Navigation – Plan du site

AccueilNuméros199-200Approches théoriques et propositi...La communauté des vivants. Une ap...

Approches théoriques et propositions linguistiques

La communauté des vivants. Une approche énactive du site de L214

The community of living beings. An enactive approach of the L214 website
Hugues Constantin de Chanay

Résumés

Cet article souhaite jeter les bases d’une analyse sémantique et rhétorique des discours dans le cadre théorique de l’« énaction » et il en propose une application pratique en s’attachant à décrire le site internet de L214. Dans un tel cadre il peut prendre en compte les visées perlocutoires de ce discours militant et décrire comment sa rhétorique lui permet de rechercher une efficacité maximale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les pages qui suivent cherchent à dessiner les bases d’une analyse discursive dans le cadre d’un modèle linguistique encore peu appliqué en sémantique : l’énaction. Ce modèle permet d’intégrer à l’analyse la dimension perlocutoire et semble parfaitement adapté à la description des discours militants tels que celui de L214, dont sera analysé le site. Par ailleurs il semble épistémologiquement fondamental qu’il n’ait pas d’œillères idéologiques : à l’instar de L214 on peut le considérer, et sa conception de la scientificité avec lui, comme antispéciste.

1. Corpus et méthodologie

  • 1 Je remercie Didier Bottineau, par qui j’ai connu l’énaction, d’avoir relu ce texte.

2Par méthodologie on entend une justification de la méthode employée, qui illustrera une démarche sémiotique dans la pratique de l’analyse du discours. Appliquée à un corpus singulier elle tâchera de relier des signifiés à des signifiants et sera inscrite dans le cadre théorique de l’énaction1, théorie née dans les années 1980, ainsi baptisée sous la plume de Varela et qui sera exposée un peu plus loin. Disons-en pour l’instant qu’elle permet de caractériser les interactions communicatives et leur incarnation matérielle (dont le corpus sera une trace visible) comme un cas particulier d’interactions matériellement incarnées – ambitieuse théorie qui caractérise ainsi le cycle de la vie dont les interactions communicatives sont une pièce. Il est important aussi de noter que l’énaction fournit un cadre théorique où insérer la linguistique mais aucune méthode nouvelle : ce que l’on cherche est avec elle différent, mais non la manière de le chercher.

3Considéré comme une interaction communicative, le site établit une interaction asynchrone à interventions monogérées (c’est-à-dire non « co-construites » mais élaborées sans participation des interactants destinataires). La perspective énactive prend acte de ce que la communication n’est pas un terminus ad quem mais une contribution à un jeu interactif plus grand – c’est dire que sont pertinentes ces suites du discours qu’on appelle habituellement, pour les écarter du domaine de la linguistique, perlocutoires.

4Quant au corpus analysé, il est constitué de la totalité des discours accessibles sur le site https://www.l214.com. Après avoir dans l’analyse de l’énonciation puis de la rhétorique brossé un portrait général de l’ensemble du site, je me focaliserai sur une page singulière – celle des « cochons en élevage »2. Le discours tenu y est polysémiotique (vidéos, photographies, typographie, mise en page) mais on a choisi de ne pas reproduire sur papier de reproductions imagées aisément accessibles sur le site.

2. Objectifs de L214 et de son site : approche « énactive »

2.1 Situation énactive de L214

2.1.1 Principes généraux de l’énaction

5Les sciences humaines doivent être abordées comme des sciences naturelles. Notre histoire nous a habitués à opposer intellectuellement nature et culture et à utiliser cette opposition comme un a priori de toute conceptualisation : on peut penser – dans une perspective énactive qui, comme on le verra, met les origines à l’origine – « en-deçà » d’elles.

6Énaction, ce mot formé sur le modèle d’enthousiasme, d’entéléchie, a un préfixe grec (en-, dans) et un radical latin (actio, action) – le correspondant gréco-grec était pris, « énergie » – : avoir en soi le principe de son action, ne pas le recevoir de l’extérieur, en somme être le « premier moteur » d’Aristote (1981, L, 1072b 25). Dans le paradigme de l’énaction, ce qui compte n’est pas la motricité emblématique de la vie, en une vision physique du monde, mais l’insertion dans un environnement avec lequel les cellules interagissent, vision plus darwinienne, ayant pour modèle scientifique plutôt la biologie que la physique. On part du monde tel qu’il est, qui n’a peut-être aucune autre origine que lui-même. Il est dynamique. L’harmonie y est non pas « préétablie », comme eût dit G. W. Leibniz (1990 [1765], p. 8), mais établie et sans cesse réétablie. L’élevage des animaux est d’emblée contre-nature dans un tel cadre : ils conservent bien leur motricité, mais l’essentiel n’est plus là du moment qu’ils ont été soustraits à leur environnement naturel.

7Et quel est le premier moteur ? La cellule, composant de base des êtres pluricellulaires que, êtres humains et animaux d’élevage, nous sommes. Sa raison d’être matériellement, c’est son fonctionnement : l’interaction. On peut en tirer deux enseignements. D’abord, si avec l’énaction on descend jusqu’à la cellule, c’est que la vie est non pas une fonction supérieure mais une fonction inférieure. Ensuite, que dans ce paradigme la cognition ne saurait être autre qu’incarnée, témoin ce prototype cellulaire de cognition-en-acte : il n’y a pas d’un côté la cognition et de l’autre l’incarnation, mais une fusion sans laquelle il est inimaginable d’imaginer exister l’une ou l’autre à l’état isolé. Les animaux d’élevage ont une chair ? Ils ont donc une cognition. Et le « premier moteur » n’est ni unique ni étranger au monde : chaque cellule est à elle-même son premier moteur. S’il n’est évidemment pas question que cette hypothèse philosophique y apparaisse telle quelle, elle est sous-jacente à l’interprétation des pages du site de L214. La page d’accueil « la vie des animaux » (onglet « animaux ») accompagne chaque offre de navigation de photographies qui montrent la condition faite à des êtres faits par et pour l’interaction.

8Or sur les 12 images, une seule montre en milieu naturel un groupe de bêtes desquelles le groupement semble voulu (lien vers la page « moutons et agneaux ») : telle est l’interaction souhaitable pour toutes. Sur les autres, c’est soit une agglutination imposée par l’exploitation maximale d’un lieu (souvent une cage), soit l’isolement sans regard caméra dans un décor désolant : l’interaction fondamentale y est inexistante ou impossible.

  • 3 Monadologie, § 7.

