Navigation – Plan du site

AccueilNuméros9Trajectoires biographiques de fem...

Trajectoires biographiques de femmes victimes d’inceste : une vulnérabilité pérenne face aux violences ?

Life Trajectories of Women Victims of Incest: A Perpetuation of Vulnerability to Violence After an Incest?
Lucile Hervouet

Résumés

Cet article s’intéresse à l’intrication des violences subies durant l’enfance et à leur répétition à l’âge adulte. Une recherche en Polynésie française par méthode mixte a permis de retracer les trajectoires de femmes victimes d’inceste. Durant l’enfance, les violences sexuelles ont tendance à se cumuler avec des violences physiques. Parfois, les violences se répètent à l’âge adulte, dans la sphère conjugale notamment. Les femmes interrogées s’en sentent en partie responsables et appréhendent leur vulnérabilité sous l’angle de dispositions individuelles. L’approche sociologique permet de critiquer l’idée selon laquelle les personnes victimes d’inceste pâtiraient d’une vulnérabilité intrinsèque, indépendamment de leurs appartenances sociales. Isolement, dépendance matérielle et affective, et déstabilisation morale – processus eux-mêmes liés à l’inceste –, structurent le risque de revictimation.

Haut de page

Texte intégral

Le projet de recherche a bénéficié du soutien de la Caisse nationale d’allocations familiales (CNAF), de la Direction de la protection judiciaire de la jeunesse (DPJJ) du ministère de la Justice, de la Direction des solidarités, de la famille et de l’égalité (DSFE) et de la Maison des sciences de l’Homme du Pacifique (MSH‑P).

I. Introduction

  • 1 Dans l’enquête de Maryse Jaspard et al. (2003), 7 % des femmes de Polynésie française avaient subi (...)
  • 2 Les interactions plus étendues et plus fréquentes dans la parenté polynésienne pourraient multiplie (...)
  • 3 À la suite des travaux de Dorothée Dussy (2013), on considère que, dans sa réalité concrète, l’ince (...)

1Le risque d’être victime de violence sexuelle est inégal en fonction de l’âge, du genre et du territoire. En Polynésie française, les travaux menés dans la continuité de l’enquête nationale sur les violences envers les femmes en France (Enveff) (Jaspard, Brown et Pirus, 2003 ; Pourette, 2002) et les données des forces de l’ordre indiquent une forte prévalence des violences sexuelles1. Ces études décrivent aussi des contextes propices : les femmes et les enfants constituent les populations les plus vulnérables, la famille représente le premier espace de victimation et l’on observe un cumul entre différentes formes de violences et un risque de répétition de celles-ci au cours du cycle de vie. Prendre pour objet la « réalité dérangeante » de la surreprésentation de la violence sexuelle dans certains territoires nécessite de la contextualiser dans une histoire politique et sociale (Fassin, 2006, p. 247) afin de mettre à distance toute interprétation culturaliste ou raciste. De rares travaux ont explicité le lien entre les bouleversements et les disparités hérités du passé colonial et le surrisque d’exposition aux violences sexuelles des enfants dans les territoires ultramarins (Hamelin, Salomon et Lert, 2010, dans le cas de la Nouvelle-Calédonie et Pourette, 2010, dans le cas de la Polynésie française). Cependant, le territoire polynésien fait encore l’objet de mythes autour de la sexualité et d’un ancrage culturel de l’inceste, qui, bien que déconstruits par les anthropologues (Tcherkezoff, 2001), restent néanmoins prégnants, y compris à l’esprit de certains représentants de l’action publique (Hervouet, 2022). Comparer des prévalences apparaît insuffisant voire vain, tant les catégories sociales et l’organisation de la parenté diffèrent d’un territoire à l’autre2. Afin d’appréhender les violences sexuelles dans leur dimension empirique (Dussy, 2013), nous combinons une méthodologie quantitative et qualitative (voir encadré) pour observer dans quelle mesure l’inceste3 s’articule avec d’autres violences de manière synchronique et diachronique et comment les personnes concernées par ces violences rendent compte de leur trajectoire.

2Les enquêtes de victimation montrent que les violences sexuelles subies durant l’enfance ont tendance à se cumuler avec d’autres formes de violences concomitantes (Finkelhor, Ormrod et Turner, 2007 ; Cyr, Clément et Chamberland, 2014) et à se répéter à l’âge adulte, notamment dans le contexte conjugal (Romito, Saurel‑Cubizolles et Crisma, 2001 ; Jaspard et al., 2003 ; Friesen et al., 2010 ; Trickett, Noll et Putnam, 2011 ; Debauche, Lebugle, Brown et al., 2017). Cependant, les mécanismes à l’origine de cet agencement entre les formes, les temps et les espaces de violence sont difficiles à démêler. Le mode d’explication dominant, avancé par les psychologues, repose sur l’analyse des séquelles psychologiques, neurobiologiques et comportementales de l’inceste. Le traumatisme généré par la violence sexuelle est d’autant plus grave qu’il est commis par un proche et durant l’enfance. Il peut alors générer des stratégies d’adaptation « dysfonctionnelles » comme l’utilisation de drogues et d’alcool qui accroissent à leur tour le risque de revictimation (Green, 1993 ; Finkelhor, Ormrod et Turner, 2007). Ce risque évolue selon l’ampleur des séquelles, qui varie elle-même en fonction des caractéristiques de la violence subie (durée, gravité, profil de l’auteur, co-occurrence), des caractéristiques individuelles de la victime, de ses stratégies pour faire face et de son environnement notamment familial (Dufour, Nadeau et Bertrand, 2000 ; Bouchard et al., 2008). Selon cette approche, le traumatisme pourrait porter atteinte au processus de construction de soi et ainsi structurer des personnalités perturbées, dont certaines se maintiendraient dans le « rôle » de victime tandis que d’autres passeraient par exemple de victime à agresseur. L’approche sociologique apparaît pertinente pour envisager ces trajectoires non pas seulement en termes de personnalités ou de dispositions individuelles, mais aussi à l’échelle de groupes sociaux dont l’inégale dotation en ressources – symboliques, matérielles ou relationnelles – favoriserait la reproduction ou l’aggravation de situations de vulnérabilité et, de ce fait, le cumul et la répétition des violences dans différents espaces et à différents moments du cycle de vie. Dans cette perspective, on conçoit la vulnérabilité face aux violences comme issue d’un rapport de domination fondé notamment sur l’âge ou sur le genre (Jaspard, 2005 ; Dussy, 2013 ; Debauche, Lebugle, Brown et al., 2017) et non pas uniquement entre deux individus.

3Afin d’appréhender la dimension processuelle de la vulnérabilité face à la violence, nous prendrons d’abord la mesure de la cooccurrence et de la répétition des violences depuis l’enfance, puis nous nous centrerons sur le parcours de femmes concernées par la reproduction des violences pour en saisir les mécanismes. Enfin, nous nous demanderons si la répétition des violences constitue un frein à leur dévoilement.

Encadré méthodologique

Les enquêtes de victimation sur des échantillons représentatifs sont la source de données de référence lorsque l’on s’intéresse aux violences sexuelles (pour une recension, voir Charruault, 2017). Cependant, notre enquête ne visait pas à mesurer la prévalence du problème sur le territoire polynésien mais à caractériser des situations de violences, à décrire l’agencement entre les violences au cours du cycle de vie et à identifier des facteurs de risque. Aussi, nous avons opté pour une méthodologie mixte associant des entretiens biographiques et un questionnaire quantitatif rétrospectif.

