer et diffuser des mesures adaptées à l'âge et au genre des personnes, qui tiennent compte des besoins et des circonstances spécifiques des femmes et des filles en ce qui concerne le problème mondial de la drogue et, en tant qu'États parties, mettre en œuvre la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (UN General Assembly, 2016, 15).

  • 12 Bacchi développe la méthodologie de l'évaluation approfondie comme une analyse politique ex ante qu (...)

105De tels appels sont importants et nécessaires. La collecte de données ventilées par genre, la promotion du recours à des alternatives à l'incarcération pour les femmes enceintes ou principales pourvoyeuses de soins, l'amélioration et l'élargissement de l'accès des femmes au traitement et l'inclusion des femmes concernées dans la conception, la mise en œuvre et l'évaluation des politiques en matière de drogues sont autant de mesures fondamentales qu'il convient d'encourager. Toutefois, elles n'auront qu’un effet de surface si elles ne s'inscrivent pas dans un spectre plus large de transformations nécessaires et urgentes du système international de contrôle des drogues et de sa mise en œuvre, de sa rhétorique, de ses indicateurs et de ses pratiques. Une « évaluation approfondie »12 (Bacchi et Eveline, 2010) devrait remplacer la pratique actuelle de l'analyse de genre des politiques en matière de drogues, afin de garantir le pouvoir transformateur de l'intégration du genre et d'éradiquer la reproduction des structures patriarcales. Une telle approche devrait commencer au cœur du système international de contrôle des drogues et de ses institutions, qui devraient montrer la voie aux nations pour qu'elles s'engagent sur les mêmes chemins.

106En outre, il est primordial que les femmes qui consomment des drogues, les communautés de toxicomanes, les professionnels et les organisations de la société civile travaillant sur des questions connexes, encouragent et s'intègrent à des récits et des pratiques alternatives, sans stigmatisation et axées sur l'autonomisation, concernant le genre, la consommation de drogue, les besoins et les forces des femmes, la violence basée sur le genre et les responsabilités liées au care. La participation active des femmes qui consomment des drogues n'est pas seulement souhaitable sur le plan éthique, elle est indispensable à l'élaboration d'outils qui i) répondent efficacement aux diverses situations des femmes et de la consommation de drogues, ii) répondent aux besoins des femmes et iii) reconnaissent et exploitent leurs points forts, en fournissant une orientation, des stratégies et des pratiques aux femmes qui consomment des drogues en général, dans une approche intersectionnelle.

107Compte tenu de la situation actuelle de violence envers les femmes et des inégalités structurelles dans la plupart des pays en développement, il est évident que la politique actuelle en matière de drogues n'est pas la seule ni même la principale cause de la violence envers les femmes et les jeunes filles et que même des changements profonds dans la manière dont les conventions sur les drogues sont mises en œuvre ne permettraient pas de s'attaquer aux fondations des systèmes de genre qui les sous-tendent. Cependant, si le système international de contrôle des drogues ne s'attaque pas correctement à l'inégalité de genre à partir d'un « examen depuis l'intérieur », les politiques en matière de drogues resteront une composante importante des structures patriarcales et un outil rhétorique et pratique pour reproduire la détention symbolique et concrète des femmes.

Top of page

References

Álvarez, M.C.A. (2019a) Women, Drug Policy and Incarceration in Thailand: Promoting Humane and Effective Responses (London: International Drug Policy Consortium), http://fileserver.idpc.net/library/Thailand_Policy_Guide_Women.pdf (consulté le 8 octobre 2019).

Álvarez, M.C.A. (2019b) Women, Drug Policy and Incarceration in Indonesia: Promoting Humane and Effective Responses (London: International Drug Policy Consortium), http://fileserver.idpc.net/library/Indonesia_Policy_Guide_Women.pdf (consulté le 8 octobre 2019).

