Skip to navigation – Site map

HomeIssues13.1débats | policy debatesLa politique française de coopéra...

débats | policy debates

La politique française de coopération : l’aide-intérêt

French cooperation policy: aid-interest
Política de cooperación francesa: ayuda-interés
Philippe Marchesin

Abstracts

This contribution, which takes the form of two articles (I - Aid-interest; II - Aid-exchange), aims to take stock of French cooperation policy or official development assistance. Because of its history and content, this public policy has a paradigmatic value. It is built on two clichés that we will attempt to deconstruct in each of the two articles.

The first cliché, which is analyzed in this first article, refers to the schizophrenic nature of aid, which is highlighted in most official texts. It is based on the pair solidarity/interest, referring to the permanent gap that would characterize it, between good intentions of solidarity and the cold reality of national interest. In reality, the second dimension has a clear advantage over the first.

Top of page

Editors' notes

Cet article est tiré de La politique française de coopération. Je t’aide moi non plus, Paris, l’Harmattan, 2021, https://www.editions-harmattan.fr/livre-la_politique_francaise_de_cooperation_je_t_aide_moi_non_plus_philippe_marchesin-9782343221625-68421.html. Nous encourageons les lecteurs à se référer au livre original pour toutes les questions méthodologiques et, pour ceux qui ne sont pas familiers avec la politique française, une description détaillée des institutions et des personnes citées. Le site Policy Debate de la Revue est ouvert à tous commentaire, réaction ou suggestion de lectures complémentaires - https://devpol.hypotheses.org/1967.

Full text

1. Introduction

1Aussi loin que l’on remonte, il apparaît que le concept d’aide publique au développement repose sur le couple solidarité/intérêt. En 1923, le ministre des Colonies Albert Sarraut invite à concilier « le cœur et la raison » (Sarraut, 1923), des termes repris mot pour mot par Valéry Giscard d’Estaing lors de l’inauguration d’un monument aux morts à Bangui en 1975 et par Alain Juppé dans le Projet de coopération pour la France une vingtaine d’années après. Le slogan mitterrandien « Aider le tiers monde, c’est s’aider soi-même » relève du même registre. Plus près de nous, les grands textes relatifs à la coopération ou l’aide publique au développement (décisions du Comité interministériel de la coopération internationale et du développement, lois sur la politique de développement, projets annuels de performance…), mettent en avant le double fondement de la solidarité et de l’influence. L’intitulé même de cette politique publique est d’ailleurs à double sens selon que l’on insiste sur les trois ou les quatre derniers mots : l’aide publique au développement DE LA FRANCE n’est pas du tout la même chose que l’aide publique au DÉVELOPPEMENT DE LA FRANCE. Si les textes les plus importants de l’aide mettent donc l’accent sur la balance de l’influence et de la générosité, aucun ne prend évidemment le risque d’une mesure précise, ce qui peut faire conclure, par commodité, à un vague équilibre entre les deux. C’est, en réalité, le problème car, dans ce domaine, tout est affaire de proportion.

2A bien y regarder, le plateau de la balance penche résolument du côté de l’intérêt. Alors que tous les pouvoirs entonnent en chœur le refrain de l’aide vertueuse, des voix s’élèvent tout aussi régulièrement pour remettre en cause cette vision enchantée de la coopération qui fait écho aux « ignorances institutionnellement organisées » dénoncées par l’islamologue Mohammed Arkoun. La continuité est particulièrement remarquable en la matière. Le jugement le plus affûté vient probablement de Confucius qui, dès le Ve siècle avant Jésus-Christ, énonce dans l’une de ses pensées : « Pourquoi m’en veux-tu, je ne t’ai encore rien donné ? » Certains mots, par ailleurs, sont particulièrement évocateurs : « hostilité » vient de « hôte » ; « gift », dont la traduction est « cadeau » en anglais, signifie « poison » en allemand… ce qui n’empêche pas à l’aide vertueuse d’exister, même si elle semble relever de l’exception. Cette situation ne saurait en fait surprendre. Depuis qu’elle existe, l’aide est censée relever de la politique étrangère, comme l’affirment nombre de responsables politiques ou administratifs. Et la politique étrangère se conjugue avec l’influence. Ce constat rejoint celui de nombre des détracteurs de l’aide qui ont du mal à distinguer la dimension de solidarité dans cette politique publique.

  • 1 La méthodologie utilisée a consisté à demander à chaque étudiant de choisir une archive parmi celle (...)

3L’affaire pourrait donc sembler entendue. Manifestement non. Ma fréquentation assidue des réunions publiques et autres colloques sur l’aide ainsi que la lecture de nombreux textes sur l’APD montrent que la vision officielle, marquée par le binôme solidarité/intérêt, est vivace. Un des meilleurs exemples en est la loi sur le « développement solidaire » promulguée le 4 août 2021. Alors que son titre est sans équivoque, plusieurs députés et sénateurs, lors de sa discussion, ont mis l’accent sur sa dimension d’influence. Il semble donc utile de revenir sur le métier afin de montrer le plus clairement possible ce qu’est l’aide et ce qu’elle n’est pas. Je le ferai en donnant la parole aux actrices et aux acteurs de la politique française de coopération. Pour ce faire, je m’appuierai essentiellement sur des sources primaires, archives et entretiens, réunies lors d’un enseignement sur la coopération réalisé dans quatre masters 2 de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne pendant une dizaine d’années, de 2010 à 20201.

4Une des principales conclusions qui ressort de cette recherche consacrée à la coopération française de sa naissance à aujourd’hui est la continuité, aussi bien des objectifs que des manières de faire.

2. L’élaboration de la politique de coopération

5La conception de l’APD sera envisagée au niveau de la présidence puis des ministères dédiés. Ces deux étages de l’édification de cette politique publique sont immergés, nolens volens, dans des valeurs séculaires qui, selon le mot de Jacques Chevallier, « corsètent » l’État, avec des conséquences directes sur la construction de la politique de coopération.

2.1 L’impulsion présidentielle

6Dans le cadre des institutions de la Ve République, la coopération relève du domaine réservé du chef de l’État. C’est lui qui donne l’« impulsion » politique, pour reprendre le terme utilisé aussi bien par Charles de Gaulle que par François Mitterrand. Depuis 1958, tous les présidents ont fait preuve d’une remarquable continuité en la matière. Les bases posées par le général de Gaulle, volontiers qualifié de « père de la coopération », tiennent encore. Donnons-lui la parole à travers trois citations qui font office de véritable définition de ce que sera l’aide publique au développement, jusqu’aujourd’hui : « Tous les pays sous-développés qui hier dépendaient de nous et qui sont aujourd’hui nos amis préférés demandent notre aide et notre concours. Mais cette aide et ce concours, pourquoi les donnerions-nous si cela n’en vaut pas la peine ? » (De Gaulle, 1970)  ; « Cet argent que nous donnons pour l’aide aux pays sous-développés n’est de l’argent perdu à aucun point de vue. Je considère même que c’est un très bon placement » (Turpin, 2010) ; « Pour éviter qu’une influence étrangère ne se substitue à celle de la France, pour que les peuples africains parlent notre langue et partagent notre culture, nous devions les aider » (Charnoz et Severino, 2015).

7L’aide fournie va ainsi se monnayer de plusieurs manières : économique, à travers l’accès aux matières premières, les préférences accordées aux entreprises françaises ; diplomatique, par l’intermédiaire d’une réserve de voix aux Nations unies ; culturelle, avec la francophonie, etc. Bien sûr, la composante solidarité est également présente, essentiellement dans le discours. Mais c’est bien la vision stratégique qui prend le dessus, loin d’une conception de la coopération qui serait basée sur l’altérité et la lutte contre la pauvreté. Témoin l’entretien qui suit entre le général de Gaulle et le président Eisenhower du 19 décembre 1959 retranscrit dans un document classé « très secret » exhumé par Julien Meimon :

De Gaulle : « […] A propos d’indépendance, nous aurons dans quelques années aux Nations Unies trente nations noires, vingt nations islamiques, quinze nations asiatiques, dix pays communistes et dix-sept pays occidentaux. C’est une inquiétante perspective !

