Navigation – Plan du site

AccueilNuméros199-200Approches théoriques et propositi...Représenter la vie intérieure des...

Approches théoriques et propositions linguistiques

Représenter la vie intérieure des animaux

Representing the inner life of animals
Alain Rabatel

Résumés

L’article problématise la notion de « mise en scène des discours animaux » en montrant que la représentation de leur intériorité (de leurs perceptions, émotions, pensées et actions intentionnelles) ne passe pas nécessairement par le choix de les faire parler. Après une première partie faisant le point sur les spécificités de la notion de communication animale et sur la notion empathique et énonciative de point de vue, une deuxième partie étudie différents modes de représentation des discours et des points de vue animaux dans deux genres littéraires, des fables et un récit réaliste. Une troisième partie analyse des modes de représentation de l’intériorité animale dans un texte scientifique, confirmant que les réussites de la communication animale ne requièrent pas de discours et que si les êtres humains font parler les animaux, c’est à des fins ludiques et argumentatives variées, ayant des conséquences esthétiques, philosophiques, éthiques ou épistémologiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Certes, le ton humoristique des extraits de F. de Waal est assez peu représentatif de la littératu (...)

1L’objectif du présent article est d’analyser des « textes qui tout à la fois mettent en scène des discours animaux et sont porteurs d’un discours sur les animaux » (Lawson, ce numéro). Ces écrits correspondent le plus souvent à des fictions, mais ils peuvent aussi caractériser des textes scientifiques, certes moins fréquents que les premiers. Je souhaite examiner comment ces deux formations discursives se situent par rapport à cette mise en scène. Assurément, dans le cadre d’un article, il est impensable de rendre compte exhaustivement des modes de mise en scène des discours sur les animaux tant dans le monde des fictions que dans celui des discours scientifiques. L’objectif, plus limité, est d’analyser quelques exemples dans des genres littéraires les plus portés vers la représentation des animaux, celui des textes moralisateurs d’une part (« Le Renard et la Cigogne », « Le Loup et l’Agneau », de La Fontaine), des textes réalistes d’autre part (Le roman de Miraut, chien de chasse, de Louis Pergaud, 2009 [1913]) ; il est ensuite de comparer ces mises en scène avec un texte scientifique sensible à la restitution de l’intentionnalité animale : Différents. Le genre vu par un primatologue de Frans de Waal1. J’ajoute que ce double examen ne cherche pas à contraster des stratégies différentes selon les domaines ou les genres, ni même selon l’évolution des genres et de nos connaissances sur le monde animal. Il est plutôt de problématiser la notion de « mise en scène des discours animaux » en lien avec l’attention portée à l’intériorité animale, en montrant que sa représentation – avec les perceptions, émotions, pensées et actions qui vont de pair – ne passe pas nécessairement par le choix de les faire parler et que, si les êtres humains font parler les animaux, c’est à des fins ludiques et argumentatives variées, esthétiques, philosophiques, éthiques ou épistémologiques.

2Cependant, je dois noter d’emblée que l’expression « mettre en scène des discours animaux » est ambiguë, car elle peut indiquer que les discours animaux sont le résultat d’une mise en scène humaine, autrement dit qu’ils n’existeraient pas sans elle, ou, au contraire, qu’il existe des discours animaux autonomes faisant l’objet, de surcroît, d’une scénographie particulière. Bien sûr, la polysémie est volontaire, mais je crois utile, d’un point de vue scientifique, d’éclaircir cette question dans une première partie, où je présenterai aussi le concept de point de vue, à même de rendre compte des représentations empathiques et énonciativo-discursives de la vie intérieure de certains animaux, formulation plus conforme à mes conceptions. Une deuxième partie sera consacrée à l’analyse des représentations humaines des points de vue animaux dans des textes littéraires d’époque et de genres différents. Une troisième partie élargira la réflexion à deux exemples scientifiques montrant que les animaux communiquent fort bien sans parler et que, s’ils « parlent », leur parole relève d’un comme si ludique à visée épistémologique et éthique pour mieux faire partager l’intériorité complexe des mondes animaux et d’émouvantes proximités avec le monde des humains.

1. Cadres théoriques

1.1 Langues animales, langages animaux, discours animaux, communication animale

3Le premier point à examiner est celui de l’existence de ce que d’aucuns nomment « discours animaux », « langage animal », « langue animale » ou « communication animale », ce que je ferai en développant les analyses présentées dans Rabatel 2017a et Rabatel, 2023a, p. 158-160. Ces dénominations s’inscrivent dans des réflexions sur la coupure ou au contraire le continuum entre l’Homme et l’Animal (de Fontenay & Finkielkraut, 1998 ; Cyrulnik, 1998). La déconstruction darwinienne de la thèse de la coupure radicale Homme/Animal légitime une approche continuiste, qui, toutefois, ne clôt pas la réflexion sur des spécificités de l’espèce humaine, une, par rapport à la très grande diversité des espèces animales. Si les humains partagent beaucoup avec les animaux, ils sont aussi, par bien des aspects, différents d’eux. Beaucoup de critères du propre de l’Homme – bipédie, développement du cerveau, regard éloigné, moindre consommation énergétique, fabrication des outils, langage, évocation de l’absent, stylisation, réflexivité, prohibition de l’inceste, échanges (des biens, des femmes, des paroles) – ont été avancés, puis discutés à mesure de l’avancée de nos connaissances. Il n’en reste pas moins que, cumulés, ils produisent un saut qualitatif, du processus d’hominisation, à partir de la donnée initiale de la bipédie, vers celui d’humanisation (Wolff, 2019, p. 120-127). Certes, on sait aujourd’hui que certaines espèces animales, telles les chats, sauvages, domestiques ou de compagnie (Baratay, 2021a), ou les primates (de Waal, 2022), peuvent développer des habitudes culturelles différentes, voire des comportements propres à une individualité, en sorte que les animaux ne se réduisent pas à la biologie de leur espèce, ce qui les rapproche en cela des êtres humains. De même pour la faculté animale de sentience (Kerbrat-Orecchioni, 2021, p. 111-112).

  • 2 Voir l’article « Conclusion. Concepts adaptés, variations traquées » (Baratay, 2021c, p. 281) : «  (...)

4Les enjeux épistémologiques, philosophiques, politiques et éthiques de l’étude des animaux et de leurs caractéristiques par rapport à celles des êtres humains sont inévitables, comme le rappellent, outre les œuvres citées ci-dessus, celles de Peter Singer (2012 [1975]) ou encore d’Élisabeth Fontenay (2021). Ils peuvent conduire à relativiser les différences entre les mécanismes complexes de la communication animale et les langues humaines, au titre d’une optique continuiste, juste dans son principe, mais qui demande à être claire sur ses concepts et ses méthodes, dissociant les concepts de spécificité d’une part, d’exceptionnalité et de supériorité d’autre part2. Ces enjeux ne peuvent donc pas tenir lieu d’arguments pour ne pas poser la question des spécificités de la communication animale par rapport à la communication humaine, à la place centrale des langues et de leurs usages, oraux, écrits, oralo-graphiques, numériques/digitaux, corrélés à d’autres sémioses, iconiques, sonores, etc. De ce point de vue, l’espèce humaine se caractérise par l’importance des systèmes symboliques que sont les langues, associées aux pouvoirs de la rationalité et du dialogue, favorisant des confrontations de représentations, d’idées, d’arguments (Wolff, 2019, p. 147). Cette triple articulation, fondamentale, permet aux êtres humains d’envisager l’absent, de critiquer ce qui est, d’imaginer et de discuter collectivement de ce qu’il faudrait faire advenir. Comme le rappelle É. de Fontenay (2018, p. 59-60) :

J’aime beaucoup la réponse de l’anthropologue Maurice Godelier à Frans de Waal. […] les chimpanzés sont peut-être capables de réconciliation et d’empathie mais […] ils ne sont pas capables de se représenter leurs relations sociales de façon telles qu’ils puissent les changer. Il n’y aura jamais une nuit du 4 août […] chez les chimpanzés.

  • 3 Voir les relations entre nature et culture et, en amont, leur définition. Ainsi, Maurice Godelier (...)

5Les coalitions de chimpanzés pour renverser des mâles dominants n’ont rien à voir avec une délibération collective afin de se débarrasser définitivement de cette domination. Il n’y a pas de langues animales, mais des messages « qui ne se laissent pas décomposer en unités sémantiques élémentaires » – selon le point de vue de Benveniste rapporté par Catherine Kerbrat-Orecchioni (2021, p. 93) –, réduits aux fonctions référentielle, conative ou expressive, tandis que les fonctions poétique et métalinguistique sont inaccessibles, tout comme la conceptualisation des abstractions, de l’hypothétique, du futur (ibid., p. 94-95). On objectera que quelques grands singes, au contact des humains, ont accumulé des connaissances lexicales plus ou moins importantes (ibid., p. 98-100). Mais ce stock est sans commune mesure avec celui des êtres humains et connaître des mots sans les actualiser dans des énoncés ne signifie pas parler une langue ; de plus, ces connaissances restent des performances individuelles, centrées sur des objets ou des relations sujet/objet élémentaires ; enfin, elles sont, sauf exceptions, sans lendemain pour l’espèce animale en question. Cette dernière réponse aux objections précédentes est particulièrement discutable dans la mesure où, notamment, les chants de certains oiseaux dénotent des variations culturelles et des capacités adaptatives qui font l’objet d’une acquisition et d’une transmission (Kreutzer, 2014 ; Leboucher & Kreutzer, 2023)3. Toutefois, Michel Kreutzer (2014, p. 30) reconnaît que :

En intervenant soit sur la syntaxe soit sur la phonologie d’un chant, on a pu vérifier que des types de syllabes et des combinatoires ne confèrent pas un sens particulier à un passage de ce chant. En effet, si l’on modifie l’ordre de ces syllabes ou leur forme, voire si on les dispose dans un complet désordre, on n’aboutit au mieux qu’à diminuer l’intensité des réponses, sans altérer pour autant le sens général du signal (Kreutzer & Brémond, 1986). En l’occurrence, la sémantique ne semble pas contrainte par une syntaxe ou une phonologie très strictes, et il n’y a pas de sites déclencheurs de comportements particuliers. Le chant des oiseaux n’est pas organisé comme un langage.