Álvarez, M.C.A. (2018) Women, Drug Policies and Incarceration in the Philippines: Promoting Humane and Effective Responses (London: International Drug Policy Consortium), http://fileserver.idpc.net/library/Philippines_Policy_Guide_Women.pdf (consulté le 8 octobre 2019).

Anderson, T.L. (2005) ‘Dimensions of women’s power in the illicit drug economy’, Theoretical Criminology, 9(4), pp. 371-400.

Ayon, S., F. Jeneby, F. Hamid, A. Badhrus, T. Abdularham and G. Mburu (2019) ‘Developing integrated community-based HIV prevention, harm reduction, and sexual and reproductive health services for women who inject drugs’, Reproductive Health, 16(1), DOI: 10.1186/s12978-019-0711-z

Bacchi, C. et J. Eveline (2010) Mainstreaming politics: Gendering practices and feminist theory (Adelaide: University of Adelaide Press), https://digital.library.adelaide.edu.au/dspace/bitstream/2440/64322/2/hdl_64322.pdf (consulté le 1 décembre 2019).

Bailey, C. (2013) ‘Exploring Female Motivations for Drug Smuggling on the Island of Barbados: Evidence from Her Majesty’s Prison, Barbados’, Feminist Criminology, 8(2), pp. 117-141.

Benoit, T. et M. Jauffret-Roustide (2016) Improving the management of violence experienced by women who use psychoactive substances (Strasbourg: Council of Europe), https://rm.coe.int/improving-the-management-of-violence-experienced-by-women-who-use-psyc/168075bf22 (consulté le 7 octobre 2019).

Bewley-Taylor, D. (2016) ‘Towards Metrics that Measure Outcomes that Matter’ (Swansea, UK: Global Drug Policy Observatory and Swansea University), https://www.swansea.ac.uk/media/Towards-Metrics-that-Measure-Outcomes-that-Matter.pdf (consulté le 7 octobre 2019).

Chaparro, S., C. Pérez Correa et C. Youngers (2017) Castigos irracionales: leyes de drogas y encarcelamiento en América Latina (Mexico City: Colectivo de Estudios Drogas y Derecho), http://fileserver.idpc.net/library/Castigos_Irracionales.pdf (consulté le 8 octobre 2019).

CICAD (Inter-American Drug Abuse Control Commission) (2019) Report on Drug Use in the Americas 2019 (Washington D.C.: Organization of American States), http://www.cicad.oas.org/main/pubs/Report%20on%20Drug%20Use%20in%20the%20Americas%202019.pdf (consulté le 8 octobre 2019).

CNDH (Comisión Nacional de los Derechos Humanos) (2018) Diagnóstico Nacional de Supervisión Penitenciaria 2018 (Mexico City: Comisión Nacional de los Derechos Humanos), https://www.cndh.org.mx/sites/all/doc/sistemas/DNSP/DNSP_2018.pdf (consulté le 8 octobre 2019).

CONADIC (Comisión Nacional contra las Adicciones) (2019a) Informe sobre la situación del consumo de drogas en México y su atención integral 2019 (Mexico City: Gobierno de México, Secretaría de Salud and Comisión Nacional contra las Adicciones), https://www.gob.mx/cms/uploads/attachment/file/477564/Informe_sobre_la_situacio_n_de_las_drogas_en_Me_xico_.pdf (consulté le 8 octobre 2019).

CONADIC (2019b) Directorio de Establecimientos Residenciales de Atención a las Adicciones Reconocidos 3er Trimestre 2019 (Mexico City: Comisión Nacional contra las Adicciones), https://datos.gob.mx/busca/dataset/directorio-de-establecimientos-residenciales-de-atencion-a-las-adicciones-reconocidos/resource/8f9954ed-732e-4d55-b073-59b57ede97d6?inner_span=True (consulté le 8 octobre 2019).

Council of Europe (2011) Council of Europe Convention on preventing and combating violence against women and domestic violence (Istanbul: Council of Europe), https://rm.coe.int/168046031c (consulté le 7 octobre 2019).

