Navigation – Plan du site

AccueilNuméros199-200Analyse de discours et ouvertures...La corrida au crible des valeurs....

Analyse de discours et ouvertures trans-sémiotiques

La corrida au crible des valeurs. Une approche argumentative

Bullfighting and values. An argumentative approach
Jean-Claude Guerrini

Résumés

En adoptant une approche axiologique de l’argumentation pour examiner la controverse sur le maintien ou l’interdiction de la pratique de la corrida en France, nous proposons quelques pistes de travail visant les élèves de lycée et les étudiant(e)s de niveau bac+2 qui peuvent être amené(e)s à étudier, dans la perspective du commentaire littéraire ou de l’étude de questions socialement vives, des textes venant étayer les thèses de partisans ou d’adversaires de cette forme de tauromachie. Nous commençons par mettre en évidence les mécanismes et le rôle du jugement de valeur dans la formulation de points de vue, puis nous examinons quelques représentations de la corrida sur la scène littéraire française, notamment au travers des procédés d’expression mobilisés. Confronté à l’opposition entre discours mythique et réalité factuelle, nous abordons l’inévitable question du positionnement éthique de l’enseignant(e).

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1« Faut-il maintenir ou interdire la corrida ? » Pour examiner ce cas exemplaire de conflit argumentatif concernant la place et le statut des animaux dans notre culture, l’accent sera mis sur l’expression des jugements de valeur et le rôle joué par la référence à des valeurs. Dans une perspective didactique, nous proposerons quelques orientations de travail visant les élèves de lycée et les étudiant(e)s de niveau postbac (prépas, BTS et BUT) qui peuvent être amené(e)s, à étudier des textes et des documents exaltant ou dénonçant la corrida.

2Dans une première partie, nous présenterons notre problématique en recourant à une batterie d’énoncés empruntés aux argumentaires actuels des deux camps. Puis, afin de rendre perceptible la profondeur historique de la controverse, nous examinerons deux corpus. L’un sera centré sur la réception de la corrida dans les milieux artistiques et intellectuels des xixe et xxe siècles. L’autre, davantage approprié aux classes de 1re et de Terminale, sera attentif aux procédés littéraires par lesquels certains auteurs s’efforcent de faire partager leur point de vue sur le rôle ou l’expérience du taureau. Enfin dans une (brève) troisième partie, nous évoquerons le problème posé par la confrontation entre discours mythique et réalité factuelle et, par contrecoup, la question du positionnement éthique de l’enseignant(e).

Bref rappel historique

  • 1 Les tauromachies camarguaise et landaise, sans mise à mort, ne sont pas concernées ici.
  • 2 Loi Grammont du 2 juill. 1850 : « Seront punis d'une amende de cinq à quinze francs et pourront l' (...)

3Dès l’introduction de la corrida en France au début du Second Empire la question s’impose au débat public : faut-il ou non interdire cette forme particulière de tauromachie1 en vertu de la loi Grammont2 (1850) sanctionnant la maltraitance animale ?

  • 3 Cette dérogation a été confirmée par le Conseil Constitutionnel le 21 sept. 2012. Les sévices grav (...)

4Après une très longue période (pas moins d’un siècle !) durant laquelle les autorités administratives et judiciaires alternèrent tolérance et interdictions, la corrida fit l’objet d’une dérogation selon laquelle les sanctions prévues « ne sont pas applicables aux courses de taureaux lorsqu’une tradition locale ininterrompue peut être invoquée » (lois de 1951 et 1959, remplaçant la loi Grammont3, nous soulignons).

5La corrida est donc illégale sur la majeure partie du territoire français, mais licite quand certaines conditions géographiques et d’histoire culturelle sont remplies. À charge pour les tribunaux locaux de veiller à la qualité des justifications apportées pour confirmer (ou réfuter) le caractère « local et ininterrompu » de ladite tradition. Cette situation est évidemment propre à entretenir débats et polémiques, l’idée d’une homogénéité d’opinion des populations locales étant difficile à soutenir à l’heure de la communication généralisée par les médias, Internet et les réseaux sociaux.

1. Approche axiologique de la corrida : hiérarchies, valeurs, (dé)valorisations

6Dans L’Empire rhétorique, souhaitant préciser la fonction du mot valeur, C. Perelman cite le philosophe L. Lavelle (1951, p. 3) pour lequel ce terme s’applique

[…] partout où nous avons affaire à une rupture de l’indifférence ou de l’égalité entre les choses, partout où l’une d’elles doit être mise avant une autre ou au-dessus d’une autre, partout où elle est jugée supérieure et mérite de lui être préférée.

  • 4 C. Kerbrat-Orecchioni (2009 [1980], p. 70 ; 2016, p. 344) distingue les axiologiques intrinsèques (...)

7Ce principe de hiérarchisation gouverne la topique axiologique proposée par le Traité de l’argumentation. La nouvelle rhétorique dans lequel C. Perelman et L. Olbrechts-Tyteca (1958, p. 107) font l’inventaire des prémisses sur lesquelles s’appuient les jugements de valeur. Il s’agit aussi bien de « hiérarchies concrètes, comme celle qui exprime la relation des hommes sur les animaux, comme celle qui exprime la supériorité du juste sur l’utile ». Bien entendu, ces « lieux » d’un certain état de la culture commune peuvent se voir remis en cause, l’argumentation sur le préférable naissant précisément des désaccords portant sur ces hiérarchisations. L’étude de l’inscription de la subjectivité dans le langage a conduit d’autre part, dans les dernières décennies, à explorer les divers marqueurs axiologiques, les différents modes de valorisation et de dévalorisation des objets de discours. Qualifier positivement ou négativement (axiologisation) et attribuer, en argumentant, une valeur positive (valorisation) ou négative (dévalorisation) sont des opérations étroitement liées4.

1.1. Objectivation et subjectivité

8Les discours sur la corrida ne cessent d’évaluer cette pratique contestée, les relations entre hommes et animaux qu’elle met en scène. La consultation des dictionnaires et des encyclopédies constitue un préambule utile pour l’exploration du thème et une première approche axiologique des différences de points de vue.

9L’illusion reste largement répandue selon laquelle il suffit, pour parvenir à la description « objective » d’un phénomène, de recourir au dictionnaire. Or, comme le montre le traitement réservé au mot corrida dans un corpus de six dictionnaires, il est possible d’observer les limites de cette objectivation. En effet la sélection du genre prochain peut adopter la forme « neutre » d’une catégorie technique englobante (« course de taureaux ») ou celle d’une pratique jugée positivement (« spectacle », « jeu »). De plus, la différence spécifique qui fait débat, la mort de l’animal, peut être plus ou moins estompée : explicite dans le Dictionnaire de l’Académie et le Petit Larousse, elle est associée aux indices d’autres mauvais traitements (piques, banderilles) dans le Petit Robert, mais carrément escamotée dans le Lexis où la différence spécifique est centrée sur l’actant humain (« Course de taureaux dans laquelle l’homme s’efforce de triompher d’un taureau sélectionné »). Le laconisme de certaines entrées permet d’évacuer toute allusion au caractère controversé de la corrida (Petit Larousse, Lexis), alors que certains éléments de phraséologie, l’ajout de citations permettent, dans d’autres cas (Trésor de la Langue Française, Dictionnaire Culturel en Langue Française), de la présenter comme une pratique discutée suscitant éloges ou réprobation.

