Navigation – Plan du site

AccueilNuméros183-184Enjeux épistémologiquesMarcel Jousse (1886-1961) : Anthr...

Enjeux épistémologiques

Marcel Jousse (1886-1961) : Anthropologie du geste et « style oral », la parole et le geste au cœur du processus de cognition

Roberte Langlois

Résumés

M. Jousse est un anthropologue français de la première moitié du xxe siècle, encore mal connu en France. À l’origine des théories de « l’Anthropologie du Geste » et de l’oralité dont « le Style1 oral », M. Jousse a cherché à faire émerger les principes universels de transmission et de cognition dont il a éprouvé la validité lors de ses rencontres avec des populations de culture orale. Il vérifie notamment les liens étroits entre oralité et mémoire, entre geste et mémorisation. Aujourd’hui les travaux de M. Jousse trouvent écho chez les chercheurs des sciences cognitives et les découvertes contemporaines de l’imagerie cérébrale, qui attestent du rôle dynamique de la parole et du geste comme facilitateurs de la mémoire. Le concept de « style oral » associe dans la parole humaine le corps et les gestes qui contribuent à la mémorisation. Anthropologue mais aussi pédagogue, M. Jousse a formé des éducateurs pour les encourager à favoriser les pratiques de l’oral dans les classes. Pour finir, l’article apporte le témoignage d’une recherche-action inspirée par la pensée éducative de M. Jousse.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Le système éducatif français, fondé sur le modèle républicain, a fait de la culture écrite le socle de sa culture scolaire. Paradoxalement, depuis le début de ce xxie siècle, les programmes et les discours institutionnels insistent sur la nécessité de faire une large place aux pratiques orales. De plus, Internet et les nouveaux médias numériques (tutos, forums, podcasts, réseaux sociaux…) contribuent à faire de l’oralité un vecteur croissant du savoir. Ainsi voit-on se développer dans notre société et de façon accrue des concours oratoires, des injonctions éducatives à développer et à entraîner les élèves de plus en plus à l’exercice de l’oral bien que toutes les certifications reposent aujourd’hui encore, principalement sur l’écrit. Cette contradiction interroge aujourd’hui les fondements d’un idéal scolaire républicain français fondé sur un lien oral /écrit en tension. L’histoire des idées éducatives montre qu’il a toutefois existé une pensée alternative à la centralité de l’écrit au cœur des pratiques scolaires, notamment chez cet anthropologue et pédagogue du xxe siècle, M. Jousse. Nous présentons ici ce théoricien de l’oralité qui a montré combien la synchronisation (la combinaison, l’interaction) parole et geste est efficace dans le processus de mémorisation.

2Scientifique méconnu mais toutefois précurseur des théories orales, il a marqué et influencé des philosophes et linguistes de renom tels que : J. Goody, W. J. Ong ou encore C. Hagège et M. Merleau-Ponty. Si nous nous intéressons à cet anthropologue atypique, c’est parce que ses travaux oubliés sont réhabilités par les recherches actuelles, telles que les neurosciences qui valident bon nombre de théories de M. Jousse et notamment, ce lien étroit entre oralité et mémoire.

Marcel Jousse : rencontre avec un univers scientifique singulier

3Pénétrer l’œuvre et la pensée de M. Jousse revient à s’engager dans un paysage intellectuel à la fois touffu et imprévisible. En effet, ce dernier est scientifique, anthropologue reconnu dans cette première moitié du xxe siècle sans pour autant renoncer à son statut de prêtre jésuite. Attaché à la pensée scientifique, passionné de sciences exactes (physique, mathématiques, astronomie) il s’engage ensuite dans les sciences humaines, et finalement il adopte les procédés de la science sans jamais dénier son identité religieuse. Ainsi toute sa vie sera marquée par l’entre-deux, le conduisant à une relative marginalisation dans les deux communautés. C’est ce qui le poussera à s’exiler aux États-Unis au moment de la mise en œuvre en France de la laïcité.

4Comprendre les travaux de M. Jousse nécessite de se confronter à une œuvre écrite/orale, car la plupart de ses ouvrages ne sont que des retranscriptions sténotypées de ses nombreuses conférences données entre 1932 et 1957 à la Sorbonne mais aussi à l’École Pratique des Hautes études ou encore à l’École nationale d’Anthropologie (Jousse, 2003). M. Jousse n’ayant pas assez de vocabulaire et de concepts pour penser l’homme et son fonctionnement, il invente son propre lexique, un univers linguistique singulier, exigeant, que tout chercheur au préalable doit s’approprier (mimisme, rythmo-pédagogie, manducation, bilatéralisme, rejeu…). Autant d’outils et de concepts linguistiques qui dénotent une pensée originale mais néanmoins rigoureuse et scientifique.

