Navigation – Plan du site
Entretien avec les poètes

Questions aux poètes

Questions to poets
Michel Favriaud

Résumés

Au questionnaire proposé à six poètes, en miroir de celui des linguistes, ont répondu : Édith Azam, Françoise Delorme, Danièle Faugeras, Irène Gayraud, Liliane Giraudon, Marie de Quatrebarbes. Chacune aura sélectionné en fin d’entretien deux titres de son œuvre et un ou deux de ses contemporains qui ont retenu son attention ; parmi les vingt titres retenus, juste un auteur est cité deux fois. L’une est aussi éditrice, deux sont traductrices, deux pratiquent un autre art, une un artisanat, et presque toutes ont l’habitude de dire leurs poèmes à l’école primaire ou secondaire et de conduire des ateliers d’écriture. Voici les problématiques abordées : 1) Leur réaction à l’échantillon uniquement féminin de l’enquête et au terme de « poétesse » ; 2) leur relation à la langue et à la syntaxe ; 3) l’exploration et l’expérimentation du monde et de la vie par la poésie ; 4) l’imaginaire : sa définition problématique, son rôle dans l’écriture et l’apprentissage ; 5) la relation de la poésie à la voix : voix interne(s) et externe(s) ; 6) Poésie, éducation, élèves en difficulté et interventions des poètes à l’école. La plupart des poètes-femmes refusent le terme de poétesse comme discriminatoire, suggérant une prétendue différence entre poésie masculine et féminine. L’échantillon féminin a fait généralement problème. Toutes disent que la langue est une composante fondamentale de l’écriture et de la lecture sans partager la même définition de la syntaxe : syntaxe normative ou système ouvert de la syntaxe étendue, ni la même conduite envers normes et règles. La plupart relèvent le rôle de la matière sonore et visuelle des mots, sans oser l’intégrer à la syntaxe étendue. La langue est retenue comme vie, mouvement corporel, désir, mais aussi comme échec, essai perpétuel, parfois comme maladie ou désastre. Le point de vue des poètes sur la langue est moins linguistique qu’existentiel et philosophique. Deux camps s’opposent pour savoir qui, de la langue ou du monde/de l’observation/de la perception/du ressenti, est le premier. Certains distinguent « réel » et « réalité, i.e, la réalité commune, superficielle : leur objectif serait d’affronter le réel en se débarrassant de la subjectivité et du « moi ». Mais la cible est régulièrement manquée. Le monde et la vie d’un côté, la langue de l’autre restent deux mystères durs à raccorder, quoique indissociables. L’imaginaire se définit différemment selon la culture de chacune ; certaines se réfèrent à la psychanalyse et à Lacan, d’autres acceptent la distinction proposée entre imaginaire singulier et imaginaire collectif, certaines partent de l’acception adjectivale de monde imaginaire construit par chacun en propre. Juste une considère que le problème ne se pose pas pour un adulte, quand la plupart s’interrogent beaucoup, passionnément. L’imaginaire serait à la fois relié à la peur, aux peurs ancestrales et à leur revers : énergie, courage, pulsion créative, intersubjectivité, voire réflexivité. L’imaginaire, à la jointure entre inconscient, première levée d’images et de mots, alimenterait le désir de renaître toujours dans la langue et de dévoiler ou d’intensifier le réel. La diction publique est une pratique ordinaire que les poètes aiment et redoutent ; le corps est impliqué dans sa quasi-nudité, ce qui nécessite de la confiance mutuelle. Certaines y voient un champ d’expérimentation ou une étape de création. Dire la poésie, même silencieusement, est aussi une aide fréquente à l’écriture. Presque toutes font des récitals ou des ateliers (d’écriture ou de traduction de poèmes) dans les écoles ou dans d’autres lieux sociaux, ce qui accroît le rôle social de la poésie. Chacune parle des événements qui ont déclenché la réaction positive de tels élèves, en difficulté notamment. En tireraient profit d’abord l’image de soi et la motivation en lien avec la vie intérieure ; ensuite le goût d’apprendre, de vivre, de regarder, quelle que soit la discipline ; enfin l’attention plus fine à la langue, à son fonctionnement et à sa sémiose. Mais toutes insistent sur l’« écopoésie » en tant que milieu d’apprentissage et de rencontres humaines, l’année durant, plutôt que sur des projets didactiques ciblés sur une seule matière, langue maternelle ou étrangère. Donc, même si les réponses des poètes et des linguistes s’accordent largement sur la langue, la voix et l’enseignement, elles divergent néanmoins sur la définition de la poésie, là plus centrée sur le fonctionnement de la langue, ici branchée sur le corps, l’imaginaire, le réel. Mais on découvre entre eux une fascination réciproque, comme si les uns avaient un pouvoir mystérieux dont les autres seraient privés.