Eisenhower : Aussi longtemps que nous pouvons compter sur les pays de l’Amérique du Sud, nous avons là une réserve de vingt votes. […] Je suis surpris de voir certains pays de la Communauté réclamer leur indépendance. Ils ne sont pas prêts pour cela. Savent-ils seulement ce que ce terme implique ? A mon avis, ils s’imaginent que c’est quelque chose qui se mange.

De Gaulle : Ils veulent aller à l’ONU et voyager dans le monde.

Eisenhower : Le fait de leur donner des ambassades semble les satisfaire.

De Gaulle : Oui. Mais il y a douze États dans la Communauté et tous veulent appartenir aux Nations unies. »

8Les deux chefs d’État esquissent alors quelques pistes pour l’avenir :

Eisenhower : « J’espère que l’on pourra arriver à une stabilisation en Afrique qui empêchera la chaudière d’éclater. Si chacun de ces pays avait tout de suite son indépendance effective, ce serait le chaos.

De Gaulle : Je suis très heureux de vous entendre prononcer ces sages paroles. L’Occident, sur ce point, devrait être solidaire » (Meimon, 2005).

9Les successeurs de Charles de Gaulle suivent ses pas, avec une conception un peu plus culturelle de la coopération, axée sur la francophonie, pour l’agrégé de lettres Georges Pompidou (qui n’oublie pas les fondamentaux), plus économique (« affairiste » selon le terme retenu par l’ancien directeur général de la Caisse centrale de coopération économique [ancêtre de l’AFD], André Postel-Vinay (Pacquement, 2019)) pour l’ancien ministre de l’Économie Valéry Giscard d’Estaing.

10L’alternance, symbolisée par François Mitterrand, ne dure pas (Jean-Pierre Cot est « démissionné » dès décembre 1982). Le président socialiste le reconnaît lui-même : « Il n’y a pas de hiatus dans la politique africaine de la France avant mai 1981 et après. Si la méthode a changé, l’objectif est resté. Il consiste à préserver le rôle et les intérêts de la France en Afrique » (Favier et Martin-Roland, 1990).

11Malgré quelques initiatives en faveur de l’aide dont la taxe de solidarité sur les billets d’avion, Jacques Chirac se veut avant tout l’héritier du système foccartien. Nicolas Sarkozy se situe quant à lui dans le sillage de la réforme de la coopération de 1998 destinée avant tout à s’ouvrir à l’Afrique « utile » (de l’Est, australe et méditerranéenne). Il promeut la diplomatie d’influence. Un cadre de l’AFD interviewé fin 2018 commente : « Le dernier défenseur de l’aide au développement, c’était Chirac. Chirac, voilà, c’était il y a longtemps déjà. Sarko, il s’en foutait pas mal ; au début, un petit peu… » (Anonyme, 2018-2019a).

12Le grand fossoyeur de la conception solidaire de la coopération se veut toutefois François Hollande avec la mise en place, par son ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, de la diplomatie économique, nouvelle doctrine de l’aide. Désormais, la dimension utilitaire tend à investir tous les secteurs de la coopération, avec la diplomatie culturelle, scientifique, écologique, sécuritaire, agricole, numérique, sportive… Contrairement à l’oxymore congénital de l’aide dont le fondement conceptuel était le couple solidarité/intérêt, la « diplomatie », quelle que soit sa déclinaison, n’est qu’intérêt.

13En matière de coopération, Emmanuel Macron se glisse lui aussi dans les habits de ses prédécesseurs. Si, lors du discours de Ouagadougou, il insiste sur la nécessité d’aller au plus près des besoins sur le terrain, il rappelle, à la même occasion, son attachement à la diplomatie économique : « Je veux […] que les entreprises françaises investissent davantage en Afrique, pas seulement les grands groupes, mais aussi les PME, les entrepreneurs. Plusieurs d’entre eux accompagnent ma délégation. Plus exactement la constituent » (Élysée, 2017).

2.2 Les logiques à l’œuvre

14Le prolongement de l’impulsion présidentielle se situe au niveau des ministères. Ces derniers sont mus par diverses logiques faisant la part belle à l’intérêt.

Le ministère de la Coopération

15Le premier ministère objet de notre attention est le ministère de la Coopération, dont l’intitulé même est le plus proche de nos préoccupations. Durant la plus grande partie de son existence (1959-1999), sa logique est néocoloniale. Son histoire est celle d’une instrumentalisation, avant tout par le secrétariat général de la Communauté qui devient en 1974 la cellule Afrique de l’Élysée. Dès sa création, le ministère est très souvent ramené au rôle de simple exécutant des volontés du secrétaire général, Jacques Foccart. Le premier ministre de la Coopération de plein exercice, Jean Foyer, suggère même la suppression de son ministère en raison de sa faible marge de manœuvre.

16De fait, le secrétariat général incarne avant tout la continuité avec la période précédant les indépendances, nombre d’agents, parmi la centaine de collaborateurs qui le constitue, étant d’anciens coloniaux (ces derniers sont également très présents parmi les nouveaux cadres du ministère de la Coopération). Les conséquences sont importantes en matière de politique africaine : Jacques Foccart impose son hégémonie face à la diplomatie traditionnelle, notamment à travers le choix des ambassadeurs qui sont généralement retenus en fonction de leur expérience coloniale (Bat, 2012). Signalons, parmi les cas les plus emblématiques, ceux de Maurice Delaunay ou Jacques Robert, associés, à la suite de leur mentor Jacques Foccart, à l’image de la Françafrique. Le Gabon est l’un des pays africains qui représente un des meilleurs exemples de cette période. Fournisseur de l’ex-métropole en matières premières, il lui achète toujours plus de biens de consommation, notamment après l’augmentation du prix du pétrole en 1973. Quant à l’aide au développement de la France, loin de diminuer comme l’aurait voulu la logique, elle augmente, alors que le Gabon est qualifié de « Suisse de l’Afrique » ! Et même si Jacques Foccart est remercié par Valéry Giscard d’Estaing lors de son arrivée au pouvoir, le nouveau président le remplace par … son ancien bras droit au secrétariat général, René Journiac.

17Comme indiqué plus haut, 1981 ne constitue finalement pas la rupture annoncée en matière de coopération, malgré les efforts du nouveau ministre de la Coopération et du Développement, Jean-Pierre Cot, qui entend « décoloniser » la coopération. François Mitterrand n’hésite pas à affirmer que « le véritable ministre de la Coopération, c’est le PDG d’Elf » (Agir ici et Survie, 1995). A la tête de la cellule Afrique, Guy Penne assure la continuité de la politique de coopération.

18Avec la fin de l’expérience mitterrandienne se profile la réforme de la coopération marquée par la disparition du ministère quelques années plus tard. Ce dernier est absorbé par la puissante administration des Affaires étrangères.

Le ministère des Affaires étrangères

19La logique du ministère des Affaires étrangères est celle de la diplomatie, de l’influence, où la solidarité a du mal à trouver sa place. Illustrons cette différence d’approche à travers un rapport sur la culture publié peu après l’absorption du ministère de la Coopération par le ministère des Affaires étrangères. Ce rapport met en évidence, à travers un tableau, la différence entre une logique d’influence et une logique de développement.