5Jousse ne perçoit pas le monde, ni même ses travaux scientifiques, comme des éléments disciplinaires cloisonnés. Bien au contraire, il les conçoit comme un tout où l’homme est inclus dans un cosmos interagissant. Réinventant un langage qui lui est propre, il rend compte d’une approche des sciences humaines holiste, originale et semble-t-il moderne, s’inscrivant dans le paradigme de la complexité, développé par E. Morin (1998) ; moderne aussi au regard des validations actuelles de certaines de ses théories notamment, le lien étroit qu’entretient le trio : gestes, paroles et mémoire dans la cognition humaine. Brouillant les repères habituels de la science, il n’en reste pas moins l’un des rares penseurs de l’oralité dans toutes ses dimensions c’est-à-dire à la fois culturelle, éducative, philosophique et linguistique. Notons son concept majeur de « Style oral », toujours opérant aujourd’hui. Avant d’expliciter ce concept, nous ne pourrions toutefois comprendre la pensée de M. Jousse et son intérêt pour la question de l’oralité sans évoquer brièvement des éléments biographiques de son histoire, inhérents à la compréhension de sa pensée.

Éléments biographiques : l’ancrage initial dans l’oralité au fondement de la pensée joussienne

6M. Jousse naît à Beaumont-sur-Sarthe en 1886, dans un milieu de paysans modestes et illettrés. Sa petite enfance est bercée de récits, de chants, de contes et légendes dits durant les veillées. Il voue une admiration à ses grands-mères et à sa mère dont, dira-t-il, la mémoire lui a toujours paru exceptionnelle. Sa mère lui donnera le sens du rythme par ses psalmodies et ses bercements. Il découvre ainsi le lien étroit entre chant et mémoire, entre musicalité de la langue, rythme et gestes. Très jeune, il observe attentivement les acteurs de cette culture orale première.

J’ai été chercher ma connaissance des lois du Style oral au foyer maternel…il y a des quantités de traditions orales que j’ai apprises de la bouche de ma mère que je n’ai jamais vues écrites et que je sais par cœur. Toute mon enfance, je n’ai jamais vu l’évangile écrit, ma mère me l’apprenait par cœur, en rythmo-mélodiant et en se balançant, ainsi qu’elle l’avait reçu de sa grand-mère. (Jousse, 15e conférence, 1936, p. 217). 

7Né cinq ans après les premières lois de J. Ferry, lois de 1881 fondatrices de l’école républicaine, M. Jousse se familiarise avec la culture écrite et découvre avec avidité les sciences en fréquentant l’école publique. Brillant élève, il poursuit jusqu’au baccalauréat, entreprend des études de mathématiques dans le but de devenir astronome pour soudainement quitter ces études et s’intéresser aux sciences humaines puis entrer au séminaire afin de devenir prêtre jésuite. Ainsi se trouve-il très vite au confluent de deux cultures qui s’imposent à lui : celle du livre venant de ses études et celle de la culture traditionnelle familiale qui repose principalement sur la transmission orale. Il se trouve aussi entre science et croyance religieuse. Dès lors, il n’aura de cesse de vouloir faire la synthèse de toutes ces cultures qui le constituent, ayant pour conviction que culture écrite et culture orale, tout autant que la croyance, passent nécessairement par la foi dans l’être humain et le réel. Par ailleurs, son parcours scientifique lui fera côtoyer des savants de l’époque tels que M. Mauss, P. Janet, J.-P. Rousselot… qui reconnurent en lui un chercheur particulièrement doué.

8Les quarante premières années de sa vie ont été consacrées à de lentes prises de consciences dans ce qu’il appelait « ses laboratoires » : laboratoire maternel, laboratoire des peuples de civilisation orale (Amérindien, paysans Sarthois, Basques), laboratoire de la naissance du langage chez l’enfant (au côté du psychologue P. Janet)… Anthropologue, il étudie des peuples de « Style oral » et s’immerge quelques années au milieu d’eux (Amérindiens-Brésil) afin de recueillir ses informations qui vont nourrir sa réflexion ethnographique.

9En 1925, il publie un mémoire intitulé : Le Style oral rythmique et mnémotechnique chez les Verbo-Moteurs. Cette publication fait à son époque date, obtient une réelle reconnaissance de la communauté scientifique ce qui lui ouvre les portes de l’enseignement à la Sorbonne et lui permet de devenir titulaire d’une chaire à l’École d’Anthropologie. Ainsi il enseignera de 1932 à 1957, publiera une quinzaine de mémoires écrits et laissera plus de mille cours sténotypés, cours numérisés et accessibles aujourd’hui dans une banque de données que gère l’association Marcel Jousse ainsi que leur site qui lui est dédié.