  • 4 Bien qu’elle reconnaisse que parler de langues pose problème pour les animaux, Astrid Guillaume pr (...)

6Si la syntaxe et la phonologie ne sont pas « très strictes », si la sémantique est à ce point indépendante de la syntaxe, comme en convient l’auteur, cela signifie que les concepts linguistiques sont employés de façon analogique et approximative4. Dans ces conditions, où sont les gains ?

  • 5 Un relecteur me fait remarquer que cette définition exclut la langue des signes ; certes, mais mon (...)
  • 6 Voir sur le Trésor de la langue française informatisé (TFLi). En ligne : http://atilf.atilf.fr/.

7La notion de langage animal éliminerait-elle les inconvénients d’une approche logocentrée stricto sensu ? Oui, si l’on en croit l’usage. Mais le mot langage est d’une polysémie embarrassante sur le plan conceptuel. Sur l’internet, le Robert distingue une « fonction d’expression de la pensée et de communication entre les humains, mise en œuvre par la parole ou par l’écriture d’une part », d’autre part « tout système de signes permettant la communication ». De même, le Larousse dissocie la « capacité, observée chez tous les hommes, d’exprimer leur pensée et de communiquer au moyen d’un système de signes vocaux5 et éventuellement graphiques (la langue) » de « tout système structuré de signes non verbaux remplissant une fonction de communication ». Cette distinction se retrouve partout dans les dictionnaires de linguistique (notamment dans Détrie, Siblot & Verine, 2001, p. 167 ou Dubois, Giacomo-Marcellesi & Guespin, 2007 [1994], p. 264-265). Or beaucoup de spécialistes travaillant sur les animaux, notamment des éthologues, utilisent l’expression langage animal sans toujours préciser le sens dans lequel ils l’emploient, ce qui est source de confusions entre, d’un côté, la faculté de communiquer qui s’exprime dans des langues diverses résultant de communautés linguistiques diverses appartenant toutes à une seule et même espèce, l’espèce humaine et, de l’autre, un ensemble de significations variées – codes, instructions conventionnelles dans certaines sciences, telles l’informatique ou les mathématiques, les langages secrets, le langage des animaux6. Ces diverses acceptions sont bien évidemment légitimes ; ce qui l’est moins, c’est le passage subreptice d’un sens à l’autre. En l’état de nos connaissances, la dénomination communication animale, plus englobante et moins technique, évite de possibles amalgames. Ce que reconnaît Frans de Waal : « En dehors de notre espèce, pour être honnête, il n’y a aucune preuve de communication symbolique aussi riche et multifonctionnelle que la nôtre » (de Waal, 2016, p. 142). Assurément, les animaux sont la preuve vivante que les langues ne sont pas indispensables pour penser. Mais il faut aussi reconnaître que grâce à lui, nous avons la possibilité de penser de façon plus complexe (Kerbrat-Orecchioni, 2021, p. 96) – et que, de surcroît, cette complexité s’est trouvée profondément enrichie par l’écriture et le développement de ses supports. Bref, même si l’on accepte l’idée d’une représentation buissonnante de l’évolution opposée à une représentation pyramidale/arborescente, avec l’espèce humaine au sommet (Baratay, 2021 b, p. 18-19 et 12-13, respectivement), il n’en reste pas moins que dans l’expression langage animal, le « langage » n’a absolument pas le même référent ni le même contenu scientifique, ni les mêmes structures que dans l’expression langage humain. Aussi ne suffit-il pas de dire que « les » sémioticiens (Baratay fait référence à Guillaume) ont défendu une position plus ouverte que celle de Benveniste en montant la définition du langage « en généralité : tout système de signes permettant la communication ; une acception applicable aux animaux » (ibid., p. 21). Encore faudrait-il définir ce qu’on entend par signes (et par système) dans les deux cas. Les remarques précédentes valent a fortiori pour la notion de discours animaux, car les discours présupposent non seulement la faculté de langage, mais aussi l’existence concrète de langues spécifiques, et, plus encore, de genres conventionnels/culturels, premiers ou seconds, selon la distinction bakthinienne.

8Si l’on préfère souvent jouer de la polysémie plutôt que de forger des néologismes, il est important de définir le sens des termes employés (Kreutzer, 2021, p. 129), et, plus encore d’être audacieux dans ses choix théoriques pour voir le monde animal autrement qu’avec des œillères anthropisées, en se mettant à son écoute. C’est précisément par rapport à cet objectif fondamental que, si l’on peut comprendre la force heuristique des analogies, on doit aussi se garder du flou conceptuel. Pour toutes ces raisons, je m’en tiens à la notion de communication animale – qui, de surcroît, n’a pas le même contenu selon les espèces (Kerbrat-Orecchioni, 2021, p. 87-96) – : certes, le terme est aussi polysémique que celui de langage, mais il l’est autrement, en ce qu’il ménage la possibilité de rendre compte de modes de communication variés, selon les comportements, les manifestations hormonales, la gestion des environnements visuels, olfactifs ou sonores, etc., qui ne passent pas par des mots. L’étude de ces divers modes échoit plus particulièrement aux éthologues, sans que cela exclue des décloisonnements interdisciplinaires productifs (Baratay, 2021b). Quant aux linguistes et aux sémioticiens, ils viennent en second rang et ne peuvent que rendre compte de la façon dont les comportements, les motivations, l’intériorité des animaux sont représentés dans telle ou telle langue-culture humaine. Je fais l’hypothèse que leur analyse requiert le recours au concept linguistique de point de vue (PDV), d’autant plus précieux en la circonstance qu’il permet de rendre compte de points de vue animaux avec ou sans paroles.

1. 2. Empathie et point(s) de vue

  • 7 Lorsque le locuteur émet son PDV, il y a syncrétisme (marqué par le slash) entre L1 et E1 (codé L1 (...)

9L’empathie consiste à se décentrer et à se mettre projectivement à la place des autres, à se représenter ce qu’ils voient, ressentent, pensent, peuvent dire ou faire en fonction de la connaissance que l’on a d’eux (Rabatel, 2019). Ces autres sont souvent des êtres humains, mais rien n’empêche qu’ils puissent être des animaux, dont on imagine les points de vue. Cette aptitude imaginative trouve dans le langage de quoi se développer, bien au-delà de l’empathie primaire des neurones miroirs (Berthoz, 2004), grâce à la distinction entre locuteur et énonciateur (Ducrot 1984, p. 204-205), qui rend énonciativement possible la faculté de tout locuteur à se décentrer. Je distingue la source des paroles (le locuteur, L) de celle du PDV, l’énonciateur (E), support de point de vue (avec ou sans paroles). Le locuteur premier (L1) se met à la place d’un autre, ce dernier pouvant parler (l2/e27), comme en (1), (2) ou (5), ou se borner à un support de PDV sans paroles (e2) comme en (3) et (4).

  • 8 Les perceptions, ressentis – terme générique regroupant affects, émotions et sentiments –, pensées (...)

10Il y a des points de vue (PDV), au sens linguistique du terme, dès qu’une prédication, à travers ses choix énonciatifs de référenciation et d’organisation de la prédication, dénote (« objectivement ») les référents, pour que les récepteurs comprennent de quoi il est question, tout en renseignant sur le PDV subjectif de l’énonciateur sur ces mêmes référents (Rabatel, 2017b, p. 42-44). La notion linguistique de PDV concerne donc tous les contenus sémantiques, sans se limiter au sens naturel de la lexie complexe (vue, vue surplombante, opinion). Analyser les choix de référenciation dans l’optique du PDV implique de traiter de tous les paliers de la description linguistique (Rabatel, 2017b, p. 51-57) : i. a. nomination, qualification, quantification, modalisation8, temporalité, aspectualité, connexion, ordre des mots, mise en relief, progression thématique, figuralité, etc., en se demandant à quelle source ou à quel support ils coréfèrent. De ce fait, le PDV ne nécessite pas l’expression d’un jugement explicite – lequel a cependant l’avantage de faciliter son repérage (ibid., p. 44-45). Si l’empan le plus fréquent d’un PDV est la prédication, avec son modus et son dictum (méso-PDV), sa limite inférieure est la lexie (micro-PDV), si elle fait écho à un PDV identifiable – e. g. connotation, mot-formule, phraséologie, stéréotype –, sa limite supérieure, un texte de taille variable pour peu qu’il soit subsumable par un thème/une thèse dominants (macro-PDV). À quoi s’ajoute un méta-PDV co-construit par les récepteurs qui actualisent le texte et s’érigent en co-énonciateurs actifs. La problématique du PDV ambitionne ainsi de rendre compte de l’ensemble des PDV : ceux du producteur extralinguistique du texte (le sujet parlant), du locuteur/énonciateur primaire intralinguistique, des acteurs internes au texte et aussi ceux des récepteurs interprètes, suivant leurs hypothèses et parcours de lecture, indexés sur leur situation et leurs préoccupations.