Tableau 1. Les différentes logiques en matière de culture

L’influence

Le développement

Formation universitaire d’excellence tournée vers les élites

Éducation de base professionnelle des cadres et techniciens

Facilitation à l’implantation d’entreprises françaises et promotion de produits français

Mobilisation de l’épargne intérieure, soutien aux micro-entreprises locales

Communication francophone vers les décideurs et les « culturels » (CFI, TV5)

Radios communautaires et soutien aux médias locaux

Promotion du « meilleur » de la culture française

Développement culturel local et valorisation de l’identité artistique

Grands projets de valorisation de la technologie française

Projets structurants et intégrés au milieu et de renforcement des capacités locales

Source : Ministère des Affaires étrangères, secrétariat général (2000) La place de la coopération au développement dans l’action du ministère des Affaires étrangères. Bilan et propositions, rapport du groupe de réflexion « politique de développement », Loïc Hennekine, président, Pierre Jacquemot, rapporteur, juin , p.10.

20Ce tableau 1 est fort intéressant dans la mesure où il montre que le ministère lui-même identifie deux logiques, deux manières de faire correspondant en fait (étant donné le moment de rédaction du rapport) à l’approche du ministère des Affaires étrangères (influence) et du ministère de la Coopération (développement). La première est tournée vers l’intérêt du donateur qui se vérifie par l’attention apportée aux élites du pays receveur, lesquelles s’avèrent d’utiles relais d’influence pour le donateur. On remarque l’utilisation quasi systématique de l’adjectif « français » ou « francophone », qui renvoie directement à l’intérêt du donateur. La seconde logique est dirigée vers l’intérêt du receveur ou à tout le moins le prend beaucoup plus en compte. Cela se manifeste par l’attention portée aux populations (la « base ») et par l’utilisation de l’adjectif « local », ce qui fait sens en matière de développement. Cette seconde logique renvoie à une démarche axée sur la solidarité. Or, force est de constater qu’avec la réforme de la Coopération de 1998, c’est la logique de l’influence qui prend le dessus, comme l’annonce La Lettre du Continent en faisant référence à cette période : « La réforme est en marche : la coopération est morte, vive la diplomatie ! » (La Lettre du Continent, 1999). Divers entretiens avec des agents des deux ministères réalisés à ce sujet confirment cette orientation.

21Un haut cadre du Quai d’Orsay affirme ainsi : « Le ministère des Affaires étrangères est dans une logique d’influence, d’extension de l’influence française, de défense des positions françaises dans les enceintes internationales » (Anonyme, 2013-2014c). Une de ses collègues précise : « La culture du ministère, son métier, ce n’est pas le développement, c’est la diplomatie. Ce qui intéresse un diplomate, c’est d’être diplomate, ce n’est pas d’être un développeur, sinon il n’aurait pas choisi le Quai d’Orsay » (Anonyme, 2013-2014c). Un autre agent du ministère est plus direct : « Pour les diplomates, au-delà du périphérique, c’est tous des indigènes » (Anonyme, 2016-2017a).

22Les fonctionnaires de la Coopération ne sont pas dupes. Ils constatent rapidement la mise à l’écart de la dimension « développement ». Un haut fonctionnaire au ministère des Affaires étrangères qui a commencé sa carrière au ministère de la Coopération estime que c’est le type même d’activité qui a changé : « On est dans une logique de métiers totalement différente. A titre d’exemple, un ami me disait qu’à la première réunion au ministère de la Coopération à son arrivée en 1989, la question était : "Comment peut-on développer le pastoralisme dans la région de Zinder ?" Ça, aujourd’hui [en 2013], pour trouver une conversation comme ça au ministère des Affaires étrangères, vous pouvez toujours courir ! » (Anonyme, 2013-2014c).

23Si l’on peine dorénavant à trouver une approche « développement » au ministère des Affaires étrangères, c’est du côté de l’Agence française de développement (AFD) que l’on est invité à se tourner, le ministère des Affaires étrangères lui ayant transféré nombre de compétences à ce sujet. Faire référence à l’AFD suppose d’envisager un second grand ministère en lien avec la coopération.

Le ministère de l’Économie et des Finances

24C’est, en fait, dès l’origine que le ministère de l’Économie et des Finances s’intéresse à la Coopération. Dans la mesure où l’image de la coopération peut renvoyer à la charité (donc à une perspective désintéressée) le ministère de l’Économie préfère contrôler lui-même l’affectation des fonds afin d’être sûr qu’ils servent bien les intérêts commerciaux de la France (Freud, 1988).

25Plus précisément, le ministère de l’Économie et des Finances poursuit une double logique financière comme le précise ce haut fonctionnaire : « Le ministère de l’Économie et des Finances – il y a des nuances au sein du ministère entre direction générale du Budget et direction générale du Trésor – est sur des logiques financières de maîtrise des coûts, de prudence dans les approches, les opérations, mais aussi une logique de retour sur investissement par rapport aux fonds français. C’est la vocation du ministère des Finances de défendre les intérêts français, les entreprises françaises » (Anonyme, 2013-2014 c). A l’instar du ministère des Affaires étrangères, l’approche n’est donc pas celle du développement.

26Et pourtant, le ministère de l’Économie joue un rôle central en matière de coopération. André Postel-Vinay l’a dit très clairement : « C’est en fait le ministère des Finances qui dirige la Coopération » (Pacquement, 2019). Un ministre de la Coopération en poste dans les années 1990 confirme : « Il faut savoir que déjà, à l’époque, le vrai ministère de la Coopération, c’était le ministère des Finances » (Martins Costa, 2017-2018). Un de ses collègues interviewé dans les années 2010 qualifie pour sa part l’AFD de « fief de Bercy » (Anonyme, 2014-2015b).

27De fait, si la tutelle de l’AFD est triple (ministère de l’Économie et des Finances, ministère des Affaires étrangères, ministère de l’Outre-mer), nul doute que le premier exerce une influence bien plus importante que les autres, budgétairement et politiquement, en raison de sa proximité institutionnelle et corporatiste avec l’Agence (nombre de ses directeurs généraux sont issus du ministère de l’Économie, plus particulièrement du prestigieux corps des inspecteurs des finances).

28En fin de compte, si chaque ministère défend sa logique (dix ministères interviennent en matière d’APD), qui plus est exacerbée de nos jours dans le sens de l’influence sous l’impulsion des différentes déclinaisons de la diplomatie économique, un problème fondamental se pose par rapport à notre questionnement : avec la disparition du ministère de la Coopération (ou du Développement) sous l’ère Macron – étant entendu qu’au vu de son bilan, il a finalement peu défendu sa propre logique –, qui défend désormais la logique du développement, de la solidarité ? On pourra certes répondre spontanément l’AFD mais il convient aussitôt d’avoir à l’esprit les importantes limites qui renvoient aux logiques profondes de ses deux mentors.

2.3 Les valeurs sous-jacentes

  • 2 Échec reconnu récemment par Emmanuel Macron lui-même : « Le fait migratoire est donc un signal d’éc (...)

29La politique française de coopération est une politique publique, élaborée par des agents de l’État. Il semble donc légitime de s’interroger sur les valeurs profondes de ce dernier qui, forcément, déteignent sur ses fonctionnaires, même si des exceptions peuvent toujours se manifester sur le plan individuel. Ces valeurs ne font pas bon ménage avec le développement, comme l’indique Raoul Pajoni pour qui les causes de l’échec de la coopération2sont essentiellement à chercher dans la propre structure de l’État français, de son administration et dans sa façon de conduire ses intérêts politiques (Pajoni, 1991).

30Pour comprendre les comportements inspirés par l’État, il est nécessaire de recourir à l’histoire. Le regard vers le passé est indispensable pour éclairer les conduites de ceux qui œuvrent au cœur de l’État, pour éclairer leur manière de penser et d’agir. Nous nous appuierons pour ce faire sur les travaux de spécialistes de l’histoire du droit et de l ’administration afin de saisir, selon le mot de Pierre Legendre, la « densité historique de nos institutions » (Legendre, 1992). Nous sommes bien, finalement, en présence d’un continuum remarquable : empire romain – église catholique – État jacobin – administration française actuelle de l’État de droit. Ce lourd héritage nous met en présence d’une logique institutionnelle particulièrement forte, bien exprimée à travers l’idée d’un État omnipotent, omniprésent et omniscient.

