Navigation – Plan du site

AccueilNuméros7L’accession à la propriété après ...

L’accession à la propriété après les séparations : pourquoi un tel écart entre hommes et femmes ?

Homeownership after marital separation: why is there such a gap between men and women?
Laure Crepin

Résumés

À partir de l’enquête SRCV (Statistiques sur les Ressources et les Conditions de Vie), cet article se propose de décrire comment les séparations conjugales viennent renforcer les inégalités d’accession à la propriété entre hommes et femmes. Avant la rupture, les femmes ont des carrières moins rémunératrices que leur conjoint. Ces inégalités se creusent après la séparation, d’autant plus que les femmes ont davantage la garde des enfants. Elles ont donc des niveaux de vie plus faibles et des situations professionnelles plus précaires, leur permettant moins souvent de rester propriétaires. Par ailleurs, à caractéristiques égales, les hommes font davantage le choix de la propriété que les femmes, notamment lorsqu’ils sont pères, venant confirmer que les « choix résidentiels » sont genrés.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

  • 1 Si la propriété est totalement remboursée, l’un·e des ex-conjoint·es doit rembourser la moitié du l (...)

1En 2013, en France, près de 58 % des ménages français sont propriétaires de leur logement (ENL 2013). Signe de stabilité conjugale et d’engagement familial (Bourdieu et Saint-Martin, 1990), les trois quarts de ces logements sont possédés en couple, le plus souvent à parts égales (Gollac, 2018). Lors des ruptures conjugales, la propriété du logement devient alors un enjeu de négociations, avec des conséquences résidentielles et patrimoniales importantes1 : 34 % des propriétaires en couple perdent ce statut à l’occasion d’une séparation (ENL 2013). Or, les désunions constituent un phénomène fréquent. En France, chaque année, environ 425 000 couples se séparent (Costemalle, 2017).

  • 2 Ce statut n’est pas en soi un statut plus valorisé que les autres mais dans le contexte institution (...)

2Dans la population globale, la perte du statut de propriétaire est un événement marginal. Seuls 3,8 % des propriétaires en 2009 ne le sont plus en 2013. Mais les séparations contribuent largement à ce phénomène : 41,9 % des ménages ayant perdu récemment le statut de propriétaires l’ont quitté à la suite d’une séparation (ENL 2013). Or, devenir et rester propriétaire est crucial car la propriété a été construite, notamment par les politiques publiques depuis les années 1970 via l’encouragement aux crédits immobiliers, comme le statut d’occupation valorisé2 (Bourdieu, 2000 ; Bugeja-Bloch, 2013). Elle constitue dans un contexte d’affaiblissement des mécanismes de protection sociale, d’individualisation et de « repatrimonialisation des modes de protection » (Chauvel, 2016), une assurance contre les nouveaux risques sociaux (vieillesse, précarisation de l’emploi, etc.) (Abdelnour et Lambert, 2014), et une protection statutaire pour les classes moyennes (Cusin, 2012). L’augmentation des inégalités s’explique d’ailleurs de plus en plus par l’inégale répartition du patrimoine (Piketty, 2013).

  • 3 Nous ne traitons, par défaut, que de la question des unions hétérosexuelles, les unions homosexuell (...)

3Or, après une séparation conjugale3, les femmes sont beaucoup moins propriétaires que les hommes en France (Durier, 2017 ; Ferrari et al., 2019), comme ailleurs en Europe (Feijten, 2005 ; Kulu et Mikulai, 2018 ; Andress et Hummelsheim, 2009). La séparation aggrave les inégalités de patrimoine entre hommes et femmes, inégalités déjà existantes dans la population générale (Gollac, 2017 ; Bonnet et al., 2014), et croissantes, malgré la baisse des inégalités professionnelles entre hommes et femmes (Frémeaux et Leturcq, 2018). Les successions et les séparations constituent dès lors deux moments particulièrement visibles de la construction de ces inégalités de genre et de leur renforcement (Bessière et Gollac, 2020).

4Si la littérature sur la question a bien identifié l’existence d’inégalités genrées d’accès à la propriété au moment de la séparation, les mécanismes les générant sont moins connus. Le rôle de l’institution judiciaire (Collectif Onze, 2013) et des métiers du droit (Bessière et Gollac, 2020) a par exemple été mis en avant. Mais dans d’autres travaux (par exemple Ferrari et al., 2019), la propriété est souvent traitée de manière annexe via la question de la garde des enfants ou du logement conjugal. Or, par ses dimensions statutaires, patrimoniales, économiques, celle-ci participe à renforcer les inégalités entre les hommes et les femmes, ces dernières s’appauvrissant davantage en termes de revenus avec la séparation (Vanderschelden, 2014).

5Nous identifions un double mouvement participant au renforcement d’inégalités genrées d’accession à la propriété lors de la séparation. D’une part, les trajectoires professionnelles genrées, souvent liées à des contraintes familiales avant la séparation, participent à expliquer les différences de propriété entre hommes et femmes. D’autre part, à conditions de vie similaires, les choix résidentiels diffèrent : les hommes sont plus enclins à devenir ou à rester propriétaires après une séparation.

  • 4 Du fait des effectifs annuels de séparé·es restreints nous n’avons pas pu repérer d’effet de la cri (...)
  • 5 Les enquêtes longitudinales sont soumises au risque d’attrition. La situation de séparation conjuga (...)
  • 6 Dans l’enquête SRCV, les couples mariés, plus âgés en moyenne, sont davantage propriétaires que les (...)

6Pour cela, nous exploitons les vagues de 2004 à 20144 de l’enquête « Statistiques sur les ressources et les conditions de vie » (SRCV)5, volet concernant la France métropolitaine de l’enquête européenne EU-SILC. Cette enquête individuelle et longitudinale permet de suivre la trajectoire de 940 individus séparés d’une union cohabitante, quel que soit son statut légal6, un an avant la séparation, et deux ans après. Ce laps de temps permet de comparer des situations résidentielles stabilisées. Nous exploitons occasionnellement l’Enquête nationale logement 2013 (ENL 2013), réalisée par l’INSEE, pour des statistiques complémentaires.

II. Des inégalités d’accession à la propriété liées aux trajectoires professionnelles et familiales genrées

1) Des inégalités genrées d’accession à la propriété après une séparation

7Derrière la question de la propriété se cachent deux réalités différentes. Les propriétaires endetté·es, ou accédant·es à la propriété (20,1 % des ménages français en 2013) remboursent des crédits immobiliers. L’accès ou non au crédit, ainsi que le taux d’intérêt dépendent des caractéristiques du ménage, du statut d’emploi et du montant des revenus, même si l’accès au crédit a été facilité au cours des années 2000 (Lambert, 2015). Les propriétaires non endetté·es, ou propriétaires non accédant·es (37,7 % des ménages), en moyenne plus âgé·es, possèdent pleinement leur bien.

