Navigation – Plan du site

AccueilNuméros195-196Notes de lectureGaston Paris et Paul Meyer, Corre...

Notes de lecture

Gaston Paris et Paul Meyer, Correspondance 1861-1903. Éd. par Charles Ridoux avec la collaboration d’Ursula Bähler et d’Alain Corbellari, coll. L’Europe des Philologues. Correspondances, Florence, Ed. del Galluzzo per la Fondazione Ezio Franceschini, 2020, 804 p.

Jacques-Philippe Saint-Gerand

Texte intégral

1La publication récente, par C. Ridoux, d’une édition quasi-diplomatique de la correspondance échangée entre P. Meyer (1840-1917) et G. Paris (1801-1903) éclaire d’un jour tout particulier une multitude d’aspects connexes de l’histoire de la philologie romane et des relations nouées entre eux par les différents chercheurs de ce champ disciplinaire. Littérature, grammaire, linguistique, dialectologie, folklore trouvent là des résonances qui, derrière le travail scientifique des uns et des autres, donnent à entendre par sympathie la prégnance de choix politiques et d’implicites idéologiques. Autour de la constitution d’un réseau de savants d’origines et de natures variées, qu’exemplifie cette correspondance, le lecteur retrouve ainsi les conditions socio-politiques et socio-scientifiques dans lesquelles s’est progressivement instituée une représentation officielle de l’« histoire de la langue française » peu à peu détachée de l’histoire de sa littérature. Autrement dit, comment de la première philologie française, celle du père, P. Paris (1800-1881), on est passé à une seconde philologie influencée par le modèle et les méthodes germaniques, celle du fils, G. Paris (1839-1903), et pourquoi, ainsi que comment, le nom de F. Brunot – jamais cité dans cette correspondance, et pour cause ! – a supplanté celui de L. Petit de Julleville (cité neuf fois) dans la représentation d’une histoire de France à travers les variations de sa littérature et l’évolution d’une langue donnée a priori comme globalement homogène et idéologiquement instituée, par-delà les infinies variations de cette « vaste tapisserie dont les couleurs variées se fondent sur tous les points en nuances insensiblement dégradées. » (G. Paris, 1888. « Les parlers de France. Lecture faite à la réunion des Sociétés savantes le samedi 28 mai 1888 ». Revue des patois gallo-romans T2, p. 3.). Cet ensemble de documents expose donc la complexité de relations multi- et interculturelles auxquelles les spécialistes de médiévistique, de manière générale, d’histoire de la littérature, d’histoire de la pensée linguistique, d’histoire de la langue ne peuvent rester indifférents tant ces divers aspects, à l’époque considérée, se trouvent simultanément diffractés par des idéologies diverses et compactés en questions politiques incessantes.

  • 1 Gaston Paris – Paul Meyer Correspondance éditée par Charles Ridoux avec la collaboration d’Ursula (...)

2Mais cette correspondance richement annotée grâce à la collaboration des meilleurs spécialistes de la période et de la philologie romane – U. Bähler, A.  Corbellari – permet de découvrir également bien d’autres choses des caractères et des natures des savants que sont Meyer et Paris, à la lumière de détails parfois inattendus. Le 6 novembre 1880, P. Meyer écrivait à G. Paris : « Mon cher ami, Vous ne me verrez pas demain au Collège et il est peu probable que je puisse venir jeudi. Une petite écorchure à un doigt de pied, venue du frottement de ma bottine, s’est envenimée, à ce point que je ne puis supporter aucune chaussure quelconque ; il faut que j’attende que cette inflammation se passe. »1. Prise au pied de la lettre, si l’on peut dire, la confidence est singulière de la part de personnalités dont le travail de confection et de rédaction de Romania et de La Revue critique va de pair pendant de longues années. Mais, si nous la lisons selon l’esprit dans l’ensemble du volume, elle révèle une forme de naturel de l’expression dans le traitement des choses de la vie quotidienne comme dans celui des matières scientifiques. M. Zink a parfaitement caractérisé l’ensemble de cette correspondance et les complexités ainsi que les qualités de son édition dans une vidéo aisément accessible : https://www.youtube.com/​watch?v=97Ar4w0_ym4.