31Il convient dès lors d’illustrer le poids de cet héritage à travers quelques traits attachés à l’État et transmis tout au long de l’histoire, ce qui fait leur force. Le spécialiste du l’histoire du droit et de l’administration Jacques Chevallier rappelle à ce sujet que l’administration est « corsetée par des valeurs qui lui sont propres » (Chevallier, 2002). Présentons les plus importantes, glanées dans des ouvrages de spécialistes de l’histoire du droit et de l’administration, notamment Jacques Chevallier, François Burdeau et Pierre Legendre.

– La centralisation. Elle apparaît comme l’une des manifestations de la tradition monarchique, avec quelques temps forts, notamment sous Philippe le Bel, Louis XIV ou Napoléon.

– L’autorité. Selon Jacques Chevallier, le modèle administratif français est à base d’autorité et de contrainte. Le poids des réflexes monarchistes explique pour une bonne part la pente autoritaire qui s’exprime bien également par les rigidités bureaucratiques. En matière de relations internationales, Pierre Legendre présente la diplomatie comme un « pouvoir autocratique » avec un « maître du jeu », le ministre des Affaires étrangères.

– L’intérêt. La notion d’intérêt est centrale en relations internationales. L’un des postulats du paradigme réaliste renvoie à l’intérêt national qui guide l’action de l’État.

– La hiérarchie. L’influence de l’empire romain est ici manifeste avec l’apparition d’une bureaucratie hiérarchisée, de même que celle de l’Église catholique et de la monarchie, même si l’avènement d’une véritable organisation bureaucratique est dû à l’action de Napoléon. L’administration est alors façonnée selon des règles calquées sur l’organisation militaire : discipline, centralisation, hiérarchisation.

– Le secret. Pour Pierre Legendre, la prédilection pour le secret est l’une des habitudes les plus profondément ancrées dans la tradition administrative. Il rappelle à ce sujet que la tradition du secret apparaît comme une « règle d’or du parfait fonctionnaire » (Legendre, 1992). Sur le plan sémantique, on remarquera que le/la secrétaire est celui/celle qui « garde le secret ».

– Le complexe de supériorité. Il s’agit ici de la dimension de modèle que s’attribue l’État français en se présentant comme l’archétype de l’État de droit, le dépositaire d’un modèle universel. L’État français représente le « type idéal de l’État » (Badie et Birnbaum, 1979). L’importance du mimétisme institutionnel a pu se vérifier en Afrique francophone. On ajoutera à cette croyance en l’idée de représenter un modèle, l’image de référence dans plusieurs domaines, de la littérature à la gastronomie. Cet ensemble conduit à un sentiment de fierté, de condescendance, allant parfois jusqu’au dédain à l’égard d’autres cultures.

32Voilà présentés plusieurs traits essentiels de l’État français et de son administration, des valeurs qui « corsètent » l’État, à savoir qui « enserrent » ses agents « dans un cadre rigide », selon la définition du Petit Robert. Ces valeurs se retrouvent bien évidemment en matière de coopération, que ce soit à travers certains projets de coopération initiés et pilotés depuis Paris (centralisation), le comportement de certains responsables d’ambassades de France à l’égard du personnel local (autorité), la nouvelle doctrine de diplomatie économique (intérêt), la chaîne de pouvoir à l’intérieur des ambassades (hiérarchie), la difficulté d’obtenir certains documents internes de ministères (secret), l’attitude condescendante voire arrogante de certains Français en Afrique (complexe de supériorité). Ces divers exemples (et bien d’autres) montrent que l’on retrouve, fort logiquement, les valeurs de l’État recensées plus haut dans la politique de coopération.

33On peut alors se demander, a contrario, quelles sont les valeurs indispensables pour une coopération réussie, avec l’objectif ultérieur de mesurer la compatibilité des deux systèmes de valeurs.

34Le réseau Sud-Nord Cultures et Développement, animé par la Fondation pour le Progrès de l’Homme, a ainsi synthétisé un certain nombre de réflexions provenant de rencontres avec des acteurs du développement ayant réfléchi aux facteurs nécessaires à une bonne coopération (Verhelst et Sizoo, 1994) :

– Le principe de l’échange passe avant celui de l’utilité ou du rendement.

– L’aide ne consiste pas à donner des instructions ou des ordres mais à « marcher avec les gens » et découvrir avec eux leur savoir et le sens qu’il possède.

– L’intervenant extérieur doit faire preuve de plusieurs qualités d’ordre éthique : modestie, disponibilité, ouverture à l’autre, générosité en temps, volonté d’apprendre.

– L’aide au développement est basée sur la mise en contact, l’enrichissement mutuel, la circulation de l’information, la socialisation des savoirs.

35De même, d’anciens volontaires du mouvement Frères des Hommes ont publié un livre de témoignages qui présente leurs recommandations pour une saine coopération (Frères des Hommes, 2011) :

– La pédagogie de l’aide n’est pas de « faire faire » ou de « faire à la place de » mais de « faire avec ».

– On ne « développe » pas. On appuie plus ou moins efficacement des populations qui se développent elles-mêmes [le slogan de l’AFD a été pendant plusieurs années « Développeur d’avenirs »… auquel l’adjectif « durables » a été ajouté quelque temps après].

– L’intervenant extérieur doit avoir une formation adaptée, connaître le pays où il va se rendre, comprendre comment il fonctionne, s’initier à sa langue.

– C’est l’humain qui doit être au centre des actions et non les dispositifs, les financements ou les institutions.

– L’essentiel est de se mettre à l’écoute des gens et de ne pas agir à leur place.

36Tout ce qui précède peut être résumé dans le tableau 2 qui suit dans lequel j’ai associé les deux types de valeurs. Le contraste est frappant : les valeurs correspondantes de chaque bloc s’opposent radicalement.

Tableau 2. Les deux types de valeurs

Les valeurs de l’État

Les valeurs de la coopération

Centralisation

Attention apportée à la culture locale

Autorité

Écoute

Intérêt

Enrichissement mutuel

Hiérarchie

Ouverture à l’autre

Secret

Mise en contact, facilitation des échanges d’expérience

Complexe de supériorité, arrogance

Modestie, volonté d’apprendre de l’autre

Source : auteur

37Ce tableau 2 montre le grand écart existant a priori entre État et coopération. Il faut cependant éviter tout simplisme. Si les valeurs de la coopération sont plutôt associées au monde non gouvernemental, force est de reconnaître que, parfois, l’État peut les incarner. Il suffit de se reporter au tableau 1 qui met en évidence le décalage (très similaire au tableau 2) entre l’influence et le développement en matière de coopération culturelle, la première étant représentée, selon toute vraisemblance, par le ministère des Affaires étrangères, le second par le ministère de la Coopération. Or ce dernier faisait bien partie intégrante de l’État.

38De même, des textes émanant d’autorités placées au cœur de l’État font référence à certaines valeurs de la coopération. Le rapport Jeanneney, des déclarations d’un André Postel-Vinay ou d’un Jean Audibert (directeur de cabinet de Jean-Pierre Cot), prônant une approche sincère et modeste, soucieuse de la qualité d’écoute envers les partenaires, en témoignent. Par ailleurs, d’autres responsables ou agents du ministère de la Coopération, comme de l’AFD aujourd’hui, ont eu ou ont le souci d’une authentique démarche de coopération orientée autour de valeurs telles que la modestie, l’ouverture, l’écoute, le contact, l’échange, la patience, qualités incarnées par le trio lucidité, sincérité, transparence.