  • 7 28,5 % sont locataires privés avant une séparation, 18,6 % sont locataires sociaux et 4,9 % sont lo (...)

8Or, l’âge de la séparation est aussi l’âge de l’accession à la propriété endettée. Les séparations conjugales, tout comme les décisions d’achat immobilier, ont très majoritairement lieu entre 30 et 50 ans. Il est donc logique que de nombreux·ses séparé·es soient propriétaires endetté·es avant la séparation : c’est le cas de 34,5 % des séparé·es, quand 13,5 % sont propriétaires non endetté·es7. Cependant, les trajectoires des propriétaires endetté·es et non endetté·es diffèrent après une séparation.

Figure 1. Trajectoires des propriétaires endetté·es et non endetté·es en fonction du sexe

Figure 1. Trajectoires des propriétaires endetté·es et non endetté·es en fonction du sexe

Champ : les propriétaires avant la séparation
Note de lecture : 66,5 % des hommes propriétaires endettés avant la séparation sont propriétaires de l’ancien logement conjugal après la séparation
PNE signifie propriétaire non endetté·e

  • 8 Contrairement à SRCV, ENL 2013 permet de connaître le nombre de déménagements. Il s’agit néanmoins (...)

Source : Enquête nationale logement 2013 (INSEE)8

  • 9 Les individus locataires en couple devenant propriétaires après une séparation sont rares : seuls 5 (...)

9Pour les propriétaires non endetté·es en couple, il n’existe pas de différence significative entre les trajectoires résidentielles des hommes et des femmes après une rupture. En revanche, concernant les propriétaires endetté·es avant la séparation, les trajectoires des hommes et des femmes sont significativement différentes : les femmes déménagent plus, et restent moins propriétaires. Elles sont aussi plus fréquemment propriétaires d’un autre bien après la séparation, du fait de leur plus grande mobilité. C’est pourquoi nous nous intéressons aux trajectoires d’accession à la propriété (c’est-à-dire de propriétaires endetté·es) dans le cadre de cet article9.

10La présence d’un crédit immobilier aggrave en effet les inégalités de genre, alors que la propriété non endettée permet les arrangements entre ex-conjoint·es sans intervention des banques, avec généralement un patrimoine plus important puisque le bien est remboursé. Ces inégalités d’accès au crédit immobilier s’appuient sur des inégalités dans la sphère domestique et professionnelle, qui s’accentuent avec l’entrée dans la parentalité.

2) Des difficultés professionnelles liées aux arbitrages conjugaux pour les femmes

11Les couples propriétaires endettés avant la séparation arbitrent avec l’arrivée d’enfants en faveur de la baisse de l’activité des femmes, celles-ci étant pénalisées sur le marché du travail, malgré leur niveau de diplôme (Meurs et al., 2011).

12Le tableau ci-dessous décrit les configurations professionnelles (Pochic, 2003) de couples propriétaires endettés avant leur séparation. Elles illustrent la place des hommes et des femmes dans les arbitrages professionnels réalisés par les couples.

Tableau 1. Configuration professionnelle des couples propriétaires endettés (% en colonnes)

  • 10 Les catégories socioprofessionnelles ont été recodées selon le schéma proposé par T. Amossé (2019).

 

Femmes

Hommes

Ensemble

Situation professionnelle

Deux actif·ves occupé·es

82,2

78,6

80,6

En emploi avec conjoint·e au chômage ou inactif·ve

3,1

15

8,7

Inactif ou chômage avec conjoint·e en emploi

14,7

6,9

11,2

Total

100

100

100

Professions et catégories socioprofessionnelles (PCS)

Cadres avec cadres

7,5

6,5

7,1

Professions intermédiaires et petit·es indépendant·es ensemble

24,3

15,4

20,4

Ouvrier·ères et Employé·es ensemble

31,6

31,0

31,3

Conjoint·e avec une PCS inférieure10

14,6

34,6

23,2

Conjoint·e avec une PCS supérieure

22,1

12,6

18,0

Total

100

100

100

Champ : les couples propriétaires endettés avant la séparation (N=312)
Note de lecture : 22,1 % des femmes propriétaires endettées en couple avaient une catégorie socioprofessionnelle de statut inférieur à celle de leur conjoint

Source : SRCV (2004-2015)

  • 11 L’hypergamie correspond à une situation de couple avec un conjoint d’une catégorie socioprofessionn (...)

13Ce tableau souligne les dépendances économiques des femmes envers les hommes au sein des couples propriétaires endettés : dans 15 % des cas, ces couples sont composés de femmes inactives ou au chômage, alors que les hommes sont en emploi. La réciproque est beaucoup moins fréquente. Les femmes sont également bien plus fréquemment en couple hypergame qu’hypogame, contrairement aux hommes : 22,1 % des femmes propriétaires endettées en couple vivent avec un conjoint dont la PCS est supérieure, contre 12,6 % des hommes11. Comment l’expliquer ? Les couples accédants à la propriété sont plus souvent mariés (Sarna, 1985) et plus fréquemment parents que les autres couples (82 % des couples accédants à la propriété ont des enfants au moment de la séparation). Or, ces signes d’engagement familial incitent à la spécialisation domestique des femmes (Meurs et al., 2011) : c’est à l’arrivée des enfants que l’écart salarial entre hommes et femmes augmente du fait de discriminations dans la sphère professionnelle et d’une baisse de l’activité, les femmes s’engageant toujours plus que les hommes dans le travail parental quotidien (Blöss, 2016). Au contraire, la présence d’enfant a un effet bénéfique sur la trajectoire professionnelle masculine : les hommes sont plus susceptibles de connaître des promotions avec la paternité (Andress et Hummelsheim, 2009). Pourtant, les femmes sont en moyenne plus diplômées que les hommes, mais ces diplômes sont moins convertis en professions valorisées (Vallot, 2019).

  • 12 Les travaux de C. Martin (1997) soulignent néanmoins la diversité des situations des ménages monopa (...)

14Avant la séparation, les femmes cumulent donc les difficultés professionnelles liées aux arbitrages effectués en couple. Au moment de la séparation, elles ont non seulement des situations professionnelles plus précaires, mais aussi en grande majorité la garde des enfants du couple12, comme le montre le tableau 2.