Les entretiens ont été menés dans le cadre d’un programme de recherche sur les violences intrafamiliales en Polynésie française qui a permis de recueillir le témoignage de plusieurs dizaines de personnes ayant subi tous types de violences depuis leur enfance. Elles ont été recrutées par le biais de réseaux d’interconnaissance, de rencontres fortuites, d’associations locales et d’appels à témoignage diffusés à l’université, à l’hôpital et sur les réseaux sociaux. Au sein de ce corpus, cet article mobilise le témoignage de 15 femmes victimes d’inceste lorsqu’elles étaient mineures, aujourd’hui âgées de 21 à 53 ans et ayant grandi en Polynésie française. Ces femmes étaient majoritairement issues de milieu populaire et étaient étudiantes, certaines étaient en emploi ou retraitées. Les entretiens ont été menés par des sociologues (deux originaires de métropole, une originaire de Polynésie française), ont duré en moyenne deux heures et ont été réalisés au domicile des personnes, à l’université ou dans l’espace public.

Les entretiens biographiques se sont appuyés sur un guide souple permettant aux personnes interrogées de structurer librement leur récit de vie, de sélectionner des évènements jugés significatifs, d’insister ou au contraire de taire certains faits. Les relances des enquêteurs puis leur analyse a visé à problématiser chaque trajectoire plutôt qu’à en décrire une succession d’étapes (Giraud, Raynaud et Saunier, 2014). Nous ne cherchions pas à étudier des épisodes de violence isolés de leur contexte mais à reconstituer une trame biographique globale et à saisir comment l’inceste avait infléchi les parcours.

Le contexte d’énonciation peut perturber le récit en fonction de l’ancienneté des faits, de la relation nouée avec l’interlocuteur, des questions posées par ce dernier et des enjeux de la révélation. Les femmes interviewées ont exprimé deux principales motivations pour accepter nos propositions d’entretiens : pour toutes, le souhait que leur témoignage serve à prévenir la survenue des violences et à améliorer la prise en charge d’autres victimes ; pour certaines, celui de pouvoir s’exprimer librement sur des faits qu’elles n’avaient pas révélés auparavant. Si l’on peut penser que les femmes se sont exprimées ouvertement dans le cadre d’un entretien long et anonyme, leurs enjeux personnels et leur compréhension de nos enjeux ont structuré la mise en récit de leur expérience.

Les principales lacunes des récits tiennent à la mémoire. Par exemple, à la suite d’un entretien, l’une des femmes interrogées nous a remis le compte-rendu d’audition de la gendarmerie et le rapport d’expertise psychologique réalisés suite à son dépôt de plainte pour des violences physiques et sexuelles commises par son père. Lorsque l’on compare les trois récits, la temporalité des faits relatés n’est pas exactement la même. On perçoit aussi à travers cet exemple que chaque histoire est travaillée par les personnes victimes, parfois en interaction avec des professionnel‧les des secteurs médicaux, sociaux ou juridiques en cas de révélation. Ainsi, les trajectoires sont nécessairement reconstruites a posteriori, notamment lorsque l’on interroge sur les faits de violence dont la réminiscence sollicite la subjectivité (Brown et Lefaucheur, 2013). C’est précisément cette perception des violences subies et de leurs conséquences sur le devenir social de ces femmes qui nous intéresse. En complément des entretiens biographiques et afin de trianguler les données, nous nous sommes aussi appuyée sur des discussions informelles avec des proches victimes d’inceste, ainsi que sur des entretiens semi-directifs et observations menés auprès de professionnel‧les impliqué‧e‧s dans le suivi judiciaire, médical ou social des personnes victimes d’inceste.

L’enquête quantitative a été conduite à partir d’un questionnaire diffusé en ligne, sur les réseaux sociaux et sur des listes de diffusion institutionnelles. Un échantillon non probabiliste spontané de 1 198 personnes a été constitué. Dans le questionnaire, la confrontation aux violences était appréhendée par une série de questions fermées et ouvertes afin de partir de situations concrètes de violences pour construire les catégories d’analyse :

• Depuis que tu es né, quelqu'un t’a-t-il déjà touché de manière sexuelle, contre ta volonté ?
☐ Oui, dans ma famille de mon côté
☐ Oui, mon tane [homme] / ma vahine [femme]
☐ Oui, dans la famille de mon tane/ma vahine (belle-famille)
☐ Oui, en dehors de la famille
☐ Non

• Peux-tu décrire ce qui s’est passé : qui, où, combien de fois, à quel(s) âge(s)/période ?
• As-tu déjà parlé de ces violences à quelqu’un ?
• Depuis que tu es né, quelqu'un t’a-t-il déjà obligé à faire d'autres choses qui te paraissaient anormales ?
• Peux-tu décrire ce qui s’est passé : qui, où, combien de fois, à quel(s) âge(s)/période ?

La question à visée exploratoire sur le fait d’avoir subi « d’autres choses qui paraissaient anormales » a permis de saisir des faits qui du point de vue des chercheur‧euses relevaient de violences sexuelles mais qui n’avaient pas été classés comme telles par les répondants. Il s’agissait notamment d’actes sexuels dont le caractère violent n’était pas identifié ou euphémisé de par leur fréquence (« une fois seulement »), le profil des protagonistes (un agresseur mineur), ou la nature de l’acte (attouchements, absence de douleur physique, tentative de viol). La prévalence de violences sexuelles dans l’échantillon passe de 32 % à 34 % après ce recodage. Le traitement des réponses ouvertes a abouti à la création de la variable « victime d’inceste » qui concerne 16 % de l’échantillon (soit 194 personnes, dont 167 femmes victimes de violences sexuelles commises par un membre de leurs familles lorsqu’elles étaient mineures).

Dans ce volet de l’enquête, l’approche processuelle était limitée au recueil de propriétés biographiques (configuration du foyer d’origine, activité professionnelle des parents, parcours scolaire, professionnel et matrimonial). Les réponses ont été analysées à l’aide du logiciel Modalisa. Les résultats présentés sont issus de tris croisés (Khi‑2 au seuil de significativité de 0,05). Ce volet souffre de plusieurs limites. En premier lieu, l’échantillon quantitatif n’est pas représentatif et se caractérise par une surreprésentation de jeunes (68 % de 17‑35 ans contre 40 % sur le territoire) et de femmes (77 %). Ensuite, aucune des deux approches méthodologiques ne nous a permis d’étudier la trajectoire des minorités de genre alors que ces populations subissent des risques accrus de violence sexistes et/ou sexuelles.

II. Intrication et continuité des violences depuis l’enfance : approche quantitative

4Bien que les données ne soient pas représentatives de l’ensemble de la population de Polynésie française, les croisements réalisés avec des variables sociodémographiques permettent de montrer comment les violences s’agencent au cours du cycle de vie et au sein des différents espaces dans un échantillon de convenance.

1) Un cumul des violences durant l’enfance

5L’inceste est rarement un acte unique : dans 74 % des cas, les violences ont été subies à plusieurs reprises et dans 15 % des cas, elles ont été perpétrées par plusieurs membres de la famille. Les violences incestueuses ont aussi tendance à se cumuler avec d’autres formes de violences intrafamiliales : 41 % des victimes d’inceste ont aussi subi des violences physiques intrafamiliales et 44 % des violences verbales intrafamiliales, commises la plupart du temps par d’autres membres de la famille (tableau 1).

