Navigation – Plan du site

AccueilNuméros9Facteurs sociaux de vulnérabilité...

Facteurs sociaux de vulnérabilité face à la violence conjugale et sortie de la violence : analyses détaillées de parcours féminins

Social Factors Creating Vulnerability to Intimate Partner Violence and Cessation of Violence for Women: In-Depth Analyzes of Some Life Courses
Pauline Mullner et Magali Mazuy

Résumés

Cet article s’intéresse à l’articulation de facteurs sociaux qui permettent l’émergence et surtout le maintien de situations de violences conjugales. Les parcours de vie analysés invitent à lire les violences conjugales au sein d’un continuum de violences de genre. Âge et écart d’âge des partenaires, statut d’activité, parentalité, handicap ou santé dégradée, adversité pendant l’enfance ou l’adolescence, sont autant de dimensions à prendre en compte dans l’analyse des parcours de ces femmes confrontées à la violence d’un conjoint. Cet article met également en évidence l’absence manifeste des institutions dans les parcours de sortie de la violence. C’est par leurs ressources propres (activité, rencontres de figures de soutien, mise en sécurité des enfants), soutenues par des membres de leur entourage et/ou des professionnels de santé que les femmes s’en sortent, non pas grâce à une sanction judiciaire ou sociale des agresseurs.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1Les violences conjugales concernent les femmes de tous les milieux sociaux de manière équivalente. En revanche, certains parcours sont plus exposés que d’autres : entre 2 % et 12 % selon la configuration des parcours conjugaux (Brown et al., 2020, p. 236), surexposant ou sous-exposant certains groupes. Les violences apparaissent le plus souvent au début ou au cours de la relation, et s’installent fréquemment dans la durée, par l’agencement de rapports de pouvoir (encadrés par des normes de genre et de conjugalité) maintenant les conjointes dans des situations de domination sociale. Ainsi, la violence se met en place et se perpétue sous l’agencement de conditions matérielles spécifiques. Par l’analyse détaillée de parcours de vie de femmes ayant vécu des violences conjugales par le passé, cet article vise à mettre au jour certaines caractéristiques sociodémographiques qui sont corrélées à la violence conjugale, et invite à dépasser la grille de lecture trop simpliste du couple dysfonctionnel, qui existerait en circuit fermé, en dehors des normes sociales.

2D'après les données quantitatives de l'enquête Virage réalisée en 2015, les femmes les plus jeunes sont surexposées aux violences de genre, dont les violences conjugales (Brown et al., 2020). En parallèle du rapport d’âge, d’autres rapports sociaux créent pour les femmes des facteurs de vulnérabilité face à la violence : validisme (Diederich, 2006 ; Nosek et al., 2001), surexposition des filles aux violences de genre pendant l’enfance, rapports inégalitaires inhérents à la relation conjugale. Ces différents rapports sociaux producteurs de violences et de dégradation de l’état de santé constituent des ressorts communs aux situations de violences conjugales perpétrées par un conjoint ou ex-conjoint. Ces situations s’inscrivent dans un continuum (Kelly, 1988) au sein de l’espace conjugal lui-même, mais aussi des autres espaces de vie, comme nous le verrons en première partie.

3Afin de donner à voir certaines des conditions sociales de production et de sortie de la violence, nous avons choisi de présenter trois parcours spécifiques et de les analyser en détails (voir portraits en annexe). Ils permettent de saisir comment certains facteurs de vulnérabilité s’articulent et exacerbent les violences. Si rencontrer des formes de vulnérabilité est commun à tous les parcours de vie, tous n’y sont pas exposés de façon égale (Soulet, 2005). Nous avons également choisi d’introduire la question de la neuro-atypie, d’une part parce qu’elle a émergé de précédentes recherches sur les violences (Brown-Lavoie, Viecili et Weiss, 2014) et d’autre part afin de rendre visibles les parcours de ces femmes, de produire du savoir sur leurs situations et d’encourager les travaux sur les liens entre violences et « handicaps ».

4Les trois parcours sélectionnés mettent en évidence des ressorts sociaux communs dans l'installation de la situation de violence et dans la mise en œuvre du processus de sortie de la violence, mais aussi des hétérogénéités liées aux caractéristiques et au moment du parcours de vie des femmes. Ces données sont mises en regard de la dernière grande enquête quantitative sur les violences de genre (voir encadré méthodologique).

Méthodologie

L’enquête Violences et rapports de genre (Virage 2015)

L’enquête Virage (« Violences et rapports de genre : contextes et conséquences des violences subies par les femmes et par les hommes ») porte sur les violences interpersonnelles subies dans les douze derniers mois et au cours de la vie. Elle a été réalisée en 2015 auprès d’un échantillon représentatif de 27 268 personnes (15 556 femmes et 11 712 hommes) âgées de 20 à 69 ans, résidant en France métropolitaine et vivant en ménage ordinaire [https://virage.site.ined.fr] (Brown et al., 2020).

Les entretiens biographiques auprès de femmes victimes de violences conjugales

Les entretiens sont issus d'une recherche doctorale en cours. Des entretiens semi-directifs et biographiques ont été réalisés avec des femmes ayant vécu des violences conjugales (quelles qu’en aient été les formes) et séparées du ou des conjoint(s) violent(s) au moment de l’entretien. Les participantes étaient âgées de 22 ans à 60 ans au moment de l’entretien, et le temps passé depuis la séparation variait entre une année et plus de vingt années. Elles ont principalement été recrutées dans le cadre d'une post-enquête Virage et sur le réseau social Facebook.

Les entretiens sélectionnés pour cet article concernent des femmes ayant vécu des violences conjugales (psychologiques et sexuelles et parfois également économiques et physiques) au sein d’une (ou plusieurs) relation(s) de couple. Les facteurs sociaux de vulnérabilité que nous allons analyser caractérisent toutes ou une partie des femmes : toutes ont vécu des violences conjugales à de jeunes âges, toutes se considèrent comme autistes et leurs parcours sont marqués par des violences sexuelles et psychologiques, notamment vécues pendant l’enfance.

II. Facteurs sociaux de vulnérabilité face à la violence conjugale : des femmes jeunes et exposées à différentes violences

5Les parcours des femmes interrogées dans Virage et de celles ayant participé à l’enquête qualitative donnent à voir des récurrences dans les situations de violences, mais aussi des spécificités propres à des facteurs de vulnérabilité variables selon la situation de vie (présence d’enfants, situation au regard de l’emploi, etc.).

6La jeunesse des femmes lors du vécu des premières violences, l’écart d’âge entre conjoints ou encore les conditions de vie pendant l’enfance et le statut d’activité des femmes agissent souvent en leur défaveur et permettent l’instauration de rapports de pouvoir et de domination au sein de leurs relations affectives et conjugales, constituant le terreau des violences conjugales.