9La nature essentielle de la cellule, contrairement à la monade élémentaire de G. W. Leibniz qui est « sans porte ni fenêtre »3, est d’être ouverte à son extérieur (son environnement et l’autre), avec lequel elle co-évolue – cette co-évolution constituant sa force créatrice propre, soit dans les termes de Varela sa « poïèse », et plus spécifiquement, puisqu’elle-même est affectée par cette co-évolution à la base de toute existence mondaine, son « autopoïèse » (Maturana & Varela, 1980 ; Maturana, 2002). Au commencement était et est toujours l’interaction ; et, mode d’existence et d’expression de L214, la communication est une interaction : de manière interne et surtout externe.

2.1.2 Interaction externe et interaction interne

  • 4 Ce schéma sommaire prend comme prototype de la communication, pour en pointer les six constituants (...)

10Appelons interaction interne celle qui unit les participants minimaux à l’acte de communication présupposé par l’existence du discours tenu par le site de L214. À peine révisé, le célèbre schéma de R. Jakobson (1972, chap. xi)4 peut suffire à les identifier. Le paradigme de l’énaction conduira toutefois à une légère redéfinition des relations entre ces éléments constituants.

  • 5 Par choix je ne féminise pas les termes désignant des instances systémiques : leur définition fonc (...)

11Ces éléments sont d’une part les protagonistes, « destinateur » et « destinataire »5, à la base des êtres de chair qui, soit peuvent se fédérer en personnes morales via une association comme L214, soit non (cas des destinataires du site). Ce sont d’autre part les composants de la scène, un ensemble non animé hétérogène constitué du message, du canal, du code et du référent.

12Le message est le discours observable, à savoir l’ensemble des signes délimité par son accessibilité sur le site https://www.l214.com. Les autres composants ne sont linguistiquement observables que via leurs représentants symboliques dans ce message.

13Quant au référent, c’est-à-dire ce qui est dans le même mouvement donné comme réalité et donné à méditer, c’est la condition faite aux animaux d’élevage. Bien des mouvements argumentatifs pourront se développer à partir de ce renvoi du discours à son référent ; tous reposent sur la double pédagogie (R. Jakobson parlerait de « fonction informative ») du site qui informe, d’une part sur les formes concrètes prises par ces conditions imposées aux animaux (élevage, transport, abattage), et d’autre part sur la nature des animaux qui les subissent.

  • 6 G. Lakoff & M. Johnson, 1981.

14R. Jakobson ne dit pas un mot des relations qui font de l’ensemble de ces constituants un système. En fait il s’agit d’un ensemble de constituants isolés, non unis organiquement, mais unis en une relation fonctionnelle répondant à la métaphore de base dite du « conduit » (le message « passe », inchangé, de son envoyeur à son réceptionnaire)6. Le modèle de l’énaction permet de s’en faire une idée différente, sur deux points cruciaux.

  • 7 Si ce n’est là où il est impossible de l’éviter : le « contact » (repris par la tradition en « can (...)
  • 8 C’est ce que j’ai récemment soutenu (Constantin de Chanay, 2021)
  • 9 Ce qu’elles font en réalité – ou plutôt elles ne sont fermées qu’à notre échelle, et pour certains (...)
  • 10 Au sens d’O. Ducrot (1984). Comme on le verra, on peut considérer que le site de L214 met en place (...)

15Le premier point est l’union organique des constituants. De corps, il n’est point question chez R. Jakobson7. Pourtant destinateur et destinataire sont nécessairement incorporés. Leurs compétences sémiotiques sont inimaginables hors leur mémoire. Leur parole l’est autant hors leurs voix. La communication linguistique n’est possible qu’avec leur présence réciproque, l’écrit étant une réduction métonymique de cette relation fondamentale. Directement ou indirectement, la chair est là. Et dans le cas de L214 ? La coprésence physique n’y est pas possible, et c’est bien cela que le site doit suppléer. Une hypothèse énactive serait que toute relation argumentative, qu’elle soit d’approbation ou de rejet, transpose sur le plan symbolique l’interaction correspondante8 – comme si, en cas d’accord, les frontières physiques dans une interaction réelle « s’ouvraient »9 pour accueillir celui ou celle avec qui l’on coopère et comme si, au contraire, elles se solidifiaient entre l’un et l’autre en cas de désaccord : abstraits, les « énonciateurs »10 se prêtent idéalement à déployer sur le plan linguistique une trame interactive modèle.

16Pour enfoncer le clou : le discours tenu sur le site rejoue la liaison organique adversative des positions spéciste et antispéciste qui interagissent réellement dans le monde social. Soit par exemple cette offre de page : « découvrir l’impact de l’exploitation animale ».

17Elle met en face l’un de l’autre deux programmes narratifs, l’un de l’exploitation — désignation de l’ennemi ; l’autre de la découverte : la recrue se persuade qu’elle est du bon côté – c’est dire que ce combat place le lecteur du côté de la découverte, qui devient une compétence de combattant.

  • 11 Transposé au plan linguistique, ce partenariat peut s’exprimer dans la notion d’« énonciateurs par (...)

18Le second point est l’inscription nécessaire de ce microsystème dans un système plus grand : l’interaction interne doit être placée dans l’interaction externe dont elle est une pièce. Incorporée, la communication linguistique n’est que la partie apparente de l’interaction qui la porte (de ce face à face et de cette tractation qui ont lieu à son occasion). Concomitamment à elle, les individus se perçoivent et par là estiment leur avenir interactif commun, c’est-à-dire appréhendent le vaste réseau interactif non encore réalisé qui régit leur mode de présence dans le monde : l’autre peut-il être un allié ? Le partenariat11 possible est en jeu sous chaque communication. C’est le but non communicatif à atteindre qui justifie le message. Ici L214, par site interposé, rameute ses troupes.

2.2 L’énaction et l’action

2.2.1 Visée perlocutoire de L214

  • 12 Selon la formulation de C. Kerbrat-Orecchioni (2001).
  • 13 L’énaction systématise des réflexions que l’analyse de discours a menées sur le contexte (voir Ker (...)

19J. L. Austin (1970 [1962]) distingue dans l’acte global de parole l’acte locutoire, l’acte illocutoire et l’acte perlocutoire. Le premier regroupe tout ce que la linguistique a décrit jusqu’à lui, de la phonétique à la syntaxe et s’adapte facilement à l’écrit (le sous-acte phonétique y devient un sous-acte graphique). Le deuxième s’attache à ce qu’on prétend faire en parlant12. Les deux peuvent être décrits par la linguistique : ils sont proprement communiqués et appartiennent à ce que j’appelle l’interaction interne. Il n’en va pas de même de la troisième : les suites réelles provoquées par l’action de parler sont externes à la communication. Or, sans que ce caractère ne change quoi que ce soit au caractère communicatif des actes précédents, elles deviennent un objet énactif interne. En résumé, la dimension perlocutoire est un objet communicatif externe (l’analyse communicative ne peut l’atteindre) et un objet énactif interne (l’analyse énactive le peut)13.