  • 9 Que je ne peux que présenter sommairement dans les limites de cet article (pour plus de détails, v (...)

11Ce cadre théorique9 permet l’analyse des formes et stratégies du PDV émanant d’un support unique ou de plusieurs (entités individuelles, collectives ou anonymes) ; ces derniers peuvent multiplier les PDV sur des objets-de-discours semblables ou différents. Tous ces PDV, en première ou en troisième personnes, peuvent être explicites ou implicites ; plus ou moins synthétiques ou détaillés, subjectifs ou objectivants, originaux ou doxaux, etc. Si tout PDV n’est pas nécessairement subjectif, au plan de l’expression, il l’est, au plan de l’intention, puisqu’il correspond aux calculs de l’énonciateur – même en cas d’effacement énonciatif – et qu’il vise pragmatiquement à construire des représentations et des vérités partagées. Quant aux formes rhétorico-textuelles du PDV, elles s’inscrivent sur un gradient énonciatif, depuis la forme minimale par laquelle le locuteur envisage globalement et de l’extérieur le PDV (PDV embryonnaire), jusqu’à la forme de débrayage maximal avec le PDV asserté, en passant par la forme intermédiaire du PDV représenté, dans lequel les perceptions, pensées, sont envisagées de l’intérieur, avec une visée sécante (Rabatel, 2020 [2008], p. 82-88). Un tel modèle est plus qu’utile pour analyser les PDV des animaux, alors que ces derniers sont dénués de la compétence langagière, mais non de capacités communicationnelles ; utile aussi pour rendre compte de la façon dont les locuteurs humains reconstituent empathiquement et dialogiquement les PDV animaux en se positionnant par rapport à eux.

2. Analyser les points de vue animaux dans des fictions littéraires

2.1 Des points de vue « animaux » sous la visée du fabuliste

  • 10 Le découpage ne correspond pas à celui que j’ai présenté dans l’article « Pour une reconception de (...)
  • 11 Sur la notion de discours représenté, plutôt que rapporté voir Homo narrans (Rabatel, 2020 [2008], (...)

12J’étudierai d’abord « Le Loup et l’Agneau », auquel j’ai déjà consacré une étude centrée sur la notion d’argumentation indirecte (Rabatel, 2018). Je donne ici une des versions qui circulent sur l’internet, parce qu’aisément accessibles. Ces dernières, comme celles des éditions imprimées, connaissent beaucoup de variations telles la présence/absence de majuscules pour les deux animaux, y compris les pronoms de majesté employés par l’agneau pour le loup ; la présence/absence de sauts de ligne entre les vers 4 et 5, 26 et 27, qui isolent la complication (v. 5 et 6) et le dialogue éristique entre les antagonistes – correspondant à la dynamique d’action (v. 7 à 27) – de la moralité (v.1 et 2), de la situation initiale (v. 3 et 4) et de la résolution du conflit (v. 28 à 30)10 ; la présence/absence des guillemets pour les discours représentés directs (désormais DRD), la moralité, voire l’ensemble de la fable, comme dans la version citée en annexe de l’article « Pour une reconception de l’argumentation à la lumière de la dimension argumentative » (Rabatel, 2018). Ces variations ne sont pas sans effet : les majuscules renforcent l’image essentialisante des protagonistes ; les guillemets facilitent le repérage du bornage externe des discours représentés directs (DRD)11 – en italique dans l’exemple –, mais leur absence est compensée par les changements de personne et/ou de temps.

  • 12 Le lecteur pourrait s’étonner du choix des fables pour analyser les discours animaux, au motif que (...)

13La fable représente des « discours » animaux, puisque, dans son univers, les animaux incarnent des rôles humains, en l’occurrence, un conflit entre dominés (symbolisés par l’Agneau) et dominants (le Loup)12. La personnification métaphorique s’accompagne de traits caractéristiques des humains : ainsi de l’innocence, de l’insouciance de l’agneau, de sa capacité à argumenter en appui sur la raison ; ainsi encore de la méchanceté et de la mauvaise foi du loup, de plus en plus manifestes à mesure que l’agneau lui résiste en démontrant par A plus B que ses accusations sont infondées d’après la simple observation de la nature des choses.

  • 13 La moralité, souvent interprétée selon une optique naturalisante – le plus fort est le plus vigour (...)

14Représenter le PDV animal par des discours directs est une fiction au service de la visée du fabuliste, comme le confirment la thèse (v. 1 et 2) et l’ensemble de la scénographie énonciative. En témoignent les prises de parti du locuteur/énonciateur primaire lors du choix des verbes attributifs du dire (soulignés) : dans un cas, les verbes sont axiologiquement neutres (l’agneau « répond » v. 10, « reprit » = répond, rétorque, objecte, v. 22) tandis que le fabuliste accompagne l’attribution des DRD du loup de commentaires explicites axiologiquement négatifs (« reprit cette bête cruelle », v. 19) ou autorisant des inférences tout aussi négatives (« dit cet animal plein de rage », v. 8). De même avec la réitération de marques de distanciation autour des deux adjectifs démonstratifs, « cet » et « cette » des v. 8 et 18, couplés à des lexies elles-mêmes négatives en contexte, « animal » et « bête ». La représentation des PDV animaux passe par des paroles au discours direct (correspondant à des PDV assertés, dans lesquels le personnage est non seulement énonciateur second, mais encore locuteur second), lesquelles sont constamment sous la visée du PDV surplombant du fabuliste et de sa thèse. De plus, les PDV animaux sont essentialisés, appréhendés en tant que représentants de leur espèce, pour autant qu’ils sont compatibles avec la représentation stéréotypique des traits humains que la fable entend pourfendre. C’est pourquoi j’utilise des guillemets de distanciation pour la représentation des discours « animaux », dans le titre de cette section, puisque celle-ci oscille entre nature et culture, même si cette deuxième dimension échappe à la plupart des commentateurs13 : c’est une chose de dire que le loup a faim, une autre qu’il est cruel ; de s’appuyer sur la fragilité de l’agneau, une autre de le doter de capacités argumentatives hors norme ; de naturaliser les fables, une autre d’en faire une lecture politique. L’empreinte de la culture repose aussi sur le symbolisme anthropologique mâtiné de religiosité concernant l’agneau (symbole de l’innocence sacrifiée, à l’image de l’agneau pascal) et le loup à la noirceur satanique. Bref, les animaux s’expriment dans des discours directs qui ne sont pas seulement rapportés : ce sont des discours représentés, l’un fortement structuré et rationalisé, l’autre d’une violence abrupte et d’une mauvaise foi abyssale, pour les besoins de la cause du fabuliste.

15On retrouve cette problématique dans « Le Renard et la Cigogne ». Toutefois, les représentations des discours sont beaucoup moins massives que dans la fable précédente, beaucoup plus variées aussi, car le DRD, en italique, se limite à une seule occurrence, tandis que coexistent, parallèlement, des discours représentés narrativisés (DRN, gras).

  • 14 Le commentaire pourrait être analysé comme la trace, au discours représenté indirect libre (DRIL), (...)
  • 15 Un des relecteurs doute que « trompeurs » soit une anaphore. De fait, si l’on interprète le terme (...)

16Les discours animaux sont surplombés par les traces du PDV ironique et distancié du locuteur/énonciateur primaire (« il vivait chichement »14, v. 5, « sire », v. 23, et plus globalement le contraste des v. 22-24) ; par ses reformulations du PDV de la cigogne avec lequel L1/E1 est en co-énonciation (telles « le drôle », v. 8, « cette tromperie », v. 9) ; par ses descriptions à charge du trompeur trompé (« Honteux comme un Renard qu’un Poule aurait pris/serrant la queue, et portant bas l’oreille », v. 25-26). Il en est de même pour l’adresse de la moralité finale. Les anaphores construisant les chaines référentielles du Renard et de la Cigogne portent systématiquement la trace du PDV surplombant du narrateur, y compris à travers l’anaphore finale, associative, résomptive, qui passe du singulier au pluriel (« trompeurs », v. 2715), du cas particulier au cas général annoncé sur un mode prophétique (« Attendez-vous à la pareille »). Plus largement, c’est l’organisation de la fable, avec son renversement de situation, présentant un trompeur trompé, qui est l’indice du PDV surplombant du narrateur : ici, la scénographie narrative, le mouvement même de la fable, vient compléter la scénographie proprement énonciative de la représentation des discours assertés des animaux.

17Comme dans la fable précédente, l’instrumentation des PDV animaux repose sur la stéréotypie : le renard et le loup sont voraces, le renard rusé, le loup prédateur, l’agneau inconscient du danger. Toutefois, la stéréotypie concerne davantage les héros négatifs, beaucoup moins l’agneau et, surtout, la cigogne, pour laquelle le fabuliste met en scène un scénario plausible de trompeur trompé à partir des usages impliqués par la forme des récipients, adaptée aux caractéristiques physiques de leur gueule/bec. Ainsi, les porte-voix de l’humanité dans ce qu’elle a de plus positif sont caractérisés moins par des traits d’espèce que par des traits intellectuels singuliers qui en font les champions (heureux ou infortunés) de l’humaine condition. L’agneau ne correspond pas au comportement docile, grégaire et craintif de ses congénères, il oblige le loup à dévoiler sa mauvaise foi et à montrer qu’il fait un usage injuste de sa force : certes, il meurt, mais les lecteurs attentifs retiendront cette double leçon que la force est injuste et que, pour l’affronter, seule l’union peut construire une force supérieure. Quant à la cigogne, elle s’avère une hôtesse retorse, d’autant plus qu’elle ne s’étale pas en vaines paroles, sauf pour attirer le trompeur dans un piège dont l’efficacité repose fondamentalement dans des dispositifs traduisant son intention de tromper le trompeur.