3L’éditeur a effectivement rassemblé ici un corpus de 264 lettres de P. Meyer et de 235 de G. Paris, sur un certain nombre desquelles avait déjà travaillé le regretté J. Monfrin lors de la rédaction de ses articles « Paul Meyer (1840-1917) et la naissance de la philologie romane », « La correspondance de Paul Meyer et Gaston Paris » (textes réunis dans Hasenohr, Vieilliard & Hubert, éds, 2001. Études de philologie romane : 39 études écrites entre 1954 et 1998. Genève : Droz. édité par). Il concluait le premier par un « Paul Meyer était un homme complexe et singulièrement attachant » (p. 33). Joueur parfois, comme le laisse entendre la facétie qu’il expose à G. Paris, de Reillane (Basses-Alpes), le 22 septembre 1899 : « Je me réjouis d’écrire cette carte postale en anglais. La fille de la poste me lance des regards en coin. Elle va se dépêcher de lire la carte, et va être déçue. Je serai à Paris d’ici une semaine et en Angleterre quelques jours plus tard (Manchester, ouverture de la Bibliothèque Rylands). » (p. 717).

  • 2 Respectivement p. 287 et 303.

4On sait P. Meyer principalement romaniste et G. Paris formé aux principes de l’école germanique, et il est de tradition d’opposer l’esprit scientifique germanique, fait de rigueur et de logique, à l’esprit scientifique latin que l’on caractérise souvent comme le résultat de poétiques analogies. Or il est notable dans cette correspondance – me semble-t-il – que P. Meyer, sous le couvert de sa réelle amitié mais aussi avec la spontanéité de son franc parler, exerce une forme d’ascendant personnel sur Paris, qui l’autorise comme ici à se livrer à des confidences personnelles, à des jugements affectueusement péremptoires. Lecture du volume faite, reste toujours : « Vous êtes le désordre personnifié. Vous m’en donnez une nouvelle preuve cette fois encore…. » du 11 septembre 1878, repris le 4 août 1879 sous la forme : « Quand je vous dis que vous êtes le désordre fait homme ! Vous ne pouvez pas le nier… »2. Quant à d’autres contemporains, nombreux sont ceux qui sont aussi bien servis : « Quel idiot que ce Brunetière ! C’est une de mes joies. Je l’avais ainsi jugé dès le premier jour » (28 août 1898, p. 677), voire : « Bréal a publié dans la Société de Linguistique un idiot article sur basse (jeune fille) en normand. Je lui ai écrit pour lui dire que c’est une contraction de baiasse, beasse, it. Bagacia. Il me demande ce que ces mots veulent dire !!! » 3 août 1899, p. 709)…. Bréal, à l’instar de G. Paris, avait été formé en Allemagne… et avait été des fondateurs de la Société de Linguistique de Paris, mais n’était pas chartiste. Ajoutons à cela l’éreintement de Joseph Bédier : « Cet excellent homme sait mal l’ancien français et n’a qu’une idée très vague de la façon d’établir un texte. Il fait des corrections insensées, et d’une hardiesse incroyable. Il lui arrive de supprimer un vers et d’en mettre un autre de sa façon, à sa place. Tout de suite, on voit que ce n’est pas du style. […] Il ponctue mal, ne se rendant pas compte que son auteur ne brise pas ou très rarement le couplet, etc. Il faudra donc qu’il revoie tout cela. «  (fin 1901, p. 758). Normalien, selon la voie ordinaire de formation des professeurs de lycée et d’universités, même s’il avait suivi les enseignements de G. Paris à l’École Pratique des Hautes Études, Joseph Bédier n’était pas philologue labellisé de l’École des Chartes…. Ces jugements signent l’importance des lieux institutionnels du savoir susceptibles de délivrer les patentes officielles de la connaissance. Là où pouvoir et savoir se conjoignent.

5Il est passionnant de suivre dans ce volume les étapes de préparation des numéros de La Revue critique et de Romania, avec tous les aléas tenant à la collecte des articles, à leur qualité scientifique, aux relations personnelles que Meyer et Paris entretiennent avec leurs auteurs, aux difficultés des relations avec des imprimeurs à qui l’on demande beaucoup de réactivité et qu’il faut souvent contraindre, ou tout simplement aux conditions de transmission ou de réexpédition des courriers et documents qu’échangent les deux philologues grâce à l’obédience et au sérieux d’un service postale que nous ne connaissons plus aujourd’hui, alors que les moyens de transport se sont si accélérés…. Le 16 septembre 1866, P. Meyer écrit à G. Paris : « J’adresserai, dès que je l’aurai, une épreuve de votre lettre à Gautier à M. Bartsch qui vous la remettra ; si, à ce moment j’ai dû faire mettre en page, votre correcture arrivera cependant encore à temps pour la 2e – J’ai fait immédiatement arrêter la composition de mon article sur vous et Gautier (1er article de fond, il y en aura deux) pour vous laisser de la place. Il faut que cela paraisse très tôt, car l’outrecuidance de cet exalté ne connaît plus de bornes. De lui, j’ai vu hier dans la Revue du monde catholique un article à grand effet et très interligné sur la Revue du Dr Beaucourt, signé Léon Gautier, Professeur à l’École des chartes !! » (p. 59). Tout est dit.