20Si l’illocutoire se définit non comme ce que l’on fait en parlant mais comme ce que l’on prétend faire, la visée perlocutoire n’est pas autre chose que l’autre face de l’acte illocutoire, sa traduction réelle ; et elle a comme support premier l’existence communicative de l’acte illocutoire. Dans le cas du site de L214 on peut remarquer une prédominance des actes de langage « assertifs » (selon la terminologie de J. Searle, 1982 [1979]), lesquels consistent essentiellement pour leur responsable à vouloir faire adhérer à ces dires. Les actes directifs, minoritaires et essentiellement « méta » (« retrouvez toutes nos actions par thèmes »), canalisent les actes requis dans les strictes sphères du guidage et du recrutement pour l’association. En d’autres termes L214 n’a rien de révolutionnaire : l’impact que recherche l’association doit avoir pour vecteur principal la communication (les actions proposées aux destinataires peuvent ainsi être menées à bien, en une aimable apocope, « sans quitter son canap’ ») et la forme d’une intégration à une action déjà menée par L214 (« L214 puise ses forces dans l’engagement de ses membres et sympathisants. Votre don permet de dévoiler les conditions d’élevage, de transport et d’abattage des animaux, et de faire bouger les lignes ») sans « mouiller » ceux et celles qui sympathisent avec les actions de l’association en leur demandant un acte autonome.

21« Faire bouger les lignes » ? Voilà une revendication de visée perlocutoire – mais une revendication floue. Ce flou a toutefois des implicites nets : il écarte par exemple des hypothèses plus concrètement combatives. Et il présente sous un jour très favorable la lente évolution des mentalités qu’il espère : avec « les lignes », c’est toute la réalité qui bougera au simple prix de la lucidité nouvelle qu’il faut contribuer à répandre. Là est la vocation du site : il est vain de prêcher les réfractaires, et il est inutile de prêcher les convertis ; mais à ces derniers on peut demander de prêter main-forte à la tâche communicative. Le site est une base. S’y regroupent les équipes qui, indirectement, prêcheront les indécis. Quant au perlocutoire, c’est ce qu’espère la « mise » illocutoire.

22Cette espérance perlocutoire est ainsi double :

  • dans l’immédiat, recruter les destinataires comme auxiliaires ;
  • plus lointainement, contribuer à une évolution des mentalités qui ferait désirer une société où l’on ne maltraiterait plus les animaux d’élevage (pari plutôt pacifique de L214 sur la force agissante de la communication, qui pourrait orienter la nécessaire évolution des sociétés).

2.2.2 Énaction et scripts

  • 14 Par exemple, pour prendre une Urwelt célèbre, une tique tombe sur un corps de mammifère dès que so (...)

23La conception de l’appréhension énactive du monde, calée sur une interactivité avec le milieu qui est la condition même, primitivement, de la vie a d’importantes conséquences sémiotiques en ce qu’elle invite à redéfinir la notion d’objet non plus en termes classiquement ontologiques mais en termes de pratiques possibles, et à voir ainsi le monde comme un réseau de pratiques en puissance, en somme en un prolongement de J. v. Uexküll (1965 [1956]). Celui-ci distingue ainsi entre l’Urwelt, l’« environnement mondain » que partagent toutes les espèces, et l’Umwelt, le monde propre à chaque espèce, dans lequel ce qui est perçu comme monde par chacune est strictement corrélé aux possibilités d’actions qui peuvent s’y mener : il n’est pas de perception qui ne soit feu vert ou feu rouge pour une entreprise14. La notion de « perçaction » reprise par D. Bottineau (2017, p. 16) à Berthoz (2013) ne dit pas autre chose : la perception est le recto d’un verso, l’action. Non seulement l’homme, mais tous les vivants « perçagissent ». Le moyen est la perception, l’action est le but.

  • 15 « Pour produire du foie gras » incite à distinguer l’Umwelt propre à une espèce (ce qui présente d (...)

24Le site de L214 se contente parfois d’expliciter l’action seule : (les lapins) « creusent des terriers pour s’y cacher et élever leurs petits » ; ils « ont aussi besoin de matériaux à ronger pour limer leurs dents » – la perception, préalable, diagnostique le creusable ou le rongeable. Le lecteur ou la lectrice envisage « en lapin » un monde qui n’est pas le sien à l’occasion de ces phrases qui lui explicitent leur Umwelt particulière. Par contre l’Umwelt du canard est absente de toute la section consacrée à cet animal et au foie gras (« Interdit dans de nombreux pays pour cause de cruauté envers les animaux, le gavage d’une oie ou d’un canard est obligatoire en France pour produire du foie gras 15»). Le voici réduit à un objet. C’est à la bonne volonté de l’interprète qu’il revient de disqualifier cette réduction vraisemblablement injuste de son point de vue. La considération des Umwelten des animaux d’élevage, c’est-à-dire dans tous les cas l’opposition entre elles et le monde à eux imposé par les éleveurs et éleveuses, fournit au site la base axiologique de son orientation argumentative.

  • 16 Mais avec une variation de « point de vue » :la forme d’infinitif présent actif du verbe est la pl (...)

25Si l’on cherche un parallémisme avec cette caractérisation perceptive, l’unité sémantique de base doit être le script, représentation mentale d’un scénario schématisé (Voir Schank & Abelson, 1977). Est bouleversé le caractère primordial des classes ontologiques envisageant d’abord des êtres, des propriétés, des actions, etc., qui combinées composeraient un scénario : car celui-ci ne résulte pas de leur composition ; au contraire, ce sont elles qui résultent secondairement de sa décomposition. « Agir », dit le site dans ses rubriques : il aurait pu dire sans variation sémantique « être acteur » ou « mener une action »16. La séparation ontologique que les « parties du discours » (verbes, substantifs, adjectifs, adverbes,…) de la langue établit entre des types de référents (en gros objets, actions, etc.) sont des abstractions au sens de la philosophie : elles considèrent à part ce qui ne saurait exister séparément (Lalande 1977 [1926], p. 8). Ch. Bally (1965 [1932], p. 43) l’avait observé en comparant la perception que l’on peut avoir d’un oiseau (ses actions lui sont nécessairement intégrées, qu’il s’agisse de voler ou de se poser) et les énoncés linguistiques le prenant pour objet. Comme on peut s’y attendre, l’association L214 se donne comme mission une action non pas délestée de ses agents mais, conformément à ce que le paradigme de l’énaction met au cœur du sens, une intervention conçue plus concrètement comme inséparable de ses supports, notamment ses agents.

