Navigation – Plan du site

AccueilNuméros9Introduction. Les violences enver...

Introduction. Les violences envers les populations vulnérables : des réciprocités complexes

Violences against vulnerable populations: complex reciprocities
Elizabeth Brown et Claire Scodellaro

Texte intégral

1Étymologiquement, la vulnérabilité est la possibilité d’être blessé·e, atteint·e dans son intégrité. Elle est donc commune à tous les parcours de vie, mais avec des degrés d’exposition inégaux (Soulet, 2005). Appliqué aux sciences sociales, ce concept permet de qualifier de « populations vulnérables » des groupes humains soumis à des situations de risque anormalement élevé dans un contexte géographique et historique donné. L’une des formes majeures actuelles de ce risque est de subir des violences qui, en actes ou en paroles et de toutes natures, psychologiques, physiques ou sexuelles, sont l’expression exacerbée de rapports de domination entre des personnes ou entre des personnes et des institutions. Une vulnérabilité physique, psychique, économique ou sociale, qui se traduit par une difficulté à se défendre et à être défendu·e par une remise en cause de la parole, peut exposer à des violences ou, à l’inverse, des violences subies peuvent créer une situation de vulnérabilité plus ou moins durable. Les relations entre vulnérabilité et violences sont nombreuses et de sens variables dans le temps et selon les caractéristiques personnelles (âge, état de santé physique ou psychique, statut administratif, résidentiel, judiciaire, appartenance minoritaire de sexualité, de couleur de peau, etc.). L’objectif de ce numéro de la revue Populations vulnérables est de démêler – en partie – l’écheveau complexe de ces relations afin d’aider les acteurs publics et les associations à orienter plus efficacement leurs dispositifs de lutte contre les engrenages de la violence, qui se déclenchent notamment en présence de plusieurs caractéristiques simultanément défavorables.

2Parmi les six articles de ce numéro, trois analysent l’impact sur les parcours de vie de rapports de domination particulièrement violents dans le cadre privé du couple ou de la famille, un décrypte les mécanismes conduisant une institution de protection à infliger de nouvelles violences aux enfants vulnérabilisés par leur passé familial, et deux examinent des situations de vulnérabilité et de violences liées à l’exil et à la non-conformité aux normes de la société d’accueil. Ils sont ici classés selon le degré d’interconnaissance entre les acteurs qu’ils impliquent :
Pauline Mullner et Magali Mazuy, « Facteurs sociaux de vulnérabilité face à la violence conjugale et sortie de la violence : analyses détaillées de parcours féminins » ;
Lucie Wicky, « Rapports d’âge et vulnérabilités aux violences. Le cas des hommes ayant subi des violences sexuelles dans l’enfance » ;
Lucile Hervouet, « Parcours biographiques de femmes victimes d’inceste : une vulnérabilité pérenne face aux violences ? » ;
Isabelle Lacroix, Sarra Chaïeb, Pascale Dietrich-Ragon et Isabelle Frechon, « De la violence familiale à la violence institutionnelle. Le continuum des violences dans l’expérience des jeunes placés en protection de l’enfance » ;
Noemi Stella, « Des solidarités entre compatriotes ? Vulnérabilités résidentielles et stratégies d’hébergement des exilé·e·s LGB en Île-de-France » ;
Annélie Delescluse, « “Maroc, c’est le choc !” : vulnérabilités extrêmes et tactiques de survie des migrants d’Afrique subsaharienne ».

  • 1 Il s’agit de l’enquête Virage (op. cit.) pour l’article de Pauline Mullner et Magali Mazuy et pour (...)