7Par ailleurs, des facteurs de vulnérabilité spécifiques, eux aussi corrélés aux normes de genre, accroissent les difficultés auxquelles elles vont devoir faire face. Plusieurs femmes ont ainsi déclaré des rapports dégradés au corps et à la sexualité et/ou une forme d’autisme (médicalement diagnostiquée ou auto-évaluée), sur lesquels s’appuie l'exercice de différentes formes de violences psychologiques (notamment insultes et dénigrement), économiques, de (nouvelles) violences sexuelles (et/ou physiques) au sein de la relation conjugale, faisant écho à des violences subies dans d’autres espaces de vie.

1) Jeune âge, premières expériences de conjugalité, neuro-atypie : des facteurs de vulnérabilité face aux violences

8Les violences vécues dans le cadre de la conjugalité sont à interpréter au sein de normes plus larges qui fabriquent de la vulnérabilité face aux violences pour les femmes. D’une part, les normes de genre agencées aux rapports d’âge exposent les filles à davantage de violences pendant l’enfance et sous différentes formes, dont les violences sexuelles (Charruault, Grunvald et Scodellaro, 2020). D’autre part, les normes de conjugalité (Neyrand, 2018) et de genre (Clair, 2008) induisent des caractéristiques socio-économiques favorables et un statut plus valorisé pour les conjoints que pour les conjointes, ainsi qu’une polarisation des rôles au sein du couple (la gestion des charges relatives aux tâches domestiques, parentales, ou au « care » est plus souvent portée par les femmes ; Bauer, 2009 ; Brousse, 1999 ; Dumontier, Guillemot et Méda, 2002). Ainsi, les violences conjugales doivent être lues au sein d'un continuum d'exposition à la violence (Kelly, 1988) dont la sphère conjugale fait partie intégrante. Les femmes ayant vécu des violences pendant l'enfance ou des relations familiales dégradées sont trois fois plus exposées aux violences conjugales (Brown et al., 2020), et au sein des parcours affectifs et conjugaux, les femmes les plus jeunes sont celles qui vivent le plus souvent des violences (figure 1). Les femmes de 20‑24 ans déclarent 2,5 fois plus de violences psychologiques et plus de deux fois plus de violences physiques que les femmes âgées de 45 à 69 ans. Les violences sexuelles sont toutefois plus souvent déclarées par les femmes âgées de 35 à 44 ans.

Figure 1. Surexposition aux violences conjugales par groupe d’âges, par rapport aux femmes de 45‑69 ans*

Figure 1. Surexposition aux violences conjugales par groupe d’âges, par rapport aux femmes de 45‑69 ans*

Champ : femmes entre 20 et 69 ans vivant en France métropolitaine ayant eu une relation de couple hétérosexuelle de 4 mois ou plus au cours des douze mois précédant l’enquête 
Lecture : les femmes âgées de 20 à 24 ans déclarent près de 2,5 fois plus de violences physiques au cours des 12 derniers mois que celles âgées de 45 à 69 ans 
*Le groupe d’âges 45‑69 ans est le groupe de référence

Source : enquête Virage, Ined, 2015

9Dans les trois parcours détaillés (voir encadré supra et portraits en annexe), les violences conjugales ont commencé dès les premières relations, et dans l’un d’entre eux, avant l’âge de 18 ans. Ainsi, ces expériences de violences sont vécues par des femmes jeunes, qui débutent leur socialisation à la conjugalité.

Moi, j'étais pas amoureuse de ce garçon-là, mais comme c'était… [cherche ses mots] à l'époque il me fallait… enfin, j'avais envie d'une première expérience. (Valérie, 55 ans, a subi des violences au sein d’une union qui a duré 10 ans)

10La volonté d’entrer en couple et d’acquérir une première expérience est vue comme un moteur d’émancipation de la famille d’origine et de mise en conformité aux normes de conjugalité (Giraud, 2017) et de genre (Clair, 2008). Les unions sont souvent caractérisées par un écart d’âge en faveur du conjoint, installant un déséquilibre (Bergström, 2018), notamment dans les situations de violence conjugale, qui présentent une plus forte fréquence d’écarts importants (conjoint beaucoup plus âgé que la conjointe). Un fort écart d’âge en sens inverse (en faveur des femmes), bien que plus rare, est également corrélé à plus de violences (figure 2). Dans les trois parcours étudiés, une des femmes interrogées est en couple avec un partenaire ayant 29 ans de plus qu’elle. Ce fort écart d’âge instaure une position de domination : le « manque » d’expérience (conjugale et sexuelle) est constitué en argument utilisé par son conjoint. Il lui signifie à répétition sa soi-disant volonté de « l’aider », de lui « apprendre » : il légitime sous ce prétexte le dénigrement qu’il lui fait subir et installe une situation de violences diverses, dont l’imposition de nouvelles pratiques sexuelles.

11Dans les deux autres parcours, si l’écart d’âge avec le conjoint n’agit pas comme facteur de vulnérabilité, d’autres caractéristiques sociales sont importantes à souligner, notamment le fait d’avoir été exposées à des violences à des âges plus jeunes et la neuro-atypie.

Figure 2. Écart d’âge entre conjoints* selon la présence ou l’absence de déclaration de violences conjugales dans les 12 derniers mois

Figure 2. Écart d’âge entre conjoints* selon la présence ou l’absence de déclaration de violences conjugales dans les 12 derniers mois

Champ : femmes entre 20 et 69 ans vivant en France métropolitaine ayant eu une relation de couple hétérosexuelle de 4 mois ou plus au cours des douze derniers mois 
Lecture : 11 % des femmes ayant déclaré des faits de violence sont du même âge que leur conjoint contre 14 % pour celles qui n’ont pas déclaré de faits de violences

Source : enquête Virage, Ined, 2015

* Écart d’âge au sein de couple, calculé par la différence entre l’âge du conjoint et celui de la conjointe : il est > 0 quand le conjoint est plus âgé et < 0 quand la conjointe est plus âgée

12Deux des femmes interrogées se considèrent comme autistes et la troisième déclare au cours de l’entretien avoir un trouble du spectre de l’autisme diagnostiqué, ainsi que d’autres troubles psychiques. Ces différents « handicaps » psychiques ont surexposé ces trois femmes à des violences dès leur jeune âge dans la famille, à l’école, en foyer, en contexte festif ou de loisir, que ce soit de la violence manifeste ou une forme d’isolement relationnel :

À l’école, c’était toujours l’horreur. J’étais le bouc émissaire tout le temps […] J’avais pas le choix, […] j’étais pas adaptée […] Les contacts avec les gens, c'est compliqué. […] Je suis handicapée. (Dominique, 48 ans, a subi des violences au sein d'une union qui a duré 14 ans)

Tu sais, moi j’étais hyper naïve sociale du fait de mon autisme, je peux pas décoder les signaux sur un visage, tout ça […]. Je me suis faite avoir facilement. (Florence, 26 ans, a subi des violences au sein d'une union qui a duré 1 an)