  • 2 Beaupérin (2010)

10De son immersion dans les sociétés amérindiennes lors de son exil aux États-Unis, il nourrira sa théorie du Style oral, faisant émerger les lois universelles de l’expression et de la mémoire des sociétés traditionnelles. M. Jousse (1974 [1969]) sera alors reconnu comme le fondateur de l’Anthropologie du Geste en sachant que dans cette théorie, il écrira que « le geste est parole ». Identifiée à son époque comme science nouvelle, M. Jousse fait émerger les lois fondamentales du Style oral qui se composent ainsi : le mimisme, le bilatéralisme et le formulisme. Certains chercheurs expliqueront que « l’Anthropologie du Geste est essentiellement une anthropologie de la mémoire et, spécialement de la mémoire orale2 ». Définissons maintenant les concepts élémentaires qui constituent le Style oral.

« L’anthropologie du Geste » et le « Style oral » : concepts fondateurs

11L’Anthropologie du Geste étudie chez l’homme, les mécanismes universels de la connaissance, de la transmission et de la mémoire. Dans cette approche, parole et geste, tout comme parole et mémoire sont intrinsèquement liées.

12Dans la théorie joussienne la parole est geste. Celle-ci est assimilée et identifiée comme un « geste laryngo-buccal » équivalent au langage.

  • 3 Jousse : L’origine du langage et le mimisme humain, cours oraux 1932, p. 9

Le langage n’est pas la chose de la langue, il est l’être tout entier. (Jousse, cours oraux sténotypés, 1932, p. 9)3

13Le style oral se définit par trois principes qui le compose : le mimisme ou encore rythmo-mimisme, le bilatéralisme et le formulisme.

14Le mimisme est ce que M. Jousse appelle : la saisie et la reproduction du geste caractéristique.

15Il définit ainsi ce concept en 1936 :

C’est la tendance instinctive que seul possède l’anthropos à rejouer les gestes du réel qui sont joués devant lui. (Jousse, cours oraux sténotypés, 21 déc. 1936)

16Jousse insiste sur le rôle mémoriel du rythme et de la mélodie.

La mélodie est une chose normale et naturelle…Il est extrêmement difficile de tuer la mélodie de notre voix pour en faire une lecture recto-tono. Nous ne pouvons pas faire du recto-tono car nous sommes des êtres vivants. (Jousse, 1974 [1969], p. 165)

17C’est parce que la parole humaine est rythmique et sémantique qu’elle facilite la mémorisation, déclare M. Jousse. Tous les peuples oraux utilisent le rythme et la mélodie pour transmettre la connaissance sans dissocier le corps et l’esprit. D’ailleurs la publicité l’a bien compris, elle use de mélodies simples mais rythmées pour mieux pénétrer (malgré lui ?) l’esprit du consommateur.

18Le bilatéralisme est le mécanisme anthropologique du balancement que l’homme a intégré depuis toujours dans la marche, à travers le mouvement haut-bas, avant-arrière, gauche-droite de ses deux pieds, de ses deux mains, de tout son corps. C’est en synchronisant ce balancement avec le rythme et la musique de la parole que celle-ci s’incruste le mieux par sa redondance dans la mémoire. C’est pourquoi corps (gestes et mouvements), parole et mémoire sont intrinsèquement imbriqués dans toute transmission humaine et ceci quelle que soit la culture (orale ou écrite).

19Jousse écrit :

Les enfants sont des rythmo-mimeurs, c’est-à-dire qu’ils ont besoin de tous leurs gestes pour penser, pouvoir jouer leurs pensées et retenir. (Jousse, 1933, p. 121)

20Chaque langue humaine possède un balancement propre. Dans la culture orale, celui-ci peut s’exprimer par exemple, dans la musicalité de ses accents mais aussi dans les gestes et mimiques codifiés selon les cultures. Le mouvement d’une langue peut également apparaître dans des textes oraux que l’on nomme orature : poèmes, fables… dont la construction sémantique singulière (quatrain, enchâssement des vers, parallélisme synonymique…) crée un balancement linguistique à la fois perceptible et naturelle à l’oreille humaine et facilement mémorisable.