3La méthodologie employée par les auteures vise à mettre en évidence la complexité des relations entre les formes de vulnérabilité et les violences subies, ainsi que la durée et la gravité de leurs conséquences sur les parcours de vie. Elle donne ainsi une grande importance au récit des expériences vécues. Les trois derniers articles se fondent sur la seule approche qualitative, avec des entretiens parfois répétés, alors que les trois premiers s’appuient également sur des résultats quantitatifs issus de l’enquête Virage (« Violences et rapports de genre : contextes et conséquences des violences subies par les femmes et par les hommes », Ined, 2015) ou, pour l’étude de l’inceste en Polynésie française, d’un échantillon non probabiliste de 1 200 personnes, constitué via un questionnaire en ligne. Les entretiens mobilisés pour les démonstrations ont tous été réalisés par leurs auteures et parfois par des collègues de leur équipe de recherche. Les personnes interviewées ont été recrutées soit parmi celles ayant accepté d’être recontactées à la suite d’une enquête quantitative (pour les deux premiers articles et pour celui portant sur la violence institutionnelle en protection de l’enfance1), soit par le biais de réseaux sociaux ou d’interconnaissance, d’associations locales, et aussi d’appels à témoignage (pour l’étude de l’inceste en Polynésie française).

4La diversité des sujets étudiés réside dans le cadre et les auteurs des violences (famille biologique, institution de protection de l’enfance et famille d’accueil, relation conjugale ou post-conjugale, particuliers hébergeurs d’exilé·es, espace public), l’âge des victimes (enfants et/ou adultes) ou le terrain géographique et social (France métropolitaine, Polynésie française, Maroc). En revanche, une caractéristique commune à toutes les situations analysées est la pluralité des causes de vulnérabilité : aux multiples facteurs sociaux de la violence conjugale (précarité d’emploi, écart d’âge entre conjoints, etc.) s’ajoute souvent une intégrité psychique dégradée depuis l’enfance ; les rapports de domination ne sont pas fondés que sur l’écart d’âge et la différence de statut social dans l’inceste ; la précarité administrative et résidentielle résulte du statut de migrant qui sous-tend aussi une exposition au racisme dans le cas des hommes hébergés par des compatriotes au Maroc, et elle est associée au rejet des comportements sexuels minoritaires pour les femmes et les hommes LGB hébergés en Île-de-France. De même, les violences endurées ne sont jamais uniquement physiques ou sexuelles, mais souvent les deux à la fois, et toujours associées à des atteintes psychologiques graves.

5Tous les articles montrent que la vulnérabilité face aux violences est fondée sur des rapports de domination entre des individus qui occupent des positions sociales hiérarchisées. Cependant, sans s’opposer à la tendance actuelle de considérer le genre comme facteur primordial, ils invitent à élargir le spectre des caractéristiques à l’origine des rapports de domination et à inclure l’âge des acteurs, leur état de santé, leur sexualité, leur statut migratoire, leur racisation, etc. Pauline Mullner et Magali Mazuy rappellent que les jeunes femmes sont plus exposées aux violences conjugales que leurs aînées et qu’un fort écart d’âge entre conjoints en est l’un des rouages. L’écart d’âge est aussi déterminant dans les rapports de domination entre auteurs et victimes d’inceste, pour les filles (Lucile Hervouet), et encore plus lorsque le genre n’est pas en cause, c’est-à-dire dans le cas des garçons (mineurs) violés par des hommes adultes ou des aînés au sein d’une fratrie : Lucie Wicky explique que c’est alors la différence d’âge statutaire (et non plus d’âge chronologique) et la différence de position sociale qui génèrent la domination violente. Ce schéma s’applique aussi à la vulnérabilité aux violences des enfants placés, par différents types d’auteurs (Isabelle Lacroix et al.). L’écart d’âge favorise des agressions par d’autres jeunes des familles d’accueil ou des institutions, quand la différence de statut social a plus de poids dans les violences commises par les adultes accueillants, investis d’un pouvoir lié à leur devoir d’alimentation et d’éducation, dont tous les membres de la famille peuvent être tentés d’abuser en imposant du travail domestique, voire même des sévices sexuels aux enfants. La domination liée au statut social se concrétise souvent par une précarité économique et résidentielle créant une dépendance qui peut dégénérer en rapports de domination violents : c’est notamment le cas pour les migrants subsahariens au Maroc (Delescluse) ou pour les femmes quittant un conjoint violent (Mullner et Mazuy). D’autres causes de dépendance se surajoutent à la précarité matérielle pour les personnes dont l’état de santé est déficient ou qui souffrent d’un handicap (comme les femmes autistes, diagnostiquées ou non, interrogées par Mullner et Mazuy), pour celles qui s’éloignent de la norme dans leurs choix de sexualité (les migrantes LGB étudiées par Noemi Stella), ou encore pour les personnes racisées (les migrant·e·s subsaharien·ne·s au Maroc ou en Île-de-France). En outre, des situations ou des évènements pénibles vécus pendant l’enfance peuvent infléchir défavorablement le statut social, souvent par le biais d’une formation écourtée ou d’une entrée précipitée dans la vie sexuelle (Mullner et Mazuy).