13De manière générale, la présence d’une forme de handicap agit comme un facteur de vulnérabilité supplémentaire face à la violence (Baradji et Filatriau, 2020 ; Laforest, Maurice et Bouchard, 2018 ; Breiding et Armour, 2015 ; Bargiela, Steward et Mandy, 2016). Le lien entre handicap et violences s’exerce à double sens : le handicap expose à plus de discriminations et de violences et les violences créent des limitations psychiques et physiques supplémentaires en altérant la santé dans ses multiples dimensions (Scodellaro, 2020). Les expériences décrites par les femmes interviewées témoignent toutes de formes de sociabilités non conformes aux pratiques dominantes et pour lesquelles elles furent violemment rappelées à l’ordre : dénigrement scolaire, sociabilités complexifiées par la neuro-atypie les marginalisant des échanges ordinaires, et surtout une absence de reconnaissance et de prise en charge adaptée. Seule Florence a été diagnostiquée à l’adolescence et prise en charge par l’aide sociale à l’enfance, mais elle n’a pas bénéficié de soins appropriés qui auraient pu prévenir des victimations ultérieures. Valérie se pose la question de l’autisme du fait du diagnostic de son fils, elle a alors plus de 50 ans. Quant à Dominique, malgré les signaux forts issus de ses interactions avec ses pairs et son entourage, aucun dépistage n’a été réalisé ni aucune prise en charge adaptée. Ces deux femmes, plus âgées, ont évolué au sein de générations où la question de l’autisme était encore moins prise en compte par la société et les professionnel‧le‧s des institutions qu’à l’heure actuelle. Différents travaux ont montré que l’autisme est moins souvent diagnostiqué pour les femmes que pour les hommes et lorsqu’un diagnostic (antérieur) a été proposé, il était plus souvent erroné, entraînant une prise en charge plus tardive pour les femmes (Bargiela, Steward et Mandy, 2016).

2) Facteurs de vulnérabilité liés au « genre » du travail et à l’exposition à des violences concomitantes

14Les violences vécues par les femmes dans la sphère conjugale et les violences dans les autres sphères ne sont pas cloisonnées. Au contraire, elles se font écho d’un espace de vie à un autre, au fil du parcours de vie. Ainsi, si la période d’enfance, de jeunesse et d’entrée dans la vie affective surexpose les femmes à la violence exercée par des proches (famille, puis conjoint) et au sein du milieu scolaire, c’est aussi le cas des activités professionnelles dans lesquelles elles sont engagées. Cette période du parcours de vie est par ailleurs celle durant laquelle le travail reproductif est également pris en charge par les femmes. Ainsi, travail productif et reproductif occasionnent d’autres facteurs de vulnérabilité sociale, mais aussi intime. Les différentes activités des femmes enquêtées sont au service du « care » et de la sexualité masculine.

15Dominique a été agressée par l’un de ses patients, de surcroît en période de grossesse :

Je ferme la porte pour qu’on soit un peu tranquille avec ce patient qui était complètement éclaté et on commence à discuter […] et là il chevauche le bureau et il me tabasse, et il tabasse mon bébé. (Dominique, 48 ans, a subi des violences au sein d'une union qui a duré 14 ans)

16Elle subit en parallèle des violences conjugales (psychologiques et sexuelles notamment). Cette période du parcours de vie, cumulant grossesse/maternité/violences dans les espaces conjugal et professionnel, génère une altération globale de sa santé psychique et somatique et une vulnérabilité sur le terrain de l’intime et corporel. Après une perte importante de poids en début de relation en lien avec les violences infligées par son partenaire, elle prend du poids du fait de sa grossesse, ce qui entraîne des variations corporelles importantes, de manière alternée.

17Florence a mentionné d’importantes difficultés à qualifier certains comportements de son conjoint comme violents. Outre les difficultés relatives à son autisme, le cadre dans lequel elle rencontre son conjoint – un site de rencontre BDSM – brouille l’identification des actes comme violents. La frontière entre la violence encadrée par le jeu sexuel et la violence conjugale est poreuse.

C’était flou. C’est là que je me suis rendu compte mais la limite entre « on s’entend d’avoir des pratiques sexuelles violentes » et d’avoir des violences conjugales c’était peut-être l’un ou l’autre ou les deux en même temps ! (Florence, 26 ans, a subi des violences au sein d'une union qui a duré 1 an)

18De plus, au-delà du contrôle de son travail d’escorte, le conjoint de Florence lui impose des rapports sexuels et certaines pratiques qu’il considère comme lui étant dues, prétextant l’ordinaire de ces pratiques dans son cadre professionnel.

Il voulait tout contrôler. […] c’était inacceptable, que je me rasais pour les clients mais pas pour lui, que je faisais l’amour pour de l’argent mais pas avec lui, enfin que j’aie pas envie. (Florence, 26 ans, a subi des violences au sein d'une union qui a duré 1 an)

19Les trois femmes interrogées font toutes état d’une charge mentale très importante, liée à la multiplicité des tâches qui leur incombe (domestique, parentale, professionnelle, poursuite d’études, gestion de l’équilibre financier du ménage). Ce déséquilibre dans la répartition des tâches quotidiennes, et l’amplification de la fatigue consécutive aux violences vécues créent un épuisement mental, physique et financier et une forte insécurité. Les données nationales montrent que les conflits relatifs aux enfants, à la répartition des tâches et à l’argent sont exacerbés lorsqu’il y a des violences, notamment en cas d’atteintes fréquentes, graves ou très graves ; par ailleurs, plus les violences sont fortes, plus le sentiment de peur augmente (Brown et al., 2020, p. 204).

20Les trois récits mentionnent l’impact des violences sur les terrains psychique et corporel. Outre l’apparition de périodes de dépression, Valérie, Dominique et Florence relatent des troubles du comportement alimentaire avec des pertes ou prises de poids importantes, au moment des violences mais aussi dans la durée, du fait de la prise de psychotropes médicamenteux, du contrôle par le partenaire de l’alimentation, de la polarisation des rôles et de la répartition inégale des tâches au sein de leur couple, et de la temporalité longue des conséquences des violences sur la santé psychique comme corporelle. Ces impacts sur la santé psychique et corporelle sont très corrélés aux violences (Jaspard et al., 2003 ; Scodellaro, 2020).

J’étais anorexique pendant cette affaire, je mangeais presque pas. [...] Je pesais 25 kg de moins que là. […] j’aurais dû être traitée pour des troubles alimentaires. (Florence, 26 ans, a subi des violences au sein d'une union qui a duré 1 an)

21Seule Valérie ne mentionne plus, au moment de l’entretien, de problème relatif à son poids mais l’entretien fut réalisé de longues années après la période de violences conjugales. À l’inverse, Florence (séparée depuis moins d’années du partenaire violent) mentionne encore des troubles du comportement alimentaire ; Dominique a relaté une importante prise de poids liée à son traitement médicamenteux en cours et avait par ailleurs évoqué des tentatives de suicide pré-séparation. Les idées suicidaires sont très corrélées aux violences conjugales en cours ou récentes (dans les 12 derniers mois). Toutes choses égales par ailleurs, le rapport de cotes (OR) est multiplié par 4,4 en situation de violence comparativement aux personnes n’ayant pas déclaré de violences (Scodellaro, 2020, p. 457).