ECLAC (Economic Commission for Latin America and the Caribbean) (2019) Quadrennial report on regional progress and challenges in relation to the 2030 Agenda for Sustainable Development in Latin America and the Caribbean (Santiago, Chile: United Nations), https://repositorio.cepal.org/bitstream/handle/11362/44552/7/S1900432_en.pdf (consulté le 8 octobre 2019).

Fleetwood, J. (2017) ‘Introduction: Drug Mules: International Advances in Research and Policy’, The Howard Journal of Crime and Justice, 56(3), pp. 279-287.

Fleetwood, J. (2014) Drug Mules. Women in the International Cocaine Trade (London: Palgrave Macmillan).

García Castro, T. (2019) Prisión preventiva en América Latina: el impacto desproporcionado en mujeres privadas de libertad por delitos de drogas (Washington D.C.: Washington Office on Latin America) https://www.wola.org/wp-content/uploads/2019/05/Prisi%C3%B3n-Preventiva-en-America-Latina_Junio-2019.pdf (consulté le 24 mars 2019).

Giacomello, C. (2019) Niñez que cuenta. El impacto de las políticas de drogas sobre niñas, niños y adolescentes con madres y padres encarcelados en América Latina y el Caribe (Buenos Aires: Church World Service Regional Office), http://www.cwslac.org/nnapes-pdd/docs/Estudio-Regional-Ninez-que-cuenta-web.pdf (consulté le 8 octobre 2019).

Giacomello, C. (2018) Niñas y niños que viven en prisión con sus madres. Una perspectiva jurídica comparada (Mexico City: Suprema Corte de Justicia de la Nación), https://www.scjn.gob.mx/derechos-humanos/publicaciones/libros/fb/05-ninas-ninos-viven-prision-madres/II/ (consulté le 8 octobre2019).

Giacomello, C. (2017a) ‘Women and Drug Policies in Latin America: A Critical Review of the United Nations Resolution ‘Mainstreaming a Gender Perspective in Drug-Related Policies and Programmes’, The Howard Journal, 56(3), September, pp. 288-308.

Giacomello, C. (2017b) ‘Mujeres privadas de la libertad: una perspectiva sobre derechos y género en la ejecución penal’ in J. Di Corleto (ed) Género y justicia penal (Buenos Aires: Ediciones Didot).

Giacomello, C. (2013a) Género, drogas y prisión. Experiencias de mujeres privadas de su libertad en México (Mexico City: Tirant Lo Blanch).

Giacomello, C. (2013b) Mujeres, delitos de drogas y sistemas penitenciarios en América Latina (London: International Drug Policy Consortium), https://www.unodc.org/documents/congress/background-information/NGO/IDPC/IDPC-Briefing-Paper_Women-in-Latin-America_SPANISH.pdf (consulté le 8 octobre2019).

Giacomello, C., I. Erreguerena et I. Blas (2017) Políticas de drogas, género y encarcelamiento en México. Una guía para políticas públicas incluyentes (Mexico City: Equis, Justicia para las Mujeres), http://equis.org.mx/wp-content/uploads/2018/02/Gui%CC%81a_Drogas.pdf (consulté le 8 octobre2019).

Goffman, E. (1961) Asylum. Essays on the Social Situation of Mental Patients and Other Inmates (New York: Anchor Books).

Héritier, F. (2007) Masculino / Femenino II. Disolver la Jerarquía (Buenos Aires: Fondo de Cultura Económica) [Translation from (2002), Masculin / féminin II. Dissoudre la hiérarchie (Paris :Odile Jacob)]

HRI (Harm Reduction International) (2013) Briefing paper on Violence against Women who use Drugs and Access to Domestic Violence Shelters (London: HRI), https://www.hri.global/files/2013/03/19/Briefing_Paper_-_Access_to_Shelters_-_with _correct_fonts_07.03_.13_.pdf (consulté le 27 mars 2020).