26Cette intervention est aussi « incarnée » et intramondaine. Centre de la présentation que L214 donne d’elle-même et de sa raison d’être, le développement consacré à ces missions (onglet « à propos ») recourt de manière centrale à la notion de « pratique » – mot dont Le Petit Robert 2022 donne la définition suivante : « activités volontaires visant des résultats concrets ». Il s’agit bien d’un discours dont le militantisme concret affiche et revendique sa visée ultime comme perlocutoire. Le site dit pour faire.

27Le paragraphe sur les missions est rédigé ainsi :

Soulever la question animale auprès des citoyens et dans le débat public.

Faire reculer les pires pratiques d’élevage, de transport et d’abattage.

Promouvoir l’alimentation végétale pour réduire le nombre d’animaux tués.

  • 17 Mais pratiques pacifiques, comme le revendique la profession de foi énoncée dès l’accueil sur le s (...)

28On remarque immédiatement, ligne deux, le mot « pratique » : on s’attaque bien à une « activité volontaire ». Mais l’essentiel n’est pas là : les deux infinitives consécutives en « pour + INF » marquent dans les phrases les visées pratiques ultimes du site ; et surtout, les infinitifs initiaux décrivent dans ces trois cas non pas l’activité communicative du site mais son action espérée, serait-elle l’extension « auprès des citoyens et dans le débat public » de la communication dispensée par le site à ses affidés : pratiques, pratiques, pratiques17.

2.3 Vers une négation de la « Césure » ?

29« Césure », je l’emprunte à C. Kerbrat-Orecchioni (2021) qui labellise ainsi le grand concept implicite qui organise transcendantalement depuis plus de deux millénaires l’épistémê spéciste : une frontière de nature sépare l’homme et « les autres animaux ». On peut remonter cette frontière, à ma connaissance, jusqu’à Aristote. Celui-ci affirme en effet dans le Politique : « logon de monon anthropos echei tôn zôôn [de tous les vivants, l’homme est le seul à avoir le langage] » (Aristote, 2022, I, 1253a) ; Or, tout comme L214, l’énaction arpente un au-delà (ou plutôt un en-deçà) de la Césure.

2.3.1 L’énaction comme théorie fondamentalement antispéciste : l’ancrage de la sémantique dans le corps

30Dans le cadre de cet article je n’entrerai pas très avant dans des considérations théoriques n’ayant pas d’incidence directe sur la description.

31Comme on l’a vu, cette émancipation épistémologique découle directement du fait tous les animaux, donc nous et les autres, avons un corps – cet instrument de cognition en même temps que de vie : non seulement qui dit cognition dit corps, mais réciproquement qui dit corps dit cognition. Toutes les espèces par conséquent « connaissent ». C’est en effet la nature même de l’existence cellulaire. Or, question à la fois d’échelle et de cécité culturelle à notre véritable nature, à la cellule nous n’avons aucun rapport direct ; bien plutôt ne compte-t-elle pour rien dans la vision officielle du monde de ceux des humains, la majorité, qui se considèrent comme au-dessus de tous les règnes. C’est donc aux autres animaux de nous informer de notre même conformation : nous sommes parents en cellules – et de fait, les rubriques qui décrivent sur le site beaucoup d’animaux d’élevage (vaches, cochons, poulets, poules pondeuses, moutons et agneaux, poissons), « intelligence et vie sociale », a priori évoquent plutôt l’être humain. Mais c’est d’eux que nous devons inférer nos modes d’existence : action, communication, cognition. Pour dessiner des oppositions de manière peut-être manichéenne : pour Descartes le corps nous trompe. Pour la cognition incarnée au contraire (dont l’énaction est l’un des courants), il est au fondement même de nos savoirs et des leurs, ce qui, d’après M.-L. Maublanc (2020, p. 25)

relativise notre croyance en une cognition humaine rationnelle, intellectuelle, désincarnée, et incite à approfondir cette approche de l’énaction qui accorde davantage d’importance aux boucles sensori-motrices et aux émotions qu’elles génèrent, c’est-à-dire à ce que nous partageons avec beaucoup d’autres espèces.

32À l’idée de cognition située est également reliée la conception du langage comme dévolu à servir l’action. Comme le disent L. Dutriaux & V. Gyselink (2017, p. 440), « le langage a au moins pour fonction de communiquer des informations qui vont, comme la perception et la mémoire, orienter et supporter l’action ». On doit voir là une application particulière d’un principe gouvernant tout le monde naturel : il n’est aucune compétence qui ne soit dépendante des interactions qui sont à la source de son émergence.

2.3.2 « Les autres animaux », objets voués à devenir sujets : approche énactive de la présentation des animaux d’élevage sur le site de L214

33À gros traits : sur l’ensemble du site, photographies et textes,

  • dans les textes, les animaux d’élevage sont toujours des biens : condition actuellement vécue ; et idéalement des sujets, qui devrait être dégagés de toute participation malgré eux au système économique qui les fait objets agro-alimentaires ;
  • mais, dans les photographies, ils sont à la fois objets et sujets en une juxtaposition qui reçoit sa hiérarchie axiologique de l’extérieur (en l’occurrence des textes accompagnateurs, mais aussi de cet apitoiement que cherchent à provoquer les images18) : le point de vue favorable de l’animal sujet discrédite axiologiquement les présentations de l’animal objet.

34Sont ainsi dessinés les « camps » interactifs en présence et proposé aux destinataires convertis ou indécis le ralliement au camp dûment identifié de L214. C’est crucial pour un discours militant : il faut communiquer, ici à son lectorat, le rejet du réel constaté et le désir d’un monde autre.

  • 19 Car au niveau de l’énoncé, les études foisonnent. Les écrits polyphoniques, se revendiquant d’une (...)
  • 20 Via les « subjectivèmes » (Kerbrat-Orecchioni, 1981).
  • 21 Le principe de pertinence – érigé par J. R. Searle (1982 [1979]) en condition de réussite de l’act (...)

35Les discours linguistiques marient les deux perspectives antagonistes sur le mode de la polyphonie. Témoin le gavage : d’un côté, il « n’est plus défendu que par les producteurs et des scientifiques en situation de conflit d’intérêt », et c’est donc exclusivement par des défenseurs partiaux ; et d’un autre côté, littéralement, un manque cruel se fait sentir : « Nous demandons au président de la République, au gouvernement et aux parlementaires d’interdire le gavage et la commercialisation des produits qui en sont issus ». Lorsque deux points de vue sont incompatibles, la question se pose de savoir lequel l’emporte au niveau discursif19. La clef semble double et gît d’une part dans les valeurs affichées20 par les mots et d’autre part dans la notion pragmatique d’acte assertif (Searle, 1982 [1979]). L’usage de l’indicatif, en particulier du présent, ainsi que certains verbes (comme demander qui présuppose une non-réalité21), indiquent ce sur quoi l’énonciateur engage sa croyance et ce qu’il considère comme réel, et les « subjectivèmes » précisent s’il le déplore ou s’en félicite.