22Notons également que Dominique est en phase de qualification des nombreuses violences qu’elle a pu vivre (sans aucune reconnaissance pénale) et est encore sous traitement médicamenteux au moment de l’entretien. Elle a commencé la rédaction d’un livre de témoignage, exercice qu’elle dit être particulièrement difficile. Florence, séparée depuis le moins longtemps, mentionne une forte prise de poids post-séparation qu’elle lie à l’absence de soins qu’elle aurait pourtant souhaité avoir. La temporalité des violences dépasse donc largement la période d’exposition directe et se prolonge bien au-delà, notamment en cas de défaut de prise en charge ou d’absence de reconnaissance des violences et de soins adaptés à cette situation.

23Cette exposition au continuum de violences, couplée aux répercussions des violences sur la santé des femmes, complexifie le processus de sortie des violences qu’elles parviennent néanmoins à mener, notamment du fait de changements significatifs de leurs conditions de vie.

III. Des ressources différenciées sur lesquelles s’appuient les femmes pour sortir des violences

24Les sources de soutien mentionnées dans les entretiens agissent à différentes étapes du processus de sortie des violences. Les périodes de séparation, particulièrement à risque pour la sécurité des victimes (DeKeseredy, Dragiewicz et Schwartz, 2017 ; Wilson et Daly, 1993) s’accompagnent souvent de difficultés supplémentaires liées aux violences (état de santé dégradé, épuisement, peur), à l’action des ex-conjoints (violences post-séparation, harcèlement, menaces) ou au contexte de séparation (coût du déménagement, prise en charge des enfants, non reconnaissance institutionnelle des violences, décision de justice aggravant la situation des femmes, etc.). Les processus de sortie sont dynamiques et font appel à la mobilisation de ressources multiples (Rose, Campbell et Kub, 2000).

1) Les figures de soutien qui accompagnent la sortie des violences (de la séparation à l’après-séparation)

25Dans les trois parcours étudiés, la séparation résulte d’une décision prise et mise en œuvre par les femmes. Cette décision a pour chacune été confortée par des proches auprès desquel‧le‧s elles se sont confiées. Les proches les ont aidées en qualifiant les violences et le caractère anormal de la situation qu’elles décrivaient, en encourageant leur volonté de se séparer, ou encore en leur permettant de se projeter dans une relation affective sans violence.

26L’espace professionnel, bien qu’il puisse créer des victimations supplémentaires, peut aussi se révéler être un espace qui ouvre à de nouvelles sociabilités, rompt l’isolement et redonne un statut valorisant et épanouissant ainsi qu’une meilleure estime de soi. Dans tous les cas, les espaces qui permettent un éloignement et une sortie temporaire de la violence peuvent constituer des moments et espaces clés pour qualifier les violences subies et amorcer la volonté voire la décision de rompre l’union. Par ailleurs, les espaces professionnels permettent aussi aux femmes de faire de nouvelles rencontres amoureuses et amicales qui vont accompagner le processus de séparation.

J'étais totalement isolée jusqu'à ce que j'ai un poste fixe. Et que là, ma directrice commence, enfin qui était super sympa. Elle est devenue une amie. C'est à ce moment-là que j'ai pu trouver la force au bout de deux, trois ans de divorcer, parce que j'avais enfin quelqu'un qui me soutenait en fait, qui était un pilier. (Valérie, 55 ans, a subi des violences au sein d’une union qui a duré 10 ans)

Et là je commence à travailler en libéral. Putain. Le kiff. Génial. Là, j’ai découvert que j’avais un cerveau et que les gens m’aimaient, mais un truc de fou. (Dominique, 48 ans, a subi des violences au sein d'une union qui a duré 14 ans)

27Les femmes se confient le plus souvent à des proches, mais l’anonymat peut aussi être recherché, ainsi que l’écoute active et professionnalisée, via les plateformes d’aide aux victimes et de soutien psychologique.

J’osais pas le dire à des gens qui me connaissaient, donc j’avais trouvé la solution. Je me souvenais qu’il y avait un numéro de téléphone […]. En fait, je les appelais pendant des heures […] je disais à quelqu’un qui me connaissait pas tout ce que je vivais […]. Quand je le faisais, il était pas là, donc les enfants non plus donc personne m’entendait. (Dominique, 48 ans, a subi des violences au sein d'une union qui a duré 14 ans)

28Pour les mères de famille, quitter un conjoint qui exerce des violences suppose l’organisation de la séparation et d’un potentiel relogement avec les enfants, autant d’éléments pouvant retarder le moment du départ. Les mères de familles nombreuses déclarent 2,5 fois plus souvent d’atteintes fréquentes, graves ou très graves perpétrées par le conjoint au cours des 12 derniers mois (Brown et al., 2020, p. 198). Néanmoins, la question de la protection et de la mise en sécurité des enfants peut constituer un autre levier puissant et déclencher la prise de décision.

Et ma fille avait trois ans, [...] elle me dit [...] « Ça va pas, tu sais il boit tout le temps et il nous fait pas manger ». Ah bon ? Il te fait pas à manger ? [...] Là, mon sang n’a fait qu’un tour. [...] il faut que j’enlève mes enfants de ses griffes [...] Il faut que je me barre. (Dominique, 48 ans, a subi des violences au sein d'une union qui a duré 14 ans)

29La séparation, par ses effets collatéraux, engendre toutefois de nouveaux facteurs de vulnérabilité au sein d’un environnement globalement caractérisé par une impunité des agresseurs. La non-reconnaissance juridique, matérielle, symbolique des violences subies, le défaut de soutien financier (pour accompagner l’urgence de la séparation), voire la responsabilisation des femmes versus un égard en direction de leurs agresseurs créent de nouvelles difficultés dans le processus de séparation et d’éloignement et produisent de la victimation secondaire.

Pendant que j'étais dans la maison que je louais pendant la séparation [...] je payais aussi […] la moitié des impôts, la moitié des charges, la moitié du loyer. […] Donc j'ai fini par être obligée de faire appel aux services sociaux de l'Éducation nationale et on m'a fait ce qu'on appelle un prêt d'honneur. (Valérie, 55 ans, a subi des violences au sein d’une union qui a duré 10 ans)

Il est allé voir un avocat [...] On est passé devant un juge qui m’a condamnée à lui verser […] 300 euros de pension compensatrice […] Moi je faisais tout ce que je pouvais donc j’ai dû vendre la maison et là la justice ne m’a pas fait justice. (Dominique, 48 ans, a subi des violences au sein d'une union qui a duré 14 ans)

30Les professionnel‧le‧s le plus souvent mentionné‧e‧s par les femmes sont les praticien‧ne‧s de santé, qui sont plus fréquemment à leur contact pour des questions de prise en charge indirecte des violences par les effets collatéraux qu’elles engendrent : dégradation de la santé psychique et somatique, nécessité de gestion du stress et de l’anxiété ou de troubles du sommeil, à court, moyen et long termes.