18Au total, si la visée du moraliste est identique dans les deux fables, les « mises en scène des discours animaux » sont très différentes : le loup et l’agneau sont des locuteurs/énonciateurs seconds de DRD très développés puisque leurs échanges correspondent à l’essentiel de la fable, réduite ici à un récit de paroles (Genette 1972, p. 191). Inversement les paroles directes de Renard sont réduites à deux vers, et pour le reste, les PDV du Renard et de la Cigogne s’expriment à travers des DRN, qui permettent à la voix du fabuliste de faire écho en surplomb à l’acte de discours initial (une invitation à manger) et à des états mentaux (tromper l’autre) : le DRN, sous sa définition générale, conserve le contenu, sans le verbatim, reformulé à charge ou à décharge, en articulant paroles et dispositifs qui incarnent la visée intentionnelle des locuteurs représentés, eux-mêmes sous la visée regardante du locuteur/énonciateur primaire (Rabatel, 2022a ; 2022b). Cette subordination énonciative animale est puissamment renforcée par la scénographie narrative, avec ses descriptions et ses récits focalisés des deux tromperies, reposant sur le choix sans parole de récipients inadaptés à la morphologie de l’invité, et, enfin, le retournement de la situation finale. En sorte que par-delà les deux méso-PDV de la moralité finale, c’est la structure et la dynamique de la fabula – reposant non plus essentiellement sur un récit de paroles, mais sur un récit d’événements (Genette 1972, p. 191) –, qui construit essentiellement le macro-PDV ironique du fabuliste et le méta-PDV du lecteur. Le paradoxe est que, plus le récit se centre sur l’action, plus il rend sensible une intériorité animale d’autant plus efficace qu’elle joue avec une « parole » rare.

2.2 Points de vue animaux et humain dans un récit réaliste, Le roman de Miraut

19Les stratégies de représentation de la communication animale sont encore plus paradoxales dans le récit suivant, puisque les animaux se comprennent fort bien sans parler. Le récit raconte en faisant partager leurs perceptions, leurs émotions, leurs pensées ou comportements. Autrement dit, leurs PDV sont suffisamment « éloquents » par eux-mêmes, bien qu’ils soient évoqués dans un récit hétérodiégétique en troisième personne, grâce à la puissance empathique du narrateur.

  • 16 Sans doute obtenu par aphérèse d’Élisée, graphie concurrente d’Élysée.

(3) Il [Lisée16, le maître du jeune Miraut] décida qu’on prendrait la ruelle jusqu’au centre du village et que, de là, on suivrait dans toute sa longueur la voie principale, de façon que le chien pût avoir une idée d’ensemble du pays qu’il allait habiter.
Il ouvrit donc la porte, mais cela ne devait pas marcher tout seul.
Dès que Miraut, en coup de vent, se fut précipité dans la cour, toutes les poules, effarées de cet être qu’elles n’attendaient point, s’enfuirent et s’envolèrent à grands cris et grands fracas, tandis que le coq, les plumes hérissées, la crête au vent, piaillait des roc-cô-dê ! menaçants et furieux, tout en se retirant, lui aussi, avec prudence.
Miraut, un peu étonné de tout ce vacarme qui l’enchantait et de ce mouvement de retraite qui l’encourageait, allait peut-être transformer en offensive vigoureuse son élan en avant, lorsqu’un mot du maître, haussant le ton, le rappela à l’ordre :
- Ici ! Veux-tu bien !... petit polisson ! Faut laisser les poules tranquilles ! allons, viens ici !
Comprenant qu’il avait peut-être fauté, Miraut, quêtant un pardon et une caresse, vint se dresser contre les genoux de Lisée, puis, absous d’une chiquenaude amicale, repartit aussitôt.
Un petit bâton sollicita son attention : il s’en saisit et, en travers de sa gueule, la tête haute, le porta fièrement jusqu’à la dernière bouse de vache, pour laquelle il l’abandonna sans hésiter.
- Sale ! petit sale ! veux-tu bien lâcher ça, gronda Lisée
Miraut, légèrement étonné du peu de goût de son maître, laissa tomber cette galette de bouse qui sentait pourtant si bon et allait chercher autre chose, quand il tomba tout à coup en arrêt, roide, entièrement immobile, figé sur ses quatre pattes.
- Allons, viens-tu ? reprit son maître.
Mais Miraut ne bougeait pas.
- Viendras-tu donc, traînard ! accentua Lisée.
Mais Miraut se fichait de la parole du maître et, sans plus remuer qu’une souche, semblait médusé là, par quelque effrayant spectacle.
- Quoi, qu’est-ce qu’il y a donc ? interrogea le chasseur en jetant les yeux dans la direction vers laquelle Miraut regardait toujours.
- Ah ! c’est toi ma vieille Bellone, continua-t-il. Viens voir ici, ma Bêbê ! Ah ! on ne le connait pas encore, çui-là ! Allons, viens voir, viens, j’vas te présenter.
La chienne, en découvrant deux rangées superbes de crocs et en plissant le nez, sourit au chasseur, puis s’approcha de lui, frétillant du fouet et tortillant du derrière.
C’était la chienne de l’ami Philomen : elle avait souvent chassé de compagnie avec le vieux Taïaut ainsi qu’avec son maître et s’étonnait à juste titre de ce nouvel arrivant.
Lisée flatta la bête et appela Mimi.
En se tordant et en se rasant, ce qui indiquait à la fois du plaisir et de l’appréhension, il s’approcha du groupe.
Et la chienne, le poil du dos hérissé comme une brosse de chiendent, hautaine, les crocs montrés, le toisa de toute sa hauteur.
- Allons ! Allons ! calma Lisée d’une voix conciliante, allons ! tu vois bien que c’est un petit ; ne lui fais pas de mal, voyons, puisque j’te dis que c’est un gosse et que vous allez faire une paire d’amis.
Miraut, à la dérobée, reniflait la chienne, qui, elle, toujours digne et grave et sévère, l’inspecta minutieusement sur toutes les coutures et pertuis. Son nez, en effet, plus ou moins plissé, ce qui témoignait du mépris, de la surprise ou de la sympathie, se promena de la gueule pour sentir ce qu’il avait mangé, au ventre pour y reconnaître la litière ou les compagnons, et ailleurs pour en discerner le sexe.
Quand elle fut bien convaincue par deux inspections complémentaires que c’était un mâle, son poil s’abaissa, ce qui indiquait que la colère, la méfiance et la crainte étaient abolies. Et elle se laissa complaisamment lécher la gueule par Miraut, qui flattait en elle une puissance redoutable.
- Allons, c’est très bien, conclut Lisée, en lui donnant une petite tape d’amitié sur la tête ; vous voilà copains comme cochons, à présent. (Pergaud, 2009, p. 48-51)

20L’exemple 3 témoigne d’une compréhension forte, bien qu’asymétrique, entre « le maître » – Lisée parle, est plus âgé, plus expérimenté – et Miraut, laquelle n’exclut pas une solide tendresse réciproque. Lisée fait l’éducation de « Mimi », parle clair et net pour exprimer les interdits (comme on parlerait à un enfant qu’on éduque), sait récompenser le chien après la faute, ou le rassurer par le ton de sa voix ou ses caresses, tout comme le chien quête l’approbation du maître. Tout cela signe une profonde connaissance empathique des animaux chez Lisée qui, en tant que chasseur, n’en est pas à son premier chien, et qui sait désamorcer les situations qui pourraient être mal comprises lors de la rencontre de Bellone et de Miraut. Il interprète les signes et laisse les chiens faire leur expérience sous son regard vigilant. Les bêtes elles-mêmes sont dotées de cette capacité, qu’elles apprennent à maîtriser, comme en témoignent les premières découvertes de Miraut (les poules, le coq, les jeux avec les bâtons, l’attrait pour les odeurs épicées), les premiers émois aussi, avec la découverte de chiens plus âgés et surtout du sexe opposé… L’univers des chiens (plus que celui des gallinacées) est décrit depuis leur intériorité, du moins telle que L1 l’imagine. Miraut ne dit rien mais ses gestes, ses attitudes, parlent pour lui.

  • 17 Voir l’ouvrage de Bernard Combettes (1992). Le passé simple est souvent présenté comme un temps ob (...)

21La forme la plus synthétique de l’accès à l’intériorité animale s’exprime dans des premiers plans narratifs avec des formes verbales de visée globale, dont le passé simple (PS) est le temps prototypique17, propre à représenter les événements saisis d’un bloc :

(3a) Un petit bâton sollicita son attention : il s’en saisit et, en travers de sa gueule, la tête haute, le porta fièrement jusqu’à la dernière bouse de vache, pour laquelle il l’abandonna sans hésiter.

(3 b) toutes les poules, effarées de cet être qu’elles n’attendaient point, s’enfuirent et s’envolèrent à grands cris et grands fracas, tandis que le coq, les plumes hérissées, la crête au vent, piaillait des roc-cô-dê ! menaçants et furieux, tout en se retirant lui aussi avec prudence. 

(3c) La chienne, en découvrant deux rangées superbes de crocs et en plissant le nez, sourit au chasseur, puis s’approcha de lui, frétillant du fouet et tortillant du derrière.

(3 d) Et la chienne, le poil du dos hérissé comme une brosse de chiendent, hautaine, les crocs montrés, le toisa de toute sa hauteur

  • 18 Tout en attestant de leur vérité, en vertu de la convention fiduciaire selon laquelle l’absence de (...)