6On retrouvera également dans ces échanges la trace des parcours des deux savants, car ils furent aussi de grands voyageurs, soit pour écumer les bibliothèques françaises et étrangères et y trouver manuscrits et autres textes alimentant leurs recherches : « Si vous travaillez à Cheltenham, copiez donc le Donei des Amanz ; je suis sûr que c’est intéressant. Je suis au Havre, 5, rue Escarpée, jusqu’à samedi, je pense de là passer trois jours à Trouville, aux Frémonts, chez M. Baignères » (G. Paris à P. Meyer, le 29 septembre 1882, p. 367) ; soit que des raisons médicales et scientifiques les y contraignent. De l’Hôtel du Parc à Bourbon l’Archambault, P. Meyer écrit en « anglo-français » à G. Paris : « Fancy, il n’y a ici que des malades sérieux et des femmes honnêtes. Ce que c’est crevant ! I am rereading Flamenca, and have noticed a few facts from which it appears that the auythor has evidently been on the spot. For instance, he says that G. de Nevers could see, from his window, Flamenca’s Tower a la man drecha ; and this corresponds exactly to the relative position of the source and of the castle. » (p. 482). Quelquefois les deux raisons concordent. Le 14 août 1879, P. Meyer écrit de l’Hôtel de la Poste à Clermont-Ferrand à G. Paris, qui se trouve lui-même en cure dans les thermes tout nouveaux de La Bourboule : « Je suis arrivé à Clermont ce matin, n’ayant quitté Paris qu’hier soir, toutes sortes de motifs ou de prétextes m’ayant fait de jour en jour remettre au lendemain. Je m’ennuie ici au-delà de toute expression. Avoir voyagé toute la nuit et entendre parler français au réveil, cela me dégoûte. Et voilà qu’il pleut, tandis qu’à Paris il fait si beau. Je reste demain, parce que je veux dans la journée voir une de mes nièces à Royat ; je reste après-demain matin parce que le bibliothécaire n’a pu me trouver aujourd’hui deux manuscrits que je voulais voir, et qu’il aura peut-être retrouvés d’ici à vendredi. C’est dommage que votre bouboule [sic] soit si loin ! Samedi dans l’après-midi, je partirai pour Le Puy où je séjournerai Dimanche et peut-être lundi. De là à Lyon pour un jour ou deux, puis à Aix, le but final. J’espère que bouboule [sic] vous a fait du bien »… (p. 306). Dans sa réponse du 21 août 1879, d’ailleurs rédigée en allemand, G. Paris signale à Meyer la présence à La Bourboule du romaniste allemand Gustav Gröber (1844-1911). Les villes thermales d’alors suscitent parfois d’intéressantes rencontres. Toute une époque….

7Comme on le voit, cette correspondance fourmille de détails précieux permettant de retracer les linéaments de la réticularité scientifique grâce à laquelle la romanistique s’est acquis une dimension internationale, car, en dépit du traumatisme causé par la défaite de 1870, les liens de P. Meyer et de G. Paris avec les chercheurs allemands, autrichiens, italiens, espagnols, n’ont jamais cessé d’être maintenus, et développés. Même si, en dehors de la romanistique, Émile Ernault revendique à Poitiers pour le Celte, des études sérieuses, scientifiquement documentées, il faut bien convenir que la philologie de manière générale – ou romane ou celtique – a permis d’envisager une sorte d’Europe de la science et des savants tandis que se développaient en contrechant des nationalismes virulents : « L’honneur de la science française exige qu’elle prenne sur la science étrangère une pacifique revanche. C’est en France et non en Allemagne que se parle un rejeton des langues celtiques ; et il n’a jamais été étudié sur place à un point de vue scientifique. Les Allemands nous ont donné une grammaire comparée des langues celtiques, écrite avec génie : c’est bien le moins que nous leur donnions une grammaire comparée des dialectes bretons, élaborée avec zèle et conscience. Ayons donc le courage de constater les faits qui sont à notre portée, si nous avons la faiblesse de laisser à nos voisins le privilège de les éclaircir et de les expliquer en grand. » (« De l’urgence d’une exploration philologique en Bretagne, ou la langue bretonne devant la science », Mémoires de la Société d’Émulation des Côtes-du-Nord, XIV, 1877, p. 102.),.