Avec mes soucis, heu… de grosse dépression, en fait j’ai demandé à avoir une prise en charge et j’ai fait de la psychomotricité. [...] la psychomotricienne m’a fait un bien fou. (Dominique, 48 ans, a subi des violences au sein d'une union qui a duré 14 ans)

Bah là j’ai un coach de vie pour l’instant. C’est une façon de verbaliser mes désirs. Déjà c’est vraiment moins cher que le psy. (Florence, 26 ans, a subi des violences au sein d'une union qui a duré 1 an)

2) Soutien matériel pour organiser la séparation : des femmes pro-actives

31Au-delà des sources de soutien dans le domaine de l’équilibre émotionnel et affectif et au niveau de la santé, certaines figures peuvent aussi agir en aidant matériellement les femmes à organiser leur départ et en limitant les nouvelles vulnérabilités engendrées par les violences (précarité matérielle et itinérance résidentielle notamment). Ces professionnel‧le‧s apportent un soutien symbolique, par la reconnaissance de la situation de violences que vivent les femmes. Leur soutien est également matériel, en atténuant des difficultés économiques consécutives à la séparation et au défaut de gestion des charges par les conjoints. Ces derniers ont parfois créé une situation de surendettement de la famille, malgré les efforts économiques menés par les femmes pour continuer à subvenir aux besoins du foyer. Ces aides sont toujours ponctuelles et limitées au champ de compétences des professionnel‧le‧s et le résultat d’une recherche de solutions impulsée par les femmes elles-mêmes (Damant, Bélanger et Paquet, 2002), supposant une capacité d’action et une énergie suffisante pour les mener à bien.

Le banquier était super, vraiment super. J’ai été interdit bancaire, mais je le remercie malgré tout parce que en fait on a pu vendre notre maison. [...] quand on était à l’hôtel, je suis allée voir le prof principal du grand et puis les instits des deux petits, je leur ai dit « écoutez, on vit des moments super compliqués [...] donc ça va être short pour payer les tickets de cantine », ce qui s’est passé d’ailleurs. [...] ils m’ont dit « écoutez, nous, le changement qu’on a vu c’est qu’ils vont mieux vos enfants, ils sont plus libérés ». (Dominique, 48 ans, a subi des violences au sein d’une union qui a duré 14 ans)

La notaire, […] elle voyait que j’étais dépitée […]. Je lui ai expliqué, elle m’a dit […] Votre voiture, que vous avez achetée avec votre compte, on va renflouer le crédit donc vous aurez plus de crédit. (Dominique, 48 ans, a subi des violences au sein d'une union qui a duré 14 ans)

32Les soutiens institutionnels (forces de l’ordre, éducation nationale, pompiers) sont relativement en retrait de la gestion des situations de violences. Cependant, lorsque des actions sont engagées, ils peuvent apporter là encore une reconnaissance avant tout symbolique, et également un soutien effectif mais circonscrit à leur champ de compétences.

À la gendarmerie, [...] j’ai expliqué un petit peu comme je vous explique que je pensais que c’était normal et je voyais dans ses yeux, le gendarme, qu’en fait, tout ce que je disais c’était pas normal. (Dominique, 48 ans, a subi des violences au sein d'une union qui a duré 14 ans)

Une nuit, j’ai téléphoné heu… aux pompiers, j’ai téléphoné à mon père et à mon frère et je leur ai dit « venez heu… on va le faire partir chez les pompiers, j’en peux plus ». (Dominique, 48 ans, a subi des violences au sein d'une union qui a duré 14 ans)

33La prise en charge par l’institution hospitalière du conjoint qui exerce des violences – et donc son éloignement et la neutralisation de sa violence directe – va permettre l’organisation définitive de la séparation. Les proches de la famille sont particulièrement mobilisés pour s’occuper et/ou sécuriser les enfants en période de séparation et soutenir les démarches administratives liées au divorce ou lors de l’itinérance résidentielle. Les femmes mobilisent fréquemment leur mère pour s’occuper des enfants, alors que les figures masculines de la famille sont plus souvent sollicitées pour sécuriser et protéger les femmes d’éventuelles agressions.

Ma mère a trouvé un micro-onde qu’elle avait mis dans la chambre, elle allait chercher les enfants à l’école […]. Le matin elle leur donnait leur petit-déjeuner, elle les emmenait à l’école, voilà. On vivait à l’hôtel. (Dominique, 48 ans, a subi des violences au sein d'une union qui a duré 14 ans)

Ma mère a envoyé toute une enveloppe de… de papiers expliquant les démarches du divorce. […] [Elle] m'a mise en garde […] « ça va être compliqué, fais-lui signer un papier comme quoi il accepte que tu partes. » (Valérie, 55 ans, a subi des violences au sein d’une union qui a duré 10 ans)

34Les femmes se prémunissent également d’une sanction judiciaire en cas de fuite du domicile avec les enfants (dans un contexte où les violences ne sont pas reconnues). Valérie par exemple établit un document qu’elle fait difficilement et après plusieurs semaines signer à son mari, l’autorisant à quitter le domicile avec les enfants, afin d’éviter une poursuite judiciaire ou un divorce pour faute.

IV. Conclusion : diffuser les récits des personnes concernées, renforcer la prévention, la formation des professionnel‧le‧s et élargir tous les dispositifs de prise en charge

35Les données de l’enquête Virage et les parcours analysés dans cet article ont mis en évidence le continuum de violences auquel peuvent être exposées les femmes au cours de leur vie et invitent à considérer les violences conjugales comme partie intégrante des rapports de genre dans leur globalité. Elles prennent souvent la suite de violences pendant l’enfance et/ou l’adolescence, ou peuvent faire écho à d’autres rappels à l’ordre ou atteintes vécues dans les espaces non « privés ».

36Les résultats ont montré l’enjeu de la prévention des violences dès le plus jeune âge et la dimension importante du soin psychique et corporel, ceci afin de prévenir l’exposition à la violence mais aussi d’atténuer les effets des violences dans le temps long. Ils ont montré également la nécessité d’adapter la prise en charge à la variété des facteurs de vulnérabilité face à la violence : jeunesse des femmes, parentalité, statut social précaire ou isolement social, présence d’une forme de handicap, etc. Ces rapports de domination spécifiques, le discrédit et la stigmatisation sociale, le manque de ressources économiques ou matérielles créent de la vulnérabilité face à la violence. Considérer la violence conjugale comme le produit d’un couple qui dysfonctionne ne permet pas de comprendre l’agencement des différentes dimensions sociales qui permettent l’apparition de la violence mais, surtout, son maintien.