Tableau 1. Inceste et autres formes de violences intrafamiliales durant l’enfance (%)

Autres violences intrafamiliales subies par ego durant l’enfance

Violence physique (n=258)

Violence verbale

(n=223)

Violence sexuelle intrafamiliale durant l’enfance subies par ego

Oui (n=194)

41

44

Non (n=1004)

18

15

Ensemble

22

19

Champ : échantillon complet, N=1198 
Lecture : 41 % des personnes ayant subi un inceste ont également subi des violences physiques dans leur famille durant leur enfance

Source : enquête de l’auteure sur les violences familiales en Polynésie française, 2021

6Le tableau 2 s’intéresse à l’inégale répartition de l’inceste dans la population d’une part et au cumul entre différentes formes de violences d’autre part. L’échantillon n’étant pas représentatif, ces résultats ne mesurent pas la prévalence de l’inceste dans la population polynésienne mais ils mettent en exergue des facteurs de risque en comparant le taux de victimation dans différents groupes sociaux.

  • 4 On ne conserve ici que deux modalités du milieu social, en raison des difficultés à classer les ind (...)

7Le sexe est un facteur de risque majeur : au total, 22 % des femmes de l’échantillon ont été victimes d’inceste contre 7 % des hommes. Les femmes cumulent aussi davantage des violences sexuelles et physiques (9 % contre 3 % pour les hommes). Dans 96 % des cas, l’agresseur est un homme et, dans l’ordre des fréquences, un oncle (43 %), un cousin (39 %), un frère ou demi-frère (19 %), un père (8 %), un beau-père (8 %) et/ou un grand-père (6 %). La variable du milieu social, mesurée ici à partir de l’activité professionnelle du père et de la mère, est peu concluante4. Le taux de victimation sexuelle varie selon que le père exerce une activité professionnelle (11 %) ou non (21 %) sans que l’on puisse affirmer la significativité de cette différence en raison des faibles effectifs.

  • 5 43 % de la population vit dans un ménage à plusieurs noyaux familiaux (ISPF, 2017).
  • 6 Cette forme d’adoption le plus souvent informelle concerne environ 11 % des femmes de plus de 35 an (...)

8La variable de la configuration du foyer éducatif est déterminante. Comme à la Martinique (Brown et Lefaucheur, 2013) et comme dans l’Hexagone (Debauche, Lebugle, et Brown, 2017), le fait d’avoir grandi dans un foyer recomposé accroît le risque de subir l’inceste. On observe ici des spécificités relatives aux structures familiales du territoire. La cohabitation entre plusieurs noyaux familiaux, fréquente en Polynésie française5, et le don d’enfant (ou fa’a’amura’a6) – qui concerne 16 % de l’échantillon – sont associés à un plus fort risque de victimation sexuelle, indépendamment de l’activité professionnelle des parents. La proportion de victimes d’inceste (accompagné ou non de violences physiques) est supérieure parmi les personnes qui ont grandi dans un foyer recomposé ou adoptif (respectivement 24 % et 25 % contre 16 % parmi les personnes élevées par leurs deux parents biologiques). Dans les foyers recomposés et/ou adoptifs, l’enfant semble pâtir d’une situation de vulnérabilité accrue en comparaison avec le foyer biologique. L’effet protecteur de ce dernier pourrait s’expliquer par le fait que l’enfant y occupe une position non-ambiguë du point de vue des relations conjugales et au regard des enjeux relatifs à la filiation (Bastide, 2020). On peut aussi envisager la corrélation dans le sens inverse, en notant que la séparation du couple parental peut résulter de la violence perpétrée par un parent sur l’enfant.

Tableau 2. Violences subies durant l’enfance en fonction du sexe et du contexte familial (%)

Violences intrafamiliales durant l’enfance par ego

Violence sexuelle « uniquement » (n=115)

Violence sexuelle et physique (n=79)

Violence physique « uniquement » (n=185)

Ni violence sexuelle ni violence physique (n=728)

Sexe d’ego

Femme

p<0,05

13

9

16

62

Homme

4

3

19

75

Activité du père (biologique ou adoptif)

Exerçait une activité professionnelle (n=726)

Ø

11

7

19

63

Sans activité professionnelle (n=30)

21

10

17

52

Activité de la mère (biologique ou adoptive)

Exerçait une activité professionnelle (n=600)

ns

11

7

19

63

Sans activité professionnelle (n=246)

13

10

18

59

Foyer éducatif d’ego

Élevé par les deux parents biologiques (n=891)

p<0,05

10

6

16

69

Élevé dans une famille recomposée (ni par les deux parents biologiques, ni par un parent fa’a’amu (n=218)

11

13

19

57

Élevé par au moins un parent adoptif (fa'a'amu) (n=209)

12

13

23

52

Champ : échantillon complet, N=1198 
Lecture : 13 % des femmes interrogées ont subi de la violence sexuelle « uniquement » ; 9 % ont subi de la violence physique et sexuelle dans leur famille durant leur enfance

Ø : Effectifs insuffisants pour calculer le Khi-2 ; ns : p > 0,05

Source : enquête de l’auteure sur les violences familiales en Polynésie française, 2021

2) Une répétition limitée des violences à l’âge adulte

9Le nombre d’hommes ayant déclaré avoir subi un inceste est trop faible dans notre échantillon pour comparer les trajectoires des personnes victimes d’inceste en fonction de leur sexe. L’analyse de la reproduction des violences à l’âge adulte porte donc uniquement sur les femmes. En majorité, les femmes qui ont subi des violences incestueuses ne déclarent pas d’autres violences sexuelles ni en dehors de leur famille, ni plus tard dans l’espace conjugal (tableau 3). Dans notre échantillon, il n’y a donc pas de reproduction mécanique de la victimation sexuelle. Les femmes qui ont subi un inceste sans autre forme de violence physique intrafamiliale (n=101) ne déclarent pas plus fréquemment que les autres avoir subi des violences sexuelles en dehors de la famille (12 % contre 18 % pour les personnes qui n’ont pas subi de violence intrafamiliale durant l’enfance). Cependant, elles déclarent plus souvent avoir subi des violences physiques conjugales (21 % contre 14 % pour celles exemptes de violence intrafamiliale durant l’enfance) et des violences physiques dans leur famille à l’âge adulte (23 % contre 14 %). Ce sont les femmes qui ont cumulé des violences sexuelles et physiques durant leur enfance qui subissent le plus le risque de revictimation. Ces dernières sont plus fréquemment victimes de violences physiques à l’âge adulte dans leur famille d’origine (41 % contre 14 % des femmes exemptes de violence intrafamiliale durant l’enfance), de violences physiques conjugales (27 % contre 14 %), de violences verbales conjugales (33 % contre 19 %) et de violences sexuelles en dehors de la famille (27 % contre 18 %).

10Les effectifs de personnes déclarant avoir subi des violences sexuelles intrafamiliales ou conjugales à l’âge adulte sont trop faibles pour évaluer le lien avec les violences subies durant l’enfance. L’effet prononcé du cumul des violences indique que la reproduction des violences est moins explicable par la construction d’une posture ou d’un rôle de victime dans les interactions que par un environnement familial délétère qui produit une trajectoire durablement affectée par les séquelles des violences. Les personnes qui subissent des violences sexuelles durant l’enfance ont en effet tendance à subir d’autres formes de mauvais traitements, ce qui accentue le nombre et l’intensité des séquelles (Bouchard et al., 2008). Subissant des violences multiples de la part de différents membres de leur famille, elles ne bénéficient pas des ressources de protection et de soutien de l’environnement proche qui structurent la capacité de résilience face aux abus sexuels (Barker‑Collo et Read, 2003 ; Cirillo, 2011).