39Le fait de reconnaître que le lien entre l’État et les valeurs de la coopération peut exister ne doit toutefois pas nous induire en erreur. Comme pour la balance influence/solidarité, tout est affaire de proportion. Certains individus, même haut placés, pourront toujours incarner ces valeurs, il n’empêche que la logique profonde de l’État leur reste contraire. Les thèses défendues par les hauts responsables cités ci-dessus ont eu bien peu de poids face à la toute-puissance du Trésor. André Postel-Vinay a résumé la situation avec beaucoup de clarté : « Je ne veux pas dire du tout […] qu’au niveau des fonctionnaires du ministère de la Coopération, il n’y a pas eu, il n’y a pas encore des gens qui s’efforcent, quelquefois désespérément, de défendre l’intérêt général et voient bien cet intérêt général mais, malheureusement, quels que soient leurs efforts, ce ne sont pas eux qui exercent l’influence la plus forte » (Pacquement, 2019). Autrement dit, il faut souligner la prégnance des valeurs de l’État qui renvoient clairement à l’influence.

3. La mise en œuvre de la coopération

40Diverses manières de faire sont utilisées pour que l’aide soit employée dans le sens voulu par les décideurs de l’APD. Nous présenterons celles qui nous semblent les plus importantes tout en soulignant qu’elles sont rarement abordées en tant que telles dans la littérature relative à l’aide publique au développement. Elles compromettent chacune à leur façon une authentique coopération.

3.1 La politique de l’offre

41Il s’agit d’un premier mode opératoire consistant à orienter l’aide en fonction des desiderata du donateur, à savoir principalement de son influence. Mais revenons, avant de s’arrêter précisément sur la politique de l’offre, à l’un des présupposés les plus importants en matière de développement : on ne développe pas, on se développe. La démarche endogène est indispensable. Le développement ne se produit que si la société le désire. L’aide extérieure peut uniquement l’accompagner. « S’il n’en est pas ainsi, elle est inopérante » (Giri, 2012). Or, depuis l’invention de l’aide avec le point IV du président Truman, le développement n’est plus conçu de manière intransitive (on se développe) mais transitive (on développe quelqu’un, quelque chose), avec les ambiguïtés et les échecs liés à cette mutation (Rist, 2001).

42La coopération publique a donc été marquée, dès le départ, par cette erreur d’aiguillage, au demeurant bien volontaire quand on relit le discours d’Harry S. Truman, conscient des retombées du « développement » pour l’économie américaine : « […] Je crois que nous devrions mettre à la disposition des peuples pacifiques [c’est-à-dire les pays non communistes] les avantages de notre réserve de connaissances techniques afin de les aider à réaliser la vie meilleure à laquelle ils aspirent. […] Tous les pays, y compris le nôtre, profiteront largement d’un programme constructif qui permettra de mieux utiliser les ressources humaines et naturelles du monde » (Rist, 2001). Toutes les autres coopérations, dont celle de la France, ont suivi ce modèle.

43Historiquement, donc, l’aide ne résulte pas, fondamentalement, d’une demande de pays tiers mais de l’initiative des pays occidentaux. Elle se confond avec une politique de l’offre. Ce travers perdure au fil des ans comme le constatent, un demi-siècle après sa création, plusieurs observateurs de l’aide. Les pays donateurs ont une tendance marquée à l’approche prescriptive, les intérêts des pays receveurs étant appréhendés à partir de l’idée que s’en font les donneurs (Jacquet et Naudet, 2006). Le donateur maintient une relation asymétrique maquillée en « faire ensemble ». On ne construit pas ensemble actuellement, on fait « à la place de » (Gabas, 2002). Ces spécialistes de l’aide rejoignent en cela les sages africains qui avaient noté depuis longtemps ce travers de l’aide, comme l’historien burkinabè Joseph Ki Zerbo (« L’Europe croit dialoguer avec l’Afrique ; en réalité, elle n’entend que l’écho tropicalisé de sa propre voix » (Kalliopi Ango Ela, 2013)) ou ce sculpteur subsaharien auteur d’une œuvre représentant deux statues, celle d’un Européen, avec une grande bouche et deux petites oreilles, et celle d’un Africain, avec une petite bouche et deux grandes oreilles.

44Certes, les travers de la politique de l’offre ont été pointés en 2005 lors de l’adoption de la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide. Selon le point 15 de la Déclaration, « les donneurs s’engagent à respecter le rôle prédominant des pays partenaires et les aider à renforcer leur capacité à exercer ce rôle ». Malgré ces bonnes intentions, force est de constater que l’aide est congénitalement marquée par l’initiative du donneur et qu’elle le reste, bien des années après l’adoption de la Déclaration. En 2010, le Groupe de recherche et d’échange technologique (GRET) souligne l’ambiguïté qui entoure le concept même d’appropriation et note que les politiques nationales restent largement définies par les bailleurs de fonds (Castellanet et Arnal, 2010). Quatre années plus tard, Sylviane Guillaumont Jeanneney préconise un changement radical du métier de donneur, difficile à réaliser précise-t-elle : « Perdre l’habitude de décider à la place de l’autre de ce qui est pour lui le meilleur » (Guillaumont Jeanneney, 2014). On peut facilement supposer que celui qui propose et, de fil en aiguille, décide, le fait avant tout dans son intérêt. « La main qui donne est plus haute que celle qui reçoit ».

45Les témoignages relatifs à la politique de l’offre sont légion quand on interroge les acteurs de la coopération. Tel agent de l’AFD indique le mode de fonctionnement de l’Agence dans son domaine, celui de la lutte contre le réchauffement climatique : « On a des agents dans le monde qui sont en lien avec, on va dire nos clients, donc avec les gouvernements, les entreprises qu’on finance, etc. Ils identifient les projets, les projets arrivent ici au siège et dans la direction des opérations, on les instruit » (Anonyme, 2013-2014d). Un chargé de projets au sein de France expertise internationale (la prédécesseure d’Expertise France) met l’accent de manière directe sur ce qui pourrait bien être in fine la justification de la politique de l’offre. Le contexte est celui d’un projet où est impliquée l’Union européenne. A la question : « C’est la Commission qui écrit les projets qu’elle considère finalement comme prioritaires ? », l’interlocuteur répond : « Bah oui, c’est la Commission qui a l’argent » (Anonyme, 2014-2015b). Qui paye commande.

46Face à la reconnaissance universelle de l’appropriation, la politique de l’offre est devenue plus sophistiquée. Si le donateur évite de décider trop ouvertement, il utilise une tactique détournée, tout aussi efficace. Un enquêté conseiller d’un ambassadeur thématique « Zones de crises » évoque ainsi la « finesse de la diplomatie » et précise : « Il s’agit de suggérer ce que l’autre va demander » (Laurent, 2014). Cet interlocuteur, également interviewé à une autre occasion, indique alors : « On préfère orienter ou être force de proposition, c’est-à-dire indiquer clairement quels sont les domaines du possible, sur lesquels on a envie d’aller. […] Ensuite, le pays émet une demande. […] C’est à moi, si vous voulez, de faire de la diplomatie pour que la question ne se pose jamais, pour que, quand les ministres se rencontrent, on soit sur des demandes calées » (Anonyme, 2013-2014a).