21Le formulisme est la construction dans une langue d’un ensemble de stéréotypes appelés formules qui dépendent de son univers ethnique. Il s’agit autant de gestes-corporels-manuels (le langage mimé) que de phrases propositionnelles, textes ou mélodies. Les textes oraux traditionnels tels que les proverbes, les charades, les rimes regorgent de ce type de procédés linguistiques considérés comme des facilitateurs de mémoire et d’improvisation. C’est pourquoi les « bons » orateurs, comme aujourd’hui à des fins politiques par exemple (« les petites phrases ») ou à des fins commerciales comme les publicitaires usent à l’envi de ce type de langage afin de marquer les esprits.

Pour qu’un propos jouisse d’une survie sociale, il faut qu’il soit exprimé en conformité avec des procédures mnémotechniques (allitération, expressions proverbiales, rimes, aphorismes…). (Kelber, 1991 [1983])

22Ainsi, ce que démontre à travers le concept de Style oral est l’idée que l’homme par nature est un être de parole pris dans une dynamique de mouvement mais aussi et surtout, un être de mémoire. Pour être mémorisé, un discours oral doit répondre à un encodage formulaire qui lui est propre, renvoyant à des lois universellement partagées qui sont nécessairement et étroitement liées au fonctionnement de la mémoire humaine. Ce qui est en partie démontré par les avancées récentes de l’imagerie cérébrale et les sciences cognitives comme nous le verrons plus loin.

23Ces lois contenues dans le concept de Style oral renvoient ainsi à des procédés mnémotechniques qui structurent fortement l’oralité. C’est pourquoi « on ne peut confondre l’oralité avec l’oral » tel que nous le concevons dans la culture de l’écrit (Beaupérin, 2010, p. 43). L’oral renvoyant à l’acte d’oraliser, de verbaliser, de restituer sans pour autant se préoccuper d’une forme linguistique spécifique.

24Le style oral montre qu’il existe de façon universelle un rapport singulier entre pratiques orales et mémoire humaine. Cette mémoire est vivante, opérante, absorbante, étroitement en lien avec le rythme, le mouvement, le geste tout autant que le fruit d’un encodage spécifique de la langue. M. Jousse réintroduit ainsi dans l’espace de la transmission, la notion du vivant et redonne place au corps et au mouvement dans la transmission. C’est pourquoi, dès la première moitié du xxe siècle il se montre particulièrement critique vis-à-vis du système scolaire français et n’hésite pas à dénoncer l’absence de prise en compte du corps et du vivant à l’école.

Jousse, très critique face à la culture scolaire républicaine de son époque

25Pour M. Jousse le corps est vivant et enseignant. Face à un public d’éducatrices de jeunes enfants devant lesquelles il faisait cours, il déclara ceci :

L’enfant n’est plus un être bilatéral. Vous en faîtes un être accroupi qui tire des traits. Ce n’est plus un être rythmique… Les psychiatres vont devoir lutter contre le livrisme-pédagogique. Vous abrutissez vos enfants par votre formation pédagogique anti-anthropologique… Aucune parole traditionnelle n’est une parole écrite, tout est vivant parce que tout est enseignant, tout est informant. (Jousse, cours oraux sténotypés, 1936, p. 322-323)

26Il conteste les choix de l’école républicaine de figer le corps, de contrôler tout mouvement, de réduire le vivant à l’œil, l’oreille et l’intellect. De façon caricaturale il dénonce un choix pédagogique où le corps figé derrière un bureau ne permet plus aux lois naturelles de la mémoire de s’exercer. Aussi, il est sans doute très isolé en cette première moitié du xxe siècle à dénoncer un cadre scolaire qui selon ses travaux empêche la mémoire humaine de fonctionner naturellement. Il combat une culture scolaire qui occulte et rejette totalement l’héritage ancestral de l’expérience de la tradition orale reléguée à une culture mineure. M. Jousse est un homme de synthèse et tentera de démontrer qu’opposer une culture à une autre ne peut que nuire à la transmission. Ainsi dénonce-t-il avec vigueur, lors de ses conférences, les choix politiques et culturels d’une école qui dès le plus jeune âge ignore le corps, la voix, la parole c’est-à-dire toute la part d’humanité vivante en l’enfant.

Nous ne sommes plus que devant des pages mortes. Nous n’avons plus le professeur vivant devant nous…Or, l’homme pense avant tout avec son corps. Dans l’écrit joue un tout autre mécanisme. A partir de ce moment-là, il n’y a plus de contact direct homme à homme. La pensée est jetée, la création est faite, mais chacun va l’interpréter. (Jousse, 1974 [1969], p. 30).