6Somme toute, ce sont à la fois des caractéristiques stigmatisées et des conditions de vie ou des comportements surdéterminés par ces caractéristiques qui détériorent les positions sociales et favorisent l’exposition aux violences. La domination par le statut social n’est pas toujours évidente a priori : les hébergeuses compatriotes des migrantes en Île-de-France « partagent les mêmes contraintes de genre et de race » (Stella), mais l’antériorité de leur présence et leur meilleure connaissance des ressources administratives du pays d’accueil leur permettent de demander, en contrepartie de l’hébergement, des services qui les aident à supporter leurs propres charges matérielles et de travail domestique. Pour elles, comme pour les hébergeurs expatriés des migrants subsahariens au Maroc (Delescluse), c’est la possession d’un « savoir-faire urbain et d’un réseau relationnel » (Bouasria, 2014, p. 14) qui fonde les rapports de domination. Ces rapports existent même lorsqu’une relation de dépendance de sens opposé semblerait propre à les empêcher, comme dans les familles d’accueil des enfants placés qui sont financièrement dépendantes de l’institution de protection. Et c’est là que l’approche qualitative est l’alliée indispensable de l’analyse quantitative, pas toujours apte à appréhender les mécanismes compliqués, embusqués derrière des faisceaux de variables relatives aux parcours de vie des agresseurs comme des victimes.

7Les rapports de domination n’exposent pas seulement aux violences ; ils en entravent la prise de conscience et la dénonciation par les victimes ; et en retour, les violences nourrissent les rapports de domination. Le sentiment d’être – du moins en partie – responsable des violences subies, de s’exposer à des situations périlleuses, de ne pas savoir se défendre, est fréquent dans le discours des victimes. C’est une sorte de justification de leur situation : « Je suis pas assez affirmée, j’ai pas assez confiance en moi », « Peut-être [que] je suis une perpétuelle soumise, une lâche, je me pose des questions sur mon comportement », disent par exemple des femmes polynésiennes victimes d’inceste dans leur jeunesse et de nombreuses violences conjugales par la suite (Hervouet). Quant aux personnes qui ont subi des violences graves dans leur enfance ou leur adolescence (les garçons victimes d’inceste, les enfants placés…), c’est l’intériorisation de leur subordination en termes d’âge ou de statut socio-économique, renforcée par l’institution familiale patriarcale, et aussi la crainte de ne pas être crues, qui les poussent à ne pas révéler les violences vécues et, par là-même, à entretenir leur fragilité en se privant d’éventuels soutiens.