1.2. Définitions et caractérisations de la corrida

  • 5 F. Wolff est considéré depuis de nombreuses années comme le porte-parole le plus autorisé des part (...)

10Sans surprise, les prises de position partisanes donnent lieu à un combat de définitions, tant entre aficionados (ou pro) et anti-corrida (désormais anti) qu’au sein même du monde de la corrida. Au seuil de sa Philosophie de la corrida (2007), F. Wolff5 invite ainsi à un « dialogue platonicien » entre aficionados. Chacun des participants, pour faire l’éloge de cette pratique, commence par la situer dans une catégorie censée la justifier : une lutte (un combat), un jeu, un sport, un art, un spectacle ou un rite. Mais un « Socrate » fictif, usant de son ironie selon la technique du dialogue aporétique, critique chacune de ces dénominations. L’impossibilité supposée de faire entrer la corrida dans une catégorie unique, loin d’être une faiblesse, est pour F. Wolff une marque éclatante de sa valeur.

11Face à ces définitions qui renvoient à des activités strictement humaines, les anti partagent une même définition centrée sur la souffrance de l’animal. Le slogan affiché dans leurs manifestations le répète sans cesse, il s’agit d’une authentique torture : « Un tel spectacle constitue une torture, au sens de la définition donnée par Michel Foucault : “maintenir la vie dans la souffrance” » (Pétition contre l’inscription de la corrida au « patrimoine culturel immatériel de la France », 2011). Ils reprennent à leur compte les termes de la qualification juridique qui vaut sur la plus grande partie du territoire français : « sévices graves », « actes de cruauté » accompagnés de la mort de l’animal. S’ils refusent d’adopter le terme de lutte ou de combat du fait de l’inégalité des protagonistes, il s’agit bien pour eux d’un spectacle et d’un rituel, ces termes étant alors chargés d’une connotation négative.

12F. Wolff refuse sans surprise l’emploi du mot torture au prétexte qu’il ne saurait être employé pour des animaux :

Qu’est-ce que torturer ? C’est faire souffrir volontairement un être humain sans défense, soit par pur plaisir (cruel ou sadique), soit pour obtenir quelque bénéfice de cette souffrance (un aveu, une information, etc.). Pour ces cinq raisons, tout oppose la corrida à la torture (Wolff, 2010a, p. 17).

  • 6 Rubrique « Violence envers l’animal », Fédération des Luttes pour l’Abolition des Corridas (Flac). (...)
  • 7 Observatoire National des Cultures Taurines (ONCF, 2013), « Communiqué de l’Observatoire. En ligne (...)

13Le choix de la catégorie englobante permettant de légitimer ou de disqualifier la pratique, un débat existe entre aficionados pour savoir s’il est judicieux ou non de défendre la corrida en tant que « tradition » dans la mesure où, en son nom, bien des crimes ont été commis, ce que les anti-corrida ne manquent pas de rappeler : « C’est un archaïsme et une régression éthique et scientifique de s’accrocher à cette pratique sous prétexte de “tradition”. Des traditions comme cela, on n’en veut pas6. » C’est la raison pour laquelle le mot culture est de plus en plus mobilisé par les aficionados comme dans le slogan « Ma culture, ma passion, mon identité, ma liberté7 ».

14Il n’empêche que la défense juridique de la dérogation dont jouit la corrida repose sur la qualification de « tradition ».

1.3. Statut du taureau et relations actantielles dans l’arène

15La véhémence du conflit favorise la prolifération d’axiologiques. Pour les aficionados, le torero est le héros par excellence, mais le taureau fait également l’objet d’un véritable culte : « Les discours qui entourent toutes les formes de tauromachie exaltent systématiquement le taureau » (Wolff, 2007, p. 66). Le « taureau de combat » est célébré pour ses qualités de combativité et d’énergie qui le distinguent du toro manso, méprisé pour sa faible réactivité et sa conduite d’animal domestique apprivoisé, couard, incompatible avec les objectifs de la corrida : « De même qu’ils l’ont fait pour le torero, les aficionados s’identifient à lui, en admirant sa bravoure, y compris dans son ultime combat face à la mort. » (Zumbiehl, 2008, p. 4).

16Les anti, tout en notant la superbe prestance des animaux avant le combat, refusent cette idéalisation et tiennent à rappeler leur simple appartenance à la catégorie axiologiquement neutre d’« herbivores » : « Il n’y a pas d’héroïsme chez le taureau, c’est une invention des partisans de cette supercherie qu’on appelle tauromachie8. » Pour E. de Fontenay, « Parler de la bravoure des toros relève d’une pure projection » (Fontenay, 2007). Et C. Starozinski (2009) déplore le sort fait à l’animal : « D’un splendide bovin arrivé dans l’arène en pleine puissance, on va trouver 15 minutes plus tard une véritable loque criblée d’1,50 m de fers en tout genre ».

17Le drame tauromachique donne lieu à des interprétations évidemment opposées. Pour F. Wolff (2007, p. 163), il est avant tout l’occasion de manifester la domination de l’homme sur un animal :

La corrida n’est pas seulement un affrontement public entre deux êtres, c’est aussi la manifestation éclatante de la supériorité de l’un sur l’autre. Le torero a donc pour ambition de dominer son adversaire et pour vertu d’en faire montre.

  • 9 Les auxiliaires du torero.

18À cette célébration, les anti opposent un réquisitoire contre le supplice méthodique d’une victime par ses bourreaux (les picadors, les banderilleros, le torero, la cuadrilla9, tout le règlement du rituel contrôlé par un président attentif aux attentes de la foule). Ils dénoncent le scandale d’un spectacle mortifère offert à un public de voyeurs et de pervers :

Permettre l’identification au torero, cultiver le danger, la pulsion de mort, le besoin de voir mourir un animal pour se sentir vivant, c’est le fond même de la corrida. L’humanité s’est civilisée en se plaçant du côté du plus faible, en cultivant le sentiment de compassion. Ici au contraire, c’est le culte de la domination qui prévaut. » (Starozinski, 2011).

19Rien n’excuse aux yeux des anti-corrida le traitement infligé à un être « sentient », c’est-à-dire ayant la capacité d’éprouver des émotions et de la douleur, d’avoir des expériences subjectives. Leurs descriptions détaillées et les photographies dont ils font un usage constant multiplient les preuves de la souffrance du taureau et rappellent toutes les formes d’affaiblissement de l’animal avant son entrée dans l’arène. C. Kerbrat-Orecchioni (2021, p. 479) dénonce dans la position de F. Wolff « un double spécisme, affectif et philosophique […] : étant donné la supériorité ontologique de l’homme sur la bête, il est normal que celle-ci souffre, comme il est normal qu’elle soit défaite ».

