Navigation – Plan du site

AccueilNuméros183-184NoticesOralité

Texte intégral

1Contrairement aux usages académiques, « oralité » n’est pas synonyme d’oral. Oralité ne saurait non plus par principe se définir indépendamment de la littératie. Du point de vue ethnologique (et non uniquement sémio-linguistique) on peut parler de l’oralité comme culture (cultures exotique, première, enfantine, folklorique, etc.), de l’oralité comme rite (la minute de silence, le témoin au tribunal ou à la mairie, le patient en analyse, la prière collective au temple, etc.), de l’oralité comme mode anthropologique de communication (s’adresser à ses morts ou à Dieu, parler aux animaux, aux objets, à soi-même), de l’oralité comme genre de discours (comptine, berceuse, dicton, chanson, arts de la parole, etc.), de l’oralité comme pratique ordinaire (oralité spontanée comme le cri, régulée comme une conversation ou formalisée/formatée comme un oral de recrutement). Il convient par ailleurs de distinguer à minima oralité primaire (les sociétés qui ne [re]connaissent pas l’écriture), oralité secondaire (modes de coexistence de deux régimes de communication), oralité tertiaire (oralités numériques). L’ethnocritique s’intéresse particulièrement à toutes les formes d’hybridation des mondes de communication et d’hétérophonie des voix en littérature (oralité seconde, littératie seconde, etc.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Privat, « Oralité », Pratiques [En ligne], 183-184 | 2019, mis en ligne le 30 décembre 2019, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/pratiques/6772 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pratiques.6772

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Privat

Université de Lorraine, Crem, F-57000 Metz, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre de recherche sur les médiations - CREM
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search