8C’est ainsi que s’instaure le continuum des violences défini par Lise Kelly en 1988 comme la répétition des situations de violences (Kelly, 2019, en français). Cette répétition au sein d’une même sphère, celle de la vie conjugale en particulier (Mullner et Mazuy), est désormais bien connue et au cœur des préoccupations féministes et associatives. Mais la répétition peut se produire entre plusieurs sphères, notamment les sphères conjugale et professionnelle (Brown et al., 2003), ou entre la sphère privée et l’espace public : les migrantes subsahariennes au Maroc ou les hébergées LGB en Île-de-France, outre l’exploitation imposée en échange de logements très précaires, subissent des violences sexuelles dans l’espace public (Delescluse, Stella) ; Rémi, mineur fragilisé par les mauvais traitements paternels, est violé à plusieurs reprises dans le cadre d’activités sportives et subit des attouchements de son patron (Wicky). Le continuum peut se prolonger tout au long de l’existence, les conditions de vie dégradées et les violences subies dans l’enfance favorisant la survenue de tous les types d’agressions à l’âge adulte (Jaspard et al., 2003 ; Brown et al., 2020). Pour saisir et analyser ce continuum, Mullner et Mazuy insistent sur l’enjeu de la temporalité dans laquelle on saisit les violences parce que l’on a le plus souvent affaire à des « situations de violence » faites d’actes nombreux et différents, qui s’étalent dans le temps, et dont les conséquences multiples, psychologiques, sanitaires ou économiques, peuvent durer longtemps après la fin de l’exposition. Ce sont, par exemple, des femmes LGB, ayant quitté leur pays d’origine en raison des violences homophobes subies, qui craignent d’y être à nouveau confrontées bien après leur arrivée en Île-de-France (Stella). Toutefois, le continuum peut s’interrompre à la faveur d’un changement de vie heureux : l’enquête en Polynésie (non représentative mais portant sur 1 198 personnes) montre que la majorité des femmes victimes d’inceste ou de violences physiques familiales dans leur jeunesse ne sont pas confrontées à de nouvelles violences à l’âge adulte.

9Explorant les ressorts du continuum des violences au cours de la vie, Hervouet souligne que l’approche sociologique permet de dépasser les analyses psychologiques du cumul et de la répétition des violences « en termes de personnalités ou de dispositions individuelles » et de porter le regard sur le rôle des inégalités de ressources symboliques, matérielles ou relationnelles entre groupes sociaux. Le continuum apparaît également entretenu par l’élévation du seuil de tolérance avec l’expérience des violences (Hervouet), parfois jusqu’à la banalisation de certains actes subis après des agressions jugées plus graves (« Max a connu un climat de violence à son arrivée en foyer mais déclare ne pas en avoir souffert […après] deux années d’errance et de rue », Lacroix et al.) ou la minimisation de l’importance des faits survenus dans plusieurs sphères à la fois, ou encore la relativisation de leur propre situation au vu des violences observées dans leur entourage. Citons par exemple Vai (interviewée par Hervouet), qui a subi des violences sexuelles et physiques durant son enfance : « Comme tout le monde vivait la même chose, pour nous c'était une normalité. […] À part les violences de la famille, y'avait aussi les violences à l'école par les maîtresses qui nous frappaient. En fait, on est entouré que de ça et c'est pour ça [que] pour nous quelque part c'est une normalité. » C’est finalement la tolérance du groupe social à l’égard des violences qui nourrit leur banalisation, minimisation et relativisation à l’échelle individuelle.

10Si l’appareil législatif de lutte contre les violences s’est beaucoup développé en France depuis 20 ans2, et si des plans pluri-annuels interministériels destinés à fixer les objectifs et coordonner l’action des pouvoirs publics en matière de prévention et de soutien aux victimes ont été élaborés à partir de 20053, les institutions publiques – judiciaires, sociales, scolaires, etc. – et les pouvoirs politiques, qui ont brillé par leur absence dans les générations anciennes (Wicky, citant Martial), ont encore une efficacité très limitée dans la période actuelle. Il a fallu attendre les années 1970 et le travail acharné des organisations féministes pour que les violences intrafamiliales, notamment conjugales mais aussi contre les enfants, ne soient plus considérées comme des affaires strictement privées, et émergent de leur étouffement au sein de la famille patriarcale. Malgré la pression des organismes internationaux (conférence internationale de Beijing en 1995, convention d’Istanbul en 2011, ONU Femmes, Conseil de l’Europe, etc.) et la volonté affichée des gouvernements, les services sociaux et judiciaires manquent fortement de moyens humains et financiers4 pour répondre dans des délais acceptables aux besoins des victimes qui, de ce fait, considèrent souvent inutile de faire appel à leur soutien. La prévention des discriminations par l’éducation dès le plus jeune âge et, à un moindre degré, la formation des professionnels potentiellement en charge des publics exposés aux violences tardent à se généraliser. De plus, en définissant la population cible de leurs actions, les dispositifs publics tendent à rendre vulnérables aux discriminations et donc aux violences des groupes comme les enfants placés par l’aide sociale à l’enfance (ASE) (Lacroix et al.). Au final, comme le suggèrent ou l’expriment tous les articles de ce numéro, les institutions et les pouvoirs publics participent au continuum des violences, à leur perpétuation, en ne détectant pas ou ne reconnaissant pas les violences dénoncées, et en n’aidant pas suffisamment les victimes à sortir de ces cycles infernaux et à reconstruire leur intégrité psychique et physique.