Tableau 2. Caractéristiques des propriétaires endettés avant la séparation deux ans après la séparation (% en colonnes)

 

Femmes

Hommes

Ensemble

Situation d’emploi deux ans après la séparation

CDI temps plein

44,8

64,5

53,4

CDI temps partiel

14,4

1,7

8,9

Indépendant, chef d’entreprise

10,9

9,9

10,5

Chômeur

5,9

8,9

7,2

Emploi aidé, CDD, intérim

15,4

14,1

14,8

Inactif

8,6

0,8

5,2

Total

100

100

100

Type de ménage deux ans après la séparation

Couple avec enfant(s)

17,5

15,2

16,5

Couple sans enfant(s) ou enfant(s) hors domicile

6

7,9

6,9

Ménage monoparental

57,2

27,2

44

Personne seule avec enfant(s) hors domicile

7,5

25,1

15,2

Personne seule sans enfant(s)

11,8

24,7

17,4

Total

100

100

100

Niveau de vie deux ans après la séparation

Niveau de vie après la séparation (euros/unité de consommation et par mois)

1680

1860

1760

Évolution du niveau de vie

-13 %

-2 %

-8 %

  • 13 Les propriétaires non endetté·es sont bien plus âgé·es. Environ un tiers (31,8 %) sont retraité·es, (...)

Champ : les propriétaires endetté·es avant la séparation (N=312)13
Note de lecture : 44,8 % des femmes propriétaires endettées en couple occupent un emploi en CDI à temps plein deux ans après la séparation

Source : SRCV (2004 – 2015)

  • 14 En France, en 2012, la résidence alternée concerne 17 % des décisions de justice relatives à l’étab (...)
  • 15 Le niveau de vie correspond au revenu disponible (y compris les pensions alimentaires), divisé par (...)

15Après la séparation, les hommes occupent encore davantage que les femmes des emplois en CDI à temps plein. Pourtant, leur situation professionnelle se dégrade avec la rupture : avant celle-ci, 73,9 % des hommes ont un CDI à temps plein, contre 64,5 % après la séparation. La désunion provoque effectivement une déstabilisation professionnelle pour certains hommes sans conjointe devant assurer la bonne marche de l’économie domestique (Andress et Hummelsheim, 2009). Inversement, les femmes retournent à l’emploi après cet événement. Néanmoins, elles ont souvent des enfants à charge, ce qui constitue un frein à la reprise du travail (Bonnet et al., 2009). L’année suivant la rupture conjugale, 71 % des enfants sont gardés par leur mère, malgré une très forte progression de la garde alternée depuis les années 200014 (Guillaunneau et Moreau, 2013). Le niveau de vie15 des femmes propriétaires endettées en couple baisse alors de 13 %, bien plus que celui des hommes, baisse du niveau de vie qui ne peut être compensée par le montant des pensions alimentaires versées aux mères, généralement insuffisant (Collectif Onze, 2013).

3) Des caractéristiques féminines entraînant la perte du statut de propriétaire

  • 16 Il aurait été plus satisfaisant de présenter des proportions différenciées pour les hommes et les f (...)

16Les femmes ont des situations économiques défavorables par rapport aux hommes après la séparation. Plus souvent à la tête de familles monoparentales, elles sont moins en CDI à temps plein, et occupent moins souvent des positions de cadres que les hommes. Or, la figure 2 éclaire à quel point ces caractéristiques féminines sont corrélées à la perte du statut de propriétaire16. Les arbitrages professionnels et familiaux effectués pendant la mise en couple expliquent ainsi, en partie, les difficultés résidentielles des femmes après les séparations.

Figure 2. Part des propriétaires endetté·es en couple perdant le statut de propriétaire après la séparation, en fonction de caractéristiques professionnelles

Figure 2. Part des propriétaires endetté·es en couple perdant le statut de propriétaire après la séparation, en fonction de caractéristiques professionnelles
  • 17 31,9 % des hommes ont quitté le statut de propriétaire. C’est le cas de 49,7 % des femmes. La p-val (...)

Champ : les propriétaires endetté.es avant la séparation (N=312)17
Note de lecture : 18,2 % des ouvrier·ères propriétaires endetté·es avant la séparation ont perdu le statut de propriétaire au moment de la séparation

Source : SRCV (2004-2015)

17Les séparé·es en situation de dépendance économique (situation d’hypergamie, ou absence d’emploi contrairement à l’ex-conjoint·e) quittent plus souvent le statut de propriétaire. Par exemple, 47,2 % des individus au chômage ou inactifs quand le conjoint·e a un emploi perdent ce statut au moment de la séparation, alors que c’est le cas de 20,3 % des séparé·es dans la situation symétrique (en emploi, avec conjoint·e inactif·ve ou au chômage). De plus, la garde des enfants ne protège pas les propriétaires endetté·es en couple de la perte de leur statut résidentiel, bien au contraire : 40,9 % des ménages monoparentaux abandonnent le statut de propriétaire avec la séparation.

  • 18 Après la séparation, les cadres sont majoritairement propriétaires endetté·es dans des unités urbai (...)

18Au sein des classes populaires, les trajectoires résidentielles sont genrées à l’issue des désunions. 45,9 % des employé·es (catégorie à 86,2 % féminine), et 60,1 % des inactif·ves propriétaires endetté·es en couple (93,6 % de femmes) n’ont plus le statut de propriétaire au moment de la rupture, contre 18,2 % seulement des ouvrier·ères (population en grande majorité masculine : 78,2 % d’hommes). Employé·es et ouvrier·ères ont pourtant des niveaux de vie d’environ 1 500 euros/unité de consommation/mois. Peut-être est-ce lié au fait que les femmes employées sont plus fréquemment en couple hypergame que les hommes ouvriers. Les ouvriers bénéficient également davantage d’un CDI à temps plein après la séparation (70 % des ouvriers), alors que c’est le cas de seulement 50 % des employées. Enfin, ils bénéficient généralement de compétences techniques et de relations professionnelles leur permettant de rester propriétaires d’une maison à moindre coût, située dans une zone périphérique18, et dont ils tirent des avantages statutaires (Cartier et al., 2008 ; Lambert, 2015).