Tableau 3. Violences subies par les femmes à l’âge adulte et en dehors de la famille en fonction des violences subies durant l’enfance (%)

Violence intrafamiliale subie durant l’enfance

Proportion de femmes victimes de violence à l’âge adulte dans leur famille d’origine

Proportion de femmes victimes de violence conjugale

Proportion de femmes victimes de violence en dehors de la famille

Physique (n=164)

Sexuelle (n= 33)

Sexuelle (n=34)

Verbale (n=177)

Physique (n=127)

Sexuelle (n=142)

p <0,05

Ø

Ø

p<0,05

P=0,05

Violence sexuelle « uniquement » (n=101)

23

9

7

25

20

12

Violence sexuelle et physique (n=66)

41

3

5

33

21

27

Violence physique « uniquement » (n=122)

39

5

5

34

24

23

Ni violence sexuelle ni violence physique (n=462)

14

3

4

19

14

18

Ensemble

22

4

5

24

17

19

Champ : femmes, n=751 
Lecture : 41 % des femmes victimes d’inceste et de violence physique durant leur enfance ont aussi subi de la violence physique dans leur famille à l’âge adulte.

Ø Effectifs insuffisants pour calculer le Khi‑2

Source : enquête de l’auteure sur les violences familiales en Polynésie française, 2021

Tableau 4. Violences physiques conjugales subies par les femmes en fonction des violences intrafamiliales durant l’enfance, et selon le niveau de diplôme et la situation socioprofessionnelle (%)

Proportion de femmes victimes de violences physiques conjugales

 

Violence intrafamiliale subie dans l’enfance

Diplôme

Activité professionnelle

Ensemble

Inférieur au égal au bac (n=209)

Supérieur au bac (n=527)

En activité (n=306)

Sans activité (hors étudiants et retraités) (n=87)

ns

p<0,05

p<0,05

Ø

p<0,05

Violence sexuelle « uniquement » (n=115)

24

17

23

28

21

Violence sexuelle et physique (n=79)

36

19

19

25

27

Violence physique « uniquement » (n=185)

44

30

41

21

34

Ni violence sexuelle ni violence physique (n=728)

25

11

20

36

14

Ensemble

30

16

24

30

19

Champ : femmes, n=751 
Lecture : 35 % des femmes victimes d’inceste et de violence physique intrafamiliale durant leur enfance et qui ont un diplôme inférieur ou égal au baccalauréat ont subi des violences physiques conjugales.

Ø : Effectifs insuffisants pour calculer le Khi-2 ; ns : p > 0,05

Source : enquête de l’auteure sur les violences familiales en Polynésie française, 2021

  • 7 La faiblesse des effectifs de personnes ayant décrit des violences sexuelles conjugales (n=38) cont (...)

11Le tableau 4 étudie l’agencement entre les violences subies durant l’enfance, la situation socio-économique actuelle et les violences conjugales7. Les femmes qui ont subi des violences intrafamiliales sexuelles et/ou physiques durant l’enfance sont plus fréquemment que les autres confrontées à des violences physiques conjugales. Cette observation vaut quel que soit le niveau de diplôme et quel que soit le statut d’activité. Les femmes qui ont un diplôme inférieur ou égal au baccalauréat subissent plus fréquemment des violences physiques conjugales, indépendamment de la victimation physique et/ou sexuelle durant l’enfance. Les variables ont un effet cumulatif, mais il est difficile d’identifier le sens de la causalité entre les violences durant l’enfance, le niveau de diplôme, la situation socioprofessionnelle et les violences subies à l’âge adulte. Le milieu social d’origine, comme les séquelles des violences subies durant l’enfance ont un impact sur la capacité à poursuivre des études et à s’intégrer professionnellement, caractéristiques à leur tour déterminantes dans le risque de victimation à l’âge adulte.

12La polyvictimation durant l’enfance est donc associée à un risque de revictimation à l’âge adulte et dans d’autres sphères que celle de la famille. La majorité des femmes victimes d’inceste ne sont cependant pas à nouveau victimes de violences à l’âge adulte. De plus, le cas échéant, ce ne sont pas mécaniquement des violences sexuelles qui se répètent, mais plutôt d’autres formes de violences. L’approche quantitative met en évidence des facteurs structurels de vulnérabilité face à la violence. Les récits biographiques permettent de saisir les mécanismes de reproduction, qui s’opèrent en particulier dans la sphère conjugale, de comprendre comment la vulnérabilité se maintient ou se renforce et comment les violences s’agencent au sein d’un parcours de vie, ce que le raisonnement statistique en termes de corrélations appréhende plus difficilement.

III. La pérennisation de la vulnérabilité : des trajectoires biographiques marquées par l’isolement, la dépendance et la déstabilisation morale

  • 8 La récurrence et le cumul de plusieurs types de violence n’accentuent cependant pas proportionnelle (...)

13L’inceste produit des séquelles qui affectent radicalement et durablement la trajectoire des personnes concernées (Bouchard et al., 2008). Leur état de santé est de façon générale moins bon (Cavalin, 20098.), ce qui constitue un obstacle pour l’avenir et un risque de victimation supplémentaire. Les personnes qui cumulent des violences durant l’enfance grandissent plus souvent que les autres dans des « climats familiaux dégradés » marqués par des négligences graves, des privations, des conflits entre les parents (Charruault, 2021). C’est l’ensemble de ces situations d’adversité expérimentées dès l’enfance – parfois associés avec des problèmes de santé physiques et mentales à la fois conséquences et facteurs d’exposition aux violences – qui produisent une vulnérabilité accrue à l’âge adulte et qui donnent lieu à des « parcours biographiques heurtés » (Cavalin, 2009).

14Victime d’inceste d’agresseurs multiples, Jade décrit l’inceste comme une souillure physique, psychologique et morale : « un tatouage [qu’elle] ne peut pas enlever » et en observe les conséquences sur son parcours scolaire, professionnel et personnel : « Il s’est passé des choses chez nous qui fait là où j’en suis aujourd’hui. » Elle décrit un sentiment de peur constante et de dépréciation d’elle-même. Conséquence de la violence, cette vulnérabilité psychologique peut s’accompagner d’une vulnérabilité matérielle. En effet, les mauvais traitements durant l’enfance, surtout lorsqu’ils se cumulent, favorisent le départ précoce du domicile parental (Jaspard et al., 2005 ; Brown et Lefaucheur, 2013 ; Charruault, 2021) prenant la forme, parmi les femmes interrogées dans cette enquête, de fugues ou d’emménagements en couple avant l’âge adulte. Or, dans un territoire vaste et insulaire tel que la Polynésie française, la migration accroît le risque d’isolement social et, notamment lorsqu’il s’accompagne d’une précarité, peut confronter les populations les plus vulnérables à un surrisque de violence au sein de la famille élargie qui les accueille (Bastide, 2020).

15Ces départs précoces du domicile parental donnent parfois lieu à des parcours d’errance comme dans le cas de Marie, qui a subi un inceste de son père et des violences physiques intrafamiliales. Elle fugue du domicile de son père à 14 ans et se retrouve à la rue. Faute de moyens, elle envisage de se prostituer puis rencontre un homme marié, de 20 ans son aîné, dont elle tombe enceinte à 16 ans. La mise en couple vise à pallier sa situation de grande précarité : « Je suis pas restée avec [lui] par amour. Je suis restée avec lui vraiment pour me sauver de la rue. Après petit à petit, j’ai appris à l’aimer. » Elle subit de la part de son conjoint des violences physiques et sexuelles. À plusieurs reprises, elle retourne vivre dans la rue, subit des violences et décrit le manque d’hygiène corporelle comme une pratique de survie : « À force que je me lavais plus, j’ai remarqué après qu’on me touchait plus. » L’ensemble des espaces qu’elle investit la confronte à des risques de violence majorés par son genre et, comme d’autres femmes vivant dans la rue, elle développe des techniques de protection en fonction de son genre (Lanzarini, 2003).