22Ces fragments de PDV embryonnaires (Rabatel, 2020 [2008]) racontent les événements d’après le PDV du support énonciatif que sont Miraut, en (3a), les poules et le coq, en (3 b), la chienne Bellone en (3c). En effet, les modalités correspondent à ces énonciateurs seconds : la curiosité et le plaisir sont ceux de Miraut en (3a), qui va d’abord vers le « petit bâton » qui « sollicit[e] son attention » ; la peur provoquant les mouvements de fuite, celle des poules « effarées » qui « s’envol[ent] » et celle du coq aux « plumes hérissées », qui se retire malgré ses cris « menaçants et furieux » ; les réactions d’amitié envers Lisée correspondent à des émotions de Bellone, en (3c), et les postures (« poils du dos hérissés », crocs montrés », renvoient à des calculs de Bellone, en (3 d), qui se montre « hautaine » et « tois[e] » le jeune Miraut. Ces émotions et modalités sous-jacentes, notamment celle, déontique d’exhortation au respect et à la soumission, en (3c) et (3 d), ou les modalités appréciatives de (3a) ne sont pas celles du locuteur/énonciateur premier, qui les rapporte sans les partager, en l’absence de marques d’accord18 – tout en nous les faisant partager d’autant plus sûrement que sa présence énonciative est discrète.

23Les PDV animaux sont encore évoqués à travers des mouvements de pensée qui prennent la forme de PDV représentés, avec des formes verbales de visée sécante dont l’imparfait est le temps prototypique :

(3e) Miraut, un peu étonné de tout ce vacarme qui l’enchantait et de ce mouvement de retraite qui l’encourageait, allait peut-être transformer en offensive vigoureuse son élan en avant, lorsqu’un mot du maître, haussant le ton, le rappela à l’ordre.

(3f) elle avait souvent chassé de compagnie avec le vieux Taïaut ainsi qu’avec son maître et s’étonnait à juste titre de ce nouvel arrivant.

24En (3e) et (3f), les PDV placent le lecteur au plus près de l’intériorité des animaux, et celle-ci s’apparente fort à la notion de sentience, puisque les perceptions auditives du vacarme ou les perceptions visuelles du recul sont associées à des ressentis et à des actions que Miraut hésite à entreprendre, en (3e) : le vacarme « enchant[e] » Miraut au point d’envisager « peut-être » un « élan » assimilé à « une offensive vigoureuse », brisé net par le « rappel à l’ordre » de Lisée. De même pour l’étonnement de Bellone devant « ce nouvel arrivant » en (3f). De tels PDV peuvent souvent donner lieu à de longues descriptions, comme dans les récits réalistes, mais il n’y a aucune interdiction à ce que des PDV synthétiques s’enchaînent pour former de longs fragments textuels, aucune nécessité à ce que les PDV représentés prennent la forme de longues descriptions, comme le montre le fragment de PDV représenté parenthétique des poules « effarées de cet être qu’elles n’attendaient point ».

25Parfois, les comportements traduisent autant des réactions que des observations rationalisées, entrelaçant PDV embryonnaire de Bellone (romain maigre) et PDV représenté de Bellone (italique maigre) et de Miraut (italique gras) :

(3 g) Miraut, à la dérobée, reniflait la chienne, qui, elle, toujours digne et grave et sévère, l’inspecta minutieusement sur toutes les coutures et pertuis. Son nez, en effet, plus ou moins plissé, ce qui témoignait du mépris, de la surprise ou de la sympathie, se promena de la gueule pour sentir ce qu’il avait mangé, au ventre pour y reconnaître la litière ou les compagnons, et ailleurs pour en discerner le sexe.

Quand elle fut bien convaincue par deux inspections complémentaires que c’était un mâle, son poil s’abaissa, ce qui indiquait que la colère, la méfiance et la crainte étaient abolies. Et elle se laissa complaisamment lécher la gueule par Miraut, qui flattait en elle une puissance redoutable.

2.3 Bilan d’étape sur les différentes formes de PDV, leur extension et leurs enchâssements

26Les exemples précédents illustrent une grande variété de formes de PDV, embryonnaires, représentés et assertés renvoyant à des locuteurs/énonciateurs seconds ou à des commentaires du locuteur/énonciateur premier. Ces PDV se combinent, renvoyant au même support, comme en (3 d), ou à des supports différents comme en (3 g). De plus, ces combinaisons jouent avec des enchâssements d’instances, comme c’est le cas en (3h) :

(3h) Miraut, légèrement étonné du peu de goût de son maître, laissa tomber cette galette de bouse, quand il tomba tout à coup en arrêt, roide, entièrement immobile, figé sur ses quatre pattes.

27En effet, l’expression « galette de bouse » exprime d’une part l’attrait de la bouse à travers le choix inattendu et oxymorique de la tête nominale, « galette », orientant vers une gourmandise délectable (Miraut étant moins sensible à la forme ronde de la galette) ; d’autre part, c’est bien le narrateur qui choisit les termes oxymoriques, pour faire entendre ironiquement le PDV, étonnant pour un humain, des goûts de Miraut (et réciproquement). On retrouve ce même phénomène avec les « peut-être » et « à juste titre » des exemples (3e) et (3f) : ils renvoient à des phénomènes de sentience de Miraut et de Bellone, sans qu’on puisse exclure que le narrateur en surplomb partage ces PDV animaux. On retrouve ce surplomb dans les cas de polyphonie ironique surplombante du narrateur, dans « La Cigogne et le Renard », ou de polyphonie humoristique, chez de Waal.

28Enfin, les PDV renvoient à des paliers linguistiques très différents : dans la plupart des cas, les méso-PDV se développent dans des prédications. Néanmoins certaines lexies suffisent à indiquer un micro-PDV – « Sire », « votre Majesté » ; verbes attributifs des dires du Loup, en (1) ; appellatifs hypocoristiques avec aphérèse « Bêbê », « Mimi » en (3) –, qui souvent correspond à un PDV de L1/E1 par-dessus les PDV animaux. Dans d’autres cas, c’est l’ensemble de plusieurs prédications qui forme un macro-PDV, comme les énoncés dans lesquels Bellone cherche à imposer sa domination à Miraut ; de même pour l’ensemble des fables illustrant la moralité, en sorte que le macro-PDV du fabuliste dépasse la simple prise en compte de la moralité stricto sensu. Toutes choses égales, les PDV animaux sont également dominés par le PDV du savant, mais assortis de considérations épistémologiques.

3. Représenter en contexte scientifique la communication animale d’après des stratégies comportementales et les interpréter en combinant considérations épistémologiques et humour

29Je voudrais clore mon propos en examinant deux extraits d’un ouvrage scientifique récent consacré à la problématique du sexe et du genre chez les animaux. Les deux exemples suivants – écrits par un primatologue célèbre, prolixe en commentaires en première personne – mettent à jour des représentations androcentrées des anthropologues et des éthologues (de Waal, 2022, p. 147-152, 211-212) relatives à la passivité des femelles chimpanzés et au rôle exclusif des mâles alpha dans la fécondation ou encore à la monogamie des couples de nombreux oiseaux. L’observation générale de mâles alpha s’accouplant en public est assortie de la conclusion – renforcée par les préjugés – qu’il n’y aurait qu’eux qui couvrent les femelles. Dans ces conditions, inutile d’aller chercher plus loin si les femelles se contentent du seul mâle alpha et si les mâles dominés ne cherchent pas à entrer en contact avec elles – voir exemple 4 ! De même pour les oiseaux, si l’on ne compare pas le patrimoine génétique des oisillons avec celui du compagnon attitré de la femelle – voir exemple 5.

(4) Chez les chimpanzés, j’ai souvent observé le scénario suivant [j’ai observé le fait suivant] : une femelle s’allonge [s’allongea] négligemment dans l’herbe à quelques mètres d’un mâle, ses gonflements génitaux orientés vers lui. L’air de rien, elle jette [jeta] un coup d’œil par-dessus son épaule pendant qu’il surveille [surveillait] nerveusement les alentours pour savoir où se trouvent [se trouvaient] les mâles dominants. S’approcher d’une femelle dans cet état est déjà risqué en soi. L’heureux élu se redresse [se redressa] lentement et s’éloigne [s’éloigna] dans une direction particulière, s’arrêtant de temps en temps pour regarder autour de lui. Quelques minutes plus tard, la femelle s’éloigne [s’éloigna] dans une autre direction. Elle sait [savait] parfaitement où est allé [était allé] le mâle et va [alla] faire un petit détour pour le retrouver. Ils tirent [tirèrent] un coup en vitesse dans un lieu caché, avant de repartir chacun de leur côté. Hormis quelques jeunes congénères curieux et les observateurs humains, les autres n’y voient que du feu. Ce petit jeu est parfaitement coordonné, y compris dans le silence qui l’accompagne. Il n’est que lors de tels rendez-vous secrets que les femelles n’émettent pas de sons, comme elles le font habituellement au plus fort de l’acte sexuel. (de Waal, 2022, p. 191-192)

  • 19 La transposition au passé change la fréquence narrative, qui devient singulative, sans modifier l’ (...)