19Ces contraintes professionnelles féminines contribuent grandement à expliquer l’écart de propriété entre hommes et femmes après une désunion, indépendamment des aspirations résidentielles éventuellement genrées à situation sociale équivalente. Pour estimer, toutes choses égales par ailleurs, l’influence des variables professionnelles sur la probabilité d’être propriétaire après une rupture conjugale, une régression a été réalisée (cf. Annexe). Celle-ci estime la probabilité d’être propriétaire deux ans après une séparation, en prenant en compte le sexe, mais aussi des variables professionnelles, résidentielles et familiales. Le contrôle par le sexe permet en effet d’éliminer le biais induit par les choix résidentiels genrés (cf. III). Les carrières moins rémunératrices, ainsi que les arbitrages en faveur de la carrière d’un·e des conjoint.es, influent sur la probabilité d’être propriétaire, à caractéristiques équivalentes. Les séparé·es en situation d’hypergamie ont 5 fois moins de chances d’être propriétaires après une désunion, toutes choses égales par ailleurs, par rapport aux couples où les deux conjoint·es sont cadres ou chefs d’entreprise. Être propriétaire après la séparation est également fortement lié au niveau de vie (cf. note 15). Les individus du premier quartile de niveau de vie ont 4,7 fois moins de chances, toutes choses égales par ailleurs, d’être propriétaire après une rupture, par rapport au dernier quartile. Or, le premier quartile est féminin à plus de 70 %. Ce sont donc les séparé·es dont la situation professionnelle est inférieure à celle de leur ex-conjoint·e, et qui ont les niveaux de vie les plus faibles post-rupture, qui ont le moins de chances d’être propriétaires, trajectoires professionnelles en grande majorité féminines.

20Les résultats montrent la nécessité de lier les trajectoires familiales et professionnelles pour expliquer les inégalités genrées d’accès à la propriété après les séparations. L’entrelacement et l’accumulation de caractéristiques féminines désavantagent surtout un certain profil de femmes : les mères de ménage monoparental, celles de classes populaires, celles qui avaient pu accéder à la propriété grâce à la situation de leur conjoint. Toutefois, ce « cumul des inégalités » se double de choix genrés pour les hommes en faveur de la propriété.

III. Des inégalités renforcées via des choix résidentiels genrés

1) Des choix résidentiels différents à niveau de vie similaire

21L’approche sociologique des « choix résidentiels » (Grafmeyer, 2010) étudie les marges de manœuvres individuelles, inégales en fonction des ressources sociales et des contraintes des marchés immobiliers et inscrites dans le temps long. La socialisation antérieure participe alors à façonner les préférences résidentielles au sein d’un univers des possibles plus ou moins contraint. Or, hommes et femmes n’ont pas les mêmes aspirations résidentielles. Dès l’après-guerre, des travaux montraient que les hommes valorisaient davantage la maison individuelle, en propriété, hors des grands centres urbains, alors que les femmes privilégiaient la centralité au statut de propriétaire (Bonvalet et INED, 2019). Ces clivages sont toujours d’actualité d’après la dernière Enquête Logement (2013). Les situations de séparations conjugales révèlent ces choix résidentiels genrés : à caractéristiques équivalentes, les hommes optent plus souvent après la séparation pour la propriété endettée que les femmes (Figure 3).

Figure 3. Taux de propriété endettée après la séparation des hommes et des femmes en fonction de caractéristiques professionnelles et économiques

Figure 3. Taux de propriété endettée après la séparation des hommes et des femmes en fonction de caractéristiques professionnelles et économiques
  • 19 L’évolution du niveau de vie correspond au taux de croissance du niveau de vie, entre un an avant l (...)

Champ : les séparé·e·s (N=940)
Note de lecture : 20,7 % des hommes au chômage sont propriétaires endettés après la séparation
Note : sont représentés ici (dans l’ordre) le statut de l’emploi deux ans après la séparation, les évolutions de niveau de vie et le quartile de niveau de vie deux ans après la séparation19
*différence significative entre hommes et femmes au seuil de 5 %

Source : SRCV (2004-2015)

22On note une plus grande disparité entre hommes et femmes parmi les moins aisé·es et pour celles et ceux dont les revenus diminuent le plus : 31,5 % des hommes qui ont vécu, au moment de la séparation, une contraction importante de leur niveau de vie sont propriétaires endettés, contre 15,9 % des femmes dans la même situation. La propriété peut en effet compenser une position sociale fragilisée par une déstabilisation professionnelle ou une baisse de revenus (Vignal, 2013). À type d’emploi similaire, les femmes font aussi moins le choix de la propriété endettée que les hommes. Par exemple, 37,6 % des hommes qui occupent un emploi en CDI à temps plein sont propriétaires endettés, contre 14,4 % des femmes dans la même situation. C’est seulement parmi les plus aisés (le dernier quartile), que les hommes et les femmes sont propriétaires endettés dans les mêmes proportions.

  • 20 Cette population recoupe en partie la population des plus modestes après la séparation.

23Les écarts d’accession à la propriété entre les hommes et les femmes concernent donc surtout les classes populaires, ou moyenne, les individus dont les revenus sont les plus faibles, et celles et ceux pour lesquels le revenu baisse le plus du fait de la séparation20, et non les hommes et femmes les plus aisé·es. Si les contraintes professionnelles et financières expliquent, en partie, la moindre propension des femmes à être propriétaires, ainsi que les préférences genrées pour ce statut, d’autres caractéristiques viennent accentuer ces disparités.

2) Des différences genrées accrues par la présence d’enfants

  • 21 Les séparations avec enfant(s) à moins de 30 ans concernent les classes populaires, ce qui s’expliq (...)
  • 22 Il est de plus impossible de distinguer le mode de garde des enfants (garde simple ou garde alterné (...)
  • 23 L’enquête SRCV ne permet pas de connaître l’âge des enfants hors domicile, ni les raisons pour lesq (...)
  • 24 Il est impossible de distinguer le mode de garde des enfants (garde simple ou garde alternée) avec (...)

24Si les hommes sont plus propriétaires que les femmes, cette situation se renforce encore avec la présence d’enfants. Cela concerne surtout les moins de 50 ans21. À partir de cet âge, la plupart des enfants ont quitté le domicile parental : 71 % des séparés de 50 à 60 ans ont des enfants vivant hors du domicile, contre 35,4 % des 40-50 ans. Le tableau 3 se concentre donc sur les moins de 50 ans ayant des enfants, pour que la configuration d’enfants « hors domicile »22 concerne les questions de garde après les séparations (et non des enfants étudiant·es ou jeunes actif·ves)23. Cette population a en moyenne 2,04 enfants et compte 57,9 % de ménages monoparentaux24, 15,6 % de personnes seules ayant des enfants hors domicile, le reste se composant de personnes remises en couples.

Tableau 3. Taux de propriété des hommes et des femmes deux ans après une séparation en fonction de caractéristiques familiales

  • 25 Nous avons choisi cet intervalle de 25-50 ans pour comparer les personnes avec enfant(s) à celles n (...)
  • 26 La proportion de femmes dans cette situation est trop peu importante pour que les données soient ut (...)