IACHR (Inter-American Commission on Human Rights) (2017) Medidas para reducir la prisión preventiva (Washington D. C.: Organization of American States), http://www.oas.org/es/cidh/informes/pdfs/PrisionPreventiva.pdf (accessed on 8 October 2019).

IACHR (2008) Principles and Best Practices on the Protection of Persons Deprived of their Liberty in the Americas (Washington D.C.: Organization of American States), https://www.oas.org/en/iachr/mandate/Basics/principles-best-practices-protection-persons-deprived-liberty-americas.pdf (consulté le 7 octobre2019).

ILO (International Labour Office) (1999) Worst Form of Chil Labour Convention, 1999 (No. 182) (Geneva: ILO), https://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/---ed_norm/---declaration/documents/publication/wcms_decl_fs_46_en.pdf (consulté le 7 octobre2019).

INCB (International Narcotics Control Board) (2016) Annual Report 2016 (Vienna: INCB), https://www.incb.org/documents/Publications/AnnualReports/AR2016/English/AR2016_E_ebook.pdf (consulté le 8 octobre2019).

INEGI (Instituto Nacional de Estadística y Geografía) (2017) Encuesta Nacional de Consumo de Drogas, Alcohol y Tabaco, ENCODAT 2016-2017 (Mexico City: Instituto Nacional de Estadística y Geografía), https://www.gob.mx/salud%7Cconadic/acciones-y-programas/encuesta-nacional-de-consumo-de-drogas-alcohol-y-tabaco-encodat-2016-2017-136758 (accessed on 8 October 2019).

INEGI (2016) Encuesta Nacional de Población Privada de la Libertad (ENPOL) 2016 (Mexico City: Instituto Nacional de Estadística y Geografía), https://www.inegi.org.mx/programas/enpol/2016/ (consulté le 8 octobre2019).

Instituto Nacional de Psiquiatría Ramón de la Fuente Muñiz (2017) Encuesta Nacional de Consumo de Drogas, Alcohol y Tabaco, ENCODAT 2016-2017 (Mexico City: Instituto Nacional de Psiquiatría Ramón de la Fuente Muñiz), https://encuestas.insp.mx/ena/encodat2017.php (consulté le 27 mars 2019).

Lenzer, G. (2015) ‘Violence against children’, in W. Vandenhole, E. Desmet, D. Reynaert and S. Lembrechts (eds), Routledge International Handbook of Children’s Rights Studies (New York and London: Routledge Taylor & Francis Group), pp. 276-294.

Linkaters (2020) Sentencing of women convicted of drugrelated offences (London: Linklaters, Penal Reform International, Drug Policy Consortium), https://cdn.penalreform.org/wp-content/uploads/2020/02/LinklatersPRI_Sentencing-of-women-convicted-of-drug-related-offences_WEB.pdf (consulté le 24 mars 2019).

Maher, L. et S.L. Hudson (2007) ‘Women in the drug economy: a metasynthesis of the qualitative literature’, Journal of Drug Issues, 37, pp. 805–26.

Médecins du Monde (2019) HIV and other sexually transmitted infections among female sex workers in Moscow (Russia). Prevalence and associated risk factors (Paris: Médecins du Monde) https://www.medecinsdumonde.org/en/file/147510/download?token=oReOF5le (consulté le 7 octobre 2019).

OHCHR (Office of the High Commissioner on Human Rights) (2015) Study on the impact of the world drug problem on the enjoyment of human rights (Geneva: United Nations), http://www.ohchr.org/EN/HRBodies/HRC/RegularSessions/Session30/Documents/A_HRC_30_65_E.docx (consulté le 8 octobre 2019).

OHCHR (2014) Sexual and gender-based violence in the context of transitional justice (Geneva: United Nations), https://www.ohchr.org/Documents/Issues/Women/WRGS/OnePagers/Sexual_and_gender-based_violence.pdf (consulté le 7 octobre 2019).