27Comme le déclare Durkheim en 1938 dans son cours d’agrégation de 1905 :

Au cours des luttes et des conflits, des idées contraires se sont élevées. Il est arrivé que des idées fortes aient sombré que leur valeur intrinsèque aurait dû maintenir. (Durkheim, 1938, p. 15)

28L’histoire est le résultat de choix. Il y a des gagnants et des perdants. Décalé par rapport à son époque où la culture positiviste et scientifique domine, enseignant, scientifique sans pour autant renoncer à son statut de prêtre jésuite, les travaux de M. Jousse ne trouveront que peu d’échos dans une France laïque et républicaine, bien que ceux-ci aient inspirés d’illustres scientifiques du xxe siècle.

Des concepts qui résonnent avec les découvertes scientifiques concernant le fonctionnement de la mémoire

29C’est cependant en ce début du xxie siècle que les résultats de M. Jousse rencontrent à nouveau un public et résonnent grâce aux nouvelles technologies d’investigation cérébrales. Ainsi un colloque intitulé : « L’homme est mémoire : rencontre transdisciplinaire entre l’anthropologie de M. Jousse et les sciences cognitives », a eu lieu en 2014 à Bordeaux. Organisé par l’Institut des Neurosciences Cognitives et Intégratives d’Aquitaine et l’institut des maladies neuro-végétatives de l’Université de Bordeaux, cette manifestation a permis d’éclairer les découvertes de M. Jousse concernant les lois du Style oral à la lumière de l’imagerie cérébrale et des technologies actuelles en neurosciences. Ainsi a-t-on pu montrer le rôle essentiel du rythme, du geste, du corps dans la mémorisation humaine.

Il n’y a pas d’intelligence [pour M. Jousse] ni de connaissance, ni même de mémoire sans cette gestualisation, qu’elle soit de tout le corps (corporage) ou de la main (manualage) ou encore de l’appareil laryngo-buccal (langage). Il n’y a pas de connaissance du réel hors de ce qui se passe en nous. (Jousse, 1974 [1969], p. 53)

30Denis Cerclet anthropologue déclare en 2014 à ce propos :

Jousse a introduit le corps en anthropologie… un corps vivant… Cette perspective est révolutionnaire dans le sens où elle réconcilie le corps et la pensée… la question du corps revêt aujourd’hui une importance d’autant plus grande qu’elle fut tenue à l’écart. Autrefois lieu de débordement, de la transgression de la norme, le corps retrouve une place centrale. (Cerclet, 2014)

31S’il n’est pas question ici de détailler les validations par les neurosciences des travaux de M. Jousse sur la mémoire, il est intéressant de lister quelques titres des communications de ce colloque afin d’évoquer ce qui fait sens aujourd’hui à ce propos :

  • Psychiatrie : Le temps rythmique du mimisme en musicothérapie active (W. Bakeroot) ;
  • Médecine : Troubles de la cognition (J.-M. Mazaud) ;
  • La place du geste dans l’apprentissage du langage oral et du langage écrit et la place du geste dans la naissance du symbolisme alphabétique (G. Rousteau) ;
  • physiologie cognitive : Les stratégies cognitives (D. Béracochéa)…

32Les convergences existent bien entre la théorie de l’Anthroplogie du geste et les recherches actuelles en neurosciences, notamment dans la notion de « geste iconique », de « cognition incarnée », de « chaine phonologique, de « neurones miroirs… » C’est pourquoi cette anthropologie se situe dans ce qu’appelle E. Morin, la complexité se situant au carrefour de nombreuses disciplines : médicale, linguistique, historique, éducative et psychologique.

Dans toute langue, il faut qu’il y ait comptines, berceuses car l’âme humaine a besoin de littérature, de nourriture symbolique, de parole et de musique. Il n’existe pas de langues sans berceuses, c’est une propriété anthropologique du langage humain. Dans toutes cultures la musicalité de la langue est support de langage ceci, avant même la naissance, cette musicalité du bercement donne les compétences à l’être humain pour parler et apprendre. (Cabrejo Parra, 2010)

33Voici ce que déclare le phoniatre E. Cabrejo Parra en 2010, lors d’une interview concernant l’école maternelle. De plus, il ajoute que cela a été aujourd’hui démontré par l’imagerie cérébrale. En effet, lorsqu’une maman berce son enfant on peut observer se dessiner de façon synchrone sur le cerveau de l’enfant les chemins neuronaux du langage se dessiner. Ce qui illustre et rejoint les théories joussiennes sur la place et le rôle majeur du mouvement, de la mélodie, du rythme dans le développement de la cognition, du langage et de la mémoire humaine. C’est pourquoi dans le domaine pédagogique et éducatif, M. Jousse a ouvert des pistes qui peuvent aujourd’hui être mises en pratique et qui montrent des résultats non négligeables. La négation du corps à l’école est aujourd’hui encore évidente. La forme scolaire traditionnelle a du mal à évoluer. Les jeunes corps sont dès la moyenne et grande section de maternelle, notamment lors des séquences d’apprentissage, incités à s’immobiliser. Aussi, c’est à la fois en tant que chercheure et enseignante en école maternelle, que j’ai réalisé à partir des indicateurs joussiens de l’Anthropologie du Geste, une recherche-action sur plusieurs années afin d’en comprendre les effets. J’en présente ici une brève synthèse.