16Sa trajectoire singulière met en exergue l’un des mécanismes à l’origine de la répétition des violences : l’inceste freine l’acquisition de ressources nécessaires à l’autonomie affective et matérielle, et ce d’autant plus qu’il se produit dans un milieu confrontant l’enfant à des carences liées à l’éloignement du reste de la famille ou à un contexte de précarité économique. L’inceste est « permis » par le rapport de domination fondé sur l’âge et favorisé par l’isolement de l’enfant. La présence d’agresseurs au sein de la famille et les réactions néfastes après le dévoilement renforcent cet isolement et confrontent les victimes à un déficit de ressources relationnelles. Pour le pallier, les femmes interrogées investissent le champ matrimonial, avec parfois des emménagements conjugaux et des grossesses précoces, comme l’ont également montré Elizabeth Brown et Nadine Lefaucheur (2013) à la Martinique. Le cumul des violences subies durant l’enfance constitue un facteur d’accélération et de précocité dans le passage à l’âge adulte (Charruault, 2021), sans pour autant que les personnes concernées n’aient acquis les ressources nécessaires à l’autonomisation. Faiblement dotées en capital scolaire et social, les jeunes femmes s’intègrent difficilement sur le marché du travail et leurs marges de manœuvre sont restreintes dans la sphère conjugale. Le rapport de domination et de dépendance s’y perpétue, et ce d’autant plus qu’elles pâtissent d’une faible estime d’elles-mêmes et souffrent d’addiction à l’alcool ou aux stupéfiants. Les deux trajectoires décrites ci-dessous illustrent ce processus.

17Vanessa a été adoptée par sa tante alors qu’elle était bébé puis violée par son oncle pendant plusieurs années et témoin de violences physiques intrafamiliales. Elle a ensuite été placée chez d’autres membres de sa famille, a fugué à 10 ans, vécu chez une amie, puis s’est mise en couple à 12 ans avec un homme majeur. Elle s’est installée dans la famille de ce dernier et y a été maltraitée par son conjoint et sa belle-famille. L’inceste et l’environnement familial d’origine ont produit ces conditions de vulnérabilité à la répétition des violences en précipitant un départ précoce et sans moyens du domicile parental. Le manque de ressources a ensuite perduré jusqu’à l’empêcher de quitter son conjoint violent :

[Mon conjoint] me [frappait] beaucoup comme j’étais jeune quand je suis restée avec lui. Et moi je m’accroche tout le temps à lui parce que c’était le seul endroit où je vivais. (Vanessa, 34 ans, sans emploi)

18Maeva a elle aussi été violée par son oncle et témoin de violences au sein de sa famille. Elle associe cette violence généralisée à son milieu social et à son origine tahitienne. Pour y échapper, et espérant que cela favorise son ascension sociale, elle oriente sa stratégie matrimoniale vers un homme d’origine européenne, de quinze ans son aîné :

Quand j’étais enfant, quand je voyais cette violence au sein de ma famille, je voyais mes tantes se faire battre par leurs maris. En voyant ça je me suis dit « je ne resterai jamais avec un Tahitien » voilà, ce que j’ai fait. Donc est venu celui-là. (Maeva, 40 ans, en emploi)

19Elle comprend a posteriori que son infériorité d’âge et de statut social ont favorisé une relation inégalitaire et violente. Elle endosse cependant la responsabilité de cette désorientation morale qui l’a conduite à faire un mauvais choix :

C’était un homme qui me battait, c’était un popa’a [blanc] pourtant. […] Quand il m’a battue, ça a remis tout en cause dans ma tête. Mes croyances, mon histoire. […] Ça m’a un peu tordu, vrillé la tête dans le sens où j’étais persuadée de faire les bons choix. […] Il était plus âgé que moi, je devais en avoir 20, lui 35 et comme il était pété de tune, c’était le gars qui se la pète, il se permettait des choses. (Maeva, 40 ans, en emploi)

20Dans l’extrait ci-dessus, c’est sa capacité de jugement que Maeva remet en cause. Les récits biographiques indiquent en effet que l’instabilité de la trajectoire s’accompagne d’un ajustement des repères normatifs tendant vers une assimilation d’une normalité de la violence, facteur de vulnérabilité supplémentaire.

21Le récit de Jade, violée par son beau-père et par son grand-père, harcelée à l’école puis victime de violences conjugales à l’âge adulte, illustre ce processus. La déstabilisation morale se traduit par un sentiment de responsabilité à l’égard des violences subies et par une difficulté à les identifier en tant que telles. Elle s’interroge par exemple sur la nature des attouchements sexuels commis par son beau-père : « Il m’a fait ça, est‑ce que c’est une violence ? », tout en relativisant la gravité des autres formes de violences :

Pour moi le plus important ça a été les attouchements sexuels c’est ce qui m’a touchée le plus, toutes les violences qu’il y a autour pour moi je les banalise en mode : « c’est moins grave ». (Jade, 21 ans, étudiante)

22Dans son récit, le fait de se sentir « faible » ou « nulle » constitue à la fois la cause et la conséquence des violences répétées. Son estime personnelle est affectée par la répétition des violences, qui constitue selon elle la preuve qu’elle est responsable de leur survenue et de leur évitement :

Il n’a pas eu le temps [de me violer] parce que j’ai réalisé, je me suis dit : « Il se passe la même chose, y a un truc qui va pas… ». Moi-même je me suis retirée de mon propre chef, là, pour une fois j’ai fait ce qu’il fallait, je suis partie. (Jade, 21 ans, étudiante)

23L’expérience personnelle entrave la capacité à interpréter le problème indépendamment de son propre rôle et à identifier des facteurs structurels ou contextuels, y compris dans le cas de l’inceste. Les femmes interrogées ont davantage tendance à expliquer leur trajectoire de victimation multiple par des propriétés individuelles psychologiques :

Je suis pas assez affirmée, j’ai pas assez confiance en moi en fait. (Maeva, 40 ans, en emploi)

Peut-être [que] je suis une perpétuelle soumise, une lâche, je me pose des questions sur mon comportement. (Anita, 60 ans, retraitée)

24Elles retracent une trame biographique irrémédiablement bouleversée, ce que Cindy – victime et témoin de violences multiples durant son enfance – explicite en décrivant un destin scellé, un sentiment d’anormalité et d’instabilité intrinsèque, propices selon elle à la reproduction de la violence :

Pour moi c’est un tout, un grand n’importe quoi, un sac à bordel qui fait qu’après ça fait des enfants qui grandissent handicapés. […] On se rend pas compte que des fois, peut-être, on a des choses un peu pas droites dans notre tête. Tu vois, on a grandi tordu en fait […]. J’ai jamais su ce que je voulais faire dans ma vie, j’ai jamais été stable dans mes boulots. J’ai bientôt 36 ans je me suis acheté ma première voiture il y un an et je sais que tout ça, je l’ai compris bien après que ça vient beaucoup de mon enfance. (Cindy, 35 ans, en formation)

25Cette déstabilisation peut aller de pair avec une normalisation de la victimation, parce qu’on l’a expérimentée dès le plus jeune âge, parce que les violences ont été perpétrées par des personnes aimées ou respectées ou parce qu’on les considère comme le produit de défauts personnels. Cette incorporation est renforcée lorsque les femmes ont été plongées dans des situations de violence globale, où différentes formes de violence se combinent et où différents membres de la famille sont parties prenantes. Le manque de ressources relationnelles et matérielles s’accompagne alors d’un manque de repères pour interpréter le problème et lui appliquer un jugement normatif. Certaines femmes décrivent l’élévation de leur seuil de tolérance à la souffrance physique et psychologique comme facteur supplémentaire de leur maintien dans des situations de violence à l’âge adulte. Le défaut de soutien et de reconnaissance de la part de l’entourage familial, voire leur contribution au climat de violence durant l’enfance constituent des obstacles majeurs à la fois à la révélation de l’inceste et à la reconstruction. La plupart des femmes mentionnées ci-dessus n’ont pas révélé l’inceste à leurs proches ni déposé plainte. Celles qui ont dévoilé les faits ont souffert de l’incrédulité et parfois du rejet des membres de leur famille.