37La question du rapport au corps est également importante. Les récits mettent en évidence que les différentes formes de violences ont des effets délétères sur les corps et la santé mentale et agissent de manière transversale. Ils invitent également à considérer les violences psychologique et sexuelle comme une violence physique, en ce sens qu’elles contraignent les corps, de même que la violence sexuelle est également psychologique, rendant les frontières poreuses entre les catégories.

38Les parcours analysés dans cet article donnent à voir certains facteurs de vulnérabilité, mais il en existe bien d’autres : statut migratoire, racisation, vieillesse, autres formes de « handicap », sexualités ou pratiques sexuelles non conformes à la norme dominante, écarts aux standards corporels, etc. Cet article invite donc les recherches à multiplier les matériaux d’analyse afin de diversifier les savoirs, tout en ne perdant pas de vue que les ressorts restent les mêmes : c’est sur des écarts à la norme dominante que la violence s’exerce, agissant avant tout comme un rappel à l’ordre et c’est parce que certaines caractéristiques sociales surexposent à la violence que celle-ci peut s’enclencher et surtout perdurer. La prise en charge doit prendre en compte ces dimensions sociales. De même, toutes les actions qui visent à améliorer les conditions de vie matérielles des femmes (contrôle social et non-impunité des agresseurs, égalité salariale, meilleur accès au patrimoine, diminution de la charge mentale et donc de l’épuisement, dépistage et prise en charge adaptée d’un « handicap », etc.) permettent de réduire l’exposition à la violence. À ce titre, les institutions sont les grandes absentes des récits recueillis. Des avancées notables ont été réalisées ces dernières années, mais elles portent surtout sur la prise en charge et agissent dans « l’urgence » (téléphone grave danger, bracelet anti-rapprochement, etc.). Dénoncer les violences, stopper l’impunité des agresseurs et les prendre en charge efficacement est fondamental. Donner du crédit et une large visibilité médiatique et politique aux récits permet également de diffuser l’expertise des personnes concernées.

Haut de page

Bibliographie

Baradji E. et Filatriau O. (2020), « Les personnes handicapées sont plus souvent victimes de violences physiques, sexuelles et verbales », Études et résultats, n° 1 156, Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES).

Bargiela S., Steward R. et Mandy W. (2016), « The Experiences of Late-diagnosed Women with Autism Spectrum Conditions: An Investigation of the Female Autism Phenotype », Journal of Autism and Developmental Disorders, vol. 46, n° 10, p. 3281‑3294.

Bauer D. (2009), « L’organisation des tâches domestiques et parentales dans le couple », in Régnier‑Loilier A. (dir.), Portraits de familles : l’enquête Étude des relations familiales et intergénérationnelles, Paris, Ined éditions, coll. « Grandes enquêtes », p. 219‑239.

Bergström M. (2018), « De quoi l’écart d’âge est-il le nombre ? L’apport des big data à l’étude de la différence d’âge au sein des couples », Revue française de sociologie, vol. 59, n° 3, p. 395‑422.

Breiding M. J. et Armour B. S. (2015), « The Association Between Disability and Intimate Partner Violence in the United States », Annals of Epidemiology, vol. 25, n° 6, p. 455‑457.

Brousse C. (1999), « La répartition du travail domestique entre conjoints reste très largement spécialisée et inégale », France portrait social, INSEE, p. 135‑151.

Brown E., Debauche A., Hamel C. et Mazuy M. (dir.) (2020), Violences et rapports de genre. Enquête sur les violences de genre en France, Paris, Ined éditions, coll. « Grandes enquêtes ».

Brown-Lavoie S. M., Viecili M. A. et Weiss J. A. (2014), « Sexual Knowledge and Victimization in Adults with Autism Spectrum Disorders », Journal of Autism and Developmental Disorders, vol. 44, n° 9, p. 2185‑2196.

Charruault A., Grunvald S. et Scodellaro C. (2020), « Les violences sur mineur‧e‧s dans la famille et son entourage », in Brown E., Debauche A., Hamel C. et Mazuy M. (dir.), Violences et rapports de genre, Paris, Ined éditions, coll. « Grandes enquêtes », p. 149‑181.

Clair I. (2008), Les jeunes et l’amour dans les cités, Malakoff, Armand Colin, coll. « Individu et société ».

Damant D., Bélanger J. et Paquet J. (2002), « Analyse du processus d’empowerment dans des trajectoires de femmes victimes de violence conjugale à travers le système judiciaire », Criminologie, vol. 33, n° 1, p. 73‑95.

DeKeseredy W.S., Dragiewicz M. et Schwartz M.D. (2017), Abusive Endings: Separation and Divorce Violence Against Women, Oakland (CA), University of California Press, coll. « Gender and Justice ».

Diederich N. (2006), « La banalisation des violences sur les femmes handicapées mentales », Chronique féministe, n° 95‑97, p. 88‑92.

Dumontier F., Guillemot D. et Méda D. (2002), « L’évolution des temps sociaux au travers des enquêtes », Économie et statistique, vol. 352, n° 1, p. 3‑13.

Giraud C. (2017), L’amour réaliste : la nouvelle expérience amoureuse des jeunes femmes, Malakoff, Armand Colin, coll. « Individu et société ».

Jaspard M., Brown E., Condon S., Fougeyrollas-Schwebel D., Houel A., Lhomond B. et Maillochon F. (dir.) (2003), Les violences envers les femmes en France : une enquête nationale, Paris, La Documentation française, coll « Droits des femmes ».

Kelly L. (1988), Surviving Sexual Violence, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Laforest J., Maurice P. et Bouchard L. M. (2018), « Rapport québécois sur la violence et la santé », Montréal, Institut national de santé publique du Québec.

Neyrand G. (2018), L’amour individualiste : comment le couple peut-il survivre ?, Toulouse, Éditions Érès.

Nosek M. A., Howland C., Rintala D. H., Young M. E. et Chanpong G. F. (2001), « National Study of Women With Physical Disabilities: Final Report », Sexuality and Disability, vol. 19, n° 1, p. 5‑40.

Rose L.E., Campbell J. et Kub J. (2000), « The Role of Social Support and Family Relationships in Women’s Responses to Battering », Health Care for Women International, vol. 21, n° 1, p. 27‑39.

Scodellaro C. (2020), « Violence et santé : le poids du genre ? », in Brown E., Debauche A., Hamel C. et Mazuy M. (dir.), Violences et rapports de genre, Paris, Ined éditions, coll. « Grandes enquêtes », p. 443‑483.

Soulet M.-H. (2005), « La vulnérabilité comme catégorie de l’action publique », Pensée plurielle, vol. 10, n° 2, p. 49.

Wilson M. et Daly M. (1993), « Spousal Homicide Risk and Estrangement », Violence and Victims, vol. 8, n° 1, p. 3‑16.