PAHO (Pan-American Health Organization) (2017) Accelerating progress toward the reduction of adolescent pregnancy in Latin America and the Caribbean (Washington D.C.: PAHO, United Nations Population Fund and United Nations Children’s Fund), http://iris.paho.org/xmlui/bitstream/handle/123456789/34493/9789275119761-eng.pdf?sequence=1&isAllowed=y (consulté le 7 octobre 2019).

Penal Reform International (PRI) (2020) Global Prison Trends 2020 (London: PRI), https://cdn.penalreform.org/wp-content/uploads/2020/05/Global-Prison-Trends-2020-Penal-Reform-International-Second-Edition.pdf (consulté le 17 juillet 2019).

Ridgeway, C.L. (2009) ‘Framed before we know it: How Gender Shapes Social Relations’, Gender and Society, 23(2), April, pp. 145-160.

Ridgeway, C.L. et S.J. Correll (2004) ‘Unpacking the Gender System: A Theoretical Perspective on Gender Beliefs and Social Relations’, Gender and Society, 18(4), August, pp. 510-531.

Romero Mendoza, M., I. Lozano-Verduzco, G. Saldivar et Q. Manriquez Montiel (2018) “Something that could get rid of the cold inside” Women’s motives for using addictive substances from a gender perspective’, Journal of Substance Abuse, 23(5), November, pp. 466-470.

Sander, G., S. Shirley-Beavan et K. Stone (2019) ‘The Global State of Harm Reduction in Prisons’, Journal of Correctional Health Care, 24(2), May, pp. 105-120, DOI: 10.1177/1078345819837909 (consulté le 24 mars 2019).

UN Chief Executives Board for Coordination (2019) Summary of Deliberations, CEB/2018/2 (New York: United Nations), https://www.unsystem.org/CEBPublicFiles/CEB-2018-2-SoD.pdf (consulté le 24 mars 2019).

UN CND (United Nations Commission on Narcotic Drugs) (2019) Implementation of all International Drug Policy Commitments. Follow-up to the 2019 Ministerial Declaration “Strengthening Our Actions at the National, Regional and International Levels to Accelerate the Implementation of Our Joint Commitments to Address and Counter the World Drug Problem (Vienna: UNODC), https://www.unodc.org/documents/hlr/19-V1905795_E_ebook.pdf (consulté le 24 mars 2019).

UN CND (2016) Mainstreaming a Gender Perspective in Drug-related Policies and Programmes. Resolution 59/5 (Vienna: UNODC), https://www.unodc.org/documents/commissions/CND/CND_Sessions/CND_59/Resolution_59_5.pdf (consulté le 8 octobre 2019).

UNDP (United Nations Development Program) (2018) Human Development Indices and Indicators. 2018 Statistical Update (New York: United Nations), http://hdr.undp.org/en/content/human-development-indices-indicators-2018-statistical-update (consulté le 7 octobre 2019).

UN General Assembly (2016) Our joint commitment to effectively addressing and countering the world drug problem. Resolution S-30-1 (New York: United Nations) https://www.unodc.org/documents/postungass2016/outcome/V1603301-E.pdf (consulté le 8 octobre 2019).

UN General Assembly (2015) Transforming our world: the 2030 Agenda for Sustainable Development. A/RES/70/1 (New York: United Nations) https://www.un.org/en/development/desa/population/migration/generalassembly/docs/globalcompact/A_RES_70_1_E.pdf (consulté le 1 décembre 2019).

UNODC (United Nations Office on Drugs and Crime) (2019) World Drug Report 2019 (Vienna: UNODC), https://wdr.unodc.org/wdr2019/ (accessed on 7 October 2019).

UNODC (2018a) Global Study on Homicide. Gender-related Killing of Women and Girls (Vienna: UNODC), https://www.unodc.org/documents/data-and-analysis/GSH2018/GSH18_Gender-related_killing_of_women_and_girls.pdf (consulté le 7 octobre 2019).