1.4. Mots-valeurs et axes de la valorisation

Mots-valeurs

20Les mots-valeurs constituent des garants au nom desquels on s’estime habilité à porter des jugements de valeur, à justifier une préférence, à prendre position, à agir. Certains d’entre eux se trouvent liés par les aficionados aux spécificités de cette pratique et principalement centrés sur l’activité du torero : le courage, l’intelligence, la maîtrise de soi. La logique du combat implique, selon eux, que l’animal soit au diapason de ces valeurs :

La bravura est le symétrique pour le toro du courage pour l’homme. Ce n’est pas seulement sa « tauréité » qu’il démontre en étant bravo, c’est en quelque sorte sa « virilité » de macho – s’il est vrai que ce sens du courage (l’andreia grecque) désigne la vertu, plus proprement masculine du combattant. (Wolf, 2007, p. 81).

21Les maîtres-mots mobilisés par les anti concernent, eux, avant tout l’attitude à l’égard de l’animal (bienveillance, compassion, bien-être animal, harmonie) :

Aujourd’hui les valeurs ont changé, et il n’est plus de mise de détruire pour sacraliser ou sanctifier. Les hommes recherchent aujourd’hui bien-être et harmonie. Il existe des milliers de façons de se distraire, de faire partie d’un groupe ou d’affirmer son identité. Quel besoin avons-nous de faire souffrir les animaux pour le plaisir ?10

22Certains mots-valeurs, mobilisés par les deux camps, suscitent de ce fait des conflits argumentatifs sur leur signifié (respect, compassion, tradition). L’usage du mot respect fait ainsi débat. Les pro y recourent constamment, affirmant « respecter » leurs contradicteurs (et leur dégoût), mais surtout l’animal qui est tué dans l’arène :

La corrida est un spectacle fondé sur le respect du taureau, et sur la fascination que cet animal emblématique exerce depuis la nuit des temps dans les civilisations méditerranéennes et en Europe du Sud. (Zumbiehl, 2008)

23À quoi les anti rétorquent, par la bouche de C. Starozinski (2009), :

Je me demande comment on peut dire que l’on respecte un animal et qu’on le protège, et qu’en même temps, on va assister et on défend un spectacle qui n’est que le supplice du taureau, qui va durer un quart d’heure.

  • 11 Ce terme, comme beaucoup d’autres (amour, pitié, amitié, etc.), peut être rangé dans la catégorie (...)

24La compassion, qui semble une valeur très consensuelle11, et constamment invoquée par les anti, suscite en revanche l’ironie des aficionados qui dénoncent l’« étouffoir compassionnel » (Cordoba, 2009 : 120) et une sensiblerie à l’égard d’êtres inférieurs dans l’échelle hiérarchique  : « Oui ayons pitié sans doute : c’est essentiel à la communauté et constitutif de l’humanité. Mais sachons discerner les objets de notre compassion » (Wolff, 2010b).

Axes (ou registres) de la (dé)valorisation

  • 12 Nous renvoyons sur ce point à Charaudeau (1992), Galatanu (2018), Guerrini (1999 ; 2022).

25Outre le recours à des mots-valeurs ou à des mots de la même famille véhiculant le même signifié (respect => respecter, respectueux), l’usage de termes relevant de couples ou de séries de termes en tension permet d’orienter l’argumentation dans le sens de telle ou telle évaluation. Mais l’extrême variété des valeurs ou des marqueurs de (dé)valorisation susceptibles d’être mobilisés invite à les regrouper selon cinq grands axes (ou registres) correspondant aux oppositions courantes servant à porter des jugements de valeur12 : les axes moral/éthique (bien/mal, juste/injuste), esthétique (beau/laid), pragmatique (utile/nuisible), épistémique (véridique/trompeur), hédonique (agréable/désagréable).

  • 13 Cette interprétation, actuellement la plus diffusée dans les médias, est en rupture avec les justi (...)

26Les aficionados ont résolument placé leur résistance, depuis le début des années 2000, sur le terrain des valeurs esthétiques, éthiques et morales13. Les anti, hostiles au plaisir pris par les pro et sensibles à la souffrance infligée au taureau (axe hédonique), sceptiques voire franchement ironiques devant les prétentions esthétiques d’un spectacle de « boucherie », fondent leur indignation sur des considérations morales et éthiques diamétralement opposées. De part et d’autre, on invoque la vérité : « Dans l’arène […], tout est pour de vrai » déclare P. Aguado (dans Tomas et Vargas Llosa, 2013, p. 51) et les anti, de leur côté, ne cessent de dénoncer les truquages et l’imposture d’un faux combat. Enfin, sur un plan pragmatique, chaque camp défend une position différente sur les effets bénéfiques ou nocifs de l’éventuelle interdiction de la corrida : aurait-elle des conséquences catastrophiques ou favorables sur l’économie régionale ? sur le succès des férias ? sur l’écosystème rural ? Faut-il interdire l’accès des arènes aux mineurs de moins de seize ans pour leur épargner des traumatismes psychologiques ? La synthèse de la controverse proposée par C. Kerbrat-Orecchioni (2021, p. 479-480), résolument hostile à la corrida mais attentive aux arguments développés par les participants, montre bien, sans les expliciter ouvertement, comment la corrida suscite la convocation de ces différents registres.

2. Défenses et disqualifications littéraires de la corrida

27Afin de sensibiliser les élèves et les étudiant(e)s à la présence littéraire de cette controverse et à l’évolution des relations entre l’homme et l’animal dont elle témoigne, nous mettrons tout d’abord l’accent sur deux moments privilégiés, celui de l’essor de la corrida et celui de l’apogée de sa popularité.

2. 1. Deux moments privilégiés

La popularisation de la corrida

28Dès les années 1830-1840 où l’Espagne était à la mode, la corrida a constitué un ingrédient obligé d’une presse naissante avide de sensationnel. Plus tard, en promouvant la corrida à partir de 1853, Napoléon III chercha à complaire aux goûts de son épouse Eugénie de Montijo, mais aussi à procurer, dans un contexte d’exercice autoritaire du pouvoir, des divertissements spectaculaires dont la réputation avait été préparée, entre autres, par les articles de P. Mérimée (l’auteur de Carmen et ami de longue date de l’impératrice), de T. Gautier et d’A. Dumas.

29Il est frappant d’observer combien la problématique qui devait animer la controverse revêt ses traits essentiels dès les Lettres d’Espagne de Mérimée (1967 [1831], p. 227-228, nous soulignons) :

  • 14 Une note de notre édition (1981) précise : « On parlerait aujourd’hui de “chauvinisme” ».

Les courses de taureaux sont encore très en vogue en Espagne ; mais parmi les Espagnols de la classe élevée il en est peu qui n’éprouvent une espèce de honte à avouer leur goût pour un genre de spectacle certainement fort cruel ; aussi cherchent-ils plusieurs graves raisons pour le justifier. D’abord c’est un amusement national. Ce mot national suffirait seul, car le patriotisme d’antichambre14 est aussi fort en Espagne qu’en France. Ensuite, disent-ils, les Romains étaient encore plus barbares que nous, puisqu’ils faisaient combattre des hommes contre des hommes. Enfin, ajoutent les économistes, l’agriculture profite de cet usage, car le haut prix des taureaux de combat engage les propriétaires à élever de nombreux troupeaux. […] Le seul argument que l’on n’ose présenter, et qui serait pourtant sans réplique, c’est que cruel ou non, ce spectacle est si intéressant, si attachant, produit des émotions si puissantes, qu’on ne peut y renoncer lorsqu’on a résisté à l’effet de la première séance. […] Il faut en convenir à la honte de l’humanité, la guerre avec toutes ses horreurs a des charmes extraordinaires, surtout pour ceux qui la contemplent à l’abri.