8D’après un raccourci assez violent de la pensée de Thomas de Quincey (1785-1859), on a parfois dit que « la littérature mène au crime » ; lorsqu’il s’agit de philologie et, notablement, de romanistique, celle-ci peut mener ses chercheurs à outrepasser leur domaine initial d’expertise et à rencontrer les réflexions d’autres savants contemporains. Et même, par une curieuse prémonition, les soucis de réchauffement climatique et d’inondations que l’écologie d’aujourd’hui met au premier plan…. En l’occurrence, dans une lettre du 4 mai 1879, P. Meyer retrouve-t-il les intérêts du génie civil, de l’histoire et de la géographie : « La mer n’a jamais été plus voisine de Beaucaire qu’aujourd’hui, aux moins aux temps historiques. – La Camargue (qui existait déjà du temps de Marius puisque Caii Marii ager !) appartient à peu après aux temps préhistoriques, et en tout cas est antérieure au moyen âge. Mais, jusqu’au temps où Paulin Talabot eut construit en aval de Beaucaire et Tarascon le pont du chemin de fer, assurant ainsi à ces deux villes un avenir indéfini d’inondations, les felouques et autres bâtiments de transport venant d’Italie ou d’Espagne arrivaient jusqu’à Beaucaire même, s’arrêtant devant le champ de foire. Et comme le champ de foire est un terrain d’alluvion très moderne, on peut être assuré qu’au XIIe et au XIIIe siècle, les bateaux de mer arrivaient au pied du château, voyez le poëme des Albigeois p. 209, note 4 et p. 211 note 1. De sorte qu’après tout pour un homme du moyen âge, Beaucaire pouvait être un port de mer ou l’équivalent » (p. 301). CQFD….

9Parmi les détails précieux ici rassemblés, nous n’omettrons pas de rappeler les engagements politiques de P. Meyer et G. Paris, fervents dreyfusards au nom de la justice et des droits de l’homme. Dès le mardi 9 août 1898, P. Meyer s’engage en faveur de la révision du procès d’Alfred Dreyfus : Hier il y a eu une réunion de la société des droits de l’homme présidée par Trarieux ; j’étais à cette heure en chemin de fer, mais je tâcherai de voir Trarieux aujourd’hui. Je suis d’avis que nous, les membres du Comité [de défense], nous nous fassions poursuivre. Marc Réville plaidera pour moi – et moi aussi je plaiderai pro domo mea avec le ton sec et cassant qui me vient naturellement en certaines circonstances » (p. 674). Dans les lettres 422 et 423 du mois de septembre 1898, Meyer pointe sans ambages la fausseté des pièces à charge contre Dreyfus : « Maintenant, voulez-vous savoir le fond des choses ? Zurlinden et ses collègues savent parfaitement qu’il ne reste plus rien contre Dreyfus que le bordereau qui est d’Esterhazy et des témoignages qui sont, en remontant à la source et en éliminant les copies dérivées, ceux de du Paty et de Henry, l’un et l’autre hors de combat. De pièces il n’y en a pas qu’on ose produire. » (p. 685). Le 31 août 1899, G. Paris complimente P. Meyer, désigné expert scientifique et technique pour retrouver le scripteur originel du billet accusant faussement Dreyfus, et profite de cette occasion pour rappeler que la paléographie enseignée à l’École des Chartes peut trouver de justes applications dans le monde contemporain : « Je viens de lire votre déposition, ainsi que celles de Giry et de Molinier ; toutes trois sont parfaites et font le plus grand honneur à notre École. Votre conclusion a dû beaucoup frapper les juges et on aurait dû en effet faire ce que vous dites : désigner d’un commun accord des experts nouveaux et au-dessus de toute espèce de soupçon ; leur décision serait absolument inattaquable même pour la mauvaise foi, qui seule peut prétendre attaquer la vôtre et celle de nos confrères. À ce propos, je m’étonne qu’on n’ait pas songé (du moins je ne le sais pas) à faire analyser chimiquement d’une part l’encre du bordereau, d’autre part celle des pièces écrites à la même époque par Dreyfus et par Esterhazy. Ce pourrait bien être la même encre, et cela ne prouverait rien ; mais si, comme c’est probable, le bordereau et Esterhazy avaient la même encre et Dreyfus une autre, ce serait plus décisif encore que le papier pelure. » (p. 710). Compléments intéressants de la thèse développée jadis par U. Bähler dans G. Paris dreyfusard, le savant dans la cité (1999. Préface par M. Zink. Paris : CNRS éd.).

10Chacune des lettres de cette correspondance fourmille de renseignements précieux pour qui veut approfondir les débuts en France d’une médiévistique scientifique. On ne saurait les relever tous : chacun y trouvera de quoi alimenter ses réflexions.