Haut de page

Texte intégral

11. Dans ce numéro de la revue Pratiques consacrée à la poésie, au rapport de la poésie à la langue d’un côté et à la didactique de l’autre, j’ai souhaité interroger, à côté ou en vis-à-vis de linguistes, des poètes, mais uniquement des poétesses. Comment avez-vous réagi ? Comment vivez-vous en poésie, et de quelle sorte de poésie vivez-vous ?

22. La poésie joue la langue. Le poète crée sa langue dans la langue de tous, sa langue avec sa syntaxe, sa ponctuation… Quel est votre rapport avec la langue dans l’écriture ? Faut-il être syntacticien comme le pensait S. Mallarmé, en quête d’une « garantie » suprême, pour être poète ? La langue se travaille-t-elle à l’oreille, à la vue, à… l’éthique… ou dans une démarche réflexive ? Attendez-vous du lecteur qu’il soit attentif à votre langue ? Faites-vous, en écrivant, une expérience de langue, de réflexion sur la langue avec lui ?

33. La poésie est-elle pour vous une exploration du monde, et même une expérimentation ? On a l’impression que pour P. Jaccottet, A. du Bouchet, L. Gaspar… la poésie non seulement part d’une expérience du monde mais la recrée, l’amplifie, la clarifie dans le laboratoire de l’écriture ? Y a-t-il d’autres formes d’expérimentation du monde et de soi qui vous conduisent ?

44. Dans la littérature, et la poésie particulièrement, la question de l’« imaginaire » semble brûlante : Y. Bonnefoy, P. Chamoiseau, F. Cheng, P. Quignard et A. Herbauts, l’auteure-illustratrice de littérature de jeunesse, entre autres, s’y sont coltinés en France ces dix dernières années, les quatre premiers comme dans un testament d’écriture. Cette question pourrait être capitale pour les jeunes à l’école, notamment les jeunes en difficulté scolaire, ceux dont l’imaginaire n’arrive pas à sympathiser avec cette institution. Comment, vous, définiriez-vous cette notion complexe, quasi insaisissable ? Votre écriture rencontre-t-elle cette question de la quête ou de la reconquête de l’imaginaire ?

55. La poésie existe aussi par la voix, intérieure ou extérieure, peut-être par le dialogue des voix. Lisez-vous des poèmes en public ? Qu’est-ce que vous attendez d’une lecture publique de vos œuvres ou de celle de poètes aimés ? Quel rapport s’établit alors avec le public, avec vos lecteurs ?

66. Pouvez-vous nous parler d’un de vos plus beaux projets « quasi-didactiques », si vous en faites, avec des élèves, du primaire, du secondaire, du supérieur, ou avec d’autres populations ? Qu’est-ce que ça vous apporte et qu’est-ce que ça leur apporte ? Aux enfants en difficulté, aux personnes plus ou moins en marge de la société ? Quel autre usage de la poésie à l’école permettrait de mieux « éduquer » les jeunes, les « gens » ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Favriaud, « Questions aux poètes », Pratiques [En ligne], 179-180 | 2018, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/pratiques/4642 ; DOI : 10.4000/pratiques.4642

Haut de page

Auteur

Michel Favriaud

Université Toulouse – Jean Jaurès, LLA-Créatis, EA 4152, F-31000, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre de recherche sur les médiations - CREM
  • OpenEdition Journals