30On reconnaît immédiatement le conflit entre les scrupules moraux (suscitant la honte) et le plaisir pris devant ce spectacle – reconnu comme cruel –, avec l’arrière-plan éthique de l’opposition barbare/civilisé. Mérimée, qui sourit de la mauvaise foi d’une justification invoquant une gradation dans la barbarie et note les atouts politiques et économiques de cette pratique, fonde son approbation sur son caractère intéressant (unissant évaluation hédonique et épistémique) et affiche une ironie et un amoralisme provocateurs. Dans une optique fréquemment reprise par les aficionados actuels, il place même la corrida du côté, non de la barbarie, mais de la civilisation et avoue qu’« Aucune tragédie au monde ne [l]’avait intéressé à ce point. » (ibid., p. 229) En un temps où Shakespeare est célébré par Stendhal et Hugo, la corrida se voit ainsi parée des prestiges de la tragédie, la perspective de la mort du torero, comme toute mort au combat, lui conférant un atout supplémentaire. T. Gautier (1981 [1843], p. 106), tout aussi enthousiaste que Mérimée, déclare qu’« une course de taureaux est un des plus beaux spectacles que l’homme puisse imaginer. ». Il ne dissimule pas ses aspects dérangeants, notamment le sort réservé aux chevaux qui, à cette époque et jusqu’à 1926, n’étaient pas protégés par un caparaçon (sorte de couverture matelassée destinée à amortir les coups de corne du taureau) et étaient fréquemment éventrés par le taureau (« Le pauvre animal, abandonné à lui-même, se mit à traverser l’arène en chancelant, comme s’il était ivre, s’embarrassant les pieds dans ses entrailles » (ibid., p. 117). Mais ce qui le séduit, c’est l’intensité du drame, « l’attention frénétique qu’excite cette situation » et qui vaut à ses yeux « tous les drames de Shakespeare ». Alexandre Dumas (1989 [1847-1848], p. 90) partage la même fascination pour un combat reposant avant tout, selon lui, sur l’opposition, commune aux hommes et aux animaux, du courage et de la lâcheté : « Il en est des taureaux comme des hommes […] il y en a de lâches et de braves, de francs et de rusés, de persévérants et d’oublieux ».

  • 15 É. Zola, dans une lettre datée du 8 oct. 1899 adressée au journaliste M. Laurent (cité par Hardoui (...)
  • 16 Il se baptise « gitano du socialisme, enfant de la France par la naissance, mais fils de l’humanit (...)

31À ces voix que l’histoire de la littérature du xixe siècle a retenues, on serait tenté d’opposer celles d’« humanitaires » tels que V. Hugo, V. Schoelcher et É. Zola. Mais aucun d’entre eux n’a produit une véritable description de la corrida15. C’est auprès de deux journalistes assez marginaux que l’on peut trouver une réaction de révolte véritablement argumentée. Le chirurgien anarchiste Cœurderoy16 (1855 [2007]) en exil, voyageant en Espagne, n’est pas insensible à la dimension esthétique du décorum, à l’allégresse populaire. Il reprend même à son compte la référence à Shakespeare : « Le grand génie de Shakespeare ne rêva pas de drame plus fécond en péripéties » (ibid., 1855 [2007], p. 13). Mais sa description de la corrida, sans concession, adopte le point de vue du taureau : « Je sympathise avec le taureau. C’est bête mais c’est juste ». Pour lui, « il ne s’agit que d’une besogne d’abattoir […] Dans cette lutte, une dizaine de bouchers assommeront un pauvre animal, et Dieu sera du côté des coupables » (ibid., p. 16).

32La journaliste Séverine, qui fut au début de sa carrière, à l’époque du Cri du Peuple, le soutien de J. Vallès, mena quant à elle en mai 1890, dans le journal Le Rappel, une campagne véhémente et victorieuse contre la tentative d’implanter la corrida à Paris. Prenant pour exemples les interdictions des combats de chiens et d’ours par Louis-Philippe, celle des combats de coqs et de rats par la reine Victoria, elle stigmatise cette jouissance prise dans la souffrance infligée à l’animal, au nom du respect dû au caractère « français » et « féminin » (ce qui est tout à fait novateur) :

Se dire délicieusement que l’acier fait mal dans cette chair, répondre par un frisson de plaisir au frisson de douleur, battre des mains parce qu’un forfait se commet sous le ciel impassible – mais dont la justice, voilée d’azur, siège quand même, sachez le bien ! – crier : « Bravo ! » parce que le sang coule, est-ce français, est-ce féminin !

Une popularité à son apogée

33Si nous nous projetons au milieu du xxe siècle, au moment de la période la plus faste pour la corrida en France, nous observons la même asymétrie entre la visibilité « littéraire » des aficionados et le peu de visibilité des anti-corrida, la même focalisation sur le courage des hommes et la même insensibilité au sort des taureaux.

34L’attitude d’un petit cercle d’aficionados constitué par J. Cau, S. de Beauvoir, J.-P. Sartre et C.  Lanzmann est significative. Les courses de taureau apparaissent à plusieurs reprises dans les Mémoires de S. de Beauvoir, et ce dès avant la deuxième guerre mondiale. À l’occasion de ses voyages en Espagne, elle tint à partager sa passion avec Sartre, puis plus tard avec C.  Lanzmann, initié quant à lui par J. Cau. Ce que la philosophe admire dans cette pratique, c’est l’implication physique des toreros, leur courage. Elle tient à se démarquer ainsi des « moralistes bourgeois » (« de purs esprits ») en valorisant le corps (vs l’esprit) à l’instar du peuple. Se situant systématiquement du point de vue de l’être humain, elle voit dans la corrida une création de beauté :

Pris entre les caprices de la bête et l’exigeante attente des spectateurs, le torero risquait sa peau ; ce danger était la matière première de son travail […] Chaque combat était une création ; peu à peu, je démêlai ce qui en faisait le sens, et parfois la beauté. Bien des choses encore m’échappaient, mais je fus mordue, et Sartre aussi. (de Beauvoir, 2018 [1960], p. 429).

  • 17 J.-P. Sartre (1983), p. 250.

35Ce dernier, lecteur enthousiaste des Bestiaires d’Henry de Montherlant qui contribua puissamment à ancrer l’idée d’une tradition millénaire de la tauromachie, n’est guère disert à propos de la corrida et rapporte une expérience particulièrement décevante17. Mais il continua à suivre S. de Beauvoir dans sa passion pour cette tauromachie.

  • 18 C. Kerbrat-Orecchioni (2019, p. 204) présente une analyse très fine de cet ouvrage.