Haut de page

Annexe

Portraits des trois femmes enquêtées

Portrait de Valérie

Valérie a 55 ans lors de l’entretien. Elle a grandi dans un village avec ses parents et son frère. Elle explique dès le début de l’entretien qu’elle est certainement autiste, bien que ce diagnostic n’ait pas été posé. À 19 ans, elle rencontre un homme dans le cadre de sa formation : bien qu’elle n’en soit pas amoureuse, elle désire vivre une première histoire (elle juge son entrée dans la conjugalité comme tardive). À cette période, elle est isolée : elle dit n’avoir aucun ami et avoir peu de contact avec ses parents, qui s’opposent à la relation. Après quelques mois, le couple emménage sous le même toit. Valérie se marie 2 ans après la rencontre, en espérant que le mariage apaisera la situation, notamment avec ses parents. Son conjoint est par ailleurs décrit comme un homme « dominateur » et « colérique », violent psychologiquement (contrôle, harcèlement, dénigrement, insultes) dès le début de la relation, puis sexuellement. Il lui impose des rapports et certaines pratiques en la responsabilisant et la culpabilisant : « toutes les filles aiment ça, et si t’aimes pas ça, c’est que t’es frigide », ce qui amène Valérie à se « prostituer pour avoir la paix », pour limiter le harcèlement. L’année suivante, elle est enceinte et le couple emménage dans une maison qu’ils viennent d’acquérir.

Elle travaille comme institutrice, s’inscrit en licence (incitée par son mari) et doit gérer seule son enfant. Elle est épuisée, stressée et explique avoir perdu près de 10 kg en quelques mois à cette période. Lorsque son fils a quatre ans, Valérie obtient un poste fixe et confie à la directrice de l’école (qui deviendra une amie proche) qu’elle souhaite divorcer. Elle aura son soutien et la qualifie de « pilier ». À cette même période, elle rencontre à son travail un homme dont elle tombe amoureuse ; cette perspective de relation l’encourage dans son processus de séparation. Elle est soutenue par sa mère, mais renonce à la séparation après avoir été culpabilisée vis‑à‑vis de son fils et rendue responsable par sa belle-mère de l’échec de la relation. Elle parvient à se séparer finalement trois ans plus tard, après avoir négocié avec son mari une décohabitation « temporaire », qui sera en réalité définitive. Elle continue de payer sa part de la maison dans laquelle elle ne vit plus, ce qui lui crée d’importantes difficultés économiques. Finalement, elle bénéficiera d’un prêt d’honneur par les services sociaux de son employeur pour faire face aux difficultés économiques.

Après sa séparation, Valérie a vécu plusieurs histoires dont certaines ont été ponctuées de violence. Elle s’investit peu dans ces fréquentations, jusqu’à ce qu’elle rencontre son mari actuel avec qui elle est en relation depuis 17 ans, relation exempte de violences. Elle a opéré en parallèle une reconversion professionnelle.

Portrait de Dominique

Dominique a 48 ans lors de l’entretien. Elle grandit dans un village avec ses grands-parents puis ses parents, dans un milieu agricole. Elle est témoin de violences et victime de négligences durant l’enfance. Elle apprend très jeune à s’assumer seule et commence à travailler à 12 ans. Elle pense être autiste car elle a des « difficultés à entretenir des relations avec les autres », agit souvent par mimétisme et dit ne pas être « adaptée socialement ». Elle subit un fort harcèlement scolaire dès l’école primaire (dénigrement de son apparence physique). Ses premières histoires amoureuses au collège sont « chaotiques » : des garçons font mine de s’intéresser à elle et la quittent publiquement le lendemain pour l’humilier, de manière répétée. Au cours d’une soirée avec des lycéens, lorsqu’elle a 14 ans, elle est victime d'un viol par un jeune homme plus âgé (elle s’en « souviendra » après la sortie de la situation de violences conjugales ultérieure).

À 17 ans, Dominique déménage en ville pour ses études et rencontre un homme. Ils emménagent ensemble rapidement et, peu après, les violences psychologiques et sexuelles s'installent (insultes, dénigrement, pratiques et rapports sexuels imposés). Tout comme le harcèlement scolaire dont elle a été victime, elle estime que ce traitement est normal et n’en parle à personne. Son conjoint devient également violent physiquement lors de sa première grossesse. Après l’accouchement, Dominique fait une tentative de suicide. Elle est hospitalisée puis suivie (et sous traitement) par un psychiatre qui établit un diagnostic de dépression.

Lorsqu’elle a 22 ans, environ un an après la naissance de leur premier fils, Dominique et son conjoint se marient. Ce dernier augmente sa consommation d’alcool, le niveau et la fréquence des violences s’élèvent fortement. Son mari souhaite un deuxième enfant : Dominique est rapidement enceinte (à 24 ans). À ce moment, elle travaille à l’hôpital psychiatrique depuis plusieurs années, dans un service particulièrement « difficile » : elle y est exposée à la violence et sera notamment agressée par un patient pendant sa grossesse. Après la naissance de son deuxième fils, elle quitte l’hôpital et commence à travailler en libéral, sur les conseils de son médecin. Par ailleurs, bien qu’elle soit la seule source de revenus pour la famille, le mari de Dominique l’empêche d'accéder au compte bancaire. Durant ses deux premières grossesses, elle explique avoir été heureuse : les viols conjugaux s’arrêtent temporairement. Toutefois, les insultes et le dénigrement s’accentuent. Son mari, déçu de ne pas avoir de fille, souhaite un troisième enfant. La troisième grossesse est plus difficile : elle apprend qu’elle est enceinte à l’hôpital où l’a conduite une nouvelle tentative de suicide. Les violences sexuelles augmentent après la naissance du troisième enfant. Surendettée et interdit bancaire, elle vend la maison et décide de travailler plus.

Quelques temps après la naissance de sa fille, Dominique rencontre un collègue dont elle tombe amoureuse. Elle décide par ailleurs d’appeler un numéro d’écoute anonyme et se confie sur tout ce qu’elle vit et a vécu, hormis les violences sexuelles. Elle parle également à sa mère, son père et son frère qui la soutiennent (moralement et en s’occupant des enfants). À 31 ans, elle apprend que son mari, censé s’occuper des enfants lorsqu’elle travaille, ne les nourrit pas : Dominique décide alors de le quitter pour les protéger, elle est soutenue par le collègue avec qui elle entretient une relation amoureuse. Dominique décide alors de louer une chambre d’hôtel pour ses trois enfants et elle, son mari étant resté dans la maison. Elle sera agressée sexuellement dans cet hôtel par deux hommes.