Mise en pratique du « style oral » en moyenne et grande section de maternelle lors d’une recherche-action

34L’école maternelle est considérée, dans le système éducatif français, comme le lieu privilégié des pratiques orales à la fois linguistiques et culturelles. L’oralité, dans sa dimension culturelle, communicative et expressive, y est encore aujourd’hui très présente. Ceci, même si la pression actuelle des apprentissages précoces liés à l’écrit s’impose de plus en plus dans les programmes scolaires. La pédagogie du style oral repose sur une rythmo-pédagogie c’est-à-dire qu’elle fait appel à des mouvements rythmiques corporels-manuels. Le balancement est un processus utilisé et observé fréquemment chez le jeune enfant. Or l’école, dès son entrée à la maternelle, tente de contrôler et de canaliser le corps de l’enfant, ceci dès la petite section. L’histoire de l’école républicaine met un point d’honneur à faire de l’immobilité et du silence des caractéristiques essentielles du « devenir élève ». L’homme est un être bilatéral. Son besoin de balancement naturel n’est que l’expression de son identité bilatérale : deux jambes, deux bras, deux hémisphères cérébraux… M. Jousse déclare qu’immobiliser le corps de l’enfant entraîne une atrophie mentale et diminue ainsi ses aptitudes naturelles à apprendre. Partant de ce constat, c’est au niveau des activités d’apprentissage de textes poétiques que j’ai cherché à mettre en œuvre et valider les procédés du style oral de M. Jousse dans une classe de moyenne et grande section.

Récit de l’expérimentation

35Cette expérimentation s’est effectuée pendant quatre années, dans une classe de moyenne et grande section. Chaque année, le même protocole a été mis en place : une classe de 28 élèves scindée en deux groupes de 14 élèves. Le premier représentant l’échantillon témoin. Ce groupe a appris de façon classique des textes poétiques : enfants assis en position immobile sur un banc en demi-cercle. L’adulte dit une phrase du texte, les élèves répètent. C’est une pédagogie « écho » où l’enseignante en position de « chef de chœur » donne un modèle linguistique (tonal et linguistique) dont les enfants s’emparent et reproduisent par imitation. La modalité d’apprentissage est alors l’imitation dans un premier temps. La mémorisation est renforcée par des répétitions espacées dans le temps.

36La seconde cohorte d’enfants a été invitée à apprendre les textes poétiques selon les procédés corporels-manuels de la théorie du style oral : balancements bilatéraux accompagnés d’une gestuelle codifiée collectivement et proposée par les enfants eux-mêmes. Cette phase d’apprentissage réside en un balancement et une diction collective de la poésie, accompagnée de mouvements de « bercement » et de geste.

37Chacune des étapes dans chaque cohorte a été filmée (apprentissage en groupe-restitution collective-restitution individuelle juste après l’apprentissage et dans le temps).

Observations et résultats

38Les résultats de cette recherche montrent qu’effectivement pour tous les groupes ayant suivi le protocole « joussien », le temps de l’apprentissage du texte est réduit de moitié si on le compare au groupe témoin. Par ailleurs, après analyse des vidéos de restitution individuelle, excepté pour des élèves identifiés comme « à profil » (autiste notamment) la restitution individuelle est de meilleure qualité et est maintenue plus durablement en mémoire. La diction, l’articulation mais aussi la compréhension est de meilleure qualité également dans l’apprentissage bénéficiant d’un apprentissage corporel-gestuel. D’autre part on note un plaisir évident dans le groupe de « style oral », les élèves ayant du plaisir à proposer leurs gestes, à bouger. Ils semblent alors plus performants dans la compréhension et la restitution que ce qu’ils laissent entrevoir habituellement. De plus dans le groupe « joussien », toutes les restitutions de texte sont complètes alors que dans les autres groupes la mémorisation est parfois partielle. Il faut noter que tous les élèves sont à la fois actifs et présents à l’activité, contrairement au groupe témoin dans lesquels certains tout en répétant, ont les yeux et l’attention ailleurs.