36Les aficionados pouvaient d’ailleurs, dans leur désir de ne rien négliger de leur passion et montrer leur capacité de compassion, intégrer des épisodes manifestant leur capacité d’empathie avec l’animal. C’est ainsi que J. Cocteau (1957, p. 96) rapporte dans une longue parenthèse de La Corrida du 1er mai, le cas d’un jeune paysan qui, en 1936, aurait obtenu la grâce du taureau qu’il nourrissait dans un élevage de Salamanque. Comment ? « En sautant dans l’arène, en échangeant avec lui des caresses à la minute où [l’animal] semblait le moins apte à ressentir la moindre gratitude pour les humains ». Cette trame narrative fut exploitée par le scénariste américain J. Trumbo dans un film d’I. Rapper qui obtint l’Oscar de la meilleure histoire originale (The Brave One, 1956) et qui fit l’objet en France d’une adaptation romanesque par J. Denys (1959), Les Clameurs se sont tues. Cette œuvre se trouve être la seule manifestation littéraire notoire d’une remise en cause de la corrida qui, à cette époque, n’était guère audible dans les milieux intellectuels18.

2.2. De l’allégorie au don de la parole : figures du taureau

37Que ce soit pour exalter un « combat héroïque » ou pour disqualifier une intolérable « torture », certaines techniques d’écriture spécifiques sont mobilisées (ou critiquées) dans les deux camps, l’enjeu étant de fournir l’image la plus appropriée de la relation homme/animal. La production littéraire anti-corrida étant jusqu’ici relativement pauvre, c’est dans des pamphlets, des chansons ou des articles de dénonciation que nous trouvons des alternatives aux efforts de promotion littéraire des aficionados.

2.2.1. Allégorie et interprétation symbolique

38Sollicité par le canadien H. Aquin impressionné par ses Mythologies, R. Barthes (2009 [1959]) accepta d’écrire le commentaire d’un film intitulé Les sports et les hommes qui débute par un éloge de la corrida. Dans un esprit profondément anthropocentriste, le texte procède à une essentialisation des actants et à leur allégorisation :

La corrida va dire aux hommes pourquoi l’homme est le meilleur […] Courage, science et beauté, voilà ce que l’homme oppose à la force de la bête, voilà la preuve humaine, dont la mort du taureau va être le prix. (ibid., p. 15-19).

  • 19 F. Wolff en a donné une version particulièrement cohérente dans Philosophie de la corrida (2007).

39Cette lecture symbolique de la corrida véhicule une doxa moderniste encore bien vivante aujourd’hui19 et se heurte à l’objection de celles et ceux qui refusent que le taureau concret (et souffrant) devienne une entité symbolique :

Le taureau devient le support de toutes sortes de symboles, de telle manière que la réalité de ce qui lui arrive tout au long de ce « combat » disparaît au profit d’une interprétation. Mais ici, l’interprétation se fait, à proprement parler, sur le dos du taureau. (Scharapan, 2009, p. 142).

2.2.2. Analogie

  • 20 C. Plantin (2016), qui recourt à cette terminologie (Domaine Ressource/Domaine Cible) parle de « c (...)

40Dans une démarche qui peut paraître moins abstraite, les aficionados font un usage fréquent de l’analogie afin de modifier le statut de l’animal, et par contrecoup, la représentation de l’action. É. Baratay et É. Hardouin-Fugier (1995, p. 114-118) ont proposé, pour caractériser ce type d’opération discursive, présente également dans la littérature populaire et dans les fables animalières, le concept de transcatégorialité, « mécanisme par lequel on sort une entité de sa catégorie ». Selon le Domaine ressource auquel on fait appel à travers sa définition (sport, combat, rituel, sacrifice, art), l’analogie conduit à valoriser, voire idéaliser, les entités du Domaine cible (le taureau ou le torero)20. Ainsi, lorsque J. Cau (1963) présente la corrida comme la production d’une sculpture, le taureau se voit clairement réifié :

La tauromachie consiste à toréer et à mettre à mort un toro en fabriquant de la beauté. Autrement dit, le taureau est au torero ce que le marbre (par exemple) est au sculpteur : une matière possédant (ou hélas ne possédant pas) telle ou telle qualité.

41Mais l’analogie peut servir des relations moins sommaires, de connivence, de partenariat, et même d’entente érotique. La mobilisation de ce dernier Domaine ressource, amorcée dans Les Bestiaires d’H. de Montherlant, trouve sa forme exemplaire dans Miroir de la tauromachie de M. Leiris (1989 [1938], p. 50-51) dont la réussite poétique a beaucoup contribué à la diffusion d’une image séduisante de la corrida :

Dans la passe tauromachique aussi bien que dans le coït, il y a cette montée vers la plénitude (approche du taureau) puis le paroxysme (le taureau s’engouffrant dans la cape en frôlant de sa corne le ventre de l’homme aux pieds rivés) ; enfin la séparation des deux acteurs, la divergence après l’intime contact, la chute, le déchirement. Lorsque le taureau, répondant bien, l’homme sachant le travailler, l’un et l’autre s’engagent dans le mouvant labyrinthe de la série de passes liées (au cours de laquelle les deux adversaires, ne se quittant que pour se reprendre, apparaissent peu à peu enrobés l’un dans l’autre), un vertige se crée, qui rappelle de près le vertige érotique. Comme dans l’acte amoureux, avant la crise finale, l’on reste suspendu, dans l’angoisse que cela cesse, l’extase émerveillée que cela néanmoins continue.

42L’habileté stylistique d’une phrase sinueuse, combinant description et fantasme, empathie voluptueuse et distanciation (par le jeu des participes présents et des parenthèses), vise un effet de séduction analogue à ce qu’il représente. Devant les multiples déclinaisons de cette figure, reprise par de nombreux toreros, le pamphlétaire C. Laborde (2009, p. 113) dénoncera, en termes crus et explicites, l’imposture de ce prétendu « accouplement » :

« L’érotisme de la corrida, faut les entendre discourir sur l’érotisme de la corrida, le sang des taureaux comme sang menstruel, le taureau comme phallus, la muleta rose s’ouvrant comme une chatte ».

43Pour les anti-corrida, auxquels les aficionados reprochent l’usage qu’ils font du terme de torture, il ne s’agit en revanche aucunement d’une analogie, mais bien du sort effectif infligé aux taureaux dans l’arène.

2.2.3. Hypotypose

44Destinée, par une peinture vive et frappante, à mettre « sous les yeux » du lecteur la scène ou l’objet représenté, l’hypotypose répond à sa curiosité et à son désir de vérité. Chez Henry de Montherlant, la vision rapprochée, associée à la métaphore de la vague, suit le mouvement des deux protagonistes avec précision :

De nouveau l’étoffe capte cette fureur maniée, la dirige, et sous la muleta sauvage, pleine de sable, de bave, de sang, de déchirures, la bête s’écoule comme une vague et puis – ha ! se dresse comme la vague dans le claquement des banderilles (1954 [1928], p. 221).

45Mais sous la plume d’un spécialiste de l’histoire animale, averti des particularités de l’appareil oculaire déficient des taureaux, la précision descriptive, loin de célébrer cette pratique, joue un rôle démystificateur :

Tout cela rejaillit sur le comportement du taureau qui, entré tête haute et lançant vigoureusement les cornes en longueur, perd ensuite sa vigueur, baisse sa tête de plus en plus pesante, d’abord à l’horizontale puis contre le sol, donne de moins en moins de coups de corne, moins vivaces, plus courts, souffle de plus en plus la bouche ouverte, en crachant le sang, répond de moins en moins aux excitations, ne veut plus quitter son territoire d’autant qu’il entend, sent et voit de moins en moins, sa vue notamment se faisant moins nette, brouillée, surtout à l’avant (Baratay, 2012, p. 238).