UNODC (2018b) World Drug Report 2018. Women and Drugs: drug use drug supply and their consequences (Vienna: UNODC), https://www.unodc.org/wdr2018/prelaunch/WDR18_Booklet_5_WOMEN.pdf (consulté le 7 octobre 2019).

UNODC (2008) Word Drug Report 2008 (Vienna: UNODC), https://www.unodc.org/documents/wdr/WDR_2008/WDR_2008_eng_web.pdf (consulté le 7 octobre 2019).

UN Women (2014) A Gender Perspective on the Impact of Drug Use, the Drug Trade, and Drug Control Regimes, https://www.unodc.org/documents/ungass2016/Contributions/UN/Gender_and_Drugs_-_UN_Women_Policy_Brief.pdf (consulté le 8 octobre 2019).

Uusküla, A., M. Raag, S. Vorobjov. et D.D. Jarlais (2018) ‘Another frontier for harm reduction: contraceptive needs of females who inject drugs in Estonia, a cross-sectional study’, Harm Reduction Journal, 15, DOI: 10.1186/s12954-018-0215-0 (consulté le 27 mars 2019).

Verhellen, E. (2015) ‘The Convention on the Rights of the Child. Reflections from a Historical, Social Policy and Educational Perspective’ in W. Vandenhole, E. Desmet, D. Reynaert and S. Lembrechts (eds) Routledge International Handbook of Children’s Rights Studies (New York et Londres : Routledge Taylor & Francis Group), pp. 43-59.

Walby, S. (1989) ‘Theorising Patriarchy’, Sociology, 23 (2), May, pp. 213-234.

Walby, S., J. Amstrong et S. Strid (2012) ‘Intersectionality: Multiple Inequalities in Social Theory’, Sociology, 46(2), April, pp. 224-240.

Wallach Scott, J. (2008) Género e historia (Mexico City : Universidad Autónoma de la Ciudad de México and Fondo de Cultura Económica).

Walmsley, R. (2018) World Prison Population List (twelfth edition) (London: Institute for Criminal Policy Research), https://www.prisonstudies.org/sites/default/files/resources/downloads/wppl_12.pdf (consulté le 8 octobre 2019).

Walmsley, R. (2017) World Female Imprisonment List (fourth edition) (London: Institute for Criminal Policy Research), https://www.prisonstudies.org/sites/default/files/resources/downloads/world_female_prison_4th_edn_v4_web.pdf (consulté le 8 octobre 2019).

WEF (World Economic Forum) (2018) The Global Gender Gap Report (Geneva: World Economic Forum), http://www3.weforum.org/docs/WEF_GGGR_2018.pdf (consulté le 7 octobre 2019).

WOLA (Washington Office on Latin America), IDPC (International Drug Policy Consortium), ICM (Inter-American Commission of Women) and Dejusticia (2016) Women, Drug Policies and Incarceration: A Guide for Policy Reform in Latin America and the Caribbean (Washington D.C.: Washington Office on Latin America), https://www.wola.org/wp-content/uploads/2016/02/Women-Drug-Policies-and-Incarceration-Guide_Final.pdf (consulté le 8 octobre 2019).

Top of page

Notes

1 Voir les chiffres dans « Medicion de pobreza 2008-2018, Estados Unidos Mexicanos », Coneval, https://www.coneval.org.mx/Medicion/PublishingImages/Pobreza_2018/Serie_2008-2018.jpg (consulté le 5 mai 2020).

2 Par souci de cohérence avec la bibliographie, les sigles et références des citations sont laissés dans la langue originale du texte, à savoir l’anglais (ndlt).