3.2 Le taux de retour

47Une deuxième manière de faire est relative au gain que peut procurer l’aide, principalement sur le plan économique, à travers la part de son montant dépensée en France. Un cadre de l’ambassade de France d’un pays d’Afrique de l’Ouest explique ce qu’est le taux de retour : « Taux de retour, ça veut dire : si je donne 100 d’aide, combien j’ai de marchés ? Si j’ai 100 d’aide et 80 de marchés pour les entreprises françaises, j’ai un taux de retour de 80 » (Anonyme, 2017-2018). Ce nombre n’est sûrement pas donné au hasard. Il suffit, pour s’en convaincre, de citer cet article de la Revue de Défense nationale de 1970 : « Les études les plus sérieuses estiment que 80 % des sommes affectées à l’aide au Tiers monde reviennent dans le pays donateur sous forme de salaires, de commandes passées à ses entreprises, de réinvestissements d’économies personnelles et de bénéfices d’entreprises », article signé Yvon Bourges, alors secrétaire d’État aux Affaires étrangères chargé de la Coopération (Bourges, 1970).

48Cette proportion s’est plus ou moins maintenue au fil des ans. En 1983, le rapport de la Société d’études pour le développement économique et social (SEDES, 1983), publié par le ministère des Relations extérieures, fait le point sur le taux de retour. Il distingue celui de l’aide bilatérale (assistance technique, dons, prêts du Trésor) qui s’élève à 70 % et celui de l’aide multilatérale (Fonds européen de développement, Banque mondiale, Banques régionales, Institutions de l’ONU) qui est de 91,8 % (Ministère des Relations extérieures, Coopération et développement, 1983). La même année, une note du Service de coopération économique du ministère des Affaires étrangères donne une ventilation plus précise : le taux de retour (« contrats donnés à des entreprises françaises, prestations fournies par des experts français ») est de 90 % pour le Fonds européen de développement, 144 % pour la Banque mondiale, 153 % pour le Programme des Nations unies pour le développement (Ministère des Affaires étrangères, Service de coopération économique, Direction des Affaires économiques et financières, 1983). De manière plus générale, les archives disponibles à La Courneuve (Archives diplomatiques, 1983) et à Pierrefitte-sur-Seine (Archives nationales) évoquent la notion de retour dans des termes fort illustratifs : « notre part », « récupération de la mise », « ce que rapporte une contribution donnée », « part rapatriable » et même « juste retour ». Manifestement, aider n’est pas donner.

49S’ils qualifient le retour, ces documents ne proposent pas pour autant une analyse du phénomène. Une archive consacrée au bilan de l’aide dans les États d’Afrique francophone durant la période 1964-1968, classée « confidentiel », est ici particulièrement précieuse. Non seulement ce texte donne une définition explicite du retour de l’aide mais il va au-delà en définissant l’aide elle-même : « Les considérations qui viennent d’être développées indiquent, sans nul doute possible, que la coopération avec les États africains et malgache a été bénéfique à la France. Il faut y ajouter que, sous une forme ou sous une autre, et dans des délais plus ou moins rapides, les moyens monétaires mis à la disposition des États au titre de l’aide, reviennent en grande partie en France. […] Qu’il s’agisse des traitements des agents de coopération technique – en partie conservés en France et en partie utilisés dans les États mais souvent en acquisition de biens importés –, qu’il s’agisse d’aides en capital – entraînant localement des importations corrélatives de biens d’équipement ou la transformation d’une partie du pouvoir d’achat distribué en consommation de biens importés –, qu’il s’agisse même d’aide intellectuelle – dont la mobilisation s’effectue souvent en France –, les flux en retour, à destination de la France, sont considérables. […] Aussi peut-on considérer, en se limitant à ces seuls éléments, que l’aide française présenterait davantage, pour l’économie française, l’aspect d’un manque à gagner plutôt que celui d’une perte véritable. Mais ce manque à gagner, lui-même, lorsqu’on le rapproche des avantages recensés plus haut dans les domaines commerciaux, financiers et monétaires, prend alors un aspect qui l’apparente singulièrement à un profit et qui permet d’avancer que, dans la politique de coopération qu’elle mène, la France n’est pas perdante » (Secrétariat d’État aux Affaires étrangères, non daté). Cet extrait représente sans nul doute une invitation à inverser le regard habituellement porté sur l’aide en envisageant moins ce que le donateur donne que ce qu’il garde ou reçoit.

50On pourra toujours objecter que ces archives – par nature – sont datées. Il apparaît clairement que la continuité l’emporte en la matière. L’administration est comme un supertanker qui file droit et met beaucoup de temps pour effectuer un virage. Il n’est qu’à observer les grandes masses du budget de l’APD qui sont quasiment renouvelées à l’identique année après année. Et si l’on voulait se convaincre de l’actualité du taux de retour, il suffirait de citer quelques entretiens beaucoup plus récents avec des acteurs de l’aide tel cet agent de l’AFD qui annonce « un retour de 100 pour cent de l’aide française au Cambodge en 2013 » (Anonyme, 2014-2015a) ou cet officier supérieur pour qui les actions civilo-militaires permettent « de favoriser la pénétration des capitaux français, notamment lors des phases de post-conflit », ce qu’il qualifie de « retour économique sur investissement militaire » (Anonyme, 2013-2014b).

51De la même façon, on pourrait souligner qu’historiquement la part d’aide liée était importante, ce qui pouvait expliquer – et justifier – un fort taux de retour. Remarquons alors que la forte progression de l’aide déliée n’empêche pas un retour conséquent, voire plus important... alors que cette modalité de l’aide est présentée comme étant plutôt vertueuse (Charnoz et Severino, 2015).

3.3 L’aide déliée 

52Au moment de la création de la coopération, l’aide liée est la règle. Les décideurs de l’aide éprouvent à son égard une attirance « naturelle » car elle est pourvoyeuse d’un retour automatique, l’aide liée étant conditionnée à l’obligation d’achats dans le pays donateur. Peu à peu cependant, l’idée du déliement s’installe et prend de l’ampleur. L’argument mis en avant en faveur de l’aide déliée est qu’elle permet de réduire le coût des projets de 20 à 40 % en n’obligeant pas le bénéficiaire à se fournir dans un pays qui n’est pas forcément le plus compétitif. Progressivement, presque toute l’aide devient déliée.

53Avec plus de 90 % d’aide déliée, la France a l’un des taux les plus élevés. Précisons tout de même que si les frais d’écolage étaient considérés comme liés – ce que fait la majorité des autres pays du Comité d’aide au développement (CAD) – le taux de déliement de l’aide française passerait à 78 % (Rapport de l’Inspection générale des Finances, 2012). L’aide liée de la France équivaut au Fonds d’études et d’aide au secteur privé (FASEP), à la Réserve pays émergents et à une partie de la coopération technique du ministère des Affaires étrangères, ce qui se résume à une petite partie de l’aide bilatérale. L’aide multilatérale, quant à elle, est déliée, sauf l’aide multilatérale européenne qui est réservée aux entreprises européennes.

54Si le déliement a obtenu autant de succès, notamment en ce qui concerne l’aide française, il y a fort à parier que ce n’est pas particulièrement en raison de l’argument avancé ci-dessus. Un interviewé le dit à mots couverts, au sujet de l’aide multilatérale : « L’aide déliée pour la coopération multilatérale c’est une chose, quand on y regarde de plus près, c’est une autre affaire… » (Anonyme, 2014-2015d). Certes, des entreprises françaises peuvent, grâce à leur qualité et leur compétitivité, être préférées à leurs concurrentes. Il semble toutefois que l’option pour le déliement s’explique pour une raison plus politique qu’économique. Une entreprise française aura plus de chance de s’imposer en terrain conquis : étant donné le rôle historique de la France en matière de coopération, de son implantation dans certains pays en développement et de sa proximité avec les dirigeants de ces pays, il est tentant de profiter d’une manne à portée de main, le déliement général permettant d’accéder aux aides des autres donateurs.

55Le rapport de l’Inspection générale des Finances de 2012 cité supra confirme cette seconde hypothèse en affirmant qu’« un fort déliement n’empêche pas d’avoir un bon taux de retour. » L’explication en est donnée un an plus tôt par le sénateur Christian Cambon dans un rapport d’information sur l’Agence française de développement. Il note que les aides déliées sont en fin de compte plus intéressantes pour les entreprises françaises « qui accèdent ainsi à l’ensemble des appels d’offres et pas uniquement à ceux financés par la France » (Cambon, Vantomme, 2011).