2.2.4. Prosopopée

46Pour remédier à l’anthropocentrisme des aficionados et à l’absence de prise en considération du point de vue animal, certains anti-corrida ont eu l’idée de donner la parole au taureau. Le premier fut E. Cœurderoy qui se présente comme son porte-parole : « Je revendique, pour lui parce qu’il ne parle pas notre langue, parce que nous pouvons prétendre que nous ne comprenons pas ses mugissements de douleur ». Après avoir lyriquement évoqué la difficulté de donner forme aux émotions et aux représentations de l’animal (« Qui dira ses transports de fureur et ses instincts de vengeance ? Qui dira les passions meurtrières dont il est agité ? »), il finit par lui donner brièvement la parole :

« Que me veulent ces hommes ? Que leur ai-je fait, et pourquoi me harceler ainsi ? Qu’ai-je de commun avec eux ? Et quand finira ce long supplice ?
– Que résoudre ? Vendre chèrement ma vie, m’abattre sur les groupes les plus compacts, et tuer tout sur mon passage sans compter les ennemis ? » (Cœurderoy, 1855 [2007], p. 22).

  • 21 Pour une contextualisation de cet épisode marquant de l’histoire de la corrida, on se reportera ut (...)

47Ce type de discours fictif prêté au taureau Islero, « meurtrier » du célèbre Manolete, prend, dans la chanson éponyme d’H. Tachan (1979), le ton de la vengeance : « Manolete, Manolete, grand héros/On t’f'ra la fête, t’f'ra la peau. »21 Signe manifeste du choix des anti-corrida de recourir, dans leur communication, à la voix des médias, la chanson de F. Cabrel (1994), La Corrida fut placée en épigraphe de la proposition de loi du député A. Caron, déposée le 11 octobre 2022 :

Je les entends rire comme je râle et je les vois
Danser comme je succombe
Je pensais pas qu’on puisse autant
S’amuser autour d’une tombe
Est-ce que ce monde est sérieux ?

  • 22 Les dernières pages du livre de R. Lahana (2014, p. 359-368), Corrida La Honte, associent texte et (...)
  • 23 Vargas Llosa y verra un « manifeste Nouveau » de la corrida.

48Si ce procédé se rencontre plus fréquemment chez les anti-corrida22, il a fait son apparition dans un livre préfacé par D. Podalydès, Dialogue avec Navigante (2013) qui rassemble deux prosopopées, écrites l’une par le torero le plus célèbre actuellement, J. Tomas, l’autre par le prix Nobel M. Vargas Llosa. Blessé lors d’une corrida par le taureau Navigante, le torero raconte avoir entretenu durant sa convalescence un long dialogue avec l’auteur de sa blessure. L’animal, malgré quelques reproches et le rappel d’une dette, se fait le porte-parole de son adversaire, reprenant la rhétorique des aficionados23 :

D’abord, c’est grâce à nos charges que ta vie prend tout son sens. Face à nous, dans l’arène, tu te sens davantage vivant, tu peux t’exprimer en nous toréant et, dans cette union avec nous, atteindre l’art. Tu crées du rêve pour le public qui vient te voir aux arènes, de l’émotion quand tu t’accordes avec nous, en harmonie avec nos charges. (J. Tomas et M. Vargas Llosa, 2014, p. 17).

49Cette apologie paradoxale de la corrida par une de ses victimes s’achève sur cet aphorisme censé en célébrer l’authenticité : « Dans l’arène, on ne peut plus faire semblant. Tout est vrai ».

50Faire parler le taureau, cette catégorie particulière des « sans-voix », semble ainsi devenir, pour les adversaires des deux camps, l’ultime arme rhétorique.

3. L’exigence de vérité

  • 24 Au sens où l’entend B. Morizot : « Ce concept ne sert pas à écarter ou rabaisser l’humain, au cont (...)

51Dans la perspective des études littéraires (notamment en Humanités, Littérature et Philosophie) ou de la Culture générale (dans des sections post-Bac), l’étude des relations homme/animal, du fait qu’elle pose de manière concrète la question du « vivant24 », devrait revêtir une place grandissante dans les années qui viennent. Il paraît donc souhaitable que les apprenant(e)s disposent d’une approche à la fois informée et sensible leur permettant de comprendre les évolutions dont ils sont les héritiers et les témoins afin de former leur jugement. Pour cela ils doivent être invités à distinguer ce qui relève de la construction mythique (ou de l’élaboration d’un texte de plaisir) et ce qui peut faire l’objet d’une vérification scientifique. En d’autres termes à distinguer les énoncés marquant une adhésion subjective à une « vérité » (ressentie comme telle par ceux qui l’énoncent) de ceux dont la qualité épistémique est justiciable d’une évaluation rationnelle, sous le contrôle d’une communauté compétente.

52Concernant la corrida et le traitement réservé au taureau, il convient de faire plusieurs remarques :

  • 25 Déclaration de l’Ordre des vétérinaires (2016).

53– contrairement aux allégations des aficionados, il existe en France un consensus des vétérinaires pour dénoncer la souffrance infligée aux taureaux25 :

Les spectacles taurins sanglants, entraînant par des plaies profondes sciemment provoquées, des souffrances animales foncièrement évitables et conduisant à la mise à mort d’animaux tenus dans un espace clos et sans possibilité de fuite, dans le seul but d’un divertissement, ne sont aucunement compatibles avec le respect envers les animaux.

54– le prétendu danger des toreros est insignifiant au regard du nombre de taureaux tués. Selon l’historienne É. Hardouin-Fugier (2005, p. 233) entre 1950 et 2003, 1 torero est tué pour 41 500 taureaux, soit une proportion de 0,0023 %.

55– l’historien É. Baratay et la philosophe C. Pelluchon (2014) attirent à juste titre l’attention sur les particularités de l’appareil oculaire du taureau :

L’art du torero perd complètement de son prestige une fois que l’on a compris qu’il triche avec cet animal qui dispose d’un large champ panoramique mais possède une vue binoculaire réduite à l’avant, ce qui fait qu’évaluant mal les distances et distinguant surtout les mouvements, il ne charge pas l’homme, mais seulement sa cape.

56Ces particularités, exposées en détail par un vétérinaire aficionado dans un ouvrage qui fait autorité (Daulouède, 1990), explique la facilité relative avec laquelle les toreros sont capables de dominer l’animal.

57– enfin il est constamment question chez les aficionados de ce qu’il convient de voir lorsque l’on assiste à une corrida : un sport, un art, un sacrifice, etc., ce qui recoupe le problème des définitions en écartant systématiquement toute description en termes de souffrance du taureau. À cela J.-B. Jeangène-Vilmer (2010), auteur notamment du Que sais-je ? sur l’éthique animale, répond :

Ce n’est pas le taureau qui voit ce que les hommes appellent un combat comme un « combat ». Ce n’est pas lui qui fait preuve de noblesse dans un coup de corne, d’héroïsme ou de bravoure lorsqu’il continue de se défendre tout en se vidant de son sang. Ce sont les hommes qui lui attribuent ces qualités humaines, pour rendre la comparaison possible.