IV. Répétition de la violence et dévoilement de l’inceste

  • 9 En raison du faible effectif d’hommes ayant été victime d’inceste (n=15), l’analyse porte uniquemen (...)

26Dans notre échantillon quantitatif, 27 % des femmes victimes d’inceste n’en ont jamais parlé (contre 17 % pour les violences physiques intrafamiliales durant l’enfance9). Le cas échéant, les actes sont davantage révélés à un proche (56 % en ont parlé à un membre de leur famille ou à un‧e conjoint‧e, 29 % à un‧e ami‧e) qu’à un‧e professionnel‧le (13 % en ont parlé à un‧e professionnel‧le de santé, des forces de l’ordre, du social ou de l’enseignement).

27Vai a subi des violences sexuelles et physiques durant son enfance. Elle décrit la généralisation de la violence à l’échelle de sa trajectoire individuelle et de son entourage, dans l’espace familial et à l’école, et une altération de sa capacité à distinguer le normal et l’anormal :

Comme tout le monde vivait la même chose, pour nous c'était une normalité. Il y avait personne qui nous disait que c'était pas normal et comme on sortait pas de notre famille on voyait pas de familles normales. […] À part les violences de la famille yavait aussi les violences à l'école par les maîtresses qui nous frappaient. En fait, on est entouré que de ça et c'est pour ça [que] pour nous quelque part c'est une normalité. […] On s'est dit « pourquoi aller en parler ? ». On va dire ça à des adultes qui sont censés nous aider alors que nos propres adultes à nous, nous font du mal. (Vai, 32 ans, en emploi)

28Dans le cas de Vai, la co-occurrence des violences sexuelles et physiques, intra et extrafamiliales et l’expérience partagée avec d’autres enfants favorisent leur normalisation et constituent un frein à leur dévoilement à des adultes. Pour d’autres femmes interrogées, on a vu que la répétition des violences accroissait le sentiment de responsabilité : elles se décrivent comme « soumises » ou « lâches », parce qu’elles ont l’impression de ne pas savoir dire non ou de se mettre dans des situations risquées. Or, le fait de se considérer ou d’être considérée comme responsable de son agression peut être un frein à son dévoilement (Vanier et Langlade, 2018).

29Globalement, la propension à révéler l’inceste ne varie pas significativement en fonction du cumul des violences (tableau 5). On peut néanmoins noter qu’elle s’accroît lorsque l’inceste a été répété ou commis par plusieurs agresseurs au sein de la famille.

30Ainsi, les obstacles à la révélation sont structurels et relativement indépendants de la trajectoire de victimation. Dans le contexte de la Polynésie française, ces freins pourraient être majorés à trois niveaux. En premier lieu, le dévoilement nécessite de se reconnaître comme personne ayant subi des violences sexuelles, de les catégoriser comme telles et d’en parler ou d’être amenée à en parler. Parmi les femmes victimes d’un inceste rencontrées, celles qui ont ensuite subi des violences physiques et sexuelles conjugales n’ont pas déposé plainte non plus pour ces violences à l’âge adulte. Elles se sont séparées ou sont encore en couple avec leur conjoint violent. Ces femmes ont été, dès leur plus jeune âge, socialisées à la silenciation des violences subies et en particulier de l’inceste, au même titre que leur entourage proche. La normalisation des violences est, sur le territoire, aussi le fait de certains professionnels qui limitent le travail de dépistage et de signalement (Hervouet, 2022). En second lieu, les possibles effets négatifs de la condition victimaire (Doyon, Mazaleigue‑Labaste et Le Caisne, 2017) font que le dévoilement institutionnel est perçu comme impossible ou risqué (affronter l’incrédulité des proches voire subir leurs représailles, être éloigné de ses proches, etc.). Or, briser le silence est encore plus difficile sur un territoire où la famille reste une ressource spécifiquement déterminante des trajectoires individuelles – au regard des difficultés d’accès aux ressources monétaires et dans un contexte où les seuils de prestations sociales sont particulièrement restrictifs :

J’ai simplement dit [à ma cousine] : « tu sais, il vient me visiter dans ma chambre, il me force à l’embrasser » et c’est comme ça que ça s’est su. Et cet oncle était crédible pour ma famille parce qu’il travaillait, il ramenait à manger. […] J’ai pu le dire mais ça a été une catastrophe parce que je me suis faite ramasser comme pas possible. (Maeva, 40 ans, en emploi)

31Enfin, la relation entre les personnes victimes d’inceste et les institutions publiques constitue un troisième niveau de frein. En effet, le travail de victime – qui consiste entre autres à rendre visible sa souffrance et à interagir avec des professionnel‧les dont on ne comprend pas toujours les attentes – est d’autant plus complexe à assurer dans un contexte de distance symbolique et d’asymétrie entre justiciables et institutions étatiques, dans un territoire anciennement colonisé et situé aux confins de la République (Gagné, 2018).

Tableau 5. Révélation de l’inceste en fonction des violences subies (%)

Inceste révélé à un membre de sa famille ou à un‧e conjoint‧e (n=93)

Inceste révélé à un‧e professionnel‧le (n=22)

Ensemble

56

13

Caractéristique de l’inceste

Acte unique (n=45)

48

ns

3

p<0,05

Plusieurs actes (n=131)

58

18

1 agresseur au sein de la famille (n=137)

67

p<0,05

14

Ø

Plusieurs agresseurs au sein de la famille (n=24)

13

9

Cumul avec d’autres violences intrafamiliales durant l’enfance

Inceste seul (n=101)

53

ns

13

ns

Inceste et violence physique (n=66)

59

14

Cumul des violences sexuelles

Inceste seul (n=77)

60

ns

12

ns

Inceste et violences sexuelles à l’extérieur de la famille et/ou dans le couple (n=18)

42

16

Champ : femmes victimes d’inceste (n=167) 
Lecture : 56 % des femmes qui ont subi un inceste en ont parlé à un membre de leur famille ou à un‧e conjoint‧e

Ø : Effectifs insuffisants pour calculer le Khi‑2 ; ns : p > au seuil de signification de 0,05

Source : enquête de l’auteure sur les violences familiales en Polynésie française, 2021

V. Conclusion

32Le terrain d’enquête polynésien confirme les résultats des enquêtes Enveff et Virage menées dans l’Hexagone et dans plusieurs territoires ultramarins : les violences sexuelles et les autres évènements graves durant l’enfance accélèrent le passage à l’âge adulte (marqué par le départ du domicile parental, la première mise en couple et la première grossesse), avec des conséquences négatives sur le parcours scolaire et sur l’intégration sur le marché du travail, qui constituent à leur tour des facteurs de vulnérabilité supplémentaire face aux violences. Ces mécanismes ne sont pas spécifiques au territoire, ce qui invite à mettre à distance une approche culturaliste du problème. Le cas de la Polynésie française est néanmoins intéressant en ce sens que, dans ce territoire où la famille reste une ressource spécifiquement déterminante des trajectoires individuelles, les violences subies durant l’enfance et le soutien reçu de l’entourage proche structurent largement les trajectoires biographiques. L’approche qualitative permet de comparer des trajectoires biographiques de personnes qui, pour certaines, échappent aux enquêtes de victimation – les personnes vivant à la rue par exemple – pour identifier des récurrences dans les récits biographiques, et d’accéder à leurs perceptions de leur propre vulnérabilité face aux violences. Les personnes dont le destin a été le plus affecté sont celles qui ont cumulé des violences sexuelles et physiques, qui n’ont pas pu s’appuyer sur un environnement familial soutenant, qui n’ont pas obtenu de reconnaissance ni familiale ni judiciaire des violences subies et qui ont rapidement dû investir la sphère conjugale, dans un rapport de dépendance accroissant le risque de revictimation.