3 La détention est comprise dans le sens de la Disposition générale des principes et bonnes pratiques pour la protection des personnes privées de liberté dans les Amériques (IACHR, 2008), qui stipule :

« Aux fins du présent document, on entend par « privation de liberté » : toute forme de détention, d'emprisonnement, d'institutionnalisation ou d’incarcération d'une personne dans une institution publique ou privée que cette personne n'est pas autorisée à quitter de son gré, sur ordre ou sous le contrôle de fait d'une autorité judiciaire, administrative ou autre, pour des raisons d'assistance humanitaire, de traitement, de tutelle, de protection ou en raison de crimes ou d'infractions légales. Cette catégorie de personnes comprend non seulement les personnes privées de leur liberté en raison de crimes ou d'infractions ou du non-respect de la loi, qu'elles soient accusées ou condamnées, mais aussi les personnes qui sont sous la garde et la surveillance de certaines institutions, telles que : les hôpitaux psychiatriques et autres établissements pour personnes handicapées physiques, mentales ou sensorielles ; les institutions pour enfants et personnes âgées ; les centres pour migrants, réfugiés, demandeurs d'asile ou du statut de réfugié, apatrides et sans-papiers ; et toute autre institution similaire dont le but est de priver des personnes de leur liberté ».

4 Dans son Lexique des termes relatifs à l'alcool et aux drogues, disponible sur https://www.who.int/substance_abuse/terminology/who_lexicon/en/ (consulté le 5 mai 2020), l'OMS donne deux définitions des politiques en matière de drogues. La seconde est la suivante : « Dans le contexte du programme d'action de l'OMS sur les médicaments essentiels, une « politique nationale en matière de médicaments » désigne une politique pharmaceutique nationale concernant la commercialisation, la disponibilité et l'utilisation thérapeutique des médicaments. L'OMS recommande que chaque pays ait une telle politique, formulée dans le contexte d'une politique nationale de santé. La liste des médicaments essentiels de l'OMS vise à aider les pays en développement à développer une politique pharmaceutique dans laquelle l’allocation de financements limités aux produits pharmaceutiques se fasse sur la base des besoins de santé plutôt que sur des considérations liées au marché ». Ce chapitre n'utilise que la première définition, qui est reproduite dans le texte principal du chapitre.

5 La Convention unique sur les stupéfiants (1961) telle que modifiée par le Protocole de 1972 ; la Convention sur les substances psychotropes (1971) ; et la Convention des Nations unies contre le trafic illicite de stupéfiants et de substances psychotropes, de 1988.

6 Il s'agit notamment –pour ne citer que certains des documents les plus pertinents de ces dernières années- du Document final de la session extraordinaire de l'Assemblée générale des Nations unies (UN General Assembly, 2016), adopté en avril 2016 ; de la position commune du système des Nations unies soutenant la mise en œuvre des politiques internationales en matière de drogues par une collaboration inter-agences efficace, adoptée en novembre 2018 (UN Chief Executives Board for Coordination, 2019, 12-14) ; et de la Commission des stupéfiants pour la mise en œuvre de tous les engagements internationaux en matière de politiques sur les drogues. Suivi de la Déclaration ministérielle de 2019 renforçant nos actions aux niveaux national, régional et international pour accélérer la mise en œuvre de nos engagements communs pour aborder et contrer le problème mondial de la drogue (UN CND, 2019).

7 UN Women (2014) policy brief A gender perspective on the impact of drug use, the drug trade, and drug control regimes ; the Commission on Narcotic Drugs’ resolution Mainstreaming a gender perspective in drug-related policies and programmes (UN CND, 2016) ; Outcome Document of the United Nations General Assembly Special Session on Drugs (UN General Assembly, 2016).