 

Ménage monoparental (- de 50 ans)

Seul·e avec enfants Hors domicile (- de 50 ans)

25-50 ans sans enfant25

 

H

F

H26

H

F

Taux de propriétaires endetté·es

50,9 %

20,4 %

32, 9 %

28,5 %

18,7 %

Taux de propriété (endettée et non endettée comprises)

55,8 %

21,5 %

33,8 %

31,8 %

22,4 %

Champ : deux premières colonnes : les séparé·es de moins de 50 ans au moment de la séparation, ayant un ou des enfants (N=513 ; 54,4 % de la population des séparé·es). Troisième colonne : les 25-50 ans sans enfant (N=189)
Note de lecture : 50,9 % des hommes à la tête de ménages monoparentaux sont propriétaires endettés

Source : SRCV (2004-2015)

25Les femmes à la tête de ménages monoparentaux sont souvent locataires privées (40,4 %) et locataires sociales (30,7 %). Ce n’est pas le cas des pères, fréquemment propriétaires endettés, surtout lorsqu’ils vivent avec leurs enfants. L’acquisition d’un pavillon est généralement une prérogative masculine, notamment dans les milieux populaires (Lambert, 2015). Signe d’engagement familial au sein du couple et de respectabilité, les pères semblent poursuivre ce choix après la séparation.

26Cependant, les hommes qui demandent la garde sont majoritairement issus de classes moyennes ou supérieures (Collectif Onze, 2013). Ils ont un niveau de vie d’environ 1 500 euros par mois, contre 1 300 euros par mois pour les mères vivant seules. Pour vérifier si les différences entre les hommes et les femmes sont dues à des effets de structure, ou à des arbitrages opposés toutes choses égales par ailleurs, nous utilisons la régression logistique présentée en annexe. Celle-ci montre que les variables professionnelles et de situation économique ne permettent pas d’expliquer entièrement les inégalités de propriété entre hommes et femmes ayant la garde des enfants, ni entre les hommes ayant la garde des enfants et ceux ayant des enfants hors domicile. Les femmes avec des enfants dans le domicile ont 2,9 fois moins de chances que les hommes dans la même situation d’être propriétaire après une séparation. De plus, avoir la garde des enfants contribue à la définition des projets résidentiels masculins : les hommes ayant des enfants hors domicile ont près de trois fois moins de chances d’être propriétaires par rapport aux hommes qui ont la garde des enfants, toutes choses égales par ailleurs.

  • 27 Par exemple, les juges considèrent les crédits immobiliers des pères comme des dépenses incompressi (...)

27On peut expliquer ces différences par les injonctions différenciées pesant sur les pères et les mères après une séparation. L’institution judiciaire participe à définir des modèles de paternité, et de maternité, qui influencent les trajectoires résidentielles et l’accumulation de patrimoine (Collectif Onze, 201327). Les injonctions maternelles au travail domestique ordinaire (Collectif Onze, 2013), déjà présentes avant la séparation malgré le principe de coparentalité (Blöss, 2016), sont alors réaffirmées. Or, cet investissement peut entraîner le désinvestissement, contraint ou choisi, d’autres sphères, professionnelles et conjugales, pour les mères. Pour les pères, au contraire, une situation économique prospère ainsi que la possibilité de transmettre un patrimoine sont valorisées (Orain, 2013). En outre, la garde des enfants encourage la sédentarité après les séparations, notamment pour les hommes (Martin, 1997). Ce double avantage (être un homme et avoir obtenu la garde des enfants) favorise la conservation du statut de propriétaire.

IV. Conclusion

28Au moment de la rupture, pourquoi les femmes perdent-elles bien plus fréquemment le statut de propriétaire, d’autant plus celui de propriétaire endettée alors qu’elles ont plus fréquemment la garde des enfants à l’issue de la désunion ?

29Tout d’abord, les femmes restent moins propriétaires parce qu’elles disposent de ressources plus faibles. Il existe des différences professionnelles entre hommes et femmes en partie créées par les arbitrages conjugaux lors de l’arrivée d’enfants. Ces arbitrages s’appuient et se justifient par les discriminations que subissent les femmes sur le marché de l’emploi, notamment lorsqu’elles ont des enfants (Meurs et al., 2011), et par des choix d’études moins valorisées, en anticipant leurs rôles familiaux (Duru-Bellat, 2003). Avant comme après la séparation, les femmes ont ainsi des carrières plus hachées, des positions professionnelles inférieures et de fait des niveaux de vie plus faibles, d’autant plus qu’elles ont plus souvent la garde des enfants du couple. Or, toutes ces caractéristiques sont associées à la perte du statut de propriétaire au moment de la séparation pour les propriétaires endettées en couple.

30Cependant, l’accumulation de ces difficultés féminines ne permet d’expliquer qu’une partie des trajectoires résidentielles de femmes après les séparations, les hommes, à caractéristiques équivalentes, étant toujours davantage propriétaires, en particulier en bas de l’échelle sociale et lorsqu’ils ont la garde de leur enfant. Ces résultats mettent en évidence des injonctions sociales dessinant le portrait d’une paternité définie par la transmission de ressources patrimoniales. Au contraire, les mères, même en garde alternée, continuent à avoir prioritairement la charge éducative et de santé des enfants, engageant plus de dépenses, et notamment plus de dépenses courantes par rapport aux cadeaux exceptionnels (Cadolle, 2008).

31Ces mécanismes genrés sont liés aux contraintes spécifiques aux femmes qui ont moins les moyens de rester propriétaires. Mais ces normes créent aussi des systèmes de préférence résidentielles genrés, qui participent à expliquer l’augmentation des inégalités de patrimoine entre hommes et femmes (Frémeaux et Leturcq, 2018). Or « la propriété individuelle semble progressivement remplacer la propriété sociale » (Abdelnour et Lambert, 2014) : l’accès à la propriété pallie le retrait de l’État dans la protection contre les risques sociaux (maladie, vieillesse, etc.). Ne plus être propriétaire constitue donc une fragilité supplémentaire. Ces inégalités sont particulièrement cruciales et impliquent de s’intéresser aux principaux mécanismes redistributeurs (la famille, l’État et l’emploi) et à leurs rôles dans la résorption ou l’aggravation de ces inégalités (Dewilde, 2008).

Haut de page

Bibliographie

Abdelnour S. et Lambert A. (2014), « “L’entreprise de soi”, un nouveau mode de gestion politique des classes populaires. Analyse croisée de l’accession à la propriété et de l’auto-emploi (1977-2012) », Genèses, vol. 95, n° 2, p. 27-48.