56Si, à l’heure de la mutualisation de plus en plus importante de l’aide, les avantages du déliement semblent appréciés pour l’ensemble de l’aide, ils l’ont été beaucoup plus tôt en ce qui concerne l’aide multilatérale. Cette dernière n’a cessé d’augmenter, passant de 3,3 % de l’aide totale en 1963 à 14 % en 1974, 22 % en 1990 et 43 % en 2015. Il est intéressant ici de noter que la part de l’aide multilatérale dans l’aide ne dépasse pas 20 % chez d’aussi grands donateurs que les États-Unis, l’Allemagne ou le Japon alors qu’au Royaume-Uni et en France, elle en représente environ le double (Collin et Requier, 2018). Cela est certainement à relier à l’histoire coloniale de ces deux pays.

57Un agent d’Expertise France donne un exemple de cette stratégie en matière de santé : « On récupère l’aide qui est mise dans des pots communs. […] Généralement, ça se fait dans une logique déliée et concurrentielle, ouverte à d’autres, mais il y a les réalités. Dans le secteur de la santé spécifiquement, il y a une politique française où on met vraiment tout sur le multi » (Anonyme, 2015-2016). Dans le même esprit, un de ses collègues de l’AFD explique la raison pour laquelle la France est l’un des plus importants contributeurs du Fonds européen de développement (FED) : « C’est pour l’effet de levier. Cela permet d’augmenter le nombre des acteurs participant à l’aide. Pour chaque euro investi, la France bénéficie d’une contribution de tous en plus ; et en tant que gros contributeur du FED, elle peut orienter l’aide vers les territoires qui l’intéressent. Concrètement, elle oriente des financements qu’elle n’est pas capable d’apporter seule. […] En donnant avec le FED, on arrive à mobiliser d’autres acteurs. C’est vraiment ça l’intérêt. C’est ce qui permet d’avoir plus de poids » (Anonyme, 2016-2017b). Bref, l’aide reste avant tout dans une logique d’influence.

4. Conclusion

58Ce premier article était consacré à l’aide-intérêt, l’objectif étant de démêler les fils entrelacés de la solidarité et de l’influence tels que présentés par la vision officielle de l’aide. A bien y regarder, où que l’on se tourne, et contrairement à ce qu’affirment publiquement quasiment tous les représentants officiels de l’aide, la thèse de l’intérêt l’emporte clairement comme l’affirme cet ancien conseiller d’un ministre de la Coopération qui évoque les relations « clientélistes » entre la France et les pays qui relevaient de son ministère : « Il n’y a rien de gratuit, hein. Sûrement pas dans ce type de rapports » (Anonyme, 2018-2019b). Manifestement, l’APD représente une « bonne affaire » pour le donateur. Quatre raisons au moins permettent de l’affirmer.

59La première concerne l’affichage. Figurer dans le palmarès de la générosité internationale (au 5ème rang) donne une bonne image sur la scène mondiale, qui plus est pour la France, « patrie des droits de l’homme ».

60La deuxième raison est relative au retour de l’aide, qui consiste à reprendre une (bonne) partie de la « mise ». Les chiffres indiqués plus haut, qui oscillent autour des trois-quarts pour l’aide bilatérale et plus encore pour l’aide multilatérale, sont conséquents.

61L’aide est également une bonne affaire eu égard à ce qui reste sur place. Outre les réalisations qui correspondent à une vraie définition de l’aide, adaptées et pérennes (qui doivent certainement exister), maints témoignages consistent à classer les projets en deux catégories : ceux qui vieillissent mal et ceux destinés à être dupliqués. Concernant les premiers, l’ancien diplomate Laurent Bigot rapporte l’expérience réalisée par cet ambassadeur de France en Afrique qui avait choisi cinq projets au hasard et remarqué qu’aucun n’avait survécu cinq ans plus tard (Radio France internationale, 2016). Ces projets se trouvent dans les pays les plus pauvres. Ils sont le signe de la faible implication endogène, faute de moyens, et du relatif désintérêt de l’intervenant extérieur… à qui l’on pourra faire appel quelques années plus tard pour « réhabiliter » l’ouvrage. Le second groupe de projets concerne les pays les plus riches. Dans ce cas de figure, les projets en question représentent autant de vitrines destinées à fournir à terme de nouveaux marchés (TGV, métros, tramways…). L’aide est alors corrélée à l’idée d’investissement. Elle est « à détente multiple ».

62La quatrième raison est que l’aide fait l’objet, dès le départ, d’un échange décidé au plus haut niveau, généralement celui des chefs d’État. L’aide apparaît ainsi comme la contrepartie d’un avantage accordé au donateur, ce qui sera l’objet du second article. Le contrat scellé alors devrait se suffire à lui-même. Or, les trois raisons présentées ci-dessus sont autant d’avantages que le donateur reçoit, en plus du deal d’origine.

63En somme, la « bonne affaire » peut être résumée comme suit : l’aide est tout d’abord un échange, une opération qui pourrait très bien s’arrêter là. Nonobstant cette transaction plus ou moins équilibrée – car le partenaire le plus fort a tendance à dominer la situation – le donateur, en plus, récupère une partie de la mise, bénéficie de chantiers à répétition, en profite pour prospecter en vue de futurs projets rémunérateurs et, comme si tout cela ne suffisait pas, clame haut et fort qu’au prix de tous ces « efforts », il fait preuve de générosité...

Top of page

References

Agir ici et Survie (1995) L’Afrique à Biarritz. Mise en examen de la politique française (Biarritz, 8 et 9 novembre 1994) (Paris : Karthala).

Anonyme (2018-2019a) Entretien avec un cadre de l’AFD, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, master 2 Développement et action humanitaire (Paris).

Anonyme (2018-2019b) in Kouakou Yao, A., La politique française de coopération avec l’Afrique de 1980 à 1999 : à la recherche des arènes de la décision, mémoire, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, master 2 Études africaines (Paris).

Anonyme (2017-2018) Le C2D dans la coopération entre la France et le Cameroun, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, master 2 Études africaines (Paris).

Anonyme (2016-2017a) Les énarques et la politique française de coopération internationale, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, master 2 Études africaines, entretien D (Paris).

Anonyme (2016-2017b) Et si la France bénéficiait de l’aide publique au développement ? Le cas de Wallis-et-Futuna, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, master 2 Études africaines (Paris).

Anonyme (2015-2016) Expertise France : renouveau de la coopération technique française ?, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, master 2 Coopération internationale, action humanitaire et politiques de développement (Paris).

Anonyme (2014-2015a) L’aide publique au développement française au Cambodge, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, master 2 Coopération internationale, action humanitaire et politiques de développement (Paris).

Anonyme (2014-2015b) Entretiens avec plusieurs anciens ministres de la Coopération, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, master 2 Coopération internationale, action humanitaire et politiques de développement (Paris).

Anonyme (2014-2015c) FEI. France Expertise Internationale, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, master 2 Coopération internationale, action humanitaire et politiques de développement (Paris).

Anonyme (2014-2015d) Le GIP Esther, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, master 2 Coopération internationale, action humanitaire et politiques de développement (Paris).

Anonyme (2013-2014a) L’aide publique au développement au sein du ministère de l’Éducation nationale, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, master 2 Coopération internationale, action humanitaire et politiques de développement (Paris).

Anonyme (2013-2014b) La coopération militaire française en Côte d’Ivoire (1960-2013), université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, master 2 Études africaines (Paris).