8 La méthodologie et l'analyse quantitative qui sous-tendent ces chiffres sont décrites dans le WEF (2018, 3-7).

9 Les cibles sont : « 5.1 Mettre fin, dans le monde entier, à toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes et des filles; 5.2 Éliminer de la vie publique et de la vie privée toutes les formes de violence faite aux femmes et aux filles, y compris la traite et l’exploitation sexuelle et d’autres types d’exploitation ; 5.3 Éliminer toutes les pratiques préjudiciables, telles que le mariage des enfants, le mariage précoce ou forcé et la mutilation génitale féminine ; 5. 4. Faire une place aux soins et travaux domestiques non rémunérés et les valoriser, par l’apport de services publics, d’infrastructures et de politiques de protection sociale et la promotion du partage des responsabilités dans le ménage et la famille, en fonction du contexte national ; 5.5 Garantir la participation entière et effective des femmes et leur accès en toute égalité aux fonctions de direction à tous les niveaux de décision, dans la vie politique, économique et publique ; 5. 6. Assurer l’accès de tous aux soins de santé sexuelle et procréative et faire en sorte que chacun puisse exercer ses droits en matière de procréation, ainsi qu’il a été décidé dans le Programme d’action de la Conférence internationale sur la population et le développement et le Programme d’action de Beijing et les documents finaux des conférences d’examen qui ont suivi ; 5.a Entreprendre des réformes visant à donner aux femmes les mêmes droits aux ressources économiques, ainsi qu’à l’accès à la propriété et au contrôle des terres et d’autres formes de propriété, aux services financiers, à l’héritage et aux ressources naturelles, dans le respect du droit interne ; 5.b Renforcer l’utilisation des technologies clefs, en particulier l’informatique et les communications, pour promouvoir l’autonomisation des femmes ; 5.c Adopter des politiques bien conçues et des dispositions législatives applicables en faveur de la promotion de l’égalité des sexes et de l’autonomisation de toutes les femmes et de toutes les filles à tous les niveaux et renforcer celles qui existent » (UN General Assembly, 2015, 18).

10 Voir Faits et chiffres : Mettre fin à la violence contre les femmes, publié par ONU Femmes à l'adresse https://www.unwomen.org/en/what-we-do/ending-violence-against-women/facts-and-figures (consulté le 5 mai 2020).

11 Voir la page Feminicidio publiée par l'Observatoire d’égalité de genre Observatorio de Igaldad de Género, CEPAL, sur https://oig.cepal.org/es/indicadores/feminicidio (consulté le 5 mai 2020).

12 Bacchi développe la méthodologie de l'évaluation approfondie comme une analyse politique ex ante qui consiste à développer « une forme d'évaluation politique qui encourage l'examen critique des prémisses conceptuelles, des modèles de mise en œuvre et des formes conventionnelles d'évaluation au sein d'une politique proposée ou existante » (Bacchi et Eveline, 2010, 16).

Top of page

List of illustrations

Credits SOURCE: Giacomello (2019).
URL http://journals.openedition.org/poldev/docannexe/image/4306/img-2.png
File image/png, 43k
Title Femmes dans des centres de traitement de la toxicomanie
URL http://journals.openedition.org/poldev/docannexe/image/4306/img-3.png
File image/png, 217k
Title Femmes en prison
Credits SOURCE : AUTEURE.
URL http://journals.openedition.org/poldev/docannexe/image/4306/img-4.png
File image/png, 175k
Top of page

Cite this article

Electronic reference

Corina Giacomello, « Les conséquences genrées des politiques en matière de drogues pour les femmes: études de cas au Mexique »International Development Policy | Revue internationale de politique de développement [Online], 12 | 2020, Online since 16 November 2020, connection on 28 November 2020. URL: http://journals.openedition.org/poldev/4306 ; DOI : https://doi.org/10.4000/poldev.4306

Top of page

About the author

Corina Giacomello

Corina Giacomello est chercheure associée à plein temps à l'université du Chiapas, au Mexique. Elle travaille également avec l'ONG EQUIS Justice pour les femmes et en tant que consultante. Ses intérêts de recherche sont le genre, les systèmes pénitentiaires et les alternatives à l'incarcération, les politiques en matière de drogues, les femmes en détention, les femmes qui consomment des drogues et les enfants dont les parents sont incarcérés.

Top of page

Copyright

Creative Commons License
International Development Policy is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International License.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search