Conclusion

58La séduction des reportages pittoresques de la génération romantique et le prestige intellectuel des aficionados modernistes ont beaucoup compté dans la diffusion d’une image positive de la corrida privilégiant la figure héroïque du torero et invisibilisant la souffrance du taureau. Les anti-corrida, convaincus quant à eux de l’évidence éthique de leur cause, s’en sont longtemps remis, pour faire partager leur indignation, à la force des images (photos de taureaux ensanglantés, de piques, de banderilles et d’épées) et à des descriptions scandalisées dans des publications militantes de peu d’audience.

59Les progrès de l’éthologie, une attention nouvelle aux souffrances d’animaux désormais reconnus comme êtres sentients, changent le regard sur cette pratique. Alors que s’effrite le postulat d’une domination absolue de l’homme sur la nature, émerge une nouvelle sensibilité qui contraint la perception des actes effectués dans l’arène, modifie le statut des êtres humains et non-humains qui y sont impliqués, et reconfigure les normes esthétiques et éthiques.

60Initier à l’évolution des systèmes de valeurs, dont témoignent la littérature, la philosophie et l’histoire, implique de souligner les changements qui affectent la relation de l’homme avec son environnement, par exemple avec les animaux, et devrait inciter à un examen critique. Nous reconnaissons dans ce cas précis une difficulté inhérente à l’étude de textes du passé : nous pouvons apprécier leur intérêt documentaire et leur qualité esthétique, surtout quand il s’agit de textes ayant une ambition littéraire, sans que nous soyons tenus d’adhérer à certains jugements éthiques qui, lors de leur publication, recueillaient aisément l’assentiment de leur lectorat, mais qui, désormais, doivent être examinés avec beaucoup plus de circonspection et de distance interprétative.

Haut de page

Bibliographie

Textes théoriques sur l’argumentation et les valeurs

Charaudeau, P. (1992). Grammaire du sens et de l’expression. Paris : Hachette.

Galatanu, O. (2018). La Sémantique des possibles argumentatifs. Génération et (re)construction discursive du sens linguistique. Bruxelles : P. Lang.

Guerrini, J.-C. (2022) Conflits de valeurs et corrida. Une étude argumentative de la controverse. Paris : Éd. L’Harmattan.

Kerbrat-Orecchioni, C. (2009) [1980]. L’Énonciation. De la subjectivité dans le Langage. Paris : A. Colin.

Kerbrat-Orecchioni, C. (2016), « De la linguistique de l’énonciation à l’analyse du discours en interaction : l’exemple des axiologiques ». In : Colas-Blaise, M., Perrin, L. & Tore, G. M. (dirs). L’Énonciation aujourd’hui. Un concept clé de sciences du langage. Limoges : Lambert-Lucas. p. 341-359.

Lavelle, L. (1951). Traité des valeurs. Paris : Presses universitaires de France.

Perelman, C. et Olbrechts-Tyteca, L. (1988) [1958]. Traité de l’argumentation. La Nouvelle Rhétorique. Paris : Presses universitaires de France.

Plantin, C. (2016). Dictionnaire de l’argumentation. Une introduction aux études d’argumentation. Lyon : ENS éditions.

Sur la corrida et la condition animale

Baratay, É. & Hardouin-Fugier, É (1995). La Corrida. Paris : Presses universitaires de France

Baratay, É. (2012). Le Point de vue animal. Une autre version de l’histoire. Paris : Éd. Le Seuil.

Baratay, É. (2017). Biographies animales. Paris : Éd. Le Seuil.

Barthes, R. (2004) [1959]. Le Sport et les hommes. Texte du film Le sport et les hommes d’Hubert Aquin. Montréal : Presses de l’université de Montréal.

Beauvoir, S. (de) (2018) [1960]. « La Force de l’âge ». In : Jeannelle, J.-L. & Lecarme-Tabone, É., Mémoires I. Paris : Gallimard.

Cabrel, F. (1994). La Corrida. In : Samedi soir sur la terre. Paris : Chandelle.

Cau, J. & Dalain, Y. (1963). Vie et mort d’un toro brave. Paris : Denoël.

Cocteau, J. (1957). La Corrida du 1er mai. Paris : B. Grasset.

Cœurderoy, E. (2007) [1855]. De la corrida. Paris : Carnets de l’Herne.

Daulouède, P. (1990). Les Carnets du vétérinaire ou la corrida à l’envers. Bayonne : Peña Taurine Côte Basque.

Denys, J. (1959). Les Clameurs se sont tues. Tours : Mame Éditions.

Dumas, A. (1989) [1847-1848]. Impressions de voyages de Paris à Cadix. Paris : F. Bourin. En ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1477410.

Fontenay, É. (de) (2007). « Apologie de la corrida. Retour sur une maltraitance festive ». Libération, 8 nov. En ligne : https://www.liberation.fr/tribune/2007/11/08/apologie-de-la-corrida-retour-sur-une-maltraitance-festive_105730/.

Gautier, T. (1981) [1841]. Voyage en Espagne. Paris : Gallimard, p. 88-90.

Hardouin-Fugier, É. (2005). Histoire de la corrida en Europe du xviiie au xxie siècle. Paris : Éd. Connaissances et Savoirs.

Jeangène-Vilmer, J.-B. (2010). « Les sophismes de la corrida ». Libération, 31 août. En ligne : https://www.liberation.fr/societe/2010/08/31/les-sophismes-de-la-corrida_675468/.

Kerbrat-Orecchioni, C. (2019), « Argumentation et vérité : le cas du discours sur la corrida ». Studii de lingvistică 9 (1), p. 189-206. En ligne : http://studiidelingvistica.uoradea.ro/arhiva-fr-9-1-2019.html.

Kerbrat-Orecchioni, C. (2021). Nous et les autres animaux. Limoges : Lambert-Lucas.

Laborde, C. (2009). Corrida, basta!. Paris : R. Laffont.

Lahana, R. (2014). Corrida la honte. Nîmes : Éd. du Puits du Roulle.

Leiris, M., (1989) [1938]. Miroir de la tauromachie. Saint-Clément : Éd. Fata Morgana.

Mérimée, P. (1967) [1831]. « Lettres adressées d’Espagne au directeur de la “Revue de Paris” ». In : Romans et nouvelles. Tome I. Paris : Classiques Garnier.

Montherlant, H. (de) (1929) [1926]. Les Bestiaires. Paris : Plon.

Pelluchon, C. (2014). « Finissons-en avec la corrida ». Libération, 4 nov.

Sartre, J.-P. (1983). Lettres au Castor et à quelques autres. Paris : Gallimard.

Séverine (1890). « Le Sang ». Le Rappel, 14 mai. En ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75433970.

Scharapan, M. (2009). « Entretien avec Michèle Scharapan : la corrida déguisée en Art ». Revue Semestrielle de Droit Animalier 2, p. 141-144. En ligne : https://www.unilim.fr/omij/publications-2/revue-semestrielle-de-droit-animalier/.