Anonyme (2013-2014c) La gestion de l’aide publique au développement par le ministère des Affaires étrangères et européennes, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, master 2 Coopération internationale, action humanitaire et politiques de développement (Paris).

Anonyme (2013-2014d) Le verdissement de la coopération internationale : la contribution de l’Agence française de développement à la lutte contre le réchauffement climatique, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, master 2 Coopération internationale, action humanitaire et politiques de développement (Paris).

Badie, B. et P. Birnbaum, (1979) Sociologie de l’État (Paris : Grasset).

Bat, J.-P. (2012) Le syndrome Foccart. La politique française en Afrique, de 1959 à nos jours (Paris : Gallimard).

Bourges, Y. (1970) « La coopération franco-africaine et malgache », in Revue de Défense nationale, mai (Paris).

Cambon, Ch. et A. Vantomme (2011), L’AFD, fer de lance de la coopération française, Rapport d’information, Sénat, Paris, p. 135.

Castellanet, Ch. et G. Arnal (coordination) (2010) L’aide publique au développement : Quelles justifications ? GRET, Coordination Sud, collection débats et controverses, n° 3, juillet (Paris).

Charnoz, O. et J.-M. Severino (2015), L’aide publique au développement, Nouvelle édition (1ère édition, 2007) (Paris : La Découverte).

Chevallier, J. (2002) Science administrative, 3ème édition refondue (Paris : Puf).

Collin, Y. et J.-Cl. Requier (2018) « Rapport spécial, Aide publique au développement », in Projet loi de finances pour 2019, Sénat, Commission des Finances (Paris).

De Gaulle, Ch. (1970) « Avec le renouveau, 1958-1962 », in Tome III, Discours et messages, Conférence de presse tenue au Palais de l’Élysée le 11 avril 1961 (Paris : Plon).

Élysée, (2017), Discours d’Emmanuel Macron à l’université de Ouagadougou, publié le 28 novembre, https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2017/11/28/discours-demmanuel-macron-a-luniversite-de-ouagadougou (consultée le 17/10/2021).

Favier, P. et M. Martin-Roland (1990), La décennie Mitterrand, 1. Les ruptures (Paris : Seuil).

Frères des Hommes (2011) Le Mouvement Frères des Hommes. Les acteurs témoignent, avec le soutien de la Fondation Frères des Hommes (Lyon : Parangon/Vs).

Freud, Cl. (1988) Quelle coopération ? Un bilan de l’aide au développement (Paris : Karthala).

Gabas, J.-J. (2002) Nord-Sud : l’impossible coopération ? (Paris : Presses de sciences po).

Giri, J. (2012) Du Tiers monde aux mondes émergents. Un demi-siècle d’aide au développement (Paris : Karthala).

Guillaumont Jeanneney, S. (2014) « La politique d’aide au développement. Du rapport Jeanneney à la situation présente », Commentaire, n° 145, printemps (Paris).

Jacquet, P. et J.-D. Naudet (2006) « Les fondements de l’aide », in Conseil d’analyse économique, La France et l’aide publique au développement (Paris, La documentation française), pp. 47-96.

Kalliopi Ango Ela (2013) cité par, Sénat, Débat sur les relations Nord-Sud, 21 février, p. 20.

La Lettre du Continent (1999) « La réforme est en marche : la coopération est morte, vive la diplomatie ! », 7 janvier 1999 (Paris).

Laurent, M. (2014) Les ONG face aux conditionnalités des bailleurs de fonds institutionnels, mémoire, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, master 2 Coopération internationale, action humanitaire et politiques de développement (Paris).

Legendre, P. (1992) Trésor historique de l’État en France. L’Administration classique, Nouvelle édition augmentée (Paris : Fayard).

Le Journal du Dimanche (2021), Macron, confidences en Afrique, 30 mai 2021, p. 4 (Paris).

Martins Costa, C.-M. (2017-2018) Le Comité interministériel de la coopération internationale et du développement, dossier de recherche, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, master 1 science politique (Paris).

Meimon, J. (2005) En quête de légitimité. Le ministère de la Coopération (1959-1999), Thèse pour le doctorat en science politique, université de Lille II (Lille).

Ministère des Affaires étrangères, Service de coopération économique, Direction des Affaires économiques et financières (1983) « Note pour le secrétaire général, A.S. Réflexions sur l’aide multilatérale française », 6 décembre, in Archives diplomatiques, Carton 2134 (La Courneuve).

Ministère des Affaires étrangères, secrétariat général (2000) La place de la coopération au développement dans l’action du ministère des Affaires étrangères. Bilan et propositions, rapport du groupe de réflexion « politique de développement », Loïc Hennekine, président, Pierre Jacquemot, rapporteur, juin.

Ministère des Relations extérieures, Coopération et développement (1983) « Impact de l’aide publique au développement sur l’économie française », in Études et documents, n° 51, mai (Paris).

Pacquement, F. (2019) (coordonné par) La passion du développement. 32 ans de Caisse centrale. Mémoires d’André Postel-Vinay (Paris : AFD).

Pajoni, R. (1991) « L’aide française au développement. Un regard latino-américain », in Relations internationales et stratégiques, n° 4, hiver, pp. 127-139.

Radio France Internationale (2016) Éco d’ici Éco d’ailleurs, 10 décembre (Paris).

Rapport de l’Inspection générale des Finances (2012) L’aide publique au développement française et les pays émergents, confidentiel, synthèse, mars (Paris).

Rist, G. (2001) Le développement. Histoire d’une croyance occidentale, 2e édition, (Paris : Presses de sciences po).

Sarraut, A. (1923) La mise en valeur des colonies françaises (Paris : Payot).

SEDES (1983), « Impact de l’aide publique au développement sur l’économie française », Études et documents, n° 51, mai, Ministère des Relations extérieures, Coopération et développement.

Secrétariat d’État aux Affaires étrangères (non daté) L’aide aux États africains francophones et à Madagascar. Bilan de la période 1964-1968. Confidentiel, Bibliothèque de documentation internationales contemporaine, Q 14490/1 (Nanterre).

Turpin, F. (2010) De Gaulle, Pompidou et l’Afrique (1958-1974), Décoloniser et coopérer, (Paris : Les Indes savantes).

Verhelst, T. et E. Sizoo (dir.) (1994) Cultures entre elles : dynamique ou dynamite ? Vivre en paix dans un monde de diversité, Dossier pour un débat, 34/1 et 34/2 (Paris : Fondation pour le progrès de l’homme).

Top of page

Notes

1 La méthodologie utilisée a consisté à demander à chaque étudiant de choisir une archive parmi celles disponibles sur la coopération française ou de réaliser un entretien avec un responsable ou tout au moins un connaisseur de l’aide française. L’idée était, à chaque fois, de creuser un point du séminaire. Plus d’un millier d’entretiens ont été réunis ; la plupart (le plus souvent à la demande des intéressé.e.s) ont été anonymisés.

2 Échec reconnu récemment par Emmanuel Macron lui-même : « Le fait migratoire est donc un signal d’échec de nos politiques d’aide publique au développement. Il faut tout revoir, sinon on ne s’en sortira pas » (Le Journal du Dimanche, 2021). On pourrait s’appuyer sur d’autres constats pour illustrer cet échec au moins relatif.

Top of page

Cite this article

Electronic reference

Philippe Marchesin, “La politique française de coopération : l’aide-intérêt”International Development Policy | Revue internationale de politique de développement [Online], 13.1 | 2021, Online since 19 October 2021, connection on 09 December 2021. URL: http://journals.openedition.org/poldev/4698; DOI: https://doi.org/10.4000/poldev.4698

Top of page

About the author

Philippe Marchesin

Philippe Marchesin est enseignant-chercheur au département de science politique de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, spécialiste des questions de coopération et développement.

By this author

Top of page

Copyright

Creative Commons License
International Development Policy is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International License.

Top of page
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search