  • 22 Au sens de F. Rastier (1986).

36Ainsi, la hiérarchie qui accorde la primeur à ce qui est plutôt qu’à ce qui doit être est quantitativement rééquilibrée par le nombre très dominant d’énoncés qui allient le trait sémantique /réel/ à une connotation /défavorable/ (je souligne ci-après les mots intrinsèquement défavorables) ; et, inversement, le trait sémantique /irréel/ et la valeur méliorative /favorable/. Par exemple : « d’autres [canes] sont mortes, parfois le bec débordant de pâtée, et gisent parmi leurs congénères vivantes » ; il faut y ajouter les antithèses qui émanent d’une part de la relation inadéquate entre l’alimentation et la mort et d’autre part de la cohabitation de la mort et de la vie – qui implique sémantiquement, par afférence22, que cette vie n’est pas vraiment « vivante ». La connotation péjorative apportée par l’emploi de beaucoup d’expressions procède d’ailleurs plutôt de facteurs socio-culturels que proprement sémantiques (cette ouverture de la sémantique, et plus généralement de la linguistique, au monde environnant qui l’affecte, découle de l’hypothèse générale énactive). Ce peut être par exemple l’irrespect de la loi : « alors que le gavage est illégal au regard des lois européennes » convoie ainsi un point de vue qui discrédite le gavage.

37Les vidéos elles aussi sont argumentativement structurées par la même antithèse in præsentia (comment on traite les animaux d’élevage/quels traitements ils appellent), mais sans la polyphonie réel / irréel. Tout y est au contraire réel, la réalité étant alors présentée comme incohérente sur le mode du alors que (A alors que B, lequel on ne devrait pas avoir si on a A) : on les traite comme des biens, en masse, sans soin, alors que ce sont des individus qui méritent chacun un traitement particulier et attentif. Soit par exemple dans la rubrique « enquêtes » la vidéo intitulée « stop au broyage de tous les poussins ». D’une part, on y voit en nombre (parfois une centaine, voire plus, puis sept à dix sur le tapis de broyage – ce nombre réduit, tout en restant pluriel, permet une forme inaboutie d’individualisation et d’empathie), des poussins à diverses phases d’un traitement industriel ; tout en voyant ce nombre avec une faible profondeur de champ, comme en une multiplicité de portraits individuels laissant voir un regard derrière lequel on suppose une conscience en totale opposition avec le traitement en biens insensibles infligé à ces poussins.

38L’opposition de nombre /individuel/ vs /collectif/ appliquée aux animaux d’élevage correspond à une doxa récemment et encore timidement révisée qui étend à tous les vivants un niveau personnel d’appréhension souvent jugé pertinent pour les seuls humains : tant au niveau de l’observation (par exemple Young, 2017) qu’à celui de la théorie (Baratay, 2017) l’importance accordée à la singularité intraspécifique vient compléter la prise en compte de l’Umwelt spécifique. Elle se dit triplement à l’image, par :

  • le nombre des sujets présents à l’image (un seul : appréhension et empathie individuelles ; plusieurs : appréhension collective et empathie individuelle ; beaucoup : appréhension collective et anempathie) ;
  • le jeu sur la profondeur de champ (faible : zone de netteté isolant des portraits au sein du groupe ; forte : dissolution des individus dans la masse collective) ;
  • angle de prise de vue (vision frontale : empathique ; plongée voire vision aérienne : anempathique).
  • 23 À gros traits l’ancrage désigne une relation de redondance et le relais de complémentarité.

39Ces oppositions mises en place pour les vidéos restent pertinentes pour les images fixes considérées en elles-mêmes – car ces images fixes, contrairement aux vidéos plus discursivement autonomes, entretiennent un rapport avec les textes linguistiques qu’elles accompagnent et avec lesquels elles constituent des discours polysémiotiques. J’étudierai énactivement et pour finir sur l’exemple des cochons ces rapports, d’« ancrage ou de « relais »23 selon la terminologie jadis proposée par Barthes (1964), entre photographies et textes, sous deux aspects : les instances énonciatives du discours, puis sa rhétorique.

2.4 Zoom sur les cochons

40Après avoir rétréci la perspective en me focalisant brièvement sur les animaux d’élevage tels qu’ils sont présentés dans leur ensemble, je la rétrécirai encore en braquant le projecteur sur les cochons (rubrique « animaux », onglet « cochons en élevage » et ses trois sous-rubriques : « en bref », « intelligence et vie sociale » et « 95 % en système intensif »).

2.4.1. Les interactants et les énonciateurs : une métaphore théâtrale

41D. Maingueneau (2003) distingue entre « scène d’énonciation », laquelle fait partie du sens du message (on y trouve les énonciateurs représentés linguistiquement ou implicités) et « situation de communication », laquelle est dans le contexte du message (on y trouve les interactants donnant chair aux représentations linguistiques). Le message, analogue à la scène d’un théâtre, figure un espace de présentation sémiotique d’événements et de personnages dont il faut imaginer des équivalents mondains. Dans une tentative précédente pour placer dans un cadre énactif l’hétérogénéité énonciative (Constantin de Chanay, 2021), j’ai proposé de considérer les relations entre énonciateurs comme des calques des relations entre interactants. Ces relations, on l’a dit, ne sont pas à radicaliser dans une opposition coopération vs antagonisme mais admettent la tierce position de la non-coopération indifférente (autrement dit : les lecteurs, distincts des destinataires, peuvent n’avoir pas pris parti). Cette position intermédiaire est nécessaire à la schématisation énactive de ce qu’est un message militant dont l’objectif n’est sûrement pas de débaucher des opposants mais de renforcer une adhésion qui admet des degrés selon la conscience plus ou moins détaillée du sort fait aux animaux d’élevage – l’ignorance étant aussi provisoire que la position d’indifférence.