30Ce qui importe, relativement à la représentation de l’intériorité animale, c’est l’humour avec lequel l’auteur fait vivre des comportements sexuels rarement observés, puisqu’ils ne peuvent se vivre que dans la clandestinité. De plus, ils requièrent une attention bienveillante qui tient sans aucun doute au fait que l’auteur a bien conscience que ces tactiques d’approche ne sont pas étrangères aux humains, en sorte que le regard distancié n’exclut pas les hommes, en quoi il y a ici une posture sui-réflexive humoristique (Rabatel, 2021, p. 331-349). L’exemple (4) compacte, dans un récit au présent, de multiples observations, réunies dans un « scénario » représentatif. Le récit adopte le point de vue surplombant du savant avec un certain nombre d’explications ou de commentaires (italique). Toutefois, ce dernier ne se contente pas de parler des animaux, il raconte en se mettant empathiquement à leur place, sans abandonner son surplomb cognitif. De fait, si le « scénario » était transposé en un récit singulatif au passé (Genette 1972, p. 145 sqq)19, la plupart des présents seraient remplacés par des passés simples, indiquant des PDV embryonnaires des deux partenaires, centrés sur leurs actions intentionnelles, tandis que les présents permutables avec des imparfaits signalent leurs PDV représentés, axés sur de rapides analyses de la situation. Cependant, le choix d’une narration au présent, avec la fréquence itérative (ibid.), donne plus de poids à la démonstration portée par le récit exemplaire. En effet, la femelle qui sert à la « démonstration » ne parle pas ; elle adopte un comportement très explicite, quoique furtif, avec des gestes orientés envers l’heureux élu. Ensuite, la femelle et le mâle vérifient par des regards discrets que le message a été bien reçu puis vont consommer en silence au terme de tactiques destinées à tromper la vigilance des congénères et, surtout, des mâles dominants. Le récit de cette communication sans parole réussie – dévoilé par un savant attentif et curieux, refusant les connaissances fondées sur des préjugés – est convaincant : les gestes sont « éloquents », les stratégies de ruse patentes, les inférences réussies, l’ensemble étant réitéré dans toutes les situations analogues, comme l’indiquent les présents d’habitude par lesquels de Waal rapporte une observation maintes fois vérifiée.

31Dans l’exemple 5, la stratégie de l’auteur est un peu différente, puisque les données scientifiques y ont plus de part, pour donner de nouveaux éléments de preuve à la thèse défendue par de Waal selon laquelle il faut se méfier des préjugés, des conclusions appuyées sur ce qu’on voit, tant la nature des observables doit être constamment interrogée. Telle est une des principales leçons épistémologiques de ces deux exemples de Waal : si on se met vraiment à l’écoute des animaux et qu’on les observe sans préjugés, on découvre des comportements qui remettent en cause nos connaissances antérieures et nous amènent à voir autrement les animaux.

  • 20 Les astérisques n° 1 et 3 renvoient à deux références scientifiques en note, le n° 2 au dessin d’u (...)

(5) L’idée que les jeux d’accouplement dépendent des mâles et que les femelles sont un objet passif reste bien ancrée dans les esprits, nonobstant le manque de preuves. Les premières brèches sont apparues à l’occasion de recherches menées sur les animaux qui ont inspiré Darwin : les oiseaux. Je pense à une expérience des années 1970. Les chercheurs voulaient contrôler une population de carouges à épaulettes. Ils avaient vasectomisé un certain nombre de mâles et s’attendaient à trouver des couvées d’œufs stériles. Or, le jour où ils ont incubé les œufs de ces nids, ils sont tombés des nues en découvrant le nombre d’éclosions (*20). Qui donc les avait fécondés ? Des mâles voisins, intacts, qui s’étaient imposés à ces pauvres femelles ? (*)
La passivité des femelles semblait tellement évidente que les chercheurs ne pouvaient imaginer de rapports sexuels hors des couples établis. Pourtant, plus ils étudiaient les oiseaux, plus ils découvraient des couvées ayant plus d’un géniteur. L’idée que les femelles étaient victimes d’envahisseurs en maraude était dépassée. Les oiseaux ont été suivis par radiopistage, et la vérité s’est fait jour. En travaillant avec des parulines à capuchon, la canadienne Bridget Stutchbury a découvert que les femelles poursuivaient activement des étrangers, s’éloignant de leur nid en poussant des cris comme pour annoncer à leurs partenaires potentiels : « Ho ! hé ! je suis là ! » (*)
Ces observations ont eu d’autant plus d’influence que la monogamie des oiseaux était considérée comme un modèle. (de Waal, 2022, p. 193-194)

32Mais surtout, le scénario de l’accouplement des parulines à capuchon ajoute aux déplacements hors du nid, aux gestes et aux cris, très explicites en eux-mêmes, une traduction en discours direct : « Ho ! hé ! je suis là ! ». Il y a bien un DRD, mais ce dernier, plein d’humour, est fictif, consistant à mettre des mots sur des conduites animales très clairement interprétées par les mâles sélectionnés. La conduite des animaux repose sur des émotions, des jeux, des stratégies intentionnelles indéniables, prouvant qu’il y a de la pensée, même si le matériau linguistique est absent. Les « discours des animaux » sont donc sollicités ici en tant que comme si, ainsi que le signale le commentaire « comme pour annoncer », qui traduit dans une langue humaine ce que la gestuelle animale fait entendre. Cette énonciation non sérieuse, fictive (Rabatel, 2021, p. 220 sqq), ajoute de l’humour à la scène, mais le DRD imaginaire pourrait être absent ; il l’est d’ailleurs dans l’« acte sans parole » de l’exemple (4), tout aussi humoristique dès lors que les jeux de séduction et d’évitements sont percés à jour par le locuteur/énonciateur primaire qui apprécie la petite comédie que les intéressés se donnent et donnent aux autres. Dans les deux cas, la communication dénote des comportements propres à une espèce et à des sexes. Mais il ne faudrait pas conclure trop hâtivement de ce qu’on voit (et de ce qui nous est montré ici) que n’existeraient pas des variations, propres à certains individus, dénotant des déliaisons entre sexe et genre, à l’instar de la femelle macaque alpha Orange (de Waal, 2022, p. 187-192).

  • 21 Le psycho-récit est également compatible avec les PDV assertés au DRN, au débrayage énonciatif min (...)
  • 22 J’avais prévu de compléter ces analyses par des exercices d’écriture. J’y renonce, faute de place. (...)

33Les stratégies adoptées par de Waal et Pergaud – largement convergentes pour représenter l’intériorité animale, même si le PDV du savant est beaucoup plus prégnant chez de Waal – ne reposent pas centralement sur les DRD ou les monologues intérieurs, censés faire pénétrer au plus près de l’intériorité. D. Cohn (1981, p. 120) réfute ce point de vue, jugeant le psycho-récit plus convaincant. C’est aussi mon avis, du moins pour la représentation de l’intériorité animale : le psycho-récit est tout à fait compatible avec des PDV jouant ce même rôle, à savoir des PDV embryonnaires synthétiques ou des PDV représentés analytiques21 concis qui correspondent tous deux à un mode de narration empathique n’allant pas jusqu’au débrayage énonciatif des discours assertés, compte tenu de la rapidité avec laquelle les animaux doivent agir pour ne pas dévoiler leurs jeux22.

34En définitive, point n’est besoin de faire parler les animaux pour qu’ils se comprennent, tellement leurs capacités communicationnelles sont développées, tant pour la communication intra-espèce, entre Miraut et la Bellone, les chimpanzés ou les parulines à capuchon, que pour la communication inter-espèces, entre Miraut, son maître et les gallinacées, de Waal et les primates. On pourrait même dire que les paroles sont superflues dans les tromperies du renard et de la cigogne et qu’elles ne servent pas à résoudre le conflit entre le loup et l’agneau, sans qu’on érige cette remarque en thèse générale… Point n’est besoin non plus de les faire parler pour que nous puissions communiquer avec eux – du moins ceux qui nous sont proches –, fût-ce dans des « conversations » asymétriques, comme chez Pergaud (2009 [1913])…

35Pourquoi, en fin de compte, faisons-nous « parler » les bêtes ? Plusieurs réponses d’ordre pragma-énonciatif s’articulent :

  • Si « discours des animaux », il y a, c’est sur le mode du comme si.

  • Les divers modes de représentation de l’intériorité animale renvoient aux visées des locuteurs discourant sur les discours animaux qu’ils ont mis en scène, tantôt en les faisant parler, tantôt en se mettant à leur place et en faisant partager leurs perceptions, leurs ressentis, leurs pensées, les motivations de leurs actions : par jeu, et pour rendre plaisantes les leçons – philosophiques, éthiques, épistémologiques, dans les exemples ci-dessus – qu’on peut tirer de ces observations, sans exclure d’autres raisons encore (Milcent-Lawson, 2014 ; 2024). Sans doute aussi par fascination pour une altérité différente de nous, et pourtant si proche. Parce que, comme le dit le bon sens populaire à propos de certains animaux, qui sont tout sauf des « bêtes », « il-ne-leur-manque-que-la-parole ! » ; et que, par maints aspects, il existe un continuum entre « Nous et les autres animaux », comme le titre si joliment Kerbrat-Orecchioni, 2021.

  • 23 Qu’il s’agisse d’animaux de compagnie (tels Lisée avec Miraut, Claudie Hunzinger dans le crépuscul (...)