Amossé T. (2019), « Quelle définition statistique des classes populaires ? Propositions d’agrégation des situations socioprofessionnelles des ménages », Sociétés contemporaines, vol. 114, no 2, p. 23-57.

Andress H.-J. et Hummelsheim D. (2009), When marriage ends: economic and social consequences of partnership dissolution, Cheltenham et Northampton, Edward Elgar Publishing, 432 p.

Bessière C. et Gollac S. (2020), Le genre du capital. Comment la famille reproduit les inégalités, Paris, La Découverte.

Blöss T. (2016), « Devoirs maternels, reproduction sociale et inégalités sexuées », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 214, no 4, p. 46-65.

Bonnet C., Solaz A. et Algava E. (2009), « La séparation conjugale affecte-t-elle l’activité professionnelle ? Une estimation basée sur les méthodes d’appariement », Documents de travail, n° 164, Paris, Ined.

Bonnet C., Keogh A. et Rapoport B. (2014), « Quels facteurs pour expliquer les écarts de patrimoine entre hommes et femmes en France ? », Économie et Statistique, vol. 491, n° 1, p. 101-123.

Bonvalet C. et Ined (2019), Désirs des Français en matière d’habitation urbaine : une enquête par sondage de 1945, Paris, Ined, 124 p.

Bourdieu P. et Saint Martin M. (de) (1990), « Le sens de la propriété », Actes de la recherche en sciences sociales, nos 81-82, p. 52-64.

Bourdieu P. (2000), Les structures sociales de l’économie, Paris, Seuil, 289 p.

Bugeja-Bloch F. (2013), Logement, la spirale des inégalités. Une nouvelle dimension de la fracture sociale et générationnelle, Paris, PUF, 272 p.

Buisson G. et Lapinte A. (2013), « Le couple dans tous ses états. Non-cohabitation, conjoints de même sexe, Pacs... », INSEE Première, n° 1435.

Cadolle S. (2008), « La résidence alternée : ce qu’en disent les mères », Informations sociales, vol. 149, n° 1, p. 1-4.

Cartier M. et al. (2008). La France des « petits-moyens », Paris, La Découverte, 309 p.

Chauvel L. (2016), La spirale du déclassement. Essai sur la société des illusions, Paris, Seuil, 224 p.

Collectif Onze (2013), Au tribunal des couples. Enquête sur des affaires familiales, Paris, Éditions Odile Jacob, 309 p.

Costemalle V. (2017), « Formations et ruptures d’unions : quelles sont les spécificités des unions libres ? », INSEE références - France portrait social, p. 91‑110.

Cusin F. (2012), « Le logement, facteur de sécurisation pour des classes moyennes fragilisées ? », Espaces et sociétés, vol. 148-149, n° 1, p. 17-36.

Dewilde C. (2008), « Divorce and the Housing Movements of Owner-Occupiers: A European Comparison », Housing Studies, vol. 23, no 6, p. 809‑832.

Durier S. (2017), « Après une rupture d’union, l’homme reste plus souvent dans le logement conjugal », INSEE Focus, vol. 91, p. 1-8.

Duru-Bellat M. (2003), L’école des filles. Quelle formation pour quels rôles sociaux ?, Paris, L’Harmattan, 276 p.

Feijten P. (2005), « Union Dissolution, Unemployment and Moving Out of Homeownership », European Sociological Review, vol. 21, n° 1, p. 59-71.

Ferrari G., Bonnet C. et Solaz A. (2019), « “Will the one who keeps the children keep the house?” Residential mobility after divorce by parenthood status and custody arrangements in France », Demographic Research, vol. 40, n° 14, p. 359-394.

Frémeaux N. et Leturcq M. (2018), « Prenuptial agreements and matrimonial property regimes in France, 1855-2010 », Explorations in Economic History, vol. 68, p. 132‑142.

Gollac S. (2017), « Le genre caché de la propriété dans la France contemporaine », Cahiers du Genre, vol. 62, n° 1, p. 43-59.

Gollac S. (2018), « Le patrimoine immobilier, une analyse du genre de la propriété », in Bonvalet C., Dietrich-Ragon P. et Lambert A. (dir), Le monde privé des femmes : genre et habitat dans la société française, Paris, Ined, p. 213-228.

Grafmeyer Y. (2010), « Chapitre 2 : approches sociologiques des choix résidentiels », in Authier J.-Y., Bonvalet C. et Lévy J.-P. (dir.), Élire domicile. La construction sociale des choix résidentiels, Lyon, Presses universitaires de Lyon, p. 58‑75.

Guilleaunneau M. et Moreau C. (2013), « La résidence des enfants de parents séparés. De la demande des parents à la décision du juge », rapport du ministère de la Justice, direction des affaires civiles et du sceau.

Kulu H. et Mikolai J. (2018), « Short- and Long-Term Effects of Divorce and Separation on Housing Tenure in England and Wales », Population Studies, vol. 71, no 1, p. 17-39.

Lambert A. (2015), « Tous propriétaires ! ». L’envers du décor pavillonnaire, Paris, Seuil, 288 p.

Martin C. (1997), L’Après divorce. Lien familial et vulnérabilité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 331 p.

Meurs D., Pailhé A. et Ponthieux S. (2011), « Chapitre 6. Enfants, interruptions d’activité des femmes et écart de salaire entre les sexes », in Milewski F. (dir.) Les discriminations entre les femmes et les hommes, Paris, Presses de Sciences Po, p. 139-162.

Orain R. (2013), « Focus - Paternité et enjeux professionnels », Informations sociales, vol. 176, no 2, p. 58‑60.

Piketty T. (2013), Le capital au xxie siècle, Paris, Seuil, 970 p.

Pochic S. (2003), « Le chômage des cadres : un révélateur des tensions entre carrière et vie privée ? », Actes de la journée du 20 juin 2003, IRESCO, p. 1-17.

Sarna C. (1985), « La cohabitation hors mariage : un mode de vie différent ? », Économie et statistique, vol. 179, p. 47‑52.

Vallot P. (2019), « Le diplôme et la profession : deux composantes de la classe sociale en France et en Allemagne », L’Année sociologique, vol. 69, no 2, p. 425‑450.

Vanderschelden M. (2014), « Les ruptures familiales. État des lieux et propositions », rapport du Haut conseil de la famille.

Vignal C. (2013), « Ruptures du travail ouvrier et ruptures des rapports familiaux à la mobilité », Regards sociologiques, vol. 45-46, p. 206‑217.