33Ces femmes qui ont subi des violences de manière séquentielle et concomitante, au sein de la famille et à l’extérieur (à l’école, dans la rue), ont tendance à penser que l’inceste a été rendu possible par une vulnérabilité qu’elles portaient en elle, de par leur caractère ou leurs conditions de vie lorsqu’elles étaient enfants. À leurs yeux, l’inceste a révélé des dispositions personnelles et/ou généré des incapacités supplémentaires (avoir peur, ne pas savoir dire non, ne pas être capable de prendre les bonnes décisions) favorables à la reproduction des violences à l’âge adulte.

34L’approche quantitative montre cependant que la majorité des personnes victimes d’inceste restent exemptes de violences sexuelles et physiques à l’âge adulte. L’approche sociologique est ici salutaire pour saisir les inégalités qui structurent la répétition de la violence et ainsi mettre à distance l’idée selon laquelle les personnes victimes porteraient, intrinsèquement et indépendamment de leurs appartenances sociales, une nature vulnérable. Intégrer au raisonnement des variables sociodémographiques et appréhender des rapports de domination fondés notamment sur l’âge, le milieu social ou le genre permet de mettre à distance un modèle explicatif centré uniquement sur une vision individualisée de la répétition des violences. Ces résultats tendent à critiquer le concept d’empowerment des victimes et l’hypothèse selon laquelle ces dernières, en prenant conscience de leurs comportements à risque, pourraient les modifier et réduire le risque de répétition des violences (Wemmers, 2018). Ils invitent également à critiquer l’idée selon laquelle les Polynésiens, et en particulier les femmes polynésiennes, auraient une plus forte résilience face aux violences, et ici aux violences sexuelles. Les personnes interrogées énoncent pour certaines un sentiment de vulnérabilité persistante et décrivent des destins fortement altérés par ces violences, marqués par des parcours d’errance, des addictions, des tentatives de suicide ou des violences répétées. Si elles sont amenées à relativiser la gravité de ces épreuves, ce n’est pas parce qu’elles seraient « par nature » ou « par culture » plus résilientes, mais parce qu’elles ont été socialisées à la douleur physique et psychologique. Lorsque l’on observe les conséquences concrètes, objectivables, on perçoit l’ampleur des conséquences des violences sexuelles subies durant l’enfance.

Haut de page

Bibliographie

Barker-Collo S. et Read S. (2003), « Models of Response to Childhood Sexual Abuse: Their Implications for Treatment », Trauma, Violence & Abuse, vol. 4 n° 2, p. 95‑111.

Bastide L. (2020), « Les violences familiales en Polynésie française. Entrer, vivre et sortir de la violence », Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP) Notes et rapports. En ligne : https://injep.fr/wp-content/uploads/2020/12/rapport-2020-15-Violences-familiales_Polynesie.pdf

Bouchard E.‑M., Tourigny M., Joly J., Hébert M. et Cyr M. (2008), « Les conséquences à long terme de la violence sexuelle, physique et psychologique vécue pendant l’enfance », Revue d’épidémiologie et de santé publique, vol. 56, n° 5, p. 333‑344.

Brown E. et Lefaucheur N. (2013), « Difficultés de la jeunesse, entrée précoce dans la vie adulte et victimation : l’exemple de la Martinique », Revue française des affaires sociales, n° 1‑2, p. 54‑75.

Cavalin C. (2009), « Santé dégradée, surexposition aux violences et parcours biographiques difficiles », Études et Résultats, DREES, vol. 705, n° 8.

Charruault A. (2017), « La mesure des violences sexuelles intrafamiliales sur mineur.e.s dans les enquêtes françaises en population générale », Les violences sexuelles à caractère incestueux sur mineur.e.s, rapport du CNRS pour le ministère des familles, de l'enfance et des droits des femmes et le secrétariat d'État à l'enseignement supérieur et la recherche, p. 10‑17. En ligne : https://www.cnape.fr/documents/cnrs-un-rapport-sur-les-violences-sexuelles-a-caractere-incestueux-sur-mineures.

Charruault A. (2021), « L’empreinte des violences familiales sur l’entrée dans la vie adulte des jeunes. Analyse démographique des trajectoires », INJEP Notes et rapports. En ligne : https://injep.fr/wp-content/uploads/2021/04/rapport-2021-07-violences_parcours_jeunes-1.pdf.

Cirillo S. (2011), « L’enfant abusé devient adulte : réflexions à partir de plusieurs situations traitées », Cahiers critiques de thérapie familiale et de pratiques de réseaux, n° 46, p. 139‑63.

Cyr K., Clément M.‑È. et Chamberland C. (2014), « La victimisation, une norme dans la vie des jeunes au Québec ? », Criminologie, vol. 47 n° 1, p. 17‑40.

Debauche A., Lebugle A. et Brown E. (2017) « Enquête Virage et premiers résultats sur les violences sexuelles », Paris, Ined éditions, coll. « Documents de travail », n° 229. En ligne : https://www.ined.fr/fichier/s_rubrique/26153/document_travail_2017_229_violences.sexuelles_enquete.fr.pdf.

Doyon J., Mazaleigue-Labaste J. et Le Caisne L. (2017), « Sensibilités et représentations collectives », Les violences sexuelles à caractère incestueux sur mineur.e.s, rapport du CNRS pour le ministère des familles, de l'enfance et des droits des femmes et le secrétariat d’État à l'enseignement supérieur et la recherche, p. 10‑17. En ligne : https://www.cnape.fr/documents/cnrs-un-rapport-sur-les-violences-sexuelles-a-caractere-incestueux-sur-mineures.

Dufour M. H., Nadeau L. et Bertrand K. (2000), « Les facteurs de résilience chez les victimes d’abus sexuel : état de la question », Child Abuse & Neglect, vol. 24, n° 6, p. 781‑797.

Dussy D. (2013), Le berceau des dominations. Anthropologie de l’inceste, livre 1, Marseille, Éditions La Discussion. En ligne : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02561862/document.

Enquête nationale sur les violences envers les femmes en France (Enveff) (2003) – Jaspard M., Brown E., Condon S., Fougeyrollas‑Schwebel D., Houel A., Lhomond B. et Maillochon F., Les violences envers les femmes en France : une enquête nationale, Paris, La Documentation française, coll « Droits des femmes ».

Fassin É. (2006), « 12. Questions sexuelles, questions raciales. Parallèles, tensions et articulations », in Fassin É. et Fassin D. (dir.), De la question sociale à la question raciale. Représenter la société française, Paris, Éditions La Découverte. En ligne : http://www.cairn.info/de-la-question-sociale-a-la-question-raciale--9782707158512-page-230.htm.