42Le décalage entre les circonstances de la communication et sa mise en scène énonciative ici pratiquée saute aux yeux : sous le régime de l’hyperbole, le discours n’explicite pas de position intermédiaire. On peut voir là une sorte de radicalisation argumentative. M. Doury (2021, p. 24) définit l’argumentation comme « l’art de rendre le discours plus résistant à la contestation », ce qui ici prend la forme : /il est difficile de ne pas adhérer positivement aux positions de L214/ ; en d’autres termes, l’hyperbole rend quasi impossible l’indifférence à la situation décrite, situation directement lue comme scandaleuse et outrageant non seulement les animaux d’élevage mais pis, à travers eux les humains qui font partie de la même communauté. Ou encore : le discours déposé sur le site est particulièrement résistant à la disqualification et vise à être adopté. C’est d’ailleurs le cas de tous les discours : la perspective énactive et la rhétorique qui en est l’expression langagière la plus frappante ne structurent pas que celui de L214…

  • 24 Ainsi que la ScaPoLine (Nolke, 2004) appelle les énonciateurs.

43Est donc lisible une adversité énonciative entre une position revendiquée et une position contestée. L’instance énonciative portant la position revendiquée est rarement lisible de manière explicite (il y a en tout et pour tout trois discrets possessifs de 1re personne : « toutes nos enquêtes sur les cochons »), L214 étant de préférence délocutée (« L214 se bat pour faire bannir les pires pratiques d’élevage »). Mais elle est pointée et par les actes de langage qu’elle accomplit – les assertifs du discours tenu, les requêtes à l’impératif (« tenez-vous informé·e ») ou à l’infinitif (« voir toutes nos enquêtes ») et propositions de navigation du site (« intelligence et vie sociale ») – et par les axiologies intrinsèques aux dénominations choisies : « entassés », « mal soignés », etc. Ce type de pointage, qu’on peut considérer comme une forme de métonymie, correspond mutatis mutandis à ce que pour les dialogues rapportés et les récits on appelle « énonciation effacée » (Rabatel, 2004). Une autre instance énonciative est ce que l’on peut appeler le ou les « destinataire(s) », si l’on accepte de réserver le terme d’« interlocuteurs » aux interactants qui incarnent cette instance sur le plan de la communication. Cette instance elle aussi est susceptible de réalisations explicites (« tenez-vous informé.es ») ou, le plus souvent, implicites (c’est aux utilisateurs que sont proposés les choix de navigation et adressés les actes de langage, le genre discursif créant des habitudes dispensant d’une représentation sous forme d’« êtres discursifs »24). Distinguons bien les énonciateurs (deux instances ici) et les points de vue (un seul, celui de L214) : c’est avec ce point de vue revendiqué que les destinataires sont dans un premier temps appelés à être d’accord, et c’est lui qu’ils sont appelés ensuite à faire leur. Dans un but d’efficacité militante, le discours théâtralise les positions et les organise en un affrontement manichéen qui fait apparaitre cette lutte comme structurant le réel en lui restituant la forme interactive qui, pour l’énaction, est sienne.

44La position contestée agglomère elle aussi des énonciateurs. « La majorité des porcelets mâles font encore l’objet d’une castration à vif en France, dans le seul but de satisfaire aux cahiers des charges des industriels » : ces énonciateurs sont d’abord les industriels, les éleveurs, etc., c’est-à-dire tous ceux et toutes celles qui vivent de l’élevage industriel. Mais ils sont aussi une opinion collective (non prêtée à un lectorat promu au rang d’une sorte d’avant-garde de happy few représentant la tolérance passive et sans doute complice) : « contrairement aux idées reçues, les cochons sont des animaux très propres » (je souligne).

45En somme, avec le discours tenu par le site, les acteurs de l’évolution souhaitée des mentalités et des pratiques trouvent une représentation sémiotisée de positions et de personnages combattants grâce à laquelle ils pourront donner un sens aux actions qu’ils choisiront de faire.

2.4.2 Quelques mots sur l’arsenal et la panoplie rhétoriques du site

46Indiquons pour finir quelques pistes rhétoriques – la rhétorique étudiant comment le discours obéit à des règles générales d’élaboration pour optimiser l’efficacité de son occurrence singulière : le discours est saisi comme un être existant participant au grand jeu interactif.

47Par le discours du site, L214 se dote d’abord d’un éthos, c’est-à-dire d’une image de soi véhiculée par son activité communicative. Or, loin de l’image du militant qui s’indignerait et chercherait à rallier un lectorat vindicatif, L214 tient plutôt un discours montrant les caractéristiques attendues d’un discours « scientifique », assertif plus qu’expressif (il n’y a aucun point d’exclamation d’indignation mais deux points d’exclamation présupposant l’étonnement ravi du lectorat et un empathique avec l’enthousiasme prêté aux cochons – « vive le jeu ! »), et de ce fait « non partisan », crédible.

48Le choix axiologique univoque se fait via une antithèse insistante qu’on peut considérer comme une seule et même antithèse exprimée par de multiples variantes d’expression. Par l’exemple, soit l’exemple de la photographie visible en cinquième position dans la page « Intelligence et vie sociale des cochons25). Elle montre broutant l’herbe d’un pré, cadrés en pied, illuminés de biais par une lumière frisante qui leur laisse la partie frontale dans l’ombre et les illumine d’un halo flamboyant, deux cochons de profil, parallèles et calmes. Leur parallélisme atteste leur identité de comportement en l’absence de contraintes et suggère que ce comportement leur est « naturel ». Elle fait avec évidence fort contraste avec les autres et nombreuses images de porcs en foule, encagés, pris dans des bâtiments aveugles, parfois contraints par des barreaux allant à l’encontre de l’image la moins discutable de la « nature », en l’occurrence la maternité (truies allaitantes couchées sur le flanc et séparées de leurs porcelets tétant). Mais elles sont aussi en contraste avec tout ce que les discours linguistiques disent, sur le même site, qu’on inflige à ces animaux : « la très grande majorité [des cochons d’élevage] vit dans des conditions extrêmement difficiles et une promiscuité intense ». Autrement dit, il y a d’un côté ce que les animaux mériteraient, d’autre part ce qu’ils ont. Le rôle réellement joué par cette structuration rhétorique est de tracer et de légitimer l’itinéraire des engagements fédérés par L214.

  • 26 L’opposition rhétorique binaire entre figures in præsentia et in absentia est pauvre pour traiter (...)

49Penchons-nous brièvement pour finir sur la photographie de cochons de troisième position dans la page « intelligence et vie sociale » : elle condense les apports d’une approche rhétorique énactive et en trace les limites. Prise en extérieur, éclairée de dos, sculptée par un contraste net ombre/lumière, yeux plissés, gueule fermée, l’air placide, à mille lieues de l’univers carcéral et industriel des élevages, dans le monde tel qu’il doit être et non tel qu’il est, une petite escouade de cochons regarde vers la droite. Le lecteur a en mémoire l’image antérieure26, celle d’un tout jeune cochon étendu sur de la paille, lui aussi au soleil, regardant l’objectif : point de vue qui se retrouve dans le cochon de droite, seul des cinq à regarder vers nous, et qui rappelle que le groupe est constitué d’individus. À la fois par métonymie (en Occident le sens de l’écriture est un réflexe de lecture) et par métaphore (l’espace est lu comme temps) la co-orientation des cochons indique l’avenir heureux vers lequel nous devons les mener.