Starozinski, C. (2009). « Faut-il, interdire la corrida ? Discussion avec Evelyne Lanfranchi ». La Provence, 11 avr.

Starozinski, C. (2011). « La corrida fait-elle partie de la culture française ? Discussion avec A. Viard ». L’Humanité, 10 juin.

Tachan, H. (1997). « Manolete ». In : Une pipe à pépé, CD. Auvidis Chorus.

Tomas, J. & Vargas Llosa, M. (2013). Dialogue avec Navegante. Vauvert : Éd. Au diable vauvert.

Wolff, F. (2007). Philosophie de la corrida. Paris : Fayard.

Wolff, F. (2010a). 50 raisons de défendre la corrida. Paris : Éd. Mille et une nuits.

Wolff, F. (2010 b). « Gare à l’idéologie animaliste ». L’Humanité, 15 sept.

Zumbiehl, F. (2008). Le Discours de la corrida. Lagrasse : Verdier.

Haut de page

Notes

1 Les tauromachies camarguaise et landaise, sans mise à mort, ne sont pas concernées ici.

2 Loi Grammont du 2 juill. 1850 : « Seront punis d'une amende de cinq à quinze francs et pourront l'être d'un à cinq jours de prison, ceux qui auront exercé publiquement et abusivement des mauvais traitements envers les animaux domestiques ».

3 Cette dérogation a été confirmée par le Conseil Constitutionnel le 21 sept. 2012. Les sévices graves ou les actes de cruauté commis sur un animal domestique, apprivoisé ou tenu en captivité, sont passibles actuellement, dans les autres parties du territoire français, de 3 ans d’emprisonnement et de 45 000 € d’amende. Lorsque les faits ont entraîné la mort de l’animal, les peines sont portées à 5 ans d’emprisonnement et à 75 000 € d’amende (article 521.1 du Code Pénal, version en vigueur depuis le 2 déc. 2021).

4 C. Kerbrat-Orecchioni (2009 [1980], p. 70 ; 2016, p. 344) distingue les axiologiques intrinsèques dont le trait sémantique positif ou négatif est constant (comme chauffard) et les axiologiques occasionnels dont l’orientation est déterminée par le seul co(n)texte (comme commercial). Le mot axiologique employé par les philosophes, mais aussi par les sémioticiens et les linguistes, peut être considéré comme l’adjectif relationnel manquant du substantif valeur.

5 F. Wolff est considéré depuis de nombreuses années comme le porte-parole le plus autorisé des partisans de la corrida.

6 Rubrique « Violence envers l’animal », Fédération des Luttes pour l’Abolition des Corridas (Flac). En ligne : https://flac-anticorrida.org/violence-et-corrida/violence-envers-animaux/.

7 Observatoire National des Cultures Taurines (ONCF, 2013), « Communiqué de l’Observatoire. En ligne : http://vingt-passes-pas-plus.over-blog.org/article-communique-de-l-observatoire-121505427.html ; https://www.culturestaurines.com/.

8 Flac (2015), « Une pétition pour la démocratie ». En ligne : https://flac-anticorrida.org/une-petition-pour-la-democratie/comment-page-27/.

9 Les auxiliaires du torero.

10 Rubrique « Violence envers l’animal », Flac. En ligne : https://flac-anticorrida.org/violence-et-corrida/violence-envers-animaux/.

11 Ce terme, comme beaucoup d’autres (amour, pitié, amitié, etc.), peut être rangé dans la catégorie des termes affectifs, mais aussi mobilisé comme valeur.

12 Nous renvoyons sur ce point à Charaudeau (1992), Galatanu (2018), Guerrini (1999 ; 2022).

13 Cette interprétation, actuellement la plus diffusée dans les médias, est en rupture avec les justifications fondées sur une conception transgressive des liens entre mort et sexualité tels qu’ils apparaissaient par exemple chez G. Bataille dans Histoire de l’œil. Pour F. Wolff, « C’était une autre époque, c’était le surréalisme, c’était une apologie de la cruauté qui avait son esthétique et qui n’a évidemment plus de sens aujourd’hui » (France Culture, « Face à la corrida », 24 novembre 2012).

14 Une note de notre édition (1981) précise : « On parlerait aujourd’hui de “chauvinisme” ».

15 É. Zola, dans une lettre datée du 8 oct. 1899 adressée au journaliste M. Laurent (cité par Hardouin-Fugier, 2005), s’alarme des conséquences morales d’une pratique qu’il réprouve : « Je suis absolument contraire aux courses de taureaux qui sont des spectacles abominables. On finira par nous faire une jolie France, à la veille du xxe siècle, si tous les braves gens ne se mettent pas en travers ».

16 Il se baptise « gitano du socialisme, enfant de la France par la naissance, mais fils de l’humanité par les actes » (ibid., p. 15).

17 J.-P. Sartre (1983), p. 250.

18 C. Kerbrat-Orecchioni (2019, p. 204) présente une analyse très fine de cet ouvrage.

19 F. Wolff en a donné une version particulièrement cohérente dans Philosophie de la corrida (2007).

20 C. Plantin (2016), qui recourt à cette terminologie (Domaine Ressource/Domaine Cible) parle de « catégorie couvrante » à propos de l’analogie (« Métaphore, comparaison, proportion, similitude exploitent l’analogie sous différentes formes et définitions »).

21 Pour une contextualisation de cet épisode marquant de l’histoire de la corrida, on se reportera utilement au texte d’É. Baratay dans Biographies animales (2017). Rendant compte du célèbre affrontement, l’auteur y expérimente une forme d’écriture ingénieuse juxtaposant, selon un code graphique approprié, des impressions et réactions attribuées à l’animal (rendues principalement par des substantifs et des verbes à l’infinitif), des explications cliniques sur l’évolution de son état, des commentaires techniques relevant de la tauromachie et des informations sur les comportements de Manolete, de son équipe et du public.

22 Les dernières pages du livre de R. Lahana (2014, p. 359-368), Corrida La Honte, associent texte et photos dans une longue prosopopée.

23 Vargas Llosa y verra un « manifeste Nouveau » de la corrida.

24 Au sens où l’entend B. Morizot : « Ce concept ne sert pas à écarter ou rabaisser l’humain, au contraire, il sert à le penser de manière plus juste, et donc à le défendre mieux. Les mots “biodiversité” ou “environnement” ne nous incluent pas : ce sont des concepts qui réactivent l’extériorité fondatrice de l’humain envers son propre tissage » (« Le “vivant” n’est pas un slogan, c’est une carte pour s’orienter », Le Monde, 22 sept. 2021. En ligne : https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/09/22/baptiste-morizot-le-vivant-n-est-pas-un-slogan-c-est-une-carte-pour-s-orienter_6095555_3244.html).

25 Déclaration de l’Ordre des vétérinaires (2016).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Guerrini, « La corrida au crible des valeurs. Une approche argumentative »Pratiques [En ligne], 199-200 | 2023, mis en ligne le 20 décembre 2023, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/pratiques/13426 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pratiques.13426

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Guerrini

ENS de Lyon, Icar, F-69342 Lyon, France

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search