Finkelhor D., Ormrod R. K. et Turner H. A. (2007), « Poly-Victimization: A Neglected Component in Child Victimization », Child Abuse & Neglect, vol. 31, n° 1, p. 7‑26.

Friesen M. D., Woodward L. J., Horwood L. J. et Fergusson D. M. (2010), « Childhood Exposure to Sexual Abuse and Partnership Outcomes at Age 30 », Psychological Medicine, vol. 40, n° 4, p. 679‑88.

Gagné N. (2018), « Ethnographie de l’État aux confins de la République : Le dispositif de l’audience et la justice foraine en Polynésie française », Ethnologie française, vol. 48, n° 1, p. 93.

Giraud F., Raynaud A. et Saunier É. (2014), « Principes, enjeux et usages de la méthode biographique en sociologie », revue ¿ Interrogations ?, n° 17. En ligne : https://www.revue-interrogations.org/principes-enjeux-et-usages-de-la.

Green A. H. (1993), « Child Sexual Abuse: Immediate and Long-Term Effects and Intervention », Journal of the American Academy of Child & Adolescent Psychiatry, vol. 32 n° 5, p. 890‑902.

Hamelin C., Salomon C. et Lert F. (2010), « Les violences sexuelles dans l’enfance chez les femmes kanakes de Nouvelle-Calédonie : vers un abaissement du seuil des violences tolérées », Sciences sociales et santé, vol. 28, n° 4, p. 5‑31.

Hervouet L. (2022), « Qui suis-je pour juger ? La production sociale du silence autour des violences sexuelles intrafamiliales en Polynésie française », Terrains & travaux, n° 40, p. 67‑87.

Jaspard M. (2005), Les violences contre les femmes, Paris, Éditions La Découverte, coll. « Repères ».

Jaspard M., Brown E., Lhomond B. et Saurel-Cubizolles M.‑J. (2003), « Reproduction ou résilience : les situations vécues dans l’enfance ont-elles une incidence sur les violences subies par les femmes à l’âge adulte ? », Revue française des affaires sociales, no 2003/3, p. 157‑90.

Jaspard M., Brown E. et Pirus C. (2003), « Les violences envers les femmes en Polynésie française : enquête quantitative », enquête pour la Direction de la Santé, Ined.

Lanzarini C. (2003), « Survivre à la rue. Violences faites aux femmes et relations aux institutions d’aide sociale », Cahiers du genre, vol. 35, n° 2, p. 95‑115.

Pourette D. (2002), « Les violences envers les femmes en Polynésie française : étude socio-anthropologique », rapport pour la Direction de la santé – Ministère de la santé, de la fonction publique, de la rénovation de l’administration. En ligne : https://apaj.net/wp-content/uploads/2020/04/doc1.pdf.

Pourette D. (2010), « Violences envers les femmes, inégalités et situations postcoloniales (Commentaire) », Sciences sociales et santé, vol. 28 n° 4, p. 33‑39.

Romito P., Saurel-Cubizolles M.‑J. et Crisma M. (2001), « The Relationship Between Parents’ Violence Against Daughters and Violence by Other Perpetrators: An Italian Study », Violence Against Women, vol. 7, n° 12, p. 1429‑1463.

Sierra-Paycha C., Lelièvre E. et Trabut L. (2018), « Le fa’a’amura’a : confier et recevoir un enfant en Polynésie française », rapport de l’Institut de la statistique en Polynésie française (ISPF). En ligne : https://hal.science/hal-02082692v1/document.

Tcherkezoff S. (2001), Le mythe occidental de la sexualité polynésienne. Margaret Mead, Derek Freeman et Samoa, 1928-1999, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Ethnologies ».

Trickett P. K., Noll J. G. et Putnam F. W. (2011), « The Impact of Sexual Abuse on Female Development: Lessons From a Multigenerational, Longitudinal Research Study », Development and Psychopathology, vol. 23, n° 2, p. 453‑476.

Vanier C. et Langlade A. (2018), « Comprendre le dépôt de plainte des victimes de viol : facteurs individuels et circonstanciels », Déviance et société, vol. 42, n° 3, p. 501‑533.

Wemmers J.‑A. (2018), « 7. La victimisation multiple », Introduction à la victimologie, Montréal, Presses de l’université de Montréal, coll. « Paramètres », p. 117‑129.

Haut de page

Notes

1 Dans l’enquête de Maryse Jaspard et al. (2003), 7 % des femmes de Polynésie française avaient subi au moins une agression sexuelle avant 15 ans contre 4 % en métropole ; 6 % déclaraient que leur premier rapport était un acte forcé contre 1,4 % en métropole. Les chiffres plus récents du Haut-Commissariat (2017) indiquent une prévalence deux fois plus élevée des violences sexuelles en Polynésie française qu’en métropole.

2 Les interactions plus étendues et plus fréquentes dans la parenté polynésienne pourraient multiplier mécaniquement les risques que la violence survienne dans les familles plutôt que dans l’espace public (Bastide, 2020).

3 À la suite des travaux de Dorothée Dussy (2013), on considère que, dans sa réalité concrète, l’inceste ne peut désigner qu’une violence et non une relation mutuellement consentie qui viendrait contrevenir aux règles de l’exogamie. Le terme de victime décrit une catégorie sociale construite, conséquence du processus de « victimation », défini comme le résultat objectif de la violence, et non de victimisation qui relève quant à elle de la psychologie (Jaspard, 2005).

4 On ne conserve ici que deux modalités du milieu social, en raison des difficultés à classer les individus selon la nomenclature des Professions et catégories socioprofessionnelles (PCS) en Polynésie française, et suite aux observations de Jaspard et al. (2003) qui montrent que, davantage que la profession, c’est la situation d’inactivité des parents qui a le plus d’impact sur le risque de subir des violences pendant l’enfance.

5 43 % de la population vit dans un ménage à plusieurs noyaux familiaux (ISPF, 2017).

6 Cette forme d’adoption le plus souvent informelle concerne environ 11 % des femmes de plus de 35 ans et consiste à confier son enfant biologique, à un proche de sa famille le plus souvent, pour des raisons fortuites (séparation, décès, maladie), affectives (répondre à la demande d’un proche) et/ou économiques. (Sierra‑Paycha, Lelièvre et Trabut, 2018).

7 La faiblesse des effectifs de personnes ayant décrit des violences sexuelles conjugales (n=38) contraint à limiter l’analyse aux violences physiques conjugales. Les entretiens biographiques montrent néanmoins que les violences physiques sont souvent associées à des violences sexuelles conjugales.

8 La récurrence et le cumul de plusieurs types de violence n’accentuent cependant pas proportionnellement l’ampleur de la dégradation de l’état de santé (Cavalin, 2009)

9 En raison du faible effectif d’hommes ayant été victime d’inceste (n=15), l’analyse porte uniquement sur les femmes. Notons cependant, sans significativité statistique, que les hommes interrogés ont plus tendance à ne jamais en avoir parlé (40 %).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucile Hervouet, « Trajectoires biographiques de femmes victimes d’inceste : une vulnérabilité pérenne face aux violences ? »Populations vulnérables [En ligne], 9 | 2023, mis en ligne le 12 juillet 2023, consulté le 13 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/popvuln/4160 ; DOI : https://doi.org/10.4000/popvuln.4160

Haut de page

Auteur

Lucile Hervouet

Post-doctorante en sociologie
Maison des sciences de l'Homme du Pacifique, USR 2003 (CNRS / Université de la Polynésie française)
lucile.hervouet[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search