36À quoi s’ajoutent des raisons affectives variées, selon la nature et l’intensité de nos relations multilatérales avec des animaux23, de sorte qu’en certaines circonstances nous nous sent(i)ons tenus de nous adresser à eux ou les imagin(i)ons nous parler, en manifestant avec un degré variable des émotions positives ou négatives – cette dimension projective, mi-fantasmatique, mi réelle, existant tantôt indépendamment des manifestations objectives de la vie intérieure des animaux, tantôt en appui sur elles (Burgat, 2023). La représentation des mondes intérieurs animaux passe donc par tout locuteur (tout humain donc) en position de surplomb locutif/énonciatif envers les « bêtes ». Mais ce n’est pas un argument pour conclure à une exceptionnalité humaine essentielle, car bien des animaux ont, sur certains points (vue, odorat, interprétation des ondes, agilité, etc.) des capacités très supérieures aux nôtres ; ni pour nier leurs capacités adaptatives, cognitives, relationnelles-émotionnelles et communicationnelles.

Haut de page

Bibliographie

Corpus

Waal, F. (de) (2022). Différents. Le genre vu par un primatologue. Trad. de l'anglais par C. Dutheil de la Rochère Paris : Éd. Les Liens qui libèrent.

La Fontaine, J. (de) (1668). Fables, Livre I. Lyon : J.-B. Girin En ligne : https://www.iletaitunehistoire.com.

Pergaud, L. (2009) [1913]. Le Roman de Miraut, chien de chasse. Paris : Gallimard.

Références théoriques

Baratay, É. (2021a). Cultures félines (xviiie-xxie siècle). Les chats créent leur histoire. Paris : Éd. Le Seuil.

Baratay, É. (2021 b). « Introduction. Pourquoi désanthropiser et décloisonner les concepts ? ». In : Baratay É. (éd.). L’Animal désanthropisé. Interroger et redéfinir les concepts. Paris : Éd. de la Sorbonne, p. 7-28. 

Baratay, É. (2021c). « Conclusion. Concepts adaptés, variations traquées ». In : Baratay É. (éd.). L’Animal désanthropisé. Interroger et redéfinir les concepts. Paris : Éd. de la Sorbonne, p. 279-285. 

Berthoz, A. (2004). « Physiologie du changement de point de vue ». In : Berthoz, A. & Jorland, G. (dirs). L’Empathie. Paris : O. Jacob.

Burgat, F. (2023). L’Inconscient des animaux. Paris : Éd. Le Seuil.

Cohn, D. (1981). La Transparence intérieure. Paris : Éd. Le Seuil.

Combettes, B. (1992). L’Organisation du texte. Metz : Centre d'analyse syntaxique de l'Université de Metz.

Cyrulnik, B. (éd.) (1998). Si les lions pouvaient parler. Essais sur la condition animale. Paris : Gallimard.

Despret, V. (2021). Autobiographie d’un poulpe et autres récits d’anticipation. Arles : Éd. Actes Sud.

Détrie, C., Siblot, P & Vérine, B. (2001). Termes et concepts pour l’analyse du discours. Une approche praxématique. Paris : H. Champion.

De Waal, F. (2016). Sommes-nous trop bêtes pour comprendre les animaux ? Paris : Éd. Les Liens qui libèrent.

Dubois, J., Giacomo-Marcellesi, M. & Guespin, L. (2007) [1994]. Linguistique et sciences du langage. Paris : Larousse.

Ducrot, O. (1984). Le Dire et le dit. Paris : Éd. Minuit.

Fontenay, É. (de) (1998). Le Silence des bêtes. Paris : Éd. Le Seuil.

Fontenay, É. (de) & Finkielkraut, A (2018). « Culture humaine et cause animale ». In : Finkielkraut, A. (dir.). Des animaux et des hommes. Paris : Stock/France Culture, p. 40-67.

Fontenay, É. (de) (2021). L’Identité humaine. Paris : Laffont.

Genette, G. (1972). Figures III. Paris : Éd. Le Seuil.

Godelier, M. (1998). « Quelles cultures pour quels primates ? Définition faible ou définition forte de la culture ». In : Ducros, J., Ducros, A & Joulian, F. (dirs). La Culture est-elle naturelle ?. Paris : Éd. Errance, p. 217-222. 

Guillaume, A. et al. (2022). « La traduction interculturelle humaine et animalière ». In : Bond, N, Bossier, P. & Louda, D. (dirs). La Traduction dans une société interculturelle. Paris : Hermann, p. 329-359. En ligne : https://doi.org/10.3917/herm.bond.2022.01.0329.

Kerbrat-Orecchioni, C. (2021). Nous et les autres animaux. Paris : Lambert-Lucas.

Kreutzer, M. (2014). « Un demi-siècle de chants d’oiseaux ». In : Clouzot, M. & Beck, C. (dirs). Les oiseaux chanteurs : sciences, pratiques sociales et représentations dans les sociétés et le temps long. Dijon : Éditions universitaires de Dijon, p. 25-45.

Kreutzer, M. (2021). « Extension du concept d’hédonisme. Repenser les désirs et les satisfactions des animaux ». In : Baratay, É. (éd.). L’Animal désanthropisé. Interroger et redéfinir les concepts. Paris : Éd. de la Sorbonne, p. 119-131. 

Kreutzer, M. & Brémond, J.-C. (1986). « Les effets additifs de la syntaxe et de la forme des syllabes lors de la reconnaissance spécifique chez le Troglodyte (Troglodytes troglodytes) ». Revue canadienne de zoologie 64 (6), p. 1241-1244.

Leboucher, G. & Kreutzer, M. (2023). « Que d’écrits pour décrire les cris d’oiseaux ! ». In : Baratay É. (éd.). Écrire du côté des animaux. Paris : Éd. de la Sorbonne, p. 68-82.

Louchart, F. (2021). « Un singe pas comme il faut. Repenser la culture avec l’introduction des orangs-outans ». In : Baratay É. (éd.). L’Animal désanthropisé. Interroger et redéfinir les concepts. Paris : Éd. de la Sorbonne, p. 203-213.

Milcent-Lawson, S. (2014). « Point de vue et discours des animaux dans l’œuvre romanesque de Jean Giono ». In : Romestaing A. (dir.). Mondes ruraux, mondes animaux. Le lien des hommes avec les bêtes dans les romans rustiques et animaliers de langue française (xxe et xxie siècles). Dijon : Éd. universitaires de Dijon, p. 61-72.

Milcent-Lawson, S. (à paraître, 2024). Le Point de vue animal dans les textes littéraires des xxe et xxie siècles. Paris : Classiques Garnier.

Paveau, M.-A. & Ruchon, C. (2020). « La linguistique et le langage animal. Résistances, décentrements, propositions ». Itinéraires 2. En ligne : https://doi.org/10.4000/itineraires.8202.

Rabatel, A. (2017a). « Du “point de vue” animal ». Le discours et la langue 9 (2), p. 145-157.

Rabatel, A. (2017 b). Pour une lecture linguistique et critique des médias. Éthique, empathie, point(s) de vue. Limoges : Lambert-Lucas.

Rabatel, A. (2018). « Pour une reconception de l’argumentation à la lumière de la dimension argumentative ». Argumentation et analyse de discours 20. En ligne : https://doi.org/10.4000/aad.2493.

Rabatel, A. (2019). « Empathie et récit ». Pratiques 181-182. En ligne : https://doi.org/10.4000/pratiques.5655.

Rabatel, A. (2020) [2008]. Homo narrans. 2 tomes. Limoges : Lambert-Lucas.

Rabatel, A. (2021). La Confrontation des points de vue dans la dynamique figurale des discours. Limoges : Lambert-Lucas.

Rabatel, A. (2022a). « Retour sur la définition, les marques syntactico-textuelles et modales du discours représenté narrativisé ». Scientific Notes of Ostroh Academy National University : Philology Series 13 (81), p. 96-103.

Rabatel, A. (2022b). « Des relations textuelles entre les discours représentés narrativisés et les autres formes de discours représentés et de la distinction entre discours représentés narrativisés exprimant des pensées et narration des états intérieurs ». Romanica Wratislaviensia 69, p. 75-89.

Rabatel, A. (2023a). « Les enjeux linguistiques, épistémologiques et éthiques d’une écriture scientifique, du côté des animaux, et au-dessus d’eux ». In : Baratay É. (éd.). Écrire du côté des animaux. Paris : Éd. de la Sorbonne, p. 155-168.

Rabatel, A. (2023 b) [2004]. Argumenter en racontant. (Re)lire et réécrire les textes littéraires. Limoges : Lambert-Lucas.

Singer, P. (2012) [1975]. La Libération animale. Paris : Payot.

Wolff, F. (2019). Plaidoyer pour l’universel. Paris : Fayard.

Haut de page

Notes

1 Certes, le ton humoristique des extraits de F. de Waal est assez peu représentatif de la littérature scientifique sur les mondes animaux, mais il tient au sujet abordé, les relations entre sexe et genre. Cependant, les exemples allégués sont représentatifs de la position de surplomb du locuteur. De surcroît, ils montrent que la science peut s’écrire en première personne sans affecter le contenu scientifique des données, lorsque la recherche passe par des choix subjectifs contrevenant aux doxas scientifiques et recelant de ce fait une forte dimension épistémologique, comme on le verra. De plus, l’attention au rendu de l’intériorité animale y est caractéristique d’une tendance à la hausse dans les textes scientifiques du domaine, à l’instar des expériences de l’historien É. Baratay (2021a), analysées dans l’article « Les enjeux linguistiques, épistémologiques et éthiques d’une écriture scientifique, du côté des animaux, et au-dessus d’eux » (Rabatel, 2023a).

2 Voir l’article « Conclusion. Concepts adaptés, variations traquées » (Baratay, 2021c, p. 281) : « Il y a évidemment un propre de l’homme, mais comme il y a évidemment un propre du chien, du chat, du cheval, du moustique, de la crevette, etc. […] sans ériger a priori celui de l’humain, ni en faire un aboutissement ou une mesure du monde […] sans priver ces derniers de capacités et de propres selon leurs versions. » Ce qui fait que les critiques de Marie-Anne Paveau et Catherine Ruchon (2020) visant des linguistes réticents à parler de langage animal au titre d’une exceptionnalité et d’une supériorité humaines n’épuisent pas le sujet.