11Quant à l’édition proprement dite de cet ensemble, on ne peut qu’en louer la qualité et la précision. Une abondante introduction de C. Ridoux dresse le contexte dans lequel ont eu lieu ces échanges, la naissance de deux revues destinées à devenir les prototypes de la recherche philologique : Romania et la Revue des Langues romanes, avec, en arrière-plan, la Revue Critique d’Histoire et de Littérature. Cette introduction s’attarde également, sur les personnalités et les parcours des deux savants, sur leurs traits de caractère et les moments parfois inattendus de leurs vies privée, les relations qu’ils nouent dans les salons et lieux institutionnels qu’ils fréquentent. Ce faisant, C. Ridoux ne manque pas de dresser un état présent des recherches de philologie à l’étranger et de faire revivre des figures d’érudits (p. LI). De cette étude approfondie témoignent les très abondantes notes infrapaginales dispersées à chaque page de ce volume. Toujours judicieusement étayées de documents annexes, elles ne se contentent pas d’éclairer tel ou tel personnage, tel ou tel lieu, tel ou tel événement, très souvent, en appui à ces éclaircissements, elles adjoignent à ces précisions quantité de références bibliographiques judicieusement complémentaires. Un index contenant tous les noms de personnes présents dans les lettres de G. Paris et P. Meyer se développe in fine (pp. 787-804) et permet de repérer aisément et rapidement les 1 315 personnalités dont nos épistoliers font mention.

12Inévitablement, se glissent parfois de rares vétilles dans ce gigantesque travail. Il serait cuistre d’en faire reproche à l’éditeur et à ses collaborateurs. On s’amusera tout de même d’observer comme il peut être facile dans une telle somme de se prendre les pieds dans le tapis…. Le 20 septembre 1895, P. Meyer écrit à G. Paris de Clermont (Doubs), et il n’est fourni là, en note, que les références de la Bibliothèque Nationale de France : NAF 24449, fol. 103. (p. 610). Mais, dans une autre lettre de P. Meyer à G. Paris, du 24 septembre 1896, sous référence BNF NAF 24449, fol. 111-112, nous apprenons que le lieu d’expédition est plutôt Clémont (Doubs), bénéficiant de la note 34 : « Ancien nom de la commune de Montécheroux, dans le Département du Doubs, qui abrite la maison natale du paléontologue G. Cuvier (1769-1832) » (p. 626). Ce n’est rien qu’un minuscule détail, et nous ne voudrions pas encourir le reproche que Voltaire fait à Marivaux de « peser des œufs de mouches dans des balances de toile d’araignées », mais l’interversion des notes aurait peut-être été là assez judicieuse, puisque l’on sait que P. Meyer jouait parfois avec les noms de lieux, de personnes, etc. Quoi qu’il en soit, nous tenons dans ce volume un monument qui fera date dans l’historiographie des sciences du langage et qui fournira aux chercheurs ultérieurs une mine de détails à approfondir afin de restituer à terme les réticularités multiples – personnelles, professionnelle, institutionnelles, méthodologiques, idéologiques, politiques – d’une science en devenir. Au fil d’une caractérisation des deux protagonistes de l’échange : « Gaston Paris, positif, solaire, soucieux de concilier les impératifs de la science et de la courtoisie ; Paul Meyer, plus rugueux, saturnien, parfois injuste dans ses jugements à l’emporte-pièce, mais d’une rigueur qui marquera profondément tous ceux qui l’ont connu », la quatrième de couverture, enfin, nous rappelle que l’érudition et la sagacité d’un tel travail éditorial sont sûrement à mettre partiellement au crédit de l’astrologue qu’est aussi C. Ridoux.

Haut de page

Notes

1 Gaston Paris – Paul Meyer Correspondance éditée par Charles Ridoux avec la collaboration d’Ursula Bähler et Alain Corbellari, Firenze, Edizioni desl Galluzzo, 2020, p. 335.

2 Respectivement p. 287 et 303.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Gaston Paris et Paul Meyer, Correspondance 1861-1903. Éd. par Charles Ridoux avec la collaboration d’Ursula Bähler et d’Alain Corbellari, coll. L’Europe des Philologues. Correspondances, Florence, Ed. del Galluzzo per la Fondazione Ezio Franceschini, 2020, 804 p. »Pratiques [En ligne], 195-196 | 2022, mis en ligne le 18 décembre 2022, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/pratiques/12512 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pratiques.12512

Haut de page

Auteur

Jacques-Philippe Saint-Gerand

Université de Limoges, CeReS, F-87000 Limoges, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search