Son mari est hospitalisé ; cette absence permet à Dominique et ses enfants de retourner dans la maison, qu’elle découvre totalement saccagée. Au même moment, elle est informée d’un nouvel interdit bancaire. Le diagnostic de bipolarité et d’alcoolisme (établi lors de l’hospitalisation) de son mari l’empêche de divorcer pour faute. Elle doit attendre 3 ans pour divorcer pour rupture de la vie commune. Dominique est condamnée à verser une prestation compensatoire à son ex-mari, mais obtient la garde exclusive des enfants. Durant cette période difficile de séparation (jusqu’au divorce), Dominique perd beaucoup de poids et ne s’alimente presque plus.

Au total, sur ces 14 ans de relation, Dominique aura vécu 8 déménagements (le plus souvent imposés par son mari). Après sa séparation, elle vivra plusieurs histoires amoureuses et/ou sexuelles courtes et peu engageantes, souvent ponctuées de violence. Dominique teste plusieurs drogues, consomme de l’alcool, afin de gérer ce stress ; elle sera à nouveau agressée sexuellement lors d'un festival.

À 37 ans elle reprend contact avec une interconnaissance, avec qui elle est actuellement en couple depuis environ 12 ans. Dominique entame une relation sans violence dans laquelle elle se sent respectée, estimée, et épanouie. Ils se marient deux ans après leur rencontre et ont un enfant commun. Elle est suivie quelques années par une psychiatre et une psychomotricienne. Ces trois figures de soutien furent déterminantes. Lors de cette période d’apaisement et de soins, le souvenir des violences sexuelles resurgit. Elle se confie à son conjoint, qui l’aide à qualifier les violences ; elle engage des démarches judiciaires à l’encontre de ses différents agresseurs, soutenue par son mari. Les plaintes lui permettent de réaliser l’étendue de la gravité des faits subis ; elles furent cela dit toutes classées sans suite. Dominique a décidé d’écrire un livre pour témoigner de son parcours.

Portrait de Florence

Florence a 26 ans lors de l’entretien. Elle a une sœur, a grandi au Québec dans un contexte de violence conjugale, avec sa mère et un père violent, alcoolique et consommateur de produits stupéfiants, jusqu’à la séparation de ses parents lorsqu’elle a 5 ans. Elle vit chez sa mère jusqu’à son placement en foyer à l’adolescence (12 ans), où elle est exposée à de nouvelles violences, psychologiques, physiques et sexuelles, comme précédemment dans le cadre familial. Elle est diagnostiquée autiste et à haut potentiel à la sortie de l’adolescence, après avoir d’abord reçu un diagnostic de bipolarité et de trouble de la personnalité limite.

Lorsqu’elle a 21 ans, elle rencontre un homme âgé de 50 ans sur un site ciblé autour des pratiques BDSM. Après avoir fait un burn‑out durant son ancien emploi d’aide-soignante, elle est travailleuse du sexe et cherche en parallèle à « explorer » sa sexualité. À cette période, Florence a envie d’une première relation sérieuse : elle n’a jamais connu d’homme s’étant intéressé à elle autrement que sexuellement. Elle vit avec sa sœur à ce moment et entame une relation sérieuse avec cet homme plus âgé, qu’elle trouve initialement intelligent et gentil. Cependant, Florence a d’abord vécu des violences psychologiques (insultes, isolement, contrôle, dénigrement et reproches sur son travail, sur sa reprise d’études ou sur son alimentation notamment), puis, après environ deux mois, des violences physiques et sexuelles. Son conjoint la harcèle, lui impose une activité sexuelle fréquente et des pratiques violentes (qu’il justifie par le contexte BDSM). Quelques mois avant la séparation, elle déclare également des violences économiques. Florence est enceinte pendant cette relation et décide d’interrompre sa grossesse. Elle a consommé de nombreux produits stupéfiants et a finalement fait une fausse couche.

Florence déclare rapidement une période de dépression et d’importants troubles alimentaires (anorexie). Elle essaye de quitter son conjoint à plusieurs reprises, mais celui-ci n’accepte pas la rupture. Il insiste pour qu’elle soit hospitalisée en psychiatrie. Cet éloignement, le traitement antidépresseur qu’elle reçoit, l’absence de son conjoint et donc de violences permettent à Florence d’aller mieux. Finalement, elle réussit à le quitter définitivement à sa sortie de l’hôpital, avec le soutien de son médecin, d’un de ses clients, de ses amis et de la police, après un an de relation. Elle sera victime de harcèlement et de menaces après la séparation, son ex-conjoint la dénonce également à la police pour le travail du sexe. Florence n’a jamais porté plainte contre cet homme, n’étant pas convaincue de l’efficacité de la démarche et ayant peur des représailles.

Elle a décidé de suivre une thérapie puis a fait appel à un coach de vie, qu’elle voit régulièrement. Elle mentionne des troubles alimentaires persistants (hyperphagie et boulimie). Après deux années de « reconstruction », Florence s'estime prête à vivre une nouvelle relation. Elle est au moment de l’entretien en couple depuis environ six mois avec un homme avec lequel elle ne réside pas, mais formule des projets communs (de voyage notamment).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Surexposition aux violences conjugales par groupe d’âges, par rapport aux femmes de 45‑69 ans*
Légende Champ : femmes entre 20 et 69 ans vivant en France métropolitaine ayant eu une relation de couple hétérosexuelle de 4 mois ou plus au cours des douze mois précédant l’enquête Lecture : les femmes âgées de 20 à 24 ans déclarent près de 2,5 fois plus de violences physiques au cours des 12 derniers mois que celles âgées de 45 à 69 ans *Le groupe d’âges 45‑69 ans est le groupe de référence
Crédits Source : enquête Virage, Ined, 2015
URL http://journals.openedition.org/popvuln/docannexe/image/4124/img-1.png
Fichier image/png, 33k
Titre Figure 2. Écart d’âge entre conjoints* selon la présence ou l’absence de déclaration de violences conjugales dans les 12 derniers mois
Légende Champ : femmes entre 20 et 69 ans vivant en France métropolitaine ayant eu une relation de couple hétérosexuelle de 4 mois ou plus au cours des douze derniers mois Lecture : 11 % des femmes ayant déclaré des faits de violence sont du même âge que leur conjoint contre 14 % pour celles qui n’ont pas déclaré de faits de violences
Crédits Source : enquête Virage, Ined, 2015
URL http://journals.openedition.org/popvuln/docannexe/image/4124/img-2.png
Fichier image/png, 25k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Mullner et Magali Mazuy, « Facteurs sociaux de vulnérabilité face à la violence conjugale et sortie de la violence : analyses détaillées de parcours féminins »Populations vulnérables [En ligne], 9 | 2023, mis en ligne le 12 juillet 2023, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/popvuln/4124 ; DOI : https://doi.org/10.4000/popvuln.4124

Haut de page

Auteurs

Pauline Mullner

Doctorante
Université Paris-Cité, CERLIS UMR 8070 et Institut national d’études démographiques (Ined)
pauline.mullner[at]ined.fr

Magali Mazuy

Chargée de recherches
Institut national d’études démographiques (Ined) et Centre Max Weber UMR 5283
mazuy[at]ined.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search