11Les restrictions à la parole des victimes, souvent imposées par leur situation précaire ou le contexte social et institutionnel, participent aussi au maintien du continuum des violences. En premier lieu, pour dénoncer les violences subies, les victimes doivent « connaître leurs droits », être conscientes de l’anormalité de leur situation, et trouver les mots pour le dire. Or, le manque de représentations et de vocabulaire peut à lui-seul empêcher les enfants de qualifier les violences et expliquer leur silence (Trachman, 2018 ; exemple de Bastien, in Wicky). De plus, dans des contextes socio-économiques défavorisés, tels que celui décrit par Vai (supra), ou par Florence (in Mullner et Mazuy), le caractère délictuel des actes subis est brouillé par leur fréquence envers soi-même ou autour de soi. Les récits d’expériences vécues dans l’enfance (Bernard, in Wicky) pointent que, même si l’agression est reconnue, son horreur fait « qu’y a pas de mots pour dire ça ». Ensuite, pour parler, les victimes doivent trouver des interlocuteurs de confiance, ce qui nécessite de ne pas être ou se sentir isolé ; or elles déplorent l’impossibilité de communication au sein de la famille, notamment sur les sujets de sexualité (Florian, in Wicky), ou l’isolement organisé et entretenu par les conjoints violents (Jaspard et al., 2003 ; Brown et al., 2020), ou encore la rareté des contacts entre les enfants placés et l’institution de l’ASE (Lacroix et al.). De même, la crainte de ne pas être cru·e renvoie à la mise en doute de la parole des enfants, qui constitue un obstacle majeur à la lutte contre des violences instaurant depuis le plus jeune âge une vulnérabilité de long terme. Le dévoilement des violences incestueuses, les plus taboues, est également freiné par la dépendance économique vis-à-vis de la famille et de l’auteur en particulier (Hervouet ; Le Caisne, 2017) ; toutefois, la multiplicité des faits favorise ce dévoilement (Scodellaro, in Brown et al., 2020). Dans les familles patriarcales, le rapport de domination par le statut social, résultant à la fois de la différence de genre et d’âge, impose le silence même en l’absence de dépendance économique, entre oncle et neveu/nièce, entre cousins par exemple, ou à propos d’actes perpétrés par des tiers amis ou des personnes envers lesquelles existe une volonté familiale de révérence. Et la révélation des violences endurées peut conduire à un isolement encore plus grand au sein de la famille et de l’entourage. Les pratiques de silenciation, analysées par Patricia Romito (2006) et Kristie Dotson (2011), se retrouvent ici chez les garçons ayant subi des violences sexuelles infligées par les hommes plus âgés de la famille ou de son entourage (cas de Bernard, agressé par un prêtre ami de son père, in Wicky), ou chez les migrants noirs que les autorités consulaires de leur pays et les institutions du pays d’accueil (le Maroc) ne protègent pas par une reconnaissance officielle des violences auxquelles ils sont confrontés (Delescluse).