50Il est vraisemblable que la compréhension soit charnelle : la compréhension d’un mouvement, même seulement possible, déclenche en nous par empathie un élan pour nous aussi nous mouvoir à droite, vers l’avenir, et militer. Là est la limite de la rhétorique énactive, qui ne franchit pas les portes de la neurologie – les forces nécessaires à l’analyse énactive sont forcément pluridisciplinaires.

Conclusion

51On a essayé de montrer que la perspective énactive permet de rendre compte du rôle contributif de la communication dans le jeu évolutif de la société élargie à l’ensemble de son environnement, au sein duquel les animaux d’élevage font partie de la même « communauté des vivants » que nous. Elle permet d’articuler de manière cohérente à l’analyse discursive la visée perlocutoire de la rhétorique. La distinction, à la suite de D. Maingueneau, entre plan de l’énonciation et plan de la communication dégage le rôle de la rhétorique : elle est travail sur les signes avec une visée d’efficacité discursive, elle gouverne ainsi la fonction poétique du célèbre schéma de R. Jakobson, elle permet au lectorat, par la mise en scène d’un éthos mesuré, de faire alliance avec un énonciateur respectable qui lui présente une panoplie à endosser pour tenir lui aussi un rôle dans la pièce, et elle lui propose des armes discursives (j’ai appelé cela un « arsenal ») à employer lui aussi dans ses discours et avec lesquelles mettre en cohérence ses pratiques : notamment l’antithèse bien (traitement respectueux des animaux d’élevage)/mal (traitements indignes) reconduite dans l’antithèse entre ce qui est et ce qui devrait être.

Haut de page

Bibliographie

Aristote (1981) [ive siècle avant notre ère]. Métaphysique. Tome 2. Livres H-N. Paris : J. Vrin.

Aristote (2007) [ive siècle avant notre ère]. Rhétorique. Paris : Éd. Flammarion.

Aristote (2022) [ive siècle avant notre ère]. Politique. Livres i et ii. Paris : Éd. Les belles lettres.

Austin, J. L. (1970) [1962]. Quand dire c’est faire. Paris : Éd. Le Seuil.

Bally, Ch. (1965) [1932]. Linguistique générale et linguistique française. Berne : A. Francke.

Baratay, É. (2017). Biographies animales. Des vies retrouvées. Paris : Éd. Le Seuil.

Barthes, R. (1964). « Rhétorique de l’image ». Communications 4, p. 40-51. En ligne : https://doi.org/10.3406/comm.1964.1027.

Berthoz, A. (2013). La Vicariance. Le cerveau créateur de mondes. Paris : O. Jacob.

Bottineau, D. (2017). « Langagement (languaging), langage et énaction, a tale of two schools of scholars : un dialogue entre biologie et linguistique en construction ». Signifiances (Signifying) 1 (1), p. 11-38. En ligne : https://revues.polen.uca.fr/index.php/Signifiances/article/view/158.

Bres, J., Nowakowska, A. & Sarale, J.-M. (2019). Petite grammaire alphabétique du dialogisme. Paris : Garnier.

Constantin de Chanay, H. (2021). « Les trois Couches dialogiques du discours : exemple d’un tract ». Cahiers de praxématique 76. En ligne : https://doi.org/10.4000/praxematique.7474.

Constantin de Chanay, H. & Nowakowska, A. (2022). « Dialogism for daily interaction ». In : Lund, K., et al. (éds). Language is a complex adaptive system. Explorations and evidence. Berlin : Language Science Press, p. 81-93. En ligne : https://langsci-press.org/catalog/book/334.

Doury, M. (2021) [2016]. Argumentation. Analyser textes et discours. Paris : A. Colin.

Ducrot, O. (1984). Le Dire et le dit. Paris : Éd. Minuit.

Dutriaux, L. & Gyselink, V. (2016). « Cognition incarnée : un point de vue sur les représentations spatiales », L’Année psychologique 116 (3), p. 419-465. En ligne : https://doi.org/10.3917/anpsy.163.0419.

Jakobson, R. (1972) : Essais de linguistique générale. 2, Rapports internes et externes du langage. Paris : Éd. de Minuit.

Kerbrat-Orecchioni, C. (1981). L’Énonciation. De la subjectivité dans le langage. Paris : A. Colin.

Kerbrat-Orecchioni, C. (2001). Les Actes de langage dans le discours. Paris : Nathan.

Kerbrat-Orecchioni, C. (2012). « Le contexte revisité ». Corela. En ligne : https://doi.org/10.4000/corela.2627.

Kerbrat-Orecchioni, C. (2021) : Nous et les autres animaux, Paris : Labyrinthes.

Lalande, A. (1977) [1926]. Vocabulaire technique et critique de la philosophie. Paris : Presses universitaires de France.

Leibniz, G. W. (1990) [1765]. Nouveaux Essais sur l’entendement humain. Paris : Éd. Flammarion.

Leibniz, G. W. (1996) [1714]. Principes de la nature et de la Grâce. Monadologie et autres textes. Paris : Éd. Flammarion.

Maingueneau, D. (2003). « La situation d’énonciation entre langue et discours ». In : Association des chercheurs en linguistique française (éd.). Dix ans de S.D.U. Craiova : Editura Universitaria Craiova, p. 197-210.

Maturana, H. (2002). « Autopoiesis, Structural Coupling and Cognition: a history of these and other notions in the biology of cognition ». Cybernetics and Human Knowing 9 (3-4), p. 5-34. En ligne : https://reflexus.org/wp-content/uploads/Autopoiesis-structural-coupling-and-cognition.pdf.

Maturana, H. & Varela, F. (1980). Autopoiesis and cognition: the realization of the living. Dordrecht : D. Reidel.

Maublanc, M.-L. (2020). Cognition animale : l’approche de l’énaction. Mémoire de master : Université Toulouse III - Paul Sabatier. En ligne : https://www.researchgate.net/publication/340104812_Cognition_animale_l%27approche_de_l%27enaction.

Nolke, H. (2004). ScaPoLine. La théorie scandinave de la polyphonie linguistique. Paris : Éd. Kimé.