Volant S. (2017), « Un premier enfant à 28,5 ans en 2015 : 4,5 ans plus tard qu’en 1974 », INSEE Première, n° 1642.

Haut de page

Annexe

La régression logistique ci-après permet de modéliser la probabilité d’être propriétaire deux ans après une séparation indépendamment de variables professionnelles, résidentielles et familiales. Les variables du modèle permettent d’expliquer 52 % de la variable réponse.

Tableau 4. Modèle de régression expliquant la probabilité d’être propriétaire après une séparation

Variable et modalité de référence

Modalité active

Odds Ratio

P-value

 

Constante

 

0,02*

Situation familiale
Réf. : H avec enfant(s) dans le domicile

F. avec enfant(s) hors domicile

0,21

0,01*

F. sans enfant

ns

0,84

F. avec enfant(s) dans le domicile

0,35

0,02*

H. avec enfant(s) hors domicile

0,34

0,04*

H. sans enfant

ns

0,98

Situation conjugale
Réf. : célibataire

En couple cohabitant

2,56

0,03*

En couple non-cohabitant

ns

0,82

Âge lors de la séparation
Réf. : 30 - 40

Moins de 30 ans

0,27

0,04*

40-50 ans

ns

0,75

50 ans et plus

ns

0,03*

Quartile de niveau de vie après la séparation 
Réf. : Quartile 4

Quartile 1

0,21

<0,001**

Quartile 2

0,47

0,07

Quartile 3

ns

0,88

Catégorie socio-professionnelle par rapport au conjoint
Réf. : Cadres, PI ou petits indépendants ensemble

Ouvriers·ères et Employé·es ensemble

0,41

0,05

Conjoint·e avec une PCS inférieure

0,37

0,02*

Conjoint·e avec une PCS supérieure

0,2

<0,0001***

Type de logement après la séparation
Réf. : maison

Immeuble

0,08

<0,0001***

Statut d’occupation avant la séparation
Réf : accédant à la propriété

Non propriétaire

0,02

<0,0001***

Propriétaire NA

ns

0,16

Taille de l’U.U. après la séparation
Réf. : U.U. + 100 000 habitants

Unité urb. de moins de 20 000 hab.

0,38

<0,001**

Unité urb. de 20 000 à 100 000 hab.

0,17

<0,0001***

Champ : les séparé·es (N=940)
Note de lecture de l’odds ratio : en France, entre 2004 et 2015, les séparé·es en couple cohabitant ont 2,5 fois plus de chances d’être propriétaires que les célibataires, toutes choses égales par ailleurs

Variables familiales et sexe

Une régression supplémentaire, non présentée ici, confirme que les hommes, indépendamment de leurs caractéristiques familiales et professionnelles, ont plus de chances d’être propriétaires de leur logement que les femmes. La prise en compte conjointe du sexe et de la situation familiale permet ici de démontrer quel est l’effet de la présence d’enfants pour les hommes et les femmes sur la probabilité d’être propriétaire.

Le contrôle par la situation conjugale après la séparation prend en compte les trajectoires de remise en couple, davantage associées à la propriété, sans que l’on connaisse leur origine.

Variables professionnelles après la séparation

Le niveau de diplôme, tout comme le fait d’avoir vécu une période de chômage après la séparation ou une période d’emploi précaire (CDD, emploi aidé, intérim), permettent une meilleure précision du modèle via le critère de minimisation de l’AIC, mais ils n’apparaissent pas dans le tableau car aucune de ces modalités n’est significative. Le quartile niveau de vie après la séparation a également été pris en compte tout comme l’âge au moment de la séparation.

Variables professionnelles avant la séparation

Des variables professionnelles avant la séparation, croisées avec les caractéristiques du conjoint, ont été intégrées au modèle (PCS comparée à celle du conjoint, situation d’emploi comparée à celle du conjoint). Les modalités de cette dernière variable, bien que participant à la puissance explicative du modèle, n’ont pas été reproduites parce qu’aucune n’est significative au seuil de 10 %. Les variables individuelles (PCS individuelle, situation d’emploi avant la séparation), n’ont pas été prises en compte. Multicolinéaires avec les variables croisées présentées plus haut, elles participent moins à la puissance explicative du modèle.

Variables logement et contrôles

La localisation du bien, le type de bien après la séparation et le statut d’occupation avant la séparation sont prises en compte. C’est le cas aussi de l’année d’enquête et de la situation d’hébergement.

Variables logement et contrôles

La localisation du bien, le type de bien après la séparation et le statut d’occupation avant la séparation sont prises en compte. C’est le cas aussi de l’année d’enquête et de la situation d’hébergement.

Variables logement et contrôles

La localisation du bien, le type de bien après la séparation et le statut d’occupation avant la séparation sont prises en compte. C’est le cas aussi de l’année d’enquête et de la situation d’hébergement.

Haut de page

Notes

1 Si la propriété est totalement remboursée, l’un·e des ex-conjoint·es doit rembourser la moitié du logement conjugal à l’autre. Lorsque la propriété n’est pas totalement remboursée, celui ou celle qui reste propriétaire doit rembourser son ex-conjoint·e, et continuer seul·e le remboursement du crédit. Il ou elle peut aussi devenir propriétaire d’un autre bien.

2 Ce statut n’est pas en soi un statut plus valorisé que les autres mais dans le contexte institutionnel actuel, le fait de ne pas pouvoir y accéder constitue une inégalité.

3 Nous ne traitons, par défaut, que de la question des unions hétérosexuelles, les unions homosexuelles étant trop peu nombreuses pour avoir un poids statistique suffisant dans notre échantillon (Buisson et Lapinte, 2013).

4 Du fait des effectifs annuels de séparé·es restreints nous n’avons pas pu repérer d’effet de la crise des subprimes dans nos données. Nous avons cependant contrôlé par l’année de séparation notre modèle de régression.

5 Les enquêtes longitudinales sont soumises au risque d’attrition. La situation de séparation conjugale, où les mobilités multiples sont fréquentes, est particulièrement propice à de tels biais. Nous avons néanmoins utilisé les pondérations longitudinales pour prendre en compte le plus possible ce risque d’attrition.

6 Dans l’enquête SRCV, les couples mariés, plus âgés en moyenne, sont davantage propriétaires que les couples non mariés. Néanmoins, c’est le processus de décohabitation et ses incidences sur la perte du statut de propriétaire qui nous intéresse ici, c’est pourquoi nous prenons en compte tous les types de désunions de cohabitant·es.

7 28,5 % sont locataires privés avant une séparation, 18,6 % sont locataires sociaux et 4,9 % sont logé·es gratuitement.