3 Voir les relations entre nature et culture et, en amont, leur définition. Ainsi, Maurice Godelier (1998) a distingué une conception faible de la culture, caractérisée par les critères de variation et de transmission, et une définition forte, autour des représentations et des valeurs. Cette distinction, censée rendre compte des différences entre primates et humains, est discutée (voir notamment Louchart, 2021) sans que ces cas soient généralisables.

4 Bien qu’elle reconnaisse que parler de langues pose problème pour les animaux, Astrid Guillaume prône « la zoosémiotique, la zoolinguistique et l’Humanimalisme au service des langages animaux » (https://societefrancaisedezoosemiotique.fr) et recourt à une forte inflation notionnelle – zoosémiotique, zoolinguistique  (générale), zoolinguistiques  (sectorielles), zoodialectes, zoosémantique, zootraductologie, voire zoosémiotraductologie (Guillaume 2022, p. 329-333) – dont on voit mal les fondements. Que Vinciane Despret (2021, p. 11, 18, 38, 43) reformule cette thèse de façon ludique et projective ne lève pas la contradiction.

5 Un relecteur me fait remarquer que cette définition exclut la langue des signes ; certes, mais mon objet n’est pas de discuter son contenu.

6 Voir sur le Trésor de la langue française informatisé (TFLi). En ligne : http://atilf.atilf.fr/.

7 Lorsque le locuteur émet son PDV, il y a syncrétisme (marqué par le slash) entre L1 et E1 (codé L1/E1) ou l2/e2. Il est rompu chaque fois que le locuteur se met à la place d’un autre sans lui donner la parole ou s’il rapporte le propos d’un locuteur second sans partager son PDV.

8 Les perceptions, ressentis – terme générique regroupant affects, émotions et sentiments –, pensées, paroles, actions sont sujets à maintes variations modales : on peut vouloir- (ne pas vouloir-) percevoir, ressentir, penser, dire ou faire ; de même avec les autres grandes modalités, pouvoir- (ne pas pouvoir-), devoir- (ne pas devoir-), savoir- (ne pas savoir), aimer- (ne pas aimer-) qui se combinent avec les composantes précédentes (italique) et entre elles aussi. Ces combinaisons hiérarchisées de modalisations concernent tous les énonciateurs (premier ou seconds) qui peuvent « aimer mais ne pas pouvoir agir », « vouloir mais ne pas savoir (que) percevoir », « devoir mais ne pas savoir (comment) ressentir », ou inversement, etc. Dialogisme aidant, une autre possibilité est qu’une modalité renvoie à un énonciateur donné, la seconde à un énonciateur différent. Ainsi, lorsque dans un récit on lit que « X voulait mais ne savait pas agir », il faut se demander si X correspond à e2, censé prendre en charge la modalité boulique et la modalité épistémique – auquel cas e2 aurait conscience de ne pas bien savoir que/comment agir conformément à son désir – ; ou au contraire si E1 porte un jugement modal épistémique sur une modalité boulique de e2 – ce dernier émettant un désir sans savoir le concrétiser voire sans avoir conscience de ce défaut. C’est le cotexte étroit qui aide à choisir. Et c’est la mémoire discursive des relations entre E1 et cet e2 qui peut plaider pour le maintien des deux interprétations.

9 Que je ne peux que présenter sommairement dans les limites de cet article (pour plus de détails, voir Rabatel, 2020 [2008] et 2021).

10 Le découpage ne correspond pas à celui que j’ai présenté dans l’article « Pour une reconception de l’argumentation à la lumière de la dimension argumentative » (Rabatel, 2018) parce que, outre les variations précédentes, les vers 22 et 23 étaient réunis en un seul.

11 Sur la notion de discours représenté, plutôt que rapporté voir Homo narrans (Rabatel, 2020 [2008], p. 349-355), car je l’emploie en un sens différent que mes prédécesseurs (Authier-Revuz, Vion, Nølke), intégrant les perceptions ou les actions, dès lors que le lexique dénote des pensées ou que le cotexte permet de les inférer et de renvoyer à une intentionnalité. Le bornage du DRD est net lorsque la première personne et le présent contrastent avec les fragments narratifs en troisième personne et au passé simple. L’emploi du présent de narration dans les v. 5 et 30 atténue le contraste, sans le supprimer, puisque la différence de personnes perdure.

12 Le lecteur pourrait s’étonner du choix des fables pour analyser les discours animaux, au motif que les fables ne sont pas de vrais animaux, mais des masques pour parler des êtres humains. L’objection n’a de pertinence que si l’on pense que seules des représentations d’authentiques formes de communication de vrais animaux méritent d’être analysées. Je ne partage pas ce point de vue : d’une part parce que les communications animales qu’étudient les éthologues passent par le prisme du langage humain ; d’autre part parce que l’intérêt de ces représentations scientifiques (exemplifiées dans la troisième partie) n’invalide pas celui des représentations littéraires.

13 La moralité, souvent interprétée selon une optique naturalisante – le plus fort est le plus vigoureux – peut l’être en termes sociaux de construction d’un rapport de force. Si l’agneau avait songé qu’il ne suffit pas d’être un expert ès argumentation rationnelle pour affronter seul le loup, qu’il faut s’entourer d’alliés (d’autres moutons plus expérimentés que lui, des bergers, leurs chiens), il n’aurait pas été mangé (Rabatel, 2018).

14 Le commentaire pourrait être analysé comme la trace, au discours représenté indirect libre (DRIL), d’une excuse du Renard, renvoyant à un énoncé en première personne du genre : « Je n’ai qu’un brouet clair à t’offrir car je vis chichement ». Sur la distinction entre DRIL et PDV représenté, voir Homo narrans (Rabatel, 2020 [2008], p. 425-449).

15 Un des relecteurs doute que « trompeurs » soit une anaphore. De fait, si l’on interprète le terme comme une adresse au lecteur. Mais l’anaphore résomptive existe bel et bien, car elle renvoie au Renard et à tous ceux qui peuvent s’identifier à lui (y compris des lecteurs). L’anaphore résomptive se justifie encore avec « la pareille », qui évoque le retour à l’envoyeur de sa tromperie, en sorte que la moralité renvoie bien aux deux épisodes constitutifs de la fable et de son macro-PDV.

16 Sans doute obtenu par aphérèse d’Élisée, graphie concurrente d’Élysée.

17 Voir l’ouvrage de Bernard Combettes (1992). Le passé simple est souvent présenté comme un temps objectif, celui de la narration, surtout si elle est en troisième personne, par opposition aux fragments de discours rapportés, plus directement subjectifs, ou encore par contraste avec des descriptions ou des commentaires à l’imparfait, tout aussi subjectifs. Mais cela n’exclut pas que le PS exprime aussi la subjectivité, indépendamment du sémantisme du verbe (Rabatel, 2020 [2008], p. 436-440).

18 Tout en attestant de leur vérité, en vertu de la convention fiduciaire selon laquelle l’absence de signe de distanciation suffit à poser la vérité de ce qui est raconté du point de vue de ceux dont le narrateur raconte l’histoire.

19 La transposition au passé change la fréquence narrative, qui devient singulative, sans modifier l’attribution des PDV aux personnages-animaux ; en revanche, elle influe sur la « profondeur de leur savoir », plus importante avec la fréquence itérative compactant de multiples expériences singulatives (Rabatel, 2020 [2008], p. 318-321).

20 Les astérisques n° 1 et 3 renvoient à deux références scientifiques en note, le n° 2 au dessin d’un oiseau couvant son nid, non reproduits, NDA.

21 Le psycho-récit est également compatible avec les PDV assertés au DRN, au débrayage énonciatif minimal, qui relèvent des premiers plans, comme les PDV embryonnaires.

22 J’avais prévu de compléter ces analyses par des exercices d’écriture. J’y renonce, faute de place. Le lecteur intéressé par la question pourra se reporter à la réédition d’Argumenter en racontant. (Re)lire et réécrire les textes littéraires, basé sur des activités d’écriture et de transposition de points de vue (Rabatel, 2023b [2004]), qu’il serait aisé d’adapter aux textes étudiés ici ou à d’autres exemples. L’ouvrage est suivi d’un après-propos substantiel analysant des productions de futurs professeurs des écoles ou de professeurs stagiaires des collèges et lycées.

23 Qu’il s’agisse d’animaux de compagnie (tels Lisée avec Miraut, Claudie Hunzinger dans le crépusculaire mais vibrant et inspirant Un chien à ma table, Léautaud et ses chats), voire avec des animaux sauvages (à l’instar de Morel, Minna et Romain Gary dans Les Racines du ciel, ou de de Waal, dans Différents. Le genre vu par un primatologue). Je mêle volontairement des personnages, des narrateurs ou des auteurs ainsi que des personnes réelles pour renvoyer à ces différents niveaux de représentation des relations affectives Humains/Animaux et à leur pouvoir de contagion qui les affecte ainsi que les lecteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Rabatel, « Représenter la vie intérieure des animaux »Pratiques [En ligne], 199-200 | 2023, mis en ligne le 20 décembre 2023, consulté le 22 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/pratiques/13659 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pratiques.13659

Haut de page

Auteur

Alain Rabatel

Université Claude Bernard Lyon 1, Icar, F-69100 Lyon, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search