Rabatel, A. (2004). « L’effacement énonciatif dans les discours rapportés et ses effets pragmatiques », Langages 156 (4), p. 3-17. En ligne : https://doi.org/10.3917/lang.156.0003.

Rastier, F. (1986). Sémantique interprétative. Paris : Presses universitaires de France.

Schank, R. C., & Abelson, R. P. (1977). Scripts, plans, goals and understanding: An inquiry into human knowledge structures. Hillsdale : Lawrence Erlbaum.

Searle, J. R . (1982) [1979]. Sens et expression. Trad. de l’anglais par J. Proust Paris : Éd. Minuit.

Uexküll, J. (von) (1965) [1956]. Mondes animaux et mondes humains. Trad. de l’allemand par P. Muller. Paris : Denoël. En ligne : https://monoskop.org/images/f/f2/Uexkuell_Jakob_von_Mondes_animaux_et_monde_humain.pdf.

Young, R. (2017) [2003]. La Vie secrète des vaches. Trad. de l’anglais (Royaume-Uni) par S. Porte. Paris : Éd. Stock.

Haut de page

Notes

1 Je remercie Didier Bottineau, par qui j’ai connu l’énaction, d’avoir relu ce texte.

2 En ligne : https://www.l214.com/d/salon-off/.

3 Monadologie, § 7.

4 Ce schéma sommaire prend comme prototype de la communication, pour en pointer les six constituants essentiels, un échange linguistique duel où un émetteur envoie à son destinataire, via le canal auditif, un message utilisant le code du français pour parler de son référent, la réalité.

5 Par choix je ne féminise pas les termes désignant des instances systémiques : leur définition fonctionnelle ne leur attribue aucun trait de genre. M’écartant de la terminologie initiale (destinateur, destinataire, contact, code, message, contexte) que la tradition n’a pas retenue, je prends une terminologie hybride qu’il n’est pas ici primordial de justifier en détail – l’essentiel étant une distinction empruntée à D. Maingueneau (2003) et que l’on verra plus loin, entre énonciation et communication.

6 G. Lakoff & M. Johnson, 1981.

7 Si ce n’est là où il est impossible de l’éviter : le « contact » (repris par la tradition en « canal »).

8 C’est ce que j’ai récemment soutenu (Constantin de Chanay, 2021)

9 Ce qu’elles font en réalité – ou plutôt elles ne sont fermées qu’à notre échelle, et pour certains sens (par pour l’odorat par exemple).

10 Au sens d’O. Ducrot (1984). Comme on le verra, on peut considérer que le site de L214 met en place de tels énonciateurs « fédérateurs ».

11 Transposé au plan linguistique, ce partenariat peut s’exprimer dans la notion d’« énonciateurs partagés » (« shared enunciators », Constantin de Chanay & Nowakowska, 2021).

12 Selon la formulation de C. Kerbrat-Orecchioni (2001).

13 L’énaction systématise des réflexions que l’analyse de discours a menées sur le contexte (voir Kerbrat-Orecchioni, 2012).

14 Par exemple, pour prendre une Urwelt célèbre, une tique tombe sur un corps de mammifère dès que sont réunies les deux perceptions qui composent son monde : la présence de sang chaud et la présence de poils.

15 « Pour produire du foie gras » incite à distinguer l’Umwelt propre à une espèce (ce qui présente de gros risques épistémologiques, comme toute recherche du « propre » de l’homme), en l’occurrence l’homme, invariable, et le scripts idéologiques, variables quant à eux.

16 Mais avec une variation de « point de vue » :la forme d’infinitif présent actif du verbe est la plus apte à proposer de se représenter sémantiquement la nécessaire implication dans un comportement d’un agent indéterminé et adaptable à tout lecteur ou toute lectrice.

17 Mais pratiques pacifiques, comme le revendique la profession de foi énoncée dès l’accueil sur le site (rubrique « à propos ») : « Pour mener à bien ses missions, L214 opte pour des modes d’action pacifiques et bienveillants, cohérents avec son aspiration à une société attentive aux besoins de tous les êtres sensibles, à l’opposé des courants prônant discrimination, haine ou xénophobie ». Pour rendre compte de cette possibilité d’interaction non combative alors même que les objectifs peuvent n’être pas partagés, il semble opportun d’opposer coexistence coopérative et coexistence non coopérative (et non pas coexistence adversative).

18 C’est le « pathos » de l’image – avec le logos (les arguments présentés par le discours) et l’éthos (l’image qu’il présente de son énonciateur), le pathos (l’appel à un investissement émotionnel proposé aux destinataires) est l’un des trois ressorts de l’argumentation traditionnellement décrite pour les discours linguistiques (Aristote, 2007, L. I, ch. 2, § 3). L’approche énactive, pour qui la communication est une interaction élémentaire, restitue tout naturellement autour des messages et de leur logos l’image favorable de l’instance responsable et ce que le public détecte dans le discours pour se décider.

19 Car au niveau de l’énoncé, les études foisonnent. Les écrits polyphoniques, se revendiquant d’une ligne tracée par O. Ducrot, lequel travaille sur de petits segments de discours avec comme objectif descriptif les instructions données par le mot, forgent leurs instruments par et pour l’énoncé, malgré l’affirmation d’un objectif ultime discursif. Quant au courant dialogique praxématique il semble esquiver la question – il est vrai qu’il paraît plus préoccupé de questions de grammaire que de sémantique (Bres, Nowakowska & Sarale, 2019).

20 Via les « subjectivèmes » (Kerbrat-Orecchioni, 1981).

21 Le principe de pertinence – érigé par J. R. Searle (1982 [1979]) en condition de réussite de l’acte directif – voulant qu’une demande concernant un état de chose ne soit pertinente que si cet état de choses n’est pas déjà réalisé au moment de la demande.

22 Au sens de F. Rastier (1986).

23 À gros traits l’ancrage désigne une relation de redondance et le relais de complémentarité.

24 Ainsi que la ScaPoLine (Nolke, 2004) appelle les énonciateurs.

25 En ligne : https://www.l214.com/animaux/cochons/intelligence-et-vie-sociale-des-cochons/.

26 L’opposition rhétorique binaire entre figures in præsentia et in absentia est pauvre pour traiter de leurs réalisations en discours : il y a des degrés de proximité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hugues Constantin de Chanay, « La communauté des vivants. Une approche énactive du site de L214 »Pratiques [En ligne], 199-200 | 2023, mis en ligne le 20 décembre 2023, consulté le 18 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/pratiques/14113 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pratiques.14113

Haut de page

Auteur

Hugues Constantin de Chanay

ENS de Lyon/ Université Lumière Lyon 2, Icar, F-69342 Lyon, France

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search