8 Contrairement à SRCV, ENL 2013 permet de connaître le nombre de déménagements. Il s’agit néanmoins d’une enquête transversale ne permettant pas de suivre les individus pendant trois ans comme le propose SRCV.

9 Les individus locataires en couple devenant propriétaires après une séparation sont rares : seuls 5 % des séparé·es sont concerné·es. Ce sont plus souvent des hommes jeunes, diplômés, en couple dans des unités urbaines denses.

10 Les catégories socioprofessionnelles ont été recodées selon le schéma proposé par T. Amossé (2019).

11 L’hypergamie correspond à une situation de couple avec un conjoint d’une catégorie socioprofessionnelle supérieure.

12 Les travaux de C. Martin (1997) soulignent néanmoins la diversité des situations des ménages monoparentaux. Si la monoparentalité est liée à une baisse des ressources monétaires après les séparations conjugales, elle vient surtout renforcer des inégalités sociales déjà existantes.

13 Les propriétaires non endetté·es sont bien plus âgé·es. Environ un tiers (31,8 %) sont retraité·es, contre 1,7 % des propriétaires endetté·es.

14 En France, en 2012, la résidence alternée concerne 17 % des décisions de justice relatives à l’établissement de la résidence de l’enfant après la séparation des parents. La résidence chez le père est fixée dans 12 % des cas (Guillaunneau et Moreau, 2013).

15 Le niveau de vie correspond au revenu disponible (y compris les pensions alimentaires), divisé par le nombre d’unités de consommation, qui prend en compte la structure du ménage. La garde des enfants fait donc mécaniquement baisser le niveau de vie.

16 Il aurait été plus satisfaisant de présenter des proportions différenciées pour les hommes et les femmes. Néanmoins, les effectifs des modalités de chaque variable sont trop faibles pour que cela soit réalisable.

17 31,9 % des hommes ont quitté le statut de propriétaire. C’est le cas de 49,7 % des femmes. La p-value est toujours inférieure à 0,05, sauf pour les questions d’emploi où elle est inférieure à 0,1.

18 Après la séparation, les cadres sont majoritairement propriétaires endetté·es dans des unités urbaines de plus 100 000 habitants, alors que trois quarts des ouvrier·ères et employé·es sont propriétaires endetté·es dans des zones urbaines de moins de 20 000 habitants (SRCV). Par ailleurs, les employé·es vivent plus souvent dans des unités urbaines denses que les ouvrier·ères, ce qui peut aussi expliquer ces différentes propensions à accéder à la propriété.

19 L’évolution du niveau de vie correspond au taux de croissance du niveau de vie, entre un an avant la séparation, et deux après, divisé en quartiles. La baisse du niveau de vie importante concerne le quart de la population dont le niveau de vie baisse d’au moins 26 %. La baisse du niveau de vie modérée concerne celles et ceux dont le niveau de vie a baissé de 25 % à 4 %. Le troisième quart a vécu une stagnation ou petite (voire une légère ?) augmentation du niveau de vie (de - 4 % à + 22 %). Enfin, le dernier quart a vu son niveau de vie augmenter d’au moins 22 %.

20 Cette population recoupe en partie la population des plus modestes après la séparation.

21 Les séparations avec enfant(s) à moins de 30 ans concernent les classes populaires, ce qui s’explique par l’âge moyen à la maternité plus précoce pour ces milieux. Les femmes les moins diplômées ont en 2012 leur premier enfant quatre ans plus tôt que les plus diplômées (Volant, 2017).

22 Il est de plus impossible de distinguer le mode de garde des enfants (garde simple ou garde alternée) avec SRCV : les situations de foyer monoparental recoupent donc ces deux catégories.

23 L’enquête SRCV ne permet pas de connaître l’âge des enfants hors domicile, ni les raisons pour lesquelles ils sont « hors domicile ».

24 Il est impossible de distinguer le mode de garde des enfants (garde simple ou garde alternée) avec SRCV : les situations de foyer monoparental recoupent donc ces deux catégories.

25 Nous avons choisi cet intervalle de 25-50 ans pour comparer les personnes avec enfant(s) à celles n’en ayant pas, mais ayant une position similaire dans le cycle de vie.

26 La proportion de femmes dans cette situation est trop peu importante pour que les données soient utilisées.

27 Par exemple, les juges considèrent les crédits immobiliers des pères comme des dépenses incompressibles pour fixer les pensions alimentaires (Collectif Onze, 2013).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Trajectoires des propriétaires endetté·es et non endetté·es en fonction du sexe
Légende Champ : les propriétaires avant la séparationNote de lecture : 66,5 % des hommes propriétaires endettés avant la séparation sont propriétaires de l’ancien logement conjugal après la séparationPNE signifie propriétaire non endetté·e
Crédits Source : Enquête nationale logement 2013 (INSEE)8
URL http://journals.openedition.org/popvuln/docannexe/image/780/img-1.png
Fichier image/png, 88k
Titre Figure 2. Part des propriétaires endetté·es en couple perdant le statut de propriétaire après la séparation, en fonction de caractéristiques professionnelles
Légende Champ : les propriétaires endetté.es avant la séparation (N=312)17Note de lecture : 18,2 % des ouvrier·ères propriétaires endetté·es avant la séparation ont perdu le statut de propriétaire au moment de la séparation
Crédits Source : SRCV (2004-2015)
URL http://journals.openedition.org/popvuln/docannexe/image/780/img-2.png
Fichier image/png, 99k
Titre Figure 3. Taux de propriété endettée après la séparation des hommes et des femmes en fonction de caractéristiques professionnelles et économiques
Légende Champ : les séparé·e·s (N=940)Note de lecture : 20,7 % des hommes au chômage sont propriétaires endettés après la séparationNote : sont représentés ici (dans l’ordre) le statut de l’emploi deux ans après la séparation, les évolutions de niveau de vie et le quartile de niveau de vie deux ans après la séparation19*différence significative entre hommes et femmes au seuil de 5 %
URL http://journals.openedition.org/popvuln/docannexe/image/780/img-3.png
Fichier image/png, 82k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Crepin, « L’accession à la propriété après les séparations : pourquoi un tel écart entre hommes et femmes ? »Populations vulnérables [En ligne], 7 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 01 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/popvuln/780 ; DOI : https://doi.org/10.4000/popvuln.780

Haut de page

Auteur

Laure Crepin

Doctorante
Université Paris 8, CRESPPA-UMR 7217
laure.crepin01@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Creative Commons - Attribution 4.0 International - CC BY 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search