12Contre les violences, les victimes opposent elles-mêmes des stratégies de protection en taisant leur homosexualité, en évitant les lieux ou les moments dangereux pour les femmes (Condon et al., 2005) et aussi pour les migrants, voire en choisissant de se soumettre à une agression pour en éviter une autre plus grave (supporter un viol plutôt qu’une violence physique qui peut aller jusqu’au meurtre, in Delescluse) : autant de stratégies coûteuses en termes de liberté et de maintien de l’intégrité. En outre, les lacunes de l’éducation à la sexualité et à la notion de consentement, l’ignorance des ressources administratives et sociales (du pays d’accueil pour les migrants), les interactions difficiles avec les professionnel·le·s, dont les enjeux et les attentes ne sont pas toujours compris, sont autant d’entraves à la révélation des violences et à la reconstruction des victimes. Cependant, la rencontre de personnes bienveillantes qui qualifient les violences et apportent soutien moral et/ou matériel (Mullner et Mazuy), l’aide psychologique et concrète des associations de soutien aux victimes – aide au logement, orientation vers des structures de protection et de soin –, l’amélioration du statut social, notamment par l’emploi pour les jeunes en fin de prise en charge par l’ASE, à qui il procure une « disponibilité mentale et matérielle » (Lacroix et al.), mais aussi pour les femmes confrontées aux violences conjugales et pour les migrants, sont des facteurs de résilience qui permettent à une part des personnes vulnérabilisées de reprendre confiance en elles, de lutter contre les rapports de domination et de briser le continuum des violences. Autrement dit, la résilience n’est pas « culturelle », comme le souligne Hervouet, dénonçant un stéréotype attaché aux Polynésiennes. Force est donc de constater que les soutiens sont la plupart du temps des proches (famille, amis, collègues) et parfois des professionnels de santé (Mullner et Mazuy) ; par conséquent, le retour à une situation plus sereine est d’autant plus difficile que les proches ne veulent pas apporter leur soutien, ce qui est fréquent dans le cas des enfants dont la parole est mise en doute, ou que les proches vivent au loin, en particulier pour les migrants (Delescluse).

13Quelques préconisations pour limiter, sinon éliminer, l’engrenage entre vulnérabilités et violences émanent des six articles de ce numéro. En raison des liens de réciprocité entre violences de toutes natures et santé, il est nécessaire de renforcer la formation et l’action des professionnels de santé, qui sont déjà des interlocuteurs privilégiés hors de l’entourage des confidents, afin de limiter les surrisques d’exposition liés à un état de santé déficient (ou un handicap) et de procurer aux victimes les ressources psychiques et physiques nécessaires au dépassement de leur situation. Plus généralement, il faut développer la formation de tous les professionnels ayant à connaître des violences, police, gendarmerie, justice, services sociaux, assurer un accueil bienveillant des plaignant·es et bannir l’absence de condamnation, voire la protection, des agresseurs. Les institutions sociales et politiques devraient assurer aux personnes les plus fragiles (les femmes en rupture conjugale, les enfants placés, les migrants en situation précaire) des moyens économiques suffisants pour échapper à l’emprise d’un conjoint violent, d’exploiteurs dans les familles d’accueil ou lors de l’hébergement. La société doit lutter contre la dégradation des corps (pouvant aller jusqu’à la mort) des « sans abri », migrants ou non, et « l’instrumentalisation de la sexualité à des fins d’intégration sociale » (Lévy et Lieber, 2009) ; l’État doit veiller à combattre par l’éducation et éliminer toutes les formes de discriminations fondées sur le genre, l’âge, la sexualité ou l’appartenance raciale ou religieuse.

Haut de page

Bibliographie

Bouasria L. (dir.) (2014), « Mobilités féminines autonomes nationales et transnationales : de la métropole casablancaise aux villes-monde », rapport pour l’Association marocaine d’études et de recherches sur les migrations (AMERM).

Brown E., Debauche A., Hamel C. et Mazuy M. (dir.) (2020), Violences et rapports de genre. Enquête sur les violences de genre en France, Paris, Ined éditions, coll. « Grandes enquêtes ».