39Lors du visionnage des séquences individuelles filmées, on observe souvent, lorsque l’enfant sent qu’il lui manque le mot à venir, qu’il mime alors le mot afin de réactiver sa mémoire de travail et à chaque fois, suite au geste effectué, il restitue correctement le texte appris. Le geste apportant un supplément sémantique intégré de l’intérieur et réutilisé spontanément par l’enfant individuellement. Il constitue alors, un rappel corporel-manuel qui réactive la mémoire lexicale. Le geste précédant ici la verbalisation pour la déclencher.

40Cette expérimentation montre que le corps participe effectivement, dans ce type d’activité, aux apprentissages. Le système éducatif français en fondant sa culture scolaire sur la négation du corps au profit de l’esprit se prive ici d’un atout naturel et universel d’apprentissage.

41Cependant l’école maternelle ayant en charge d’éduquer à un habitus corporel visant la position statique, immobile du corps. Dans ce contexte, mettre en œuvre le style oral dans une classe d’enfants âgés de 4 à 6 ans, conduit l’enseignant, aujourd’hui encore, à se confronter au premier obstacle de la représentation du « bon élève ». Ainsi, valoriser le mouvement rompt avec les codes usuels de l’institution où « être sage » sous-entend ne pas parler, ne pas bouger, ne pas se balancer en classe… attitudes requises dans les programmes pour la maternelle de 2008, sous le chapitre : « devenir élève ». C’est pourquoi, pratiquer une pédagogie rythmique et corporelle peut être considéré encore aujourd’hui dans l’institution comme une pratique « subversive et audacieuse ». Mais l’innovation pédagogique ne se situe-t-elle pas précisément dans cet espace de liberté et de dépassement pédagogique assumé ? Car lorsqu’on dépasse les limites usuelles, réactivant en situation d’apprentissage la dynamique vivante des corps, des bienfaits et des évolutions réelles apparaissent chez quasiment tous les élèves : d’abord le bonheur d’apprendre avec un corps réunifié, mais surtout l’accroissement considérable de leur aptitude à mémoriser, à comprendre et restituer leur savoir oralement et ceci, quel que soit leur niveau d’acquisition initial.

  • 4 Beaupérin (2000).

42Notons que le style oral ne concerne pas seulement le jeune enfant. En effet, Y. Beaupérin, professeur de mathématiques au collège, a montré comment il a pu, grâce à la rythmo-pédagogie issue du style oral, permettre à des élèves de classe de 4ème qui ne parvenaient pas à retenir des théorèmes, de les mémoriser s’aidant de la méthode manuel-corporel du style oral4.

43Notons toutefois que cette méthode n’est en rien thérapeutique et que concernant les enfants handicapés ou déficients, ceux-ci restent tout autant hermétiques aux apprentissages linguistiques.

Apports et limites des théories joussiennes

44Chez M. Jousse le corps est vivant et enseignant, c’est un allié de la transmission autant que de l’apprentissage et ceci de manière universelle. C’est pourquoi il revendique une anthropologie pédagogique reposant à l’école sur une parole vivante, incarnée, en mouvement. Bien que le style oral ne résolve pas tous les obstacles aux apprentissages actuels, hier comme aujourd’hui on ne peut apprendre, comprendre sans entraîner sa mémoire interne. M. Jousse rappelle que la mémoire humaine est une mémoire dynamique qui « digère », qui analyse avant de pouvoir restituer et transmettre. Aujourd’hui L’apport majeur du « style oral » réside dans le lien anthropologique étroit qu’entretient le couple : corps (gestes) et mémoire, dans sa perception dynamique de l’apprentissage. On n’ignore pas ses excès face au monde de l’écrit, son obstination à ne laisser en héritage que des cours oraux et peu d’écrits scientifiques. Cette posture radicale aurait pu ranger aux oubliettes ses propres travaux si d’aucuns n’avaient pas pris le temps de retranscrire des milliers d’heures de discours et de les conserver afin qu’elles lui survivent. On peut sans doute lui reprocher de volontairement négliger la valeur mémorielle et organisatrice de la pensée de l’écrit en se situant dans une opposition culturelle au lieu d’être dans une complémentarité.

Conclusion

45Toutefois, M. Jousse reste en ce xxie siècle d’une actualité surprenante en ce qui concerne les qualités de l’oralité dans le fonctionnement du cerveau et de la mémoire, mais aussi des apprentissages. Ainsi permet-il de questionner la dimension du vivant dans les pratiques pédagogiques actuelles, de remettre au cœur de la pédagogie la place du vivant, notamment celle du corps, de la parole. Il rappelle que le vivant nécessite une interaction, et que l’on ne peut apprendre, retenir en mémoire que si le corps tout entier (corps et esprit compris) est concerné et interagit avec son environnement. M. Jousse a, toute sa vie, cherché à faire la synthèse de disciplines psychologique, linguistique, ethnologique, éducatives, ne s’interdisant aucune limite culturelle. À la même époque, l’école républicaine s’est par ailleurs fondée sur une séparation identitaire et culturelle forte séparant corps et esprit, culture orale et culture écrite. En cherchant à immobiliser et contrôler gestes et paroles c’est-à-dire le vivant au seul moyen de la lettre, les travaux de M. Jousse nous rappellent de manière ontologique que l’être humain est fondamentalement un être incarné, un être de mémoire et de paroles qui ne peut être séparé de sa dimension corporel dynamique indispensable à sa cognition.