Condon S., Lieber M. et Maillochon F. (2005), « Insécurité dans les espaces publics : comprendre les peurs féminines », Revue française de sociologie, vol. 46, n° 2, p. 265‑294.

Dotson K. (2011), « Tracking Epistemic Violence, Tracking Practices of Silencing », Hypatia, vol. 26, n° 2, p. 236‑257.

Jaspard M., Brown E., Condon S., Fougeyrollas-Schwebel D., Houel A., Lhomond B. et Maillochon F. (2003), Les violences envers les femmes en France : une enquête nationale, Paris, La Documentation française, coll « Droits des femmes ».

Kelly L. et Tillous M. (2019 ; 1989), « Le continuum de la violence sexuelle », Cahiers du genre, n° 66, p. 17‑36.

Le Caisne L. (2016), « Quand l’inceste va sans dire », Sociétés et représentations, n° 42, p. 111‑126.

Lévy F. et Lieber M. (2009), « La sexualité comme ressource migratoire. Les Chinoises du Nord à Paris », Revue française de sociologie, vol. 50, n° 4, p. 719‑746.

Romito P. (2006), Un silence de mortes. La violence masculine occultée, traduit de l’italien par Jacqueline Julien, Paris, Syllepse, coll. « Nouvelles questions féministes ».

Scodellaro C. (2020), « Violence et santé : le poids du genre ? », in Brown E., Debauche A., Hamel C. et Mazuy M. (dir.), Violences et rapports de genre, Paris, Ined éditions, coll. « Grandes enquêtes », p. 443‑483.

Soulet M.-H. (2005), « La vulnérabilité comme catégorie de l’action publique », Pensée plurielle, n° 10, p. 49.

Trachman M. (2018), « L’ordinaire de la violence. Un cas d’atteinte sexuelle sur mineure en milieu artistique », Travail, genre et sociétés, n° 40, p. 131‑150.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit de l’enquête Virage (op. cit.) pour l’article de Pauline Mullner et Magali Mazuy et pour celui de Lucie Wicky, et de l’enquête ELAP (« Étude longitudinale sur l’accès à l’autonomie des jeunes en protection de l’enfance », Ined, 2013-2019) pour l’article d’Isabelle Lacroix et al.

2 Pour les évolutions récentes, voir : https://arretonslesviolences.gouv.fr/l-etat-vous-protege/politique/-de-lutte-contre-les-violences-faites-au-femmes.

3 Concernant les violences faites aux femmes, six plans : 2005-2007, 2008-2010, 2011-2013, 2014-2016, 2017-2019 et 2020-2023. Concernant les violences faites aux enfants, le premier plan est présenté en 2019 par Adrien Taquet, secrétaire d’État chargé de l’enfance et des familles, et couvre la période 2020-2022. Le 30 janvier 2023 est présenté le plan national contre le racisme, l’antisémitisme et les discriminations liées à l’origine.

4 Par exemple, le manque de places d’hébergement institutionnel entretient la vulnérabilité résidentielle des exilé·e·s LGB ou l’exposition aux agressions conjugales des femmes qui n’ont pas les moyens financiers de quitter le domicile commun avec leur conjoint violent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elizabeth Brown et Claire Scodellaro, « Introduction. Les violences envers les populations vulnérables : des réciprocités complexes »Populations vulnérables [En ligne], 9 | 2023, mis en ligne le 12 juillet 2023, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/popvuln/4327 ; DOI : https://doi.org/10.4000/popvuln.4327

Haut de page

Auteurs

Elizabeth Brown

Retraitée de l’enseignement supérieur et de la recherche
Maîtresse de conférence en démographie
Université Paris 1 Panthéon Sorbonne et Institut National d'études démographiques
lizbrown[at]orange.fr

Claire Scodellaro

Maîtresse de conférences en sociologie, démographie
Centre de recherche de l’Institut de démographie de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CRIDUP-EA 134
Claire.Scodellaro[at]univ-paris1.fr
IdHAL : claire-scodellaro

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search