Haut de page

Bibliographie

Cerclet, D. (2014). « Marcel Jousse : à la croisée de l’anthropologie et des neurosciences, le rythme des corps ». Parcours anthropologiques 9, p. 24-38.

Beaupérin, Y. (2010). « La mémoire orale ». Revue Africaine 4, p. 37-55.

Durkheim, É. (1938). L'évolution pédagogique en France. Paris : F. Alcan.

Jousse, M. (1925). Le Style oral rythmique et mnémotechnique chez les verbo-moteurs. Paris : Gabriel Beauchesne.

Jousse, M. (1974) [1969]. L’Anthropologie du Geste. Paris : Gallimard.

Kelber, W. (1991) [1983]. Tradition orale et écriture. Tard de l’anglais par J. Prignaud. Paris : Éditions Le Cerf.

Morin, E. (1988). « Le défi de la complexité ». Chimères. Revue des schizoanalyses 5-6, p. 1-18.

Références numériques et audio-visuelles

Beaupérin, Y. (2000). Mathématiques et anthropologie du geste. En ligne : http://www.mimopedagogie.com/IMG/pdf/MathsetAG.pdf.

Cabrejo Parra, E. (2010) In : Apprendre à parler. DVD 180 min. Paris : Direction générale de l'enseignement scolaire/Centre national de documentation pédagogique.

Jousse, M. (1925). Études de psychologie linguistique : le Style oral rythmique et mnémotechnique chez les verbo-moteurs, Paris, G. Beauchesne.

Jousse, M. (1933) « Les Appareils enregistreurs du Geste laryngo-buccal ». Transcription du cours donnés par Marcel Jousse à l’École d’anthropologie le 11 déc. 1933. CD-ROM. Association Marcel Jousse.

Jousse, M. (2003a). « Transcriptions sténotypies professionnelles des cours oraux donnés par Marcel Jousse en Sorbonne (1931-1957) ». In : Jousse, M. Cours oraux de Marcel Jousse. CD-ROM. Association Marcel Jousse.

Jousse, M. (2003b). « Transcriptions sténotypies professionnelles des cours oraux donnés par Marcel Jousse à l’École d’anthropologie (1932-1951) ». In : Jousse, M. Cours oraux de Marcel Jousse. CD-ROM. Association Marcel Jousse.

Jousse, M. (2003c). « Transcriptions sténotypies professionnelles des cours oraux donnés par Marcel Jousse au Laboratoire de Rythmo-pédagogie (1933-1939) ». In : Jousse, M. Cours oraux de Marcel Jousse. CD-ROM. Association Marcel Jousse.

Jousse, M. (2003d). « Transcriptions sténotypies professionnelles des cours oraux donnés par Marcel Jousse à l’École des Hautes Études de la Sorbonne (1933-1945) ». In : Jousse, M. Cours oraux de Marcel Jousse. CD-ROM. Association Marcel Jousse.

Jousse, M. (2003e). « Transcriptions sténotypies professionnelles des cours oraux donnés par Marcel Jousse à l’École d’Anthropo-biologie (1948) ». In : Jousse, M. Cours oraux de Marcel Jousse. CD-ROM. Association Marcel Jousse.

Haut de page

Notes

1 La distribution des majuscules est conforme à celle de Jousse quand il s’agit de citations. Nous les avons supprimées ailleurs.

2 Beaupérin (2010)

3 Jousse : L’origine du langage et le mimisme humain, cours oraux 1932, p. 9

4 Beaupérin (2000).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roberte Langlois, « Marcel Jousse (1886-1961) : Anthropologie du geste et « style oral », la parole et le geste au cœur du processus de cognition », Pratiques [En ligne], 183-184 | 2019, mis en ligne le 30 décembre 2019, consulté le 23 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/pratiques/6983 ; DOI : https://doi.org/10.4000/pratiques.6983

Haut de page

Auteur

Roberte Langlois

Université de Rouen Normandie, Cirnef, F-76130 Mont-Saint-Aignan, France

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre de recherche sur les médiations - CREM
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search